Recherche qualitative : L usage des technologies de communication sur internet

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recherche qualitative : L usage des technologies de communication sur internet"

Transcription

1 Recherche qualitative : L usage des technologies de communication sur internet Rolf Wipfli Juin Introduction Méthodologies de Recherche en Technologies Éducatives TECFA Université de Genève Le nombre des outils de communication que nous avons à disposition aujourd hui est immense et ils sont en train d augmenter. Dans notre vie quotidienne nous avons le choix entre une douzaine des outils, que nous utilisons selon notre choix personnel ou selon les règles du contexte. Pour nous rappeler comment les possibilités et nos habitudes de communication ont changé, il faut voir le développement des outils de communication dans l histoire. Nous pouvons constater qu après l invention de l écriture et avec l usage des lettres nous avons vu l arrivée des nouveaux outils pas avant l invention du télégraphe par Samuel Morse en Dès cette date nous avons vu le téléphone, le fax, le télex, le téléphone portable et ensuite avec la propagation de l internet nous avons tous vu l arrivée de l , le chat, les forums, l instant messaging, la téléphonie par internet, la conférence de vidéo, les blogs, etc. Comme nous avons un grand nombre des outils de communication à notre disposition, l utilisateur d aujourd hui doit faire un choix entre eux. Effectivement, nous pouvons observer que les personnes autour de nous utilisent ces outils différemment. Pour le même message et dans le même contexte, disons qu on veut dire à l autre personne qu on n arrive pas à respecter le rendez-vous le weekend, les personnes utilisent soit SMS, soit le téléphone, l ou ils mettent même un petit note dans la boite aux lettres s il n habite pas loin. Certes, il y a sans doute déjà des recherches sociologiques et ethnologiques qui ont analysé l usage des outils de communication dans notre société (voir Broadbent, 2004 à ce sujet). Lorsque je suis nouveau à ce thème, il me semble intéressant de trouver les facteurs qui sont à la base de l utilisation des outils de communication. Une analyse qualitative me permet de trouver un grand nombre des informations sans identifier toutes les variables auparavant, comme il est requis par une recherche quantitative. 1

2 Comme j attends que les facteurs impliqués sont très nombreux et que ma recherche risque à être inabordable à cause de la complexité du sujet, j aimerais limiter le terrain de ma recherche. Je veux mettre le focus sur l utilisation des outils de communication sur internet et seulement sur les outils, qui sont utilisés dans la vie privée. Ce dernier point me permettra de voir les influences qui viennent de l utilisation de tels outils au travail et à l école. Le but de mon projet est de trouver une réponse aux questions suivantes : identifier les facteurs qui sont à la base de l utilisation des différents moyens de communication sur internet identifier comment cette utilisation est influencée par d autres domaines de la vie 2. Méthode Après l identification du terrain et la dénomination de mes questions de recherche, j ai fixé les dimensions qui me semblaient d êtres à la base pour répondre à ma question. Le but de ces dimensions était de recouvrir une grande partie de la problématique et de les structurer en même temps. La catégorisation par dimension permet de condenser la grande quantité d information sans perdre les informations, voir les énoncés importants. Nous avons fixé nos dimensions a priori. Il s agit d une approche qui est nommée Modèle B ou modèle fermé selon L Écuyer (1990). Si cette approche facilite le codage du contenu, comme il ne faut pas construire la grille d analyse en cours de cette même analyse, cette approche porte le risque que le chercheur pourrait «biaiser les significations réelles des contenus, de les déformer pour les rendre plus conformes aux significations des catégories prédéterminées» (L Ecuyer, 1990). Les six premières dimensions de départ que j ai fixé sont affichées dans le tableau 1. Dans une prochaine étape, j ai construit un guide d entretien qui servait comme fil de conducteur (voir le guide en annexe, page 8). L entretien était de type semi-directif. J ai laissé une grande liberté à l interviewé dans le développement de son discours. Je suis intervenu dans le cas où je voulais plus de détail sur un sujet ou si je voulais passer à une autre question pour couvrir tous les aspects, qui touchaient ma question de recherche. J ai interviewé trois personnes, toutes des femmes entre 25 et 30 ans. La femme UJ a fait des études de lettres, la femme CS a fait des études de psychologie et finalement la femme SL a fait un apprentissage de commerce. Malheureusement, la population était très homogène, ce qui porte le risque que les réponses des trois personnes se ressemblent. L interview avec UJ et SL était mené en suisse-allemand dans une discussion face à face. L interview avec CS a été mené par Chat (ICQ) en français. Bien évidente, la situation de discussion était différente dans les deux cas. Dans le chat, je n avais pas de possibilité de réagir aux énoncés de la participante avant qu elle ait envoyé le message. En plus, la langue écrite qu elle utilisait était bien différente de la langue orale des autres participantes. J en étais conscient de ce problème auparavant et j ai demandé à CS d écrire comme si elle parlait. Même si les différences persistent, je pense que la richesse des réponses était comparable aux entretiens avec les deux Suisses-Allemandes et que cet entretien m a apporté beaucoup d information supplémentaire. 2

3 Dimension Définition But Outils de communication (OC) utilisés Contexte de l utilisation des technologies de communication Les outils de communication nommée par le participant (utilisé ou non) Contextes nommés par le participant quant à l utilisation de ces OC La qualité d utilisation Énoncé par rapport à la qualité de l utilisation (expérience agréable, désagréable) et l acceptation de ces outils Les facteurs de motivatioport Les énoncés par rap- aux raisons, des facteurs de motivation pour l utilisation de ces OC L influence de la vie professionnelle et scolaire sur cette utilisation Préférence pour la communication synchrone, asynchrone Des énoncés qui indiquent une influence du travail ou de l école à l utilisation de ces OC Énoncés par rapport à une préférence pour les messages différés ou immédiat (explicite ou implicite) Pour avoir un ensemble des outils de communication (OC) connus par les participants Pour évaluer les différents contextes d utilisation Pour avoir des informations par rapport à l utilisabilité et l acceptation de l outil de communication. Quelle est la motivation, ou la situation déclencheur pour l utilisation de ces OC Quelle est l influence des autres domaines de la vie sur l utilisation des OC dans la vie privée pour voir une préférence éventuelle pour les OC synchrone ou asynchrone Tab. 1: Les dimensions utilisées pour la première itération de codage. 3

4 Après la première itération, j ai noté quelques faiblesses de ma première catégorisation. Tout d abord j avais beaucoup d énoncés qui je ne pouvais pas catégoriser, comme ils contenaient une description de l usage. Il est vrai qu une analyse selon le Modèle fermé «se prête moins bien» à l exigence d une exhaustivité des catégories» (L Ecuyer, 1990). Tout de fois, j ai créé deux nouvelles catégories Description de l utilisation et Observation de l utilisation d autres personnes pour recouvrir mieux les énoncés de mes entretiens. La catégorie Qualité de l utilisation manquait de pertinence. J ai cherché à trouver des énoncés par rapport à l utilisabilité de l outil, cependant j ai appris que les personnes ne disent rien qui serait directement à classer comme un énoncé par rapport à ce sujet peut-être trop abstrait. J ai changé le nom et la définition de la catégorie, pour qu elle couvre tous les énoncés qui concernent une qualification de l outil, soit positive, soit négative. La catégorie facteurs de motivation était problématique pour le codage. La catégorie manquait d homogénéité et elle se mélangeait trop facilement avec la catégorie «Contexte de l utilisation», parce que les facteurs de motivation étaient toujours aussi liés au contexte. Souvent c était un contexte relationnel ou la motivation venait par exemple du lieu de travail. J ai viré cette catégorie pour la deuxième itération. Comme l influence des autres domaines est une question importante pour ma recherche et comme ma dimension préalable influence d autres domaines de la vie (scolaire, professionnel ne se retrouvait malheureusement très rarement dans les entretiens, j ai élargi cette dimension et je l ai redéfini comme Influence d autres personnes ou institutions. Cette nouvelle catégorie recouvrait tous les énoncés où la personne dit (aussi de façon implicite) qu elle a utilisé un outil de communication, parce qu elle était influencée par une autre personne ou par une institution (l entreprise, l université, etc.). Finalement, la dimension préférence synchrone, asynchrone est une dimension, qui était trop académique dans le sens, qu elle ne permettait pas de classer les énoncés des participants directement. Je trouvais, qu une attribution à cette dimension était risquée, comme elle demandait une interprétation assez subjective par le chercheur. Le tableau de dimensions résultant (voir Tab. 2) a le même nombre de dimensions, mais il était adapté pour obtenir une meilleure analyse des entretiens. Cette deuxième grille de dimension me facilitait le nouveau codage des entretiens, comme les catégories étaient plus exhaustives, cohérentes et homogènes. 3. Résultat Comme la création des catégories dans ma recherche est faite a priori, et les questions posées sont basées sur ces dimensions, je ne fais aucune analyse des fréquences des énoncés par dimension. Le nombre des énoncés par dimension me semble d être surtout lié au nombre de question posé par dimension. Nous avons seulement un groupe expérimental, ce qui ne permet pas de faire des comparaisons entre des groupes. Dans l analyse des résultats, je me limite à faire une analyse de contenu pour chaque catégorie. 4

5 Dimension Définition But Outils de communication (OC) utilisés Contexte de l utilisation des technologies de communication Qualification de l outil Description de l utilisation Observation de l utilisation d autres personnes Influence d autres personnes ou institutions Les outils de communication nommée par le participant (utilisé ou non) Contextes nommés par le participant quant à l utilisation de ces OC. Des contextes, qui peuvent être de type temporel, relationnel ou spatial Énoncé par rapport à la qualité de l outil Énoncés descriptifs par rapport à l utilisation de l OC Énoncés descriptifs par rapport à l utilisation d autres personnes de l OC Énoncés qui indiquent (aussi de façon implicite) une influence d une autre personne ou d un institut (l entreprise, l université etc.) sur l utilisation d un OC Pour avoir un ensemble des outils de communication (OC) connus par les participants Pour évaluer les différents contextes d utilisation Pour avoir des informations par rapport à la qualité de l outil (avantages, désavantages) Pour couvrir toutes les descriptions des actions que l utilisateur fait pour utiliser l outil Pour couvrir toutes les descriptions de l usage que le participant a observé chez des autres personnes. Pour trouver une réponse à mon hypothèse qu il y a une influence entre les différents domaines de la vie quant à l usage des OC Tab. 2: Les dimensions utilisées pour la deuxième itération de codage. 5

6 3.1. Outil de communication utilisé Quant aux outils de communication utilisés, nous pouvons constater que toutes les participantes utilisent l régulièrement. La plupart ont dit que l a remplacé leur utilisation du téléphone. Deux personnes ont déjà utilisé le chat et seulement une personne a utilisé un service de téléphonie par internet. Une personne a déjà utilisé des quick messages sur Educanet, une autre a déjà utilisé les forums. La vidéoconférence était nommée, mais non pas utilisée par une participante Contexte Deux personnes ont fait leur premier contact avec dans un contexte familial (frère et copain). Une personne a fait son premier contact avec l avec l entrée à l université. Toutes les personnes ont d abord communiqué avec des personnes qui étaient hors le groupe où ils étaient initiés à l outil de communication. Par exemple la personne qui a appris l par son copain, voulait d abord communiquer avec les gens qu elle a rencontrés à son lieu de travail (l avion). Toutes les personnes ont commencé à utiliser entre 1997 et Quant au chat on peut constater que le contexte joue un rôle important. Les participantes regardent le chat non pas comme un outil de communication, mais comme un lieu et une manière de communication. Une personne utilise le chat pour rencontrer des gens, les deux autres personnes ont un regard négatif à ce style de contact social. Ces deux participantes avaient peine de voir un usage de cet outil hors de contexte de chambres de chat et de rencontre. Deux des participantes ont fait d abord la connaissance d une personne dans le monde réel et puis elles voulaient rester en contact avec cette personne. Une personne utilise les outils de communication sur internet surtout pour rencontrer des gens, mais elle fait moins usage de l internet avec les personnes qu elle a connu d abord du monde réel. Toutes les trois femmes utilisent les outils de communication de préférence comme des moyens facile et rapide d une communication différée. Les participantes ne font pas de différence entre usages de ces outils pour la communication au travail et dans la vie privée. Il y a plutôt un accord tacite entre les partenaires de communication sur l utilisation d un outil, par exemple le délai accepté pour répondre à un message. Les participantes ne voyaient pas des situations où elles n utilisaient pas l pour la communication, sauf si c est une situation émotionnelle ou s il y a des raisons techniques, qui empêchent l utilisation («j ai besoin d un tampon») Qualification de l outil Quant à l , les participantes ont apprécié : le fait que c est rapide, différé, la brièveté de l information, pas cher, possibilité de transmettre des documents. Les désavantages nommés sont : problèmes de mauvaise compréhension, moins personnels, perte pour l interaction interpersonnelle. 6

7 Comme déjà évoqué plus haut, le chat n est pas regardé comme un outil technologique, mais ce terme est fortement lié à un style de communication qui se passe (à l avis des participantes) dans les chambres de chat : communication primitive, malhonnête, (trop) brève, trop rapide et simplifié. Une participante voyait l avantage de connaitre des gens de tout le monde Influence d autres personnes ou institutions L initiation à l usage de l était faite une fois par le frère, une fois par l université et une fois par le copain. L usage des autres outils de communication était soit initié par un changement du contexte (le copain à l étranger était un initiateur à Skype), soit par la curiosité (les autres gens qui en ont parlé). Toutes les participantes ont adapté les technologies non pas à cause d un besoin qu elles avaient, mais l outil était initié par des facteurs externes (l université, les adresses d reçues, un jeu de vidéo en ligne qui avait un chat inclus) Description de l utilisation, Observation de l utilisation d autres personnes Les dimensions étaient introduites pour rendre mes dimensions plus exhaustives, par contre elles apportent peu aux questions posées dans cette recherche. Je ne fais pas d analyse de ces dimensions. 4. Discussion Comme rappel, le but de ma recherche était identifier les facteurs qui sont à la base de l utilisation des différents moyens de communication sur internet d identifier comment cette utilisation est influencée par d autres domaines de la vie Nous avons vu que les facteurs, qui ont initié l utilisation des outils étaient toujours externes et non pas basé sur un besoin de changer la manière de communication. Les utilisateurs ont adopté ces outils de communication et ils ont apprécié les avantages des nouveaux moyens de communication, par exemple l . L aspect innovant était la communication différée, mais rapide ce qui a remplacé le téléphone là où c était plus aptes. Même si les participantes étaient motivées d essayer les autres moyens de communication (chat, téléphonie par internet, instant messaging), ces outils n avaient pas de grande impacte sur leur manière de communication. Pour eux, ces outils n apportent pas davantage à leur communication, une communication qui fait surtout usage du téléphone, l émail, les SMS. Comme déjà évoqué, l initiation à ces nouvelles technologies de communication se fait par des facteurs externes, soit par le domaine scolaire, professionnel ou familial. Par contre, la façon de l utiliser n est pas influencée par d autres domaines (ou au moins ce n était pas perçu comme tel par les participantes). 7

8 Ce qui était intéressant à voir était que les technologies de communication sont perçues comme indissociables à un certain contexte d utilisation. Le chat est regardé comme une manière de communiquer ou même comme un style de vie sociale. Par contre, l aspect social (au contraire à mon hypothèse) ne semble pas jouer un grand rôle dans la communication par . Même s ils disent toutes que l ne peut pas remplacer une communication face à face, elles ne voyaient pas de différence à la communication par lettre ou le téléphone. 5. Conclusion Même si une recherche quantitative ne cherche pas d être significatif au sens statistique et même si mon approche était de nature exploratoire, l échantillon que j ai utilisé me laisse seulement faire des conclusions sur le style de communication des femmes entre 25 et 30 ans. Je pense que les informations étaient beaucoup plus riches si j avais inclus des personnes âgées ou des jeunes au dessous de 20 ans. C est un fait que l échantillon est souvent lié au réseau social du chercheur. C était aussi le cas pour cet exercice. Les résultats n étaient peut-être pas très surprenants, mais c était une manière intéressante d analyser une problématique. Dans un prochain exercice je ferais encore une caractérisation plus fine en ajoutant des sous catégories comme proposé par Peraya. J aimerais également inclure, comme déjà indiqué en haut, des personnes âgées et des adolescents. A. Guide d entretien Bonjour. Merci de participer à cette recherche. Cet entretien est réalisé dans le cadre d un projet visant à comprendre les styles de communication et la préférence pour des outils de communication sur internet. 8

9 Question Quels moyens de communication utilisezvous souvent sur internet? Quand et où avez-vous utilisé cet outil la première fois? Quelle était l influence sur votre style de communication dans votre vie privée? Quels sont à votre avis les avantages les plus importants de l utilisation de ce moyen de communication Est-ce qu il y a des désavantages par rapport à l utilisation de ces outils? Comment jugez-vous la facilité de manipulation de cet outil. Avec qui, dans quel contexte vous utilisez jamais cet outil? Pourqoui? Quels moyens de communication sur internet utilisez-vous rarement ou jamais? Quand et où avez-vous utilisé cet outil la première fois? Quelle était l influence sur votre style de communication dans votre vie privée? Pourquoi vous ne les utilisez pas plus souvent? Y a-t-il des aspects dans l utilisation de cet outil qui vous dérange? Qu est-ce il faudrait adapter pour que vous utilisiez plus cet outil? Combien de temps vous semble adéquat pour répondre à un message écrit? (si ça dépend : de quoi?) Est-ce que vous répondez d habitude immédiatement? (si ça dépend : de quoi?) Avez-vous des heures prévus pour répondre à des messages écrits? Dimension affectée les outils de communication utilisés. l interviewé va parler de plusieurs moyens de communication. Je vais reprendre ses réponses pour les explorer dans les questions suivantes. facteurs qui ont motivé l utilisation des ces outils influence éventuelle de la vie professionnelle et scolaire sur cette utilisation dans quel contexte ces moyens sont utilisés, la qualité d utilisation dans quel contexte ces moyens sont utilisés, la qualité d utilisation la qualité d utilisation dans quel contexte ces moyens sont utilisés les outils de communication utilisés. l interviewé va parler de plusieurs moyens de communication. je vais reprendre ses réponses pour les explorer dans les questions suivantes. facteurs qui n ont pas motivés l utilisation des ces outils facteurs qui n ont pas motivés l utilisation des ces outils influence éventuelle de la vie professionnelle et scholaire sur cette utilisation la qualité d utilisation la qualité d utilisation, quel contexte d utilisation préférence pour la communication synchrone, asynchrone préférence pour la communication synchrone, asynchrone préférence pour la communication synchrone, asynchrone 9

10 Références Broadbent, S. (2004). http ://mediaplayer.nouvo.ch/94-3/11/2. L Ecuyer, R. (1990). Méthodlogie de l analyse dévéloppementale de contenu. Presses Universitaires du Québec. 10

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans Gavin COCKS, fondateur de l Association GASP/Afrique du Sud («des jeux auxquels les enfants ne devraient pas jouer»). Actions de prévention en Afrique du Sud. Bonjour à tous et merci beaucoup à Françoise

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

DES CONSEILS POUR L ACHAT D UN TÉLÉPHONE

DES CONSEILS POUR L ACHAT D UN TÉLÉPHONE DES CONSEILS POUR L ACHAT D UN TÉLÉPHONE Objectifs : Acheter un téléphone / un forfait de téléphone ; Remplir un formulaire. Compétences : Compréhensions orale et écrite. Production écrite. Durée : 60

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Compte rendu : Entretiens Utilisateurs

Compte rendu : Entretiens Utilisateurs Compte rendu : Entretiens Utilisateurs Entretien 1 : Yvan Quelle est votre tranche d âge Celle de vos parents et grands-parents Yvan : < 60 ans, Mère : environ 50 ans, Grand-mère : environ 80 ans Combien

Plus en détail

Fiche informative sur l action

Fiche informative sur l action Fiche informative sur l action Titre de l action : «Galerie d art contemporain et cycle d exposition» Renseignements utiles Académie de Poitiers Nom et adresse complète de l établissement : Lycée René

Plus en détail

LES 9 MEILLEURS TRUCS

LES 9 MEILLEURS TRUCS POUR APPRENDRE OU AMÉLIORER MON ANGLAIS DÈS MAINTENANT 6 RAISONS pour lesquelles je devrais parler anglais LA MÉTHODE Par Bob McDuff Le prof d anglais www.bobmcduff.com À PROPOS DE BOB MCDUFF - INTRODUCTION

Plus en détail

GRILLE D AUTO-EVALUATION DES COMPETENCES NIVEAU A1/A2 = Palier 1

GRILLE D AUTO-EVALUATION DES COMPETENCES NIVEAU A1/A2 = Palier 1 Grille rentrée 2010 / 11 GRILLE D AUTO-EVALUATION DES COMPETENCES NIVEAU / = Palier 1 Depuis 2006, le CECRL (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues) a été adopté dans les programmes de Langues

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

Générique [maintenir Durant 10 secondes puis baisser sous l annonce]

Générique [maintenir Durant 10 secondes puis baisser sous l annonce] LBE Informatique et Internet - Episode 4 Auteur: Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Sandrine Blanchard Personnages: Beatrice (adolescente), John (adolescent), ordinateur (voix d ordinateur), expert (voix

Plus en détail

Renforcer votre engagement à changer

Renforcer votre engagement à changer RENFORCER VOTRE ENGAGEMENT À CHANGER PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le deuxième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement?

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail

SUBJECT TO MODIFICATIONS ANNOUNCED IN CLASS.

SUBJECT TO MODIFICATIONS ANNOUNCED IN CLASS. SUBJECT TO MODIFICATIONS ANNOUNCED IN CLASS. Unité 1 : Leçon 1 : BONJOUR À TOUS page 6 - De l autre côté de l Atlantique? Ouverture page 10 OBJECTIFS : - APPRENDRE ENSEMBLE. - POUR ÊTRE ACTEUR DANS VOTRE

Plus en détail

«L Entreprise et le numérique : Qui influence Qui?»

«L Entreprise et le numérique : Qui influence Qui?» «L Entreprise et le numérique : Qui influence Qui?» 7 juin 2012 Note méthodologique Étude réalisée auprès de trois cibles : Un échantillon de 301 chefs représentatif de l ensemble des chefs français à

Plus en détail

Un interview avec Francis Jeggli, interprète

Un interview avec Francis Jeggli, interprète Interprète en LSF ou interface? Un interview avec Francis Jeggli, interprète Bonjour Francis. Tu es interprète depuis combien de temps? J ai obtenu mon diplôme d interprète à l université Paris 8 en 1986

Plus en détail

Sondage sur la satisfaction de la clientèle qui communique avec la Régie par téléphone. Service des statistiques et des sondages

Sondage sur la satisfaction de la clientèle qui communique avec la Régie par téléphone. Service des statistiques et des sondages 2010 Sondage sur la satisfaction de la clientèle qui communique avec la Régie par téléphone Service des statistiques et des sondages Rédaction Mise en page Révision linguistique Graphisme Martine Pelletier

Plus en détail

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS)

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) Département fédéral des affaires étrangères DFAE Direction des ressources DR Personnel DFAE Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) L ensemble des données figurant dans ce questionnaire sont soumises

Plus en détail

Internet et les jeunes : le temps, les relations et l autonomie.

Internet et les jeunes : le temps, les relations et l autonomie. Internet et les jeunes : le temps, les relations et l autonomie. 2ième colloque régional sur les dépendances en Outaouais: «la dépendance et ses multiples facettes» Jeudi 4 novembre 2010 Jean-Fran François

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

Résumé et synthèse. 1) Introduction

Résumé et synthèse. 1) Introduction Analyse des besoins en aide scolaire d élèves de l enseignement secondaire supérieur général et de technique de qualification fréquentant une école sur la commune de Saint-Gilles. Résumé et synthèse 1)

Plus en détail

Intégrer les TICE à ses stratégies d enseignement et d apprentissage : Typologie de 10 grands patrons d approches et d activités d apprentissage

Intégrer les TICE à ses stratégies d enseignement et d apprentissage : Typologie de 10 grands patrons d approches et d activités d apprentissage Par Emmanuelle Villiot-Leclercq (IUFM de Grenoble-UJF), Document placé sous licence Creative Commons BY-NC-ND Octobre 2011 Intégrer les TICE à ses stratégies d enseignement et d apprentissage : Typologie

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

Une méthode d étude qualitative par forum de plusieurs jours sur Internet. Octobre 2005. www.qualiquanti.com

Une méthode d étude qualitative par forum de plusieurs jours sur Internet. Octobre 2005. www.qualiquanti.com Bulletin Board : étude qualitative online sur une longue durée Une méthode d étude qualitative par forum de plusieurs jours sur Internet Octobre 2005 www.qualiquanti.com QualiQuanti - Marketing & Télévision

Plus en détail

Comprendre «le travail collaboratif»

Comprendre «le travail collaboratif» Comprendre «le travail collaboratif» Samuel Genevieve-Anastasie 08/06/2010 comité utilisateur 1 Plan présentation Qu est-ce que le travail collaboratif? Objectifs du travail collaboratif Le travail collaboratif

Plus en détail

L évaluation et l amélioration de l expérience patient en milieu hospitalier : impact du Comité des usagers

L évaluation et l amélioration de l expérience patient en milieu hospitalier : impact du Comité des usagers L évaluation et l amélioration de l expérience patient en milieu hospitalier : impact du Comité des usagers Dieudonné Soubeiga, expert en sondages Marie-Suzanne Lavallée, directrice de la qualité Annie

Plus en détail

Katja Ingman. Être pro en anglais. Sous la direction de Marie Berchoud. Groupe Eyrolles, 2009 ISBN : 978-2-212-54352-0

Katja Ingman. Être pro en anglais. Sous la direction de Marie Berchoud. Groupe Eyrolles, 2009 ISBN : 978-2-212-54352-0 Katja Ingman Être pro en anglais Sous la direction de Marie Berchoud, 2009 ISBN : 978-2-212-54352-0 Fiche 1 Grow Your English : autoévaluation et plan d action Passez à l action : définissez votre objectif,

Plus en détail

Santé. Média social Mise en réseau. La santé à l ère des médias sociaux. Confiance. Community. Durabilité. Health 2.0

Santé. Média social Mise en réseau. La santé à l ère des médias sociaux. Confiance. Community. Durabilité. Health 2.0 La santé à l ère des médias sociaux Extrait des résultats de l étude de Swisscom du mois d octobre 2011 Prévention Sécurité Durabilité Alimentation Patient informé Health 2.0 Forum de santé Intégré Santé

Plus en détail

Comment partager sans se sur-exposer?

Comment partager sans se sur-exposer? Comment partager sans se sur-exposer? Conférence de presse Mercredi 12 décembre 2012 Méthodologie de l enquête 1 Echantillon Mode de recueil Dates de terrain 1554 individus âgés de 13 ans et plus Interrogation

Plus en détail

Préparez votre atelier Vinz et Lou : «Rencontre avec des inconnus- Pseudo / Le chat et la souris Pas de rendez-vous»

Préparez votre atelier Vinz et Lou : «Rencontre avec des inconnus- Pseudo / Le chat et la souris Pas de rendez-vous» Préparez votre atelier Vinz et Lou : «Rencontre avec des inconnus- Pseudo / Le chat et la souris Pas de rendez-vous» Blog, chat, forum, messagerie instantanée, réseaux sociaux OBJECTIF L objectif de cet

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION INTERNATIONALE SUR DOSSIER EN 1ERE ANNEE

PROCEDURE D ADMISSION INTERNATIONALE SUR DOSSIER EN 1ERE ANNEE PROCEDURE D ADMISSION INTERNATIONALE SUR DOSSIER EN 1ERE ANNEE RENTRÉE 2015-2016 L ESAM offre la possibilité aux élèves de terminale scolarisés dans : un lycée français à l étranger DOM TOM d intégrer

Plus en détail

Je travaille à la Télé-université ou la TÉLUQ. Je crois que c est bien là toujours son nom officiel.

Je travaille à la Télé-université ou la TÉLUQ. Je crois que c est bien là toujours son nom officiel. Permettez-moi de me présenter brièvement. Je travaille à la Télé-université ou la TÉLUQ. Je crois que c est bien là toujours son nom officiel. J appartiens à la direction des Services d édition. J y ai

Plus en détail

Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE

Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE Client: entreprise du secteur privé et public Population: top management - 160 cadres dirigeants répartis en France

Plus en détail

LES SMS ET LA DERIVE DE LA. par Jean-Marie KELLER

LES SMS ET LA DERIVE DE LA. par Jean-Marie KELLER LES SMS ET LA DERIVE DE LA LANGUE par Jean-Marie KELLER LES SMS ET LA DERIVE DE LA LANGUE par Jean-Marie KELLER ALS et Institut Grand-Ducal (Luxembourg 17 octobre 2004) 29 Les SMS et la dérive de la langue

Plus en détail

Guide d autoformation. Mon Gestionnaire de formation Un petit guide de survie devant toutes les formations individuelles sur Internet

Guide d autoformation. Mon Gestionnaire de formation Un petit guide de survie devant toutes les formations individuelles sur Internet Société pour l apprentissage à vie (SAVIE) Guide d autoformation Mon Gestionnaire de formation Un petit guide de survie devant toutes les formations individuelles sur Internet Par Dominique Leclair Québec

Plus en détail

L'INFORMATIQUE À L'ÉCOLE MATERNELLE. Premier compte-rendu d étude exploratoire

L'INFORMATIQUE À L'ÉCOLE MATERNELLE. Premier compte-rendu d étude exploratoire 129 L USAGE DE L INFORMATIQUE À L ÉCOLE MATERNELLE Premier compte-rendu d étude exploratoire Théo PRINIOTAKIS, Sandrine COURTOIS Contexte C est une recherche en didactique de l informatique en milieu préélémentaire

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Primaire l ESCALIER Une activité sur les multiples et diviseurs en fin de primaire Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Dans le but d observer les stratégies usitées dans la résolution d un problème

Plus en détail

REALISATION D UNE CALCULATRICE GRACE AU LOGICIEL CROCODILE CLIPS 3.

REALISATION D UNE CALCULATRICE GRACE AU LOGICIEL CROCODILE CLIPS 3. 1 sur 6 REALISATION D UNE CALCULATRICE GRACE AU LOGICIEL CROCODILE CLIPS 3. OBJECTIF - PUBLIC - LOGICIEL - MATERIEL - METHODE - BIBLIOGRAPHIE - AVANTAGES - DIFFICULTES - AUTEUR DU DOCUMENT - LE DOCUMENT

Plus en détail

Rapport de fin de séjour 1 semestre universitaire (automne 2011) à Gatineau à l Université du Québec en Outaouais

Rapport de fin de séjour 1 semestre universitaire (automne 2011) à Gatineau à l Université du Québec en Outaouais Etudiante en L3 psychologie à l UPMF de Grenoble Rapport de fin de séjour 1 semestre universitaire (automne 2011) à Gatineau à l Université du Québec en Outaouais Introduction : Je suis étudiante en L3

Plus en détail

Activité collaborative en ligne. Isabelle GRAND, IAE/IUP Santé

Activité collaborative en ligne. Isabelle GRAND, IAE/IUP Santé Activité collaborative en ligne Isabelle GRAND, IAE/IUP Santé Objectifs et contexte Construire un cours de management d'équipe et communication MASTER 1 Management du Social et de la Santé Dispositif à

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis

Synthèse. Jeux d argent. Internet et jeux vidéo. Comparaison avec les apprentis ENQUÊTE SUR LA PRATIQUE D INTERNET, DES JEUX VIDEO ET JEUX D ARGENT PAR DES COLLEGIENS PAS C AL E SCH AL B E T T E R, LIC.ES.SOC. C O L L AB O R AT R I C E S C I E N T I F I Q U E AD D I C T I O N VAL

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

SI LE VOYAGE AÉRIEN FONCTIONNAIT COMME LE SYSTÈME DE SANTÉ

SI LE VOYAGE AÉRIEN FONCTIONNAIT COMME LE SYSTÈME DE SANTÉ SI LE VOYAGE AÉRIEN FONCTIONNAIT COMME LE SYSTÈME DE SANTÉ Traduction du contenu de la vidéo «If Air Travel Worked Like Healthcare» présentée lors du Forum du DG pour le personnel du 5 décembre 2013. La

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Techniques d accueil clients

Techniques d accueil clients Techniques d accueil clients L accueil est une des phases capitales lors d un entretien de vente. On se rend tout à fait compte qu un mauvais accueil du client va automatiquement engendrer un état d esprit

Plus en détail

Sondage sur l endettement chez les jeunes

Sondage sur l endettement chez les jeunes chez les jeunes Rapport préliminaire Présenté à Madame Caroline Toupin Agente de développement et des communications 13 octobre 2009 Réf. : 1666_200910/MO/jc (514) 282-0333 1-800-474-9493 www.observateur.qc.ca

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

Thèmes et situations : Agenda et Emploi du temps. Fiche pédagogique

Thèmes et situations : Agenda et Emploi du temps. Fiche pédagogique Ressources pour les enseignants et les formateurs en français des affaires Activité pour la classe : CFP Crédit : Joelle Bonenfant, Jean Lacroix Thèmes et situations : Agenda et Emploi du temps Fiche pédagogique

Plus en détail

Marcel Lebrun. Les TICE, valeur ajoutée et métamorphose de la pédagogie

Marcel Lebrun. Les TICE, valeur ajoutée et métamorphose de la pédagogie Marcel Lebrun Les TICE, valeur ajoutée et métamorphose de la pédagogie Votre «cours» en ligne sur une plate-forme? Marcel Lebrun Institut de pédagogie universitaire et des multimédias (IPM) lebrun@ipm.ucl.ac.be

Plus en détail

Fabien Fenouillet Professeur de psychologie cognitive Université Paris Ouest. ESEN - 18 mai 2011

Fabien Fenouillet Professeur de psychologie cognitive Université Paris Ouest. ESEN - 18 mai 2011 Fabien Fenouillet Professeur de psychologie cognitive Université Paris Ouest ESEN - 18 mai 2011 E-training : utilisation uniquement de didacticiels, tutoriels et autres dispositifs techniques «tout en

Plus en détail

Les textos Slt koman sa C pa C?

Les textos Slt koman sa C pa C? Les textos Slt koman sa C pa C? Josiane Ulburghs, Humaniora Kindsheid Jesu, KUL, membre FORMACOM 1 Groupe cible : 3 e degré ASO Niveau : Objectifs : avancé Expression orale : Parler de ses modes de communication

Plus en détail

DROITS ET RESPONSABILITES. On a tous des droits en ligne. Respect!

DROITS ET RESPONSABILITES. On a tous des droits en ligne. Respect! Fiche atelier DROITS ET RESPONSABILITES On a tous des droits en ligne. Respect! Objectif Que peut-on faire, que doit-on faire, que devrait-on faire en ligne? En quoi suis-je protégé, responsable? Que dit

Plus en détail

Banque des commentaires reliés aux compétences de l éducation préscolaire 1

Banque des commentaires reliés aux compétences de l éducation préscolaire 1 Banque des commentaires reliés aux compétences de l éducation préscolaire 1 Document conçu et réalisé par Danièle Beaudoin, Marina Drolet, Isabelle Gagné et Éloise Lavoie révisé par Liette Champagne Le

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 2014 2015 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du 02/02/2015 au 06/02/2015 Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom

Plus en détail

Rencontrer la Commission : une étape vers la réinsertion sociale

Rencontrer la Commission : une étape vers la réinsertion sociale Rencontrer la Commission : une étape vers la réinsertion sociale Capsule vidéo version texte Durée : 10 min 58 sec PRÉSENTATRICE La Commission québécoise des libérations conditionnelles décide de la mise

Plus en détail

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche?

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Dépôt légal - octobre 2012 Bibliothèque et archives nationales du Québec Bibliothèque et archives

Plus en détail

Discours introductif du directeur du département. Mesdames Messieurs les professeurs, Mesdames Messieurs, Cher collègues, cher étudiants

Discours introductif du directeur du département. Mesdames Messieurs les professeurs, Mesdames Messieurs, Cher collègues, cher étudiants CP du 18 février 2013 Etaient présents: voir feuille de présence ci jointe Discours introductif du directeur du département. Mesdames Messieurs les professeurs, Mesdames Messieurs, Cher collègues, cher

Plus en détail

Actu-français : Bénévoles à plus de 65 ans Niveau préconisé (A2) Durée de l activité : 30 mn.

Actu-français : Bénévoles à plus de 65 ans Niveau préconisé (A2) Durée de l activité : 30 mn. I COMPRENDRE le document Actu-français : Bénévoles à plus de 65 ans Niveau préconisé (A2) Durée de l activité : 30 mn. Compréhension orale : fiche individuelle (1 page) 1. De quoi s agit-il? Regardez une

Plus en détail

La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio

La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio Institut de psychologie et éducation Faculté des lettres et sciences humaines Espace Louis-Agassiz 1 CH-2000 Neuchâtel La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio Institut de psychologie

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Guide pratique : Les coûts d emprunt d argent

Guide pratique : Les coûts d emprunt d argent QUESTION Guide pratique : Les coûts d emprunt Commanditaire fondateur ABC Alpha pour la vie Canada Guide pratique Question : Les coûts d emprunt Faire l épicerie coûte de l argent. Les vêtements coûtent

Plus en détail

Le cahier d exercices

Le cahier d exercices 10 Le cahier d exercices 1. Introduction Le but du présent manuel est de venir en aide aux recruteurs de sociétés de transport par autocar qui ont recours au manuel Au Volant Un guide des meilleures pratiques

Plus en détail

Comment générer des revenus en Affiliation

Comment générer des revenus en Affiliation Comment générer des revenus en Affiliation Apprenez comment vous créer un système pour faire de l argent sur Internet Version 6 Programme Affiliation Entreprise Nexika Inc www.marketing-affiliation.com

Plus en détail

Le journal de bord et je journal personnel. Types de textes prescrits

Le journal de bord et je journal personnel. Types de textes prescrits J assume mes responsabilités Page 1 de 7 Le journal de bord et je journal personnel Types de textes prescrits Domaine Écriture Lecture Com. orale Participer à une discussion libre 1re 2e 3e 4e 5e 6e 7e

Plus en détail

TOUT D ABORD, MERCI D AVOIR ACHETE MON E-BOOK. DANS CELUI-CI, JE VAIS VOUS EXPLIQUER COMMENT VOUS FAIRE 500 PAR JOUR SANS RISQUE!

TOUT D ABORD, MERCI D AVOIR ACHETE MON E-BOOK. DANS CELUI-CI, JE VAIS VOUS EXPLIQUER COMMENT VOUS FAIRE 500 PAR JOUR SANS RISQUE! TOUT D ABORD, MERCI D AVOIR ACHETE MON E-BOOK. DANS CELUI-CI, JE VAIS VOUS EXPLIQUER COMMENT VOUS FAIRE 500 PAR JOUR SANS RISQUE! JE VAIS EGALEMENT VOUS FAIRE UN E-BOOK COMPLET! (SOMMAIRE, PHOTO ETC )

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Pénétration des ICT dans l enseignement obligatoire (Projet ICTVS)

Pénétration des ICT dans l enseignement obligatoire (Projet ICTVS) Pénétration des ICT dans l enseignement obligatoire (Projet ICTVS) Pour les personnes qui utilisent un ou plusieurs ordinateurs dans l enseignement en classe, que l établissement soit porteur ou non d

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

Le rôle de l observateur. Evaluation, co-évaluation et autoévaluation de la discussion, en cours de philosophie

Le rôle de l observateur. Evaluation, co-évaluation et autoévaluation de la discussion, en cours de philosophie Le rôle de l observateur. Evaluation, co-évaluation et autoévaluation de la discussion, en cours de philosophie Nathalie Frieden, natalia.frieden@unifr.ch, université de Fribourg, Suisse Résumé : L expérience

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

Annexe 3. Le concept : exemple d une situation d apprentissage.

Annexe 3. Le concept : exemple d une situation d apprentissage. Annexe 3. Le concept : exemple d une situation d apprentissage. Le concept choisi ici comme exemple est une figure arbitrairement définie, appelée «WEZ», reprise d une expérience de Smoke cité dans un

Plus en détail

R A P P O R T D E F I N D E S E J O U R

R A P P O R T D E F I N D E S E J O U R FOUSSHI Horia Echange: ISARA-Lyon Cornell University (NY) R A P P O R T D E F I N D E S E J O U R V I E P R A T I Q U E Logement (type, accès, prix, caution ) L université de Cornell se situe à Ithaca

Plus en détail

N-10 : 67 professionnelles et professionnels au service de l enseignement collégial Unité 10-Montmorency de la section N-Collèges du SPGQ

N-10 : 67 professionnelles et professionnels au service de l enseignement collégial Unité 10-Montmorency de la section N-Collèges du SPGQ Projet d ordinateurs portables pour le personnel professionnel 29 avril 2014 Bonjour, Lors de sa 238 e assemblée générale, l unité syndicale 10-Montmorency de la section N-Collèges du SPGQ (Syndicat de

Plus en détail

Intitulé du projet : «Professionnalisation de la lutte contre le décrochage scolaire»

Intitulé du projet : «Professionnalisation de la lutte contre le décrochage scolaire» Céreq Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE

Plus en détail

IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile

IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile Rapport d étude quantitative De : Nicolas SAINTAGNE / Azyadée BAKA A : IAB FRANCE Contexte & Objectifs Contexte & Objectifs Fort d une

Plus en détail

Épargne. Introduction. Objectifs d apprentissage

Épargne. Introduction. Objectifs d apprentissage Épargne Introduction La plupart des personnes savent que c est une bonne idée d épargner. Toutefois, pour bon nombre d entre elles, il est difficile d agir, d élaborer un plan d épargne et de choisir des

Plus en détail

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Résumé du rapport de recherche destiné au Centre Alain Savary, INRP APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Martine Méheut, Olivier Prézeau INRP, Centre Alain Savary Apprendre la chimie en ZEP Résumé 1 Dans une perspective

Plus en détail

insieme, juin 2015 15

insieme, juin 2015 15 Cinq minutes émouvantes Le film «5min insieme, un monde ensemble» est visible sur internet depuis le 25 avril. Il montre des personnes avec et sans handicap mental qui se rencontrent pour la première fois.

Plus en détail

L ART DU COACH PROGRAMME 2015-2016

L ART DU COACH PROGRAMME 2015-2016 L ART DU COACH PROGRAMME 2015-2016 FORMATION GÉNÉRALE À L ART DU COACH Coaching individuel www.coaching-services.ch info@coaching-services.ch Ch. des Tines 9, 1260 Nyon La formation à l art du Coach est

Plus en détail

Les Etudes Qualitatives Produits Nouveaux sur Internet. Jean-Claude ANDREANI, Groupe ESCP-EAP. Françoise CONCHON, Institut INSEMMA

Les Etudes Qualitatives Produits Nouveaux sur Internet. Jean-Claude ANDREANI, Groupe ESCP-EAP. Françoise CONCHON, Institut INSEMMA 1 Jean-Claude ANDREANI, Groupe ESCP-EAP Françoise CONCHON, Institut INSEMMA Les Etudes Qualitatives Produits Nouveaux sur Internet INTRODUCTION Les études qualitatives produits nouveaux menées sur Internet

Plus en détail

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section 1- L oral et l écrit La langue Orale La langue Ecrite Produire un texte 2- Agir dans le monde 3- Découvrir le monde Le monde des objets Le monde

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Étude flash. Analyse de la perception du Compte-Nickel sur le web social dictanova.com

Étude flash. Analyse de la perception du Compte-Nickel sur le web social dictanova.com Étude flash Analyse de la perception du Compte-Nickel sur le web social dictanova.com COMPTE-NICKEL: LE COMPTE SANS BANQUE Pas de chéquier Pas de découvert MAIS OÙ LES OPÉRATIONS LES PLUS COURANTES SONT

Plus en détail

Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques.

Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques. Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques. Anne-Sophie Bellair et Nicole Pignier, Université de Limoges Le projet présenté ici, Créadona, est un exemple

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Bernadette Charlier Université de Fribourg (Suisse) Bernadette.charlier@unifr.ch Notre contribution présente et discute

Plus en détail

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire Démarche sur l aide financière aux participantes Marie-Lourdes Pas beaucoup d argent pour tout ce qu il faut

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 12 participants 18 heures de formation sur 3 jours 9 associations de 2 départements représentées (75 et 94) Evaluation orale et bilan individuel écrit effectuée en fin de

Plus en détail

RAPPORT DE DÉFINITION DE PROJET. Cette évaluation compte pour 5 points

RAPPORT DE DÉFINITION DE PROJET. Cette évaluation compte pour 5 points RAPPORT DE DÉFINITION DE PROJET Cette évaluation compte pour 5 points 1. Mise en contexte du projet et énoncé de la problématique Aspects techniques et non techniques (environnement, santé sécurité, éthique,

Plus en détail

L identité numérique. Risques, protection

L identité numérique. Risques, protection L identité numérique Risques, protection Plan Communication sur l Internet Identités Traces Protection des informations Communication numérique Messages Chaque caractère d un message «texte» est codé sur

Plus en détail

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien La présente enquête-métier a pour objet de recueillir des informations pouvant donner en substance, une vision globale d un métier, de son

Plus en détail