Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)"

Transcription

1 Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières. Devant la persistance de cette toux isolée, avec apparition de quintes, elle vous est adressée car le diagnostic de coqueluche est évoqué Que faites-vous???? 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas) CAS CLINIQUE CAS CONFIRME EPIDEMIOLOGIQUEMENT CAS CONFIRME BIOLOGIQUEMENT

2 Quand suspecter une coqueluche? ( cas suspect de coqueluche) 4Toux évoluant > 7 jours doit, en l'absence d'une autre étiologie, faire évoquer le diagnostic SI : toux nocturne, insomniante avec des quintes évocatrices = reprise inspiratoire difficile associée à un chant du coq, des vomissements, un accès de cyanose voire des apnées MAIS chez l adulte toux banale possible pas de fièvre ni d autre signe respiratoire et entre les accès de toux et les quintes, le sujet est asymptomatique. hyper lymphocytose notion de contage avec une durée d incubation compatible (7 à 21 jours) 1 Confirmer le diagnostic Toux évocatrice : persistante > 14 jours, sans fièvre, quinteuse (CAS CLINIQUE CONFIRME) Recherche d un cas source : il y a environ 1 mois, l interne a été en contact avec une interne d un autre service qui toussait Confirmer par le diagnostic biologique 4 Vous faites : 1. Une sérologie 2. Une PCR 3. Les deux Quelle méthode? 4 Vous faites : Quelle méthode? 1. Une sérologie : non car durée de la toux < 21 jours 2. Une PCR : test de premier choix 3. Les deux : non

3 incubation semaines Quelle méthode? Début des symptômes phase catarrhale culture PCR période des quintes interne Sérologie (Ac antipt) convalescence Méthodes de diagnostic de la coqueluche? 4Diagnostic direct sur prélèvements nasopharyngés PCR : méthode de référence Sensibilité > 80% (bonne pdt incubation et jusqu à 21 jours de toux) Spécificité > 95% (rares faux + contamination) Remboursée depuis 26/10/2010 Culture : peu sensible (50% et décroît après 1 semaine) Quelles sont à l heure actuelle les méthodes de diagnostic de la coqueluche? (2) 4Sérologie intérêt uniquement après 3 semaines de toux chez les sujets n ayant pas reçu de vaccin depuis au moins 3 ans 4ATTENTION à l interprétation Anti adényl cyclase : séquelle vaccinale Anti toxine : seuls spécifiques de B. Pertussis Pas de test commercial validé N EST PLUS REMBOURSEE Interprétation difficile; titre élevé nécessaire CNR : un taux d Ac anti-pt 125UE/ml confirme l infection, ainsi que l augmentation de 100% ou la diminution de 50% du taux de ces Ac sur 2 prélèvements à 2-3 semaines d intervalle Rapport du HCSP du 5/09/08 relatif à la conduite à tenir devant un ou plusieurs cas ce coqueluche OUI

4 2. Evaluer la contagiosité 2. Evaluer la contagiosité L interne est-elle encore contagieuse? 4 Oui car elle n a pas été traitée pendant au moins 10 jours 4 Oui car contagieuse pendant les 3 semaines suivant l apparition de la symptomatologie 4 Non car contagieuse seulement pendant la période d incubation L interne est-elle encore contagieuse? 4 Oui car elle n a pas été traitée pendant au moins 10 jours 4 Oui car contagieuse pendant les 3 semaines suivant l apparition de la symptomatologie 4 Non car contagieuse seulement pendant la période d incubation incubation semaines Période de contagiosité - jusqu à 3 semaines après le début de la toux (+++ phase catarrhale) en absence de traitement antibiotique phase catarrhale période des quintes convalescence -3 Début des symptômes CONTAGIOSITE interne - pendant les 5 premiers jours de ttt antibiotique ( 3 jours si azithromycine) Mesures concernant le cas Limiter le risque de contagion (si toux < 3 semaines) Eviction = 3 jours si l azithromycine sinon 5 jours (évitant le contact au domicile avec sujets à risque) Antibiothérapie : éradication du germe en 3-5 jours Macrolide : en privilégiant l azithromycine mg pendant 3 jours chez l adulte - 20 mg/kg/j pendant 3 jours chez l enfant Alternatives : cotrimoxazole, fluoroquinolones qui réduit l éviction à 5 jours

5 1. Recherche des tousseurs dans l entourage 2. Antibioprophylaxie? 3. Vaccination? 1. Recherche des tousseurs dans l entourage 2. Antibioprophylaxie? 3. Vaccination? Y a-t-il une indication à l Antibioprophylaxie? 1. OUI pour tous les contacts 2. OUI seulement si contact proche non protégé ayant des facteurs de risque 3. OUI pour tous les contacts proches ; et pour les contacts occasionnels non protégés uniquement si facteurs de risque 4. NON antibiothérapie si apparition des symptômes 1. Recherche des tousseurs dans l entourage 2. Antibioprophylaxie? 3. Vaccination? Y a-t-il une indication à l Antibioprophylaxie? 1. OUI pour tous les contacts 2. OUI seulement si contact proche non protégé ayant des facteurs de risque 3. OUI pour tous les contacts proches ; et pour les contacts occasionnels non protégés uniquement si facteurs de risque 4. NON antibiothérapie si apparition des symptômes 2. l antibioprophylaxie Evaluation en fonction de: IMMUNITE TYPE DE CONTACT SUJETS A RISQUE Sont considéré protégés par la vaccination: -enfants 16 mois ayant reçu 3 doses ; -enfants >16 mois ayant reçu 4 dose et dont la dernière remonte à moins de 5 ans; - ADOLESCENTES ET ADULTES DONT LA DERNIERE DOSE REMONTE A MOINS DE 5 ANS

6 2. l antibioprophylaxie Evaluation en fonction de: IMMUNITE TYPE DE CONTACT SUJETS A RISQUE PROCHE : vivant sous le même toit, même section en crèche/halte-garderie OCCASIONNEL: en établissement de santé: tous patients ayant reçu des soins d un membre du personnel atteint, ainsi que ses collègues ayant des contacts face à face ou prolongés avec lui 2. l antibioprophylaxie Evaluation en fonction de: IMMUNITE TYPE DE CONTACT SUJETS A RISQUE SUJETS A RISQUE: - risque de faire des formes graves (enfants moins de 6 mois, pathologies respiratoires chronique, immunodéprimés); - femme enceinte; - personnes à contact avec ces sujets fragiles 2. l antibioprophylaxie En cas de contact proche tous sujets non protégés En cas de contact occasionnel seulement sujets non protégés et présentant un risque d avoir une forme grave de maladie ou de transmettre l infection à des sujets à risque -> pour les autres cas: surveillance qsp 21j dernier contact avec la source + info! Antibioprophylaxie chez les personnels (= contacts occasionnels) 4Envisagée uniquement si non vaccinés ou vaccin datant de plus de 5 ans ou pas de coqueluche récente 4Uniquement si : sont à risque eux-même ou en contact avec des sujets à risque (au domicile ou au travail) 4En maternité : Une analyse bénéfice/risque doit permettre de proposer une prophylaxie qu aux personnels les plus exposés aux cas!

7 Antibioprophylaxie systématique des patients à risque (= contacts occasionnels) 4Patients : Nourrissons Femmes enceintes Mère en contact avec nouveau-né 4Hospitalisés et ayant été hospitalisés depuis le début des symptômes chez le 1er cas (rappel des patients) 4En maternité : binôme mère/enfant -> identifier qui a été principalement exposé (cfr. HCSP : Rapport relatif a la conduite a tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche 5 septembre 2008 pag 22) 1. Recherche des tousseurs dans l entourage 2. Antibioprophylaxie? 3. Vaccination? Y a-t-il une indication à la vaccination? 1.OUI pour les sujets à risque non protégés 2.OUI pour tous les contacts non protégés 3.NON car déjà en contact avec la source 1. Recherche des tousseurs dans l entourage 2. Antibioprophylaxie? 3. Vaccination? Y a-t-il une indication à la vaccination? 1.OUI pour les sujets à risque non protégés 2.OUI pour tous les contacts non protégés 3.NON car déjà en contact avec la source 3. mettre à jour la VACCINATION VACCIN ANTI-COQUELUCHE 4Pas de vaccin monovalent 4Tétravalent dtcapolio : REPEVAX BoostrixTétra Anatoxine diphtérique > 2 UI - Anatoxine tétanique > 20 UI Vaccin polyo 1 40 UD - Vaccin polyo 2 8 UDV Vaccin polyo 3 32 UD Antigènes de Bordetella purifiés : anatoxine (2,5mg), hémagglutinine filamenteuse (5mg),, fimbriae (5mg),, pertactine (3mg) Phosphate d aluminium 4Vaccin contre-indiqué en cas de grossesse (manque de données) mais pas en cas d allaitement

8 VACCIN ANTI-COQUELUCHE RAPPEL du schéma vaccinal en population générale Calendrier vaccinal BEH no du 22 mars Primovaccination : 3 doses de vaccin contenant la valence coqueluche à 2, 3 et 4 mois et un rappel à mois 4 Rappel à l âge de ans (DTCaP) : vise à protéger adolescents et adultes jeunes et à couvrir les premières années de fécondité. Différer ce rappel à l âge de ans, avec dtcap chez les enfants qui auraient reçu, hors recommandation, un rappel coquelucheux à l âge de 5-6 ans. Rattrapage à l âge de ans, à l occasion d un rappel 3. diphtérie-tétanos-polio, un rattrapage avec un vaccin quadrivalent dtcap permet de vacciner les adolescents qui n auraient pas été vaccinés à ans. VACCIN ANTI-COQUELUCHE RAPPEL du schéma vaccinal en population générale (2) Calendrier vaccinal BEH no du 22 mars «Cocooning» : adultes susceptibles de devenir parents ou membres du foyer à l occasion d une grossesse (mère après l accouchement) (depuis 2004) 4Rattrapage chez l adulte : afin de renforcer la stratégie dite du cocooning, un rappel coquelucheux avec le dtcap est à proposer à tout adulte n ayant pas reçu de rappel de vaccin coquelucheux depuis plus de dix ans, notamment à l occasion du rappel vaccinal à l âge de ans (depuis 2008) Calendrier vaccinal BEH no du 22 mars Vaccination contre la coqueluche chez les personnels de santé (Avis du HCSP du 19 mars 2008) 4Vaccination recommandée pour L ENSEMBLE DU PERSONNEL SOIGNANT y compris dans les EHPAD et les élèves des écoles paramédicales et médicales à l'occasion d'un rappel décennal diphtérie-tétanos-polio 4Un rattrapage ciblé pour les professionnels de santé en contact avec des nourrissons trop jeunes pour avoir reçu 3 doses de vaccin coquelucheux Pour l ensemble de ces personnels, ou chez l adulte exposé, quel est le délais minimum à respecter séparant l administration du vaccin dtcapolio avec la dernière dose du vaccin comportant les valences dt? 3. mettre à jour la VACCINATION VACCIN ANTI-COQUELUCHE Le délais minimum à respecter séparant l administration du vaccin dtcapolio avec la dernière dose du vaccin comportant les valences dt est de : ans 2. 5 ans 3. 2 ans 4. 1 mois

9 3. mettre à jour la VACCINATION VACCIN ANTI-COQUELUCHE Le délais minimum à respecter séparant l administration du vaccin dtcapolio avec la dernière dose du vaccin comportant les valences dt est de : ans Il n'y a pas lieu d'administrer 2. 5 ans plus d'une dose de vaccin 3. 2 ans dtcapolio chez l'adulte 4. 1 mois (en situation de cas groupés) La coqueluche Y a t il autre chose à faire? Déclaration obligatoire? 1. OUI 2. NON La coqueluche Y a t il autre chose à faire? Déclaration obligatoire? 1. OUI 2. NON, mais SIGNALEMENT INTERNE Unité opérationnelle d hygiène Médecine du travail DDASS : tout médecin doit déclarer les cas groupés de coqueluche (>2) survenant en collectivités Contact avec le CNR CAS CLINIQUE : Coqueluche En résumé: CAT pour le cas Interne de maternité (toux depuis 15 j) PCR pour diagnostique Eviction (notion de personnes à risque dans l entourage familial?) AB thérapie CAT pour les contacts - Tousseurs dans entourage? - Contacts proches - > domicile: Abprophylaxie si non immunisés - Contacts occasionnels Parmi le personnel - prophylaxie qu aux personnels les plus exposés aux cas - Mise à jour la vaccination pour l ensemble du personnels - Information globale (porte de masque si apparition des symptômes etc..) Parmi les patients Patients dont elle aura pris soins (hospitalisés et déjà sortis) identifier qui, dans le binôme mère/enfant, a été principalement exposé au cas

10 CAS CLINIQUE : Coqueluche en maternité CAT pour les contacts CAS CLINIQUE : Coqueluche en maternité CAT pour les contacts PARMI LE PERSONNEL Une analyse bénéfice/risque doit permettre de proposer une prophylaxie qu aux personnels les plus exposés aux cas Mettre à jour la vaccination pour l ensemble du personnels Information globale (porte de masque si apparition des symptômes etc..) Enfants (es. puéricultrice) Mère (es. sage-femme) Mère et enfants PARMI LES PATIENTS (binôme mère/enfant) Identifier qui a été principalement exposé: - Prophylaxie seulement pour les enfants dont elle aura pris soins - Info à la mère si apparition de toux dans les 3 ss suivantes le dernier contact PARMI LE PERSONNEL Une analyse bénéfice/risque doit permettre de proposer une prophylaxie qu aux personnels les plus exposés aux cas Mettre à jour la vaccination pour l ensemble du personnels Information globale (porte de masque si apparition des symptômes etc..) Enfants (es. puéricultrice) Mère (es. sage-femme) Mère et enfants PARMI LES PATIENTS (binôme mère/enfant) Identifier qui a été principalement exposé: - Prophylaxie seulement pour les femmes à qui elle aura prodigué des soins - Leurs nouveau-nés ne recevront une prophylaxie que si la maman développe la maladie CAS CLINIQUE : Coqueluche en maternité CAT pour les contacts PARMI LE PERSONNEL Une analyse bénéfice/risque doit permettre de proposer une prophylaxie qu aux personnels les plus exposés aux cas Mettre à jour la vaccination pour l ensemble du personnels Information globale (porte de masque si apparition des symptômes etc..) Enfants (es. puéricultrice) Mère (es. sage-femme) Mère et enfants PARMI LES PATIENTS (binôme mère/enfant) Identifier qui a été principalement exposé: - La prophylaxie est à donner systématiquement à l enfant - La prophylaxie de la mère dépend de la fréquence et de la proximité du contact avec le cas de coqueluche

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 COQUELUCHE Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 Epidémiologie Bactériologie Clinique Vaccination et recommandations Tests diagnostiques disponibles Stratégies diagnostiques: recommandations Traitement Conduite

Plus en détail

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Emmanuel Belchior*, Département des Maladies Infectieuses Congrès des Sociétés médico-chirurgicales de Pédiatrie Samedi 9 juin 2012, Palais

Plus en détail

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE XVII ème Congrès national de la SFHH Nantes 1 er juin 2006 COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE F. Bureau-Chalot 1, F. Fidel 1, A. Henry 1, L. Brasme 1, C. Quéreux 2, P. Morville

Plus en détail

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 97% en AA, pas de dyspnée. Entre autres: coqueluche

Plus en détail

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Coqueluche Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Définition et mode de transmission La coqueluche est une infection bactérienne peu ou pas fébrile de l'arbre respiratoire

Plus en détail

Le point sur la coqueluche en 2012

Le point sur la coqueluche en 2012 Le point sur la coqueluche en 2012 11 e journée du RRH - ARLIN de Basse-Normandie Dr F. Borgey 25 octobre 2012 - Centre de Congrès de Caen Exemple 1 - Coqueluche en EHPAD en 2009 Une investigation en EHPAD

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

Vous recevez une interne du service de maternité

Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Vous recevez une interne du service de maternité Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières.

Plus en détail

Agent Causal. Infection respiratoire due à deux bactéries du genre bordetella. pertussis (Bacille de Bordet et Gengou): coqueluche

Agent Causal. Infection respiratoire due à deux bactéries du genre bordetella. pertussis (Bacille de Bordet et Gengou): coqueluche COQUELUCHE Agent Causal Infection respiratoire due à deux bactéries du genre bordetella pertussis (Bacille de Bordet et Gengou): coqueluche plus rarement parapertussis (5 à 20%): paracoqueluche Bacille

Plus en détail

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010 Vaccination coqueluche et maternité G Picherot YOPI 2010 Groupe Avancées Vaccinales 2010 Très inspiré de «AVANT, PENDANT et APRES Vaccinations autour de la grossesse» Dr Marc Valdiguié Pédiatre Unité de

Plus en détail

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 Alain Gravier, Gilles Ollagnon, Anne Iordanoff Coqueluche Bordetella pertussis (OMS : 300.000 décès dans monde), strictement humaine, transmission

Plus en détail

EPI-COQ. l adulte. Enquête EPI-COQ

EPI-COQ. l adulte. Enquête EPI-COQ Evaluation de l incidence l de la coqueluche chez l adolescent l de 13 ans et plus et l adulte en médecine m générale g en Ile-de France Enquête Rappel La coqueluche est une maladie infectieuse respiratoire

Plus en détail

Actualités sur la coqueluche en 2013

Actualités sur la coqueluche en 2013 Actualités sur la coqueluche en 2013 Nicole Guiso Centre National de Référence de la coqueluche et autres bordetelloses Unité de Prévention et Thérapie Moléculaire des Maladies Humaines Institut Pasteur

Plus en détail

HAUT CONSEIL DE LA SANTE PUBLIQUE. Commission spécialisée sécurité sanitaire. Comité technique des vaccinations RAPPORT

HAUT CONSEIL DE LA SANTE PUBLIQUE. Commission spécialisée sécurité sanitaire. Comité technique des vaccinations RAPPORT HAUT CONSEIL DE LA SANTE PUBLIQUE RAPPORT RELATIF A LA CONDUITE A TENIR DEVANT UN OU PLUSIEURS CAS DE COQUELUCHE 5 septembre 2008 Le Conseil supérieur d'hygiène publique de France, section des maladies

Plus en détail

Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche en établissement de santé

Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche en établissement de santé C.CLIN Sud-Est Juillet 2009 Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche en établissement de santé La découverte d un cas ou plusieurs cas de coqueluche dans un établissement de santé nécessite

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES RAPPORT DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES RAPPORT DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE RAPPORT DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE SECTION MALADIES TRANSMISSIBLES Relatif à la conduite à tenir devant un

Plus en détail

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire?

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Sophie GIBAUD Pole de biologie - chu de Nantes - Laboratoire de Bactériologie et Hygiène Outils du diagnostic biologique Culture PCR temps

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 140- Mai 2014 SOMMAIRE 1. Le calendrier vaccinal simplifié 1 2. Vaccination des enfants et adolescents 2 3. Vaccination des adultes 4 4. Cas pratiques 6 5. Invitation Soirées de

Plus en détail

Coqueluche. Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010. E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges

Coqueluche. Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010. E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges Coqueluche Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010 E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges Histoire Passage de l'animal à l'homme Bordetella bronchiseptica B. pertussis & B. parapertussis Description

Plus en détail

BORDETELLA PERTUSSIS (LA COQUELUCHE)

BORDETELLA PERTUSSIS (LA COQUELUCHE) BORDETELLA PERTUSSIS (LA COQUELUCHE) CE DOCUMENT CONCERNE L'EVALUATION DES RISQUES BIOLOGIQUE EN MILIEU DE SOINS. IL EST COMPLEMENTAIRE DU GUIDE EFICATT DE L'INRS ET A ETE ELABORE PUIS VALIDE PAR DES MEDECINS

Plus en détail

La coqueluche en maternité

La coqueluche en maternité La coqueluche en maternité D.Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron Président du Comité Technique des Vaccinations Journée Mater Sud Est- Lyon 25 novembre 2008 La coqueluche

Plus en détail

Cas groupés de coqueluche dans une maison de retraite de Gironde

Cas groupés de coqueluche dans une maison de retraite de Gironde Maladies infectieuses Cas groupés de coqueluche dans une maison de retraite de Gironde Juillet 2006 Claude Flamand, Alain Manetti et Laurent Filleul Ddass de Gironde Cire Aquitaine Sommaire Abréviations

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

Item 78 : COQUELUCHE

Item 78 : COQUELUCHE Item 78 : COQUELUCHE Objectifs pédagogiques : -Diagnostiquer une coqueluche -Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Auteur: Dr Cécile DEBUISSON (debuisson.c@chu-toulouse.fr)

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : memoires@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : memoires@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Coqueluche. Paracoqueluche

Coqueluche. Paracoqueluche CCDM19 : P. Duclos, S. Halperin CCDM18 : P. Duclos 1. Identification Coqueluche Paracoqueluche CIM-9 033.1 ; CIM-10 A37.1 (Croup) Infection bactérienne aigüe du système respiratoire due à Bordetella pertussis.

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles GRIPPE SAISONNIERE Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles DR M.A. HUBSCHER Journée régionale EMS 22/11/2012 Le virus grippal Réputé fragile : sensible aux

Plus en détail

Maladies infectieuses. Mai-juin 2006. Ddass du Vaucluse Drass Provence-Alpes-Côte d Azur Cire Sud

Maladies infectieuses. Mai-juin 2006. Ddass du Vaucluse Drass Provence-Alpes-Côte d Azur Cire Sud Maladies infectieuses Mai-juin 2006 Ddass du Vaucluse Drass Provence-Alpes-Côte d Azur Cire Sud 1.1 Généralités sur la coqueluche 4 1.2 Alerte 5 1.3 Objectifs 6 2.1 Types d enquêtes 7 2.2 Définitions de

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

Item 78 : Coqueluche

Item 78 : Coqueluche Item 78 : Coqueluche Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une coqueluche... 1 1. 1 Diagnostic positif... 1 1. 1. 1 Clinique...1 1. 1. 1. 1 Forme

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL

UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ANNEE 2008 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : Médecine Générale Présentée et soutenue publiquement le A CRETEIL

Plus en détail

re vaccination concerne un rappel tétanost

re vaccination concerne un rappel tétanost Un patient âgé de 50 ans, tabagique, alcoolique, bronchitique chronique et ayant fait il y a 3 mois une pneumopathie à pneumocoque vous consulte pour une mise à jour de ses vaccinations. La dernière re

Plus en détail

Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche

Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche Archives de pédiatrie "" (2005) """-""" Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche Action to be taken when facing one or more cases of whooping-cough D. Floret a, *, I. Bonmarin b, P. Deutsch

Plus en détail

UPRES EA IFR MP23,

UPRES EA IFR MP23, CAS CLINIQUE Dr Daniel BENHAMOU Dr Cherifa GOUNANE Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Rouen Service de Pneumologie et Soins Intensifs Respiratoires UPRES EA 3830 - IFR MP23, Rouen, F-76031, France

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

-Diagnostiquer une coqueluche -Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient

-Diagnostiquer une coqueluche -Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Item 78 : COQUELUCHE Objectifs pédagogiques : -Diagnostiquer une coqueluche -Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Auteur et référent :Professeur J.P CARRIERE (carriere.jp@chu-toulouse.fr)

Plus en détail

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis RESEAU RENACOQ: réseau hospitalier pédiatrique (43 hôpitaux) Données moyennes (10 ans) 260 cas/an environ 63 % chez enfants de de3 mois De 0à 2 mois : incidence

Plus en détail

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE CAS CLINIQUE N 2 VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE FAMILLE DE 5 : MÈRE ASSISTANTE DE DIRECTION / PÈRE STEWARD AIR FRANCE, LONGS COURRIERS CARAÏBES. 3 ENFANTS

Plus en détail

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Professeur Ch. RABAUD 2007 2ème Journée Régionale d Infectiologie Nancy, 19 Octobre 2007 TUBERCULOSE Histoire d un ex-vaccin obligatoire Vaccinations

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

VACCINATIONS. Actualités. D. Abiteboul

VACCINATIONS. Actualités. D. Abiteboul Actualités D. Abiteboul VACCINATIONS Actualités Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Nouveau calendrier vaccinal 2013 Arrêté du 2 août 2013 et Instruction du 21 janvier

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis 12/09/2013 2 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson 3 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE LA COQUELUCHE

MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE LA COQUELUCHE FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE DE RABAT Professeur Laïla EL HARIM - ROUDIES DEPARTEMENT DE PEDIATRIE SERVICE DE PEDIATRIE I MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE LA

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 SCHEMA VACCINAL DE 1981 : SCHEMA VACCINAL EN COMMUNAUTE FRANCAISE EN 2007 : COUVERTURES VACCINALES À L'ÂGE DE 12

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE De très nombreuses raisons peuvent conduire un enfant ou un adulte à être en retard par rapport au calendrier vaccinal idéal. Parmi ces raisons, la

Plus en détail

Modifications de l écologie microbienne

Modifications de l écologie microbienne Modifications de l écologie microbienne Adaptation de l antibiothérapie et des recommandations vaccinales Dr J. Sarlangue Hôpital des Enfants -Bordeaux la résistance bactérienne aux antibiotiques concerne

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Vaccination des professionnels, patients, résidents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1. Conflits d intérêt

Vaccination des professionnels, patients, résidents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1. Conflits d intérêt Vaccination des professionnels, patients, résidents Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 CClin Sud Est- Lyon- 17 Mars 2016 Conflits d intérêt Déclaration Publique d Intérêt consultable sur le

Plus en détail

GUIDE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE

GUIDE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE GUIDE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE RETRAIT PRÉVENTIF DE LA TRAVAILLEUSE ENCEINTE La coqueluche COMITÉ MÉDICAL PROVINCIAL EN SANTÉ AU TRAVAIL DU QUÉBEC Adopté le 26 mars 1998 Guide de pratique élaboré à

Plus en détail

Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité

Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité SEV 2010 Dr Eric Schwartzentruber Responsable du pôle santé publique SCHS/Ville de Montpellier Mesures à prendre (par le médecin en charge

Plus en détail

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Sylvie Monier UHE-Hôpital Hôpital Edouard Herriot JNI-11.06.2009 INTRODUCTION

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour Centre International de Vaccination Service Universitaire de Maladies Infectieuses et du voyageur XVIII ème Journée Régionale de Pathologie Infectieuse

Plus en détail

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite.

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. L ouvrage original couleur E.PILLY.ECN 2016 est disponible en

Plus en détail

Adolescent ou adulte : à chaque âge, vaccinons-nous!

Adolescent ou adulte : à chaque âge, vaccinons-nous! DOSSIER DE PRESSE Adolescent ou adulte : à chaque âge, vaccinons-nous! Paris, le mardi 30 novembre 2010 3310EVAC35 Novembre 2010 Laboratoire GlaxoSmithKline Laboratoire GlaxoSmithKline Contacts Presse

Plus en détail

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 Grippe et grossesse Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 3 questions Quels sont les facteurs de risques de grippe grave chez la femme enceinte? A quel(s) trimestre(s)

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE

VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE 1 GENERALITES...2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 2 1.4 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

Quelles explorations dans la coqueluche?

Quelles explorations dans la coqueluche? Quelles explorations dans la coqueluche? 1ère Journée de pneumo allergologie pédiatrique de Midi Pyrénées 26 septembre 2013 Dr Karine MORELLE ou définition plus scientifique! La coqueluche, qu'est ce donc??

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel. Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées

Vaccinations et milieu professionnel. Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées Vaccinations et milieu professionnel Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées 1 Certaines activités professionnelles font courir un risque de maladie infectieuse, comme l'hépatite ou la tuberculose.

Plus en détail

Mieux protéger. Les vaccinations. de la maman, du bébé et de son entourage. autour de la naissance. D après le calendrier vaccinal 2013 1

Mieux protéger. Les vaccinations. de la maman, du bébé et de son entourage. autour de la naissance. D après le calendrier vaccinal 2013 1 Mieux protéger autour de la naissance Crédits photos : Fotolia - FRAN000000093 FR00825 - Juillet 2013 Les vaccinations de la maman, du bébé et de son entourage D après le calendrier vaccinal 2013 1 drier

Plus en détail

Le point sur la vaccination en France

Le point sur la vaccination en France Le point sur la vaccination en France Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant- Bron Président du Comité technique des vaccinations Semaine Européenne de la vaccination-

Plus en détail

Contexte. Partenariats. Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Contexte. Partenariats. Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Contexte Réunion des infirmières hygiénistes de l Inter-région Paris- Nord Paris 15 mai 2013 Béatrice CROZE Infirmière

Plus en détail

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers Guide pratique sur les vaccinations à l intention des infirmiers JNI Tours 14 juin 2012 Journée Nationale de Formation des Infirmières en Infectiologie Sophie Lefèvre Didier Pinquier D après le calendrier

Plus en détail

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE... 1 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE...

Plus en détail

LA GRIPPE A H1N1v. Ce que doivent savoir les obstétriciens

LA GRIPPE A H1N1v. Ce que doivent savoir les obstétriciens LA GRIPPE A H1N1v Ce que doivent savoir les obstétriciens EPIDÉMIOLOGIE LA PANDÉMIE EN FRANCE La dynamique de l épidémie n est pas prévisible Les épidémiologistes et virologues estiment qu il y aurait

Plus en détail

DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains

DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains Se faire vacciner, se laver les mains : 2 gestes essentiels pour lutter contre les maladies infectieuses. C est décidé, je vais sauver le monde!...commence

Plus en détail

Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013

Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013 Calendrier vaccinal et recommandations vaccinales 2013 du ministère des Affaires sociales et de la Santé, selon l avis du Haut Conseil de la santé publique MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Plus en détail

La grippe en 2011 : questions et réponses

La grippe en 2011 : questions et réponses La grippe en 2011 : questions et réponses 1. Pourquoi vacciner contre la grippe? La vaccination est la seule manière de se protéger contre la grippe, et surtout contre ses complications. La grippe est

Plus en détail

Vaccination des étudiants en santé

Vaccination des étudiants en santé Vaccination des étudiants en santé Quizz en Infectiologie Jean-Louis Koeck 1 Marie M. 21 ans, inscrite en PACES Elle dit avoir été bien vaccinée dans l'enfance, mais elle n'a pas retrouvé son carnet de

Plus en détail

Prise en charge de la grippe A / H1N1. Pr Th. MAY Pr C. RABAUD Dr L. LETRANCHANT

Prise en charge de la grippe A / H1N1. Pr Th. MAY Pr C. RABAUD Dr L. LETRANCHANT Prise en charge de la grippe A / H1N1 Pr Th. MAY Pr C. RABAUD Dr L. LETRANCHANT On avait prévu vu Une grippe H5 avec des oiseaux On a une grippe H1 avec des cochons On avait prévu vu Une attaque venant

Plus en détail

Coqueluche DCEM3 2011

Coqueluche DCEM3 2011 Coqueluche DCEM3 2011 Vous êtes appelé d urgence au domicile du petit T., nourrisson de 1 mois ½ pour perte de connaissance. L histoire a débuté il y a 10 jours par une toux à recrudescence nocturne, traitée

Plus en détail

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2014. Document mis à jour le 15/05/2014 (Modifications pages 45 et 50)

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2014. Document mis à jour le 15/05/2014 (Modifications pages 45 et 50) Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2014 Document mis à jour le 15/05/2014 (Modifications pages 45 et 50) PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

Coqueluche à l hôpital Place de la vaccination. Dominique Salmon, Dominique Abiteboul Atelier Vaccination du personnel soignant, JNI Lyon, Juin 2009

Coqueluche à l hôpital Place de la vaccination. Dominique Salmon, Dominique Abiteboul Atelier Vaccination du personnel soignant, JNI Lyon, Juin 2009 Coqueluche à l hôpital Place de la vaccination Dominique Salmon, Dominique Abiteboul Atelier Vaccination du personnel soignant, JNI Lyon, Juin 2009 Un cas suspect survient en Décembre 15/12 une interne

Plus en détail

UTILISATION DU VACCIN ACELLULAIRE

UTILISATION DU VACCIN ACELLULAIRE RAPPORT UTILISATION DU VACCIN ACELLULAIRE CONTRE LA COQUELUCHE CHEZ LES ADOLESCENTS ET LES ADULTES QUÉBÉCOIS COMITÉ SUR L IMMUNISATION DU QUÉBEC DIRECTION RISQUES BIOLOGIQUES, ENVIRONNEMENTAUX ET OCCUPATIONNELS

Plus en détail

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Unité HPCI, septembre 2009 1 Objectifs du cours Grippe saisonnière Grippe A(H1N1) Mesures de prévention

Plus en détail

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE PARTICULARITE PRISE EN CHARGE C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 1 I) PARTICULARITE EN

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 293 Vaccinations pour les personnels de santé INTRODUCTION La vaccination des personnels de santé a

Plus en détail

Vaccination en réanimation

Vaccination en réanimation Vaccination en réanimation CÉLINE PULCINI MCU-PH SERVICE D INFECTIOLOGIE CHU DE NICE PLAN 1. Épidémiologie de quelques maladies à prévention vaccinale 2. Réponse immunologique à la vaccination en réanimation

Plus en détail

Une épidémie dans un hôpital général

Une épidémie dans un hôpital général Une épidémie dans un hôpital général Au CHIC, après 3 cas groupés de coqueluche parmi des membres du personnel soignant (MPS), examen de tous les «tousseurs» Procédures diagnostiques Examen clinique et

Plus en détail

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 http://www.inpes.sante.fr/cfesbases/catalogue/pdf/1133.pdf CAS CLINIQUE N 1 Une maman, membre d un groupe de pensée plutôt opposé aux vaccinations,

Plus en détail

o La patiente part avec port de masque chirurgical et lavage des mains avec solution hydro alcoolique (aussi pour son entourage malade)

o La patiente part avec port de masque chirurgical et lavage des mains avec solution hydro alcoolique (aussi pour son entourage malade) FEDERATION DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Validation : 04 septembre 2009 Procédure de prise en charge des femmes enceintes atteintes ou possiblement atteintes de grippe H1N1 Ces recommandations pourront évoluer

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques 7 BEH -5 / 0 avril 0. Calendrier vaccinal 0. Tableaux synoptiques. Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 0 Recommandations générales Rattrapage Populations particulières

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Dijon, le 8 Octobre 2009. Grippe A / H1N1 v. Pr Ch. RABAUD

Dijon, le 8 Octobre 2009. Grippe A / H1N1 v. Pr Ch. RABAUD Dijon, le 8 Octobre 2009 Grippe A / H1N1 v Pr Ch. RABAUD On avait prévu Une grippe H5, grave, nous venant des oiseaux et d ASIE Grippe aviaire (1997) : 407 cas ; 256 décès pas de transmission interhumaine

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE LA GRIPPE SAISONNIERE

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE LA GRIPPE SAISONNIERE 1. OBJECTIF Prévenir une épidémie de grippe saisonnière. 2. DOMAINE D APPLICATION Médecin traitant, Médecin coordonnateur, Cadre de Santé, Directeur, Infirmière Coordinatrice, kinésithérapeutes et tout

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Le virus de l hépatite A (VHA)

Le virus de l hépatite A (VHA) Hépatite A Le virus de l hépatite A (VHA) Picornaviridae, genre Hepatovirus seul représentant, ubiquitaire. 6 génotypes (I à VI) ont été décrits les génotypes I, II et III correspondent aux isolats humains,

Plus en détail

PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009

PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009 PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009 VERSION DU 23 JUILLET 2009 1 Sommaire 1. INTRODUCTION... 3 2. OBJECTIFS... 4 3. METHODE... 5 3.1. DEFINITIONS DE CAS GROUPES...

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE Responsabilité de chacun et sensibilisation de tous 1 - Tous les professionnels travaillant au contact

Plus en détail

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI FMPR, Rabat le 23.10.2010 Les mesures de prévention concernent la population dans son ensemble en se

Plus en détail