Infections respiratoires basses chez le nourrisson. Pr A.AGADR Service de Pédiatrie Hôpital Militaire Mohamed V Rabat

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Infections respiratoires basses chez le nourrisson. Pr A.AGADR Service de Pédiatrie Hôpital Militaire Mohamed V Rabat"

Transcription

1 Infections respiratoires basses chez le nourrisson Pr A.AGADR Service de Pédiatrie Hôpital Militaire Mohamed V Rabat

2 Introduction Les infections respiratoires basses de l enfant constituent un problème majeur de santé publique tant en termes de morbidité que de mortalité 30 à 60 % des motifs de consultations 30 à 40 % des motifs d hospitalisations 2 ème cause de mortalité chez l enfant de moins de 5 ans 2 millions/an 27% mortalité infantile

3 MAROC 25 à 42 % consultations 15 à 20 % activités des Pédiatres de ville 35 % hospitalisations ( service de Pédiatrie I, Hôpital d enfants Rabat)

4 Introduction Les IRB sont l expression de l atteinte parenchymateuse souvent virale pour laquelle une origine bactérienne doit être évoquée. Les examens à visée étiologique sont peu spécifiques et de réalisation difficile. Le TTT ATB est probabiliste en fonction: -de l'épidémiologie (âge) -du statut vaccinal de l enfant -des germes et leur sensibilité aux ATB

5 Classification Infections respiratoires basses (IRB) Bronchites et trachéo-bronchites Bronchiolites pneumonies Clinique :triade Fièvre Toux Difficultés respiratoires

6 Etiologies Virales les plus fréquentes : VRS, influenza, parainfluenza,adénovirus. Bactériennes

7 Quelles Bactéries? PNEUMOCOQUES++++ Mycoplasma pneumoniae Haemophilus influenzae b (in memoriam disparu depuis vaccination); autres Haemophilus non typables? 7

8 Microbiologie des IRB Variable selon Pays: épidémiologie locale Statut vaccinal : Hib et pneumo. Age de l enfant <3 ans : virus +++ S. pneumoniae Haemophilus Influenzae b >3 ans : virus S. pneumoniae Mycoplasma pneumoniae

9 DIAGNOSTIC «Positif» - Suspicion - Confirmation 9

10 Diagnostic positif Le diagnostic est avant tout clinique - Bronchiolite aigue: virus, période hivernale Après 2 à 3 jours de toux, rhinorrhée, fièvre modérée : DR avec signes de lutte et râles sibilants - Bronchite : virus Toux, fièvre modérée, râles sous-crépitants, installation progressive sans signes de lutte

11 Diagnostic positif - Pneumonie Arguments de suspicion clinique SIGNES D APPEL - Infectieux : fièvre - Respiratoires : - Toux (parfois retardée) - Tachypnée Extra-respiratoires : - Douleurs abdominales - Signes pseudo-méningés 11

12 Arguments de suspicion clinique (2) Signes à l examen - FR + + +(>50c/mn) - Anomalies auscultatoires pulmonaires focalisées MV Râles crépitants 12

13 Diagnostic positif Enfant < 2 ans, Sibilants diffus, période épidémique BRONCHIOLITE Toux, +/- sous crépitants BRONCHITE ou TRACHEO-BRONCHITE Tachypnée, signes auscultatoires en foyer (crépitants) PNEUMONIE Tableau brutal, douleurs thoraciques et/ou abdominales, altération état général Pneumocoque Tableau progressif, toux durable, myalgies, éruption, état général conservé Germes atypiques

14 Étiologie Bactérienne Virale Pneumocoque Mycoplasme Épidémiologie Sporadique Épidémique Épidémique Age Tout âge >3 ans Tout âge Début Brutale Progressif Progressif Fièvre 40 C Variable Variable Signes respiratoires Douleur thoracique Toux sèche Crépitants en foyer Toux paroxystique Ronchi, Sibilants Toux, signes rhino-pharyngés ronchi, sibilants Signes extrarespiratoires AEG, douleurs abdo méningisme, otite Asthénie éruption Éruptions, diarrhées myalgies Tolérance Mauvaise Bonne Bonne 14

15 DIAGNOSTIC DE SEVERITE = SITUATIONS D URGENCE TERRAIN DETRESSE RESPIRATOIRE - âge < 6 mois - polypnée ( 60c/mn) - pathologie pulmonaire - hypoxie : cyanose; SaO2 < 95%) ou cardiaque - hypercapnie : - drépanocytose * troubles de la conscience - dénutrition * sueurs * HTA Intensité du syndrome infectieux : fièvre; troubles hémodynamiques, frissons 15

16 3 indicateurs de gravité Hypoxie (cyanose) Impossibilité répétée de parvenir à boire la ½ du biberon (3 biberons successifs) = dyspnée d effort Aggravation rapide des symptômes 16

17 Signes de gravité hospitalisation Afssaps 2005

18 TOUS SIGNES CLINIQUES A ORIENTATION ETIOLOGIQUE MIS SOUVENT EN DEFAUT. 18

19 Confirmation = Diagnostic positif de certitude Cliché thoracique - De face - En inspiration - En position debout 19

20 DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE RADIOLOGIQUE EGALEMENT PROBABILISTE Typiquement Opacités alvéolaires systématisées = pneumocoque Infiltrat diffus bilatéral lobaire ou segmentaire = virus ou mycoplasme En fait Toutes étiologies infectieuses tous aspects radiologiques 20

21 PNEUMONIE FRANCHE LOBAIRE AIGUE 21

22 PIEGES Les clichés thoraciques initiaux peuvent être normaux 2ieme cliché à H48: Pneumonie Franche du LOBE supérieur DROIT 22

23 23

24 HEMATOLOGIQUE DIAGNOSTIC PROBABILISTE BIOLOGIQUE En faveur du pneumocoque Hyperleucocytose à polynucléaires ( pneumocoque) BIOLOGIQUE CRP > 20 mg/l : valeurs souvent élevées mg/l Procalcitonine? (>0.5ng/L) 24

25 AINSI LE DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE NE PEUT ETRE QUE.. MICROBIOLOGIQUE. MAIS. 25

26 Place de la biologie pour diagnostic étiologique? hémocultures: Mais faible sensibilité : 3 10% antigènes VRS, adenovirus (sécrétions nasopharyngées ECBC : délicat en pédiatrie PCR : mycoplasme, coqueluche sérologies lavage bronchio alvéolaire ponction pleurale, biopsie

27 ARGUMENTATION DE L ATTITUDE THERAPEUTIQUE... 27

28 Traitement bronchiolite Symptomatique Désobstruction Désobstruction rhinopharyngée Kinésithérapie respiratoire Hydratation Fractionnement repas, épaississement SNG, perfusion Couchage proclive dorsal Critères d hospitalisation

29 Conférence de consensus : prise en charge de la bronchiolite du nourrisson. 21 septembre ANAES.

30 Traitement des bronchiolites Nébulisation sérum salé Pas de mucolytiques Pas d antibiothérapie systématique Indications de l antibiothérapie : Pas de consensus T > 39 au delà de 3 jours? OMA purulente Pneumonie et/ou atélectasie Amox Ac clavulanique

31 Traitement des bronchites Enfant sans facteurs de risque : abstention de toute prescription antibiotique Température > 38 5 plus de 3j ou toux persistante au-delà de 10j : Suspecter M. pneumoniae ou Ch. Pneumoniae Rechecher une complication ( OMA, Pneumonie )

32 Traitement des pneumonies: RISQUE INFECTIEUX MAJEUR : PNEUMOCOQUE AMOXICILLINE mg/kg/jour en 3 prises Concentration tissulaire d Amoxicilline PER OS suffisantes Même vis-à-vis des pneumocoques de sensibilité diminuée ( CMI 2 mg/l) 32

33 Age < 3 ans oui Bactérie présumée pneumocoque Vaccination anti-haemophilus Non Bactérie présumée Hib? Pneumocoque? signes de gravité oui Hospitalisation Pénicilline Ampicilline Amoxicilline Non Amoxicilline oui Hospitalisation Céfotaxime pénicilline? Ampicilline? Amoxicilline? signes de gravité Non amoxicilline Acide clavulanique

34 Age > 3 ans -Début brutal -DL thoracique -Opacité systématisée -Début progressif -Signes extra-respiratoires (myalgies, éruption ) -Sd interstitiel ou opacités multiples Pneumocoque Signes de gravité Non Amoxicilline Oui Hospitalisation Pénicilline Ampicilline amoxicilline Oui Hospitalisation macrolides Bactérie atypique Signes de gravité Non Macrolides

35 Si apyrexie au bout de 48h Continuer L ATB initiale Amoxicilline 80 à 100mg/kg/j en 2 à 3 fois 10j Clarithromycine 15mg/kg/j en 2 fois 14j

36 Si persistance de la fièvre * après 48h sous Béta lactamines Refaire la Rx thorax : résistance du pneumocoque, pleurésie? hospitaliser Si non macrolides *après 4j sous macrolides Hospitaliser, refaire la Rx, faire la sérologie et réévaluer la situation

37 <3ans Pneumopathies de l enfant (AFSSAPS 2005) >3ans Fièvre d apparition brutale Altération de l état général Douleur thoracique Opacité systématisée Début progressif Toux pénible durable État général moins altéré Signes extra pulmonaires Pneumocoque Amoxicilline 80 à 100 mg/kg/j J2 Non amélioration Radio thorax: pleurésie? Macrolide? Amélioration guérison Même traitement Amoxicilline 10 jours Macrolides 14 jours Pneumonie atypique Macrolide J3 Non amélioration Avis spécialisé 37

38 PLANIFICATION DU SUIVI 39

39 CHOIX REEVALUE * A H48 - H72 * SUR REPONSE CLINIQUE ( plus que sur sensibilité de la bactérie si identifiée) 40

40 Température ( C) Amoxicilline Macrolide Pneumonie chez 2 enfants de 5 ans Traitement initial : amoxicilline 38 1 (pneumocoque) 2 (mycoplasme) Jours 41

41 Prévention Bronchiolite: - retarder au delà de l âge de6 mois l accueil de nourrisson en collectivité. - Lutter contre le tabagisme passif - Hygiène des mains - Synagis : anticorps monoclonaux Pneumonies: Haemophilus, Pneumocoque : vaccination Coqueluche : vaccination Corps étrangers: sensibilisation, éducation

42 Avantages spécifiques d un vaccin anti-pneumococcique conjugué Prevenar Efficace dès le plus jeune âge (de 2 mois à 2 ans) Prévention des infections invasives à pneumocooques (méningites, pneumonies..) Diminue le portage pharyngé des pneumocoques des sérotypes vaccinaux Reinert P. Les vaccins antipneumococciques conjugués : un espoir pour la France? Med Thér 2000 ; 4 :

43 Caractéristiques de Prevenar Un seul vaccin contenant 7 osides (sérotypes 4, 6B, 9V, 14, 18C, 19F et 23F) Conjugaison de chaque oside à la protéine porteuse CRM197 Avantages spécifiques de la conjugaison : Protection précoce Mémoire immunitaire Reinert P et al. Les vaccins antipneumococciques conjugués : un espoir pour la France? Médecine Thérapeutique 2000 ; 6 (4) : Rennels MB et al. Safety and immunogenicity of heptavalent pneumococcal vaccine conjugated to CRM197 in United States infants. Pediatrics 1998 ; 101 : Bingen E et al. Méningites à pneumocoque de l enfant en France: âge de survenue et facteurs de risque médicaux. Arch Pédiatr 2005; 12 (n 7): Observatoire National des Méningites Bactériennes de l Enfant, étude prospective sur 3 ans, multicentrique, 259 services de pédiatrie. Données cas de méningites à pneumocoque chez les enfants de moins de 16 ans : 40 décès sur les 367 cas.

44 Schéma vaccinal du Prevenar Recommandation pour tous les nourrissons 2 à 6 mois Primo-vaccination Rappel 2 doses à 2 et 4 mois (avec DT-Polio Coq, Hib et Hep B: 2 sites d injection différents) 1 dose entre 12 et 15 mois (avec ROR: 2 sites d injection différents) BEH

45 Incidence des infections invasives à pneumocoque après introduction du vaccin conjugué chez l enfant Introduction du vaccin Introduction du vaccin Incidence des infections invasives à pneumocoque sensible et résistant à la pénicilline Kyaw et al. N Engl J Med 2006;354: Incidence des infections invasives à pneumocoque résistant à la pénicilline chez les patients âgés de 2 à 65 ans 47

46 SYNTHESE 48

47 Cas clinique 1 Amine 10 mois, présente depuis 2 jours : toux, dyspnée, refus d alimentation, fièvre Ex: polypnéique 58c/mn, tirage inter et sous costal, râles sibilants aux 2 CP, temp. 39

48 Diagnostic?,Traitement? Cas clinique 1

49 Cas clinique 1 BRONCHIOLITE, A hospitaliser TT: Oxygène, nébulisation, kinésithérapie Evolution : amélioration clinique, sortant le lendemain Prélèvement pharyngé: VRS

50 Cas clinique 2 Ali 2 ans Toux grasse depuis 3 semaines + fièvre depuis 15 jours Traitement : céfixime (8j),apyrexie? puis reprise de la fièvre à l arrêt du tt

51 Cas clinique 2

52 Cas clinique 2 NFS GB 73% PNN Hb 8,5 g CRP 14 mg Hospitalisation dans une clinique : céfotaxime et amikacine Pas d amélioration après 5 jours Hospitalisation en pédiatrie Polypnéique sans signes de lutte, 39,Râles crépitants à la base droite

53 Cas clinique 2

54 Cas clinique 2 NFS Hb 7,9 CCMH 33, VGM 50, GB 4440, PNN 36%, L 59% CRP 22 mg Diagnostic?

55 Cas clinique 2 Pneumopathie à germes atypiques? TT : Clarithromycine Evolution amélioration à partir de j2, apyrexie à J4 de traitement poursuivi pendant encore 12 j à domicile Sérologie Mycoplasma Pneumoniae positive

56 Radiographie après 21 jours Cas clinique 2

57 Cas clinique 3 Amine 2 ans et demi sans antécédents respiratoires vacciné contre l haemophilus a présenté il y a 21 jours une fièvre et une toux, le dg d angine ayant été retenu, il est mis sous clamoxyl qu il prend pendant 6 jours avec régression de la fièvre qui reprend depuis 4 jours, reconsulte le même médecin qui le met sous oracéfal.

58 Cas clinique 3 A J5, Amine est fébrile à 40, pale, dyspnéique, abdomen ballonné, hépatosplénomégalie, râles crépitants à gauche.

59 Cas clinique 3

60 Cas clinique 3 NFS Hb 6,3g, Leucocytes % PNN CRP 106 mg/l VS 110/135 Ponction pleurale 20 ml liquide séro-hématique 3500 leucocytes 70% PNN, protides 44g, LDH 3469 Ex direct et culture négatifs

61 Cas clinique 3 TT claforan + vancomycine Ponctions pleurales itératives ramenant peu de liquide ( cloisonnement) Pas d amélioration clinique biologique et radiologique J 6 Thoracoscopie + 6j de drainage 250 ml de liquide

62 Cas clinique 3

63 Pleuropneumopathie Radio de thorax Echo pleurale ponction si > à 10 mm Antibiothérapie IV Résultat écho pleurale Vol liquidien abondant avec mauvaise tolérance clinique déviation du médiastin Vol liquidien peu abondant avec bonne tolérance clinique Cloisons en échographie Pas de cloison en échographie Ponction évacuatrice Echec Efficace TDM Surveillance (clinique, radio, écho) Thoracoscopie

64 Cas clinique 4 Nourrisson de 2 mois présente depuis 10 jours une toux, diarrhée et vomissements consulte un pédiatre qui lui prescrit un traitement symptomatique et kinésithérapie. Aggravation de la toux + gène respiratoire: admission dans une clinique

65 Cas clinique 4

66 Cas clinique 4 Claforan + nébulisation adrénaline et pulmicort sortant après 3j sous Oroken

67 Cas clinique 4 Absence d amélioration: toux spasmodique+++, polypnée à 60/mn, refus de téter Examen: fébrile à 41, signes de lutte, sibilants aux 2 champs pulmonaires, Saturation O2 en dehors des accès de toux 98%

68 Cas clinique 4

69 Cas clinique 4 NFS Hb 9,3 g, Leucocytes PNN 71%, Lymphocytes :29% Plaquettes CRP 1mg Diagnostic??

70 Cas clinique 4 Virus ou coqueluche? Prélèvement nasal pour VRS et PCR Bordetella pertussis

71 Cas clinique 4 Traitement: oxygène, arrêt de l alimentation, Clarithromycine Surveillance des accès de toux et saturation Evolution: amélioration progressive des symptômes, NFS J4 GB (49%L),J (59%L) Sortant après 12 j sous le même tt

72 Confirmation du diagnostic de coqueluche par PCR

73 Cas clinique 5 Oussama 2 ans et demi présente depuis 15 jours toux fièvre Reçoit depuis 5 jours Amoxicilline Aggravation de la symptomatologie apparition d une dyspnée avec

74 Cas clinique 5

75 Cas clinique 5 Bronchoscopie Trachée et bronche souche droite libres. Bronche souche gauche siège de secrétions avec muqueuse inflammatoire. Pas de corps étranger. Traitement antibiotique Claforan + Vancomycine

76 Cas clinique 5 RADIO DE CONTRÔLE (J5) Une malformation pulmonaire est fortement évoquée

77 Cas clinique 5 7 j après Emphysème lobaire géant du LSG!!!!!

78 Cas clinique 5 Bronchoscopie ( 2 ) Trachée et bronche souche droite libres. Bronche principale gauche: présence de secrétions peu abondantes, muqueuse d aspect inflammatoire, présence d un corps étranger de nature synthétique

79 Cas clinique 5

80 82 Infections bronchopulmonaires nourrisson et enfant

81 Infections bronchopulmonaires nourrisson et enfant

82 84 Infections bronchopulmonaires nourrisson et enfant

83 Infections bronchopulmonaires nourrisson et enfant

84 Infections bronchopulmonaires nourrisson et enfant

85 Infections bronchopulmonaires nourrisson et enfant

86 En résumé Clinique : Bronchiolite : nourrisson, polypnée, freinage expiratoire, hiver Bronchopneumopathie : fièvre, toux Radio thorax : diagnostic de pneumopathie Etiologie : Virus : VRS grippe Bactérie : pneumocoque, mycoplasme pn

87 En résumé Traitement : Pneumonie : amoxicilline / macrolide Bronchiolite : kinésithérapie Critères d hospitalisation!!! Réévaluer traitement à 48 heures Radio de contrôle à un mois

88 Recommandations Afssaps Octobre 2005

89

90 Conclusion Les IRB de l enfant sont fréquentes Le plus souvent Virales ++++ (saison froide) Radio du Thorax si on évoque étiologie bactérienne Choix de l antibiotique: -Age de l enfant = < ou > 3 ans -Statut vaccinal (vaccin Hib? ) Résistance du pneumocoque Vigilance, vaccination Ne pas oublier Coqueluche et Corps étranger

PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE

PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE FMC, Tours le 11 Septembre 2007 Pneumopathies communautaires Fréquent chez l enfant de

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis Introduction(1) L augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques est inquiétante, et s explique entre

Plus en détail

Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant

Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant Khaled Menif ; Asma Bouziri Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis 19ème Congrès National STPI 24 et 25 Avril

Plus en détail

ITEM 151 : Infections bronchopulmonaires communautaires ITEM 200 : Toux chez l enfant (avec le traitement)

ITEM 151 : Infections bronchopulmonaires communautaires ITEM 200 : Toux chez l enfant (avec le traitement) Questions ITEM 151 : Infections bronchopulmonaires communautaires ITEM 200 : Toux chez l enfant (avec le traitement) [2014 Dossier 4-2010 Dossier 5-2011 Dossier 4-2012 Dossier 4-2014 Dossier 3] QCM 1 :

Plus en détail

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses?

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Question n 1 : Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Quels sont les moyens diagnostiques, cliniques et para-cliniques permettant de distinguer l infection bronchique

Plus en détail

Pneumonies bactériennes communautaires de l enfant Difficultés diagnostiques et thérapeutiques

Pneumonies bactériennes communautaires de l enfant Difficultés diagnostiques et thérapeutiques Pneumonies bactériennes communautaires de l enfant Difficultés diagnostiques et thérapeutiques Dr Guillaume Thouvenin Service de pneumologie pédiatrique Hôpital Armand Trousseau Tlemcen, mai 2012 Inserm

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE : Infections Respiratoires Basses de l Enfant RECOMMANDATIONS

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE : Infections Respiratoires Basses de l Enfant RECOMMANDATIONS ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE : Infections Respiratoires Basses de l Enfant RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, juillet 2001 RECOMMANDATIONS

Plus en détail

BRONCHIOLITE AIGUE DU NOURRISSON

BRONCHIOLITE AIGUE DU NOURRISSON BRONCHIOLITE AIGUE DU NOURRISSON Plan de cours 1-Etiologie... 2 1.1-Terrain :... 2 1.2-Caractère saisonnier :... 2 1.3-Agents en cause :... 2 2-Pathogénie... 2 2.1-Mode de transmission... 2 2.2-Agression

Plus en détail

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès Durant la période allant du mois de février 2013 au mois de mars 2013 : 8 cas de grippe A(H1N1) ont été colligés à l hôpital régional de Gabès. Le diagnostic de

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 Alain Gravier, Gilles Ollagnon, Anne Iordanoff Coqueluche Bordetella pertussis (OMS : 300.000 décès dans monde), strictement humaine, transmission

Plus en détail

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique?

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? (aux ßlactamines) Gaëlle LE MANAC H Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants Généralités Pneumopathies Infections ORL Infections cutanées

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 Dr. M.SCHETGEN Département de médecine générale Logo du médecin (si nécessaire) ULB Session PÉDIATRIE-Actualisation des vaccinations

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE

L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE Les infections des voies respiratoires basses sont fréquentes, elles viennent au premier rang des infections

Plus en détail

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Pathologie hivernale chez l enfant Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Affections respiratoires Mécanisme de défense des voies aériennes Appareil mucociliaire

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES

LES BONNES PRATIQUES LES BONNES PRATIQUES DE SOINS EN ÉTABLISSEMENTS D H É B E R G E M E N T POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Direction Générale de la Santé Direction Générale de l Action Sociale Société Française de Gériatrie

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil Définition : Fièvre =Température rectale > 38 c (déréglage du point d équilibre thermique au niveau Hypothalamus)

Plus en détail

TRAITEMENT de L ANGINE. Dr Isabelle MISSOTTE Service de pédiatrie CHT Nouméa 13.12.2011

TRAITEMENT de L ANGINE. Dr Isabelle MISSOTTE Service de pédiatrie CHT Nouméa 13.12.2011 TRAITEMENT de L ANGINE Dr Isabelle MISSOTTE Service de pédiatrie CHT Nouméa 13.12.2011 Definitions Angine = inflammation des amygdales, plus ou moins étendue au pharynx L angine à streptocoque ß hémolytique

Plus en détail

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur)

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) La fièvre Définitions Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) Température rectale> 38 Définitions Fièvre aiguë: Depuis moins de

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé,

Plus en détail

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Enoncé Une femme de 57 ans se présente aux urgences pour céphalées, fièvre, frissons, toux, diarrhée et douleurs diffuses évoluant depuis 5 jours,

Plus en détail

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LA FIEVRE AIGUE DE L ENFANT Introduction (1) Symptôme majeur Angoisse excessive Température = équilibre entre pertes et production de chaleur Fièvre = réponse normale de

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

Modifications de l écologie microbienne

Modifications de l écologie microbienne Modifications de l écologie microbienne Adaptation de l antibiothérapie et des recommandations vaccinales Dr J. Sarlangue Hôpital des Enfants -Bordeaux la résistance bactérienne aux antibiotiques concerne

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

Les difficultés respiratoires de l enfant. Docteur D.TCHOMAKOV Urgences Pédiatriques CHU de Strasbourg - Hautepierre

Les difficultés respiratoires de l enfant. Docteur D.TCHOMAKOV Urgences Pédiatriques CHU de Strasbourg - Hautepierre Les difficultés respiratoires de l enfant Docteur D.TCHOMAKOV Urgences Pédiatriques CHU de Strasbourg - Hautepierre Les difficultés respiratoires Dyspnée ou gène inspiratoire, expiratoire ou aux 2 temps

Plus en détail

Actualités sur la coqueluche en 2013

Actualités sur la coqueluche en 2013 Actualités sur la coqueluche en 2013 Nicole Guiso Centre National de Référence de la coqueluche et autres bordetelloses Unité de Prévention et Thérapie Moléculaire des Maladies Humaines Institut Pasteur

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès Pathologie infectieuse en Pneumologie Bronchite Pneumopathie Abcès Prélèvements à visée infectieuse Les VA sous glottiques sont»normalement»stériles 1.ECBC:conscient,coopèrent;efforts de toux(induit?).evaluation

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une grippe II. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient INTRODUCTION - Maladie

Plus en détail

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Coqueluche Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Définition et mode de transmission La coqueluche est une infection bactérienne peu ou pas fébrile de l'arbre respiratoire

Plus en détail

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 97% en AA, pas de dyspnée. Entre autres: coqueluche

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Item 78 : Coqueluche

Item 78 : Coqueluche Item 78 : Coqueluche Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une coqueluche... 1 1. 1 Diagnostic positif... 1 1. 1. 1 Clinique...1 1. 1. 1. 1 Forme

Plus en détail

Grippe A/H1N1 Situation actuelle et circuit de prise en charge. VU HAI Vinh Service des Maladies Infectieuses et Tropicales

Grippe A/H1N1 Situation actuelle et circuit de prise en charge. VU HAI Vinh Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Grippe A/HN Situation actuelle et circuit de prise en charge VU HAI Vinh Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Dynamique de l épidémie pour la semaine du 4 au 20 sept 2009 -En médecine de ville

Plus en détail

Bon usage de l antibiothérapie en EHPAD

Bon usage de l antibiothérapie en EHPAD Bon usage de l antibiothérapie en EHPAD Absence de conflit d'intérêt pour le sujet traité Bernard Pradines, spécialiste en gériatrie, formation et conseil http://www.geriatrie-albi.fr/ fragilité Ce qui

Plus en détail

Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant

Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant Mohammed BOUSKRAOUI CHU Mohammed VI Marrakech bouskraoui@yahoo.fr A. 6 mois Fièvre à 38.5 C, tousse Pas de détresse respiratoire, bruits

Plus en détail

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23)

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23) Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

Physiopathologie. Symptôme Elévation de la température centrale

Physiopathologie. Symptôme Elévation de la température centrale Fièvre de l enfant Physiopathologie Symptôme Elévation de la température centrale «Modification du Thermostat» Vasoconstriction, métabolisme Réponse immunitaire primaire Rarement: d origine centrale Différent

Plus en détail

PARCOURS PATIENTE PRESENTANT UN SYNDROME GRIPPAL

PARCOURS PATIENTE PRESENTANT UN SYNDROME GRIPPAL PARCOURS PATIENTE PRESENTANT UN SYNDROME GRIPPAL ACCUEIL URGENCE DE MATERNITE Si syndrome grippal : port d un masque obligatoire en salle d attente EXAMEN BOX 1 - Prélèvement ( cf protocole ) o Ecouvillon

Plus en détail

MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE LA COQUELUCHE

MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE LA COQUELUCHE FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE DE RABAT Professeur Laïla EL HARIM - ROUDIES DEPARTEMENT DE PEDIATRIE SERVICE DE PEDIATRIE I MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE LA

Plus en détail

Formation continue "Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002"

Formation continue Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002 Dr. med. Eric Breitenstein Vidy-Med SA, Schweiz Formation continue "Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002" Keywords: pneumonie,

Plus en détail

Uniformisons. notre communication

Uniformisons. notre communication Antibiothérapie des Pneumonies et des Pleuro-pneumopathies Uniformisons Robert COHEN notre communication CHI Créteil GRC Gemini Université Paris XII GPIP InfoVac ACTIV Etiologies des pneumonies de l enfant

Plus en détail

CAS Cliniqiue. DR Borgi Aida Service réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants Béchir Hamza de Tunis

CAS Cliniqiue. DR Borgi Aida Service réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants Béchir Hamza de Tunis CAS Cliniqiue DR Borgi Aida Service réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants Béchir Hamza de Tunis Nourrisson âgé de 2 mois hospitalisé pour dyspnée aigue. Antécédents personnels: Né par C/S,

Plus en détail

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas) Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières.

Plus en détail

Prise en charge de la grippe A / H1N1. Pr Th. MAY Pr C. RABAUD Dr L. LETRANCHANT

Prise en charge de la grippe A / H1N1. Pr Th. MAY Pr C. RABAUD Dr L. LETRANCHANT Prise en charge de la grippe A / H1N1 Pr Th. MAY Pr C. RABAUD Dr L. LETRANCHANT On avait prévu vu Une grippe H5 avec des oiseaux On a une grippe H1 avec des cochons On avait prévu vu Une attaque venant

Plus en détail

BRONCHIOLITE ET ASTHME

BRONCHIOLITE ET ASTHME BRONCHIOLITE ET ASTHME COURS IFSI 2 ANNÉE Dr A.Veyre, Service de Pédiatrie Générale, secteur nourrissons Aurelia.veyre@lmr.aphp.fr LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON GENERALITES Infection RESPIRATOIRE du NOURRISSON

Plus en détail

Pneumonies aigues communautaires

Pneumonies aigues communautaires Groupe Hospitalier Henri Mondor Services des urgences Pneumonies aigues communautaires DESC MU, Urgences Infectieuses Dr Alice HUTIN, CCA SAU Henri Mondor, Créteil Epidémiologie Pathologie fréquente Pathologie

Plus en détail

Bronchiolite : nouvelles recommandations. Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale

Bronchiolite : nouvelles recommandations. Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale Bronchiolite : nouvelles recommandations Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale 7 Avril 2015 2 nouvelles références en 2014 «Saisissez une citation ici.» Arch Pediatr. 2014 Jan;21(1):53-62 «Saisissez

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr X.LEGROS Maternité CHU Pointe à Pitre Février 2013 INTRODUCTION Fréquence et gravité Options thérapeutiques restreintes du fait tératogénicité de certains antibiotiques

Plus en détail

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. )

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. ) Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. ( je crois que je suis enceinte euh j en suis sûre s! J ai J fais la prise de sang. ) Docteur Jean Daniel GENNARO P R I A M Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. FIEVRE

Plus en détail

Dijon, le 8 Octobre 2009. Grippe A / H1N1 v. Pr Ch. RABAUD

Dijon, le 8 Octobre 2009. Grippe A / H1N1 v. Pr Ch. RABAUD Dijon, le 8 Octobre 2009 Grippe A / H1N1 v Pr Ch. RABAUD On avait prévu Une grippe H5, grave, nous venant des oiseaux et d ASIE Grippe aviaire (1997) : 407 cas ; 256 décès pas de transmission interhumaine

Plus en détail

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique Méningites Définition Inflammation des méninges, les 3 membranes qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales

Plus en détail

VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE

VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE 1 GENERALITES...2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 2 1.4 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 15 octobre 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 15 octobre 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE 1 A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 2 1. Adultes et enfants d un an et plus La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

DOSSIER La bronchite aiguë Remerciements : Pr. JL. Pellegrin - Médecine Interne - CHU Bordeaux

DOSSIER La bronchite aiguë Remerciements : Pr. JL. Pellegrin - Médecine Interne - CHU Bordeaux Novembre 2007 ; N 8 ACTUALITE DE RESPIR.COM Activités et chiffres clés DOSSIER La bronchite aiguë Remerciements : Pr. JL. Pellegrin - Médecine Interne - CHU Bordeaux FICHE INFORMATIVE GRAND PUBLIC La bronchite

Plus en détail

Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP

Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP Contexte et méthode d évaluation 2 Une évaluation par la HAS : Pourquoi? Mars 2005: lancement effectif

Plus en détail

Toux chronique de l enfant

Toux chronique de l enfant Toux chronique de l enfant «Les 10 questions indispensables» F.Amsallem Définition «Toux > 4 à 6 semaines ou Episodes de toux > 2 mois / an» En pratique toute toux > 3 semaines doit être explorée Principales

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge PNEUMOPATHIES 1 Epidémiologie Les pneumopathies communautaires sont des infections potentiellement grave (5 ème ou 6 ème cause de décès dans les pays industrialisés) 1 ère cause de décès d origine infectieuse

Plus en détail

20 mois. V. Sablayrolles Interne en pédiatrie 2eme année CHG Montlucon

20 mois. V. Sablayrolles Interne en pédiatrie 2eme année CHG Montlucon Liv, née le 28/04/2007 20 mois V. Sablayrolles Interne en pédiatrie 2eme année CHG Montlucon Antécédents 6 ème enfant Pas d antécédent familial notable Pas d allergie connue Née à terme, poids de naissance

Plus en détail

Le point sur la coqueluche en 2012

Le point sur la coqueluche en 2012 Le point sur la coqueluche en 2012 11 e journée du RRH - ARLIN de Basse-Normandie Dr F. Borgey 25 octobre 2012 - Centre de Congrès de Caen Exemple 1 - Coqueluche en EHPAD en 2009 Une investigation en EHPAD

Plus en détail

ASTHME DU PETIT ENFANT

ASTHME DU PETIT ENFANT ASTHME DU PETIT ENFANT DÉFINITION 3 épisodes dyspnéiques avec sibilants avant l âge de 3 ans (Tabachnik et Levinson - 1981) Indépendamment : du statut atopique de l âge de début des facteurs déclenchants

Plus en détail

L ANGINE. A Epidémiologie :

L ANGINE. A Epidémiologie : L ANGINE L angine est une inflammation aiguë des amygdales d origine essentiellement virale, et secondairement bactérienne. C est les streptocoque ß hémolytique du groupe A, qui est l agent responsable

Plus en détail

La gestion des épidémies de bronchiolites par le service de pédiatrie du CHU de Nantes.

La gestion des épidémies de bronchiolites par le service de pédiatrie du CHU de Nantes. La gestion des épidémies de bronchiolites par le service de pédiatrie du CHU de Nantes. M VERSTRAETE, B VRIGNAUX, K LEVIEUX, E LAUNAY, I HAZART,N VABRES, C GRAS-LE GUEN Urgences pédiatriques et pédiatrie

Plus en détail

Item 78 : COQUELUCHE

Item 78 : COQUELUCHE Item 78 : COQUELUCHE Objectifs pédagogiques : -Diagnostiquer une coqueluche -Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Auteur: Dr Cécile DEBUISSON (debuisson.c@chu-toulouse.fr)

Plus en détail

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Table des matières Description du cas clinique Méningite bactérienne 4 Exercice : Quelle est la conduite à tenir? 5 Exercice : Examen biologique

Plus en détail

Module 7 : 086 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES

Module 7 : 086 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES Module 7 : 086 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES Validé par le Dr Jouneau Clinique - Syndrome infectieux : Fièvre Frissons VS Hyperleucocytose - Signes fonctionnels respiratoires : Douleur thoracique Dyspnée

Plus en détail

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE XVII ème Congrès national de la SFHH Nantes 1 er juin 2006 COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE F. Bureau-Chalot 1, F. Fidel 1, A. Henry 1, L. Brasme 1, C. Quéreux 2, P. Morville

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES (Diagnostic de PAC) Hôpital Tenon - Paris

DIAGNOSTIC DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES (Diagnostic de PAC) Hôpital Tenon - Paris DIAGNOSTIC DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES (Diagnostic de PAC) MAYAUD. C Hôpital Tenon - Paris 1 Enjeux du diagnostic d une infection respiratoire basse communautaire Attitude Risque Abstention d antibiothérapie

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant.

Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant. Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant. Y. AMEGNRAN, M. COLOMBIES, C. CASTRO, J. POISSON et F. TRONC, Service de Pédiatrie-néonatologie CH Carcassonne.

Plus en détail

Infections Respiratoires

Infections Respiratoires Infections Respiratoires Dr M. Khellaf Service de Médecine Interne CHU Mondor Avril 2003 Infections respiratoires - Epidémiologie. Infections respiratoires = 0.8 / 1000 Hab / an. Incidence si comorbidité.

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Bronchiolites du Nouveau-Né

Bronchiolites du Nouveau-Né Bronchiolites du Nouveau-Né 4A Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille 2015 3.0 Table des matières Objectifs 3 I - Bronchiolite : définition

Plus en détail

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort)

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Motif de consultation Mr F, 38 ans, consulte aux urgences dans la nuit aux environ de 4h pour douleur dentaire avec œdème de la face.

Plus en détail

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus Otite Moyenne Aiguë OMA / modèle Origine bactérienne dans 70 % des cas Première infection bactérienne tous âges confondus Efficacité prouvée des antibiotiques Une des première cause d utilisation des antibiotiques

Plus en détail

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique La douleur thoracique Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique Vendredi 28 Octobre 2011 Cause fréquente de consultation et de recours aux services de soins

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free. Les enjeux de la vaccination en EHPAD Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr 11 ème Congrès National des Gériatres et Médecins Coordonnateurs d

Plus en détail

Agent Causal. Infection respiratoire due à deux bactéries du genre bordetella. pertussis (Bacille de Bordet et Gengou): coqueluche

Agent Causal. Infection respiratoire due à deux bactéries du genre bordetella. pertussis (Bacille de Bordet et Gengou): coqueluche COQUELUCHE Agent Causal Infection respiratoire due à deux bactéries du genre bordetella pertussis (Bacille de Bordet et Gengou): coqueluche plus rarement parapertussis (5 à 20%): paracoqueluche Bacille

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu CONDUITE A TENIR DEVANT «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu MOTIF DE RECOURS Grosse jambe rouge Fièvre Douleur du membre inférieur Altération de

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-45 Pagination : 1de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 45 Rédacteurs Dr Bénédicte VALLET Date 20/10/2008 Validation Srce Commission

Plus en détail

PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte. F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL

PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte. F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL conflits d intérêt Pas de conflit d intérêt sur le sujet Définition Infection du parenchyme pulmonaire (alvéole et

Plus en détail

Grippe A (H1N1) 2009 Aspects cliniques et thérapeutiques

Grippe A (H1N1) 2009 Aspects cliniques et thérapeutiques Journée d information des professionnels de l urgence 30 septembre 2009 Grippe A (H1N1) 2009 Aspects cliniques et thérapeutiques Pr Marie-Caroline Meyohas Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) Hôpital

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Unité HPCI, septembre 2009 1 Objectifs du cours Grippe saisonnière Grippe A(H1N1) Mesures de prévention

Plus en détail

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis RESEAU RENACOQ: réseau hospitalier pédiatrique (43 hôpitaux) Données moyennes (10 ans) 260 cas/an environ 63 % chez enfants de de3 mois De 0à 2 mois : incidence

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

DR SALAH AMOR JSB MAHDIA 03 mai 2014

DR SALAH AMOR JSB MAHDIA 03 mai 2014 PCIME Infections Respiratoires Aigues de l enfant DR SALAH AMOR JSB MAHDIA 03 mai 2014 DSP MAHDIA 1 Bibliographie PCIME OMS - UNICEF PCIME DSSB UNICEF PN de lutte contre les IRA Documents et circulaires

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail