La performance des services publics locaux : Les raisons d y croire! Master 2 Manager Territorial IAE de Lille

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La performance des services publics locaux : Les raisons d y croire! Master 2 Manager Territorial IAE de Lille"

Transcription

1 Master 2 Manager Territorial IAE de Lille La performance des services publics locaux : Les raisons d y croire! Mémoire présenté par Johann WAMBRE Référent pédagogique : M. Jérôme DUPUIS Enseignant chercheur Référent institutionnel : Mme Christine COPPIETERS Directrice de l Evaluation, de l Audit et du Contrôle de Gestion du Département du Nord Année 2012

2 Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

3 Avant propos et remerciements La gestion publique n est pas qu une affaire d experts, de normes, de méthodes de travail, d outils la gestion publique s inscrit dans un projet politique, dans l ambition des dispositifs de la collectivité en responsabilité sur un certain nombre de compétences la gestion publique est le reflet des valeurs du service public, de l organisation, des hommes et des femmes qui la compose. La gestion publique ne peut se passer du «sens». Ce mémoire est une conclusion. C est l aboutissement d une démarche initiée il y a presque 2 ans, quand à 40 ans, je me suis posé la question de l avenir et de ce que je voulais faire pendant les 23 années professionnelles à venir. Avec des diplômes sans aucun lien avec mon activité professionnelle des 10 dernières années, un «recalage» est apparu nécessaire. Je me suis demandé comment progresser, encore, professionnellement et intellectuellement, comment faire avancer mon métier, mon domaine de compétence. Un bilan de compétence plus loin, la solution apparaît comme une évidence : - valider les acquis professionnels et achever un parcours de formation commencé il y a 20 ans et jamais achevé, - mettre le niveau d étude en cohérence avec le parcours professionnel et les fonctions occupées, - confronter la réalité aux concepts, les concepts à la réalité, et satisfaire ma curiosité, - Consolider les savoirs, apprendre encore, apprendre toujours! Pourquoi un master 2 de manager territorial? Une évidence. Je ne pourrai parler de vocation, mais le service public était, est et restera un choix de vie professionnel, de vie tout court, un fil conducteur d engagement pour des valeurs universelles. Ces deux années ont nécessité un engagement important, personnel et professionnel. Merci à mon épouse, Virginie, et à mes trois fils, Maximilien, Jean-Baptiste et Valentin pour leur patience pendant ces douze mois «vraiment» pas comme les autres. Merci à Alain PERELSTEIN, sans qui cette formation serait restée à l état de projet, sans qui je n aurai pu concilier études et activité professionnelle à temps plein. Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

4 Merci à Christine COPPIETERS d avoir accepter de prendre en compte cette organisation du travail quand elle m a confiée le service contrôle de gestion et audit du Département du Nord en avril. Merci à tous mes collègues de la Région Nord Pas de Calais, puis du Département du Nord, pour leur soutien, leur aide parfois, leur compréhension souvent. Merci à Isabelle COLLET pour l énorme travail réalisé avec ce sourire indéfectible. Merci aux étudiants du Master 2 Manager Territorial 2011/2012 pour cette inoubliable année de retour à l université. Je leur souhaite à toutes et tous de trouver un emploi à la hauteur de leurs talents et leurs ambitions, une riche et longue vie personnelle et professionnelle. Merci, enfin, aux enseignants du master, pour leur compétence, leur disponibilité, la qualité des enseignements, leur écoute, leur exigence, leur capacité à transmettre, à débattre Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

5 Liste des abréviations - BSC : «Balanced scorecard» ou tableau de bord prospectif (Norton et Kaplan) - CNFPT : Centre National de la Fonction Publique territoriale - DP : Démarche de Progrès - ENACT : Ecole Nationale d Application des Cadres Territoriaux - GPA : Gestion Par Activités - INET : Institut National des Etudes Territoriales - INSET : Institut National Supérieur des Etudes Territoriales - LOLF : Loi d orientation de la Loi de finances - PAD : Projet d Administration Départemental - RGPP : Révision Générale des Politiques Publiques - SHT : StakeHolder Theory ou théorie des parties prenantes - SIAD : Système d Information et d Aide à la Décision - SIG : système d Information Géographique Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

6 Sommaire Avant propos et remerciements... 3 Liste des abréviations... 5 Sommaire... 6 Introduction... 7 Première partie - des systèmes de gestion à la performance locale : sémantique, enjeux, attentes et démarches observées Chapitre 1 la sémantique, les enjeux et les démarches observées Section 1 des tentatives de définition de la performance Section 2 les enjeux de la performance Section 3 l évolution du contexte, des attentes des populations et les démarches initiées en matière de gestion publique Chapitre 2 - Les démarches observées, observables Section 1 la présence de fonctions supports et l identification des champs de compétences et des interrelations Section 2 La LOLF comme déclencheur d une démarche de performance affichée et relayée par l Etat Section 3 agir par mimétisme avec la démarche de la LOLF Deuxième partie - La polymorphie de la notion de performance Chapitre 1 Une approche qui se cantonne trop souvent aux aspects financiers Chapitre 2 l Etat de l art permet t il de dépasser cette vision essentiellement financière de la performance? Chapitre 3 La dimension managériale et stratégique de la performance Troisième partie - L évolution du dispositif de gestion et les perspectives nouvelles en matière de management de la performance publique locale au Département du Nord Chapitre 1 la mise en place progressive d équipes dédiées facilitant la démarche actuelle Chapitre 2 l effet déclencheur d un nouvel exécutif Chapitre 3 conjuguer performance et valeurs du service public Chapitre 4 les limites observables et le «champ des possibles» Conclusion Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

7 Introduction Performance (nom féminin) 1/ action remarquable, succès. 2/ résultat qui peut être chiffré et homologué, et qui concerne un athlète, un cheval de course, une machine, etc. Succès, exploit. Définition du dictionnaire En janvier 2012, à la question : «quelle définition pourriez-vous donner de la performance?», le Directeur Général des Services d une grande ville du Nord de la France répondait que cette notion de performance ne lui semblait adaptée qu au sport. Pour lui, l efficience ou l efficacité pouvait faire référence à la gestion locale, la performance, cela ne voulait pas dire grand-chose, si ce n est pour qualifier le résultat d un sportif de haut niveau. Il poursuivait par ces mots : «la différence entre la performance et l efficacité, c est que la performance est plus «mathématique», comptable que «l efficacité sociale» qui est de servir le public dans les services publics parce que la performance peut être contraire à l efficacité.» La performance pourrait être contraire à l efficacité? Comment pourrait-on être performant si l on n atteint pas les objectifs fixés, le but recherché, la ligne d arrivée? Cette notion de performance, qui donne lieu à de nombreux travaux qui tendent à s intensifier ces dernières années, est au cœur du débat sur le secteur public et sa place dans la société française, et plus largement en Europe. La crise économique mondiale sans précédent que nous traversons, provoquée par les dérives financières d une société où la création de richesses ne profite qu à quelques uns, a creusé les fossés entre les peuples, entre les hommes. Elle produit, chaque jour, un peu plus d incertitude, de repli sur soi, d exclusion et de mal être social. La France est menacée de récession, l Allemagne connaît une croissance à peine positive et même le Royaume Uni lutte contre l évasion fiscale. Les pays du sud de l Europe, au premier rang desquels la Grèce, l Espagne et l Italie sont en crise économique et financière grave et la suppression des services publics ou leur amoindrissement tant en terme de moyens humains que financiers sont parmi les mesures de sauvetage économique mises en œuvre. Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

8 La France, dans ce contexte, face à l ampleur sa dette publique qui se creuse depuis des années (et bien avant la crise financière de 2008/2009), doit-elle baisser ses dépenses publiques? Doit-elle trouver de nouvelles recettes? Faut-il moins de services publics? Fautil laisser les marchés, les banques et les entrepreneurs privés s occuper de rétablir l équilibre économique mondial, laissant les pouvoirs publics jouer, à la marge, un rôle de régulation? Les services de l Etat, des collectivités locales, les hôpitaux (les trois fonctions publiques) ne sont pas dépourvus de compétences et d outils pour la gestion financière. Mais, ils ne répondent pas aux mêmes enjeux, aux mêmes finalités que les entreprises privées. Ils n ont pas n importe quels actionnaires. Au-delà du bon usage de l argent public et d une rigueur de gestion, ils n ont pas seulement à optimiser les moyens mis à la disposition de l action publique, ils ont à assumer la poursuite de l intérêt général et l exercice de la justice sociale par l exercice des droits fondamentaux de la personne et assurer le bien être social de tous (John RAWLS la théorie de la justice 1971). La mise en œuvre de démarches recherchant à conjuguer efficacité et efficience, pertinence des ressources tant humaines que financières n est pas nouvelle dans le secteur public. Certes, alors que les premières démarches de contrôle de gestion sont initiées dans le monde de l entreprise aux Etats-Unis dans les années 1920 (comme General Motors ou Texaco), il faudra attendre les années 1960 pour que les entreprises publiques françaises se mettent à construire des outils de contrôle de gestion. Avec la notion de performance, las acteurs publics tentent de faire avancer les concepts de gestion et les réalités quotidiennes, de plus en plus difficile, de la gestion publique locale. En période de crise économique, et, même si l on en parle moins, environnementale, l explosion des disparités sociales et économiques, dans un contexte financier de plus en plus contraint pour l Etat et les collectivités locales, rend plus que jamais nécessaire d avancer sur les «modes de faire» et d améliorer la gestion publique sans dénaturer le «sens» de l action publique. La performance suscite donc un intérêt croissant dans le secteur public. Les études sur ce sujet se multiplient, et ce terme de performance, aujourd hui mieux qu hier, entre dans le langage des agents de l Etat ou des collectivités locales. Cependant son appréhension reste complexe et sa traduction concrète dans l exercice de la gestion publique locale encore mal définie. De fait, l utilisation de ce mot n est-il pas galvaudé? Reflète t il une réalité partagée? Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

9 Jusqu à présent, les gestionnaires publics, notamment au niveau des services du contrôle de gestion, lorsque les organisations s en sont dotées, ont participé à la mise en œuvre d un système de pilotage plus ou moins élaboré, fonction des moyens disponibles, notamment en matière de système d information. Le premier enjeu de la mise en œuvre d une telle organisation est une réponse de premier niveau aux enjeux de suivi simple de consommation des ressources, de mesure de la pertinence entre moyens disponibles et objectifs fixés, de mesure de l efficacité par l atteinte des résultats en conformité avec les objectifs fixés, de l efficience par une gestion optimisée des moyens tout en obtenant les résultats escomptés. Quand l action et l activité publiques répondent à ces enjeux, que l entité dispose des moyens de vérifier et de piloter ce cadre de l action et de l activité publique, y compris en matière d évaluation des politiques publique, peut-on parler de performance? Est-ce cette conjonction de services supports, d expertise interne dont la seule présence dans l organisation garantit une démarche de pilotage de la performance? Après avoir cherché une définition de la performance, abordé la question des enjeux, et observé les démarches mises en œuvre dans une première partie, une seconde partie, sur la base des concepts, permettra de déterminer le champ d intervention de la performance publique locale, la troisième partie de ce mémoire se saisira de la démarche observable au Département du Nord et s interrogera, de manière globale et sortie du contexte départemental, sur le sens à donner à ces démarches au regard du concept de performance, mais aussi, au regard des valeurs défendues par le secteur public. Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

10 Première partie - des systèmes de gestion à la performance locale : sémantique, enjeux, attentes et démarches observées Avant d étudier les démarches mises en œuvre à des fins de «performance», il convient d observer les efforts de définition qui ont pu être réalisés, les enjeux de ces démarches, et l évolution, à grands traits des modes de gestion dans le secteur public. Chapitre 1 la sémantique, les enjeux et les démarches observées Comme cela a pu être dit dans l introduction de ce mémoire, le terme de «performance» renvoie à des pratiques sportives, des records On l utilise également dans l art, quand un artiste réalise une œuvre qui s illustre et qui s accompagne parfois d une prouesse technique. En matière de gestion publique, on a pris, peu à peu, l habitude de parler d efficacité quand une équipe, une direction obtient un résultat (mesuré?) conforme à l objectif fixé. Le terme d efficience est déjà un peu moins utilisé, il traduit «l'optimisation des moyens mis en œuvre pour parvenir à un objectif». La question du vocabulaire, de la sémantique est un sujet à part entière. Les agents territoriaux, et principalement ceux en charge de missions fonctionnelles savent combien il est difficile d amener certains concepts sans adapter le vocabulaire, pour certaines équipes, le vocabulaire et les terminologies utilisées dans le secteur privé étant, par nature, inappropriées dans le secteur public. C est le poids des mots. «Les mots ont un poids, un sens et une histoire. Quand on les utilise sans réfléchir à leur contenu ou à leur passé, on s'englue dans les préjugés.» écrit jacqueline REMY dans le HUFFINGTON POST (15/03/2012). Toutefois, si l on se réfère à la théorie du «sensemaking» de Karl E. WEICK, il existe «un processus continu (ongoing) d'élaboration du sens dont la pensée et l'action doivent se comprendre dans leur récursivité : l'individu agit parce qu'il a pensé et pense à ce qu'il a fait.» Pour Karl WEICK, «Les gens ne peuvent savoir ce qu'ils sont en train de faire qu'après l'avoir fait». Faire l'expérience de quelque chose exige de pouvoir s'extraire de la situation d'expérience pour y porter attention. L'individu redonne du sens à ce qu'il a fait en «rétablissant un lien de causalité, a posteriori, entre ses actions, ses motivations et ses croyances, entre le passé et le présent.» (Sensemaking in Organizations -1995). Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

11 Sur la base de cette théorie du «sensmaking», on peut considérer que la difficulté d utilisation d un certain vocabulaire «connoté» privé n est pas un frein à l action, les activités réalisées par les agents publics prenant du sens, a posteriori. Cette difficulté sur la sémantique interviendrait plutôt lors du «rétablissement avec les motivations et les croyances». Dans les organisations publiques, la sémantique a une dimension sociale et culturelle importante. Ainsi, le rapport aux hommes et aux femmes qui auront recours aux services publics. Si à la poste ou dans un office municipal du tourisme il n y aura pas de difficulté à utiliser le terme de «client», dans les hôpitaux on en restera encore au terme de «patient», et d «usager» pour les services d action sociale. Dans les services publics, il est encore difficile de parler de «productivité». Comment faire accepter aux agents d une collectivité que l on peut avoir une démarche de marketing territorial?... Venant du secteur marchand, ces termes sont connotés. Ils sont porteurs d un sens associé à l argent, au principe de rentabilité et de profit. Dans l esprit des hommes et des femmes qui composent le service public, l usage des ces termes signifie obligatoirement une adoption de leur sens primaire et des valeurs qui les accompagnent. L idée de capter le sens premier de ces mots sans modifier les valeurs portées par les services publics nécessite un effort de pédagogie important, au risque, comme c est souvent le cas, d inventer un véritable dictionnaire des correspondances. Section 1 des tentatives de définition de la performance Au-delà de la définition du dictionnaire, qui garde la dimension de la réalisation de quelque chose qui se mesure, qui peut être chiffré, en économie et gestion on considère trois types de performances (BOUQUIN ) : - La pertinence : mesure le niveau d adéquation entre les objectifs fixés et les ressources allouées avec prise en compte du contexte de l entreprise, - L efficacité : qui mesure l écart entre les objectifs et les résultats obtenus, - L efficience : mesure de l écart entre les ressources mises en œuvre et les résultats obtenus. Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

12 Ces trois dimensions réunies déterminent une recherche de la performance par la mesure des écarts dans le triptyque Objectifs/Moyens/Résultats. Mais, il est une 4 ème dimension à ce schéma, la prise en compte des Hommes (ou usagers) et des territoires. Sur le principe de ce quatrième socle, on peut parler de mesure de la cohérence (entre les objectifs fixés à l organisation et les besoins identifiés auprès des Hommes et du territoire) et de l utilité (effets des résultats obtenus par l organisation sur le Hommes et le territoire). Efficience Résultats Utilité Efficacité Usagers / Territoires Cohérence Moyens Objectifs Pertinence C est la discipline de l évaluation des politiques publiques qui rassemble les compétences utiles à la mesure de cette cohérence et de cette utilité. L évaluation des politiques publiques vise à vérifier que les résultats d une politique sont conformes aux objectifs qui lui sont assignés, et plus largement, est appelé à porter un jugement sur «la valeur de l intervention publique». En cela, cette discipline réinterroge l origine et les modalités de la décision politique, ainsi que les objectifs fixés. Pour y parvenir, l évaluation des politiques publiques peut s appuyer sur le contrôle de gestion qui est en responsabilité sur le triptyque Objectifs/Moyens/Résultats, étant donné que la démarche évaluative s appuie sur la collecte et l analyse de données empiriques. Dans ces travaux, David CARASSUS, maître conférences à l Université de PAU, Pays de l Adour, a tenté de définir la notion de performance des services publics locaux (tenter de définir la performance publique locale 2007). Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

13 Il examine d abord la «possibilité d un rapprochement de concepts proches» : La productivité: «agencement des moyens de production qui assure le maximum d effort utile avec le minimum de consommations» (GERVAIS et THENET, 2004), L efficacité: «jugement que porte un individu ou un groupe sur l organisation, et plus précisément sur les activités, les produits, les résultats ou les effets qu il attend d elle» (SAVOIE et MORIN, 2001), La rentabilité: «aptitude à faire naître un profit de la création de biens ou de services» (JUNGBLUT, 1990). Pour lui, tenter de définir la performance au travers de ces trois termes ne donne qu «une vision limitée et trop contingente». Autrement dit, la démarche de performance ne peut être liée au hasard, cela ne peut être la constatation de la conjonction d action et de résultats non recherchés, liés au hasard. Il envisage la «possibilité de (la) considérer (la performance) comme un «construit», soit le résultat d un processus volontaire dont l objectif fixé est l atteinte de la performance : La performance comme «résultat d un processus de causalité,, relative à un contexte choisi en fonction de la stratégie» (LEBAS, 1995), La performance comme «la réalisation des objectifs organisationnels» (BOURGUIGNON, 1995), L inexistence d une seule performance mais «des composantes de la performance» (MORIN et SAVOIE, 1994). Cette fois, David CARASSUS estime que cette approche ne donne qu «une vision trop générale et non opérationnelle». En effet, cette approche ne permet pas, malgré cette volonté de construction d une démarche de performance, la détermination du processus technique, des conditions et des signes d atteinte de la performance. Il considère que la performance revêt des dimensions fondamentales globales, organisationnelle, opérationnelle, environnementale et financière (KAPLAN et NORTON, 1992), politique, économique et stratégique (BESSIRE, 2000), systémique, économique, psychologique et écologique (MORIN et SAVOIE, 2001), organisationnelle, économique et sociale (CAPPELLETTI et KHOUATRA, 2004), Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

14 mais également des finalités sous-tendues particulières : La régulation de l activité économique (SMITH; MUSGRAVE) : offrir des biens et services en quantité et qualité suffisantes pour satisfaire les besoins, tout en participant à la mise en œuvre des politiques locale et nationale (LAUFER et BURLAUD, 1980), La poursuite de l intérêt général et l exercice d une justice sociale (RAWLS) : garantir l exercice des droits fondamentaux de la personne et assurer le bien-être social de tous. In fine, s il n est pas simple d aboutir à une définition stricte du terme «performance», il apparaît que l atteinte de la performance est conditionnée à des facteurs voulus et subis dont il est nécessaire de mesurer les effets, qu elle ne peut être envisagée qu à travers l ensemble de ses dimensions et mesurée sur la base des finalités qui lui sont assignées. La définition proposée en matière de performance de services publics n est pas arrêtée. Les équipes qui souhaitent mettre en œuvre une démarche de performance s interrogent sur le sens à donner à ce terme, ses finalités, et sur la traduction opérationnelle qu il peut revêtir. En définitive, la question de la définition n apparaît pas fondamentale. Un peu comme on parle «d excellence» dans les entreprises privées aujourd hui, il faut bien qualifier une démarche et les principes qui la conduisent. Quelle réalité revêt cette terminologie, c est bien là l essentiel. Pour ce qui est de la performance publique locale, c est la démarche qui fait le mot et non le mot qui fait la démarche, même s il existe une conjonction d éléments, de paramètres permettant de se «positionner», se «revendiquer» comme inscrit dans une démarche de performance. C est là, sur la base des enjeux identifiés, et des multiples facettes qui soustendent à cette démarche de performance, que l on peut réinterroger les concepts (deuxième partie du mémoire). Section 2 les enjeux de la performance Une démarche de performance n est pas une suite ou une conséquence «naturelle» à la mise en œuvre de telle ou telle fonction au sein de l organisation. Elle est le reflet des choix de gestion et d organisation de la collectivité. Elle est le «symptôme» d une ligne managériale basée sur le dialogue de gestion. Elle se décrète. Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

15 La recherche de la «performance», au sens où elle consisterait dans le suivi et le pilotage du triptyque Objectifs / Moyens / Résultats, renvoie au pilotage stratégique de l organisation et n est pas indépendante des choix de management stratégique et opérationnel de la collectivité. La démarche de performance, prise sous cet angle, pose d abord un enjeu culturel. En effet, comme cela a pu être exprimé en introduction de ce chapitre, le premier enjeu à la mise en œuvre d une démarche de performance publique locale est lié au langage, aux mots. Il s agit bien d une double interface entre les «faiseurs» ou les «contributeurs» de la technostructure ou de la sphère managériale et les autres acteurs : o les agents qui composent le personnel des collectivités territoriales et, plus largement, des services publics, o les hommes et les femmes qui compose la société, qu on les appelle, en référence aux principes de la LOLF, usagers, citoyens ou contribuables. Cette difficulté «culturelle» d appréhension d un vocabulaire potentiellement connoté montre l importance du travail de communication devant être réalisé tant en interne que vers l extérieur par les équipes dédiées à la gestion et trop souvent considérées comme des experts, peu enclins à la communication. Enfin, cet enjeu culturel ne se limite pas à la question des mots, du vocabulaire, de la sémantique. Il est question également d une culture commune, d une représentation collective partagée permettant de «faire sens» et permettant «le partage d un certain nombre de valeurs, règles et comportements» (Peter SENGE la cinquième discipline : l art et la pratique de l organisation apprenante ). La théorie de Peter SENGE, l organisation apprenante, tente de démontrer «un état d adaptation et d amélioration continue» basée sur une appropriation collective du changement sur la base de valeurs partagées au sein de l organisation. En effet, et si l on se limite à une vision de la performance liée au pilotage opérationnel et stratégique du triptyque Objectifs / Moyens / Résultats, comment vouloir faire intégrer un objectif à une équipe, si les orientations communes, les objectifs généraux ne son pas partagés, les valeurs de l organisation ne sont pas admises? Au-delà du sens et des enjeux culturels, il y a également un enjeu managérial fort. Il est en lien avec les principes de culture partagée au sein de l organisation en tant que «point de départ» à la conduite du changement. En effet la recherche de la performance fait écho aux Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

16 principes de l amélioration et de l adaptation permanente, soit l évolution des modes de faire (à l image des principes de la roue de Deming). Il s agit bien là d un enjeu évolutionniste, au sens d adaptation aux contraintes environnementales (Konrad LORENZ), qui suggère une adaptation rationnelle de la structure et de l organisation. Dans Stratégie et structures, Alfred Chandler retient quatre dimensions nécessaires pour plus de visibilité, pour une meilleure gestion des grandes firmes : o une information de gestion rigoureuse et chiffrée, o une centralisation de la décision et donc une remontée de cette information, o une coordination des directions fonctionnelles, o une distribution décentralisée qui répond à la fonction stratégique. (Alfred Chandler 1962, in Strategy and Structure: Chapters in the History of Industrial Enterprise. Cambridge, Mass.: MIT Press). Igor ANSOFF, (corporated strategy 1965), dans la lignée de FREEMAN, contribue à la théorie des parties prenantes (Stakeholder Theory ou «SHT»). «La SHT est devenue l une des références théoriques dominantes dans l abondante littérature portant sur l éthique organisationnelle et la responsabilité sociale de l entreprise. Elle est également mobilisée, de façon croissante en gestion des ressources humaines, notamment pour appréhender sa contribution à la performance organisationnelle (voir Winstanley et Woodall, 2000 ; Greenwood, 2002). L évaluation des performances sociales des entreprises se fonde, de façon croissante, sur une approche Stakeholder (SH). Il semble qu Ansoff (1968) soit le premier à se référer à la SHT dans sa définition des objectifs organisationnels. L entreprise doit ajuster ses objectifs de manière à donner à chaque groupe une part équitable de satisfactions.» Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

17 ANSOFF opère une distinction importante entre : o les responsabilités sont des obligations qui limitent la réalisation des objectifs, o les SH (parties prenantes ou ayants droits) constituent avant tout des contraintes qu ils convient de gérer. Les logiques de performance dépassent le cadre de la gestion des finances et plus globalement des ressources, elle ne se limite pas non plus au cadre du triptyque Objectifs/Moyens/Résultats, car elle répond, en écho, à une logique de performance(s) spécifiques de l organisation, de la prise en compte des acteurs. Section 3 l évolution du contexte, des attentes des populations et les démarches initiées en matière de gestion publique Il aura fallu un certain temps pour que les services publics passent d une logique de moyens à une logique de résultats. Les idées reçues, tenaces en ce qui concerne la gestion des deniers publics telle qu elle est régulièrement relayée auprès des citoyens, ont la vie dure. Malgré l origine identifiée de la crise économique qui sévit, il reste à l esprit d une part conséquente de la société (pas uniquement en France) que la gestion publique est moins soucieuse des moyens, moins efficace, moins efficiente, moins performante que dans le secteur privé. Ce mode de pensée s exprime, concrètement et quotidiennement, dans la question récurrente de la gestion déléguée des services publics (eau, déchets, équipements sportifs ). De plus, le contexte dans lequel les collectivités locales évoluent a diamétralement changé. Les phénomènes importants qui ont impacté les collectivités sont : o Une évolution constante, depuis les lois de décentralisation de 1982/1983, de leur périmètre d intervention (acte II de 2003/2004 et loi du 16 décembre 2010), o Un effet de ciseaux : par augmentation forte des dépenses des collectivités au fur et à mesure des transferts de compétences et de charges, conjuguée à un gel des dotations de l Etat, o la perte de ressources fiscales comme la taxe professionnelle mal inégalement compensée par de nouvelles dotations de l Etat et un système de péréquation critiqué, Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

18 o une explosion des demandes de la population, notamment auprès des Départements pour l action sociale, du fait de la crise économique. L usager/citoyen/contribuable a un accès facilité à l information, y compris en ce qui concerne le niveau de la dette publique, de la situation financière des collectivités locales. Dans des périodes contraintes comme celles que nous traversons, il y a une aspiration à plus de sécurité face aux plans sociaux, aux aléas de la vie, à la santé, à l éducation. Dans le même temps, le contribuable souhaite au minimum, de la clarté sur l usage fait de sa contribution, à l extrême voir baisser la pression fiscale. Enfin, le citoyen souhaite prendre une part active dans la vie collective, il ne souhaite pas se limiter au bulletin de vote tous les 5 ou 6 ans? Il veut être acteur dans une logique de conduite politique locale participative. Le contour de l action publique locale et les acteurs ont changé. Le développement des méthodes de gestion et les équipes dédiées (gestion financière, audit financier, contrôle de gestion), comme cela a été rappelé en introduction dans ce mémoire, n a émergé en France que dans la seconde moitié du XXème siècle. Du fait d une autonomie de gestion consacrée avec les lois de décentralisation, les collectivités territoriales ont dû mettre en œuvre les moyens de gérer leurs ressources et les dépenses publiques inhérentes à leur action. Ce sont donc les lois de décentralisation, dites «Lois DEFERRE», en , qui consacrent la libre administration des collectivités locales, transférant de nombreuses compétences aux Régions, aux Départements et aux Communes qui disposent dorénavant de leur propre budget et de la capacité à décider de recettes fiscales. Le gouvernement ROCARD travaillera à «la modernisation de la gestion publique», le premier ministre de François MITTERRAND faisant sortir par décret, la 22 janvier 1990, la nécessité d évaluation des politiques publiques afin de «rechercher si les moyens juridiques, administratifs ou financiers mis en œuvre permettent de produire les effets attendus de cette politique et d'atteindre les objectifs qui lui sont assignés.» (article 1 er du décret). Enfin, la Loi Organique relative aux Lois de Finances, plus connues sous le vocable de «LOLF», de 2001, vient bousculer une organisation publique de l Etat, sur ces aspects budgétaire, une organisation accès sur une lecture juridique de l action publique, des Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

19 administrations fortement bureaucratisées «plus enclines à des logiques de moyens que de résultats». Dans les collectivités locales, c est bien dans les années 1990 / 2000 que la mise en œuvre d équipes dédiées au contrôle de gestion et à l évaluation des politiques publiques émerge de manière plus significative, même si quelques départements ou communes sont précurseurs. Ce phénomène de multiplication des équipes (plutôt en contrôle de gestion qu en audit ou en évaluation alors), concerne d abord les collectivités les plus importantes par la taille et les moyens, celles capables d intégrer ces fonctions supports dans leur organigramme, à l image des Départements. Il y aura, bien entendu des exceptions, la volonté de cadres dirigeants ou d élus étant souvent à l origine de ces équipes dédiées. Comme indicateur, et face à l émergence de ces nouveaux métiers dans la fonction publique, le Centre National de la Fonction Public Territoriale va créer quelques modules en ingénierie financière, puis en contrôle de gestion à la fin des années 90, demandant aux premiers experts du domaine public sur ces fonctions, mais aussi à des contrôleurs de gestion du secteur privé, d endosser le rôle de formateur. En 2003, l Ecole Nationale d Administration des Cadres Territoriaux de Montpellier (actuel INSET de Montpellier) créera le premier parcours de formation modulaire de contrôleur de gestion, devant permettre d aborder tous les champs d intervention et toutes les méthodes de travail en contrôle de gestion, y compris celles développées spécifiquement par des contrôleurs de gestion du secteur public, en poste, ayant déployé des méthodes de travail spécifiques à leur champ d intervention en collectivité. Il s agit d un cycle professionnel créé par Jean-Pierre MIRALLES, alors cadre pédagogique du CNFPT. Le premier groupe de stagiaires, en 2003, était essentiellement constitué d agents territoriaux, souvent juste nommés sur un poste nouvellement créé, issus surtout des Départements, Services Départementaux d Incendie et de Secours, grandes intercommunalités, grandes villes. Depuis, les Offices Publiques d HLM, les communautés de communes, les villes moyennes ou petites envoient des stagiaires dans ces cycles professionnels, qui ont lieu Montpellier mais aussi à Dunkerque, investissant dans la fonction du contrôle de gestion. Conclusion de cette partie : On le voit, les lignes ont changé et changent continuellement. La notion de «performance» reste complexe à définir strictement, car les interrelations des différents «champs de force» sollicités dans la démarche de gestion publique locale donnent Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

20 à cette notion de performance un aspect dynamique, réinterrogée en permanence par plusieurs paramètres internes ou externes, proches ou distants. On sait que la prise en compte des principes de pertinence, d efficacité, d efficience, de cohérence et d impacts (figure p 11) a contribué et contribue à l émergence de nouveaux métiers, dédiés à la gestion, au pilotage, au contrôle, à l évaluation, dans le secteur public. Cette émergence a été confortée par une évolution des attentes des décideurs publics. Mais, chemin faisant, elle est redimensionnée du fait de la prise en compte de facteur multiples ajoutant des dimensions à la mesure de la performance au niveau de ses résultats intrinsèques, mais aussi pour ces effets sur les différentes sphères impactées. La notion de performance, si on l accepte comme la vision la plus aboutie de la gestion publique locale (à concurrence de la notion d excellence maintenant utilisée dans le monde de l entreprise (2006 Jim COLLINS)), nécessite la prise en compte de toutes les dimensions plus ou moins concernées par sa réalisation (politique, stratégique, technique, opérationnelle, organisationnelle ) Elle interpelle les différentes dynamiques internes et externes de l organisation. Johann WAMBRE Master 2 Manager Territorial /

Le pilotage de la performance des collectivités locales : quelles convergences entre la sphère publique et la sphère privée?

Le pilotage de la performance des collectivités locales : quelles convergences entre la sphère publique et la sphère privée? Introduction générale Conférence 2 des collectivités locales : quelles convergences entre la sphère publique et la sphère privée? David CARASSUS, MC en sciences de gestion Damien GARDEY, Doctorant Cifre

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

Programme de formation «CAP RSEA»

Programme de formation «CAP RSEA» Programme de formation «CAP RSEA» Amélioration et mesure de la performance économique, sociale, sociétale et environnementale des Entreprises Adaptées Contexte La RSE se définit comme la responsabilité

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN 2 UNE CARTE À JOUER? Grâce à leurs aptitudes, les experts comptables et conseils fiscaux sont tout désignés

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards)

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Avant propos sur les tableaux de bord Le tableau de bord est l instrument sans qui tout démarche de progrès est impensable, comment assurer un jugement

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies Ce dossier pourrait se situer en conclusion des différents thèmes de ce cours. En effet, on peut considérer que la performance est le résultat d une bonne pratique du management sous toutes ses déclinaisons.

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

Management de projet

Management de projet Management de projet Programme de stage Le métier de Chef de Projet 2 Objectifs 2 Démarche 3 Contenu du programme 4 Modalités d intervention 5 Quelques références 6 www.laurentderauglaudre.com 1/6 370

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Comptabilité et Gestion des Organisations est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire, au sein des services administratifs,

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

Master Management des Ressources Humaines (MRH) Demande de création d un Diplôme d Université : Intensif «Expertise RH»

Master Management des Ressources Humaines (MRH) Demande de création d un Diplôme d Université : Intensif «Expertise RH» Master Management des Ressources Humaines (MRH) Demande de création d un Diplôme d Université : Intensif «Expertise RH» Présentation du Master 2 Management des Ressources Humaines Créé en 1991, le Master

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

La mobilité interne, enjeu d efficacité des organisations. Hélène Beaugrand juillet 2014

La mobilité interne, enjeu d efficacité des organisations. Hélène Beaugrand juillet 2014 La mobilité interne, enjeu d efficacité des organisations Hélène Beaugrand juillet 2014 1 Sommaire 1 Qu entend-on par mobilité? 2 Les grands enjeux de la mobilité 3 La mobilité professionnelle en pratiques

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 11/09/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 Les propositions et les programmes des différentes manifestations vous seront adressés par mail ou par courrier au plus tard un mois avant le début de la formation.

Plus en détail

Fiche 14 Le calcul des coûts fondé sur les activités (activity based costing- ABC).

Fiche 14 Le calcul des coûts fondé sur les activités (activity based costing- ABC). Analyse des coûts Fiche 14 Le calcul des coûts fondé sur les activités (activity based costing- ABC). 1. Définition. Piloter la performance implique de disposer des éléments les plus pertinents sur les

Plus en détail

Conduire une opération de changement de statut. 29/03/2009 Jean BRETIN 1

Conduire une opération de changement de statut. 29/03/2009 Jean BRETIN 1 Conduire une opération de changement de statut 29/03/2009 Jean BRETIN 1 Préambule Changer, c est mourir un peu Pour certaines cultures d entreprise, c est mourir beaucoup! Le but de ce document est de

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA GRH PUBLIQUE LOCALE

LES ENJEUX DE LA GRH PUBLIQUE LOCALE Convention sectorielle 2005-2006 Pacte pour une fonction publique locale et provinciale solide et solidaire Formation du personnel des pouvoirs locaux et provinciaux LES ENJEUX DE LA GRH DANS L ADMINISTRATION

Plus en détail

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet Campus TKPF Centre de compétences Synthèse du projet 1 UN ESPACE D INFORMATION, D ORIENTATION, D ACCOMPAGNEMENT & DE VALORISATION DE SON PARCOURS PROFESSIONNEL UNE INGENIERIE INTEGREE DU SYSTEME FORMATION

Plus en détail

catalogue de formations Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel

catalogue de formations Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel catalogue de formations Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel L IFccac

Plus en détail

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013?

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013? ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS ENQUETES Quelles RESPONSABLES sont vos pratiques FORMATIONS en 2013? Quelles sont vos pratiques en 2013? Enquête réalisée entre juin et septembre 2013 sur un échantillon

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010)

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) 1 ère année UE 1 GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE niveau M : 180 heures 20 ECTS coefficient

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

«Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de :

«Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de : «Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de : Pour écouter le webinaire : - Choisissez le mode Téléphone ou

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE Saadna Mohamed Abdenour Sétif CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif 2 e Forum Paramédical International 08 et 09 Décembre 2010 LE CADRE PARAMEDICAL «LE MANAGER» Mr S. ARIF Service de CCI CHU Sétif Deuxièmes

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE DE L ENTREPRISE. www.parlonsentreprise.com

MESURE DE LA PERFORMANCE DE L ENTREPRISE. www.parlonsentreprise.com MESURE DE LA PERFORMANCE DE L ENTREPRISE www.parlonsentreprise.com Objectifs de l atelier Prendre conscience des besoins des clients Apporter un service supplementaire utile a nos clients Presenter une

Plus en détail

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010 Livre Blanc Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique Mai 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) MASTER Spécialité MANAGEMENT DU SPORT Autorité responsable de la certification (cadre 2) Qualité du(es) signataire(s) de la certification

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION

Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION TABLE DES MATIÈRES Préface... 5 Remerciements... 7 Introduction... 9 Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION D UN INSTRUMENT DE PILOTAGE... 11 Chapitre 1 Un système nommé «entreprise»... 13 1. L approche

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Programmes de robotique FIRST // Repères pédagogiques au Québec //

Programmes de robotique FIRST // Repères pédagogiques au Québec // Programmes de robotique FIRST // Repères pédagogiques au Québec // FIRST au Québec Favoriser l Inspiration et la Reconnaissance des Sciences et de la Technologie auprès des jeunes du Québec, en les engageant

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFÉRENCE

ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFÉRENCE DOSSIER DE PRESSE ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFÉRENCE Vendredi 14 février 2014 NEVERS Aline DEVILLERS 03 86 60 58 50 - aline.devillers@cg58.fr Damien TRESCARTES 03 86 60 68 16 damien.trescartes@cg58.fr

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

CAVES COOPERATIVES VITI- VINICOLES,

CAVES COOPERATIVES VITI- VINICOLES, CAVES COOPERATIVES VITI- VINICOLES, ET SI NOUS ADOPTIONS UN PILOTAGE INNOVANT? La problématique pour les dirigeants de caves est de trouver un outil capable de lier les politiques d investissement, de

Plus en détail

La mutualisation des services : facteur de l intégration intercommunale?

La mutualisation des services : facteur de l intégration intercommunale? La mutualisation des services : facteur de l intégration intercommunale? F. Boulanjon, A. Choutet, J. Dezobry L. Dolique, F. Roussel-Devaux Elèves administrateurs territoriaux Promotion Robert Schuman

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Évaluer pour progresser

Évaluer pour progresser REFERENTIEL Février 2012 FONCTIONNEMENT ASSOCIATIF Évaluer pour progresser LE RÉFÉRENTIEL ASSOCIATIF : MODE D EMPLOI Présentation Pourquoi un référentiel? Le référentiel associatif est destiné aux associations

Plus en détail