La ventilation non invasive aux soins intensifs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La ventilation non invasive aux soins intensifs"

Transcription

1 La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011

2 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure) Le BiPAP est au respirateur ce que le Ski-Doo est à la motoneige

3 Ventilation conventionnelle vs non invasive

4 Objectifs de la VNI Généraux: Fournir au patient en insuffisance respiratoire aiguë une assistance respiratoire Éviter les complications de l intubation endotrachéale Spécifiques: Assurer des échanges gazeux adéquats Éviter l intubation endotrachéale et ses complications Améliorer le pronostic (mortalité)

5 La VNI: comment ça marche? Arrêt de la progression de la fatigue respiratoire Éviter l intubation ti pneumonies et autres complications Débuter la VNI tôt! Si attente des critères habituels d intubation: échecs +++ Sevrage sans risque - Reprise facile si échec du sevrage Si échec de la VNI, on peut toujours intuber

6 Indications de la VNI Keenan CMAJ 2011;183:E195

7 Indications de la VNI Insuffisance respiratoire hypercapnique Insuffisance respiratoire hypoxémique Pneumonie Acute Lung Injury (ALI) Greffe de moelle osseuse / Immunosuppression Oedème pulmonaire cardiogénique Défaillance respiratoire postextubation Sevrage de la ventilation Traumatisme thoracique VNI préintubation Patients à ne pas intuber / refusant l intubation

8 Indications de la VNI Insuffisance respiratoire hypercapnique Insuffisance respiratoire hypoxémique Pneumonie Acute Lung Injury (ALI) Greffe de moelle osseuse / Immunosuppression Oedème pulmonaire cardiogénique Défaillance respiratoire postextubation Sevrage de la ventilation Traumatisme thoracique VNI préintubation Patients à ne pas intuber / refusant l intubation

9 Insuffisance respiratoire hypercapnique MPOC Défaillance de la pompe respiratoire Charge respiratoire élevée >>> Capacité respiratoire limitée Traitement conventionnel O 2, bronchodilatateurs, stéroïdes, antibiotiques Intubation endotrachéale et ventilation mécanique Repos respiratoire Sevrage MPOC ventilé = sevrage difficile et prolongé Extubation

10 Insuffisance respiratoire hypercapnique MPOC Défaillance de la pompe respiratoire Charge respiratoire élevée >>> Capacité respiratoire limitée Traitement conventionnel O 2, bronchodilatateurs, stéroïdes, antibiotiques Ventilation non invasive Intubation endotrachéale et ventilation mécanique Repos respiratoire Sevrage MPOC ventilé = sevrage difficile et prolongé Extubation

11 Insuffisance respiratoire hypercapnique MPOC 80 mortalité (%) Ventilation non invasive Traitement conventionnel Ahmed Wysocki Bott Brochard p = 0.07 p = 0.01 p < 0.01 NNT=5

12 Insuffisance respiratoire hypercapnique MPOC Keenan Ann Intern Med 2003;138:861

13 Insuffisance respiratoire hypercapnique MPOC La ventilation non invasive est un standard dans la prise en charge d'un patient MPOC en décompensation aiguë modérée à sévère (ph<7.35) (Recommentation grade 1A) Mortalité hospitalière: RR 0.52 (95%CI ) Keenan CMAJ 2011;183:E195

14 Insuffisance sa respiratoire e hypoxémique Objectifs du support ventilatoire: Corriger l atélectasie oxygénation compliance pulmonaire, WOB PEEP CPAP Prévenir l épuisement Soulager la fatigue respiratoire Éviter l intubation endotrachéale VNI = assistance respiratoire

15 Indications de la VNI Insuffisance respiratoire hypercapnique Insuffisance respiratoire hypoxémique Pneumonie Acute Lung Injury (ALI) Greffe de moelle osseuse / Immunosuppression Oedème pulmonaire cardiogénique Défaillance respiratoire postextubation Sevrage de la ventilation Traumatisme thoracique VNI préintubation Patients à ne pas intuber / refusant l intubation

16 Insuffisance respiratoire hypoxémique Amélioration rapide des échanges gazeux 23% taux d intubation endotrachéale (CI 95% 10 35) (%) Kramer (1995) Confalonieri (1999) Noninvasive ventilation Antonelli (2000) Martin (2000) Ferrer (2003) Conventional treatment durée de séjour USI de 2 jours (CI 95% 1-3) complications infectieuses ( 40 80%) Keenan CitC Crit Care Med 2004;32:

17 Insuffisance respiratoire hypoxémique VNI et mortalité 100 mortalité (%) Ventilation non invasive Traitement conventionnel Antonelli p = 0.05 Ferrer p = Risque absolu de mortalité USI: 17% (CI 95% 8 26) Keenan CitC Crit Care Med 2004;32:

18 Indications de la VNI Insuffisance respiratoire hypercapnique Insuffisance respiratoire hypoxémique Pneumonie Acute Lung Injury (ALI) Greffe de moelle osseuse / Immunosuppression Oedème pulmonaire cardiogénique Défaillance respiratoire postextubation Sevrage de la ventilation Traumatisme thoracique VNI préintubation Patients à ne pas intuber / refusant l intubation

19 VNI et greffe de moelle osseuse Hilbert NEJM 2001;344:481

20 VNI et greffe de moelle osseuse Hilbert NEJM 2001;344:481

21 Greffe de moelle osseuse / Immunosuppression facteurs prédictifs d échec de VNI Cohorte retrospective sur 10 ans 99 patients cancer hémato (~20% GMO) Échec de la VNI 54% = intubation Mortalité hospitalière: échec 79% vs succès 41% Adda Crit Care Med 2008;36:2766

22 Indications de la VNI Insuffisance respiratoire hypercapnique Insuffisance respiratoire hypoxémique Pneumonie Acute Lung Injury (ALI) Greffe de moelle osseuse / Immunosuppression Oedème pulmonaire cardiogénique Défaillance respiratoire postextubation Sevrage de la ventilation Traumatisme thoracique VNI préintubation Patients à ne pas intuber / refusant l intubation

23 OAP: VNI vs Tx standard Étude prospective randomisée, salle d urgence 130 patients VNI o Ventimask Nava AJRCCM 2003;168:1432

24 OAP: VNI vs Tx standard Complications (incluant infarctus) idem entre les groupes Nava AJRCCM 2003;168:1432

25 VNI et OAP (méta-analyses) analyses) Masip JAMA 2005;294:3124 Peter Lancet 2006;367:1155 Peter Lancet 2006;367:1155

26 VNI et OAP (RCT) Étude prospective randomisée multicentrique 1069 patients Contrôle (n=367) CPAP (n=346) VNI (n=356) Mortalité 7j Mortalité 30j Intubation Infarctus Score dyspnée 3.9* PaCO 2 (mmhg) -6* <0.001 Gray NEJM 2008;359:142

27 Indications de la VNI Insuffisance respiratoire hypercapnique Insuffisance respiratoire hypoxémique Pneumonie Acute Lung Injury (ALI) Greffe de moelle osseuse / Immunosuppression Oedème pulmonaire cardiogénique Défaillance respiratoire postextubation Sevrage de la ventilation Traumatisme thoracique VNI préintubation Patients à ne pas intuber / refusant l intubation

28 Insuffisance respiratoire postextubation 221 patients extubation < 48h Insuffisance respiratoire i aiguë Tx standard (n=107) Oxygène Physiotherapie 2 VNI (n=114) Masque facial 4h / 20 min PaCO ph Intubation ti (%) 48% 48% Mortalité (%) 14% 25% Esteban NEJM 2004;350:2452

29 VNI précoce postextubation Contrôle (n=79) VNI (n=83) f/vt 72±33 78±39 PaO 2 /FiO 2 276±94 278±95 Diagnostic: MPOC 30% 30% Pneumonie 20% 23% OAP 13% 19% Déf. respiratoire 33% 16% Réintubation 22% 11% Mortalité 90jr Ferrer AJRCCM 2006;173:164

30 VNI précoce postextubation - MPOC 106 patients MPOC prêts à l extubation Contrôle (n=52) VNI (n=54) f/vt 65±23 64±26 Déf. respiratoire 48% 15% < Réintubation 19% 11% 0.37 ICU LOS 10±9 11± Hospital LOS 24±17 29± Mortalité hospitalière 22% 11% 0.26 Mortalité 90jr 31% 11% <0.025 Ferrer Lancet 2009;374:1082

31 Indications de la VNI Insuffisance respiratoire hypercapnique Insuffisance respiratoire hypoxémique Pneumonie Acute Lung Injury (ALI) Greffe de moelle osseuse / Immunosuppression Oedème pulmonaire cardiogénique Défaillance respiratoire postextubation Sevrage de la ventilation Traumatisme thoracique VNI préintubation Patients à ne pas intuber / refusant l intubation

32 Sevrage de la ventilation 43 patients difficiles à sevrer durée de séjour USI durée de séjour hospitalier infections Survie à 90 jrs: 71% vs 41% Ferrer AJRCCM 2003;168:70

33 Indications de la VNI Insuffisance respiratoire hypercapnique Insuffisance respiratoire hypoxémique Pneumonie Acute Lung Injury (ALI) Greffe de moelle osseuse / Immunosuppression Oedème pulmonaire cardiogénique Défaillance respiratoire postextubation Sevrage de la ventilation Traumatisme thoracique VNI préintubation Patients à ne pas intuber / refusant l intubation

34 VNI et trauma thoracique Hernandez Chest 2010;137:74

35 Indications de la VNI Insuffisance respiratoire hypercapnique Insuffisance respiratoire hypoxémique Pneumonie Acute Lung Injury (ALI) Greffe de moelle osseuse / Immunosuppression Oedème pulmonaire cardiogénique Défaillance respiratoire postextubation Sevrage de la ventilation Traumatisme thoracique VNI préintubation Patients à ne pas intuber / refusant l intubation

36 VNI préintubation Contrôle (n=26) VNI (n=27) Pneumonie 65% 70% OAP 19% 15% PaO 2 68 (60-79) 60 (57-89) SaO 2 92% 91% Baillard AJRCCM 2006;174:171

37 Indications de la VNI Insuffisance respiratoire hypercapnique Insuffisance respiratoire hypoxémique Pneumonie Acute Lung Injury (ALI) Greffe de moelle osseuse / Immunosuppression Oedème pulmonaire cardiogénique Défaillance respiratoire postextubation Sevrage de la ventilation Traumatisme thoracique VNI préintubation Patients à ne pas intuber / refusant l intubation

38 VNI «in the real world» Massachusetts General Hospital Cohorte prospective 1 er jan 31 déc épisodes / 449 patients Intubation Mortalité (intubés) Schettino Crit Care Med 2008;36:441

39 Causes s d échec de la VNI (intubation) Progression de la pathologie causale Schettino Crit Care Med 2008;36:441

40 Contre-indications à la VNI Arrêt cardiaque / arrêt respiratoire Instabilité hémodynamique, choc septique Risque d'aspiration état de conscience, AVC, intoxications Incapacité à expectorer Absence de collaboration du patient Incapacité du patient à retirer lui-même son masque

41 Contre-indications à la VNI Arrêt cardiaque / arrêt respiratoire Instabilité hémodynamique, choc septique Risque d'aspiration état de conscience, AVC, intoxications Incapacité à expectorer Absence de collaboration du patient Incapacité du patient à retirer lui-même son masque Pathologie infectieuse fortement contagieuse?? SRAS, Influenza, H1N1

42 Indication controversé de la VNI Pathologies infectieuses fortement contagieuses (SRAS) Toronto Hong Kong (mars avril 2003) 20 patients VNI / 87 patients SRAS Durée VNI: 84.3 ± 47.0 h 14 succès / 6 échecs (intubation) Aucune transmission au personnel (n = 105) Cheung Chest 2004;126:845

43 Aspects techniques de la VNI Interface (masques) Type de respirateur Mode de support ventilatoire PEEP-CPAP Programme de support ventilatoire Surveillance et monitoring Sevrage de la ventilation non invasive

44 Interface patient respirateur

45 Masque facial Demande peu de coopération Respiration par la bouche possible Support respiratoire supérieur Défaillance respiratoire sévere Insuffisance resp hypoxémique Risque d aspiration en cas de vomissement Plaies faciales

46 Masque nasal Plus confortable, mieux accepté Ajustement plus facile Barbe Patient édenté Inefficace si bouche ouverte Incompatible avec certains respirateurs de soins intensifs Fuites en expiration Efficacité inférieure de l aide inspiratoire et du PEEP

47 Masque "full face" Très confortable Demande peu de coopération mais risque de claustrophobie Respiration par la bouche possible Ajustement plus facile Barbe Patient édenté Espace mort? Efficacité clinique?

48 Casque (helmet) Antonelli Crit Care Med 2002;30:602 Navalesi Intensive Care Med 2006;32:361

49 Choix du respirateurs

50 Choix du respirateurs Soins intensifs "BiPAP" Efficacité Modes AI / VAC etc AI PEEP FiO % 21% ( ~70%) Acceptation Alarmes, monitoring

51 Surveillance - monitoring Salle d urgence - Soins intensifs - Soins intermédiaires ne pas retarder la mise en route de la VNI Monitoring Saturation artérielle Moniteur cardiaque Gaz artériels 1 heure après le début de la VNI aux 6 heures Surveillance clinique Dyspnée, confort Fréquence respiratoire, spirométrie

52 Non Non Non Sédation

53 Non Non Non Sédation Remifentanil? 13 patients ( mcg/kg/min) Constantin Intensive Care Med 2011;33:82 Dexmedetomidine? 10 patients postop, OAP ( mcg/kg/h) CPAP Akada Anesth Analg 2008;107:167

54 Limites, risques et complications Nécessite la coopération du patient Pas de protection des voies aériennes Aspiration des sécrétions endotrachéales impossible Hypoxémie transitoire Fuites inefficacité de la ventilation ajustement inconfortable du masque Distension gastrique Plaies faciales (<10%) Charge ag de travail a inhalothérapeute ao ap infirmière Intubation en situation d'urgence

55 A retenir Arrêt de la progression de la fatigue respiratoire Éviter l intubation pneumonies et autres complications Débuter la VNI tôt! Si attente des critères habituels d intubation: échecs +++ Sevrage sans risque - Reprise facile si échec du sevrage Si échec de la VNI, on peut toujours intuber Respecter les limites et les contre-indications Attention à ne pas trop étirer les indications et/ou essais

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc.

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. NAVA pourquoi pas Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. 7e Symposium en thérapie respiratoire HSCM 1 décembre 2012 Le mode NAVA o Neurally Adjusted Ventilatory Assist Neuro-Asservissement

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 EPIDEMIOLOGIE En France 3-4 millions d asthmatiques 50 000 à 100000 AAG services d urgence 8000 à 16 000

Plus en détail

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 Chapitre 121 La ventilation non invasive (VNI) de l enfant A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 1. Définition La VNI se définit comme une technique destinée à augmenter la ventilation alvéolaire sans utiliser

Plus en détail

o Non o Non o Oui o Non

o Non o Non o Oui o Non Enquête générale (à remplir une fois) [ ] = plusieurs réponses possibles o = une seule réponse possible Date de votre réponse à ce questionnaire Nombre de lits dans l'unité Connaissez-vous l incidence

Plus en détail

Groupe 1 somnovni 12/12/14

Groupe 1 somnovni 12/12/14 Recommandations HAS 2014! Pas encore parues indications VNI! Indication VNI en cas d une hypoventilation alveolaire = Hypercapnie : " PtCO2 nocturne > 50 mmhg " Et/ou d une PaCO2 diurne > 45 mmhg! Cas

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA MPOC. Présenté par : Gilles Côté, M.D.

TRAITEMENT DE LA MPOC. Présenté par : Gilles Côté, M.D. TRAITEMENT DE LA MPOC Présenté par : Gilles Côté, M.D. Département clinique de médecine générale Avril 2001 TRAITEMENT DE LA MPOC I- INTERPRÉTATION DES TESTS DE FONCTION RESPIRATOIRE II- PRISE EN CHARGE

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

8/28/2013. L inhalothérapie aux soins critiques. Objectifs. Rôles de l inhalothérapeute. Objectifs

8/28/2013. L inhalothérapie aux soins critiques. Objectifs. Rôles de l inhalothérapeute. Objectifs Objectifs Connaître le rôle de l inhalothérapeute dans les unités de soins critiques Connaître les dispositifs d oxygénation et d humidification Connaître les modes et principes de la ventilation (invasive,

Plus en détail

Circulaire pour les codeuses et codeurs

Circulaire pour les codeuses et codeurs 14 Santé Nr. 9 février 2011 Circulaire pour les codeuses et codeurs A) La ventilation mécanique : règle valable au 1.1.2011 En vue de l établissement des règles de la ventilation invasive pour 2012, nous

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Service de Soins Intensifs

Service de Soins Intensifs CLINIQUE SAINT-JEAN ASBL Service de Soins Intensifs a santé au coeur de Bruxelles CLINIQUE SAINT-JEAN Brochure d accueil Soins Intensifs Clinique Saint-Jean a.s.b.l. Boulevard du Jardin Botanique, 32 1000

Plus en détail

Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre?

Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre? Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre? Cas clinique #1 Cas clinique Patient de 78 ans Marié, trois enfants dont un médecin Vivant à domicile Professeur Tabac 80 paquets/année,

Plus en détail

Module Soins Intensifs

Module Soins Intensifs Module Soins Intensifs Prise en charge du bds en soins intensifs De la surveillance clinique à l examen clinique. Ferron Fred SURVEILLANCE DU BDS EN SOINS INTENSIF:... comprend et explique en détail les

Plus en détail

Le sevrage de la trachéotomie

Le sevrage de la trachéotomie Le sevrage de la trachéotomie Journée de formation «infirmière» et «kinésithérapeute» SKR. Maison de la réanimation Paris 01 / 06 / 2012 Dr G.Beduneau Réanimation Médicale CHU ROUEN gaetan.beduneau@chu-rouen.fr

Plus en détail

Ventilation mécanique à domicile

Ventilation mécanique à domicile RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX Ventilation mécanique à domicile Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire Date de validation

Plus en détail

Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes

Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes Collège National des Enseignants de Réanimation Médicale Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS

UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS COllection Les rapports du 7 Les facteurs prédictifs à la désaturation nocturne chez les patients ayant une maladie pulmonaire obstructive chronique rapport UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES PERSONNES ATTEINTES

PROTOCOLE POUR LES PERSONNES ATTEINTES PROTOCOLE POUR LES PERSONNES ATTEINTES D UNE MALADIE PULMONAIRE OBSTRUCTIVE CHRONIQUE (MPOC) EN FIN DE VIE LES SOINS DE FIN DE VIE LES APPROCHES THÉRAPEUTIQUES «Guérir quelques fois, aider souvent et soulager

Plus en détail

Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD

Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD Emergency and Pre-Hospital divisions SAMU 74 INSERM UMR 955 Eq13 REVA: European Network on Mechanical Ventilation CONFLICTS OF

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte

Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte Réanimation DOI 10.1007/s13546-011-0243-1 RÉFÉRENTIEL / GUIDELINES Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte Guide to skills and abilities

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant. Gaëlle Vottier 1,3 (Sous la direction du Pr Stéphane Dauger 1,3 ) (En

Plus en détail

Trajectoire de la clientèle MPOC Trois-Rivières métro. Dr François Corbeil Pneumologue CSSSTR-CHAUR-CHR

Trajectoire de la clientèle MPOC Trois-Rivières métro. Dr François Corbeil Pneumologue CSSSTR-CHAUR-CHR Trajectoire de la clientèle MPOC Trois-Rivières métro Dr François Corbeil Pneumologue CSSSTR-CHAUR-CHR Trajectoire de la clientèle MPOC Trois-Rivières métro Dr François Corbeil Pneumologue CSSSTR-CHAUR-CHR

Plus en détail

Évaluation de la fonction respiratoire

Évaluation de la fonction respiratoire AFM - L. Audinet AFM / R. Bourguet AFM - L. Audinet Évaluation de la fonction respiratoire dans les maladies neuromusculaires FÉVRIER 2009 Les maladies neuromusculaires se caractérisent par le développement

Plus en détail

N. LODÉ 1, N. PINTO DA COSTA 2

N. LODÉ 1, N. PINTO DA COSTA 2 Chapitre21 Monitorage requis et objectifs visés N. LODÉ 1, N. PINTO DA COSTA 2 Très utilisée en néonatalogie, la VNI est de pratique plus récente et en plein essor dans l insuffisance respiratoire aiguë

Plus en détail

URGENCES. Les prises en charge spécifiques de la noyade. Chapitre 100. 1. Définition de la noyade par l OMS. 2. Épidémiologie

URGENCES. Les prises en charge spécifiques de la noyade. Chapitre 100. 1. Définition de la noyade par l OMS. 2. Épidémiologie Chapitre 100 Les prises en charge spécifiques de la noyade E. MATHON 1, J.-C. AYMARD 2, M. KRETLY 3, J. LEVRAUT 4 1. Définition de la noyade par l OMS D après l OMS, «la noyade est une insuffisance respiratoire

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft CHA-Hôpital Hôpital Enfant-Jésus Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l

Plus en détail

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor Coup d envoi Définition de l urgence Fonction des personnes : Pour les patients : «ça ne va pas», «il n est pas comme d habitude», «il

Plus en détail

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Nicola Santelmo Chirurgie Thoracique Groupe de Transplantation Pulmonaire de Strasbourg Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Coordinateur: Pr Gilbert

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

PPC fixe convient à la majorité des patients pour le traitement au long cours à domicile

PPC fixe convient à la majorité des patients pour le traitement au long cours à domicile Contenu PPC fixe convient à la majorité des patients pour le traitement au long cours à domicile D autres modalités thérapeutiques ont pour objectif une amélioration de l observance PPC autopilotées BiPAP/Biflex/Autobiflex

Plus en détail

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft 9 mai 2013 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l ECG Rappel critères ECG de l'ischémie Principe de monitoring per-op

Plus en détail

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque 24 ème Congrès de la Coordination des Infirmiers Anesthésistes et de Réanimation de Caen et sa Région Dr Buléon Clément Pôle Réanimation-Anesthésie-SAMU,

Plus en détail

Cancer et dyspnée: comment peut-on soulager? Dr Lise Tremblay 10 mai 2010

Cancer et dyspnée: comment peut-on soulager? Dr Lise Tremblay 10 mai 2010 Cancer et dyspnée: comment peut-on soulager? Dr Lise Tremblay 10 mai 2010 Objectifs Comprendre la physiopathologie de la dyspnée Connaître les traitements disponibles pour soulager la dyspnée Définir la

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

Stage de SOINS INTENSIFS. Hôtel-Dieu de Québec 2010-2011

Stage de SOINS INTENSIFS. Hôtel-Dieu de Québec 2010-2011 Stage de SOINS INTENSIFS Hôtel-Dieu de Québec 2010-2011 Document d accueil pour les résidents qui effectueront un stage de soins intensifs à l Hôtel- Dieu de Québec 1. Introduction Cher collègue, Bienvenu

Plus en détail

La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO)

La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO) La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Définition La définition scientifique de la BPCO est la suivante : «maladie chronique et lentement progressive caractérisée par une diminution non complètement

Plus en détail

The 2016 SPECTRUM study. Severe hypoxemia : prevalence, TReatment and outcome in 2016. De l hypoxémie au SDRA : quelle prévalence en 2016?

The 2016 SPECTRUM study. Severe hypoxemia : prevalence, TReatment and outcome in 2016. De l hypoxémie au SDRA : quelle prévalence en 2016? Logo The 2016 SPECTRUM study Severe hypoxemia : prevalence, TReatment and outcome in 2016 De l hypoxémie au SDRA : quelle prévalence en 2016? Protocole d étude Version 2.5 du 25 juillet 2015 Société de

Plus en détail

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques SIP Août 2010 Route : 354 Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques Août 2010 1 Table des matières 1. Présentation du service p 3 2. Pathologies les plus courantes aux SIP. P 5 3. Objectifs de stage p

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

MEDUMAT Standard 2 Des perspectives visiblement nouvelles

MEDUMAT Standard 2 Des perspectives visiblement nouvelles MEDUMAT Standard 2 Des perspectives visiblement nouvelles MEDUMAT Standard 2 Une nouvelle vision en matière de ventilation d urgence et de transport moderne MEDUMAT Standard² : sécurité maximale dans l

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE Code Désignation OXYGENOTHERAPIE A LONG TERME EN POSTE FIXE Date JO Entente préalable Surveillance

Plus en détail

Nouveautés dans Asthme & MPOC

Nouveautés dans Asthme & MPOC Nouveautés dans Asthme & MPOC Dr Gilles Côté Pneumologue CSSSGatineau Pavillon de Hull 31 Janvier 2014 Conflit d intérêt Aucun 2 1 Objectifs A la fin de cette capsule, le participant pourra identifier

Plus en détail

Le monitoring réinventé

Le monitoring réinventé Document destiné aux professionnels de la santé Moniteur de surveillance série CSM-1901 Le monitoring réinventé * L'écran Web est une image de composition Nihon Kohden crée le moniteur du futur Optimisation

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

Les donneurs d organes potentiels ne se retrouvent pas seulement dans les grands centres de traumatologie!

Les donneurs d organes potentiels ne se retrouvent pas seulement dans les grands centres de traumatologie! Les donneurs d organes potentiels ne se retrouvent pas seulement dans les grands centres de traumatologie! Kathy Poulin Infirmière ressource au don d organes et de tissus 1 Taux et nombre de donneurs décédés

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

ventilation SeRvo-U DeS CaPaCitÉS ÉtenDUeS

ventilation SeRvo-U DeS CaPaCitÉS ÉtenDUeS ventilation SERVO-U DES CAPACITÉS ÉTENDUES Critical Care SERVO-U 3 SERVO-U DES CAPACITÉS ÉTENDUES SERVO-U offre de nombreuses options efficaces de ventilation protectrice. Toutes sont très accessibles,

Plus en détail

Oxygénothérapie à domicile

Oxygénothérapie à domicile RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire et de l apnée du sommeil Oxygénothérapie à domicile

Plus en détail

Les directives de la Société canadienne de thoracologie

Les directives de la Société canadienne de thoracologie Directives de la Société canadienne de thoracologie : Diagnostic et traitement des troubles respiratoires du sommeil de l adulte John Fleetham MD, Najib Ayas MD, Doug Bradley MD, Kathy Ferguson MD, Michael

Plus en détail

Tronc Artériel Commun

Tronc Artériel Commun Tronc Artériel Commun Cardiopathie congénitale conotroncale. 1.4% des cardiopathie congénitales. (1/10000) CIV Diagnostic anténatal Souvent associé à un 22q11. Anomalies associées Définition EMBRYOLOGIE

Plus en détail

Diagnostic et Monitoring de la pathologie respiratoire du sommeil en 2010. Peut-on faire plus simple?

Diagnostic et Monitoring de la pathologie respiratoire du sommeil en 2010. Peut-on faire plus simple? Diagnostic et Monitoring de la pathologie respiratoire du sommeil en 2010 Peut-on faire plus simple? Dr Dan Adler, Février 2011 Plan Diagnostic du SAHOS Vers moins de technologie Vers de nouvelles technologies

Plus en détail

Les soins palliatifs en soins intensifs pédiatriques

Les soins palliatifs en soins intensifs pédiatriques en soins intensifs pédiatriques Par France Gauvin, M.D., FRCPC, et Catherine Farrell, M.D., FRCPC Même dans un milieu de haute technologie comme les soins intensifs pédiatriques, il peut arriver que l

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

:: Atrésie de l œsophage

:: Atrésie de l œsophage :: Atrésie de l œsophage Définition : L atrésie de l œsophage est une malformation congénitale caractérisée par une interruption de continuité de l œsophage. Dans 50 % des cas, elle est associée à d autres

Plus en détail

Automatisation de la ventilation mécanique

Automatisation de la ventilation mécanique Automatisation de la ventilation mécanique Données récentes François LELLOUCHE, MD, PhD Centre de recherche de l Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec 13 Juin 2015 CONFLITS

Plus en détail

recommandations pour les médecins de famille

recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille Dr. med. Werner Karrer, Prof. Dr. med. Jörg D. Leuppi Les médecins de famille jouent un rôle central

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

Le premier et le seul Défibrillateur Entièrement Automatique équipé d une réelle assistance au massage cardiaque Intègre la technologie Un Défibrillateur Automatisé Externe (DAE) 100% utile. En cas

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

TECHNIQUES INSTRUMENTALES

TECHNIQUES INSTRUMENTALES TECHNIQUES INSTRUMENTALES EN KINESITHERAPIE RESPIRATOIRE Dominique DELPLANQUE Les techniques instrumentales Ce sont des outils d aide au Diagnostic kinésithérapique Traitement kinésithérapique Utiliser

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

Montage, démontage, test et suivi des respirateurs

Montage, démontage, test et suivi des respirateurs 04/10/2007 Page 1/10 Rédaction : JB. CHABLE (IDE) Vérification : C. Thomé (IDET) Approbation : Dr. M. Sirodot 1 BUT Ce document a pour but de s assurer du bon fonctionnement des appareils de ventilation

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

METHODOLOGIE POUR ACCROITRE LE POOL DE DONNEURS PULMONAIRES

METHODOLOGIE POUR ACCROITRE LE POOL DE DONNEURS PULMONAIRES METHODOLOGIE POUR ACCROITRE LE POOL DE DONNEURS PULMONAIRES Marc STERN Groupe de Transplantation Pulmonaire Hôpital Foch Aucun conflit d intérêt à déclarer Le greffon pulmonaire Bien rare et insuffisant:

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

SPIRO. L application mobile d aide à la spirométrie

SPIRO. L application mobile d aide à la spirométrie SPIRO L application mobile d aide à la spirométrie Audrey Desjardins et Catherine Sweeney, étudiantes au MD-MSc, Université Laval Dr. Mathieu Simon MD, FRCP(C), FCCM Symposium Cœur-Poumons 2015 2 Le fardeau

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Bronchopneumopathie chronique obstructive

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Bronchopneumopathie chronique obstructive Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS Bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 Guide téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours. 360 x 245 x 300 mm (sans moniteur) Cycle à temps et volume constant

Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours. 360 x 245 x 300 mm (sans moniteur) Cycle à temps et volume constant SIARETRON 3000 ICU Ventilateur pour soin intensif code: 960136 Rev. 1-01/01/2009 CARACTERISTIQUES PRINCIPALES Destination d usage Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours.

Plus en détail

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Épidémiologie Prévalence chez les patients hospitalisés 0.4% Diagnostic/année 0.04% Incidence estimée

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

COLLABORATEURS CLINIQUES

COLLABORATEURS CLINIQUES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC CONCEPTION Véronique Roberge, Infirmière clinicienne COLLABORATEURS CLINIQUES Céline Bergeron, Infirmière clinicienne spécialisée Sylvie Côté, Assistante infirmière

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France?

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France? 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s de réanimation 2011 Sfar. Tous droits réservés. Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées

Plus en détail

QUELLE SÉQUENCE, QUELLE ÉNERGIE, QUELS NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS? Défibrillation en 2011

QUELLE SÉQUENCE, QUELLE ÉNERGIE, QUELS NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS? Défibrillation en 2011 QUELLE SÉQUENCE, QUELLE ÉNERGIE, QUELS NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS? Défibrillation en 2011 DÉFIBRILLATION Faire passer un courant électrique au travers du cœur à une intensité suffisante pour dépolariser une

Plus en détail

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter?

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? Une maladie virale épidémique La bronchiolite aigüe représente le tableau le plus fréquent de l infection respiratoire basse chez le nourrisson.

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION

ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION «La défibrillation externe automatique dans les centres de conditionnement physique». Cette énoncé

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Miser sur le renouvellement de l organisation des services infirmiers pour améliorer la qualité et la sécurité des soins Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Membres de l équipe Carl-Ardy

Plus en détail