ALIMENTATION DE L IMMUNODEPRIME. I Rappel des risques liés à l alimentation de l immunodéprimé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ALIMENTATION DE L IMMUNODEPRIME. I Rappel des risques liés à l alimentation de l immunodéprimé"

Transcription

1 Alimentation ALIMENTATION DE L IMMUNODEPRIME GARDES E, Toulouse Octobre 2009 Objectifs Fournir aux malades immunodeprimés une alimentation aussi dépourvue que possible de germes, de façon à ce qu'elle ne représente pas une source de contamination pour ces patients, tout en assurant une certaine diversité et une qualité gustative du fait de leur habituelle inappétence. Maîtriser le risque aux différentes étapes de la production ; de la préparation en cuisine, à la remise en condition dans les unités de soins, jusqu'à la remise au patient (selon démarche HACCP). Techniques et méthode I Rappel des risques liés à l alimentation de l immunodéprimé Même si la fréquence des toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) et le taux de morbidité sont très inférieurs aux chiffres extrahospitaliers, l alimentation représente un risque important de bactériémie chez les malades immunodéprimés. Deux types de risques doivent être maîtrisés : Les risques alimentaires classiques liés à la production de repas en collectivité qui ont trois origines possibles : o o La contamination initiale peut être le fait du fabricant et/ou fournisseur La multiplication des microorganismes qui sont éventuellement présents dans les denrées alimentaires (matières premières) est liée principalement aux facteurs temps et température. o La recontamination microbienne peut provenir des denrées alimentaires non conditionnées ou de l environnement : atmosphère, personnel, participation de non-professionnels à la préparation des repas, défauts de nettoyage et de désinfection des matériels en contact avec les denrées alimentaires. Les risques liés à l'immunodépression impliquant des germes opportunistes présents dans ou sur les aliments et susceptibles d'infecter le patient par la voie digestive ou respiratoire. Le risque aspergillaire, dont la contamination est principalement aéroportée mais non exclusivement, est à prendre en compte particulièrement chez ces patients. La diminution des risques d infection à porte d entrée digestive se fait par réduction de la flore digestive (décontamination digestive) et par réduction de la quantité de germes apportés par l alimentation. On parle dans ce cas d alimentation pauvre en germes ou décontaminée ; aucun aliment ne pouvant être stérile, on le considère décontaminé quand la flore microbienne totale est inférieure à bactéries par gramme. Ces mesures visent à éviter l apport de tout microorganisme pathogène et à réduire l apport des microorganismes non pathogènes. Ce sont surtout les patients d'hématologie en aplasie profonde (inférieure à 500 polynucléaires) et/ou prolongée (supérieure à 10 jours), principalement après intensification pour auto ou allo-greffe de moelle osseuse ou après chimiothérapie très hématotoxique, qui relèvent de ces recommandations. Mais une évaluation du risque potentiel au cas par cas doit être conduite pour tout patient immunodéprimé. II Choix des aliments pour l immunodéprimé Il n existe pas de normes spécifiques pour les modalités de traitement des aliments pour immunodéprimés. Il est recommandé, parallèlement à l application des bonnes pratiques d hygiène alimentaire, de fixer des seuils qualitatif et quantitatif acceptables en fonction du niveau d immunodéppression, ainsi que la liste des aliments à exclure et les méthodes d assainissement correspondantes. Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux Alimentation Page 1/6 Octobre 2009 CCLIN Sud-Est

2 1) Aliments à proscrire - produits végétaux crus non épluchables de manière aspetique car risque d infections à E.coli, Listeria et Salmonella - charcuteries crues ou conditionnées sous vide après cuisson car risque d infections à Clostridium et Listeria - viandes et volailles crues ou peu cuites car risque d infections à Campylobacter jejuni, Salmonella enteridis et Staphylocoques - œufs crus ou cuisinés car risque d infections à Salmonella enteridis et Staphylocoques - poissons et fruits de mer crus ou cuisinés car risque d infections à Vibrio species, à virus à tropisme gastro-intestinal et Cryptosporidium parvum - produits laitiers crus ou pasteurisés car risque d infections à E.coli, Listeria et Staphylocoques - lait non pasteurisé, bière, cidre et jus de fruits frais ou pasteurisés car risque d infections à Brucella, E. coli, Salmonella et Cryptosporidium - eau chaude sanitaire, eau du robinet, glaçons car risque d infections à Pseudomonas aeruginosa et à germes aérobies - pain car risque d infections à Bacillus - plantes, aliments ou aromates susceptibles d être contaminées par des spores aspergillaires (thé, poivre, potages lyophilisés, kiwis, ) 2) Aliments retenus pour l alimentation de l immunodéprimé Selon leur qualité microbiologique et leur procédé de production, les aliments tolérés peuvent être classés en deux catégories. Les méthodes d assainissement possibles sont : - la pasteurisation C - la stérilisation humide 120 C UHT 140 C sèche 180 C - le chauffage en four à air pulsé 250 C - la radappertisation Tableau I : Aliments retenus pour l'alimentation de l'immunodéprimé Catégories 1. Aliments satisfaisants d'emblée Caractéristiques Aliments industriels dont la contamination est nulle ou très faible, pouvant être remis tels quels après désinfection de leur enveloppe 1a.Produits industriels ne se conservant pas au frais, non périssables (date péremption >1an) et en récipients multidoses : brique, conserve, flacon verre 2. Aliments subissant un procédé d assainissement dans l établissement Aliments subissant un procédé d assainissement validé, assurant un niveau de contamination faible, surveillé juste avant remise au patient 2a.Plats cuisinés élaborés en cuisine centrale et conditionnés en barquette individuelle (aluminium préférable) ou conserve Aliments 1b. Produits industriels ne se conservant pas au frais, non périssables (date péremption >1an) et en conditionnement individuel: biscuits secs, biscottes, confitures, chocolat 1c. Préparations lactées non fermentées et en conditionnement individuel : fromage à tartiner, tranches de fromage à pâte molle, crèmes desserts 2b. Fruits épluchables parfaitement sains : pommes, oranges, bananes Boissons 1d. Eau embouteillée destinée à l alimentation avec contrôle visuel de la propreté Eau des fontaines réfrigérées avec contrôle de potabilité et recherche des germes de l hospitalisme Lait UHT 2c. Produits déshydratés : potage, tisane, café soluble Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux Alimentation Page 2/6 Octobre 2009 CCLIN Sud-Est

3 III Préparation des différents groupes d aliments retenus 1) Locaux et bionettoyage Il n existe pas de réglementation précise sur les locaux mais la conception architecturale doit permettre le respect de la marche en avant. L office relais n est pas destiné à la confection ni à la cuisson des aliments mais peut être utilisé éventuellement au conditionnement des plateaux repas, voire au réchauffement des plateaux différés. L'office alimentaire sera protégé de tout accès pendant le temps d utilisation. La fréquence du bionettoyage est définie selon les surfaces et matériels à traiter et en fonction de l activité. Un détergent-désinfectant ayant l agrément alimentaire (DDA) est préférable. 2) Hygiène du personnel Lors de la manipulation des aliments, le personnel respectera les règles habituelles d'hygiène corporelle et comportementale: pas de bijoux, lavage hygiénique des mains, ou désinfection par friction avec une solution hydroalcoolique (SHA), tenue propre, port de surblouse, gants à usage unique, masque et charlotte. 3) Matériel Les surfaces de travail et les plateaux seront nettoyés et désinfectés avec un DDA, avant le dressage. Au niveau des risques liés à la vaisselle, aucune contamination n a été rapportée à ce jour. Il est donc inutile de stériliser la vaisselle et celle-ci peut donc être : - à usage unique non stérile mais dont la contamination aura fait l objet d une étude - traitée en lave-vaisselle qualifié et régulièrement entretenu, possédant un cycle de désinfection (température de rinçage de 90 C). La vaisselle ainsi traitée ne devra pas être manipulée avant le dressage du plateau, en conséquence elle sera maintenue dans le lave-vaisselle fermé. Les carafes et pots à eau subissent un traitement quotidien, car l eau est servie pour une durée maximum de 24h. Et ce matériel est remplacé par du matériel propre pour les besoins supplémentaires au cours des 24h. 4) Préparation et distribution des produits de la première catégorie Les produits industriels en récipients multidoses (1a) sont ouverts au dernier moment, après avoir désinfecté l'enveloppe extérieure à l'aide d'une lingette imprégnée d'un DDA. Le transfert du produit dans l'assiette propre se fait dans des conditions d'environnement protégées (portes et fenêtres fermées, sans allées et venues d'autres personnels) et/ou sous hotte à flux laminaire. Le réchauffage est défini selon les recettes (four air pulsé ou four micro ondes > 1300W). Les produits industriels en portions individuelles (1b, 1c) sont présentés au patient après élimination de l'emballage extérieur (carton) et désinfection du conditionnement à l'aide d'une lingette imprégnée d'un DDA. Le patient peut ouvrir lui-même les opercules à l'exception de ceux des boîtes métalliques coupants. Le plateau est dressé au dernier moment en respectant les chaînes chaudes et froides. Pour son transport jusqu'à la chambre d'isolement, le plateau peut être couvert d'une protection (cloche, film, chariot fermé) qui sera ôtée avant son introduction dans la chambre. 5) Préparation et distribution des produits de la seconde catégorie Les plats cuisinés conditionnés en barquettes individuelles (2a) sont, après avoir désinfecté à l aide d une lingette imprégnée d un DDA l enveloppe extérieure, remis en température dans un four à chaleur pulsée (250 C) au dernier moment. Les plats cuisinés conditionnés en conserve (2a) sont ouverts au dernier moment, après avoir désinfecté l'enveloppe extérieure à l'aide d'une lingette imprégnée d'un désinfectant alimentaire. Le transfert du produit dans l'assiette propre se fait dans des conditions d'environnement protégé (portes et fenêtres fermées, sans allées et venues d'autres personnels) ou sous hotte à flux laminaire. Le réchauffage est défini selon les recettes (four air pulsé ou four micro ondes > 1300W). Les fruits pelables (2b) doivent être désinfectés avant, épluchage sous flux laminaire et dépôt dans un récipient propre, ou épluchage par le patient. Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux Alimentation Page 3/6 Octobre 2009 CCLIN Sud-Est

4 Les produits déshydratés (2c) sont reconstitués extemporanément dans l'office. Ils font l'objet d'une ébullition d'au moins une minute avant d'être versés dans un récipient propre. Le plateau est dressé au dernier moment en respectant les chaînes chaudes et froides. Pour son transport jusqu'à la chambre d'isolement, le plateau peut être couvert d'une protection (cloche, film, chariot fermé) qui sera ôtée avant son introduction dans la chambre. IV - Surveillance 1) Surveillance du process La surveillance de la qualité de la nourriture doit être faite à toutes les étapes de la chaîne alimentaire pouvant intervenir sur la qualité du produit, en cuisine centrale et dans les offices. Elle fait l objet d une traçabilité rigoureuse. 2) Contrôles microbiologiques Des contrôles alimentaires permettent d évaluer la qualité microbiologique du produit et de valider la maîtrise des points critiques. Ces contrôles jusque dans les unités de soins sont les gages de la qualité et de la sécurité. Malheureusement, il n'existe pas de critères microbiologiques spécifiques pour l'alimentation des immunodéprimés. Les valeurs cibles et valeurs d'action, ainsi que la fréquence des contrôles doivent être définies en interne, selon sa propre analyse du risque. Pourront être effectués : Des contrôles de validation des nouveaux produits de la première catégorie L'évaluation de la qualité microbiologique d'un nouveau produit voulant être présenté tel quel au patient pourra être faite par le biais d'une analyse microbiologique sur au moins 5 échantillons du même produit, tous satisfaisants. Des contrôles de routine sur des plats témoins de la deuxième catégorie ayant subi le même procédé d assainissement On peut se contenter d'un simple dénombrement des microorganismes aérobies à 30 C dans la mesure où la qualité microbiologique des plats avant réchauffage est validée par les autocontrôles réglementaires imposés à la cuisine centrale. Mais des seuils microbiologiques complémentaires au cours de l isolement protecteur peuvent être vérifiés : flore totale < 100 UFC/g et absence de Pseudomonas aeruginosa, Aspergillus sp. et autres pathogènes/g d aliment. Des prélèvements de surfaces, de l environnement et des matériels Ils sont faits pour juger et de la qualité du bionettoyage, et d une éventuelle contamination, avec des valeurs cibles définies par le CLIN. 3) Satisfaction des patients Le questionnaire de sortie est l occasion de recueillir l avis des patients en matière d alimentation, au niveau de la diversité et du goût notamment. En effet, la qualité de l alimentation peut influer sur la composante psychologique dans le processus de guérison chez ces patients fragilisés souvent dénutris. Responsables I Réglementation Le règlement CE n 852/2004, à l intention des exploitants du secteur alimentaire, fixant des règles générales d hygiène applicables à toutes les denrées alimentaires, est applicable depuis le 1 er janvier 2006 et s applique pour l ensemble de la chaîne alimentaire : de la préparation à la consommation. Il vient en remplacement des dispositions jusque là opposables dans notre pays, avec en particulier, l arrêté du 29 septembre 1997 ou Arrêté de Restauration collective/sociale (ARS). Les sept principes de l HACCP sont repris par ce règlement. Dans le cadre de la certification des établissements de santé, l alimentation et la préparation des repas sont des secteurs qui participent aux soins et font l objet d une évaluation, au sein des fonctions hôtelières. La Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux Alimentation Page 4/6 Octobre 2009 CCLIN Sud-Est

5 fonction restauration ne se limite pas à la cuisine centrale, elle exige une réponse globale et pluridisciplinaire qui place le repas, élément du soin au patient, au cœur de la réflexion. II - Acteurs Le médecin clinicien est le seul responsable pour le choix des aliments autorisés pour chaque patient selon le degré d immunodépression. Le cadre infirmier ou diététicien s'assure du respect des procédures et de la gestion du système qualité. Le patient et son entourage devront être informés des contraintes liées à son alimentation. L hygiène alimentaire à l hôpital s inscrit dans la politique générale de lutte contre les infections nosocomiales, donnant au CLIN une responsabilité à part entière dans ce domaine, mais aussi au titre des surveillances et dans le cadre de la maîtrise de l environnement. Par voie de circulaire, la mise en place d un Comité de Liaison en Alimentation et Nutrition (CLAN) est encouragée. Il a surtout pour objectifs de s intéresser aux apports nutritionnels des patients. Comme toute entreprise de restauration collective, les organismes de contrôle sont sollicités : services vétérinaires, direction de la concurrence et de la consommation, direction des affaires sanitaires et sociales. Pour en savoir plus Guides et recommandations Haute Autorité de Santé. Manuel de certification des établissements de santé V (NosoBase n 25646) CCLIN Sud-Est. Démarche HACCP en cuisine centrale. Fiches pratiques pour la prévention du risque infectieux, Mai (NosoBase n 13712) CCLIN Sud-Est. Démarche HACCP en office alimentaire de service. Fiches pratiques pour la prévention du risque infectieux, Mai (NosoBase n 13713) Règlement CE n 852/2004 du parlement européen et du conseil du 29 avril 2004, relatif à l hygiène des denrées alimentaires. Journal Officiel de l Union Européenne du 30 avril 2004 : (NosoBase n 25760) CCLIN Ouest. Hygiène de la restauration dans les établissements de santé. 2001; 75 pages. (NosoBase n 8617) CCLIN Sud-Ouest. Hygiène en restauration dans les établissements de santé. 2000; 48 pages. (NosoBase n 7962) CDC. Guidelines for preventing opportunistic infections among hematopoietic stem cell transplant recipients. 2000; 49(RR10): (NosoBase n 22065) Fédération Nationale des Centres de Lutte Contre le Cancer. Standards, Options et Recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales en cancérologie. Bulletin du Cancer 2000 ; 87(7-8): (NosoBase n 20205) Société Française d Hygiène Hospitalière. Conférence de consensus : Prévention du risque aspergillaire chez les patients immunodéprimés. Hygienes 2000; VIII(6): (NosoBase n 11219) Ministère de la santé publique et de l environnement de Belgique. Recommandations du conseil supérieur d hygiène : Hygiène dans le secteur alimentaire Références Gardes E, Verdeil X, Marty N. Modalités de préparation de l alimentation du patient greffé de moelle osseuse. Hygiènes 2009; XVII(1) : (NosoBase n 24246) Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux Alimentation Page 5/6 Octobre 2009 CCLIN Sud-Est

6 Thiveaud D. Hygiène et sécurité alimentaire en milieu hospitalier. Argos 2006 : Decade C, Marty L, Cabrit R, Manuel C, Demontrond D, Mann G. Gestion du risqué infectieux d origine alimentaire dans les unités de soins. Congrès national de la SFHH 2005 ; Darmon M, Azoulay E. Isolement du patient immunodéprimé en réanimation : propositions de recommandations. Réanimation 2002; 11(4): (NosoBase n 25752) Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux Alimentation Page 6/6 Octobre 2009 CCLIN Sud-Est

L alimentation. du patient. paration et de service? Emilie GARDES - Xavier VERDEIL - Nicole MARTY CHU de Toulouse

L alimentation. du patient. paration et de service? Emilie GARDES - Xavier VERDEIL - Nicole MARTY CHU de Toulouse L alimentation du patient greffé de moelle osseuse Quelle nourriture? Quel contenant? Quel environnement de préparation paration et de service? Emilie GARDES - Xavier VERDEIL - Nicole MARTY CHU de Toulouse

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016 FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL I F A S Promotion 2015/2016 Définition de la fonction restauration d'un établissement de santé Nutritionnel (en liaison avec les

Plus en détail

L hygiène alimentaire en EPHAD

L hygiène alimentaire en EPHAD L hygiène alimentaire en EPHAD Isabelle Parmentier 24 mai 2012 L hygiène alimentaire en EPHAD Isabelle Parmentier 24 mai 2012 Introduction (1/2) Le repas est un moment «fort»de la journée des personnes

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Préparation et distribution des repas 1. Objectifs La distribution des repas peut présenter des pratiques diverses et nécessite de présenter de manière synthétique

Plus en détail

Objectif. Techniques et méthodes

Objectif. Techniques et méthodes FFi icchhee Prraat tiqquuee Recommandations d''hygiène pour la préparation et la conservation des biberons (lait maternel et préparation lactée) Objectif L allaitement maternel constitue la référence pour

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS IMMUNODEPRIMES

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS IMMUNODEPRIMES PRISE EN CHARGE DES PATIENTS IMMUNODEPRIMES 15.05 Objectifs - Eviter que les malades immunodéprimés, chez qui le risque infectieux est élevé, acquièrent des infections hospitalières dont les portes d entrée

Plus en détail

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX D ORIGINE ALIMENTAIRE DANS LES UNITES DE SOINS

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX D ORIGINE ALIMENTAIRE DANS LES UNITES DE SOINS GESTION DU RISQUE INFECTIEUX D ORIGINE ALIMENTAIRE DANS LES UNITES DE SOINS C. DECADE -Dr L. MARTY -D. DEMONTROND Dr C.MANUEL - Dr R.CABRIT - Dr G.MANN Centre Médical de Forcilles 77150 FEROLLES-ATTILLY

Plus en détail

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations ++ FA1 CHARCUTERIES RISQUES POTENTIELS Conditions particulières Microbes potentiels ou 1.1. Charcuteries fraîches - Pâtés - Jambons cuits - Saucisses Toutes charcuteries humides et peu salées : toutes

Plus en détail

Camp accueillant des mineurs

Camp accueillant des mineurs FORMATION HYGIENE 2007 Camp accueillant des mineurs 1 Les référentiels Arrêté interministériel du 29 septembre 1997 fixant les conditions d'hygiène applicables dans les établissement de restauration collective

Plus en détail

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE Risque infectieux et psychiatrie - Jeudi 15 novembre 2012 - Rennes. Christelle MORINIERE IDE hygiéniste CH saint Jean de Dieu-Dinan-St Brieuc Pôle

Plus en détail

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous.

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous. DEMARCHE HACCP EN CUISINE CENTRALE Alimentation GROSJEAN L, Vénissieux Juin 2010 Objectif La démarche HACCP (de l'américain Hazard Analysis Critical Control Point) est une méthode préventive visant à maîtriser

Plus en détail

La chaîne du froid des produits alimentaires

La chaîne du froid des produits alimentaires La chaîne du froid des produits alimentaires Le consommateur a aussi son rôle à jouer La chaîne du froid, qu est-ce que c est? C est maintenir les aliments réfrigérés à une température basse qui leur permet

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

M. Fosse Responsable. M. Dauzou Adjoint. M. FOSSE et son équipe vous préparent de bons petits plats...

M. Fosse Responsable. M. Dauzou Adjoint. M. FOSSE et son équipe vous préparent de bons petits plats... M. Fosse Responsable M. Dauzou Adjoint M. FOSSE et son équipe vous préparent de bons petits plats... Objectifs pédagogiques Assister à la réception et la vérification d une livraison Étudier les documents

Plus en détail

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires SAAV Amt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen LSVW Chemin du Musée 15, 1700 Fribourg T +41 26 305 80 10, F +41 26 305 80 19 www.fr.ch/lsvw

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

Maitrise des dangers en restauration collective

Maitrise des dangers en restauration collective PREFECTURE DE LA LOIRE ATLANTIQUE Maitrise des dangers en restauration collective DDPP44 26 NOVEMBRE 2013 --- La DDSV n'existe plus! RGPP: Directions Départementales Interministérielles Depuis le 1er janvier

Plus en détail

3.3.5 Réception des marchandises et stockage

3.3.5 Réception des marchandises et stockage .. Réception des marchandises et stockage Danger s à observer Mesures correctives et autres mesures.. Livraison de marchandises de mauvaise qualité ou en quantités incorrectes Interruption de la chaîne

Plus en détail

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION Modifiée par l avenant n 47 du 9 novembre 2011 L accès au niveau III* est lié à une exigence de qualification. * Niveau tenant compte

Plus en détail

ENTRETIEN ET PREPARATION DES BIBERONS EN SERVICE DE PEDIATRIE

ENTRETIEN ET PREPARATION DES BIBERONS EN SERVICE DE PEDIATRIE ENTRETIEN ET PREPARATION DES BIBERONS EN SERVICE DE PEDIATRIE 5.04 Objectif Donner aux enfants une alimentation de qualité c est-à-dire un contenu de qualité bactériologique satisfaisante dans un contenant

Plus en détail

OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION. Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau européen

OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION. Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau européen ASEPT, 5 ème Conférence Internationale, 17-18 mars 2004, Laval OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau

Plus en détail

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire Contexte réglementaire en hygiène alimentaire 1 Réforme de la législation communautaire pour la restauration collective Approche traditionnelle = obligation de moyens Réglementation Arrêté Ministériel

Plus en détail

Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène. Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte

Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène. Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte Plan INTRODUCTION BIBERONNERIE organisation architecturale Entretien

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Introduction

Hygiène alimentaire. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Hygiène alimentaire Introduction Le temps de travail ne permet pas souvent aux salariés de déjeuner chez eux

Plus en détail

,!$!!!!,!!,%,& '!7,!$,!$! 8 $!!,#!$#!!,!!,! #!+!!7&1!7!!9:#!!! -;!!!!#!,!!!& 64445<*!))&!"#$ %!,!&'),! 63 =% >?63 =, @!.!7!+, >&!

,!$!!!!,!!,%,& '!7,!$,!$! 8 $!!,#!$#!!,!!,! #!+!!7&1!7!!9:#!!! -;!!!!#!,!!!& 64445<*!))&!#$ %!,!&'),! 63 =% >?63 =, @!.!7!+, >&! A Achat : Affermage : " #$$%# #'( Allotissement : " ) *) # '+, $-. #/01#2,$,,%, Anadémie : 3 +$$ $.)*) 4561 Analyses microbiologiques : '7,$,$ 8 $,# $#,, #+717 9:# -; #, 64445

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

AIDE SUR LES DOCUMENTS CONSTITUTIFS du dossier d agrément CUISINE CENTRALE

AIDE SUR LES DOCUMENTS CONSTITUTIFS du dossier d agrément CUISINE CENTRALE AIDE SUR LES DOCUMENTS CONSTITUTIFS du dossier d agrément CUISINE CENTRALE En premier lieu, faire le point sur la nature exacte de l activité de la cuisine centrale, à savoir un descriptif précis sur :

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/004-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques durant la période de stockage en réserve sèche. Mots clés : Denrées alimentaires / HACCP / Restauration / Stockage

Plus en détail

ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX

ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX La Communauté d établissements Hôpital local Le Neubourg EHPAD: Harcourt Brionne Pont-Authou Syndicat Inter-Hospitalier

Plus en détail

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 Conduite à tenir en cas de suspicion de toxi-infection alimentaire collective (TIAC) en établissement de santé - Arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables

Plus en détail

Jeunesse. www.limousin.pref.gouv.fr www.haute-vienne.gouv.fr

Jeunesse. www.limousin.pref.gouv.fr www.haute-vienne.gouv.fr Jeunesse www.limousin.pref.gouv.fr www.haute-vienne.gouv.fr Opération Interministérielle Vacances Déplacement de Michel JAU, Préfet de la région Limousin, Préfet de la Haute-Vienne Contrôle d'un séjour

Plus en détail

RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA

RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA Dominique Turck Clinique de Pédiatrie Hôpital Jeanne de Flandre et Faculté de Médecine, Lille CONTEXTE DE

Plus en détail

I Les annexes 1 et 2 de l ordonnance du 26 juin 1995 sur l hygiène 1 sont remplacées par les versions ci-jointes.

I Les annexes 1 et 2 de l ordonnance du 26 juin 1995 sur l hygiène 1 sont remplacées par les versions ci-jointes. Ordonnance du DFI sur les exigences d ordre hygiénique et microbiologique concernant les denrées alimentaires, les objets usuels, les locaux, les installations et le personnel (Ordonnance sur l hygiène,

Plus en détail

Protocole des repas et goûters

Protocole des repas et goûters MICRO-CRECHE «Les Loupiots» Place des Boutiques - La Joue du Loup - 05250 LE DEVOLUY Tél : 04 92 58 95 10 Le 07 novembre 2009 Protocole des repas et goûters Le présent protocole a pour but de participer

Plus en détail

Réglementation et analyses des aliments

Réglementation et analyses des aliments Réglementation et analyses des aliments Christian Delagoutte, Docteur vétérinaire HACCP Octobre 2009 Dans votre activité, vous êtes amenés à réaliser ou faire réaliser des prélèvements en vue d'analyses

Plus en détail

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE Dr Erick KEROURIO DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS DE L ESSONNE Le cadre réglementaire LA RESTAURATION COLLECTIVE Notion de «clientèle» captive

Plus en détail

Description de poste en vue d un recrutement Commis / Commise de cuisine. Description du poste

Description de poste en vue d un recrutement Commis / Commise de cuisine. Description du poste (Fiches ROME : G1602) Rubrique «Les fiches métiers» du site www.pole-emploi.fr Description de poste en vue d un recrutement Commis / Commise de cuisine L entreprise : Nom /N de SIRET/adresse Nombre de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES EN RESTAURATION POUR EQUIPE SPORTIVE EN DEPLACEMENT

CAHIER DES CHARGES EN RESTAURATION POUR EQUIPE SPORTIVE EN DEPLACEMENT S o c i é t é F r a n ç a i s e d e N u t r i t i o n d u S p o r t contact@sfns.fr CAHIER DES CHARGES EN RESTAURATION POUR EQUIPE SPORTIVE EN DEPLACEMENT NOTE AUX FEDERATIONS : CONDITIONS D APPLICATION

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LA RESTAURATION SCOLAIRE GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014 Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LES OBJECTIFS Apporter aux enfants une alimentation de Qualité pour répondre à leurs

Plus en détail

AVIS 1 / 6. Afssa Saisine n 2008-SA-0359 Saisine liée n 2007-SA-0174 et 2006-SA-0215. Maisons-Alfort, le 10 avril 2009

AVIS 1 / 6. Afssa Saisine n 2008-SA-0359 Saisine liée n 2007-SA-0174 et 2006-SA-0215. Maisons-Alfort, le 10 avril 2009 Maisons-Alfort, le 10 avril 2009 AVIS LA DIRECTRICE GÉNÉRALE de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à la demande d'avis complémentaire concernant les références applicables aux

Plus en détail

Hygiène en structure d accueil de la petite enfance

Hygiène en structure d accueil de la petite enfance Hygiène en structure d accueil de la petite enfance Qu est ce que l hygiène? L'hygiène est un ensemble de mesures destinées à prévenir les infections. Elle se base essentiellement sur trois actions : le

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE DDPP85 La Roche sur Yon 1 La DDPP de la Vendée Direction Départementale de la Protection des Populations Regroupe les anciens services vétérinaires

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives

Microbiologie 2 CAP APR MME LAGRANGE PLP DU BUGEY - BELLEY janvier 2012. les toxi-infection alimentaires collectives les toxi-infection alimentaires collectives Objectif : Etre capable de caractériser les TIAC afin d être un acteur efficace de leur prévention 1. Analyse d une situation : Drame à Avignon L affaire a commencé

Plus en détail

La vérification du plan de maîtrise sanitaire : Les autocontrôles et les analyses microbiologiques

La vérification du plan de maîtrise sanitaire : Les autocontrôles et les analyses microbiologiques Note d information 22/11/2011 La vérification du plan de maîtrise sanitaire : Les autocontrôles et les analyses microbiologiques 1. De l élaboration d un Plan de maîtrise sanitaire Les producteurs, responsables

Plus en détail

Recommandations pour une bonne hygiène alimentaire en séjour de vacances.

Recommandations pour une bonne hygiène alimentaire en séjour de vacances. Recommandations pour une bonne hygiène alimentaire en séjour de vacances. Depuis le 1er janvier 2006, les règlements 178/2002 et 852/2004 du Parlement Européen fixent les obligations réglementaires applicables

Plus en détail

Formation. Hygiène et HACCP en restauration

Formation. Hygiène et HACCP en restauration Pascal Lenoble Formation et conseil Page 1 sur 6 34, rue nationale - 37 150 Civray de Touraine 02 47 30 24 92-06 40 39 61 22 pascal@pascal-lenoble.fr Formation Hygiène et HACCP en restauration Définition

Plus en détail

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Hôpitaux Universitaires La Pitié-Salpêtrière-Charles Foix CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Christine KHAVAS, IDE Hygiéniste EOHH Charles FOIX - IFSI Les Règles R professionnelle des infirmier(e)s e)s L article

Plus en détail

PROTOCOLE DE VALIDATION DES

PROTOCOLE DE VALIDATION DES PROTOCOLE DE VALIDATION DES DUREES DE VIE FILIERE AVICOLE ET CUNICOLE Juillet 2007 1 PROTOCOLE DE VALIDATION DES DURÉES DE VIE Filière avicole et cunicole I. Champ d application Le présent document décrit

Plus en détail

COMMUNE DE DON MARCHE PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE ART. 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS RESTAURATION SCOLAIRE

COMMUNE DE DON MARCHE PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE ART. 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS RESTAURATION SCOLAIRE COMMUNE DE DON MARCHE PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE ART. 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS RESTAURATION SCOLAIRE FOURNITURE DE REPAS EN LIAISON FROIDE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP Date

Plus en détail

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS I-DEFINITION Les TIAC sont définies par l apparition d au moins 2 cas d une symptomatologie gastro-intestinale dont on peut rapporter la

Plus en détail

COMMUNE DE GRESY-SUR-AIX

COMMUNE DE GRESY-SUR-AIX COMMUNE DE GRESY-SUR-AIX Marché public pour la restauration scolaire (du 01/09/2015 au dernier jour précédent la rentrée scolaire 2016, renouvelable une fois) Date et heure limite de réception des offres

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2013 En 2013, 1 346 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) ont été déclarés en France,

Plus en détail

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux Etablissements de santé : recommandations actuelles sur la qualité de l eau Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Les usages de l eau alimentation : boisson, préparation des

Plus en détail

Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile

Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d'ouvrage / Pouvoir Adjudicateur : Communauté de Communes

Plus en détail

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson 6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) 35 Cuisson 36 Fabrication culinaires maîtrisées Manger varié J aime J aime pas 37 Le respect des recettes : fiches techniques 38 Tests de dégustations

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

LE PETIT DEJEUNER AU GHH

LE PETIT DEJEUNER AU GHH LE HAVRE LE PETIT DEJEUNER AU GHH GROUPE HOSPITALIER DU HAVRE Situé dans la 11ème ville de France, le Groupe Hospitalier du Havre est un important établissement de santé par la diversité de son offre de

Plus en détail

LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION

LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION La méthode HACCP olet 2 : Guide de mise en œuvre Constitution et réunion de l équipe HACCP 1- Définition de la méthode Année n+1 Participation active des agents 2-1.Évaluation

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION. Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire. Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national

CATALOGUE DE FORMATION. Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire. Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire 2015 Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national CATALOGUE DE FORMATION Enregistré sous le numéro 53350863735 auprès du Préfet

Plus en détail

PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE

PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE BRETTEVILLE SUR ODON PROCÉDURE ADAPTÉE PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES C.C.T.P X:\CANTINE\CONSULTATION

Plus en détail

Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile

Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d'ouvrage / Pouvoir Adjudicateur : Communauté de Communes

Plus en détail

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Groupe GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Rédaction Approbation Mise en application : Validation Guide d hygiène et de sécurité alimentaire CAFETERIAS / Création en septembre 2004 / Version A /

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/006-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques, biologiques, chimiques et physiques lors des opérations d épluchage, lavage et désinfection des légumes terreux,

Plus en détail

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social DÉMARCHE HACCP EN RESTAURATION Guide pour l analyse des dangers Restauration commerciale Restauration collective à caractère social Ce livre a obtenu un prix dans la catégorie ouvrages professionnels -

Plus en détail

Hygiène, sécurité et équilibre alimentaires dans les accueils collectifs de mineurs (ACM)

Hygiène, sécurité et équilibre alimentaires dans les accueils collectifs de mineurs (ACM) MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE, ET DES AFFAIRES RURALES Hygiène, sécurité et équilibre alimentaires dans les accueils collectifs de mineurs (ACM) Document aimab Document aimablement

Plus en détail

LES INCONTOURNABLES DE L HYGIENE ALIMENTAIRE EN RESTAURANT SATELLITE

LES INCONTOURNABLES DE L HYGIENE ALIMENTAIRE EN RESTAURANT SATELLITE LES INCONTOURNABLES DE L HYGIENE ALIMENTAIRE EN RESTAURANT SATELLITE Direction Départementale de la Protection des Populations De Seine-Saint-Denis (DDPP 93) - Immeuble l Européen - 5 et 7 promenade Jean

Plus en détail

Mise à disposition des surplus alimentaires pour l organisme...

Mise à disposition des surplus alimentaires pour l organisme... page(s) : 1/6 Objet du mode opératoire Services destinataires Fonctions concernées Mise à disposition des excédents alimentaires Le responsable du conditionnement des plateaux repas Le responsable en qualité

Plus en détail

La restauration en maison de repos

La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos! Un métier spécifique de plus en plus pointu au niveau de:! La sécurité alimentaire.! La gestion de la qualité.! L Optimisation des

Plus en détail

BON USAGE DES DESINFECTANTS

BON USAGE DES DESINFECTANTS BON USAGE DES DESINFECTANTS Agents antiinfectieux DUCRUET L, Saint Genis Laval Août 2010 Objectif Ce document donne les principes généraux du bon usage des désinfectants pour aider à la mise au point de

Plus en détail

LUTTER CONTRE LES BACTÉRIES DANS LA CUISINE

LUTTER CONTRE LES BACTÉRIES DANS LA CUISINE Être acteur aujourd hui LUTTER CONTRE LES BACTÉRIES DANS LA CUISINE Cultures Santé CS Réalisation : Cultures & Santé asbl Texte : Charlotte Sax Graphisme : Marina Le Floch Éditeur responsable : Claire

Plus en détail

HACCP. HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M.

HACCP. HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M. HACCP HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M. du 29/09/97) Une méthode qui a pour but : - d identifier les dangers,

Plus en détail

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection A. CHATELAIN Cadre hygiéniste Produits utilisés pour la détergence et la désinfection Les produits utilisés en établissement de soins participent à la prévention et la lutte contre les infections nosocomiales.

Plus en détail

Alimentation protégée

Alimentation protégée Alimentation protégée Enfant : Date : Objectifs du régime La démarche est de proposer à votre enfant actuellement en aplasie non fébrile, une alimentation contenant le moins de germe possible afin de diminuer

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX. Dr Agnès LASHERAS Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux

ENTRETIEN DES LOCAUX. Dr Agnès LASHERAS Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux ENTRETIEN DES LOCAUX Dr Agnès LASHERAS Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Classification des locaux selon le risque infectieux L entretien doit prendre en compte : la diversité des locaux les

Plus en détail

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS?

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS? 3 ème Journée Régionale de formation et d information destinée aux EHPAD HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Jeudi 17 Novembre 2011 CHU de ROUEN Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES ET LIVRAISONS DE REPAS POUR LA RESTAURATION SCOLAIRE EN LIAISON FROIDE CAHIER DES CLAUSES TECNIQUES PARTICULIERES CCTP

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES ET LIVRAISONS DE REPAS POUR LA RESTAURATION SCOLAIRE EN LIAISON FROIDE CAHIER DES CLAUSES TECNIQUES PARTICULIERES CCTP MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES ET LIVRAISONS DE REPAS POUR LA RESTAURATION SCOLAIRE EN LIAISON FROIDE MAIRIE GARIDECH PLACE CHARLES LATIEULE BP 32 31380 GARIDECH MARCHES DE FOURNITURES ET LIVRAISONS DE

Plus en détail

Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22

Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22 Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22 Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 2/22 Introduction L ESAT les Fourneaux de Marthe et Matthieu propose une activité restauration

Plus en détail

(Ordonnance sur l hygiène, OHyg) Dispositions générales. du 26 juin 1995 (Etat le 27 janvier 2004)

(Ordonnance sur l hygiène, OHyg) Dispositions générales. du 26 juin 1995 (Etat le 27 janvier 2004) Ordonnance du DFI sur les exigences d ordre hygiénique et microbiologique concernant les denrées alimentaires, les objets usuels, les locaux, les installations et le personnel 1 (Ordonnance sur l hygiène,

Plus en détail

1 - Principes d élaboration des critères FCD

1 - Principes d élaboration des critères FCD Critères microbiologiques applicables à partir de 2015 aux marques de distributeurs, marques premiers prix et matières premières dans leur conditionnement initial industriel 1 - Principes d élaboration

Plus en détail

HYGIENE DANS LES CUISINES

HYGIENE DANS LES CUISINES HYGIENE DANS LES CUISINES 1. Qu'est-ce que l'hygiène alimentaire? C'est l'ensemble des principes et des mesures garantissant que les aliments ne soient pas contaminés par des micro-organismes tels que

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

AVIS CONCERNANT L ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE «DE VILLE»

AVIS CONCERNANT L ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE «DE VILLE» SOCIETE FRANCAISE D HYGIENE HOSPITALIERE - 1 - AVIS CONCERNANT L ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE «DE VILLE» MEMBRES DU GROUPE DE TRAVAIL J. Bendayan, cadre de santé hygiéniste, responsable

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

Carnet. de santé. Nom :... Prénom :...

Carnet. de santé. Nom :... Prénom :... Carnet de santé Nom :................................................................... Prénom :.............................................................. Conseils aux parents Alimentation Pendant

Plus en détail

Préparation de repas journaliers pour le service de portage à domicile

Préparation de repas journaliers pour le service de portage à domicile Centre Communal d Action Sociale de CARNOULES Département du Var Préparation de repas journaliers pour le service de portage à domicile CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC DE PRESTATION

Plus en détail

Bizerte le 03 Décembre 2005

Bizerte le 03 Décembre 2005 XÈME JOURNNÉE RÉGIONALE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE DE BIZERTE SURVEIILLANCE MICROBIOLOGIQUE DE L ENVIRONNEMENT DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE AIR, EAU, ET SURFACES M. S. HADDAD Bizerte le 03 Décembre 2005

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES FOURNITURE ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE DESTINES AU SERVICE DE LA RESTAURATION SCOLAIRE DE LA COMMUNE DE SEMBLANÇAY N MARCHE : CANT.2009 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Personne

Plus en détail

Qualité et innocuité des aliments. le contenu de nos assiettes

Qualité et innocuité des aliments. le contenu de nos assiettes Qualité et innocuité des aliments le contenu de nos assiettes La conservation des aliments vise à préserver leur comestibilité et leurs propriétés gustatives et nutritives. Elle implique notamment d empêcher

Plus en détail

«Manger = un plaisir!»

«Manger = un plaisir!» 9. Jeux: 1. Complète: A. Il faut en boire 1,5 litre par jour:... B. Quel est la première activité à réaliser pour éviter la constipation:... C. Certains aliments comme le poisson dégage beaucoup d o...

Plus en détail

CAP Agent Polyvalent de Restauration

CAP Agent Polyvalent de Restauration CAP Agent Polyvalent de Restauration CAHIER DES CHARGES ACADEMIQUE Mise en œuvre du Contrôle en Cours de Formation Le document traite des modalités de mise en oeuvre du Contrôle en Cours de Formation au

Plus en détail

Procédures d hygiène. Ces procédures nécessitent l achat de nouveau matériel et doivent être testées avant d être définitivement mises en œuvre.

Procédures d hygiène. Ces procédures nécessitent l achat de nouveau matériel et doivent être testées avant d être définitivement mises en œuvre. Note à Monsieur René HAMAITE, Directeur général, Direction générale du Sport. Via Monsieur Olivier DEGRYSE, Administrateur général de l Administration générale de l Aide à la Jeunesse, de la Santé et du

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

L hygiène en restauration

L hygiène en restauration L hygiène en restauration Remise directe au consommateur Avertissement : les fiches présentées dans cette rubrique ont valeur de première information synthétique et ne tiennent pas compte des spécificités

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail