EDEC : un accord qui fait consensus // p. 11 Spécialisation et efficacité des intermédiaires du placement // p. 14

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EDEC : un accord qui fait consensus // p. 11 Spécialisation et efficacité des intermédiaires du placement // p. 14"

Transcription

1 le magazine Professionnels de l intérim, services et métiers de l emploi n 11-2 e trimestre 2009 EDEC : un accord qui fait consensus // p. 11 Spécialisation et efficacité des intermédiaires du placement // p. 14 Les salariés permanents face à l émergence de nouvelles prestations

2

3 Agences d emploi, premiers opérateurs privés du recrutement Sommaire le magazine Professionnels de l intérim, services et métiers de l emploi n 11-2 e trimestre 2009 Depuis 2007, la profession est devenue le premier opérateur privé dans le domaine du recrutement : recrutements réalisés pour le compte d entreprises et en Cette nouvelle activité a été prise à bras-le-corps dès 2005 par la profession. Deux cent quinze entreprises ont réalisé des prestations de recrutement en Ces services sont proposés à tous types d entreprises, et notamment aux PME-TPE régionales. La part des établissements de moins de 50 salariés représente en effet 52 % des recrutements réalisés par les agences d emploi, dont un tiers concerne les établissements de moins de vingt salariés. Les recrutements concernent à 72 % des CDI et bénéficient à tout type de qualification consolidant ainsi un service dédié aux employés, techniciens et ouvriers même si la part des cadres est celle qui progresse le plus fortement en Enfin il est intéressant de noter que les agences d emploi proposent à leurs clients d autres services que le recrutement, tels que l analyse de CV, les évaluations de candidats positionnant ainsi notre profession comme le spécialiste des ressources humaines. L étude réalisée par Amnyos consultants pour le compte de notre Observatoire analyse les compétences des salariés permanents et la nouvelle activité que constitue le recrutement (cf. dossier). Cette étude est intéressante à plus d un titre. Elle révèle notamment que la nouvelle offre de services des agences d emploi est bien connue. 57 % des entreprises interrogées ont déjà fait appel aux agences d emploi pour pourvoir un poste en CDI-CDD et 86 % sont satisfaites du service rendu. Il nous faut donc poursuivre dans cette voie : satisfaire nos candidats et nos clients! Arnaud de la Tour, Président du Prisme Les agences d emploi proposent à leurs clients d autres services que le recrutement, tels que l analyse de CV, les évaluations de candidats positionnant ainsi notre profession comme le spécialiste des ressources humaines. p. 4-5 // p. 6-9 // p // Dépêches p // Dominique Villepreux, présidente de la Commission PME Le PRISME en campagne p. 16 // avec la Sécurité routière Une convention de partenariat entérine le nouveau positionnement de l ESMAE Dossier Les salariés permanents face à l émergence de nouvelles prestations Point de vue EDEC : un accord qui fait consensus Accord sur la formation professionnelle du 7 janvier 2009 p. 17 // p. 18 // Passerelle Spécialisation et efficacité des intermédiaires du placement En région Charte de partenariat pour l amélioration de la prévention des risques professionnels des intérimaires du BTP Repères Vient de paraître

4 Dépêches Rui Jorge Marto Congrès annuel de la CIETT Lisbonne a accueilli les 28 et 29 mai 2009 le congrès mondial de la Confédération internationale des Agences d Emploi privées (CIETT), au cours duquel les participants ont pu évaluer la situation du secteur dans différents pays du monde et réfléchir aux solutions pour faire face à la crise. La délégation française, représentée par Marc Riou et François Roux, a constaté que les pays les moins touchés par la chute de l activité (l Angleterre et les Pays-Bas), le sont notamment en raison de l ouverture de l activité dans le service public. L intérim français reste parmi les plus touchés, tandis que l Espagne accuse une chute de 50 % depuis janvier 2008, tant en nombres d heures travaillées qu en nombre de missions attribuées. La prochaine conférence se tiendra au Brésil, à São Paulo en mai % 94% Chiffres clés des adhérents ayant participé au sondage considèrent que le PRISME est un bon porte-parole de la profession : c est le résultat de l enquête de satisfaction réalisée auprès des adhérents du PRISME au premier trimestre À retenir également : des sondés estiment que leur organisation professionnelle est à l écoute de ses adhérents, et 85 % sont satisfaits par la qualité des informations de PRISME le magazine. Un grand merci aux lecteurs du magazine! Dominique Villepreux, présidente de la commission PME 04 DR Pouvez-vous nous présenter la commission PME du PRISME La commission PME se réunit six fois par an autour d une dizaine de chefs d entreprise de la profession. En tant que présidente, j ai la responsabilité d être à l écoute des membres de la commission mais aussi de toutes les PME, y compris celles qui ne participent pas à nos travaux. Pour mieux nous faire connaître, nous avons lancé cette année la newsletter «Perspectives PME», dans laquelle nous proposons aux entreprises qui le souhaitent de nous contacter par Existe-t-il une spécificité des PME dans le travail temporaire Oui et non, je m explique. Dans l intérim, l outil de travail, c est l agence et le cadre de travail c est la réglementation du travail temporaire. Il n y a de ce point de vue aucune différence entre une PME locale et une firme multinationale. Pourtant, les PME et les grands réseaux n ont pas les mêmes typologies de clients et ne développent pas le même type de relation. Sur quels dossiers la commission PME a-t-elle travaillé récemment? Deux principaux dossiers : les délais de paiement et l assurance-crédit. Sur les délais de paiement nous avons soutenu une position ferme : compte tenu du contexte conjoncturel, le PRISME ne doit signer aucun accord dérogatoire visant à rallonger la durée des délais de paiement. Le conseil d Administration s est rallié à notre vision. Sur l assurance-crédit, toutes les agences d emploi ne sont pas concernées. Toutefois à la demande de la commission PME, le PRISME a engagé des démarches déterminées. Nous avons pris contact avec le ministère de l Économie et le médiateur crédit et avons fait valoir notre position : il faut permettre aux agences d emploi de disposer de la garantie nécessaire pour remplir leur mission. Le 12 mai dernier, l Etat a annoncé la mise en place de la garantie CAP + qui vise à substituer la caisse centrale de réassurance aux assureurs crédit pour la couverture d entreprises en situation de risque intermédiaire devenues non assurables : 5 milliards d euros de risques pourront ainsi être couverts d ici le 31 décembre Des mesures visant à mieux encadrer les pratiques des assureurs crédit ont également été prises : les assureurs crédits ne peuvent plus désormais réduire ou annuler leur garantie du jour au lendemain mais doivent prévoir un préavis d un mois. Ces mesures ne nous paraissent toutefois pas encore à la hauteur des enjeux et nous poursuivons nos actions sur ce dossier. Par ailleurs, sur un sujet connexe, le PRISME demande qu en cas de dépôt de bilan d un client, les prestations d intérim qui correspondent à des salaires, deviennent prioritaires dans la liste des créances.

5 05 Le PRISME à l honneur Claude Deroure, président d honneur du PRISME et président de Bepa Europe a reçu le 28 mai 2009 les insignes d officier de la Légion d honneur de Christine Lagarde, ministre de l Économie, de l Industrie et de l Emploi. Portage salarial : où en sont les négociations? Après avoir échangé avec les fédérations patronales du portage, le PRISME et les cinq syndicats de salariés se sont réunis le 5 juin dernier pour négocier un projet d accord. Il s agit de la sixième réunion. L enjeu est important pour le secteur de l intérim : réussir à construire un cadre juridique opérationnel, adapté à cette nouvelle forme de relation salariale, entre une personne qui choisit son client et une entreprise de portage dont la mission est d organiser le régime de la personne portée. La loi de modernisation du travail, publiée en juin 2008, prévoit un délai de deux ans pour la conclusion d un accord avec les partenaires sociaux. DR Le PRISME en campagne avec la Sécurité routière Conscient des progrès à réaliser en matière de prévention du risque routier, le PRISME a conclu le 22 avril 2008 une charte de partenariat avec la Délégation interministérielle à la Sécurité routière, qui a pour objectif de sensibiliser les salariés permanents et les intérimaires aux risques routiers. La campagne d affichage réalisée sur le thème du portable au volant reprend les messages et les visuels de la Sécurité routière. Diffusée dans les agences d emploi, cette campagne sera suivie, dans le courant du deuxième semestre 2009, par d autres actions de communication visant à rappeler aux salariés les réflexes de prévention à adopter sur la route. MINEIE/Ph. Ricard Une convention de partenariat entérine le nouveau positionnement de l ESMAE DR Le 15 avril dernier, la signature de la convention de partenariat entre le PRISME et les trois chambres de commerce et d industrie partenaires de l ESMAE (École supérieure des métiers des agences d emploi), a confirmé l évolution du nom et des programmes initialement dispensés par l ENACTT (École nationale des cadres du travail temporaire). Guy Mathiolon, Jean-François Bernardin et Joël Blandin, respectivement présidents de la CCI de Lyon, de Versailles Val-d Oise/ Yvelines et du Maine-et-Loire, Jacques Caroën, président de l ESMAE, et Arnaud de la Tour, président du PRISME, se sont réunis pour établir un nouveau programme d étude, commun aux trois établissements de Lyon, Saint-Germain-en-Laye et Angers. Ce nouveau positionnement répond à l évolution des métiers des agences d emploi : recrutement en CDI-CDD pour le compte d entreprises, accompagnement de demandeurs d emploi en partenariat avec le service public de l emploi. En proposant notamment des cycles complets de formation continue à destination des professionnels, l ESMAE est adaptée aux nouvelles exigences des métiers de la profession. De gauche à droite : Marie-Josée Magnac, directrice de la formation de la CCI Maine-et-Loire, Guy Mathiolon, président de la CCI de Lyon, Arnaud de la Tour, président du PRISME, et Jean-François Bernardin, président de la CCI de Versailles Val-d Oise/Yvelines.

6 DOSSIER Les salariés permanents face à l émergence de Depuis la loi du 18 janvier 2005, les agences d emploi peuvent désormais proposer des prestations de recrutement en CDI et CDD pour le compte d entreprises. Ces nouvelles activités ont fait l objet d une étude réalisée par l Observatoire du Travail Temporaire dont voici les principales conclusions. Rémi Delille 06 Les recrutements en intérim et en CDI ou CDD présentent de nombreux points communs. En effet, l étude de l Observatoire du travail temporaire confiée au cabinet Amnyos avec l appui du Lab Ho, montre que certaines étapes sont identiques : définition d un poste de travail, recherche de candidats, sélection, évaluation des candidatures, et suivi de la satisfaction de l entreprise cliente. Cependant, le dosage entre ces différents points diffère quelque peu suivant le type de recrutement. Par exemple, Nathalie Fournier, responsable d une agence d emploi en Ile-de-France, spécialisée dans l assurance, détaille les huit étapes du recrutement en CDD-CDI : il s agit tout d abord de la définition du poste et du profil recherché avec un cahier des charges formalisé. Puis, c est la recherche du candidat, à partir de différents outils de sourcing. En accord avec le client, le permanent peut diffuser une annonce dans un journal ciblé. Il se charge ensuite d un entretien téléphonique de préqualification du candidat. Phase suivante : présentation de l entreprise et du poste au candidat. Un entretien approfondi est alors programmé, afin d évaluer le savoir-faire et le savoir être du candidat. Il s agit d une évaluation basée sur des tests de personnalité afin d estimer ses aptitudes selon cinq à quinze critères d analyse : autonomie, sens de l organisation, initiative, rigueur dans la méthode Une synthèse est ensuite rédigée et envoyée par mail à l entreprise, avec le CV du candidat. Le salarié permanent assure ensuite le suivi de l intégration du candidat durant la période d essai, avant de

7 07 nouvelles prestations dresser un bilan et une évaluation de la prestation de l agence d emploi. Pour Nathalie Fournier, «le démarrage de nos services pour le recrutement s est effectué dès la promulgation de la loi de Dans notre agence spécialisée depuis près de vingt ans dans les métiers de l assurance, nous avons constaté que notre mode de recrutement en intérim et en CDD-CDI était assez proche». Dans le cas du travail temporaire, si le processus est donc souvent similaire, il est cependant un peu moins détaillé et formalisé. Ainsi, l évaluation du savoir être du candidat est optionnelle. Plus globalement, en CDD-CDI, il faut compter une moyenne de deux ou trois semaines pour l ensemble des étapes, alors que pour l intérim, la réactivité imposée exige des délais plus courts, parfois d une seule journée. En effet, la tendance en intérim, repose sur une mise en relation rapide entre une offre et une demande d emploi alors qu un recrutement pour un poste en CDI ou CDD représente pour une entreprise un investissement de long terme qui implique d avantage de conséquences. Quelques différences marquantes Pour l intérim, les salariés permanents doivent prendre en considération un volet de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences : connaître le vivier d intérimaires, anticiper les besoins des entreprises sur un bassin d emploi Leur travail comprend la formalisation de données, permettant d élaborer les contrats des intérimaires. Par ailleurs, ils doivent développer des actions commerciales essentiellement sédentaires, s articulant avec l activité d un salarié permanent spécialiste de l activité commerciale. Leur activité s appuie sur une dimension de gestion des flux assez importante. Pour le recrutement en CDD-CDI, les professionnels des agences d emploi cumulent souvent des activités de recrutement et de prospection commerciale auprès Les entreprises clientes approuvent la réactivité des agences d emploi, due à leur habitude de fonctionner dans des délais très courts pour l intérim et à leur large vivier de candidats. L activité de recrutement en 2008 Le nombre de recrutements effectués est de l ordre de , soit une augmentation de 26 % par rapport à l année précédente. Parmi les établissements ayant bénéficié de l activité de recrutement des agences d emploi, les entreprises de moins de 20 salariés (32 %) ont fortement progressé, au détriment des structures de plus grande taille (22 % d entreprises de plus de 200 salariés et 26 % d entreprises de 50 à 200 salariés). Au niveau de la répartition par activité, on constate un renforcement du commerce et des autres services, qui progressent de respectivement 3 et 2 points : 4industrie : 30 % 4services aux entreprises : 26 % 4autres services : 13 % 4commerce : 18 % 4autres services : 13 % 4BTP : 8 % 4transport : 5 % Les CDI progressent sensiblement en atteignant 77 % de l ensemble des recrutements. Les cadres représentent plus d un recrutement sur 5, tandis que la part des ouvriers diminue : 4employés : 34 % 4techniciens et agents de maîtrise : 23 % 4cadres : 21 % 4ouvriers qualifiés : 14 % 4ouvriers non qualifiés : 8 % Enfin, régionalement, l activité recrutement se concentre à 57 % sur quatre régions : Ile-de-France (31 %), Rhône-Alpes (13 %), Nord Pas de Calais (7 %) et Pays de la Loire (6 %).

8 DOSSIER 08 Nathalie Fournier, responsable d une agence d emploi en Ile-de-France. d entreprises clientes. Certains d entre eux jouent le rôle de force de proposition au sein d une stratégie commerciale. Les activités de prospection dont ils ont la charge se distinguent de la simple gestion d un portefeuille clients déjà existant. Ils doivent être en mesure de qualifier de manière très détaillée le poste à pourvoir et formaliser par écrit de manière approfondie certains éléments comme la description du poste de travail ou le compte rendu adressé à l entreprise cliente. Il leur échoit de se conformer à des objectifs chiffrés sur l activité recrutement et aussi, dans certains cas, sur l activité commerciale. Un modèle à construire ou renforcer Le positionnement des agences d emploi sur le recrutement en CDD-CDI date de L organisation diffère en fonction des réseaux. Ainsi dans certaines agences d emploi, ce sont les mêmes consultants qui s occupent des recrutements en intérim et en CDD-CDI à partir du moment où le poste à pourvoir correspond à un emploi de cadre. Il arrive parfois que certaines agences créent une filiale dédiée à ces recrutements en CDD-CDI. Dans certains cas, la même enseigne se charge des deux types de recrutement, soit avec des collaborateurs différents, soit avec le même salarié permanent. L étude de l Observatoire du travail temporaire bat en brèche certaines idées reçues, telle que : le recrutement en intérim est plus rapide, mais il ne requiert pas de compétences particulières. Or, les faits prouvent que les recruteurs en intérim ne disposent pas nécessairement des mêmes compétences que les recruteurs en CDD-CDI. Une image déjà bien identifiée La nouvelle offre de service des agences d emploi pour le recrutement en CDD-CDI semble bien connue des entreprises et des candidats. Ainsi, l étude de l Observatoire du Travail temporaire pointe que 57 % des entreprises interrogées ont déjà fait appel aux DR agences d emploi pour pourvoir un poste en CDD- CDI. Elles sont 86 % à se déclarer satisfaites du service rendu. En parallèle, 47 % des entreprises qui n ont jamais fait appel aux agences d emploi pour ce type de recrutements se déclarent disposées à y avoir recours. D une manière générale, les entreprises clientes approuvent la réactivité des agences d emploi, due à leur habitude de fonctionner dans des délais très courts pour l intérim et à leur large vivier de candidats. Les entreprises apprécient aussi la possibilité de se trouver face à un interlocuteur capable de se positionner sur le marché du recrutement en CDI-CDD de non-cadres, ce qui constitue une nouvelle offre de services. Nathalie Fournier exprime un avis analogue : «Nos clients nous ont réservé un très bon accueil, d autant plus que nous connaissons très bien notre bassin d emploi, nos entreprises et nos interlocuteurs. Ils nous font confiance pour les deux types de prestations sachant qu auparavant, l intérim leur servait aussi à trouver des candidats qu ils embauchaient par la suite en CDI. Mais il est vrai qu ils ont tendance à s adresser à un cabinet de recrutement pour un cadre de direction. S ils nous en font la demande, nous les dirigeons vers notre agence spécialisée dans ce type de recrutement.» Les candidats quant à eux, estiment, à plus de 35 %, que la réponse à une offre diffusée par une agence d emploi constitue une ressource mobilisable dans le cadre de la recherche d un emploi en CDD-CDI. Nathalie Fournier rend compte d un plus grand afflux de personnes venant déposer leur candidature pour une opportunité de CDD-CDI : «Pour eux, c est un peu la suite logique.» Des atouts décisifs Pour se démarquer face à leurs concurrents sur le thème du recrutement en CDD-CDI, les agences l insertion professionnelle des Les agences d emploi ont désormais la possibilité de se positionner comme prestataires pour le placement de chômeurs, et de répondre à ce sujet, aux appels d offres de Pôle Emploi. Pôle Emploi a lancé au printemps un appel d offres auprès des opérateurs privés de l emploi. Il se compose de 66 lots de marchés de services d insertion professionnelle auprès des demandeurs d emplois et concerne deux types de prestations : «Trajectoire Emploi» et «accompagnement des licenciés économiques». Objectifs : proposer un placement durable et un accom- Prisme le magazine n 10 // 1 er trimestre 2009

9 09 d emploi peuvent compter sur des avantages spécifiques : la réactivité et le maillage territorial. La proximité géographique représente en effet, un atout important pour une maîtrise de la connaissance du bassin d emploi local, des entreprises et de l activité économique. À cette liste, Nathalie Fournier ajoute «notre vivier de candidats potentiels sur des missions d intérim est apte à être activé pour des recrutements en CDD-CDI». Pour améliorer encore la différenciation entre les agences d emploi et la concurrence, Gilles Bensaïd du cabinet Amnyos préconise «d instaurer une relation plus personnalisée aussi bien avec les demandeurs d emploi qu avec les entreprises. Il s agit de privilégier un modèle de type artisanal, sur-mesure, plutôt qu un modèle industriel». Les compétences des salariés permanents Le passage du statut de consultant en recrutement en intérim à celui de consultant en CDD-CDI peut parfois nécessiter un besoin de formation complémentaire, d accompagnement ou de tutorat avec une personne expérimentée. «Bien sûr, précise Gilles Bensaïd, ce n est pas utile pour les agences d emploi qui ont embauché du personnel spécialisé dans ce métier de recrutement en CDD-CDI en vue de faire face à ces nouvelles prestations.» Il tient cependant, à nuancer l idée selon laquelle un recruteur en intérim semble avoir vocation à devenir tout naturellement recruteur en CDD ou en CDI : «Nous avons rencontré de très bons recruteurs en intérim qui se sont ennuyés sur le métier de recruteur en CDI-CDD, qu ils trouvaient moins dynamique et moins terrain.» La progression n a donc rien d automatique et elle génère plusieurs questions : comment repérer ceux qui sont susceptibles d évoluer? Quel accompagnement des évolutions professionnelles faut-il réaliser par une politique de formation adaptée? Dans l agence dirigée par Nathalie Fournier, un accompagnement a été institué pour les commerciaux en charge de la vente de cette nouvelle prestation et pour les consultants en recrutement. «Ces derniers ont appris à rédiger une synthèse détaillée, réaliser un entretien d évaluation, notamment du savoir être des candidats. D ailleurs, cette évaluation ne peut être menée que par un chargé de recrutement habilité. Pour garder son habilitation, il doit réaliser un minimum d évaluations dans l année.» Quelques pistes pour demain L étude de l Observatoire du travail temporaire s achève par plusieurs préconisations. L une d elles concerne la nécessité de différencier les fonctions de recrutement en CDD-CDI et en intérim. Il semblerait judicieux, par ailleurs, de communiquer sur ces métiers et leurs différences auprès des étudiants ou des jeunes diplômés concernés. DR Gilles Bensaïd, consultant au cabinet Amnyos. demandeurs d emploi pagnement intensif, individualisé et pérenne (de 6 à 12 mois). La prestation «trajectoire emploi» concerne demandeurs d emploi en difficulté d insertion. Il s agit d accompagner le demandeur d emploi tout au long de sa recherche (pendant 6 mois maximum) puis d assurer un suivi de 3 mois s il est embauché. La prestation d accompagnement des licenciés économiques s adresse à demandeurs d emploi, adhérents au dispositif CRP (Convention de Reclassement Personnalisé). Elle dure au maximum 12 mois et comprend des bilans intermédiaires réguliers. Pour Nathalie Fournier, «la problématique des demandeurs d emplois n est pas nouvelle pour nous, car nous sommes positionnés depuis plusieurs années comme un acteur RH complet au service de l emploi. Nous sommes en capacité d accompagner, évaluer et diriger les candidats de Pôle Emploi. Par ailleurs, cette population n est pas si différente d une partie des intérimaires qui s adressent à nous, et sont de fait, en situation d éloignement de l emploi». La notification des marchés est fixée à la mi-juillet. Prisme le magazine n 10 // 1 er trimestre 2009

10

11 Point de vue EDEC : un accord qui fait consensus 11 Après la signature le 25 mai dernier de l accord-cadre national EDEC (Engagement de développement de l emploi et des compétences) dans la branche du travail temporaire, qui offre de nouveaux outils et de nouveaux moyens à une profession touchée par la crise, Isabelle Duc, vice-présidente du FAF-TT, et Sébastien Delahaye, membre de la Commission paritaire nationale de l emploi (CPNE) du Travail temporaire (section CFDT), reviennent sur les enjeux de cet accord pour la branche. DR Qu est-ce que l EDEC et quelles sont les raisons de sa signature? Isabelle Duc : L engagement de Développement de l Emploi et des Compétences a été conclu par la CPNE du travail temporaire et l Etat. Cet accord a été signé par Laurent Wauquiez, secrétaire d État à l emploi, Arnaud de la Tour, président du PRISME, et les organisations syndicales de salariés, à l exception de la CGT. L objectif principal est d anticiper la reprise économique. Comme dans toute période de crise, certains métiers risquent de changer, d autres d émerger, d autres enfin de disparaître. Nous avons voulu être soutenus et accompagné dans la mise en œuvre d une action structurelle qui pouvait être co-pilotée par l Etat. Sébastien Delahaye : L EDEC se décline en deux parties : l ADEC et le CEP. L Action de développement des emplois et des compétences (ADEC), a pour objectif, grâce à la mise en place d actions collectives de formation, la mise en adéquation des compétences des salariés intérimaires, aujourd hui touchés par la crise, avec les besoins actuels en qualification et en main-d œuvre et les besoins futurs qui émergeront lors du retour de croissance. Le deuxième volet concerne le contrat d étude prospective (CEP) réalisé par l Observatoire du travail temporaire (OTT). En quoi consiste le CEP? I. D. : L OTT va réaliser des études sur les bassins d emploi les plus impactés par la crise, pour connaître les évolutions des métiers, et proposer des plans de formation adaptés. Ces études sont d ailleurs déjà en cours. Une dizaine de régions a été choisie par les partenaires sociaux. Nous attendons du CEP qu il définisse les qualifications demandées par les entreprises mais aussi qu il nous aide à définir les parcours de formation adéquats aux métiers de demain. S. D. : Il y a actuellement environ 10 à 15 % des missions qui ne sont pas pourvues. Nous souhaitons donc des éléments d analyse qui nous permettent d engager des actions afin de mettre en adéquation De gauche à droite : Bruno Marcenac et Jean Pare, CFE- CGC, Sébastien Delahaye, CFDT, Laurent Wauquiez, secrétaire d État chargé de l Emploi, Arnaud de la Tour, président du PRISME, Christelle Gillard, CGT-FO, Béatrice Le Hecho, CFTC.

12 Point de vue les compétences des salariés intérimaires et les missions qui ne sont pas encore pourvues. Plus globalement, nous attendons du CEP qu il prépare les salariés intérimaires à la reprise et leur permette un retour rapide au travail sur des bassins d emploi définis. Qu attendez-vous des opérations collectives? I. D. : Les opérations collectives de formation existent déjà dans le travail temporaire ; elles nous permettent de mettre en place des actions de formation dans les bassins d emploi qui le nécessitent, avec plusieurs agences d emploi. Nous allons pouvoir avancer sur ce point, car nous savons que cela fonctionne. Les opérations collectives vont être en grande partie financées par l Etat et mises en place par le FAF-TT. Il est prévu 240 opérations collectives en 2009 et L objectif est de former environ intérimaires dans le cadre du CIPI (Contrat d insertion professionnelle intérimaire) et du CDPI (contrat de développement professionnel intérimaire) entre 2009 et Jean-François Pilliard, délégué général de l UIMM. auquel sont parvenus les partenaires sociaux après huit séances de négociation, L accord est un accord novateur, équilibré et responsable. L objectif est de former salariés supplémentaires parmi les moins qualifiés ainsi qu un tiers de demandeurs d emploi en plus, soit chaque année. P. Delomieux/LaCompagnie 12 Julien Millet Isabelle Duc, vice-présidente du FAF-TT. S. D. : Ces opérations collectives sont des formations qui apporteront aux intérimaires des qualifications certifiées par des diplômes. Elles doivent permettre aux intérimaires sans mission d adapter leurs compétences aux besoins actuels et futurs, mais nous recherchons des résultats à court terme. Dans la mesure où cet accord est reconductible pour les années suivantes, nous nous mobiliserons à la CFDT pour le renouvellement de cet engagement de l Etat. C est encourageant pour la suite mais nous maintiendrons nos efforts pour que les moyens engagés soient supérieurs. La simplification de dispositifs existants Plusieurs dispositifs créés par les précédents accords ont bénéficié de différentes simplifications. Le plan de formation passe de trois à deux catégories. La première concerne les actions d adaptation au poste de travail ou celles liées à l évolution ou au maintien dans l emploi dans l entreprise, ces actions étant réalisées pendant le temps de travail. La seconde catégorie correspond au développement des compétences qui peuvent être réalisées en dehors du temps de travail. Le contrat de professionnalisation est renforcé et peut dorénavant bénéficier, avec des modalités d accompagnement spécifiques, à des publics plus éloignés de l emploi, conformément aux conclusions du Grenelle de l insertion. La période de professionnalisation pour les salariés ayant une qualification insuffisante par rapport à l évolution des technologies et des organisations, est revalorisée. DIF et CIF Des simplifications sont apportées au droit individuel à la formation (DIF) et au congé individuel de formation (CIF). Dans le cas où une demande de CIF est acceptée à la suite de demandes de DIF refusées durant deux exercices consécutifs, l entreprise n est plus amenée à verser le montant de l allocation de formation majorée du coût de la formation. Par ailleurs, la durée de la formation au titre du CIF est déduite du contingent d heures acquises par le salarié au titre du DIF. Enfin, plus généralement, une possibilité de mener un CIF en

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise Bilan 2008 & perspectives 2009 Surmonter la crise, préparer la reprise Dossier de presse 3 0 j u i n 2 0 0 9 Contacts presse - Agence Hopscotch Marion Paisant T : 01 58 65 00 45 mpaisant@hopscotch.fr Pauline

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3309 Convention collective nationale IDCC : 2272. ASSAINISSEMENT ET MAINTENANCE INDUSTRIELLE (1 re édition.

Plus en détail

BILAN ECONOMIQUE & SOCIAL 2011 PERSPECTIVES 2012

BILAN ECONOMIQUE & SOCIAL 2011 PERSPECTIVES 2012 BILAN ECONOMIQUE & SOCIAL 2011 PERSPECTIVES 2012 28 JUIN 2012 DOSSIER DE PRESSE 1 SOMMAIRE I. LE MODÈLE ÉCONOMIQUE DES AGENCES D EMPLOI EST TOURNÉ VERS LA CRÉATION D EMPLOI A. L intérim en 2011 1. En 2011,

Plus en détail

logique de parcours transdispositifs,

logique de parcours transdispositifs, PREFECTURE DE LA REGION MIDI-PYRENEES LA REFORME DE LA FORMATION PAR LES PARTENAIRES SOCIAUX Accord national interprofessionnel du 7 janvier 2009 sur le développement de la formation tout au long de la

Plus en détail

Convention-cadre nationale entre Pôle emploi et UNIFORMATION

Convention-cadre nationale entre Pôle emploi et UNIFORMATION CONVENTION Convention-cadre nationale entre Pôle emploi et UNIFORMATION POUR LE PLACEMENT, LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET L ACCOMPAGNEMENT DES TRANSITIONS PROFESSIONNELLES DES DEMANDEURS D EMPLOI

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

L ANI du 7 janvier 2009 : Quels changements pour l entreprise? Club RH 4 juin 2009

L ANI du 7 janvier 2009 : Quels changements pour l entreprise? Club RH 4 juin 2009 L ANI du 7 janvier 2009 : Quels changements pour l entreprise? Club RH 4 juin 2009 Présentation de l ANI du 7 janvier 09 Sylvie GRANSAGNE, juriste en droit social UIMM Belfort- Montbéliard La réforme de

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3125 Convention collective nationale IDCC : 1586. INDUSTRIES CHARCUTIÈRES (Salaisons, charcuteries,

Plus en détail

Générations. Anticipation de l Évolution des Carrières Professionnelles. Des Repères pour l Action. Toutes les

Générations. Anticipation de l Évolution des Carrières Professionnelles. Des Repères pour l Action. Toutes les Toutes les Générations www.toutes-les-generations-en-entreprise.com Direction Départementale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle du Val d Oise PLAN ÉGALITÉ ACCÈS À L EMPLOI ET DANS

Plus en détail

Emplois d avenir GUidE de l EmploYEUr

Emplois d avenir GUidE de l EmploYEUr Emplois d avenir GUIDE DE L EMPLOYEUR GUIDE DE L EMPLOYEUR La jeunesse est la priorité du quinquennat qui s ouvre. Son avenir mobilisera le Gouvernement dans de nombreux domaines et notamment ceux de l

Plus en détail

Les compétences des permanents face à la nouvelle activité que constitue le recrutement en CDI et en CDD

Les compétences des permanents face à la nouvelle activité que constitue le recrutement en CDI et en CDD Les dossiers de l Obser vatoire du Travail Temporaire Juillet 2009 Les compétences des permanents face à la nouvelle activité que constitue le recrutement en CDI et en CDD Sommaire 1 Introduction 3 1.1

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE ACCORD

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés 1 Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés La réforme de la formation professionnelle a été publiée au Journal officiel mars 2014. Nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles Le système de la formation professionnelle en France Mars 2010 AEFP Bruxelles sommaire La formation tout au long de la vie Le cadre réglementaire L historique La réforme de 2009 Les principaux dispositifs

Plus en détail

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 À L ACCORD DU 10 JUIN 2011 RELATIF

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE ACCORD DU 3 NOVEMBRE 2011 RELATIF À LA GESTION PRÉVISIONNELLE

Plus en détail

ACCORD SUR LA NON DISCRIMINATION PAR L AGE ET L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BANQUE

ACCORD SUR LA NON DISCRIMINATION PAR L AGE ET L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BANQUE ACCORD SUR LA NON DISCRIMINATION PAR L AGE ET L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BANQUE Préambule La profession bancaire s est toujours attachée au respect et à l effectivité des principes de nondiscrimination

Plus en détail

L ACCORD DE BRANCHE FORMATION DU 21 SEPTEMBRE 2012. Quels changements?

L ACCORD DE BRANCHE FORMATION DU 21 SEPTEMBRE 2012. Quels changements? 1 L ACCORD DE BRANCHE FORMATION DU 21 SEPTEMBRE 2012 Sommaire DIF des intérimaires p. 5 Plan de formation p. 6 Contrat de professionnalisation p. 8 Période de professionnalisation p. 10 Contrat d apprentissage

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION. L ANFA a créé ce mode d emploi pour vous accompagner et vous guider tout au long de votre CQP.

CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION. L ANFA a créé ce mode d emploi pour vous accompagner et vous guider tout au long de votre CQP. CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION L ANFA a créé ce mode d emploi pour vous accompagner et vous guider tout au long de votre CQP. Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Qu est-ce que le CQP? 3 Quels sont les objectifs

Plus en détail

Restitution de l enquête Seniors UT 92

Restitution de l enquête Seniors UT 92 ARACT Île-de-France DIRECCTE Ile de France UT92 Restitution de l enquête Seniors UT 92 Note de synthèse Janvier 2013 Note de synthèse - Enquête Seniors UT 92 1. Rappel du contexte et de la commande : En

Plus en détail

Projet d accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle

Projet d accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle Projet d accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle Préambule.. Titre I - Développer et simplifier la formation dans l entreprise La formation est un levier déterminant de

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS

NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS Sommaire I. La Présentation du Secteur II. Présentation de l OPCA CONSTRUCTYS Antilles-Guyane III. L Accompagnement des Entreprises du secteur A. La démarche

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE DU 15 JUILLET 2009 RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES PREAMBULE GENERAL : Dans le contexte en profonde

Plus en détail

Accord du 1 er décembre 2006 portant validation de l accord du 15 décembre 2005 sur le droit individuel à la formation

Accord du 1 er décembre 2006 portant validation de l accord du 15 décembre 2005 sur le droit individuel à la formation ANNEXE II.1 CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES SOCIETES FINANCIERES Accord du 1 er décembre 2006 portant validation de l accord du 15 décembre 2005 sur le droit individuel à la formation Article unique

Plus en détail

GPEC & Formation. Module 3 Les dispositifs

GPEC & Formation. Module 3 Les dispositifs GPEC & Formation Module 3 Les dispositifs La traduction de la réflexion GPEC A Stratégie B Emplois / Métiers Effectif Carrière Compétences C Quantitatif Qualitatif D Mobilités Formation Géographiques Professionnelles

Plus en détail

LES MESURES SENIORS DISPOSITIONS DE L ACCORD RELATIF À L EMPLOI DES SENIORS DANS L IMPORT-EXPORT GUIDE PRATIQUE

LES MESURES SENIORS DISPOSITIONS DE L ACCORD RELATIF À L EMPLOI DES SENIORS DANS L IMPORT-EXPORT GUIDE PRATIQUE SIMPLIFIER LA FORMATION FACILITER L EMPLOI Convention Collective Nationale de l Import-Export (CCN N 3100) LES MESURES SENIORS DISPOSITIONS DE L ACCORD RELATIF À L EMPLOI DES SENIORS DANS L IMPORT-EXPORT

Plus en détail

Entretien Professionnel

Entretien Professionnel Entretien Professionnel Cahier des charges / Appel à propositions à destination de l offre de formation régionale pour la mise en œuvre de l entretien professionnel le 20 novembre 2014 C ontact : AGEFOS

Plus en détail

Loi du 14 octobre 2009 relative à la formation professionnelle tout le long de la vie et à la sécurisation des parcours

Loi du 14 octobre 2009 relative à la formation professionnelle tout le long de la vie et à la sécurisation des parcours Loi du 14 octobre 2009 relative à la formation professionnelle tout le long de la vie et à la sécurisation des parcours Présentation Éléments de contexte La loi du 14 octobre 2009 Création d un nouveau

Plus en détail

REFORME DE LA FPC : ANI DU 14/12/2013 ET LOI DU 5/3/2014

REFORME DE LA FPC : ANI DU 14/12/2013 ET LOI DU 5/3/2014 1 REFORME DE LA FPC : ANI DU 14/12/2013 ET LOI DU 5/3/2014 L OBJECTIF REVENDICATIF POUR LA CFDT : LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Objectifs de la SPP : Sécuriser les mobilités des salariés

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Il est rappelé que les salariés sous contrats de professionnalisation et d apprentissage ne bénéficient pas du DIF.

Il est rappelé que les salariés sous contrats de professionnalisation et d apprentissage ne bénéficient pas du DIF. Convention collective nationale du commerce de détail de l habillement et des articles textiles CCN n 3241 Réforme de la formation professionnelle continue Préambule Le présent accord décline, au niveau

Plus en détail

ACCORD-CADRE ARF- COPANEF-ETAT POUR LE PAIEMENT DES HEURES DE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION MOBILISEES PAR UN DEMANDEUR D EMPLOI

ACCORD-CADRE ARF- COPANEF-ETAT POUR LE PAIEMENT DES HEURES DE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION MOBILISEES PAR UN DEMANDEUR D EMPLOI ACCORD-CADRE ARF- COPANEF-ETAT POUR LE PAIEMENT DES HEURES DE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION MOBILISEES PAR UN DEMANDEUR D EMPLOI Entre Et Et L association des Régions de France, sise 282, boulevard Saint

Plus en détail

Enquête auprès des bénéficiaires CTP / CRP

Enquête auprès des bénéficiaires CTP / CRP Enquête auprès des bénéficiaires CTP / CRP Synthèse des résultats Janvier 2012 Alors que la crise économique continue de faire sentir ses effets dévastateurs sur la réalité de l emploi en France et que

Plus en détail

LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi. Spécificités et performances des canaux de recrutement. Anne-Sophie GENEVOIS

LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi. Spécificités et performances des canaux de recrutement. Anne-Sophie GENEVOIS LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi Spécificités et performances des canaux de recrutement Anne-Sophie GENEVOIS Cahier n 2011-01 Janvier 2011 Spécificités et performances des canaux de recrutement

Plus en détail

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE Dans un contexte économique général difficile caractérisé, notamment, par une croissance faible, les entreprises de la restauration rapide sont confrontées à

Plus en détail

La formation professionnelle continue: Accord formation & Réforme

La formation professionnelle continue: Accord formation & Réforme La formation professionnelle continue: Accord formation & Réforme Décembre 2015 1 AD/ Version 2 Comprendre la Réforme de la formation professionnelle Former dans l esprit de la loi Réforme de 2004, 2009

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle Réforme de la formation professionnelle Etat des lieux Initiée par l Accord National Interprofessionnel du 20 septembre 2003 (intégré dans l accord général du 5 décembre 2003), confirmée par la loi du

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Communication. Emetteur : M. VAQUER / C.RICHTER. Commentaire ASF

Communication. Emetteur : M. VAQUER / C.RICHTER. Commentaire ASF Avec «Vigilance Circulaires», vous l auriez déjà! Pour un accès instantané aux circulaires ASF, abonnez-vous dès maintenant (gratuit) Info : circulaires@asf-france.com Communication Numéro : ASF 05.218

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle

Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle au sein du Groupe Carrefour (Accord de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences) et

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES

CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3061 Conventions collectives nationales AGENCES DE VOYAGES ET DE TOURISME IDCC : 1710. Personnel des agences de voyages

Plus en détail

ACCORD COLLECTIF DU 6 JANVIER 2005 RELATIF A LA FORMATION PROFESSIONNELLE

ACCORD COLLECTIF DU 6 JANVIER 2005 RELATIF A LA FORMATION PROFESSIONNELLE ACCORD COLLECTIF DU 6 JANVIER 2005 RELATIF A LA FORMATION PROFESSIONNELLE DANS LA FABRICATION ET LE COMMERCE DES PRODUITS A USAGE PHARMACEUTIQUE, PARAPHARMACEUTIQUE ET VETERINAIRE CONVENTION COLLECTIVE

Plus en détail

La réforme de la formation professionnelle et du DIF

La réforme de la formation professionnelle et du DIF FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL La réforme de la formation professionnelle et du DIF Siège social : 20, rue Martin Bernard 75647 Paris Cedex 13 Tel : 01 55 56 62 18 Fax : 01 55 56 62 11 Sommaire

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

Accord relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie dans les industries chimiques

Accord relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie dans les industries chimiques Accord relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie dans les industries chimiques 1 Le présent accord a pour objet de mettre en œuvre, dans la branche des industries chimiques, les dispositions

Plus en détail

La formation professionnelle évolue...

La formation professionnelle évolue... décembre 2014 spécial réforme La formation professionnelle évolue... Voici ce qui change pour vous CPF financement tutorat plan de formation Entretien professionnel Période de professionnalisation Ce qui

Plus en détail

de la Formation Professionnelle A Evry, le 04/12/2009

de la Formation Professionnelle A Evry, le 04/12/2009 La Réforme R de la Formation Professionnelle A Evry, le 04/12/2009 REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE : ANI du 7 janvier 2009 et projet de loi relatif à l orientation et à la formation professionnelle

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national interprofessionnel GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

Plus en détail

AVENANT N 21 DU 26 NOVEMBRE 2010 RELATIF À LA FORMATION PROFESSIONNELLE

AVENANT N 21 DU 26 NOVEMBRE 2010 RELATIF À LA FORMATION PROFESSIONNELLE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3240 Convention collective nationale IDCC : 1487. HORLOGERIE-BIJOUTERIE (Commerce de détail) AVENANT N 21 DU 26 NOVEMBRE

Plus en détail

AGASC / BUREAU INFORMATION JEUNESSE 06700 SAINT LAURENT DU VAR Tel : 04.93.07.00.66 bij@agasc.fr www.agasc.fr

AGASC / BUREAU INFORMATION JEUNESSE 06700 SAINT LAURENT DU VAR Tel : 04.93.07.00.66 bij@agasc.fr www.agasc.fr Avant de se former il est indispensable de bien s informer, pour se faire tout un réseau existe afin de pallier à toutes les éventualités ou vos besoins en formation. Pour les acteurs de l orientation

Plus en détail

RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CE QUI CHANGE POUR VOTRE ASSOCIATION

RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CE QUI CHANGE POUR VOTRE ASSOCIATION RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE suite à la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi, et à la démocratie sociale CE QUI CHANGE POUR VOTRE ASSOCIATION ou «de l obligation

Plus en détail

Guide pratique du Recrutement

Guide pratique du Recrutement Guide pratique du Recrutement Réussir vos s en 6 étapes Janvier 2015 Avant-propos... 2 Comment utiliser ce guide méthodologique du?... 2 Etape 1 - Identification en... 3 1. Définir les besoins spécifiques

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

Réforme de la Formation Professionnelle 2014 Les nouveautés

Réforme de la Formation Professionnelle 2014 Les nouveautés Réforme de la Formation Professionnelle 2014 Les nouveautés 1. Le compte personnel de formation 2. L'entretien professionnel 3. Le nouveau financement de la formation 4. Autres nouveautés 1. Le Compte

Plus en détail

Le FAF TT : Fonds d Assurance Formation du Travail Temporaire

Le FAF TT : Fonds d Assurance Formation du Travail Temporaire Le FAF TT : Fonds d Assurance Formation du Travail Temporaire Conseiller en projet professionnel Sommaire Le FAF.TT Les outils de la sécurisation des parcours dans le travail temporaire Quelques chiffres

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

ACCORD CADRE NATIONAL POUR LA PROMOTION ET LE DEVELOPPEMENT DE L EMPLOI DANS LE SECTEUR NUMERIQUE ENTRE

ACCORD CADRE NATIONAL POUR LA PROMOTION ET LE DEVELOPPEMENT DE L EMPLOI DANS LE SECTEUR NUMERIQUE ENTRE ACCORD CADRE NATIONAL POUR LA PROMOTION ET LE DEVELOPPEMENT DE L EMPLOI DANS LE SECTEUR NUMERIQUE ENTRE SYNTEC NUMERIQUE représenté par son Président Monsieur Guy Mamou-Mani & Pôle emploi représenté par

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

ACCORD A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU PERSONNEL DES CABINETS D AVOCATS DU 20 FEVRIER 1979

ACCORD A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU PERSONNEL DES CABINETS D AVOCATS DU 20 FEVRIER 1979 ACCORD A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU PERSONNEL DES CABINETS D AVOCATS DU 20 FEVRIER 1979 EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ENTRE LES SOUSSIGNÉS : Le Confédération Nationale

Plus en détail

FICHES PRATIQUES. Les dispositifs Emploi-Formation. Commerce et services de l audiovisuel, de l électronique et de. l équipement ménager

FICHES PRATIQUES. Les dispositifs Emploi-Formation. Commerce et services de l audiovisuel, de l électronique et de. l équipement ménager FICHES PRATIQUES Les dispositifs Emploi-Formation Commerce et services de l audiovisuel, de l électronique et de Entreprises de moins de 10 salariés, un interlocuteur est dédié à vos projets Emploi-Formation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 5 DU 12 JANVIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 7 S-1-10 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2009 IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE. CALCUL DE L IMPOT. REDUCTION D

Plus en détail

BILAN DE COMPÉTENCES :

BILAN DE COMPÉTENCES : BILAN DE COMPÉTENCES : retrouvez le sens de l orientation! Parlons de votre avenir avec les Espaces Bilan-Orientation de l Académie de Toulouse. SOMMAIRE «La vie professionnelle, ce n est plus comme avant»

Plus en détail

Projet d accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle. Titre I - Développer et simplifier la formation dans l entreprise

Projet d accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle. Titre I - Développer et simplifier la formation dans l entreprise Projet d accord national interprofessionnel relatif à la formation professionnelle Préambule.. Titre I - Développer et simplifier la formation dans l entreprise La formation est un levier déterminant de

Plus en détail

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective Un appui au recrutement de vos futurs salariés intérimaires La Préparation L essentiel de la POEC A la différence de la POE Individuelle, la POE n est pas conditionnée au dépôt préalable d une offre d

Plus en détail

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Rencontre nationale des mandatés chômage à la Confédération... 2 Suite des réunions de suivi des formations prioritaires

Plus en détail

Vos clients à l épreuve de la réforme de la formation professionnelle, enjeux et stratégie Vendredi 5 septembre 2014

Vos clients à l épreuve de la réforme de la formation professionnelle, enjeux et stratégie Vendredi 5 septembre 2014 Vos clients à l épreuve de la réforme de la formation professionnelle, enjeux et stratégie Vendredi 5 septembre 2014 @DFCTA 09/2014 Universités d été d été de de l ordre l Ordre des des Experts-Comptables

Plus en détail

20 mars 2014 UIMM 26-07

20 mars 2014 UIMM 26-07 20 mars 2014 UIMM 26-07 Loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale Volet emploi formation Historique Conférence sociale : Juillet 2012 ANI : 19 octobre

Plus en détail

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SEPTEMBRE 2015 N 17 SOMMAIRE P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP P.3 6 PERSONNES

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3110 Convention collective nationale IDCC : 2247. ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

agefos-pme.com Bilan Formation 2012

agefos-pme.com Bilan Formation 2012 Bilan Formation 2012 Branche professionnelle des Entreprises du Courtage d Assurances et/ou de Réassurances SPP du 18 octobre 2013 SOMMAIRE PREAMBULE 3 Les obligations conventionnelles de votre branche

Plus en détail

Bienvenue au Petit Déjeuner débat. Compte Personnel de Formation. 19 mars 2015

Bienvenue au Petit Déjeuner débat. Compte Personnel de Formation. 19 mars 2015 Bienvenue au Petit Déjeuner débat Compte Personnel de Formation 19 mars 2015 Programme 9h00-10h00 Mme Gonzalez Principes du Compte Personnel de Formation Financement du CPF Me Guyot Formations éligibles

Plus en détail

RECRUTER. un collaborateur handicapé. Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015

RECRUTER. un collaborateur handicapé. Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015 Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH JUIN 2015 RECRUTER un collaborateur handicapé Les bonnes questions à se poser Quelles démarches? Les aides de l Agefiph dont vous pouvez bénéficier Les clés pour

Plus en détail

LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION

LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION Formation professionnelle LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION La période de professionnalisation permet aux publics peu bénéficiaires de formation, notamment les seniors ou les femmes, d accéder à une qualification.

Plus en détail

- Actions de 35h et plus - Cahier des charges de l appel à propositions Référencement de l offre 2015

- Actions de 35h et plus - Cahier des charges de l appel à propositions Référencement de l offre 2015 - Actions de 35h et plus - Cahier des charges de l appel à propositions Référencement de l offre 2015 CONSTRUCTYS M.P. APPEL A PROPOSITIONS 2013 Contenu 1. Organisme commanditaire... 3 2. Contexte... 4

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle :

Réforme de la formation professionnelle : Réforme de la formation professionnelle : Introduction par Michel DELAMAIRE, Directeur général délégué CCI Paris Ile-de-France 1 La loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi

Plus en détail

LOI FORMATION, EMPLOI ET DEMOCRATIE SOCIALE

LOI FORMATION, EMPLOI ET DEMOCRATIE SOCIALE LOI FORMATION, EMPLOI ET DEMOCRATIE SOCIALE L essentiel La loi n 2014-288 du 5 mars 2014 est très dense et comporte 3 volets bien distincts : - L un sur la réforme de la formation professionnelle, reprenant

Plus en détail

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES La Direction de Distribution Casino France, représentée par M. Gérard MASSUS, Directeur des Ressources

Plus en détail

La formation initiale La formation professionnelle continue (FPC)

La formation initiale La formation professionnelle continue (FPC) Partir en formation Partir en formation, tout au long de la vie, est une nécessité en éducation à l environnement : le monde évolue, les enjeux environnementaux aussi, les publics se diversifient, les

Plus en détail

Le Maison - 01 30 59 75 03 - contact@le-maison.fr - www.le-maison.fr

Le Maison - 01 30 59 75 03 - contact@le-maison.fr - www.le-maison.fr Le Maison - 01 30 59 75 03 - contact@le-maison.fr - Comprendre le CPF Le Maison - 01 30 59 75 03 - contact@le-maison.fr - Comprendre le CPF 3 Postulats de la loi du 5 mars 2014: Concevoir la formation

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-78 NOVEMBRE 2013 Analyse de 12 600 offres publiées par l Apec en 2012. Quatre fonctions très recherchées.

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

Fiche d appui pour la mobilisation en faveur du déploiement des emplois d'avenir

Fiche d appui pour la mobilisation en faveur du déploiement des emplois d'avenir Fiche d appui pour la mobilisation en faveur du déploiement des emplois d'avenir Votre forte mobilisation en faveur des emplois d avenir, durant ces derniers mois, a porté ses fruits, le cap des 50 000

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3076 Convention collective nationale IDCC : 1686. COMMERCES ET SERVICES DE L AUDIOVISUEL,

Plus en détail

La formation professionnelle continue

La formation professionnelle continue La formation professionnelle continue Définition : La FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE concerne toute personne, jeune ou adulte, déjà engagée dans la vie active. Mise en place dans sa forme actuelle

Plus en détail