Transplantation de cellules souches hématopoïétiques chez l enfant et l adolescent

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Transplantation de cellules souches hématopoïétiques chez l enfant et l adolescent"

Transcription

1 Vol. 24 No Formation continue Transplantation de cellules souches hématopoïétiques chez l enfant et l adolescent thérapie anti-tumorale spécifique par cellules T exprimant un gènes suicide, activation des cellules T à l aide de chimeric antigen receptors (CARs), etc.) jouent dans ces cas un rôle important. U. Zeilhofer, T. Güngör, Service de greffe de moelle et de cellules souches, Clinique pédiatrique universitaire Zurich Traduction: Rudolf Schlaepfer, La Chaux-de-Fonds Résumé Un patient encourt aujourd hui, par rapport à la situation d il y a 2 ans, un risque nettement inférieur de décès suite à des complications, aiguës ou à moyen terme, après une greffe de cellules souches (GCS). En moyenne les chances de guérison de maladies traitées par GCS allogène par nos soins sont actuellement d environ 8 %. Selon la source des cellules souches, la sécurité d une GCS allogène pour une maladie non maligne (MNM) est actuellement telle que l accent est mis sur la diminution des complications à long terme en réduisant la toxicité du conditionnement, sans pour autant augmenter le risque de rejet. Pour les maladies malignes (MM) le facteur de risque le plus important est malheureusement toujours et encore la rechute. Il est donc primordial d améliorer les chances de rémission par un traitement préalable et des techniques de transplantation plus efficaces. La recherche et l application de nouveaux agents chimiothérapeutiques efficaces, avec ou sans «therapeutic drug monitoring» (TDM) (p. ex. targeted busulfan, tréosulfan, clofarabine), d inhibiteurs de la croissance tumorale (sorafénib, azacytidine), d anticorps monoclonaux cytolytiques (p. ex. blinatomumab) et de nouvelles immunothérapies permettant l élimination de cellules cancéreuses persistantes (déplétion en récepteurs des cellules T alpha/bêta lorsque le donneur est haplo-identique, Donneur (D) (sain) Lymphocytes T mûrs (D): «agressifs» (maladie greffe versus hôte) CSH Introduction Ces 1 15 dernières années on a assisté à des développements considérables dans le domaine des greffes de cellules souches (GCS). Dans cet article nous abordons les fondements de la GCS en pédiatrie et illustrons les possibilités et les limites actuelles de ce traitement par nos propres résultats. Nous évitons expressément le terme «transplantation de moelle osseuse» lui préférant celui de greffe de cellules souches. Receveur (R) (malade) Thymus Conditionnement Figure 1: Principes de la GCS allogène: rejet et tolérance. Lymphocytes T naïfs (D) (tolérants envers R + D) décelables après 3 6 mois Lymphocytes T mûrs (R): «agressifs» (rejet du greffon) Abréviations CMA = Conditionnement myélo-ablatif CMI = Conditionnement minimal intensity CRI = Conditionnement reduced intensity CSH = Cellules souches hématopoïétiques DIP = Déficit immunitaire primaire LLA = Leucémie lymphoblastique aiguë LMA = Leucémie myéloblastique aiguë GHvD = Graft-versus-Host Disease GSC = Greffe de cellules souches HLA = Human leukocyte antigen ICT = Irradiation corporelle totale MAT = Mortalité associée à la transplantation MNM = Maladie non maligne MM = Maladie maligne MO = Moelle osseuse SMD = Syndrome myélodysplasique SPS = Sang périphérique stimulé TDM = Therapeutic drug monitoring TRM = Transplant-related mortality an début, après le résumé Donneur (D) Receveur (R) Thymus -LcT -LcB Sang Macroph/APC Tolérance contre R + D 1. Phase précoce: Neutrophiles, Mono, NK Défense immédiate 4 semaines 2. Phase médiane: Macrophages, Lc T Immunité cell. 3 6 mois 3. Phase tardive: Lc B Immunité hum mois Figure 2: Principes de la GCS allogène: reconstitution immunologique; Lc=Lymphocytes 31

2 Formation continue Vol. 24 No Greffe de cellules souches autologues et allogènes Lorsqu on procède à une GCS autologue, on congèle dans de l azote liquide des cellules souches hématopoïétiques (CSH) prélevées au patient par aphérèse en y ajoutant du DMSO. S ensuit une chimiothérapie à haute dose à la fin de laquelle on décongèle les CSH pour les reperfuser au patient. L objectif de la chimiothérapie à haute dose est la destruction de la tumeur solide ou du lymphome, la perfusion des CSH autologues sert de «bouée de sauvetage» à la moelle osseuse, afin de pallier à la phase d aplasie médullaire prolongée. Cette méthode est utilisée presque exclusivement lors de maladies oncologiques (neuroblastome, médulloblastome, récidive d un néphroblastome ou d un lymphome de Hodgkin) et, dans le cadre d études, lors de maladies auto-immunes réfractaires au traitement (p. ex. arthrite rhumatoïde polyarticulaire, sclérose en plaques). Nous aborderons par la suite surtout les GCS allogènes. Lors d une GCS allogène on remplace le système hématopoïétique du receveur par un système immunitaire et sanguin sain provenant d un donneur. Des CSH pluripotentes, ayant la capacité de renouvellement à longueur de vie, sont transmises du donneur au receveur; elles forment alors les cellules hématopoïétiques génératrices qui reconstruisent le sang et le système immunitaire du receveur. Une condition préalable importante est la suppression du système immunitaire cellulaire du receveur afin d éviter un rejet. Il 29% 6% 47% 18% faut aussi créer de la place dans la moelle osseuse en détruisant les CSH du receveur, les CSH du donneur pouvant ainsi les remplacer par «homing» dans la matrice osseuse. Généralement la perfusion des CSH est associée à des immunosuppresseurs afin d éviter une maladie de greffe contre hôte (MGvH) potentiellement dangereuse. Après avoir réglé ces problèmes de principe, rejet et MGvH, après la prise de greffe réussie des cellules du donneur (critères: >.5 G/l granulocytes neutrophiles, > 5 G/l thrombocytes sans substitution de thrombocytes), sont au premier plan la reconstitution de l immunité cellulaire et humorale et le développement d une tolérance centrale et périphérique envers le receveur. Cette tolérance envers le système HLA du receveur est initiée, après colonisation du thymus, par des cellules génératrices lymphoïdes provenant de la moelle osseuse, ce qui différencie la GCS de toutes les autres transplantations d organes. Des molécules HLA du donneur sont présentées dans le thymus, se forment ainsi «de novo» des cellules T naïves, tolérantes envers les systèmes HLA du donneur et du receveur. Six mois environ après la GCS il n est donc en général plus nécessaire de maintenir l immunosuppression. Les patients peuvent recevoir une immunisation de base et développent par la suite un système sanguin et immunitaire fonctionnant normalement. On peut guérir par cette méthode de nombreuses maladies hématologiques, oncologiques, immunologiques et métaboliques sans devoir maintenir une immunosuppression à vie (fig. 1, 2). Hémat. Oncol. + SMD Immun. Métabol. Figure 3: Indications à la GCS allogène à l hôpital pédiatrique universitaire de Zurich (22 212) (u = 188) Allo Auto Total Figure 4: Évolution du nombre de greffes à l hôpital pédiatrique universitaire de Zurich (2 212) Pour les besoins de cette publication nous avons évalué les données de l hôpital pédiatrique universitaire de Zurich (UKZH) de 22 à 212 (compris). Pendant cette période 237 GCS (49 autologues; 188 allogènes) ont été effectuées chez 221 patients. Parmi les 188 enfants qui ont bénéficié d une greffe à UKZH, la moitié (47 %) souffrait d une maladie maligne (y c. syndrome myélodysplasique avec mise en évidence de myéloblastes malins), un peu moins d un tiers (29 %) d un déficit immunitaire primaire, 18 % d une maladie hématologique et un plus petit nombre (6%) d une maladie métabolique (fig. 3). Le nombre de GCS à UKZH a continuellement augmenté ces dernières années (fig. 4). L UKZH remplit les critères d au moins 1 greffes allogènes par année et est donc accrédité en tant que centre pédiatrique indépendant JACIE (Joint Accreditation Committee of ICST-Europe and EBMT). Le but de l accréditation JACIE est l assurance qualité lors de GCS allogènes ou autologues, y compris la récolte et le conditionnement de cellules souches et est obligatoire pour les centres suisses de transplantation. Indication à la GCS allogène chez l enfant Les indications à la GCS en hématologie pédiatrique incluent les hémoglobinopathies (drépanocytose et bêta-thalassémies), les anémies arégénératives (anémie de Diamond-Blackfan), les thrombocytopénies congénitales (thrombocytopénie amégacaryocytaire, syndrome de Wiskott-Aldrich), les troubles sévères de la fonction plaquettaire (thrombasthénie Glanzmann) ou certaines neutropénies congénitales (défaut HAX1 ou syndrome de Kostmann). D autres indications à la GCS en hématologie sont les syndromes congénitaux avec défaillance de la moelle osseuse, l anémie de Fanconi ou la dyskératose congénitale de Shwachmann Diamond qui peuvent se présenter sous forme d anémie aplasique sévère ou de cytopénie réfractaire avec signes dysplasiques dans le frottis de moelle. Les syndromes myélodysplasiques (SMD) avec mise en évidence de blastes font partie des maladies malignes puisqu ils évoluent, sans traitement, vers une leucémie myéloïde aiguë. La greffe de CSH allogène est possible, pendant l enfance et l adolescence avec de bons résultats sans chimiothérapie préalable pour induire une rémission, pour l anémie réfractaire avec excès de blastes (AREB) et l anémie réfractaire avec excès de blastes en transformation (AREB-T). 32

3 Vol. 24 No Formation continue Les leucémies aiguës sont, avec les maladies congénitales non malignes (MNM), l indication la plus fréquente à la greffe chez l enfant et l adolescent. La forme de leucémie la plus fréquente pendant l enfance, la leucémie lymphatique aiguë, est une indication à la GCS lors d une récidive ou d une situation à haut risque (p. ex. régression tardive de la maladie résiduelle minimale) déjà pendant la première rémission complète. L induction d une rémission complète, si possible moléculaire (maladie résiduelle minimale < 1 3 ) constitue en principe un prémisse à la GCS. Une GCS allogène est effectuée également chez les patients avec une récidive de leucémie myéloïde aiguë, exceptés les enfants au pronostic défavorable, surtout ceux avec une mutation FLT3 et une translocation t(9/11) et t(6/9), déjà greffés lors de la première rémission. Quatre grands groupes de déficits immunitaires primaires (DIP) qualifient pour une GCS: a) Les déficits immunitaires combinés sévères (DICS: déficits en gamma-c, JAK 3, CD3, RAG1/2, récepteurs IL7, DNA-ligase IV, mutation des gènes Artemis, Cernunnos, déficit en adénosine désaminase et en purine nucléoside phosphorylase, etc.). b) Les déficits immunitaires combinés (DIC: hypoplasie cartilage-cheveux, syndrome de Wiskott-Aldrich, déficit en ligand CD4, syndromes des lymphocytes nus et syndrome d Immunodérigulation, Polyendocrinopathie, Entéropathie auto-immune liée au chromosome X (IPEX), etc.). c) Les syndromes congénitaux de lymphohistiocytose (lymphohistiocytoses hémophagocytaires: déficits en perforine, protéine Munc 13, syntaxine 11, syndrome de Purtillo, etc). d) Les déficits des cellules phagocytaires (p. ex. granulomatose chronique) avec déficit héréditaire autosomique récessif et lié au chromosome X de la NADPH oxydase ou les déficits des molécules d adhésion leucocytaire (p.ex. déficit LFA1 avec expression manquante de CD11a-c et CD18). Les maladies métaboliques représentent une autre indication pour les GCS allogènes. Il s agit notamment des thésaurismoses comme la mucopolysaccharidose de type I-H (Hurler), l alpha-mannosidose, la maladie de Farber (déficit en céramidase) ou les déficits de la bêta-oxydation des acides gras à très longue chaîne (adrénoleucodystrophie liée à l X [ALD-X]). Le succès de la GCS pour ces maladies neurodégénératives s explique par le transfert et la néogénèse de monocytes du donneur qui se spécialisent, dans les tissus, en macrophages pouvant se différencier en oligodendrocytes dans de SNC ou en cellules de Kupffer dans le foie. Ces cellules deviennent actives en métabolisant les enzymes manquants. Elles transmettent ensuite aux neurones ou aux cellules hépatiques voisins l enzyme, que celles-ci absorbent au moyen de récepteurs ou directement. L absorption de l enzyme manquante (p. ex. alpha-iduronidase pour la MPS de type I-H) préserve les neurones de la dégénérescence et évite l accumulation de produits métaboliques pathologiques comme les glycosaminoglycanes. En procédant à la GCS précocement (pour les maladies lysosomiales en général avant la deuxième année de vie; pour l ALD-X dès l apparition de symptômes neurologiques ou neuropsychiatriques et cognitifs), il est possible d arrêter le processus pathologique progressif et finalement fatal, l enfant étant ainsi préservé d une démence et dégénérescence neurologique progressive. Pour les MPS de type I-H l effet positif de la GCS est de prévenir les troubles fonctionnels de la cochlée, l opacification de la cornée et l épaississement des valves cardiaques. Par contre l effet de la GCS n est que minime au niveau des os et des cartilages; des complications orthopédiques (hypoplasie de l odontoïde, contractures des doigts, syndrome du tunnel carpien, genua valga, scoliose) doivent donc souvent être corrigées chirurgicalement. La GCS, effectuée dès les premiers symptômes neurologiques ou en présence des critères de progression à l IRM, peut s avérer salvatrice pour les patients avec un syndrome ALD-X et stopper le processus neurodégénératif, et en partie inflammatoire, dans le SNC après 6 12 mois (durée du processus d immigration des macrophages du donneur dans le SNC). L insuffisance cortico-surrénalienne présente chez les patients avec un syndrome ALD-X n est pas réversible après la GCS et nécessite donc une substitution aussi après une GCS réussie. Sources de cellules souches Nous pouvons actuellement obtenir des CSH à partir de trois sources: a) moelle osseuse, b) sang périphérique stimulé (SPS) par G-CSF (Granulocyte-Colony Stimulating Factor) et c) sang du cordon ombilical (SC). a) La source la plus ancienne et la plus fréquemment utilisée en pédiatrie est la moelle osseuse, utilisée déjà en 1968 avec succès lors de la première GCS allogène (chez un enfant avec un déficit immunitaire primaire). Seul un petit pourcentage (env. 1 %) des cellules de la moelle osseuse correspond à des CSH CD34+, le nombre de CSH lors d une greffe de moelle est donc limité. La quantité de moelle osseuse prélevée au donneur est en principe, selon l âge, de 1 2 ml/kg de poids corporel du receveur. Le prélèvement se fait par deux médecins, prélevant à deux endroits de l os iliaque (épine iliaque postérieure) en narcose complète, en décubitus ventral, de la moelle osseuse par portions de 5 1 ml. Cette intervention demande en général une brève hospitalisation de 2 3 jours. La convalescence après l intervention est rapide, en général les donneurs retournent à l école ou au travail après 3 5 jours. Une transfusion d érythrocytes irradiés est rarement nécessaire; cela concerne surtout les donneurs très jeunes (< 1 kg) ou lorsqu il y a une grande différence de poids entre donneur et receveur. A UKZH tous les donneurs reçoivent, après le prélèvement de la moelle osseuse, 5 mg/kg de fer i. v. afin d accélérer la régénération de l hématopoïèse. Un avantage de la moelle osseuse est le nombre de cellules T CD3+ inférieur d au moins 1 log dans le greffon, donc d un risque moindre de MGvH. b) Pour obtenir des cellules souches depuis du SPS, le donneur doit être stimulé au préalable pendant 4 5 jours avec 1 12 µg/kg G-CSF s.c. L utilisation d autres stimulants des CSH, comme le plérixafor, ne font pas encore partie de la routine. Le prélèvement de SPS se fait par aphérèse, nécessitant 2 accès veineux à gros calibre (chez l adulte souvent depuis des veines périphériques, chez l enfant plutôt par des cathéters à dialyse à deux voies). L aphérèse dure en général plusieurs heures. Lors d une aphérèse on récolte des cellules souches sanguines et d autres cellules mononucléaires par centrifugation, les plaquettes et les érythrocytes étant en majeure partie reperfusés au donneur. L avantage de la SPS par rapport à la moelle osseuseest le nombre nettement plus élevé de cellules souches prélevées, ce qui permet souvent une prise de greffe plus rapide qu en utilisant la moelle osseuse. Ce fait s avère un avantage surtout chez les patients plus âgés et atteints d une maladie oncologique sévère avec rémission marginale ou chez les patients avec un DIP et souffrant d une infec- 33

4 Formation continue Vol. 24 No tion active, résistante au traitement, le temps d aplasie pouvant être raccourci. Le désavantage du SPS est la proportion relativement élevée de cellules T CD3+ qui représentent un risque accru de MGvH. Il n existe jusqu à ce jour pas de données concernant les éventuels effets à long terme, chez le donneur, de la stimulation des CSH par G-CSF. La crainte que cette stimulation puisse induire une leucémie ne s est jusqu à ce jour pas confirmée. Tous les donneurs de cellules souches sont enregistrés dans le cadre de la Loi fédérale sur la transplantation d organes, de tissus et de cellules et suivis au moyen d un questionnaire annuel. c) Une troisième source de cellules souches, largement disponible, est le cordon ombilical (utilisée pour la première fois en 1988 chez un enfant avec une anémie de Fanconi). Les banques de sang du cordon existent partout au monde, on obtient du SC donc relativement rapidement et facilement. En Suisse des banques de SC publiques existent à Genève et à Bâle. La recherche et l évaluation souvent fastidieuse de donneurs adultes bénévoles qui peut durer, en Suisse, depuis l enregistrement jusqu à la découverte d un donneur, environ 2 mois, peut être raccourcie avec le SC à environ 4 semaines jusqu à la livraison, ce qui s avère profitable pour le receveur malade. La récolte de sang du cordon est sans risques pour le nouveau-né et le risque de transmettre une infection (VIH, hépatite, CMV, EBV) par le greffon est minime. Dans le SC on trouve nettement moins de cellules T CD3+, pour la plupart encore largement naïves et immatures, le risque de MGvH étant de ce fait moindre que suite à une greffe SPS ou MO. Cela rend possible des transplantations avec une différence de 3 4-allèles sans déplétion in vitro de cellules T. Le désavantage de la greffe à partir de SC est le nombre limité de CS, une greffe de SC avec une seule unité est donc plus difficile à réaliser chez les enfants de > 2 kg. Il est possible d effectuer des greffes de SC avec plusieurs unités de SC. Les critères appliqués au niveau international exigent, pour qu un SC soit conforme à un receveur, entre autres la présence de > 3 x 1 7 cellules nucléées/kg et > 2 x 1 5 CSH CD34+/kg dans le greffon ainsi que l absence d un donneur intra- ou extra-familial matché HLA 9/1 ou 1/1. En présence d une maladie métabolique comme la MPS type I-H (maladie de Hurler), la fucosidose, l alpha-mannosidose, qui touchent généralement de petits enfants, le SC est actuellement dans plusieurs centres spécialisés la source de CS préférée. La typisation HLA du SC doit inclure au moins 4/6 antigènes HLA, bien qu une typisation 5/6 ou 6/6 soit préférable. A UKZH la typisation moléculaire (4-digit) est usuelle aussi pour les greffons de SC, en exigeant une correspondance d au moins 6/1 caractères HLA. En raison du petit nombre de CSH dans le SC par rapport au poids du receveur, le risque de rejet est plus grand et le temps d aplasie en général plus long qu après une transplantation de moelle osseuse ou SPS. Il ne sera par ailleurs pas possible de recourir à nouveau au donneur en cas de prise de greffe insuffisante ou si des transfusions de lymphocytes s avèrent nécessaires dans le cadre d une immunothérapie cellulaire (lymphocytes du donneur lors d une récidive de leucémie, boost des CS en cas de cytopénie persistante ou perfusion de cellules T spécifiques contre une infection par CMV, EBV ou ADV). Les donneurs potentiels sont les frères et sœurs génétiquement HLA-identiques, disponibles dans moins de 2 % des cas, les donneurs extérieurs à la famille HLA-identiques et non HLA-identiques (volontaires de >18 ans) ainsi que, plus rarement, des membres de la famille haploïde-identiques (concordance de 5 % HLA) et au phénotype HLA identique. Les donneurs non apparentés ont nettement augmenté ces dernières années à l UKZH (fig. 5). Les environ 19 millions de donneurs volontaires de moelle osseuse et SPS disponibles mondialement permettent de trouver dans de nombreux cas (mais pas tous) un donneur non membre de la famille avec une concordance HLA de 1/1 ou 9/1 (matched unrelated donor = MUD). Il existe des constellations HLA rares, surtout chez les patients issus d ethnies rares, pour lesquels aucun donneur avec une concordance HLA de plus de 7/1 ne peut être trouvé. Plus le nombre de donneurs volontaires est grand mondialement, plus les chances de trouver un donneur compatible augmentent pour tous les patients. Tout lecteur de cet article et intéressé peut se faire enregistrer online auprès du Registre suisse de cellules souches du sang (Swiss Blood Stem Cells, Il recevra par courrier un coton tige afin d effecteur un frottis de la joue pour la typisation HLA. Au niveau international on conseille pour les donneurs de la fratrie (< 18 ans) un prélèvement de moelle osseuse Donneur extra-familial 1 Haploïde-identique 8 Fratrie Figure 5: Proportion de donneurs d une GCS issus de la fratrie, extra-familiaux ou parents (haploïde-identiques) 25% 7% 2% 66% MO SPS SC SC/MO Figure 6: Répartition des sources de cellules souches à l UKZH (22 212) (n = 188) 34

5 Vol. 24 No Formation continue A l UKZH, entre 22 et 212, dans 66 % des cas la moelle osseuse a été utilisée en tant que source de cellules souches, dans presque 25 % on a eu recours à la SPS et en 7 % à du SC. Quatre GCS de donneur issu de la fratrie ont été effectuées en combinant SC et moelle osseuse, surtout parce que le nombre de cellules souches du greffon de SC du frère ou de la sœur concordante avait été insuffisant (fig. 6). Conditionnement Avant une transplantation allogène le receveur doit être conditionné. Cela se fait par une chimiothérapie (chimiothérapie à haute dose) ou plus rarement par une radiothérapie (irradiation corporelle totale = ICT) consistant en une irradiation fractionnée de 6 x 2 Gy. Le conditionnement poursuit en principe trois buts: a) Élimination des CS du receveur dans la moelle osseuse («faire de la place» pour le homing des CS du donneur). b) Immunosuppression du receveur afin d éviter le rejet des CS du donneur par les cellules T et NK du receveur. c) Éradication de la maladie de base, notamment lorsqu il s agit d une affection maligne. On peut distinguer trois sortes de conditionnement: a) Le conditionnement myélo-ablatif (CMA) consiste en une chimiothérapie dont l intensité est poussée jusqu au maximum tolérable afin de détruire autant de cellules hématopoïétiques autologues que possible (surtout si malignes) et d obtenir, pour certaines maladies du métabolisme, une myéloablation maximale. b) Le conditionnement «reduced intensity» (CRI) utilise la chimiothérapie ou l ICT à doses réduites, surtout si la maladie de base le permet, laissant survivre un petit nombre de cellules du receveur, un chimérisme mixte stable (coexistence de cellules du receveur et du donneur) étant en général suffisant pour la guérison de maladies non malignes. Le choix et le dosage judicieux des médicaments myéloablatifs et immunosuppresseurs, l application d un «therapeutic-drug-monitoring» (TDM) pour la substance myéloablative busulfan et l utilisation appropriée de l alloréactivité des cellules T et NK du donneur (Graft versus Marrow Effect) permettent l élimination du plus grand nombre de CSH et de cellules progénitrices avec un minimum d effets toxiques indésirables. A l aide de schémas CRI il est possible de diminuer outre la toxicité aiguë de la chimiothérapie (mucosite, maladie de l occlusion des veines hépatiques et pneumonie) les effets Catégorie Apparition dans le temps Signes de MGvH aiguë Signes de MGvH chronique MGvH aiguë Classique jour 1 oui non Persistante ou aiguë-récidivante > jour 1 oui non MGvH chronique Classique Pas de limitation non oui «Overlap» Pas de limitation oui non Tableau 1: Définition des MGvH aiguë et chronique selon les recommandations de la National Institute of health (NIH) Consensus Conference. Niveaux d intensité Stade Atteinte cutanée Foie/bilirubine Tractus intestinal/diarrhée 1 (+) < 25 % de la surface corporelle 34 5 µmol/l Diarrhées 1 19 ml/kg/jour, nausées, vomissements 2 (++) 25 5 % de la surface corporelle µmol/l Diarrhées 2 3 ml/kg/jour, nausées, vomissements 3 (+++) < 5 % Érythrodermie généralisée µmol/l Diarrhées > 3 ml/kg/jour, nausées, vomissements 4 (++++) Érythrodermie généralisée, formation de cloques, desquamation >255 µmol/l Diarrhées > 3 ml/kg/jour, Douleurs abdominales violentes et/ou d iléus et/ou Meläna Degrés Degré Peau Foie Intestin I Stade 1 2 II Stade 3 ou: Stade 1 ou: Stade 1 III Stade 2-3 ou: Stade 2 4 IV Stade 4 ou: Stade 4 Tableaux 2 + 3: Les niveaux d intensité et les degrés de la MGvH aiguë (modificé de Glucksberg et Przepiorka) 35

6 Formation continue Vol. 24 No indésirables à long terme de la GCS, comme les effets endocriniens et l infertilité. Des études à long terme, effectuées entre autres à l UKZH, montreront dans quelle mesure l application des schémas CRI permettent de diminuer les effets à long terme. c) Le conditionnement «minimal intensity» (CMI) comporte l utilisation de médicaments immunosuppresseurs, p. ex. le cyclophosphamide et la fludarabine, et l administration d anticorps cytotoxiques spéc ifiques (anti-cd45) ou la myélo-ablation localisée au moyen d anticorps couplés à des radionucléotides dirigés contre les leucocytes. On a recours à ces schémas CMI surtout chez les patients avec une anémie de Fanconi, une dyskératose congénitale ou un déficit en ADN-ligase 4, qui ne touchent pas seulement le système sanguin et immunitaire mais aussi d autres tissus et qui peuvent réagir de manière hypersensible aux agents chimiothérapeutiques. Maladie du greffon contre l hôte (MGvH) On appelle MGvH une réaction alloréactive inflammatoire et parfois lymphoproliférative des cellules T du donneur contre les tissus du receveur exprimant des antigènes HLA. On différenciait autrefois strictement la MGvH aiguë, se manifestant dans les 1 jours après la GCS, d une MGvH chronique (se manifestant après le 1 ème jour après la GCS); cette classification n est plus usuelle actuellement (tabl. 1). Alors qu il est actuellement admis que la MGvH aiguë est due à une infiltration, évoluant par plusieurs étapes, de cellules CD8+T cytotoxiques, transplantées avec le greffon et stimulées par des cellules présentatrices d antigènes, la physiopathologie de la MGvH chronique est plus complexe. Elle se caractérise par le rôle important joué par les cellules CD4+T et B formant des (auto-)anticorps; la MGvH chronique s apparente de ce fait plus à une maladie auto-immune. La MGvH aiguë apparaît assez précocement après la GCS, souvent lors de la prise de greffe et se limite à trois organes: le foie, la peau et l intestin. Il s agit d une infiltration inflammatoire du tissu par des cellules T CD3+CD8+ alloréactives du donneur, qui libèrent des cytokines, comme la TFN-alpha, et induisent une apoptose de kératinocytes, de cellules épithéliales de l intestin et des voies biliaires. La peau, avec sa densité élevée en cellules présentatrices d antigènes, est le plus souvent touchée, l atteinte étant visible à l œil nu. L atteinte des organes concernés est subdivisée en niveaux d intensité, la somme indiquant le degré (I à IV) de la MGvH (tabl. 2 et 3). Les patients qui développent une MGvH aiguë du degré III-IV ont des chances de survie nettement réduites (env. 3 %). Pour cette raison, de nouveaux procédés de traitement d une MGvH aiguë sont actuellement à l étude, comme la photophérèse extracorporelle et l administration de cellules souche mésenchymales. Le souci principal étant d éviter respectivement de prévenir toute MGvH aiguë de stade III IV. Tous les patients avec une GSC bénéficient d une prévention de MGvH, en règle générale par deux immunosuppresseurs (inhibiteurs de la calcineurine, p. ex. ciclosporine A ou tacrolimus, associés ou non au méthotrexate lowdose ou à la ciclosporine A en combinaison avec mycophénolate mofétil). Lors d une GSC par un donneur extra-familial ou membre de la fratrie on administre, après application des schémas CRI et avant la GCS, en plus des anticorps lymphocytotoxiques anti-cellules T (et B) (globuline antithymocyte ou anticorps anti CD52 = alemtuzumab). Ils circulent dans le sang du receveur, grâce à leur longue demievie, au delà du jour de la GCS et sont en mesure d éliminer les cellules T du donneur co-transfusées (déplétion in vivo des cellules T). Lors de transplantations haplo-identiques, c est à dire des GCS de membres de la famille (surtout parents) ne présentant que 5 % de correspondance HLA, il est généralement nécessaire de procéder à une déplétion in vitro des cellules T du SPS du donneur (prophylaxie d une MGvH) et à une déplétion in vivo des cellules T du receveur (prophylaxie du rejet). La déplétion de cellules T in vitro se fait au moyen d anticorps avec Magnetic Beads (CliniMACS) qui permettent une sélection positive de cellules souches sanguines CD34+ et donc une déplétion indirecte de plusieurs degrés logarithmiques du taux de cellules CD3+/CD19+. Les déplétions de cellules CD3+/CD19+ et TCR-alpha+/beta+ avec effet anti-leucémique sont des techniques expérimentales de déplétion in vitro. Toutes les trois techniques de déplétion haploïde sont proposées à l UKZH. Le traitement d une MGvH aiguë degré I de la peau se fait par application topique de corticostéroïdes ou tacrolimus. Toutes les MGvH aiguës dépassant le degré I bénéficient d un traitement par corticostéroïdes systémiques à haute dose (méthylprednisolone 2 mg/kg) en combinaison avec cyclosporine A. Le pronostic doit être considéré comme défavorable lorsque la réponse au traitement systémique par corticostéroïdes (progression après 3 jours de traitement ou absence de toute amélioration après 7 jours) est insuffisante («steroid-refractory GvHD»). L administration d autres immunosuppresseurs est alors indiquée, comme le méthotrexate à petites doses, la rapamycine ou des anticorps monoclonaux contre CD25 (basiliximab) ou le TFNalpha (infliximab). La plupart des MGvH > degré I réagissent bien à 2g/kg méthylprednisolone et n évoluent pas vers un degré III IV. Contrairement à d autres transplantations d organes, une immunosuppression à vie n est pas nécessaire après une GCS. Suite à la formation de cellules lymphoïdes progénitrices et l immigration dans le thymus («école» des lymphocytes T: sélection négative et positive) se développent, après 3 6 mois, des cellules T naïves tolérantes avec un répertoire de récepteurs de cellules T très large, sans auto- ou allo-réactivité malgré des différences HLA avec les tissus du receveur. En l absence ou en cas de rémission d une MGvH les immunosuppresseurs peuvent donc être stoppés en moyenne 6 mois après la GCS. Après l arrêt des immunosuppresseurs (souvent déjà avant) a lieu une reconstitution croissante de cellules immunitaires par l expansion de lymphocytes T nonalloréactifs co-transplantés et par la néoformation de cellules T thymus-dépendantes, ce qui permet ensuite la suppression aussi de la prophylaxie anti-infectieuse. En général 6 9 mois sont nécessaires jusqu à ce que les cellules B soient fonctionnelles, raison pour laquelle on transfuse, chez l enfant, jusqu à l obtention d une immunocompétence humorale, des anticorps antipolysaccharidiques contre les pneumocoques et l haemophilus du type B ainsi que d autres maladies bactériennes et virales. A l UKZH nous administrons à titre prophylactique l antimycosique itraconazole (contre candida et aspergillus), aciclovir ou valaciclovir afin de prévenir la réactivation de virus du type herpès (HSV, VZV, CMV) et co-trimoxazole (3x/semaine) en prévention de pneumonies à pneumocystis jirovecii. L itraconazole est stoppé en général après 3 mois, le cotrimoxazole et l acyclovir après 6-9 mois. Après 9 12 mois la plupart des patients n ont plus aucun médicament. Une MGvH chronique ne se développe que chez un très petit nombre de nos patients allo-transplantés. La MGvH chronique ressemble à une maladie auto-immune, comme la sclérodermie systémique, l arthrite rhuma- 36

7 Vol. 24 No Formation continue toïde, le syndrome de Sjögren, la maladie de Crohn ou le lichen scléreux et atrophique et peut toucher en principe tous les organes. Chez l enfant le risque d une MGvH chronique est nettement inférieur que chez l adulte (dans la littérature env. 15 % des enfants contre jusqu à 5 % des adultes). Le traitement dépend de l intensité et de la localisation. Les anti-inflammatoires et immunosuppresseurs systémiques et topiques sont un élément important: les corticostéroïdes, les inhibiteurs de la calcineurine (cyclosporine A, tacrolimus), les inhibiteurs de mtor (rapamycine), les anticorps anti-cellules B (rituximab), les inhibiteurs de la tyrosine kinase (imantinib), le méthotrexate low-dose, etc. Depuis peu nous disposons en outre de la photophérèse extracorporelle (PPE). La PPE consiste en une aphérèse de cellules périphériques mononucléaires sensibilisées par un psoralène, irradiées par UVA et reperfusées ensuite au patient. Par la PPE les cellules présentatrices d antigènes sont modulées de manière à interrompre le processus responsable de la MGvH. Il est possible de recourir à la PPE aussi en cas de MGvH aiguë. Autrefois la MGvH chronique n était divisée qu en «limited» ou «extensive», actuellement la subdivision se fait, également selon les recommandations de la NIH Consensus Conference, en 3 degrés en fonction des organes touchés et de la sévérité des symptômes (tab. 4). Alors qu une MGvH aiguë guérit souvent sans séquelles, il faut compter avec des séquelles durables après une MGvH chronique, bien que des rémissions complètes soient possibles. Parmi les séquelles on constate des modifications gênantes de la peau et des muqueuses (poïkilodermie, formation de cicatrices, contractures, lichen scléreux oral et vaginal, Figure 7: A) Probabilité de survie globale des patients avec une allogreffe (n = 188) ou une greffe autologue (n = 49). La probabilité de survie à 2 ans est de 8 % suite à une GCS allogène et de 61 % suite à une GCS autologue. B) Probabilité de survie globale des 188 patients avec une allogreffe pour une maladie maligne (MM) ou non maligne (MNM). Probabilité de survie à 2 ans en cas de MM = 69 %, en cas de MNM = 89 %. C) Probabilité de survie globale des 188 patients avec une allogreffe, selon indication à la GCS. Probabilité de survie à 2 ans en cas de maladie hématologique = 87.5 %, oncologique + syn drome myélodysplasique = 69 %, immunologique = 86.2 %, métabolique = 1 %. Nombre d organes touchés MGvH bénigne MGvH modérée MGvH sévère 1 Organe Score 1 Score 2 Score 3 2 Organes Score 1 Score 2 Score 3 3 Organes Score 1 Score 3 Implication pulmonaire Score 1 Score 2 Tableau 4: Classement des MGvH chroniques selon les recommandations de la NIH Consensus Conference. Score = aucun symptôme, score 1 = symptômes bénins, score 2 = symptômes modérés, score 3 = symptômes sévères. Pourcentage de survie Pourcentage de survie Pourcentage de survie allogène autologue MM MNM A B Hématologique C Oncologique + SMD Immunologique Métabolique 37

8 Formation continue Vol. 24 No syndrome de l œil sec, sténose du canal lacrymal, troubles articulaires, pneumopathies restrictives/obstructives, bronchiolite oblitérante) et atteintes de la cornée. A l UKZH, suite à 188 transplantations entre 22 et 212, à peine 5 % des enfants ont développé une MGvH aiguë sans gravité (degré I II), 6 enfants (3 %) sont décédés suite à une MGvH sévère et nous suivons actuellement 4 patients (2.5 %) souffrant de séquelles d une MGvH chronique. Mortalité après une GCS allogène a UKZH Les résultats de UKZH pour la période entre 22 et 212 ont été revus à l occasion de la rédaction de cet article: la probabilité de Pourcentage de décès Pourcentage de décès Pourcentage Percent survival de décès survie à 2 ans de tous les patients ayant subi une transplantation allogène est de 8 %. Cette probabilité est de 61 % suite à une GCS autologue (fig. 7A), de 89 % chez les patients avec une MNM et de 69 % pour les patients avec une MM (fig. 7). Le risque de décéder suite à des effets toxiques, à une infection, à des effets indésirables de la chimiothérapie et/ou des suites de la radiothérapie ou d une MGvH a passé à l arrière plan, ce qui se reflète dans la diminution de la mortalité globale associée à la transplantation. Cette mortalité à 2 ans avoisine pour le collectif des MM et MNM 9.8 % (fig. 8A). La répartition des causes de mortalité associée à la transplantation ou à une rechute est représentée dans les fig. 8 B et C. Toutes MM MAT Récidives Toutes MNM Hématologique Immunologique Métabolique A B C Causes de la meilleure survie depuis ces 1 dernières années De nombreuses raisons expliquent les bons résultats: 1. La typisation HLA (classe HLA I A, B, C; classe HLA II: DRB1, DQB1, DRB3-5, DP) des leucocytes est devenue plus précise ces 15 dernières années. Alors qu auparavant les caractères HLA étaient déterminés par sérologie au niveau antigène (2-digit typing), actuellement on pratique une typisation HLA moléculaire au niveau allèle (4-digit typing). Il est probable que la typisation moléculaire 4-digit des molécules HLA contribue grandement au fait que la GCS à partir de donneurs non-parents obtient de nos jours des résultats comparables aux transplantations à partir de la fratrie. La typisation HLA se fait en Suisse au Laboratoire cantonal de l histocompatibilité à l hôpital universitaire de Genève, accrédité EFI. 2. Le développement de techniques diagnostiques permettant le dépistage précoce de maladies infectieuses (PCR quantitative pour CMV, EBV, HHV6, HHV8, toxoplasmose, adénovirus, BK polyomavirus; dosage sérique de l antigène galactomannane) ont contribué à la sécurité de la GCS, les traitements anti-infectieux efficaces pouvant être mis en route précocement. 3. Les médicaments ou combinaisons de médicaments, comme le défibrotide ou les concentrés d antithrombine III, ont amélioré de manière décisive la maladie veinoocclusive du foie. Les virostatiques ganciclovir, valganciclovir, foscavir, cidofovir contre les CMV et HHV6, cidofovir contre les ADV, CMV, BK-polyoma ainsi que les nouveaux antimycosiques (voriconazole, Figure 8: A) Mortalité associée à la transplantation (MAT) pour tous les patients avec une allogreffe: MAT à 2 ans = 9.8 %. B) Mortalité globale pour les patients avec une MM (ligne rouge), mortalité suite à une rechute (ligne jaune) et MAT (ligne bleue). Mortalité à 2 ans pour toutes les MM = 3.6 %, MAT à 2ans = 8.1 %, mortalité à 2 ans suite à une rechute = 24.4 %. C) MAT pour les MNM (ligne rouge) et répartie selon les indications à la GCS: hématologique (ligne bleue), immunologique (ligne jaune) et métabolique (ligne verte, suit l axe X). MAT à 2 ans pour toutes les MNM = 11.2 %; MAT à 2 ans pour les maladies hématologiques = 11.8 %, immunologiques = 12.8 %, métaboliques = %. 38

9 Vol. 24 No Formation continue caspofungine, posaconazole) ont également contribué à améliorer le pronostic. 4. Le «Therapeutic drug monitoring» des agents chimiothérapeutiques comme le busulfan ou les dosages sanguins des antimycosiques (p. ex. voriconazole, posaconazole) d immunosuppresseurs (p. ex. cyclosporine A, tacrolimus, rapamycine) facilitent l administration de ces médicaments, en réduisant la toxicité tout en améliorant l efficacité. 5. Par le conditionnement de MNM au moyen des schémas CRI (voir plus haut) la toxicité aiguë du traitement a été sensiblement réduite et le pronostic amélioré. Un grand intérêt est apporté à une réduction ultérieure de la toxicité du conditionnement en pédiatrie. Les schémas myéloablatifs et CRI appliqués lors de la transplantation en cas de MM induisent un effet de greffon contre la leucémie (GvL), par lequel les cellules NK et T du donneur peuvent reconnaître et éliminer les cellules tumorales du receveur à partir ou indépendamment des caractères HLA. On peut exploiter cet effet GvL aussi par la perfusion de lymphocytes du donneur ou par des immunothérapies spécifiques (perfusion de cellules NK ou CD8+T) après la prise de greffe et la guérison de la mucosite. Il est pourtant difficile de séparer, in vitro et in vivo, les cellules T responsables de l effet GvL des cellules T déclenchant la MGvH alloréactive. Ces traitements cellulaires ne font donc pas encore partie de la routine en pédiatrie. 6. Un facteur important finalement est l expérience médicale et des équipes soignantes. Il est connu que les centres effectuant plus de 1 transplantations pédiatriques par année connaissent une mortalité moindre que les centres effectuant moins de greffes. Pour les GCS allogènes différenciées de patients pédiatriques avec une maladie maligne nous tablons de plus en plus sur l emploi contrôlé de médicaments cytotoxiques, à effet anti-leucémique (p. ex. TDM du busulfan), en remplaçant autant que possible le cyclophosphamide toxique par les substances mieux supportées que sont la fludarabine ou clofarabine et en employant des greffons «non manipulées», contenant des cellules T et NK et aptes à déclencher un effet GvL, afin de supprimer, par des moyens cytotoxiques, la maladie maligne d origine respectivement les CSH résiduelles du receveur. Le but est de renoncer, chez les patients avec une leucémie lymphoïde aiguë, à l ICT, en la remplaçant par une chimiothérapie MAC (targeted cell busulfan, thiotepa, fludarabine) pour éviter les séquelles à long terme de l irradiation. Une étude dans ce sens a été lancée par le groupe d étude international BFM, avec la collaboration de l UKZH; les premiers patients y sont déjà intégrés. Un autre sujet de recherche à UKZH est l emploi de greffes haploïdes identiques après déplétion des cellules T CD3+ (cellules T TCR alpha/beta+cd3+) et l administration de cellules T spécifiques contre les virus adénovirus, CMV et EBV. Séquelles tardives Pour les enfants en plein développement et en croissance, les séquelles tardives d une GCS allogène sont un problème important. L ICT surtout peut occasionner des séquelles tardives considérables, éviter ou réduire les conséquences actiniques est donc d un grand intérêt. Parmi les séquelles tardives de l ICT avec 12 Gy comptent les troubles endocriniens touchant les gonades, la thyroïde et l hypophyse, responsables d une absence de puberté et d infertilité (hypogonadisme hypogonadotrope). La fonction hormonale et reproductive des ovaires et des testicules peut être compromise aussi par une chimiothérapie myéloablative. Il y a bon espoir qu un conditionnement CRI ciblé permette de réduire l effet toxique sur les gonades. Plusieurs de nos patients masculins, entre temps adultes, ont pu se réjouir d une paternité. Mais de bonnes études à long terme, chez des femmes et hommes adultes ayant subi pendant l enfance une greffe selon le schéma CRI, font encore défaut. Afin d atténuer un des effets à long terme de la GCS allogène, l infertilité, l UKZH propose, en collaboration avec le Service de gynécologie et d obstétrique de la Clinique universitaire de Zurich, différents procédés, entre autres la cryoconservation ovarienne chez les filles de tout âge et du sperme chez les garçons post-pubertaires. La fonction gonadique peut être rétablie assez bien par une substitution hormonale. Une vraie insuffisance en hormone de croissance après ICT avec 12 Gy est très rare. Un facteur de risque supplémentaire est l irradiation préalable du système nerveux central, comme cela est le cas lors d une atteinte leucémique du SNC. Un retard de croissance peut être occasionné indépendamment d un déficit en hormone de croissance par l atteinte des zones de croissance des os, ce qui n est pourtant que rarement le cas après une ICT de 12 Gy. Souvent il n est pas possible de trouver une explication claire au fait que le patient n atteint pas la taille cible. Une chimiothérapie uniquement ne provoque en général pas de retard de croissance, sauf si des corticostéroïdes sont administrés sur une longue période en raison d une MGvH. Lors du suivi d une transplantation de cellules souches la croissance est contrôlée avec soin. Chez les patients à risque (après toute irradiation) on pratique tous les 1 2 ans un test de provocation de l hormone de croissance (p.ex. test à l arginine). Une atteinte de la thyroïde est possible tant par irradiation que par chimiothérapie. Des phénomènes auto-immuns sont aussi possibles, pouvant déclencher une hypothyroïdie (généralement du type Hashimoto) ou hyperthyroïdie (du type Basedow). La fonction thyroïdienne sera donc aussi contrôlée au moins une fois par année. Des séquelles importantes peuvent toucher aussi le cœur. De nombreux agents chimiothérapeutiques, l ICT, la MGvH, des autoanticorps ou des infections virales peuvent oc casionner une cardiomyopathie avec des troubles de la contractilité. Il faut tenir compte d éventuels traitements antérieurs. Les enfants ayant eu une, voire en cas de rechute plusieurs chimiothérapies, présentent un risque accru de cardiomyopathie en raison d une accumulation d anthracycline. Chez tous les patients on effectue une fois par année une échocardiographie et un ECG afin de déceler précocement des troubles fonctionnels (à un stade où la plupart des patients sont encore asymptomatiques) et initier un traitement (p.ex. par inhibiteurs de l enzyme de conversion). Le risque d un effet toxique est nettement moindre pour les poumons que pour le cœur mais l administration de busulfan à haute dose en combinaison avec le cyclophosphamide ou l ICT peuvent être à l origine d une pneumopathie restrictive; une surveillance de la fonction pulmonaire (tous les 1 2 ans) est donc indiquée. A ce jour nous n avons pas constaté de pneumopathie restrictive notable parmi nos patients pédiatriques transplantés après 2. Les patients ayant subi une GCS ont un risque accru de développer une tumeur maligne secondaire. Les patients avec une MM semblent davantage prédisposés que ceux atteints d une MNM. Outre cette prédisposition congénitale pour les maladies malignes, l irradiation pendant ou avant le conditionnement est un facteur de risque très important; les agents alkylants, comme certains immunosuppresseurs (cyclosporine A, tacrolimus) et antimycosiques (voriconazole) peuvent égale- 39

10 Formation continue Vol. 24 No ment provoquer des tumeurs secondaires après exposition UV. Le nombre de tumeurs secondaires de tous les types après GCS atteint, après 3 ans, presque 2 %, pour les tumeurs malignes (sans les cancers de la peau) 8 %. Il peut s agir de lymphomes de Hodgkin, de tumeurs d organes mous, de leucémies aiguës, de tumeurs bénignes et malignes du cerveau, de tumeurs de la peau et des os. Depuis 22 nous avons diagnostiqué à l UKZH 2 tumeurs secondaires ayant nécessité un traitement ultérieur: un sarcome d Ewing et un méningiome bénin chez des patients avec une leucémie lymphocytaire aiguë après ICT respectivement irradiation du cerveau. D autres complications tardives, comme les troubles persistants de la fonction rénale ou hépatique, sont très rares et dues en général à une infection virale ou à un effet toxique médicamenteux. Des troubles du développement et des déficits neurologiques peuvent apparaître en fonction de la maladie de base, de morbidités ou traitements préalables ou d infections du système nerveux central après une GCS, par HHV6 p. ex. L analyse du développement à plus long terme et d éventuels troubles psychosociaux chez les patients ayant subi une GCS est en cours à UKZH et fera l objet d une publication ultérieure. La discussion de complications beaucoup plus rares après une GCS allogène (croissance insuffisante des cheveux, cicatrices, MGvH chronique, dysfonction sexuelle, dépression) dépasserait le cadre de cet article. Il faut enfin signaler qu une GCS allogène peut aussi engendrer de nettes améliorations fonctionnelles de certains organes. Des fonctions pulmonaires massivement retreintes (capacité vitale, capacité de diffusion) notamment se sont progressivement normalisées après une GCS, en particulier chez des patients d un groupe DPI, p.ex. la granulomatose chronique. Cela permet d éviter une progression de la maladie qui rendrait nécessaire une transplantation pulmonaire. Le retard de croissance chez les patients avec des infections chroniques, surtout avec un DPI, se normalise en général après une GCS réussie (effet de rattrapage). Les patients ayant nécessité des transfusions répétées (p. ex. beta-thalassémie, anémie aplasique) peuvent être préservés d une hémochromatose secondaire, par accumulation et toxicité ferreuse, du cœur, du foie et de certains organes endocriniens. Transition vers la médecine adulte Pour le suivi des patients ayant subi une transplantation de moëlle, la transition vers la médecine adulte est importante. Selon la maladie originale, des médecins de différentes spécialités peuvent assurer ce suivi. Il s agit en première ligne d hématologues/oncologues pratiquant dans des centres de transplantation pour adultes mais aussi d hématologues/oncologues ou de rhumatologues/immunologues praticiens. Afin de pouvoir garantir un suivi adéquat des patients auparavant pédiatriques, il est important que les médecins pour adultes se penchent activement sur les pathologies pédiatriques auxquelles ils n ont jusqu ici été que peu confrontés. Lors d évolutions peu compliquées ce sont souvent des médecins de famille intéressés qui assurrent le suivi, de manière à garantir que les bons contrôles soient effectués au bon moment. Une information détaillée du patient majeur sur les possibles risques de séquelles tardives après une GCS est impérative. Ce processus de transition et d information doit donc être préparé consciencieusement par le pédiatre. Références Apperley J., Carreras E., Gluckman E. et al.: The EBMT-ESH-Handbook; 212. Ball L.M., Egeler R.M. on behalf of the EBMT Paediatric Working Party. Acute GvHD: pathogenesis and classification, Bone Marrow Transplant 28, 41: S58 S64. Boelens J.J. Trends in haematopoietic cell transplantation for inborn errors of metabolism, J Inherit Metab Dis, 26, 29: Bordon V., Gennery A.R., Slatter M.A. et al. T. Clinical and immunologic outcome of patients with cartilage hair hypoplasia after hematopoietic stem cell transplantation, Blood 21; 116 (1): De Ville de Goyet M, Moniotte S, Brichard B. Cardiotoxicity of Childhood Cancer Treatment: Update and Current Knowledge on Long-term Follow-up, Pediatr Hematol Oncol 212, 5: Donnez J, Dolmans M.M., Demylle D et al. Livebirth after orthotopic transplantation of cryopreserved ovarian tissue, Lancet 24; 364: Ferrara J.L.M., Levine E.L., Reddy P. et al. Graft-versus-host disease, Lancet 29; 373: Friedman D.L., Whitton J, Leisenring W et al. Subsequent Neoplasme in 5-Year Survivors of Childhood Cancer: the Childhood Cancer Survivor Study, J Natl Cancer Inst 21; 12: Güngör T., Halter J., Klink A. et al. Successfull low toxicity hematopoietic stem cell transplantation for high-risk adult chronic granulomatous disease patients, Transplantation 25; 79: Güngör T., Teira P., Slatter M. et al. on behalf on the Inborn Errors Working Party of the European Society for Blood and Marrow Transplantation. Reduced-intensity conditioning and HLA-matched haemopoietic stem-cell transplantation in patients with chronic granulomatous disease: a prospective multicentre study. Lancet 213; published online Oct 23. PIIS %2813% /abstract. Glucksberg H, Storb R, Fefler A, et al. Clinical manifestations of graft-versus-host disease in human recipients of marrow from HL-A-matched sibling donors. Transplantation. 1974; 18: Haussmann U, Eber S, Fischer J et al. Hepatic venoocclusive disease in pediatric stem cell transplantation: impact of pre-emptive antithrombin III replacement and combined antithrombin III/defibrotide therapy. Haematologica 26; 91: Jacobson D.A. Optimal management of chronic graft-versus host disease in children, Br J Haematol 21, 15: Malär R., Sjöö F., Rentsch K. et al. Therapeutic Drug Monitoring is essential for intravenous busulfan therapy in pediatric hematopoietic stem cell recipients, Pediatr Transplant 211; 15: Messina C., Faraci M. de Fazio V., et al. on behalf of the EBMT Paediatric Working Group. Prevention and treatment of acute GvHD, Bone Marrow Transplant 28; 41: S65 S7. Myers K.C., Davies S.M. Hematopoietic Stem Cell Transplantation for Bone Marrow Failure Syndromes in Children, Biol Blood Marrow Transplant 29, 15: Niemeyer C.M., Kratz C.P. Paediatric myelodysplastic syndrome and juvenile myelomonocytic leukaemia: molecular classification and treatment options, Br J Haematol 28; 14: Portell C.A., Advani A.S. Antibody Therapy for Acute Lymphoblastic Leukaemia, Curr Hematol Malig Rep 212, 7: Przepiorka D, Weisdorf D, Martin P et al.: 1994 Consensus Conference on Acute GVHD Grading. Bone Marrow Transplant 1995, 15: Rizzieri D.A., Koh L.P., Long G.D. et al. Partially Matched, Nonmyeloablative Allogeneic Transplantation: Clinical Outcomes and Immune Reconstitution, J Clin Oncol 27, 25: Weisstein J.S., Delgado E., Steinbach L.S. et al. Musculoskeletal Manifestations of Hurler Syndrome, Long-Term Follow-Up After Bone Marrow Transplantation, J Pediatr Orthop 24, 24: T. Güngör, P. Teira, M. Slatter et al: Reduced-intensity conditioning and HLA-matched haemopoietic stemcell transplantation in patients with chronic granulomatous disease: a prospective multicentre study. Les auteurs certifient qu aucun soutien financier ou autre conflit d intérêt n est lié à cet article. Correspondance PD Dr. Tayfun Güngör Abteilungsleiter Knochenmarkund Blutstammzelltransplantation Universitätskinderkliniken Zürich Steinwiesstrasse Zürich 4

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

SYNDROME D HYPER-IgM

SYNDROME D HYPER-IgM SYNDROME D HYPER-IgM Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE

Plus en détail

L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques L historique 1960 - Pr Jean DAUSSET Découverte des groupes HLA 1970 - Pr Georges MATHE Première greffe de moelle osseuse allogénique 1974 - Pr Donald THOMAS

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Les greffes de cellules souches

Les greffes de cellules souches A qui en parler? Vous cherchez de l aide ou d autres informations? Vous avez besoin de parler? Vous cherchez des informations sur un type de cancer ou ses possibilités de traitement? Vous voulez savoir

Plus en détail

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé 2 EDITION Etablissement relevant du ministère de la santé Le don de sang placentaire Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

Immunité et Vieillissement

Immunité et Vieillissement Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

ovarienne Indications, RésultatsR

ovarienne Indications, RésultatsR Cryopréservation ovarienne Indications, RésultatsR K. Morcel 1, D. Le Lannou 2 1 Médecine de la reproduction,pogmr,hôpital,hôpital Sud, Rennes 2 Biologie de la reproduction, POGMR, Hôpital Sud, Rennes

Plus en détail

14. TRANSPLANTATION DE CELLULES SOUCHES maj 2010 HEMATOPOIETIQUE

14. TRANSPLANTATION DE CELLULES SOUCHES maj 2010 HEMATOPOIETIQUE 14. TRANSPLANTATION DE CELLULES SOUCHES maj 2010 HEMATOPOIETIQUE 14.1. INTRODUCTION. 3 14.2. INDICATIONS.. 3 14.3. SOURCES DE CSH 4 14.3.1. La moelle osseuse. 4 14.3.2. Le sang périphérique 4 14.3.3. Le

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES R. Belhadj, R.Ahmed Nacer, F.Mehdid, M.Benakli, N.Rahmoune, M.Baazizi, F. Kaci, F.Harieche, F.Zerhouni,

Plus en détail

Les lymphocytes T CD4+ naïfs possèdent un potentiel d alloréactivité supérieur aux lymphocytes T CD4+ CM en situation d HLA compatibilité

Les lymphocytes T CD4+ naïfs possèdent un potentiel d alloréactivité supérieur aux lymphocytes T CD4+ CM en situation d HLA compatibilité Les lymphocytes naïfs possèdent un potentiel d alloréactivité supérieur aux lymphocytes CM en situation d HLA compatibilité Bachra CHOUFI EA2686 Laboratoire d'immunologie - HLA-Transplantation Centre de

Plus en détail

GREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOEITIQUES ET SES COMPLICATIONS INFECTIEUSES. Michael HUMMELSBERGER Hématologie clinique CHU de Nice

GREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOEITIQUES ET SES COMPLICATIONS INFECTIEUSES. Michael HUMMELSBERGER Hématologie clinique CHU de Nice GREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOEITIQUES ET SES COMPLICATIONS INFECTIEUSES Michael HUMMELSBERGER Hématologie clinique CHU de Nice OU POURQUOI LES INFECTIOLOGUES PENSENT QUE LES HEMATOLOGUES SONT IRRAISONNABLES

Plus en détail

Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006

Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006 Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006 Eléments de réponses aux questions les plus fréquemment posées sur la moelle

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

CONDITIONNEMENT ATTÉNUÉ VS.

CONDITIONNEMENT ATTÉNUÉ VS. CONDITIONNEMENT ATTÉNUÉ VS. CONDITIONNEMENT STANDARD SUIVI D UNE ALLOGREFFE CHEZ DES PATIENTS AVEC MYÉLODYSPLASIE OU LAM SECONDAIRE ETUDE RICMAC : ESSAI RANDOMISÉ DE PHASE III DU CHRONIC MALIGNANCIES WORKING

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

LES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES J.P. JOUET. Février 2007

LES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES J.P. JOUET. Février 2007 LES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES J.P. JOUET Février 2007 Introduction Il est aujourd hui souhaitable de ne plus parler de «greffe de moelle» mais de «greffe de cellules souches hématopoïétiques

Plus en détail

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015 LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé Capacité de gérontologie 20142015 Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Quels examens demandez

Plus en détail

Plan. Place de la Greffe de Sang Placentaire en pédiatrie. Introduction. Journée régionale du réseau P.O.H.O. Jeudi 8 décembre 2011

Plan. Place de la Greffe de Sang Placentaire en pédiatrie. Introduction. Journée régionale du réseau P.O.H.O. Jeudi 8 décembre 2011 Plan Journée régionale du réseau P.O.H.O Jeudi 8 décembre 2011 Place de la Greffe de Sang Placentaire en pédiatrie Pr V. Gandemer CHU Rennes-Université Rennes1 Introduction Historique du concept de greffe

Plus en détail

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie Biologie: Sang Moelle osseuse Système lymphatique Traitements: Chimiothérapie Radiothérapie Chirurgie Immunothérapie Thérapie ciblée Greffe de la moelle osseuse Soins de support / soins palliatifs Myélome

Plus en détail

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation Traitements futurs Dr François Grand Maison, neurologue et directeur, clinique Neuro Rive Sud Traitements de la SP I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires

Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires http://www.med.univ-rennes1.fr/etud/pediatrie/deficits.htm 1. Déficits de l immunité innée (10 % des déficits immunitaires héréditaires)

Plus en détail

Guide sur les traitements Programme-clientèle d oncologie Pour vous, pour la vie

Guide sur les traitements Programme-clientèle d oncologie Pour vous, pour la vie UNITÉ D APHÉRÈSE Guide sur les traitements Programme-clientèle d oncologie Pour vous, pour la vie L aphérèse est une technique servant à extraire et séparer les éléments figurés du sang, soit pour la préparation

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

THÉRAPIE GÉNIQUE DANS LES DÉFICITS

THÉRAPIE GÉNIQUE DANS LES DÉFICITS THÉRAPIE GÉNIQUE DANS LES DÉFICITS IMMUNITAIRES PRIMITIFS: SECURITE ET EFFICACITE DES NOUVEAUX VECTEURS D après les communications orales de Alain FISCHER Alessandro AIUTI Claire BOOTH EBMT 2014 30 mars-2

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé Don de moelle osseuse Engagez-VOUS pour la vie 1 Pourquoi devenir veilleur de vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés Les traitements médicamenteux du cancer du sein Ce document présente les différents traitements médicamenteux du cancer du sein. Il a pour but d aider les patientes et leurs proches à mieux comprendre:

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur F. P u e ch EXTRAIT d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Publié le 10 décembre 2010 N o t a. Le

Plus en détail

Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte.

Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte. Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte. Marcelo de Carvalho Bittencourt, Christophe Baron, Gilles Blancho, Myriam Labalette, Hélène Moins Teisserenc

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

Don de moelle osseuse

Don de moelle osseuse Don de moelle osseuse c est ma chance vous! Agence relevant du ministère de la santé Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de

Plus en détail

Hématologie et Soins Palliatifs. Pr Mauricette Michallet Service d Hématologie 1G Centre Hospitalier Lyon Sud

Hématologie et Soins Palliatifs. Pr Mauricette Michallet Service d Hématologie 1G Centre Hospitalier Lyon Sud Hématologie et Soins Palliatifs Pr Mauricette Michallet Service d Hématologie 1G Centre Hospitalier Lyon Sud Problématiques En Onco-Hématologie Les médecins sont face à des situations souvent très complexes

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Syndrome de Wiskott-Aldrich

Syndrome de Wiskott-Aldrich Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE LIÉE À L X GRANULOMATOSE SEPTIQUE CHRONIQUE DÉFICIT IMMUNITAIRE COMBINÉ SÉVÈRE DÉFICIT IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE SYNDROME D HYPER-IgM Graphic Project & Printing:

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR Groupe de cancers du tissu lymphoïde Le plus grand groupe des hémopathies 5% des cancers de l adulte On distingue les LNH et MDH Grand bénéfice des

Plus en détail

Les Lymphomes: les bases

Les Lymphomes: les bases Les Lymphomes: les bases Harold J. Olney, MD CM, FRCP(C) Montréal, novembre 2012 Les lymphomes non- Hodgkiniens Les lymphomes Groupe de cancers qui origine du système lymphatique (la moelle osseuse, les

Plus en détail

Numéro EudraCT : 2012-000695-42. Promoteur : Bluebird bio, Inc. 840 Memorial Drive Cambridge, MA 02139 Etats-Unis

Numéro EudraCT : 2012-000695-42. Promoteur : Bluebird bio, Inc. 840 Memorial Drive Cambridge, MA 02139 Etats-Unis Fiche d'information destinée au public pour les essais cliniques portant sur des organismes génétiquement modifiés (OGM) (Article R.1125-5 du Code de la Santé Publique) Essai clinique : "Une étude ouverte

Plus en détail

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile Pædiatric Rheumatology InterNational Trials Organisation Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile De quoi s agit-il? Le syndrome de Blau est une maladie génétique. Les patients souffrent d une combinaison entre

Plus en détail

DEFICITS IMMUNITAIRES. Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012

DEFICITS IMMUNITAIRES. Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012 DEFICITS IMMUNITAIRES Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012 Déficits immunitaires Avant tout : déficits immunitaires secondaires Infections: VIH mais aussi

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC)

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) 3.2 Prédominance de cellules polynucléaires (à noyau segmenté) Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) La LMC est caractérisée par la présence du chromosome Philadelphie t(9;22) (q34;q11.2)

Plus en détail

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims 12 2014 HEMATOPOIESE Progéniteurs puis précurseurs Stimulation par facteur : activation spécifique de leur récepteur Moelle

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

Comprendre la formule sanguine complète (FSC)

Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Notre mission Ce que vous devez savoir Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir

Plus en détail

Les premières greffes de CSH ont été des greffes de moelle osseuse allogénique

Les premières greffes de CSH ont été des greffes de moelle osseuse allogénique INDICATIONS ACTUELLES DES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES Ibrahim Yakoub-Agha Service des Maladies du Sang, Hôpital Huriez, CHRU, LILLE Introduction La greffe de cellules souches hématopoïétiques

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

Section II. Examens génétiques.

Section II. Examens génétiques. - 1 - Section II. Examens génétiques. 1 er. Tests de biologie moléculaire sur du matériel génétique humain pour des affections acquises. A. "07.06.2007 + A.R. 04.05.2010 M.B. 07.06.2010 Application : 01.08.2010»

Plus en détail

Tableau 1 : examens biologiques dans les SMD

Tableau 1 : examens biologiques dans les SMD Tableau 1 : examens biologiques dans les SMD Analyses biologiques Diagnostic/Pronostic Indispensable / obligatoire Recommandé utile au diagnotic et/ou à la stratification thérapeutique individuelle En

Plus en détail

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Les Applications industrielles et commerciales s cellules souches Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Matthieu COUTET, Responsable du Pôle Jean-François RAX, Business Analyst 1 Plan Cellules souches

Plus en détail

plan Transplantation d organe 2 types de donneurs 05/05/2015 1 Le don d organe 2 Prise en charge immunologique 3 Le rejet

plan Transplantation d organe 2 types de donneurs 05/05/2015 1 Le don d organe 2 Prise en charge immunologique 3 Le rejet plan Transplantation d organe 1 Le don d organe 2 Prise en charge immunologique 3 Le rejet 2 types de donneurs Activité de prélèvement en France Donneurs décédés:+++++ Donneurs vivants: Apparenté Non apparenté

Plus en détail

Lignée lymphocytaire

Lignée lymphocytaire Lignée lymphocytaire I-INTRODUCTION : LES LYMPHOCYTES: Support cellulaire de la défense immunitaire spécifique 25 40 % des globules blancs dans le sang périphérique Moins de 20 % dans le myélogramme. 3

Plus en détail

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE!

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SUIVEZ-NOUS SUR : BANQUE PUBLIQUE DE SANG DE CORDON DʼHÉMA-QUÉBEC Lire ce code avec un téléphone intelligent pour accéder à la page S inscrire à la banque de sang de

Plus en détail

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Traitements immunomodulateurs et biothérapies Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Soirée FMC du 19 février 2014 Invitation telephonique Dr Bernard WILLEMIN Hépato - Gastro CHR Haguenau

Plus en détail

Le greffé de cellules souches hématopïétiques en réanimation

Le greffé de cellules souches hématopïétiques en réanimation Le greffé de cellules souches hématopïétiques en réanimation Avance majeure de la fin du 20 ème siècle dans le traitement des affections hématologiques malignes, la greffe de moelle osseuse ou de cellules

Plus en détail

Table des matières. Table des matières... i. Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1

Table des matières. Table des matières... i. Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1 Table des matières Table des matières... i Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1 1. INTRODUCTION... 2 2. MOLÉCULES PRINCIPALES... 3 2.1 Antigènes... 3 2.2 Anticorps... 4 2.3 Récepteurs

Plus en détail

Actualités sur la Sclérose en Plaques

Actualités sur la Sclérose en Plaques Journée Rhône-Alpine de la Sclérose en Plaques Lyon, le 26 septembre 2015 Actualités sur la Sclérose en Plaques Pr. Sandra VUKUSIC Service de Neurologie A et Fondation Eugène Devic EDMUS sur la Sclérose

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION ET D AIDE À LA DÉCISION À L USAGE DES PARENTS ÉDITION 2008

LIVRET D INFORMATION ET D AIDE À LA DÉCISION À L USAGE DES PARENTS ÉDITION 2008 Mon enfant va recevoir une allogreffe de moelle LIVRET D INFORMATION ET D AIDE À LA DÉCISION À L USAGE DES PARENTS ÉDITION 2008 Coordonné par Michel DUVAL et Dominique DAVOUS, en partenariat avec l Espace

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique Syndrôme lymphoprolifératif (SLP) caractérisé par une prolifération monoclonale chronique de lymphocytes B, matures morphologiquement mais immatures d un point de vue immunologique.

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Généralités En introduction aux interventions de : M. Pasquet : vaccinations (enfant) et TTT par Ig P. Massip : vaccinations (adulte)

Plus en détail

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55 ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55 RAPPORT au nom de la Commission I (Biologie Immunologie Génétique) Les banques de sang de

Plus en détail

Les leucémies aiguës de l adulte

Les leucémies aiguës de l adulte 3.1.7 9 0 8989 A qui en parler? Vous cherchez de l aide ou d autres informations? Vous avez besoin de parler? Vous cherchez des informations sur un type de cancer ou ses possibilités de traitement? Vous

Plus en détail

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases :

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : SYNTHESE Chapitre 4 Cycle cellulaire Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : G1 : phase de croissance cellulaire et d activités métaboliques normales. S : phase

Plus en détail

questions et réponses

questions et réponses 6 questions et réponses au sujet de la chimiothérapie Jean Dufresne, MD Présenté à l Université de Sherbrooke, dans le cadre d une téléconférence, 2003 1. Peut-on vacciner un patient sous chimiothérapie?

Plus en détail

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer.

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. H BENNANI 1, V SAADA 2 1 Institut Curie-Hôpital René Huguenin, Saint Cloud 2 Institut

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison

F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison Après-Midi Rhumato, février 2014, CHU JRB Antananarivo Maladies inflammatoires : désordres inflammatoires

Plus en détail

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Coalition européenne contre le cancer du sein Document extrait du site Version imprimable Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Oeuvre collective de la FNCLCC Extrait de Comprendre le cancer

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Les syndromes myélodysplasiques

Les syndromes myélodysplasiques A qui en parler? Vous cherchez de l aide ou d autres informations? Vous avez besoin de parler? Vous cherchez des informations sur un type de cancer ou ses possibilités de traitement? Vous voulez savoir

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Maladies du sang Objectif de ce dossier Les demandes des médias portent régulièrement sur les usages

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail