Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée"

Transcription

1 Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique, Traumatologique & Arthroscopique, CHU Nancy, FRANCE 34èmes Journées Caribéennes d Orthopédie 2èmes Journées Franco-Cubaines d Orthopédie, 1/04 /2014, La Havane, Cuba

2 Pseudarthrose : faux : articulation Echec des mécanismes de consolidation avec persistance d une mobilité du foyer de fracture > 6 mois en France Complication majeure en traumatologie, challenge chirurgical

3 pourquoi? patient terrain débilité, éthylisme, tabagisme, artérite os déminéralisation, atrophie fracture complexité, ouverture cutanée chirurgien mauvaise technique

4 traitement classique habituellement chirurgical - résection de la fibrose - avivement osseux - autogreffe - stabilisation opération lourde, longue, agressive consolidation = 60 %

5 nouvelles possibilités thérapeutiques BMPs (Bone Morphogencs Proteins) rh MBP 2 : Inductos AMM : fracture tibia adulte arthrodèse lombaire antérieure un niveau # 3000 E rh BMP 7 (OP 1) : Osigraft AMM : pseudarthrose > 9mois après échec 1ère autogreffe # 4000 E contrat de bon usage extension des indications

6 nouvelles possibilités thérapeutiques méthode de la membrane induite (AC MASQUELET)

7 Moelle Osseuse Compartiment hématopoïétique Cellules souches des lignées sanguine Compartiment stromal - Soutien et nutrition Cellules souches précurseurs des cellules ostéogéniques : CFU-F (colony forming unit fibroblast) Facteurs de croissance

8 Effet de la Moelle Osseuse Ostéogenèse (Goujeon) en site ectopique (Friedenstein) Cellularité / Capacité ostéogénique (Connolly) Diminution des CFU-F dans les pseudarthroses (Hernigou)

9 Matériel et méthode Etude rétrospective sur 5 ans greffe percutanée de moelle osseuse autologue concentrée 41 patients = 45 pseudarthroses âge my : 45 ans (26-87) 3/4 hommes 26 au tibia (3/4 = fractures ouvertes) 16 au fémur 3 à l humérus

10 Technique: prélèvement Anesthésie générale Crêtes iliaques postérieures Ponction 300 ml Recueil dans une poche stérile

11

12 Technique: concentration 2 techniques Buffy coat Gradient de densité (Ficoll) Contrôle qualité Bactériologie Numération Cultures CFU-GM, CFU-F Dosage CD34+ 1 heure

13 Technique: réinjection 2nd temps opératoire AG ou loco-régionale ++ + Injection sous contrôle radioscopique

14 Critères de jugement Consolidation Clinique : appui complet sans douleur absence de mobilité Radio : cal unitif sur 3 des 4 corticales (2 Rx orthogonales, TDM) Facteurs influençant la consolidation Patient : âge, antécédents Fracture : segment, ouverture, ostéosynthèse Technique : type de concentration, cellularité, délais fracture-greffe

15 Liés à la fracture Segment osseux 100 % Consolidation /3 Proximal 85,7% 1/3 Moyen 61,5% 1/3 Distal 50% p=0, Tibia 69,2% Fémur 62,5% Humérus 0%

16 Liés à la fracture Antécédents de sepsis 100% 10 80% Echec Consolidation 7 60% 40% 24 20% 4 0% Sepsis Consolidation=36,3% Aseptique Consolidation=70,5% p=0,07

17 Liés à la fracture Pseudarthrose itérative 13 pseudarthroses récidivantes après greffe osseuse cortico-spongieuse (autogreffe) : 5 consolidations Antécédents Cure Pseudarthrose Consolidation Oui Non 38% 72% p <0,05*

18 Liés aux patients Facteurs de risque : Tabac, alcool, corticothérapie, radiothérapie, diabète Facteurs de risque p Oui Non 43% 80% p=0,01** Consolidation % Age, sexe : pas différence significative

19 Liés à la technique Type de stabilisation Pas de différence de taux de consolidation Type d ostéosynthèse Délai consolidation (mois) Moyenne Ecart-type Orthopédique 3, 3 1,1 Fixateur Externe 5,0 3,2 Clou 8,1 1,2 Plaque Vis 10,6 4,95 Total 6,0 4,0 P=0,04**

20 Liés à la technique Délai Fracture - Greffe de moelle Délai fracture - greffe (mois) 14,4 ± 28,5 Global Cal Radiologique Oui Non 9,8 ± 4,2 33,1 ± 62,5 p=0,04* Consolidation Oui Non 10,5 ± 4,3 20,9 ± 46,2 p=0,24

21 Liés à la moelle osseuse Cellularité CFU-F : Pas de corrélation avec taux de consolidation nbre my cfu-f : 6,5x104 +/- 9,7 740 cfu-f / ml +/- 8,7 Corrélation négative (r=-0,55) avec délai de consolidation Pas de valeur seuil pour obtenir la consolidation Age : corrélation négative avec cellularité (p=0,03)

22 Complications - Echecs Complications 1 syndrome de loges pseudarthrose de la tubérosité tibiale antérieure Échecs 8/26 au tibia 6/16 au fémur 3/3 à l humérus 50% de consolidation par autogreffe

23 43 ans tabagique : fracture spiroide fermé du 1/3 distal = ECM statique GMO GMO + 6 sem : apparition d un cal Consolidation à 6 mois S6 M6

24 16 ans : fracture transversale fémur ouverte stade 2 fixateur externe À 6 mois : cal unicortical Pré-op GMO M2 GMO + 2 mois: progression du cal GMO + 3 mois : ablation du fixateur M3 M12

25 42 ans fracture tricorticale stade 2 = fixateur externe pas de consolidation à 6 mois GMO

26 un mois après la greffe GMO + 3 mois retrait du fixateur

27 GMO M3 M12 20 ans : transposition tibiale antérieure à 6 mois : pseudarthrose douloureuse GMO + 3 mois : apparition d un cal

28 28 ans : fracture bifocale fermée, haute énergie consolidation distale, pseudarthrose proximale GMO à 12 mois

29 consolidation à 9 mois début de cal à 3 mois ablation de matériel à 22 mois

30 Discussion cibler les indications Segment osseux : tibia ++, fémur Type d ostéosynthèse : orthopédique +, FE + Sepsis : dépistage +++ Facteurs péjoratifs : - tabac, alcool, diabète, corticothérapie, - pseudarthrose itérative Délais : retard de consolidation? Fracture fraiches?

31 Discussion Place dans l arsenal thérapeutique Pseudarthrose Septique GOCS Céramiques Récidivante Aseptique US,CEM GMO PRP GOCS± BMP-7 Allogreffes

32 Conclusion Technique intéressante pour les os longs du membre inférieur Ne coupe pas les ponts Peu invasive, morbidité faible / autogreffe taux succès # équivalent A proposer précocement à intégrer dans l arsenal thérapeutique des pseudarthroses

Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux. Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY

Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux. Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY La problématique Tissu osseux : forte aptitude à se réparer MAIS Situations cliniques particulières

Plus en détail

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Traumatologie du Membre Inférieur Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Fractures du col du fémur Fractures du col de fémur Fracture très fréquente chez le sujet âgé Ostéoporose

Plus en détail

La chirurgie de reconstruction par greffe osseuse

La chirurgie de reconstruction par greffe osseuse La chirurgie de reconstruction par greffe osseuse Cette fiche complète le guide SOR SAVOIR PATIENT Comprendre l ostéosarcome Qu est-ce qu une greffe osseuse? Existe-t-il différents types de greffe osseuse?

Plus en détail

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations FACE A FACE Péroné vascularisé / Péroné non vascularisé Reconstruction après résection tumorale Dr NOURI / Dr BEN MAITIGUE SOTCOT Juin 2012 Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a

Plus en détail

L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées

L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées Mohamed Ahmed Samir Kassem Chef de clinique assistant Hôpitaux Universitaires d Alexandrie, Egypte INTRODUCTION La

Plus en détail

Fracture de l extrémité inférieure du radius chez l adulte

Fracture de l extrémité inférieure du radius chez l adulte I-00-Q000 II-Q238 Fracture de l extrémité inférieure du radius chez l adulte P r Henry Coudane, D r Frédéric Eloy Service A.T.O.L., hôpital central CO no 34 54035 Nancy Cedex henry.coudane@wanadoo.fr Chez

Plus en détail

sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière

sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière Généralités sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière Généralités Tissu vivant Constant renouvellement Trois fonctions principales Tissu de soutien (station

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Le traitement reste strictement chirurgical. Fait appel a une ostéosynthèse multiple, L enclouage centromédullaire est une évolution moderne montrant

Le traitement reste strictement chirurgical. Fait appel a une ostéosynthèse multiple, L enclouage centromédullaire est une évolution moderne montrant Introduction Les fractures du massif trochantérien posent toujours un problème de santé publique : Leurs fréquence restent toujours élevée. Par les facteurs de risque qui concourent a provoquer cette fracture:

Plus en détail

NECROSE AVASCULAIRE DE HANCHE. 13 décembre 2005 Docteur Etienne PITSAER

NECROSE AVASCULAIRE DE HANCHE. 13 décembre 2005 Docteur Etienne PITSAER NECROSE AVASCULAIRE DE HANCHE NECROSE AVASCULAIRE de la hanche NAV circulation capillaire (tête fémorale) => ischémie => nécrose des ostéocytes => réparation cellulaire => perte de l intégrité structurale

Plus en détail

Biocompatibilité - Biomatériaux définitions aspects fondamentaux

Biocompatibilité - Biomatériaux définitions aspects fondamentaux DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2009 - PARIS Biocompatibilité - Biomatériaux définitions aspects fondamentaux Pierre Mary Service d orthopédie et de chirurgie réparatrice de l enfant Hôpital

Plus en détail

Infections en chirurgie prothétique. tique Particularités s du genou

Infections en chirurgie prothétique. tique Particularités s du genou Infections en chirurgie prothétique tique Particularités s du genou Dr J.HUMMER Dr M. MELET AGREG GECO 19 Janvier 2009 Problématique Aucune étude comparative Notamment un temps versus deux temps Des expériences

Plus en détail

CONNAÎTRE LES PRINCIPALES COMPLICATIONS ET LES PRINCIPES DU SUIVI DES PROTHÈSES ARTICULAIRES.

CONNAÎTRE LES PRINCIPALES COMPLICATIONS ET LES PRINCIPES DU SUIVI DES PROTHÈSES ARTICULAIRES. PROTHESES ET OSTEOSYNTHESES Question Pr Alexandre POIGNARD Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Hôpital Henri Mondor APHP - Créteil Objectifs : CONNAÎTRE LES PRINCIPALES COMPLICATIONS ET

Plus en détail

Anatomie du genou : Principe de l ostéotomie :

Anatomie du genou : Principe de l ostéotomie : L Ostéotomie Tibiale Anatomie du genou : C est une structure du corps où l extrémité inférieure du fémur s articule avec l extrémité supérieure du tibia pour permettre l appui du membre inférieur et les

Plus en détail

FMH Verbindung der Schweizer Ärztinnen und Ärzte Fédération des médecins suisses Federazione dei medici svizzeri Swiss Medical Association

FMH Verbindung der Schweizer Ärztinnen und Ärzte Fédération des médecins suisses Federazione dei medici svizzeri Swiss Medical Association F O E D E R A T I O M E D I C O R U M H E L V E T I C O R U M FMH Verbindung der Schweizer Ärztinnen und Ärzte Fédération des médecins suisses Federazione dei medici svizzeri Swiss Medical Association

Plus en détail

> Pathologie du pied. Fractures du calcanéum Fractures des métatarsiens Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique

> Pathologie du pied. Fractures du calcanéum Fractures des métatarsiens Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique > Pathologie du pied Fractures du calcanéum Fractures des métatarsiens Stratégies de prise en charge : aspect médico-économique > Fracture du calcanéus Anatomie Thalamus Sustentaculum tali Tubérosité Corps

Plus en détail

Les PRP : indications chirurgicales actuelles

Les PRP : indications chirurgicales actuelles Les PRP : indications chirurgicales actuelles Yoann BOHU Chirurgien orthopédique et traumatologique, manager médical et chirurgien du Racing Métro 92 En traumatologie, biomécanique et biologie sont les

Plus en détail

FRACTURE DE LA BASE DU 5ème METATARSIEN

FRACTURE DE LA BASE DU 5ème METATARSIEN FRACTURE DE LA BASE DU 5ème METATARSIEN Sylvie BESCH Hôpital National de Saint Maurice Service de Rééducation Fonctionnelle et Traumatologie FRACTURE DES MÉTATARSIENS GÉNÉRALITÉS Fréquence +++ Différents

Plus en détail

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Pré-Requis : Anatomie descriptive et fonctionnelle de l extrémité inférieure du radius Résumé : Les fractures

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Information supplémentaire 3 Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Installation Sur table normale, en décubitus dorsal

Plus en détail

PRISE EN CHARGE : Le point de vue du chirurgien orthopédiste Dr Nicolas CELLIER Service de chirurgie orthopédique et traumatologique Pr Asencio CHU Carémeau - Nîmes 27 septembre 2012 - Nîmes Indispensable

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Vis-plaque condylienne DCS (Dynamic Condylar Screw)

Vis-plaque condylienne DCS (Dynamic Condylar Screw) Vis-plaque condylienne DCS (Dynamic Condylar Screw) P. Chélius La DCS ou vis-plaque condylienne est un implant conçu pour la fixation spécifique des fractures épiphyso-métaphyso-diaphysaires du fémur.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Implantologie dentaire. Une 1ère mondiale à Béziers (34) L Ulna, nouveau site de prélèvement osseux

DOSSIER DE PRESSE. Implantologie dentaire. Une 1ère mondiale à Béziers (34) L Ulna, nouveau site de prélèvement osseux DOSSIER DE PRESSE Implantologie dentaire Une 1ère mondiale à Béziers (34) L Ulna, nouveau site de prélèvement osseux Le 19 octobre 2011 1 Les techniques de greffe déjà existantes L implantologie dentaire

Plus en détail

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Dr Frédéric Luzerne chirurgien orthopédiste Dr Patrick Morin anesthésiste Emmanuelle

Plus en détail

La carpectomie proximale dans les luxations et fractures-luxations péri lunaires du carpe méconnues.

La carpectomie proximale dans les luxations et fractures-luxations péri lunaires du carpe méconnues. La carpectomie proximale dans les luxations et fractures-luxations péri lunaires du carpe méconnues. YAKOUBI. M MEZIANI. N YAHIA CHERIF. M ZEMMOURI. A BENBAKOUCHE. R CHU BAB EL OUED FACULTE DE MEDECINE

Plus en détail

LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE. Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE. traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes

LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE. Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE. traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes 20% des polytraumatiséont une fracture du bassin EPIDEMIOLOGIE

Plus en détail

Compression Nerf ulnaire coude

Compression Nerf ulnaire coude Compression Nerf ulnaire coude site de compression Arcade du cubital antérieur Défile epitrochléoolécranien Atteinte Nerf ulnaire Parésthésie D4-D5 Perte de force : interosseux 1 Compression Nerf ulnaire

Plus en détail

INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU

INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU Votre état nécessite la réalisation d'une ostéotomie au niveau du genou. Cette fiche est destinée à vous en expliquer les grands principes, le but et les bénéfices

Plus en détail

Cas clinique cancer de la prostate M+ Pr Florence JOLY

Cas clinique cancer de la prostate M+ Pr Florence JOLY Cas clinique cancer de la prostate M+ Pr Florence JOLY Dossier Médical - Présentation et caractéristiques du patient Nom : Mr V. Age : 78 ans Profession : enseignant retraité Situation familiale : marié,

Plus en détail

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT Madame, Monsieur, Vous souffrez d une sténose du canal lombaire, une intervention chirurgicale est envisagée. Afin de prendre une décision en

Plus en détail

Les fractures du coude de l enfant. Saad ABU AMARA Joël LECHEVALLIER

Les fractures du coude de l enfant. Saad ABU AMARA Joël LECHEVALLIER Les fractures du coude de l enfant Saad ABU AMARA Joël LECHEVALLIER Épidémiologie des fractures du coude Les fractures : 10 à 25% des traumatismes de l enfant Fractures du coude : 16% de l ensemble des

Plus en détail

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille Guide de Mobilisation de cellules souches pour mon Autogreffe Carnet d informations et de suivi Carnets pour d informations le patient et sa et famille de suivi pour le patient et sa famille AVEC LE SOUTIEN

Plus en détail

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan introduction Le myélome multiple est une affection hématologique caractérisée

Plus en détail

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab Rappel anatomique! Phalanges: P1 P2 P3 = os longs! Articulations IP = trochléennes un seul degré de liberté. - tête

Plus en détail

Fractures du Rachis Dorso Lombaire

Fractures du Rachis Dorso Lombaire Fractures du Rachis Dorso Lombaire Ph.. Rosset, J Laulan DES Chirurgie TOURS 26 janvier 06 1 Notion Théorique Cicatrisation Ligamentaire = 6 semaines MAIS la cicatrisation d une rupture ligamentaire complète

Plus en détail

Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques

Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques M-A Camezind-Vidal, B Caire-Gana, F Castaing, * N Orsoni*, M Pouquet, P de Brunanchon,I Jammet, E Pascaud, D Mouliès* *, A Maubon Services

Plus en détail

Aussi de nombreuses situations cliniques imposeraient

Aussi de nombreuses situations cliniques imposeraient Nouvelle greffe osseuse pré-implantaire : «l Ulna Proximal» Aujourd hui la fiabilité des traitements implantaires ne se discute plus. Un volume osseux déficient est le seul obstacle chez certains patients.

Plus en détail

BIOMÉCANIQUE DE LA TRAUMATOLOGIE. Traumatologie. Ostéosynthèse. Branche de la médecine qui s occupe des accidents.

BIOMÉCANIQUE DE LA TRAUMATOLOGIE. Traumatologie. Ostéosynthèse. Branche de la médecine qui s occupe des accidents. École de technologie supérieure GTS-815: Biomécanique orthopédique Professeur Natalia Nuño BIOMÉCANIQUE DE LA TRAUMATOLOGIE Traumatologie Branche de la médecine qui s occupe des accidents. La chirurgie

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Atelier chirurgie orthopédique: PTG et PTH du point du vue du médecin de premier recours

Atelier chirurgie orthopédique: PTG et PTH du point du vue du médecin de premier recours Atelier chirurgie orthopédique: PTG et PTH du point du vue du médecin de premier recours Dr. D. Suva et M. Brath Service de chirurgie orthopédique et traumatologie de l appareil moteur, HUG Animateurs:

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

REPRISE DE PTH. Prof. G. VERSIER HIA Bégin Saint-Mandé

REPRISE DE PTH. Prof. G. VERSIER HIA Bégin Saint-Mandé REPRISE DE PTH Prof. G. VERSIER HIA Bégin Saint-Mandé Nécessité de classification Prise en compte d un phénomène Analyses de lésions Comparaison de lésions Choix de technique Evaluation de techniques Etudes

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Option sémiologie orthopédique Cours n 1 du 06/03/08 Dr Hannouche D. Ronéotypé par : Angela Tan et Métrey Tiv GENERALITES SUR LES FRACTURES

Option sémiologie orthopédique Cours n 1 du 06/03/08 Dr Hannouche D. Ronéotypé par : Angela Tan et Métrey Tiv GENERALITES SUR LES FRACTURES Option sémiologie orthopédique Cours n 1 du 06/03/08 Dr Hannouche D. Ronéotypé par : Angela Tan et Métrey Tiv GENERALITES SUR LES FRACTURES PLLAANN DU CCOURRSS INTRODUCTION : GENERALITES I. CONSOLIDATION

Plus en détail

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Introduction Kinésithérapie Dénervation Arthrolyse - Artholyse chirurgicale - Artholyse + ligamentotaxis

Plus en détail

Les tumeurs osseuses chez l enfant.

Les tumeurs osseuses chez l enfant. Les tumeurs osseuses chez l enfant. I. Introduction Une tumeur est caractérisée par une prolifération anormale d une lignée cellulaire pathologique. Les tumeurs osseuses primitives sont séparées en deux

Plus en détail

Traumatologie de l enfant. Joël Lechevallier Saad Abu Amara

Traumatologie de l enfant. Joël Lechevallier Saad Abu Amara Traumatologie de l enfant Joël Lechevallier Saad Abu Amara Plan Spécificités de l enfant Traumatismes de l enfant Cas particuliers Traitement Spécificités de l enfant Traumatismes de l enfant Cas pa Physiologie

Plus en détail

Q U EST CE QU UNE DISCOPATHIE DEGENERATIVE LOMBAIRE?

Q U EST CE QU UNE DISCOPATHIE DEGENERATIVE LOMBAIRE? Q U EST CE QU UNE DISCOPATHIE? La colonne vertébrale est constituée d un empilement de vertèbres. Les cinq vertèbres du bas constituent la colonne lombaire ou rachis lombaire qui repose sur le sacrum.

Plus en détail

Fractures de l avant-bras de l adulte. Service d Orthopédie-Traumatologie, Hôpital Avicenne, Université Paris XIII, Bobigny

Fractures de l avant-bras de l adulte. Service d Orthopédie-Traumatologie, Hôpital Avicenne, Université Paris XIII, Bobigny Fractures de l avant-bras de l adulte Service d Orthopédie-Traumatologie, Hôpital Avicenne, Université Paris XIII, Bobigny A n a t o m i e Le cadre radio-ulnaire Kapandji, Ann Chir Main, 1998 Stabilité

Plus en détail

ALLERGIES ET DOULEURS INEXPLIQUEES SUR PROTHESES

ALLERGIES ET DOULEURS INEXPLIQUEES SUR PROTHESES ALLERGIES ET DOULEURS INEXPLIQUEES SUR PROTHESES Pr. P. Mertl, Dr. Th. Germonville Deux cas d allergie d après s PTH à COUPLE MOM P. Mertl Cas n 1n Patiente de 60ans Coxarthrose gauche Aucun antécédent

Plus en détail

Fractures du membre supérieur

Fractures du membre supérieur DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2010 - PARIS Fractures du membre supérieur F LAUNAY Fractures de l humérus (col et diaphyse) chez l enfantl Généralités Incidence: : 10 to 20% des fractures

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Plaies opératoires-plaies chroniques: indications et technique du prélèvement, les indications de traitements

Plaies opératoires-plaies chroniques: indications et technique du prélèvement, les indications de traitements Plaies opératoires-plaies chroniques: indications et technique du prélèvement, les indications de traitements Olivier Lesens Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Clermont-Ferrand Plan Infection

Plus en détail

Chordomes vertébraux et sacrés Quoi de neuf en 2014? C.Court,A.Dubory, B.Lambert G.Missenard. Hôpital Kremlin Bicêtre, Université Paris sud.

Chordomes vertébraux et sacrés Quoi de neuf en 2014? C.Court,A.Dubory, B.Lambert G.Missenard. Hôpital Kremlin Bicêtre, Université Paris sud. Chordomes vertébraux et sacrés Quoi de neuf en 2014? C.Court,A.Dubory, B.Lambert G.Missenard. Hôpital Kremlin Bicêtre, Université Paris sud. Epidémiologie Classiquement : Tumeur osseuse rare :2/3% des

Plus en détail

Jean-Michel SAUTIER*, Sabine LOTY**, Christine LOTY**, Susan HATTAR**, Ariane BERDAL***

Jean-Michel SAUTIER*, Sabine LOTY**, Christine LOTY**, Susan HATTAR**, Ariane BERDAL*** Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2002, 45-4 85 Séance de travail Mercredi 7 février 2001 Nouvelles stratégies thérapeutiques expérimentales dans la régénération osseuse et cartilagineuse Jean-Michel SAUTIER*,

Plus en détail

Les Fractures Diaphysaires du Fémur

Les Fractures Diaphysaires du Fémur Les Fractures Diaphysaires du Fémur Pr J. Ch. Le Huec 1/ Tableau Clinique 2/ Classification des Fractures 3/ Complications 4/ Traitement 5/ Indications 6/ Traitement des Complications 7/ Installation -

Plus en détail

Le genou de l enfant sportif Dr J. Knörr Chirurgie Orthopédique Pédiatrique. Hôpital des Enfants. CHU-Toulouse

Le genou de l enfant sportif Dr J. Knörr Chirurgie Orthopédique Pédiatrique. Hôpital des Enfants. CHU-Toulouse Le genou de l enfant sportif Dr J. Knörr Chirurgie Orthopédique Pédiatrique. Hôpital des Enfants. CHU-Toulouse Différences enfant-adulte Croissance, développement, physiologie Les variables physiologiques

Plus en détail

BIOMECANIQUE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR

BIOMECANIQUE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR BIOMECANIQUE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR (L. Rakotomanana) 1. Forces et bras de leviers dans l appareil moteur L appareil locomoteur se compose de deux structures : le squelette et le système musculaire.

Plus en détail

INNOVATION BIOBank. le greffon osseux sur mesure

INNOVATION BIOBank. le greffon osseux sur mesure INNOVATION BIOBank le greffon osseux sur mesure BIOBank ZA Lavoisier - 4 rue Lebon 77220 Presles-en-Brie - France Tél.: +33 (0) 1 64 42 59 65 Fax : +33 (0) 1 64 42 59 60 commercial@biobank.fr www.biobank.fr

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

PRADO, le programme de retour à domicile

PRADO, le programme de retour à domicile , le programme de retour à domicile Enjeux et objectifs du programme Répondre à une volonté croissante des patients Adapter et renforcer le suivi post hospitalisation Optimiser le retour à domicile et

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie (Ordonnance sur les prestations de l assurance des soins, OPAS) Modification du 14 juin 2010 Le Département

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

Service de Biothérapies

Service de Biothérapies AP-HP Service de Biothérapies Pr. D. Klatzmann Service de Biothérapies Activités de l unité de thérapie cellulaire Dr. Hélène Trébéden-Negre Plan Définition de la thérapie cellulaire Les autogreffes de

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

Techniques de reconstruction du ligament croisé postérieur!

Techniques de reconstruction du ligament croisé postérieur! Techniques de reconstruction du ligament croisé postérieur D. Saragaglia => 2 principes et 3 techniques 1. Principe à 1 faisceau " " -"Anatomique => remplace le faisceau " " " " "antéro-latéral" " - Isométrique

Plus en détail

Traitement chirurgicale de la scoliose idiopathique

Traitement chirurgicale de la scoliose idiopathique Traitement chirurgicale de la scoliose idiopathique I OBEID, N AUROUER, JM VITAL Traitement de la scoliose Surveillance Traitement orthopédique Chirurgie Chirurgie de la scoliose Pourquoi la chirurgie

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

orteils ou «griffes d orteils»

orteils ou «griffes d orteils» FICHE D INFORMATION PATIENT : les déformations des orteils ou «griffes d orteils» Madame, monsieur, votre chirurgien vient de vous proposer une prise en charge chirurgicale pour votre pathologie du pied

Plus en détail

FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE

FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE MOMENT DE LA FRACTURE Fracture per-opératoire iatrogène cave pathologique! Fracture post-opératoire traumatique FRACTURE PEROPERATOIRE Souvent méconnue = diagnostic

Plus en détail

Guide pratique : Cheville et le pied CHEVILLE ET LE PIED

Guide pratique : Cheville et le pied CHEVILLE ET LE PIED Cheville et le pied CHEVILLE ET LE PIED Cheville L articulation de la cheville met en relation le péroné en externe, le tibia en interne et l astragale (talus). On retrouve également des ligaments qui

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

La pathologie méniscale

La pathologie méniscale Dr. KABBACHE Morhaf Chirurgie Orthopédique 39 1 01260 6 00 3 30 1 41 Membre de la Société Française de Chirurgie Orthopédie et traumatologie Tél. 0384798062 La pathologie méniscale Les ménisques, au nombre

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Compte-rendu de la Commission de Thérapie Génique et Cellulaire

Compte-rendu de la Commission de Thérapie Génique et Cellulaire Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Département de l Evaluation des Produits Biologiques Unité des Produits Biologiques à Effet Thérapeutique Compte-rendu de la Commission

Plus en détail

TPLO Synthes. Apporter de meilleurs soins aux animaux

TPLO Synthes. Apporter de meilleurs soins aux animaux TPLO Synthes. Apporter de meilleurs soins aux animaux Veterinary L anatomie de votre chien Rotule Fémur (os de la cuisse) Plateau tibial Tibia (os de la jambe) Une nouvelle qualité de vie pour votre compagnon.

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Le chirurgien dentiste : un acteur de santé dans la maladie diabétique. Jean François Seret Nancy le 12 octobre 2013

Le chirurgien dentiste : un acteur de santé dans la maladie diabétique. Jean François Seret Nancy le 12 octobre 2013 Diabète et chirurgiens dentistes Le chirurgien dentiste : un acteur de santé dans la maladie diabétique Un professionnel de santé le plus souvent ignoré dans le parcours de soin du diabétique alors qu

Plus en détail

Trauma Damage Control. Congrès de la SACOT Oran, déc 2013

Trauma Damage Control. Congrès de la SACOT Oran, déc 2013 Trauma Damage Control Congrès de la SACOT Oran, déc 2013 Trauma Damage Control Transfert de technologie? Glissement de concept ++ - Cadre de pensée - Règles d action Trauma Damage Control: US Navy (1939-1945)

Plus en détail

TRAUMATISMES DU MEDIO-PIED. D.CHAUVEAUX CHU Pellegrin - Bordeaux

TRAUMATISMES DU MEDIO-PIED. D.CHAUVEAUX CHU Pellegrin - Bordeaux TRAUMATISMES DU MEDIO-PIED D.CHAUVEAUX CHU Pellegrin - Bordeaux MEDIO-PIED Difficulté et paradoxe thérapeutiques (lésions de basse énergie) - retard diagnostique (disproportion des signes initiaux et des

Plus en détail

Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones

Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones d Angéiologie 8 Janvier 2010 Historique 1550 Falloppio

Plus en détail

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies.

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. A.GUILLAUD, L.REBIBO,D. MOSZKOWICZ, M. NEDELCU, O.FACY, F.RECHE,C.ARVIEUX. DESC Poitiers juin 2013. 2-3% fistule après

Plus en détail

Problème rotulien. Les problèmes rotuliens sont dominés par 3 pathologies :

Problème rotulien. Les problèmes rotuliens sont dominés par 3 pathologies : Problème rotulien Les problèmes rotuliens sont dominés par 3 pathologies : Le syndrôme rotulien. L instabilité de la rotule (luxation). L arthrose de la rotule. 1. Le syndrôme rotulien : C est l ensemble

Plus en détail

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Service de chirurgie orthopédique et de traumatologie du sport. CHU de Grenoble, hôpital sud. Introduction Entorses de la cheville -> très fréquentes

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION DE L OBESITE Etat d'un individu ayant un excès de poids par augmentation

Plus en détail

INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES SUR MATERIEL D OSTEOSYNTHESE ET SUR PROTHESE. L Imagerie Médicale : Sa place et ses contraintes

INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES SUR MATERIEL D OSTEOSYNTHESE ET SUR PROTHESE. L Imagerie Médicale : Sa place et ses contraintes INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES SUR MATERIEL D OSTEOSYNTHESE ET SUR PROTHESE L Imagerie Médicale : Sa place et ses contraintes Docteur P. CHASTANET Service de Radiologie Ostéo-Articulaire - Hôpital Roger

Plus en détail

CAT devant un traumatisme du pied

CAT devant un traumatisme du pied CAT devant un traumatisme du pied Entorse de la cheville du ligament latéral externe (LLE) : Important : Il vaut mieux faire une radio pour rien, que passer à côté d une fracture. Traitement chirurgical

Plus en détail

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES R. Belhadj, R.Ahmed Nacer, F.Mehdid, M.Benakli, N.Rahmoune, M.Baazizi, F. Kaci, F.Harieche, F.Zerhouni,

Plus en détail

mandibule atrophique :

mandibule atrophique : chirurgie/prothèse Réhabilitation d une mandibule atrophique : les nouvelles perspectives de l implantologie basale Antoine MONIN* Jean Claude MONIN** Henri COMBALUZIER*** La réhabilitation implanto-prothétique

Plus en détail

Technique chirurgicale. Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous.

Technique chirurgicale. Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous. Technique chirurgicale Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous. Table des matières Indications et contre-indications 3 Implants 4 Instruments 4 Planification

Plus en détail