PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE"

Transcription

1 Déparemen fédéral de l néreur DFI Offce fédéral de la Sasque OFS Économe, Éa e socéé Documen de raval Neuchâel, ocobre 2006 PRODUCTIVITE MULTIFACTORIELLE RAPPORT METHODOLOGIQUE Gregory Ras, OFS, secon srucures e conjoncure économques, él. : e-mal : Perre Sollberger, OFS, secon srucures e conjoncure économques, él. : e-mal : N de commande : Espace de l Europe CH-2010 Neuchâel

2 TABLE DES MATIERES 1. Inroducon 3 2. La noon de producvé 3 3. Servces du capal Uné d effcacé sandard (UES) Indce des coûs d usage du capal Taux d nérê Taux d nérê exogène Taux d nérê endogène Taux d nérê ex ane Gans/peres de déenon Indce des servces rés du capal Inran en raval Chox de l uné de mesure Coû d usage du raval Indce du coû oal des faceurs de producon Indce de la producvé mulfacorelle Développemens analyques Conrbuons des faceurs de producon à la crossance économque Len enre l évoluon de la producvé horare du raval e la PMF Résumé, lmes e concluson Bblographe 21 Lse des abrévaons Annexe : Encadré : Tableaux : Graphque : Résulas des modèles de régresson lnéare sur les gans (ou peres) de déenon Un profl âge-effcacé géomérque mplque un profl âge-prx géomérque 1. Mesures de l acvé économque e de la producvé 2. Dsponblé des séres longues de aux d nérê 3. Résulas des modèles de régresson 1. Profl âge-effcacé géomérque «double declnng» ronqué 2/27

3 1. Inroducon La producvé consue un élémen cenral des analyses de la crossance. En effe, ces dernères meen souven la performance économque d un pays en relaon avec la mand œuvre e le capal physque qu on éé ulsés. La producvé es égalemen un ndcaeur préceux sur l effcence avec laquelle les ressources à dsposon d une économe son ulsées. Enfn, l évoluon de la producvé es souven ulsée pour comparer les performances relaves des dfférenes économes. Jusqu à présen, les données dsponbles lmaen les éudes à la seule producvé du raval 1. Grâce aux ravaux menés par l Offce fédéral de la sasque (OFS) en 2005 e 2006 sur l esmaon du sock de capal bru non fnancer, l es dorénavan possble d obenr des résulas sur l évoluon de l nran en capal e donc de la producvé mulfacorelle (PMF). Ce documen présene les prncpales hypohèses qu on serv de base au calcul de la crossance de la PMF en Susse. Les réflexons reposen largemen sur la méhodologe développée par l Organsaon de coopéraon e de développemen économque (OCDE) 2. Sa mse en applcaon a nécessé ceranes adapaons en foncon de la dsponblé des sources sasques susses. Ben que la méhodologe décre dans ce documen so oalemen compable avec la praque nernaonale, la mesure de la MFP en Susse dffère quelque peu de celle ulsée par l OCDE. D une par, les données susses reposen sur un évenal de 16 acfs fxes, alors que les résulas de l OCDE poren sur 6 caégores. D aure par, les données susses sur les nvesssemens dans la consrucon ncluen les logemens résdenels 3, ands que ces derners son exclus des données de l OCDE. En conséquence, une cerane prudence s mpose dans l nerpréaon e l ulsaon des résulas à un nveau nernaonal. Ces résulas son régulèremen adapés e son dsponbles sur le se Inerne 4 de l OFS sous le hème Econome naonale. Ce rappor méhodologque présene brèvemen, dans le chapre 2, les prncpales noons de la producvé. Le chapre 3 développe la méhodologe e les hypohèses relaves à la mesure des «servces du capal», alors que la sélecon de l nran en raval es raée dans la pare 4 du documen. Les chapres 5, 6 e 7 présenen les éapes nécessares à la mesure de la producvé mulfacorelle à propremen parler ans que les développemens analyques y relafs. Enfn, le chapre 8 clô ce documen en résuman brèvemen les prncpaux aboussemens de la mesure de la PMF en Susse e en fasan une évaluaon des ravaux menés dans ce domane par l OFS. 2. La noon de producvé Au sen d une enreprse, l acvé de producon mplque noammen l ulsaon combnée de machnes, les bâmens, d énerge e d man-d œuvre. Ces dfférens élémens formen les faceurs de producon raval e le capal. Le rappor enre le résula de l acvé de producon e l un d eux es appelé producvé du faceur consdéré. Au moyen de ce rao, on peu mesurer l effcence avec laquelle es ulsé un faceur de producon. 1 Pour plus d nformaon sur la producvé du raval, vor par exemple : Offce fédéral de la sasque (OFS), Producvé du raval : Comparasons nernaonales : le rôle des données dans l nerpréaon des résulas, Neuchâel, Organsaon de coopéraon e de développemen économques (OCDE), Compendum of Producvy Indcaors, Pars, Faue de données suffsammen déallées, l excluson des logemens résdenels dans le oal des nvesssemens sur une longue pérode n es pas possble à l heure acuelle en Susse. 4 3/27

4 Le ableau T1 c-dessous présene les prncpales mesures de la producvé selon que l on consdère la valeur de producon brue (VPB) ou la valeur ajouée brue (VAB) comme mesure du résula de l acvé économque. Tableau T1 : Mesures de l acvé économque e de la producvé Mesures de l acvé économque Traval Mesures de l nran Capal Traval & Capal Capal, raval e enrées nermédares Valeur de producon brue (VPB) Producvé du raval (VPB) Producvé du capal (VPB) PMF capalraval (VPB) KLEMS Valeur ajouée brue (VAB) Producvé du raval (VAB) Producvé du capal (VAB) PMF capalraval (VAB) - Mesures de producvé unfacorelle Mesures de producvé mulfacorelle PMF : Producvé mulfacorelle KLEMS : Capal (K), Labour (L), Energy (E), Maerals (M) and Servces (S) npus Les mesures de producvé les plus connues son la producvé du raval e la producvé du capal. Elles on pour caracérsque d êre des mesures parelles de la producvé. En effe, chaque faceur de producon es consdéré solémen alors qu l n es pas le seul à avor conrbué à l acvé économque. On parle pour cee rason de producvé apparene du raval, respecvemen du capal. La producvé mulfacorelle es une mesure de la producvé prenan en compe smulanémen les deux faceurs de producon raval e capal ulsés dans le processus de producon. Elle mesure l effcence avec laquelle les faceurs de producon raval e capal son ulsés dans l acvé économque. Le ableau T1 monre que l acvé économque peu êre mesurée so par la valeur des bens e des servces produs (lgne «Producon» dans le ableau T1), so par la valeur ajouée brue qu résule du processus de producon (lgne «Valeur ajouée»). La valeur ajouée brue (VAB) es habuellemen recommandée pour les analyses économques e cee mesure de l acvé économque a éé reenue pour les calculs fas en Susse. En effe, la VAB en compe unquemen des conrbuons nees (so producon mons enrées nermédares lées à cee producon) des enreprses. Au nveau d un pays, le produ néreur bru (PIB) consue l agréga de référence le plus pernen. Ce derner mesure, moyennan cerans faceurs correcfs (mpôs, subvenons, ec.) 5, la somme des valeurs ajouées brues générées par les dfférenes branches d acvé économque. Le chox de la VAB comme mesure de l acvé économque mplque par alleurs que la producvé des KLEMS ne fa pas acuellemen l obje d éudes offcelles en Susse. De els ravaux son exrêmemen exgeans en erme de données e la base sasque susse lasse peu d espors pour des développemens dans ce domane. 5 Des nformaons supplémenares peuven êre rouvées dans : Offce fédéral de la sasque (OFS), Une nroducon à la héore e à la praque des Compes naonaux «Méhodes e conceps du SEC»,. Neuchâel, /27

5 D un pon de vue echnque, la crossance de la PMF es mesurée comme un résdu. En effe, elle correspond à la dfférence enre la crossance du PIB, mesuré aux prx de l année précédene, e celle des faceurs de producon raval e capal. Les appors analyques de la PMF son mulples : elle en compe des changemens d allocaon enre le raval e le capal au fls du emps va l éude de l nensé capalsque. En oure, elle reflèe non seulemen les effes des évoluons echnques, mas égalemen des économes d échelle e des changemens dans la composon du faceur raval. Vu ces dmensons mulples, l conven ouefos de ne pas assocer rop éroemen la PMF e le progrès echnque. Ce derner es en effe qu une des mulples composanes de l évoluon de la PMF. Le caracère synhéque de cee dernère es ouefos un aou mporan pour des analyses globales de la performance d une économe donnée. 3. Servces du capal La noon de «servces du capal» es cenrale pour la mesure de la PMF. Il es mporan de soulgner c que ce concep s écare de la concepon habuelle des servces. Dans le langage couran, un servce es une presaon acquse auprès d un ers qu a pour objecf de changer un éa donné. Ans, la consulaon d un médecn a pour objecf de reméder aux sympômes d une malade. En l occurrence, le servce du capal vse à mesurer la conrbuon d un acf fxe à l acvé économque. Il conven par conséquen de consrure un flux de servces qu, d une par, prend en compe la basse progressve de la capacé producve d un acf au fl du emps, e d aure par, peu êre agrégé en un ndce synhéque afn de permere des analyses macroéconomques. Un raval préalable mporan a éé la mse sur peds du sock de capal bru non fnancer 6. Il a ensue fallu mesurer le flux des servces généré par le sock de capal. Cee mesure s effecue en deux éapes : 1. Converson de chaque caégore d acfs fxes en unés d effcacé sandard (UES). Cee éape perme de prendre en consdéraon la basse de capacé producve des acfs fxes duran leur durée de ve. 2. Agrégaon des UES des dfférens ypes d acfs en un ndce global. Pour ce fare, les coûs d usage du capal pour les dfférens ypes d acfs fxes son ulsés comme coeffcens de pondéraon. 3.1 Unés d effcacé sandard (UES) La converson des dfférenes caégores d acfs fxes en unés d effcacé sandard a pour objecf de prendre en compe la pere de capacé producve des dfférens acfs fxes au fur e mesure que ceux-c vellssen. Ans, les acfs fxes plus ancens son généralemen mons effcaces du fa de leur usure e produron un volume plus fable de servces du capal, que des acfs plus récens. Pour mesurer les UES, on a recours à des profls «âge-effcacé» 7. Ces derners reflèen la dmnuon de la quané des servces générés par les acfs fxes au cours de leur durée de ve ule de leur usure. Les profls les plus fréquemmen ulsés son les profls géomérque e hyperbolque. Ces profls on les caracérsques suvanes : 6 Pour plus de rensegnemens vor, Offce fédéral de la sasque (OFS), Rappor méhodologque pour la mesure du sock de capal non fnancer pour la Susse, Documen de raval, Neuchâel, A noer que la mesure des UES renvoe égalemen à la noon de profl «âge-prx». Ce derner décr le prx relaf de dfférenes généraons du même acf à un pon donné dans le emps. Ean donné la méhode reenue en Susse, ce pon n es pas déallé plus en avan dans ce documen. 5/27

6 - Avec un profl hyperbolque, on consdère que la capacé producve des acfs dmnue par pees fracons au débu de leur durée de ve, pus que les peres d effcacé augmenen avec l âge. Le profl «âge-effcacé» es de forme concave. - Un profl géomérque mplque une basse rapde de la capacé producve des acfs fxes duran la premère année de durée de ve. Par la sue, les peres dmnuen. Le profl géomérque es convexe. D nenses débas enre expers on leu au nveau nernaonal pour déermner le profl le plus adéqua pour la mesure de la PMF. Une endance se dégage acuellemen pour préconser le recours à la méhode géomérque. Oure les qualés nrnsèques de ce profl, qu peu êre ulsé pour ous les acfs fxes, la smplcé d ulsaon de la méhode géomérque es un argumen mporan. Les propréés de la foncon géomérque smplfen en effe grandemen l analyse des servces rés du capal. Cee méhode a donc éé reenue pour les calculs en Susse. On peu relever c que c es le profl géomérque «double declnng balance» qu a éé chos. Par «double declnng balance», on enend le fa que le aux de déprécaon d un acf fxe donné es mulplé par deux. Cec perme de enr compe à la fos du décln de la capacé producve d un acf fxe dû à son âge (au aux consan de 1/n) e en même emps de son aux de moralé (égalemen au aux consan de 1/n) 8. D un pon de vue echnque, le profl âge-effcacé géomérque coïncde avec le profl de déprécaon de l acf fxe en queson 9. Les coeffcens du profl âge-effcacé géomérque se déermnen de la manère suvane : Coef j 1 Où 1 δ = 1 n 2 ( δ) = ( δ) j (1) 1 = 1 2 = = Taux de déprécaon ancpé (ou ex ane) n 2 n 1 n = 1 + n n 2 j = j ème année d exsence de l acf 10. n = Durée de ve ule des acfs en années. 2 1 (2) n Un pon mporan rese encore en suspens : jusqu à quel momen consdère--on qu un acf fxe donné es capable de conrbuer à l acvé économque? Dfférenes opons exsen. Ans, l es possble de dre qu un acf cesse de fournr des servces à la fn de sa durée de ve ule. Ce prncpe de la «mor sube» reflèe ouefos mal la réalé, car l es évden qu une pare des acfs conrbue plus longemps à l acvé économque. Le roncage en compe de ce que les acfs fxes peuven connuer à conrbuer à l acvé économque, au-delà de leur durée de ve ule, sans pour auan prolonger ndéfnmen le profl âge-effcacé. Dans le cas présen, on consdère que le processus de calcul des profls âgeeffcacé s arrêe lorsque le coeffcen es nféreur à 10% (vor à ce propos le graphque 1 cdessous). Cee manère de fare es par alleurs conforme aux praques de l OCDE. 8 Vor égalemen : Barbara M. Fraumen, The measuremen of Deprecaon n he U.S Naonal Income and Produc Accouns, Survey of Curren Busness, July Vor: Schreyer, P., La mesure des socks de capal, des servces du capal e de la producvé mulfacorelle, Revue économe de l OCDE, No. 37, 2003/2, pp Par convenon, l acha d un acf fxe se fa au 1 er janver de l année consdérée. Un acf fxe acheé en 2000 aura auss 1 année d exsence au 1 er janver /27

7 Graphque G1 : Profl âge-effcacé géomérque «double declnng ronqué (exemple d un acf fxe d une durée de ve ule de 50 ans) Coeffcen Année Le servce de capal de l acf fxe à l année calculé sur la base d un profl âge-effcacé géomérque, s exprme de la manère suvane : S Où n + k j = (1 δ ) FBCF j j= 0 (3) FBCF -j = Formaon brue de capal fxe pendan l année -j = j = k = 1,, 10 (caégores d acfs fxes). 1, 2, 3,, n+k. nombre d années supplémenares consdéré sue au roncage. δ = Taux de déprécaon ancpé de l acf. n = Durée de ve ule en années. Deux élémens mporans peuven encore êre relevés c : 1. Pour mesurer le servce du capal, l hypohèse es fae que les dfférenes généraons d acfs son parfaemen subsuables 11. Cec sgnfe que l on fa l hypohèse qu un acf neuf remplace déalemen un acf ancen. Le servce du capal es donc exprmé en «nouvelles unés équvalenes» de l acf. 2. Les données de la compablé naonale sur les nvesssemens en bens d équpemen e dans la consrucon reposen sur une opque «Produs». Cec sgnfe que les nformaons à dsposon permeen de connaîre le monan des nvesssemens effecués dans la consrucon de roues par exemple. Par conre, elles ne permeen pas de savor qu effecue ces nvesssemens. Cee lme des données de base a un mpac mporan sur les possblés d analyse. En effe, comme l n es pas possble de venler le sock de capal sur les dfférens seceurs ou les branches d acvé économque. La PMF peu donc êre mesurée unquemen au nveau de l économe naonale. 11 Schreyer, P., (2003), La mesure des socks de capal, des servces du capal e de la producvé mulfacorelle, Revue économe de l OCDE, No. 37, 2003/2, pp e Dewer, Erwn D., Measurng he Prce and Quany of Capal Servces under Alernave Assumpons, Deparmen of Economcs Workng Paper n 01-24, Unversy of Brsh Columba, 2001, p.28. 7/27

8 3.2 Indce des coûs d usage du capal Les socks producfs des dfférens acfs fxes éan calculés, l fau encore procéder à leur regroupemen dans un ndce global. Ce regroupemen repose sur les coûs d usage du capal (CUC). Ces derners corresponden aux prx des servces du capal. En prncpe, ls doven donc refléer la producvé margnale des dverses caégores d acfs fxes. Dfférens élémens jouen un rôle dans ce conexe. Ans, deux acfs fxes don la valeur nale es denque mas qu n on pas la même durée de ve ule on des coûs d usage dfférens. L acf don la durée de ve es la plus coure a un coû d usage plus élevé. En effe, les propréares doven amorr ce acf fxe sur une pérode plus coure. Le coû d usage du capal pour l acf à la pérode se calcule de la manère suvane 12 : u, o Où o, o *, ( r + δ ( p ω ) = P (4) 0 u, = Indce du coû d usage du capal (2000 = 100), de l acf fxe à l année., P o = Indce du prx de l acf fxe (2000 = 100) à l année. * r = Taux d nérê réel de l année. δ 0 = Taux d amorssemen (méhode géomérque «double declnng balance»)., p = Varaon du prx de l acf enre les années e -1. ω = Taux d nflaon 13 de l économe de l année., ( p ω ) = Gan ou pere de déenon. s s, ( p ω ), ( p ω ) > 0 Gan de déenon. < 0 Pere de déenon. L équaon (4) c-dessus monre que le CUC es foncon non seulemen du prx de l acf consdéré, mas égalemen du aux d nérê qu do êre payé pour pouvor acquérr ce acf, respecvemen du coû d opporuné qu sera supporé s l acquson de l acf éa fnancée avec des fonds propres. Le aux d nérê es ans un paramère cenral pour l évaluaon. Il es présené plus en déal dans le chapre c-dessous. L équaon (4) me égalemen en avan l nfluence des gans ou peres de déenon. Concrèemen, le coû d usage d un acf dmnue s son propréare peu fare un gan de déenon. Ce gan reflèe le fa que le prx sur le marché de l acf fxe a augmené plus rapdemen que le nveau général des prx. A l nverse, une pere de déenon augmene le coû d usage de l acf vu que le propréare perdra de l argen s l vena à vendre son acf. La problémaque des gans ou peres de déenon es déallée dans le chapre c-dessous. On peu encore relever l mporance de l nflaon dans l équaon (4). Oure leur len avec les gans ou peres de déenon, les évoluons de prx on une nfluence mporane sur les aux d nérê réels. 12 Pour plus de déals, vor Organsaon de coopéraon e de développemen économques (OCDE), Cos of capal servces and he naonal accouns, P. Schreyer, W. E. Dewer e A. Harrson, Workng Pary On Naonal Sascs, Pars, Selon l ndce des prx à la consommaon (IPC), calculé par l OFS. 8/27

9 Il es de ce fa ule de précser que l ndce des prx à la consommaon de l OFS a éé reenu c pour obenr un aux d nérê réel. D aures possblés, elles que le déflaeur du PIB, on éé écarées, car elles ne présenaen pas les qualés requses an économques qu en ermes de degré de déal e de dsponblé (longues séres). Les, P o son des ndces de prx des dfférenes caégores d acfs fxes. Dans ce conexe, l conven de relever encore une «lme» de ces ndces de prx. En Susse, ces derners fon référence à la branche d acvé économque, e non aux produs. En d aures ermes, les déflaeurs reposen sur une approche des prx du ype «oupu», par opposon à une approche de prx de ype «npu». En conséquence, la srucure e les prx de la demande 14 domesque pour les nvesssemens son approxmés par les prx de l offre domesque Taux d nérê La praque nernaonale perme de dégager deux opons fondamenales pour le chox du aux d nérê réel. On peu ulser alernavemen : - so un aux basé sur les aux observés sur les marchés fnancers. Cee opon mesure un aux exogène. - So un aux basé sur les données de la compablé naonale. Cee opon mesure un aux endogène. Le chox de l opon n es pas sans conséquence sur les résulas. Il es donc judceux de présener les avanages e nconvénens de ces deux méhodes avan de présener la soluon reenue en Susse Taux d nérê exogène Le recours aux aux du marché a de nombreux avanages : les aux son le refle des ransacons enre aceurs économques sur les marchés fnancers e corresponden donc à une réalé économque. Implcemen, ls ennen donc compe d mperfecons du marché qu, elle la concurrence mparfae ou les rendemens d échelle crossans, son rès dffcles à modélser. En oure, les aux déermnen en pare le aux de renablé aendu des nvesssemens. En effe, la décson d acheer un acf fxe se fonde noammen sur la comparason enre le aux de renablé aendu de l acf e le revenu qu pourra êre reré d une aure ulsaon des fonds (coû d opporuné). Par exemple, dans le cas d nvesssemens réalsés dans l mmobler fnancés par des empruns, les enrepreneurs n acquérron un acf que s les revenus fuurs escompés génèren un aux de renablé supéreur au aux de l emprun. En Susse, l approche du aux exogène bue sur deux dffculés : d une par, les séres longues dsponbles son peu nombreuses. En effe, seules les données sur les oblgaons de la Confédéraon son dsponbles jusqu en 1990, année de référence pour les calculs de la PMF (vor ableau T2 c-dessous). D aure par, les aux endogènes doven refléer un coû d opporuné, donc un ceran rsque. S les calculs doven reposer faue de meuxunquemen sur les aux d nérê des oblgaons de la Confédéraon, ls évacuen la prme de rsque que l nvessseur es en dro d aendre pour placer son argen dans un proje rsqué. La dffculé de l exercce apparaî s on fa smplemen la moyenne des ros maurés de la Confédéraon. Le aux d nérê réel exogène sur la pérode s élève à 2,4%. 14 On peu encore relever le fa que les ndces de prx son exprmés aux prx de base. Pour mémore, le prx de base es une noon de compablé naonale e correspond au monan que le produceur reço de l acheeur par uné de ben ou servce produe, le cas échéan dmnué des mpôs sur les produs mons les subvenons sur les produs (vor le Sysème européen des compes 1995 (SEC95), paragraphe /27

10 Compe enu de l absence de rsque dans le aux endogène, nous consdérons que ce résula représene la borne nféreure pour les esmaons du aux d nérê en Susse. Tableau T2 : Dsponblé de séres longues de aux d nérê en Susse Inulé Dsponble dès Taux mplces selon la compablé naonale (Inérê) 2000 Oblgaons de la Confédéraon (5 ans) 1990 Oblgaons de la Confédéraon (10 ans) 1990 Oblgaons de la Confédéraon (20 ans) 1990 Aures oblgaons (Confédéraon) 1990 Aures oblgaons (Canons) 2001 Aures oblgaons (Banques) 2001 Aures oblgaons (Indusres) 2001 Aures oblgaons (Eranger AAA) 2001 Aures oblgaons (Eranger AA) 2001 Aures oblgaons (Eranger A) 2001 Source : Banque naonale susse, Bullen mensuel de sasque économque. Excepon : Taux mplces selon la compablé naonale, source : OFS Taux d nérê endogène Le recours à un aux d nérê mplce basé sur les résulas de la compablé naonale a comme grand avanage de respecer le cadre de référence sur lequel repose le PIB. En oure, l garan la cohérence oale enre le volume des servces rés du capal e son aux de rendemen. En effe, le calcul du aux endogène prend en compe l excéden bru d exploaon. Ce derner correspond à la dfférence enre le PIB, mesuré dans le compe de producon, e la rémunéraon des salarés 15. L excéden bru d exploaon mesure ans noammen la rémunéraon (loyer) du capal e la cohérence avec le rendemen des capaux es de ce fa garane. Touefos le recours au aux d nérê endogène mplque ndrecemen le respec d un ceran nombre d hypohèses de raval lées au modèle concepuel sous-jacen. Or, ces hypohèses son relavemen lourdes. En effe, le modèle fa l hypohèse que les rendemens d échelle son consans 16, que la concurrence es parfae 17 e que les aceurs économques on des ancpaons raonnelles 18. Compe enu de ces ros hypohèses, le PIB à prx courans (PIB), selon l approche par les revenus se calcule de la manère suvane : PIB = w L + r K (5) Où = 1991,, Pour plus d nformaon vor, Offce fédéral de la sasque (OFS), Le sysème de compablé naonale, Résulas , premères esmaons 2004 (avec CD-Rom), Neuchâel, Des rendemens d échelle consans sgnfen que sue à une augmenaon smulanée des deux faceurs de producon dans la même proporon la valeur de producon augmene dans la même proporon. 17 Sous cee hypohèse, les profs générés par les enreprses corresponden à une «juse» rémunéraon des faceurs de producon (absence de superprofs). 18 Les ancpaons raonnelles mplquen que les aux de renablé aendus (ex ane) des enrepreneurs son égaux aux aux de renablé observés (ex pos). En d aures ermes, les prévsons e les aenes des enrepreneurs son en moyenne correces. 10/27

11 PIB = w = L = r = K = e w L = Produ néreur bru à prx courans. Taux de salare horare. Inran en raval. Taux d nérê endogène du capal. Inran en capal. Rémunéraon oale des salarés. r K = Excéden bru d exploaon 19. Dans l équaon (5) oues les varables son connues, sauf r. Ce derner peu ouefos êre esmé (hors gan/peres de déenon) sur la base de l équaon (6) c-dessous. r K Où = u = + δ (6),, * 0 S p0 (r 0 ) S * r = Taux d nérê réel endogène de l année 20, 1,,+ 1 p0 = (p p ) S = (S + S+ 1) 2 avec S représenan le sock d acf fxe producf à l année. Comme on le vo, le recours au aux d nérê réel endogène mplque l accepaon d un ceran nombre d hypohèses de raval qu ne fon pas nécessaremen l unanmé. En oure, l conven de relever que l excéden bru d exploaon ne correspond pas exacemen au loyer du capal dans la praque de la compablé naonale. En effe, la valeur ajouée brue conen non seulemen l excéden bru d exploaon e la rémunéraon des salarés, mas égalemen les revenus mxes. Dans le sysème de la compablé naonale, ces revenus corresponden à la rémunéraon des ravalleurs ndépendans. Le problème en au fa que la dsncon enre la rémunéraon du raval d un ndépendan e le prof qu l re de son enreprse n es souven pas possble. Cependan, une séparaon des revenus mxes enre «rémunéraon oale des employés» e «excéden d exploaon», es envsageable s l on adme que : 1. Les ravalleurs ndépendans perçoven un aux de rémunéraon denque à celu des salarés effecuan un raval smlare. Ou que 2. Les enreprses non consuées en socéé ren de leur producon un revenu denque à celu des enreprses consuées, exerçan des acvés smlares. Compe enu des données dsponbles fournes par les CN 21, l hypohèse 1 a éé reenue 22. Ans, la rémunéraon des ravalleurs ndépendans es dédue de l excéden bru d exploaon e 19 Pour plus de déals, vor Organsaon de coopéraon e de développemen économques (OCDE), Cos of capal servces and he naonal accouns, P. Schreyer, W. E. Dewer e A. Harrson, Workng Pary On Naonal Sascs, Pars, 2005a. Page Par souc de smplfcaon, l es fa l hypohèse que * r es consan pour oues les caégores d acfs fxes. 21 Pour plus de déals vor : Offce fédéral de la sasque (OFS), Le sysème de compablé naonale, Résulas , premères esmaons 2004 (avec CD-Rom), Neuchâel, /27

12 ajouée à la rémunéraon des salarés calculée par les CN. En d aures ermes, dans l équaon (5) la varable «w L» représene la rémunéraon oale des ravalleurs (y comprs les ndépendans). En subsuan l équaon (6) dans l équaon (5), on oben la relaon suvane : PIB = w L + p (r + δ ) S (7), 0 * 0, δ (PIB wl ) p0 S 0 * =, p 0 S r (8) Sur la base des données de la compablé naonale, le aux d nérê réel endogène pour la pérode s élève à 4,4%. On peu consdérer que ce résula es la borne supéreure pour les esmaons susses Taux nérê réel ex ane On sa que le aux d nérê réel qu enre dans la mesure des coûs d usage du capal (vor équaon (4) c-dessus) es censé refléer un aux d nérê ancpé (ex ane) par les nvessseurs. En effe, l consue le coû d opporuné que ces derners prennen en compe dans leurs décsons. Or, le chox d une sére de aux d nérê réel ex ane n es pas facle en Susse. En effe, comme relevé précédemmen, la noon de rsque n es pas consdérée dans la mesure exogène de aux d nérês basée sur les oblgaons émses par la Confédéraon. De même, le recours à des aux d nérê endogènes mplque des hypohèses e des chox lourds, vore dffclemen accepables compe enu de la réalé économque des marchés. Dans un el conexe, l paraî opporun de consdérer que ces deux mesures reflèen les lmes nféreures e supéreures pour un aux d nérê réel exogène ex ane. La mesure du aux n es pas réglée pour auan. En lgne avec la praque d aures pays, l OFS a décdé de prendre comme esmaon du aux d nérê réel ex ane la valeur moyenne du aux exogène moyen (2,4%) e du aux endogène moyen (4,4%). Le aux reenu en Susse es ans de 3,4%. La soluon reenue par la Susse a l avanage de reposer sur des données propres. En oure, la méhode perme de dsposer d un aux réel ex ane prenan en compe les mperfecons du marché, ou en respecan égalemen le cadre de référence de la compablé naonale. Le résula fnal es égalemen cohéren avec le fa que les aux d nérê en Susse son relavemen bas en comparason des pays vosns. Pour conclure, on peu encore relever qu afn de respecer l opque ex ane, le aux es applqué pour oues les années. En d aures ermes, le aux de 3,4% es une consane pour oue la pérode sous revue Gans / peres de déenon Comme explcé dans la pare nroducve du chapre, le coû d usage du capal représene le coû d opporuné de l ulsaon de l nran en capal dans le processus de producon. Il conven donc de prendre en compe l mpac des gans/peres de déenon. 22 Noons que ces deux hypohèses son l une e l aure ou auan juses e plausbles. Touefos, dans un cas comme dans l aure, les résulas obenus son passablemen dfférens. 12/27

13 Selon le sysème de référence de la compablé naonale, à savor le Sysème européen des compes de 1995 (SEC 95) 23, édcé par l Unon européenne, les gans/peres de déenon son : «la conséquence des varaons du prx des acfs. Le seul faceur à l orgne des gans (ou peres) de déenon es la déenon dans le emps des acfs concernés qu ne subssen aucune ransformaon, quelle qu elle so. Les gans (ou peres) de déenon mesurés sur la base des prx courans des acfs sur le marché son appelés gans e peres nomnaux de déenon. Ils peuven êre décomposés en gans e peres neures de déenon, qu reflèen les varaons du nveau général des prx, e en gans e peres réels de déenon, qu renden compe des flucuaons des prx relafs des acfs». «Les valeurs des gans réels de déenon réalsés sur des acfs dépenden donc des flucuaons moyennes des aures prx elles que mesurées par l ndce général des prx». Pour rappel, selon l équaon (4) c-dessus, les gans/peres de déenons se défnssen comme la dfférence enre la varaon du prx de chaque acf e le aux d nflaon 24 de l économe. Leur prse en compe se heure ouefos à deux problèmes majeurs : 1. En pérode de fore nflaon, le coû d usage du capal peu léralemen exploser. 2. S la varaon du prx d un acf es rès élevée, l se peu que son coû d usage du capal devenne négaf. En effe, le gan de déenon sera el qu l fera plus que compenser le prx nal, le aux d nérê e l amorssemen. Or, cec n a pas de sens d un pon de vue économque. Il es parculèremen dffcle de rouver une soluon au deuxème problème. Ans, l évoluon des prx des nvesssemens dans la consrucon peu êre affecée par le prx du erran. En prncpe selon le SEC 95, ce derner es exclu de la valeur de l nvesssemen, mas on ne peu garanr un respec ener de cee prescrpon. Par conséquen, l es possble que les évoluons de prx des errans affecen les prx des nvesssemens e les évoluons relaves des prx peuven poser un réel problème. Dans un el conexe, on pourra fare l hypohèse smplfcarce que les ancpaons des enrepreneurs sur l évoluon du prx de l acf corresponden exacemen aux ancpaons, relaves au aux d nflaon. En conséquence p ω sera égal à zéro. Dans ces condons, ( le coû d usage du capal s écrra alors de la manère suvane : u, o, o * ( r + δ ) = P (9) 0 Cee hypohèse es ouefos rop radcale, e elle n es par conséquen pas reenue dans le présen rappor. Afn d éver d êre confroné aux deux problèmes menonnés c-dessus e dans le respec de la vson ex ane des coûs d usage du capal (vor chapre ), les séres ex pos de gans/peres de déenon, propres à chaque caégore d acfs fxes, on fa l obje d une procédure de lssage. Par souc de smplfcaon, ce raemen sasque a éé effecué sur les, gans/peres de déenon globaux, à savor ( p ω ), e non sur chaque composane prse ndvduellemen. ) 23 Pour plus de déal vor 7.40, Offce sasque des communaués européennes (Eurosa), Sysème européen de compes, SEC 1995, Offce des publcaons offcelles des Communaués Européennes, Luxembourg, Selon l ndce des prx à la consommaon (IPC), calculé par l OFS. 13/27

14 Un modèle de régresson lnéare smple, es calculé pour chaque sére de gans/peres de déenon ex pos. On vérfe ensue s la pene de chaque droe de régresson es sasquemen dfférene de zéro (pour un seul de 5%). S des endances sgnfcaves son mses en évdence, celles-c son prses en compe lors de la mesure des séres de gans/peres de déenon ex ane. Ces derners corresponden aux valeurs esmées par les modèles de régresson. A défau, ls son esmés sur la base d une smple moyenne arhméque. Le déf cenral deven par conséquen la déecon d une endance dans les séres de gans/peres de déenon ex pos. Le modèle de régresson lnéare smple suvan es calculé pour chaque caégore d acfs fxes, sur la pérode : Gans _ peres _ déenon = β0 + β1 + ε Où = 1,, 10 (caégores d acfs fxes) = 1980,, 2004 (10) Le ableau T3 c-dessous, résume les résulas obenus pour chaque modèle de régresson. Les résulas comples son dsponbles dans l annexe de ce documen. Tableau T3 : Résulas des modèles de régresson Varable dépendane ^ β 1 p-value Méaux Machnes e d équpemens Machnes de bureau, d ordnaeurs Machnes e d apparels élecrques Equp. de rado, de TV e de communcaon Insr. médcaux e de précson, horlogere Auomoble Aures moyens de ranspor Produs nformaques Consrucon Source : OFS On consae que les produs nformaques, les équpemens de rado de élévson e de communcaon, e les machnes de bureau e d'ordnaeurs, présenen une pene sasquemen dfférene de zéro 25. En conséquence, pour ces 3 caégores, les gans (ou peres) de déenon esmés par le modèle de régresson son ulsés dans le calcul des CUC. Pour les aures caégores d acfs fxes, on prend la moyenne arhméque des gans/peres de déenon sur la pérode Grâce à la procédure de lssage, l es possble d obenr des gans/peres de déenon aendus ou ancpés. En conséquence, l équaon (4) c-dessus ne conen, à l excepon du prx des 25 En d aures ermes, la p-value do êre nféreure ou égale à 0,05. 14/27

15 acfs (, P o ), que des élémens ex ane. De plus, le recours à des séres lssées perme d éver d avor des coûs négafs d usage du capal. 3.3 Indce des servces rés du capal Les chapres précédens on monré commen les caégores d acfs fxes son converes en unés d effcacé sandard e la manère de calculer les coûs d usage du capal. Il rese encore à examner la mesure de l ndce de volume des servces rés du capal 26. Ean donné l héérogénéé des dfférenes caégores d acfs, les unés d effcacé sandard son pondérées par les coûs d usage du capal propres à chaque caégore d acfs fxes. L OCDE recommande le recours à un ndce de Törnqvs pour mesurer un ndce de volume des servces du capal 27. Ce ndce ulse les coûs d usage moyen de chaque acf comme faceur de pondéraon du aux d évoluon des servces du capal. Ean donné que les coûs d usage du capal reflèen la producvé margnale des dfférens acfs (vor chapre 3.2), ls permeen d agréger des nvesssemens héérogènes. On oben ans une mesure globale du capal producf. Ce ndce es prvlégé à celu de Fsher afn de garanr une cohérence dans le processus de calcul de la PMF. En effe, l ndce ans mesuré des servces rés du capal enre dans le processus fnal de calcul de la producvé mulfacorelle (vor chapre 6). Or, l ndce de la PMF repose sur un ndce de Törnqvs. Dans un souc d homogénéé e de rgueur scenfque, l es dès lors nécessare d applquer la même méhode ou au long du processus de calcul. L ndce de Törnqvs des servces du capal s écr : S u S u 1S 1 S ln = ln (11) S 1 u S u 1S 1 S 1 Où = 1991,, S = Servce du capal de l acf en. 4. Inran en raval Le chapre 3 a présené les dfférenes hypohèses de raval reenues pour la mesure du faceur capal. Il rese encore à examner l nran en raval reenu pour la mesure de la PMF. Ic encore, la référence au cadre de référence des Compes naonaux, le SEC 95, es de mse. Ce derner prévo quare sources alernaves pour mesurer l nran en raval, brèvemen présenées c-dessous : 1. Nombre de personnes acves occupées Les personnes occupées comprennen ous les ndvdus (salarés e ravalleurs ndépendans) qu exercen une acvé enran dans le processus de producon. Ce concep es parculèremen adéqua pour analyser la suaon d'un groupe de personnes sur le marché du raval. Par conre, l n'es pas appropré pour une analyse de la producvé. En effe, un 26 Les aux de crossance son mesurés, dans ce documen, selon la méhode logarhmque., où k représene le nombre de pérodes 1 X + k X = ln k X consdérées. 27 Source : Schreyer, P., (2003), La mesure des socks de capal, des servces du capal e de la producvé mulfacorelle, Revue économe de l OCDE, No. 37, 2003/2, p /27

16 ndvdu ayan pluseurs emplos sera compé une fos unquemen à parr de son acvé prncpale. De plus, ce concep ne prend pas en compe l'évoluon du emps de raval effecf. En effe, l arbue le même pods à un emplo à emps parel qu'à un emplo à plen emps. 2. Nombre d'emplos Par emplo, l fau enendre oues les acvés exercées dans le cadre du processus de producon. Ce concep es préférable à celu de personnes occupées, mas l n'es pas pour auan la melleure mesure de l nran en raval. En effe, le raemen du raval à emps parel pose égalemen problème. 3. Nombre d'heures effecvemen ravallées Le oal des heures ravallées représene la somme des heures effecvemen ouvrées par les salarés e les ravalleurs ndépendans au cours d'une pérode compable dans le cadre des acvés de producon. Cee mesure en ans compe de l effe des heures d absences, des vacances ou des congés malade. Elle consue la seule vérable mesure du «volume» de raval e es reconnue comme éan la mesure la plus approprée pour le calcul de la producvé par les organsaons nernaonales. 4. Nombre d'emplos en équvalence plen emps Il s'ag d'une mesure nermédare enre le nombre d'emplos e le nombre d'heures effecvemen ravallées. L'emplo en équvalence plen emps (ou emplo en EPT) se défn comme le nombre oal d'heures ravallées dvsé par la moyenne annuelle des heures ravallées dans des emplos à plen emps sur le errore économque. L'emplo en EPT es une mesure sasfasane pour calculer la producvé du raval. Il ne peu ouefos pas oujours rendre compe de l'évoluon de la durée effecve du raval. 4.1 Chox de l uné de mesure Comme on le vo, les organsaons nernaonales, e noammen l OCDE recommanden d ulser les heures effecvemen ravallées pour calculer la producvé. En Susse, les heures effecvemen ravallées son mesurées à l ade de la sasque du volume de raval (SVOLTA 28 ). Cee dernère recense les heures effecvemen ouvrées par les salarés e les ravalleurs ndépendans au cours d'une pérode compable dans le cadre des acvés de producon. La sasque des heures effecvemen ravallées su plenemen les recommandaons nernaonales e les résulas de la Susse son parfaemen comparables à ceux de ses prncpaux parenares économques. Les données sur les heures effecvemen ravallées son dsponbles depus Coû d usage du raval Comme menonné dans le chapre , la mesure du coû de l ulsaon du faceur raval nécesse une procédure d ajusemen. En effe, la rémunéraon des salarés, calculée par la compablé naonale, ne prend pas en consdéraon la rémunéraon des ravalleurs ndépendans. Cee dernère es comprse dans l excéden bru d exploaon, mas elle n apparaî pas en an que elle dans la séquence de compe. Il conven donc d esmer cee rémunéraon afn d obenr la rémunéraon oale de l nran de raval. Conformémen à la méhodologe de l OCDE 29, l esmaon de la rémunéraon oale des ravalleurs (y comprs les ndépendans) repose sur l expresson suvane : W Où REMUN EMPLTOT EMPL = (12) 28 Pour plus de déals, vor : Offce fédéral de la sasque (OFS), Indcaeurs du marché du raval 2005, Neuchâel, Organsaon de coopéraon e de développemen économques (OCDE), Compendum of Producvy Indcaors, Pars, 2005b. 16/27

17 = 1991,, W = Rémunéraon oale de l nran en raval. REMUN = Rémunéraon des salarés. EMPL = Nombre de ravalleurs dépendans (hors ndépendans e collaboraeurs famlaux). EMPLTOT = Nombre oal de personnes acves occupées (y comprs les ndépendans). Ean donné que la varable EMPLTOT conen non seulemen les ravalleurs ndépendans mas égalemen les ndépendans, ces derners on éé sousras afn d obenr la varable EMPL.. Celle-c correspond au nombre de personnes acves occupées dépendanes. En Susse, la dsncon enre ravalleurs ndépendans e dépendans, dans la sasque sur la populaon acve occupée (SPAO) 30, es dsponble unquemen pour le mleu du second rmesre de l année. Ans, l esmaon du nombre annuel de ravalleurs ndépendans repose sur l hypohèse que la par des ndépendans dans le oal des personnes acves occupées au mleu du deuxème rmesre es égalemen valable pour le oal de l année. Le nombre de ravalleurs ndépendans de l année, se calcule comme su : INDEP2T, INDEP EMPLTOT EMPLTOT = (13) 2T, Où INDEP 2T, EMPLTOT 2T, = Par, en %, des ravalleurs ndépendans dans le oal des acfs occupés au mleu du second rmesre de l année. Afn d obenr une esmaon du nombre de ravalleurs dépendans de l année (EMPL ), les ndépendans annuels (INDEP ), calculés dans l équaon (13) son sousras aux personnes acves occupées annuelles pour la pérode (EMPLTOT ). EMPL = (14) EMPLTOT INDEP 5. Indce du coû oal des faceurs de producon Les coûs d ulsaon des nrans en raval e en capal éan calculés, l conven de déermner leur par relave dans le coû oal des faceurs de producon (C ). Ces dernères servron de coeffcen de pondéraon lors de l agrégaon des faceurs de producon en un ndce des coûs oaux d ulsaon des faceurs de producon (vor à ce suje le chapre 6). Le coû oal d ulsaon des faceurs de producon s écr : C = W + u S (15) La par du coû de l nran en raval dans le coû oal es mesurée par : L W s = (16) W + u S 30 Pour plus d nformaons vor, Offce fédéral de la sasque (OFS), Indcaeurs du marché du raval 2005, Neuchâel, /27

18 La par du coû de l nran en capal dans le coû oal es donnée par : u + S S s = (17) W u S 6. Indce de la producvé mulfacorelle Avan de procéder au calcul à propremen parler de la PMF, l conven encore d agréger les nrans en raval e en capal (équaons 11, 16 e 17) en un ndce global. Ce derner repose sur un ndce de volume de Törnqvs (vor chapre 3.3) e se calcule de la manère suvane : X L L L S S S 1 = + 1 ln (s s 1 )ln 2 (s s 1 )ln, (18) X 1 L 1 S 1 Où L ln = Taux d évoluon de l nran de raval, mesuré en heures effecvemen L 1 ravallées. S ln = Taux d évoluon de l nran de capal. S 1 X ln = Taux d évoluon des nrans oaux. X 1 L évoluon de la producvé mulfacorelle correspond alors à la dfférence enre le aux de crossance du produ néreur bru e le aux d évoluon des nrans oaux. PMF PIB X ln = ln ln (19) PMF 1 PIB 1 X 1 Où PIB ln = Taux d évoluon du PIB aux prx de l année précédene année de référence PIB Développemens analyques Comme menonné dans la pare nroducve de ce documen, la producvé mulfacorelle mesure noammen l'effcence avec laquelle les nrans capal e raval son ulsés dans l'acvé de producon. Il s'ag d'une mesure plus éendue de l'effcence que la producvé du raval. Ce chapre présene deux développemens analyques majeurs qu l es désormas possble de mesurer pour l économe susse : 1. La mesure de la conrbuon des faceurs de producon à la crossance de l acvé économque. Cee mesure es présenée dans le chapre 7.1 c-dessous. 2. Le len enre le aux d évoluon de la PMF e de la producvé horare du raval. Ce len es présené dans le chapre 7.2 c-dessous. 18/27

19 7.1 Conrbuons 31 des faceurs de producon à la crossance économque En subsuan l équaon (18) dans l équaon (19), l es possble de mesurer les conrbuons des faceurs de producon à la crossance économque. PMF PIB L S ln = ln α ln (20) PMF 1 PIB 1 L 1 1 Où ( 1 α) ln S 1 L L α = (s + s ) = Par du coû du raval dans le coû oal des nrans 2 1 L ln = Taux d évoluon de l nran en raval L 1 S ln = Taux d évoluon de l nran en capal S 1 Après réorgansaon des ermes, l équaon (20) deven : PIB PMF L S ln = ln + α ln + (21) PIB 1 PMF 1 L 1 1 ( 1 α) ln S Les faceurs conrbuan à la crossance du PIB son la crossance de l nran en raval, la crossance de l nran en capal e de la crossance de la PMF. Comme relevé précédemmen, cee dernère composane mesure noammen l effcence avec laquelle les nrans son ulsés dans le processus de producon. En d aures ermes, elle reflèe noammen les producvés combnées du raval e du capal. Les conrbuons des nrans de raval e de capal, quan à elles, ndquen l évoluon de la quané de raval e de capal, e donc l nensé capalsque, qu es négrée dans le processus de producon. 7.2 Len enre l évoluon de la producvé horare du raval e de la PMF A parr de l équaon (20) c-dessus, l es relavemen asé de mere en évdence le len qu exse enre la producvé mulfacorelle e la producvé horare du raval. Après sousracon des deux côés de l équaon du aux de crossance de l nran en raval, on oben : PMF L PIB L L S ln ln = ln ln α ln (22) PMF 1 L 1 PIB 1 L 1 L 1 1 Après smplfcaon, l équaon (22) deven : ( 1 α) ln S LP ln = Taux de crossance de la producvé horare du raval LP 1 PMF L LP L S ln ln = ln α ln (23) PMF 1 L 1 LP 1 L 1 1 ( 1 α) ln S 31 Pour plus de déals sur la mesure e l nerpréaon des conrbuons, vor : Offce fédéral de la sasque (OFS), L économe susse des années 90 à nos jours, Fas marquans e analyses conjoncurelles, Neuchâel, /27

20 Comme le monre l équaon (24) c-dessous, le aux de varaon de la producvé du raval peu se décomposer en deux élémens : la varaon de la producvé mulfacorelle e la varaon de l nensé capalsque. S L ( 1 α) ln ln LP PMF ln = ln + (24) LP 1 PMF 1 S 1 L 1 Varaon de l nensé capalsque Le aux d évoluon de la producvé horare du raval correspond à la somme de la PMF e de l nensé capalsque, pondérée par la par du coû du capal dans le coû oal des faceurs de producon. 8. Résumé, lmes e concluson Ce documen présene la méhodologe ulsée par l OFS pour esmer le aux de crossance de la producvé mulfacorelle (PMF). Basée sur les recommandaons de l OCDE, cee méhodologe en compe des parcularés de l apparel sasque susse e repose prncpalemen sur les données de la compablé naonale. Cec garan une cohérence oale avec le cadre permean de calculer le produ néreur bru (PIB) e le respec des règles du sysème des compes (SEC 95). Les prncpaux aboussemens de la mesure du aux de crossance de la PMF peuven se résumer de la manère suvane : - Le aux de crossance de la producvé mulfacorelle correspond à la dfférence enre le aux d évoluon du produ néreur bru, mesuré aux prs de l année précédene, e le aux de varaon des nrans en raval e en capal combnés. La PMF mesure noammen l effcence avec laquelle les nrans son ulsés dans le processus de producon. - Le sock de capal bru non fnancer n enre pas en an que el dans la mesure de la producvé du capal e donc de la producvé mulfacorelle. Il es nécessare d esmer des servces du capal. - Pour esmer ces servces, l fau d abord converr chaque caégore d acfs fxes en unés d effcacé sandard. Cee converson es effecuée, en Susse, sur la base d un profl géomérque «double declnng» ronqué. - Les unés ans calculées son regroupées en un ndce global grâce aux coûs d usage du capal. On ulse un ndce de Törnqvs pour d obenr un ndce global des servces rés du capal. - Les coûs d usage du capal requèren, quan à eux, un aux d nérê réel ex ane e des gans/peres de déenon ex ane. Le aux d nérê réel reenu en Susse es une moyenne enre un aux endogène e un aux exogène. Ce fasan, on éve de conrandre le cadre analyque avec des élémens qu ne corresponden pas à la suaon de l économe susse. Des séres lssées on éé ulsées pour enr compe des gans/peres de déenon ex ane. - Pour le faceur raval, les heures effecvemen ravallées son reenues, car elles consuen la melleure mesure de l'nran en raval. - La valeur ajouée brue, respecvemen le PIB, es reenue comme mesure de l acvé économque. - La crossance du PIB peu se décomposer en conrbuons des faceurs de producon e de la PMF. - Le aux d évoluon de la producvé horare du raval correspond à la somme des aux d évoluon de la PMF e de l nensé capalsque (rappor enre le capal e le raval), pondérée par la par du coû du capal dans le coû oal des faceurs de producon. 20/27

21 Dans ses démarches, l OFS a cherché à ulser au meux l nformaon exsane. Les résulas de ces ravaux on fa l obje d un screenng nformel de la par de l OCDE. Celle-c esme que la démarche adopée es smlare à ce qu es fa dans les aures pays qu on procédé à de elles esmaons. Les résulas peuven de ce fa êre consdérés comme éan de bonne qualé. Il es cependan avéré qu une elle démarche bue névablemen sur ceranes lmes, an au nveau des conceps qu au nveau des données. Ans, l es dscuable de fare l hypohèse que les dfférenes généraons d acfs son parfaemen subsuables. Le progrès echnque e les effes de qualé affecen de oue évdence les performances des dfférens acfs. De même, l sera ule d avor des données sur les nvesssemens par branche d acvé afn d en déermner l orgne. Il es ouefos évden que ce ype d nformaon peu êre obenu unquemen va des enquêes supplémenares auprès des enreprses. Une analyse coûs-bénéfces sommare suggère que le gan en nformaons pour l analyse ne compense pas oujours le surcroî de charges pour les enreprses. Les ravaux déallés dans ce documen son donc le refle d un avanageux équlbre enre les exgences des analyses e les aenes des fournsseurs de données. A ce re, ls fournssen un npu supplémenare pour les décdeurs sans engendrer une charge supplémenare pour les fournsseurs de données. 9. Bblographe Barbara M. Fraumen, The measuremen of Deprecaon n he U.S Naonal Income and Produc Accouns, Survey of Curren Busness, July Burda Mchael, Wyplosz Charles, Macroéconome une perspecve européenne, 3 ème édon, Debock, Dewer, Erwn D., Measurng he Prce and Quany of Capal Servces under Alernave Assumpons, Deparmen of Economcs Workng Paper n 01-24, Unversy of Brsh Columba, Drk Pla e Paul Schreyer, Aperçu de la base de données sur la producvé de l OCDE, Observaeur nernaonal de la producvé, numéro 8, prnemps Dodge Y., Sasque, dconnare encyclopédque, Dunod, Pars, Fernald, J. G. & Basu, S., «Why s Producvy Procyclcal? Why do we Care?», Inernaonal Fnance Dscussons Papers, No. 638, Board of Governors of he Federal Reserve Sysem, Offce fédéral de la sasque (OFS), Indcaeurs du marché du raval 2004, Neuchâel, Offce fédéral de la sasque (OFS), L économe susse des années 90 à nos jours, Fas marquans e analyses conjoncurelles, Neuchâel, Offce fédéral de la sasque (OFS), Le sysème de compablé naonale, Résulas , premères esmaons 2004 (avec CD-Rom), Neuchâel, Offce fédéral de la sasque (OFS), Producvé du raval : Comparasons nernaonales : le rôle des données dans l nerpréaon des résulas, Neuchâel, Offce fédéral de la sasque (OFS), Sock de capal non fnancer, Rappor méhodologque, Neuchâel, Offce sasque des communaués européennes (Eurosa), Sysème européen de compes, SEC 1995, Offce des publcaons offcelles des Communaués Européennes, Luxembourg, /27

LA MESURE DES STOCKS DE CAPITAL, DES SERVICES DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ MULTIFACTORIELLE

LA MESURE DES STOCKS DE CAPITAL, DES SERVICES DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ MULTIFACTORIELLE Revue économque de l OCDE, n 37, 2003/2 LA MESURE DES STOCKS DE CAPITAL, DES SERVICES DU CAPITAL ET DE LA PRODUCTIVITÉ MULTIFACTORIELLE par Paul Schreyer TABLE DES MATIÈRES Inroducon... 186 Servces du

Plus en détail

LIMITES DU MARCHÉ : MONOPOLE NATUREL

LIMITES DU MARCHÉ : MONOPOLE NATUREL LIMITES DU MARCHÉ : MONOPOLE NATUREL Le monopole naurel CM décroî avec l échelle de producon = Cm rès fable / CF L Éa do réglemener Soluon 1 : arfcaon au coû margnal Effcace au sens de Pareo mas peres

Plus en détail

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1

Philippe BIENAIME Actuaire I.S.F.A., GPA Laboratoire de Sciences Actuarielle et Financière, I.S.F.A., Université Claude Bernard Lyon 1 SYSTEMES BOUS-MALUS Phlppe BIEAIME Acuare I.S.F.A., GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A., Unversé Claude Bernard Lyon ahale RICHARD GPA Laboraore de Scences Acuarelle e Fnancère, I.S.F.A.,

Plus en détail

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises

La régression logistique PLS : Application à la détection de défaillance d entreprises Busness Scool W O R K I N G P A P E R S E R I E S Workng Paper 04-38 La régresson logsque PLS : Applcaon à la déecon de défallance d enreprses BEN JABEUR Sam p://.pag.fr/fr/accuel/la-recerce/publcaons-wp.ml

Plus en détail

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation

Modèles d analyse des biographies en temps discret Exemple d utilisation Modèles d analyse des bographes en emps dscre Exemple d ulsaon Jean-Mare Le Goff Cenre Lnes Pôle Naonal de recherche Lves Unversé de Lausanne Plan Deux ypes de données dscrèes Modèles à emps dscre Modèle

Plus en détail

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris

Gestion de production court terme en contexte incertain. Gestion de production à court terme. EDF R&D École Centrale Paris Geson de producon cour erme en conee nceran EDF R&D École enrale Pars Geson de producon à cour erme Encadrans ndusrels : Gérald Vgnal - Jérôme Quenu Encadran académque : Yves Dallery-Mchel Mnou Snda Ben

Plus en détail

EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE

EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE EVALUATION DE L IMPACT DU CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Benoî Mulkay e Jacques Maresse 2 Rappor pour le Mnsère l Ensegnemen supéreur e de la Recherche Novembre 20 Unversé de Monpeller Faculé d'econome beno.mulkay@unv-monp.fr

Plus en détail

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance

La méthodologie d étude d évenement : Une méthode et des outils à s approprier en finance evue des Scences Humanes Unversé Mohamed Khder Bskra No :9 La méhodologe d éude d évenemen : Une méhode e des ouls à s approprer en fnance Unversé de Skkda ésumé: Les éudes d événemens son largemen applquées,

Plus en détail

Présentation de la plateforme

Présentation de la plateforme e o N n o a n n e o s é r a s P l u d e c Présenaon de la plaeforme Mad Doc es un espace vruel de consulaon e de mse à dsposon de suppors e nformaons produs / servces ITGA. L objecf es de connuer à s nscrre

Plus en détail

Modélisation et simulation de l hydroformage de liners métalliques pour le stockage d hydrogène sous haute pression

Modélisation et simulation de l hydroformage de liners métalliques pour le stockage d hydrogène sous haute pression Modélsaon e smulaon de l hydroformage de lners méallques pour le sockage d hydrogène sous haue presson J.C. Geln, C. Labergère,. Boudeau, S. Thbaud Insu FEMTO-ST, Déparemen Laboraore de Mécanque Applquée

Plus en détail

Règlement d exploitation du Stade de glace Patinage public

Règlement d exploitation du Stade de glace Patinage public Règlemen d exploaon du Sade de glace Panage publc 1. Bu Le Sade de glace de Benne es un leu de renconre régonal. Son bu es de répondre aux besons du spor (spor de compéon e de losr), du délassemen acf

Plus en détail

Combiner des apprenants: le boosting

Combiner des apprenants: le boosting Types d expers Combner des apprenans: le boosng A. Cornuéjols IAA (basé sur Rob Schapre s IJCAI 99 alk)! Un seul exper sur l ensemble de X! Un exper par sous-régons de X (e.g. arbres de décsons)! Pluseurs

Plus en détail

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES

L'INFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPITAL SUR LA DECISION D INVESTIR ET SUR L INVESTISSEMENT CORPOREL DES ENTREPRISES DE SERVICES FRANCAISES Cenre de Recherche pour l Eude e l Observaon des Condons de Ve L'NFLUENCE DU COUT D USAGE DU CAPTAL SUR LA DECSON D NVESTR ET SUR L NVESTSSEMENT CORPOREL DES ENTREPRSES DE SERVCES FRANCASES LE RECOURS

Plus en détail

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr

Notice d information contractuelle Entreprise article 83. Generali.fr parculers professonnels ENTREPRISES Noce d nformaon conracuelle Enreprse arcle 83 General.fr Noce d nformaon conracuelle Sommare Préambule... 3 Arcle 1 - Défnons... 3 Arcle 2 - bje... 4 Arcle 3 - Garanes...

Plus en détail

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC

BILAN EN ELECTRICITE : RC, RL ET RLC IN N TIIT :, T I. INTNSIT : = dq d en couran varable I = Q en couran connu Méhode générale d éablssemen des équaons dfférenelles : lo d addvé des ensons pus relaons dq caracérsques :, lo d Ohm u = aux

Plus en détail

Bureaux d études en traitement des images

Bureaux d études en traitement des images Bureau d éudes en raemen des mages ESERB Fère Téécommuncaons 3 ème année Opon SC ESERB Fère Eecronque 3 ème année Opon TS AEE 4-5 M. DOAS Bureau d éudes en raemen des mages PARTE REDRESSEMET Dans cee pare

Plus en détail

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18

par Yazid Dissou** et Véronique Robichaud*** Document de travail 2003-18 Deparmen of Fnance Mnsère des Fnances Workng Paper Documen de raval Conrôle des émssons de GES à l ade d un sysème de perms échangeables avec allocaon basée sur la producon Une analyse en équlbre général

Plus en détail

particuliers PROFESSIONNELS entreprises Notice d information contractuelle Loi Madelin Generali.fr

particuliers PROFESSIONNELS entreprises Notice d information contractuelle Loi Madelin Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale...

But... 2. I. Généralités sur la quantification des risques dans le SST... 2. I.1 Modèle analytique... 3. I.1.1 Version intégrale... GUIDE PRATIQUE sur le modèle sandard SST pour les rsques de marché Edon du 23 décembre 204 Table des maères Bu... 2 I. Généralés sur la quanfcaon des rsques dans le SST... 2 I. Modèle analyque... 3 I..

Plus en détail

VALORISATION D OPTIONS DIGITALES EN SITUATION DE MARCHE INCOMPLET

VALORISATION D OPTIONS DIGITALES EN SITUATION DE MARCHE INCOMPLET VALORIAION D OPION DIGIALE EN IUAION DE MARCHE INCOMPLE Parck NAVAE Chrsophe VILLA CREREG, Insu de Geson de Rennes REUME L objecf prncpal poursuv dans ce arcle, es d éuder quelques applcaons e exensons

Plus en détail

PREVISION DES VENTES ET EFFICACITE DES CHAINES LOGISTIQUES - ESSAI DE MODELISATION -

PREVISION DES VENTES ET EFFICACITE DES CHAINES LOGISTIQUES - ESSAI DE MODELISATION - Les Cahers du CREAD n 9 /00 5 PREVISION DES VENTES ET EFFICACITE DES CHAINES LOGISTIQUES - ESSAI DE MODELISATION - Mosefa BELMOKADDEM * Omar BENATEK ** RESUME Le bu de ce raval es un essa d analyse du

Plus en détail

LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (1967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION. Jean-Baptiste Gossé 1 et Julio Raffo 2

LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (1967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION. Jean-Baptiste Gossé 1 et Julio Raffo 2 LES DESEQUILIBRES DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX (967-2002) : CROISSANCE, POLARISATION ET FINANCIARISATION Jean-Bapse Gossé e Julo Raffo 2 RÉSUMÉ Ce arcle rerace l émergence des déséqulbres mondaux de compe

Plus en détail

PLAN D EVALUATION MAURDOR SECONDE CAMPAGNE

PLAN D EVALUATION MAURDOR SECONDE CAMPAGNE PLAN D EVALUATION MAURDOR ECONDE CAMPAGNE 1 INTRODUCTION Coordonnée par le Laboraore Naonal de mérologe e d Essas (LNE) e CAIDIAN, fnancée par la DGA, la présene campagne d évaluaon propose un cadre commun

Plus en détail

Régimes transitoires

Régimes transitoires ÉLECTOCINÉTIQUE chapre 3 égmes ransores En régme connu, les composanes capacves e nducves d un crcu son analogues respecvemen à un crcu ouver e à un cour-crcu. Elles n on donc aucun nérê. Cependan, s un

Plus en détail

Allocation stratégique d actifs et ALM pour les régimes de retraite

Allocation stratégique d actifs et ALM pour les régimes de retraite N d ordre : 00-0 Année 0 THÈSE présenée devan l UNIVERSITÉ CLAUDE BERNARD - LYON ISFA pour l obenon du DIPLÔME DE DOCTORAT Spécalé scences acuarelle e fnancère présenée e souenue publquemen le 00/00/0

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr

Notice d information contractuelle Loi Madelin. Generali.fr parculers PRFESSINNELS enreprses Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln General.fr Noce d nformaon conracuelle Le présen documen es rems à re de proposon e de proje de conra. Naure de la Convenon : LA RETRAITE

Plus en détail

Émissions d obligations rachetables :

Émissions d obligations rachetables : Émssons d oblgaons racheables : movaons e rendemens oblgaares mplqués Maxme DEBON Franck MORAUX Parck NAVATTE Unversé d Evry Unversé de Rennes Unversé de Rennes & LAREM & CREM & CREM Ocobre 2 Absrac Après

Plus en détail

Décomposition d une fraction rationnelle en éléments simples

Décomposition d une fraction rationnelle en éléments simples Décomposon d une fracon raonnelle en élémens smples I Premère éape Dvson eucldenne de polynômes On rappelle que procéder à la dvson eucldenne d un polynôme A par un polynôme B non nul, c es écrre A BQ

Plus en détail

Politique éducative et marché du travail en Afrique du Sud. Une analyse en équilibre général calculable dynamique

Politique éducative et marché du travail en Afrique du Sud. Une analyse en équilibre général calculable dynamique Caher de recherche/workng Paper 09-37 Polque éducave e marché du raval en Afrque du Sud. Une analyse en équlbre général calculable dynamque Hélène Masonnave Bernard Decaluwé Aoû/Augus 2009 Masonnave: Pos

Plus en détail

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers

Etude économétrique de l efficience informationnelle face aux anomalies sur les marchés boursiers Eude économérque de l effcence nformaonnelle P P: 0-5 Eude économérque de l effcence nformaonnelle face aux anomales sur les marchés boursers Mohamed CHIKHI - Unversé de Ouargla- Membre assocé LAMETA -

Plus en détail

UNE POLITIQUE DE MAINTENANCE PREVENTIVE ASSOCIEE A UNE DEGRADATION ACCUMULATIVE BIVARIEE OBSERVEE CONTINUMENT

UNE POLITIQUE DE MAINTENANCE PREVENTIVE ASSOCIEE A UNE DEGRADATION ACCUMULATIVE BIVARIEE OBSERVEE CONTINUMENT UNE POITIQUE DE AINTENANE PREVENTIVE ASSOIEE A UNE DEGRADATION AUUATIVE BIVARIEE OBSERVEE ONTINUENT A PREVENTIVE AINTENANE POIY ASSOIATED WITH A ONTINUOUSY OBSERVED UUATIVE BIVARIATE DETERIORATION Ha Ha

Plus en détail

LA VALEUR ACTIONNARIALE : NOTE TECHNIQUE

LA VALEUR ACTIONNARIALE : NOTE TECHNIQUE LA VALEUR ACTIONNARIALE : NOTE TECHNIQUE Rober COBBAUT e Séphane NASSAUT Unversé Caholque de Louvan INTROUCTION La vogue de la «valeur aconnarale» (shareholder value) peu êre arbuée pour une par mporane

Plus en détail

Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM)

Modèles de Risques et Solvabilité en assurance Vie. Kaltwasser Perrine Le Moine Pierre. Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles (ACAM) Modèles de Rsques e Solvablé en assurance Ve Kalwasser errne Le Mone erre Auoré de Conrôle des Assurances e des Muuelles (ACAM 6, rue abou 75436 ARIS CEDEX 9 él. : + 33 55 5 43 5 fax : + 33 55 5 4 5 perrne.kalwasser@acam-france.fr

Plus en détail

Mécanisme international de la transmission des cycles économiques entre les États-Unis et les pays Asiatiques

Mécanisme international de la transmission des cycles économiques entre les États-Unis et les pays Asiatiques Mécansme nernaonal de la ransmsson des cycles économques enre les Éas-Uns e les pays Asaques Amra MAJOUL majoul_amra@homal.com Appled Quanave Analyss Un (UAQUAP) - ISG and GATE (UMR 5824- CNRS), Hgher

Plus en détail

Notice d information contractuelle Loi Madelin

Notice d information contractuelle Loi Madelin Noce d nformaon conracuelle Lo Madeln 1. LA RETRAITE es une convenon d assurance collecve sur la ve à adhéson ndvduelle e faculave. Les dros e oblgaons de l Adhéren peuven êre modfés par des avenans au

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Real and nominal convergence amongst MENA countries

Real and nominal convergence amongst MENA countries MRA Munch ersonal ReEc Archve Real and nomnal convergence amongs MENA counres REY, Serge CATT, Unversy of au e ays de l Adour Sepember 2005 Onlne a hp://mpra.ub.un-muenchen.de/30206/ MRA aper No. 30206,

Plus en détail

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012 École de Technologe Supéeue Pa : Fancs Boudeau, ÉcThé Révson : Aïda Ouangaoua INF35 Taval Paque # Remse le 6 ocobe 0 Inaon à la pogammaon en géne mécanque Taval ndvduel. Objecfs - Mee en applcaon des noons

Plus en détail

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE

Cours Thème VIII.3 CONVERSION STATIQUE D'ÉNERGIE ours hème VIII.3 ONVSION SAIQU D'ÉNGI 3- Famlles de conversseurs saques Suvan le ype de machne à commander e suvan la naure de la source de pussance, on dsngue pluseurs famlles de conversseurs saques (schéma

Plus en détail

Propriétés des mesures de la dépense énergétique quotidienne habituelle

Propriétés des mesures de la dépense énergétique quotidienne habituelle Recuel u Symposum 014 e Sasque anaa Au-elà es méhoes raonnelles enquêes : l aapaon à un mone en évoluon Propréés es mesures e la épense énergéque quoenne habuelle Wayne A. Fuller 1 e Dave Oshus Résumé

Plus en détail

MANAGER => CHEF DE PROJET DE L ÉCHEC AU SUCCÈS. Michèle VAYN pour le PMI de Vélizy 12 février 2014

MANAGER => CHEF DE PROJET DE L ÉCHEC AU SUCCÈS. Michèle VAYN pour le PMI de Vélizy 12 février 2014 MANAGER => CHEF DE PROJET DE L ÉCHEC AU SUCCÈS Mchèle VAYN pour le PMI de Vlzy 12 fvrer 2014 I - Cas concre II - Aous e rsques III - Smludes / dfferences : fausse queson IV Posonnemen : cl du succès I

Plus en détail

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête

N o 12-001-XIF au catalogue. Techniques d'enquête N o -00-XIF au caalogue echnques d'enquêe 005 Commen obenr d aures rensegnemens oue demande de rensegnemens au suje du présen produ ou au suje de sasques ou de serces connexes do êre adressée à : Dson

Plus en détail

Taxation optimale et réformes fiscales dans les PED Une revue de littérature tropicalisée.

Taxation optimale et réformes fiscales dans les PED Une revue de littérature tropicalisée. DOCUMENT DE TRAAIL DT/2001/02 Taaon opmale e réformes fscales dans les PED Une revue de léraure ropcalsée. Jean-Franços GAUTIER RESUME Les pays en développemen son acculés depus le débu des années 80 à

Plus en détail

Dares Analyses. La répartition des hommes et des femmes par métiers Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans

Dares Analyses. La répartition des hommes et des femmes par métiers Une baisse de la ségrégation depuis 30 ans Dares Analyses décembre 13 N 79 publcaon de la drecon de l'anmaon de la recherche, des éudes e des sasques La réparon des hommes e des femmes par méers Une basse de la ségrégaon depus 3 ans Les femmes

Plus en détail

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques

Optimisation du plan de gestion du stock d une entreprise de distribution des produits pharmaceutiques Revue es Scences e e la Technologe - RST- Volume 3 1 / janver 2012 Opmsaon u plan e geson u sock une enreprse e srbuon es prous pharmaceuques D. Bellala, M.S. oune, A. Abessme Laboraore 'Auomaque e e Proucque

Plus en détail

e s ABONNEZ-VOUS! #famillest 2015-2016

e s ABONNEZ-VOUS! #famillest 2015-2016 e d a : f C n d e n g ABONNEZVOUS! 20152016 #famllest La aon 20142015 a éé rche en rebondemen, en upen e en émoon Nou ouhaon vou remercer d avor oujour éé à no côé e de nou avor poué juqu en demfnale.ce

Plus en détail

La Table de concertation sur la récupération des CRU non consignés Rapport final

La Table de concertation sur la récupération des CRU non consignés Rapport final - - La Tabe de conceraon sur a récupéraon des CRU non consgnés Rappor fna - - La Tabe de conceraon sur a récupéraon des CRU non consgnés Rappor fna SOMMAIRE Orgne e fonconnemen de a Tabe de conceraon des

Plus en détail

COMPRENDRE LA METHODE X11

COMPRENDRE LA METHODE X11 COMPRENDRE LA METHODE X Domnque LADIRAY, Benoî QUENNEVILLE Julle 999 Domnque Ladray es Admnsraeur de l Insu Naonal de la Sasque e des Éudes Économques, 8 Boulevard Adolphe Pnard, 754 Pars, France. Ce raval

Plus en détail

NOTES TECHNIQUES SUR LA CONSTRUCTION DU PROFIL DE PAUVRETE 2001 ET L ANALYSE DE LA DYNAMIQUE DE LA PAUVRETE ENTRE 1999 2001

NOTES TECHNIQUES SUR LA CONSTRUCTION DU PROFIL DE PAUVRETE 2001 ET L ANALYSE DE LA DYNAMIQUE DE LA PAUVRETE ENTRE 1999 2001 REPOBLIKAN I MADAKASIKARA anndrazana Fahafahana- Fandrosoana MINISERE DE L ECONOMIE E DE LA PLANIFICAION SECREARIA GENERAL INSIU World Bank CORNELL NAIONAL DE LA U N I V E R S I Y SAISIQUE Drecon Des Sasques

Plus en détail

Chapitre 1.1a Les oscillations

Chapitre 1.1a Les oscillations Chapre 1.1a Les oscllaons La cnémaque La cnémaque es l éue u mouvemen un obje en foncon u emps. Pour ce fare, nous avons recours au conceps e poson, vesse e accéléraon : Poson : ( uné : m Vesse : v ( uné

Plus en détail

Intégration financière en Asie de l Est : l apport des tests de stationnarité et de cointégration en panel

Intégration financière en Asie de l Est : l apport des tests de stationnarité et de cointégration en panel Inégraon fnancère en Ase de l Es : l appor des ess de saonnaré e de conégraon en panel Cyrac GUILLAUMIN 1 Documen de raval CEPN 19/2008 Résumé : L objecf de ce paper es de mesurer le degré d négraon fnancère

Plus en détail

Intégration réelle et hétérogénéités macroéconomiques en union monétaire : une évaluation en équilibre général intertemporel

Intégration réelle et hétérogénéités macroéconomiques en union monétaire : une évaluation en équilibre général intertemporel Inégraon réelle e éérogénéés macroéconomques en unon monéare : une évaluaon en équlbre général neremporel Aurélen Eyquem Jean-Crsope Pouneau 2 CREM - UMR CNRS 62 - Unversé de Rennes Mars 2007 Unversé de

Plus en détail

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2

UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (1992) AU QUÉBEC * par. Georges Dionne 1,2 Charles Vanasse 2 UNE ÉVALUATION EMPIRIQUE DE LA NOUVELLE TARIFICATION DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE (992) AU QUÉBEC * par Georges Donne,2 Charles Vanasse 2 * Cee recherche a éé rendu possble grâce en pare au Fonds pour la

Plus en détail

COMMI SSARI GÉNÉRAL DÉVEL OPPEMENT DURABL www. devel oppement dur abl gouv.

COMMI SSARI GÉNÉRAL DÉVEL OPPEMENT DURABL www. devel oppement dur abl gouv. C OMMI S S ARI AT GÉ NÉ RALAU DÉ VE L OPPE ME NT DURABL E J u l l e 2014 Réf ér enc es T r ans onéc ol og que, C ons omma on emodesdev edur abl es D r ec ondel ar ec her c heedel nnov a on www. devel oppemen

Plus en détail

Modélisation, Simulation et Commande des systèmes électriques

Modélisation, Simulation et Commande des systèmes électriques Modélsaon, Smulaon e Commande des sysèmes élecrques runo FRANCOIS runo.francos@ec-llle.fr Plan Cours: Généralé sur les sysèmes physques Cours: Le Graphe Informaonnel de Causalé Cours: Modélsaon de la machne

Plus en détail

Condensateur. Relation entre la charge et la tension aux bornes d un condensateur :

Condensateur. Relation entre la charge et la tension aux bornes d un condensateur : Formulare d élecrcé Pons de cours Condensaeur Explcaons ou ulsaons Un condensaeur es composé de deux armaures méallques séparé par un solan appelé délecrque. S une armaure se charge posvemen, l aure es

Plus en détail

Numéro 2007/04 - Juillet 2007 Guide pratique des comptes chaînés

Numéro 2007/04 - Juillet 2007 Guide pratique des comptes chaînés uméro 27/4 - Julle 27 Gude praque des compes chaînés Luc EYRAUD Gude praque des compes chaînés Luc Eyraud Ce documen de raval n engage que ses aueurs. L obje de sa dffuson es de smuler le déba e d appeler

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

TH R. 220V 50Hz. i a. chronogrammes : V GK. φ+2π

TH R. 220V 50Hz. i a. chronogrammes : V GK. φ+2π edressemen monophasé commandé C.P.G.E-SI-SAFI edressemen monophasé commandé Inroducon : Un monage redresseur commandé perme d obenr une enson connue réglable à parr d une enson alernave snusoïdale. L ulsaon

Plus en détail

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application

Regional Wind Speed Evolution Identification and Longterm Correlation Application Regonal Wnd Speed Evoluon Idenfcaon and Longerm Correlaon Applcaon Idenfcaon de l évoluon régonale de la vesse du ven e applcaon à la corrélaon long erme B. Buffard, Theola France, Monpeller Exernal Arcle

Plus en détail

q A q B B augmente dans le temps, ce qui signifie que A dt Quand le courant circule en sens inverse du sens choisi, l intensité est négative, les

q A q B B augmente dans le temps, ce qui signifie que A dt Quand le courant circule en sens inverse du sens choisi, l intensité est négative, les L essenel du cours proposé par Mahmoud Gazzah Le condensaeur, le dpôle Descrpon sommare d un condensaeur Défnon e symbole : Un condensaeur es consué de deux armaures méallques séparées par un solan appelé

Plus en détail

Indices de prix pour les services de la téléphonie mobile en France: Application de la méthode des prix Hédoniques

Indices de prix pour les services de la téléphonie mobile en France: Application de la méthode des prix Hédoniques Indces de rx our les servces de la éléhone moble en France: Alcaon de la méhode des rx Hédonques Chraz Karam To ce hs verson: Chraz Karam. Indces de rx our les servces de la éléhone moble en France: Alcaon

Plus en détail

Évolution de la sous-traitance en France depuis le début des années 80 Analyse sur données individuelles d entreprises

Évolution de la sous-traitance en France depuis le début des années 80 Analyse sur données individuelles d entreprises Évoluon de la sous-raance en France depus le débu des années 80 Analyse sur données ndvduelles d enreprses Nadne THÈVENOT Jule VALENTIN MATISSE UMR 8595 Unversé Pars MATISSE UMR 8595 Unversé Pars heveno@unv-pars.fr

Plus en détail

Sous-Evaluation Des Introductions En Bourse: Application D une Frontiere Stochastique Sur Le Nouveau Marche

Sous-Evaluation Des Introductions En Bourse: Application D une Frontiere Stochastique Sur Le Nouveau Marche Sous-Evaluaon Des Inroducons En Bourse: Applcaon D une Fronere Sochasque Sur Le Nouveau Marche Samy Ben Naceur e Mohamed Goaïed Workng Paper 039 SOUS-EVALUATION DES INTRODUCTIONS EN BOURSE: APPLICATION

Plus en détail

THÈSE. Présentée par. Bassem JIDA. Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE

THÈSE. Présentée par. Bassem JIDA. Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE N d ordre : ULCO 008.35 Annee 008 THÈSE Présenée par Bassem JIDA Pour obenr le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE Spécalé : Géne Informaque, Auomaque e Traemen du Sgnal e des Images

Plus en détail

THÈSE DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER

THÈSE DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER GRENOBLE 1 N THÈSE pour obenr le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER en MÉCANIQUE ÉNERGÉTIQUE présenée e souenue publquemen par Maha AHMAD Le 23 Novembre 2004 NOUVEAUX

Plus en détail

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules»

«Modèle Bayésien de tarification de l assurance des flottes de véhicules» Arcle «Modèle Baésen de arcaon de l assurance des loes de véhcules» Jean-Franços Angers, Dense Desardns e Georges Donne L'Acualé économque, vol. 80, n -3, 004, p. 53-303. Pour cer ce arcle, ulser l'normaon

Plus en détail

Courant continu et courants alternatifs

Courant continu et courants alternatifs Classe : 2ME BEP Méers de l élecroechnque Couran connu e couran alernaf Leu : Salle de cours & salle de mesures Objecf Dfférencer les caracérsques d un couran connu e d un couran alernaf,. Savors : S.2

Plus en détail

Modélisation semi-analytique et choix optimal des procédés CRTM

Modélisation semi-analytique et choix optimal des procédés CRTM 9 ème Congrès Franças de Mécanque Marselle, 4-8 aoû 9 Modélsaon sem-analyque e chox opmal des procédés CRTM A. MAMONE a, A. SAOAB a, C. H. PARK a,t. OAHBI a a. Laboraore d Ondes e Mleux Complexes, FRE

Plus en détail

Chapitre III- 2- RÉGIME SINUSOÏDAL GÉNÉRALITÉS. 2π T II- GRANDEURS RELATIVES AU RÉGIME SINUSOÏDAL OBJECTIFS I- POURQUOI ÉTUDIER LE RÉGIME SINUSOÏDAL?

Chapitre III- 2- RÉGIME SINUSOÏDAL GÉNÉRALITÉS. 2π T II- GRANDEURS RELATIVES AU RÉGIME SINUSOÏDAL OBJECTIFS I- POURQUOI ÉTUDIER LE RÉGIME SINUSOÏDAL? OBJECTFS Chapre - - RÉGME SNSOÏDAL GÉNÉRALTÉS - Monrer l'mporance d régme snsoïdal en élecronqe e dans d'ares domanes. - Défnr les granders relaves à n sgnal snsoïdal. - Savor représener ne grander snsoïdale

Plus en détail

Energie et puissance électrique

Energie et puissance électrique - 1 - Energe e pussance élecrque 1 Tes de saor : Valeur effcace a) So un sgnal () pérodque de pérode T. Défnr sa aleur effcace en radusan «R.M.S». Pus défnr sa aleur effcace sous forme d une négrale. b)

Plus en détail

Cahier technique n 154

Cahier technique n 154 Collecon Technque... Caher echnque n 154 Technques de coupure des dsjonceurs BT R. Morel Les Cahers Technques consuen une collecon d une cenane de res édés à l nenon des ngéneurs e echncens qu recherchen

Plus en détail

Bouna FALL. To cite this version: HAL Id: tel-00973788 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00973788

Bouna FALL. To cite this version: HAL Id: tel-00973788 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00973788 Evaluaon des performances d un sysème de localsaon de véhcules de ranspors gudés fondé sur l assocaon d une echnque rado ULB e d une echnque de reournemen emporel. Bouna FALL To ce hs verson: Bouna FALL.

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

TOME1/2 InstructionM52 BUDGETDEPARTEMENTAL. -Année2012- ISSN1262-5434. Postecomptable:Paieriedépartementaledel'Aube

TOME1/2 InstructionM52 BUDGETDEPARTEMENTAL. -Année2012- ISSN1262-5434. Postecomptable:Paieriedépartementaledel'Aube OME1/2 nstructionm52 BUDGEDEPAREMENAL BUDGEPRMF -Année2012- REPUBLQUEFRANCASE Postecomptable:Paieriedépartementaledel'Aube SSN1262-5434 BUDGE PRMF 2012 - BUDGE DEPAREMENAL A - EDON BUDGEARE...3 Budget

Plus en détail

INTRAROUGE THERMIQUE METEOSAT (SENEGAL), 1986

INTRAROUGE THERMIQUE METEOSAT (SENEGAL), 1986 EVALUATIN DE LA PLUVIMETRIE PAR CUMUL DES IMAGES INTRARUGE THERMIQUE METESAT (SENEGAL), 1986 IMBERNN J.' ASSAD E.* GUILLT B.** DAGRNE D.** Inroducon Des recherches on éé menées ces dernères années sur

Plus en détail

sécurité nucléaire : de contrôle et de et la transparence Le système français de radioprotection, la longue marche vers l indépendance

sécurité nucléaire : de contrôle et de et la transparence Le système français de radioprotection, la longue marche vers l indépendance Rappor emer mnsre Le sys anças de radopro de conrôle e de sécuré nucléare : la longue marche vers l ndépendance e la ransparence JeYves Le Déau Dépué de la Meurhe-e-Moselle La documenaon Françase : Le

Plus en détail

UNIVERSITE DE PARIS X Année universitaire

UNIVERSITE DE PARIS X Année universitaire UNIVERSITE DE PARIS X Année unversare 008-009 UFR SEGMI L Econome & Geson Travau drgés Sasques Economques Fasccule 3 N. CHEZE e D. ABECASSIS Eercces reprs ou adapés de G. NEUBERG RÉGRESSION Eercce Graphque

Plus en détail

Valeur économique de dettes subordonnées pour des sociétés non-vie

Valeur économique de dettes subordonnées pour des sociétés non-vie Valeur économque de dees subordonnées our des socéés non-ve - Franços Bonnn (Hram Fnance) - Frédérc Planche (Unversé Lyon, Laboraore SAF) - Monassar Tammar (Prm Ac) - Amédée de Clermon-Tonnerre (Cohen

Plus en détail

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE

ANNEXE I TRANSFORMEE DE LAPLACE ANNEE I TRANSFORMEE DE LAPLACE Perre-Smon Lalace, mahémacen franças 749-87. Lalace enra à l unversé de Caen a 6 ans. Très ve l s néressa aux mahémaques e fu remarqué ar d Alember. En analyse, l nrodus

Plus en détail

Chapitre II- Le marché financier à l avenir incertain

Chapitre II- Le marché financier à l avenir incertain Chapre II- Le marché nancer à l avenr nceran Les agens économques qu achèen des res son movés par une espérance de renablé supéreure à celle que peu leur procura l épargne de sans rsque du marché monéare.

Plus en détail

Intégrateur. v e. 20log T 0

Intégrateur. v e. 20log T 0 G. Pnson - Physque Applquée Foncons négraon e dérvaon - A22 / A22 - Foncons négraon e dérvaon τ = = τ ( )d éponse à un échelon (réponse ndcelle) Inégraeur : = E < : = = E τ E -a. éponse en fréquence =

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Reconnaissance du Geste Humain par Vision Artificielle: Application à la Langue des Signes

Reconnaissance du Geste Humain par Vision Artificielle: Application à la Langue des Signes Reconnassance du Gese Human par Vson Arfcelle: Applcaon à la Langue des Sgnes Présené par: Arnaud Deslandes Arnaud.Deslandes@n-evry.fr Rappor de sage dans le cadre du : Inellgence Arfcelle Reconnassance

Plus en détail

Modèle dynamique de transport basé sur les activités

Modèle dynamique de transport basé sur les activités Moèle ynamque e ranspor basé sur les acvés Ta-Yu Ma To ce hs verson: Ta-Yu Ma. Moèle ynamque e ranspor basé sur les acvés. Humanes an Socal Scences. Ecole es Pons ParsTech, 27. French. HAL

Plus en détail

Finance. Anaïs HAMELIN. Sujet 1

Finance. Anaïs HAMELIN. Sujet 1 Maser (AES Exames du er semesre 3/4 Face Aaïs HAMELI Sue urée : 3 H ocume(s auorsé(s : aucu Maérel auorsé : Calcularce auorsée (Mémore vde pour les calcularces graphques Cosges : - Les exercces so dépedas

Plus en détail

Titre : Développement d outils statistiques pour la mise en place de boucles de régulation en microélectronique

Titre : Développement d outils statistiques pour la mise en place de boucles de régulation en microélectronique THESE En vue de l obenon du DOCTORAT DE L'UNIVERSITE DE TOULOUSE III Délvré par l unversé Toulouse III - Paul Sabaer Dscplne : Mahémaques Applquées Opon : Sasque Présenée e souenue par : Carolne PACCARD

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

0707 70 70 Lot-sizing Résumé :

0707 70 70 Lot-sizing Résumé : 77 7 7 2 Lo-szng Résumé : L améloraon de la qualé des servces logsques es la garane essenelle pour la réalsaon de l avanage de ces servces, l augmenaon du nveau de sasfacon des clens e l améloraon de la

Plus en détail

Plan. Définition, Historique, Régression Linéaire Multiple. Interprétation géométrique de la solution, Lien avec l analyse de Corrélation Canonique,

Plan. Définition, Historique, Régression Linéaire Multiple. Interprétation géométrique de la solution, Lien avec l analyse de Corrélation Canonique, Plan Défnon, Régresson Lnéare Mulple Massh-Réza Amn Technques d Analyse de Données e Théore de l Informaon Maser M IAD Parcours Recherche amn@polea.lp6.fr Hsorque, Inerpréaon géomérque de la soluon, Len

Plus en détail

Chapitre 1 Convertisseurs alternatif/continu

Chapitre 1 Convertisseurs alternatif/continu Lycée La Fayee Page CPGE AS cours de scences ndusrelles géne élecrque Chapre Conversseurs alernaf/connu. GENERALIES n conversseur alernaf/connu perme d almener une arge sous une enson connue évenuellemen

Plus en détail

ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE NATIONALE DANS UN PAYS EN DEVELOPPEMENT : LE CAS DU RWANDA

ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE NATIONALE DANS UN PAYS EN DEVELOPPEMENT : LE CAS DU RWANDA Unvesé de Monéal Faculé des As e des Scences Dépaemen des Scences Economques ANALSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE NATIONALE DANS UN PAS EN DEVELOPPEMENT : LE CAS DU RWANDA Rappo de echeche pésené pa :

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

CIFA 2004 Synthèse mixte H 2 /H par retour d état statique

CIFA 2004 Synthèse mixte H 2 /H par retour d état statique 4 Snhèse mxe H /H par reor d éa saqe SLH SLH, ENS RZELER Laboraore d nalse e commandes des ssèmes, LS-EN amps nversare, P 37 Le belvédère ns - nse Laboraore d nalse e rchecre des Ssèmes, LS-NRS 7 vene

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. avec Eviews. Semestre d été Rosario Monter Internef - bureau 613

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. avec Eviews. Semestre d été Rosario Monter Internef - bureau 613 Ecole des HEC Unversé de Lausanne FINANCE EMPIIQUE avec Evews Semesre d éé 6 osaro Moner Inernef - bureau 613 osaro.moner@unl.ch MODELE DE MACHE E EGESSION LINEAIE Basé sur les noes FESlde_LM.pdf 1, 8

Plus en détail

Commande sans modèle (?)

Commande sans modèle (?) Commande sans modèle? Jacques Lon Unversé de Savoe jacques.lon@unv-savoe.fr Cours Ecole de Bucares 2012 1 Plan Présenaon du conexe Inroducon à la commande avec/sans modèle Approches classques Commande

Plus en détail

Systèmes électromécaniques

Systèmes électromécaniques Hae Ecole d ngénere e de Geson D Canon d Vad Sysèes élecroécanqes Chapre 6 OEURS SYNCRHONES A AANS PERANENS Coplage e odélsaon por les oers rphasés CD\SE\Cors\Chap6. Correvon A B E D E S A E R E S PAGE

Plus en détail