Anticipation des besoins des blocs opératoires : le concept POP. Christophe LAMBERT, Pharmacien Unité de stérilisation Centralisée du CH de Chambéry

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Anticipation des besoins des blocs opératoires : le concept POP. Christophe LAMBERT, Pharmacien Unité de stérilisation Centralisée du CH de Chambéry"

Transcription

1 Anticipation des besoins des blocs opératoires : le concept POP Christophe LAMBERT, Pharmacien Unité de stérilisation Centralisée du CH de Chambéry 35 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Marseille 9 & 10 avril

2

3 Genèse du concept POP 2006 : construction du pôle femme-mère-enfant Bloc Eveillon : 11 salles de BO principe de la salle vide lieu de stockage unique décartonnage des matières provenant de l extérieur Unité de stérilisation Retraitement des DMR Gestion de l arsenal stérile du bloc central

4 Stérilisation centrale et arsenal unique Accès patient «LU» 4

5 Pack Opératoire Programmé 5

6 Qu est ce que le POP? Ce que le POP n est pas : Ce qu est le POP: Concept d approvisionnement de l ensemble du matériel nécessaire à la réalisation d une intervention chirurgicale 6

7 Le Pack Opératoire Programmé Chariot modulable : consoles, étagères inox Contenu : Dispositifs médicaux réutilisables (instrumentation) Consommables opératoires (agrafeuses, lames de BE, seringues, solutés d urologie ) Matériel stérile courant (sondes, BE, poignées scialytiques, drains ) Drapage opératoire à UU Compresses et pansements Ne contient pas : Gants chirurgicaux Ligatures Implants stériles 7

8 La fiche POP : structure Dispositifs et pansements : 6 familles Boîtes d instruments = containers et paniers emballés DM stériles réutilisables = DM emballés sous sachet/gaine (satellites) DMS à UU de l industrie pharmaceutique DM Spécifiques et treillis Sutures mécaniques Drapage et housse = casaque, champ opératoire, housse de caméra, compresses... Code de gestion interne à l hôpital Lieu de stockage dans l arsenal stérile Nom du Fournisseur du matériel Coût de chaque DMS à UU Nom du patient, chirurgien, salle d intervention, heure

9 POP = ordonnance nominative

10 Le Fichier POP Dossier informatique partagé Bloc-Stérilisation Dossier source géré par stérilisation Dossier spécifique pour chaque spécialité : Ex. Orthopédie Ablation de matériel Arthroscopie Ostéosynthèse Prothèse Ortho divers Nombre de fiches POP actives : environ

11 Actualisation du fichier POP Evolution ou changement de technique chirurgicale Recrutement de nouveaux chirurgiens Changement de marchés, matériovigilance Drapage opératoire DMS à usage unique 11

12 Le processus de retraitement DM Blocs opératoires Ancillaires unités de soins Sous traitance DM consultations Lavage Réception / tri SMQ Recomposition Stérilisation DM Stériles 12

13 Principe des chaos 9h50 : sorties de salles 10h20 : saturation des équipements

14 Le POP : un levier de production Connaitre les besoins des utilisateurs : Hiérarchiser la production Maîtriser l approvisionnement Prévenir les dysfonctionnements Rationnaliser les moyens : redistribuer sur 3 blocs opératoires suivi des demandes «urgentes» réorganisation du programme des vacations opératoires objectivation des investissements matériel 14

15 Le circuit de la fiche POP Programmation de l acte Validation programme Edition fiche POP Commande de DMR Inventaire des besoins matériels Transmission fiche POP

16 Hiérarchisation de la production Inventaire des besoins Bilan des disponibilités Transmission des besoins Transmission des besoins 16

17 La préparation du POP Personnel dédié en stérilisation Localisation des produits : codifiée 17

18 Libération des POP complets 18

19 Les POP incomplets Procédure de quarantaine stockage provisoire à proximité de l arsenal matériel manquant identifié Contrôles par l IDE en stérilisation vérification tous les matins des chariots vérification de la prise en compte des manquants 19

20 Le POP d urgence Disponibilité permanente : Reconversion cholécystectomie coelio Laparotomie simple et abdomen aigu Urgences ophtalmologiques Curetage aspiration - GEU Vérification quotidienne (contrôles enregistrés) 20

21 Avantages pour le bloc opératoire Libère du temps infirmier Réduit les tensions consécutives à la recherche et l indisponibilité du matériel Favorise la polyvalence des opérateurs Simplifie l intégration des intérimaires Confort d un prêt à l emploi 21

22 Intérêts pour l équipe de stérilisation Travail collaboratif Savoir communiquer efficacement Partager des responsabilités Respecter une organisation Résultats concrets, mesurables Reconnaissance de l équipe par BO Gestion de l arsenal Contact avec les chirurgiens et Ibode Renforcement liens pharmacie-stérilisation fonctionnel relationnel 22

23 Les autres activités de l USC Gestion du drapage opératoire et des sets de soins : Demandes utilisateurs gérés au plus proche Essais de drapage suivis et coordonnés in situ Gestion de l instrumentation chirurgicale : Achat et maintenance (réduction des délais de mise à disposition) Suivi des disponibilités Programmation opératoire adaptée aux moyens 23

24 Le concept est-il transposable? 1 ère étape : disponibilité du programme opératoire: Acquis ou non acquis? 2 ème étape : définition du besoin opératoire / intervention Acquis ou non acquis? 3 ème étape : approvisionnement en chariot opératoire Selon relations géographique des unités 24

25 Conclusions et perspectives POP : outil d anticipation de la production Réduit l inattendu Favorise la coordination des équipes Valorise les collaborateurs de stérilisation Limite les conflits humains et améliore conditions de travail et demain?

26 Remerciements à toute l équipe de l USC de Chambéry

27 Merci pour votre attention 35 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Marseille 9 & 10 avril 2013

Optimisation du circuit des dispositifs médicaux au. C.H.R.U 10, 11 et 12 octobre 2006 Nelly Viratelle

Optimisation du circuit des dispositifs médicaux au. C.H.R.U 10, 11 et 12 octobre 2006 Nelly Viratelle Optimisation du circuit des dispositifs médicaux au CHRUdeTours C.H.R.U 10, 11 et 12 octobre 2006 Nelly Viratelle CHRUTours C.H.R.U PUI Service transversal de stérilisation (3 sites) PUI Hôpital pédiatrique

Plus en détail

GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE

GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE Odile NUIRY, Pharmacien, CHU de SAINT-ETIENNE CONTEXTE Projet de modernisation du CHU En 2009

Plus en détail

GPAO bloc opératoire Retour d expérience : CHPL

GPAO bloc opératoire Retour d expérience : CHPL 1/ 35 GPAO bloc opératoire Francis REYMONDON freymondon@chpl.fr http://www.chpl.fr Présentation : Francis REYMONDON 2/ 35 Formation : Ingénieur INSA spécialité Génie Industriel Fonction CHPL : Responsable

Plus en détail

Reconfiguration du circuit d approvisionnement pharmacie / bloc opératoire dans un hôpital de proximité

Reconfiguration du circuit d approvisionnement pharmacie / bloc opératoire dans un hôpital de proximité Reconfiguration du circuit d approvisionnement pharmacie / bloc opératoire dans un hôpital de proximité PLAN 1. Introduction: la reconstruction du bloc opératoire 2. Matériel et méthodes: la réflexion

Plus en détail

Processus d approvisionnement du matériel aux salles d opération. Processus d approvisionnement du matériel au bloc opératoire et à la stérilisation

Processus d approvisionnement du matériel aux salles d opération. Processus d approvisionnement du matériel au bloc opératoire et à la stérilisation Présentation des Processus d approvisionnement du matériel aux salles d opération (consommation du matériel) Processus d approvisionnement du matériel au bloc opératoire et à la stérilisation (regarnissage

Plus en détail

Optimiser la gestion de l usage unique au Bloc Opératoire

Optimiser la gestion de l usage unique au Bloc Opératoire Optimiser la gestion de l usage unique au Bloc Opératoire Réduction des déchets avec les trousses composites 8 ème journée d Automne de l AHP Septembre 2012 Présentation de l établissement Nouveau site

Plus en détail

Marquage et traçabilité de

Marquage et traçabilité de Marquage et traçabilité de l instrumentation t ti chirurgicale C. LAMBERT Centre Hospitalier de Chambéry - France 5 èmes JNSS 3 et 4 juin 2009 - Regensdorf La traçabilité à quelles fins? Sécurité sanitaire

Plus en détail

P.AURIERES RDP A.PIFFAUT PG MJ.NEUSEL CRH

P.AURIERES RDP A.PIFFAUT PG MJ.NEUSEL CRH P.AURIERES RDP A.PIFFAUT PG MJ.NEUSEL CRH HISTORIQUE DU PASSAGE EN STERILISATION CENTRALE EXTERNALISEE *Relevé par l ARS de non-conformités des différentes stérilisations dijonnaises (2005) *Création du

Plus en détail

Le nouvel exercice des infirmiers de bloc opératoire. Aline DEQUIDT Présidente AEEIBO Brigitte LUDWIG Présidente UNAIBODE

Le nouvel exercice des infirmiers de bloc opératoire. Aline DEQUIDT Présidente AEEIBO Brigitte LUDWIG Présidente UNAIBODE Le nouvel exercice des infirmiers de bloc opératoire Aline DEQUIDT Présidente AEEIBO Brigitte LUDWIG Présidente UNAIBODE 3 A.Dequidt B Ludwig Cadre règlementaire d exercice Ibode Code de la santé publique,

Plus en détail

Adaptation à l emploi des IDE au bloc opératoire

Adaptation à l emploi des IDE au bloc opératoire Ecole d infirmiers de bloc opératoire Adaptation à l emploi des IDE au bloc opératoire Objectifs de la formation : Formation professionnelle continue sur 5 jours 14-15 septembre 2015 21-22 septembre 2015

Plus en détail

GRILLE D AUTO EVALUATION DES SOINS LES PLUS FREQUENT AU BLOC OPERATOIRE

GRILLE D AUTO EVALUATION DES SOINS LES PLUS FREQUENT AU BLOC OPERATOIRE Noms= Date= GRILLE D AUTO EVALUATION DES SOINS LES PLUS FREQUENT AU BLOC OPERATOIRE SOINS Niveau de maîtrise Connaissances en hygiène Savoir s habiller en tenue de bloc Savoir se laver les mains hygiéniquement

Plus en détail

LES DIFFERENTS SYSTEMES DE MARQUAGE DES INSTRUMENTS. Atelier n 2

LES DIFFERENTS SYSTEMES DE MARQUAGE DES INSTRUMENTS. Atelier n 2 LES DIFFERENTS SYSTEMES DE MARQUAGE DES INSTRUMENTS Atelier n 2 UNITES DE SOINS MCJ PRE-DESINFECTION Transport UTILISATION Dossier médical informatisé du patient Logiciel de traçabilité du processus de

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des outre-mer ARRÊTÉ

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des outre-mer ARRÊTÉ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des outre-mer ARRÊTÉ Relatif aux modalités d organisation de la validation des acquis de l expérience pour l obtention du diplôme

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail

Retour d expérience de la traçabilité à l instrument à la stérilisation du Centre Hospitalier d Alès

Retour d expérience de la traçabilité à l instrument à la stérilisation du Centre Hospitalier d Alès Retour d expérience de la traçabilité à l instrument à la stérilisation du Centre Hospitalier d Alès Mme Jacob Corazza Valérie 13 Septembre 2014 Praticien Hospitalier Centre Hospitalier d Alès LOCALISATION

Plus en détail

DES DMS Exemple du CHU de Nîmes

DES DMS Exemple du CHU de Nîmes PLATEFORME LOGISTIQUE ET CIRCUIT DES DMS Exemple du CHU de Nîmes L ensemble des illustrations a été supprimé en raison de la taille du fichier incompatible avec la diffusion sur le site euro-pharmat.com.

Plus en détail

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification.

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification. 2èmes Journées Internationales Francophone de Stérilisation 12 et 13 Septembre 2014 Marrakech - Maroc Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans

Plus en détail

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur 1 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon 04 avril 2012 Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur Valérie PAGES Marie-Pierre FIZE Cadre Préparatrice Stérilisation CHU TOULOUSE

Plus en détail

Entreposage et distribution. Des idées Des ressources de

Entreposage et distribution. Des idées Des ressources de Entreposage et distribution Des idées Des ressources de Solution de stockage et de distribution Conçu pour les établissements de santé, ISO-iD est un système complet d entreposage modulaire et évolutif

Plus en détail

Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale. Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA

Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale. Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA PLAN Introduction Réglementation Circuit du personnel Procédure de Formation Accueil

Plus en détail

EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES : APPLICATION DE L ANALYSE MODULAIRE DE SYSTÈME À L ANALYSE DE PROCESSUS

EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES : APPLICATION DE L ANALYSE MODULAIRE DE SYSTÈME À L ANALYSE DE PROCESSUS EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES : APPLICATION DE L ANALYSE MODULAIRE DE SYSTÈME À L ANALYSE DE PROCESSUS Fonctionnement de la stérilisation en interface avec le Bloc Opératoire au CH de Mende

Plus en détail

Le circuit des dispositifs médicaux

Le circuit des dispositifs médicaux Le circuit des dispositifs médicaux Dr Olivier BOUX GCS EMOSIST Franche-Comté 14 jan 2010 7ème formation MOA L univers du DM Les acteurs Les fonctions Les domaines Les applis médecin ( chir) cadre ( de

Plus en détail

PUI Stérilisation Centre Hospitalier du Pays d Aix CH Intercommunal Aix Pertuis

PUI Stérilisation Centre Hospitalier du Pays d Aix CH Intercommunal Aix Pertuis K. BOREL Pharmacien Praticien hospitalier C. GOUGUET Assistant spécialiste PUI Stérilisation Centre Hospitalier du Pays d Aix CH Intercommunal Aix Pertuis 1. L interfaçage de la stérilisation avec les

Plus en détail

GESTION DES MORPHINIQUES AU BLOC OPERATOIRE

GESTION DES MORPHINIQUES AU BLOC OPERATOIRE GESTION DES MORPHINIQUES AU BLOC OPERATOIRE EXEMPLE D UNE EPP EN ANESTHESIE SUR GABRIEL MONTPIED Sandrine BAGEL Cathy PAULET PRESENTATION DU SECTEUR 16 salles pour 6 spécialités au 3 ème étage Un secteur

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE STÉRILISATION

CHIRURGIE AMBULATOIRE STÉRILISATION CHIRURGIE AMBULATOIRE ET STÉRILISATION Professeur Claude CLÉMENT Journées Nationales de stérilisation Reims 10 avril 2014 Initialement Une seule UCA de 24 places dans 12 lits 4 salles d opération dédiées

Plus en détail

EPO, enfin un circuit sécurisé

EPO, enfin un circuit sécurisé PROTOCOLES DE QUALITE EPO, enfin un circuit sécurisé S. FLANGAKIS-BARBE - Pharmacie Médicaments - CHU - 31 - TOULOUSE Ce travail collectif, réalisé au CHU de Toulouse, trouve son origine dans une réflexion

Plus en détail

Evolution de l exercice du métier IBODE. Avril 2015

Evolution de l exercice du métier IBODE. Avril 2015 Evolution de l exercice du métier IBODE Avril 2015 L évolution du métier Ibode Décret n 2015-74 du 27 janvier 2015 relatif aux actes infirmiers relevant de la compétence exclusive des infirmiers de bloc

Plus en détail

Identification et analyse des ruptures de flux en pratique

Identification et analyse des ruptures de flux en pratique Identification et analyse des ruptures de flux en pratique Benjamin GAREL Directeur Qualité CHU GRENOBLE Catherine GUIMIER Pharmacien praticien hospitalier CHU GRENOBLE Contexte Ouverture NSC en 2007 Activité

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

EXERCICE INFIRMIER SELON LE DÉCRET N 2002-194 DU 11 FEVRIER 2002 RELATIF AUX ACTES PROFESSIONNELS ET A L EXERCICE DE LA PROFESSION D INFIRMIER

EXERCICE INFIRMIER SELON LE DÉCRET N 2002-194 DU 11 FEVRIER 2002 RELATIF AUX ACTES PROFESSIONNELS ET A L EXERCICE DE LA PROFESSION D INFIRMIER EXERCICE INFIRMIER SELON LE DÉCRET N 2002-194 DU 11 FEVRIER 2002 RELATIF AUX ACTES PROFESSIONNELS ET A L EXERCICE DE LA PROFESSION D INFIRMIER DSCSI- SY/GL/MB 1 I INTRODUCTION I 1 HISTOIRE Loi de 1978,

Plus en détail

PREVENTION DES LOMBALGIES AU BLOC OPERATOIRE

PREVENTION DES LOMBALGIES AU BLOC OPERATOIRE - I - les Facteurs de Risque des Lombalgies en bloc opératoire PREVENTION DES LOMBALGIES AU BLOC OPERATOIRE Dr. D. Tripodi, MD, PhD, Service de Santé au Travail, CHU de Nantes et Laboratoire d Ergonomie

Plus en détail

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins Support d évaluation intermédiaire en stage EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins NOM DE L ETUDIANT : PRENOM : I.F.S.I. : LIEU DE STAGE : TYPE DE STAGE

Plus en détail

Prêt et dépôt de dispositifs médicaux

Prêt et dépôt de dispositifs médicaux Prêt et dépôt de dispositifs médicaux En pratique, quelles situations? (1/3) Dispositifs médicaux Réutilisables Ancillaires Équipements Usage unique Implantable Prêt Dépôt Date - 2 En pratique, quelles

Plus en détail

Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou

Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou www.meah.sante.gouv.fr Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou KA Dinh-Van, N Tisserand, C Lemée, F Michel, F Alvarez, D

Plus en détail

1 er décembre 2015. www.omedit-paysdelaloire.fr @OmeditPdl

1 er décembre 2015. www.omedit-paysdelaloire.fr @OmeditPdl 1 er décembre 2015 www.omedit-paysdelaloire.fr @OmeditPdl Présentation de l OMEDIT Présentation des résultats de l enquête nationale versus résultats régionaux Retour d expérience Proposition d un plan

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE

L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE L'augmentation de la demande de sécurisation des clients du secteur médical conduit l UGAP, la centrale d

Plus en détail

Quel rôle pour l infirmière à domicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire? UDCF le 11 octobre 2014

Quel rôle pour l infirmière à domicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire? UDCF le 11 octobre 2014 Quel rôle pour l infirmière à domicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire? UDCF le 11 octobre 2014 Florence Ambrosino Infirmière de pratique avancée en coordination de

Plus en détail

Usage de l emballage médical en milieu hospitalier Octobre 2016-Lyon. Dr Christophe LAMBERT, CH Métropole Savoie, Chambéry

Usage de l emballage médical en milieu hospitalier Octobre 2016-Lyon. Dr Christophe LAMBERT, CH Métropole Savoie, Chambéry Usage de l emballage médical en milieu hospitalier Octobre 2016-Lyon Dr Christophe LAMBERT, CH Métropole Savoie, Chambéry Sommaire Les dispositifs médicaux utilisés au Bloc opératoire Les emballages pour

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

Rapport de la visite à Homel 20-24 juillet 2010

Rapport de la visite à Homel 20-24 juillet 2010 Rapport de la visite à Homel 20-24 juillet 2010 Autoclave 1. Situation Inutilisé depuis le 17/07/2010. La responsable de l unité a constaté une fuite liée à un joint défectueux et a fait arrêter l autoclave.

Plus en détail

JE SUIS SPÉCIALISÉ(E) INFIRMIER(ÈRE) Elections CTE/CAP

JE SUIS SPÉCIALISÉ(E) INFIRMIER(ÈRE) Elections CTE/CAP JE SUIS INFIRMIER(ÈRE) SPÉCIALISÉ(E) Elections CTE/CAP le 4 Décembre 2014 Lettre aux Infirmiers(ères) Spécialisés(ées) Les professions infirmières ont engagé depuis plusieurs années, au travers la réingénierie

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

Les dispositifs d ostéosynthèse peuventils être livrés stériles? Point de vue de l'industriel

Les dispositifs d ostéosynthèse peuventils être livrés stériles? Point de vue de l'industriel Congrès de de stérilisation, Lille, Avril 2010 Les dispositifs d ostéosynthèse peuventils être livrés stériles? Point de vue de l'industriel Claire Jégou, Responsable Affaires Réglementaires Medtronic

Plus en détail

Activités. Etudes de projets ; Assistance technique, Expertise et Consulting ; Réalisation et installation de systèmes à technologie avancée.

Activités. Etudes de projets ; Assistance technique, Expertise et Consulting ; Réalisation et installation de systèmes à technologie avancée. S@TICOM Société Algérienne des Technologies de l Information et de la Communication FILIALE DU CDTA Activités Etudes de projets ; Assistance technique, Expertise et Consulting ; Développement ; Réalisation

Plus en détail

Salle de déchocage : la check-list du matériel

Salle de déchocage : la check-list du matériel SEBA CORINNE Cadre de Santé SAU CONCEPTION MARSEILLE Salle de déchocage : la check-list du matériel Les urgences vitales ne constituent qu une minorité des cas de prise en charge dans un service d urgence,

Plus en détail

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011 Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

Marquage CE. Kit de formation à la matériovigilance : marquage CE

Marquage CE. Kit de formation à la matériovigilance : marquage CE Kit de formation à la matériovigilance : marquage CE Sommaire Sommaire! Théorie " Qu est-ce qu un dispositif médical? " Qu est-ce que le marquage CE d un DM? " Classification des DM " Procédures d évaluation

Plus en détail

STERILISATION CENTRALE DU CHU DE ROUEN

STERILISATION CENTRALE DU CHU DE ROUEN CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 SOMMAIRE 1. PRESENTATION A. Le cadre de santé B. Le CHU de Rouen C. La stérilisation Centrale du CHU 2. HISTORIQUE A. Pourquoi l acquisition du AMSCO V PRO 1 Plus B. Qu

Plus en détail

35 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation MARSEILLE 2013

35 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation MARSEILLE 2013 35 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation MARSEILLE 2013 S. MARGUERITE Pharmacien Unité de Stérilisation Hôpital René Dubos PONTOISE D. GAUDELET Cadre Supérieur de Santé IBODE, Pôle prestataires

Plus en détail

La Stérilisation en Belgique

La Stérilisation en Belgique La Stérilisation en Belgique Ch. Faber Pharmacien Hospitalier Cliniques Universitaires Saint-Luc Bruxelles CEFH Lille 2010 Hôpitaux Hôpitaux généraux 116 en Belgique francophone 100 en Belgique néerlandophone

Plus en détail

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail

Gestion des risques a priori sur le circuit du médicament

Gestion des risques a priori sur le circuit du médicament Gestion des risques a priori sur le circuit du médicament Expérience de la Clinique du Parc de Charleville-Mézières Hélène Vanoverberghe Pharmacien Responsable Assurance Qualité Contexte institutionnel

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

Aesculap Service Systems Instacount

Aesculap Service Systems Instacount Aesculap Service Systems Instacount 1 er choix pour la gestion de l instrumentation Nos solutions Votre succès NOTRE LOGICIEL INSTACOUNT Parc d instruments L instrumentation chirurgicale, les optiques,

Plus en détail

Centre Hospitalier Universitaire Mohammed VI Marrakech. Dr BELKADI Chef de la Division des Affaires Professionnelles

Centre Hospitalier Universitaire Mohammed VI Marrakech. Dr BELKADI Chef de la Division des Affaires Professionnelles Centre Hospitalier Universitaire Mohammed VI Marrakech Dr BELKADI Chef de la Division des Affaires Professionnelles Société Marocaine de Stérilisation - «Stérilisation Centrale Offre de soins du CHU Mohammed

Plus en détail

Comparer les indicateurs en stérilisation: un monde imaginaire?

Comparer les indicateurs en stérilisation: un monde imaginaire? Comparer les indicateurs en stérilisation: un monde imaginaire? La vérité est dans l imaginaire Eugène Ionesco 1 Points abordés Imaginer ce dont les indicateurs peuvent témoigner Superposer l imaginaire

Plus en détail

LE POINT SUR LES DOSSIERS IBODE. Journées ALIBODE 2014

LE POINT SUR LES DOSSIERS IBODE. Journées ALIBODE 2014 LE POINT SUR LES DOSSIERS IBODE Brigitte LUDWIG Présidente UNAIBODE Journées ALIBODE 2014 Le point sur les dossiers IBODE o A ce jour : 4 dossiers sont en cours 1. Suppression des 2 années d expérience

Plus en détail

Référentiel d activités

Référentiel d activités Référentiel d activités Activités 1 - Délivrance de médicaments et de dispositifs médicaux. 2 - Réalisation des opérations d'approvisionnement et de gestion au sein de la pharmacie à usage intérieur et

Plus en détail

RESPONSABLE LOGISTIQUE Du 16 mars 2012 au 14 mars 2014 (prévision)

RESPONSABLE LOGISTIQUE Du 16 mars 2012 au 14 mars 2014 (prévision) RESPONSABLE LOGISTIQUE Du 16 mars 2012 au 14 mars 2014 (prévision) 950 HEURES EN CENTRE Titre certifié de niveau II (BAC + 4) enregistré au RNCP : Journal Officiel du 24 août 2006 - Code NSF 311 P PARTICIPANT(E)S

Plus en détail

Alibode 2014 Céline KLINKEBERG

Alibode 2014 Céline KLINKEBERG Alibode 2014 Céline KLINKEBERG QUELLE DIFFÉRENCE? Appelé aussi visiteur médical «Dans la salle d attente du médecin, on le repère facilement : en costume ou tailleur et équipé d une mallette, il tente

Plus en détail

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE Sandrine LEPETIT, IBODE, bloc opératoire ambulatoire ORL-OPH CHU CLERMONT FERRAND La chirurgie ambulatoire Modalités d existence et d application,

Plus en détail

1. FICHES DES POSTES OPERATIONNELS. 1. Chauffeur

1. FICHES DES POSTES OPERATIONNELS. 1. Chauffeur Fiches de poste Ces fiches présentent pour chacun des postes : la mission, la disponibilité nécessaire et les aptitudes ou s. - Elles sont divisées en deux catégories, les postes «opérationnels» et les

Plus en détail

ÉVOLUTIONS DU METIER ET DE LA FORMATION

ÉVOLUTIONS DU METIER ET DE LA FORMATION ÉVOLUTIONS DU METIER ET DE LA FORMATION D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE AEEIBO -UNAIBODE AEEIBO Ecole d Infirmiers de bloc opératoire 351 rue Ambroise Paré 59120 LOOS Aline DEQUIDT-MARTINEZ, Présidente

Plus en détail

Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable. Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT

Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable. Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT Principes de fonctionnement Patient équipé au moyen: - d un stimulateur

Plus en détail

Compte rendu de l audit de la d implantologie d Obuda

Compte rendu de l audit de la d implantologie d Obuda Compte rendu de l audit de la d implantologie d Obuda Audit réalisé le 3 mars 2012 Dernier contrôle effectué sur place le 20 Avril 2012 La clinique d implantologie d Obuda répondant parfaitement à nos

Plus en détail

LE PROGRAMME 2015 EMMANUEL DE THOMASSON

LE PROGRAMME 2015 EMMANUEL DE THOMASSON LE PROGRAMME 2015 EMMANUEL DE THOMASSON A quoi sert le programme 2015 2 A valider votre bilan (annuel ou d accréditation) 2015 Participe éventuellement à votre DPC 2015 Le programme 2015 3 Activités obligatoires:

Plus en détail

Process complexe Coûts élevés

Process complexe Coûts élevés Avec un kit standard Non stérile Mobilisation des équipes Contraintes Traçabilité complexe externalisée Délais fournisseur Process complexe Coûts élevés 1 Réception 2 Stockage 3 Déballage 4 Inventaire

Plus en détail

PROCEDURE DE RECUPERATION EN CAS DE PRESENCE D HUMIDITE A L INTERIEUR D EMBALLAGES DE STERILISATION

PROCEDURE DE RECUPERATION EN CAS DE PRESENCE D HUMIDITE A L INTERIEUR D EMBALLAGES DE STERILISATION PROCEDURE DE RECUPERATION EN CAS DE PRESENCE D HUMIDITE A L INTERIEUR D EMBALLAGES DE STERILISATION Une «procédure de récupération» est une solution de secours proposée par une société savante pour répondre

Plus en détail

Une vision novatrice en soins infirmiers : saisir les opportunités. Par Céline E. Gervais et Johanne Lapré

Une vision novatrice en soins infirmiers : saisir les opportunités. Par Céline E. Gervais et Johanne Lapré Une vision novatrice en soins infirmiers : saisir les opportunités Par Céline E. Gervais et Johanne Lapré Plan de présentation Objectifs d apprentissage Opportunités d agir Leviers Gouverne Trajectoire

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ SANTÉ Professions de santé Arrêté du 24 février 2014 relatif aux modalités d organisation de la validation des acquis de l expérience pour l obtention du

Plus en détail

Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional

Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional Marion Alpy Jean-Marie Kinowski Journée OMEDIT 3 avril 2014 Contexte La prise en charge du traitement personnel du patient peut

Plus en détail

19 /0 9 /20 16 Pag e 1 / 6.

19 /0 9 /20 16 Pag e 1 / 6. 19 /0 9 /20 16 Pag e 1 / 6 BLOC OPÉRAT OIRE Partag er les s olutions org anis ationnelles pour la performance des blocs opératoires http://bloc-operatoire.anap.fr/publication/1480-optimiser-les-interfaces-avec-la-pharmacie

Plus en détail

DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur

DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur INTRODUCTION L activité de radiologie interventionnelle a pris aujourd hui une place essentielle au sein des services d imagerie. Les patients sont

Plus en détail

Solutions de gestion du sang et de transfusion au chevet du patient

Solutions de gestion du sang et de transfusion au chevet du patient Solutions de gestion du sang et de transfusion au chevet du patient Améliorer la sécurité des patients. Maintenir la traçabilité. Réduire les déchets sanguins. Solutions de gestion du sang et de transfusion

Plus en détail

Ablation de sutures. Module soins infirmiers

Ablation de sutures. Module soins infirmiers Ablation de sutures Module soins infirmiers Equipe enseignante de l IFSI du Centre Hospitalier de ROUBAIX Diaporama réalisé par : Stéphane Dubus, Formateur I. Définition Il s agit d ôter les sutures cutanées

Plus en détail

Nouvelle législation implants et D.M. Conséquences pour le patient et l hôpital. Dominique Wouters AFISO 23.04.2010

Nouvelle législation implants et D.M. Conséquences pour le patient et l hôpital. Dominique Wouters AFISO 23.04.2010 Nouvelle législation implants et D.M. Conséquences pour le patient et l hôpital Dominique Wouters AFISO 23.04.2010 1 Législation pharmaceutique Définition du Médicament à l hôpital AR du 4 mars 1991 fixant

Plus en détail

LES CIRCUITS AU BLOC OPERATOIRE

LES CIRCUITS AU BLOC OPERATOIRE LES CIRCUITS AU BLOC OPERATOIRE Atelier-action du Resclin «Gestion du risque infectieux associé à une intervention chirurgicale» 4ème Trimestre Prévention du risque infectieux Priorité Préoccupation constante

Plus en détail

Prise en charge à domicile de l analgésie loco régionale

Prise en charge à domicile de l analgésie loco régionale L esprit de service Paris XII Cahier des charges Prise en charge à domicile de l analgésie loco régionale surveillance et ablation d un cathéter péri nerveux Matériel employé: la pompe PCA ambit TM du

Plus en détail

Journée A.P.H.R.O.C. La traçabilité des Dispositifs Médicaux. 7 octobre 2008

Journée A.P.H.R.O.C. La traçabilité des Dispositifs Médicaux. 7 octobre 2008 Journée A.P.H.R.O.C. La traçabilité des Dispositifs Médicaux 7 octobre 2008 Contexte Traçabilité fabricant / fournisseur Matériovigilance : loi du 4 mars 2002 Directive européenne transposée en droit français

Plus en détail

Recherche d un logiciel de préparation magistrale non stérile. Catherine Lenoir en collaboration avec Marie-Astrid Cochet

Recherche d un logiciel de préparation magistrale non stérile. Catherine Lenoir en collaboration avec Marie-Astrid Cochet Recherche d un logiciel de préparation magistrale non stérile Catherine Lenoir en collaboration avec Marie-Astrid Cochet AFPHB Meux, 25 novembre 2010 Plan de l exposé Introduction Intérêt d un programme

Plus en détail

Plan. A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI

Plan. A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI Plan A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI Retour sur le processus, les acteurs, les messages, les informations, le SIH Analyse des causes déterminantes du circuit: focus sur les échanges d

Plus en détail

Contrôle de performance des conteneurs : intérêt du test à l eau

Contrôle de performance des conteneurs : intérêt du test à l eau Contrôle de performance des conteneurs : intérêt du test à l eau Christophe LAMBERT, Pharmacien Unité de stérilisation Centralisée du CH de Chambéry France 1 Sommaire Définitions et terminologie Règlements

Plus en détail

Prise en charge des demandes d examens signalées comme urgentes

Prise en charge des demandes d examens signalées comme urgentes Prise en charge des demandes d examens signalées comme urgentes Mots clés : examen urgent CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE POINTE A PITRE ABYMES Réf. Interne : PCD/PBIO/0070/01/2012 Réf.HAS :5.c ; 21.b

Plus en détail

Communauté de Communes du Pays de Livarot

Communauté de Communes du Pays de Livarot Rue des Frères Lumière 14120 MONDEVILLE 02 31 35 64 35 02 31 35 64 36 Email : contact@inea-be.com Communauté de Communes du Pays de Livarot Aménagement de l ancienne usine Leroy en un Pôle de Santé Libéral

Plus en détail

Organisation des séquences de soins. gilles manquat f bloc 07

Organisation des séquences de soins. gilles manquat f bloc 07 Organisation des séquences de soins 1 Contexte organisationnel (1) Multiples taches à accomplir Par des catégories professionnelles différentes Niveaux de risque différents Définir les taches à réaliser

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MEDICAUX. Véronique Belmas

LES DISPOSITIFS MEDICAUX. Véronique Belmas LES DISPOSITIFS MEDICAUX Véronique Belmas Plan du cours Qu est-ce qu un dispositif médical (DM)? Définition Les différentes classes Les produits frontières et les produits combinés Caractéristiques (UU/Réutilisables)

Plus en détail

UNE RÉFÉRENCE INTERNATIONALE POUR L INDUSTRIE MÉDICALE. Orthopédie Rachis Trauma Extrémités Cranomaxillofacial Dentaire Instruments Implants

UNE RÉFÉRENCE INTERNATIONALE POUR L INDUSTRIE MÉDICALE. Orthopédie Rachis Trauma Extrémités Cranomaxillofacial Dentaire Instruments Implants UNE RÉFÉRENCE INTERNATIONALE POUR L INDUSTRIE MÉDICALE Orthopédie Rachis Trauma Extrémités Cranomaxillofacial Dentaire Instruments Implants DE LA MATIÈRE PREMIÈRE AUX COMPOSANTS STÉRILES LISI MEDICAL propose

Plus en détail

Présentation ARM Référent SAMU - Centre 15 des Hauts de Seine.

Présentation ARM Référent SAMU - Centre 15 des Hauts de Seine. Présentation ARM Référent SAMU - Centre 15 des Hauts de Seine. Congrès UNARM RENNES 16 MAI 2014 1 Présentation du SAMU 92 Le Centre de Réception et de Régulation des Appels (CRRA) se situe au sein de l

Plus en détail

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon le 4 avril 2012 Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité Dominique COMBEAU, Pharmacien Hospitalier,

Plus en détail

Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: la création d un salon de sortie au Centre Hospitalier de MARTIGUES N.

Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: la création d un salon de sortie au Centre Hospitalier de MARTIGUES N. Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: au Centre Hospitalier de MARTIGUES N.BOURBON N.ESTIENNE S.LUIGI M.ROBIN Le contexte au Centre Hospitalier de Martigues: Augmentation continue

Plus en détail

Congrès OIIQ 2012. La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers

Congrès OIIQ 2012. La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers CSSS Laval Présentation modélisation et simulation, cliniques externes Congrès OIIQ 2012 La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers Le cas du bloc d endoscopie du CSSS du

Plus en détail

LIVRET : «Accueil et Ressources» des terrains de stages de l Hôpital Nord-Ouest Villefranche

LIVRET : «Accueil et Ressources» des terrains de stages de l Hôpital Nord-Ouest Villefranche FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : UNITE AMBULATOIRE MEDICO-CHIRURGICALE Pôle : 1- CHIRURGIES ET COOPERATION Etablissement : L Hôpital

Plus en détail

in ARMENGAUD M. Réflexion historique sur les Infections Nosocomiales Bull. Soc. Fr. Microbiol 2003 ; 18 : 34-38

in ARMENGAUD M. Réflexion historique sur les Infections Nosocomiales Bull. Soc. Fr. Microbiol 2003 ; 18 : 34-38 Un hôpital doit être construit par un architecte compétent Son personnel a de bonnes manières et se distingue par sa propreté corporelle et vestimentaire. Traité de médecine Indienne 4 è siècle avant J-C

Plus en détail

ETUDE DE MICRO COSTING : CHOLÉCYSTECTOMIE PAR CŒLIOSCOPIE

ETUDE DE MICRO COSTING : CHOLÉCYSTECTOMIE PAR CŒLIOSCOPIE ETUDE DE MICRO COSTING : CHOLÉCYSTECTOMIE PAR CŒLIOSCOPIE Tiphaine Richard Interne en pharmacie Sandra Wisniewski Pharmacien Service Pharmacie - Stérilisation Hôpitaux Universitaires de Strasbourg JOURNÉES

Plus en détail

L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard.

L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard. L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard. L informatique et la tête de veau HISTORIQUE : ILChir Janvier 1987 : début du

Plus en détail

Politique d Approvisionnement et Distribution des Médicaments aux districts sanitaires dans le secteur public

Politique d Approvisionnement et Distribution des Médicaments aux districts sanitaires dans le secteur public Politique d Approvisionnement et Distribution des Médicaments aux districts sanitaires dans le secteur public Présenté par Dr AKE Awoh Pierre Pharmacien Gestionnaire des Grands Comptes Régionaux Zone Commerciale

Plus en détail

Audit de pratiques professionnelles. La ponction du liquide amniotique

Audit de pratiques professionnelles. La ponction du liquide amniotique Audit de pratiques professionnelles La ponction du liquide amniotique Journée réseau MATER 17 novembre 2011 C. Chapuis/P.Battagliotti/ ESPRI/ HCL PLA : quels sont les risques? Risque de fausse couche :

Plus en détail

La bientraitance au bloc opératoire. BORGHESI Aurélie - IBODE Maternité Régionale Universitaire de Nancy

La bientraitance au bloc opératoire. BORGHESI Aurélie - IBODE Maternité Régionale Universitaire de Nancy La bientraitance au bloc opératoire BORGHESI Aurélie - IBODE Maternité Régionale Universitaire de Nancy QU EST-CE QUE LA BIENTRAITANCE? Notion positive, n est pas seulement le contraire de maltraitance

Plus en détail

Optimisation des processus d urgence dans une approche

Optimisation des processus d urgence dans une approche Optimisation des processus d urgence dans une approche Lean Healthcare Johanne Lafontaine Chef services d urgence et cliniques externes spécialisées Dre Valérie Garneau Chef de l urgence et présidente

Plus en détail