Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis"

Transcription

1 N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: ISBN: X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance de la producivé du ravail : Comparaison Canada-Éas-Unis Par John R. Baldwin e James Chowhan Division de l analyse microéconomique 18-F, Immeuble de R.H. Coas, Oawa, K1A 0T6 Telephone: Toues les opinions émises par les aueurs de ce documen ne reflèen pas nécessairemen celles de Saisique Canada.

2 Répercussions du ravail auonome sur la croissance de la producivé du ravail : Comparaison Canada-Éas-Unis par John R. Baldwin e James Chowhan 11F0027MIF N o 016 ISSN : ISBN : X Division de l analyse microéconomique Saisique Canada 18-F, Immeuble R.-H.-Coas Oawa (Onario) K1A 0T6 Commen obenir d aures renseignemens: Service naional de renseignemens: Renseignemens par courriel : Aoû 2003 Ce documen reflèe les opinions des aueurs uniquemen e non celles de Saisique Canada. Les aueurs iennen à remercier Desmond Becksead de l aide qu il leur a apporée pour obenir des données sur le PIB par ravailleur auonome, Jean-Pierre Maynard de ses remarques e suggesions uiles e Roger Sceviour d avoir fourni des esimaions irées de la banque de données adminisraives longudinales. Also available in English

3 Table des maières RÉSUMÉ...II SOMMAIRE... III PRÉFACE... IV 1. INTRODUCTION DÉFINITIONS DU TRAVAIL AUTONOME CROISSANCE DU TRAVAIL AUTONOME DANS LES ANNÉES 90 : COMPARAISON DES DONNÉES SUCCÈS RELATIF DES TRAVAILLEURS AUTONOMES DANS LES ANNÉES MESURES DE LA PRODUCTIVITÉ DU TRAVAIL TAILLE RELATIVE DU TRAVAIL AUTONOME DANS LE SECTEUR DES ENTREPRISES...18 PIB NOMINAL...18 HEURES TRAVAILLÉES...19 NOMBRE D EMPLOIS CROISSANCE DE LA PRODUCTIVITÉ DU TRAVAIL...20 PRODUCTION NOMINALE PAR HEURE TRAVAILLÉE...20 PRODUCTION NOMINALE PAR EMPLOI COMPARAISON ENTRE LE CANADA ET LES ÉTATS-UNIS...24 DONNÉES ET DÉFINITIONS...25 COMPARAISON CONCLUSIONS...31 ANNEXE 1 : DESCRIPTION DE LA CTI...36 ANNEXE 2 : DONNÉES DU CANADA...38 ANNEXE 3 : DONNÉES DES ÉTATS-UNIS...40 ANNEXE 4 : CATÉGORIES DES TRAVAILLEURS AUTONOMES...42 ANNEXE 5 : DIFFÉRENCES ENTRE LES BRANCHES D'ACTIVITÉ...50 ANNEXE 6 : DÉCOMPOSITION DES PROVISIONS POUR CONSOMMATION DE CAPITAL...54 ANNEXE 7 : PIB PAR TRAVAILLEUR DANS LE SECTEUR DU TRAVAIL AUTONOME...58 ANNEXE 8 : ÉCARTS ENTRE LES INDICES POUR LES MOYENNES PONDÉRÉES ET LEURS COMPOSANTES...62 BIBLIOGRAPHIE...65 Série de documens de recherche sur l'analyse économique - i - Saisique Canada 11F0027 N o 016

4 Résumé Dans le présen documen, les aueurs examinen l incidence des ravailleurs auonomes sur la croissance de la producivé du ravail dans le seceur des enreprises. Duran la période de 1987 à 1998, l économie canadienne a éé marquée par une expansion specaculaire du ravail auonome. En oure, ils comparen l évoluion de la suaion au Canada e aux Éas-Unis dans ce domaine duran la période de référence allan de 1987 à Les aueurs souiennen que l expansion du seceur du ravail auonome e la faible croissance du revenu ne provenan d un ravail auonome au Canada duran la décennie à l éude on fa baisser la croissance agrégée de la producivé du ravail dans le seceur des enreprises. Aux Éas-Unis, par conre, la croissance du revenu ne du groupe des ravailleurs auonomes a dépassé la croissance globale de la producivé dans le seceur des enreprises ou au long des années 90. Presque oue la différence de croissance de la producivé du ravail enre le Canada e les Éas-Unis duran les années 90 es aribuable à la croissance plus fore du ravail auonome au Canada e aux revenus plus faibles des ravailleurs auonomes. Mos clés: croissance de la producivé, ravail auonome, comparaison Canada-Éas-Unis Publicaion auorisée par le minisre responsable de Saisique Canada Minisre de l'indusrie, 2003 Tous dros réservés. Il es inerd de reproduire ou de ransmere le conenu de la présene publicaion, sous quelque forme ou par quelque moyen que ce so, enregisremen sur suppor magnéique, reproducion élecronique, mécanique, phoographique, ou aure, ou de l'emmagasiner dans un sysème de recouvremen, sans l'auorisaion écre préalable des Services de concession des dros de licence, Division du markeing, Saisique Canada, Oawa, Onario, Canada K1A 0T6. Série de documens de recherche sur l'analyse économique - ii - Saisique Canada 11F0027 N o 016

5 Sommaire Le présen documen pore sur les répercussions du ravail auonome sur la croissance de la producivé du ravail dans le seceur canadien des enreprises. Au cours de la décennie de 1988 à 1998, la majoré des nouveaux emplois au Canada on éé créés dans le seceur du ravail auonome. Touefois, les gains par ravailleur dans ce seceur on éé inférieurs à ceux dans l ensemble du seceur des enreprises. Dans le présen documen, nous examinons l incidence de ces deux événemens sur la croissance agrégée de la producivé. Pour mesurer l incidence du ravail auonome sur la croissance de la producivé du ravail, nous avons éliminé le revenu ne impuable aux ravailleurs auonomes du PIB du seceur agrégé des enreprises de manière à produire un résidu qui mesure la croissance de la producion du seceur des enreprises à l exclusion des ravailleurs auonomes (Business-secor Apar from Self-employed ou BASE). Nous comparons ensue la producion par heure ravaillée dans cee caégorie e la croissance de la producion par heure ravaillée dans le seceur agrégé des enreprises, la mesure normale de la croissance de la producivé. Au cours de la décennie à l éude, le aux de croissance cumulaif dans le seceur BASE es de 3,7 % supérieur au aux de croissance dans le seceur agrégé des enreprises selon une mesure de la producion par emploi e de 2,9 % supérieur selon une mesure de la producion par heure ravaillée. Cela ien à ce que la croissance du revenu ne par emploi (heures ravaillées) impuable aux ravailleurs auonomes es inférieure à la croissance de la producion par emploi (par heure ravaillée) dans le seceur BASE à comper de 1994 e que l écar qui en résule se mainien duran oue la décennie de référence. La proporion croissane de ravailleurs auonomes dans l économie e la plus faible croissance de leur revenu ne, on eu un effe à la baisse sur la croissance de la producivé du ravail dans le seceur agrégé des enreprises duran la décennie. En oure, nous comparons le Canada e les Éas-Unis e nous âchons de déerminer si l écar de producivé enre les deux pays duran la période de 1987 à 1998, es aribuable à des différences dans le seceur du ravail auonome. Nore comparaison révèle que le ravail auonome aux Éas-Unis a eu un effe posif considérable sur la croissance de la producion nominale par heure ravaillée. Duran la décennie, le ravail auonome a fa augmener de 4,1 % la producivé du seceur des enreprises aux Éas-Unis andis qu au Canada, il a fa baisser de 2,9 % la producion nominale par heure ravaillée. Lorsque nous déflaons les mesures de la producion nominale e calculons la différence enre les aux de croissance cumulaifs, l écar de croissance de la producivé du ravail enre les Éas-Unis e le Canada se rouve presque éliminé. Série de documens de recherche sur l'analyse économique - iii - Saisique Canada 11F0027 N o 016

6 Préface Les saisiques sur la producivé monren l efficacé avec laquelle l économie ransforme les faceurs de producion en produs. La mesure uilisée le plus souven es la producivé du ravail, c es-à-dire la producion de l économie par uné de ravail (mesurée so par ravailleur, so par heure ravaillée). Le niveau de producivé dépendra noammen du monan de capal par ravailleur uilisé, de la aille des enreprises, des praiques organisaionnelles e opéraionnelles des enreprises e de la mesure dans laquelle on a recours à la echnologie de poine. L augmenaion du monan de capal don disposen les ravailleurs se radu par une augmenaion de la producivé du ravail. Les enreprises plus grandes son en mesure de mieux irer pari des économies d échelle e on des niveaux de producivé plus élevés. De meilleures compéences organisaionnelles on pour effe d accroîre la producion par ravailleur, de même que l uilisaion de echnologies nouvelles e de poine. Les mesures de la producivé du ravail son généralemen définies comme producion par heure ravaillée dans le seceur des enreprises. Elles son uilisées pour évaluer l efficacé des enreprises pour ce qui es de fournir du capal à leurs ravailleurs, de irer pari d économies d échelle, d adoper des praiques opéraionnelles de poine e d uiliser des echnologies de poine. Les comparaisons de la producivé de divers pays serven à déerminer les différences enre ces derniers sur le plan de l efficacé relaive de leurs enreprises. Pour comprendre les raisons de la croissance de la producivé dans le seceur agrégé des enreprises, les analyses décomposen souven la croissance de la producivé en sous-composanes. Le plus souven ils procèden à une venilaion par branche d acivé. En examinan la croissance relaive de la producivé de différenes branches d acivé, les analyses âchen de cerner les domaines dans lesquels un pays accuse le plus grand reard par rappor à un aure. Dans le présen documen, nous avons adopé une aure méhode de décomposion. Pico e Heisz (2000) on consaé que l augmenaion du ravail auonome éa l une des caracérisiques déerminanes de l économie canadienne dans les années 90. La plus grande parie de l augmenaion du nombre de ravailleurs enre 1988 e 1995 au Canada, éa aribuable à une augmenaion du ravail auonome, ce qui n éa pas le cas aux Éas-Unis. Au Canada, la plupar de ces nouveaux ravailleurs auonomes éaien des personnes qui n employaien pas d aures personnes. Les comparaisons des esimaions de la producivé du ravail de divers pays son uilisées implicemen pour faire des inférences concernan l efficacé relaive des enreprises canadiennes. Touefois, la populaion des enreprises n es pas monolhique. D une par, elle se compose «d usines» de biens e services qui compen un grand nombre de ravailleurs rémunérés, nécessen d imporanes insallaions e uilisen de grandes quanés de maériel. D aure par, il y a les arises e les professionnels qui son des ravailleurs auonomes. On peu classer ces deux ypes de ravailleurs dans l une de deux caégories générales, selon qu il s ag de ravailleurs «en usine» ou de ravailleurs «hors usine». Cee nomenclaure n es pas Série de documens de recherche sur l'analyse économique - iv - Saisique Canada 11F0027 N o 016

7 parfae, puisque le groupe «hors usine» peu parfois uiliser un monan de capal assez considérable e employer d aures personnes; mais il s ag en général d une disincion uile. Par conséquen, dans le présen documen nous venilons la producion oale du seceur des enreprises selon la par de la producion aribuable aux ravailleurs auonomes e celle aribuable au rese des ravailleurs, ds «en usine». Nous obenons ainsi des esimaions de la croissance du PIB par heure ravaillée dans chaque seceur que nous comparons à celle aux Éas-Unis. Nous consaons que, si la croissance du PIB par heure ravaillée dans l ensemble du seceur des enreprises a accusé un reard au Canada par rappor aux Éas-Unis, lorsque le revenu impuable au groupe des ravailleurs auonomes es exclu de l équaion, la croissance de la producivé du ravail du rese des ravailleurs, ceux ds «hors usine», es esseniellemen la même dans les deux pays. Le PIB par ravailleur dans le seceur des enreprises éa inférieur à celui aux Éas-Unis parce qu au Canada les ravailleurs auonomes représenaien une proporion croissane de la populaion acive e le revenu par ravailleur auonome a baissé sensiblemen par rappor à celui aux Éas-Unis. Dans la présene éude, les ravailleurs auonomes son des personnes non consuées en sociéé. Ils représenen la majoré des enrepreneurs dans nore sociéé. Nous pourrions êre enés de conclure que le ralenissemen de la producivé observé au débu des années 90 éa aribuable à nos enrepreneurs. Cependan, il s ag là probablemen d une inerpréaion rop simplise. Il es plus probable qu en comparan la croissance de la producivé oale du seceur des enreprises dans les deux pays duran les années 90, nous commeons l erreur de comparer deux raios rès différens qui, même si nous parlons dans l un e l aure cas de producion par ravailleur, saisissen des phénomènes différens. Pour bien comprendre la suaion, nous devons examiner ce que signifien les comparaisons fondées sur une mesure de la producion par ravailleur. La producivé peu êre mesurée non seulemen comme producion par ravailleur mais comme producion par ravailleur disponible, c es-à-dire comme producion divisée par la populaion acive. Cee dernière mesure sais à la fois l efficacé avec laquelle l économie ransforme le ravail en producion e l efficacé avec laquelle elle fourn des emplois aux membres de la sociéé qui monren qu ils son prês à ravailler. De elles mesures diffèren d un pays à l aure pour oues les raisons que nous avons exposées plus hau, c es-à-dire les différences enre les pays quan à l inensé du capal, la aille des usines, les compéences organisaionnelles des enreprises e l uilisaion de echnologies de poine. Elles diffèren aussi parce que les pays ne son pas égalemen capables d offrir un emploi rémunéré à la même proporion de leur populaion acive. En fa, les mesures du PIB per capa son une variane de ce ype de mesure. Le PIB per capa es par définion égal à (PIB par heure ravaillée) muliplié par (heures ravaillées par ravailleur) muliplié par (nombre de ravailleurs divisé par la populaion acive) muliplié par (aille de la populaion acive divisée par la populaion). Cee mesure augmene à un aux différen de celui du PIB par heure ravaillée (mesure normale de la producivé du ravail) si ces rois aures ermes changen d une manière quelconque. Plus pariculièremen, si le pourcenage de la populaion acive qui es employée (le roisième erme) baisse duran une période donnée, alors le PIB per capa augmenera plus lenemen que la producivé du ravail. C es ce qui s es produ au Canada duran la première parie des années 90 (voir Wells, Baldwin e Maynard, Série de documens de recherche sur l'analyse économique - v - Saisique Canada 11F0027 N o 016

8 1999). Le PIB per capa a augmené beaucoup plus lenemen au Canada qu aux Éas-Unis, andis que la croissance de la producion par ravailleur a éé assez semblable à celle enregisrée aux Éas-Unis. Ce phénomène ien à ce que le chômage a augmené au Canada beaucoup plus qu aux Éas-Unis, de sore que le raio enre le nombre de ravailleurs e la populaion a baissé au Canada par rappor aux Éas-Unis. Un phénomène analogue a probablemen une incidence sur la mesure de la producion par ravailleur dans le seceur des enreprises, fondée sur l emploi salarié e l emploi auonome uilisée aux fins de la présene éude. Au débu des années 90, l augmenaion du chômage a rédu les possibilés d emploi régulier. La resrucuraion a enraîné d imporanes mises à pied de personnes don bon nombre n on pas rouvé de ravail régulier e on peu-êre décidé de se classer dans la caégorie des employés auonomes pluô que dans celle des chômeurs. De même, les enreprises on raleni leur ryhme d embauche e les personnes enran sur le marché du ravail éaien moins suscepibles de rouver un emploi régulier. Le revenu des personnes qui choisissaien ou qui éaien conraines de passer au ravail auonome n éa pas nul, mais il éa neemen inférieur à celui des personnes qui se classen normalemen dans la caégorie des ravailleurs auonomes. Chose plus imporane encore, par l inclusion des ravailleurs auonomes dans l esimaion globale de la producivé du ravail, la mesure canadienne s es apparenée à une mesure saisissan non la producion par ravailleur mais la producion par ravailleur évenuel e, selon ces mesures, le Canada a obenu de moins bons résulas que les Éas-Unis en raison de son incapacé à employer oues les personnes qui éaien disposées à ravailler. La différence ien à ce que ceraines de ces personnes mises à pied on rouvé du ravail auonome, mais à un niveau de rémunéraion considérablemen inférieur à celui que les ravailleurs auonomes avaien connu anérieuremen. Ce phénomène a fa baisser la producion par ravailleur dans le seceur agrégé des enreprises. Par conre, la producion par ravailleur dans le rese de l économie a coninué de croîre duran les années 90 au Canada à peu près au même ryhme qu aux Éas-Unis. Série de documens de recherche sur l'analyse économique - vi - Saisique Canada 11F0027 N o 016

9 1. Inroducion Duran les années 80 e 90, les endances démographiques e les variaions du cycle économique on amené un nombre croissan de personnes à enrer sur le marché du ravail auonome. Plusieurs éudes poren sur les répercussions sur les enrées sur le marché du ravail auonome e les sories de ce marché (Kuhn e Schueze, 2001), les différences enre le Canada e les Éas-Unis quan au rôle du ravail auonome (Lin, Yaes e Pico, 1999) e les caracérisiques e expériences anérieures sur le marché du ravail des enrepreneurs qui son associées à la probabilé d enrée sur le marché du ravail auonome e de sorie de ce marché (Saisique Canada, Le poin sur la populaion acive, 1997; Lin, Pico e Yaes, 1999). La plupar de ces éudes on poré sur les causes de l évoluion de ce phénomène pluô que sur son incidence sur l économie. Dans le présen documen, nous examinons l un des effes de la croissance du ravail auonome sur le rendemen de l économie. Nous examinons plus pariculièremen l incidence des ravailleurs auonomes sur la croissance de la producivé du ravail dans le seceur canadien des enreprises. En oure, nous comparons cee incidence e les différenes répercussions du ravail auonome sur le rendemen relaif de l économie du Canada e de celle des Éas-Unis. La quesion de l incidence du ravail auonome sur la croissance de la producivé du ravail se pose e revê un inérê en raison de la croissance du ravail auonome au Canada duran la récene décennie. De 1990 à 1997, la croissance oale nee de l emploi dans l ensemble de l économie canadienne s es éablie à 5,0 % ( emplois), don la moié environ éaien aribuables à la croissance dans la caégorie des ravailleurs auonomes. Les ravailleurs auonomes dirigen différens ypes d enreprises. Cerains créen un gros volume de PIB, on des employés e uilisen du sock de capal dans le procédé de producion. D aures, par conre, créen peu de PIB, n embauchen pas d employés e n uilisen pas de sock de capal, sauf peu-êre pour un ordinaeur e une pièce dans leur maison. Les répercussions de la croissance du nombre de ravailleurs auonomes sur la producivé du ravail dépenden donc de la réparion de la croissance enre ces divers ypes d enreprises. L augmenaion du nombre de ravailleurs auonomes duran les années 90 éa aribuable principalemen aux ravailleurs auonomes sans employés. Duran la période de 1989 à 1996, environ 90 % de la croissance du ravail auonome ena surou aux ravailleurs auonomes à leur propre compe sans aide rémunérée (EPA, 1997). Ce groupe gagna considérablemen moins que les aures ravailleurs auonomes e moins que les ravailleurs salariés. Nous monrons ci-dessous que la croissance de l emploi auonome qui a eu lieu au Canada au débu des années 90 a conribué de façon imporane à la sagnaion de la croissance agrégée de la producivé du ravail dans le seceur canadien des enreprises. La croissance de la producivé es perçue habuellemen comme l un des faceurs clés qui conribuen au niveau de vie d un pays. La producivé du ravail es une mesure générale uilisée pour faire le suivi de l évoluion du rendemen économique. Une amélioraion de la producivé peu se produire par sue d une augmenaion d efficacé producive résulan de ravaux de recherche e développemen, de l adopion de nouvelles echnologies, d une gesion innovarice e d augmenaions du capal humain. Série de documens de recherche sur l'analyse économique Saisique Canada 11F0027 N o 016

10 Le programme de producivé du ravail de Saisique Canada fourn des esimaions qui mesuren la croissance de la producion réelle par uné de ravail uilisée, mesurée en se fondan sur le nombre d heures ravaillées pour le seceur agrégé des enreprises e les branches d acivé don il se compose. Cee mesure de la producivé du ravail es de vase porée e, appliquée à la croissance de la producivé au niveau de la branche d acivé, elle es souven uilisée pour examiner les différences d efficacé enre les branches d acivé. Dans le présen documen, par conre, nous décomposons le seceur agrégé des enreprises de façon différene. Nous prenons le PIB oal, puis nous éliminons le revenu ne des ravailleurs auonomes de la producion oale e le nombre de ravailleurs auonomes de l emploi oal. Éan donné l imporance du ravail auonome duran les années 90, nous cherchons à déerminer quelle aura éé la producivé du ravail si le ravail auonome n ava pas augmené si rapidemen e si les gains des ravailleurs auonomes n avaien pas éé dépassés par ceux des ravailleurs salariés. Nore enquêe ne pore que sur le seceur des enreprises. Le seceur public e le seceur non commercial son exclus. À cerains endros, nous décomposons les ravailleurs auonomes selon qu il s ag de ravailleurs auonomes agricoles ou non agricoles, car la caégorie du ravail agricole diffère sensiblemen du rese de l économie. Dans le présene documen, nous examinons non seulemen l incidence du ravail auonome sur la croissance de la producivé du ravail dans le seceur des enreprises, mais diverses mesures de la producivé du ravail e définions du ravail auonome. Nous examinons deux mesures de la producivé du ravail, la première fondée sur les heures ravaillées pour mesurer l uilisaion de l inran ravail, e la deuxième fondée sur le nombre d emplois. Nous examinerons ces mesures en plus grand déail ci-dessous. Enfin, nous procédons à une comparaison de la suaion au Canada e celle aux Éas-Unis. Nous avons consru des séries de données qui son qualaivemen ideniques pour chacune des caégories présenées. Cee comparaison aidera à mere en lumière une explicaion possible de la baisse relaive de la croissance de la producivé dans le seceur canadien des enreprises par rappor à la suaion aux Éas-Unis duran la période de 1987 à Le présen documen es organisé de la manière suivane. À la secion 2, nous décrivons brièvemen le concep du ravail auonome uilisé dans cee éude. À la secion 3, nous examinons les sources de données disponibles qui peuven êre uilisées pour mesurer la croissance du ravail auonome. À la secion 4, nous décrivons les résulas relaifs des ravailleurs auonomes. À la secion 5, nous exposons brièvemen les mesures de la producivé du ravail uilisées e nous décrivons les sources des données uilisées. À la secion 6, nous comparons la croissance de la par du revenu ne des ravailleurs auonomes à la croissance de leur par des heures ravaillées. À la secion 7, nous présenons une analyse de l évoluion de la endance de la producivé du ravail au cours de la décennie à l éude pour les divers sous-seceurs du seceur des enreprises. À la secion 8, nous comparons la producivé du ravail au Canada e aux Éas-Unis. Enfin, nous présenons nos conclusions à la secion 9. Série de documens de recherche sur l'analyse économique Saisique Canada 11F0027 N o 016

11 2. Définions du ravail auonome À Saisique Canada, on uilise deux définions disinces du ravail auonome son uilisées 1. En premier lieu, l Enquêe sur la populaion acive (EPA) défin deux grandes caégories de ravailleurs : les employés salariés e les ravailleurs auonomes, c es-à-dire les personnes qui ravaillen pour d aures e celles qui ravaillen pour leur propre compe 2. Dans l économie globale, les employés rémunérés comprennen les ravailleurs des seceurs privé e public 3. Les employés rémunérés son les personnes «qui son recruées par un employeur e qui reçoiven un salaire ou un raemen, qui ne son pas propriéaires de leur propre enreprise, qui fon l obje de reenues à la source au re des coisaions à l assurance-emploi e de l impô sur le revenu, e qui son assujeies aux lois du ravail concernan noammen les congés payés e d aures avanages...» (Saisique Canada, Le poin sur la populaion acive, 1997 : 5). Le ravailleur auonome visé par la définion uilisée aux fins de l EPA, cependan, ne saisfa pas à ce crère. Dans l EPA, cee définion inclu les propriéaires d enreprises consuées en sociéés qui ravaillen, les propriéaires d enreprises non consuées en sociéé qui ravaillen e les aures ravailleurs auonomes ainsi que les ravailleurs familiaux non rémunérés. Il s ag donc d une définion plus large puisqu elle comprend les propriéaires d enreprises consuées e non consuées en sociéé (figure 1). Dans le deuxième cas, seuls les ravailleurs auonomes non consués en sociéé son inclus dans la définion de ravailleur auonome du Sysème de compabilé naionale (SCN). Les propriéaires d enreprises consuées en sociéé ne son pas inclus puisque les propriéaires d une enreprise consuée en sociéé qui ravaillen son considérés comme des employés de la sociéé 4. Les ravailleurs auonomes consués en sociéé son inclus dans la caégorie des ravailleurs rémunérés dans le SCN. 1 Pour d aures précisions sur les sources des données e une comparaison des esimaions de l emploi par caégorie dans les diverses sources de données canadiennes, consulez la secion 3. 2 L EPA es une enquêe mensuelle réalisée auprès des ménages pour recueillir des renseignemens sur l éa de la populaion acive e les grandes endances sur le marché du ravail. Son échanillon «es représenaif de la populaion canadienne civile non insuionnalisée de 15 ans e plus» dans les 10 provinces canadiennes (Saisique Canada, 1997). 3 Un employé rémunéré du seceur privé es une personne qui ravaille à re d employé dans une firme ou une enreprise du seceur privé. Un foncionnaire, par conre, es une personne qui ravaille pour une adminisraion municipale, provinciale ou fédérale, un organisme ou un service public, une sociéé d Éa ou encore un éablissemen public propriéé de l Éa, comme une école ou un hôpal (Saisique Canada, 1997). 4 Les ravailleurs auonomes qui son propriéaires d enreprises consuées en sociéé ne son pas admissibles à la couverure ou aux presaions d assurance-emploi (Saisique Canada, Le poin sur la populaion acive, 1997 : 5). Série de documens de recherche sur l'analyse économique Saisique Canada 11F0027 N o 016

12 Figure 1 : Enquêe sur la populaion acive - Emploi selon la caégorie de ravailleurs Pourcenage de l'ensemble économie, ,23 10,92 0,42 15,34 Travailleurs auonomes consués en sociéé Travailleurs auonomes non consués en sociéé Travaillen dans une enreprise familiale sans rémunéraion Employés du seceur public 68,08 Employés du seceur privé Source : Le poin sur la populaion acive : les ravailleurs indépendans, Saisique Canada, Pour esimer la producivé des ravailleurs occupés par opposion aux ravailleurs auonomes, il fau éablir des esimaions de la conribuion des gains de ces derniers au PIB nominal. Comme il exise une approximaion de cee conribuion dans le SCN pour les ravailleurs auonomes qui ne son pas consués en sociéé 5, cee définion de ravailleur auonome es celle que nous uilisons dans la présene éude Croissance du ravail auonome dans les années 90 : Comparaison des données On peu avoir recours à rois sources de données canadiennes pour examiner la conribuion du ravail auonome à l évoluion de l emploi dans l ensemble de l économie. La première es l Enquêe sur la populaion acive. La deuxième es le Sysème de compabilé naionale qui a surou recours aux données de l Enquêe sur la populaion acive mais qui uilise aussi des données fiscales adminisraives longudinales. La roisième es la banque de données adminisraives longudinales qui renferme des données fiscales sur un échanillon de déclarans qui son so des employés, so des ravailleurs auonomes. Les nombres de ravailleurs dans chacune de ces caégories son comparés au ableau 1. L esimaion du SCN du nombre de ravailleurs auonomes au ableau 1, qui ne comprend que les ravailleurs auonomes non consués en sociéé, es inférieure à l esimaion selon l EPA du 5 C es le cas parce que les sources de données qui alimenen le SCN ne son pas suffisammen déaillées pour permere de faire la disincion enre les ravailleurs auonomes consués en sociéé e les aures enreprises consuées en sociéé. La principale source de données sur les ravailleurs auonomes non consués en sociéé son les saisiques fiscales irées d un échanillon sraifié des déclaraions T1 de l Agence des douanes e du revenu du Canada (Saisique Canada, 1990). Pour plus de déails sur les sources de données, voir l ouvrage cé en référence de Saisique Canada, La caégorie des ravailleurs familiaux non rémunérés es incluse dans les esimaions des ravailleurs auonomes non consués en sociéé pour les besoins de la présene éude. Touefois, son inclusion ne devra pas avoir d incidence significaive sur les résulas puisque les ravailleurs familiaux non rémunérés ne représenaien que 6,14 % en 1987 e 3,23 % en 1997 des heures ravaillées par l ensemble de la caégorie des ravailleurs auonomes non consués en sociéé. Série de documens de recherche sur l'analyse économique Saisique Canada 11F0027 N o 016

13 nombre de ravailleurs auonomes, qui comprend à la fois les ravailleurs auonomes non consués en sociéé e ceux consués en sociéé. La croissance du nombre de ravailleurs auonomes selon le SCN es égalemen inférieure à celle selon l EPA parce que la définion de ravailleur auonome uilisée dans cee enquêe comprend à la fois les ravailleurs auonomes consués en sociéé e ceux non consués en sociéé. L EPA uilise le concep de «l emploi principal» pour classer chaque personne paricipan à l enquêe dans la caégorie de ravailleurs appropriée pour produire un nombre d emplois. L EPA défin l emploi principal comme l emploi ou l enreprise comprenan le plus grand nombre d heures ravaillées habuellemen (Saisique Canada, 1997). Les esimaions de l EPA du nombre d emplois e d heures ravaillées son fondées sur ce concep de l emploi principal e ne comprennen pas les emplois secondaires ou les heures ravaillées y afférenes. Les esimaions du SCN son différenes parce que le SCN uilise un concep différen de l emploi. Au momen de les éalonner d après les esimaions de l EPA, le SCN rajuse ses esimaions de manière à inclure les ravailleurs occupan plusieurs emplois e les personnes hors du champ de l EPA. Touefois, le SCN n inclu pas comme ravailleurs auonomes les personnes qui déclaren qu elles ne ravaillaien pas e n éaien pas rémunérées duran la période de référence. Ces personnes son considérées comme des «absens non rémunérés» 7. Aux fins de comparaison, nous présenons égalemen des esimaions des ravailleurs auonomes calculées d après le fichier de données fiscales de la banque de données adminisraives longudinales (DAL) 8. Dans le fichier DAL, «emploi auonome, revenu ne d un» es défini comme correspondan à «la somme de ous les revenus nes obenus d un emploi auonome», le revenu d un emploi auonome pouvan provenir d une enreprise, d une profession libérale, de commissions, du ravail de la erre ou de la pêche (Saisique Canada, 1998 : 61) 9. Pour chacune de ces caégories, le revenu bru es égalemen déclaré lorsqu il représene le revenu oal d enreprise non consuée en sociéé du déclaran, avan déducion des dépenses e des coûs. On peu éablir des esimaions des ravailleurs occupés e des ravailleurs auonomes non consués en sociéé d après les esimaions du revenu ne e du revenu bru provenan d un ravail auonome irées de la DAL. À cee fin, nous classons chaque personne dans la caégorie so des employés, so des ravailleurs auonomes. Comme ceraines personnes déclaren à la fois un revenu d emploi e un revenu provenan d un ravailleur auonome, il fau éablir une règle pour classer chaque personne dans l une ou l aure caégorie. 7 Pour plus de déails sur les absens non rémunérés, voir la secion 3 à l annexe 4. 8 La banque DAL consue un échanillon aléaoire de 20 % du Fichier T1 des familles. Pour plus de déails sur l élaboraion de ce fichier, voir l ouvrage cé en référence de Saisique Canada, En 1987, cee variable pouva comprendre le revenu d une sociéé de personnes ou d associés passifs lorsqu il éa compris dans le revenu d enreprise d un ravail auonome. Touefois, après cee période, de 1988 à 1998, «seule la parie acive de la sociéé de personnes d un déclaran (éa) comprise» (Saisique Canada, 1998). Série de documens de recherche sur l'analyse économique Saisique Canada 11F0027 N o 016

14 Série de documens de recherche sur l'analyse économique Saisique Canada 11F0027 N o 016 Esimaions du nombre de ravailleurs auonomes dans les années 90 Tableau 1. Comparaison du nombre d emplois Sysème de compabilé naionale (SCN) 1 Enquêe sur la populaion acive (EPA) DAL 7 Revenu ne Ensemble de Tous les employés des seceurs public Seceur des Travailleurs Ensemble de Tous les employés des seceurs public Travailleurs provenan d un Marché du emploi Revenu bru prov. d un l économie e privé enreprises 2 auonomes 3 l économie 4 e privé auonomes 5 ravail 6 auonome > salaire e.a. > zéro Ces esimaions son éablies à parir des esimaions de l EPA; elles son rajusées de manière à inclure les personnes hors du champ de l EPA dans les esimaions de la producivé. 2 Seuls les employés du seceur privé e les ravailleurs auonomes son inclus dans les chiffres du seceur des enreprises. 3 Le vole ravailleurs auonomes comprend les ravailleurs auonomes agricoles e non agricoles non consués en sociéé ainsi que les ravailleurs familiaux non rémunérés. 4 Les chiffres de l EPA comprennen les ravailleurs à emps plein e à emps pariel. 5 Le vole ravailleurs auonomes de l EPA comprend les ravailleurs auonomes consués e non consués en sociéé, les ravailleurs pour leur propre compe e avec aide rémunérée e les ravailleurs familiaux non rémunérés. 6 Paricipaion à la populaion acive dans l ensemble de l économie : le nombre de personnes déclaran des gains provenan du marché du ravail sur la Déclaraion d impô des pariculiers T1 (T4, aure revenu d emploi). 7 Le nombre de ravailleurs auonomes dans la banque de données adminisraives longudinales n inclu pas les ravailleurs auonomes non consués en sociéé.

15 Dans le ableau 1, nous appliquons deux règles disinces. Dans le premier cas, nous déerminons qu il s ag d un ravailleur auonome lorsque le revenu ne provenan de l emploi auonome es supérieur au salaire (gains déclarés sur le relevé T4). Par conséquen, cee méhode es conforme à l espr de l EPA en ce qu elle classe une personne selon sa principale source de revenu. Touefois, cee mesure diffère de la définion du ravail auonome dans l EPA à plusieurs égards. D abord, elle diffère quan à la façon don les données son recueillies, puisque les déclaraions d impô sur le revenu son recueillies à un momen donné duran l année e poren sur l acivé de oue l année 10, andis que les données de l EPA son recueillies mensuellemen e que l échanillon de l enquêe es renouvelé ous les six mois. En oure, les personnes qui déclaren les données diffèren, ce qui donne lieu à des écars enre les esimaions dans les différens échanillons. Par exemple, la personne qui produ une déclaraion T1 confirme les renseignemens fournis dans la déclaraion, andis que l EPA adope la méhode de la déclaraion par personne inerposée où la personne repère déclare les données pour ous les membres du ménage. Une deuxième façon de mesurer le ravail auonome à parir des données de la banque DAL consise à faire un calcul fondé sur ous les déclarans don le revenu bru provenan d un ravail auonome éa supérieur à zéro. Cee esimaion es représenaive de oues les personnes qui produisen des déclaraions T1 e qui fon du ravail auonome. Il s ag d une mesure rès générale du ravail auonome puisqu elle ne ien pas compe du concep de «l emploi principal». Selon oues rois esimaions, le ravail auonome a augmené considérablemen duran la première parie des années 90. Les esimaions du SCN monren une augmenaion de 15 % du nombre oal d emplois dans le seceur des enreprises de 1987 à 1998, mais une hausse de 39 % du ravail auonome. Selon l EPA, le ravail auonome a augmené de 43 % duran la même période. Les esimaions du ravail auonome éablies à parir des dossiers fiscaux en uilisan le concep de l emploi principal monren une augmenaion de 48 %. 4. Succès relaif des ravailleurs auonomes dans les années 90 Le nombre de ravailleurs auonomes a augmené duran les années 90 mais leurs gains on accusé un reard par rappor à ceux des ravailleurs rémunérés duran cee période. On peu uiliser les données fiscales de la DAL pour déerminer le succès relaif des ravailleurs auonome duran les années 90 en examinan l augmenaion des gains par employé pour ous les employés e l augmenaion du revenu ne ouché par les ravailleurs auonomes (figure 2). Dans ce graphique, les ravailleurs auonomes son définis comme les déclarans don le revenu ne provenan d un ravail auonome es supérieur au salaire. De 1989 à 1994, le revenu personnel moyen provenan d'un ravail es sable e légèremen à la baisse dans le cas du revenu ne oal provenan d un ravail auonome (Toal Self-employmen ou 10 Il impore de signaler que «jusqu à 1994, le revenu d un emploi auonome éa déclaré chaque année financière qui se ermina à la fin de l année d imposion pour déclarer ce revenu. Depuis 1995, la plupar des personnes doiven déclarer un revenu d un emploi auonome selon l année civile» (Saisique Canada, 1998 : 19). Série de documens de recherche sur l'analyse économique Saisique Canada 11F0027 N o 016

16 NTSE), andis que le revenu moyen du ravail dans l ensemble de l économie (Toal Economy Labour Paricipaion ou TELP) augmene progressivemen duran oue la période. La mesure du oal des gains moins ceux des ravailleurs auonomes es sysémaiquemen supérieure à la mesure TELP. L écar croissan enre TELP moins le seceur NTSE e le seceur TELP es aribuable à la croissance sagnane du seceur NTSE duran la période de 1989 à Figure 2 : Données adminisraives longudinales Comparaison de la croissance de divers seceurs selon la caégorie de ravailleurs 145 Indice du revenu personnel moyen par ravailleur (Base 1987 = 100) Paricipaion à la populaion acive dans l'ensemble de l'économie (TELP) TELP moins NTSE Revenu ne oal provenan d'un ravail auonome supérieur au salaire (NTSE) Le ralenissemen de la croissance des gains ne ena pas à un groupe pariculier de ravailleurs auonomes. Pour nous en assurer, nous avons examiné cinq groupes idenifiés dans la base de données DAL, so les professionnels, les agriculeurs, les pêcheurs, les personnes ouchan un revenu de commissions e les propriéaires d'enreprise. Le revenu ne par personne dans chacune de ces caégories es présené aux figures 4 e 5. De 1989 à 1994, la croissance sagnane du revenu personnel moyen oal provenan d un ravail auonome éa principalemen aribuable aux ravailleurs auonomes ouchan un revenu d enreprise. La aille de ce groupe a augmené duran cee période, passan de 54,8 % à 65,2 % de l ensemble des ravailleurs auonomes (figure 3). La proporion de personnes ouchan un revenu de commissions a légèremen augmené duran la même période. La proporion du groupe de ravailleurs auonomes agricoles a baissé par rappor à l ensemble des ravailleurs auonomes, passan de 23,7 % à 14,0 %. La baisse de la proporion de ravailleurs auonomes agricoles par rappor à l ensemble des ravailleurs agricoles éa aribuable à une diminuion specaculaire du nombre d agriculeurs don le revenu ne provenan d un ravail auonome éa supérieur au salaire e non à une baisse de l acivé agricole 11. La proporion des personnes qui on déclaré des gains provenan de la pêche a diminué graduellemen au cours de la période à l éude, passan de 4,1 % à 1,9 % de l ensemble des ravailleurs auonomes. La par des professionnels déclaran des gains provenan du ravail auonome es demeurée relaivemen sable duran cee même période. 11 Le nombre d agriculeurs auonomes ayan un revenu ne supérieur au salaire a baissé de 13 % duran la période à l éude, andis que le nombre d agriculeurs ayan un revenu bru supérieur au salaire a baissé de 2 % seulemen enre 1987 e Série de documens de recherche sur l'analyse économique Saisique Canada 11F0027 N o 016

17 Figure 3 : Incidence des caégories de ravailleurs auonomes Caégories en proporion de l'ensemble des ravailleurs auonomes (pourcenage) Enreprises Revenu de commissions Agriculure Pêche Professionnels Le revenu personnel moyen du ravail des professionnels au cours de la période éudiée éa considérablemen supérieur à celui des aures caégories de ravailleurs auonomes (figure 4). Leur revenu moyen a augmené, passan de $ en 1987 à $ en Ce groupe exerce une fore pression à la hausse sur le revenu moyen de l ensemble des ravailleurs auonomes. 80,000 Figure 4 : Données adminisraives longudinales Revenu personnel moyen des ravailleurs auonomes professinonels Revenu personnel moyen (revenu ne provenan d'un ravail auonome supérieur au salaire 70,000 60,000 50,000 40,000 30,000 20,000 10, Toal des ravailleurs auonomes Professionnels Le revenu moyen des personnes ouchan un revenu d enreprise a baissé de 1990 à 1992 puis es remoné légèremen seulemen duran le rese de la période (figure 5). La caégorie des enreprises es esseniellemen une caégorie «fourre-ou» sur la déclaraion T1 Générale, puisqu elle n es pas définie aussi clairemen que les aures caégories de ravailleurs auonomes. Ce groupe es assez diversifié, comprenan oue une gamme de ravailleurs allan des arises aux commerçans. La faible croissance du oal des gains provenan du ravail auonome par Série de documens de recherche sur l'analyse économique Saisique Canada 11F0027 N o 016

18 personne au cours de la période es aribuable principalemen à ce groupe. Les gains moyens des personnes ouchan un revenu de commissions on augmené ou au long de la période éudiée, accusan ouefois une baisse en 1995 e de nouveau en Le revenu moyen des ravailleurs auonomes dans le seceur de l agriculure e de la pêche a aein son niveau le plus bas duran les années de récession 1990 à 1992, remonan légèremen ensue. Le ralenissemen des gains nes par ravailleur des ravailleurs auonomes ien en parie aux caracérisiques du seceur du ravail auonome. Selon la publicaion Le poin sur la populaion acive (1997), comparaivemen aux revenus des employés, les gains des ravailleurs auonomes on aein un somme en 1989, puis chué au débu des années On y explique ce phénomène en parie par la composion des professions des ravailleurs auonomes, une proporion croissane de ces derniers exerçan une profession arisique ou dans le seceur des services par rappor à ceux occupan un pose de gesion à rémunéraion élevée 13. Duran les années 90, la composion de la populaion acive a subi plusieurs changemens. D abord, la croissance du nombre oal de ravailleurs auonomes a éé considérablemen supérieure à celle du nombre oal de ravailleurs rémunérés (figure 6). Ensue, le nombre de ravailleurs auonomes sans employés a augmené plus rapidemen que le nombre de ravailleurs auonomes qui on eux-mêmes embauché d aures ravailleurs. Le groupe des ravailleurs à leur propre compe a augmené de 65,4 % de 1987 à 1998 e représena près de 80 % de l ensemble des ravailleurs auonomes en Par conre, le nombre de ravailleurs auonomes avec employés e de ravailleurs familiaux non rémunérés a diminué duran cee période. Revenu personnel moyen (revenu ne provenan du ravail auonome supérieur au xalaire) Figure 5 : Données adminisraives longudinales Revenu personnel moyen des ravailleurs auonomes selon la caégorie 27,000 25,000 23,000 21,000 19,000 17,000 15,000 13,000 11,000 9,000 7, Toal des ravailleurs auonomes Enreprises Commissions Agriculure Pêche 12 Rappelons que la définion de ravailleur auonome dans l EPA comprend les personnes consuées en sociéé andis que la définion du Sysème de compabilé naionale uilisée dans le présen documen ne comprend que les personnes non consuées en sociéé. 13 Il convien égalemen de souligner que plus de 35 % des ravailleurs auonomes ravaillaien 50 heures ou plus par semaine en 1996 e que la semaine de ravail moyenne des ravailleurs auonomes éa généralemen d environ 16 % à 20 % plus longue que celle des ravailleurs occupés duran la décennie allan de 1987 à 1997 (Saisique Canada, Le poin sur la populaion acive, 1997). Série de documens de recherche sur l'analyse économique Saisique Canada 11F0027 N o 016

19 175 Figure 6 : Taux de croissance cumulaifs des emplois selon la caégorie de ravailleurs 150 Indice (Base 1987 = 100) Tous les emplois des ravailleurs rémunérés Travailleurs auonomes avec ravailleurs rémunérés Travailleurs auonomes sans ravailleurs rémunérés Travailleurs familiaux non rémunérés Toal des ravailleurs auonomes Les données de l Enquêe sur les finances des consommaeurs (EFC) e de l Enquêe sur la dynamique du ravail e du revenu (EDTR) permeen de brosser un ableau du succès e de l échec des différens groupes de ravailleurs auonomes. Ces enquêes nous permeen de calculer le revenu ne de deux groupes disincs de ravailleurs auonomes non consués en sociéé, so ceux qui on des employés e ceux qui ravaillen à leur propre compe. Ce dernier groupe expliqua 107 % de l augmenaion oale du nombre de ravailleurs auonomes non consués en sociéé duran la période allan de 1987 à 1997 (Source : EFC). Qui plus es, les résulas des ravailleurs auonomes «à leur propre compe» éaien bien inférieurs à ceux de la plupar des aures ravailleurs. Duran la période éudiée, les gains des ravailleurs auonomes à leur propre compe représenaien enre 68 % e 53 % des gains moyens des ravailleurs rémunérés, les différences les plus marquées éan observées vers la fin des années 90 (figure 7). De plus, les gains nes per capa des ravailleurs auonomes à leur propre compe représenaien en moyenne 50 % seulemen de ceux des ravailleurs auonomes avec employés. Série de documens de recherche sur l'analyse économique Saisique Canada 11F0027 N o 016

20 60,000 $ Figure 7 : Rémunéraion moyenne selon la caégorie de ravailleurs 50,000 $ Dollars courans ($) 40,000 $ 30,000 $ 20,000 $ 10,000 $ Travailleurs rémunérés (EFC) TA employeurs (EFC) TA à leur propre compe (EFC) Toal des TA (EFC) Travailleurs rémunérés (EDTR) TA employeurs (EDTR) TA à leur propre compe (EDTR) Toal des TA (EDTR) Source : Saisique Canada, Enquêe sur les finances des consommaeurs ( ), Enquêe sur la dynamique du ravail e du revenu ( ). L'EFC recueille des données sur le ravail des personnes âgées de 15 ans e plus. L'EDTR recueille des données sur le ravail des personnes âgées de 16 à 69 ans. On peu veniler encore davanage les caégories de ravailleurs selon qu il s ag d un emploi principal ou d aures emplois, puisque les esimaions du SCN comprennen les personnes cumulan plusieurs emplois. Nous examinons à la secion 2 de l annexe 4 la quesion de savoir si la croissance de l emploi auonome es aribuable à des personnes qui prennen un deuxième emploi. L annexe monre que la croissance du nombre de ravailleurs auonomes sans ravailleurs rémunérés, qui es le principal moeur de la croissance de l ensemble des ravailleurs auonomes, a augmené au même aux dans le cas de la caégorie «emploi principal» e de la caégorie «aure emploi» e qu il n y ava pas de différence imporane enre ces deux groupes. Ainsi, la rémunéraion moyenne relaivemen faible du groupe des ravailleurs auonomes à leur propre compe n éa pas aribuable à la croissance du ravail auonome comme source de gains secondaire. L expansion d un groupe de ravailleurs auonomes qui n employaien pas d aures ravailleurs e qui eux-mêmes ouchaien un revenu ne inférieur e à la baisse par rappor à celui des aures ravailleurs auonomes e des ravailleurs rémunérés aura eu un effe à la baisse sur diverses mesures du rendemen sur le plan économique. Dans la secion qui su, nous calculons des esimaions des répercussions de la croissance du nombre de ravailleurs auonomes sur la producivé. Série de documens de recherche sur l'analyse économique Saisique Canada 11F0027 N o 016

21 5. Mesures de la producivé du ravail Nous calculons la producivé du ravail comme le raio enre la producion e une mesure de l inran ravail : Y LP =, où Y es la producion e N es l inran ravail 14. La producion es mesurée en an N que valeur oale des biens e services produs dans l économie, saisie so par les dépenses faes, so par les revenus versés à ous les faceurs de producion. L inran ravail es généralemen mesuré par heure ravaillée. Nous uilisons ici comme mesure de la producion le produ inérieur bru (PIB) nominal aux prix de base, el que défini par le programme de producivé du Sysème de compabilé naionale 15. L exercice ne pore que sur le seceur des enreprises. Toues les acivés non commerciales de même que la valeur locaive implice des logemens occupés par le propriéaire son exclues du seceur des enreprises. Le seceur non commercial inclu des insuions elles les adminisraions publiques, les éablissemens d enseignemen, les hôpaux e les organismes religieux 16. Nous examinerons deux mesures de la producivé du ravail. La première mesure l inran ravail par heure ravaillée e la deuxième, par emploi. La mesure par heure ravaillée correspond au nombre oal d heures effecivemen ravaillées, rémunérées e non rémunérées 17. Le nombre d heures ravaillées es la valeur de la moyenne annuelle pour ous les emplois mulipliée par le nombre annuel moyen d heures ravaillées dans ous les emplois (Saisique Canada, 1997). 14 La mesure de la producivé selon la producion de l inran ravail reflèe l effe compose de nombreux faceurs y compris, enre aures, l évoluion de la echnologie, l invesissemen de capaux, l uilisaion de la capacé, l organisaion de la producion e les caracérisiques e l effor de la main-d œuvre. 15 Le PIB aux prix de base es égal au PIB d après les ableaux d enrées-sories au coû des faceurs plus les impôs indirecs sur la producion moins les subvenions à la producion. Pour une définion plus déaillée, voir Saisique Canada 2001 (156). Les Éas-Unis uilisen une mesure du PIB aux prix du marché. Elle diffère de la mesure canadienne du PIB aux prix de base en ce que les impôs indirecs nes sur les produs finaux son exclus de la mesure aux prix du marché pour déerminer les prix de base. La axe sur les produs e services (TPS) es un exemple d impô indirec sur les services ou biens finals. Le PIB du Canada de 1987 à 1996 es fondé sur la Classificaion ype des indusries de 1980 (CTI) e, de 1997 à 1998, sur le Sysème de classificaion des indusries de l Amérique du Nord. Ces sysèmes de classificaion produisen des esimaions qui ne diffèren pas de façon marquée au niveau agrégé. Les esimaions du PIB des Éas-Unis son fondées sur la CTI de Le logiciel capalisé es inclus dans les esimaions du PIB du Canada comme celui des Éas-Unis. 16 Une venilaion déaillée des branches d acivé figure à l annexe 1. Dans le seceur non commercial, les branches d acivé 231 à 235 son des organismes sans bu lucraif e les branches 236 à 243 son des branches de l adminisraion publique. Toues ces branches d acivé son omises dans la présene analyse e les logemens occupés par le propriéaire son égalemen exclus du calcul des chiffres agrégés pour le seceur. À re indicaif, en 1992 le seceur des enreprises représena 77 % du PIB global du Canada. 17 En général, le nombre oal d heures ravaillées inclu les heures régulières e les heures supplémenaires, les pauses, le emps de déplacemen, le emps consacré à la formaion au lieu de ravail e le emps perdu lors de brefs arrês de ravail où les ravailleurs resen à leur pose. Le nombre oal d heures ravaillées n inclu pas le emps perdu en raison de grève ou de lock-ou, les congés annuels, les jours fériés, les congés de maladie, les congés de maerné ou les congés pour raisons personnelles (Saisique Canada, 1997 : 10). Série de documens de recherche sur l'analyse économique Saisique Canada 11F0027 N o 016

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail Conribuion Delalande e ransions sur le marché du ravail Luc Behaghel, Bruno Crépon, Béarice Sédillo. Résumé On évalue l impac de la «conribuion Delalande», axe sur le licenciemen des ravailleurs âgés en

Plus en détail

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES NOVEMBRE 2009 1 SOMMAIRE Taux d alphabéisme des adules ou Taux d analphabéisme.... 3 Nombre d adules analphabèes... 5 Taux bru d accès (TBA) en première

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Estimation composite par régression pour l Enquête sur la population active du Canada avec plan de sondage à renouvellement de panel

Estimation composite par régression pour l Enquête sur la population active du Canada avec plan de sondage à renouvellement de panel Techniques d enquêe, juin 00 35 Vol. 7, N o, pp. 35 48 Saisique Canada, N o 00 au caalogue Esimaion composie par régression pour l Enquêe sur la populaion acive du Canada avec plan de sondage à renouvellemen

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Documen d éudes direcion de l'animaion de la recherche, des éudes e des saisiques Numéro 167 Décembre 2011 FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Yves DUBOIS 1 Jean-Olivier HAIRAULT 2 Thomas

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

L évolution actuelle du crédit à l habitat en France est-elle soutenable?

L évolution actuelle du crédit à l habitat en France est-elle soutenable? L évoluion acuelle du crédi à l habia en rance es-elle souenable? rédéric WILHELM Direcion des Éudes e Saisiques monéaires Service des Analyses e Saisiques monéaires Le dynamisme acuel du crédi à l habia

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ Un modèle inégré de la demande oale d énergie Applicaion à la province de Québec par JeanThomas Bernard Tiulaire de la Chaire en économique de l'énergie élecrique Déparemen d'économique Universié Laval

Plus en détail

Insertion professionnelle et départ du domicile parental : une relation complexe

Insertion professionnelle et départ du domicile parental : une relation complexe Inserion professionnelle e dépar du domicile parenal : une relaion complexe Thomas Couppié, Céline Gasque * L'enrée dans la vie adule es un phénomène mulidimensionnel don la complexificaion es soulignée

Plus en détail

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES par Paul CHAMPSAUR e Jean-Philippe COTIS - AVRIL 2010 Par leres de mission en dae du 15 février 2010, le Présiden de la République a demandé à M. Paul CHAMPSAUR,

Plus en détail

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement La siuaion financière des sociéés non financières en France 199- Baisse du aux d épargne e recours accru à l endeemen Jean-Luc CAYSSIALS Direcion des Enreprises Observaoire des Enreprises Olivier VIGNA

Plus en détail

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada Les reombées économiques de l Accord de libre-échange canada-chili Bureau de l économise en chef Affaires érangères e Commerce inernaional Canada Le 30 mai 2013 Table des maières Sommaire... 1 1. Inroducion...

Plus en détail

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale 5 3. Avanage comparaif des exporaions de crevees d élevage: une évaluaion globale Dans la présene secion nous appliquons le cadre d évaluaion exposé ci-dessus pour évaluer l avanage comparaif des principaux

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Incidence du commerce international sur les salaires des Canadiens

Incidence du commerce international sur les salaires des Canadiens Incidence du commerce inernaional sur les salaires des Canadiens par Omar Zakhilwal N o 156 11F0019MPF N o 156 ISSN: 1200-5231 ISBN: 0-660-96431-7 Prix : 5 $ le numéro, 25 $ annuellemen Éudes de la Famille

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1 Parick McGuire +41 61 28 8921 parick.mcguire@bis.org Eli Remolona +852 2878 715 eli.remolona@bis.org Kosas Tsasaronis +41 61 28 882 ksasaronis@bis.org Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants?

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants? Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 28 février 2015 De l inscripion à la publicaion des résulas en ligne à l Universié de Lomé : quels impacs sur l adopion des TIC chez les éudians? Halourou MAMAN, Universié

Plus en détail

Organisation du travail et santé des seniors en Europe

Organisation du travail et santé des seniors en Europe Documen ravail Working paper Organisaion du ravail e sané s seniors en Europe Thierry Debrand (IRDES), Pascale Lengagne (IRDES) DT n 3 Février 2007 Insiu recherche e documenaion en économie la sané IRDES

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 59 2009 DOCUMENTS DE TRAVAIL La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 2 La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau

Plus en détail

2nde FICHE n 8 Utiliser les différents types de pourcentage

2nde FICHE n 8 Utiliser les différents types de pourcentage 2nde FICHE n 8 Uiliser les différens ypes de pourcenage Lorsque l on éudie un problème avec des pourcenages, il convien d abord de se poser la quesion du ype de pourcenage uilisé dans ce problème : le

Plus en détail

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes L effe des aciviés hors bilan sur la renabilié e la volailié des revenus des banques canadiennes Nicolas Pellerin * Déparemen des Sciences Adminisraives Universié du Québec en Ouaouais Essai du D.E.S.S.

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE POUR LE CALCUL DES EFFECTIFS ET CELUI DE LA MASSE SALARIALE(*)? (*) Le calcul de la masse salariale indique à l enreprise l assiee de sa paricipaion, c es-à-dire la somme

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

Pluviométrie, croissance et pauvreté : cas du Sénégal et du Burkina Faso

Pluviométrie, croissance et pauvreté : cas du Sénégal et du Burkina Faso Pluviomérie, croissance e pauvreé : cas du Sénégal e du Burkina Faso François Joseph CABRAL CRES FASEG/UCAD joecabral7@gmail.com PLAN 1. Conexe e problémaique 2. Objecif 3. Méhodologie 4. Simulaions e

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Première E.S. Lycée Desfontaines Melle. Pourcentages

Première E.S. Lycée Desfontaines Melle. Pourcentages Première E.S. Lycée Desfonaines Melle I. Inroducion Pourcenages Définiion : On considère deux quaniés Q e Q de même naure, exprimées dans la même unié. Dire que Q es égale à % de Q revien à dire que Q

Plus en détail

) 5'.,! URDOC-2. INSTALLATION PRECOCE DU RIZ identiftcation des pratiqaes paysannes et des contraintes. bso. OFFICE ou NIGER DADR - Ségou

) 5'.,! URDOC-2. INSTALLATION PRECOCE DU RIZ identiftcation des pratiqaes paysannes et des contraintes. bso. OFFICE ou NIGER DADR - Ségou OFFCE ou NGER DADR - Ségou URDOC-2 République du Mali =*=.f=+=q=+=*=*= Un Peuple Un Bu Une Foi NSTALLATON PRECOCE DU RZ idenifcaion des praiqaes paysannes e des conraines Yacouba M. COULBALY Mamadi N.

Plus en détail

Production d un son par les instruments de musique

Production d un son par les instruments de musique Producion d un son par les insrumens de musique ACTIVITÉ 1 : Recherche documenaire : Les foncions d un insrumen de musique Objecif : découvrir commen les insrumens de musique acousique peuven remplir leurs

Plus en détail

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse Déparemen fédéral de l'inérieur DFI Office fédéral de la saisique OFS Rappor de méodes 4 Economie naionale Neucâel, Juin 203 Des données de la recerce e développemen aux agrégas de la compabilié naionale

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005 DOCUMENT DE TRAVAIL LA QUALITÉ DE L EMPLOI L EN FRANCE : TENDANCE ET CYCLE FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51 novembre 2005 «LE DESCARTES I» 29, PROMENADE MICHEL SIMON 93166 NOISY-LE-GRAND CEDEX TÉL.

Plus en détail

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun WP/13/144 Viabilié budgéaire, invesissemen public e croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naurelles: le cas du Cameroun Issouf Samake, Priscilla Muhoora e Bruno Versailles 2013

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

Amp Miser Bandes de transport à économies d énergie

Amp Miser Bandes de transport à économies d énergie bandes de ranspor e de process Bandes de ranspor à économies Calculez désormais en ligne vos économies www.ampmiser.com poenielles! Siegling oal beling soluions Bandes de ranspor à économies Opimiser la

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

Par. Jean-Thomas Bernard jtber@ecn.ulaval.ca. Bruno Côté bruno.cote@finances.gouv.qc.ca

Par. Jean-Thomas Bernard jtber@ecn.ulaval.ca. Bruno Côté bruno.cote@finances.gouv.qc.ca L'inensié énergéique du seceur manufacurier de 1976 à 1996 Québec, Onario, Albera e Colombie-Briannique Par Jean-Thomas Bernard jber@ecn.ulaval.ca e Bruno Côé bruno.coe@finances.gouv.qc.ca Chaire en économique

Plus en détail

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n Première STG Chapire 4 : aux d'évoluion. page n 1 On peu lire dans un journal : " Le prix de la able basse, qui es passé de 500 à 502, n'a praiquemen pas bougé. " e plus loin : " Hausse impressionnane

Plus en détail

2.1 Envoi d'un message

2.1 Envoi d'un message MESSAGES Oulook 2013 2.1 Envoi d'un message La messagerie es desinée à l'envoi e à la récepion du courrier élecronique. Six dossiers peuven conenir les messages : les dossiers Boîe de récepion, Brouillons,

Plus en détail

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS LA PERTINENCE DES ACTIS INCORPORELS AVEC LES IRS Gaëlle LENORMAND-TOUCHAIS IREJE Universié de Breagne-Sud (rance) Lionel TOUCHAIS CREM-IAE de Rennes Universié de Rennes1 (rance) RESUME : Ce aricle s inerroge

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

Formalisme des processus aléatoires

Formalisme des processus aléatoires HAPITRE Formalisme des processus aléaoires. - Signal déerminise e signal aléaoire.. - Signal déerminise Les signaux déerminises son connus par leur représenaion emporelle e specrale. Dans le domaine emporel,

Plus en détail

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002)

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002) Producivié Globale des Faceurs e Croissance dans un conexe de Changemen Insiuionnel : Alejandro Quijada * Aoû 2004 Résumé Le Venezuela es le dixième produceur e le sixième exporaeur mondial de pérole.

Plus en détail

Exercice n HA Corrigé

Exercice n HA Corrigé ENAC/ISTE/HYDRAM HYDROTHEQUE : base de données d exercices en Hydrologie Cours : Hydrologie Appliquée / Thémaique : Processus & Réponse Hydrologiques Exercice n HA 0101 - Corrigé Logo opimisé par J.-D.Bonour,

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

PROPORTIONNALITE. Quatre nombres a, b, c et d étant non nuls, on dit que

PROPORTIONNALITE. Quatre nombres a, b, c et d étant non nuls, on dit que PROPORTIONNALITE a) Définiion d une proporion a Quare nombres a, b, c e d éan non nuls, on di que c l une des condiions suivanes (équivalenes) es vérifiée : b d es une proporion lorsque Condiion 1 : Les

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT E9904 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian HESSE, Benoî MERLAT 3 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail