SUIVI THERAPEUTIQUE PHARMACOLOGIQUE DES IMMUNOSUPPRESSEURS. Eliane M. BILLAUD, Pharmacologie, H.E.G.P. - Paris

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SUIVI THERAPEUTIQUE PHARMACOLOGIQUE DES IMMUNOSUPPRESSEURS. Eliane M. BILLAUD, Pharmacologie, H.E.G.P. - Paris eliane.billaud@egp.aphp."

Transcription

1 SUIVI THERAPEUTIQUE PHARMACOLOGIQUE DES IMMUNOSUPPRESSEURS Eliane M. BILLAUD, Pharmacologie, H.E.G.P. - Paris

2 IMMUNOSUPPRESSEURS (INTRODUCTION) IMMUNOSUPRESSION? DIMINUTION DES DEFENSES DE L ORGANISME POUR LUI PERMETTRE DE TOLERER LA GREFFE DOMAINE D UTILISATION? TRANSPLANTATION COEUR, FOIE, REIN, POUMON, PANCREAS, GRELE GREFFE DE MOELLE OSSEUSE CIBLE? LYMP T ALLOREACTIF REJET DE GREFFE = ACTIVATION ET PROLIFERATION NECESSITE L ASSOCIATION DE PLUSIEURS SIGNAUX MALADIE AUTO-IMMUNE SN, PAR, PSORIASIS, M.CROHN LES IS BLOQUENT 1 OU PLUSIEURS SIGNAUX

3 IMMUNOSUPPRESSEURS (VOIE DE SIGNALISATION) Signal 3 Signal 1 Signal 4 G1 S Signal 1 Activation du récepteur T Calcium dépendant Calcineurine dépendant Signal 3 Synthèse de CK IL2 Expression chaine α R IL2 Progression du cycle cellulaire (G1 à S) mtor dépendant Signal 2 Costimulation Signal 4 Mitose et prolifération clonale Synthèse des Ac nucléiques bases puriques pyrimidiques

4 IMMUNOSUPPRESSEURS (ARSENAL THERAPEUTIQUE) GLUCOCORTICOIDES CLASSIFICATION PETITES MOLECULES INHIBITEUR DE LA CALCINEURINE (ICN) --- CICLOSPORINE (CyA) Liaison à la cyclophiline --- TACROLIMUS (FK) Liaison à la FKBP 12 INHIBITEUR DE LA mtor (ISP) Inhibiteur du signal de prolifération --- SIROLIMUS (SRL) --- EVEROLIMUS (RAD) INHIBITEUR DE LA SYNTHESE DES NUCLEOTIDES Antimétabolique --- AZATHIOPRINE (AZA) Bases puriques ---ACIDE MYCOPHENOLIQUE (MPA) Inhibiteur de l IMPDH ---- MYCOPHENOLATE MOFETIL (MMF) SODIQUE (MMS) Bases pyrimidiques --- LEFLUNOMIDE PROTEINES Anticorps Déplétants (syndrome de libération des cytokines) Ac polyclonaux antilymphocytaires --- SAL, RATG (thymoglobulines) Ac monoclonaux --- OKT3 (anti CD3) Non déplétants Ac monoclonaux, antirécepteurs de l'il2 (anti CD25) --- Basiliximab --- Dacliximab

5 IMMUNOSUPPRESSEURS (CIBLE SPECIFIQUE) Signal 3 Signal 1 Signal 4 G1 S Signal 1 Signal 2 Signal 3 Signal 4 Ciclosporine Anti CD 40-L Sirolimus Azathioprine Tacrolimus CTLA4-Ig Everolimus MMF Stéroïdes Anti IL-2R Dérivés du leflunomide Cyclophosphamide

6 IMMUNOSUPPRESSEURS (LISTE DES MEDICAMENTS DISPONIBLES) DCI Nom de spécialité Abréviation Laboratoire Corticoïdes SOLUPRED, CORTANCYL SOLUMEDROL Azathioprine IMURAN, IMUREL AZA Welcome Prodrogue de la (Glaxo) 6-mercaptopurine Sérum antilymphocytaire LYMPHOGLOBULINE Globuline antithymocyte SAL THYMOGLOBULINE RATG Ciclosporine SANDIMMUN CsA, CyA Sandoz Peptide cyclique à 11AA Solution 1984 (Novartis) Tolypocladium inflatum Capsules 1991 Anticorps monoclonaux ORTHOCLONE OKT3 OKT3 Cilag Ciclosporine NEORAL capsules NEO, CsA-ME Sandoz Microémulsion (Novartis) 1996 Tacrolimus PROGRAF FK 506 TRL Fujisawa Macrolide (Astellas) Streptomyces tsukubaensis Mycophénolate mofétil CellCept MMF Roche Acide mycophénoligue MPA moisissure pénicilline 1999 Anticorps monoclonaux : (RS61443) basiliximab SIMULECT Novartis dacliximab ZENAPAX Roche 2000 Sirolimus RAPAMUNE ) SRL Wyeth Macrolide, rapamycine Streptomyces hygroscopicus 2003 Mycophénolate sodium MYFORTIC MPS/ERL Novartis Forme entérale enrobée de mycophénolate sodique 2004 Everolimus CERTICAN RAD ERL Novartis Dérivé 40 OH de la rapamycine 2007 Tacrolimus ADVAGRAF MR4 Astellas Forme à libération prolongée belatacept LEA BMS Anticorps non. déplétant alemtuzumab MABCAMPATH leflunomide ARAVA Aventis PAR

7 IMMUNOSUPPRESSEURS (ALTERNATIVES THERAPEUTIQUES) 3 OU 4 INDUCTION ± STEROIDS ± ICN ± Nucleosid Inh Ac polyclonaux SAL RATG ou Ac monoclonaux Basilix Daclix LEA CsA FK / TRL AZA MPA MMF MYF ou mtor Inh SRL RAD/ ERL ou MNA FK778

8 IMMUNOSUPPRESSEURS (PROFILS DE SECURITE) Ciclosporine Tacrolimus Mycophénolate néphrotoxicité hypertension artérielle neurotoxicité périphérique et centrale IAM CYP450 hirsutisme hypertrophie gingivale troubles métaboliques néphrotoxicité neurotoxicité diabète IAM alopécie CYP450 troubles GI (diarrhée, atrophie villositaire) hématotoxicité (anémie, neutropénie) IAM diminution de l'absorption par CyA Rapamycines (SRL, RAD=ERL) leflunomide hématotoxicité hyperlipidémies troubles GI IAM pneumopathies interstitielles ulcères muqueux retard de cicatrisation hématotoxicité (anémie) CYP450

9 IMMUNOSUPPRESSEURS (PROFILS DE SECURITE) Ciclosporine Tacrolimus Mycophénolate néphrotoxicité hypertension artérielle neurotoxicité périphérique et centrale IAM CYP450 hirsutisme hypertrophie gingivale troubles métaboliques néphrotoxicité neurotoxicité diabète IAM Alopécie CYP450 troubles GI (diarrhée, atrophie villositaire) hématotoxicité (anémie, neutropénie) IAM diminution de l'absorption par CyA Rapamycines (SRL, RAD=ERL) leflunomide hématotoxicité hyperlipidémies troubles GI IAM pneumopathies interstitielles ulcères muqueux retard de cicatrisation hématotoxicité (anémie) CYP450

10 ISdrugs Steroids CNI CsA cyclosporine nephrotoxicity TRL tacrolimus neurotoxicity mtor inh SRL sirolimus hematoxicity ERL everolimus GI hyperlipemia CYP3A4 DDI +++

11 IMMUNOSUPPRESSEURS (STRATEGIE D ASSOCIATION) Combinaison des cibles d efficacité en croisant EI, TOX et IAM MPA GI CsA Nephrotoxicité ICN FK=TRL Rapas SRL RAD=ERL AZA Hematotox

12 IMMUNOSUPPRESSEURS (Problèmes spécifiques à chaque indication) TR TC Rein = organe greffé cible de la toxicité Cr = indice commun d'eff. et de tox. d'où problème du diagnostic différentiel entre rejet et tox. Cœur = Perte du greffon dramatique Pb crucial : efficacité Protocoles variables CP domino TH Foie organe transplanté = voie de l'élimination (voie IV au départ) Chirurgie diff, pas de cort. au départ. Surveillance initiale : indispensable d'apprécier CsA inchangée (efficacité), abs. de métabolisation (Tox).

13 IMMUNOSUPPRESSEURS (Problèmes spécifiques à chaque indication) GMO MAI MO TP Alimentation parent., vomts VP oblig. PK préliminaire 2 mg/kg/j. Prévention rejet et GVH (graft versus host disease). EI nbx, favorisés par conditionnement, réa lourde, polymédication. Extension d'amm pso, sévère, SN, PAR 5 mg/kg/j progressivement, suivi FR : pronostic vital pas mis en jeu intégrité FR à respecter Pas d'is plus importante a priori l'organe le plus contraignant impose ses règles. problèmes chirurgie cf foie contexte mucoviscidose pb A contexte infectieux, nott fongique

14 CIBLE STP : Cibles DU STP C 0 DOSE AUC STP ICN CyA TRL ng/ml 5-15 ng/ml 5-8 mg/kg/j mg/kg/j C 2 attaque>1200 ng/ml entretien MPA MMF [2 mg/l] 2 g/j / CyA g/j sans CyA > 30 mg.h/l ± MPS 1.5 g/j / CyA mg.h/l ± RAPA SRL 4-12 ng/ml ng/ml 2 mg/cya-me à 4 h 8 mg sans CyA + ERL >3 ng/ml(<8) 1.5 mg/cya + MNA leflu mg/l 20 mg/j (+) STP : + requis au plan réglementaire non revendiqué ± utilité à évaluer au cas par cas EM Billaud, HEGP, mise à jour 2010

15 STP Suivi Thérapeutique Pharmacologique Définition Dosage de médicament dans l'objectif d'adaptation de la posologie (TDM : Therapeutic Drug Monitoring) Approche PK (variation de concentration) C'est un SUIVI Quand prescription longue dossier patient

16 XENOBIOTIQUES N = 0 et K : C (t) = f(t) fourchette thérapeutique de quoi? dans quoi? N = "normale" K : aspect cinétique

17 STP - marge thérapeutique étroite toxicité efficacité - interactions médicamenteuses favorisées par de nombreuses coprescriptions - liées aux enjeux du terrain - variabilité PK - faisabilité analytique

18 STP Facteurs influençant l interprétation d un dosage de XBT Analytique PK Clinique Biologique - Méthode de dosage (Spécificité / métabolites) - Milieu biologique conditions prélèvement (anticoagulant, gel séparateur). - Dose, voie, fréq. administration (influence de la voie sur la dose réellement Ingérée) schéma posologique et niv fluctuation - Horaire du prélèvement (résiduel(c0), pic(cmax), autre ) - Délai / introduction traitement (équilibre) - Indication - Terrain (muco) - Fonctions (d'élimination) H ou R - Délai / évolution maladie - Coprescriptions

19 PERFORMANCES D UNE METHODE DE MESURE VALEUR THÉORIQUE -Qualitatif Spécificité (interférences) MESURE Précise Exacte -Quantitatif Précision (dispersion) sensibilité x reproductibilité Exactitude (position) Précise Inexacte Imprécise Exacte "Il faut, disait Juan Gris, être inexact mais précis". B.H. Levy Ch. A Bizollon 1978 Imprécise Inexacte

20

21 PK = C N, pas S «pharmacocinétique : requis, mais pas suffisant»

22 Feuille de demande Items à renseigner MEDICAMENTS (SANG) Date de mise sous traitement : Indication : Dose (/jour) : 0 mg 0 µg 0 g Nombre de prises : Voie 0 orale 0 injectable 0 continu Horaire 0 T0 0 T1 0 T2 0 T3 0 T4 0 FP 0 Autre : 0 PK Poids : kg créat. : µmol/l IAM potentielles : Terrain :ex Transplantation : Date : Type : 0 rein 0 cœur 0 poumon 0 mucoviscidose 0 foie 0 pancréas

23 STP facteurs cliniques Diarrhée Fièvre Ht? Race Age Alimentation Var nyctémérale Délai post Tx Terrain ou ( ) sang total A chez sujet noir Cl chez l enfant sujet âgé except IH concomitant ou non mais de manière constante dose matinale (STP au matin) auto inhibition et reduction des corticoides mucoviscidose A, tmax, variabilité PK

24 CICLOSPORINE CANDIDAT AU STP/JUSTIFICATION 1 ABSORPTION faible 20 à 50% variable FPE hépatique 20 à 30 % DISTRIBUTION Répartition dans GR (50%) fixation importante aux protéines plasmatiques (98% esst lipoprot) EXCRETION Rein = 0 Bile +++ ELIMINATION BILIAIRE 94% METABOLISME Linéarité : oui important par CYP 3A4 hydroxylation N-déméthylation Paramètres tmax 4 h (CsA totale) 1 à 2 h (CsA inchangée) Cl 0,65 L/mn Vd 3-13 L/kg T 1/ h

25 CICLOSPORINE CANDIDAT AU STP/JUSTIFICATION 2 Parmi les nombreux EI recensés avec la CsA, Seule la NEPHROTOXICITE est réellement concentration-dépendante Les autres EI sont toutefois améliorés par - la diminution des posologies usuelles - l existence d un suivi thérapeutique Remarque : ABSENCE d hématotoxicité STP requis dans le RCP

26 CICLOSPORINE CANDIDAT AU STP/JUSTIFICATION 3 INDEX THERAPEUTIQUE faible (peu d écart entre Concentration efficace/tox) NEPHROTOXICITE concentration-dépendante ABSORPTION variable METABOLISME hépatique important -cytochrome P450) PATIENTS POLYMÉDIQUÉS (AF, ATB,AV ) INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES potentiellement graves LONG TERME : OBERVANCE Concentration minimale efficace TOXICITE EFFICACITE PRESERVATION EFFICACITE CONTRE REJET CHRONIQUE

27 IMMUNOSUPPRESSEURS (A PRENDRE EN CONSIDERATION) TRAITEMENT IMMUNOSUPPRESSEUR = TRAITEMENT A VIE!!!! EFFICACITE!!!! IMMUNOSUPPRESSION= FAVORISE INFECTIONS OPPORTUNISTES!!!! POLYMEDICTION = INTERACTION MEDICAMENTEUSE!!!!

28 INTERACTION MEDICAMENTEUSE (Classification) a) Préciser IMPUTABILITE interaction ETABLIE ou SUSPECTEE Niveau de preuve apporté par la documentation scientifique b) Apprécier CARACTERE DE GRAVITE MAJEUR MINEUR Pertinence clinique c) Déterminer MECANISME PK PD PK : médiée par variation des concentrations circulantes accessibles à l adaptation de posologie sans préjuger des effets

29 INTERACTION MEDICAMENTEUSE (Stratégie) * Interaction authentique à caractère majeur action corrective, voire préventive PK adaptation dose CyA ; PD modifier choix coprescription * Interaction mineure ou simplement suspectée renforcer la surveillance N.B. : 2 interactions modérées de même nature peuvent produire un effet majeur d) Tenir compte des produits modifiant le tractus gastro-intestinal (BD) e) Penser à renforcer la surveillance si médicament nouveau, surtout s il présente un fort métabolisme oxydatif.

30 Niveaux de contrainte (prise en compte du risque potentiel) Il existe quatre niveaux de gravité classés par ordre décroissant : - Contre-indication (CI) interdiction -Association déconseillée (ASSDEC) - Précaution d'emploi (PE) permission - A prendre en compte information Aspects réglementaires associés en terme de responsabilité Informations sur la Conduite A Tenir

31 ARV PI PK CYP3A4-Pgp targets such as IS drugs but also voriconazole, oral contraceptives and anticoagulants Inhibitors [target drug] PROTEASE INHIBITORs ritonavir (/r) Inducers [target drug] RIFAMPICIN Interactions IAM PD Toxicities NEPHROTOXICITY amphotericin B aminosides colistin cotrimoxazole (oral) calcineurin inhibitors AZOLES ketoconazole itraconazole voriconazole posaconazole fluconazole isavuconazole? MACROLIDES erythromycine clarithromycin josamycin... ANTICONVULSIVANTS phenobarbital phenytoine QT prolongation rhabdomyolisis and metabolised statins HEPATOTOXICITY Azoles (ketoconazole, voriconazole) isoniazide HAEMATOTOXICITY ganciclovir antiretrovirals ribavirin mycophenolic acid mtor inhibitors CALCIC INHIBITORS nicardipine diltiazem Herbal St John s wort NEUROTOXICITY didanosine aciclovir voriconazole colistin Grapefruit juice target CsA < TRL < ERL < SRL IS

32

33

34

35 Mr. De Mag C. H., 63 ans, 60 kg Antécédents : K pulmonaire Tuberculose Tx F depuis début 2008 : sous monothérapieis par évérolimus (Certican ) 12/2009 : récidive de tuberculose rifampicine, isoniazide et pyrazinamide (J 1). J 21 : C0 (ERL)non détectable introduction du MMF

36 C 0 / D 7,0 6,0 5,0 Rifampicine Isoniazide Pyrarinamide Rifabutine Isoniazide Pyrarinamide Rifabutine Isoniazide 4,0 3,0 2,0 1,0 0,0 D o se ( mg / j) prises/j 3 prises/j 2 prises/j C0(ng/mL) MMF

37 24 mg de Certican Formes disponibles 0.25 mg- 0.5 mg- 0.75mg Recours àaffinitor, formulations à5 et 10 mg dans le cadre de l indication anticancéreuse mais coût théorique +32 k pour 6 mois

38 surdosage Mr DES E 80 kg 41 ans au moment de TxC 2002 CSA actuellement Dose 60 mgx2 pour C ng/ml depuis plusieurs mois Le 17/04/ ng/ml Confirmé le 19/04/10 avec 180 ng/ml?

39 HTA traitée depuis plusieurs années Visite dans un autre hôpital Introduction du Loxen Surdosage, dégradation FR, dialyse Aujourd hui 100 ng/ml avec 50 mg/j Programmation de l arrêt du Loxen

40 CIBLES Médicaments à marge thérapeutique étroite fortement métabolisés Notamment par CYP3A4 Immunosuppresseurs IS ICN ciclosporine CsA tacrolimus FK AK (Vincristine) AVK (FCZ, VRZ / 2C19) Alcaloides de l ergot de seigle Statines (lova, simva) Azolés ISP everolimus RAD sirolimus SRL

41 Modification de la concentration Conséquences Surdosage augmente à la fois toxicités spécifiques et effet thérapeutique (cf IS) Surimmunosuppression, Entretient le lit de infection opportuniste Sous-dosage Diminue l efficacité Risque d émergence de résistance (cf AF) IS et AI [AI Anti-infectieux AF antifongiques azolés]

42 conséquences Médicaments à marge thérapeutique étroite fortement métabolisés Modifications de la concentration circulante Inhibition : augmentation de la forme inchangée : surdosage exacerbation des toxicités propres des effets thérapeutiques (IS) Induction : diminution de la forme inchangée : sous-dosage risque d inefficacité - Vaut pour l introduction de la coprescription mais aussi son arrêt - Prend son plein effet à l équilibre (influence des demi-vies) - Dépend des DOSES utilisées - Influencé par variations de concentrations de l inhibiteur

43 IS Drug Drug Interaction ITZ > VRZ ~ PSZ Azole-IS DDI TRL FK C 0 /D TRL TRL PD 5 * p<0.001 PK 0 40 ITZ+FK VRZ + FK PSZ + FK FK alone ERL RAD C0/D ERL * p<0.01 ERL Clinical consequences 0 ITZ + RAD VRZ + RAD PSZ + RAD RAD alone

44 STP : Cibles A individualiser en fonction de : - la nature de l'indication, - du terrain, - du délai post transplantation, - de la clinique et de la biologie, - des coprescriptions, notamment IS Puissance intrinsèque relative des molécules à prendre en compte dans le choix des doses et en fonction de l'association Limites analytiques à considérer/ aux objectifs du STP

45 VOIE IV Instauration des ICN : CsA perfusion continue 1 (à 2) mg/kg/j Puis éventuellement relais par FK oral En respectant une fenêtre thérapeutique de 24h Relais du FK oral : FK IV Envisager FK SL strictement <1 mg/j ATTENTION aux IAM CYP3A4/Pgp Dosage avant et dans les 24h

46 CyA concentration to dose ratio during ITZ coprescription C/D* (n=15) IV PO BD % ITZ DDI = 0 ITZ DDI X 2 * CyA Doses are expressed as mg/kg/day DDI : drug-drug interaction DDI x 2 BD

47

48

49 Décaler les prises

50

51

52 AZOLES -Gestion des IAM Attention - aux relais de traitement - aux changements de voie d administration

53 ROLE de la VOIE et de la cible Interaction du VRZ sur le FK et le SRL C/D ITZ+FK VRZ PO +FK VRZ IV +FK FK seul VRZ+SRL SRL Tacrolimus Sirolimus

54 Surdosage FK sur épisode diarrhée EI du MMF

55 Kaufman, Dixon B., Shapiro, Ron, Lucey, Michael R., Cherikh, Wida S., T. Bustami, Rami & Dyke, David B. Immunosuppression: practice and trends. Am J T 2004 (s9),

Immunosuppression Immunosuppr F Castex, PhD EA 7288 FMBS 215 UE Immunopath 2013

Immunosuppression Immunosuppr F Castex, PhD EA 7288 FMBS 215 UE Immunopath 2013 Immunosuppression F Castex, PhD EA 7288 FMBS 215 UE Immunopath 2013 Stratégies Emballement Déficience Insuffisance Systéme Immunitaire Immunosuppression Immunosubstitution Injection de cellules souches

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (juin 2004) CERTICAN comprimé 0.25, 0.5, 0.75, 1.0 mg ; comprimé dispersible, 0.25 et 0.1 mg

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (juin 2004) CERTICAN comprimé 0.25, 0.5, 0.75, 1.0 mg ; comprimé dispersible, 0.25 et 0.1 mg RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (juin 2004) CERTICAN comprimé 0.25, 0.5, 0.75, 1.0 mg ; comprimé dispersible, 0.25 et 0.1 mg INTRODUCTION Le 15 avril 2004 une Autorisation de Mise sur le Marché a été octroyée

Plus en détail

Quels switchs: Quand et comment?

Quels switchs: Quand et comment? Quels switchs: Quand et comment? Villemain Angers 1 Les avantages et inconvénients des différents immunosuppresseurs 2 CICLOSPORINE - NEORAL Avantages Inconvénients Pierre angulaire de la transplantation

Plus en détail

Médicaments et système immunitaire : les médicaments immunosuppresseurs (IS)

Médicaments et système immunitaire : les médicaments immunosuppresseurs (IS) Médicaments et système immunitaire : les médicaments immunosuppresseurs (IS) Pierre Marquet Service de Pharmacologie, toxicologie et pharmacovigilance CHU de Limoges UMR 850 INSERM «pharmacologie des immunosuppresseurs

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses?

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Dr Stéphanie Chhun, Pharmacologue (Hôpital Universitaire Necker Enfants-Malades) Pr Stéphane Mouly, Interniste (Hôpital Lariboisière)

Plus en détail

Virus BK et transplantation rénale

Virus BK et transplantation rénale Virus BK et transplantation rénale B Hurault de Ligny CHU Caen Infections à vbk en transplantation rénale Infection virale fréquente 30-40% Gravité: néphropathie à vbk prévalence: 5% (1 à 10%) perte du

Plus en détail

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Traitements immunomodulateurs et biothérapies Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Soirée FMC du 19 février 2014 Invitation telephonique Dr Bernard WILLEMIN Hépato - Gastro CHR Haguenau

Plus en détail

Les Immunosuppresseurs chimiques: mode d action. Philippe Grimbert CHU Henri Mondr, Créteil.

Les Immunosuppresseurs chimiques: mode d action. Philippe Grimbert CHU Henri Mondr, Créteil. Les Immunosuppresseurs chimiques: mode d action Philippe Grimbert CHU Henri Mondr, Créteil. 4 Signal 4 Corticosteroids Azathioprine Cyclosporin A MMF Tacrolimus Sirolimus Rad FTY 720 Leflunomide 1950

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Transplantation hépatique Cas clinique 2

Transplantation hépatique Cas clinique 2 Transplantation hépatique Cas clinique 2 Homme de 69 ans admis pour intoxication aux champignons (Amanite phalloïdes) 3 Octobre, 2008: ingestion de champignon H+8: douleur abdominale, nausée, vomisements,

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des immunosuppresseurs

Cibles et mécanismes d action des immunosuppresseurs Cibles et mécanismes d action des immunosuppresseurs Yvon Lebranchu Gilles Blancho, Jacques Dantal, Jean Luc Taupin, I-Introduction... 2 II-Place des immunosuppresseurs dans la réponse immunitaire... 2

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Recommandation pour la prise en charge des candidoses systémiques.

Recommandation pour la prise en charge des candidoses systémiques. Recommandation pour la prise en charge des candidoses systémiques. Commission des Anti-Infectieux CHU de Limoges Les traitements utilisables (AMM 2005) lors des candidoses systémiques sont : DCI Nom commercial

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

DOSAGE SANGUIN D IMMUNOSUPPRESSEURS : MISE AU POINT D UNE METHODE D ANALYSE PAR CHROMATOGRAPHIE LIQUIDE COUPLEE A LA SPECTROMETRIE DE MASSE

DOSAGE SANGUIN D IMMUNOSUPPRESSEURS : MISE AU POINT D UNE METHODE D ANALYSE PAR CHROMATOGRAPHIE LIQUIDE COUPLEE A LA SPECTROMETRIE DE MASSE Université de Lausanne et Université de Genève Ecole Romande de Pharmacie Département d anesthésiologie, de pharmacologie et de soins intensifs de chirurgie Service de Pharmacie Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

Aspects pharmacologiques des molécules anti-vhc

Aspects pharmacologiques des molécules anti-vhc Aspects pharmacologiques des molécules anti-vhc Caroline SOLAS Laboratoire de Pharmacocinétique et Toxicologie CHU Timone, Marseille CRO2, INSERM U911 Faculté de Pharmacie, Marseille Principales Caractéristiques

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI - Prise en

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

14/12/2014. Antoine Durrbach Le Kremlin Bicetre. Slide courtesy of Dr. Meier-Kriesche

14/12/2014. Antoine Durrbach Le Kremlin Bicetre. Slide courtesy of Dr. Meier-Kriesche Antoine Durrbach Le Kremlin Bicetre Slide courtesy of Dr. Meier-Kriesche 1 Molécule (Anticorps, Protéine de Fusion) dirigée contre un ou des antigènes lymphocytaires et modifiant l activité du système

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux LE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Sexe Poids lors de la cure Taille LA TRANSPLANTATION Date de Tx / / Néphropathie initiale GNC

Plus en détail

Fentanyl dans tous ses états. A. Muller

Fentanyl dans tous ses états. A. Muller Fentanyl dans tous ses états A. Muller Echelle thérapeutique de l O.M.S pour le traitement des douleurs par excès de nociception, 1986 FENTANYL Antalgiques non opioïdes pour douleurs faibles coantalgiques

Plus en détail

La Substitution Générique Présente-t-elle un Danger Chez le Patient Greffé?

La Substitution Générique Présente-t-elle un Danger Chez le Patient Greffé? Forum des médicaments innovateurs 20 septembre 2011 La Substitution Générique Présente-t-elle un Danger Chez le Patient Greffé? Christian Coursol, pharmacien B.Pharm, M.Sc Hôpital Royal-Victoria Centre

Plus en détail

La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE

La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE Symposium du 11 octobre 2014 Plan I. Introduction L obésité II. III. IV. Notions de pharmacocinétique Modifications pharmacocinétiques Quelques exemples

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI)

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI) 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Vitalipid Novum Adult, solution à diluer pour perfusion Vitalipid Novum Infant, solution à diluer pour perfusion 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Vitalipid Novum

Plus en détail

tacrolimus comprimés à libération prolongée Document de minimisation des risques dans le cadre du Plan des gestions de risques d Envarsus

tacrolimus comprimés à libération prolongée Document de minimisation des risques dans le cadre du Plan des gestions de risques d Envarsus tacrolimus comprimés à libération prolongée Document de minimisation des risques dans le cadre du Plan des gestions de risques d Envarsus Questions - Réponses ENVARSUS comprimés à libération prolongée.

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Transplantation d Organe Solide et Planning Familial

Transplantation d Organe Solide et Planning Familial Dr. Yvan Vial, PD MER Médecin-chef Service d Obstétrique CHUV, Lausanne Dr. Karine Hadaya Service de Néphrologie Service de Transplantation Hôpitaux Universitaires de Genève Transplantation d Organe Solide

Plus en détail

ELUSANES MILLEPERTUIS, gélule

ELUSANES MILLEPERTUIS, gélule Elusanes Millepertuis RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 - DENOMINATION DU MEDICAMENT ELUSANES MILLEPERTUIS, gélule 2 - COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE MILLEPERTUIS (extrait hydroalcoolique

Plus en détail

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS POLYARTHRITE RHUMATOIDE Traitements classiques Antimalariques Sels d or D-Penicillamine

Plus en détail

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes:

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes: Point d Information Médicaments à base d ivabradine, de codéine, médicaments contenant du diméthyl fumarate, du mycophénolate mofétil/acide mycophénolique, de l octocog alpha, spécialité Eligard (contenant

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE République française AVIS DE LA COMMISSION 3 avril 2002 ANDROGEL 25mg, gel ANDROGEL 50mg, gel Boîte de 30 sachets Boîte de 100 sachets Laboratoires BESINS- International testostérone

Plus en détail

Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins

Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Un ml contient: Principe actif: Méloxicam

Plus en détail

Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites

Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Centre de Référence Maladies Systémiques et Autoimmunes Hôpital Cochin Université Paris Descartes Classification

Plus en détail

Dyslipidémie en greffe d'organes Istvan Mucsi

Dyslipidémie en greffe d'organes Istvan Mucsi Dyslipidémie en greffe d'organes Istvan Mucsi Centre universitaire de santé McGill, Montréal, Québec, Canada Objectifs 1) Connaître les causes de dyslipidémie après greffe d organes 2) Décrire le traitement

Plus en détail

Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie

Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie Traitement par le rivaroxaban en anesthésiologie Version compacte des recommandations du groupe d experts «Rivaroxaban and anesthesiology» Version compacte de l édition révisée en novembre 2013* *Toutes

Plus en détail

Myélome Multiple Version / décembre 2004

Myélome Multiple Version / décembre 2004 Myélome Multiple I-Traitement du myélome de risque faible ou intermédiaire des sujets de moins de 65 ans : protocole IFM 99-02 I.1-Critères d inclusion - Myélome de novo - Stade III, II, I avec 1 lésion

Plus en détail

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Société vaudoise de pharmacie, février 2008 Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Olivier Bugnon, Professeur adjoint en Pharmacie communautaire, Ecole de Pharmacie Genève-Lausanne;

Plus en détail

RELPAX. hydrobromure d élétriptan

RELPAX. hydrobromure d élétriptan RELPAX hydrobromure d élétriptan * Pharmacocinétique * Toxicologie * Formulation galénique * Essais cliniques * Conclusion * Pharmacocinétique * Toxicologie * Formulation galénique * Essais cliniques *

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015 LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé Capacité de gérontologie 20142015 Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Quels examens demandez

Plus en détail

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Unité d Enseignement II 9 Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Développement en Phases Méthodes et Outils Modélisation et Approches de Population 1 Le développement

Plus en détail

Suivi du transplanté hépatique à long terme Séminaire de formation en hépatologie 12-13 Janvier 2011. nabildebzi@yahoo.fr

Suivi du transplanté hépatique à long terme Séminaire de formation en hépatologie 12-13 Janvier 2011. nabildebzi@yahoo.fr Suivi du transplanté hépatique à long terme Séminaire de formation en hépatologie 12-13 Janvier 2011 nabildebzi@yahoo.fr Evolution des contre-indications 1983 (Washington ) : thérapeutique reconnue 1993

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Tacrolimus (FK 506) Avec la participation de Marie-Laure Hugues* et du Comité de Rédaction

Tacrolimus (FK 506) Avec la participation de Marie-Laure Hugues* et du Comité de Rédaction Le Point sur Tacrolimus (FK 506) Avec la participation de Marie-Laure Hugues* et du Comité de Rédaction Service Pharmacie, Groupe hospitalier Pitié-Salpétrière - Paris Remerciements : D. Debray (Kremlin-Bicêtre),

Plus en détail

Biothérapie. Damien LOEUILLE

Biothérapie. Damien LOEUILLE Biothérapie Damien LOEUILLE PU-PH Rhumatologie Service de Rhumatologie du CHU Brabois Metz 2 février 2008 Quel est la place des biothérapies dans la prise en charge thérapeutique PR? Faut il réaliser un

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 1 er février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 1 er février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 1 er février 2006 TAZOCILLINE 2 g/250 mg, poudre pour solution pour perfusion flacon B/1 (CIP : 369 192-1) TAZOCILLINE 4 g/500 mg, poudre pour solution

Plus en détail

DÉFINITION ET CONCEPT DE LA BIOTHÉRAPIE. Hamzaoui A, Mahjoub S CHU Fattouma Bourguiba- Monastir

DÉFINITION ET CONCEPT DE LA BIOTHÉRAPIE. Hamzaoui A, Mahjoub S CHU Fattouma Bourguiba- Monastir DÉFINITION ET CONCEPT DE LA BIOTHÉRAPIE Hamzaoui A, Mahjoub S CHU Fattouma Bourguiba- Monastir Ballow M. J Allergy Clin Immunol 2006; 118: 1209-15. Définition de la biothérapie BIOTHERAPIE Des médicaments

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Pilule, gastro-entérite et antibiotique: ennemis jurés?

Pilule, gastro-entérite et antibiotique: ennemis jurés? Pilule, gastro-entérite et antibiotique: ennemis jurés? Aude Béliard, MD, PhD Chef de Service de Gynécologie Obstétrique Centre Hopsitalier du Bois de l Abbaye Département de Gynécologie Obstétrique de

Plus en détail

Immunopathologie et immunointervention : Traitements immuno-supresseurs. Traitements immuno-supresseurs

Immunopathologie et immunointervention : Traitements immuno-supresseurs. Traitements immuno-supresseurs 28/10/2013 MAIROT Kévin D1 Immunopathologie et immunointervention Professeur Kaplanski 8 pages Traitements immuno-supresseurs Plan A. Traitement lympho-ablatif B. Anti-métabolites C. Glucocorticoïdes D.

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes 1 Marché global des anticoagulants Un Marché en explosion: 6 milliards de $ en 2008 9 milliards de $ attenduen

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

Adaptation posologique des médicaments à la fonction rénale

Adaptation posologique des médicaments à la fonction rénale Adaptation posologique des médicaments à la fonction rénale I. Insuffisance rénale... 1 II. Pourquoi adapter la posologie en cas d insuffisance rénale?... 2 III. Comment adapter la posologie en cas d Insuffisance

Plus en détail

congrès TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014

congrès TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014 DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014 25 e congrès ouest TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi VEndREdi 28 novembre 2014 Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER www.ouest-transplant.org LE

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013 Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale Dr. François PAPON 27 juin 2013 Limites des traitements anticoagulants standards «Nécessité» nouveaux anticoagulants Objectif; se rapprocher de l antithrombotiqueidéal

Plus en détail

Usage des nouveaux anticoagulants dans la FA non valvulaire au CHR de la Citadelle

Usage des nouveaux anticoagulants dans la FA non valvulaire au CHR de la Citadelle 1. Généralités : Alternative aux AVK surtout si INR instable, risque hémorragique globalement identique aux AVK, éducation nécessaire, pas de contrôle biologique d efficacité nécessaire, par contre contrôle

Plus en détail

Aspects pratiques du traitement de la MTEV

Aspects pratiques du traitement de la MTEV JFA Aspects pratiques du traitement de la MTEV 1 er février 2013 Isabelle Mahé Hôpital Louis Mourier Médecine Interne APHP, Université Paris 7 Conflits d intérêt Conseil en développement Daiichi Sankyo,

Plus en détail

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012 Diabète post-transplantation Formation médicale continue 2012 Evaluation pré-greffe Homme 59 ans GNC HD depuis 1 an T = 1,72m Poids = 87 Kg (IMC = 29) Pas d antécédent familiaux de diabète Pas d antécédent

Plus en détail

Nouveautés thérapeutiques en Cancérologie. Dr Sophie Sadot-Lebouvier ICO-Centre René Gauducheau

Nouveautés thérapeutiques en Cancérologie. Dr Sophie Sadot-Lebouvier ICO-Centre René Gauducheau Nouveautés thérapeutiques en Cancérologie Dr Sophie Sadot-Lebouvier ICO-Centre René Gauducheau Généralités Taux pour 100 000 habitants 150,000 Évolution de l incidence 112,500 75,000 37,500 Prostate Sein

Plus en détail

Les anticoagulants actifs p.o. sont utilisés depuis

Les anticoagulants actifs p.o. sont utilisés depuis Nouveaux anticoagulants oraux : mécanisme d action et données pharmacocinétiques New oral anticoagulants: mechanism of action and pharmacokinetic properties X. Delavenne 1,2, P. Zufferey 2,3 X. Delavenne

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE : Initier et ajuster la pharmacothérapie hypolipémiante en prédialyse. Série : 2000 N 2097. Date de mise en vigueur: Mai 2012

ORDONNANCE COLLECTIVE : Initier et ajuster la pharmacothérapie hypolipémiante en prédialyse. Série : 2000 N 2097. Date de mise en vigueur: Mai 2012 ORDONNANCE COLLECTIVE : Initier et ajuster la pharmacothérapie hypolipémiante en prédialyse Sommaire : Initier et assurer la prise en charge de la pharmacothérapie hypolipémiante chez un usager évalué

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis

Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis Rationnel Lymphocyte B Rationnel Costimulation Lymphocyte B Lymphocyte T Cytokines Th2 Anticorps anti CD 20 Le Rituximab

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Dominique Chauveau Néphrologie et Immunologie Clinique CHU Rangueil, Toulouse Centre de Compétences «Maladies auto immunes» de Midi Pyrénées

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Marc LÉMANN. Méthotrexate : l'oublié?

Marc LÉMANN. Méthotrexate : l'oublié? Marc LÉMANN Méthotrexate : l'oublié? Connaître les indications et modalités d'utilisation du méthotrexate dans la maladie de Crohn et dans la RCH Connaître les effets indésirables de ce traitement, notamment

Plus en détail

Prise en charge médicamenteuse de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR)

Prise en charge médicamenteuse de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) Prise en charge médicamenteuse de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) Cours du mardi 24 novembre 2009 IFSI 2 ième année Module Rhumato - Orthopédie V. SERVANT Interne en pharmacie Généralités - 1 PR = rhumatisme

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Livret d éducation thérapeutique des transplantations d organes

Livret d éducation thérapeutique des transplantations d organes L équipe de soins vous accompagne et vous informe Département de Néphrologie et Transplantation d Organes Professeur Lionel Rostaing, Coordonnateur Professeur Nassim Kamar Hôpital Rangueil 1, avenue Jean-Poulhès

Plus en détail

Guide posologique destiné au médecin pour le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) par RoACTEMRA

Guide posologique destiné au médecin pour le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) par RoACTEMRA Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament RoACTEMRA de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique et au Grand-Duché

Plus en détail

14. TRANSPLANTATION DE CELLULES SOUCHES maj 2010 HEMATOPOIETIQUE

14. TRANSPLANTATION DE CELLULES SOUCHES maj 2010 HEMATOPOIETIQUE 14. TRANSPLANTATION DE CELLULES SOUCHES maj 2010 HEMATOPOIETIQUE 14.1. INTRODUCTION. 3 14.2. INDICATIONS.. 3 14.3. SOURCES DE CSH 4 14.3.1. La moelle osseuse. 4 14.3.2. Le sang périphérique 4 14.3.3. Le

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Tracleer 62,5 mg, comprimés pelliculés 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque comprimé pelliculé contient 62,5

Plus en détail

Traitements Hypolipémiants

Traitements Hypolipémiants Chapitre 14 Traitements Hypolipémiants Item 132 : Angine de poitrine et infarctus du myocarde Plan Introduction 1. les statines 2. les fibrates Introduction Traiter une dyslipidémie revient le plus souvent

Plus en détail

soyez RELAX! Pour le traitement symptomatique de la dermatite allergique chronique féline,

soyez RELAX! Pour le traitement symptomatique de la dermatite allergique chronique féline, Pour le traitement symptomatique de la dermatite allergique chronique féline, soyez RELAX! Faites confiance à Atopica chat, la seule ciclosporine enfin disponible en solution buvable pour le chat 100 mg/ml

Plus en détail

Catalogue des analyses. 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13

Catalogue des analyses. 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13 Catalogue des analyses 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13 Légende du dictionnaire Tube Citrate de Sodium Tube Sérum = Sec avec Activateur de coagulation (avec ou sans gel) Tube Héparine

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT RCP/1 RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Daktarin 20 mg/g gel oral 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 1 gramme de Daktarin gel oral contient 20 mg de miconazole

Plus en détail

Avis de la Commission. 15 septembre 2004

Avis de la Commission. 15 septembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE Avis de la Commission 15 septembre 2004 HUMIRA 40 mg, solution injectable en seringue pré-remplie (Boîte de 2 seringues) Laboratoires ABBOTT FRANCE Liste

Plus en détail

Une histoire d angioedeme. J MOREAU Service de Dermatologie Dr DUPOND, CH Belfort - Montbéliard

Une histoire d angioedeme. J MOREAU Service de Dermatologie Dr DUPOND, CH Belfort - Montbéliard Une histoire d angioedeme J MOREAU Service de Dermatologie Dr DUPOND, CH Belfort - Montbéliard Monsieur X >80 ans Antécédents Adénocarcinome prostatique traité par radiothérapie Carcinome rénal multi métastatique

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail