«MUTUALISATIONS, ENTRE VRAIES REUSSITES ET ESPOIRS DEÇUS?»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«MUTUALISATIONS, ENTRE VRAIES REUSSITES ET ESPOIRS DEÇUS?»"

Transcription

1 DOSSIER DOCUMENTAIRE «MUTUALISATIONS, ENTRE VRAIES REUSSITES ET ESPOIRS DEÇUS?» >Marseille, 01 octobre 2014 Dossier réalisé par les centres de ressources documentaires des Délégations régionales du CNFPT Première Couronne, et Provence-Alpes-Côte d Azur

2

3 Introduction Si la mutualisation, sous différentes formes, existe de longue date, elle s'est souvent heurtée au droit européen et aux règles de la commande publique (cf "Développer la coopération "public-public"", in : Gazette des communes, des départements, des régions (La), n 2156, 14/01/2013, p ). Les avancées jurisprudentielles ont permis l'évolution de la législation nationale et l'adoption, dans la loi de réforme des collectivités territoriales, dite loi RCT, du 16 décembre 2010, de mesures assouplissant ses conditions de mise en œuvre (cf "Loi de réforme des collectivités territoriales : guide pratique", in : Ministère de l'intérieur, de l'outremer, des collectivités territoriales et de l'immigration, 07/2011, p ). La loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles, dite loi MAPAM, du 27 janvier 2014 modifie les articles L et L du CGCT. Elle élargit notamment les services communs aux services fonctionnels et opérationnels. Leur gestion est encouragée et facilitée mais très encadrée (cf "Les services communs : une optimisation complexe!", in : Semaine juridique (La) Administrations et collectivités territoriales, n 8, 24/02/2014, p ). La loi RCT instaure le schéma de mutualisation, élaboré par l'epci dans l'année qui suit le renouvellement des conseils municipaux, qui devra être mis en œuvre au cours du mandat qui commence. Par ailleurs, la loi MAPAM crée un coefficient de mutualisation qui servira de critère de répartition de la dotation globale de fonctionnement. Dans un contexte de raréfaction des ressources, la question devient centrale, et sont évoquées d'autres pistes comme la fusion de communes (cf "Dépenses locales, l'incitation financière aux fusions ne suffira pas", in : Gazette des communes, des départements, des régions (La), n 2206, 27/01/2014, p. 8-9) ou d'epci (cf "Communautés interdépartementales : le bassin de vie avant les frontières administratives", in : Courrier des maires (Le), n 276, 02/2014, p. 16). Le sujet mérite donc toute l'attention des communes (cf "Préparer et piloter les schémas de mutualisation", in : Courrier des maires (Le), n 275, 01/2014, p ). La question du projet de territoire doit guider les réflexions pour réussir la démarche de mutualisation (cf "Quand la mutualisation fertilise le projet de territoire", in : Intercommunalités, n 156, 05/2011, p. 9-17). La tentation est grande de ne voir, dans la CNFPT Délégation de la Première Couronne - Centre de Ressources Documentaires 03/2014

4 mutualisation, qu'un instrument de rationalisation des dépenses (cf "La mutualisation des services, un outil face à la crise?", in : Maires de France, n 309, 01/2014, p ). La gestion des ressources humaines, et la mutualisation des personnels, sont également des préoccupations centrales (cf "Enjeux et limites de la mutualisation des personnels au sein du bloc communal", in : Pouvoirs locaux, n 89, 06/2011, p et : "cf L'intercommunalité, territoire stratégique pour la gestion prévisionnelle de l'emploi et des compétences", in : Intercommunalités, n 167, 05/2012, p ). Certaines collectivités se sont déjà lancées dans la démarche (cf "Un schéma de mutualisation anticipé et coconstruit", in : Gazette des communes, des départements, des régions (La), n 2209, 17/02/2014, p ). La mutualisation trouve à s'appliquer à des secteurs divers, de la police municipale (cf "Les évolutions des polices municipales : mutualisation et territorialisation", in : Actualité juridique Droit administratif, n 34/2013, 14/10/2013, p ), à l'action sociale (cf "Utopia. Mutualisation sauce mosellane", in : Journal de l'action sociale (Le), n 182, 15/12/2013, p ), en passant par l'habitat (cf "Opah : 67 communes mutualisent le diagnostic préalable", in : Mairieconseils.net, 16/09/2013, 1 p.) ou l'action culturelle (cf "La mutualisation de l'emploi et des compétences dans le secteur artistique et culturel", in : La Nacre, 01/2014, 4 p.) Sommaire du dossier : - Intercos et communes : les outils de mutualisation / La Gazette des communes 16/06/ Mutualisation : une nouvelle alchimie / Lettre du cadre territorial 05/ Enjeux et limites de la mutualisation des personnels au sein du bloc communal / Pouvoirs locaux n 89 / L intercommunalité, territoire stratégique pour la gestion prévisionnelle de l emploi et des compétences / extrait «Dossier Ressources humaines» Intercommunalités 05/ L intercommunalisation de la police municipale / AJCT 07/ Performance : l intérêt de mutualiser (aussi) les services financiers / La Gazette des communes 02/06/ La mutualisation en 2012 : état des lieux et résultats. Métropole Nice Côte d Azur - CC de la région de Pouancé-Combrée Un schéma de mutualisation anticipé et coconstruit / La Gazette des communes - Mairie-conseils.net : expériences : Montrevault (49) mutualise : de la rationalisation des services au projet de territoire Val de Fensh (57) : premier bilan à mi-chemin d une démarche de mutualisation Vitré Communauté (35) : les enjeux de la phase d élaboration du schéma de mutualisation CNFPT Délégation de la Première Couronne - Centre de Ressources Documentaires 03/2014

5

6

7

8 MUTUALISATION UNE NOUVELLE ALCHIMIE DOSSIER RÉALISÉ PAR ÉRIC LANDOT, AKIM CHELKAB, JEAN-PIERRE COBLENTZ À LA UNE Une «communauté de destins» La construction d une administration commune ne va pas de soi. Elle suppose une réelle ambition managériale. On tirera pour cela toutes les ficelles d un «management intelligent». Des économies d échelle sous conditions Jusqu à présent, les économies d échelle ont rarement été au rendez-vous des mutualisations. Mais on peut réussir ce chantier, à condition de faire preuve de méthode et de détermination. Mutualisation mode d emploi À chacun son dosage! Le secret d une mutualisation réussie, c est de ne pas se contenter de vouloir faire des économies d échelle. Il est de donner naissance à un dispositif ambitieux, avec une administration solide et un vrai projet de territoire. Si l on s inscrit dans le temps long et dans une vision d ensemble de la construction communautaire, quatre tendances lourdes caractérisent le mouvement. Tout d abord, un processus qui impacte désormais plus de 85 % de la population française et un choix majeur pour une structure à fiscalité propre. En second lieu, une carte intercommunale inaboutie marquée par la dynamique antérieure du territoire (discontinuité territoriale, inégalité démographique, logique cantonale). En troisième lieu, une gouvernance marquée par un consensus autour des compétences obligatoires qui masque la difficulté à bien imaginer la subsidiarité ou complémentarité. En dernier lieu, une stratégie financière et fiscale qui ne se distingue pas réellement d un effet de redistribution. PAYS DE CHÂTEAUBRIANT Yves Maugey, communauté de communes de Nozay (Loire-Atlantique) «Des marges organisationnelles existent» «Les mutualisations sont une chance de pouvoir, en toute autonomie, déterminer les conditions de réalisation des politiques publiques inscrites dans un projet de territoire. En choisissant l affectation des ressources humaines, aux services locaux voulus, les élus investissent pleinement leur responsabilité de décideurs. Dans un environnement juridique et financier contraint, les marges organisationnelles existent. La multiplication et l atomisation de services génèrent doublons et fausses polyvalences. Celles-ci supposeraient l exercice plein de plusieurs compétences, alors que le plus souvent les agents en compensent l absence, avec courage, et sans pouvoir répondre aux attentes de proximité. Les schémas de mutualisation, en permettant de sortir des zones d incertitudes, autorisent un rapport gagnant entre les habitantscontribuables, élus et agents publics. Il est toutefois nécessaire de sortir des prismes institutionnels segmentés, pour une vision globale et partagée.» 22 La Lettre du cadre territorial mai 2014

9 101CATS-STOCK Une «grille de lecture» partagée La démarche du schéma de mutualisation peut permettre aux territoires de construire une «grille de lecture» partagée des enjeux pour impulser une dynamique face aux contraintes actuelles et à venir. Tout d abord, il s agit de clarifier ce qui «fait territoire» pour y intégrer toutes les dynamiques : économie, démographie, social, en pensant les liens entre besoins, nouveaux usages et pratiques. Ceci revient à interroger les formes de centralités des territoires. On peut ainsi mieux avancer en organisant davantage les complémentarités. Ensuite, on peut penser l action publique de manière intégrée en mettant en dialogue priorités, moyens et compétences au sein du bloc local. On peut identifier des mises en commun d expertise, de redéploiement, pour parer à la diminution de moyens programmés. On doit ainsi enrichir et élargir le dialogue stratégique pour dépasser l opposition liée aux transferts. À FAIRE Mobiliser sans démobiliser. Un projet managérial global pour offrir une réponse aux contraintes et bien mobiliser toutes les ressources internes. À ÉVITER Faire table rase du passé. Ne pas évacuer la vision à l origine du rapprochement. On doit distinguer une position défensive ou passive d un collectif soudé autour d un projet. Il s agit d assurer une forme de pédagogie liée aux enjeux et au temps long de l action publique, pour permettre au citoyen de bien comprendre les nouvelles dynamiques. Évaluation et leadership partagé En outre, une démarche partagée autour de pratiques renouvelées d évaluation de l action publique peut enrichir et renforcer le dialogue avec les citoyens. Il s agit d assurer une forme de pédagogie liée aux enjeux et au temps long de l action publique, pour permettre au citoyen de bien comprendre les nouvelles dynamiques. Enfin, la mutualisation et la construction du schéma sont une opportunité de construire une ambition collective autour d un «leadership partagé» entre équipes de dirigeants, déjà en partie mutualisées. On peut ainsi accompagner des formes de mobilité et de parcours enrichi pour les agents et en espérer des bénéfices à terme autour des enjeux de qualité du service public dans un contexte contraint. La Lettre du cadre territorial mai

10 À LA UNE DÉPENSES PUBLIQUES VOUS AVEZ DIT ÉCONOMIES? Jusqu à présent, les économies d échelle ont rarement été au rendez-vous des mutualisations. Mais on peut réussir ce chantier, à condition de faire preuve de méthode et de rigueur. à la mutualisation s inscrit dans un double contexte : L incitation - la maturation de l intercommunalité (périmètres, transferts de charges) souvent organisée sur la base d un étage administratif supplémentaire à l issue d une dizaine d années, caractérisé par une augmentation des dépenses de fonctionnement généralement liée au développement des services ; - l intensification de la contrainte financière (décrue, puis stabilisation et désormais décrue des concours financiers de l État). La «non-dépense» et ses limites Il paraît logique que l objectif d économie soit assigné de manière centrale aux démarches engagées. Les expériences passées ne sont guère éclairantes à ce sujet. Elles ont le plus souvent été assorties d objectifs d amélioration du service public (ingénierie au service des petites communes, utilisation des agents en surnombre au développement d autres services ). Si bien que, lorsqu il a été tenté d apprécier les effets budgétaires de la mutualisation, le concept de «non-dépense» s est imposé a posteriori. Il permet de répondre à la question suivante : quelles dépenses supplémentaires faudrait-il supporter pour obtenir le service tel qu il est rendu actuellement dans l hypothèse d une démutualisation? Cette approche convenait dans le cadre d une croissance des ressources. Or, celles-ci seront dans bien des cas stagnantes, voire en baisse en euros courants. L amplification de l effet de ciseau largement amorcé à la fin du mandat écoulé requiert des démarches jusqu alors inexplorées. Elles auront pour objectif de limiter la croissance, voire de réduire les dépenses courantes. KATELEIGH - ISTOCK Les conditions d une démarche réussie La mutualisation en constituera un aspect, mais un aspect seulement. Elle ne pourra s inscrire dans le cadre d une recherche résolue d économies que si elle est assortie de mesures assez rigoureuses et relativement complexes compte tenu des freins Croiser les «cultures» managériales. politico-administratifs de nature à entraver une telle démarche. La première pierre à l édifice consiste dans une priorisation très précise des actions et des services à l échelle du territoire (communauté et communes), assortie de choix de développement mais aussi d abandon ou de modulation des prestations. 24 La Lettre du cadre territorial mai 2014

11 DR Éric Portal, président d honneur de L Afigese «L ambition d une mutualisation de politiques publiques» «La mutualisation de deux structures publiques (par exemple une commune et un EPCI) cherche à mettre en commun leurs moyens. Elle concerne en premier lieu le management en réduisant le nombre de membres de la direction générale par rapport à la situation antérieure. Un niveau plus poussé suppose que les services fonctionnels mais aussi opérationnels de l une des structures peuvent être mis à disposition de l autre. Est alors mis en place un système de refacturation. Plus ambitieux, une «mutualisation de politiques publiques», passe par l harmonisation de ces dernières. L exercice est limité par les textes. Les points de recoupement entre les politiques publiques menées entre une commune et un EPCI n existent pas en principe puisque ce dernier a une compétence spécialisée, contrairement aux communes qui bénéficient de la clause générale de compétence. Finalement, cette mutualisation n est véritablement possible qu entre collectivités disposant de cette clause pour les actions facultatives ou entre celles de même niveau (par exemple des régions) au titre de leurs compétences obligatoires. À son tour, elle renforce la mutualisation des moyens.» V. LECIGNE Anne-Michèle Huyghe, chargée de mission développement territorial, Lille Métropole communauté urbaine «Travailler ensemble sur les solutions» «La réponse aux besoins des territoires en matière de mutualisation s effectue de manière concertée et à la carte en fonction des questions à traiter. La démarche est pragmatique : il s agit de travailler ensemble sur une solution, de l expérimenter à l échelle de plusieurs communes ou d un territoire puis de la déployer si c est opportun. La valeur ajoutée de Lille Métropole? Animer la démarche, identifier l échelon d expertise le plus pertinent, le mobiliser au bénéfice de tous et ainsi promouvoir un principe de solidarité. La réalisation des plans de prévention du bruit dans l environnement est un exemple parlant. Soixante communes étaient concernées par la directive européenne. Avec Lille Métropole, elles ont décidé de passer un marché commun. Lille Métropole et quelques communes ont apporté un appui technique pour le pilotage de la prestation. Une participation forfaitaire a été demandée aux communes en fonction de leur strate démographique. Au final, l économie globale réalisée a été de 65 %. Les communes de plus de habitants ont payé euros, tandis que les communes de moins de mille habitants n ont déboursé que 350 euros.». Dans ce cas c est bien le niveau et la qualité du service public qui sont concernés. La deuxième consiste à travailler sur les mesures organisationnelles au sein desquelles s inscrit la mutualisation. Les pièges y sont nombreux et conduisent tous à la pente naturelle vers l augmentation des dépenses. Le nivellement vers le haut du régime indemnitaire constitue un écueil «de nature technique» qui provoque une hausse quasi-automatique dès le démarrage du processus. En sus, une tendance naturelle tient à la difficulté de «vendre» la mutualisation en interne et conduit à limiter les dégâts sociaux en proposant un organigramme permettant de recaser l ensemble des agents ce qui amène à relever le niveau ou développer des services et ainsi figer durablement la structure conduisant à une augmentation durable des dépenses en raison du GVT. À FAIRE Clarifier les règles du jeu. Une charte des valeurs et de management peut aider chacun à bien identifier sa place et assurer une reconnaissance autour d enjeux partagés. À ÉVITER Annoncer des gains financiers. On doit s accorder sur le périmètre, le champ et les prestations à étudier avant toute annonce d objectifs. Une limite managériale La mutualisation trouve sa limite principalement managériale dans la difficulté à faire des économies à partir de l existant. Il faut donc profiter de toutes les opportunités qui résultent des flux naturels départs en retraite, mutations, fins de contrat dans le cadre d une gestion des emplois au sein de l ensemble intercommunal (communauté et communes) qui peut permettre d allier recherche d économies et gestion des carrières. Ces principes sont plus aisés à énoncer qu à mettre en œuvre, mais les ignorer totalement garantira des impasses à très court terme avec d autres leviers d ajustement : une réduction plus franche du niveau des services et des investissements et le risque de départs d agents les plus qualifiés. La Lettre du cadre territorial mai

12 À LA UNE PROJET DE TERRITOIRE À CHACUN SON DOSAGE Le secret d une mutualisation réussie, c est de ne pas se contenter de vouloir faire des économies d échelle. Il est de donner naissance à un dispositif ambitieux, avec une administration solide et un vrai projet de territoire. La mutualisation n est pas qu un objectif financier, avec ses éventuelles économies d échelle et, surtout, ses effets sur le futur coefficient de mutualisation. Elle est surtout la construction d une administration, la formation d une synergie : bref, un outil inséparable de la construction politique du territoire. Un outil inséparable du projet À ce titre, les bons outils d un territoire ne sont pas ceux d un autre territoire, selon les rapports avec la ville-centre, selon les besoins des autres communes, selon l existence de centres administratifs ventilés, ou non, sur le territoire, selon les choix des élus, selon les enjeux portés par ceux-ci Dans ces conditions, c est peu de dire qu un bon projet de mutualisation implique du sur-mesure. Prenons trois cas de mutualisation intégrale avec administration unique : Reims, Strasbourg et Haguenau. Même dans ces trois cas, avec des résultats qui peuvent sembler comparables (une administration unique avec la ville-centre), ce sont trois solutions juridiques très différentes qui ont été choisies avec, notamment, des relations différentes avec les autres communes de la communauté. Tout doit donc partir des besoins de la communauté, et c est ensuite que peut intervenir le juriste. Il faut alors être imaginatif. Vices et vertus du sur-mesure La base juridique, tout le monde la connaît désormais : fausse mutualisation ascendante désormais limitée ; mutualisation par mise à disposition des services communautaires ; services communs dont le régime a, fort À FAIRE Associer tous les partenaires. Associations, institutions doivent bien comprendre et adhérer aux évolutions du périmètre et des niveaux de prestations assurées à l avenir. Bien rythmer. Tenir compte tout à la fois du quotidien des services et agents directement impactés et des effets indirects sur les prestations des autres services. À ÉVITER Oublier d associer les agents au diagnostic. Penser en mode projet et intégrer toutes les parties prenantes à la mise en œuvre des rapprochements et du schéma pour ne pas susciter résistances et incompréhensions. heureusement été simplifié par la loi Maptam de janvier dernier. Reste : - qu il y a diverses manières de jouer avec ces dispositifs juridiques ; - que ces solutions gagnent très souvent à être complétées par d autres outils (groupements de commandes et/ou centrales d achats ; usage des outils du droit de la fonction publique ; diverses conventions prévues par le droit de l intercommunalité ; parfois ententes ou SPL) afin d aboutir à un vrai sur-mesure mais aussi d intégrer des demandes spécifiques qui, souvent, sont formulées par les communes ; Tout doit partir des besoins de la communauté, et c est ensuite que peut intervenir le juriste. Il faut alors être imaginatif. - que ces dispositifs peuvent se révéler bloquants ou non selon l organigramme choisi, selon la culture des agents, selon qu apparaissent ou non des difficultés en termes de statuts et de régimes indemnitaires (pour lesquels les questions s avèrent souvent plus multiples qu il ne le semble de prime abord), selon le degré d esprit communautaire qui unit ou désunit les élus, etc. En pareil domaine, trop de simplicité conduit en général au simplisme et à la frustration de nombreuses communes, surtout périphériques Mais attention : trop de complexité conduit à des usines à gaz qui finissent par «plomber» le projet! Tout est dans le dosage. 26 La Lettre du cadre territorial mai 2014

13 La valse à trois temps Dès lors, usuellement, se danse une valse à trois temps. Dans un premier temps, chacun demande des solutions simples et opérationnelles. Logique. Puis il est usuel qu à chaque difficulté, ce soient les élus et les cadres qui s engouffrent dans les solutions sur mesure, un outil spécifique répondant à chaque nouveau problème. Puis vient le dernier temps de la valse. Celui où il faut élaguer. Simplifier. Rationaliser. Pour ne garder dans le «mix» retenu des outils spécifiques que lorsque cela s avère réellement nécessaire et opérationnel, afin que la mutualisation soit réellement à la fois sur mesure et opérationnelle. En attendant que cet outil soit à adapter, quelques années après SUR LE WEB RÉAGISSEZ SUR : Twitter Facebook : lalettreducadre Google+ : OPORKKA - FOTOLIA DR André Pietrucci, DGS de Saint-Brieuc agglomération «Une trilogie stratégique» «La mutualisation est transversale à la trilogie stratégique composée : - du projet de territoire qui porte les défis des politiques publiques sur le bassin de vie ; - du pacte de solidarité financière et fiscale qui détermine le niveau d allocation de ressources financières et de fiscalité acceptable pour tous les contribuables ; - du projet d administration, qui est le cadre de référence stratégique de l organisation structurelle des directions à mettre en place. La mutualisation est avant tout un état d esprit et une composante managériale à considérer en permanence, pour faire muter dans le temps les ressources et l organisation aux besoins du territoire, pour solidifier le couple communes-intercommunalité en recherche constante d efficience accrue des politiques publiques, pour satisfaire aux exigences croissantes de valeur ajoutée de la part des administrés.» DR Françoise Hottin, DGA de la communauté de communes d Erdre et Gesvres «Une charte de mutualisation» «D une réflexion commune engagée en 2011 entre élus et DGS des communes et de l intercommunalité est ressortie une évidence : la nécessité de s engager dans la mutualisation en cohérence avec le projet de territoire visant la construction d un espace de solidarité sur la base d une démarche prospective intégrant la dimension RH. L ambition : passer d une intercommunalité de substitution («faire à la place» des communes à travers les seuls transferts de compétences) à une logique non exclusive mais complémentaire de la première et visant le «faire ensemble» de coopération et de partenariat. À l issue du mandat, a été conclue une charte de mutualisation afin de permettre aux nouveaux élus de s engager dans un projet politique sur la base d objectifs et de principes fondamentaux (efficacité et proximité du service à l usager, équité et solidarité territoriales ) qui guideront l action publique en matière de mutualisation. Cette charte prévoit également une méthode en démarche projet pour tout chantier de mutualisation, pour garantir la cohérence entre les choix stratégiques et la conduite opérationnelle des projets, et leur portage politique. La Lettre du cadre territorial mai

14 À LA UNE DR Vincent de Briant, enseignant-chercheur à l université Paris-Est Créteil (UPEC), spécialiste de l action commune et de la gouvernance locale Toutes sortes d économies sont possibles à moyen et long terme, à condition de bien persuader les agents que rationaliser n est pas nécessairement rationner. L ŒIL DE L EXPERT PRATIQUEZ LE MANAGEMENT INTERCULTUREL La mutualisation suppose-t-elle un changement de culture managériale? Mutualiser, c est mettre en commun. Mais il y a deux manières de le faire. L une qui ne change rien à la culture managériale, l autre qui change tout. La première s apparente à une relation client-fournisseur ou à une prestation de service. Elle s épuise dans sa réalisation. Ce n est pas le cas de l autre, parce qu elle poursuit sans fin l intérêt commun. C est celle qui caractérise les EPCI, mais aussi les SDIS, les parcs naturels nationaux, les grands ports maritimes ou les EPLE En clair, les établissements institués par l État et qui imposent un espace commun à leurs membres : communes, départements, services déconcentrés de l État, CAF Là, il faut pratiquer le management interculturel! Ces structures «marient» en effet des organisations aux cultures différentes avec lesquelles il faut forger une culture commune, elle-même différente. La devise de l Union européenne pourrait s appliquer à chacune d elles : l unité dans la diversité Or, ce n est pas la culture des collectivités territoriales, souvent marquées par une histoire spécifique, ni celle de l État ou des hôpitaux. Les trois fonctions publiques ont une culture particulière qui se singularise encore dans chaque organisation. Dès lors, il s agit bien de les articuler plutôt que de les faire disparaître et de créer entre elles un espace commun par l intermédiaire d une mise à disposition fonctionnelle, d autant plus en matière d intercommunalité, quand il y a une commune-centre qui ne doit pas donner le sentiment d annexer la périphérie. Dans quelle mesure ce chantier nécessite-t-il que les élus dépassent leurs étiquettes partisanes? Cela ne peut fonctionner que s ils sont euxmêmes capables de pratiquer le management interculturel au niveau politique. En d autres termes s ils soutiennent la démarche et sont capables de compromis, y compris et surtout quand ils sont en position de force. L intercommunalité a souvent été le lieu de cet apprentissage, «à l abri» du suffrage universel. Dans certains cas, elle continue à l être dans le cadre du nouveau scrutin de listes communautaires et municipales. Le cas de la CU de Bordeaux est intéressant, puisqu un accord de coopération y a été conclu entre son nouveau président, Alain Juppé, et l opposition. On a pu le constater aussi à Lyon et à Lille. Cela ne signifie pas qu il n y a plus de clivages politiques, mais que l intérêt communautaire déplace le débat et produit un espace commun propice à la mutualisation. Cela dit, elle n a rien de fatal pour ce qui concerne les services fonctionnels ou «prestataires» parce qu elle n est pas obligatoire pour eux. Il arrive que les communes décident de démutualiser, si le soutien des élus et celui du management disparaissent et que les collectivités se le permettent financièrement. La mutualisation parviendra-t-elle à tenir ses promesses d économies d échelle? Les économies d échelle sont tout autant internes qu externes. Si les communes mutualisent les services fonctionnels, elles n auront plus besoin d adhérer au CDG. Des économies sont possibles à moyen et long terme, à condition de bien persuader les agents que rationaliser n est pas nécessairement rationner. La mutualisation engendre même des surcoûts à court terme, auxquels il faut consentir, pour ensuite allouer de manière optimale les ressources disponibles. Ce qui peut vouloir dire redéployer si on ne fait pas le choix de diminuer la dépense. C est la définition même de la notion d économie. 28 La Lettre du cadre territorial mai 2014

15

16

17

18

19

20 Dossier Ressources humaines L intercommunalité, territoire stratégique pour la gestion prévisionnelle de l emploi et des compétences Le chapitre du rapport annuel 2012 de la Cour des comptes consacré à la gestion prévisionnelle des ressources humaines dans les collectivités locales regrette que «cette démarche anticipatrice (soit) très peu mise en œuvre». «Le recrutement se fait souvent au fil de l eau alors qu il devrait répondre à une analyse des besoins et ainsi contribuer à une meilleure adéquation entre postes et agents», souligne le rapport. GPEEC, GPRH Késako? La gestion prévisionnelle des ressources humaines (GPRH) «permet à une collectivité territoriale d anticiper les évolutions de ses ressources humaines et de rechercher la meilleure adéquation possible avec ses besoins» 1. La gestion prévisionnelle des effectifs, des emplois et des compétences (GPEEC) en est sa principale composante. Elle vise à permettre à la collectivité «d anticiper les évolutions futures de son organisation et de ses métiers, et de professionnaliser les ressources de la collectivité en vue d une meilleure qualité du service rendu aux usagers». La GPEEC est un «processus» qui consiste à «concevoir, mettre en œuvre, suivre et évaluer des plans d actions en fonction d objectifs déterminés». Elle concerne aussi bien les besoins quantitatifs (effectifs) que qualitatifs (adaptation des compétences des agents aux missions de la collectivité ainsi qu à ses moyens) 2. Pourquoi? Face à un contexte institutionnel et démographique mouvant et à un contexte financier contraint, la GPRH peut contribuer, selon la Cour des comptes, «à la reconquête ou à la préservation de marges de manœuvre par les collectivités, en adaptant la gestion de leur principal poste de dépenses de fonctionnement». La Cour cite ainsi l augmentation des dépenses de personnel (27,8 milliards d euros en 1998 ; 51,7 milliards d euros en 2010), mais aussi le vieillissement et le déficit de qualifications du personnel territorial, les transferts de personnel, les déficiences de l organisation et de la présence au travail Pour qui? La Cour recommande la GPRH principalement aux collectivités «d une certaine importance, d environ à habitants, ou à partir de 500 agents». Est-ce à dire que 97 % des communes (soit le pourcentage de communes comptant moins de habitants) se passeraient de gestion prévisionnelle de leurs ressources humaines? Pour elles, la solution est évidemment intercommunale Pourquoi l échelle intercommunale? Selon le CNFPT et la DGCL 3, les communes (et leurs établissements publics) de moins de habitants comptent, en moyenne, 14 agents (541 pour celles situées entre et habitants ; pour celles de plus de ). Une analyse des ressources humaines ne pourrait naturellement pas être réalisée à cette échelle. cour des comptes / émile Lombard «Une meilleure articulation entre les moyens dont disposent les communes et ceux dont disposent les structures intercommunales pourrait être recherchée.» Didier Migaud, Premier président de la Cour des comptes, lors de la présentation à la presse du rapport public annuel 2012, le 8 février L échelle du bassin de vie offre une vision plus large de l état des compétences et la possibilité de le mettre en corrélation avec l évolution des besoins en matière de services publics. Cette prise de recul est d autant plus urgente que 84 % des effectifs du bloc communal se situent dans les communes et leurs établissements publics (CCAS et caisses des écoles). Plus précisément, les communes et leurs établissements publics de moins de habitants regroupent la majorité des effectifs municipaux avec agents, selon le CNFPT. Quelles sont les grandes étapes du process? Selon la Cour des comptes, la mise en place d une gestion prévisionnelle des ressources humaines dépend d abord de la volonté des exécutifs locaux. La démarche prévisionnelle passe par l analyse de la structure existante de la population d agents. À cette population sont appliqués des flux naturels ou contraints, pour déterminer les ressources futures. Les objectifs stratégiques doivent ensuite être appréciés en effectifs, en métiers et en compétences, afin de déterminer les besoins futurs. La mise en regard des ressources et des besoins permet un diagnostic d écart débouchant sur des plans d action. Hier, Stéphane surveillait les chantiers de ravalement des équipements de sa commune aujourd hui, il est maître d ouvrage d une opération de réhabilitation de 200 logements sociaux. illustrations : anaïs bernabé Comment s'y prendre? La Cour des comptes formule 11 recommandations aux collectivités. 1 - Intégrer les ressources humaines et leur gestion prévisionnelle dans la stratégie globale de la collectivité : - exploiter les bilans sociaux de manière dynamique et prospective ; - intégrer la dimension des RH dans les études d impact préalables ; - définir les besoins sur le moyen terme et évaluer les écarts à résorber ; - éclairer et orienter la prise en compte de la 12 N Mai 2012 AdCF Intercommunalités

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte.

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte. SYNTHESE Dans le contexte actuel de recherche d une administration territoriale toujours plus efficiente, la loi de réforme des collectivités territoriales (loi RCT) a pour objectif principal de faire

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

Bloc territorial communes /communauté comment organiser les synergies?

Bloc territorial communes /communauté comment organiser les synergies? Bloc territorial communes /communauté comment organiser les synergies? Mutualisations, territorialisation et plateforme de services aux communes claire.vigeant@chora.fr CHÔRA CONSEIL, 6 rue du 8 mai 1945,

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Conduire son schéma de mutualisation des services. ADGCF Aquitaine CDC de Montesquieu Martillac (33) 29 novembre 2013

Conduire son schéma de mutualisation des services. ADGCF Aquitaine CDC de Montesquieu Martillac (33) 29 novembre 2013 Conduire son schéma de mutualisation des services ADGCF Aquitaine CDC de Montesquieu Martillac (33) 29 novembre 2013 1 Proposition d une méthodologie pour conduire son schéma de mutualisation des services

Plus en détail

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre 25 MARS 2010 Fonction RH du cadre 1 une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la première agglomération

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

DGAFP 16/11/2006. Annexes à la circulaire relative aux conférences de gestion prévisionnelle des ressources humaines.

DGAFP 16/11/2006. Annexes à la circulaire relative aux conférences de gestion prévisionnelle des ressources humaines. DGAFP 16/11/2006 Annexes à la circulaire relative aux conférences de gestion prévisionnelle des ressources humaines. DGAFP - 2 - Annexe 1 Éléments constitutifs du dossier de conférence de gestion prévisionnelle

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Projet de réorganisation des expertises de la branche Famille

Projet de réorganisation des expertises de la branche Famille Direction du réseau Paris, le 21 février 2014 Projet de réorganisation des expertises de la branche Famille INC du 13 mars 2014 1 1. Contexte Les Prm ont été créés en 2002 et trouvent leur fondement dans

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL APIRAF La mobilité DRH - Grand Lyon Irène GAZEL une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

Communauté d Agglomération Orléans Val de Loire Mise en œuvre d'une nouvelle gouvernance entre l AgglO et les 22 communes membres

Communauté d Agglomération Orléans Val de Loire Mise en œuvre d'une nouvelle gouvernance entre l AgglO et les 22 communes membres Communauté d Agglomération Orléans Val de Loire Mise en œuvre d'une nouvelle gouvernance entre l AgglO et les 22 communes membres Diagnostic de l organisation et des politiques publiques des collectivités

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE Mylène COULAUD cadre supérieur de santé Olivier RASTOUIL directeur des ressources humaines

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

Conduire une opération de changement de statut. 29/03/2009 Jean BRETIN 1

Conduire une opération de changement de statut. 29/03/2009 Jean BRETIN 1 Conduire une opération de changement de statut 29/03/2009 Jean BRETIN 1 Préambule Changer, c est mourir un peu Pour certaines cultures d entreprise, c est mourir beaucoup! Le but de ce document est de

Plus en détail

La mutualisation des services : facteur de l intégration intercommunale?

La mutualisation des services : facteur de l intégration intercommunale? La mutualisation des services : facteur de l intégration intercommunale? F. Boulanjon, A. Choutet, J. Dezobry L. Dolique, F. Roussel-Devaux Elèves administrateurs territoriaux Promotion Robert Schuman

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

Capital Humain et Performance RH

Capital Humain et Performance RH Capital Humain et Performance RH Le bien-être performant, potentiel d avenir pour l entreprise Qualité de Vie et Santé au Travail Qualité de Vie et Santé au Travail, une opportunité pour se préparer aux

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Chef du service qualité, relations aux usagers et contrôle de gestion au sein de la Direction de l Environnement et de l énergie

Chef du service qualité, relations aux usagers et contrôle de gestion au sein de la Direction de l Environnement et de l énergie Chef du service qualité, relations aux usagers et contrôle de gestion au sein de la Direction de l Environnement et de l énergie Communauté d agglomération du Pays Ajaccien 1. La collectivité La Communauté

Plus en détail

La construction métropolitaine en Ile-de-France

La construction métropolitaine en Ile-de-France 1 La construction métropolitaine en Ile-de-France Eléments d actualité: La réforme territoriale Le devenir du Grand Paris 29 Novembre 2012 Intercommunalité et Métropolisation en Ile-de-France 2 Eléments

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée Nouveaux enjeux du mandat Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée - 121,8-117,1 Déficit budget Etat (en milliards d'euros) - 130,0-120,0-110,0-100,0-90,0-80,0-70,0-60,0-50,0-40,0-30,0-20,0-10,0

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Le Pacte Financier et Fiscal, outil au service du développement et des solidarités territoriales. Synthèse. Paris, le 19 février 2013

Le Pacte Financier et Fiscal, outil au service du développement et des solidarités territoriales. Synthèse. Paris, le 19 février 2013 Le Pacte Financier et Fiscal, outil au service du développement et des solidarités territoriales Synthèse Paris, le 19 février 2013 1 SOMMAIRE 1. Pourquoi mettre en place ou actualiser un Pacte Financier

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Fiche de présentation du CDG60

Fiche de présentation du CDG60 Fiche de présentation du CDG60 Établissement public départemental à caractère administratif, le Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de l Oise (Cdg60) est un établissement chargé du suivi

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic d une association les grandes étapes»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic d une association les grandes étapes» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Le diagnostic d une association les grandes étapes» Points clés Le diagnostic, un outil incontournable! C est en prenant en compte ces éléments que l association peut

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Les différentes formes de mutualisation

Les différentes formes de mutualisation 14ème rencontre des Intercommunalités iséroises Crolles 18 juin 2015 Le schéma de mutualisation : le cadre, le contenu et la méthode L exemple de la CA du Pays voironnais Le cadre et les enjeux Les différentes

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions

Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions La fusion des Départements et des Régions -parfois des Départements avec certaines

Plus en détail

ORIENTATIONS POLITIQUES STRATEGIE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES : MIEUX ANTICIPER ET GERER LE CHANGEMENT 8 octobre 2013

ORIENTATIONS POLITIQUES STRATEGIE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES : MIEUX ANTICIPER ET GERER LE CHANGEMENT 8 octobre 2013 Introduction : ORIENTATIONS POLITIQUES STRATEGIE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES : MIEUX ANTICIPER ET GERER LE CHANGEMENT 8 octobre 2013 1. Dans sa réponse au Livre vert de la Commission européenne

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT. Démarches et processus de mobilité

MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT. Démarches et processus de mobilité Guide pratique 1 / 5 MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT Démarches et processus de mobilité 1. La gestion prévisionnelle des ressources humaines

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

Les pratiques de gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et des compétences (GPEEC) dans les collectivités territoriales

Les pratiques de gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et des compétences (GPEEC) dans les collectivités territoriales Les pratiques de gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et des compétences (GPEEC) dans les collectivités territoriales Rencontre des collectivités - 17 janvier 2014 Direction de l observation

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

GRH1: Etre Responsable Formation

GRH1: Etre Responsable Formation 10 FORMATION ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES GRH1: Etre Responsable Formation - Présenter les enjeux et politiques de la fonction de responsable - Avoir une vision globale du métier et de ses évolutions

Plus en détail

Orientations pour une réforme d Action Logement 9 avril 2015 UESL

Orientations pour une réforme d Action Logement 9 avril 2015 UESL Orientations pour une réforme d Action Logement 9 avril 2015 UESL 1 Les Partenaires sociaux ont adopté un projet de réforme d Action Logement qui sera mise en œuvre avant fin 2016. Objectifs poursuivis

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE LE PLAN DE FORMATION 2 CONTEXTE L article 7 de la loi de 1984 modifié par l article 7 de la loi du 19 février 2007 stipule que : «Les régions, les départements,

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale

Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale Les 4 principes directeurs 4 principes directeurs pour développer l Administration numérique territoriale a. Une gouvernance

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018 La contractualisation Caf / Collectivités territoriales Le Renouvellement des Cej 2015-2018 Sommaire 1. La contractualisation avec la Caf : > les principes Rappel : Cej Une nouveauté : la Ctg La gouvernance

Plus en détail

Au cœur de l emploi public local

Au cœur de l emploi public local Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de l Isère Au cœur de l emploi public local www.cdg38.fr Nous connaître Nos missions Le Centre de Gestion est un établissement public administratif

Plus en détail

La loi «nouvelle organisation territoriale de la République» Loi NOTRe. 2 Octobre 2015

La loi «nouvelle organisation territoriale de la République» Loi NOTRe. 2 Octobre 2015 La loi «nouvelle organisation territoriale de la République» Loi NOTRe 2 Octobre 2015 8 place Charles de Gaulle 05130 TALLARD Tél : 04.92.43.50.81 / Fax : 04.92.43.51.07 Email : contact@maires05.com /

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

Gestion Prévisionnelle des emplois et des compétences. Présentation. Christian Jouvenot

Gestion Prévisionnelle des emplois et des compétences. Présentation. Christian Jouvenot 1 Gestion Prévisionnelle des emplois et des compétences Présentation Christian Jouvenot Introduction 2 L Etat a mis en place un dispositif d'aide au conseil aux entreprises pour l'élaboration de plans

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale?

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Atelier n 2 du 01 Juillet 2011 Les entreprises au cœur de la GPEC T Expérimentation MODEL 74 (bassin d Annecy) Extraits du bilan en cours Chantal

Plus en détail

Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences

Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences Atelier n 18 Benoit QUIGNON, Directeur général, Communauté urbaine de Lyon - Grand Lyon Jean-Gabriel MADINIER,

Plus en détail

RP1 / Mutualisation, territorialisation, réforme territoriale : quelles opportunités pour une gestion innovante des ressources humaines?

RP1 / Mutualisation, territorialisation, réforme territoriale : quelles opportunités pour une gestion innovante des ressources humaines? RP1 / Mutualisation, territorialisation, réforme territoriale : quelles opportunités pour une gestion innovante des ressources humaines? Animatrice : Ancienne élève administrateur territorial INET-CNFPT,

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DE L INRA...

PRESENTATION GENERALE DE L INRA... Marché à procédure adaptée (MAPA) pour l assistance à maîtrise d ouvrage afin d accompagner l Inra dans la phase de lancement de l instrumentation de ses processus sur le périmètre fonctionnel de la gestion

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique Le dispositif d évaluation dans la fonction publique page 1 PLAN Présentation du dispositif d évaluation Enjeux de l évaluation en matière de management et de GRH page 2 L entretien professionnel en pratique

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

MUTUALISATION : ET LES RH DANS TOUT CA? 28 ET 30 AVRIL 2015

MUTUALISATION : ET LES RH DANS TOUT CA? 28 ET 30 AVRIL 2015 MUTUALISATION : ET LES RH DANS TOUT CA? 28 ET 30 AVRIL 2015 SOMMAIRE INTRODUCTION L INTEGRATION LES DIFFERENTS CAS DE FIGURE LES PROCEDURES A METTRE EN ŒUVRE L ACCOMPAGNEMENT AU CHANGEMENT LES EXIGENCES

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

09h00 - Accueil. 09h15 - Introduction institutionnelle. 09h30 - Conférence introductive QUELLES EVOLUTIONS POSSIBLES DE LA LOI RCT?

09h00 - Accueil. 09h15 - Introduction institutionnelle. 09h30 - Conférence introductive QUELLES EVOLUTIONS POSSIBLES DE LA LOI RCT? 09h00 - Accueil 09h15 - Introduction institutionnelle 09h30 - Conférence introductive QUELLES EVOLUTIONS POSSIBLES DE LA LOI RCT? Un an après la loi du 16 décembre 2010, quel regard peut-on porter, à la

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

09h15 - Introduction institutionnelle par Sylvie GUILLET, directrice de l INSET de Dunkerque

09h15 - Introduction institutionnelle par Sylvie GUILLET, directrice de l INSET de Dunkerque Fil rouge et animation de l'atelier : Joseph CARLES, maître de conférences à l'institut d'études politiques de Toulouse et intervenant régulier à l INET (Institut national d études territoriales), adjoint

Plus en détail