Le patient partenaire, mode éphémère ou révolution durable pour le mouvement de la qualité et la transformation de nos systèmes de santé?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le patient partenaire, mode éphémère ou révolution durable pour le mouvement de la qualité et la transformation de nos systèmes de santé?"

Transcription

1 Le patient partenaire, mode éphémère ou révolution durable pour le mouvement de la qualité et la transformation de nos systèmes de santé? Compte- rendu de la conférence du 27/01/2017 au CHR Citadelle, par Vincent Dumez, M.Sc, patient, co- directeur du CEPPP ( Portrait de Vincent Dumez Hémophile sévère, Vincent Dumez savait déjà s auto- transfuser à six ans et pouvait reconnaître quand il était nécessaire de se rendre aux urgences. À 15 ans, dans le contexte du scandale du sang contaminé, il contracte le VIH et les hépatites A, B et C. Il estime, une fois tous ses séjours additionnés, avoir passé un total de quatre ans dans les hôpitaux. Avec ses quatre décennies d expérience des milieux de soins, ce patient expérimenté est devenu la figure emblématique d une tendance qui pourrait bouleverser les systèmes de santé dans le monde : la reconnaissance du rôle fondamental des malades dans les choix qui concernent leur santé. Dans cette nouvelle vision de la médecine, le patient devient le partenaire d une décision partagée avec les professionnels de la santé et est impliqué dans la gouvernance du système de soins et les orientations de la recherche. La naissance du Modèle de Montréal En 2010, Vincent Dumez a pris la direction du Bureau de l expertise du patient partenaire. Cette organisation a été mise sur pied par la Faculté de médecine de l Université de Montréal, qui a donné naissance fin 2016 au Centre d excellence sur le partenariat avec les patients et le public. FÉVRIER 2017 S.JANSSENS 1

2 L équipe compte 2 co- directeurs, 4 patients employés à temps plein ainsi que des administratifs. Différentes initiatives ont vu le jour : - Création d un bureau facultaire du patient partenaire. - Implication des patients dans les cours de médecine et sciences de la santé, avec un focus sur la collaboration. En sept ans, 350 patients - atteints pour la plupart de maladies chroniques - ont été formés en pédagogie et participent au développement des cours sur les compétences de collaboration dans les soins de santé. Ils interviennent dans la formation des futurs médecins et autres professionnels, dans des cours magistraux ou sous forme de mentorat. - Implications des patients dans les établissements de santé avec un focus sur la qualité, par exemple à travers leur participation dans des comités d amélioration de la qualité. - Implication des patients dans les réseaux de recherche avec un focus mis sur la gouvernance, par exemple à travers leur participation à la définition des lignes stratégiques au niveau du ministère de la santé. Toutes ces expériences ont eu un résultat positif tant pour les patients que pour les soignants et professionnels impliqués. Pourquoi les patients et leurs familles sont- ils des partenaires de soins incontournables? Au cours de son exposé, V. Dumez a cherché à répondre à cette question par une démonstration en 4 points : FÉVRIER 2017 S.JANSSENS 2

3 1. Les patients et leurs proches ne sont pas seulement des clients mais aussi un maillon essentiel de «la chaine de production» des soins. Ce sont en effet des acteurs de soins très expérimentés! Actuellement, dans de nombreux milieux de santé, la représentation de la relation de soins va toujours dans un seul sens : on livre des services à des patients. Or le patient et ses proches sont des acteurs de soins, coproducteurs du service de soins de santé, automatiquement impliqués dans le processus dont ils assument d ailleurs une large partie (jusqu à 99% du processus, sauf aux soins intensifs). Une grande partie de ces soins est d ailleurs assumée par le patient et son entourage hors des établissements de soins. Les patients sont donc de facto des acteurs de soins! Exemples : - Si au réveil, un patient se réveille avec des symptômes d angine, il s en suivra une consultation d une dizaine de minutes avec le médecin de famille (prescription d antibiotiques). Ensuite, pendant 5 jours, le patient est le principal acteur de ses soins et de la prise en charge du traitement prescrit. - 50% de la population des pays occidentaux est touchée par au moins une maladie chronique, ces patients sont extrêmement impliqués dans leurs soins et vivent à long terme avec une maladie. Ils ne sont plus dans un paradigme de soins aigus, mais dans une relation à long terme avec la maladie! Il est dès lors important que le modèle de soins évolue d une approche paternaliste (où le soin est apporté au patient), ou holistique (où le patient est au centre des préoccupations des professionnels) vers un modèle participatif tel que le Modèle de Montréal, enseigné à quelques 2500 étudiants en soins de santé, cliniciens mais aussi chercheurs : - Le patient participe, au même titre que les professionnels aux décisions qui le concernent, selon son vouloir et sa capacité. Il devient ainsi un membre à part entière de l équipe en charge de ses soins. - Il y a une reconnaissance et une mobilisation de ses savoirs expérientiels. - Il y a un développement des compétences de soins des patients. - Il y a une mobilisation d un projet de vie du patient. FÉVRIER 2017 S.JANSSENS 3

4 2. Les patients et leurs proches ne sont pas seulement des soignés, l expression d une somme de besoins mais aussi les détenteurs d un savoir très riche. Une étude démontre que le temps annuel moyen passé par le patient et ses proches avec les professionnels de la santé est de 5 à 10h, alors que le temps annuel moyen passé par le patient, ses proches et son réseau à se soigner est d environ 6000h. La majeure partie du processus se déroule en dehors du milieu hospitalier et est pris en charge par le patient et ses proches. Or, actuellement, le système de santé est axé sur cette approche du paradigme où l hôpital est au centre du processus de soins, ce qui n est pas la réalité vécue par le patient. Dans le milieu hémophile, les patients ont démontré qu un transfert de compétences, de connaissances, des professionnels vers les patients et leur entourage, était tout à fait possible, de sorte qu ils deviennent des soignants compétents. Les patients atteints du sida ont ainsi démontrés leur capacité à développer des savoirs expérientiels et à devenir compétents de cette manière. Si le professionnel est l expert de la maladie, le patient est un expert de sa maladie, de la vie avec la maladie. Les patients sont des experts de la contextualisation des soins. Une synchronisation entre professionnels et patients devient dès lors nécessaire : le patient est reconnu dans sa complémentarité et devient partenaire de ses soins. Le schéma ci- dessous illustre de quelle manière cette évolution est envisagée par les patients. FÉVRIER 2017 S.JANSSENS 4

5 Le partenariat n est possible que si l on permet aux patients de devenir (encore plus) compétents. Plus le patient devient compétent, plus il est à même de faire des choix de santé libres et éclairés, en accord avec son projet de vie, mais qui entrent parfois en contradiction avec les choix privilégiés par les professionnels de soins. Exemple : - En 1995 : arrivée des trithérapies qui présentaient énormément d effets secondaires. Certains patients, ayant appris comment vivre avec la maladie depuis une dizaine d années, ont souhaité privilégier à court et à moyen terme leur qualité de vie et ont refusé ce traitement. Cette réaction a été difficilement acceptable pour certains soignants. 3. Les patients et leurs proches ne sont pas uniquement des utilisateurs/usagers mais aussi des acteurs/observateurs expérimentés des systèmes de santé. Grâce à son expérience des milieux hospitaliers, le patient en est un formidable témoin, porteur d une vue systémique (c'est- à- dire du système) unique et incontournable. Altruiste avant tout, le patient peut apporter un feedback sur des petits détails mais qui peuvent changer fortement l expérience vécue par le patient (notamment au moment de transitions). Il permet de passer d une vision de l hôpital en silos à une réflexion plus systémique. Il est donc important d impliquer les patients dans les comités d amélioration continue de la qualité! C est également vrai au niveau de la recherche. On voit que l implication des patients dans les décisions d orientation des recherches entraîne une modification de la portée de celles- ci (moins de recherches sur les médicaments, davantage de recherches sur les interventions psychosociales). 4. Les patients et leurs proches sont de plus en plus connectés et développent des capacités réflexives de plus en plus importantes Dr Google, l Apple Watch & Co, les monitorings par objets connectés, la télésanté, les blogs et médias sociaux, la médecine personnalisée et les BIG DATA sont autant de tendances qui instaurent un changement de paradigme. Ainsi, 70% des patients et des familles recherchent et consultent systématiquement de l information sur le net avant de rencontrer les professionnels de la santé. Cela témoigne de leur souhait de devenir des soignants compétents capables d assumer de manière indépendante une partie du processus de soins. Ici aussi, un partenariat avec les patients est FÉVRIER 2017 S.JANSSENS 5

6 indispensable, notamment pour les rendre compétents face à l information diffusée. En effet, l information disponible à travers ces canaux reste quelque peu chaotique, parfois peu compréhensible, parfois diffusée par des sources non- validées. Les soignants doivent par ailleurs s adapter à ces patients se présentant non plus avec des symptômes, mais avec leur propre diagnostique! Conclusion Sachant tout cela, il s agit à présent d aller de l avant, en considérant désormais les patients comme des partenaires, agents de changement et d innovation indispensables à toute organisation de soins. Cela ne pourra se faire sans un changement culturel majeur basé sur une vision partagée du partenariat dans les soins. La manière la plus efficace - et la plus durable - pour passer à un autre modèle est de faire en sorte que les milieux de soins, qui sont déjà des lieux d apprentissage pour les étudiants en médecine, deviennent aussi des milieux d'apprentissage pour les patients, où les malades chroniques sont aidés à cheminer de manière autonome à travers la maladie en véritables partenaires de soins. Il convient par ailleurs de traduire cette culture du partenariat en concrétisant l engagement du patient partenaire compétent. Il s agit en effet de l impliquer dans toutes les étapes de management de l organisation de santé, depuis sa participation à la réflexion stratégique de l établissement, passant par les prises de décisions relatives aux processus et à la programmation des soins, jusqu à son implication dans les organes de gestion (de la qualité par exemple) et de gouvernance de l institution. FÉVRIER 2017 S.JANSSENS 6

7 Il s agit également de continuer à : - Influencer les milieux de soins en les accompagnant dans leur démarche de bâtir une stratégie d apprentissage des patients, à devenir des organisations apprenantes au sens large. - Transformer l enseignement, en intégrant dans le cursus des jeunes médecins des outils pour les aider à mieux accompagner les malades chroniques et les aider à assurer leur prise en charge individuelle. - Faire évoluer les mentalités (des gouvernements par exemple). Ces pratiques contribueront sans aucun doute à plus d efficacité mais surtout à une plus grande humanisation des soins. Ce changement culturel peut sembler complexe, mais n est pas compliqué! Et une fois qu il est amorcé, il n y a pas de retour en arrière possible. C est heureux, car son impact est favorable tant pour les patients que pour les soignants. FÉVRIER 2017 S.JANSSENS 7

Association canadienne des infirmières et infirmiers en hémophilie. Description d emploi

Association canadienne des infirmières et infirmiers en hémophilie. Description d emploi Association canadienne des infirmières et infirmiers en hémophilie Description d emploi Juillet 2009-1 - ÉNONCÉ DE MISSION L Association canadienne des infirmières et infirmiers en hémophilie (ACIIH) est

Plus en détail

LE PATIENT PARTENAIRE : Défis d intégration et de co-construction

LE PATIENT PARTENAIRE : Défis d intégration et de co-construction LE PATIENT PARTENAIRE : Défis d intégration et de co-construction VINCENT DUMEZ Faculté de Médecine Bureau de l expertise patient partenaire Printemps 2012 NOS STRATÉGIES Milieux d enseignement 3. Stratégies

Plus en détail

Vers la naissance de bureaux de patients en France Le projet de Pôle Universitaire Patient Partenaire (PU2P)

Vers la naissance de bureaux de patients en France Le projet de Pôle Universitaire Patient Partenaire (PU2P) Vers la naissance de bureaux de patients en France Le projet de Pôle Universitaire Patient Partenaire (PU2P) Plan de la présentation I. Contexte français II. Contexte international III. Le processus IV.

Plus en détail

SIDA & TRAVAIL. La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure.

SIDA & TRAVAIL. La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure. SIDA & TRAVAIL La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure. SOMMAIRE Quelques chiffres... p. 2 La situation en France en 2005... p. 2 Mode de

Plus en détail

SEMAINE DE L INNOVATION EN SANTÉ

SEMAINE DE L INNOVATION EN SANTÉ 19 au 23 octobre 2015 SEMAINE DE L INNOVATION EN SANTÉ L ENGAGEMENT DES PATIENTS RESSOURCES AU CENTRE D EXPERTISE EN RÉIMPLANTATION DU CHUM Olivier Fortin, patient ressource, mentor François Laplante,

Plus en détail

La validation des acquis de l expérience (VAE) bénévole. et les associations

La validation des acquis de l expérience (VAE) bénévole. et les associations fonda 18, rue de Varenne 75007 Paris tel : 01 45 49 06 58 fax : 01 42 84 04 84 fonda@wanadoo.fr www.fonda.asso.fr La validation des acquis de l expérience (VAE) bénévole et les associations Présentation

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

VIH et Vieillissement

VIH et Vieillissement LIVRET D INFORMATION VIH et Vieillissement en Haute-Normandie Bien vieillir avec le VIH 1 2 VIH/SIDA la prise en charge des personnes vivant avec le VIH en Haute-Normandie Plus de 15 000 patients vivant

Plus en détail

Mais où est donc passée l équipe mobile?

Mais où est donc passée l équipe mobile? 12e journée genevoise d addictologie 26 septembre 2013 Mais où est donc passée l équipe mobile? Dr Stéphane Morandi Unité de psychiatrie mobile Service de psychiatrie communautaire D OU VIENT-ELLE? Contexte

Plus en détail

L éducation thérapeutique en addictologie

L éducation thérapeutique en addictologie L éducation thérapeutique en addictologie Dr Philippe DUMAS Dr Bernard STEFANI Praticiens hospitaliers Addictologues CSAPA La caravelle Hôpital de Grasse Qu est ce que l ETP? Un processus continu dont

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

L accès au suivi et au traitement pour les personnes atteintes de l hépatite C au Québec 1

L accès au suivi et au traitement pour les personnes atteintes de l hépatite C au Québec 1 L accès au suivi et au traitement pour les personnes atteintes de l hépatite C au Québec 1 DOCUMENT SYNTHÈSE Lina Noël, Julie Laforest, Pier-Raymond Allard, Marc Dionne, INTRODUCTION Au Québec, près de

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Pourquoi le monde entier se poserait la question «Suis-je le numéro 12?»

Pourquoi le monde entier se poserait la question «Suis-je le numéro 12?» Pourquoi le monde entier se poserait la question «Suis-je le numéro 12?» Parce que sur la planète, 1 personne sur 12 vit avec l'hépatite B ou l'hépatite C! L hépatite virale est une maladie qui concerne

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE EN SANTÉ MENTALE DOUGLAS

CODE D ÉTHIQUE DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE EN SANTÉ MENTALE DOUGLAS CODE D ÉTHIQUE DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE EN SANTÉ MENTALE DOUGLAS Note au lecteur : le premier document concernant les droits et responsabilités des patients a été adopté par le Conseil d administration

Plus en détail

Sommaire. Clinique de Chirurgie Esthétique. Présentation de la Clinique... p.2. L équipe médicale... p.3. L hospitalisation... p.3. Le séjour... p.

Sommaire. Clinique de Chirurgie Esthétique. Présentation de la Clinique... p.2. L équipe médicale... p.3. L hospitalisation... p.3. Le séjour... p. Sommaire Présentation de la Clinique... p.2 L équipe médicale... p.3 L hospitalisation... p.3 Le séjour... p.4 La sortie... p.5 La Démarche Qualité... p.6 La Charte de la personne hospitalisée... p.7/8

Plus en détail

L externat en médecine générale L exemple de Paris V

L externat en médecine générale L exemple de Paris V L externat en médecine générale L exemple de Paris V Mémoire DIU Pédagogie Médicale 2010 Dr Olivier Benainous CCA médecine générale Dr Mirna Salloum Urgentiste 1 Sommaire I. Externat en médecine générale

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Plan le Risque. DEFINITION DU RISQUE.Sa nature. DEFINITION DU RISQUE.L activité (1) «Primaire»= intervention d urgence

Plan le Risque. DEFINITION DU RISQUE.Sa nature. DEFINITION DU RISQUE.L activité (1) «Primaire»= intervention d urgence ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG EN SMUR «Stratégies de prévention» Plan le Risque Sa nature Son milieu Sa cible Son épidémiologie Son impact Sa criticité Patrick LAGRON SAMU 9/SMUR GARCHES GERES Formation

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Le programme OMAGE dans une logique de parcours Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Quelques chiffres Les 75+ : 57% ont une ALD 33% sont hospitalisés dans l année, dont 40% en

Plus en détail

2015-05-19. Contenu de la présentation. Approche par compétences

2015-05-19. Contenu de la présentation. Approche par compétences Développement d un programme d intégration et d orientation en santé mentale par une approche par compétences Mathieu Brouillette, conseiller en soins infirmiers Philippe Asselin, conseiller en soins spécialisés

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Les recours possibles pour les patients OBTENIR DES EXPLICATIONS Si un patient

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Lorsqu il estime avoir été victime, de la part d un établissement ou d un

Plus en détail

Du «Savoir» à l Apprenant

Du «Savoir» à l Apprenant 1 UNE TRANSFORMATION DES SERVICES AXÉE SUR LE RÉTABLISSEMENT ET LA PLEINE CITOYENNETÉ Du «Savoir» à l Apprenant XVIIe Colloque 10 au 12 novembre 2014 Au Fairmont le Reine Élizabeth de Montréal PRÉSENTATION

Plus en détail

ASSURANCE PRIVÉE INDIVIDUELLE

ASSURANCE PRIVÉE INDIVIDUELLE ASSURANCE PRIVÉE INDIVIDUELLE Informations recueillies par la Société canadienne de l hémophilie au cours de l été 2009 CONSEILS RELATIFS AU CHOIX ET À L OBTENTION D UNE COUVERTURE D ASSURANCE PERSONNE

Plus en détail

Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé

Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé Octobre 2002 André Lavoie, Ph.D. Natalie LeSage, M.D., M.Sc. John S. Sampalis, Ph.D. Partenaire décideur : Dr. Pierre

Plus en détail

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc.

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc. Regards d infirmières sur le délirium : contribution de la recherche dans la mise en place du dépistage systématique du délirium en soins de courte durée Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf.,

Plus en détail

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

Collège de médecine de premier recours Journée nationale de vaccination contre la grippe du 7.11.2014 1

Collège de médecine de premier recours Journée nationale de vaccination contre la grippe du 7.11.2014 1 MESSAGES CLÉS Journée nationale de vaccination contre la grippe organisée par les médecins de premier recours suisses, vendredi 7 novembre 2014 «SE VACCINER CONTRE LA GRIPPE» 1. Pourquoi vacciner contre

Plus en détail

RECUEIL DE GESTION TITRE : IDENTIFICATION MP-SCP-01

RECUEIL DE GESTION TITRE : IDENTIFICATION MP-SCP-01 IDENTIFICATION MP-SCP-01 TITRE : PROCÉDURE RELATIVE AUX MALADIES TRANSMISSIBLES PAR LE SANG PRINCIPALEMENT LE VIH, LE SIDA ET L HÉPATITE B SECTEUR DE GESTION Services complémentaires et particuliers RÉSOLUTION

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Éducation nationale NOR : MENE1007267A ARRÊTÉ du Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de générale et technologique Le Ministre

Plus en détail

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Né du souhait de mieux répondre aux grands défis de notre système de santé, Cité générations est un nouveau

Plus en détail

Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne

Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne CME 13/01/15 D.P.U.A Qualité de vie à l hôpital I. I-Satis : Enquête de satisfaction réglementaire auprès des patients hospitalisés en

Plus en détail

L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître. Jean Mireault, M.D., M.Sc.

L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître. Jean Mireault, M.D., M.Sc. L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître Jean Mireault, M.D., M.Sc. Objectifs de la présentation Démontrer l importance de l utilisation des données dans l engagement médical Présenter

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

LE TYPAGE HLA. Première étape vers la greffe apparentée. Pour vous, pour la vie

LE TYPAGE HLA. Première étape vers la greffe apparentée. Pour vous, pour la vie LE TYPAGE HLA Première étape vers la greffe apparentée Pour vous, pour la vie Introduction Une personne de votre famille a besoin d une allogreffe de cellules souches, aussi connue sous le nom de greffe

Plus en détail

Sollicitez l avis du Conseil d éthique clinique

Sollicitez l avis du Conseil d éthique clinique Conseil d éthique clinique (CEC) Que vous soyez soignant, patient ou proche, si vous êtes confronté à un problème éthique Sollicitez l avis du Conseil d éthique clinique Prestations proposées Consultation

Plus en détail

Amélioration du Dispositif d Annonce en Cancérologie

Amélioration du Dispositif d Annonce en Cancérologie Amélioration du Dispositif d Annonce en Cancérologie - Programme de développement continu - Date : février 2014 Auteurs : CCECQA, RCA Contacts CCECQA Sandrine DOMECQ 05 57 65 61 35 sandrine.domecq@ccecqa.asso.fr

Plus en détail

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N C L I N I Q U E S A I N T - J E A N LIVRET D INFORMATION DES PATIENTES ENTRANT POUR UNE INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE (IVG) Clinique Saint-Jean Avenue Georges Bizet 83000 TOULON Tél : 0 826 00 44

Plus en détail

lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé

lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé lim Fischer Page II Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 lim Fischer Page III Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 P

Plus en détail

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA :

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Constats de départ Objectifs du projet Présentation de l outil

Plus en détail

Techniques d archives médicales* au Collège Ahuntsic

Techniques d archives médicales* au Collège Ahuntsic Techniques d archives médicales* au Collège Ahuntsic *Présentation inspirée des documents Power point réalisés par mesdames Manon Brière, Nicole Dufresne et Andrée Dubreuil 2010-2011, adaptée par Lysann

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

EVALUATION DE LA PROCEDURE CONCERNANT LES AES. Journée du 15 octobre 2004 par Marie-Claire VIOT,président du CLIN, Centre Psychothérapique de l Orne

EVALUATION DE LA PROCEDURE CONCERNANT LES AES. Journée du 15 octobre 2004 par Marie-Claire VIOT,président du CLIN, Centre Psychothérapique de l Orne EVALUATION DE LA PROCEDURE CONCERNANT LES AES Journée du 15 octobre 2004 par Marie-Claire VIOT,président du CLIN, Centre Psychothérapique de l Orne Introduction L évaluation fait partie des missions du

Plus en détail

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier Le projet de formation «Partenaires, jusqu à la fin» Déterminer avec le patient et ses proches les objectifs de ses soins en contexte de maladie grave et de fin de vie 7 octobre 2014 Entretiens Jacques

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 L ETP C est : acquérir des compétences pour mieux vivre avec sa(ses) maladie(s) chronique(s) au quotidien. L ETP

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

Pour plus d information Ce document est accessible en ligne au www.capahc.org

Pour plus d information Ce document est accessible en ligne au www.capahc.org Pour plus d information Ce document est accessible en ligne au www.capahc.org Centre Associatif Polyvalent d Aide Hépatite C (CAPAHC) Courriel: direction@capahc.com 5055 rue Rivard Montréal (Canada) H2J

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Programmation 2 0 1 3-2 0 1 4

Programmation 2 0 1 3-2 0 1 4 Programmation Mieux comprendre pour mieux intervenir C est avec un grand plaisir que le Centre de réadaptation Lucie-Bruneau vous convie à la 17e saison des Rendez-vous de la réadaptation. En vous présentant

Plus en détail

Le cadre de référence de l élaboration de ces normes

Le cadre de référence de l élaboration de ces normes Le cadre de référence de l élaboration de ces normes Les infirmières (Lire partout infirmier infirmière ) ont de par leur fonction une responsabilité qui s'exerce dans deux champs : celui de la santé des

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 Patient(e)s atteint(e)s d un cancer du sein BINOIT NATHALIE ROUSSEAU SOPHIE 17 JUIN 2014 Pourquoi ce projet? Le cancer : une maladie chronique? Les soins de support

Plus en détail

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice : Pour qui : o patient majeur ayant besoin d une représentation temporaire

Plus en détail

Centre d Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) et Planification familiale

Centre d Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) et Planification familiale Centre d Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) et Planification familiale janvier 2010 Pour joindre le service Secrétariat : 02 99 26 59 23 Fax : 02 99 26 59 24 Consultations Du lundi au vendredi

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

Planification stratégique 2012 2015

Planification stratégique 2012 2015 Faculté de médecine Département de chirurgie Planification stratégique 2012 2015 Luc Valiquette MD Directeur du département Travail de L. Conrad Pelletier MD, MBA Conseiller en gestion 22 octobre2012 Introduction

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

Stage en Soins intensifs

Stage en Soins intensifs Stage en Soins Hôtel-Dieu de Lévis 1. Préambule L Hôtel-Dieu de Lévis est un centre hospitalier régional, affilié à l université Laval, qui offre une gamme complète de soins généraux et spécialisés. Nous

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS 2016

CATALOGUE DES FORMATIONS 2016 RéSEAUX DE SANTé CANCéROLOGIE GéRONTOLOGIE SOINS PALLIATIFS DU VAL D OISE CATALOGUE DES FORMATIONS 2016 N agrément formation continue : 119 504 04 595 N agrément OGDPC : 4330 https://www.ogdpc.fr/ Programme

Plus en détail

POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES

POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES [ Contact presse ARS : Sarah Izza 03 62 72 86 27 sarah.izza@ars.sante.fr ] 1 Communiqué Campagne régionale d information et de sensibilisation sur le don d organes à

Plus en détail

Un dépistage positif, que faire? épatite

Un dépistage positif, que faire? épatite Un dépistage positif, que faire? épatite Que signifie un test de dépistage positif pour l hépatite C? Un test de dépistage de l hépatite C positif signifie que le laboratoire a détecté dans le sang des

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration eduscol Consultation nationale sur les programmes Projets de programmes de la classe de seconde générale et technologique Santé et social Enseignement d'exploration L'organisation de la consultation des

Plus en détail

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

La BPCO. L éducation thérapeutique du patient

La BPCO. L éducation thérapeutique du patient La BPCO L éducation thérapeutique du patient Expérience du service des Maladies Respiratoires CHU de Nancy Brabois Mmes Annick Louis et Evelyne Arias 1 Mise en place et organisation de l éducation thérapeutique

Plus en détail

S p é c i a l i s t e e n S o i n s p a l l i a t i f s. diploma of advanced studies hes-so / supsi en collaboration avec le chuv

S p é c i a l i s t e e n S o i n s p a l l i a t i f s. diploma of advanced studies hes-so / supsi en collaboration avec le chuv S p é c i a l i s t e e n S o i n s p a l l i a t i f s diploma of advanced studies hes-so / supsi en collaboration avec le chuv Généralités Le Diplôme d Etudes Avancées (DAS) en soins palliatifs est offert

Plus en détail

CONFÉRENCE INTERNATIONALE EN SANTÉ MENTALE LE PATIENT-FAMILLE, PARTENAIRE DE SOINS EN SANTÉ MENTALE

CONFÉRENCE INTERNATIONALE EN SANTÉ MENTALE LE PATIENT-FAMILLE, PARTENAIRE DE SOINS EN SANTÉ MENTALE N O AGRÉMENT FORMATION CONTINUE : 11 75 34 103 75 Organisée en collaboration avec : LE PATIENT-FAMILLE, PARTENAIRE DE SOINS EN SANTÉ MENTALE HORAIRE ET LIEU Le mardi 29 avril 2014 - de 8 h 30 à 16 h 15

Plus en détail

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE :

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE : CLSC désigné Centre Affilié Universitaire DESCRIPTION DE FONCTIONS TITRE D EMPLOI : SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : SERVICE : Chef de programme Chef de l administration du programme SIPA Programme SIPA (Système de

Plus en détail

Pratiques liées aux gestes invasifs et antécédents d Accidents Exposant au Sang (AES) dans les EHPAD

Pratiques liées aux gestes invasifs et antécédents d Accidents Exposant au Sang (AES) dans les EHPAD Pratiques liées aux gestes invasifs et antécédents d Accidents Exposant au Sang (AES) dans les EHPAD Dr Christine CHANSIAUX-BUCALO, PH Equipe Mobile de Gériatrie, Hôpital Bretonneau, 7518 Paris Dr Christine

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

HépatiteC n 4. onseil. Pourquoi faut-il que je me soigne?

HépatiteC n 4. onseil. Pourquoi faut-il que je me soigne? HépatiteC n 4 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Pourquoi faut-il que je me soigne? Sommaire ( Pourquoi faut-il que je me soigne? 1 2 3 Le virus qui m a infecté : un ennemi pour mon foie L

Plus en détail

Comment l Education Thérapeutique du Patient (ETP) a changé la prise en charge des patients en Diabétologie. Ou.de l ETP au soin éducatif

Comment l Education Thérapeutique du Patient (ETP) a changé la prise en charge des patients en Diabétologie. Ou.de l ETP au soin éducatif Comment l Education Thérapeutique du Patient (ETP) a changé la prise en charge des patients en Diabétologie Ou.de l ETP au soin éducatif Laurence CAVALIERI Cadre de Santé Service d Endocrinologie Diabétologie

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 5 1. Définition : Aux fins de la présente politique, «administration de médicaments» correspond à la conservation et à la manipulation sécuritaires de médicaments d ordonnance ; à

Plus en détail

Intégrer et renforcer les sciences humaines et sociales à la formation. des professionnels de santé.

Intégrer et renforcer les sciences humaines et sociales à la formation. des professionnels de santé. Intégrer et renforcer les sciences humaines et sociales à la formation des professionnels de santé. Marie Cauli (Univ Artois France), Lamine Gueye (UGB Sénégal), Ibrahima Diagne (UGB Sénégal), Ousmane

Plus en détail

LE CENTRE VIRTUEL DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX (CvSSS)

LE CENTRE VIRTUEL DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX (CvSSS) LE CENTRE VIRTUEL DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX (CvSSS) LA TÉLÉSANTÉ SIMPLIFIÉE! Interdisciplinarité: défi dans le partage des champs de pratique professionnelle Mme Danielle Boué, présidente Ordre des

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Programme québécois d aide financière aux personnes infectées par le virus de l hépatite C

Programme québécois d aide financière aux personnes infectées par le virus de l hépatite C Programme québécois d aide financière aux personnes infectées par le virus de l hépatite C Mars 2004 Le gouvernement du Québec offre une aide financière aux personnes qui ont été infectées par le virus

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE : DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE - GROUPE SOFT FORMATION 84, Boulevard de la Corderie 13007 Marseille Tél : 04.91.15.71.03 Fax : 04.91.81.52.62 1 NOTRE OFFRE

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

SEMAINE DE L INNOVATION EN SANTÉ

SEMAINE DE L INNOVATION EN SANTÉ La plateforme collaborative Reacts en télésanté Dr Yanick Beaulieu Cardiologue - Intensiviste Fondateur et Créateur de Reacts 20 octobre 2015 19 au 23 octobre 2015 SEMAINE DE L INNOVATION EN SANTÉ QUESTION

Plus en détail

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Nathalie Cartier, Program manager 27/10/2015 1 Présentation d Expertise France Opérateur publiquede référence

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000

RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000 RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000 NOTRE MISSION HÉMA-QUÉBEC a pour mission de fournir à la population québécoise des composants, des dérivés et des substituts sanguins sécuritaires, de qualité optimale et en

Plus en détail

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques Systémique Infanto-juvénile Psychanalytique Cognitivo-comportementale Université coordinatrice: Université partenaire:

Plus en détail

Intégration au système LMD (Licence, Master, Doctorat) et obtention du grade licence à l issue de la formation.

Intégration au système LMD (Licence, Master, Doctorat) et obtention du grade licence à l issue de la formation. PRESENTATION Le centre hospitalier de Villeneuve Saint-Georges, est un établissement qui accueille un Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) d une capacité de 195 étudiants infirmiers (EI), ainsi

Plus en détail

Etude Paair 2. JNI Bordeaux 2006

Etude Paair 2. JNI Bordeaux 2006 Etude Paair 2 Premiers résutats r quantitatifs JNI Bordeaux 2006 Claude ATTALI, Vincent RENARD Département de Médecine M GénéraleG Faculté de Créteil Paris XII Etude Paair 2: prescription ambulatoire des

Plus en détail

Enquête de satisfaction téléphonique auprès des patients hospitalisés I-SATIS Rapport de la Campagne 2013. Centre Hospitalier de Chalon sur Saône WM

Enquête de satisfaction téléphonique auprès des patients hospitalisés I-SATIS Rapport de la Campagne 2013. Centre Hospitalier de Chalon sur Saône WM Enquête de satisfaction téléphonique auprès des patients hospitalisés I-SATIS Rapport de la Campagne 2013 Centre Hospitalier de Chalon sur Saône WM Sommaire 1 Définition et modalités de l enquête 2 Enquête

Plus en détail

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE C Assouline Principes «Human error is the price we pay for intelligence» 3 buts principaux de la simulation : détecter les erreurs éviter les erreurs

Plus en détail

Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques

Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques Plaidoyer en faveur de la santé de la population : vers une pleine reconnaissance de la contribution infirmière unique Odette Roy,

Plus en détail