PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE (1 ère partie) C. Massé Service de Physiologie Faculté Médecine de Montpellier

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE (1 ère partie) C. Massé Service de Physiologie Faculté Médecine de Montpellier"

Transcription

1 PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE (1 ère partie) C. Massé Service de Physiologie Faculté Médecine de Montpellier 1

2 INTRODUCTION La motricité ou capacité de mouvement : Intègre la notion de contraction musculaire Ne se limite pas à la locomotion, penser aussi à comment manger, respirer, parler, écrire.., orienter le regard Impose en ce qui concerne le déplacement du corps : de lutter contre la pesanteur et en même temps d assurer la posture de dérouler correctement le mouvement (marcher, courir, sauter..) Est modulée par la vigilance/sommeil, l entraînement, la fatigue, les émotions, les médicaments, les boissons 2

3 Pour se déplacer il faut donc : Un tonus musculaire Un ensemble de processus nerveux qui assurent l équilibre une succession de postures Un ensemble de centres nerveux dont l action coordonnée organise le mouvement depuis le signal initiateur jusqu au moment où le but est atteint Implication de mécanismes : Réflexes (ex : mouvements alternatifs des membres) Automatiques (ex : marche, faire du vélo) qui déclenchent, règlent les séquences Intentionnels (ex : changement de direction, d allure; modification d inclinaison du corps donc d équilibre) Notion d apprentissage : enfant/adulte 3

4 I ETAPES DANS L ÉLABORATION D UN MOUVEMENT 1 - Le déclenchement Provient de stimuli sensoriels : locaux, visuels, olfactifs, auditifs, vestibulaires (déplacement en terrain accidenté) Peut être initié par une démarche intellectuelle, un besoin, une sensation de faim, de soif. 2 - Le contrôle permanent Il est nécessaire à l exécution correcte du mouvement Il est assuré d une part par un retour d informations sensitives proprioceptives informent le SNC de l état de la musculature informent de la position des segments de membres (important pour un déplacement yeux fermés ou dans le noir, encore plus en apesanteur) Il est assuré par le cervelet qui analyse et compare les données Le cervelet est capable de détecter et de corriger les erreurs entre programmation du mouvement et déroulement réel de celui-ci 4

5 3 - La coordination des actions musculaires est : Segmentaire et intersegmentaire (moelle): mise en place de schémas d actions relativement rigides (genre de circuits imprimés) exemple : flexion-extension croisée nécessaire au pas Suprasegmentaire (encéphale) : conception, ordre du mouvement Ex : la fermeture du poing nécessite Contraction des fléchisseurs des doigts (m. agonistes) Dans le même temps relâchement des extenseurs des doigts (m. antagonistes) Contraction des extenseurs du poignet (éviter sa flexion) (m. synergistes) Fixation-maintien du poignet, coude épaule (m. fixateurs) Seule la contraction des agonistes est volontaire 5

6 4 - Expérimentation animale Une section de moelle lorsqu elle survient produit le choc spinal caractérisé par : une aréfléxie totale Une atonie musculaire avec incapacité immédiate de mouvement : paralysie flasque Selon l espèce animale dans les heures ou les jours qui suivent une reprise progressive du tonus musculaire Dans les semaines qui suivent (parfois des mois chez l homme) un retour des réflexes mais persistance de la paralysie en dessous de la section médullaire (pas de commande des mouvements automatiques ou volontaires) Une section transmésencéphalique (intercolliculaire) qui laisse fonctionnelles une partie du TC et la ME conduit à une paralysie avec hyperextension des membres de l animal : hyperactivité des γ motoneurones des extenseurs (cf partie du cours) «Opisthotonos» 6

7 5 - Données cliniques La décortication expérimentale laisse subsister la possibilité de mouvements automatiques (marche, redressement..). Le mésencéphale le TC et la ME peuvent assurer des mouvements automatiques En clinique, l équivalent d une décortication peut être observée chez des enfants anencéphales : pas de développement du cortex (télencéphale). Un enfant anencéphale peut: téter, avaler, bâiller Les tremblements : Présents au repos et absents lors de l exécution du mouvement suggèrent une atteinte des noyaux gris (parkinson) Présents au cours de l exécution du mouvement et absents au repos orientent vers une atteinte cérébelleuse Troubles de l équilibre (chutes à la fermeture des yeux : signe de Romberg) Tabes, stade tertiaire de la syphillis : pas de retour d informations proprioceptives : la chute se produit sans direction privilégiée Atteinte labyrinthique unilatérale produit une chute latéralisée Les vertiges : non concordance entre les informations visuelles et labyrinthiques (position de la tête) ou proprioceptives (contact avec le sol) 7

8 6 Rôle des principales structures Cortex : mouvements volontaires (intentionnels) se réalisent : Majoritairement par activation de programmes moteurs inscrits au niveau des Nx Gris, du TC, du Cervelet ou de la moelle Partiellement par commande directe en court circuitant les autres centres : mise en jeu des voies cortico-spinales (mouvements très précis et très fins des mains) Noyaux Gris : n activent pas le mouvement mais Le planifient Règlent sa puissance et sa direction Tronc Cérébral : Lutte contre la pesanteur Ajuste l équilibre Coordonne les mouvements de yeux Commande quelques mouvements stéréotypés Cervelet : monté en dérivation du TC il ne produit pas de mouvement il le régule de manière fine et rapide Il assure le démarrage et l arrêt Moelle : réseaux de neurones et de relais Responsables des réflexes Où s inscrivent des programmes élémentaires (marche) 8

9 7 A différentes modalités (réflexe (R), automatique (A), volontaire (V)) une seule voie finale commune: LE MOTONEURONE α Cortex (V) Nx Gris (A) Cervelet TC (R) Moelle I+ I- γ α Muscle 9

10 8 Qui fait quoi? MOTIVATION Je veux planter un clou CONTEXTE Où? Quelle taille? Marteau petit ou gros? Proprement ou grossièrement? Quelle vitesse? Cortex associatif d ordre supérieur Cortex associatif sensoriel et moteur Ganglions de la Base (Nx Gris) Cortex moteur ETAT Où sont ma main, mon poignet? mon avant bras, mon coude? mon bras, mon épaule? Quelle est la résistance du bois? Mon regard est-il bien dirigé? Suis je debout, penché? Systèmes visuel et Somesthésique moelle Cortex associatif Sensoriel et moteur Système vestibulaire Cervelet Exécution du mouvement 10

11 8 Modulation de la motricité Le sommeil : le tonus musculaire diminue d autant plus que le sommeil est profond et devient même nul pendant la phase dite paradoxale. Le corps est comme déconnecté de la tête, comme «paralysé, anesthésié» La vigilance : au contraire du sommeil renforce la motricité L hypervigilance est un état d alerte, de tension en préparation à l action Les émotions peuvent contribuer à un état d hypervigilance ou d abattement Les médicaments modifient le comportement moteur (neuroleptiques) Les excitants comme le café, l alcool perturbent les séquences motrices La fatigue amenuise les réflexes L entraînement : la motricité est un mécanisme plastique (modulable), notion d apprentissage : écriture, utilisation d un instrument.., rééducation 11

12 II LE COUPLE MOELLE MUSCLE 1- Constat expérimental ou clinique Suite à une section médullaire c est le choc spinal : paralysie, aréfléxie, anesthésie en dessous de cette section, la moelle est cependant toujours vivante Progressivement récupération partielle De l activité des récepteurs et des nerfs sensibles D un tonus musculaire modéré (activation des motoneurones α par les interneurones médullaires) Réapparition de certains réflexes : implique une stimulation Simples en premier Puis plus complexes, nécessitant même une certaine coordination Ex : les réflexes de Pflügers (grenouille décérébrée)» D abord Flasque puis reprise du tonus, réflexes de flexion fonction de l intensité de stimulation (flexion + flexion croisée) : chez l homme spinal flexion et extension croisée Sont définitivement perdus : La lutte contre la pesanteur, l équilibre (TC) Les mouvements automatiques (Nx Gris) et volontaires (cortex) (+ cervelet) 12

13 2 Les cellules médullaires impliquées Les motoneurones : situés dans corne antérieure de la moelle occupent une grande surface munis de très nombreux dendrites des milliers de contacts possibles Gros axones myélinisés à destination des muscles fléchisseurs ou extenseurs Les interneurones : sont 30 fois plus nombreux Sont très excitables et présentent une activité spontanée : fréquence de décharge peut atteindre 1500 / sec Reçoivent : des fibres sensitives (corne postérieure), des voies descendantes (commandes automatique ou volontaire) Sont interconnectés Rôle de traitement de l information ( notion de centre d intégration) Forment des réseaux + / - organisés (centres?) Assurent des communications bilatérales et intersegmentaires Stimulent ou inhibent les motoneurones Les cellules de Renshaw Capacité inhibitrice Focalisation d un message 13

14 2 1 Les motoneurones α : les plus nombreux axones myélinisés Aα, Ǿ : 14 µm), pas de synapse avant la cellule musculaire Contactent plusieurs f. musculaires striées de 2 à 3 jusqu à plus de 100 selon la taille du muscle (définition de l unité motrice) Sont stimulés en permanence (2000 st/s) par fibres pyramidales, extrapyramidales, interneurones, autres motoneurones, fibres sensitives afférentes : réflexes activateur ou inhibiteur Pulsent même au repos et stimulent en permanence le muscle (tonus musculaire) Leurs seuils de stimulation sont différents d où décharge asynchrone donc contraction musculaire continue généralement irrégulière 14

15 Répartition des MN dans la corne ventrale MN des Muscles axiaux : Muscles du rachis Fixation MN des muscles proximaux : Muscles des ceintures Posture MN des muscles distaux : Muscles des membres Mouvements fins De + en + vers extrémités 15

16 2 1 Les motoneurones α : les plus nombreux Leur activité permanente tient au fait qu ils sont la voie finale commune ainsi : Une stimulation directe de l axone produit une contraction brève et rapide Une stimulation via la corne postérieure (stimulation réflexe) produit une contraction progressive et soutenue car décharges répétitives sur le motoneurone Jouent un rôle de filtre en limitant les trop hautes fréquences Limitation due aux périodes réfractaires mais aussi au rétrocontrôle par les cellules de Renshaw 2 stim consécutives séparées de 100 msec produiront 2 contractions musculaires Si séparation< 100 msec : hypoexcitabilité Si séparation < 1,5 msec phase réfractaire absolue 16

17 2 2 Les motoneurones γ Moins nombreux (environ 30 % des motoneurones), axone de Ǿ = 5 µm Innervent les fuseaux neuro musculaires Ils règlent la tension des fuseaux Sont soumis à des influences centrales provenant du tronc cérébral Les noyaux du TC vont se projeter sur les motoneurones γ de la corne antérieure de la ME par l'intermédiaire des Faisceaux : o réticulo-spinal provenant de la substance réticulée o tecto-spinal provenant des tubercules quadrijumeaux o olivo-spinal provenant de l'olive bulbaire o vestibulo-spinal provenant des noyaux vestibulaires Le motoneurone γ intervient dans la régulation du tonus musculaire en permanence (au repos, en posture et durant la marche) 17

18 2 3 - Les cellules de Renshaw Interneurones inhibiteurs particuliers Sont stimulés par des collatérales de l axone du motoneurone Exercent une inhibition récurrente sur le motoneurone lui-même : limitation de fréquence de décharge du motoneurone S Début S Fin I I IIIIIIIIIIIIIIII I I I I I I I I I I I I I I Action aussi sur les motoneurones adjacents : amélioration du contraste, focalisation du message S R S Début S Fin I I I I i I I I IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII I I M I I I I I I 18

19 3 - Retour d information du muscle vers la moelle Rappels: Il existe des neurones sensitifs signalant l état d étirement du muscle à la moelle (proviennent des FNM) * Expérimental : section des racines postérieures transportant les informations sensitives provenant du muscle n abolie pas le tonus musculaire la contraction musculaire devient irrégulière, saccadée par perte des informations - de longueur instantanée - de vitesse de variation de celle-ci Donc en l absence d un retour sensible vers la ME, pas d harmonisation de la contraction Remarque : les récepteurs de Golgi informent de la tension 19

20 * Histologique : les FNM Sont +/- denses dans le muscle : plus le muscle exécute des mouvements précis plus nombreux sont les FNM Contiennent environ 8 à 12 cellules fusoriales (= fibres intrafusales) de 2 types F. primaire à sac nucléaire innervée dans sa région équatoriale par une fibre de type Ia (17 µm) annulo-spiralée qui contacte directement le motoneurone α (contact monosynaptique) Ces fibres disposent de matériel contractile dans leurs régions polaires, commandé par des motoneurones γ F à chaine nucléaire innervée par une fibre de type II (8 µm) : contact dit en buisson hors de la région équatoriale qui se connecte au motoneurone via un (ou plus) interneurone (contact polysysnaptique donc signal retardé, plus intégré aux autres évènements Ces fibres peuvent aussi disposer de terminaisons Ia 20

21 3 2 Fonctionnement des FNM : plusieurs modalités * Etirement du muscle donc des FNM Etirement lent du muscle (variation lente de longueur): Réponse simultanée des 2 récepteurs (surtout ceux à chaine nucléaire) Réponse proportionnelle Persistante si la longueur finale est maintenue : réponse statique (information de longueur) Etirement brusque (variation rapide de longueur) Réponse immédiate, très forte, des récepteurs à sac nucléaire : réponse dynamique (information de vitesse) Dès que la longueur est atteinte : réponse statique uniquement Longueur I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I Fibre II I IIIIIIIIIIIIIII I I I I I I I I I I IIIII I I I I I I I I I I I I Fibre Ia Dynamique Statique Dyn Statique 21

22 * Stimulation γ des fibres intrafusales La stimulation polaire des fibres intrafusales allonge (étire) le fuseau d où activation des fibres Ia et II Les fibres à chaine sont stimulées par les γ motoneures statiques donc renforcement de la réponse statique Les fibres à sac sont stimulées par les γ motoneurones dynamiques donc renforcement de la réponse dynamique et aussi par des γ motoneurones statiques L activité γ règle l activité musculaire indépendamment de la longueur initiale du muscle Etirement d une fibre à sac I I I I I I I I I I I Réponse normale I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I Rép pendant stim γ statique I I I IIIIIIIIIIIIIIII I I I I I I I I I I I I I I I I Rép pendant stim γ dynamique 22

23 * Lors du raccourcissement du muscle (contraction) A l état stationnaire le fuseau a toujours un minimum d activité Pendant le raccourcissement passif par relâchement des forces de traction les influx disparaissent dans les fibres Ia Lorsque le muscle a atteint sa nouvelle longueur les influx réapparaissent mais à une fréquence moindre : nouvel état C est la cas aussi pendant la contraction volontaire du muscle Raccourcissement I I I I I I I I I I I I I I I I I I Ia En résumé les FNM renseignent en permanence de l état du muscle et de la vitesse de son changement d état 23

24 3 3 Le réflexe myotatique et son réglage Le réflexe : voie rouge (fibre Ia): étirement contraction immédiate du muscle (voie monosynaptique) le réflexe : voie bleue (fibre II): étirement contraction retardée du muscle (voie polysynaptique) L ajustement du réflexe (voie noire) : l activation des γ motoneurones sensibilise le FNM (cf schéma du bas) Le réflexe myotatique inverse voie verte (fibre Ib) relâchement du muscle contracté Origine récepteur tendineux de Golgi (voie polysynaptique) ( cf 3 4 ) 24

25 3 4 Retour d information du tendon vers la moelle Provient des récepteurs tendineux de Golgi (récepteurs encapsulés) par l intermédiaire de fibres de gros calibre Ib connectées à des interneurones inhibiteurs (Renshaw occasionnellement) Signale l état de tension des tendons et sa vitesse de variation Fonctionnement similaire à celui des FNM Mais avec un seuil d activation beaucoup plus élevé Augmentation brutale de tension 1. Réponse dynamique intense, proportionnelle au phénomène 2. Puis adaptation (accomodation) à un niveau plus bas mais proportionnel lui aussi à l intensité du phénomène : réponse statique 25

26 3 4 Retour d information du tendon vers la moelle Rôle de protection, régulation de la tension des différents paquets de fibres musculaires (relâchement de celles-ci si la tension devient trop forte, protection contre la déchirure) Exemples : expérimental :animal décérébré en hyper-extension, chargé progressivement Chaque charge ajoutée maintien de l extension Charge trop lourde effondrement brutal dû à l activation des R de Golgi clinique : la rigidité consécutive à des lésions des voies extrapyramidales dite «en lame de canif» est due aussi à une exagération du réflexe myotatique si l on tente de replier l avant bras du patient Plus la force exercée est grande plus la résistance augmente Puis un certain seuil atteint : lâchage brutal comme la lame du canif quand elle se referme 26

27 3 5 A quoi servent ces réflexes Sur le plan physiologique : Lissage de la contraction musculaire par correction permanente (sorte de réalisation d une moyenne) même si la fréquence de décharge des motoneurones est basse Maintien de la longueur du muscle Lutte contre la pesanteur» La stimulation γ (réticulée facilitatrice) va renforcer la contraction des extenseurs Servo-assistance : facilitation de l activité α suite à la sensibilisation opérée par l étirement des fuseaux sous stimulation γ 27

28 3 5 A quoi servent ces réflexes Sur le plan physiologique : Etablir une cohérence entre commande volontaire et réponse des fuseaux pendant le déroulement d un mouvement : Co-activation α et γ par les voies pyramidales * si MN α sont activés seuls: contraction des muscles, les fuseaux se raccourcissent, donc il n y a plus d information longueur du muscle * si activation simultanée des MN γ : allongement parties centrales des fuseaux donc maintien de l information et de la sensibilité musculaire» Les 2 effets ne sont pas opposés mais s additionnent» D où renforcement de la contraction Stabilisation de la position du corps sous l action concomitante des γ motoneurones destinés aux muscles agonistes et antagonistes : rigidité de maintien de la posture» Toute modification de force d un côté correction du réflexe myotatique de l autre» Permet des mouvements très précis pouvant être bloqués Information du cervelet, de la réticulée et du cortex sensori-moteur sur l état du muscle 28

29 3 5 A quoi servent ces réflexes Sur le plan Clinique: Evaluation du niveau de stimulation de la moelle par les centres supérieurs (exemple : réflexe rotulien) Si lésion des aires motrices (AVC, tumeur )» Augmentation de la spasticité controlatérale Si activation : réflexes facilités (+/- clonus suite à l étirement brutal du muscle)» Secousse musculaire controlatérale exacerbée 29

30 III PARTICIPATION DE LA MOELLE ET DU TC 1 La moelle : du tonus musculaire aux réflexes complexes Le tonus musculaire : Après la sidération médullaire du choc spinal (section transversale de moelle) le tonus musculaire et les réflexes réapparaissent progressivement. Le tonus musculaire n est donc pas lié aux centres supérieurs mais tire son origine de la moelle épinière La destruction des cornes antérieures de la moelle entraîne une perte définitive du tonus musculaire et une atrophie rapide des muscles» C est donc de l activité permanente des motoneurones α que dépend le tonus musculaire» Cette activité est due à la stimulation provenant des interneurones En résumé : le tonus musculaire n a pas pour origine les centres supérieurs mais peut être modulé par ceux-ci lorsque la moelle est intègre (ex : inhibition du tonus lors du sommeil sous l influence de la réticulée inhibitrice) 30

31 1 La moelle : du tonus musculaire aux réflexes complexes Les réflexes de base Leur étude nécessite un animal spinal pour obtenir des réponses pures débarrassées des influences centrales Le réflexe de flexion pur Son stimulus : la douleur; réflexe de défense Implique l inhibition concomitante des extenseurs Polysynaptique (rémanence, divergence, inhibition réciproque) Fatigable mais de durée suffisante pour que d autres mécanismes prennent le relais Le réflexe flexion-extension croisée L extension survient 0,2 à 0,3 sec après la flexion mais dure plus longtemps Aδ α Flech α Ext α Flech α Ext 31

32 Le réflexe d extension seul Monosynaptique, simple : le réflexe myotatique (réflexe rotulien) Polysynaptique obtenu par stimulation non nociceptive de la plante du pied : Stimulus : effleurement, très léger appui extension pour établir un contact ferme Qualifié de réaction magnétique : chez un chien normal le contact d un doigt sur les pelotes plantaires entraîne une extension de la patte qui suit le mouvement du doigt s il s éloigne comme le morceau de fer suit un aimant (disparaît chez l animal spinal ou décérébré ou décortiqué mais est exagéré chez l animal sans cervelet) Correspond à l activation des muscles antigravifiques (extenseurs) simultanément à l inhibition des fléchisseurs. Peu ou pas fatigable (circuits réverbérants) S observe chez le nouveau né 32

33 Le signe de Babinski Chez le sujet spinal c est une extension en éventail des orteils qui est observée tout comme chez le nouveau né. Pour ce dernier le signe traduit le fait que la prise de contrôle supra-spinale n est pas encore établie (immaturité) L inclinaison plantaire (flexion) des orteils lorsqu on stimule le bord externe du pied est la réponse normale chez l adulte. 33

34 I 2 Les réflexes complexes Le réflexe de grattage (inclus flexion-extension et orientation) La stimulation légère de la peau du flanc d un chien décérébré entraîne une activité répétitive et entretenue de grattage de la région stimulée Succession de flexions-extensions avec orientation de la patte vers la zone stimulée. Le déplacement du point de stimulation a pour conséquence une correction de position de la patte Donc réflexe très complexe mettant en jeu un certain nombre de réseaux Pour l activité rythmique Pour l ajustement de la posture de la patte Réflexe du galop chez le chien spinal (section haute) L étirement des pattes antérieures d un chien suspendu par des sangles, produit une flexion des pattes postérieures Lorsque le dos de la patte d un chien est stimulée il élève cette patte (idem : pour le pied de l homme qui accroche une marche d escalier dans le noir) 34

35 Réflexes de posture (labyrinthes anesthésiés) Réflexes cervicaux : position tête a : posture normale b : inclinaison AR extension 4 Mb c : inclinaison AV flexion 4 Mb d : rotation droite extension Mb droits flexion Mb gauches e : inclinaison droite idem rotation a b c d e Réflexes lombaires : position du tronc a : posture normale b : inclinaison AR extension des 4 Mb c : inclinaison AV flexion des 4 Mb d : rotation à droite extension 2 Mb droits e : inclinaison droite ext Mb < droit flex Mb > gauche réciproque pour a b c d e les 2 autres Donc notions de réseaux médullaires assurant des réflexes complexes pour : Lutter contre la pesanteur, Assurer la posture, Ebaucher des mouvements 35

36 2 Le tronc cérébral (posture, équilibre) 2 1 Le noyau rouge Reçoit des afférences cérébelleuses Inhibe les MN des extenseurs par le faisceau rubro-spinal 2 2 les Noyaux Réticulaires Nx mésencéphaliques reçoivent des informations * des noyaux vestibulaires * des noyaux profonds du cervelet Stimulent les MN des muscles extenseurs proximaux (Fx réticulospinal ventral, aussi appelé médian) Sont responsables de la rigidité de décérébration Nx bulbo-pontiques Reçoivent des informations * corticales (Fx cortico-spinal) Inhibent les MN des muscles extenseurs plutôt distaux (Fx réticulo-spinal latéral) Rmd : réticulée mésodiencéphalique (facilitatrice) RBP : Réticulée Bulbo Pontique (inhibitrice) NR : Noyau Rouge (fonction inhibitrice) NV : Noyaux Vestibulaires (fonction excitatrice) Co : Cortex (activateur de la RBP) Ce T : Noyau du Toit du cervelet (fonction 36 activatrice)

37 37

38 2 3 Les noyaux vestibulaires Au nombre de 4 de chaque côté Reçoivent du labyrinthe (cf plus loin) des informations de type accélération linéaire dans les plans horizontal et vertical provenant des récepteurs maculaires (inclinaison de la tête : début et fin) accélération angulaire (rotatoire) provenant des récepteurs ampullaires (rotation de la tête : début et fin) Permettent l anticipation du déséquilibre en association avec le cervelet lors d un changement brutal de direction Comparent les signaux des 2 labyrinthes Reçoivent également des signaux Des yeux Des propriocepteurs du cou Lorsque la tête s incline seule : pas de déséquilibre car les signaux du labyrinthe sont corrigés par ceux du cou Lorsque tête + tronc s inclinent conjointement : déséquilibre car non concordance d informations 38

39 2 3 les noyaux vestibulaires Le vestibule (labyrinthe) Constitué de : - 2 cavités s l'utricule et le saccule contenant des taches sensorielles les macules - de 3 canaux semi-circulaires disposés s dans 3 plans perpendiculaires et s'ouvrant sur l'utricule par des ampoules (A) contenant les récepteurs r ampullaires L'ensemble est rempli d'endolymphe Inclinaison de la tête pour situer le canal latéral en position horizontale Canal s-cs postérieur Canal s-cs horizontal Canal semi- circulaire postérieur Ampoule Canal semi- circulaire antérieur Canal semi- Circulaire horizontal Canal s-s c antérieur Utricule Macule Nerf vestibulaire Saccule Macule Canal cochléaire 39

40 2 3 les noyaux vestibulaires Le vestibule, les récepteurs Les récepteurs r maculaires et ampullaires sont formés s de cellules ciliées solidaires des cavités s oùo elles sont situées Ces cellules disposent : - d'un cil de référence r rence le kinocil - de plusieurs rangées de stéréocils qui sont activés s lors de leur inclinaison vers le kinocil et inhibés s lors de l'inclinaison inverse Le mouvement des cils est produit sous l'effet d'accélérations : - linéaire en ce qui concerne les macules (la pesanteur en fait partie) - rotatoire en ce qui concerne les ampoules 40

41 2 3 les noyaux vestibulaires Le vestibule, fonctionnement les récepteurs maculaires : Les cils sont enchassés dans une membrane visqueuse contenant des cristaux de carbonate de calcium : les otolithes Sous l'effet de l'accélération linéaire les otolithes sont entraînés et inclinent ainsi les cils Les récepteurs ampullaires : La paroi interne de l'ampoule présente une excroissance(la crête ampullaire sur laquelle sont fixées les cellules ciliées Les cils sont recouverts d'une cupule visqueuse qui ferme la lumière de l'ampoule Lors d'une accélération rotatoire le mouvement relatif de l'endolymphe par rapport au canal produit l'inclinaison de la cupule et donc des cils R E E : mvt de l'endolymphe R: sens de rotation 41

42 2 3 les noyaux vestibulaires Le vestibule, fonctionnement Les canaux semi circulaires sont symétriques par rapport au plan médian Dans les ampoules les kinocils sont disposés du côté de la lumière de l utricule Une mise en rotation de la tête vers la gauche courant endolymphatique et inclinaison des cupules vers la droite soit : Activation côté gauche (courant ampullipète) Inhibition à droite (courant ampullifuge) Donc phénomène de contraste renforçant l information destinée aux centres A vitesse constante la cupule reprend sa position de repos: symétrie de l information A l arrêt brutal : décélération, le mouvement endolymphatique est inversé (sensation de rotation en sens inverse) d où vertige, déséquilibre, du fait d informations non concordantes (visuelles : position stable et labyrinthiques : la tête est en rotation) 42

43 2 3 les noyaux vestibulaires Le vestibule, projections nerveuses L activité des cellules du vestibule est transmise par les 2 branches du nerf vestibulaire aux noyaux vestibulaires (supérieur, médian, latéral et inférieur) qui gèrent le tonus musculaire et les mouvements des yeux Cette activité est également projetée au niveau du cervelet soit directement sur l archéocervelet, soit indirectement à partir du noyau vestibulaire latéral Ainsi le cervelet pourrait être le site : Où s effectue la comparaison centrale des activités émises notamment par les canaux semi-circulaires Et où s opère la correction d éventuelles erreurs de détection au niveau d un canal En retour le cervelet projette sur le noyau vestibulaire latéral et sur le noyau rouge (2 structures fortement impliquées dans le tonus musculaire) 43

44 2 3 Les noyaux vestibulaires Agissent sur La moelle : ils règlent le tonus des muscles antigravifiques (surtout activité γ) par les faisceaux vestibulo-spinaux Les noyaux réticulaires : ils règlent leur activité d où conséquences sur le tonus musculaire Le cervelet Les noyaux oculo-moteurs (cf diapo suivante) Latéro ro-pulsion vers le côté lésé par suite de la perte du tonus de ce côté,, le tonus du côté opposé paraît t alors exagéré Ataxie labyrinthique : - déviation de la marche du côté de la lésion l lorsque les yeux sont fermés -. - Signe de Romberg + 44

45 2 3 les noyaux vestibulaires Action sur les noyaux oculo- moteurs : Correction de la direction des yeux en fonction du mouvement. But : * stabilisation du regard, * poursuite du champ visuel initial Lorsque les yeux arrivent en butée un rappel brutal vers la région médiane orbitaire s opère: c est le phénomène du nystagmus + N Supérieur N Latéral (Deiters) N Médian N Inférieur Sens de rotation du fauteuil tournant Faisceau vestibulo-spinal médian Faisceau vestibulo-spinal Latéral Canal semi circulaire Horizontal Direction du 45 courant endolymphatique

46 2 3 Les noyaux vestibulaires Mouvements des yeux d un patient placé dans un fauteuil tournant En cas de lésion d un labyrinthe, orientation du regard vers le côté lésé et nystagmus spontané 46

47 2 3 Les noyaux vestibulaires -intervention dans le réflexe de redressement Il prend naissance au niveau des récepteurs maculaires et a pour but de remettre la tête en position normale en l'absence de messages visuels (ex du cobaye à qui les otolithes ont été déplacés par centrifugation qui gardent l'orientation de la tête imprimée par l'expérimentateur). - Remarque : ce réflexe est associé à des réflexes ayant pour origine les récepteurs visuels et cervicaux chaque fois que la projection du centre de gravité ne se fait plus dans le polygone de sustentation (ex du chat en chute libre pattes en l'air) * la tête se place en position verticale, pattes postérieures en extension et antérieures fléchies * rotation de la tête de 180 pour rétablir le champ visuel et le fonctionnement normal des macules * les récepteurs cervicaux provoquent une rotation du tronc avec extension du train avant et flexion du train arrière pour qu'à la réception la tête ne percute pas le sol 47

48 En résumé : Le tronc cérébral est constitué De voies nerveuses montantes et descendantes De voies qui le mettent en relation avec le cervelet De noyaux moteurs dont certains sont aussi des centres d intégration (les noyaux vestibulaires comparent les informations provenant des 2 labyrinthes) De substance réticulaire qui malgré son aspect diffus est subdivisée en zones assurant des fonctions différentes Le tronc cérébral a des actions communes avec la moelle mais aussi des actions propres par l intermédiaire des noyaux moteurs qu il contient Les fonctions essentielles du tronc cérébral sont d assurer le tonus de posture et d assurer l équilibre même pendant le déplacement 48

Le fonctionnement neuromoteur inclue des réflexes situés au niveau de la moelle épinière mais modulé par le SNC

Le fonctionnement neuromoteur inclue des réflexes situés au niveau de la moelle épinière mais modulé par le SNC Le fonctionnement neuromoteur inclue des réflexes situés au niveau de la moelle épinière mais modulé par le SNC Il existe 3 types de motoneurones dans la corne ventrale antérieure de la moelle épinière

Plus en détail

Neurophysiologie. Dr P Sauleau. I. Somesthésie et nociception. II. Système nerveux périphérique. III. Réflexes médullaires

Neurophysiologie. Dr P Sauleau. I. Somesthésie et nociception. II. Système nerveux périphérique. III. Réflexes médullaires Neurophysiologie Dr P Sauleau I. Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices V. Noyaux gris centraux et cervelet VI. Audition

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE

PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE I- Mises en évidences des fonctions motrices : 1- Enjeux de la motricité : Il existe globalement deux enjeux majeurs de la motricité : - lutter contre la pesanteur et en même

Plus en détail

II. Les Réflexes Spinaux. A. Le Réflexe Myotatique

II. Les Réflexes Spinaux. A. Le Réflexe Myotatique II. Les Réflexes Spinaux Les réflexes spinaux sont des mouvements consécutifs mis en oeuvre indépendamment de la volonté et qui constituent une réaction rapide, et pré-déterminée, à l apparition d un stimulus

Plus en détail

Synapses non obligatoires :

Synapses non obligatoires : Synapses non obligatoires : Un seul PA arrivant en zone présynaptique ne peut déclencher un PA en zone post- synaptique - Un PA génère un potentiel post synaptique excitateur (PPSE) dure 15 msec; Si un

Plus en détail

Contrôle moteur et planification SÉANCE 2. Emmanuel Guigon (guigon@ccr.jussieu.fr)

Contrôle moteur et planification SÉANCE 2. Emmanuel Guigon (guigon@ccr.jussieu.fr) Contrôle moteur et planification Organisation anatomophysiologique du contrôle moteur SÉANCE 2 Emmanuel Guigon (guigon@ccr.jussieu.fr) Le muscle Muscle = ensemble de fibres musculaires Fibre musculaire

Plus en détail

Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Chapitre 1 : Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle

Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Chapitre 1 : Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle Thème 3-B Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Chapitre 1 : Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle La posture, ou position de notre corps dans l espace, est

Plus en détail

Proprioception. Définition :

Proprioception. Définition : Proprioception Définition : La proprioception est la perception du corps et des membres, de leur position (1) et de leur mouvement(2) dans l'espace, sans que l'individu ait besoin de les vérifier avec

Plus en détail

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Identification des éléments mis en jeu dans l acte réflexe Définir les potentiels de repos et d action Préciser l origine ionique de ces

Plus en détail

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois :

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : De recueillir des informations en provenance de l environnement et des structures

Plus en détail

Neurophysiologie Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices

Neurophysiologie Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices Neurophysiologie Dr P Sauleau I. Somesthésie et nociception II. III. IV. Système nerveux périphérique Réflexes médullaires Cortex moteur et voies motrices V. Noyaux gris centraux et cervelet VI. Audition

Plus en détail

Perception. Bases neurophysiologiques de la vision

Perception. Bases neurophysiologiques de la vision Perception Bases neurophysiologiques de la vision Anatomie de l œil Vaisseaux sanguins rétinaux Paupière Cornée Nerf optique Muscles extraocculaires Rétine Anatomie de l œil cornée Pupille Liquide aqueux

Plus en détail

LES NEURONES : APPROCHES

LES NEURONES : APPROCHES LES NEURONES : APPROCHES STRUCTURELLE ET FONCTIONNELLE I Généralités Un neurone est une cellule dite «excitable» qui est la brique élémentaire du systèm nerveux. Ces cellules possèdent deux propriétés

Plus en détail

CHAPITRE IV LE CONTRÔLE REFLEXE DE LA MOTRICITE LES REFLEXES SPINAUX

CHAPITRE IV LE CONTRÔLE REFLEXE DE LA MOTRICITE LES REFLEXES SPINAUX CHAPITRE IV LE CONTRÔLE REFLEXE DE LA MOTRICITE LES REFLEXES SPINAUX I. La notion de réflexer Un réflexe est une réponse rapide, prévisible, automatique et involontaire à un stimulus Un réflexe peut être

Plus en détail

CONCEPT GENERAL D EQUILIBRE STATIQUE EQUILIBRE ET PLATEFORMES DE FORCES CONTRÔLE NEUROLOGIQUE DE LA STATION DEBOUT DE LA STATION DEBOUT

CONCEPT GENERAL D EQUILIBRE STATIQUE EQUILIBRE ET PLATEFORMES DE FORCES CONTRÔLE NEUROLOGIQUE DE LA STATION DEBOUT DE LA STATION DEBOUT EQUILIBRE ET PLATEFORMES DE FORCES Philippe THOUMIE Hôpital Rothschild CONCEPT GENERAL D EQUILIBRE STATIQUE CENTRE DE GRAVITE POLYGONE DE SUSTENTATION MODELE BIOMECANIQUE PENDULE INVERSE (Gurfinkel) MODELE

Plus en détail

Comportement moteur, système nerveux et APSA

Comportement moteur, système nerveux et APSA LCOM100 : Semestre 1 / Unité 1 / 10h CM / 2 ECTS Comportement moteur, système nerveux et APSA L. Bringoux & A. Guillaume 2. Relation SNC & motricité: Illustration au travers des APSA 2.2. Le tronc cérébral

Plus en détail

TRAITEMENT DE L INFORMATION SENSORIELLE : PRINCIPES GENERAUX. Plan du cours I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL

TRAITEMENT DE L INFORMATION SENSORIELLE : PRINCIPES GENERAUX. Plan du cours I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL TRAITEMENT DE L INFORMATION SENSORIELLE : PRINCIPES GENERAUX Plan du cours I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL 1. Principe général du fonctionnement cérébral 2. Notions de base en physiologie

Plus en détail

BILANS ANALYTIQUES MUSCULO-TENDINEUX

BILANS ANALYTIQUES MUSCULO-TENDINEUX BILANS ANALYTIQUES MUSCULO-TENDINEUX I) INTRODUCTION 1. Le muscle Le muscle est un organe excitable-contractile, extensible visco-élastique, Motricité : - Automatique (marche) - Réflexe (activité stéréotypée,

Plus en détail

Le système nerveux: contrôle du mouvement

Le système nerveux: contrôle du mouvement Le système nerveux: contrôle du mouvement Contrôle spinal du mouvement - Moelle épinière. Contrôle des mouvements stéréotypés telles que la marche et la course sans obstacles. Contrôle descendant du mouvement

Plus en détail

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux Partie 4 : système nerveux Chapitre 2 : La propagation du message nerveux L arc réflexe est constitué par un réseau de neurones connectés au niveau de synapses. Le message nerveux prend naissance au niveau

Plus en détail

Les muscles. Transforme de l énergie chimique en énergie mécanique. Il faut distinguer les muscles squelettiques des muscles blancs.

Les muscles. Transforme de l énergie chimique en énergie mécanique. Il faut distinguer les muscles squelettiques des muscles blancs. I) Définition sous son aspect mécanique Les muscles Transforme de l énergie chimique en énergie mécanique. Il faut distinguer les muscles squelettiques des muscles blancs. II) Structure et morphologie

Plus en détail

Contrôle de la motricité volontaire par le cervelet et les noyaux gris centraux. Dr Valérie Cochen De Cock

Contrôle de la motricité volontaire par le cervelet et les noyaux gris centraux. Dr Valérie Cochen De Cock Contrôle de la motricité volontaire par le cervelet et les noyaux gris centraux Dr Valérie Cochen De Cock Introduction Cervelet et noyaux gris centraux Sont en dérivation des voies qui vont des aires corticomotrices

Plus en détail

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage.

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. L'apprentissage 1 Définitions a. Approche globale La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. Un apprentissage est l acquisition d un nouveau savoir. Dans la

Plus en détail

Thème 3B : Corps humain et santé Chapitre 1 : LE RÉFLEXE MYOTATIQUE, UN EXEMPLE DE COMMANDE RÉFLEXE DU MUSCLE

Thème 3B : Corps humain et santé Chapitre 1 : LE RÉFLEXE MYOTATIQUE, UN EXEMPLE DE COMMANDE RÉFLEXE DU MUSCLE Thème 3B : Corps humain et santé Chapitre 1 : LE RÉFLEXE MYOTATIQUE, UN EXEMPLE DE COMMANDE RÉFLEXE DU MUSCLE 1- RAPPELS ET DEFINITIONS Cortex cérébral Cervelet Moelle épinière Nerfs Tronc cérébral Schéma

Plus en détail

Fonction de conduction de la moelle épinière. Dr F. TOUMI

Fonction de conduction de la moelle épinière. Dr F. TOUMI Fonction de conduction de la moelle épinière Dr F. TOUMI I. GENERALITES : Communication Moelle avec les centres supra spinaux Communication Intra segmentaire (ipsilatérale / controlatérale) Communication

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Pr. Kissani, Dr. Lohab Faculté de médecine,université Cadi Ayyad; Marrakech. Vous donner le vertige 1 Définition Le vertige est une sensation de déplacement

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

MOTRICITE VOLONTAIRE

MOTRICITE VOLONTAIRE SERVICE DE NEUROPHYSIOLOGIE CLINIQUE EXPLORATIONS FONCTIONNELLES DU SYSTEME NERVEUX CHU TLEMCEN FACULTE DE MÉDECINE DE TLEMCEN COURS NEUROPHYSIOLOGIE : ohammed yyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy

Plus en détail

L oreille. Module APP

L oreille. Module APP L oreille Module APP Introduction C est un organe pair et symétrique Occupe des cavités creusées dans le rocher (os du crâne) Assure 2 fonctions : Audition et équilibration Plan Pré requis Anatomie de

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

La posture est un arrangement des segments corporels qui reflète la géométrie segmentaire à un temps donné. Chez l homme 60% de la musculature est

La posture est un arrangement des segments corporels qui reflète la géométrie segmentaire à un temps donné. Chez l homme 60% de la musculature est 1 La posture est un arrangement des segments corporels qui reflète la géométrie segmentaire à un temps donné. Chez l homme 60% de la musculature est dédiée à la résistance à la gravité. Tout mouvement

Plus en détail

Par Catherine Lacombe et Amélie St-Arneault

Par Catherine Lacombe et Amélie St-Arneault Par Catherine Lacombe et Amélie St-Arneault Anatomie macroscopique et protection 0Environ 42 cm de longueur et 1,8 cm d épaisseur 0En dessous du bulbe rachidien jusqu à la 1ère ou 2e vertèbre lombaire

Plus en détail

La stimulation électrique pour restaurer des fonctions posturales

La stimulation électrique pour restaurer des fonctions posturales La stimulation électrique pour restaurer des fonctions posturales Auteur (130 signes) Christine Azevedo Coste Chercheuse au Laboratoire d Informatique et de Microélectronique de Montpellier (LIRMM) et

Plus en détail

IV/ La motricité. Contrôle spinal Contrôle central : voies motrices descendantes pyramidales (cortex cérébral) non pyramidales (tronc cérébral)

IV/ La motricité. Contrôle spinal Contrôle central : voies motrices descendantes pyramidales (cortex cérébral) non pyramidales (tronc cérébral) IV/ La motricité Contrôle spinal Contrôle central : voies motrices descendantes pyramidales (cortex cérébral) non pyramidales (tronc cérébral) le cervelet et les ganglions de la base Contrôle spinal du

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

Les voies motrices descendantes

Les voies motrices descendantes Les voies motrices descendantes Voies motrices descendantes («Les fils électriques qui raccordent les hémisphères cérébraux et la moelle épinière») Comment le cerveau communique-t-il avec les motoneurones

Plus en détail

LES ETIREMENTS DU HANDBALLEUR

LES ETIREMENTS DU HANDBALLEUR LES ETIREMENTS DU HANDBALLEUR Commentaires : Staff médical de l équipe de France A masculine Support : Anaïs THILLOU, Pôle de Toulouse Réalisation : Vincent GRIVEAU, CTR Midi- Pyrénées Les étirements :

Plus en détail

COMMENT TRAVAILLER POUR AUGMENTER SON EXPLOSIVITE

COMMENT TRAVAILLER POUR AUGMENTER SON EXPLOSIVITE COMMENT TRAVAILLER POUR AUGMENTER SON EXPLOSIVITE 1/ DEFINITION Capacité à produire la plus grande accélération pour se mouvoir, ou pour déplacer une charge. 2/ CALCUL DE LA PUISSANCE Tout d abord, la

Plus en détail

Chapitre I La commande réflexe du muscle. -I -Le réflexe myotatique : organisation macroscopique

Chapitre I La commande réflexe du muscle. -I -Le réflexe myotatique : organisation macroscopique Chapitre I La commande réflexe du muscle -I -Le réflexe myotatique : organisation macroscopique 1 Tableau présentant les résultats des expériences de démédullation, sections et stimulations électriques

Plus en détail

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle.

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle. Thème : Corps humain, sport et santé Chapitre : La régulation nerveuse de la pression artérielle. - La notion de pression artérielle : La pression artérielle (ou tension artérielle) correspond à la force

Plus en détail

Exercices pour lombalgiques

Exercices pour lombalgiques Exercices pour lombalgiques Ces exercices simples sont à effectuer au moins 3 fois par semaine ou mieux quotidiennement, au moment où vous le désirez. Ils doivent être exécutés sur une surface dure (par

Plus en détail

La musculation avec bande élastique

La musculation avec bande élastique La musculation avec bande élastique Principes de base de la musculation Avant d entreprendre tout programme d exercices, assurez-vous d avoir l accord de votre médecin. Choix d exercices Choisir 4 exercices

Plus en détail

Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice.

Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice. Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice. Laurent Bouyer, Ph.D. Professeur agrégé département de réadaptation

Plus en détail

Exposé réalisé le 12/02/07 dans le cadre du GEPPE par Elisabeth Babot et Patricia San Sebastian, ergothérapeutes.

Exposé réalisé le 12/02/07 dans le cadre du GEPPE par Elisabeth Babot et Patricia San Sebastian, ergothérapeutes. Le concept BOBATH Historique C est un concept qui a été développé par le docteur Bobath, neurologue, et son épouse, kinésithérapeute, lors de leur prise en charge d adultes hémiplégiques puis d enfants

Plus en détail

LA SOMESTHESIE : SENSIBILITES TACTILE, THERMIQUE ET DOULOUREUSE. Plan du cours. B/ Sensibilité différentielle de la surface du corps

LA SOMESTHESIE : SENSIBILITES TACTILE, THERMIQUE ET DOULOUREUSE. Plan du cours. B/ Sensibilité différentielle de la surface du corps LA SOMESTHESIE : SENSIBILITES TACTILE, THERMIQUE ET DOULOUREUSE Plan du cours I LA SENSIBILITE TACTILE A/ Les mécanorécepteurs B/ Sensibilité différentielle de la surface du corps C/ Les voies somesthésiques

Plus en détail

LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE

LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE Dans les prérogatives du niveau 4 figure la possibilité d amener des plongeurs jusqu à la zone lointaine. Sur un plan de la sécurité, cela requiert de nouvelles contraintes.

Plus en détail

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Syndrome de Déficience Posturale Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Définitions : Posture : position particulière du corps et son maintien (se tenir debout par exemple). Proprioception

Plus en détail

Etirement musculaire Renforcement musculaire

Etirement musculaire Renforcement musculaire Etirement musculaire Renforcement musculaire Pourquoi? Quand un muscle est fortement sollicité, il a tendance à se raccourcir et à rester dans sa position courte. Cette rétraction entraîne un déséquilibre

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE

COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE 1. Motricité et réflexes a. Examen musculaire Inspection Taille, symétrie (amyotrophie, hypertrophie) Fasciculations Crampes Percussion Myotonie (persistance d'une forte

Plus en détail

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Comportement moteur, système nerveux et APSA

Comportement moteur, système nerveux et APSA LCOM100 : Semestre 1 / Unité 1 / 10h CM / 2 ECTS Comportement moteur, système nerveux et APSA L. Bringoux & A. Guillaume Bibliographie COLLET C. (2001) Mouvements et cerveau : neurophysiologie des APS.

Plus en détail

NOTION DE BIOMECANIQUE

NOTION DE BIOMECANIQUE NOTION DE BIOMECANIQUE Jambe Attraction Terrestre g d1 = 0.04m d2 = 0.4m R= 100N A F d1 d2 10kg g = 9.81 N (10) R = g x m (masse) R = 10 x 10 R = 100 N (Newton) R M = Moment M = F x d Pour qu ils soient

Plus en détail

Comportement moteur, système nerveux et APSA

Comportement moteur, système nerveux et APSA LCOM055 : Semestre 2 / Unité 2 / 12h CM / 1 ECTS Comportement moteur, système nerveux et APSA L. Bringoux & J. De Graaf Année universitaire 2008-2009 Bibliographie COLLET C. (2001) Mouvements et cerveau

Plus en détail

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE La Marche dans les Affections Neurologiques gq Centrales S Injeyan JL Isambert Y Bebin S Le Doze M Cano P Fages W Loisel La Marche Fonction complexe Organisée hiérarchiquement au niveau spinal Contrôlée

Plus en détail

Leichtathletik Athlétisme. Disziplinenspezifische. Inhalte. contenus. par discipline. DisM Wurf 11-1

Leichtathletik Athlétisme. Disziplinenspezifische. Inhalte. contenus. par discipline. DisM Wurf 11-1 Disziplinenspezifische Inhalte contenus par discipline Wurf 11-1 Lancer du poids Philosophie d entraînement du lancer du poids Respecter la diversité de la technique! Choisir la technique adaptée aux rapports

Plus en détail

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien.

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien. BIOLOGIE 101-A82-SF ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 2 EXERCICES : LE SYSTÈME NERVEUX 2 1. Quelle est la différence entre l encéphale et le cerveau? L encéphale est constitué de tout le contenu de la boîte crânienne.

Plus en détail

Fiche de cours n 35 : Physiologie de l'équilibre et syndromes vestibulaires

Fiche de cours n 35 : Physiologie de l'équilibre et syndromes vestibulaires Fiche de cours n 35 : Physiologie de l'équilibre et syndromes vestibulaires I - Système vestibulaire périphérique L oreille interne comprends deux organes: La cochlée: oreille interne de l audition Le

Plus en détail

COURS DE REEDUCATION VESTIBULAIRE

COURS DE REEDUCATION VESTIBULAIRE H.E.P.H.O. LK2 COURS DE REEDUCATION VESTIBULAIRE Patrick MAHAUX 1 L équilibre est la fonction qui nous permet de maintenir notre centre de gravité à l intérieur de notre polygone de sustentation. Tout

Plus en détail

Chapitre 1 : Le système somesthésique

Chapitre 1 : Le système somesthésique Neurophysiologie Chapitre 1 : Le système somesthésique Docteur Colin DERANSART MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Le système somesthésique 1. Généralités

Plus en détail

EXAMEN NEUROLOGIQUE SÉMIOLOGIE : Reconnaissance des symptômes et des signes cliniques, radiologiques, électrophysiologies OBJECTIFS :

EXAMEN NEUROLOGIQUE SÉMIOLOGIE : Reconnaissance des symptômes et des signes cliniques, radiologiques, électrophysiologies OBJECTIFS : EXAMEN NEUROLOGIQUE SÉMIOLOGIE : Reconnaissance des symptômes et des signes cliniques, radiologiques, électrophysiologies OBJECTIFS : - reconnaître une TOPOGRAPHIE lésionnelle (étape clinique qui oriente

Plus en détail

Comment améliorer votre foulée

Comment améliorer votre foulée Comment améliorer votre foulée Dans son programme d entrainements spécialement conçue pour la femme, New Balance vous donne ce mois-ci quelques astuces pour améliorer votre foulée. Chapitre I - Les principes

Plus en détail

MUSCULATION ET TRIATHLON APPROCHE SYSTEMIQUE. Laurent MASSIAS - Entraîneur national 1

MUSCULATION ET TRIATHLON APPROCHE SYSTEMIQUE. Laurent MASSIAS - Entraîneur national 1 MUSCULATION ET TRIATHLON APPROCHE SYSTEMIQUE Laurent MASSIAS - Entraîneur national 1 INTERET DE LA MUSCULATION POUR LE TRIATHLETE Développer les maillons faibles des chaînes musculaires spécifiques à la

Plus en détail

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine )

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine ) Comment mieux se tenir sans peine ( ou presque sans peine ) Notre structure rigide est le squelette, composé de nombreux segments mobiles les uns par rapport aux autres. Et maintenu dans l espace par le

Plus en détail

Examen neurologique de l enfant

Examen neurologique de l enfant Examen neurologique de l enfant 2 SYSTÈMES ANATOMIQUEMENT DISTINCTS différents dans la chronologie de leur maturation Système SOUS CORTICOSPINAL Issu du Tronc cérébral Archaïque Maintient de la posture

Plus en détail

Chapitre III Les principales voies efférentes motrices

Chapitre III Les principales voies efférentes motrices Chapitre III Les principales voies efférentes motrices Le système moteur est le système qui, en réponse à une information sensorielle, va être à l origine du mouvement. Il permet la réalisation des comportements

Plus en détail

SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009

SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009 SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009 La stimulation électrique fonctionnelle chez l enfant marchant atteint de paralysie cérébrale: orthèse active ou éveil proprioceptif? Valérie Achache MK / thèse de doctorat

Plus en détail

Réflexes médullaires, circuits locaux et locomotion

Réflexes médullaires, circuits locaux et locomotion Réflexes médullaires, circuits locaux et locomotion 2 e volet cours Neurophysiologie Pauline Neveu, PhD 1 Plan «Réflexes médullaires, circuits locaux et locomotion» 1-Notion de réflexe 2.2-L organe tendineux

Plus en détail

La stimulation électrique pour restaurer des fonctions posturales

La stimulation électrique pour restaurer des fonctions posturales La stimulation électrique pour restaurer des fonctions posturales Auteur Christine Azevedo Coste Chercheuse INRIA au Laboratoire d Informatique et de Microélectronique de Montpellier (LIRMM) et membre

Plus en détail

Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi?

Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi? Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi? Généralités : Pour exécuter un geste efficace, au «Imaginons un bateau à voile handball ou ailleurs, il faut d abord être qui prépare sa course : le bien placé,

Plus en détail

Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE

Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE PREMIÈRE PARTIE Le syndrome cérébelleux: Définition Fréquence Étiologies

Plus en détail

Commission médicale de la FFR XIII. 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse

Commission médicale de la FFR XIII. 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse Commission médicale de la FFR XIII 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse La place des étirements dans le Rugby à XIII Plan de la présentation: 1 ère partie: Définitions 2 ème partie: Les différents types

Plus en détail

Organisation fonctionnelle de la moelle épinière

Organisation fonctionnelle de la moelle épinière Organisation fonctionnelle de la épinière La épinière est constituée de matière grise et blanche qui ont une organisation et des fonctions différentes. La première permet la transmission de l influx nerveux

Plus en détail

«Au début était l action»

«Au début était l action» Le Système Moteur 1 «Au début était l action» Logique et Constitution du Système Nerveux La phylogenèse a incrémenté le système moteur depuis la périphérie jusqu au niveau central. 2 3 «Au début était

Plus en détail

Orthèse lombaire et abdominale

Orthèse lombaire et abdominale Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus)

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus) Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

Neurosciences V- L audition

Neurosciences V- L audition Université Paris 8 - Master Technologie et Handicap Neurosciences V- L audition Jérôme Dupire dupire@cnam.fr Plan général 1 Anatomie du système nerveux 2 Concept de neurone 3 Bases cellulaires de la communication

Plus en détail

Module 2 L état clinique d une personne

Module 2 L état clinique d une personne Hospices Civils de Beaune Module 2 L état clinique d une personne Institut de formation d aides-soignants Promotion 2015-2016 Date : 30/10/15 Durée : 3h30 Anatomie-Physiologie Le système nerveux Les organes

Plus en détail

Docteur, tout tourne.

Docteur, tout tourne. Docteur, tout tourne. Dr V Wiener Service ORL - Novembre 08 Introduction vertige = illusion de déplacement ou de mouvements dans l un des 3 plans de l espace à l origine de sensations rotatoires Signe

Plus en détail

Le contrôle de la contraction musculaire :

Le contrôle de la contraction musculaire : Licence Biologie UE physiologie animale Le contrôle de la contraction musculaire : le réflexe r Étienne Roux Adaptation cardiovasculaire à l ischémie INSERM U 1034 UFR des Sciences de la Vie Université

Plus en détail

Typologie des fibres musculaires

Typologie des fibres musculaires Typologie des fibres musculaires INTRODUCTION Muscle = ensemble de faisceau de fibres musculaires Potentialités différentes pour utiliser ATP Vitesse de contraction de fibre dépend de rapidité à scinder

Plus en détail

C.A.P. Petite Enfance

C.A.P. Petite Enfance C.A.P. Petite Enfance Biologie Date :.. /.. /.... Cours n 6: LE SYSTEME NERVEUX ET L' ACTIVITE SENSORIELLE objectifs: définir le système nerveux- citer à partir d'un schéma le système nerveux cérébro-spinal-définir

Plus en détail

Thème : Corps humain et santé : Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse. Rappels : - Muscles et mouvements

Thème : Corps humain et santé : Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse. Rappels : - Muscles et mouvements Thème : Corps humain et santé : Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Rappels : - Muscles et mouvements Un mouvement (flexion ou extension) est dû à la contraction d un muscle squelettique

Plus en détail

Vélo ergomètre. acti vdis pens.ch EN GÉNÉRAL. Variables de charge Rythme lent à modéré. Activité d endurance. 10 à 20 minutes

Vélo ergomètre. acti vdis pens.ch EN GÉNÉRAL. Variables de charge Rythme lent à modéré. Activité d endurance. 10 à 20 minutes 3 Vélo ergomètre Variables de charge Intensité Rythme lent à modéré Activité d endurance Durée 10 à 20 minutes Pas de pause Possible 3 à 4 fois par semaine EN GÉNÉRAL 3 10 à 20 minutes de vélo à vitesse

Plus en détail

Le cortex cérébral et la plasticité du SNC

Le cortex cérébral et la plasticité du SNC 1 CHAPITRE D Le cortex cérébral et la plasticité du SNC 2 Les précédents chapitres nous ont permis de constater que le SN est organisé comme un réseau très complexe de neurones, au sein duquel circulent

Plus en détail

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Rappel anatomique Moelle épinière Racines C5-T1 Tronc primaire supérieur (C5-C6), intermédiaire (C7), & inférieur (C8-T1) Tronc secondaire antéro-externe (médianmusculo-cutané),

Plus en détail

Le corps à l école. Animation pédagogique 12 janvier 2015 ANGLET. Isabelle Legros, CP EPS Anglet

Le corps à l école. Animation pédagogique 12 janvier 2015 ANGLET. Isabelle Legros, CP EPS Anglet Le corps à l école Animation pédagogique 12 janvier 2015 ANGLET Isabelle Legros, CP EPS Anglet SCHEMA CORPOREL Pas de définition qui fasse l unanimité, varie selon l angle d approche, De manière générale,

Plus en détail

Thème 3: Corps humain et santé. Thème 3B: Neurone et fibre musculaire: la communication nerveuse

Thème 3: Corps humain et santé. Thème 3B: Neurone et fibre musculaire: la communication nerveuse Thème 3: Corps humain et santé Thème 3B: Neurone et fibre musculaire: la communication nerveuse Thème : Corps humain et santé : Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Rappels : - Muscles

Plus en détail

Les vertiges. Service ORL, CHU Dupuytren Limoges

Les vertiges. Service ORL, CHU Dupuytren Limoges Les vertiges Service ORL, CHU Dupuytren Limoges Rôle : Le système vestibulaire : système sensori-moteur transformer les forces associées aux mouvements et à la position de la tête en un signal biologique

Plus en détail

DEFINITIONS DES MOUVEMENTS

DEFINITIONS DES MOUVEMENTS DEFINITIONS DES MOUVEMENTS L ostéopathe, qui se veut être un spécialiste du mouvement en restituant la mobilité des structures qu il traite quotidiennement, se doit de posséder la terminologie adéquate.

Plus en détail

«Évaluation et prise en charge orthoptique précoce des enfants à risque de troubles neurovisuels»

«Évaluation et prise en charge orthoptique précoce des enfants à risque de troubles neurovisuels» «Évaluation et prise en charge orthoptique précoce des enfants à risque de troubles neurovisuels» Prise en charge précoce et globale des enfants atteints de maladie rare. 3è journée organisée par le réseau

Plus en détail

FONDAMENTAUX DE COURSE

FONDAMENTAUX DE COURSE Course Fondamentaux 08 FONDAMENTAUX DE COURSE 1. INTRODUCTION Les épreuves de course sont parfois décrites comme étant non techniques, principalement parce que courir est une action naturelle qui paraît

Plus en détail

Déficience motrice. Mon élève :...

Déficience motrice. Mon élève :... Déficience motrice Mon élève :.. Les caractéristiques des déficiences motrices Informations extraites du guide Handiscol «Guide pour les enseignants qui accueillent un élève présentant une déficience motrice»

Plus en détail

Musculation et développement de la force Cours de Alain BOUDARD

Musculation et développement de la force Cours de Alain BOUDARD FACULTE DES SCIENCES DU SPORT ET DU MOUVEMENT HUMAIN L1 STAPS Toulouse Méthodologie du travail universitaire APDP : Activités Physiques de Développement Personnel Musculation et développement de la force

Plus en détail

La spasticité - quelle prise en charge?

La spasticité - quelle prise en charge? AVC, TCC et maladies neurologiques : Développer et actualiser notre pratique soignante Plan Introduction La spasticité - quelle prise en charge? Présentation clinique et retentissement Traitement Résumé

Plus en détail

Bases neurophysiologiques des états de veille et de sommeil

Bases neurophysiologiques des états de veille et de sommeil Bases neurophysiologiques des états de veille et de sommeil Yves DAUVILLIERS Département de Physiologie Neurologie CHU Montpellier Objectifs du cours Décrire l organisation normale du sommeil sur les 24

Plus en détail

Prévention des Lombalgies par une gymnastique douce et régulière.

Prévention des Lombalgies par une gymnastique douce et régulière. Mathias WILLAME Masseur Kinésithérapeute Ostéopathie. Prévention des Lombalgies par une gymnastique douce et régulière. Ces exercices simples sont à effectuer au moins 3 fois par semaine ou mieux quotidiennement,

Plus en détail

Mouvement, motricité : Introduction. Licence 2 psychologie Semestre 4 Agnès Nadjar

Mouvement, motricité : Introduction. Licence 2 psychologie Semestre 4 Agnès Nadjar Neurobiologie Intégrative Mouvement, motricité : Introduction Licence 2 psychologie Semestre 4 Agnès Nadjar 1 Mouvement, motricité : introduction Système moteur = ensemble formé par la musculature du corps

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail