Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session novembre 2008 SCIENCES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session novembre 2008 SCIENCES"

Transcription

1 Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session novembre 2008 SCIENCES Durée : 2 heures 30 Coefficient : 2 1 ère partie : Sciences physiques (15 points) I) En consultant les divers graphiques des documents 1 et 2, dites de quels paramètres ou variables dépend l effet produit par le courant alternatif sur le corps humain? (2 pts) II) III) IV) Quels seront les effets d un courant d intensité de 10 ma d une durée de contact de 0,5 s (seconde) (1 pt) Pour une même durée de contact avec le courant, à partir de quelle valeur de l intensité le corps est soumis à de graves risques. (1 pt) Sachant qu un arrêt de la respiration ou un arrêt cardiaque peut entraîner la mort même pour une durée de contact aussi courte (0,5 s), à partir de quelle intensité y a-til danger de mort dans ce cas? (1 pt) V) Chez soi le plus petit calibre de coupe-circuit (fusible) est de 10A. Dans quelle zone se situe-t-on en cas de court-circuit (contact avec la tension du secteur)? Et quels en sont les risques? (1pt) VI) A partir de quelle valeur de l intensité peut-on considérer qu il y a un risque majeur d électrisation ou électrocution? (1pt) VII) Quelle sera la quantité d électricité reçue par un corps soumis aux conditions de la deuxième question? (durée de contact de 0,5 s) (1pt) C est la quantité d Electricité qui conditionne l effet produit par le courant électrique dans le corps humain. La Quantité d Electricité (Q) est définie comme étant le produit de l intensité (I) du courant électrique en Ampères, par le temps(t) de passage de ce courant exprimé en secondes ou en heures Q = I x t Q en coulombs ; I en ampère ; t en seconde. 1

2 VIII) Même question si l intensité est de 100 ma pour la même durée de contact. (1pt) IX) De quels paramètres ou variables dépend la résistance du corps humain? (1 pt) X) Dans quelles conditions le corps humain est-il le plus vulnérable aux effets du courant électrique? (1 pt) XI) Quelle sera la quantité d électricité (Q) reçue par un corps ayant la peau sèche soumise pendant 10 secondes à une tension électrique de 50 V? (2 pts) Corps humain et résistance au courant électrique : LA RESISTANCE ELECTRIQUE est la propriété de tous les matériaux de présenter une résistance au passage du courant (y compris le corps humain) La loi d Ohm dit que U = R X I U est la tension du courant en volt (V) ; R est la résistance en ohm (Ω) ; I est l intensité du courant en Ampère (A) 1 k Ω (kilo-ohm ) = 1000 ohms. La résistance électrique d un conducteur s exprime en ohms (Ω) ou en kilo-ohms (kω ) XII) Question identique avec la peau mouillée. (2 pts) 2

3 Document 1 : D après : académie de Nancy-Metz- prévention aux risques Professionnels ZONE 1 : courant inférieur au seuil de perception (suivant l état de la peau) ; aucune réaction ZONE 2 : Choc au toucher ; réaction brutale ; contractures musculaires ; risque mineur si ce n est la chute de la personne ; aucun effet pathologique dangereux. ZONE 3 : Choc électrique + début de tétanisation du thorax ; sans secours rapides, l accidenté peut mourir par asphyxie. ZONE 4 : Choc + tétanisation + fibrillation ventriculaire : survie limitée à 3 minutes par arrêt cardiaque. Document 2 : D après l académie de Nancy-Metz Prévention aux risques Professionnels ) 3

4 2 ème partie : Sciences de la vie et de la terre (15 points) «Les besoins nutritifs des êtres vivants» 1) On cherche à connaître les conditions nécessaires au développement de champignons microscopiques (des moisissures). Pour cela, des cultures de moisissures ont été réalisées et les résultats sont présentés dans le document 1 cidessous : Milieux de culture Lumière Température Résultats 1 Pain humide + moisissures 20 c (présence) nombreuses 2 Pain humide - moisissures 20 c (absence) nombreuses 3 Pain sec + 20 c Pas de développement 4 Pain humide + 0 c Pas de développement 5 Pain humide + 70 c Pas de développement 6 Eau + gélose + 20 c Pas de développement Eau + gélose + sels moisissures peu c minéraux nombreuses Eau + gélose + sels moisissures c minéraux + sucre nombreuses Document 1 : Tableau des résultats de cultures de moisissures dans différentes conditions a) Etude du document 1 : proposer trois hypothèses que l on a voulu vérifier en réalisant ces expériences. (3 pts) b) Etude du document 1 : analyser de façon rigoureuse les résultats de ces expériences afin de préciser les conditions nécessaires au développement des champignons microscopiques. (5 pts) 2) Les végétaux chlorophylliens (verts) se nourrissent uniquement de matières minérales. Or, pour produire leur propre matière organique carbonée (feuilles, tiges, fleurs, fruits, ) il leur faut une source de carbone. a) L expérience suivante est réalisée : on cultive des plants de tomates dans des serres dont l air contient plus ou moins de CO 2 (dioxyde de carbone), toutes les autres conditions de culture étant identiques. Après 30 jours de culture, on évalue la quantité de matière organique produite par les plants de tomates en mesurant la teneur en amidon dans leurs feuilles. (1 pt) Amidon = matière organique carbonée produite par les végétaux chlorophylliens. On obtient alors le tableau suivant (document 2) : Teneur en CO 2 dans la serre (en %) 0,05% 0,2% Pourcentage d amidon mesuré dans les feuilles 2% 12% Quelle conclusion pouvez-vous retirer de l analyse des résultats du document 2? 4

5 b) Deux autres expériences sont alors réalisées afin de préciser les conditions de nutrition de ces végétaux verts : - On place tout d abord une plante verte à la lumière, puis elle est placée à l obscurité quelques jours : on note aucune présence d amidon dans ses feuilles. - Une plante verte laissée quelques jours à l obscurité et dont les feuilles ne contiennent plus d amidon est placée ensuite à la lumière ; après quelques heures on note la présence d amidon au niveau des feuilles. Quelles informations supplémentaires sur les besoins nutritifs des végétaux chlorophylliens nous apportent ces deux expériences? (2 pts) 3) Par un texte court, récapituler les besoins nutritifs des champignons microscopiques (organismes non chlorophylliens) d une part et des végétaux chlorophylliens d autre part (vous aider des réponses précédentes et de vos connaissances personnelles). (4 pts) 5

6 3 ème partie : Analyse de productions d élèves (10 points) Question 1 : Quelle est la notion abordée dans les exercices (annexe 1)? (2 pts) Question 2 : D après vous que doit savoir un élève sur cette notion au cycle 1, au cycle 2, au cycle 3? (3 pts) Question 3 : En vous référant à vos propositions de la deuxième question, à quel cycle de la scolarité situez-vous Sarah, Jonathan et Adrien, cycle 2 ou cycle 3? Pourquoi? (3 pts) Question 4 : Que pensez-vous de la réponse de Kévin? (2 pts) 6

7 7

8 Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session novembre 2008 SCIENCES Durée : 2 heures 30 Coefficient : 2 1 ère partie : Sciences physiques (15 points) CORRECTION I) de l intensité (I) ; de la durée de contact ( t ) ; de la résistance du corps ( R) ; de la tension du courant ( U) (4x 0.5p = 2 pts) II) III) IV) zone 2 : aucun effet pathologiques dangereux (1 pt) à partir de 25 (30 ou 40 ma sont acceptés). (1 pt) à partir de 100 ma (1 pt) V) Dans la zone 4 : danger de mort. (1 pt) VI) VII) à partir de 500 ma. (1 pt) Q= Ixt Q= 10x0,001x 0,5 = 0,005 C Q= 0,O05 C (1 pt) VIII) Q= 100x0,001x 0,5 = 0,05 C Q= 0,05 C (1 pt) IX) de l humidité de la peau lors du contact avec le courant électrique. (1 pt) X) lorsqu il est immergé (1 pt) XI) Q= Ixt et U= RxI I= U : R Donc Q= RxI2 x t ou Q= U :R x t Si U= 50 V R=4 kω= 4000 Ω (peau sèche) et t=10s : Q = (50x 10) : 4000 = 0,125 C (2 pts) XII) sur peau mouillée : même calcul Q= (50x10) : 1000= 0,5 C (2 pts) 1

9 2 ème partie : Sciences de la vie et de la terre (15 points) CORRECTION 1) a- Etude du document 1 : proposer trois hypothèses que l on a voulu vérifier en réalisant ces expériences. (3 pts) Ces expériences vont permettre de vérifier les hypothèses suivantes (la question n en demande que trois): - les moisissures ont besoin d eau pour leur développement - les moisissures ont besoin de lumière pour leur développement - les moisissures ont besoin de substances nutritives pour leur développement (sels minéraux, sucre, pain) - les moisissures ont besoin d une température adaptée pour se développer (plusieurs réponses possibles : 0 c ou 20 c ou 70 c, car les trois températures sont testées dans les expériences) b- Etude du document 1 : analyser de façon rigoureuse les résultats de ces expériences afin de préciser les conditions nécessaires au développement des champignons microscopiques. (5 pts) La comparaison des expériences 1 et 2 montre que la lumière n est pas nécessaire au développement des moisissures. (0,5 pt) La comparaison des expériences 1et 3 montre que l eau est indispensable au développement des levures. (0,5 pt) La comparaison des expériences 1 et 4 montre que les moisissures ne se développent pas à une température de 0 c et les expériences 1 et 5 prouvent qu à 70 c non plus. Il leur faut donc une température de 20 c pour leur développement. (1,5 pt) Expériences 1et 6 : la gélose humide (à 20 c) ne suffit pas au développement des moisissures. (0,5 pt) Expériences 6 et 7 : la présence de sels minéraux avec la gélose humide permet un faible développement des moisissures. Les sels minéraux sont un élément nutritif nécessaire mais pas suffisant. (1 pt) Expériences 7 et 8 : Les moisissures se développent très bien s il y a présence de gélose humide associée à des sels minéraux et un sucre, qui sont ses éléments nutritifs. (1 pt) 2) a- Quelle conclusion pouvez-vous retirer de l analyse des résultats du document 2? Quand la teneur en CO ² plante augmente. (1 pt) augmente dans la serre, le pourcentage d amidon produit par la b- Quelles informations supplémentaires sur les besoins nutritifs des végétaux chlorophylliens nous apportent ces deux expériences? A l obscurité l amidon n est pas synthétisé par la plante, mais il est utilisé. (1 pt) A la lumière, le végétal produit de l amidon. (1 pt) 2

10 3) Par un texte court, récapituler les besoins nutritifs des champignons microscopiques (organismes non chlorophylliens) d une part et des végétaux chlorophylliens d autre part. (vous aider des réponses précédentes et de vos connaissances personnelles). Les besoins nutritifs des champignons microscopiques (organismes non chlorophylliens) : Ils ont besoin d eau, de sels minéraux, de matière organique (sucre, pain, ) et de O² pour respirer. (2 pts) Les besoins nutritifs des végétaux chlorophylliens : Ils ont besoin d eau, de sels minéraux, de lumière et de CO² pour pratiquer la photosynthèse et produire de la matière organique qu ils utiliseront ensuite. (2 pts) 3 ème partie : Analyse de productions d élèves (10 points) Question 1 : Quelle est la notion abordée dans les exercices? (2pts) La notion de transformation de la matière, les différents états de la matière en particulier le changement des états de l eau, les propriétés physiques de l eau. Question 2 : D après vous que doit savoir un élève sur cette notion au cycle 1, au cycle 2, au cycle 3? (3pts) Il n est pas demandé aux candidats de donner exactement les compétences des instructions officielles mais simplement de repérer s ils sont capables d anticiper, d avoir une idée sur la question. On mesurera donc la pertinence de leurs propositions. Cycle 1 : Poser des questions, décrire ses propres perceptions de la matière (eau : élément liquide, qui coule, le glaçon est froid, dur ), repérer et nommer les états de l eau. Cycle 2 : Savoir expliquer, après observation, que l eau et la glace sont deux états d une même substance, quelles transformations s opèrent, que dans l eau la glace n a pas disparu même si on ne la voit plus, reconnaître ces états dans différents phénomènes naturels. Cycle 3 : Commencer à savoir expliquer le phénomène de transformation de la matière, de conservation de la matière et de réversibilité par le biais de l'eau. Mettre en relation les changements d'état avec les conditions thermiques. Mettre en place une situation d expérience. Question 3 : en vous référant à vos propositions de la deuxième question, à quel cycle de la scolarité situez-vous Sarah, Jonathan et Adrien, cycle 2 ou cycle 3? Pourquoi? (3pts) Sarah : cycle 3 Sarah va au-delà des constats, elle explique de façon claire même si certains éléments sont présentés de façon un peu maladroite. Certains termes techniques sont utilisés (solidifié, liquéfaction, gaz, vaporise), des relations sont établies, en particulier l influence de la chaleur. Liquéfaction est un terme qui est par ailleurs mal employé. Sarah ne s arrête pas à la transformation solide-liquide, elle poursuit son raisonnement en donnant des indications sur la vaporisation. 3

11 Jonathan : cycle 2 La transformation d un état à l autre est comprise, bien expliquée avec le schéma même si les couleurs sont incorrectes puisque le glaçon devrait avoir la même couleur que l eau liquide. Adrien : cycle 2 Adrien a bien repéré qu il n y a plus de glaçon, mais il n explique pas ce qu il est devenu. On peut se demandé s il a compris qu il s est transformé en liquide ou s il pense simplement qu il a disparu complètement. Question 4 : Que pensez-vous de la réponse de Kévin? (2pts) Kévin donne une définition du glaçon et explique comment il s est formé, expliquant le changement d état inverse de celui qui est demandé : transformation de l eau en glace. Apparemment il n a pas compris la question ou il n en a lu qu une partie, et du coup, l a mal interprétée. 4

L ÉLECTROCUTION Intensité Durée Perception des effets 0,5 à 1 ma. Seuil de perception suivant l'état de la peau 8 ma

L ÉLECTROCUTION Intensité Durée Perception des effets 0,5 à 1 ma. Seuil de perception suivant l'état de la peau 8 ma TP THÈME LUMIÈRES ARTIFICIELLES 1STD2A CHAP.VI. INSTALLATION D ÉCLAIRAGE ÉLECTRIQUE SÉCURISÉE I. RISQUES D UNE ÉLECTROCUTION TP M 02 C PAGE 1 / 4 Courant Effets électriques 0,5 ma Seuil de perception -

Plus en détail

ELECTRICITE. Introduction

ELECTRICITE. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction ELECTRICITE L'utilisation de l'énergie électrique est devenue tellement courante que nul ne saurait

Plus en détail

Dr Geoffroy LALLEMANT Emilien JOUANNO Alexandre ROUSSELLE

Dr Geoffroy LALLEMANT Emilien JOUANNO Alexandre ROUSSELLE Dr Geoffroy LALLEMANT Emilien JOUANNO Alexandre ROUSSELLE Définitions Electrisation : Différentes manifestations physiopathologiques dues au passage du courant électrique à travers le corps Electrocution

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

LES DANGERS DU COURANT ELECTRIQUE

LES DANGERS DU COURANT ELECTRIQUE Leçon 2 Technologie Page 1 LES DANGERS DU COURANT ELECTRIQUE 1 - Faits divers parus dans la presse sur des accidents d origine électrique En jouant près de chez lui à Paris Un enfant est électrocuté par

Plus en détail

Séquence pédagogique

Séquence pédagogique Séquence pédagogique Les matériaux de l espace L ensemble des questions concerne à la fois les sciences de la vie et de la Terre et la physique-chimie, dans le cadre des thèmes de convergence que sont

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 25

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 25 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 25 HYGIENE ET SÉCURITÉ DÉCEMBRE 2002 Robin EMERIT Technicien en équipements électrique et énergie Tel : 02 38 79 46 74 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène

Plus en détail

Document de travail. La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES

Document de travail. La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES Documentdetravail La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES 2010-2011 Ste Thérèse,le8octobre2010 Objet: Appeld offres Nousfaisonsappelàvosservicesafinquevousétablissiezunelistederecommandations dontnousdevronstenircomptelorsdelacréationdenosnouvellesserres.

Plus en détail

LA A RESPIRATION CELLULAIRE

LA A RESPIRATION CELLULAIRE Instructions aux professeurs Domaine : 1.1 Le transport de substances, réaction chimique de la respiration cellulaire, p. 6 Travail à réaliser : Les élèves répondent aux questions. Matériel : Feuilles

Plus en détail

Dangers liés à l électricité

Dangers liés à l électricité CUSSTR : Commission Universitaire de Sécurité et Santé au Travail Romande Version 2009 Dangers liés à l électricité Vers 2009 0 Introduction Personnes habilitées à effectuer des travaux d installations

Plus en détail

*********************************

********************************* NOM :... PRENOM :... Qualité :... ********************************* Présentation du contrôle des acquis pour la formation à l habilitation électrique de niveau ELECTRICIEN EXECUTANT B1V BASSE TENSION TEST

Plus en détail

LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE. Comité pédagogique SAP SDIS 43

LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE. Comité pédagogique SAP SDIS 43 LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE Comité pédagogique SAP SDIS 43 DEFINITIONS Electrisation: manifestations physiopathologiques liées au passage du courant dans l organisme Electrocution: décès par électrisation

Plus en détail

Les Essentiels COLLECTION. Les règles de sécurité. pour le dépannage. des véhicules électriques. & hybrides. Commission

Les Essentiels COLLECTION. Les règles de sécurité. pour le dépannage. des véhicules électriques. & hybrides. Commission COLLECTION Les Essentiels Commission Mai 2013 Président : Eric Faucheux Véhicules électriques & hybrides Les règles de sécurité pour le dépannage des véhicules électriques & hybrides 1 Sommaire I. Les

Plus en détail

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu (TP multiposte : groupes de 4 élèves qui se répartissent sur les 4 postes une fois chaque poste travaillé, un bilan sera établi

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

N : Date : 20 juin 2013 EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE)

N : Date : 20 juin 2013 EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE) N : Date : 20 juin 2013 Nom : CORRECTION Classe :2L. EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE) NOTE : /40 S. I. Définis les termes suivants : série A I. molécule : la plus petite partie d un corps qui en possède

Plus en détail

ne définition de l arbre.

ne définition de l arbre. LA PHYSIOLOGIE DES ARBRES. U ne définition de l arbre. L es arbres sont des êtres vivants qui occupent une place à part dans le monde végétal. Ils sont indispensables à la vie sur terre et ils ont largement

Plus en détail

ELECTRICIEN. 1. Explications. 1.1. Tâches effectuées par un électricien. 1.2. Les facteurs de risque électrique

ELECTRICIEN. 1. Explications. 1.1. Tâches effectuées par un électricien. 1.2. Les facteurs de risque électrique Prévention et Intérim 1. Explications 1.1. Tâches effectuées par un électricien L électricien est la personne qui installe, entretient, répare, protège, les installations électriques domestiques et industrielles.

Plus en détail

Module 3 : L électricité

Module 3 : L électricité Sciences 9 e année Nom : Classe : Module 3 : L électricité Partie 1 : Électricité statique et courant électrique (chapitre 7 et début du chapitre 8) 1. L électrostatique a. Les charges et les décharges

Plus en détail

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive.

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive. 13 aliments pour une bonne santé Valeurs nutritives Grande compétence A Rechercher et utiliser de l information Groupe de tâches A2 : Interpréter des documents Grande compétence C Comprendre et utiliser

Plus en détail

Electrocinétique Livret élève

Electrocinétique Livret élève telier de Physique Secondaire supérieur Electrocinétique Livret élève ouquelle Véronique Pire Joëlle Faculté des Sciences Diffusé par Scienceinfuse, ntenne de Formation et de Promotion du secteur Sciences

Plus en détail

Module 3 : L électricité

Module 3 : L électricité Sciences 9 e année Nom : Classe : Module 3 : L électricité Sci9.3.1 : Électricité statique et courant électrique, Sci9.3.2 : Les circuits, la résistance et la Loi d Ohm Sci9.3.3 : La transmission de l

Plus en détail

Choix multiples : Inscrire la lettre correspondant à la bonne réponse sur le tiret. (10 pts)

Choix multiples : Inscrire la lettre correspondant à la bonne réponse sur le tiret. (10 pts) SNC1D test d électricité Nom : Connaissance et Habiletés de la pensée compréhension (CC) (HP) Communication (Com) Mise en application (MA) 35 % 30 % 15 % 20 % /42 /31 grille /19 Dans tout le test, les

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Physique, chapitre 8 : La tension alternative

Physique, chapitre 8 : La tension alternative Physique, chapitre 8 : La tension alternative 1. La tension alternative 1.1 Différence entre une tension continue et une tension alternative Une tension est dite continue quand sa valeur ne change pas.

Plus en détail

ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE

ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE ETAT DE L INSTALLATION INTERIEURE D ELECTRICITE En application de l arrêté du 4 avril 2011 et de la norme XP C16-600 Réf dossier n 100512.4204 A Désignation du ou des immeubles bâti(s) LOCALISATION DU

Plus en détail

Guide de sécurité électrique à l intention des entrepreneurs. Nous travaillons tous à faire du Nouveau-Brunswick une province plus sûre.

Guide de sécurité électrique à l intention des entrepreneurs. Nous travaillons tous à faire du Nouveau-Brunswick une province plus sûre. Guide de sécurité électrique à l intention des entrepreneurs Nous travaillons tous à faire du Nouveau-Brunswick une province plus sûre. L électricité a transformé notre société. Imaginez une vie moderne

Plus en détail

L arbre près de chez moi

L arbre près de chez moi L arbre près de chez moi Module 3 Les arbres et le stress Résumé du module 3 Les élèves découvrent l influence de l environnement sur le développement de l arbre et les maladies qui peuvent l affecter.

Plus en détail

Les dangers de l électricité

Les dangers de l électricité Faculté des Sciences et Techniques de l Ingénieur (STI) Laboratoire de réseaux électriques (LRE) Les dangers de l électricité Table ronde du 22 janvier 2009 Pierre Zweiacker Plan de la présentation La

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement?

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? La question que l on se pose : Les végétaux ont-ils besoin d eau, de minéraux, d air

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES. Intervenants Enseignant de la classe, Assistante d Education CÔTÉ SCIENCES

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES. Intervenants Enseignant de la classe, Assistante d Education CÔTÉ SCIENCES PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES Objet Module scolaire, CÔTÉ SCIENCES Intervenants Enseignant de la classe, Assistante d Education CÔTÉ SCIENCES Public scolaire visé CE2-CM1-CM2 Durée du

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES ~--------------~~-----~- ----~-- Session 2009 BREVET DE TECNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES U22 - SCIENCES PYSIQUES Durée: 2 heures Coefficient : 3 Les calculatrices

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

Aspartame ou stévia: le duel

Aspartame ou stévia: le duel Nutri sciences Aspartame ou stévia: le duel L aspartame fait peur, le stévia rassure. L un sort des laboratoires et a une connotation artificielle, l autre est issu des champs de Stevia et cultive une

Plus en détail

RECOMMANDATIONS OFFICIELLES - DEFIBRILLATEURS AUTOMATISES EXTERNES

RECOMMANDATIONS OFFICIELLES - DEFIBRILLATEURS AUTOMATISES EXTERNES RECOMMANDATIONS OFFICIELLES - DEFIBRILLATEURS AUTOMATISES EXTERNES SOMMAIRE : Définitions DAE / DSA / DEA. Les accessoires recommandés. Notion de système d information pour les secours spécialisés. Les

Plus en détail

L air que nous respirons

L air que nous respirons L air que nous respirons Brumes matinales sur le bocage normand, France Les êtres vivants et le dioxygène Le dioxygène est une molécule essentielle de l environnement. Elle représente près de 21 % des

Plus en détail

UPS003LSM MODULE DE DÉTECTION DE CHARGE D ALIMNTATION SANS INTERRUPTION MODE D EMPLOI

UPS003LSM MODULE DE DÉTECTION DE CHARGE D ALIMNTATION SANS INTERRUPTION MODE D EMPLOI UPS003LSM PA27224A01 Rév.: 02 3-2014 MODULE DE DÉTECTION DE CHARGE D ALIMNTATION SANS INTERRUPTION MODE D EMPLOI Panduit Corp. 2014 Traduction des instructions d origine AFIN DE RÉDUIRE LE RISQUE DE BLESSURES,

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Dossier pédagogique Sentier pieds nus

Dossier pédagogique Sentier pieds nus Dossier pédagogique Sentier pieds nus Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 1 Cycle 3 CE2 CM1 CM2 Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 2 Partie 1 : Les cinq sens

Plus en détail

Séquence 14 : puissance et énergie électrique Cours niveau troisième

Séquence 14 : puissance et énergie électrique Cours niveau troisième Séquence 14 : puissance et énergie électrique Cours niveau troisième Objectifs : - Savoir que : o Le watt (W) est l unité de puissance o Le joule (J) est l unité de l énergie o L intensité du courant électrique

Plus en détail

Comment bien s hydrater pendant l été?

Comment bien s hydrater pendant l été? Comment bien s hydrater pendant l été? C est bien connu, il faut boire davantage en été pour ne pas se déshydrater, notamment en cas de forte chaleur. Il faut en effet être vigilant dès que la température

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

Rapport de l Etat de l Installation Intérieure d Electricité

Rapport de l Etat de l Installation Intérieure d Electricité Rapport de l Etat de l Installation Intérieure d Electricité Numéro de dossier : Norme méthodologique employée : Date du repérage : Heure d arrivée : Durée du repérage : 02249-AGRASC-10-13 AFNOR XP C 16-600

Plus en détail

Chapitre 3 CONDUCTEURS ET ISOLANTS

Chapitre 3 CONDUCTEURS ET ISOLANTS Chapitre 3 CONDUCTEURS ET ISOLANTS Circuit à réaliser Réalisez les circuits ci-dessous, constitué d une lampe (ou une D.E.L. qui est plus sensible que la lampe), une pile et des objets conducteurs ou isolants.

Plus en détail

LE CARNET DE L ELEVE. La Maison du Développement Durable présente

LE CARNET DE L ELEVE. La Maison du Développement Durable présente La Maison du Développement Durable présente LE CARNET DE L ELEVE La Maison du Développement Durable est une réalisation d Objectif D. 15, rue André Del Sarte - 75018 Paris Ils t accompagnent pendant toute

Plus en détail

informations pratiques

informations pratiques COLLECTIVITÉS LOCALES Arrêt cardiaque informations pratiques avec le soutien de Arrêt cardiaque I Informations pratiques I 1 2 I L arrêt cardiaque L arrêt cardiaque est la première cause de mortalité des

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

Protection des matériels et des personnes dans les installations électriques

Protection des matériels et des personnes dans les installations électriques Protection des matériels et des personnes dans les installations électriques Pour protéger une installation électrique ou les personnes qui l'utilisent, il va falloir détecter les défauts (surcharge, courts-circuits,

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

COMMENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine!

COMMENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine! Seconde Thème : La santé MENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine! DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Initier les élèves de seconde à l argumentation scientifique telle qu elle peut être

Plus en détail

Mesures et incertitudes

Mesures et incertitudes En physique et en chimie, toute grandeur, mesurée ou calculée, est entachée d erreur, ce qui ne l empêche pas d être exploitée pour prendre des décisions. Aujourd hui, la notion d erreur a son vocabulaire

Plus en détail

PRODUCTION DE L ENERGIE ELECTRIQUE

PRODUCTION DE L ENERGIE ELECTRIQUE PRODUCTION DE L ENERGIE ELECTRIQUE Fiche Élève i Objectifs Connaître le principe de production de l électricité par une génératrice de vélo. Savoir quelle est la partie commune à toutes les centrales électriques.

Plus en détail

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE Abscisse : dans un graphique, l abscisse est l axe parallèle au bord inférieur de la feuille ou au horizontal au tableau. On représente généralement le temps sur l abscisse. Air : l air est un mélange

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ - - - - -- - - -

ÉLECTRICITÉ - - - - -- - - - ÉLECTRICITÉ I LA FORCE ÉLECTRIQUE Pierre BOUTELOUP 1Deux ballons Frottons deux ballons de baudruche identiques avec une peau de chat et suspendonsles au même point du plafond. On constate qu ils s écartent

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment apporter l énergie nécessaire au fonctionnement de nos muscles?

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment apporter l énergie nécessaire au fonctionnement de nos muscles? Sommaire Séquence 3 Pour nous déplacer, prendre un objet, monter des escaliers, nous utilisons nos muscles. Quand nous devons faire un effort important, il faut prendre des aliments riches en énergie,

Plus en détail

Rénovation thermique. par l extérieur

Rénovation thermique. par l extérieur Rénovation thermique par l extérieur Enjeux des rénovations Secteur du Bâtiment : 1 er consommateur d énergie. Faire diminuer les consommations énergétiques des bâtiments en augmentant leur performance

Plus en détail

MULTIMÈTRE AUTOMOBILE MANUEL D INSTUCTION

MULTIMÈTRE AUTOMOBILE MANUEL D INSTUCTION MULTIMÈTRE AUTOMOBILE MANUEL D INSTUCTION RÉFÉRENCE : 8444 TABLE DES MATIÈRES PRECAUTIONS ET DANGERS 2 DANGER : RISQUE DE CHOC ELECTRIQUE! 3 REMARQUES IMPORTANTES 4 EXPLICATIONS DE BASE 7 L'AFFICHEUR ANALOGIQUE

Plus en détail

Programmation découverte du monde (autre que mathématiques):

Programmation découverte du monde (autre que mathématiques): Programmation découverte du monde (autre que mathématiques): Période 2: Apprenons à toucher! Compétence MA01 : Reconnaître, nommer,décrire, comparer, ranger et classer des matières, des objets selon leur

Plus en détail

Le stockage et la conservation des vins

Le stockage et la conservation des vins Le stockage et la conservation des vins C1-3.1 Valoriser le produit. C4-2.3 Stocker les produits. Différencier cave centrale et cave du jour. Objectifs : Enumérer les facteurs de qualité d'une cave. Lors

Plus en détail

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale

WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale WWW.ELCON.SE Multichronomètre SA10 Présentation générale Le SA10 est un appareil portable destiné au test des disjoncteurs moyenne tension et haute tension. Quoiqu il soit conçu pour fonctionner couplé

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés Objectif : Sensibiliser les élèves à ce qui se trouve dans leur nourriture et les aider à se méfi er des sucres cachés. Matériel Feuille à imprimer : Chaîne

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

AIDE MÉMOIRE POUR LA CONSTRUCTION D UNE CHAMBRE DE GERMINATION

AIDE MÉMOIRE POUR LA CONSTRUCTION D UNE CHAMBRE DE GERMINATION AIDE MÉMOIRE POUR LA CONSTRUCTION D UNE CHAMBRE DE GERMINATION Michel Senécal, agr. Centre de services horticoles du MAPAQ Laval Octobre 2006 Le semis des fleurs annuelles est une opération délicate où

Plus en détail

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture 15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS Étude WUFI Plancher des combles et toiture Sommaire 1 HYPOTHÈSES...3 1.1 PAROI ÉTUDIÉE... 3 1.2 CONDITIONS INITIALES... 4 1.3 CLIMAT

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION

MANUEL D UTILISATION MANUEL D UTILISATION Table des matières Sécurité du produit 3 Mesures de précautions 4 Exigences électriques 5 Dépannage 5 Caractéristiques de My Rotisserie 6 Caractéristiques de My Rotisserie 7 Diagramme

Plus en détail

Formation Habilitation électrique

Formation Habilitation électrique Formation Habilitation électrique Formation Habilitation électrique Pascal Vitry Page 1/27 1 - Définition : L habilitation est la reconnaissance par un employeur de la capacité d une personne à accomplir

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

La machine à soupe Soup Express. Mode d emploi

La machine à soupe Soup Express. Mode d emploi La machine à soupe Soup Express Mode d emploi Pièces fournies: 1: couvercle 2: lame 3: recipient 4: connecteur 5: socle 6: bouton 7: minuteur Mise en marche: Retirez la machine à soupe et accessoires de

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs 0193 exe TOTAL A5 contamination_mise en page 1 20/09/11 15:41 Page1 Se protéger contre la contamination par les micro-organismes Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Plus en détail

Quel est le document principal qui vous précise les instructions de sécurité

Quel est le document principal qui vous précise les instructions de sécurité TEST HABILITATION Quizz 1 Textes et Normes Quel est le document principal qui vous précise les instructions de sécurité La norme NFC 15-100 Les prescriptions UTE C18 510 Le règlement interne de l'entreprise

Plus en détail

MINISTERE DE L INTERIEUR PREFECTURE DE LA ZONE DE DEFENSE ET DE SECURITE NORD !!!

MINISTERE DE L INTERIEUR PREFECTURE DE LA ZONE DE DEFENSE ET DE SECURITE NORD !!! S.G.A.P de LILLE Direction des ressources humaines Bureau du recrutement MINISTERE DE L INTERIEUR PREFECTURE DE LA ZONE DE DEFENSE ET DE SECURITE NORD Concours déconcentré d Agent Spécialisé de Police

Plus en détail

Progression découverte du monde, autre que mathématiques, détails par période.

Progression découverte du monde, autre que mathématiques, détails par période. Progression 4 périodes, DECM PS Laurence 1/5 Progression découverte du monde, autre que mathématiques, Période 2: apprenons à toucher! détails par période. Compétence MA01: Reconnaître, nommer,décrire,

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude.

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude. Chapitre 3 : Mesure et ncertitude. Le scientifique qui étudie un phénomène naturel se doit de faire des mesures. Cependant, lors du traitement de ses résultats ce pose à lui la question de la précision

Plus en détail

Chap3 Puissance et énergie électrique.

Chap3 Puissance et énergie électrique. Chap3 Puissance et énergie électrique. Items Connaissances Acquis Puissance nominale d un appareil. Unité de puissance du Système international (SI). Ordres de grandeur de puissances électriques domestiques.

Plus en détail

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie La mesure de 1* état énergétique de 1* eau contenue dans le sol et les tissus végétaux complète celle de la teneur en eau

Plus en détail

Le circuit électrique

Le circuit électrique BULLETIN SPÉCIAL N 2 Le circuit électrique Théorie un peu de réflexion Intro L électricité est une source d énergie. Une énergie que l on peut facilement transformer en mouvement, lumière ou chaleur. L

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ SureSelect Strand-Specific RNA Library Prep Kit Box 1-ILM-96 Samples, Part Number 5500-0117 SECTION 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/ l entreprise

Plus en détail

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Comment font les végétaux pour s installer dans un nouveau milieu alors qu ils ne peuvent pas se déplacer? I/ L installation des végétaux dans un nouveau milieu

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire éduscol Découverte du monde Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement

Plus en détail

I GENERALITES SUR LES MESURES

I GENERALITES SUR LES MESURES 2 Dans le cas d intervention de dépannage l usage d un multimètre est fréquent. Cet usage doit respecter des méthodes de mesure et des consignes de sécurité. 1/ Analogie. I GENERALITES SUR LES MESURES

Plus en détail

Optimiser la dose de semis du maïs

Optimiser la dose de semis du maïs Optimiser la dose de semis du maïs La moyenne des taux de semis de maïs utilisés par les producteurs aux États-Unis et au Canada a augmenté de 23 000 grains/acre en 1985 à plus de 30 000 grains/acre aujourd

Plus en détail

Suivi d une réaction lente par chromatographie

Suivi d une réaction lente par chromatographie TS Activité Chapitre 8 Cinétique chimique Suivi d une réaction lente par chromatographie Objectifs : Analyser un protocole expérimental de synthèse chimique Analyser un chromatogramme pour mettre en évidence

Plus en détail

Sécurité électrique - Habilitation

Sécurité électrique - Habilitation Sécurité électrique - Habilitation Le courant électrique est dangereux à partir de 10 ma. Ceci vient du fait que la fréquence utilisée (50Hz) provoque des excitations musculaires violentes pouvant entraîner

Plus en détail

1 000 W ; 1 500 W ; 2 000 W ; 2 500 W. La chambre que je dois équiper a pour dimensions : longueur : 6 m largeur : 4 m hauteur : 2,50 m.

1 000 W ; 1 500 W ; 2 000 W ; 2 500 W. La chambre que je dois équiper a pour dimensions : longueur : 6 m largeur : 4 m hauteur : 2,50 m. EXERCICES SUR LA PUISSANCE DU COURANT ÉLECTRIQUE Exercice 1 En zone tempérée pour une habitation moyennement isolée il faut compter 40 W/m 3. Sur un catalogue, 4 modèles de radiateurs électriques sont

Plus en détail

Collège Pablo Picasso Concours C Génial année 2013

Collège Pablo Picasso Concours C Génial année 2013 François Mathieu Victor Théo Antoine Bastien Anthony Maxime Clément Collège Pablo Picasso Concours C Génial année 2013 Intervenant : Mme Lemeur, ingégieur à Air Normand Choisir un sujet On s est réuni

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

DEUX OUTILS DE CONTRÔLE POUR LA CONCENTRATION EN SUCRE DU SIROP D'ÉRABLE

DEUX OUTILS DE CONTRÔLE POUR LA CONCENTRATION EN SUCRE DU SIROP D'ÉRABLE DEUX OUTILS DE CONTRÔLE POUR LA CONCENTRATION EN SUCRE DU SIROP D'ÉRABLE Janvier 2000 PAR Gilles Caron, technologiste agricole MAPAQ -Direction régionale de Chaudière-Appalaches Centre de service de L

Plus en détail