Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés"

Transcription

1 Agreste Champagne-Ardenne n 5- Octobre 2015 Analyse des comptes de l agriculture champardennaise en 2014 En 2014, le revenu net d exploitation par actif non salarié baisse de 13,3 % en valeur courante (non corrigée de l inflation) par rapport à l année précédente. Il progresse de 23,2 % en France métropolitaine. Il atteint dans la région euros par actif non salarié toutes orientations techniques confondues. Cette évolution s explique par la baisse de la valeur de production, les charges restant stables. Une vendange moins abondante est responsable du recul de la valeur des vins de Champagne. Les prix de la plupart des produits animaux et végétaux sont en retrait plus ou moins marqué, sauf pour le lait. Les consommations intermédiaires baissent de 1,9 % en raison de la diminution du coût des engrais et des aliments du bétail. La hausse des principales autres charges reste contenue en Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés En 2014, le revenu net d exploitation agricole (RNEA) en Champagne- Ardenne recule de 12,1 %. Il progresse de 23,2 % en France métropolitaine. La valeur de production baisse de 3,4 % en Champagne- Ardenne. Elle augmente de 1,3 % en France. Les charges évoluent peu dans la région (- 0,4 %). Elles régressent de 2 % en France. Les consommations intermédiaires baissent respectivement de 1,9 % et 3,5 %. Le RNEA régional se situe à 1,209 milliard d euros, soit 166 millions de moins qu en Il représente 10 % du résultat national en 2014 contre 14 % l année précédente. Ramené à l unité de travail non salarié, il s établit à euros contre euros en France toutes orientations technico-économiques confondues. Il recule de 13,3 % dans la région mais progresse de 28,2 % en France. La hausse de production en grandes cultures ne compense pas toujours la baisse des prix de volume Production hors subvention de prix de valeur Productions végétales 103,1 93,1 96,0 dont blé tendre 101,0 85,4 86,3 orges 111,2 88,3 98,2 oléagineux 125,0 86,7 108,4 protéagineux 130,9 92,8 121,5 betteraves industrielles 111,7 86,0 96,1 pommes de terre 113,3 59,1 67,0 vins d appellation 96,7 100,9 97,6 Productions animales 102,0 98,2 100,2 dont lait et produits laitiers 105,4 106,3 112,1 gros bovins 99,4 90,8 90,3 Production de services 100,3 101,1 101,4 Ensemble 102,9 93,9 96,6 MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORET Direction régionale de l alimentation, de l agriculture et de la forêt de Champagne-Ardenne Service régional de l information statistique et économique

2 La valeur totale de la production baisse de 3,4 % En 2014, la valeur totale de production se monte à 5,228 milliards d euros. Elle représente 7,1 % de la valeur de production nationale. Elle diminue de 3,4 % en valeur courante, résultat d une progression de 2,9 % des volumes et d une baisse de 6,1 % des prix. Ce constat s explique par une vendange inférieure à celle de 2014 et un repli de la valeur de la plupart des produits sauf pour le lait et les oléoprotéagineux. La viticulture contribue pour près de 50 % de la valeur régionale La viticulture représente 49,6 % de la valeur de production régionale en Elle est inférieure de 2,4 % à sa valeur de 2013, les volumes diminuant de 3,2 %. Hors viticulture d appellation, la production hors subvention régresse de 4,4 %, la hausse des volumes de 8,2 % ne compensant pas la chute des prix de 12,1 %. Production de céréales et d oléoprotéagineux en hausse, mais des prix en baisse La production de blé augmente légèrement (+ 1 %), résultat d une baisse des surfaces de 4,9 % et d un rendement supérieur de 5 q/ha. La production globale d orges progresse de 11,2 % en volume, 9,2 % pour les escourgeons et 12,4 % pour les orges de printemps. Ces évolutions sont dues à une hausse du rendement de 7 q/ha pour les orges d hiver et à un bond des surfaces de 10,1 % pour les orges de printemps. La production d oléagineux, en presque totalité du colza, augmente de 25 %, essentiellement à cause d un rendement supérieur de près de 9 q/ha. Celles de protéagineux progresse de 31 %, les surfaces augmentant de 34 %. En 2014, la parité euro-dollar handicape les blés français à l exportation pendant le premier semestre. Le cours du blé évolue assez peu jusqu à la fin de la campagne. La situation en Ukraine semble n avoir aucun impact durable sur le marché du blé. Les blés français trouvent difficilement preneur à l exportation et la demande intérieure reste modeste. La nouvelle campagne s annonçant prometteuse, la perspective de rendements élevés ne fait pas remonter les prix. Courant août, des conditions climatiques exceptionnelles provoquent la germination des grains sur pied ou en silo. Les aptitudes boulangères d une forte proportion de la récolte sont compromises. Il s ensuit un effondrement des cours et un arrêt des exportations. Dès octobre, une parité euro-dollar plus favorable aux blés français relance quelque peu les exportations. Les prix commencent à remonter. Les problèmes climatiques des grands bassins de production, contrariant les semis d hiver, entretiennent cette tendance haussière qui se maintient jusqu à la fin de l année. Sur l année, le prix moyen des céréales baisse de 13,5 % par rapport à Le blé perd 14,6 % et les orges 11,7 %. Le prix des oléagineux recule de 13,3 % et celui des protéagineux de 7,2 %. La valeur de production hors subvention régresse de 13,7 % pour le blé et de 1,8 % pour les orges. Elle augmente de 8,4 % pour les oléagineux et de 21,5 % pour les protéagineux. Repli pour les betteraves et pour les pommes de terre En 2014, la production totale de betteraves progresse de 11,7 % en volume. Les surfaces augmentent de 3,6 % par rapport à la campagne précédente. Le rendement régional moyen s établit à 98 t/ha, soit 11 t/ha de plus qu en Les prix d acompte (ne tenant pas compte du complément de prix) sont reconduits pour la fabrication de sucre, mais baissent pour les autres utilisations de la betterave. L ensemble du poste «pommes de terre» perd un tiers de sa valeur, à cause d une chute des prix de 41 %, malgré une hausse des volumes de 13,3 %. Les cours se sont révélés catastrophiques pour les variétés de consommation. En revanche, les pommes de terre de féculerie enregistrent une hausse des prix de 11,8 % par rapport à La moitié de la valeur de production vient du Champagne Valeur hors subventions des principales productions régionale, en pourcentage du total Vins d appellation Céréales, oléoprotéagineux Lait et produits laitiers Plantes fourragères (y c. luzerne) Betteraves industrielles Services Gros bovins Pommes de terre Maraîchage et horticulture Autres produits animaux % du total hors viticulture % du total toutes productions Autres produits végétaux % /5

3 Amélioration pour le lait, recul pour la viande bovine Les productions animales restent stables en valeur (+ 0,2 %), résultat d une hausse des volumes de 2 % et d une baisse des prix de 1,8 %. La valeur du poste «gros bovins» diminue de 9,7 %, les volumes évoluant peu. Les productions laitières s accroissent de 12 % en valeur, conjugaison d une hausse des prix de 6,3 % et des volumes de 5,4 %. La production porcine perd 8,3 % en valeur en raison de la baisse des prix. La valeur régionale de la production de volailles perd 6,1 % correspondant à la baisse des prix. Celle de la production d œufs gagne 3,3 %, en raison de la progression des volumes. La production totale de services augmente de 1,4 %, les volumes restant stables. Maintien des subventions Le montant total des subventions (aides aux exploitations et aides aux productions) se monte à 536 millions d euros en 2014, soit un de plus qu en La baisse des subventions d exploitation est compensée par la hausse des subventions aux produits, due aux nouvelles aides aux pommes de terre de fécule et à la luzerne déshydratée. Le taux de soutien à la production défini comme le rapport des subventions à l ensemble des montants perçus par les producteurs (production augmentée de l ensemble des subsides) s établit en 2014 à 9,3 %. Il était de 9 % en Cette évolution s explique par la baisse de la valeur de production. Stabilité pour les charges L ensemble des charges reste stable en Champagne-Ardenne (- 0,4 %). Il baisse de 2 % en France. Le montant total des consommations intermédiaires atteint 2,597 milliards d euros, soit 1,9 % de moins que l année précédente. Elles représentent 49,7 % de la valeur de production contre 48,9 % en Les prix baissent en moyenne de 3,9 %. Les charges de culture représentent 29,5 % du total des consommations intermédiaires contre 30,2 % l année précédente. Le poste «engrais» régresse en valeur de 8,4 %, conséquence d une baisse des prix de 10 %. Avec 12,4 % du total, il figure au troisième rang des consommations intermédiaires. Les produits phytosanitaires et le poste «semences» évoluent peu (respectivement + 0,8 % et - 0,8 %). Les dépenses liées à l élevage représentent 18,8 % de l ensemble des consommations intermédiaires. Les aliments du bétail forment le deuxième poste des consommations intermédiaires avec 17,6 % du total. Il baisse en valeur de 8,8 %. Les dépenses vétérinaires reculent en valeur de 7,6 %. Le poste «autres services» (voir définitions) occupe le premier poste des consommations intermédiaires avec 17,9 % du total en Il augmente de 3,7 % par rapport à l année précédente. Les dépenses en produits pétroliers reculent de 5,3 %. Parmi les autres charges, les frais de personnel et les fermages enregistrent une hausse de 2,6 % et de 3,5 %. Les intérêts baissent de 5,7 %. La consommation de capital fixe (voir définitions) reprend sa progression en 2014 après avoir fléchi en Elle augmente de 2,2 %. Elle représente 17 % du total des charges. Les composantes de la valeur de production hors subvention dans les départements champardennais (Millions d euros) Ardennes Aube Marne Haute- Marne Champagne- Ardenne Céréales 134,30 223,48 356,33 99,80 813,90 Oléoprotéagineux 30,33 78,43 122,18 53,90 284,84 Betteraves industrielles 23,15 54,42 129,08 0,18 206,83 Pommes de terre 9,58 77,09 67,11 0,05 153,83 Maraîchage et horticulture 13,58 40,19 86,27 10,79 150,82 Plantes fourragères (y c. luzerne) 75,81 33,97 67,16 56,89 233,83 Vins d appellation 0,00 551, ,53 4, ,91 Autres produits végétaux 3,91 14,35 5,26 0,23 23,75 Gros bovins 84,70 17,07 24,42 65,22 191,42 Lait et produits laitiers 99,79 28,79 28,00 97,10 253,69 Autres produits animaux 36,28 25,22 39,33 17,26 118,09 Services 30,07 44,03 101,81 26,57 202,49 Production hors subvention 541, , ,49 432, ,39 3/5

4 Baisse des engrais et des aliments, hausse des services Evolution de la valeur des consommations intermédiaires entre 2013 et 2014 Services de travaux agricoles Entretien du matériel Autres services Entretien des bâtiments Autres consommations intermédiaires Produits de protection des cultures Semences et plants Total consommations intermédiaires Produits pétroliers Dépenses vétérinaires Engrais Aliments animaux % Définitions Le poste «autres services» regroupe principalement l ensemble des honoraires de services aux entreprises (en particulier comptablilité-gestion, conseil et diverses prestations assurées par les centres de gestion), des frais de location immobilière ou de machines, de poste et de télécommunications, d abonnements informatiques ou autres, d assurances (liste non exhaustive). Consommation de capital fixe : dépréciation du matériel (machines et outils, bâtiments, matériels de transport, de culture, installations d élevage) liée à l usure normale et à son obsolescence. Les produits progressent moins vite que les charges L ensemble des charges a progressé de 34,1 % en valeur réelle depuis 2000 soit à un rythme annuel de 2,1 %, qu il s agisse des consommations intermédiaires ou des autres charges. Le total des produits (valeur de production + subventions) s accroît à un rythme annuel de 0,8 %, soit 11,5 % depuis Le revenu net d entreprise agricole (RNEA) a diminué à un rythme annuel moyen de 2,7 % en valeur réelle sur la période Tendance à la baisse du RNEA en valeur réelle milliards d euros 6,5 6,0 5,5 5,0 4,5 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0, Résultat net d exploitation agricole Autres charges Consommations intermédiaires Source : Agreste, Comptes de l agriculture 2000 à 2014, Retraitement Srise 2014 Méthodologie Les comptes de la branche «agriculture» concernent le processus de production agricole engagé au niveau de l ensemble des exploitations, ainsi que les activités de transformation qui en découlent et qui sont réalisées sur l exploitation, et les activités utilisant l exploitation et ses moyens de production (services). L activité «Vins de Champagne» traitée dans les comptes se limite à la production de raisin des exploitations viticoles et à la production de bouteilles finies des «récoltants-manipulants», c est-à-dire des viticulteurs vinifiant tout ou partie du raisin qu ils produisent. L activité des Maisons de Champagne n est pas abordée dans les comptes de la branche «agriculture». Elle est considérée comme une activité de transformation à part entière et relève des comptes des industries agricoles et alimentaires. 4/5

5 (Millions d euros courants) Les comptes de l agriculture en Champagne-Ardenne 2011 définitif 2012 définitif 2013 semi-définitif 2014 provisoire Production au prix producteur = (1) + (2) + (3) 5 525, , , ,39 Productions végétales (1) 4 817, , , ,71 dont blé tendre 541,76 546,23 555,27 478,74 orges 263,80 381,10 257,69 252,98 oléagineux 333,42 332,99 239,33 259,42 protéagineux 22,47 27,02 20,93 25,42 betteraves industrielles 265,10 237,98 215,32 206,83 pommes de terre 189,63 266,85 229,61 153,83 vins d appellation 2 757, , , ,01 Productions animales (2) 526,68 543,30 562,27 563,20 dont lait et produits laitiers 236,70 215,63 226,53 253,69 gros bovins 167,26 201,60 212,12 191,42 Production de services (3) 181,34 190,04 199,65 202,49 + Subventions sur les produits = (4) + (5) 25,59 20,48 20,60 28,55 Subventions sur les produits végétaux (6) 9,54 4,62 3,78 12,32 Subventions sur les produits animaux (7) 16,05 15,86 16,82 16,23 = Production au prix de base 5 550, , , ,94 - Consommations intermédiaires 2 330, , , ,87 Charges de cultures 668,84 762,85 799,41 765,61 dont semences et plants 125,48 137,05 124,32 123,33 engrais et amendements 323,99 392,17 416,68 381,81 produits phytosanitaires (protection des cultures) 219,37 233,63 258,40 260,47 Charges d élevage 439,15 468,16 534,96 488,35 dont aliments pour animaux 404,47 434,11 501,87 457,78 dépenses vétérinaires 34,68 34,05 33,09 30,57 Produits pétroliers 164,97 198,45 188,00 178,11 Entretien du matériel et des bâtiments 190,31 211,52 216,76 225,33 Services de travaux agricoles 168,74 165,12 186,40 194,30 Autres services aux entreprises 427,64 440,63 448,82 465,48 Autres consommations intermédiaires 270,47 257,16 272,55 279,68 = Valeur ajoutée brute 3 220, , , ,07 + Subventions d exploitation et autres subventions 503,40 525,11 514,06 507,14 - Impôts fonciers et autres impôts 58,03 61,29 62,17 61,33 - Consommation de capital fixe 744,63 775,16 757,33 773,99 = Résultat net agricole 2 921, , , ,89 - Charges salariales 574,23 577,98 629,14 645,34 - Charges locatives 281,35 298,79 311,04 321,93 - Intérêts d emprunts 166,50 174,33 164,92 155,52 = Revenu net d entreprise agricole (RNEA) 1 899, , , ,10 Résultat agricole/actif total (milliers d euros) 73,36 59,49 63,36 57,56 RNEA/actif non salarié (milliers d euros) 87,07 59,41 65,66 56,95 Source : Agreste, Comptes de l agriculture 2011 à 2014, Retraitement Srise Service régional de l information statistique et économique de Champagne-Ardenne Complexe agricole du Mont-Bernard Châlons-en-Champagne Cedex Tél : Fax : Direction régionale de l alimentation, de l agriculture et de la forêt de Champagne-Ardenne Directeur régional : S. Chagnard Directeur de publication : J.P. Jactat Agreste Champagne-Ardenne n 5 - Octobre 2015 Mél : Site internet : Rédacteur en chef : S. Skrabo Rédaction : M. Tison Composition : M. Lallement Dépôt légal : à parution -ISSN : Prix : 3,00 euros Agreste 2015

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

L agriculture dans la Marne

L agriculture dans la Marne L agriculture dans la Marne Edition 2007 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DIRECTION RÉGIONALE ET DÉPARTEMENTALE DE L AGRICULTURE ET DE LA FORÊT DE CHAMPAGNE-ARDENNE ET DE LA MARNE Service Régional

Plus en détail

Revenu agricole moyen en hausse modérée pour les exploitations de grandes cultures franciliennes en 2011

Revenu agricole moyen en hausse modérée pour les exploitations de grandes cultures franciliennes en 2011 Numéro 124 - Avril 2013 Île-de-France Réseau d information comptable agricole : exploitations spécialisées en grandes cultures Revenu agricole moyen en hausse modérée pour les exploitations de grandes

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Résultats économiques des exploitations en 2014

Résultats économiques des exploitations en 2014 Télécharger les données au format tableur Numéro 332 - décembre 15 Résultats économiques des exploitations en 14 Un résultat moyen proche du début des années mais des évolutions contrastées selon les orientations

Plus en détail

En 2010, près des deux tiers

En 2010, près des deux tiers 283 Agreste Primeur Numéro 283 - juin 212 Exploitations de grandes cultures en France métropolitaine Des grandes cultures dans deux tiers des exploitations 31 exploitations agricoles produisent des grandes

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DU MARCHE DU FOIE GRAS

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DU MARCHE DU FOIE GRAS SITUATION DE LA PRODUCTION ET DU MARCHE DU FOIE GRAS 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

Réunion d information activité céréales. SCA DE MILLY 21 octobre 2014

Réunion d information activité céréales. SCA DE MILLY 21 octobre 2014 Réunion d information activité céréales SCA DE MILLY 21 octobre 2014 ORDRE DU JOUR Bilan collecte moisson 2014 Marché céréalier au 20 octobre 2014 Normes de réception des blés moisson 2014 Rémunération

Plus en détail

Campagne de pomme de terre 2009/2010 : production française en hausse et commerce extérieur plutôt favorable

Campagne de pomme de terre 2009/2010 : production française en hausse et commerce extérieur plutôt favorable Agreste Synthèses Grandes cultures Pomme de terre Juin 211 n 211/148 Pomme de terre - Juin 211 Grandes cultures Synthèses n 211/148 Campagne 29/21 : production française en hausse et commerce extérieur

Plus en détail

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009 1 Structure du bilan Le bilan décrit la situation patrimoniale de l exploitation à la clôture de l exercice. Il présente en regard l actif à gauche et le passif à droite, dont les cumuls sont par définition

Plus en détail

Le montant des aides versées

Le montant des aides versées 259 Agreste Primeur Numéro 259 - avril 2011 Le bilan de santé de la Pac Une redistribution des aides en faveur des élevages d herbivores En 2010, la réforme issue du bilan de santé de la Pac est mise en

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

Données économiques et comptables

Données économiques et comptables Données économiques et comptables Comptes de l agriculture 2009 Seconde année consécutive de baisse du revenu des exploitants agricoles Le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) par actif non salarié des

Plus en détail

Repli du prix de porc au mois de juillet

Repli du prix de porc au mois de juillet Agreste Infos rapides Animaux de boucherie - Porcins Août n 7/11 Août Porcins n 7/11 E Animaux de boucherie Repli du prix de porc au mois de juillet Infos rapides n juillet, les abattages de porcins progressent

Plus en détail

Poids croissant de l assainissement dans le prix de l eau

Poids croissant de l assainissement dans le prix de l eau Agreste Champagne-Ardenne n 5 - Juillet 2011 Enquête eau et assainissement 2008 Poids croissant de l assainissement dans le prix de l eau La consommation domestique d eau des champardennais s élève à 147

Plus en détail

2014 : des rendements élevés dans toutes les productions

2014 : des rendements élevés dans toutes les productions Agreste Champagne-Ardenne n 3 - Avril 2015 Les productions végétales en Champagne-Ardenne en 2014 2014 : des rendements élevés dans toutes les productions Avec 5,9 millions de tonnes en 2014, la production

Plus en détail

La Bio en France : repères

La Bio en France : repères La Bio en France : repères Plus d un million d hectares engagés en bio fin 25 467 producteurs engagés en bio en et plus de 26 211 au 30 juin 2014 12 577 transformateurs, distributeurs et importateurs Evolution

Plus en détail

DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT

DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT Numéro 117 - Février 2012 Île-de-France Recensement agricole 2010 : les circuits-courts en Île-de-France. DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT

Plus en détail

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011 Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 211 LES ÉTUDES DE > En 211, les produits agroalimentaires 1 ont apporté une contribution majeure aux exportations françaises, puisqu un quart

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015 L Agroindicateur Septembre 2015 Revenu d un milliard : un nouveau seuil? La conjoncture 2015 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer autour d

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. BAISSE DU COURS DES CEREALES ET

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

Réseau d Information Comptable Agricole 2007

Réseau d Information Comptable Agricole 2007 Données économiques et comptables Réseau d Information Comptable Agricole 2007 En 2007, les exploitations professionnelles couvertes par le Réseau d Information Comptable Agricole (RICA) en Poitou-Charentes

Plus en détail

> ÉDITION décembre 2014. Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE

> ÉDITION décembre 2014. Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE ÉDITION décembre 2014 Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE Résumé Les capacités de stockage à la ferme sont estimées par l'enquête réalisée par BVA

Plus en détail

Pays de la Loire - Juillet 2013. Les références 2012 des entreprises agricoles en SARTHE, MAINE-ET-LOIRE. et LOIRE-ATLANTIQUE

Pays de la Loire - Juillet 2013. Les références 2012 des entreprises agricoles en SARTHE, MAINE-ET-LOIRE. et LOIRE-ATLANTIQUE Pays de la Loire - Juillet 213 Les références 212 des entreprises agricoles en SARTHE, MAINE-ET-LOIRE et LOIRE-ATLANTIQUE ETUDE DE GROUPE 212 Un reflet des Pays de la Loire Sarthe L étude a été élaborée

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Viticulture Un secteur clé de l économie agricole française

Viticulture Un secteur clé de l économie agricole française Viticulture Un secteur clé de l économie agricole française Les chiffres clés de la filière - 14 % des exploitations agricoles françaises : 68 5 exploitations viticoles spécialisées - 3 ème producteur

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Jean-François BASCHET, Ministère de l agriculture et de la pêche, Direction des affaires

Plus en détail

Languedoc- Roussillon

Languedoc- Roussillon Languedoc- Roussillon Juillet 2014 Après deux années de hausse continue en 2010 et 2011, le résultat courant avant impôts (RCAI) des exploitations agricoles du Languedoc-Roussillon fléchit à 22 700 euros

Plus en détail

Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne

Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne Guillaume Wemelbeke* Depuis la crise survenue à la fin 2008, la production européenne de produits agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

Céréales et oléoprotéagineux : moins de producteurs mais maintien des surfaces ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE CANTAL CANTAL CANTAL

Céréales et oléoprotéagineux : moins de producteurs mais maintien des surfaces ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE CANTAL CANTAL CANTAL Agreste Auvergne N 120 - mai 2013 Céréales et oléoprotéagineux : moins de producteurs mais maintien des surfaces Plus de la moitié des 23 700 régionales cultive des céréales, des oléagineux ou des protéagineux

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles - résultats de l observation des prix et marges du mois de février 2014 -

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles - résultats de l observation des prix et marges du mois de février 2014 - Service du soutien au réseau (SR) Sous-direction de la communication, programmation et veille économique (1) Bureau de la veille économique et des prix (1B) Observatoire des prix et des marges Produits

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015 Service du soutien au réseau (SR) Sous-direction de la communication, programmation et veille économique () Bureau de la veille économique et des prix (B) Observatoire des prix et des marges Produits agricoles

Plus en détail

En 2012, la récolte viticole française, estimée à 40,7 millions d hectolitres,

En 2012, la récolte viticole française, estimée à 40,7 millions d hectolitres, Agreste Synthèses Viticulture Décembre 212 n 212/197 Décembre 212 Viticulture Synthèses n 212/197 En 212, les prix des vins sont tirés à la hausse par les marchés à l exportation En 212, la récolte viticole

Plus en détail

La vache normande : une signature régionale

La vache normande : une signature régionale Données Une publication de la Direction Régionale de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt La vache normande : une signature régionale La Basse-Normandie a le plus grand cheptel de vaches de

Plus en détail

L agriculture de l Oise

L agriculture de l Oise L agriculture de l Oise 17 juin 2010 Direction départementale des territoires de l'oise Service Economie Agricole Le département de l Oise Superficie de 5890 km² 800 000 habitants 693 communes 90% des

Plus en détail

Les taux de rendement actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole

Les taux de rendement actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole Séries sur l examen du renment s exploitations agricoles /Volume No. Les taux renment actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole Introduction Ce bulletin présente nouvelles mesures

Plus en détail

En 2008, les industries agroalimentaires ont été confrontées à la flambée des

En 2008, les industries agroalimentaires ont été confrontées à la flambée des Agreste Synthèses IAA : une année 2008 marquée par la flambée des prix de l énergie Novembre 2009 n 2009/87 Novembre 2009 Synthèses n 2009/87 Industries agroalimentaires : une année 2008 marquée par la

Plus en détail

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Points. forts DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE BILAN. De la Polynésie française COMMERCE EXTÉRIEUR 2013,

Points. forts DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE BILAN. De la Polynésie française COMMERCE EXTÉRIEUR 2013, Points 7 forts BILAN 213 INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE 213, DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE La balance commerciale de la Polynésie française continue

Plus en détail

Le prix d un litre de lait, du producteur au consommateur

Le prix d un litre de lait, du producteur au consommateur Chaque seconde, ce sont 320 baguettes de pain qui sont consommées et produites en France, soit 10 milliards par an. Chaque Français consomme 160 gr. de pain par jour. A savoir que sur 32 ans, de 1975 à

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72 VITICULTURE 125 126 GROUPE VITICULTURE Le groupe comprend 75 entreprises dont 47 en société (63 %). La vigne représente 88 % des produits, le complément étant apporté par des grandes cultures ou d autres

Plus en détail

La production des IAA ralentit encore en juillet. Prix à la consommation - Prix à la production - Prix d'achat des intrants

La production des IAA ralentit encore en juillet. Prix à la consommation - Prix à la production - Prix d'achat des intrants Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre Octobre Industries agroalimentaires La production des IAA ralentit encore en juillet Tableau de bord Sommaire Production en volume - Ipi la production

Plus en détail

En août 2012, la production des IAA est en hausse. Prix à la consommation - Prix à la production - Prix d'achat des intrants

En août 2012, la production des IAA est en hausse. Prix à la consommation - Prix à la production - Prix d'achat des intrants Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires novembre 2012 Novembre 2012 Industries agroalimentaires Tableau de bord En août 2012, la production des IAA est en hausse Sommaire Production en volume -

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs

Commercialisation des logements neufs COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs Résultats au deuxième trimestre 2015 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Au deuxième

Plus en détail

Organisation du chapitre

Organisation du chapitre RéférenceS janvier 2013 Bilan social annuel du transport routier de marchandises (2011) Organisation du chapitre Ce chapitre décrit l activité des entreprises françaises du transport routier de marchandises

Plus en détail

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL 1. L AQUITAINE Une région en croissance La région Aquitaine s inscrit depuis la fin des années quatre-vingt-dix dans le peloton de tête des régions françaises

Plus en détail

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 Ph. Burny 1 2 1 Production céréalière mondiale...2 1.1 Production mondiale de céréales en 2010/2011... 2 1.2 Production mondiale de froment en

Plus en détail

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012 Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Numéro 25 - avril 215 Télécharger les données de l ensemble du dossier au format tableur Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Les entreprises agroalimentaires

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE Evaluation

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 599 Janvier 5 Conjoncture de l immobilier Résultats au troisième trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière

Plus en détail

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi N MEF/DPEE/DSC MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Dakar, mars 2015 DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION DE

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Calcul de la marge brute en production laitière

Calcul de la marge brute en production laitière Mode d emploi : Calcul de la marge brute en production laitière Calculez la marge brute en production laitière sur votre exploitation et comparez-la avec celle d autres exploitations du même type. Utilisation

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Forte baisse des prix des produits laitiers en 2015

Forte baisse des prix des produits laitiers en 2015 Agreste Synthèses Lait Septembre 2015 n 2015/276 Septembre 2015 Lait Synthèses n 2015/276 Forte baisse des prix des produits laitiers en 2015 Au 1 er semestre 2015, le marché national du lait a subi les

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre établi à partir des sources suivantes: 2010 - Données transmises par la Direction

Plus en détail

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques TABLEAU DE BORD septembre 2013 Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Plus en détail

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010 ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS janvier 21 PRIX À LA CONSOMMATION Évolutions sectorielles 2 variation sur 12 mois en % 7 15 1 5 Énergie (7,3 % du total) 6

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN Points 4 forts BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN 214 HAUSSE DES CRÉATIONS D ENTREPRISES INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE En 214, le des créations pures d entreprises dans les secteurs

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

«Développement de l assurance agraire en Russie»

«Développement de l assurance agraire en Russie» «Développement de l assurance agraire en Russie» Conférence Internationale «Gestion des risques et des crises dans l assurance agraire» 15,16 et 17 mars 2010 Liudmila Kosholkina Directrice du Département

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE NOVEMBRE 28 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières Auvergne Tendances régionales novembre 28 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Fabienne Monteil Direction générale des Statistiques Banque de France Sylvain Humbertclaude et Léa mauro Division Synthèse générale

Plus en détail

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA Note de Conjoncture N 66 Page 1 Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants Effectifs IAA 540 000 530 000 520 000 510 000 500 000 490 000 480 000 Source : Acoss, calculs ANIA

Plus en détail

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels EMPLOI 39 L emploi salarié franc-comtois recule de 0,2% en 2006. La hausse des effectifs dans les services et la construction ne suffit pas à compenser la baisse dans l industrie. Le nombre de salariés

Plus en détail

Prix et coûts de production de six grandes cultures : blé, maïs, colza, tournesol, betterave et pomme de terre

Prix et coûts de production de six grandes cultures : blé, maïs, colza, tournesol, betterave et pomme de terre Prix et coûts de production de six grandes cultures : blé, maïs, colza, tournesol, betterave et pomme de terre Dominique Desbois, Bernard Legris* Les prix à la production des principaux produits agricoles

Plus en détail

L emploi agricole : la place accrue des coexploitants

L emploi agricole : la place accrue des coexploitants - février 2012 Agreste février 2012 Pays de la Loire L emploi agricole : la place accrue des coexploitants En 2010, l ensemble de l agriculture ligérienne emploie 73 500 personnes travaillant de manière

Plus en détail

Association nationale de la meunerie française

Association nationale de la meunerie française Association nationale de la meunerie française LA MEUNERIE FRANCAISE : ses entreprises, ses marchés t tla t structure des entreprises de la meunerie française La meunerie française est composée de 373

Plus en détail

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 341 II. LISTE DES TABLEAUX... 341 III. PRESENTATION... 342 IV. METHODOLOGIE... 342 V. DÉFINITIONS... 342 VI. SOURCES DE DOCUMENTATION...

Plus en détail

La baisse des échanges améliore le déficit de la balance commerciale

La baisse des échanges améliore le déficit de la balance commerciale Bois et dérivés La baisse des échanges améliore le déficit de la balance commerciale Avec un déficit de 6,1 milliards d euros sur l année 2012 en données provisoires, la balance commerciale de la filière

Plus en détail

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre 2014 octobre 2014 Industries agroalimentaires Tableau de bord Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Sommaire Production en

Plus en détail

Cette mise à jour fait ressortir une progression positive de 9% par rapport au premier trimestre 2014.

Cette mise à jour fait ressortir une progression positive de 9% par rapport au premier trimestre 2014. NOTE DE CONJONCTURE DU MARCHE DES ASSURANCES Deuxième trimestre 2015 Avant de présenter les chiffres au titre du second trimestre 2015, il est à noter que l actualisation des données du premier trimestre

Plus en détail

Agreste Pays de la Loire. Les Pays de la Loire deuxième région française pour les industries agroalimentaires

Agreste Pays de la Loire. Les Pays de la Loire deuxième région française pour les industries agroalimentaires Agreste Agreste Janvier 2013 Les deuxième région française pour les industries agroalimentaires Avec 12,7 milliards d euros de chiffre d affaires et 2,3 milliards de valeur ajoutée dans les industries

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE

TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE Mars 2015 Points clés Au 1 er janvier 2015, le cheptel bovin en Pays de la Loire compte 2.599.805 têtes. Si la dynamique sur les effectifs de femelles laitières

Plus en détail

Comparaisons 2 èmes trimestres 2014 et 2015

Comparaisons 2 èmes trimestres 2014 et 2015 embre 2012 Comparaisons 2 èmes trimestres 2014 et 2015 ENTREPRISES Créations d entreprises Liquidations judiciaires Crédits à l équipement Permis de construire de locaux Investissements des entreprises

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

Le poids des aides directes dans le revenu des exploitations agricoles

Le poids des aides directes dans le revenu des exploitations agricoles Le poids des aides directes dans le revenu des exploitations agricoles Maurice Desriers, Éliane Le Rey, André Rivière, Céline Rouquette et Tayeb Saadi* Un des objectifs de la politique agricole commune

Plus en détail

ENTREPRISES. EVOLUTIONS 2 èmes trimestres 2013-2014. N 45 Sept 2014 Données au 30 juin 2014

ENTREPRISES. EVOLUTIONS 2 èmes trimestres 2013-2014. N 45 Sept 2014 Données au 30 juin 2014 Comparaisons 2 èmes trimestres 213 et 214 ENTREPRISES Créations d entreprises Liquidations judiciaires Crédits à l équipement Permis de construire de locaux Investissements des entreprises Chiffres d Affaires

Plus en détail

AGENDA > 19 avril 2011 : Comité Bois & plants

AGENDA > 19 avril 2011 : Comité Bois & plants numéro 21 / 7 avril 211 / OCM promotion pays tiers Nouvel appel à propositions Les membres du Conseil spécialisé de la filière viticole ont donné un avis favorable, le 23 mars dernier, sur un projet de

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Principaux secteurs d activité haut-marnais Bilan Les principaux secteurs d activité haut-marnais BILAN édition 2011 Document réalisé en partenariat avec Observatoire Economique de la Haute-Marne Principaux

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées.

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées. Vue d ensemble Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques sont, sauf mention contraire, définis sur

Plus en détail

UNION DES COMORES LES CHIFFRES DU COMMERCE EXTERIEUR DE L UNION DES COMORES 2009/2010. Présenté par MOINDJIE MMADI. Administrateur SYDONIA

UNION DES COMORES LES CHIFFRES DU COMMERCE EXTERIEUR DE L UNION DES COMORES 2009/2010. Présenté par MOINDJIE MMADI. Administrateur SYDONIA UNION DES COMORES MINISTERE DES FINANCES DU BUDGET ET DES INVESTISEMENTS DIRECTION GENERALE DES DOUANES LES CHIFFRES DU COMMERCE EXTERIEUR DE L UNION DES COMORES 29/21 Présenté par MOINDJIE MMADI Administrateur

Plus en détail

informations statistiques

informations statistiques indice des prix DE la construction n 62 décembre 213 INDICE GENEVOIS DES PRIX DE LA CONSTRUCTION, EN octobre 213 Dans le canton de Genève, les prix de la construction (TVA non comprise) progressent de

Plus en détail

Les protéines en nutrition animale

Les protéines en nutrition animale Les protéines en nutrition animale Sources, origine, évolution Plan Qui sommes nous? Les coopératives de nutrition animale Principes de base de la nutrition animale Les principales matières protéiques

Plus en détail

Le bilan économique 2013 en Midi-Pyrénées

Le bilan économique 2013 en Midi-Pyrénées Le bilan économique 2013 en Midi- Construction La construction de logements ne redémarre pas Sokorn Marigot (Dreal) Résumé En 2013, le nombre de logements autorisés à la construction en Midi- progresse

Plus en détail

Tableaux annexes OPTIQUE TRÉSORERIE, ÉLÉMENTS DU COMPTE DE CAPITAL, ASSURANCE-DOMMAGES

Tableaux annexes OPTIQUE TRÉSORERIE, ÉLÉMENTS DU COMPTE DE CAPITAL, ASSURANCE-DOMMAGES Tableaux annexes OPTIQUE TRÉSORERIE, ÉLÉMENTS DU COMPTE DE CAPITAL, ASSURANCE-DOMMAGES Le résultat et le revenu agricoles en optique trésorerie Les comptes de l'agriculture se sont alignés, depuis la base

Plus en détail