RAPPORT D ACTIVITÉS 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D ACTIVITÉS 2014"

Transcription

1 RAPPORT D ACTIVITÉS 2014

2 2 SOMMAIRE PAROLES D ÉLUS LE PRÉSIDENT CHRISTIAN HÉRAIL....3 PIERRE BELLANGER, VICE-PRÉSIDENT COMMERCE....5 FRÉDÉRIC HENRY, VICE-PRÉSIDENT INDUSTRIE....6 ÉRIC BARAT, VICE-PRÉSIDENT SERVICES....7 DOMINIQUE BÉCARD, DIRECTRICE GÉNÉRALE DE LA CCI DE ROUEN....8 LES FAITS MARQUANTS DE 2014 L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES....9 LA FORMATION L INFORMATION L ACCOMPAGNEMENT DES TERRITOIRES SYNTHÈSE FINANCIÈRE LES COMMISSIONS LA SÉANCE PLÉNIÈRE LES ÉLUS DE LA CCI RAPPORT D ACTIVITÉS 2014

3 3 PAROLES D ÉLUS CHRISTIAN HÉRAIL PRÉSIDENT LES CCI EN PLEINE (R)ÉVOLUTION! Alors que les pouvoirs publics remettent en cause les CCI, le président de la Chambre de commerce et d industrie de Rouen, Christian Hérail, fait le point sur les projets de l institution. En 2015, 500 millions d euros seront amputés aux fonds de roulement des CCI. C est ce que les députés ont voté en octobre dernier. Quelle est votre réaction? C est du racket sur l argent des entreprises! Cet État impécunieux n a rien trouvé de mieux que de prendre l argent des entreprises dans ses corps intermédiaires pour boucher les trous de son budget. Et ce n est pas tout. Non seulement, nous serons ponctionnés de 500 millions d euros, mais en plus, on vient nous dire qu il y aura une baisse de 37 % de nos recettes fiscales sur les années Aujourd hui, l État n est pas dans une dynamique d investissement : cet argent servait à la formation, à la création de zones d activités, au développement des entreprises Cette diminution de notre budget va donc se répercuter sur l accompagnement et l appui aux entreprises. Nous sommes obligés de revoir nos projets à la baisse. De nous redimensionner. Notre masse salariale représente 75 % de nos dépenses, imaginez la réorganisation sociale qu il nous faudra faire! Nous gérons donc la pénurie. Seulement nous ne sommes pas là pour vivre en déficit mais avec des recettes équilibrées. Tout cela en raison d une réforme de l État qui tarde à venir On nous impose des choix très lourds, nous attendons une démarche équivalente de la part de l État. «Un État impécunieux qui nous ponctionne 500 millions d euros!»

4 PAROLES D ÉLUS 4 CHRISTIAN HÉRAIL, PRÉSIDENT /// Concrètement, quel impact aura cette pénurie sur vos missions? Cette pénurie nous oblige à repenser nos missions en les optimisant, à repenser nos modes de fonctionnements pour l économie dans les territoires comme nous savons le faire dans nos entreprises en tant qu élus par ces dernières. La Chambre a toujours des projets d accompagnement. Nos missions de base, comme inscrire une entreprise au registre du commerce et des sociétés, nous continuerons à les faire. Dans le domaine de l information, nous réfléchissons à la manière de l organiser sur le numérique. Hier, l information se donnait lors d une rencontre en face-àface, aujourd hui, les entreprises vont chercher directement l information sur les sites Internet. Nous continuerons à proposer ce service gratuit. En revanche, pour accompagner l entreprise, pour l aider à monter son business plan, nous mettrons en place un service qui sera alors payant et qui aura une vraie valeur ajoutée. Nous veillerons cependant à ne pas gêner l activité privée en ce domaine. Quoi qu il en soit, il va falloir faire autant ou plus avec moins. Cette évolution oblige à un reengineering de nos métiers. On commencera à faire autrement à partir de En matière de formation, là aussi il faudra faire plus avec moins? Le manque de moyens est un vrai problème pour la formation. Si l État ne donne plus d argent, comment rester au niveau pour les apprentis de nos CFA et les 350 demandeurs d emplois accompagnés par le CEFE? Comment faire les travaux nécessaires pour préparer les jeunes aux emplois de demain? Or c est ce qu attendent les entreprises. Aujourd hui, la position de l État sur l apprentissage se situe entre la collecte et la redistribution. Cela pose un problème de coût aux entreprises par rapport aux apprentis. L État veut apprentis demain. Sachant que les Chambres en forment entre et , comment continuer à former à ce rythme, voire progresser, avec moins d argent? «Et si l État investissait?» Sur le dossier Paris Seine Normandie, où en êtes-vous? Les Chambres de Paris-Île-de-France, du Havre, de Caen, de Rouen et les Chambres régionales travaillent sur le dossier pour impulser ce développement territorial par rapport aux besoins des filières, que sont la logistique, l innovation, la formation, la recherche. Nous avons fait des propositions au délégué ministériel au développement de la Vallée de la Seine, François Philizot. En 2015, nous continuerons à travailler sur le montage des projets dans les domaines de l énergie, de la logistique, l innovation, l aérospatial qui sont les filières principales de cet axe Paris Seine Normandie. Mais nous avons besoin de financements. Grâce au CPEIR (contrat de projet État-Interrégion relatif à la Vallée de la Seine, ndlr), nous savons maintenant que nous pourrons les obtenir. L année 2015 devrait être celle des fusions. En 2006, alors que j étais président des Chambres de commerce et d industrie de Haute-Normandie et de Rouen, nous avions inscrit la fusion de la Haute et de la Basse-Normandie dans le schéma directeur pour créer une seule CCI de région. En 2011, la nouvelle mandature a acté le passage de douze chambres à cinq et à une seule chambre de région au lieu de deux au 1 er janvier Fort d une expérience de plus de trente ans à la CCI de Rouen, comment analysez-vous la crise que nous traversons actuellement? Ce n est pas une crise comme les précédentes, c est une révolution économique équivalente et aussi importante, à mon avis, que celle qui a suivi l arrivée de mutations technologiques comme que l électricité en son temps et plus récemment le numérique. La question aujourd hui est comment va-t-on faire demain pour les générations futures, quel sera leur mode de fonctionnement et de vie au sein des territoires économiques? C est cette réflexion que doivent mener aujourd hui les élus des CCI. RAPPORT D ACTIVITÉS 2014

5 PIERRE BELLANGER VICE-PRÉSIDENT COMMERCE PAROLES D ÉLUS 5 NOS COMMERCES ONT PROUVÉ LEUR EXCELLENCE Pour vous quel a été le fait marquant de 2014 dans le domaine du commerce? L un des axes forts de nos actions a été de favoriser le lien entre les commerçants eux-mêmes et de les rendre plus solidaires. Nous avons cherché à réveiller la dynamique autour des unions commerciales qui sont le lien utile entre la communauté des élus du peuple et celle des commerçants. S il n y a pas cette interface, il y a une grande difficulté de dialogue. Nous avons mis en place cette dynamique avec nos moyens : les personnels et les élus de la Chambre se sont beaucoup impliqués, ils sont allés sur le terrain, ils ont rencontré les édiles locaux, ils ont participé à des réunions qui avaient trait à l aménagement, aux études, aux aides. Ils ont identifié les lieux où les unions commerciales sont éteintes, les territoires sur lesquels on estime, par la densité commerciale, qu il y a un intérêt à créer une concertation entre les acteurs. Pour animer ces échanges, nous avons un groupe de travail qui réunit tous les mois des responsables d unions commerciales et qui les aide à monter des opérations accompagnés de formateurs extérieurs. Ce groupe existe depuis longtemps, et nous voulons qu il perdure. C est dans cet esprit qu est organisée la Journée Nationale du Commerce de Proximité (JNCP). Plus de dix ans après son lancement, elle monte en puissance. En octobre dernier, les actions des commerçants ont été particulièrement remarquables. En 2014, le commerce régional a également prouvé son excellence Oui, cinq Mercure d or en Seine-Maritime, le Graal des commerçants, en 2014! Que de belles entreprises, que de belles histoires! Joli palmarès auquel il faut ajouter le Pannonceau d or. Quelle fierté pour notre territoire! En 2014, nous avons eu également la satisfaction de voir notre label régional Préférence Commerce devenir un label national. Ce label, c est surtout «Notre rêve : que les élus écoutent davantage» une démarche d amélioration de qualité. Dans un contexte difficile, nous avons envie de dire aux commerçants, soyez encore meilleurs, travaillez pour vous améliorer, ne soyez pas fatalistes. Parce qu aujourd hui, les meilleurs s en sortent très bien. Je souhaiterais donc qu en 2015 les commerçants participent davantage. Vous les accompagnez dans cette démarche? Pour aller vers des labels, comme Préférence commerce ou encore le Prix de l accueil à Rouen, la Chambre met à disposition une équipe d animation qui réalise des audits sur l existant, qui fait des préconisations, qui suit l évolution. Pour nous, c est une mission importante. Les CCI sont en plein bouleversement. Comment souhaitez-vous les voir évoluer? Les Chambres de commerce et d industrie doivent être force de propositions auprès des élus. C est nous qui faisons l économie, c est nous qui la développons. Demain, il faut que l on nous entende plus. Pas en tant que CCI de notables mais parce que nous sommes des chefs d entreprises groupés, qui constituent un lobby fort. Notre rêve : que les élus écoutent davantage, et tiennent compte d un certain nombre de propositions pour satisfaire les besoins de développement économique, et surtout l emploi. Pour cela, vous vous appuyez sur le service Études de la CCI? Oui, les personnels du service études font de très bonnes analyses, nous accompagnent et nous aident à être cette force de propositions. Nous avons ainsi réalisé une étude sur les fragilités commerciales de Rouen. Nous travaillons à l échelle de la Haute et la Basse Normandie, sur un observatoire du commerce. Nous allons dresser un panorama de toute la population commerciale et de ses diversités pour que l on ait une vue globale de l existant sur le territoire, à destination des élus et de ceux qui veulent entreprendre chez nous. C est un travail formidable qui est fait.

6 PAROLES D ÉLUS 6 FRÉDÉRIC HENRY VICE-PRÉSIDENT INDUSTRIE LES TERRITOIRES ONT BESOIN D UN SOCLE ÉCONOMIQUE INDUSTRIEL Quels sont pour vous les événements marquants de la CCI pour le secteur industriel en 2014? Il y a les événements récurrents qui sont précieux et rythment l année ; la Semaine de l industrie en mars et les Stages en industrie en novembre. D autres événements mettent en avant l industrie et cela montre bien l énergie qu elle apporte à la vie économique régionale. Colloques, portes ouvertes, opérations dirigées vers la jeunesse, permettent de montrer une industrie séduisante à nos jeunes, c est une valeur fondamentale pour la CCI. Quelles nouveautés cette année? Nous avons été précurseurs avec la Semaine de l industrie, événement qui a été depuis repris au niveau national, c est une fierté. On travaille maintenant à l échelon régional pour continuer de populariser ces événements et les redessiner à l échelle de ce nouveau grand territoire normand mais aussi vers Paris avec le cap Paris Seine Normandie. C est un très vaste territoire qui se concrétise. Stages en industrie, Semaine de l industrie, les RAN (Rencontres d Affaires de Normandie), ces trois événements sont à maturité, nous devons les emmener à l échelle de la grande Normandie. Nous devons également préparer notre tissu économique à l arrivée des très gros chantiers liés à l éolien et au carénage de nos centrales nucléaires, nous avons besoin d entreprises spécialisées en termes de performances et de sécurité. Nous avons eu aussi de très bonnes nouvelles avec FlexiFrance qui se développe énormément au Trait ou Renault qui envoie des signes positifs pour ses futurs modèles (la Bluecar sera construite à Dieppe) est une année de transition pour les CCI, quelle place pour l industrie? Nous devons redéfinir nos priorités, faire avec moins, être plus efficace en raison de cette évolution budgétaire, c est une remise en cause. CCI France a sorti un livre blanc de l industrie en début d année 2014, c est un modèle pour cette réflexion. «Paris Seine Normandie : c est un très vaste territoire qui se concrétise» On a la mer, un fleuve, trois grands ports (Le Havre - Rouen - Paris), l année 2014 a vu démarrer réellement le principe de PSN (Paris Seine Normandie, une organisation des Chambres de commerce et d industrie), nous avons fait se rencontrer les acteurs, nous avons un préfet dédié à cette grande ambition, nous devons maintenant mettre les moyens en face. Le lien entre les trois ports est pour moi la première preuve concrète de l avancée de cette idée. La deuxième est constituée de l évolution des liens avec Paris ; la future ligne nouvelle Paris Normandie est très positive et nous l attendons tous! Le fait d être proche de Paris ne suffit pas, il faut aussi disposer de liaisons performantes. La création de ces lignes pour les voyageurs libérera la ligne de fret pour l accès aux marchandises au marché parisien. Les liens par le fleuve se sont aussi améliorés et densifiés, il faut encore travailler sur ce mode de transport. Le troisième exemple, c est la richesse des projets industriels liés au développement durable. Une forme de réindustrialisation du territoire? Ici, nous avons toujours défendu l industrie, y compris quand ce n était pas à la mode! Ce sont des mouvements lents, l industrie ne fait pas le buzz immédiat, mais ce sont des choses qui avancent malgré tout. Les projets industriels liés au développement durable (les champs marins d éoliennes ou le recyclage par exemple) apportent un grand nombre de services annexes qui enrichissent notre tissu. Les thématiques développement durable sont souvent enracinées dans leur territoire, impossible à délocaliser. C est l un des rôles de l industrie, être le socle économique d une région. RAPPORT D ACTIVITÉS 2014

7 ÉRIC BARAT VICE-PRÉSIDENT SERVICES PAROLES D ÉLUS 7 LE TOURISME À L HONNEUR DANS UN CONTEXTE DIFFICILE Que retiendrez-vous de l année 2014? Parmi les choses positives : les chiffres de l Office de tourisme de Rouen de Ils sont bons, voire excellents. Dans un contexte assez difficile, le secteur tire donc son épingle du jeu. Ces dernières années, nous avons gagné en notoriété grâce à des événements comme le festival Normandie Impressionniste ou l Armada. Cette année, c est le 70 e anniversaire du Débarquement et les Jeux équestres mondiaux qui ont créé l occasion de venir en Normandie. Globalement, nous bénéficions des progrès en qualité effectués par les uns et les autres ; que ce soient les démarches commerciales de l Office de tourisme ou encore les hôteliers restaurateurs que la Chambre de commerce et d industrie récompense à travers la charte de confiance. Nous profitons aussi des investissements. Nous aurons bientôt l Historial Jeanne d Arc et nous avons déjà le Panorama XXL. L aître Saint-Maclou est en restauration. À venir également, le Palais des congrès de la Matmut, notre offre monte en gamme. Nous commençons à avoir tous les outils nécessaires pour recevoir toutes les catégories de touristes. Ce sont des bonnes nouvelles : le commerce de centre-ville, après avoir beaucoup souffert de la fermeture du Pont Mathilde, en a besoin. Vous avez aussi lancé en septembre dernier le club des restaurateurs Gastronomie normande en Seine. De quoi s agit-il? À travers ce club, nous voulons faire émerger cette cuisine normande. Aujourd hui, on a du mal à identifier notre gastronomie alors que nous avons tous les atouts : les produits locaux, comme le bœuf cidré, ou plus connus la pomme, le calvados. Nous avons donc mis tout le monde autour de la table et réuni toutes les bonnes volontés. Ce club rassemble les chefs des établissements gastronomiques de notre territoire. Tous travaillent avec des produits locaux et s approvisionnent via des circuits courts. Pour eux, ce n est pas toujours évident de trouver des fournisseurs. Nous voulons montrer la qualité de toute cette cuisine. Aujourd hui, nous en sommes à la genèse. Et nous devrions mener des actions concrètes dès Ce sont des bonnes nouvelles dans un contexte un peu difficile. Globalement, nous n avons pas de visibilité. Au niveau de la CCI, nous sommes en pleine réforme, mais aussi en plein doute. Tout est compliqué parce que le législateur n est pas allé au bout des choses sur la Révision générale des politiques publiques (RGPP). Puisque nous aurons moins d argent, on aura perdu 47 % de nos budgets entre 2013 et 2017, nous allons être obligés de nous recentrer sur nos missions, l appui, le conseil, la formation, la création et la reprise, et essayer de développer nos ressources propres. Ce qui n est pas évident : il ne faut pas faire concurrence à nos ressortissants. Dans une période difficile, tout ce qui tend à compliquer les choses n est pas favorable à l économie. Nous regrettons par exemple la décision brutale d interdire la circulation des poids lourds sur les quais rive gauche. Nous sommes un peu désappointés par rapport à tout le travail qui a été fait, par rapport aux quatorze réunions qui ont été organisées par les services de la Ville de Rouen, la Métropole Rouen Normandie, le Port autonome, le Club Alliance Seine et la CCI. Ce sont les entreprises du port de Rouen qui vont en souffrir.

8 8 MOTS GSz t a v n DOMINIQUE BÉCARD DIRECTRICE GÉNÉRALE DE LA CCI DE ROUEN OSONS CHANGER UNE ANNÉE DE TRANSITION «Dans un contexte très mouvant, 2014 a été une année de transition. Le processus de fusion des CCI de Haute-Normandie et de Basse-Normandie, et en ce qui nous concerne des CCI de Dieppe, Elbeuf, et Rouen, était déjà lancé. Les commissions de rapprochement ont donc continué de se réunir régulièrement. En 2015, nous entrerons dans une phase de préparation active : en fin d année, les Chambres seront dissoutes, les nouvelles CCI seront créées sur le nouveau schéma. La régionalisation devra générer des économies: les fonctions support, ressources humaines, système d information, achats seront mutualisés dès janvier Nous avons aussi anticipé l organisation de la future CCI Seine Mer Normandie en rationalisant et réorganisant certaines activités, ce qui s est traduit par l évolution de certains collaborateurs sur de nouvelles fonctions ou des périmètres élargis.» UNE RÉDUCTION DRASTIQUE DE NOS RESSOURCES «L été dernier, l État nous a annoncé une baisse drastique de nos ressources. Nous étions déjà dans cette logique de réduction de moyens, mais nous devons désormais trouver, en intégrant l impact régionalisation et le maintien d une certaine capacité d investissement», 8,5 millions d euros d ici la fin La CCI de Rouen disposait à elle seule de 22 millions de ressources fiscales en 2009 ; la future CCI, fruit de la fusion entre Rouen, Dieppe et Elbeuf, en 2017, aura 12 millions d euros de recettes fiscales. Face à cette baisse des ressources, nous avons d ores et déjà engagé un travail de suppression, d ajustement de nos subventions aux organismes tiers, y compris nos grandes écoles. Nous avons poursuivi la recherche de toutes les économies possibles sur les frais de fonctionnement et la rationalisation de notre organisation.» REPENSER LES MISSIONS «Il faut aussi repenser nos missions. Quels sont les produits d appel qui doivent rester gratuits? Quelles sont les prestations à valeur ajoutée qui deviendront payantes? Nous devons développer un esprit de conquête. Nous devons aller davantage vers les chefs d entreprise pour mieux répondre à leurs besoins. 75 % d entre eux ont moins de cinq salariés, ils sont au four et au moulin. Dans un environnement où les problèmes sont de plus en plus complexes, où tout bouge et change très vite, nous devons leur simplifier l accès à la bonne information, au bon moment. L orientation vers la e.cci sera une réponse. Pour des demandes plus qualifiées, ils ont besoin d interlocuteurs identifiés, qui sauront les conseiller, les aiguiller pour trouver les solutions. Il y a une forte attente de proximité, de meilleure défense de leurs intérêts. À nous de relever ce défi.» RAPPORT D ACTIVITÉS 2014

9 9 LES FAITS MARQUANTS DE 2014 L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES SOUTENIR LA CRÉATION INNOVATION ET CRÉATION : UNE SEULE RENCONTRE EN 2014 Longtemps organisés séparément, les Rencontres régionales de l innovation (RRI) et le salon «Créer, démarrer, reprendre, céder une entreprise en Normandie» se sont associés en Les deux événements ont donc eu lieu le même jour, le 28 novembre 2014, dans les locaux du CISE (bâtiment Esigelec) à Saint-Étienne-du-Rouvray. Une concentration devenue évidente : «Il y a des synergies entre les deux domaines, précise Laurence ozlowski, responsable du pôle entreprenariat. Les visiteurs intéressés par l innovation le sont aussi par les questions que pose l entreprenariat. Les jeunes entreprises sont souvent innovantes. Il y a donc complémentarité». Même public donc, mais aussi beaucoup de partenaires communs. Soit une cinquantaine (dont quelques fidèles comme le CGA, le CERFRANCE, le Crédit agricole, la Société générale ) qui se rassemble ainsi une fois par an. Pour les 250 visiteurs, la journée a commencé par une conférence d ouverture commune, «Innovant ou pas tout le monde peut entreprendre», tenue par Philippe Silberzahn, professeur à l EM Lyon Business School. Chacun pouvait ensuite se rencontrer autour de tables rondes ou d ateliers experts choisis parmi les partenaires : l Ordre des avocats, BPI France, le Club Intelligence économique, Métropole Rouen Normandie, l INPI (Institut national de la propriété industrielle) La journée s est terminée par une conférence de clôture commune avec quatre dirigeants régionaux de PME-PMI ayant créé, innové et réussi. De quoi satisfaire la curiosité de tous les visiteurs, déjà bien informés, et qui attendent de ce genre d événements davantage de rencontres et de conseils.

10 10 L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES /// CHIFFRES CLUB JEUNES ENTREPRISES : 11 Réunions organisées. 30 Jeunes dirigeants en moyenne présents à chaque réunion. LA TRANSMISSION D ENTREPRISE : 150 Plus de 150 chefs d entreprise souhaitant à terme céder leur entreprise ont été accompagnés et conseillés mises en relation entre cédants et repreneurs potentiels ont été réalisées. 120 Plus de 120 dirigeants auront participé en 2014 aux ateliers des Essentiels transmission. LA CRÉATION REPRISE D ENTREPRISE : 800 Le stage SMAC (Se mettre à son compte) : + 20 % de participants par rapport à Soit 800 participants à fin Le stage Auto Entrepreneur : + 35 % de participants entre 2013 et Soit 80 participants. COOPÉRATION & GÉNÉRATION LE COMITÉ TREMPLIN POUR FAIRE DÉCOLLER UN PROJET Les jeunes porteurs de projet plébiscitent le Comité tremplin qui leur permet de profiter de l expérience de chefs d entreprise. Lancé fin 2013, le Comité tremplin a atteint sa vitesse de croisière. En 2014, quatre sessions ont permis à une vingtaine de porteurs de projet ou jeunes dirigeants de recueillir l avis de chefs d entreprise chevronnés. Tous sont passés individuellement devant ce comité. Aux uns de présenter leur stratégie commerciale, leur business plan, leurs études de marchés, aux autres de faire part de leurs doutes face à une activité en baisse, quant aux moyens SOUTIEN LE PLAN AMBITIEUX D INITIATIVE ROUEN mis en œuvre pour se développer «Les jeunes dirigeants, créateurs ou repreneurs se posent beaucoup de questions, explique la responsable du pôle entreprenariat. Ils veulent rencontrer des gens qui ont de l expérience». Ces derniers permettent ainsi aux participants de repartir avec des préconisations, des ajustements, et une vision plus claire de la stratégie à mener. Fort de son succès, le Comité poursuivra ses rencontres en En 2014, l association Initiative Rouen a lancé un plan stratégique pour les quatre prochaines années. Avec des objectifs ambitieux Depuis un peu plus de trente ans, l association Initiative Rouen apporte son soutien aux créateurs d entreprise à travers un appui financier attribution d un prêt d honneur ou instructions d aides attribuées par les partenaires et un parrainage de trois ans. Cette année, l association a élaboré un projet stratégique pour la période Premier objectif : doubler le nombre de créations et de reprises d entreprises accompagnées d ici quatre ans. Il s agirait ainsi de passer de 31 prêts d honneur (chiffres 2014) à 60 en 2016, et de 43 comités de parrainage à 75 en Le prêt a d ailleurs été ouvert aux professions libérales et aux entreprises de moins de trois ans. Le deuxième objectif est de mettre en place des actions de communication afin d augmenter la notoriété du dispositif auprès de sa cible. Une e-letter a d ailleurs été lancée. Troisième objectif : faire entrer de nouveaux partenaires, si possible d horizons différents pour pouvoir toucher un public plus large. Parmi les derniers arrivants : Total et EDF - partenaires avec le Crédit agricole, sur l e-letter. Initiative Rouen souhaite également passer des partenariats de compétences avec d autres structures comme la Chambre de métiers. Cette année, la Caisse de Dépôts et Consignations et le Crédit Agricole Normandie Seine ont à nouveau abondé le fonds de prêts d honneur de l association. Cela permettra à Initiative Rouen d avoir les moyens d augmenter son activité et de mettre en place plus de prêts d honneur. Rappelons qu Initiative Rouen peut se targuer d un bon taux de pérennité : 78 % des entreprises sont encore en activité après cinq ans au lieu de 50 % pour les entreprises non accompagnées. En 2014, 150 jeunes entreprises ont été suivies en parrainage. Et près de 50 projets ont été analysés en comité de parrainage. RAPPORT D ACTIVITÉS 2014

11 /// L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES 11 TOUJOURS ACCOMPAGNER HORIZON 2015 POUR LE PÔLE ENTREPRENARIAT FORMATION 5 JOURS POUR ENTREPRENDRE : LE SUCCÈS DE LA FORMATION La formation 5 jours pour entreprendre s est poursuivie en 2014 avec toujours le même succès. Plus d une cinquantaine de stagiaires ont ainsi suivi les cinq sessions organisées à Rouen. Soit une augmentation de 30 %. L objectif : apporter aux porteurs de projets les fondamentaux pour créer, reprendre, développer durablement une entreprise. La formation permet aussi de bénéficier de conseils d experts dans les domaines des études de marchés, de la comptabilité, des professions juridiques. Le taux de satisfaction est très élevé. MARGE DE PROGRÈS PRÉFÉRENCE COMMERCE! Normandie qualité commerce devient Préférence commerce au niveau national en C est une vraie démarche de progrès de la part des commerçants, une aide au repositionnement et de réflexion sur la relation client. Les commerçants se déclarent candidat, un conseiller vient les rencontrer et analyse, avec ses dirigeants, le commerce sur 80 points. Si le commerce INNOVATION PRATIQUE JEUNES ENTREPRISES : LA BOÎTE À OUTILS AU BOUT DU CLIC Fin 2013, le pôle entreprenariat de la CCI de Rouen a lancé «une boîte à outils» pour les jeunes entreprises. Accessible dans la rubrique «Parcours jeune entreprise», elle donne toutes les informations nécessaires soit sous forme de fiches méthodologiques dont le contenu a été validé par les organismes compétents (Ordre des experts-comptables, mutuelles ) ; soit sous forme de liens vers les sites ou annuaires les plus sérieux. Ainsi les internautes peuvent-ils trouver facilement, et à n importe quel moment, des informations de premiers niveaux. Un accès rapide qui correspond aujourd hui à leurs besoins. dépasse les 80 % de positifs, il est candidat au label «Préférence commerce». La démarche sera validée ultérieurement par la visite d un client mystère. Un bon moyen de motiver les équipes autour d un projet commun. La démarche est une prestation payante mais elle permet aux commerçants de faire le point et de s améliorer. MOTS bza m g s e Au niveau national, c est Entreprendre en France qui modélise l offre de prestations sur la création, la reprise, la transmission d entreprise dans les CCI du territoire. Le Comité tremplin ou 5 jours pour entreprendre en font partie. En 2015, la structure mettra en place de nouvelles prestations obligatoires qui constituent un socle minimum commun à toutes les CCI. L objectif : que les chefs d entreprise aient la même offre quelle que soit leur situation géographique. CHAMPION DES «MERCURE D OR» Très belle performance des commerçants ressortissants de la CCI de Rouen qui ont ramené à la maison 3 des 23 Mercures d or distribués en France en Cette concentration de victoire prestigieuse pour le commerce est la preuve d une bonne dynamique sur notre territoire. ALIZÉ : TROUVER LE VENT FAVORABLE POUR SON PROJET C est une formule relancée en 2014, elle s adresse aux entrepreneurs (TPE, PME) ayant des projets de développement sans forcément être les rois du budget prévisionnel et autres montages de dossier. Le système Alizé les aide à trouver le bon vent Le principe est celui de la collaboration entre grandes entreprises et ces entreprises plus petites qui bénéficient de la mise à disposition de cadres ou techniciens experts pour mener à bien ces projets. L aide est aussi financière avec la possibilité d une avance à taux zéro accessible en complément d un prêt bancaire. Lancé en juin 2014, 4 entreprises ont déjà été accompagnées.

12 12 L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES /// MOTS bza m g s e LE MAROC : PARTENAIRE PARTICULIER En mai dernier, treize entreprises normandes se sont rendues à Casablanca afin de participer au forum de partenariat France-Maroc. Une opération montée par la Chambre française de commerce et d industrie du Maroc et UbiFrance. NOTRE INDUSTRIE AU SALON D ALGER Fin septembre, six entreprises normandes ont participé au 8 e Salon Alger industries. Durant trois jours, elles ont pu être présentes sur le salon au sein du Pavillon France et visiter de potentiels partenaires algériens. Les équipes de CCI International Normandie avaient préparé pour chacune une dizaine de rendez-vous. ASIE LES VOISINS DE LA CHINE : UN MARCHÉ DE PLUS EN PLUS CONVOITÉ La Chine est devenue un marché plus difficile. Les Français préfèrent désormais développer des affaires avec ses voisins. a Chine a longtemps été à la mode, «Lmais on sent aujourd hui que les chefs d entreprise regardent d autres portes asiatiques, plus faciles d accès», rapporte Thierry Achard de la Vente, directeur de CCI International Normandie. Ce constat a mené à l organisation d une mission de prospection commerciale en mars dernier à Hong-ong, au Japon et en Corée du Sud. Douze entreprises ont fait le voyage, trois d entre elles étaient des primo-exportateurs. «La présence de PME aguerries à l export leur a permis de partager leurs expériences et d échanger des informations précieuses», précise le responsable. Le bilan semble prometteur : les chambres françaises des trois pays ont indiqué avoir des missions de suivi à effectuer, et donc des opérations individuelles à monter. AFRIQUE BURINA FASO : BEAUCOUP DE PORTES OUVERTES En février, toute l Afrique francophone et l Europe se sont retrouvées lors d une convention d affaires au Burkina Faso. CCI International Normandie a ouvert les portes du pays aux chefs d entreprise. En février 2014, quatorze entreprises normandes et cinq d autres régions (Picardie, Île-de-France, Nord-Pas-de-Calais, Hérault) se sont rendues au Burkina Faso. Elles représentaient ainsi des secteurs très variés comme le médical, l agroalimentaire, l industrie, l architecture, la fabrication de pneus Premier objectif : visiter les entreprises burkinabées avec lesquelles les Français étaient déjà en contact. Deuxième objectif : participer à la convention d affaires Africallia afin d élargir leur réseau en Afrique francophone. La délégation était accompagnée d Alain Patrizio, consul du Burkina et élu de la CCI de Rouen. Sa présence a donc permis d ouvrir de nombreuses portes officielles. Son intervention ainsi que celle de l ambassadeur de France ont également fait avancer le dossier sur la création d un Institut supérieur du Génie électrique. En attendant, un cursus ingénieur a pu être mis en place avec l appui de l Esigelec. Les Normands sont rentrés très satisfaits de tous ces échanges. Rappelons que les services de CCI International Normandie sont reconnus pour leur dynamisme et leur expertise sur l Afrique francophone. MOTS bza m g s e LES ENTREPRISES DE POINTE EN AMÉRIQUE DU NORD Départ de neuf entreprises normandes, essentiellement bas-normandes, pour l Amérique du Nord en octobre dernier. Issues des NTIC, du médical ou des technologies de pointe, elles ont pu mener au total pas moins de 70 rendez-vous. RAPPORT D ACTIVITÉS 2014

13 /// L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES 13 EUROPE LA GLASS VALLÉE EN ITALIE Les acteurs de la Glass Vallée ont exposé leur savoir-faire au grand salon de l emballage de Bologne. a Région Haute-Normandie nous a «Lconfié l accompagnement collectif de la Glass Vallée, rappelle Thierry Achard de la Vente, directeur CCI International Normandie. Nous continuons à nous rendre au salon Luxe Pack à Monaco, mais la Région a souhaité élargir le cercle, et amener les entreprises en dehors de nos frontières». Raison pour laquelle sept entreprises se sont réunies à Bologne en avril 2014 sur le salon Cosmopack, un événement international consacré aux professionnels de l emballage de luxe, de la cosmétique et de la beauté ; l occasion de toucher un public venu d Afrique du Nord, du Moyen- Orient, d Asie et de toute l Europe. CHIFFRES C est le nombre de participants aux Break- Fast en Ces petits-déjeuners, organisés entre 8 h 30 et 10 h, permettent aux chefs d entreprise d échanger et d entendre le témoignage d une entreprise sur un thème donné. Par exemple : le crédit d impôt export. 90 C est le nombre de dossiers suivis dans le cadre du Stratex. Ce dispositif permet d accompagner les primo-exportateurs pendant trois ans. INTERNATIONAL SALON LUXE PAC Le rendez-vous traditionnel de la création internationale du packaging des produits de luxe, le salon Luxe Pack, s est tenu cette année du 27 au 29 octobre à Monaco. Huit entreprises normandes ont exposé sur le stand de la Glass Vallée : ACE Parachèvement, EPH, Groupe CTCI, Inserdeco, Moulin, Pijaplast, Piochel SN, Satimat, Val Laquage VT. Pour eux, l occasion de montrer que la Glass Vallée entend garder son leadership en matière de flaconnage de luxe. STRATÉGIE LA MARQUE FRANCE AU CŒUR DES JOURNÉES DE L INTERNATIONAL Premiers pas à l export, information stratégique, accessibilité aux marchés, moteur de l innovation, force des réseaux : telles étaient les questions abordées lors de la 6 e édition des Journées de l international (du 1 er au 5 décembre 2014). Cette année, l invité de la soirée interclubs était Philippe Lentschener, CIO de MC Cann Worldgroup France, venu parler de «la Marque France ou la résignation». La journée multi-pays, le 4 décembre, rassemblait 40 experts de plus de cinquante pays et a accueilli plus de 350 participants..

14 14 L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES /// REPRÉSENTATION CHINE : DES ÉLUS ACCOMPAGNENT LES HOMMES D AFFAIRES CCI International a organisé en septembre dernier un voyage à la fois institutionnel et commercial. Cette grande mission en Chine s est déroulée entre le 15 et le 19 septembre et comportait deux volets. D abord, un volet institutionnel : celui-ci s articulait autour de China Europa, un événement créé par l association Le Havre Développement ; et une coopération avec Tianjin qui ont permis aux Normands de rencontrer le maire de la ville, ou encore de visiter l entreprise Airbus. Parmi les participants au voyage, les présidents de la Région Haute-Normandie et de Métropole Rouen Normandie, le maire du Havre, l ambassadeur économique de Haute-Normandie, les élus des CCI du Havre et de Rouen, le président de la Chambre de métiers de Seine-Maritime. Le deuxième volet était commercial. Huit entreprises normandes, issues de l agroalimentaire, des équipements industriels, du tourisme, de l énergie, de l emballage, des nutriments ou encre des NTIC, ont pu ainsi identifier ou renforcer leurs liens avec leurs partenaires locaux. HORIZON 2015 CCI INTERNATIONAL NORMANDIE? L exposition universelle de Milan ; Une mission en Angola ; Une mission en Arabie Saoudite et Émirats Arabes Unis ; Une mission au Japon; Thétis Nantes SYNERGIE VERS UNE MEILLEURE GESTION DES MATIÈRES PREMIÈRES Le numéro de ProfilÉco, sorti en septembre 2014, était consacré à l écologie industrielle. Un point de départ vers l économie circulaire. Quand les déchets de certaines entreprises deviennent les ressources des autres, c est gagnant-gagnant ; pour l économie mais aussi pour l écologie. Pour pouvoir mettre en relation les entreprises, le service études de la CCI, avec Rouen Normandie Invest, le Grand Port maritime de Rouen, la CCI d Elbeuf, la Métropole Rouen Normandie a mené une enquête sur le potentiel de développement de l écologie industrielle. En septembre 2014, le numéro 2 de ProfilÉco présentait la synthèse. «Sur 782 établissements de la Métropole Rouen Normandie choisis selon une logique de proximité, nous avons eu 92 retours. Quinze entreprises étaient très intéressées par la démarche. Certaines avaient déjà mis en place des systèmes de substitution ou de mutualisation», note Jacques Charron, responsable du pôle études et informations stratégiques. Leurs réponses ont permis d identifier les matières potentiellement recyclables et les besoins. La piste de synergie la plus évidente se situe au niveau des eaux industrielles. Sept entreprises consomment près de m 3 d eaux industrielles, alors que treize entreprises rejettent plus de m 3 d eaux peu polluées. Le sable pourrait lui aussi être revalorisé : tonnes sortent des usines sous forme de déchets et pourraient largement combler le besoin qui est d environ tonnes. Resterait alors à dépolluer ces matières premières. L étude a porté également sur les énergies (électricité, fioul, gaz ), et l intérêt de la mutualisation de l approvisionnement ou de la méthanisation des déchets. Suite à cette enquête, plusieurs entreprises se sont rencontrées pour élaborer des pistes de mutualisation et de synergies et des groupes de travail ont été mis en place. RAPPORT D ACTIVITÉS 2014

15 /// L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES 15 MOTS bza m g s e ÉTUDES : MAINTENANCE INDUSTRIELLE La CCI a réalisé une étude sur les besoins en formation des entreprises du secteur de la maintenance industrielle. ÉTUDES : IMMOBILIER En partenariat avec Rouen Normandy Invest, la CCI a lancé une étude de programmation immobilière sur le périmètre de la Métropole. CHIFFRES Quelques chiffres de fréquentation des publics des temps forts 2014 : 1850 La Nuit de l Orientation (LNO) 2014 a connu un vif succès, l ouverture des portes de la CCI aux jeunes à la rencontre des professionnels, une bonne recette! 134 Rencontres Achats Défense. 102 Passion Commerce Visites d entreprise, conférences. rencontres avec des professionnels, du 7 au 13 avril Rendez-vous d Affaires de Normandie (RAN). 550 Un succès renouvelé pour la journée Stages en Industrie, des centaines de stages proposés, des centaines de visiteurs! 250 Rencontres Régionales de l Innovation. ÉNERGIES RENOUVELABLES THÉTIS : LES NORMANDS AU RENDEZ-VOUS Le grand salon consacré aux énergies renouvelables, Thétis, s est tenu à Cherbourg en avril dernier. Un succès pour les Normands. Franc succès pour la convention d affaires organisée par Enterprise Europe Network (EEN) et le service accompagnement collectif de CCI International Normandie dans le cadre du salon Thétis à Cherbourg le 9 et 10 avril Pas moins de 209 entreprises -dont 168 françaisesse sont réunies pendant deux jours au premier étage de la Cité de la mer. Les Normands, eux, étaient quatre fois plus nombreux qu en Le Conseil régional de Haute-Normandie avait même mis à leur disposition un espace sur son stand. L objectif : permettre aux entreprises du secteur des énergies renouvelables de se faire connaître, d identifier les partenaires, mais aussi de rencontrer les grands donneurs d ordre, d identifier les dernières avancées technologiques, et de découvrir les opportunités du marché français. Résultat : quelque 718 rendez-vous, sous forme de job dating de 30 minutes, ont permis à tous les participants de se rencontrer. Depuis 2012, Thétis fédère toutes les entreprises qui proposent des produits et des services dans les énergies maritimes et renouvelables. Un secteur dans lequel la Normandie est particulièrement impliquée avec les projets de parcs éoliens off-shore et d hydroliennes. «La Normandie a un savoir-faire dans les énergies, en ingénierie, en mécanique, en maintenance, rapporte Thierry Achard de la Vente (directeur de CCI international Normandie). Les entreprises doivent se regrouper pour avoir plus de poids face aux grands donneurs d ordre, comme Areva, EDF, ou Alstom.» Le réseau EEN s est engagé à suivre les entreprises qui ont noué des contacts lors de la convention : «notre mission est de faciliter les partenariats. En 2015, le salon Thétis se déroulera à Nantes ; Le Havre postule pour 2016 ou À voir aussi :

16 16 LA FORMATION ESIGELEC OUVRIR L ÉCOLE SUR L INTERNATIONAL ET INVERSEMENT On n arrête plus l Esigelec! Depuis son installation sur le technopôle du Madrillet, l école affiche clairement ses ambitions d entrer dans une dimension internationale aux savoir-faire technologiques et à l ingénierie réputés et reconnus. Elle signe une année 2014 riche en événements : une nouvelle certification de ses diplômes, un pas de plus vers l international en Chine et en Inde, des prix pour son innovation, et bien sûr un nouveau directeur, Étienne Craye, arrivé cet été. Une école comme l Esigelec, doit régulièrement faire valider ses diplômes auprès d un organisme (la commission des titres) : c est l un des faits marquants de l année 2014, la validation pour la période à venir du titre d Ingénieur Esigelec. Au rang des reconnaissances 2014, l Esigelec peut également faire valoir l obtention du label européen Eurace Mais ces récompenses ne doivent pas cacher la réforme en cours de l école, conduite par la nouvelle direction. Quatre axes structurent la MOTS UN BATEAU POUR ÉOLIENNE! RAPPORT D ACTIVITÉS 2014 réflexion en cours : l individualisation du parcours de l étudiant, le développement de l autonomie de l étudiant, le renforcement de l internationalisation et l innovation entreprenariat-recherche. OUVERTURE D UNE NOUVELLE DOMINANTE POUR L ÉCOLE : L AUTOMOBILE ET L AÉRONAUTIQUE Fruit d un tissu régional fortement lié à ces technologies, l Esigelec a préparé en 2014 l ouverture de l Esaa (électronique des systèmes pour l automobile et l aéronautique) : ce sont trois semestres d approfondissement qui visent à répondre à la demande des grandes entreprises régionales. bza m g s e Autre projet en cours en 2014, le projet Navalis a pour objectif de concevoir un navire rapide «crewboat» innovant pour assurer le transport sécurisé de personnels vers et au travers des champs éoliens offshore dans des conditions de mer difficiles, via une passerelle robotisée qui leur garantira des conditions de confort accrues. Bien sûr, ce projet se réfère aux futurs champs d éoliennes de Fécamp et du Tréport. Ce projet, financé par l Ademe, est porté par un consortium de PME du domaine de la construction navale. L Esigelec, au travers de son Institut de recherche Irseem, est chargée de l étude et du prototypage de systèmes de stabilisation de passerelles de débarquement incluant le positionnement dynamique du navire. LA CHINE ET L INTERNATIONAL L école se tournera également en 2015 vers l université de Bejing-Jiaotong (Pékin) pour un échange réciproque d étudiants. Les dynamiques sont fortes dans ce cadre d accord bi-diplômant. Même logique avec l Université de Manipal en Inde, les étudiants Indiens viennent faire un master à Rouen. L Esigelec est la quatrième école française accueillant des étudiants étrangers (source : L Étudiant en 2014). Pour Étienne Craye, «les étudiants sont impliqués dès leur formation dans un tissu international, ils sont déjà en mode projet dans des environnements multiculturels, c est fondamental pour leur futur savoir-faire. Nous formons pour nos grandes entreprises nationales et régionales, des étudiants totalement tournés vers la mondialisation de l économie». INNOVATION Le robot «Vikings» L Esigelec a été finaliste en 2014 d un concours mondial financé par l ANR (l agence régionale de la recherche) et le groupe Total : le challenge de robotique Argos, réalisé en partenariat avec une PME régionale (Sominex). Il s agissait de créer un robot autonome qui doit pouvoir opérer en atmosphère explosive, par exemple sur des plateformes pétrolières où il est impossible, en cas d accident, d envoyer des groupes humains Le projet s appelle «Vikings» pour Robotic Vehicle using Intuitive inematics and Innovative Natural Guidance Systems 2014 a également été l année de l ouverture d un accélérateur de projets en articulation avec les incubateurs et pépinières d entreprises de la Région et de la CCI. Les étudiants sont alors formés à la création et au portage de projets et d entreprises.

17 /// LA FORMATION 17 MOTS bza m g s e ÉTIENNE CRAYE : LE NOUVEAU DIRECTEUR Il est arrivé au début de l été en provenance de Lille où il était directeur de l École centrale. Très impliqué dans le milieu des écoles d ingénieurs, il connaît les arcannes françaises et les institutions pilotes. Il arrive à Rouen avec la ferme ambition de faire monter l Esigelec d un cran : je vois des marges de développement extraordinaires dans cette école qui jouit d un fort potentiel. L Esigelec repose sur un système agile parfaitement adapté à un monde qui bouge. Avec 450 diplômés par an, cette école a la taille critique pour jouer dans la cour des grandes. Elle bénéficie également d une réelle expertise notamment dans l électronique, les systèmes embarqués, ou encore l énergie pour croître encore dans les domaines de la recherche et de la valorisation, en accord avec son ADN très lié avec l entreprise. Innovation, entrepreneuriat et recherche seront les trois mots-clés de sa gestion. ET RECHERCHE En 2014, l école a participé à la fondation de l ITE (Institut de transition énergétique) «Védécom» dont le projet phare est un véhicule décarboné communicant, une voiture autonome et sans pilote. «Les industriels sont avec nous : maison mère des constructeurs (PSA, Renault), sous-traitants, le pôle de compétitivité Mov eo. L école joue un rôle moteur tout en formant ses étudiants» précise le nouveau directeur. «L école a également gagné un premier prix national des Entrepreunariales en 2014 avec le projet Sécucode, un principe de QR code sur casque de moto qui contiendrait des informations nécessaires en cas d accident pour les premiers secours, cela démontre une fois de plus la capacité d innovation des étudiants ingénieurs.» CEPPIC UNE COMMUNICATION ÉVÉNEMENTIELLE POUR VALORISER L INNOVATION PÉDAGOGIQUE DU CEPPIC Si le Ceppic est une vieille maison, il innove en permanence sur sa pédagogie et entend bien le faire savoir. L équipe a souhaité le démontrer par l exemple en initiant en 2014 des rendez-vous sous forme de petits-déjeuners, ouverts à un large public. Le but est de surprendre, de montrer de nouvelles techniques de pédagogies qui prendront leur place dans les enseignements des mois à venir. La voix, les techniques théâtrales étaient à l honneur le 9 septembre dernier. Trois autres rendez-vous auront lieu au printemps, toujours avec cette ambition de conquérir un nouveau public avec d autres surprises au programme notamment au travers des jeux de cartes et de la pédagogie qui va avec. Cette démarche accompagne l évolution de l outil central de tout organisme de formation : le catalogue papier. Celui-ci sera en chantier en Plus que jamais «développeur de compétence», le Ceppic aime à «démontrer» les choses. MOTS bza m g s e RENOUVELLEMENT DU LABEL OPQF POUR LE CEPPIC C est une reconnaissance par la profession, fondé sur l avis des stagiaires, c est donc très important et très réaliste. L avis est renouvelé jusqu en «Jumelé à notre certification Afnor, c est un ensemble gage de qualité pour nos clients» justifie Olivier Gontier, directeur du Ceppic.

18 18 LA FORMATION /// MUTATION PÉDAGOGIQUE IFA : LES GRANDES MANŒUVRES DE L APPRENTISSAGE 2014 représente pour l institut des formations en alternance Marcel Sauvage, une année de mutation, qu elles soient d ordre stratégique ou pédagogique. Les projets de redécoupage de la cartographie consulaire ont permis à l Ifa, véritable fer de lance de la formation professionnelle de la CCI de Rouen, de repenser son offre de formation en prenant en compte les complémentarités offertes par les CFA consulaires de Dieppe et Elbeuf et du Ceppic de Mont-Saint-Aignan : les métiers du tertiaire à l ifa, industriels à l ICF, de l énergétique à l ICD, la formation continue au Ceppic garantissent une offre globale aux entreprises quelles que soient leurs tailles. «Cette réorganisation permettra également une communication plus forte et partagée» précise Nadine Maleplate directrice de l Ifa, «l étude réalisée doit permettre une opérationnalité des enseignements dès l année 2015.» POURSUITE DE L INDIVIDUALISATION D autres chantiers sont en marche, particulièrement les démarches d individualisation initiées en 2013, l objectif est clair : Offrir un soutien renforcé pour permettre aux apprenants en difficulté dans certaines matières de combler leurs handicaps tout en offrant aux plus habiles les moyens d aller toujours plus loin dans les apprentissages. Pour mener à bien cette démarche, une attention particulière est portée dans l accompagnement des formateurs : RAPPORT D ACTIVITÉS 2014 Une assistance permanente a été mise en place à leur intention pour les accompagner dans la création de supports pédagogiques, ainsi que pour la maîtrise des outils innovants acquis par l établissement : plateformes collaboratives, tableaux blancs interactifs «Nos principales missions ont toujours été de répondre aux besoins des entreprises en permettant aux candidats de les intégrer et de s y insérer» rappelle Nadine Maleplate. «De plus en plus de ces candidats quittent l Éducation nationale en situation d échec et l on doit les aider à trouver leur voie tout en les réconciliant avec l acte d apprendre!», «les évolutions pédagogiques doivent s opérer rapidement compte tenu des profils très changeants des apprenants de tous âges.» CÔTÉ RÉSULTATS? L Ifa confirme chaque année sa vocation de levier d insertion sociale et professionnelle : 85 % de succès aux examens et 75 % d insertion dans l emploi des chiffres qui traduisent une stabilité certaine. VERS UNE CERTIFICATION EN 2015? C est là aussi un gros chantier. L Ifa existe depuis 35 ans, la recherche d une certification est une refonte en profondeur de l organisation. L audit est en cours, avec l objectif de concrétiser une certification en MOTS bza m g s e 2014 UNE ANNÉE RECORD EN NOMBRE DE CANDIDATS Le nombre de candidats n a jamais été aussi élevé, pourtant qui dit candidat dit également nécessité de trouver un contrat en entreprise en cette période difficile. Le nombre de contrats a connu une légère augmentation en UNE DÉMARCHE D EXCELLENCE? L Ifa a mis en place des programmes de formation sur des secteurs très demandeurs (la grande distribution) au niveau bac+3 (assurance et banques). C est une démarche que nous engageons avec les employeurs, la logique est donc tripartite : entreprise, apprenti et Ifa. NOMBRE RECORD DE CONTRATS D APPRENTISSAGE La Chambre de commerce et d industrie de Rouen aura signé contrats d apprentissage en 2014 contre «seulement» en L année 2014 est donc un très bon cru! Il est encore trop tôt pour savoir si cela s inscrit dans une démarche nationale.

19 /// LA FORMATION 19 NEOMA BUSINESS SCHOOL QUELQUES TEMPS FORTS DE 2014 FUSION : INSCRIPTIONS, PREMIER BILAN POSITIF La rentrée de septembre 2014 était importante car c était la première post-fusion des écoles de Rouen et Reims. Le nombre de dossiers de candidature au concours Ecricome est un indicateur précieux : inscrits pour la rentrée 2014, c est-à-dire 305 de plus que l année passée. RENOUVELLEMENT DE SON ACCRÉDITATION EQUIS Avec cette ré-accréditation, l école confirme sa place au sein du cercle très fermé des institutions détentrices de la «Triple Couronne» ainsi que sa parfaite adéquation aux standards académiques internationaux. L APPRENTISSAGE FAIT SON ENTRÉE DANS LE BACHELOR IN RETAIL MANAGEMENT-ECAL Le Bachelor in Retail Management-ECAL, programme de référence en matière de formation professionnelle à la distribution, ouvre depuis la rentrée 2014, 50 places en contrat d apprentissage. L école apporte ainsi une réponse concrète à un besoin du marché, dans un contexte où les grandes enseignes de la distribution sont de plus en plus désireuses de recruter de jeunes étudiants sous statut apprentis. LES ÉTUDIANTS AU SERVICE DU TISSU ASSOCIATIF ROUENNAIS! Une des associations : Enactus Lancé il y a 3 ans sur le campus rouennais, le Projet citoyen mobilise les étudiants sur un projet à caractère humanitaire et social. Aujourd hui, NEOMA Business School invite le tissu associatif local à participer à la 1 re édition de son «Forum engagement citoyen». Le but? Offrir un espace d expression aux associations de la cité rouennaise, afin qu elles puissent présenter leurs projets en mal de bénévoles. 11 NOUVEAUX ENSEIGNANTS- CHERCHEURS RENFORCENT LA FACULTÉ DE L ÉCOLE La faculté de NEOMA Business School constitue la base de compétences de l école, fondamentale pour la bonne mise en œuvre de sa stratégie. L école recrute aujourd hui des profils académiques d excellence, dont les expertises sont en prise directe avec cette ambition. Un renforcement de la faculté particulièrement cohérent LANCEMENT DE LA CHAIRE ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Nouveau partenariat entre NEOMA BS et l URCA. Cette chaire d enseignement et de recherche est issue d une initiative conjointe de l Université Reims Champagne-Ardenne (URCA) et de NEOMA Business School. Ces deux institutions se positionnent comme des acteurs de la réflexion sur l économie sociale et solidaire (volet économique, juridique, management, etc.). HORIZON 2015 NEOMA L une des recrues : Michelle Bligh La création dès le premier trimestre 2015 d un Centre du Leadership et de l Efficacité Organisationnelle, Le déploiement et renforcement des activités Confucius destinées aux entrepreneurs locaux, Le renforcement du corps professoral et l intensification d une production de recherche en prise directe avec les problématiques de l entreprise, Le renforcement de l internationalisation du campus (étudiants, enseignants-chercheurs et programmes). CHIFFRES C est le nombre de campus : Rouen / Reims / Paris et aussi le nombre d accréditations internationales. 200 C est l effectif de professeurs permanents (78 % titulaires d un doctorat et 45 % d internationaux) C est le nombre d intervenants professionnels. 590 C est le total des collaborateurs C est le nombre d étudiants sur les 3 campus réunis, dont 30 % d étudiants internationaux. 80 Plus de 80 nationalités présentes sur le campus diplômés basés dans plus de 120 pays. 75 Un budget de plus de 75 M.

20 20 L INFORMATION PERFORMANCE DÉMATÉRIALISATION : MISE EN PLACE DU «GÉFI» Le Géfi, c est un outil. Il s agit de la Gestion Électronique des Formalités Internationales pour dématérialiser les démarches. C est un gain de temps énorme pour les entreprises et pour la Chambre. Toutes les marchandises à l export doivent être déclarées, enregistrées et obtenir «un certificat d origines» délivré par les CCI. Cette opération était auparavant manuelle et nécessitait un déplacement à la CCI. Depuis le 1 er janvier 2014, c est possible en ligne, après une seule année, plus de 50 % des opérations sont maintenant réalisées de façon dématérialisée. L objectif est à 80 % d opérations dématérialisées. https://www.formalites-export.com RAPPORT D ACTIVITÉS 2014 NORMES COMMERCE ET ACCESSIBILITÉ EN 2015 Les commerces devaient tous être aux normes d accessibilité au 1 er janvier 2015 Il reste pour autant de nombreuses boutiques (catégorie 5) qui n ont rien engagé, ni aménagement, ni même état des lieux La CCI reste aux côtés des commerçants pour ce qui est un élément marquant de l année 2014 : la mise aux normes demandée par l État de tous les commerces. La tolérance est encore de mise en 2015 mais attention, les commerces doivent s engager et envoyer bilan, demande de dérogation ou un plan d action d ici le 1 er octobre. Cette date repousse l échéance de passage aux normes, au-delà, les établissements pourront être pénalisés. Il est donc (encore) temps de s en occuper pour les commerçants qui ont laissé ce dossier de côté Si vous êtes dans ce cas, la CCI peut vous aider en vous conseillant et vous recommandant des prestations de société pour faire un diagnostic et ainsi pouvoir rédiger un plan d actions ouvrant droit au sursis Les marches d accès sont-elles trop hautes? La largeur des portes est-elle obligatoire? Ai-je droit à une dérogation sur telle ou telle obligation? Si j envisage des travaux, ai-je bien intégré les dernières normes? Accès, hauteur de comptoirs, aire de dégagement, luminosité, formations de mes salariés, ne pas oublier que l accessibilité ne concerne pas seulement l accès des fauteuils (qui permet également l accès aux poussettes et aux personnes marchants difficilement) mais aussi aux autres formes de handicap, de vue, d audition, de compréhension des signes, des couleurs ou des mots. Souvent, il en faut peu pour être aux normes car les dérogations en fonction des situations sont nombreuses. Dans tous les cas, il faut montrer son engagement en cherchant à répondre à l accessibilité. La CCI met à la disposition des commerçants des questionnaires d autoévaluation et peut les orienter vers les bons prestataires pour faire les bilans et vous accompagne tout au long de la démarche. Renseignements à la CCI, Rouen au

La création d entreprises et l innovation pour développer l économie du territoire

La création d entreprises et l innovation pour développer l économie du territoire DOSSIER DE PRESSE Jeudi 29 novembre 2012 Forum développement économique CREA / Région Haute-Normandie La création d entreprises et l innovation pour développer l économie du territoire La CREA s est dotée

Plus en détail

Orientation Relation école / entreprise. les CCI s engagent! CCI NORMANDIE

Orientation Relation école / entreprise. les CCI s engagent! CCI NORMANDIE Orientation Relation école / entreprise les CCI s engagent! CCI NORMANDIE Les actions en chiffres Au total, 27 000 personnes bénéficient chaque année des actions mises en place par les CCI en Haute-Normandie

Plus en détail

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ]

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ] Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs [ pour un tourisme innovant et durable ] Sommaire Un véritable enjeu Construire un tourisme innovant et durable Engager une démarche participative

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30

DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30 PREFET DU LANGUEDOC-ROUSSILLON DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30 1. Point Presse Lundi 18 mars à 17h30 Amphi Philippe Lamour

Plus en détail

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export ACTION : - Nature (nationale/régionale) ; - Descriptif du contenu (éventuelles sous-actions ou phases

Plus en détail

Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Contribution des CCI

Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Contribution des CCI Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Contribution des CCI Languedoc-Roussillon Pour des jeunes compétents et des entreprises compétitives Octobre 2012 Préambule : La Contribution des

Plus en détail

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr IAE La Rochelle Ecole universitaire de management iae.univ-larochelle.fr L EDITO Thierry Poulain-Rehm Directeur de l IAE La Rochelle Vincent Taveau Président du conseil de l IAE La Rochelle Avec un environnement

Plus en détail

entreprendre prêt d honneur accompagner créer financer reprendre développer expertiser parrainer

entreprendre prêt d honneur accompagner créer financer reprendre développer expertiser parrainer entreprendre prêt d honneur accompagner créer reprendre financer développer expertiser parrainer rapport d activité 2013 1 Sommaire P 5 Chiffres clés 2013 p 6 De l accueil au comité P 7 Le financement

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

2011/2015. La CCI, ICI IL S ENTREPREND NOUVELLE MANDATURE L AVENIR NE SE PRÉDIT PAS AVEC LES ENTREPRISES BRETAGNE AMBITION

2011/2015. La CCI, ICI IL S ENTREPREND NOUVELLE MANDATURE L AVENIR NE SE PRÉDIT PAS AVEC LES ENTREPRISES BRETAGNE AMBITION BRETAGNE AMBITION 2011/2015 NOUVELLE MANDATURE L AVENIR NE SE PRÉDIT PAS IL S ENTREPREND La CCI, ICI AVEC LES ENTREPRISES NOUVELLE ÉQUIPE ÉLUE : UN NOUVEL ÉLAN, UNE AMBITION EMMANUEL THAUNIER Président

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Bachelor in Business. programme post-bac en 3 ans

Bachelor in Business. programme post-bac en 3 ans Bachelor in Business programme post-bac en 3 ans Bienvenue à l ISC Paris Andrés Atenza Directeur Général de l ISC Paris Formation généraliste, le Bachelor in Business de l ISC Paris vous donne toutes les

Plus en détail

Le Printemps Agile Caennais

Le Printemps Agile Caennais Le Printemps Agile Caennais Professionnels, institutionnel et étudiants se mobilisent pour faire de la Normandie une «Terre d Agilité» Le Club Agile, après deux ans d existence et de succès croissant,

Plus en détail

Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise»

Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise» DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise» Mardi 9 octobre 2012 CONTACTS PRESSE : CG74 ALEXANDRA CARRAZ 04 50 33 50 02 CCI MAGALI SERRANO 04 50 33 71 30

Plus en détail

Lancement de l association D.E.F.I.S Services, Développement des Entreprises et Filières Innovantes de Services

Lancement de l association D.E.F.I.S Services, Développement des Entreprises et Filières Innovantes de Services Tél +33 (0)4 13 94 04 39 / Fax +33 (0)4 13 94 04 10 2 Lancement de l association D.E.F.I.S Services, Développement des Entreprises et Filières Innovantes de Services Jacques Pfister, Président de la CCI

Plus en détail

Pari réussi : le visitorat en hausse de 10% valide l attractivité d une programmation renouvelée, marquée par :

Pari réussi : le visitorat en hausse de 10% valide l attractivité d une programmation renouvelée, marquée par : # COMMUNIQUE DE PRESSE // 18 septembre 2014 BILAN DE LA 8 ème EDITION DU SALON CREER Avec 16 192 participants contre 14 830 en 2013 : le Salon Créer «nouvelle formule» clôture une 8 ème édition sous le

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE SIGNATURE DU CONTRAT DE FILIERE SILVER ECONOMIE

DOSSIER DE PRESSE SIGNATURE DU CONTRAT DE FILIERE SILVER ECONOMIE DOSSIER DE PRESSE SIGNATURE DU CONTRAT DE FILIERE SILVER ECONOMIE JEUDI 12 DECEMBRE 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE Introduction La signature de ce contrat de filière n est qu une étape Les six axes du contrat

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

Une nouvelle dynamique pour l Enseignement supérieur et la Recherche. Fiche 2 : L Enseignement supérieur dans l académie de Rouen

Une nouvelle dynamique pour l Enseignement supérieur et la Recherche. Fiche 2 : L Enseignement supérieur dans l académie de Rouen Une nouvelle dynamique pour l Enseignement supérieur et la Recherche Fiche 2 : L Enseignement supérieur dans l académie de Rouen Les Universités en Haute-Normandie La Haute-Normandie compte deux Universités,

Plus en détail

Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre

Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre Synthèse de l étude-action Entreprendre dans l ESS : une opportunité pour les jeunes Derrière le terme d Economie

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

Dossier de Partenariat

Dossier de Partenariat L Entrepreneuriat des jeunes en milieu rural Partenaire officiel Sponsor officiel Dossier de Partenariat CONTEXTE Au niveau mondial, l Organisation Internationale du Travail publia le 12 août 2010, jour

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

RESPONSABLE DU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL ET MARKETING

RESPONSABLE DU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL ET MARKETING RESPONSABLE DU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL ET MARKETING Formation intensive à temps plein - Titre certifié par l État de niveau II Arrêté du 19/11/2013 publié au JO du 29/11/2013 BIENVENUE DANS LE MONDE DES

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Cluster Solaire / MCIC : «Réalisations et Perspectives» Juin 2015

Cluster Solaire / MCIC : «Réalisations et Perspectives» Juin 2015 Cluster Solaire / MCIC : «Réalisations et Perspectives» Juin 2015 Le Cluster Solaire/MCIC, un outil pour appuyer le développement industriel vert STRATÉGIE ÉNERGÉTIQUE Plan Solaire Marocain Plan Eolien

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Compte rendu Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures Compte rendu n 21 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 Audition, ouverte

Plus en détail

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres 18 septembre 2012 Sommaire Communiqué de synthèse P. 1 Le projet de regroupement des fonctions support : un projet stratégique P.

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

Communiqué de presse Semaine nationale de l apprentissage du 18 au 22 mai 2015

Communiqué de presse Semaine nationale de l apprentissage du 18 au 22 mai 2015 Dossier de presse Mai 2015 Sommaire 1) Communiqué de presse 2) Présentation de l opération semaine nationale de l apprentissage 3) La formation en apprentissage : une priorité pour les CCI 4) Les développeurs

Plus en détail

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis :

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis : Avis n 2013/11-02 relatif à l habilitation de l Université du Havre - Institut Supérieur d Etudes Logistiques (ISEL), à délivrer des titres d ingénieur diplômé. Objet : Dossier A : Renouvellement des habilitations

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE. www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE. www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études La sortie de cette formation est l insertion professionnelle même si une poursuite d études en M2 recherche en Sciences de Gestion et/ou en thèse peut être envisagée. insertion professionnelle

Plus en détail

Une énergie d avenir pour votre territoire

Une énergie d avenir pour votre territoire Une énergie d avenir pour votre territoire CARTE d implantation du parc éolien en mer du Calvados Pourquoi en mer au large du Calvados? Parc éolien en mer 75 éoliennes SITE PIONNIER DE L ÉOLIEN EN MER

Plus en détail

SIGNATURE D UNE CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE L ULCO, LE MEDEF CÔTE D OPALE ET LA CCI CÔTE D OPALE 14 septembre 2011

SIGNATURE D UNE CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE L ULCO, LE MEDEF CÔTE D OPALE ET LA CCI CÔTE D OPALE 14 septembre 2011 DOSSIER DE PRESSE SIGNATURE D UNE CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE L ULCO, LE MEDEF CÔTE D OPALE ET LA CCI CÔTE D OPALE 14 septembre 2011 Service Communication - ULCO 1, Place de l Yser - B.P. 1022-59375 Dunkerque

Plus en détail

bretagne Les rencontres emploi du maritime - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Dossier de presse

bretagne Les rencontres emploi du maritime - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Dossier de presse en partenariat avec Dossier de presse Les rencontres emploi du maritime bretagne 1 er salon du recrutement maritime en région - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Contact presse : Alexandra

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Ingénierie de Formation : des besoins aux compétences Claude Vasamillet 17 juin 2014 Projet EBESM 2 1. THEMES TRAITES

Plus en détail

Les écoles de la CCI Réunion récompensent leurs lauréats

Les écoles de la CCI Réunion récompensent leurs lauréats Les écoles de la CCI Réunion récompensent leurs lauréats Dossier de presse Remise de diplômes EGC Réunion et Ecole d Ingénieurs BTP Vendredi 28 novembre 2014, Pôle Formation Nord de la CCI Réunion Les

Plus en détail

L accélération du développement économique et social du Maroc a engendré une progression significative de la demande en énergie.

L accélération du développement économique et social du Maroc a engendré une progression significative de la demande en énergie. Cluster Solaire Immeuble ZENITH 1, Rez-de Chaussée et 4 ème étage, Lotissement CIVIM, Lots N 19-20, Le Zénith 1, Sidi Maârouf, Casablanca Standard: 0522585350 Fax: 0522787986 contact@clustersolaire.ma

Plus en détail

DÉVELOPPER LA FORMATION EN ALTERNANCE AVEC LES LYCÉES PROFESSIONNELS

DÉVELOPPER LA FORMATION EN ALTERNANCE AVEC LES LYCÉES PROFESSIONNELS Journées nationales portes ouvertes des lycées professionnels DÉVELOPPER LA FORMATION EN ALTERNANCE AVEC LES LYCÉES PROFESSIONNELS Lycée professionnel Marcel Deprez Métiers de l électricité et de l électrotechnique

Plus en détail

Conférence sociale. Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE. Juillet 2012.

Conférence sociale. Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE. Juillet 2012. Conférence sociale Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE Juillet 2012 Page 1 Introduction Si la production va mal en France, c est d abord en

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

Inventons l avenir ensemble. Fonds de dotation. de l École des Mines de Nantes

Inventons l avenir ensemble. Fonds de dotation. de l École des Mines de Nantes Inventons l avenir ensemble Fonds de dotation de l École des Mines de Nantes Imaginons et construisons l avenir ensemble Dans un monde hautement concurrentiel et globalisé, sujet à de profondes mutations

Plus en détail

La transition numérique de l Enseignement Supérieur et de la Recherche en Pays de la Loire à l horizon 2020

La transition numérique de l Enseignement Supérieur et de la Recherche en Pays de la Loire à l horizon 2020 DOSSIER DE PRESSE La transition numérique de l Enseignement Supérieur et de la Recherche en Pays de la Loire à l horizon 2020 Une révolution majeure est en cours, porteuse de nombreuses innovations et

Plus en détail

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat DAROUX Géraldine (7109) La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat Ce texte relate l expérience conduite au sein de l Institut Supérieur des Techniques Productiques

Plus en détail

Étude relative au développement d l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime

Étude relative au développement d l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime Étude relative au développement d de l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime Présentation au Bureau Communautaire 6 octobre 2009 Ordre du jour 1. ESS de quoi parle-t-on? 2. Synthèse du profil ESS

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Sommaire Communiqué de presse... 3 Le Nord-Pas de Calais se mobilise pour réussir la transition écologique de son économie. 5 Economie verte : définition... 5 Economie verte : la région Nord-Pas de Calais,

Plus en détail

RECRUTEMENT DU DIRECTEUR GENERAL D HEC CONTEXTE ET DEFINITION DU PROFIL RECHERCHE

RECRUTEMENT DU DIRECTEUR GENERAL D HEC CONTEXTE ET DEFINITION DU PROFIL RECHERCHE A PROPOS D HEC PARIS Créée en 1881 par la Chambre de commerce et d industrie de Paris, HEC Paris est une business school française de renommée internationale. Elle se distingue par la qualité de sa pédagogie

Plus en détail

Dossier de presse. 16 janvier 2015 I. LES MISSIONS DE LA NOUVELLE AGENCE

Dossier de presse. 16 janvier 2015 I. LES MISSIONS DE LA NOUVELLE AGENCE 16 janvier 2015 Dossier de presse I. LES MISSIONS DE LA NOUVELLE AGENCE Les missions respectives actuelles des deux agences, quoique par nature différentes, tendent vers un même objectif : celui de l internationalisation

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES ENTREPRISES DU MEDICAMENT ET L UNIVERSITE VICTOR SEGALEN BORDEAUX 2 DOSSIER DE PRESSE 17 NOVEMBRE 2008

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES ENTREPRISES DU MEDICAMENT ET L UNIVERSITE VICTOR SEGALEN BORDEAUX 2 DOSSIER DE PRESSE 17 NOVEMBRE 2008 CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES ENTREPRISES DU MEDICAMENT ET L UNIVERSITE VICTOR SEGALEN BORDEAUX 2 DOSSIER DE PRESSE 17 NOVEMBRE 2008 CONTACTS PRESSE Les Entreprises du Médicament Stéphanie Bou-Fleurot

Plus en détail

La dernière fois que nous nous sommes vus, c était le 4 octobre 2014, pour le lancement de la concertation.

La dernière fois que nous nous sommes vus, c était le 4 octobre 2014, pour le lancement de la concertation. Seul le prononcé fait foi Présentation de la stratégie numérique du gouvernement Gaité Lyrique 18 juin 2015 Allocution de Manuel VALLS, Premier ministre Mesdames, messieurs les ministres, Mesdames, messieurs

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire)

CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire) CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire) Sommaire Journée Créer, reprendre une entreprise en Normandie Une journée consacrée à la création, à la reprise

Plus en détail

La Maison du Transport :

La Maison du Transport : La Maison du Transport : Lieu d accueil des structures de représentation et services pour les entreprises de transport routier de la Loire Un syndicat professionnel : le cœur de métier FNTR LOIRE, déclinaison

Plus en détail

Les métiers évoluent, la formation s adapte. Témoignages de Centrale Marseille. Franck JOURNEAU

Les métiers évoluent, la formation s adapte. Témoignages de Centrale Marseille. Franck JOURNEAU Les métiers évoluent, la formation s adapte. Témoignages de Centrale Marseille. Franck JOURNEAU Les Métiers évoluent, la formation s adapte - Présentation rapide de l Ecole Centrale Marseille et de quelques

Plus en détail

Discours d ouverture du Ministre

Discours d ouverture du Ministre Discours d ouverture du Ministre Monsieur le Commissaire général à l investissement, Madame la Directrice générale de l agence nationale de la recherche, Monsieur le Président de l Institut Vedecom, Monsieur

Plus en détail

Assemblée Générale 2015 de l AFT :

Assemblée Générale 2015 de l AFT : Assemblée Générale 2015 de l AFT : Développer la formation professionnelle Transport-Logistique, renforcer l attractivité du secteur, accompagner les candidats jusqu à l entreprise, favoriser l intervention

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Une insertion professionnelle réussie

APPRENTISSAGE. Une insertion professionnelle réussie APPRENTISSAGE Une insertion professionnelle réussie L APPRENTISSAGE À NEOMA BUSINESS SCHOOL Pascal Choquet Responsable Apprentissage NEOMA Business School «L apprentissage est reconnu comme le meilleur

Plus en détail

RELATIONS ENTREPRISES

RELATIONS ENTREPRISES RELATIONS ENTREPRISES - 1 - Ingénieurs de tous les possibles F ondée en 1905, habilitée par la CTI depuis sa création, et membre de la conférence des Grandes Ecoles, l ESME Sudria forme des ingénieurs

Plus en détail

ESC SAINT-ETIENNE UN TREMPLIN VERS L EMPLOI DOSSIER DE PRESSE. Mars 2011

ESC SAINT-ETIENNE UN TREMPLIN VERS L EMPLOI DOSSIER DE PRESSE. Mars 2011 ESC SAINT-ETIENNE UN TREMPLIN VERS L EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Mars 2011 1 SOMMAIRE Communiqué de presse Fiche d identité 2010-2011 Une Grande Ecole autrement qui travaille son ouverture et ses réseaux

Plus en détail

Aéroports Pour vos déplacements et votre export Des infrastructures performantes... 10

Aéroports Pour vos déplacements et votre export Des infrastructures performantes... 10 mode d emploi Appui aux entreprises Sautez le pas! Créez votre entreprise......................... 4 Formation Pensez-y! Une formation pour chacun de vos besoins....... 8 Aéroports Pour vos déplacements

Plus en détail

Limoges, le 9 décembre 2013

Limoges, le 9 décembre 2013 Pôle Elopsys et Pôle Européen de la Céramique Signature des contrats de performance 2013-2018 Limoges, le 9 décembre 2013 Dossier de presse Contacts presse : DIRECCTE du Limousin Philippe JUBEAU : 05 55

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

Étude économique des entreprises accompagnées par le Business & Innovation Centre de Montpellier Méditerranée Métropole Edition 2015

Étude économique des entreprises accompagnées par le Business & Innovation Centre de Montpellier Méditerranée Métropole Edition 2015 L entreprise innovante, moteur de croissance Étude économique des entreprises accompagnées par le Business & Innovation Centre de Edition 2015 Seul incubateur français classé dans le TOP 10 mondial UBI

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Entrepreneuriat de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

30/10/2014. Thématique 2 «Je finance mon projet»

30/10/2014. Thématique 2 «Je finance mon projet» 1 Thématique 2 «Je finance mon projet» 3 2 Thématique 2 «Je finance mon projet» Le réseau Créo Vaucluse c est qui c est quoi? 30 structures spécialistes de l accompagnement des entrepreneurs (création,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE Jeudi 25 juin 2015 Centre de Formation d Apprentis (CFA) d ANNONAY CONTACTS PRESSE : Cabinet du préfet Service Départemental de la Communication Interministérielle

Plus en détail

Etre le partenaire de la réussite des hommes et des organisations. Taxe d apprentissage. www.groupe-esc-rouen.fr

Etre le partenaire de la réussite des hommes et des organisations. Taxe d apprentissage. www.groupe-esc-rouen.fr Etre le partenaire de la réussite des hommes et des organisations Taxe d apprentissage 2009 www.groupe-esc-rouen.fr Le Groupe ESC Rouen, une Grande Ecole Européenne de Management Le Groupe ESC Rouen, établissement

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

FILIÈRE DE FORMATION BANQUE- ASSURANCES

FILIÈRE DE FORMATION BANQUE- ASSURANCES Universitaire Professionnel FILIÈRE DE FORMATION BANQUE- ASSURANCES LICENCE PROFESSIONNELLE CHARGÉ DE CLIENTÈLE DE PARTICULIERS D.U. CHARGÉ DE CLIENTÈLE DE PROFESSIONNELS EN BANQUE UCO Laval Campus EC

Plus en détail

UNE OFFRE D EXPOSANTS. riche et diversifiée

UNE OFFRE D EXPOSANTS. riche et diversifiée UNE OFFRE D EXPOSANTS riche et diversifiée Du 31 mars au 4 avril derniers, INDUSTRIE Paris a transformé le parc des expositions de Paris Nord Villepinte en CAPITALE INDUSTRIELLE. 5 jours de business qui

Plus en détail

Licence professionnelle Transactions et gestion immobilière

Licence professionnelle Transactions et gestion immobilière Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Transactions et gestion immobilière Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

Instance de concertation GT Emploi Formation Economie Mercredi 29 janvier 2014

Instance de concertation GT Emploi Formation Economie Mercredi 29 janvier 2014 Instance de concertation GT Emploi Formation Economie Mercredi 29 janvier 2014 1 SOMMAIRE : 1. EMPLOI 2. FORMATION 3. ATTRACTIVITE DES METIERS 4. INSERTION 2 Préambule : La démarche Compétences 2020* Cellule

Plus en détail

Discours de Mme Ségolène Royal. Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie

Discours de Mme Ségolène Royal. Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Discours de Mme Ségolène Royal Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Paris, le lundi 20 avril 2015 500 territoires à énergie positive pour la croissance verte et pour le climat

Plus en détail

Offres et besoins de formations : les enjeux en Nord-Pas de Calais

Offres et besoins de formations : les enjeux en Nord-Pas de Calais Offres et besoins de formations : les Vers une définition concertée des enjeux de développement des formations professionnelles en région Nord-pas de Calais Région Nord-Pas de Calais Mission d Appui aux

Plus en détail

Guide des prestations

Guide des prestations SOMMAIRE Guide des prestations Ensemble, construisons votre développement page 3 Créer, reprendre, une entreprise TRANSMETTRE UNE ENTREPRISE page 4 Connaître votre marché, VOtre territoire FORMER, GÉRER

Plus en détail

Développement économique et emploi

Développement économique et emploi Angers Loire Métropole Ville d Angers Développement économique et emploi Plan d actions territorial 2009 Sommaire I - Un plan d action territorial d urgence de soutien aux entreprises et à l emploi : Un

Plus en détail

BAC+4. Un programme pour développer votre carrière de Manager Commercial. Responsable du Développement Commercial

BAC+4. Un programme pour développer votre carrière de Manager Commercial. Responsable du Développement Commercial FILIÈRE COMMeRCe DIsTRIBuTION MARKeTING et services Un programme pour développer votre carrière de Manager Commercial Responsable du Développement Commercial Titre certifié par l Etat de niveau II - Arrêté

Plus en détail

La SEM Régionale des Pays de la Loire, outil essentiel contre la crise

La SEM Régionale des Pays de la Loire, outil essentiel contre la crise La SEM Régionale des, outil essentiel contre la crise Dossier de presse Conférence de presse La Roche-sur-Yon, 8 juin 2009 Sommaire : Communiqué de synthèse En annexe : - Fiches SEM - Note de conjoncture

Plus en détail

Région Haute-Normandie. Les aides CLÉS de la Région pour les créateurs et créatrices d entreprise et les très petites entreprises

Région Haute-Normandie. Les aides CLÉS de la Région pour les créateurs et créatrices d entreprise et les très petites entreprises Région Haute-Normandie Les aides CLÉS de la Région pour les créateurs et créatrices d entreprise et les très petites entreprises 4 A savoir 5 Parcours simplifié 6 Diagnostic création 7 Coup de Pouce 8

Plus en détail

Université Normande du Numérique

Université Normande du Numérique Université Normande du Numérique 15 et 16 avril 2014, Caen Le Club TIC de Normandie invite ses partenaires institutionnels, associatifs, académiques et entrepreneuriaux à s associer à l organisation de

Plus en détail

Simplifiez-vous les RH à international

Simplifiez-vous les RH à international Simplifiez-vous les RH à international VOUS SOUHAITEZ Etudier ou prospecter de nouveaux marchés Construire ou dynamiser un réseau d agents ou distributeurs locaux Créer et mettre en place une structure

Plus en détail

Ouverture. axe : Rayonnement international Projet : Bourses d excellence. Description brève. Bénéficiaires. Résultats obtenus & significatifs

Ouverture. axe : Rayonnement international Projet : Bourses d excellence. Description brève. Bénéficiaires. Résultats obtenus & significatifs Ouverture axe : Rayonnement international Projet : Bourses d excellence Les bourses d excellence ont vocation à distinguer les étudiants brillants en mobilité sortante en séjour diplômant soit aux états-unis,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Le mardi 19 mai 2015 à Nantes. Les membres des Sup Porteurs de la création 44 :

DOSSIER DE PRESSE. Le mardi 19 mai 2015 à Nantes. Les membres des Sup Porteurs de la création 44 : DOSSIER DE PRESSE Le mardi 19 mai 2015 à Nantes 1 Les membres des Sup Porteurs de la création 44 : Le réseau des Sup'Porteurs de la Création 44 est soutenu par : Contact Presse : Marie Le Saint CCI Nantes

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Electronique, informatique et communication embarquées appliquées aux transports de l Université de Valenciennes

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Génie électrique et informatique industrielle de l Université d Artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

La Commission des Titres d ingénieur a adopté la présente décision :

La Commission des Titres d ingénieur a adopté la présente décision : Décision n 2015/02-03 relative à l habilitation du CESI à délivrer des titres d ingénieur diplômé Objet Rapport intermédiaire sur les recommandations pour l école initialement demandé sur la décision n

Plus en détail

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE Finance, Contrôle des Organisations Cette spécialisation se fonde sur la nécessité de prendre des décisions et/ou d organiser les différents processus au cœur de

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

CFA RÉGIONAL DES MÉTIERS 2015 MÉTIERS DE L ENVIRONNEMENT & DU DÉVELOPPEMENT DURABLE EN RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR

CFA RÉGIONAL DES MÉTIERS 2015 MÉTIERS DE L ENVIRONNEMENT & DU DÉVELOPPEMENT DURABLE EN RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR CFA RÉGIONAL DES MÉTIERS 2015 MÉTIERS DE L ENVIRONNEMENT & DU DÉVELOPPEMENT DURABLE EN RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR Qui sommes nous? Le CFA Régional des Métiers de l Environnement et du Développement

Plus en détail

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Monsieur le Président du Conseil du commerce de France ;

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE UNIVERSITÉ. CONGRÈS DES CONSEILS CENTRAUX Mardi 3 juin 2014

VERS UNE NOUVELLE UNIVERSITÉ. CONGRÈS DES CONSEILS CENTRAUX Mardi 3 juin 2014 VERS UNE NOUVELLE UNIVERSITÉ CONGRÈS DES CONSEILS CENTRAUX Mardi 3 juin 2014 CHAPITRE 1 UNE NOUVELLE UNIVERSITÉ AU SEIN DE LA COMUE UPE UPE : DU PRES À LA COMUE 2007 : UPEC et UPEM deviennent membres fondateurs

Plus en détail

RESEAU DES ECO-ENTREPRISES D ALSACE

RESEAU DES ECO-ENTREPRISES D ALSACE RESEAU DES ECO-ENTREPRISES D ALSACE Convention d objectifs et de partenariat 2012-2014 SOMMAIRE Pages Convention d objectifs et de partenariats 3 Annexe 1 : Plan d actions 2012-2014 10 Annexe 2 : Charte

Plus en détail

INDUSTRIES DE SANTÉ. 6 DÉFIS RH À relever en soutien de la compétitivité des entreprises et de l évolution professionnelle des salariés

INDUSTRIES DE SANTÉ. 6 DÉFIS RH À relever en soutien de la compétitivité des entreprises et de l évolution professionnelle des salariés La lettre d information des défis RH lancés pour les entreprises de la filière Industries de santé INDUSTRIES DE SANTÉ Avril 2014 n 1 ACtionS/déveLoPPement/emPLoi/ComPétenCeS 6 DÉFIS RH À relever en soutien

Plus en détail

Licence Sciences de gestion

Licence Sciences de gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Sciences de gestion Université Jean Monnet Saint-Etienne - UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 01/10/ à 16:07:40 PROGRAMME 866 : PRÊTS AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES

Plus en détail

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger SOMMAIRE Cap Export : Pour Mieux Exporter 1. Favoriser l emploi des jeunes à l export Un crédit d impôt export étendu 2. Partir gagner des marchés à l étranger 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à

Plus en détail