Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages"

Transcription

1 Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages Corinne Curt et Aurélie Talon JFMS /03/ Toulouse

2 Evaluation de la fiabilité et de la sécurité des barrages Menée lors de revues conduites par des ingénieurs experts, sur la base de données de natures différentes : observations visuelles données issues de modèles mathématiques données provenant des appareils d auscultation données de conception ou réalisation de l ouvrage JFMS /03/ Toulouse N 2

3 Différents types de données Données de base Données brutes Données élaborées Adapté de Talon (2006) Observations visuelles Mesures issues de l auscultation Mesures d auscultation traitées Indicateurs visuels Indicateurs auscultés Données issues de modèles mécaniques Indicateurs calculés Contrôles et essais Caractéristiques barrage Indicateurs de conception/réalisation JFMS /03/ Toulouse N 3

4 Indicateurs Information ou donnée formalisée de manière à rendre son utilisation répétable et reproductible Grille de formalisation unique Nom Définition Echelle et référence Caractéristique de lieu Caractéristique de temps Evolution du débit (diminution) La mesure des débits de drainage permet de quantifier les infiltrations d'eau contrôlées par le système de drainage. Une diminution du débit peut s'expliquer par un collecteur cassé, un drain colmaté, une étanchéité qui s'améliore du fait de la retenue, une source qui serait tarie, détournée, captée... Il y a donc une incertitude sur l'effet de cet indicateur sur la performance de la fonction de drainage, en particulier pour une variation comprise entre 10 et 50 % par an. 0 : débit sans évolution 1-2 : débit en diminution faible (<10%/an) 7-8 : débit en diminution forte et rapide (>50%/an) 10 : débit s annule brutalement On ne donnera pas de note si la diminution est située entre 10 et 50 % Exutoire de drainage Mesure menée une fois par semaine Evolution des mesures évaluée une fois par an JFMS /03/ Toulouse N 4

5 Imperfections associées Les différents données sont fréquemment entachées d imperfections : Incertitude Imprécision incomplétude Important de quantifier et contrôler les imperfections Imperfections Actions correctives Qualité indicateurs Contrôle Qualité évaluation fiabilité/sécurité Proposition d une méthodologie JFMS /03/ Toulouse N 5

6 Méthode Analyse du système et de ses modes de défaillances Analyse structurelle Analyse des Modes de Défaillances et de leurs Effets (AMDE) Identification des sources d imperfection Grilles d analyse de la qualité des données (1 grille par type d indicateur) Quantification de la qualité des données Définition des grilles d analyse critères et échelle d évaluation Validation des grilles d analyse par les experts? Oui Détermination de la méthode d agrégation multicritère Validation de la méthode par les experts? Oui Calage des paramètres d ELECTRE TRI Non Non Contrôle de la qualité des données Détermination d un arbre de sélection des JFMS /03/ Toulouse N 6 actions correctives

7 Table AMDE Indicateurs auscultés Phases Sous-systèmes Modes de défaillance Phase de Sous-système Nombre conception physique d instruments insuffisant Localisation des instruments non pertinentes Sensiblité insuffisante des instruments Phase d installation Phase d utilisation Sous-système de traitement des données Sous-système physique Sous-système de traitement des données Sous-système physique Type de logiciel inapproprié Installation des instruments inappropriée Nombre de données insuffisant Sensibilité à des perturbations de l environnement Critères associés Nombre d instruments Localisation des instruments Sensibilité des instruments Type de logiciel Installation des instruments Nombre de données Conditions opératoires Répétabilité JFMS /03/ Toulouse N 7

8 Exemple de grille d analyse des imperfections Indicateurs visuels Catégorie Qualité de la mesure Capacité à réaliser le processus d observation Traitement des données Capacité à évaluer les changements au cours du temps Critère Capacité d analyse/réactivité de l observateur (CV-1) Visibilité et conditions d accessibilité (CV-2) Conditions climatiques (CV-3) Fiabilité des moyens matériels mis en œuvre pour l observation (CV-4) Cheminement temps mis pour faire la visite (CV-5) Qualité du rapport (CV-6) Changement d observateur (CV-7) Conditions (saison, niveau de la retenue) (CV-8) Echelle de notation définie par les experts : 0 = «excellent» 1 = «bon» 2 = «médiocre» 3 = «mauvais» JFMS /03/ Toulouse N 8

9 Agrégation des critères Méthode = ELECTRE TRI Analyse de la valeur intrinsèque de chaque indicateur à partir de l ensemble des critères définis Affectation de chaque indicateur dans une catégorie pré-définie Excellent SQ = 1 Bon SQ = 2 Médiocre SQ = 3 Mauvais SQ = 4 Inacceptable SQ = 5 Tests de calibration pour caler les paramètres de la méthode (cas simplifiés mais réalistes) Tests de validation (cas simplifiés mais réalistes) JFMS /03/ Toulouse N 9

10 Arbre de décision pour les actions correctives Calcul du score de qualité (SQ) SQ 2 SQ > 2 Evaluation des critères (g j) Recherche d information g j = NA g j = 0 g j = 1 g j = 2 g j = 3 Critère important Critère important Critère essentiel Critère essentiel Aucune action Actions à moyen terme Actions à court terme Actions d urgence JFMS /03/ Toulouse N 10

11 Utilisation de la méthode Analyse du système et de ses modes de défaillances Sélection des indicateurs Grilles d analyse de la qualité des données (1 grille par type d indicateur) Evaluation des critères de qualité pour chaque indicateur Quantification de la qualité des données Détermination du score de qualité Contrôle de la qualité des données Proposition d actions correctives JFMS /03/ Toulouse N 11

12 Validation sur un cas réel Barrage en remblai homogène (arènes) 13 m de haut m de long protection anti-batillage drain cheminée + 3 drains horizontaux (exutoires drain vertical) Fondation : plusieurs couches d alluvions reposant sur un substratum de grès compact étanchéité de la fondation assurée par une tranchée en terre ancrée dans le grès 3 puits de décompression Evacuateur de crues latéral à seuil libre JFMS /03/ Toulouse N 12

13 Photo Cemagref Aix-en-Provence - OHAX JFMS /03/ Toulouse N 13

14 Photo Cemagref Aix-en-Provence - OHAX JFMS /03/ Toulouse N 14

15 Système d auscultation 8 plots en béton encastrés en extrémité aval de crête (campagne annuelle) 15 piézomètres répartis selon 6 profils amont-aval (mesure tous les 15 jours) 3 drains (mesure des débits tous les 15 jours) JFMS /03/ Toulouse Photos Cemagref Aix-en-Provence - OHAX N 15

16 Analyse de la qualité des indicateurs 21 indicateurs analysés : 7 présentent un SQ = 2 («bon») 14 ont SQ = 3 («médiocre») ou 4 («mauvais») SQ Indicateurs 3 I1 Fuite d eau claire dans le coursier en aval du système d étanchéité I2 Fuite d eau claire dans la galerie I3 Fuite d eau claire sur le remblai aval dans l environnement de l évacuateur I4 Fuites localisées et chargées en exutoire de drainage ou en pied aval et au-delà I5 Glissement du talus amont I6 Glissement du talus aval 4 I7 Zone humide au pied aval I8 Zone humide loin du pied aval I9 Saturation du remblai I10 Augmentation du débit de drainage (remblai) I11 Augmentation du débit de drainage (fondation) I12 Piézometrie (remblai) I13 Piézometrie (pied aval) I14 Tassements (mesure instrumentale) JFMS /03/ Toulouse N 16

17 Actions correctives proposées Actions correctives proposées par l algorithme Prendre en compte les éventuelles variations de condition (saison, niveau de la retenue) dans l évaluation de l indicateur La visite doit être menée par l observateur qui a réalisé la visite précédent ou des éléments tels que des photographies doivent être fournis Refaire la visite lorsque les conditions climatiques sont adéquates Remplacer l instrument par un instrument plus précis Améliorer la représentativité des données Remplacer le dispositif Changer la localisation de l instrument Changer de logiciel de traitement des données Améliorer le rapport d auscultation Augmenter le nombre de données et la durée d observation Indicateurs I1 I2 I3 I4 I5 I6 I7 I8 I9 I1 I2 I3 I4 I5 I6 I7 I8 I9 I7 I8 I9 I10 I11 I10 I11 I12 I13 I12 I13 I12 I13 I10 I11 I12 I13 I10 I11 I12 I13 I14 I10 I11 I12 I13 I14 JFMS /03/ Toulouse N 17

18 Actions correctives proposées Délai de mise en œuvre varie selon l indicateur : Action à court terme «refaire la visite lorsque les conditions climatiques sont adéquates» : indicateurs visuels sensibles aux conditions climatiques (mesures de zone humide et de saturation du remblai) Actions urgentes «remplacer l instrument par un instrument plus précis» : mesures de débit Accord avec les actions correctives proposées par l expert JFMS /03/ Toulouse N 18

19 Conclusions Proposition d une méthode de modélisation des imperfections des données Explicitation grilles d analyse Quantification définition d une échelle Agrégation ELECTRE TRI Application à un cas réel Utilisation présentée : Outil de contrôle réduire les imperfections / améliorer la qualité des données JFMS /03/ Toulouse N 19

Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages

Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages C. Curt, Aurélie Talon To cite this version: C. Curt, Aurélie Talon. Analyse et contrôle de la qualité des données

Plus en détail

Etude comparée de deux méthodes d amélioration de la qualité des données utilisées lors de l expertise de barrages

Etude comparée de deux méthodes d amélioration de la qualité des données utilisées lors de l expertise de barrages Etude comparée de deux méthodes d amélioration de la qualité des données utilisées lors de l expertise de barrages Corinne Curt 1* Richard Gervais 2 1 Cemagref Groupe de Recherche Ouvrages Hydrauliques

Plus en détail

Barrage de Serre-Ponçon. Conception, surveillance et comportement

Barrage de Serre-Ponçon. Conception, surveillance et comportement Barrage de Serre-Ponçon Conception, surveillance et comportement Sommaire 1- Rappels sur la conception du barrage et son auscultation 2- Comportement récent : 2001-2013 3.1. Comportement mécanique (réversible

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal CETE de Lyon DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot Page 1/16 Introduction

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

Evaluation de la performance des barrages basée sur la formalisation de l expertise

Evaluation de la performance des barrages basée sur la formalisation de l expertise Evaluation de la performance des barrages basée sur la formalisation de l expertise Application à l érosion interne des barrages en remblai Corinne Curt* Laurent Peyras* Paul Royet* Huguette Félix* Gérard

Plus en détail

Tempête XYNTHIA du 28 février 2010. Diagnostic des désordres sur les ouvrages en CHARENTE MARITIME (17) et GIRONDE (33)

Tempête XYNTHIA du 28 février 2010. Diagnostic des désordres sur les ouvrages en CHARENTE MARITIME (17) et GIRONDE (33) Tempête XYNTHIA du 28 février 2010 Diagnostic des désordres sur les ouvrages en CHARENTE MARITIME (17) et GIRONDE (33) CETE du Sud-Ouest Page 1/23 PLAN de l EXPOSE 1 - La localisation des dégâts à l aide

Plus en détail

Installation de La Glacière Villeneuve-Loubet (06)

Installation de La Glacière Villeneuve-Loubet (06) Installation de La Glacière Villeneuve-Loubet (06) Bilan d activité 2013 SUD-EST ASSAINISSEMENT 1 Suivi environnemental Suivi des effluents et de la stabilité SUD-EST ASSAINISSEMENT I Suivi environnemental

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

de la Suivi retenue collinaire de

de la Suivi retenue collinaire de de la Suivi retenue collinaire de Identification du propriétaire N SIRET :... N PACAGE :... N Elevage :... Nom :... Prénom :... Société :... Adresse :... Code Postal :... Commune :... Téléphone :... Mobile

Plus en détail

L IMPORTANCE DES MESURES D AUSCULTATION POUR L ANALYSE DU COMPORTEMENT DES BARRAGES EN TERRE

L IMPORTANCE DES MESURES D AUSCULTATION POUR L ANALYSE DU COMPORTEMENT DES BARRAGES EN TERRE L IMPORTANCE DES MESURES D AUSCULTATION POUR L ANALYSE DU COMPORTEMENT DES BARRAGES EN TERRE THE IMPORTANCE OF THE MESURES OF THE AUSCULTATION FOR ANALY- SIS OF THE BEHAVIOUR OF THE EARTH DAMS Abdelmalek

Plus en détail

Les barrages. Gramme 2006

Les barrages. Gramme 2006 Les barrages Gramme 2006 Historique 1 er barrage créé par Menes en 2900 av. J.-C. 15 m de haut et 450 m de long Historique 1 er barrage créé par Menes en 2900 av. J.-C. 15 m de haut et 450 m de long. 1300

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

BAC PRO MSMA A.M.D.E.C. 1/5

BAC PRO MSMA A.M.D.E.C. 1/5 MSMA A.M.D.E.C. /5 C est un outil d analyse qui permet de construire la qualité des produits fabriqués ou des services rendus et favorise la maîtrise de la fiabilité en vue d abaisser le coût global. Elle

Plus en détail

Eco-conception de maisons à énergie positive

Eco-conception de maisons à énergie positive MEXICO Rencontres 2015, Clermont-Ferrand 06 octobre 2015 Eco-conception de maisons à énergie positive Mots-clés : Optimisation multicritère, algorithme génétique, fronts de Pareto Thomas RECHT : thomas.recht@mines-paristech.fr

Plus en détail

Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012

Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012 Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012 Pour information : l ensemble des champs est à renseigner obligatoirement. Si pour un champ donné,

Plus en détail

Géomembranes Préparation du support

Géomembranes Préparation du support Géomembranes Préparation du support Édition septembre 2005 Éléments de conception 2/3 Sommaire 1. Pente des talus 3 2. Compactage 3 3. Structure support 3 4. Drainage 4 5. Lestage 7 2 Guide de pose géomembranes

Plus en détail

Deux solutions extrêmes de «gestion» de glissements de terrain :

Deux solutions extrêmes de «gestion» de glissements de terrain : CFMS Séance du 5 octobre 2005 La maîtrise des déformations liées aux mouvements naturels : glissement affaissements Alain GUILLOUX TERRASOL Deux solutions extrêmes de «gestion» de glissements de terrain

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

C.1. COMMUNIQUER-S INFORMER. Conditions de réalisation

C.1. COMMUNIQUER-S INFORMER. Conditions de réalisation C.1. COMMUNIQUER- INFORMER avoir faire C.1.1. : Communiquer avec le client Écouter le client Questionner le client sur le dysfonctionnement constaté et les conditions d utilisation du véhicule, du sous-ensemble

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFET DU DRAINAGE SUR LA RÉCUPÉRATION MÉCANIQUE DES CHAUSSÉES

ÉTUDE DE L EFFET DU DRAINAGE SUR LA RÉCUPÉRATION MÉCANIQUE DES CHAUSSÉES ÉTUDE DE L EFFET DU DRAINAGE SUR LA RÉCUPÉRATION MÉCANIQUE DES CHAUSSÉES Par Catherine Savoie Guy Doré, ing. Ph.D Jean-Pascal Bilodeau, ing. Ph.D Jérôme Fachon, ing. Plan de la présentation o Objectifs

Plus en détail

La gestion patrimoniale des réseaux d'alimentation en eau potable

La gestion patrimoniale des réseaux d'alimentation en eau potable La gestion patrimoniale des réseaux d'alimentation en eau potable Jean-Christophe de MASSIAC G2C environnement Cernons le problème Journée technique La dégradation du patrimoine des réseaux d eau potable,

Plus en détail

Nouvelles analyses du comportement des fondations

Nouvelles analyses du comportement des fondations D9 Thème D: Instrumentation et Surveillance des fondations Nouvelles analyses du comportement des fondations Jean-Paul FABRE, Alexandre SIMON, Florian MAURIS (EDF DTG) Colloque CFBR Fondations des Barrages

Plus en détail

Livre blanc. Cartographie de débit de dose. Utilisez-vous la bonne méthode d interpolation?

Livre blanc. Cartographie de débit de dose. Utilisez-vous la bonne méthode d interpolation? Livre blanc Cartographie de débit de dose Utilisez-vous la bonne méthode d interpolation? Cartographie de débit de dose Utilisez-vous la bonne méthode d interpolation? Mettez en œuvre la méthode d interpolation

Plus en détail

La gestion patrimoniale du système d alimentation en eau potable

La gestion patrimoniale du système d alimentation en eau potable La gestion patrimoniale du système d alimentation en eau potable présenté par Sébastien Coudert, G2C environnement G2C environnement Ingénierie et conseil aux collectivités Vision systémique et complémentaire

Plus en détail

ETUDES GEOTECHNIQUES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES TYPE

ETUDES GEOTECHNIQUES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES TYPE ETUDES GEOTECHNIQUES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES TYPE Maître d ouvrage : Opération : Situation des études et travaux : Version 1.0 Février 2005 SOMMAIRE Chapitre 1 - Dispositions générales...

Plus en détail

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle Document réalisé avec le concours financier de l Agence de l Eau Rhône Méditerranée et Corse. Guide technique Assainissement non collectif d une habitation individuelle Schéma d implantation d un assainissement

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement LES CARACTÉRISTIQUES DU SOL ET DE LA PARCELLE Maggy HOVERTIN MATRIciel Objectifs de la présentation Définir

Plus en détail

LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH

LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH Logiciel PEACH 1 LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH Sommaire I. Présentation d'ensemble du logiciel... 1 I.1. Les objectifs... 1 I.2. La démarche d'étude par PEACH... 2 II. PEACH Programme

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ETUDE DU GENIE CIVIL CIVIL

GUIDE PRATIQUE DE L ETUDE DU GENIE CIVIL CIVIL CIVIL Préparation de la mission 1. Analyse du document de la reconnaissance 2. Estimation des moyens à mettre à œuvre 3. Planification de la mission avec le topographe Programme de la mission 1. Visite

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

L'apport de la simulation numérique 3D pour la CEM : méthodologie & perspectives. Benoît MARTIN Dept. Formation & Ingénierie be.martin@emitech.

L'apport de la simulation numérique 3D pour la CEM : méthodologie & perspectives. Benoît MARTIN Dept. Formation & Ingénierie be.martin@emitech. L'apport de la simulation numérique 3D pour la CEM : méthodologie & perspectives Benoît MARTIN Dept. Formation & Ingénierie be.martin@emitech.fr Cycle en V de développement d un produit Couts Délais Qualité

Plus en détail

Atradius Buyer Ratings

Atradius Buyer Ratings Atradius Buyer Ratings Le pouvoir de prévoir FAQ A. Questions générales 1. Que signifie le Buyer Rating? Le Buyer Rating d Atradius est un score statistique sur une échelle de 1 à 100 qui a été développé

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien d intervention ouvrages gaz Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des fonctions en lien avec la qualification Le CQP est en lien

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Le transport sédimentaire sur l'allier et la problématique des captures de gravières

Le transport sédimentaire sur l'allier et la problématique des captures de gravières Le transport sédimentaire sur l'allier et la problématique des captures de gravières Jean-Luc PEIRY Professeur Univ. Blaise Pascal Séminaire technique Vierzon- 24 novembre 2011 «Le transport sédimentaire

Plus en détail

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57)

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57) DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE Projet de demi-échangeur Nord de GUENANGE (57) Protection des captages AEP Rapport d'expertise Y. BABOT Mai 1992 R 34962 LOR 4S 92 Document public

Plus en détail

Business Intelligence

Business Intelligence Business Intelligence Enjeux, Projets, Données, Indicateurs Gilles FONTANINI g.fontanini@decision-network.eu +33 (0)6 11 21 24 53 2? Gilles Fontanini Consultant et Administrateur d un GIE d experts en

Plus en détail

Produits de service Atlas Copco

Produits de service Atlas Copco Produits de service Atlas Copco Audits de centrales et réseaux d air comprimé AIRScan TM ECONOMIES D ENERGIE AIRScan une approche globale de la performance énergétique L air comprimé est une énergie vitale

Plus en détail

Introduction. Introduction. Introduction. Les aménagements hydro-agricoles: un outil important pour améliorer la

Introduction. Introduction. Introduction. Les aménagements hydro-agricoles: un outil important pour améliorer la Les aménagements hydro-agricoles: un outil important pour améliorer la qualité de l eaul Introduction Les pratiques de conservation des sols, un outil précieux pour réduire l érosion! Ghislain Poisson,

Plus en détail

LE PROJET NATIONAL ERINOH. ( ERosion INterne dans les Ouvrages Hydrauliques) 2007-2011

LE PROJET NATIONAL ERINOH. ( ERosion INterne dans les Ouvrages Hydrauliques) 2007-2011 PROJET ERINOH LE PROJET NATIONAL ERINOH ( ERosion INterne dans les Ouvrages Hydrauliques) 2007-2011 PROJET ERINOH 1993 1994 2001 2001 2002 2003 2005 Érosion Interne # 1 rupture par an en France PROJET

Plus en détail

ATTESTATION DE FIN DE CHANTIER

ATTESTATION DE FIN DE CHANTIER ATTESTATION DE FIN DE CHANTIER PROPRIETAIRE Nom :. Prénom :... Adresse : Téléphone : Atteste que l entreprise : A réalisé les travaux d assainissement non collectif de l immeuble situé :.. Type de logement

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES P.E. LOISEL, J. SCHAGUENE, O. BERTRAND, C. GUILBAUD ARTELIA EAU ET ENVIRONNEMENT Symposium du CFBR

Plus en détail

Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole. Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais

Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole. Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole 1. Le sol, l eau, l air et la plante 2. Le drainage : Définition

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

Préserver et restaurer la continuité écologique dans les projets d infrastructures linéaires : L aménagement des petits ouvrages hydrauliques

Préserver et restaurer la continuité écologique dans les projets d infrastructures linéaires : L aménagement des petits ouvrages hydrauliques Direction territoriale Est Préserver et restaurer la continuité écologique dans les projets d infrastructures linéaires : L aménagement des petits ouvrages hydrauliques Auteur: Marc GIGLEUX Date: mai 2014

Plus en détail

Note méthodologique sur la photothèque EGRIAN

Note méthodologique sur la photothèque EGRIAN NOTE 006 Date : 24 avril 2007 AGGLOMERATION DE NEVERS Hubert Couprie Tél. : 03 86 68 46 52 hubert.couprie@ville-nevers.fr MANDATAIRE DE L ÉTUDE : MINEA Alain Mausset Cécile Bouillet Téléphone : 01 42 62

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

Vos besoins, nos obligations

Vos besoins, nos obligations S Ingénierie Assistance Technique - Conseil Management des projets Prévention des risques Vos besoins, nos obligations Contact: Mr EL AAMRANI Saïd, Gérant 43 rue des Hirondelles, BP 600-68 76330 Notre

Plus en détail

Le Règlement sur l évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées

Le Règlement sur l évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées Point de référence Distance minimale du point de référence (en pieds) Système étanche Système non étanche Puits tubulaire scellé 50 50 Autre puits 50 100 Lac ou cours d eau À l extérieur de la rive 50

Plus en détail

Séminaire des barrages et nouvelle réglementation française, partage des méthodes et expériences

Séminaire des barrages et nouvelle réglementation française, partage des méthodes et expériences Séminaire des barrages et nouvelle réglementation française, partage des méthodes et expériences 09 novembre 2010 Retour d expérience des premières revues de sûreté M. PEREZ - EDF / G.DEGOUTTE - Cemagref

Plus en détail

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents C1 S informer C1.1 Rechercher, Exploiter des documents Une commande Un besoin exprimé Expliciter le besoin*. Le service rendu, les utilisateurs, les conditions d'utilisation sont listés. Les performances

Plus en détail

Choix du site et du type de barrage

Choix du site et du type de barrage Avant Propos C HAPITRE I Choix du site et du type de barrage Rédigé par Jean-Pierre BECUE (SAFEGE) avec la participation de Gérard DEGOUTTE (ENGREF) et Danièle LAUTRIN (Cemagref) Les types de barrages

Plus en détail

Gestion des eaux de pluie et de ruissellement. Réflexions et Actions menées sur le Territoire du Grand Toulouse.

Gestion des eaux de pluie et de ruissellement. Réflexions et Actions menées sur le Territoire du Grand Toulouse. Gestion des eaux de pluie et de ruissellement Réflexions et Actions menées sur le Territoire du Grand Toulouse. 22/04/2009 Introduction des techniques alternatives dans la réflexion du Grand Toulouse Pourquoi

Plus en détail

Plan de modernisation des installations industrielles

Plan de modernisation des installations industrielles Plan de modernisation des installations industrielles 1 Sommaire 1 - Contexte - Introduction 2 - Réglementation 3 - Périmètre 4 - Guides techniques 5 - Synthèse : périmètre-actions 2 1 Contexte - Introduction

Plus en détail

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION Le fossé Le fossé est une structure linéraire creusée pour drainer, collecter ou faire circuler des eaux de ruissellement. Il permet notamment de drainer la structure de la piste. Un fossé bien entretenu

Plus en détail

INSPECTION SUBAQUATIQUE BARRAGE DE GRAND MAISON (38)

INSPECTION SUBAQUATIQUE BARRAGE DE GRAND MAISON (38) DOSSIER DE PRESSE AOUT 2012 INSPECTION SUBAQUATIQUE BARRAGE DE GRAND MAISON (38) Un geste simple pour l'environnement, n'imprimez ce message que si vous en avez l'utilité. UNITE DE PRODUCTION ALPES 37

Plus en détail

ORGANISER CP3 : Organiser et optimiser les activités de maintenance

ORGANISER CP3 : Organiser et optimiser les activités de maintenance CP3.1 : Définir et/ou optimiser la stratégie de La liste des biens Déterminer les indicateurs de Les indicateurs sont correctement disponibilité des biens déterminés La politique de Les données de production

Plus en détail

AFITEX. L intelligence des sols

AFITEX. L intelligence des sols AFITEX L intelligence des sols AFITEX 25 ans d expertise au service des sols >>> Depuis plus de 20 ans, AFITEX, destinés principalement aux aujourd hui sur ses deux atouts société industrielle, s est marchés

Plus en détail

SYSTÈMES DE PLOMBERIE (ÉGOUTS PLUVIAUX ET SANITAIRES) MODULE 6

SYSTÈMES DE PLOMBERIE (ÉGOUTS PLUVIAUX ET SANITAIRES) MODULE 6 SYSTÈMES DE PLOMBERIE (ÉGOUTS PLUVIAUX ET SANITAIRES) MODULE 6 LES PRÉCISIONS A. Diagnostiquer des problèmes simples de fonctionnement : d un système de drainage Reconnaître les composants d un système

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Laboratoire CEM SCLE SFE. L engagement pour une performance durable

Laboratoire CEM SCLE SFE. L engagement pour une performance durable Laboratoire CEM SCLE SFE L engagement pour une performance durable Un laboratoire d Expertise en Compatibilité Électromagnétique (CEM) accrédité COFRAC Depuis plus de 40 ans, SCLE SFE réalise des équipements

Plus en détail

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance Les référentiels et les formations de la fonction Assurer le bon fonctionnement grâce à une préventive et curative performante en : - organisant les services techniques en conséquence, - encadrant l'entretien

Plus en détail

Panorama des outils d analyse énergétique des bâtiments 22.5.2014

Panorama des outils d analyse énergétique des bâtiments 22.5.2014 Panorama des outils d analyse énergétique des bâtiments 22.5.2014 Manuel Bauer Estia SA Thèmes abordés Objectif du diagnostic énergétique Revue de quelques méthodes d analyse énergétique des bâtiments

Plus en détail

Logiciel pavages drainants mode d emploi

Logiciel pavages drainants mode d emploi Logiciel pavages drainants mode d emploi FEBESTRAL a développé, en collaboration avec le Centre de Recherches Routières (CRR), un logiciel de calcul pour pavages drainants. Ce programme vous guide lors

Plus en détail

DU SCAN AU DIAG. Le BIM en REHABILITATION LES OUTILS LES VALEURS A OBTENIR CAHIER DES CHARGES PRECIS COMPLETER LA MAQUETTE PAR LES RELEVES ET SONDAGES

DU SCAN AU DIAG. Le BIM en REHABILITATION LES OUTILS LES VALEURS A OBTENIR CAHIER DES CHARGES PRECIS COMPLETER LA MAQUETTE PAR LES RELEVES ET SONDAGES Le BIM en REHABILITATION LES OUTILS LES VALEURS A OBTENIR CAHIER DES CHARGES PRECIS COMPLETER LA MAQUETTE PAR LES RELEVES ET SONDAGES LES RELEVES Relevé laser scanner 3D Mise en place d un plan d exécution

Plus en détail

Ingénierie de surveillance

Ingénierie de surveillance Ingénierie de surveillance La sécurité de vos structures grâce à la technologie OSMOS Surveillance Analyse Diagnostic Prévention Ingénierie La sécurité des structures Viaduc de Millau - France Le monitorage

Plus en détail

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ;

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ; Ch-2-Les Terrassements. 1. INTRODUCTION. Les terrassements constituent les travaux de préparation de l infrastructure des ouvrages de génie civil. Ils permettent d établir la plateforme des niveaux inférieurs

Plus en détail

RETOURS D EXPÉRIENCES ET RENCONTRÉS EN MATIÈRE DE GESTION DES EAUX PLUVIALES. Ir. Anne CLERIN -AIVE - Chef de Projets

RETOURS D EXPÉRIENCES ET RENCONTRÉS EN MATIÈRE DE GESTION DES EAUX PLUVIALES. Ir. Anne CLERIN -AIVE - Chef de Projets RETOURS D EXPÉRIENCES ET PROBLÈMES RENCONTRÉS EN MATIÈRE DE GESTION DES EAUX PLUVIALES Ir. Anne CLERIN Chef de Projets -AIVE - LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LE CONTEXTE DE L ASSAINISSEMENT DES EAUX

Plus en détail

VIDE DÉBIT MESURE EXCELLENCE EXCELLENCE VIDE DÉBIT MESURE EXCELLENCE DANS LA FABRICATION. EXCELLENCE DANS LES APPLICATIONs

VIDE DÉBIT MESURE EXCELLENCE EXCELLENCE VIDE DÉBIT MESURE EXCELLENCE DANS LA FABRICATION. EXCELLENCE DANS LES APPLICATIONs QUE POUVONS-NOUS FAIRE POUR VOUS? VIDE VIDE DÉBIT DÉBIT MESURE MESURE EXCELLENCE EXCELLENCE DANS LA FABRICATION EXCELLENCE EXCELLENCE DANS LES APPLICATIONs APPAREILS DE MESURE DU VIDE TOUT CE DONT VOUS

Plus en détail

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 CODATU XI Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 MODELE DE SIMULATION DE FLUX DE VOYAGEURS POUR L ETUDE ET L EXPLOITATION DES STATIONS DE TRAMWAY ET DE BUS ET DE LEURS EQUIPEMENTS COMPORTEMENT DES

Plus en détail

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Valéry Ferber LCPC Sommaire Objectifs Tassements induits par l humidification des sols fins compactés Conception

Plus en détail

Utilisation de modèles hydrauliques-métier dans des plate-formes et application aux incertitudes. 1. Présentation de l outil métier : Système Mascaret

Utilisation de modèles hydrauliques-métier dans des plate-formes et application aux incertitudes. 1. Présentation de l outil métier : Système Mascaret Utilisation de modèles hydrauliques-métier dans des platesformes et application aux incertitudes N.Goutal E. Demay EDF R&D Utilisation de modèles hydrauliques-métier dans des plate-formes et application

Plus en détail

Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille. Côme Durand, mars 2014. Irstea.

Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille. Côme Durand, mars 2014. Irstea. Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille Côme Durand, mars 2014. Irstea. 1 Sommaire 1) Présentation 2) Travaux déjà réalisés sur le projet 3) Influence des

Plus en détail

SPECIFICATION TECHNIQUE Assurance Qualité

SPECIFICATION TECHNIQUE Assurance Qualité Page 1 sur 9 * MONTAGES PRÉCONISES IMPORTANTS: - Pour capacités à partir de 300 litres. - Prédisposition du réservoir sur cales de 75 mm de 300 à 2000 Litres et de 150 mm pour capacité supérieure à 2000

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION POUR LA SANCTION ET LA RECONNAISSANCE. Cours Arithmétique appliquée aux finances personnelles MAT-P101-4

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION POUR LA SANCTION ET LA RECONNAISSANCE. Cours Arithmétique appliquée aux finances personnelles MAT-P101-4 DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION POUR LA SANCTION ET LA RECONNAISSANCE Cours Arithmétique appliquée aux finances personnelles MAT-P101-4 Programme d études de la formation de base commune Mathématique

Plus en détail

L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES :

L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : L inspection, le diagnostic et la classification d une installation septique dans le cadre d un relevé sanitaire (no 4) Agenda de présentation 1. Base de données

Plus en détail

LA PROBLEMATIQUE DES FUITES D EAU DU BARRAGE HAMMAM-GROUZ (AlgÅrie)

LA PROBLEMATIQUE DES FUITES D EAU DU BARRAGE HAMMAM-GROUZ (AlgÅrie) Larhyss Journal, ISSN 1112-3680, nä 05, Juin 2006, pp.41-48 Ä 2006 Laboratoire de Recherche en Hydraulique Souterraine et de Surface LA PROBLEMATIQUE DES FUITES D EAU DU BARRAGE HAMMAM-GROUZ (AlgÅrie)

Plus en détail

ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA)

ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA) ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA) Étude des impacts sur l environnement et le milieu social 28 mars

Plus en détail

COLLOQUE «SOLAIRE THERMIQUE et HABITAT COLLECTIF»

COLLOQUE «SOLAIRE THERMIQUE et HABITAT COLLECTIF» COLLOQUE «SOLAIRE THERMIQUE et HABITAT COLLECTIF» LE MONITORING AU SERVICE DE LA MAINTENANCE Michel BOURLOUX 06/03/2013) LE MONITORING AU SERVICE DE LA MAINTENANCE Sommaire 1. Préambule 1.1 Les Besoins

Plus en détail

Relevé sanitaire Installation autonome

Relevé sanitaire Installation autonome INFORMATIONS GÉNÉRALES Lac/Cours d eau (nom) : Matricule : No. : Date du relevé : Heure : Relevé effectué par : Propriétaire : Présent Absent Adresse : CARACTÉRISTIQUES DE LA RÉSIDENCE Résidence Permanente

Plus en détail

Colloque «Sols et Matériaux à Problèmes» 9-11 février 2007 Tunisie

Colloque «Sols et Matériaux à Problèmes» 9-11 février 2007 Tunisie TRAITEMENT D UN GLISSEMENT DE TERRAIN ET RECONSTRUCTION DE LA CHAUSSEE AVEC UN REMBLAIS RENFORCE PAR GEOSYNTHETIQUES DANS LA WILLAYA DE BEDJAIA - ALGERIE TREATMENT OF A LANDSLIDE AND ROAD RECONSTRUCTION

Plus en détail

PARTIE 1 Les objectifs de l étude

PARTIE 1 Les objectifs de l étude Etat des lieux de l assainissement non collectif Commune d ORCINES 22/09/2015 PARTIE 1 Les objectifs de l étude Bref rappel du contexte réglementaire Objectifs de ce diagnostic CONTEXTE REGLEMENTAIRE Loi

Plus en détail

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur.

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur. Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Secrétariat d Etat à l Industrie Direction de l action régionale et de la petite et moyenne industrie ----------------------------------------- Sous-direction

Plus en détail

PosCon 3D. La mesure de bords dans une nouvelle dimension.

PosCon 3D. La mesure de bords dans une nouvelle dimension. PosCon 3D La mesure de bords dans une nouvelle dimension. Une nouvelle dimension. PosCon 3D pour la mesure de position des bords d un objet, quelle que soit la distance. Très innovant, le détecteur de

Plus en détail

Géomembranes bitumineuses. Présentation basée sur des présentations fournies par Bernard Breul, ingénieur de la société Colétanche

Géomembranes bitumineuses. Présentation basée sur des présentations fournies par Bernard Breul, ingénieur de la société Colétanche Géomembranes bitumineuses Présentation basée sur des présentations fournies par Bernard Breul, ingénieur de la société Colétanche Composition du rouleau 2 Structure Gamme élastomère (ES): performance basse

Plus en détail

APERÇU DES PRODUITS. Appareils de chauffage et outils. smart mounting. smart tools

APERÇU DES PRODUITS. Appareils de chauffage et outils. smart mounting. smart tools APERÇU DES PRODUITS Appareils de chauffage et outils smart mounting smart tools Appareils de chauffage simatherm Induction Heater IH 025 Volcano 2 simatherm Induction Heater IH 070 3 simatherm Induction

Plus en détail

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes éoliens

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes éoliens Systèmes éoliens du candidat Établissement de formation / Ville Académie Épreuve E5 : Activités de maintenance Sous-épreuve E51 : Maintenance corrective d un bien Durée : 6 heures Coefficient 2 E51c Support

Plus en détail

Problématiques des fondations d ouvrages sur permafrost dans les stations de sport d hiver

Problématiques des fondations d ouvrages sur permafrost dans les stations de sport d hiver 1 Problématiques des fondations d ouvrages sur permafrost dans les stations de sport d hiver SEANCE TECHNIQUE DU COMITE FRANÇAIS DE GEOLOGIE DE L INGENIEUR CNAM 31/01/2013 Héloïse Cadet et Lionel Lorier

Plus en détail

Conception et dimensionnement des dispositifs d étanchéité drainage par géosynthétiques dans les ISD

Conception et dimensionnement des dispositifs d étanchéité drainage par géosynthétiques dans les ISD Conception et dimensionnement des dispositifs d étanchéité drainage par géosynthétiques dans les ISD Journée CFMS Géotechnique et Protection de l'environnement - 23 Janvier 2008 Thierry GISBERT, vice président

Plus en détail

LA GESTION PATRIMONIALE DES RESEAUX D ASSAINISSEMENT EN SEINE-SAINT-DENIS

LA GESTION PATRIMONIALE DES RESEAUX D ASSAINISSEMENT EN SEINE-SAINT-DENIS LA GESTION PATRIMONIALE DES RESEAUX D ASSAINISSEMENT EN SEINE-SAINT-DENIS Etude de la durabilité des travaux de réhabilitation des canalisations d assainissement non-visitables Intervenante : Céline ZAETTA

Plus en détail

DÉTECTION DES FUITES SUR GÉOMEMBRANE

DÉTECTION DES FUITES SUR GÉOMEMBRANE DÉTECTION DES FUITES SUR GÉOMEMBRANE L analyse des performances des ouvrages d étanchéité construits depuis le début des années 80 commence à porter ses fruits et révèle l importance de tenir compte des

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Livret de suivi du parcours de développement des compétences Ce livret est obligatoire pour les contrats de professionnalisation conclus dans une

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

Mini stations d épuration selon EN 12566-3

Mini stations d épuration selon EN 12566-3 Mini stations d épuration selon EN 12566-3 Vous n êtes pas raccordé à la canalisation? Alors vous n êtes pas le seul, car un citoyen sur cinq est dans le même cas en Europe. Rien qu en France, il y aura

Plus en détail

Test & Diagnostic des câbles intégré

Test & Diagnostic des câbles intégré Test & Diagnostic des câbles intégré DAC 0,1 Hz Sinus 0,1 Hz CR TDS NT Deux formes de tension éprouvées dans un seul appareil Contrôle VLF des câbles selon les normes avec diagnostic DP Diagnostic DP non

Plus en détail

Questions fonctionnelles

Questions fonctionnelles Questions fonctionnelles Réf. Question fonctionnelle Oui nativement Multilinguisme: Les interfaces homme-machine sont -elles disponibles en QF1 plusieures langues? Si oui, quelles langues? Pour quels modules?

Plus en détail

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 www.pr4gm4.com Gestion des risques Présentation Mars 2010 Copyright 2010 - PR4GM4 Actualité du 27 janvier 2010 2 Actualité du 11 février 2010 3 Domaine

Plus en détail