Chômage des jeunes : attention, danger!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chômage des jeunes : attention, danger!"

Transcription

1 Info CE N - SEPTEMBRE 009 ÉDITORIAL Chômage des jeunes : attention, danger! Si la crise actuelle génère quotidiennement son cortège de mauvaises nouvelles et de difficultés pour la quasi-totalité de la population française, il est un phénomène qui prend chaque jour une ampleur particulièrement dramatique. En un an, soit de février 008 à février 009, le nombre de demandeurs d emploi de moins de ans a augmenté de presque % (0 00 chômeurs de plus), soit deux fois plus vite que pour les autres classes d âges. Dans cette période de crise, les jeunes sont en effet devenus un instrument de gestion pour l entreprise, une véritable «variable d ajustement». Les derniers rentrés sont en effet, bien souvent, les premiers sortis. Les jeunes travailleurs ont été, en effet, les premiers touchés par les effets de la crise économique à travers la chute de l intérim et la raréfaction des contrats à durée déterminée. Cette situation est d autant plus inquiétante que l emploi des jeunes aurait dû bénéficier largement de l évolution démographique exceptionnellement favorable liée au «Papy Boom». Celle-ci devrait en effet se traduire en 009 par une baisse de la population active, la première depuis des décennies. Loin de cela, la crise a exacerbé l exposition des jeunes à la précarisation dans la mesure où la flexibilité du marché du travail repose avant tout sur la main-d œuvre la moins âgée. Mais le chômage des jeunes souffre également de la timidité des mesures d urgence engagées par les pouvoirs publics. Ainsi a-t-on essentiellement cherché à inciter financièrement les entreprises à embaucher des jeunes de moins de 6 ans en réinventant les contrats aidés que l on avait pourtant mis à l index ces dernières années. Le manque de qualification, le lieu de résidence, le sexe, les origines, sont autant de handicaps qui ne peuvent se résoudre que par des mesures d incitation financière. Les Rendez-vous de Nous serons présents aux prochains salons des Comités d entreprise du e semestre 009 organisés par EXPOSIUM : PARIS les, 6 et 7 septembre 009 LILLE les 9 et 0 septembre 009 AMIENS le octobre 009 Nous serons heureux de vous accueillir afin d échanger nos idées. Du fait de durées de cotisations insuffisantes, le taux d indemnisation chômage des moins de ans n était à fin mars 008 que de %. Certes, la nouvelle convention Unedic devrait améliorer ce taux en raccourcissant les durées de cotisations requises. Néanmoins, les jeunes resteront dans la quasi-totalité des cas non éligibles au Revenu de solidarité active comme ils l étaient précédemment au Revenu minimum d insertion. Aujourd hui, près d un pauvre sur deux a moins de ans. C est une réalité Bien sûr, la solidarité familiale demeure la meilleure des aides, mais il est évident que là aussi les inégalités perdurent. Comment en effet assurer une cohabitation prolongée au domicile familial si celui-ci est déjà insuffisamment vaste? Aujourd hui, près de 7 % des jeunes de 6 à 9 ans, déclarent ne pas croire en leur avenir. N est-ce pas là que réside le plus grand danger? Christian BILLOIS Responsable analyses financières SOMMAIRE Marc OUZOULIAS Expert-comptable Commissaire aux comptes Nous vous rappelons que notre nouveau site est à votre disposition : Édito Les rendez-vous de CO.EX.CO Quelques tendances économiques Les chiffres à connaître Fermeture d usine : il vous reste la pugnacité Le coin du trésorier Quelques chiffres clés Supplément spécial de deux pages : Informations et consultations du e quadrimestre Lettre d information trimestrielle publiée par CO.EX.CO Directeur de la publication : Marc Ouzoulias Réalisation : Pop Com - RCS Nanterre B ISSN Dépôt légal à parution, rue des Immeubles Industriels 70 PARIS Tél. : , route de Rouen CS AMIENS CEDEX TÉL. : , place de la Gare 9000 LILLE Tél. :

2 ÉCONOMIE Quelques tendances économiques Une situation de l emploi déjà désastreuse à fin mars 009 Le recul brutal de l activité économique des derniers mois a déjà entraîné de terribles conséquences sur le plan social : entre janvier et mars, l économie française a ainsi détruit près de emplois, soit déjà bien plus en trois mois que sur l ensemble de l année 008. Du jamais vu! En ce premier trimestre, ce sont les effectifs intérimaires qui ont payé le plus lourd tribut à la crise : leur nombre a baissé de,6 % en trois mois et de plus d un tiers depuis un an. Mais lorsque les entreprises auront épuisé cette voie d ajustement de leurs effectifs, les destructions d emplois stables seront probablement amenées à s amplifier dans les mois suivants. En termes de secteurs d activité, les effectifs de l industrie s écroulent littéralement (, % par rapport à fin 008), tandis que ceux de la construction déclinent une nouvelle fois ( 0,7 %). Enfin, l emploi tertiaire recule de, % par rapport au trimestre précédent ( 0, % hors intérim). Évolution de l emploi salarié en fin de trimestre (Insee) (en milliers) CVS T T T T T trimestrielle Variation annuelle Industrie , %, % Construction ,7 % 0,7 % Tertiaire , %, % ENSEMBLE , %, % Parallèlement à ces destructions massives de postes, on assiste à une flambée du chômage au cours du premier trimestre 009 (+, point, à 9, % à fin mars). Pour l ensemble de l année 009, l Unedic table sur le chiffre effarant de suppressions d emplois! Vers un redémarrage de l activité industrielle? Après huit mois de replis consécutifs, la production de l industrie manufacturière se redresse enfin avec +, % au mois de mai 009. Ce rebond est lié en partie au secteur automobile, qui bénéficie de la prime à la casse en France, mais aussi dans les autres pays où elle est mise en œuvre. L automobile a ainsi enregistré une progression de,6 % de sa production en mai par rapport à avril, ce qui limite sa chute en rythme annuel à 0 % en mai contre près de 0 % en février. Ce redémarrage de l automobile entraîne dans son sillage les filières en amont (métallurgie avec +, %, caoutchouc et plastiques avec +, %). Notons également la forte hausse dans les activités de cokéfaction et raffinage (+ 0, %). Le rebond de l activité en mai ramène le recul de l industrie manufacturière à % sur un an contre près de 0 % le mois précédent. L industrie aurait-elle atteint son point bas au deuxième trimestre? Rien n est moins sûr. Il faudrait pour cela que la demande se redresse de manière durable, ce qui pourrait être contrarié par l envolée du chômage. D un autre côté, la progression de 0, % en mai de la production industrielle de la zone euro, la première depuis août 008, incite malgré tout à un optimisme raisonné. Selon les prévisions LCL, la baisse de la production manufacturière pourrait s élever à,7 % pour l ensemble de l année 009. Seuls deux secteurs d activité échapperaient à la récession : l électronique de défense (+ 6 %) et la pharmacie (+ %). Parmi les plus fortes dégradations sur l année, on devrait retrouver la sidérurgie ( 0 %), puis la transformation des plastiques, le verre plat et les voitures particulières ( 0 %). Ralentissement en vue de la consommation des ménages Après une progression de 0, % en avril, la consommation des ménages en produits manufacturés a baissé de 0, % en mai. Seules les ventes de voitures ont augmenté en mai, de, % après +,7 % en avril, bénéficiant des effets de la prime à la casse. Les ventes de textile-cuir ont diminué de, % par rapport à avril, ce qui peut s expliquer par un comportement habituellement attentiste avant les soldes d été. Les dépenses pour l équipement du logement (électronique grand public, électroménager, meubles) reculent également de 0,8 %. Sur un an, la consommation en produits manufacturés est en repli de,6 %, soutenue uniquement par les ventes de voitures (+, %). Pour tous les autres postes d achats, c est la dégringolade, que ce soit l habillement (,8 %), l équipement du logement (, %) ou les autres produits manufacturés (, %). On peut craindre que la consommation marque le pas au second semestre 009, car le contexte d une forte remontée du chômage pousse généralement les ménages a limiter leurs dépenses. En outre, la probable remontée de l inflation dans la seconde moitié de l année devrait aussi peser sur le pouvoir d achat des français. L inflation devrait remonter progressivement Si les prix à la consommation ont affiché une hausse de 0, % en juin par rapport à mai, ils restent malgré tout en baisse de 0, % sur un an. Ce ralentissement de la hausse des prix annuelle était prévisible, compte tenu du fort recul des cours du pétrole (le prix du baril a été divisé par deux en un an). La baisse aurait d ailleurs pu être encore plus importante si les cours du pétrole n étaient pas repartis à la hausse ces derniers mois. En mai, la hausse des prix de l énergie (+, %, dont +, % pour les produits pétroliers) a été en grande partie compensée par la baisse des produits frais (,8 %). En outre, le début des soldes d été se traduit par une diminution de 0,8 % des prix de l habillement et chaussures. Pour l heure, les Français peuvent encore profiter un peu des effets positifs du ralentissement de l inflation sur leur pouvoir d achat. Mais dans les mois qui viennent, le problème du pouvoir d achat risque fort de resurgir. En effet, les évolutions des salaires et des prestations sociales pourraient être particulièrement modérées, car calculées sur une inflation faible au cours des douze mois précédents, alors même que les prix devraient remonter plus vite dans les prochains mois. Les effets de yo-yo de l inflation devraient ainsi peser prochainement sur le pouvoir d achat des français. Stéphane VACHON Info CE

3 JURIDIQUE Fermeture d usine : faute de moyens juridiques directs, il vous reste la pugnacité. La société de Longueville illustre les méthodes de restructuration industrielle. Cette usine, construite en 890, avait été rachetée en 997 par le groupe américain Mueller, leader mondial sur le marché des tuyaux en cuivre, en même temps qu un autre site, celui de Laigneville. En 998, le groupe décidait de fermer Laigneville et licenciait les 0, tout en garantissant aux de Longueville le maintien de leur site. Pourtant, en décembre 00, l entreprise déposait une demande de liquidation judiciaire. Les 88 apprenaient la fermeture de l usine en même temps que leur licenciement. La liquidation judiciaire immédiate sans période d observation était prononcée le mars 00. Les licenciements étaient notifiés sans attendre. Il s en est suivi un mouvement social de grande ampleur, avec occupation d usine dès le 6 mars 00 et saisine du Conseil de prud hommes de Melun par qui contestaient leur licenciement. Le 7 juin 00, le Conseil de prud hommes de Melun déclarait tous les licenciements prononcés dépourvus de cause réelle et sérieuse. Le jugement allouait M aux et fixait leur créance au passif de la société. Le jugement n était exécutoire que pour partie et l appel formé par le liquidateur et l AGS retirait aux l espoir d une indemnisation rapide, même de toute indemnisation. Les maintenaient l occupation de l usine et la rétention du stock jusqu au début de juillet 00, contraignant le préfet à ouvrir une négociation. Le 8 juillet 00, une transaction était signée entre le représentant des désignés dans le cadre de la procédure collective, le mandataire liquidateur et l UNEDIC-AGS, comportant d un côté le désistement de l appel, de l autre l acceptation d une LES CHIFFRES À CONNAÎTRE (Sources Unedic, Insee, Dares, Altares, Douanes françaises) 9 000, c est le nombre de destructions nettes d emplois prévu par l Unedic pour l année 009. millions, c est le nombre total de personnes inscrites au Pôle Emploi à fin avril 009, soit de plus qu un an auparavant. 9, %, c est le taux de chômage au sens du BIT en France à fin mars 009 contre 8 % à fin décembre , %, c est le taux d inflation annuel à fin mars 009.,6 %, c est l évolution annuelle de la consommation des ménages en produits manufacturés à fin mai %, c est la hausse du nombre de défaillances d entreprises de plus de cinquante au deuxième trimestre 009 par rapport au deuxième trimestre , milliards d euros, c est le montant du déficit commercial français cumulé à fin mai 009, soit une légère amélioration de,6 % par rapport à fin mai 008. somme moyennant renonciation au bénéfice du Jugement, pour un montant inférieur de moitié au total des sommes allouées par le Conseil de prud hommes. La transaction était homologuée par un Jugement du Tribunal de commerce du juillet 00 et il n en a pas été interjeté appel. Entre novembre 00 et mai 00, plusieurs des concernés ont de nouveau saisi le Conseil de prud hommes pour voir déclarée nulle la transaction intervenue, pour défaut de qualité de son signataire. Le Conseil de prud hommes puis la Cour d appel de Paris déclaraient irrecevables la demande d annulation présentée par les, énonçant que la transaction avait été homologuée par le Tribunal de commerce et que l homologation, qui n a fait l objet d aucun recours, avait acquis en conséquence l autorité de la chose jugée.sur pourvoi formé par les, la décision est censurée par la Cour de cassation au visa des articles, 0 du Code civil et L. 6-8 ancien du Code de commerce : «Une transaction, fût-elle homologuée, n a d autorité de la chose jugée qu à l égard des parties ou de ceux qu elle représentait lors de sa conclusion». La Chambre sociale ajoute qu «en se déterminant ainsi, sans rechercher, ainsi qu elle y était invitée, si le représentant des, auquel ses fonctions ne confèrent pas un pouvoir général de représentation de chaque membre du personnel, avait reçu de chaque salarié un mandat spécial pour conclure une transaction en son nom, la Cour d appel a privé sa décision de base légale au regard des textes susvisés». Cet arrêt rappelle que le rôle du représentant des est de vérifier les créances résultant du contrat de travail (L. 6- C. com.) et qu il ne peut être considéré comme une institution représentative du personnel au sens du Code du travail. Six ans après la fermeture de l usine de Longueville, le litige n est donc pas éteint. La leçon à tirer de cette affaire est que si les ne disposent pas de moyens juridiques efficaces pour s opposer à la volonté patronale de cessation d activité, ils peuvent, par des actions judiciaires pugnaces, faire perdurer la lutte des. Les suites. La cassation a été prononcée pour défaut de base légale et la Cour d appel devra rechercher si oui ou non un mandat a été donné par chaque salarié au représentant des créanciers. Si la transaction est déclarée inopposable aux, il conviendra de constater que le jugement du 7 juin 00, devenu définitif, est désormais exécutoire. Les qui ont été pugnaces pourront alors réclamer les millions d euros que le Conseil de prud hommes leur avait initialement alloué. Christian HERLIN Commissaire aux comptes Info CE

4 SMIC Info CE Le coin du trésorier Il a été revalorisé de, % au er juillet 009. La prochaine revalorisation du SMIC aura lieu le er janvier 00. En effet, conformément à la loi sur les revenus du travail du décembre 008, la revalorisation du SMIC au er juillet est abandonnée. Elle interviendra désormais le er janvier de chaque année. Cotisations AGS Le conseil d administration de l AGS a décidé l augmentation du taux de la cotisation AGS de 0,0 % à 0,0 %, à partir du er juillet 009. Ce taux pourrait être porté à 0,0 % au er octobre 009. Période d essai La loi du juin 008 portant modernisation du marché du travail a fixé des durées légales de période d essai. Ce texte avait aussi instauré une période transitoire s achevant le er juillet 009. À compter de cette date, les accords de branche antérieurs au 7 juin 008 qui prévoyaient des périodes d essai initiales plus courtes que les durées légales ne seront plus applicables. Cumul emploi-retraite À compter du er juillet 009, les retraités qui exercent une activité salariée dans le cadre du cumul emploi-retraite devront dorénavant payer les cotisations salariales Agirc et Arrco dont ils étaient exonérés jusqu alors, seuls les employeurs étaient redevables des cotisations patronales. Les cotisations dues sont calculées sur le montant de la rémunération sans tenir compte des pensions ou rentes vieillesse perçues. Ces cotisations patronales et salariales ne génèreront aucun droit supplémentaire à la retraite complémentaire. La loi de simplification et de clarification du droit et d allègement des procédures n du mai 009 a été publiée au Journal Officiel du mai 009 et traite notamment du droit du travail et du recouvrement des cotisations. ) Validité des accords collectifs : la loi de démocratie sociale a modifié les règles de validité des accords collectifs, qui doivent dorénavant être approuvés par des syndicats ayant recueilli au moins 0 % des suffrages exprimés lors des dernières élections professionnelles. Or, en cas de carence ou d absence de quorum au premier tour, la mesure de l audience devient impossible et l entreprise se retrouve dans une situation de blocage. Pour combler ce vide juridique, l article subordonne la validité des accords collectifs à l approbation des par référendum à la majorité des suffrages exprimés. ) Bulletin de paie électronique : cette nouvelle loi, en son article 6, donne la possibilité pour les entreprises de remettre les bulletins de paie à leurs sous forme électronique. Elle pose néanmoins des conditions : l accord du salarié, la remise du bulletin de paie dans des conditions garantissant l intégrité des données. ) Santé et sécurité des stagiaires : la loi vient renforcer la protection des stagiaires en entreprise. Jusqu à aujourd hui, une formation de sécurité pour les en CDD et les intérimaires affectés à des postes présentant des risques particuliers était obligatoire. Cette obligation est étendue aux stagiaires affectés à ces mêmes types de postes. En cas d accident du travail ou de maladie professionnelle du stagiaire n ayant pas bénéficié de cette formation, la faute inexcusable de l employeur sera présumée. Travail - Mise à la retraite L employeur doit rapporter la preuve que le salarié dont il envisage la mise en retraite anticipée, en application de dispositions conventionnelles l y autorisant, remplit les conditions pour bénéficier d une retraite à taux plein. Cette preuve ne peut résulter que d un relevé de carrière que le salarié est seul à pouvoir détenir. Il existe donc un motif légitime de demander au salarié la communication de son relevé de carrière. Consultation du comité d entreprise L obligation d informer et de consulter le comité d entreprise s applique à toute entreprise, quel que soit son effectif, qui se voit attribuer directement par une personne publique des subventions, prêts ou avances remboursables dont le montant excède un seuil ( euros pour des subventions et euros pour les prêts et avances remboursables). Le montant de ces aides devra par ailleurs figurer dans le rapport annuel unique pour les entreprises de moins de, et dans le rapport annuel d ensemble pour les entreprises de et plus. Comité d entreprise - Contribution activités sociales En cas de modification dans la situation juridique de l employeur au sens de l article L - du Code du travail, le montant de la contribution de l employeur aux activités sociales et culturelles du comité d entreprise, s il a été fixé dans l entreprise d origine par un usage ou un accord collectif à un montant supérieur à la contribution légale, n est conservé que si l institution se maintient dans la nouvelle entreprise. Chômage partiel : quelle retraite complémentaire? Une circulaire AGIRC-ARRCO n DRE du juillet 009 précise les modalités d acquisition de points de retraite complémentaire pour les en situation d activité réduite. Chomage partiel classique : les participants des régimes AGIRC et ARRCO qui bénéficient d indemnités de chômage partiel ont droit à l inscription de points de retraite sans contrepartie de cotisations. Cette attribution de droits, intégralement à la charge de l AGIRC et de l ARRCO, résulte du protocole du février 979, prorogé par avenants successifs et en dernier lieu le janvier 009 pour l année 009. Activité partielle de longue durée : les commissions paritaires ayant trouvé des similitudes entre le chômage partiel classique et l activité partielle de longue durée (mise en place par le décret n du 9 avril 009), ont décidé que les concernés par ce nouveau dispositif pourront bénéficier des mêmes droits à l inscription de points de retraite. Cette décision vaut pour l année 009. Les régimes AGIRC-ARRCO, ne pouvant pas s engager sur le long terme à assumer l intégralité de la charge des avantages de retraite complémentaire correspondant aux périodes de chômage partiel, demandent qu au-delà l État participe au financement de ces points de retraite. L indemnité de rupture de l ANI L avenant n du 8 mai 009 à l accord national interprofessionnel (ANI) du janvier 008, et relatif aux indemnités de rupture, a été déposé au ministère du Travail le 6 juin 009. Son application était subordonnée à ce dépôt par les organisations signataires. Licenciement et rupture conventionnelle : cet avenant a pour objet de réserver l indemnité de rupture aux cas de licenciement et de rupture conventionnelle prévus par les articles et de l ANI, et non pas aux cas de départ à la retraite à l initiative du salarié. Il précise que pour toute rupture conventionnelle signée depuis le 7 juin 009, l employeur doit verser au salarié l indemnité conventionnelle de licenciement dès lors que celle-ci est supérieure à l indemnité légale. Il s applique aux entreprises adhérentes aux organisations patronales signataires (MEDEF, CGPME, UPA). Les entreprises non adhérentes ne seront tenues de l appliquer qu à compter de la publication de l arrêté d extension au Journal Officiel. LES CHIFFRES CLÉS Alain PASQUALINI Au /0/08 Au /0/08 Au /07/08 Au /0/09 Au /07/09 SMIC mensuel - pour heures/hebdo 80,07 08,88,0,0 7,70 SMIC horaire - 8 ans 8, 8,6 8,7 8,7 8,8 Plafond Sécurité sociale (mensuel) 77,00 77,00 77,00 89,00 89,00 Bons cadeaux exonérés ( % du plafond Sécurité sociale) 9,00 9,00 9,00,00,00

5 Info CE N - SEPTEMBRE 009 NOUVEAUTÉ IMPORTANTE Droit d informations et consultations pour le e quadrimestre 009 Comité d entreprise SUPPLÉMENT SPÉCIAL 6 7 RÉUNION DE SEPTEMBRE Point trimestriel sur l évolution de l emploi et des qualifications des (CDI, CDD, temps partiel, d'entreprises extérieures, etc.) (). Bilan des embauches sous contrat initiative-emploi, contrat d accompagnement dans l emploi, contrat insertion-revenu minimum d activité et contrat d avenir. Consultation sur les modalités d utilisation et d un éventuel dépassement du contingent d heures supplémentaires (). Bilan relatif aux volumes et à l utilisation des heures supplémentaires et complémentaires effectuées par les. Consultation sur l exécution du plan de formation de l année écoulée (première réunion sur la formation professionnelle) (). Situation de l actif disponible et réalisable et du passif exigible. Information sur les formations à la sécurité menées au cours de l année écoulée (). (C. trav. Nouv., art. L. - et R. -0) (C. trav. Nouv., art. L. -) (C. trav. nouv., art. L. -) (L. n 007-, août 007, art. : JO, août) (C. trav. Nouv., art. L. - et s. et D. - et s.) Information semestrielle (C. trav. Nou., art. L.-0 et C. com., art. L. - et s.) (C. trav. Nouv., art. R. -) ) L employeur doit notamment fournir les éléments qui l ont conduit à faire appel, au titre du trimestre écoulé et qui pourraient le conduire à faire appel pour le trimestre à venir, à des CDD, à des intérimaires ou à des contrats conclus avec une entreprise de portage salarial (C. trav. nouv., art. L. -). ) Cette consultation ne doit pas avoir lieu tant que le contingent annuel d heures supplémentaires n est pas fixé par voie conventionnelle (C. trav. Nouv., art. L. -), ce qui est en pratique rare. ) Cette consultation doit avoir lieu avant le er octobre au cours d une réunion spécifique (C. trav. Nouv., art. L. - et D. -7). Les informations nécessaires énumérées par l article D. - du Code du travail doivent être transmises aux membres du CE au plus tard le 9 septembre (C. trav. nouv., art. L. -). ) Cette information doit être effectuée au cours de la consultation annuelle sur la formation professionnelle. L employeur doit faire ressortir le montant des sommes imputées sur la participation au dévelopement de la formation professionnelle (C. trav. nouv., art. R. -). Réunion spécifique aux entreprises de plus de Réunion spécifique aux entreprises de moins de RÉUNION D OCTOBRE Point trimestriel sur l évolution générale des commandes, la situation financière de l entreprise et l exécution des programmes de production. Situation de l entreprise au regard du paiement des cotisations de sécurité sociale, de retraite complémentaire et de prévoyance. Point trimestriel sur l évolution générale des commandes, la situation financière de l entreprise et l exécution des programmes de production. Situation de l entreprise au regard du paiement des cotisations de sécurité sociale, de retraite complémentaire et de prévoyance. Présentation du rapport sur les garanties collectives de prévoyance (). Consultation sur le recours aux conventions de forfait ainsi que sur les modalités de suivi de la charge de travail des concernés. Consultation sur les modalités d utilisation et d un éventuel dépassement du contingent d heures supplémentaires (). Bilan relatif aux volumes et à l utilisation des heures supplémentaires et complémentaires effectuées par les. (C. trav. Nouv., art. L. -0) (C. trav. Nouv., art. L. -6) (C. trav. Nouv., art. L. -60) (C. trav. Nouv., art. L. -9) (C. trav. Nouv., art. L. -) (L. n 007-, août 007, art. : JO, août) ) Un mois après chaque élection du comité d entreprise, le chef d entreprise doit communiquer une documentation économique, juridique et financière (C. trav. Nouv., art. L. -7). Et ce, même si les membres du comité d entreprise n'ont pas changé. ) Cette consultation doit seulement être organisée lorsque l entreprise n'a pas de délégués syndicaux ou n'a pas conclu d accord sur le droit d expression des (C. trav. Nouv., art. L. 8-) Réunion spécifique aux entreprises de plus de Réunion spécifique aux entreprises de moins de

6 Info CE Droit d informations et consultations pour le e quadrimestre 009 Comité d entreprise RÉUNION DE NOVEMBRE Point sur l amélioration, le renouvellement ou la transformation de l équipement ou des méthodes de production et d exploitation. Communication du bilan annuel sur l hygiène et sur la sécurité et du programme annuel de prévention des risques professionnels. Examen du rapport annuel sur l égalité professionnelle entre les hommes et les femmes de l'entreprise. Présentation du rapport sur les garanties collectives du régime de prévoyance (). Consultation sur l affectation de la contribution à l effort de construction versée par l entreprise ( %). Information timestrielle (C. trav. Nouv., art. L. -) (C. trav. Nouv., art. L. 6-7) (C. trav. Nouv., art. L. -7 et D. -) (C. trav. Nouv., art. L. -9) (C. trav. Nouv., art. L. -) ) Ce rapport est fourni tous les ans à l employeur par l organisme assureur. S il en fait la demande, le comité d entreprise a droit d'en avoir communication (C. trav. Nouv., art. L. -9). L employeur est alors tenu de le lui présenter. Réunion spécifique aux entreprises de plus de Réunion spécifique aux entreprises de moins de 6 RÉUNION DE DÉCEMBRE Point trimestriel sur l évolution de l emploi et des qualifications des (CDI, CDD, temps partiel, d entreprises extérieures, etc.) (). Bilan des embauches sous contrat initiative-emploi, contrat d accompagnement dans l emploi, contrat insertion-revenu minimum d activité et contrat d avenir. Bilan des embauches sous contrat initiative-emploi, contrat d accompagnement dans l'emploi, contrat insertion-revenu minimum d activité et contrat d'avenir. Consultation sur le plan de formation de l année à venir et sur les conditions de mise en œuvre des périodes de professionnalisation, des contrats de professionnalisation et du DIF (seconde réunion sur la formation professionnelle) (). Information sur les formations à la sécurité menées au cours de l année écoulée et programmées pour l année à venir () (). Compte rendu annuel de gestion financière du comité d entreprise et prévisions budgétaires. (C. trav. Nouv., art. L. - et R. -0) (C. trav. Nouv., art. L. -) Information semestrielle (C. trav. Nouv., art. L. -8) (C. trav. Nouv., art. L. - et s. et D. - et s.) (C. trav. Nouv., art. R. -) Compte rendu annuel (C.trav. Nouv., art. R. -7) ) L employeur doit notamment fournir les éléments qui l ont conduit à faire appel, au titre du trimestre écoulé, et qui pourraient le conduire à faire appel pour le trimestre à venir, à des CDD, à des intérimaires ou à des contrats conclus avec une entreprise de portage salarial (C. trav. nouv., art. L. -). ) Cette consultation doit avoir lieu avant le décembre au cours d'une réunion spécifique (C. trav. Nouv., art. L. - et D. -7). Les informations nécessaires énumérées par l article D. - du Code du travail doivent être transmises aux membres du CE au plus tard le 9 décembre (C. trav. nouv., art. L. -). ) Cette information doit être effectuée au cours de la consultation annuelle sur la formation professionnelle. L employeur doit faire ressortir le montant des sommes imputées sur la participation au développement de la formation professionnelle (C. trav. nouv., art. R. -). ) Dans les entreprises de plus de, un rapport détaillé est remis au CE, ainsi qu un programme des actions de formation à la sécurité proposées pour l année à venir au bénéfice des nouveaux embauchés, des travailleurs changeant de poste ou de technique et des temporaires. Réunion spécifique aux entreprises de plus de Réunion spécifique aux entreprises de moins de

Agenda annuel des informations / consultations du CE

Agenda annuel des informations / consultations du CE La question du DRH Agenda annuel des informations / consultations du CE Un certain nombre d informations et/ou consultations annuelles ou trimestrielles obligatoires doivent être mises en œuvre par l employeur,

Plus en détail

Suggestion d ordre du jour de Janvier

Suggestion d ordre du jour de Janvier Suggestion d ordre du jour de Janvier Entreprise de moins de 300 salariés * Commandes, situation financière et exécution des programmes de production Information trimestrielle portant sur : - l évolution

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-12274 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président SCP

Plus en détail

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires 3 Conciliation prud homale Conciliation devant le bureau de conciliation Pour les contestations relatives au licenciement (et non sur la rupture

Plus en détail

Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015. Ce qui change au 1 er janvier 2015

Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015. Ce qui change au 1 er janvier 2015 les infos DAS - n 017 23 janvier 2015 Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015 Ce qui change au 1 er janvier 2015 Nouvelle cotisation patronale au fonds de financement des syndicats Assurance

Plus en détail

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Article 1 : Il est créé un chapitre 10 dans la convention collective de l animation intitulé compte épargne temps dont les dispositions sont les suivantes : Préambule

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3247 Convention collective nationale IDCC : 1513. ACTIVITÉS DE PRODUCTION DES

Plus en détail

Principaux changements

Principaux changements Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 06.15 du 15/01/15 Principaux changements Les nouveautés au 1 er janvier 2015 Nous vous présentons ci-après les principales mesures à caractère

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 07.14 23/01/2014 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2014 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

N 13 - NOVEMBRE 2013. social DOSSIERS. Financement de la Sécurité sociale Réforme des retraites Rappel du décret du 9 janvier 2012. www.reunica.

N 13 - NOVEMBRE 2013. social DOSSIERS. Financement de la Sécurité sociale Réforme des retraites Rappel du décret du 9 janvier 2012. www.reunica. N 13 - NOVEMBRE 2013 L INDICE social DOSSIERS Financement de la Sécurité sociale Réforme des retraites Rappel du décret du 9 janvier 2012 www.reunica.com édito Bonjour à tous, Pour ce numéro, nous vous

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés

La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés Par l article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008, les partenaires sociaux ont mis en place

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-052

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-052 PARIS, le 13/03/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-052 OBJET : Loi de financement de la Sécurité sociale pour 2007. Mise à la retraite

Plus en détail

Sommaire L accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 pour la compétitivité des entreprises et la sécurisation de l emploi Comment optimiser le chômage partiel et l APLD? L externalisation de

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

En cas de besoin, l employeur peut faire recours au travail temporaire et au personnel intérimaire, mais cette mesure doit rester exceptionnelle.

En cas de besoin, l employeur peut faire recours au travail temporaire et au personnel intérimaire, mais cette mesure doit rester exceptionnelle. AVENANT N 1 A L ACCORD DE BRANCHE DU 1 er AVRIL 1999 L arrêté du 4 juillet 2007 relatif à l'agrément de certains accords de travail applicables dans les établissements du secteur social et médico-social

Plus en détail

LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI : LES PRINCIPALES MESURES

LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI : LES PRINCIPALES MESURES LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI : LES PRINCIPALES MESURES 17/09/2013 "Matinées de formation" 1 1 - Loin 2013-504du14juin2013relativeàlasécurisationdel'emploi - Publiée aujodu16 - Issue de l ANI du 11

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES (6 e édition. Juillet 2003) Brochure

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3314 Convention collective nationale IDCC : 2412. PRODUCTION DE FILMS D ANIMATION

Plus en détail

PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance

PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance GUIDE Article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 Article L911-8 du Code de la Sécurité Sociale Mutuelle UMC - 35 rue Saint Sabin

Plus en détail

Régime de garanties collectives obligatoires. Remboursement des frais de santé au personnel salarié.

Régime de garanties collectives obligatoires. Remboursement des frais de santé au personnel salarié. Direction des Ressources Humaines Direction de l'economie RH et des Ressources Destinataires Tous services Contact GASPAR Emilia Tél : Fax : E-mail : Date de validité A partir du 1 er ' janvier 2009 Régime

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014.

Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014. Les changements sur la feuille de paie en 2014 2014-01-03 00:00:00 Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014. Barèmes

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique CSFV COMMENT CALCULER LE MONTANT DE L INDEMNITE DE LICENCIEMENT? La loi de modernisation du marché du travail du 25 juin 2008, reprenant les dispositions de l ANI du 11 janvier 2008,

Plus en détail

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance La lettre du N 12 Novembre 2011 Les évolutions du régime de prévoyance Depuis l accord initial du 19 mars 2003 qui a mis en place un régime de prévoyance pour la branche du commerce de détail de l habillement

Plus en détail

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical?

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Sommaire Synthèse Fiche détaillée Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Quels sont les documents dont le délégué syndical est destinataire? Peut-il

Plus en détail

Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation

Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation Depuis la parution de la circulaire du 23 juillet 2007, le paysage des incitations financières a fortement

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT SOCIAL Formation professionnelle, emploi et démocratie sociale Loi du 5 mars 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT SOCIAL Formation professionnelle, emploi et démocratie sociale Loi du 5 mars 2014 n 6 > 21 mars 2014 info Sommaire Loi du 5 mars 2014, mesures relatives : > à la formation professionnelle > à l emploi > aux institutions représentatives du personnel Calendrier fiscal et social d avril

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Les organisations syndicales signataires : CFDT, SNECA-CGC, SUD AtlantiCA TABLE DES MATIERES L ACCORD INDEX TABLE DES MATIERES

Plus en détail

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES Rapport présenté par Madame Claudie PAYET, au nom de la Commission de l emploi et des affaires sociales et adopté au Bureau du 28 juin 2007, selon

Plus en détail

Aides à l embauche des jeunes et des seniors

Aides à l embauche des jeunes et des seniors COMMUNICATION - INFORMATION Juillet 2011 Aides à l embauche des jeunes et des seniors Des mesures visant à développer l emploi des jeunes et des salariés de plus de 45 ans viennent d être créées (Décret

Plus en détail

LE CONTRAT UNIQUE D INSERTION CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI 1 CUI -CAE

LE CONTRAT UNIQUE D INSERTION CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI 1 CUI -CAE LE CONTRAT UNIQUE D INSERTION CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI 1 CUI -CAE Issu de la loi sur le revenu de solidarité de décembre 2008, le Contrat Unique d Insertion (CUI) est entré en vigueur au

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Loi relative à la Sécurisation de l emploi

Loi relative à la Sécurisation de l emploi Synthèse Loi relative à la Sécurisation de l emploi 1 Santé et prévoyance (incapacité de travail, invalidité, décès) => Généralisation de la couverture complémentaire santé => Généralisation de la couverture

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Textes applicables : LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Loi n 2008-111 du 8 février 2008 J.O. du 9 février 2008 Circulaire DGT / DSS n 2008-46 du 12 février 2008. Circulaire ACOSS n 2008-039 du 18 mars 2008.

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009 Salon des services à la personne Groupe IRCEM - emplois de la famille - Entreprises privées et associations prestataires : Tout savoir sur vos obligations en matière de protection sociale Salon des services

Plus en détail

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1 Le délégué syndical Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement d au moins 50 salariés peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué syndical

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

AVENANT N 32 DU 14 MAI 2014

AVENANT N 32 DU 14 MAI 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3107 Accords collectifs nationaux BÂTIMENT ET TRAVAUX PUBLICS AVENANT N 32 DU

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Réduction individuelle et temporaire des prestations

Réduction individuelle et temporaire des prestations L adaptation temporaire du temps de travail de crise Mesure : Il s agit d une réduction collective du temps de travail s appliquant à l ensemble des travailleurs de l entreprise ou à une catégorie spécifique

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3332 Convention collective nationale IDCC : 2564. VÉTÉRINAIRES (Praticiens salariés) AVENANT N 30 DU 19 OCTOBRE 2011

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

Édition du 3 mars 2014

Édition du 3 mars 2014 1 Édition du 3 mars 2014 LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS 2 TOUT SAVOIR SUR LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS SOMMAIRE Ce qui est dû à l apprenti

Plus en détail

ACSAV-RH. Rencontre ACE-CEE du Vendredi 4 avril 2014 Maison de l environnement Aéroport De Paris «La création du compte personnel de la pénibilité»

ACSAV-RH. Rencontre ACE-CEE du Vendredi 4 avril 2014 Maison de l environnement Aéroport De Paris «La création du compte personnel de la pénibilité» Lionel COTILLARD Conseil-Recrutement-Formation Évaluation des risques professionnels, assistance à la rédaction du document unique Rencontre ACE-CEE du Vendredi 4 avril 2014 Maison de l environnement Aéroport

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été mis à jour en septembre 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction

Plus en détail

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85.

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85. COMPRENDRE VOTRE RETRAITE Trois ans après la dernière réforme, un nouveau texte de loi est prévu concernant le régime des retraites par répartition : maintien de l'âge légal de départ à la retraite à 62

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ET ARRCO

RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ET ARRCO RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ET ARRCO ACCORD DU 23 MARS 2009 Le Mouvement des entreprises de France (MEDEF), La Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), L'Union professionnelle

Plus en détail

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal)

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal) Régimes social et fiscal des indemnités de rupture du contrat de travail au 1 er janvier 2012 Indemnité compensatrice de préavis, de congés payés, de RTT non pris ; indemnité de non-concurrence Assujettie

Plus en détail

Accord collectif de branche du 14 mai 2010. Régime de prévoyance complémentaire. Garantie Incapacité de travail. Convention Collective Nationale

Accord collectif de branche du 14 mai 2010. Régime de prévoyance complémentaire. Garantie Incapacité de travail. Convention Collective Nationale Accord collectif de branche du 14 mai 2010 Régime de prévoyance complémentaire Garantie Incapacité de travail Convention Collective Nationale des Chaînes de Cafétéria & Assimilés du 28 août 1998 Entre

Plus en détail

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés.

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés. les infos DAS - n 075 24 juin 2015 Le portage salarial A la suite de l ordonnance du 2 avril 2015 1 qui donne un nouveau fondement juridique au portage salarial, il nous a paru nécessaire de faire le point

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE JUIN 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Congés conventionnels non-pris : la charge de la preuve repose sur le salarié Le salarié doit apporter la preuve qu il n a pu

Plus en détail

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Date : 09/02/10 N Affaires sociales : 11.10 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2010 La loi

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

LES COTISATIONS SOCIALES

LES COTISATIONS SOCIALES LES COTISATIONS SOCIALES Les Autres Contributions : CSG ET CRDS La Mutualité Sociale Agricole est chargée du recouvrement de la contribution sociale généralisée et de la contribution au remboursement de

Plus en détail

VERSEMENT À TORT DES CONTRIBUTIONS AUX URSSAF DÉPASSEMENT DU FORFAIT JOURS : QUELLE RÉMUNÉRATION?

VERSEMENT À TORT DES CONTRIBUTIONS AUX URSSAF DÉPASSEMENT DU FORFAIT JOURS : QUELLE RÉMUNÉRATION? N-Nour VERSEMENT À TORT DES CONTRIBUTIONS AUX URSSAF MARS 2011 Depuis le 1 er janvier 2011, les contributions d assurance chômage sont versées aux Urssaf (voir Infos d Experts janvier 2011). Certaines

Plus en détail

RUPTURE CONVENTIONNELLE DU CONTRAT DE TRAVAIL

RUPTURE CONVENTIONNELLE DU CONTRAT DE TRAVAIL RUPTURE CONVENTIONNELLE DU CONTRAT DE TRAVAIL 23/09/2013 La Loi de Modernisation du Marché du Travail, du 25 juin 2008, a créé une nouvelle forme de rupture du contrat de travail : la rupture conventionnelle.

Plus en détail

MODIFICATION DU CALCUL DES IJSS CONTRÔLE DES ARRÊTS MALADIE : LES DÉLAIS EN CAS DE SUSPENSION DE VERSEMENT DES IJSS

MODIFICATION DU CALCUL DES IJSS CONTRÔLE DES ARRÊTS MALADIE : LES DÉLAIS EN CAS DE SUSPENSION DE VERSEMENT DES IJSS N-Nour SEPTEMBRE 2010 MODIFICATION DU CALCUL DES IJSS Le ministère de la Santé envisage de modifier le calcul du taux des indemnités journalières de la Sécurité Sociale. Cette modification entrera en vigueur

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social Le forfait social Textes de référence : Articles L137-15 à L. 137-17 du Code de la Sécurité sociale créés par l article 13 de la loi n 2008-1330 du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale

Plus en détail

COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE. Le contrat CUI-CAE

COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE. Le contrat CUI-CAE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE Le contrat CUI-CAE Le recours à un contrat CUI-CAE (contrat unique d insertion-contrat d accompagnement) a pour objectif de faciliter

Plus en détail

Descriptif des Garanties

Descriptif des Garanties EPHC Titre 8 de la Convention collective nationale DE L ENSEIGNEMENT PRIVE HORS CONTRAT Régime de prévoyance obligatoire Descriptif des Garanties Personnel concerné Ensemble des salariés, non cadres et

Plus en détail

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle les infos DAS - n 035 12 février 2015 La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle Le 26 janvier 2015, les partenaires sociaux ont conclu une nouvelle convention relative

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

Journée de solidarité

Journée de solidarité Pégase 3 Journée de solidarité Dernière révision le 21/03/2008 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...4 Mention sur le bulletin...4 Salariés concernés...4 Particularité des

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée?

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée? Le contrat en CDD La conclusion d un contrat à durée déterminée (CDD) n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire et seulement dans les cas énumérés par la loi. Il doit obligatoirement

Plus en détail

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires Limoges, le 17 octobre 2007 Madame, Monsieur et Cher Client, La Loi 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du Travail,

Plus en détail

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET)

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ENTRE LES SOUSSIGNES : L'Office International de l'eau, Association loi 1901, dont le siège social est situé 21 rue de Madrid 75008 PARIS, immatriculée

Plus en détail

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion»)

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Titre I : développement de l alternance Titre II : encadrement

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3150 Convention collective nationale IDCC : 2162. PROFESSIONS DE LA PHOTOGRAPHIE (9 e édition. Décembre

Plus en détail

CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS

CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS POUR CEUX AYANT EXERCE UN METIER PENIBLE A partir du 1er janvier 2015, le compte personnel de prévention de la pénibilité permettra à près de 5 millions de salariés de

Plus en détail