Processus de réparation osseuse : conséquences sur le délai de mise en contrainte

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Processus de réparation osseuse : conséquences sur le délai de mise en contrainte"

Transcription

1 Processus de réparation osseuse : conséquences sur le délai de mise en contrainte Yann Macé 1

2 La consolidation osseuse est un processus qui aboutit à la réparation du tissu osseux après une fracture, une ostéotomie, une arthrodèse ou une greffe osseuse. I - Processus de réparation de l os cortical chez l adulte au cours du traitement orthopédique (consolidation naturelle) Il se réalise en quatre stades : l hématome qui aboutit au tissu de granulation, le cal mou ou primaire, le cal dur puis le remodelage. L hématome fracturaire est issu des extrémités osseuses et des tissus mous environnants. Il acquiert un pouvoir ostéogénique vers le quatrième jour c'est-à-dire qu il est capable de former de l os même lorsqu au cours d expérimentation celui-ci est transplanté dans un muscle. Une réaction inflammatoire locale s installe en quelques heures dans les tissus périfracturaires ; des histiocytes et des macrophages apparaissent afin de détruire les débris et des ostéoclastes érodent les surfaces osseuses. Il existe donc un processus complexe qui va être déclenché immédiatement après la fracture mais dont le signal est encore inconnu. Ce processus recrute des cellules précurseurs, les multiplie, assurent leur différenciation en ostéoblastes, ostéoclastes, fibroblastes, contrôle la minéralisation, le remodelage puis le modelage. Le recrutement des cellules précurseurs des ostéoblastes s effectue durant les premières heures par les phénomènes d induction ostéogénique. Les cellules précurseurs sont des cellules non ostéoformatrices qui développent un potentiel ostéogénique en présence d un stimulus approprié, dans la moelle osseuse et la couche profonde du périoste. Les ostéoclastes dérivent de cellules souches multipotentielles hématopoïétiques présentes dans la moelle osseuse. Ces cellules précurseurs vont migrer vers le foyer de fracture grâce à des facteurs chimiotactiques libérés par les cellules nécrotiques du foyer. Les cellules du foyer entraînent la prolifération des cellules précurseurs par libération de substances mitogènes telles que platelet-derived growth factor (PDGF) et transforming growth factor beta (TGF - ). Les cellules précurseurs ainsi proliférées vont se différentier grâce à des facteurs ostéo-inducteurs chimiques et physiques. Parmi les facteurs chimiques ostéo-inducteurs, facteurs de croissance, l on compte le PDGF, TGF-, Bone morphogenetic proteins (BMP), Fibroblast growth factors (FGF) et Insulin-like growth factors (IGF). Les facteurs ostéo-inducteurs physiques sont les contraintes mécaniques telles que les mouvements du foyer de fracture et la variation des potentiels électrocinétiques (développés plus loin) de l os qui augmentent avec l intensité des contraintes mécaniques. Yann Macé 2

3 La transformation de l hématome donne suite à un tissu de granulation. Il s agit d un tissu fibrovasculaire (différenciation en fibroblaste et formation de nouveaux vaisseaux) riche en collagène de type III. A cette phase, qui dure 2 à 3 semaines, les extrémités osseuses ne participent pas à la restauration. Au stade de cal mou ou primaire, le périoste à pour rôle d immobiliser le foyer ; situation indispensable à la minéralisation. Le cal mou apparaît sur les fragments osseux dans le décollement du périoste. Il va former un manchon souple et fusiforme. Sous le périoste, les cellules précurseurs se sont déjà différenciées en deux types de lignées. La lignée ostéoblastique, à distance du foyer, élabore la substance ostéoïde qui contient des fibres collagènes de type I. La substance va se minéraliser progressivement, formant un manchon d os immature qui va cesser de croître vers la sixième semaine. Une lignée de chondrocytes va se différentier au plus proche du foyer de fracture. Les chondrocytes vont former un anneau de cartilage sous-périosté autour du foyer. Le cartilage se minéralise progressivement. A ce stade, les corticales ne participent pas à la formation du cal. En revanche la moelle osseuse est le lieu d une ostéogenèse en bande située à la face interne de la corticale. Yann Macé 3

4 Le cal dur est déterminé par la création d un pont osseux immature interfragmentaire et assure une solidarité mécanique entre les fragments. Au départ l os immature est non orienté de type trabéculaire. Puis il va se transformer en os lamellaire primaire, c'est-à-dire que les ostéons sont orientés dans toutes les directions afin de rétablir une raideur idéale de l os. Au bout de la huitième semaine, l os lamellaire pénètre dans les extrémités fracturaires. A seize semaines l os immature disparaît. Le remodelage se poursuit durant 18 mois et a pour but de rétablir une architecture histologique normale. Ce remodelage est réalisé par un dispositif nommé Bone modelizing unit (BMU). Le dispositif BMU comprend à son apex, des ostéoclastes forant l os lamellaire primaire, suivis d un capillaire et accompagnés d ostéoblastes qui viennent successivement tapisser les parois du canal de résorption et créent une structure de type haversien en déposant l os en lamelles concentriques. L orientation de progression des BMU suit les contraintes mécaniques appliquées à l os. En clinique, l activité de résorption du site fracturaire confère à l os un aspect porotique sur les radiographies. Cet aspect propre au remodelage apparaît après 4 semaines. Le modelage est une activité qui équivaut au remodelage de l os cortical mais à l échelle macroscopique. Il consiste en la résorption du cal externe et la restauration du canal médullaire. Il peut être complet chez l enfant, il est partiel chez l adulte. Les mécanismes du modelage ne sont pas bien connus. Yann Macé 4

5 Biomécanique du cal Après la courte phase de formation du cal primaire, le périoste, les corticales et la médullaire vont participer à la formation du cal de manière diverse. Le périoste forme rapidement un cal relativement volumineux et immobilise le foyer de fracture. Le cal périosté peut combler une vaste surface de perte osseuse, il nécessite la présence de l hématome et des tissus mous. Il est stimulé par une mobilité relative du foyer de fracture. La stabilité du foyer diminue sa capacité de formation. Au bout d environ 6 semaine le cal périosté est fabriqué et le foyer est relativement stable ; ce qui permet au cal cortical de se construire. Celui-ci a besoin d une immobilité parfaite du foyer de fracture. C est le cal médullaire, de formation lente qui va pénétrer l intervalle entre les corticales. Il n est pas très sensible à la mobilité du foyer de fracture. Yann Macé 5

6 Avantages / inconvénients du traitement orthopédique Il a l avantage de ne pas entraîner de risque d infection et minimise les risques de pseudarthrose. Il a pour désavantage le risque d une réduction incomplète du foyer de fracture et de déplacement secondaire exposant à un cal vicieux et donc un retentissement articulaire secondaire. L immobilisation qui comprend l articulation sus et sous-jacente induit des troubles trophiques et des raideurs articulaires nécessitant une rééducation longue. II - Processus de réparation de l os cortical chez l adulte au cours du traitement chirurgical Le traitement par ostéosynthèse modifie le déroulement de la consolidation osseuse. Ostéosynthèse par plaque L action la plus nocive de l ostéosynthèse est l ouverture du foyer de fracture. L évacuation de l hématome fracturaire, qui comprend les cellules précurseurs indifférenciées en cours de multiplication et les substances mitogènes puis les facteurs ostéo-inducteurs (BMP, TGF ), va ralentir de façon considérable la production du cal osseux. Il est cependant possible de prélever l hématome en début d acte et de le remettre en place autour du foyer avant fermeture. Les lésions du périoste qui accompagne l ostéosynthèse supprime la formation du cal périosté et entraîne un nouveau type de consolidation. Les facteurs inducteurs mécaniques prennent alors une importance considérable. Dans la situation idéale, de laboratoire le plus souvent, où l ostéosynthèse est franchement stable, la consolidation corticale ne passe pas par le stade de cal mou fibrocartillagineux. Si le contact interfragmentaire est rendu parfait, comme ce peut être le cas avec la mise en place de plaques à compression, les têtes foreuses des BMU vont passer directement le foyer, d une corticale à l autre. Les ostéons agissent alors comme des chevilles fixant directement le foyer de fracture. Il ne s agit donc pas d un processus de cal mais plutôt de remodelage. Le délai de consolidation est de l ordre de 4 semaines, période durant laquelle la fracture tient grâce aux qualités mécaniques du montage d ostéosynthèse. Lorsqu il existe Yann Macé 6

7 un espace entre les fragments, la consolidation corticale se réalise par invasion du cal médullaire. Fait d os immature, le cal médullaire évolue vers une structure trabéculaire dense. L ancrage de l os immature est réalisé par des unités de remodelage osseux (BMU) venues de l os immature et forant les extrémités des fragments de corticale. En pratique la consolidation se fait par l association des deux mécanismes sus-cités. Le remodelage va se poursuivre durant 18 mois au minimum. C est la raison pour laquelle le matériel d ostéosynthèse ne doit pas être retiré sous peine de risque fracturaire accru. Consolidation par passage direct des ostéons Comblement de la fente fracturaire par de l os immature Avantages / inconvénients de l ostéosynthèse par plaque vissée Cette ostéosynthèse permet en théorie une réduction anatomique parfaite des foyers de fracture. Les montages sont en règle générale stables et autorisent une rééducation précoce. Les inconvénients de l abord direct du foyer sont l augmentation des risques infectieux. Cette technique n autorise pas la mise en charge de la fracture car le délai de consolidation est prolongé du fait de l ouverture du foyer et de la dévascularisation. Ce montage correspond à une fixation dite statique, c'est-à-dire que la raideur du montage est fixée une fois pour toute. Ostéosynthèse par enclouage centromédullaire à foyer fermé Au cours de cette ostéosynthèse, l hématome fracturaire est en grande partie conservé. La portion Yann Macé 7

8 médullaire est expulsée par l alésage. Le cal périosté se forme sans contrainte supplémentaires, dans les délais habituels, il est généralement de gros volume. Avantages / inconvénients Cette technique limite le risque de dévascularisation et le risque infectieux. Le matériel est situé dans l axe mécanique du segment fracturé et permet habituellement des montages solides autorisant une mise encharge précoce. Les inconvénients sont les difficultés d obtenir le rétablissement de l axe longitudinal en cas de fracture métaphysaire et le contrôle rotatoire des fragments. En dehors des fractures comminutives, l enclouage permet une fixation dynamique, c'est-àdire que la raideur du montage va varier dans le temps. Dynamiser l enclouage signifie que le verrouillage du clou peut être reporté à la sixième semaine afin de stimuler la formation du cal périosté. Le déverrouillage tardif est possible afin de renforcer un cal déjà existant. Ostéosynthèse par fixateur externe Les indications de la fixation externe concernent principalement les fractures ouvertes. Les fixateurs modulaires (Hoffman, Othofix, Ilizaroff) permettent de corriger secondairement les imperfections de réduction initiale. Les avantages sont de diminuer les risques infectieux en particulier en cas de fracture ouverte contaminée. Les inconvénients sont la difficulté d obtenir une réduction anatomique de la fracture, les risques d infections sur les fiches, le retard de consolidation. Cependant le contexte dans lequel est employé cette fixation est à fort risque de défaut de consolidation. L intérêt est de protéger le foyer des contraintes extérieures dans un montage simple. Au cours des fractures comminutives l ensemble des contraintes passe par le fixateur. De même que pour l enclouage centromédullaire, la fixation externe peut devenir dynamique. Yann Macé 8

9 III Processus de réparation de l os chez l enfant La consolidation est plus rapide si l enfant est plus jeune. Le siège épiphysaire raccourcit d autant ce délai. En effet, une fracture de l épiphyse mettra 21 jours à consolider alors qu une fracture diaphysaire de membre inférieur prendra entre 45 et 90 jours pour consolider. Les étapes de consolidation sont enchondrales : hématome, élaboration des travées de collagène, cartilage puis minéralisation. Le remodelage est très actif. La reduction des fractures touchant le cartilage de croissance doit toujours être correcte sous peine d entraîner un cal vicieux. IV Processus de réparation osseuse par des méthodes biologiques Biomatériaux ostéoconducteurs Les céramiques de composition mixte, comprenant de l hydroxyapatite (résorption lente) et du tricalcium phosphate (résorption rapide) sont les plus utilisées à l heure actuelle ; elles ont remplacé l utilisation du corail. Elles sont utilisées avec un succès non négligeable dans le comblement des pertes de substance modérées et en traumatologie. En l absence de fracture, le manque de facteurs ostéoinducteurs ne permet pas un comblement correct des pores du substitut ostéoconducteur. Le biomatériau est rendu ostéoinducteur par l adjonction d autogreffe osseuse et de cellules précurseurs prélevées dans la moelle osseuse de receveur. Biomatériaux ostéoinducteurs Les BMP ont été expérimentées chez l animal en injection locale de rhbpm2 (recombinant human BMP2) ou en greffant du collagène associé à la BMP2. Les résultats sont une consolidation accélérée et un cal renforcé mécaniquement. Chez l homme, les expériences portent sur le traitement des pertes de substance et dans la consolidation des fractures. Les BMP assurent d obtenir une quantité d os au moins égale à Yann Macé 9

10 celle obtenue par autogreffe. Les néoformations sont parfois exubérantes et risquent de comprimer un nerf à proximité. Les BMP sont retrouvées à des taux élevés dans certaines tumeurs osseuses malignes et les conséquences de leur passage systémique reste mal précisées. V Facteurs influençant la consolidation des fractures Facteurs mécaniques : l immobilisation stricte dans le cadre d un traitement orthopédique n est pas indispensable : l existence d une mobilité permettant des contraintes en compression est favorable à la consolidation. En revanche, les contraintes en torsion ou en cisaillement sont néfastes. Localisation de la fracture : les fractures épiphysaires et métaphysaires consolident plus rapidement que les fractures diaphysaires. L importance du déplacement des fragments influence les dégâts vasculaires et l écart inter fragmentaire. L ouverture du foyer entraînant la disparition de l hématome et une dévascularisation des extrémités, augmentent le risque infectieux et de non consolidation. Facteurs circulatoires : l anémie et/ou l hypovolémie entraînent un retard de consolidation par modification des qualités du cal. Facteurs hormonaux : Les corticoïdes retardent la consolidation en inhibant la différenciation des cellules précurseurs en ostéoblastes. Facteurs nutritionnels : l alimentation normale apporte assez de calcium, vitamine D. Yann Macé 10

11 Facteurs bioélectriques : les propriétés électriques de l os varient lorsqu il est soumis à des contraintes de déformation : le potentiel électrique biphasique dit électrocinétique augmente. Il s agit d un entraînement mécanique d ions par écoulement de fluides. Les courants ainsi produits augmentent autour du foyer de fracture. Lorsque l os est consolidé, les signaux reviennent à leur valeur initiale. De ces principes, découlent de nouvelles techniques thérapeutiques : l utilisation d ultrasons basse intensité et la stimulation électrique et électromagnétique. Même si la preuve de leur efficacité par des études randomisées contrôlées double aveugle fait défaut, les résultats sont intéressants. Les ultrasons de basse intensité (1 à 50 mw/cm2) sont utilisés en échographie. Leur utilisation favorise la consolidation des fractures récentes. Utilisés en application locale quelques minutes par jour les résultats sont une réduction significative du temps de consolidation. Les indications pour la pseudarthrose et les retards de consolidation sont justifiées pour certains auteurs. Par ailleurs un foyer de fracture soumis à un champ électromagnétique voit augmenter sa sécrétion d IGF II, de TGF et BMP. Ce procédé est utilisé par certains pour les pseudarthroses et les ostéotomies. Yann Macé 11

12 VI Les aléas de la consolidation osseuse Yann Macé 12

13 Absence de consolidation ou pseudarthrose Le retard de consolidation osseuse est définit par l absence de cal unitif et indolore au-delà des délais habituels de consolidation et ce jusqu à la fin du sixième mois. Au delà de ce terme, l on parle de pseudarthrose, ce processus est définitif et ne peut aboutir à la consolidation sans nouveau traitement. Cliniquement, les manifestations peuvent manquer ou bien se révéler par une douleur ou une mobilité du foyer de fracture. Aux radiographies, la pseudarthrose est dite atrophique si le cal n est pas visible et que les traits de fracture sont toujours visibles. Les extrémités sont éfilées et d allure porotique. Les pseudarthroses aréactives, ou atrophiques, sont l apanage d ostéosynthèse par plaque vissée, des fractures avec perte de substance ou des fractures comminutives opérées avec des fragments intermédiaires dévascularisés. Les pseudarthroses dites hypertrophiques se caractérisent par la présence d un cal circulaire volumineux mais non unitif. L ostéogenèse est effective mais le manque de stabilité du foyer empêche qu elle soit efficace. Les pseudarthroses réactionnelles ou hypertrophiques, compliquent les fractures mal immobilisées. Plusieurs études ont montré que le tabagisme est un facteur favorisant la pseudarthrose. D autres facteurs sont reconnus comme péjoratifs : l insuffisance vasculaire, le diabète et l éthylisme. Cals vicieux Il est en principe l apanage du traitement orthopédique et certaines ostéosynthèses centromédullaires. Les cals vicieux sont en rapport avec un déplacement secondaire ou un défaut initial de réduction. Au membre inférieur le cal le plus fréquent est un raccourcissement. Une inégalité inférieure à 1 centimètres a peu de conséquence clinique. Les cals vicieux des os antibrachiaux sont mal tolérées et retentissent sur la prono-supination. La décision de correction par ostéotomie dépend du retentissement articulaire et de l age du patient. Le déplacement est causé par une réduction instable en cas de traitement orthopédique : fonte de l œdème, action néfaste des muscles périfracturaires, une rééducation inadaptée. VII Rééducation et consolidation Yann Macé 13

14 Selon le traitement préalable de la fracture, orthopédique ou chirurgicale, les exigences d immobilisation du foyer sont différentes et les possibilités de rééducation ne peuvent pas être envisagées de la même façon. En dehors de la mise en contrainte qu est l appui pour le membre inférieur, le Médecin MPR doit agir pour éviter l enraidissement des articulations sus et sous-jacentes à la fracture, maintenir ou réveiller la trophicité musculaire. Renforcement musculaire Traitement orthopédique La consolidation du cal périosté tolère un certain degré de mobilité, ce qui lui est d ailleurs favorable. Une activation musculaire précoce sous plâtre est donc conseillée. Les contractions musculaires entraînent des contraintes en compression qui sont favorables au cal. La sollicitation musculaire se fera différemment en fonction du stade de cicatrisation, depuis la sollicitation par débordement d énergie (dans les premiers jours) à la sollicitation directe isométrique. Dans certains cas, l on aura recours à l électro-myostimulation. Cette technique emploie des courants de moyenne fréquence envoyés par application cutanée, rendue possible par l ouverture de fenêtres sur la contention plâtrée. Elle est contre indiquée s il y a du matériel d ostéosynthèse. Traitement chirurgical Les qualités mécaniques du montage vont déterminer les limites d action du rééducateur. Dans le cas des ostéosynthèses par plaque vissée, le renforcement musculaire est possible si les muscles choisis exercent une contrainte en traction compression et non en flexion ou torsion. La co-contraction des muscles antagonistes préviendra la mobilisation du foyer de fracture. Les clous centromédullaires apportent une résistance plus grande que la plaque vissée ; le renforcement musculaire peut solliciter, sauf cas particulier, toutes les chaînes musculaires surtout si le clou est verrouillé. Gain d amplitude articulaire Il s agit de techniques employées pour les ostéosynthèses qui épargnent l immobilisation des articulations sus et sous-jacentes. L ancien concept de l immobilisation durant 3 à 4 semaines pour obtenir un début de consolidation dans les ostéosynthèses fragiles doit être abandonné. Bien souvent, la balance bénéfice/risque de l immobilisation prolongée penche pour les risques. Ces derniers sont d ordre trophiques, la raideur post immobilisation étant souvent longue à récupérer. Aussi, bien souvent, une mobilisation précoce peut être débutée dans les Yann Macé 14

15 48 à 72 heures après l opération. La mobilisation est passive stricte et si possible manuelle. Les bras de levier sont courts, les prises et contre-prises stables. Les mobilisations doivent être lentes allant progressivement vers les amplitudes extrêmes. Les postures instrumentales peuvent être utilisées en alternant diverses positions. Reprise d appui en rééducation Exemple pour les fractures de membre inférieur - Progressivité dans la mise en charge en passant de la décharge complète à l appui complet : Plan incliné progressivement verticalité Contrôle de l appui à l aide d un pèse-personne Travail d appui en piscine Utilisation rationnelle des cannes et autres soutiens Surveillance de la douleur Yann Macé 15

16 Yann Macé 16

17 Yann Macé 17

18 Traumatisme du bassin Fracture du cotyle : en cas de lésion stable sans déplacement, le traitement fonctionnel comprend une mobilisation précoce active et un travail musculaire isométrique. En générale, pas d appui pendant 45 jours, date de reprise progressive. Pour les fractures comminutives, le traitement orthopédique impose une déambulation sans appui pendant 90 jours au moins. En dehors des fractures articulaires, les fractures n interrompant pas l anneau pelvien ou avec rupture mais limitée à un seul point, permettent un appui précoce. Yann Macé 18

19 Traumatisme de hanche Fractures cervicales : Elles sont ostéosynthèsées chez les sujets jeunes. La durée de déambulation sans appui varie de 2 à 6 mois. La consolidation varie en fonction du type de fracture et de la solidité du montage (trait de fracture vertical plus à risque de déplacement, orientation des vis). L autorisation d appui est affirmée par la visualisation du cal sur les clichés radiographiques. Les arthroplasties évitent la grabatisation chez le patient âgé. La remise debout est précoce puisque obtenue dès le deuxième jour pour certains patients, en tout cas au cours de la première semaine. En fonction du type de prothèse (céphalique, intermédiaire ou totale) et de sa voie d abord, les contraintes autorisées seront différentes afin d éviter la luxation ou la rupture de suture tendineuse. Fractures cervico-trochantériennes : Elles sont l apanage des sujets âgés. Le traitement est chirurgical : les vis-plaques actuellement utilisées autorisent, comme l enclouage de Ender, un appui précoce afin d éviter la grabatisation. Les prothèses utilisées dans les fractures instables ou complexes ont le même but : reprendre l appui le plus précocement. Fracture diaphyse fémorale Elles relèvent d une ostéosynthèse par vis-plaque avec appui différé pendant 3 à 4 mois, soit par enclouage centromédullaire au quel cas l appui est autorisé rapidement si le foyer est stable ou stabilisé par un verrouillage du clou. Fracture extrémité inférieure du fémur Toute réduction imparfaite risque d avoir un retentissement sur le fonctionnement mécanique du genou. L ostéosynthèse par lame-plaque ou vis-plaque assure un montage solide. La consolidation est de 3 à 5 mois. Les difficultés concernent surtout le gain d amplitude du genou. Fracture de rotule Fracture verticale respecte la continuité de l appareil extenseur. Appui immédiat, immobilisation du genou en extension pour la marche durant la période douloureuse. Fracture horizontale interrompt l appareil extenseur. L ostéosynthèse est en règle habituelle le traitement le plus entrepris. Mobilisation passive précoce du genou et Yann Macé 19

20 renforcement quadricipital isométrique. La marche est autorisée en appui complet si le genou est immobilisé par une orthèse en extension. La marche sans orthèse est en général proposée vers le 30eme jour. Fracture extrémité supérieure du tibia Sans déplacement-enfoncement : mise en décharge avec reprise d appui total à 45 jours. L immobilisation du genou en extension pour la marche est proposée dans les premiers jours. Avec enfoncement du plateau : Le traitement est chirurgical (vis, plaque-vis ou plaqueconsole). L appui est autorisé à partir du 90 e jour. La marche avec appui contact se fait avec le genou immobilisé en extension durant 45 jours. Fracture de métaphyse supérieure du tibia Le traitement est l ostéosynthèse par vis-plaque ou lame-plaque. La mobilisation précoce est nécessaire. Retards de consolidation et pseudarthrose sont relativement fréquents à cause des lésions artérielles locales possibles. Fracture diaphysaire de jambe Fracture fermée sans déplacement traitement orthopédique. Plâtre cruro-pédieux pour jours puis une immobilisation en botte plâtrée de marche pour 30 jours. Fracture déplacée fermée ostéosynthèse par plaque-vis ou enclouage centromédullaire. L appui est autorisé à 90 jours, la rééducation de renforcement et gain d amplitude est immédiate. Certains enclouages verrouillés permettent l appui immédiat. Fracture ouverte La mise en contrainte dépend du type de fracture, et du montage. Les fixateurs externes de type circulaire Ilizaroff ou monobarre Orthofix permettent le plus souvent un appui précoce. Fracture du cou-de-pied Les fractures bimalléolaires (articulaires) ou supramalléolaires peuvent être traitées orthopédiquement ou chirurgicalement. Le traitement orthopédique consiste en une immobilisation cruro-pédieuse durant 45 jours puis une botte plâtrée généralement sans appui jusqu au 90 e jour. Avec l ostéosynthèse, la reprise d appui n est autorisée qu autour du 90 e jour. Yann Macé 20

21 Fracture du calcanéus et du talus Calacanéus En cas de traitement orthopédique, la cheville est immobilisée en orthèse et l appui est autorisé entre le 45 e et 90 e jour selon la gravité de la lésion. En cas d ostéosynthèse parfois couplée à une arthrodèse talo-crurale, l appui n est pas autorisé avant le 90 e -100 e jour. Talus Les fractures exposent à la nécrose du corps. Elle est généralement traitée chirurgicalement par vis ou broche. L appui se fait progressivement et est total au 90 e jour. Fractures de l extrémité supérieure de l humérus Fracture non déplacée engrenée L expérience et une étude récente montre que la rééducation immédiate (J3) par mobilisation passive stricte de l épaule en flexion et abduction est plus efficace que la rééducation commencée vers le 21 e jour, en terme de douleur, gain d amplitude et fonction à 3 mois. Entre les séances, l épaule est immobilisée coude au corps jusqu à la sixième semaine. Fracture ostéosynthèsée La mobilisation active aidée est plus précoce. Fractures du coude Extrémité inférieure de l humérus L ostéosynthèse est souvent solide et autorise une rééducation immédiate : mobilisation passive manuelle, postures en flexion-extension. La mobilisation active non aidée est possible dès le 60 e jours. Extrémité supérieure du cubitus Si, l olécrâne est traité par ostéosynthèse, la rééducation est immédiate et l utilisation active sans aide est possible à J45. Les fractures déplacées de la coronoïde demande plus de temps. Fracture de la tête radiale Vissée ou prothèsée, la rééducation est immédiate. Fractures du poignet Extrémité inférieur des os de l avant bras La phase d immobilisation sous plâtre est de 6 voir 8 semaines. Il semble logique de commencer sous plâtre la contraction musculaire isométrique, mobiliser le coude lorsqu il est libre et les doigts. La rééducation avant l ablation du plâtre préviendrait les troubles trophiques. Cependant les preuves scientifiques manquent. Yann Macé 21

22 Yann Macé 22

Consolidation Osseuse principes généraux g applications en MPR

Consolidation Osseuse principes généraux g applications en MPR Consolidation Osseuse principes généraux g et applications en MPR François Genêt, Médecine Physique et de Réadaptation, R Praticien hospitalier dans le service du Pr Azouvi, CHU Raymond Poincaré,, 104

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière

sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière Généralités sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière Généralités Tissu vivant Constant renouvellement Trois fonctions principales Tissu de soutien (station

Plus en détail

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Information supplémentaire 3 Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Installation Sur table normale, en décubitus dorsal

Plus en détail

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Pré-Requis : Anatomie descriptive et fonctionnelle de l extrémité inférieure du radius Résumé : Les fractures

Plus en détail

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique,

Plus en détail

Traumatologie de l enfant. Joël Lechevallier Saad Abu Amara

Traumatologie de l enfant. Joël Lechevallier Saad Abu Amara Traumatologie de l enfant Joël Lechevallier Saad Abu Amara Plan Spécificités de l enfant Traumatismes de l enfant Cas particuliers Traitement Spécificités de l enfant Traumatismes de l enfant Cas pa Physiologie

Plus en détail

Option sémiologie orthopédique Cours n 1 du 06/03/08 Dr Hannouche D. Ronéotypé par : Angela Tan et Métrey Tiv GENERALITES SUR LES FRACTURES

Option sémiologie orthopédique Cours n 1 du 06/03/08 Dr Hannouche D. Ronéotypé par : Angela Tan et Métrey Tiv GENERALITES SUR LES FRACTURES Option sémiologie orthopédique Cours n 1 du 06/03/08 Dr Hannouche D. Ronéotypé par : Angela Tan et Métrey Tiv GENERALITES SUR LES FRACTURES PLLAANN DU CCOURRSS INTRODUCTION : GENERALITES I. CONSOLIDATION

Plus en détail

Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux. Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY

Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux. Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY La problématique Tissu osseux : forte aptitude à se réparer MAIS Situations cliniques particulières

Plus en détail

Généralités sur fractures, luxation et entorses

Généralités sur fractures, luxation et entorses Généralités sur fractures, luxation et entorses JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé I- Définitions PLAN II- Consolidation des fractures III- Etiologie IV- Etude anatomique V- Signes cliniques et radiographiques

Plus en détail

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial Arthrose Définition n Dégradation du cartilage associée à des remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial n Touche tous les éléments

Plus en détail

BIOMECANIQUE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR

BIOMECANIQUE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR BIOMECANIQUE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR (L. Rakotomanana) 1. Forces et bras de leviers dans l appareil moteur L appareil locomoteur se compose de deux structures : le squelette et le système musculaire.

Plus en détail

Les Fractures Diaphysaires du Fémur

Les Fractures Diaphysaires du Fémur Les Fractures Diaphysaires du Fémur Pr J. Ch. Le Huec 1/ Tableau Clinique 2/ Classification des Fractures 3/ Complications 4/ Traitement 5/ Indications 6/ Traitement des Complications 7/ Installation -

Plus en détail

Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010

Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010 C. Gable - DUHAM 2010 Les orthèses provisoires en pathologie traumatique LES FRACTURES DIGITALES LA MAIN COMPLEXE LES ENTORSES DIGITALES Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010 Colette Gable,

Plus en détail

Sommaire. II. La physiopathologie des pertes de substance osseuse 18

Sommaire. II. La physiopathologie des pertes de substance osseuse 18 Sommaire Introduction 5 I. Des rappels anatomiques et physiologiques 6 A. Les cellules du tissu osseux 7 1. Les ostéoblastes 8 2. Les ostéocytes 8 3. Les cellules bordantes 9 4. Les ostéoclastes 9 B. La

Plus en détail

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab Rappel anatomique! Phalanges: P1 P2 P3 = os longs! Articulations IP = trochléennes un seul degré de liberté. - tête

Plus en détail

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Introduction Kinésithérapie Dénervation Arthrolyse - Artholyse chirurgicale - Artholyse + ligamentotaxis

Plus en détail

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations

Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations FACE A FACE Péroné vascularisé / Péroné non vascularisé Reconstruction après résection tumorale Dr NOURI / Dr BEN MAITIGUE SOTCOT Juin 2012 Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

TECHNIQUES D IMMOBILISATION DES MEMBRES AUX URGENCES

TECHNIQUES D IMMOBILISATION DES MEMBRES AUX URGENCES TECHNIQUES D IMMOBILISATION DES MEMBRES AUX URGENCES Adrien JACQUOT Centre Chirurgical Emile Gallé Service de Chirurgie Orthopédique et traumatologique 22 Mars 2012 LEGISLATION Décret de compétence infirmier

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE RAKOTOMALALA Hoby Nomena RALANDISON Stéphane La Rhumatologie au Quotidien, mars 2014 Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar (APR) 1 Introduction Hanche: ceinture

Plus en détail

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 L arthrose de la Hanche Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 Définition L arthrose est une maladie

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

CAT devant un traumatisme du pied

CAT devant un traumatisme du pied CAT devant un traumatisme du pied Entorse de la cheville du ligament latéral externe (LLE) : Important : Il vaut mieux faire une radio pour rien, que passer à côté d une fracture. Traitement chirurgical

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

La reprise de la vie active

La reprise de la vie active Prothèse de hanche Les conseils de votre chirurgien La reprise de la vie active Vous êtes aujourd hui porteur d une prothèse de hanche ; elle va vous permettre de reprendre vos activités sans gène ni douleur.

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

REEDUCATION DE L EPAULE

REEDUCATION DE L EPAULE REEDUCATION DE L EPAULE L épaule est une articulation très particulière à plus d un titre Sa structure osseuse en fait une articulation instable : une tête humérale de gros volume s articule avec une petite

Plus en détail

Protocole de rééducation des syndromes fémoro-patellaires

Protocole de rééducation des syndromes fémoro-patellaires 1 Protocole de rééducation des syndromes fémoro-patellaires Dans la grande majorité des cas, les syndromes fémoro-patellaires (SFP) guérissent avec un traitement médical bien conduit. Pour être efficace,

Plus en détail

L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées

L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées Mohamed Ahmed Samir Kassem Chef de clinique assistant Hôpitaux Universitaires d Alexandrie, Egypte INTRODUCTION La

Plus en détail

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant 40 Item 299 Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant ENC Insérer les T1 Objectifs pédagogiques Devant une boiterie ou un trouble de la démarche chez l enfant, argumenter les principales hypothèses

Plus en détail

Lesblessuresdu trailer. MAROUD Gwendoline WE entraînement 8 et 9 mai 2015

Lesblessuresdu trailer. MAROUD Gwendoline WE entraînement 8 et 9 mai 2015 Lesblessuresdu trailer MAROUD Gwendoline WE entraînement 8 et 9 mai 2015 Les BLESSURES du TRAILER Problèmes AIGUS (survenue BRUTALE) Lésions musculaires Entorses de cheville Problèmes CHRONIQUES (début

Plus en détail

Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale

Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale Z.OUMLERGUEB L.SEKHRI ZEGGAR A.SEBIA. K.DJERIDA. HOPITAL MILITAIRE REGIONAL UNIVERSITAIRE DE CONSTANTINE 19éme Congrès de la SACOT Oran 2012. Définition:

Plus en détail

Sommaire. Caractéristiques du TCH. Implantation animale. Recul clinique. Généralités sur les céramiques phosphocalciques poreuses

Sommaire. Caractéristiques du TCH. Implantation animale. Recul clinique. Généralités sur les céramiques phosphocalciques poreuses Sommaire Caractéristiques du TCH composition chimique résistance en compression sécurité biologique biocompatibilité contamination Références bibliographiques Implantation animale Protocole Résultats ostéoconduction

Plus en détail

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION Parfois sous estimées, les orthèses de compression contention augmentent le niveau de vigilance par leur mécanisme de «rappel à l ordre», préviennent les récidives

Plus en détail

Les tumeurs osseuses chez l enfant.

Les tumeurs osseuses chez l enfant. Les tumeurs osseuses chez l enfant. I. Introduction Une tumeur est caractérisée par une prolifération anormale d une lignée cellulaire pathologique. Les tumeurs osseuses primitives sont séparées en deux

Plus en détail

La chirurgie dans la PC

La chirurgie dans la PC La chirurgie dans la PC GF PENNECOT Marchant ou déambulant Grand handicapé Kinésith sithérapie Appareillage Médicaments Chirurgie neuro ortho LESION NEUROLGIQUE STABLE Spasticité Perte de la sélectivit

Plus en détail

- Gymnase de Mont Saint Aignan - Vendredi 13 janvier 2012

- Gymnase de Mont Saint Aignan - Vendredi 13 janvier 2012 - Les formations du CREF - - Préparation physique - PREVENTION DES MEMBRES SUPERIEURS (POIGNET, EPAULE) DANS LES ACTIVITES GYMNIQUES Vendredi 13 janvier 2012 - Gymnase de Mont Saint Aignan - La pratique

Plus en détail

APPAREILLAGE DES PARALYSIES DU MEMBRE SUPERIEUR APPAREILLAGE DES PARALYSIES DU NERF CUBITAL DEFINITION APPAREILLAGE ATTEINTE MOTRICE

APPAREILLAGE DES PARALYSIES DU MEMBRE SUPERIEUR APPAREILLAGE DES PARALYSIES DU NERF CUBITAL DEFINITION APPAREILLAGE ATTEINTE MOTRICE UNIVERSITE CLAUDE BERNARD LYON 1 INSTITUT "TECHNIQUES DE READAPTATION" 1 APPAREILLAGE DES PARALYSIES DU MEMBRE SUPERIEUR DEFINITION ATTEINTE MOTRICE APPAREILLAGE DES PARALYSIES DU NERF CUBITAL Cliniquement

Plus en détail

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Introduction Le rôle du médecin MPR : poser les indications Réflexion pluridisciplinaire Définir les objectifs

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES FRACTURES

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES FRACTURES TRAITEMENT CHIRURGICAL DES FRACTURES PRINCIPES GÉNÉRAUX DES OSTÉOSYNTHÈSES Le matériel doit être "biocompatible" c'est-à-dire qu'il ne doit pas déclencher des réactions toxiques, inflammatoires. Le matériel

Plus en détail

5) L humérus A) La coulisse bicipitale débute entre les 2 tubercules sur la face antérieure de l os B) Unique os du bras

5) L humérus A) La coulisse bicipitale débute entre les 2 tubercules sur la face antérieure de l os B) Unique os du bras ANNEE UNIVERSITAIRE 2010-2011 LICENCE 1 2 ème SESSION 2 ème SEMESTRE Juin 2011 UNITE 7 ANATOMIE DUREE : 30 mn COEFFICIENT : 3 Sujet proposé par V. ARSAC : 1) La scapula : A) Est un os plat et triangulaire

Plus en détail

La Fracture du col du fémur

La Fracture du col du fémur La Fracture du col du fémur DEFINITION Le col du fémur est la jonction entre la tête du fémur qui s'insère dans le bassin et la portion verticale du fémur. Le col du fémur est la partie la plus fragile

Plus en détail

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Rappel anatomique Moelle épinière Racines C5-T1 Tronc primaire supérieur (C5-C6), intermédiaire (C7), & inférieur (C8-T1) Tronc secondaire antéro-externe (médianmusculo-cutané),

Plus en détail

Unité de chirurgie orthopédique & prothétique de la hanche Des Docteurs Richard Béracassat et Xavier Nicolay. Clinique Bonnefon - Alès

Unité de chirurgie orthopédique & prothétique de la hanche Des Docteurs Richard Béracassat et Xavier Nicolay. Clinique Bonnefon - Alès Informations sur les prothèses de la Hanche Unité de chirurgie orthopédique & prothétique de la hanche Des Docteurs Richard Béracassat et Xavier Nicolay Clinique Bonnefon - Alès Rappeldel anatomiedelahanche

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus)

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus) Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

Conclusion : quelle est la bonne pratique?

Conclusion : quelle est la bonne pratique? Conclusion : quelle est la bonne pratique? A. Vannineuse et Ch. Fontaine Le genou est une articulation complexe : il doit concilier des contraintes importantes dans des situations variées, la propulsion

Plus en détail

LA MUSCULATION AU LYCEE

LA MUSCULATION AU LYCEE LA MUSCULATION AU LYCEE 1 LA MUSCULATION permet de développer la force d un muscle grâce a des contractions musculaires répétées. Elle répond a 3 objectifs différents: être plus développé être plus performant

Plus en détail

Prise en charge orthopédique de la hanche de l enfant IMC. CORINNE GAL A.D.A.P.E.I Mas de Canta Galet NICE

Prise en charge orthopédique de la hanche de l enfant IMC. CORINNE GAL A.D.A.P.E.I Mas de Canta Galet NICE Prise en charge orthopédique de la hanche de l enfant IMC CORINNE GAL A.D.A.P.E.I Mas de Canta Galet NICE Processus de dégradation orthopédique Déséquilibre des forces musculaires Maintient trop prolongé

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

Anatomie générale du système musculaire strié

Anatomie générale du système musculaire strié Anatomie générale du système musculaire strié La morphologie et l anatomie fonctionnelle distingue le système musculaire squelettiques ou strié qui sera l objet de ce cours et dont les muscles peuvent

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

Conférence d Enseignement : Traumatismes des doigts longs en pratique sportive. Didier FONTES (Paris), Bruno LUSSIEZ (Nice)

Conférence d Enseignement : Traumatismes des doigts longs en pratique sportive. Didier FONTES (Paris), Bruno LUSSIEZ (Nice) Conférence d Enseignement : Traumatismes des doigts longs en pratique sportive Didier FONTES (Paris), Bruno LUSSIEZ (Nice) Préambule n Reste-t-il des problèmes dans le diagnostic et le traitement des lésions

Plus en détail

OSTEOCHONDROSES DE CROISSANCE

OSTEOCHONDROSES DE CROISSANCE OSTEOCHONDROSES DE CROISSANCE Les ostéochondroses de croissance sont également appelées ostéochondrites ou apophysites qui n est pas une pathologie inflammatoire mais une pathologie de surmenage mécanique

Plus en détail

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS Dr Guillaume LEVAVASSEUR Institut régional de médecine du sport Le tennis Sport complet Force Endurance Souplesse Traumatologie Préventive Curative Le coude lien avec

Plus en détail

Biomécanique de la marche. Douleurs du pied en pratique clinique. Dr. Thierry Fulpius Consultation du pied. Service de rhumatologie / HUG

Biomécanique de la marche. Douleurs du pied en pratique clinique. Dr. Thierry Fulpius Consultation du pied. Service de rhumatologie / HUG Douleurs du pied en pratique clinique Dr. Thierry Fulpius Consultation du pied Service de rhumatologie / HUG Le pied : sujet complexe!? Anatomie... Biomécanique... Chaussure... 16 septembre 2009 Douleur

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert

Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert Service d Orthopédie, d de Traumatologie, de Chirurgie Plastique et Reconstructrice et assistance Main Pr OBERT, Pr GARBUIO, Pr TROPET - C.H.U. Jean

Plus en détail

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine )

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine ) Comment mieux se tenir sans peine ( ou presque sans peine ) Notre structure rigide est le squelette, composé de nombreux segments mobiles les uns par rapport aux autres. Et maintenu dans l espace par le

Plus en détail

PLAN RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION. Contrôle de la phase pendulaire. Par Jos DECKERS

PLAN RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION. Contrôle de la phase pendulaire. Par Jos DECKERS PLAN de RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION Contrôle de la phase pendulaire Par Jos DECKERS 02 Sommaire LA RÉÉDUCATION Objectifs : Pour que le patient puisse utiliser correctement l articulation,

Plus en détail

Tumeurs osseuses en radiographie standard

Tumeurs osseuses en radiographie standard Tumeurs osseuses en radiographie standard Ernestho-ghoud IM, Rakotonirainy OH USFR RHUMATOLOGIE «Après-midi Rhumato», juillet 2014 Objectif Faire la différence entre une tumeur osseuse maligne et une tumeur

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

NOTIONS D ORTHOPÉDIE CANINE

NOTIONS D ORTHOPÉDIE CANINE NOTIONS D ORTHOPÉDIE CANINE par Jérôme Auger, DMV, DES, MSc, diplômé ACVS/ECVS Hôpital vétérinaire Rive-Sud, Brossard, Québec 2 TABLE DES MATIÈRES Objectifs... 1 Définitions... 2 Introduction... 3 Composition

Plus en détail

LES ETIREMENTS. Notions de base. Sommaire

LES ETIREMENTS. Notions de base. Sommaire LES ETIREMENTS Notions de base Sommaire Mise en garde Un minimum de connaissances anatomiques et physiologiques Choix des étirements : tableau synthétique Quelques exemples d'étirements fréquemment utiles:

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

LES ENTORSES RECENTES DE CHEVILLE

LES ENTORSES RECENTES DE CHEVILLE LES ENTORSES RECENTES DE CHEVILLE Docteur Stéphane CASCUA Médecine et Traumatologie du Sport Centre de traumatologie du sport de La Défense Diplôme d université de podologie du sport EPIDEMIOLOGIE 6000

Plus en détail

Principes Généraux de Réalisation d'une Orthèse

Principes Généraux de Réalisation d'une Orthèse 1 Elaboration d'une orthèse Principes Généraux de Réalisation d'une Orthèse Pour réaliser une orthèse, il est nécessaire d'avoir une prescription médicale car une orthèse est un agent thérapeutique. Il

Plus en détail

INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU

INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU Votre état nécessite la réalisation d'une ostéotomie au niveau du genou. Cette fiche est destinée à vous en expliquer les grands principes, le but et les bénéfices

Plus en détail

FRACTURES OUVERTES DE JAMBE STRATEGIE DE PRISE EN CHARGE

FRACTURES OUVERTES DE JAMBE STRATEGIE DE PRISE EN CHARGE FRACTURES OUVERTES DE JAMBE STRATEGIE DE PRISE EN CHARGE PR R. BENBAKOUCHE ORTHOPEDIE CHU BAB EL OUED GENERALITES - DEFINITION C'est une fracture diaphysaire et métaphysodiaphysaire, extra articulaire,

Plus en détail

seminaires iris La boiterie de l enfant Les pièges Dr Jacques Magotteaux CHU Liège Dr Jacques Magotteaux CHU Sart Tilman Mme C. Etienne E.P.

seminaires iris La boiterie de l enfant Les pièges Dr Jacques Magotteaux CHU Liège Dr Jacques Magotteaux CHU Sart Tilman Mme C. Etienne E.P. La boiterie de l enfant La boiterie Les pièges de l enfant Les pièges Dr Jacques Magotteaux CHU Liège Dr Jacques Magotteaux CHU Sart Tilman Mme C. Etienne E.P. Liège Liège Caractéristiques de la boiterie

Plus en détail

Technique chirurgicale. Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous.

Technique chirurgicale. Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous. Technique chirurgicale Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous. Table des matières Indications et contre-indications 3 Implants 4 Instruments 4 Planification

Plus en détail

REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE

REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE Eric HALLARD, Kinésithérapeute La rupture du LCAE est de plus en plus fréquente

Plus en détail

Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant

Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3

Plus en détail

Fiches de musculation du kayakiste et céiste

Fiches de musculation du kayakiste et céiste Fiches de musculation du kayakiste et céiste 3. Les deltoïdes Deltoïdes Roudneff Le deltoïde est un muscle mobilisateur de l épaule, il se compose de trois faisceaux mobilisant le bras en flexion, extension,

Plus en détail

Accidents musculaires. Dr Marie-Eve Isner-Horobeti Praticien Hospitalier Service de Médecine Physique et de Réadaptation CHU Strasbourg-Hautepierre

Accidents musculaires. Dr Marie-Eve Isner-Horobeti Praticien Hospitalier Service de Médecine Physique et de Réadaptation CHU Strasbourg-Hautepierre Accidents musculaires Dr Marie-Eve Isner-Horobeti Praticien Hospitalier Service de Médecine Physique et de Réadaptation CHU Strasbourg-Hautepierre I. Lésions musculaires aiguës Classification Clinique

Plus en détail

La dysplasie de hanche chez le chien

La dysplasie de hanche chez le chien La dysplasie de hanche chez le chien La dysplasie de hanche est une des conditions orthopédiques les plus fréquentes chez le chien. La dysplasie de la hanche est une condition qui se développe chez le

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES ENTORSES DE CHEVILLE DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE DES ENTORSES DE CHEVILLE DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE DES ENTORSES DE CHEVILLE DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 111 Version n 1 Créé le 01-10-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJ ET DEFINITIONS Organiser

Plus en détail

Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie

Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie 4 Item 53 Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie et l orthophonie Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Argumenter les principes d'utilisation

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Métatarsalgies. Douleurs «non traumatiques» du pied en pratique clinique. Le pied : sujet complexe!? Dr Thierry Fulpius Consultation du pied

Métatarsalgies. Douleurs «non traumatiques» du pied en pratique clinique. Le pied : sujet complexe!? Dr Thierry Fulpius Consultation du pied Douleurs «non traumatiques» du pied en pratique clinique Dr Thierry Fulpius Consultation du pied Le pied : sujet complexe!? Anatomie... Biomécanique... Chaussure... Service de rhumatologie / HUG 27 août

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

BACCALAURÉAT ÉPREUVE D ÉTIREMENTS

BACCALAURÉAT ÉPREUVE D ÉTIREMENTS BACCALAURÉAT ÉPREUVE D ÉTIREMENTS Contrôle adapté BAC EPS Séries générales et technologiques PRÉSENTATION DE L ÉPREUVE D ÉTIREMENTS PRINCIPE D ÉLABORATION DE L ÉPREUVE : Le candidat dispose de 10 à 15

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Actes du colloque HANDITEC du 18 mai 2001 Maintien et retour à domicile des personnes porteuses de polyarthrite rhumatoïde

Actes du colloque HANDITEC du 18 mai 2001 Maintien et retour à domicile des personnes porteuses de polyarthrite rhumatoïde Actes du colloque HANDITEC du 18 mai 2001 Maintien et retour à domicile des personnes porteuses de polyarthrite rhumatoïde 1 ORTHESES ET AIDES TECHNIQUES M. Romain Praticien Hospitalier Service de Réadaptation

Plus en détail

Le genou du cycliste. Aspects cliniques et technopathiques. Jacky MAILLOT

Le genou du cycliste. Aspects cliniques et technopathiques. Jacky MAILLOT Le genou du cycliste Aspects cliniques et technopathiques Jacky MAILLOT Colloque national du cyclisme FFC Monaco le 10 octobre 2009 Pourquoi Gonalgie? Rien de plus facile que de pédaler. Sport en décharge

Plus en détail

Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique

Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique 1980 2004 P. ABOUKRAT Consultation de podologie. CHU Hôpital Lapeyronie - Montpellier Diagnostic aisé, l origine reste

Plus en détail

3 % = résultat. décevant

3 % = résultat. décevant 3 % des hanches prothésées = résultat décevant Les difficultés après arthroplastie totale de hanche sont d autant plus mal vécues que l opération est réputée pour ses bons résultats. plus de 25 CAUSES

Plus en détail

Travail sécuritaire NB. Lignes directrices en matière de durée d invalidité du Nouveau-Brunswick

Travail sécuritaire NB. Lignes directrices en matière de durée d invalidité du Nouveau-Brunswick Travail sécuritaire NB Lignes directrices en matière de durée d invalidité du Nouveau-Brunswick Édition : juillet 2009 Table des matières Introduction et utilisation...page 7 Renonciation...Page 8 Remerciements...Page

Plus en détail

Les lésions musculo- tendineuses Erreurs à éviter

Les lésions musculo- tendineuses Erreurs à éviter Les lésions musculo- tendineuses Erreurs à éviter Th. Bégué Service de Chirurgie Orthopédique, Traumatologique et Réparatrice Hôpital Antoine Béclère Université Paris- Sud, laboratoire CIAMS- STAPS EA

Plus en détail

Fractures de l avant-bras de l adulte. Service d Orthopédie-Traumatologie, Hôpital Avicenne, Université Paris XIII, Bobigny

Fractures de l avant-bras de l adulte. Service d Orthopédie-Traumatologie, Hôpital Avicenne, Université Paris XIII, Bobigny Fractures de l avant-bras de l adulte Service d Orthopédie-Traumatologie, Hôpital Avicenne, Université Paris XIII, Bobigny A n a t o m i e Le cadre radio-ulnaire Kapandji, Ann Chir Main, 1998 Stabilité

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

B. Longis Hôpital de la Mère et de l Enfant CHU Dupuytren 87042 LIMOGES Cedex. 09 décembre 2009 EPU Argenton sur Creuse

B. Longis Hôpital de la Mère et de l Enfant CHU Dupuytren 87042 LIMOGES Cedex. 09 décembre 2009 EPU Argenton sur Creuse B. Longis Hôpital de la Mère et de l Enfant CHU Dupuytren 87042 LIMOGES Cedex Mon enfant a les pieds qui tournent! Mon enfant a les genoux en X! Mon enfant boite! Motif de consultation fréquent Pose plusieurs

Plus en détail