COLLOQUE ANNUEL DE L ADICQ. Édition 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COLLOQUE ANNUEL DE L ADICQ. Édition 2015"

Transcription

1 COLLOQUE ANNUEL DE L ADICQ Édition 2015 Quand la gestion du risque, les relations avec la communauté, la productivité et les coûts d opération vont main dans la main lors d un changement majeur de procédé!

2 L Affinerie CCR et le Groupe Glencore en un coup d œil 1

3 L Affinerie CCR et le Groupe Glencore en un coup d œil 2 84 années de présence dans l est de Montréal Noranda Falconbridge Xstrata Glencore

4 L Affinerie CCR et le Groupe Glencore en un coup d œil 2 Cuivre Argent Or Principaux Produits Platine / Palladium Sulfate de nickel Sélénium Dioxyde de tellure Production Annuelle tonnes onces onces onces tonnes 225 tonnes 20 tonnes 4

5 L Affinerie CCR et le Groupe Glencore en un coup d œil 2 Glencore est l une des entreprise les plus importantes du monde dans le domaine des ressources naturelles diversifies. Avec plus de employés dans 50 pays, nous sommes une entreprise de production et de commercialisation de matières premières mondialement intégrée. Pour concrétiser notre vision d une activité durable, nous nous concentrons à relever des défis mondiaux tout en mettant l accent sur la santé et la sécurité, sur nos employés, ainsi que sur les environnements et les communautés au sein desquels nous travaillons. 5

6 La fabrication du sélénium 1

7 La fabrication du sélénium et le dioxyde de soufre 2 En 1934, c étaient principalement les propriétés de photoconductivité du sélénium qui intéressait nos client qui l utilisaient alors dans les procédés de développement des photos dans l ère argentique Au cours des années plusieurs autres utilisations se sont développé. Aujourd hui, le sélénium est utilisé dans les applications suivantes: Industrie électronique (photocopieurs, capteurs pour caméras numériques, panneaux solaires, semi-conducteurs, etc.) Suppléments nutritionnels Industrie du verre Pigments pour plastiques, peintures, émail, encres et caoutchouc Produits pharmaceutiques Formulation de pesticides et de fongicides Ingrédient anti-pellicules dans les shampooing On retrouve aussi du sélénium radioactif qui est utilisé en médecine 7

8 La fabrication du sélénium et le dioxyde de soufre 2 La fabrication du sélénium à Montréal-Est débute en 1934 Dans le procédé de séparation des métaux précieux (or, argent, platine, palladium), de l acide sélénieux est formé et récupéré L injection de dioxyde de soufre dans cet acide fait précipiter le sélénium qui est récupéré sous forme solide H 2 SeO 3 + H 2 O + 2 SO 2 Se + 2 H 2 SO 4 8

9 La fabrication du sélénium et le dioxyde de soufre 2 9

10 La fabrication du sélénium et le dioxyde de soufre 2 La fabrication du sélénium requiert l utilisation de dioxyde de soufre Initialement le dioxyde de soufre requis pour la production de sélénium est fabriqué directement à l usine par un procédé de combustion de soufre élémentaire La fabrication de dioxyde de soufre à l affinerie est stoppée en 1962 pour des raisons de sécurité 10

11 La fabrication du sélénium et le dioxyde de soufre À partir de 1962, le dioxyde de soufre est plutôt acheté d un fabricant externe, livré par wagon-citerne et entreposé sur le site dans un réservoir d une capacité de 40 tonnes métriques. Un deuxième réservoir de même capacité est construit en 1966

12 1

13 À la fin des années 80, suite à l accident de Bhopal en Inde en 1984 et une série d accidents industriels majeurs à travers le monde, les membres de l Association Industriel de l Est de Montréal s engagent vers une démarche d évaluation des risques (création du MUPEM) Cette démarche évolue jusqu à la formation en 1995 du CMMI sur la gestion des risques industriels En 1998 les membres de l AIEM, dont l Affinerie CCR, présentent au CMMI les résultats d analyse de leur scénario normalisé d accident Le scénario normalisé présenté par l Affinerie CCR consiste en la perte total du contenu d un réservoir de 40 tonnes de SO 2 sur une période de 10 minutes. La zone d impact associée à ce scénario normalisé atteint 18 km!

14

15 Très inconfortable avec la situation, la direction de l Affinerie se met à la recherche de solution afin de réduire le niveau de risque associé à l utilisation du SO 2 à Montréal-Est Ces travaux mènent au début de l an 2000 à l implantation d une technologie adaptée par l entreprise Cansolv qui offre une alternative à l entreposage de SO 2 liquide. Cette technologie développée par des chercheurs de la compagnie Union Carbide dans leur centre de recherche de Montréal-Est, consiste à utiliser une amine capable de capter du SO 2 gazeux, le rendant ainsi beaucoup plus sécuritaire lors de son transport et de son utilisation dans les procédés industriels.

16 Une unité de production d amine enrichie de SO 2 gazeux est implantée à l Affinerie de zinc CEZ de Valleyfield en vue de fournir l Affinerie CCR ainsi que d autres clients potentiels. Une usine de régénération de SO 2 à partir d une solution d amine enrichie est construite à l Affinerie CCR. La réalisation de ce projet permet l élimination des 2 réservoirs d entreposage de SO 2 liquide La zone d impact associée scénario normalisé pour le SO 2 est réduite à 2.1 km (vs. 18 km). La zone d impact associé au scenario alternatif, scénario plus réaliste utilisé pour la planification des mesures d urgence, est évalué à 480 mètres.

17 Scénario normalisé Affinerie CCR

18 Scénario alternative Affinerie CCR

19 Malgré beaucoup d efforts de commercialisation, aucun autre client n adhère au procédé Cansolv L Affinerie CCR étant le seul client de CEZ, elle doit absorber l ensemble des coûts d exploitation du procédé Cansolv En 2014, l augmentation des coûts d exploitation du procédé Cansolv fait en sorte que la rentabilité du procédé de fabrication du sélénium est en péril Encore une fois, une solution alternative doit être trouvée pour maintenir la rentabilité de l usine de sélénium, maintenir sa productivité tout en demeurant acceptable au niveau du risque industriel et acceptable auprès de la communauté!

20 Après étude, la seul solution alternative au procédé Cansolv qui semble viable au niveau rentabilité et productivité est l utilisation de cylindre de SO 2 d une capacité d une tonne, similaires à ceux utilisés pour le chlore

21 L évaluation initiale du scénario alternatif associé à un cylindre de SO 2 d une tonne indique un rayon d impact est de 8 km Un tel rayon d impact est jugé inacceptable par la direction qui exige la mise en place de mesures de réduction de risque La procédure d opération stipule que les branchements de cylindres doivent s effectuer en gardant la porte de garage du local en position ouverte afin d offrir une deuxième sortie en cas d urgence. Cela a pour résultat de diminuer l effet de confinement en cas de fuite de SO 2. De concert avec l exécutif syndical et les employés, il y a entente pour l installation d une deuxième porte d urgence dans le local (normalement fermée) permettant ainsi d effectuer les branchements en maintenant la porte de garage fermée Ce simple changement a pour effet de réduire la zone d impact à 4 km.

22 Le nouveau rayon d impact de 4 km étant encore jugé inacceptable, de nouveau changements sont apportés aux installations et aux procédures d opération. Les installations sont d abord modifiées par l ajout d une valve de type Halogen permettant de fermer automatiquement le robinet sur le cylindre en 0.75 sec. en cas de détection de 5 ppm de SO 2 ou plus dans le local d entreposage

23 Encore de concert avec l exécutif syndical et les employés, la procédure d opération pour le branchement des cylindres est modifiée pour exiger qu avant d évacuer le local d entreposage en cas de fuite, les opérateur retournent le cylindre de 180 En tournant le cylindre de 180, plutôt que de se retrouver avec une fuite en phase liquide, on se retrouve avec une fuite en phase gazeuse, réduisant ainsi le taux de fuite par un facteur de 12. Ces 2 derniers changements ont pour résultat de réduire le rayon d impact à 1.5 km, soit encore 3 fois plus grand qu avec le système Cansolv.

24 Scénario alternatif final Affinerie CCR Septembre mètres

25 Des améliorations additionnelles sont requises pour réduire le rayon d impact pour que le projet soit considéré acceptable du point de vue des citoyens et de la communauté Un système de ventilation d urgence fournissant 30 changements d air par heure raccordé à une cheminée d évacuation est ajouté au projet. Ce dernier changement permet de réduire le rayon d impact à 200 mètres, soit deux fois moindre qu avec le système Cansolv!

26 Système CANSOLV Rayon d impact : 480 mètres Système avec cylindres de 1 tonnes Rayon d impact initial: mètres Rayon d impact avec opération avec portes fermées: mètres Rayon d impact avec retournement du cylindre de 180 : mètres Rayon d impact avec ventilation d urgence et cheminée : 200 mètres Concentration maximum au sol : < 10 ppm (non létal)

27 Scénario alternatif final Affinerie CCR Décembre mètres

28 Conclusions 1

29 Conclusions Les risques associées au projet de remplacement du procédé Cansolv par des cylindre SO 2 liquide ont été présenté au citoyens de l est de Montréal lors d une la soirée de divulgation des risques industriel majeurs tenue le 20 novembre dernier au Centre Communautaire d Anjou. Les initiatives de réduction de risques mises de l avant par CCR ont été très bien accueillies par les citoyens et les autorités. La même présentation a par la suite été faite à notre comité de liaison qui l a également très bien accueilli Le nouveau système d alimentation de SO 2 liquide a été mis en opération avec succès en Décembre 2014 Un important changement de mentalité a été nécessaire pour faire accepter le projet aux employés de l usine. Ceux-ci nous mentionnent maintenant qu ils ne retourneraient plus au système Cansolv qui était relativement complexe a opérer comparativement au nouveau système.

30 Conclusions Ce projet permet d assurer la rentabilité du procédé de fabrication de sélénium en générant des économies de plusieurs centaines de milliers de dollars annuellement Bénéfice non escompté, ce changement a permis d augmenter le taux d injection de SO 2 aux précipitateurs de 100 à 180 kg/heure, haussant ainsi nos capacités de production de 60%! La direction de CCR avait initialement beaucoup d appréhension face à l abandon du procédé Cansolv et à l impact sur les risques. Bref, ce projet a permis de démontrer que la gestion du risque, les relations avec la communauté, la productivité et les coûts d opération peuvent aller main dans la main lors d un changement majeurs de procédé!

MÉMOIRE DANS LE CADRE DU PROJET DE CANTERM TERMINAUX CANADIENS INC. ASSOCIATION INDUTRIELLE DE L EST DE MONTRÉAL

MÉMOIRE DANS LE CADRE DU PROJET DE CANTERM TERMINAUX CANADIENS INC. ASSOCIATION INDUTRIELLE DE L EST DE MONTRÉAL MÉMOIRE DANS LE CADRE DU PROJET DE CANTERM TERMINAUX CANADIENS INC. ASSOCIATION INDUTRIELLE DE L EST DE MONTRÉAL LE 9 MARS 2006 L Association industrielle de l est de Montréal et ses membres L Association

Plus en détail

À conserver. FICHE D INFORMATION sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs. Scénarios impliquant un produit inflammable : PROPANE

À conserver. FICHE D INFORMATION sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs. Scénarios impliquant un produit inflammable : PROPANE À conserver FICHE D INFORMATION sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Scénarios impliquant un produit inflammable : PROPANE Propane IMPACTS POTENTIELS CARACTÉRISTIQUES Le propane est

Plus en détail

agissons ensemble Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Novembre 2016

agissons ensemble Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Novembre 2016 Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Scénario impliquant un produit toxique : Dioxyde de soufre (SO 2 ) Partenaires de : EQS-130-35 (version 3.0) Face aux risques

Plus en détail

Montréal : Gestion intégrée de la prévention des sinistres

Montréal : Gestion intégrée de la prévention des sinistres Montréal : Gestion intégrée de la prévention des sinistres Louise Bradette, Chef de division Michel Denis, Chef de division Myriam Fernet, ingénieure Montréal c est Territoire : 500 km 2 Arrondissements

Plus en détail

Pour plus d informations sur nos partenariats : aqua-etiam.com

Pour plus d informations sur nos partenariats : aqua-etiam.com Pour plus d informations sur nos partenariats : +31(0)88 7865847 + 31 (0) 88 7865099 info@ Eau saine au goût agréable. Rétention de minéreaux essentiels. Système membranaire inégalé et breveté. Plus de

Plus en détail

LE CHLORE L intervention et le Règlement sur les urgences. environnementales. Québec Avril 2008

LE CHLORE L intervention et le Règlement sur les urgences. environnementales. Québec Avril 2008 LE CHLORE L intervention et le Règlement sur les urgences Québec Avril 2008 environnementales. Robert Reiss, B.Sc. Chimie appliquée Responsable aux opérations d urgence Section Urgences Environnementales

Plus en détail

Par: Yves Dubeau, ing. Consultant et Vice-président du CRAIM Le 23 novembre 2010

Par: Yves Dubeau, ing. Consultant et Vice-président du CRAIM Le 23 novembre 2010 Bilan de l'étude du CRAIM sur les meilleures pratiques observées pour la concertation locale en gestion des risques industriels majeurs - L'expérience des CMMI. Par: Yves Dubeau, ing. Consultant et Vice-président

Plus en détail

Site de stockage et de regazéification de GNL à Bécancour. Du gaz naturel accessible et économique pour répondre aux besoins électriques de pointe

Site de stockage et de regazéification de GNL à Bécancour. Du gaz naturel accessible et économique pour répondre aux besoins électriques de pointe Site de stockage et de regazéification de GNL à Bécancour Du gaz naturel accessible et économique pour répondre aux besoins électriques de pointe 8 juillet 2015 Table des matières Qui sommes-nous Le projet

Plus en détail

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. D-2013-005 R-3828-2012 16 janvier 2013 PRÉSENT : Pierre Méthé Régisseur

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. D-2013-005 R-3828-2012 16 janvier 2013 PRÉSENT : Pierre Méthé Régisseur D É C I S I O N QUÉBEC RÉGIE DE L ÉNERGIE D-2013-005 R-3828-2012 16 janvier 2013 PRÉSENT : Pierre Méthé Régisseur Société en commandite Gaz Métro Demanderesse Décision Demande de Gaz Métro relative au

Plus en détail

Terminal d approvisionnement de carburant aéroportuaire à Montréal-Est

Terminal d approvisionnement de carburant aéroportuaire à Montréal-Est Terminal d approvisionnement de carburant aéroportuaire à Montréal-Est Un projet stratégique pour la fiabilité et la sécurité de l approvisionnement de nos aéroports Portes ouvertes Le 29 avril 2015 1

Plus en détail

La manutention est dans notre ADN

La manutention est dans notre ADN La manutention est dans notre ADN Conteneur de treillis métalliques Conçu et bâti pour les poids lourds Case de mise au stock Chariot de manutention Chariot de manutention Nos Gènes Fondé en 1976, le Groupe

Plus en détail

LES CONTENANTS DE BOISSONS

LES CONTENANTS DE BOISSONS LES CONTENANTS DE BOISSONS La vente de boissons Plus de 4,7 milliards de contenants de boissons ont été vendus au Québec en 2005 1. Les boissons mises en marché au Québec se présentent sous des formats

Plus en détail

Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant!

Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant! >> Sylvain Pigeon, ingénieur, BPR ENVIRONNEMENT Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant! Il est reconnu que le recouvrement des fosses à lisier offre plusieurs avantages

Plus en détail

De déchets à biocarburants et produits chimiques verts

De déchets à biocarburants et produits chimiques verts Révolutionne la gestion des déchets et le secteur des carburants de transport, dans les communautés et à travers le monde De déchets à biocarburants et produits chimiques verts octobre 2011 Confidentiel

Plus en détail

LE Réseau d Associations du Sud pour l Environnement et le Développement Durable

LE Réseau d Associations du Sud pour l Environnement et le Développement Durable ETUDE DE LA PROBLEMATIQUE ENVIRONNEMENTALE DANS LA REGION DE MARRAKECH ET SON IMPACT SUR LE SECTEUR DU TOURISME LE Réseau d Associations du Sud pour l Environnement et le Développement Durable est la première

Plus en détail

Présenté par Élaine Guénette. Aux membres du CMMI de Longueuil Lundi, le 22 octobre 2012

Présenté par Élaine Guénette. Aux membres du CMMI de Longueuil Lundi, le 22 octobre 2012 Présenté par Élaine Guénette Aux membres du CMMI de Longueuil Lundi, le 22 octobre 2012 L APSAM Objectifs Plan de la présentation La gestion des risques technologiques Chlore gazeux dans les municipalités

Plus en détail

Tournoi de golf de la Fondation du CSSS de la Pointe-de-l Île

Tournoi de golf de la Fondation du CSSS de la Pointe-de-l Île Le mardi 9 septembre 2014 Club de golf de l île de Montréal Tournoi de golf de la Fondation du CSSS de la Pointe-de-l Île Sous la présidence d honneur de M. André Brunelle Directeur général de Chimie ParaChem

Plus en détail

FICHE D INFORMATION sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs. À conserver

FICHE D INFORMATION sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs. À conserver FICHE D INFORMATION sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs À conserver Propane IMPACTS POTENTIELS CARACTÉRISTIQUES Le propane est un gaz de pétrole liquéfié qui est entreposé sous pression

Plus en détail

La consigne: un système primordial dans le développement durable de l industrie de la bière au Québec

La consigne: un système primordial dans le développement durable de l industrie de la bière au Québec La consigne: un système primordial dans le développement durable de l industrie de la bière au Québec 1 LES BRASSEURS L ABQ L Association des brasseurs du Québec (ABQ) représente les grands brasseurs du

Plus en détail

Critères de choix et enjeux Collecte et compostage des matières organiques

Critères de choix et enjeux Collecte et compostage des matières organiques Critères de choix et enjeux Collecte et compostage des matières organiques Françoise Forcier, ing., agr., M.Ing. fforcier@solinov.com 450.348.5693 Rencontre AOMGMR 7 décembre 2007 PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Économie du recyclage et valorisation des matières résiduelles : comment passer du déchet à la ressource? Récupération et recyclage du bois

Économie du recyclage et valorisation des matières résiduelles : comment passer du déchet à la ressource? Récupération et recyclage du bois Économie du recyclage et valorisation des matières résiduelles : comment passer du déchet à la ressource? Récupération et recyclage du bois Sylvain Martel Directeur des approvisionnements en bois Qui sommes

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

GIND5439 Systèmes Intelligents. Septembre 2004

GIND5439 Systèmes Intelligents. Septembre 2004 GIND5439 Systèmes Intelligents Septembre 2004 Contenu du cours Introduction aux systèmes experts Intelligence artificielle Représentation des connaissances Acquisition de connaissances Systèmes à base

Plus en détail

Le calcul des émissions de gaz à effet de serre et des allocations selon la règlementation

Le calcul des émissions de gaz à effet de serre et des allocations selon la règlementation Le calcul des émissions de gaz à effet de serre et des allocations selon la règlementation Les inventaires d émissions de GES en bref Procédures, directives et formules tirées du Règlement sur la déclaration

Plus en détail

RÉGÉNÉRER LA MINE URBAINE

RÉGÉNÉRER LA MINE URBAINE RÉGÉNÉRER LA MINE URBAINE Présentation du site d Escaudœuvres 20, rue des Prés - BP 2F 59 161 Escaudœuvres Sommaire 1. Le groupe Recylex 2. L activité Plomb 3. Le site d Escaudœuvres 4. L environnement

Plus en détail

Mémoire de l ARPE-Québec

Mémoire de l ARPE-Québec Mémoire de l ARPE-Québec Présenté à la dans le cadre du Projet de plan métropolitain de gestion des matières résiduelles 2015 2020 Septembre 2015 I Table des matières 1. Introduction... 1 2. À propos

Plus en détail

Les installations Photovoltaïques Raccordées au réseau

Les installations Photovoltaïques Raccordées au réseau Mis en œuvre par la: Modes de Financement des projets solaires en Tunisie Les installations Photovoltaïques Raccordées au réseau Ghada Bel Hadj Ali Tunis, le 27 Octobre 2014 10.11.2014 Seite 1 Ce qu il

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition.

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition. Contrat de santé sous forme de calendrier : un outil pour les professionnels de la santé Fiche No 48 pour intervenir avec les personnes âgées Haber D., and Looney C. (2000) Health Contract Calendars: A

Plus en détail

Minéraux rares Quest Ltée. BÉCANCOUR ACCUEILLERA LE NOUVEAU COMPLEXE DE TRAITEMENT DE TERRES RARES DE QUEST

Minéraux rares Quest Ltée. BÉCANCOUR ACCUEILLERA LE NOUVEAU COMPLEXE DE TRAITEMENT DE TERRES RARES DE QUEST Minéraux rares Quest Ltée. BÉCANCOUR ACCUEILLERA LE NOUVEAU COMPLEXE DE TRAITEMENT DE TERRES RARES DE QUEST Quest s engage à travailler de près avec la communauté de Bécancour BÉCANCOUR, le 5 novembre

Plus en détail

La démarche ISO 14001 au CEA-Marcoule. Journée fournisseurs du 30 mars 2006 DEN/VALRHO/CSNSQ- 1

La démarche ISO 14001 au CEA-Marcoule. Journée fournisseurs du 30 mars 2006 DEN/VALRHO/CSNSQ- 1 La démarche ISO 14001 au CEA-Marcoule Journée fournisseurs du 30 mars 2006 DEN/VALRHO/CSNSQ- 1 1 La norme ISO 14001 Norme internationale publiée en 1996, révisée en 2004, prescrivant les exigences relatives

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

LA VALEUR AJOUTEÉ DE LA TIERCE PARTIE EN INSPECTION ET CERTIFICATION

LA VALEUR AJOUTEÉ DE LA TIERCE PARTIE EN INSPECTION ET CERTIFICATION INTERNATIONAL CONFEDERATION OF INSPECTION AND CERTIFICATION ORGANISATIONS LA VALEUR AJOUTEÉ DE LA TIERCE PARTIE EN INSPECTION ET CERTIFICATION QUI SOMMES NOUS ET QUE FAISONS NOUS? CEOC international est

Plus en détail

Exercice et solution 12B.3 Décision court terme

Exercice et solution 12B.3 Décision court terme Exercice et solution 12B.3 Décision court terme Un distributeur local a récemment proposé à un fabricant de meubles une commande ferme de 12 000 chaises à être fabriquées et livrées sur une base régulière

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

FIABILITÉ PERFORMANCE

FIABILITÉ PERFORMANCE FIABILITÉ PERFORMANCE www. magotteaux. com STRATEGIEDESIGN 09/2006 En 1950, MAGOTTEAUX développe et commercialise les premiers boulets coulés au chrome dans sa fonderie de Vaux (Belgique). Aujourd hui,

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS DES ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES QUÉBÉCOISES INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS DES ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES QUÉBÉCOISES INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS DES ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES QUÉBÉCOISES INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3

Plus en détail

Journée Infra 7 février 2012 JOURNEE INFRA 2012 ENERGIE: PRODUCTION ET TRANSPORT. SITUATION EN MATIERE D ENERGIE SOLAIRE Bernard Thissen

Journée Infra 7 février 2012 JOURNEE INFRA 2012 ENERGIE: PRODUCTION ET TRANSPORT. SITUATION EN MATIERE D ENERGIE SOLAIRE Bernard Thissen JOURNEE INFRA 2012 ENERGIE: PRODUCTION ET TRANSPORT SITUATION EN MATIERE D ENERGIE SOLAIRE Bernard Thissen Index 1) Technologies solaires 2) Les avantages de l énergie solaire thermique 3) La production

Plus en détail

1. Ijara Wa Iqtina. Avoir un contrat de financement sans intérêts.

1. Ijara Wa Iqtina. Avoir un contrat de financement sans intérêts. Ijara Canada Ijara Canada est un des principaux consultants en matière des finances islamiques aux États-Unis, et il a commencé à offrir ce service au Canada depuis 2008 en Ontario, et maintenant il est

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Enquête sur les allégations visant l Association des

Enquête sur les allégations visant l Association des Enquête sur les allégations visant l Association des pompiers autochtones du Manitoba 2014 Contexte La Direction générale des services d examen et d enquête du Ministère a reçu des allégations de détournement

Plus en détail

ARCHIVÉ - Centre canadien des technologies résidentielles - 10 ans déjà

ARCHIVÉ - Centre canadien des technologies résidentielles - 10 ans déjà ARCHIVÉ - Centre canadien des technologies résidentielles - 10 ans déjà Ce fichier PDF a été archivé dans le Web. Contenu archivé Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche

Plus en détail

Bulletin sur le marché du travail

Bulletin sur le marché du travail Bulletin sur le marché du travail Terre-Neuve-et-Labrador Mai L édition mensuelle du Bulletin sur le marché du travail fournit une analyse des résultats mensuels de l Enquête sur la population active pour

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE MDN : 2011010001 CCSN : 3639875 PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (représentée par le président) ET LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE (représenté par le sous-ministre

Plus en détail

L Agence du revenu du Canada protège l accès au système pour 70 000 utilisateurs

L Agence du revenu du Canada protège l accès au système pour 70 000 utilisateurs TÉMOIGNAGE DE CLIENT L Agence du revenu du Canada protège l accès au système pour 70 000 utilisateurs PROFIL DE CLIENT Industrie : Gouvernement Ministère : Agence du revenu du Canada Employés : 44 000

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Introduction aux. chauffe- eau solaires. eau. Ressources naturelles Canada. Natural Resources Canada

Introduction aux. chauffe- eau solaires. eau. Ressources naturelles Canada. Natural Resources Canada Introduction aux eau solaires chauffe- eau Ressources naturelles Canada Natural Resources Canada Chauffe-eau solaires L énergie solaire est une source d énergie propre et abondante qui peut nous aider

Plus en détail

CONCEPT H 2 ZERO ENERGY ZERO EMISSION

CONCEPT H 2 ZERO ENERGY ZERO EMISSION CONCEPT H 2 ZERO ENERGY ZERO EMISSION Concept H 2 : L idée est de produire, de stocker et d assurer 100% des besoins énergétiques d un immeuble résidentiel sans aucun rejet de CO 2 et sans frais énergétiques.

Plus en détail

Solvants au Travail. Guide pour travailler en sécurité avec les solvants.

Solvants au Travail. Guide pour travailler en sécurité avec les solvants. Solvants au Travail Guide pour travailler en sécurité avec les solvants. Qu est-ce qu un solvant? De nombreux produits chimiques utilisés pour dissoudre ou diluer d autres produits ou matériaux sont appelés

Plus en détail

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER?

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Page : 1/5 QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Avant d envisager l aménagement ou la construction d un local ou d une armoire de stockage des produits, il faut se poser plusieurs questions : - L existant

Plus en détail

PROGRAMME DE BOURSES D ÉTUDES POUR FAVORISER LE RECRUTEMENT ET LA RÉTENTION DE CERTAINS PROFESSIONNELS ET TECHNICIENS DE LA SANTÉ EN RÉGIONS

PROGRAMME DE BOURSES D ÉTUDES POUR FAVORISER LE RECRUTEMENT ET LA RÉTENTION DE CERTAINS PROFESSIONNELS ET TECHNICIENS DE LA SANTÉ EN RÉGIONS PROGRAMME DE BOURSES D ÉTUDES POUR FAVORISER LE RECRUTEMENT ET LA RÉTENTION DE CERTAINS PROFESSIONNELS ET TECHNICIENS DE LA SANTÉ EN RÉGIONS NOVEMBRE 2013 PROGRAMME DE BOURSES D ÉTUDES POUR FAVORISER LE

Plus en détail

Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés

Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés Marie-Michelle Modéry Environnement Canada Séance d information fédérale sur la réglementation environnementale 10

Plus en détail

La Clinique Juridique du Mile End RAPPORT D ACTIVITÉS 2013-2014

La Clinique Juridique du Mile End RAPPORT D ACTIVITÉS 2013-2014 La Clinique Juridique du Mile End RAPPORT D ACTIVITÉS 2013-2014 Rapport d activités pour la période du 1er octobre 2013 au 30 septembre 2014 La Clinique en bref Depuis plus de 12 ans, la Clinique juridique

Plus en détail

BIOXY S NEW ASSAINISSANT ACIDE PERACÉTIQUE & CONTRÔLE D ODEURS

BIOXY S NEW ASSAINISSANT ACIDE PERACÉTIQUE & CONTRÔLE D ODEURS DESCRIPTION BIOXY S NEW ASSAINISSANT ACIDE PERACÉTIQUE & CONTRÔLE D ODEURS BIOXY S NEW est un produit en poudre qui génère de l acide peracétique dans l eau. BIOXY S NEW a été conçu pour assainir des surfaces

Plus en détail

Formulaire d inventaire des PCB Première parution août 2002

Formulaire d inventaire des PCB Première parution août 2002 Inventaire des équipements contenant des Fiche numéro: Date: Inspecteur: A Informations sur la société et le site 1 Nom: 2 Adresse: 3 4 Adresse du site: (si différente de A2) Téléphone: Fax: E-mail: 5

Plus en détail

Journée nationale de sensibilisation à la prévention des risques

Journée nationale de sensibilisation à la prévention des risques Journée nationale de sensibilisation à la prévention des risques Présentation: Expérience de la CJO en matière de gestion des risques 17 mars 2015 Présentée par Autor : Noureddine / Author Data / Date

Plus en détail

3 juin 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement FBFC

3 juin 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement FBFC CLI AREVA Romans 3 juin 2010 Didier Rocrelle Directeur d établissement FBFC Sommaire de la présentation L actualité de Romans depuis la dernière CLI Présentation du Rapport SNR 2009 Sûreté et Radioprotection

Plus en détail

LE GAZ NATUREL PARTOUT ET POUR TOUS

LE GAZ NATUREL PARTOUT ET POUR TOUS LE GAZ NATUREL PARTOUT ET POUR TOUS Photo: Anthony Veeder Photo: Anthony Veeder ORDRE DE LA PRÉSENTATION 1. Le promoteur 2. Le projet de gaz naturel liquéfié (GNL) 3. La démarche d élaboration du projet

Plus en détail

analyseurs eaux propres et eaux usées

analyseurs eaux propres et eaux usées analyseurs eaux propres et eaux usées La gamme des analyseurs fixes ATI sont proposés par la surveillance en continu des composés chimiques dans les eaux potables, les eaux de process et les eaux usées

Plus en détail

ANNEXE K. Fiches descriptives des modèles SAFETI et Phast

ANNEXE K. Fiches descriptives des modèles SAFETI et Phast ANNEXE K Fiches descriptives des modèles SAFETI et Phast SAFETI Le logiciel global d évaluation quantitative du risque des industries de procédés le plus complet Le programme SAFETI de DNV Software fournit

Plus en détail

de production. Le déplacement d un incinérateur mobile pourrait toutefois pallier, du moins partiellement, cette contrainte économique.

de production. Le déplacement d un incinérateur mobile pourrait toutefois pallier, du moins partiellement, cette contrainte économique. Article publié dans Porc Québec Juin 2004 RECHERCHE Trois incinérateurs d animaux morts au banc d essai SYLVAIN PIGEON, M. SC., INGÉNIEUR ET CHARLES FORTIER, INGÉNIEUR JUNIOR ET AGRONOME, BPR GROUPE-CONSEIL

Plus en détail

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Face à des budgets de plus en plus serrés, des inquiétudes sur l empreinte écologique, ainsi que des coûts de plus en plus élevés

Plus en détail

Expositions disponibles au Sytevom

Expositions disponibles au Sytevom Expositions disponibles au Sytevom 7 expositions sont mises à disposition gracieusement à toutes personnes (collectivités, écoles, associations ) : - Les hommes et leurs déchets, un nouvel état d esprit

Plus en détail

RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC. (en vigueur le 31 décembre 2009)

RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC. (en vigueur le 31 décembre 2009) RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC. (en vigueur le 31 décembre 2009) Copie certifiée conforme du règlement du Régime de retraite des employés de la Société des casinos

Plus en détail

FICHE D EVALUATION ANNUELLE

FICHE D EVALUATION ANNUELLE FICHE D EVALUATION ANNUELLE Objectifs de la fiche d évaluation annuelle L évaluation porte sur le travail accompli par le collaborateur. Elle n est pas un jugement, mais une évaluation, pas sur ce qu il

Plus en détail

Présentation du projet et des résultats de l étude d impact sur l environnement 13 avril 2016

Présentation du projet et des résultats de l étude d impact sur l environnement 13 avril 2016 Site de stockage et de regazéification de GNL à Bécancour Présentation du projet et des résultats de l étude d impact sur l environnement 13 avril 2016 Qui sommesnous? Nos énergies sur deux territoires

Plus en détail

La conduite sécuritaire : un engagement dans la bonne voie. Colloque Via Prévention Le 8 novembre 2012

La conduite sécuritaire : un engagement dans la bonne voie. Colloque Via Prévention Le 8 novembre 2012 La conduite sécuritaire : un engagement dans la bonne voie Colloque Via Prévention Le 8 novembre 2012 Déroulement de la conférence 1. Introduction 2. Profil de l entreprise 3. Historique en santé et sécurité

Plus en détail

Salon Bois Énergie Jeudi 3 avril 2008 Patrice CHANRION. Broyat de palettes : un combustible à part entière

Salon Bois Énergie Jeudi 3 avril 2008 Patrice CHANRION. Broyat de palettes : un combustible à part entière Salon Bois Énergie Jeudi 3 avril 2008 Patrice CHANRION Broyat de palettes : un combustible à part entière Sommaire 1. PGS en quelques chiffres 2. Les caractéristiques du broyat palettes 3. Le gisement

Plus en détail

Politique environnementale et de développement durable Plan d'actions environnementales 2015 2020

Politique environnementale et de développement durable Plan d'actions environnementales 2015 2020 Politique environnementale et de développement durable Plan d'actions environnementales 2015 2020 La direction de l Hôpital général juif (HGJ) s'engage { respecter ses engagements en matière d environnement,

Plus en détail

PrimaGNL LE GAZ NATUREL LIQUÉFIÉ PAR PRIMAGAZ. L énergie est notre avenir, économisons-la!

PrimaGNL LE GAZ NATUREL LIQUÉFIÉ PAR PRIMAGAZ. L énergie est notre avenir, économisons-la! PrimaGNL LE GAZ NATUREL LIQUÉFIÉ PAR PRIMAGAZ L énergie est notre avenir, économisons-la! LE GNL UNE SOLUTION AUX MULTIPLES ATOUTS Avec l arrivée de PrimaGNL, le Gaz Naturel Liquéfié est désormais disponible

Plus en détail

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet de l utilisation de l énergie solaire afin de produire de l eau chaude domestique,

Plus en détail

Capteur solaire thermique

Capteur solaire thermique contact@pep-ecopassport.org Profil Environnemental Produit Collectif Capteur solaire thermique N enregistrement : Règles de rédaction : «PCR-ed3-FR-2015 04 02» complété par le «PSR-0004-ed2-FR-2014 04

Plus en détail

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement QU EST CE QU UNE UNE INSTALLATION CLASSÉE? Les ateliers, usines, dépôts, chantiers qui peuvent être source de pollution ou de risque pour

Plus en détail

Choisissez la VérandaWatt,

Choisissez la VérandaWatt, fabricant français de solutions photovoltaïques Choisissez la VérandaWatt, la véranda photovoltaïque Les cellules photovoltaïques captent la lumière du soleil pour produire de l électricité. Une entreprise

Plus en détail

Règlement du Service d Assainissement Collectif

Règlement du Service d Assainissement Collectif Règlement du Service d Assainissement Collectif Article 1. Objet du règlement Le présent règlement a pour objet de présenter les modalités et les conditions d utilisation et de gestion du réseau d assainissement

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

Keysight Technologies Inspection par thermographie IR de système électro-technique, avec le détecteur Infra-rouge U5855A U5855A

Keysight Technologies Inspection par thermographie IR de système électro-technique, avec le détecteur Infra-rouge U5855A U5855A Keysight Technologies Inspection par thermographie IR de système électro-technique, avec le détecteur Infra-rouge U5855A U5855A Note d application Pour nous contacter : Tel. : 01 39 67 67 67 67 Fax. :

Plus en détail

Budget provincial 2015

Budget provincial 2015 Budget provincial 2015 Le 26 mars 2015, le gouvernement du Québec a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines pourraient avoir un impact sur les membres de l Association

Plus en détail

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES Politique de recherche Janvier 2004 Institut canadien de recherche sur les minorités

Plus en détail

MOT DE LA PRÉSIDENTE. Séance du conseil d administration du RTL, le 8 juillet 2015. Le texte lu fait foi. Bonjour,

MOT DE LA PRÉSIDENTE. Séance du conseil d administration du RTL, le 8 juillet 2015. Le texte lu fait foi. Bonjour, MOT DE LA PRÉSIDENTE Séance du conseil d administration du RTL, le 8 juillet 2015 Le texte lu fait foi. Bonjour, Il me fait plaisir de vous présenter les nouvelles en transport. 1 Cette année encore, le

Plus en détail

2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme

2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme L 2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme Lors de sa formation, il y a 4,6 milliards d années, la terre ne possédait pas d atmosphère. Il a fallu plusieurs millions d années pour

Plus en détail

BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS

BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS Ou comment raccorder son habitation pour traiter les eaux usées et évacuer les eaux pluviales. www.grandtoulouse.fr Grand Toulouse - Direction Assainissement 1, place

Plus en détail

Capsule «Les déchets encombrants»

Capsule «Les déchets encombrants» Capsule «Les déchets encombrants» Vous sentez-vous encombrés par vos vieux objets périmés ou brisés? Les jeter aux ordures n est pas la solution. Appareils électriques, électroniques et mobilier de maison

Plus en détail

Autorité de sûreté nucléaire et Bilan du contrôle de la centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice en 2013

Autorité de sûreté nucléaire et Bilan du contrôle de la centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice en 2013 Autorité de sûreté nucléaire et Bilan du contrôle de la centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice en 2013 CLI de Saint-Alban / Saint-Maurice l Exil 19 mai 2014 19/05/2014 1 L Autorité de sûreté

Plus en détail

étape du travail en hauteur

étape du travail en hauteur Élimination des dangers de chute; La première étape du travail en hauteur IFPS 2010 Hilton Baltimore, Baltimore, Maryland 16 juin 2010 Révisé: : 30 juin 2010 Marc-André Pilon, VP 2010 Cordages Barry Ce

Plus en détail

CONTENU. B- Traitement et recyclage des déchets 1. Démolition des navires

CONTENU. B- Traitement et recyclage des déchets 1. Démolition des navires CONTENU 2 I- Une transition sûre et équitable? Les enjeux mondiaux du développement durable II- Le débat écologique et sa dimension sociale III- Les nuances de vert dans les emplois verts IV. Emplois verts

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

Association Photovoloptat : Présentation du projet de centrale solaire collective de Mont-Dedos

Association Photovoloptat : Présentation du projet de centrale solaire collective de Mont-Dedos Association Photovoloptat : Présentation du projet de centrale solaire collective de Mont-Dedos Origine du projet Le projet trouve son origine dans les travaux de Conception Evolutive du Paysage (CEP)

Plus en détail

CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie

CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie Karen Lamothe, T.P.I. Présidente www.gomesuresdurgence.com 514.799.3110 Congrès AQHSST 2011 Trois-Rivières 14 mai 2011 13h30 à 14h15 Plan de la conférence

Plus en détail

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL Novembre 2006 Collecte, analyse des données et rédaction Nicaise Dovonou, agent de recherche en santé au travail, Direction de santé publique, Agence de la santé et des

Plus en détail

Politiques des équipements et des infrastructures

Politiques des équipements et des infrastructures POLITIQUE DES ÉQUIPEMENTS ET DES INFRASTRUCTURES Le conseil municipal, le conseil d agglomération, les conseils d arrondissement et le comité exécutif de Montréal, à titre d administrateurs de fonds publics

Plus en détail

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous.

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie Assemblée annuelle Le 5 mai 2011 Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Je suis heureux de pouvoir m adresser à vous à l occasion de cette assemblée

Plus en détail

OFM-TG-03-2000F. Bureau du commissaire des incendies. Qualifications du personnel des entreprises d entretien C I DIRECTIVE

OFM-TG-03-2000F. Bureau du commissaire des incendies. Qualifications du personnel des entreprises d entretien C I DIRECTIVE B Qualifications du personnel des entreprises d entretien C I NOVEMBRE 2000 DIRECTIVE TABLE DES MATIÈRES ARTICLE PAGE Résumé... 2 1.0 OBJET... 3 2.0 CONTEXTE... 3 3.0 CRITÈRES D ACCEPTABILITÉ... 3 3.1

Plus en détail

«moteur» de la chaîne logistique

«moteur» de la chaîne logistique Le transport, «moteur» de la chaîne logistique Pascal Devernay Chef de Service Logistique Industrielle, RENAULT S il est vrai que la logistique doit être globale et intégrée, il est non moins vrai que

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail