( ) SA ou Sàrl? Le capital L'anonymat L'organe de révision Le degré de facilité de transfert des parts

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "(17.01.03) SA ou Sàrl? Le capital L'anonymat L'organe de révision Le degré de facilité de transfert des parts"

Transcription

1 Entreprise romande lance ici une nouvelle rubrique. Elaborée en collaboration avec la Chambre des notaires de Genève, elle répondra chaque semaine succinctement à des questions touchant toutes les facettes de la vie d'une entreprise, relevant du droit des sociétés, du droit immobilier et du droit de la famille. ( ) SA ou Sàrl? Ces deux formes juridiques de sociétés aboutissent au même but: la création d'une nouvelle entité juridique. Ce qui les différencie: Le capital: il doit atteindre au minimum francs pour une SA (dont libérés au moment de sa création) et francs pour une Sàrl (dont libérés au moment de sa création). L'anonymat: dans la SA, le nom des actionnaires n'apparaît pas au registre du commerce, contrairement au cas de la Sàrl, où le nom des associés est inscrit. L'organe de révision: il est obligatoire dans le cas de la SA, facultatif dans le cas de la Sàrl (mais très recommandable si l'activité économique de l'entreprise est substantielle). Le degré de facilité de transfert des parts: dans le cas de la SA, la simple cession des actions suffit pour transférer à une tierce personne une ou plusieurs parts de la société; dans le cas de la Sàrl, cela exige la réalisation d'un contrat de vente devant notaire et l'enregistrement au registre du commerce; la venue d'un nouvel associé est par conséquent plus contrôlable dans une Sàrl. ( ) Le passage d'une raison individuelle à une société (SA ou Sàrl) estil obligatoire à un moment donné? Il n'est jamais obligatoire. En revanche, selon le type d'activité exercé, il peut-être interdit par la loi: les avocats ou les notaires, par exemple, ne peuvent fonder une société de capital. Se mettre en société implique: En matière de responsabilité: en cas de mauvaise marche des affaires, voire de faillite, les créanciers ne peuvent en principe prétendre qu'aux biens de l'entreprise (dans un premier temps en tout cas) et non au patrimoine privé des associés de la société. En matière d'organisation et de succession: la société permet de mieux dissocier l'entreprise et son patrimoine d'une part, le cercle des propriétaires de l'entreprise d'autre part. En matière de fiscalité, la société créée est un nouveau sujet fiscal; la charge fiscale est ainsi répartie entre elle et les associés. ( ) Quelles sont les exigences minimales pour créer une SA? Il faut: Au moins trois fondateurs (trois entités juridiques distinctes: personnes morales ou physiques), même si l'un ou l'autre ne détient qu'une action (même d'un centime) et provisoirement. Un capital libéré d'un montant minimum de francs (en espèce ou en nature), bloqué sur un compte spécial dans un établissement bancaire. Un organe de révision des comptes. Un conseil d'administration composé à majorité de Suisses domiciliés en Suisse. Définir et adopter les premiers statuts de la société. La structure du capital-action ou le contenu des statuts, notamment, se définissent au cas par cas.

2 Dans les cas simples, la création de la société exige entre dix et quinze jours (du premier contact avec le notaire à l'obtention du premier extrait du registre du commerce). ( ) Lors de la création d'une SA, la libération du capital en espèces estelle obligatoire? Non. Le capital libéré à la création de l'entreprise peut l'être en espèces ou en nature (stock, mobilier, immobilier, etc.) mais ce dernier cas exige une mention dans les statuts de la société. Il nécessite en outre: Un contrat d'apport: entre celui qui apporte et la société future. Un rapport des fondateurs: pièce essentielle du dossier, ce document détaille le ou les apports en nature (description et état des biens), l'estimation de la valeur des biens et les éléments qui y conduisent; le notaire peut en préparer le squelette mais l'actionnaire doit l'étoffer et le justifier. Une attestation d'un réviseur: celui-ci doit attester que le rapport des fondateurs est complet et exact (cela exige la vérification de tous les points mentionnés dans le rapport). Les mêmes règles sont applicables en cas d'apport en espèces avec intention de les utiliser ultérieurement pour acheter un bien (reprise de bien); il découle de ceci qu'il faut attester, en cas d'apport en espèces, de la non-intention de reprendre ultérieurement un bien. L'apport en nature allonge le délai entre la décision et la création effective de la société (jusqu'à plusieurs semaines). ( ) Quelles sont les exigences minimales pour créer une Sàrl? Il faut: Un capital minimum libéré de francs consigné auprès d'une banque ou d'un notaire. Un ou plusieurs associés (ou gérants), dont un au moins domicilié en Suisse, avec plein pouvoir de signature. Définir et adopter les premiers statuts de la société. Dans les cas simples, la création de la société prend une dizaine de jours (du premier contact avec le notaire à l'obtention du premier extrait du registre du commerce). A noter qu'une révision du Code des obligations concernant la Sàrl est en cours (elle vise à gommer les imperfections du droit en vigueur, qui remonte à 1936, et à rendre cette forme juridique agréable et pratique pour les PME). ( ) Lors de la création d'une Sàrl, la libération du capital en espèces est-elle obligatoire? Non. Le capital libéré peut l'être en espèces ou en nature (stock, mobilier, immobilier, etc.), mais l'apport en nature exige une mention dans les statuts de la société. Contrairement au cas de la SA (voir Entreprise romande du 7 février 2003), l'apport en nature n'exige aucun autre document que les justificatifs ayant permis de déterminer la valeur des biens (factures, argus, etc.). L'apport en nature allonge le délai entre la décision et la création effective de la société (jusqu'à plusieurs semaines). ( ) Quelles étapes de la vie d'une SA ou Sàrl exigent l'intervention d'un notaire? La constitution de la société La libération complémentaire du capital (si celui-ci n'est pas entièrement libéré) Les augmentations ou réductions de capital

3 Toute modification des statuts (changement de nom de la société, déménagement de la société dans une autre commune politique, changement de but, etc.). La liquidation de la société. La transformation d'une SA en Sàrl et réciproquement, ainsi que les cas de fusions. La cession de parts d'une Sàrl. ( ) Peut-on transformer une SA en Sàrl et inversément? La transformation d'une SA en Sàrl est prévue par la loi. En revanche, la transformation d'une Sàrl en SA est seulement admise par le Tribunal fédéral, compétent en la matière. A noter que les Chambres fédérales examinent en ce moment un projet de loi sur la fusion, la transformation et la scission d'entreprises, qui devrait combler cette lacune juridique. Malgré celle-ci, le deuxième type de transformation est beaucoup plus fréquent que le premier et sa procédure est plus légère. Si davantage d'entrepreneurs sont attirés par la simplicité de mise en route d'une Sàrl, beaucoup en effet lui préfèrent à moyen terme la souplesse de la SA, notamment en ce qui concerne le transfert d'actions (transférer à une tierce personne une ou plusieurs actions ne nécessite aucune formalité notariale ou contractuelle). ( ) Peut-on choisir librement une raison sociale? Non. Certains principes doivent être respectés, comme l'interdiction de dénominations identiques (il est prudent de demander à l'office fédéral du registre du commerce (OFRC) si la raison sociale choisie est disponible) ou l'interdiction d'induire en erreur. Ce dernier principe entraîne plusieurs règles, dont, notamment: Un nom de famille doit être suivi de la mention SA ou Sàrl. Le caractère géographique d'un nom doit être justifié par l'activité de l'entreprise (on ne peut utiliser le terme international, par exemple, si l'activité ne dépasse pas les frontières genevoises ). On ne peut choisir un nom générique (Boulangerie Générale SA, par exemple; en revanche, Boulangerie Trossello Générale SA serait admis). On ne peut choisir le nom de famille d'une personne qui n'est pas dans la société. En ce qui concerne les compétences en matière de raison sociale, l'ofrc tient l'annuaire complet des raisons sociales en Suisse; toutes les autres questions sont traitées par les registres du commerce cantonaux. ( ) Quelles procédures suivre en cas d'augmentation de capital dans une SA ou une Sàrl? Augmentation du capital d'une SA: La décision d'augmenter le capital doit être formellement prise lors d'une assemblée générale, en présence d'un notaire. C'est le conseil d'administration qui exécute ensuite la décision et modifie les statuts, devant notaire également. Un délai maximum de trois mois est admis entre la décision et l'exécution, mais dans la plupart des cas, les deux opérations vont de pair et apparaissent dans le même procès-verbal. Lorsqu'une reprise de bien est envisagée ou que le capital additionnel est libéré en nature, la procédure est plus lourde. Il faut un contrat d'apport (précise qui apporte quoi), un rapport du conseil d'administration (détaille le ou les apports en nature - description et état des biens -, l'estimation de la valeur des biens et les éléments qui conduisent à celle-ci) et une attestation d'un réviseur (atteste que le rapport du conseil d'administration est complet et exact). Augmentation du capital d'une Sàrl: Les mêmes règles s'appliquent, mais de manière simplifiée (modification des statuts, justificatifs ayant permis de fixer la valeur des biens en cas d'apport en nature).

4 ( ) Quelles procédures suivre en cas de diminution de capital dans une SA ou une Sàrl? La diminution de capital suggère deux cas de figure: La société est florissante: elle jouit d'un excès inutile de liquidités et souhaite rendre cet argent aux associés. La société va mal: son état exige un assainissement, réalisable par une diminution du capital à concurrence du montant des pertes. C'est dans le premier de ces deux cas que la procédure est la plus lourde. En effet, en diminuant le capital, les actionnaires réduisent la richesse de la société, lui enlèvent une partie de sa substance. En revanche, lorsque la société est en difficulté, la diminution de capital permet de réajuster les comptes. Dans le premier cas, il faut que la décision soit adoptée, devant notaire, par une assemblée générale. Un réviseur qualifié doit attester qu'aucun créancier de la société n'est lésé par l'opération. L'annonce de la diminution de capital doit paraître à trois reprises dans la Feuille officielle suisse du commerce (FOSC). La diminution effective ne peut intervenir au plus tôt que deux mois après la dernière publication. Dans le deuxième cas, nul besoin de publications dans la FOSC: du coup, décision et exécution peuvent intervenir lors d'une seule assemblée générale. ( ) Les parts sociales d'une Sàrl sont-elles transférables? Oui, mais leur transfert est moins souple que dans le cas d'une SA. Il exige le consentement, au minimum, des trois quarts des associés. L'unanimité peut éventuellement être requise dans les statuts de la société. Lorsque les associés ont donné leur accord, un acte notarié de cession des parts doit être ratifié dans le cadre d'une assemblée générale. Les statuts doivent ensuite être modifiés, si nécessaire. ( ) La cession des actions d'une SA peut-elle être limitée? Rappelons qu'il existe deux types d'action: Les actions au porteur: celui qui les détient en est présumé propriétaire; cela facilite leur transfert, mais comporte une certaine part de risque. Les actions nominatives: elles appartiennent à une personne donnée; pour les transmettre, leur propriétaire doit endosser le titre en faveur du nouveau propriétaire (par une signature sur l'action). La cession des actions d'une SA peut être limitée de deux manières: Les actionnaires peuvent décider entre eux, c'est-à-dire en dehors de la société, de limiter la cession des actions (au porteur ou nominative) selon des critères définis dans une convention d'actionnaires (privée et confidentielle, elle ne relève pas de la société elle-même, mais de ses actionnaires). Le droit de la société peut prévoir des restrictions aux transferts d'actions nominatives (on dit alors qu'elles sont liées selon les statuts), mais de manière limitée: il s'agit d'éviter, notamment, qu'un concurrent ou un homme de paille ne devienne actionnaire. Une clause peut apparaître dans les statuts, qui prévoit la possibilité pour la société elle-même de racheter ses actions à leur valeur réelle. Par exemple: Madame X veut vendre trois de ses actions à sa sœur, pour un montant de 60 francs l'action; la société peut décider de racheter les trois actions de Madame X à leur valeur réelle, que celle-ci soit de 6 francs ou de 600 francs

5 ( ) Comment liquider une SA ou une Sàrl? Les associés de la société doivent décider lors d'une assemblée générale, à la majorité ordinaire (ou qualifiée, selon les statuts) et en présence d'un notaire, de liquider la société. Ils nomment alors un liquidateur, chargé, comme son nom l'indique, de rendre la société liquide: la réduire à une somme sur un compte en banque, destinée à payer les impôts dus, puis à être distribuée entre les associés. L'entrée en liquidation est le début d'un processus, qui peut être plus ou moins long selon la nature et le volume des affaires de la société, et non la mort de la société. Il est dès lors possible, pour autant que le processus de liquidation ne soit pas irrémédiablement avancé, de revenir en arrière. La mort de l'entreprise n'est prononcée que lors de sa radiation du registre du commerce. ( ) Association ou fondation? Le grand public a tendance à confondre les termes association et fondation, sans doute parce que ces deux entités n'ont en général pas de but lucratif (elles peuvent néanmoins développer certaines activités commerciales au service de leur but: ventes d'artisanat organisées par l'association Terre des hommes, par exemple). Elles sont en réalité distinctes. L'association est une société structurellement comparable à une SA ou une Sàrl: elle groupe des personnes qui désirent agir dans le même sens, selon le même but. Les membres fondateurs doivent adopter des statuts, constituer un comité, tenir des assemblées générales, etc. L'association appartient à ses associés: ils peuvent la modifier dans le respect des statuts, ou décider, en assemblée générale, de modifier les statuts eux-mêmes. La fondation est créée par une (ou plusieurs) personne(s) qui décide(nt) d'affecter un patrimoine à la poursuite d'un but donné, par testament ou acte notarié; le fondateur doit adopter des statuts et désigner le premier conseil de fondation. Il perd ensuite tout pouvoir: il n'est plus propriétaire de son bien, géré par la seule fondation dans le cadre de ses statuts (fréquemment, le fondateur fera partie du premier conseil de fondation et jouera un rôle important à ce titre dans la fondation). De par la loi, une fondation est soumise à la surveillance de l'etat (elle doit donc émettre des rapports réguliers). Ce dernier peut sous certaines conditions en modifier les statuts. On ne peut transformer une association en fondation ou réciproquement, mais il arrive que les actifs d'une association soient transférés à une nouvelle fondation. ( ) Quelles sont les conditions d'obtention d'une exonération fiscale pour une association ou une fondation? Les associations ou fondations peuvent bénéficier d'exonération totale ou partielle sur les bénéfices et sur le capital, sur la donation ou sur des successions ultérieures éventuelles. L'Etat se prononce sur les demandes d'exonération sur la base des critères suivants: L'entité doit servir un but d'intérêt public, culturel ou de bienfaisance. Elle doit s'assurer les moyens de son ambition et le prouver en présentant un budget. La demande d'exonération doit être adressée à l'administration fiscale au moment de la création de l'entité. Dans le cas de la fondation, c'est généralement le notaire qui se charge de cette formalité. Lorsque les montants engagés sont substantiels, il est possible, pour éviter les mauvaises surprises, d'obtenir de l'administration fiscale un préavis d'exonération. Mais cela peut prendre plusieurs mois.

6 ( ) A quelles conditions une société peut-elle acquérir un bien immobilier? L'acquisition d'un bien immobilier doit s'inscrire dans l'activité logique de la société. Si le bien est entièrement voué à des activités économiques (commerces, bureaux, entrepôts, etc.), la société, qu'elle soit étrangère ou non, peut l'acquérir librement, sans passer par des démarches particulières en vertu de la Loi fédérale sur l'acquisition d'immeubles par des personnes à l'étranger (Lex Friedrich). Si le bien immobilier comprend des logements, la société ne peut librement l'acquérir que si elle prouve qu'elle à 100% suisse (actionnariat et créanciers). Dans le cas contraire, le dossier doit être soumis au département cantonal compétent à Genève, le Département de l'économie, de l'emploi et des affaires extérieures. Le traitement du dossier peut cependant prendre plusieurs mois. L'acte d'achat, dans tous les cas, relève de la compétence du notaire. ( ) Existe-t-il d'autres formes de sociétés que les SA et Sàrl? Nous avons jusqu'ici traité essentiellement des SA et des Sàrl. En effet, ce sont les deux formes juridiques de sociétés les plus courantes dont la création, la transformation ou la liquidation requiert l'intervention d'un notaire. Il existe d'autres types de sociétés: la coopérative, qui, comme la SA ou la Sàrl, est une société de capitaux. les société simple, société en nom collectif (SNC) et société en commandite, qui sont des sociétés de personnes. La création des coopératives ainsi que des sociétés de personnes ne nécessite pas l'intervention d'un notaire. C'est pourquoi nous ne faisons qu'évoquer leur existence, sans entrer dans plus de détails. Précisons néanmoins que le choix de créer une société de personnes plutôt qu'une SA ou une Sàrl dépend souvent d'une question de fiscalité. En effet, les SA et Sàrl sont des personnes morales, imposables au même titre que le sont les personnes physiques. Leur bénéfice fait donc l'objet d'une double taxation: celle de la société elle-même, puis celle des ses propriétaires. ( ) Que se passe-t-il si un actionnaire égare les titres d'une SA? Commençons par rappeler que, dans le cas d'une Sàrl, le nom des actionnaires et la répartition, entre eux, des parts sociales, sont des informations inscrites au Registre du commerce. Cela implique que la cession de parts est moins souple que dans le cas d'une SA, mais exclut le risque lié à la perte physique de documents. Dans le cas d'une SA, il existe deux types d'actions: les actions au porteur - celui qui les détient en est présumé propriétaire et les actions nominatives, qui appartiennent à une personne définie et nommée. Il n'est pas obligatoire d'émettre physiquement les titres des actions (cela est même interdit dans certains cas, notamment lorsque les actions au porteur n'ont pas été entièrement libérées). Les titres émis physiquement sont des papiers-valeurs. En cas de perte, leur propriétaire doit entamer une procédure d'annulation des titres devant le tribunal (à Genève : Tribunal de première instance). Cette procédure est longue et coûteuse. Il est donc recommandé de conserver soigneusement ces titres. Quels sont les différents types de régime matrimonial?

7 Le Code civil suisse définit trois différents régimes matrimoniaux: la participation aux acquêts, la séparation de biens et la communauté de biens. La participation aux acquêts s'applique aux époux n'ayant conclu aucun contrat de mariage; c'est pourquoi on l'appelle aussi "régime ordinaire". Sous ce régime, on distingue les biens propres des époux - ceux qu'ils possédaient avant mariage ou qu'ils reçoivent gratuitement pendant le mariage (héritage ou donation par exemple) et les acquêts, soit l'ensemble des biens acquis pendant le mariage (y compris les revenus des biens propres). Chaque époux reste propriétaire de ses biens propres et de ses acquêts pendant la durée du mariage. Ce n'est qu'à la liquidation du régime que les époux se partagent le solde de leurs acquêts. La séparation de biens: chaque époux conserve l'entière propriété de ses biens, qu'ils aient été acquis avant ou pendant le mariage, sans partage à la fin du régime. La communauté de biens distingue les biens propres des époux comparables à ceux de la participation aux acquêts, voire limités aux seuls effets personnels et les biens communs. Chaque époux reste propriétaire de ses biens propres. En revanche, les biens communs appartiennent de manière indivisible aux deux époux, qui ne peuvent donc en disposer seuls. Ce régime est devenu rare. Comment sont partagés les biens des époux lors de la liquidation du régime matrimonial? Lorsque le régime matrimonial est liquidé (divorce, décès ou changement volontaire de régime), les biens sont partagés comme suit: Participation aux acquêts: chaque époux conserve ses biens propres et cède la moitié du solde de ses acquêts à son conjoint (une éventuelle dette n'est pas répartie et n'est assumée que par le conjoint débiteur); en cas de décès, les biens propres et le solde des acquêts du défunt font partie de sa succession et son partagés entre le conjoint survivant et les autres héritiers selon les règles du droit successoral. Séparation de biens: il n'y a pas de partage des biens, chacun conservant ceux dont il est resté ou devenu propriétaire pendant le mariage; en cas de décès de l'un des conjoints, ses biens constituent sa succession. Communauté de biens:en cas de divorce, chaque époux reprend ses biens propres, les biens communs étant partagés entre eux par moitié; en cas de décès, le conjoint survivant a droit à la moitié des biens communs, l'autre partie faisant partie de la succession du défunt.

Votre Entreprise en Suisse. Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014

Votre Entreprise en Suisse. Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014 Votre Entreprise en Suisse Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014 Thèmes abordés 1. Présentation 2. Premiers pas, le début d un projet 3. Fonder une société en Suisse 4. Gérer

Plus en détail

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE)

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE) Ce document est un simple modèle Des commentaires sont apportés sur certains points (entre parenthèse ou en pied de page). Ils n ont bien sûr pas à figurer sur le texte définitif. En outre, dans certains

Plus en détail

LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR

LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ 65/2012 LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR Dès 2011, la France avait

Plus en détail

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte Exposé sur les successions du 26 février 2015 Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte «Les formalités bancaires formalités diverses et déclaration fiscale de succession»

Plus en détail

Les cohabitants et l immobilier

Les cohabitants et l immobilier Les cohabitants et l immobilier 3Des cohabitants non mariés achetant ensemble un terrain à bâtir ou une habitation acquièrent ce bien en copropriété. Cela veut dire que le terrain ou l habitation appartient

Plus en détail

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1 Page 1 of 9 Comparaison rapide EIRL : entrepreneur individuel à responsabilité limitée : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ( unipersonnelle) : société à responsabilité limitée SA : société

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION GUIDE PRATIQUE SUCCESSION Vous venez d'hériter. Il s'agit d'une situation difficile et douloureuse pour laquelle diverses démarches doivent être faites. Les questions que vous vous posez sont nombreuses

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

Guide explicatif à l'intention des assurés désireux d'obtenir un versement anticipé

Guide explicatif à l'intention des assurés désireux d'obtenir un versement anticipé Guide explicatif à l'intention des assurés désireux d'obtenir un versement anticipé complétant la formule "Demande de versement anticipé" dans le cadre de la loi sur l'encouragement à la propriété du logement.

Plus en détail

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 Avec la participation de Maître Mary-Line LEGRAND-MAMPEY, Notaire Maître Thierry BESSON, Avocat Sommaire INTRODUCTION

Plus en détail

Etablir la dévolution successorale

Etablir la dévolution successorale Le recours à un notaire n est pas obligatoire mais il est souvent recommandé. Le recours devient obligatoire dans le cas d une donation, du partage d'une succession dont dépendent des immeubles, de l existence

Plus en détail

Guide pratique genevois. Guide sur les successions

Guide pratique genevois. Guide sur les successions Guide pratique genevois Guide sur les successions Edition janvier 2011 Sommaire Sommaire Préambule 3 Compétence de la Justice de paix 4 Qui sont les héritiers? 5 Comment s acquiert la successions? 6 Quels

Plus en détail

Introduction : Droit commerciale Pr Abdelaziz SQUALLI page : 20 année 2004-2005 2. Répertoire numérique de Dalloz 1

Introduction : Droit commerciale Pr Abdelaziz SQUALLI page : 20 année 2004-2005 2. Répertoire numérique de Dalloz 1 Introduction : L entreprise est une entité économique qui implique la mise en œuvre des moyens humains et matériels en vue de la production ou de la distribution des richesses. Certes, étant une structure

Plus en détail

Communication OFRC 1/09 12 mars 2009

Communication OFRC 1/09 12 mars 2009 Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral de la justice OFJ Domaine de direction du droit privé Communication OFRC 1/09 12 mars 2009 Information concernant la pratique de l'office fédéral

Plus en détail

Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 18

Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 18 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 18 Le compte joint Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris

Plus en détail

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation des participations dans : (a) les coentreprises

Plus en détail

La Société Anonyme (SA)

La Société Anonyme (SA) Les différents types de sociétés commerciales reconnus au Maroc Les sociétés de personnes : société en nom collectif société en commandite simple société en participation. Ces sociétés se caractérisent

Plus en détail

La responsabilité civile et l'entreprise

La responsabilité civile et l'entreprise La responsabilité civile et l'entreprise Dans la présente rubrique, nous poursuivons notre étude de la responsabilité civile, cette fois-ci du point de vue d'un commerce ou d'une entreprise. Les questions

Plus en détail

la donation La donation, oui... mais dans quelles circonstances?

la donation La donation, oui... mais dans quelles circonstances? la donation La donation, oui... mais dans quelles circonstances? Dans cette brochure La donation Quels sont mes avantages? 2 Quels sont mes risques? 3 Le rapport Revenir sur le passé? 4 C est au donateur

Plus en détail

La Succession et la donation

La Succession et la donation La Succession et la donation Le droit des successions Lors d un décès dans une famille, la question de la succession semble tout d abord secondaire mais peut être la source de problèmes administratifs,

Plus en détail

Projet de la Commission de rédaction pour le vote final. (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce)

Projet de la Commission de rédaction pour le vote final. (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce) Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Code civil suisse (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce) Modification du 19 juin 2015 L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

Association ou Fondation, Quelles différences?

Association ou Fondation, Quelles différences? Association ou Fondation, Quelles différences? Préambule Il peut arriver que pour mener à bien des projets nécessitant des moyens importants, il soit conseillé de créer une structure ayant une personnalité

Plus en détail

Evry Crédits vous informe : la réglementation bancaire

Evry Crédits vous informe : la réglementation bancaire Interdit bancaire & chèque sans provision : Il y a chèque sans provision lorsqu'il y a défaut de provision sur votre compte le jour ou le chèque est présenté au paiement ou lorsque l'établissement bancaire

Plus en détail

Les règles juridiques communes à toutes les sociétés

Les règles juridiques communes à toutes les sociétés 1 re partie Les règles juridiques communes à toutes les sociétés Titre 1 Création de la société Chapitre 1 Les conditions du contrat de société Chapitre 2 Les formalités de constitution Chapitre 3 Les

Plus en détail

Les Guides des Avocats de France LA TRANSMISSION UNIVERSELLE DE PATRIMOINE : UN OUTIL DE TRANSMISSION DES ENTREPRISES

Les Guides des Avocats de France LA TRANSMISSION UNIVERSELLE DE PATRIMOINE : UN OUTIL DE TRANSMISSION DES ENTREPRISES Les Guides des Avocats de France LA TRANSMISSION UNIVERSELLE DE PATRIMOINE : UN OUTIL DE TRANSMISSION DES ENTREPRISES 2 Janvier 2006 Les Guides des Avocats de France Page 4 INTRODUCTION Page 6 DÉFINITIONS

Plus en détail

COMMENT DONNER OU LÉGUER?

COMMENT DONNER OU LÉGUER? Mise à jour Aurige mai 2010 COMMENT DONNER OU LÉGUER? Legs et donations Le legs comme la donation est un moyen juridique de transmettre tout ou partie de ses biens. Le legs et la donation sont des libéralités,

Plus en détail

LA CRÉATION D'UNE ENTREPRISE EN ESTONIE

LA CRÉATION D'UNE ENTREPRISE EN ESTONIE LA CRÉATION D'UNE ENTREPRISE EN ESTONIE Ce document aborde les processus de création des entreprises les plus courantes, à savoir les FIE, OÜ et AS. La première étape dans le processus de la création d'une

Plus en détail

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Quelle que soit sa taille, son activité et sa forme juridique, l'entreprise d'économie sociale et sociale est tenue de maintenir une comptabilité conforme à

Plus en détail

Schéma de la procédure de poursuite

Schéma de la procédure de poursuite Schéma de la procédure de poursuite Acteur responsable pour l'étape Créancier Débiteur Office compétent Juge S A I S I E P O U R S U I T E Paiement Avis de saisie Exécution de la saisie Réquisition de

Plus en détail

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles LE DIVORCE Vie à deux LA PRESTATION COMPENSATOIRE www.notaires.paris-idf.fr Vie à deux LE DIVORCE - LA PRESTATION COMPENSATOIRE Au fil du temps, le divorce a été simplifié et pacifié.

Plus en détail

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd Titre premier : Dénomination - Siège - But - Durée Article premier Il est formé, sous la raison sociale «MODEL SA», une société anonyme qui est régie par les présents

Plus en détail

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises?

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? a) L entrepreneur individuel trepreneur individuel Nombre de propriétaires = 1 seul Responsabilité sur ses biens propres = illimitée Activités

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle

Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle Version 01.01.2015 Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle De quoi s'agit-il? Pour financer la propriété d'un logement pour vos propres besoins, vous pouvez retirer

Plus en détail

Conseils & Accompagnement

Conseils & Accompagnement Conseils & Accompagnement Se lancer comme indépendant en personne physique ou en société? Aidez-vous de notre tableau comparatif pour prendre votre décision. N'hésitez pas à contacter nos conseillers pour

Plus en détail

Le couple. et l argent

Le couple. et l argent LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Le couple Mariage, PACS, ou concubinage, la vie à deux implique le plus souvent des choix mais aussi des obligations. Alors, qu en est-il en matière de gestion

Plus en détail

Les sociétés agricoles

Les sociétés agricoles Les sociétés agricoles L exercice d une activité agricole peut se faire soit dans le cadre d une entreprise individuelle soit dans le cadre d une société. Dans cette dernière situation, la loi prévoit

Plus en détail

La société civile de droit commun et la planification successorale

La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit commun et la planification successorale PRIVATE BANKING WWW.INGPRIVATEBANKING.BE La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit

Plus en détail

Implantation au Maroc

Implantation au Maroc Implantation au Maroc I- Fonction du guichet d aide à la création d entreprises Le Guichet d aide à la création d entreprises est l interlocuteur unique de toutes les personnes qui veulent créer une entreprise,

Plus en détail

FISCALITE DES DONS, LEGS ET DATION

FISCALITE DES DONS, LEGS ET DATION FISCALITE DES DONS, LEGS ET DATION AU PROFIT DU MUSEE DU QUAI BRANLY I. Définitions, avantages fiscaux et limites relatifs aux donations, legs et dations A. Don d argent ou d œuvres d art à un musée :

Plus en détail

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip)

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Mars 2014 Règlementt Le présent règlement se fonde sur l art. 2 des statuts de J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (désignée ci-après

Plus en détail

Accomplir les formalités préalables à la création

Accomplir les formalités préalables à la création ère étape Accomplir les formalités préalables à la création Personnes physiques Formalités Certificat Négatif Organisme Concerné CRI -Contrat de Service bail enregistrement enregistré ou et Timbre reçu

Plus en détail

LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE

LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE Une entreprise est une entité économique et sociale qui permet la production et la vente de biens et de services répondant à un besoin par le biais de

Plus en détail

Le transfert de la propriété au point de vue de la fiscalité Carnet «E»

Le transfert de la propriété au point de vue de la fiscalité Carnet «E» Le transfert de la propriété au point de vue de la fiscalité Carnet «E» Carnet «E» Le transfert de la propriété au point de vue de la fiscalité Contexte du présent carnet Le PDG de la PME devra un jour

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés

Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés (OPC 1) ) du 17 janvier 1923 (Etat le 1 er janvier 1997) Le Tribunal fédéral suisse, en application

Plus en détail

Nouveau droit des SA et des Sàrl: Quels changements pour les entreprises?

Nouveau droit des SA et des Sàrl: Quels changements pour les entreprises? Nouveau droit des SA et des Sàrl: Quels changements pour les entreprises? PETIT DEJEUNER DES PME & START-UP 23 novembre 2007 Panorama des nouveautés en droit des sociétés (1) 1. Transparence des indemnités

Plus en détail

2. Pourquoi choisir l EURL?

2. Pourquoi choisir l EURL? Le capital peut être variable. Un commissaire aux comptes n est pas obligatoire dans les petites EURL. L EURL est soumise à l impôt sur le revenu avec la possibilité d opter pour l impôt sur les sociétés.

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux

Plus en détail

Boite à outils. Guide des formalités de création d entreprises. Document élaboré par le cabinet de conseil ORIGINAL INVEST

Boite à outils. Guide des formalités de création d entreprises. Document élaboré par le cabinet de conseil ORIGINAL INVEST Boite à outils Guide des formalités de création d entreprises Document élaboré par le cabinet de conseil ORIGINAL INVEST Casablanca Technopark Tel 0522 52 50 78 Email : contact@originalinvest.com Page

Plus en détail

Me ANGELE KOUASSI, Notaire, Past-Présidente AFJCI 2013 FORMATION SUR LES SUCCESSIONS

Me ANGELE KOUASSI, Notaire, Past-Présidente AFJCI 2013 FORMATION SUR LES SUCCESSIONS FORMATION SUR LES SUCCESSIONS 1 SUCCESSIONS, Loi N 64-379 du 07 Octobre 1964. Chers séminaristes, Mesdames et Messieurs, le sujet qui nous réunis ce jour a toujours été d actualité et le demeure encore

Plus en détail

«Bien choisir ses statuts : la personnalisation est essentielle!

«Bien choisir ses statuts : la personnalisation est essentielle! «Bien choisir ses statuts : la personnalisation est essentielle! Forum de l'entrepreneuriat 21 novembre 2013 Intervenants : Sylvie Aguila (Juriste CCI de Lyon), Laurent Lebahar (Expert comptable), Réjane

Plus en détail

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI www.notaires.paris-idf.fr Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI Une Société Civile Immobilière (SCI) est une

Plus en détail

DROIT DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES

DROIT DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES BULLETIN DROIT DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES LE PATRIMOINE FAMILIAL À l occasion du lancement imminent de la première loi annotée sur le patrimoine familial au Québec, réalisée par les avocates du groupe

Plus en détail

QUESTIONNAIRE IMPRIMABLE DIVORCE PAR CONSENTEMENT MUTUEL

QUESTIONNAIRE IMPRIMABLE DIVORCE PAR CONSENTEMENT MUTUEL QUESTIONNAIRE IMPRIMABLE DIVORCE PAR CONSENTEMENT MUTUEL (Cabinet de Me Nicolas Blanchy) À RENSEIGNER ET ADRESSER AU CABINET : Maître Nicolas BLANCHY, Avocat, 2 Grande rue Jean Jaurès BP 57 26301 BOURG-DE-PEAGE

Plus en détail

DROITS D AUTEUR. Préparer sa succession

DROITS D AUTEUR. Préparer sa succession DROITS D AUTEUR Préparer sa succession Tout savoir, tout prévoir Une succession en matière de droits d auteur comporte de nombreuses spécificités. Deux régimes s appliquent : d une part, le droit successoral

Plus en détail

7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille?

7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille? 7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille? 7.1. De quoi s agit-il? Si vous organisez un planning patrimonial et successoral, vous essayerez sans doute que votre patrimoine

Plus en détail

Il est institué aux investisseurs étrangers réalisés au Maroc en devises, un régime de convertibilité.

Il est institué aux investisseurs étrangers réalisés au Maroc en devises, un régime de convertibilité. REGIME DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS 1. Définition On entend par investissements étrangers, les investissements réalisés par les personnes physiques ou morales de nationalité étrangère, non-résidentes

Plus en détail

Traduction en français à partir de la version anglaise des statuts de la société danoise Résidence Masséna Nice A / S (Reg.No, 78819618) Article 1.

Traduction en français à partir de la version anglaise des statuts de la société danoise Résidence Masséna Nice A / S (Reg.No, 78819618) Article 1. Traduction en français à partir de la version anglaise des statuts de la société danoise Résidence Masséna Nice A / S (Reg.No, 78819618) Article 1. La Société a pour dénomination sociale Résidence Masséna

Plus en détail

ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX

ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX Droit de la famille Organisation et transmission patrimoniale Fiscalité Droit de l entreprise PATRIMOTHEME - MAI 2014 ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX Plusieurs régimes d'exonération,

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014) Conditions générales pour les prêts hypothécaires Article 1 Qualité de l emprunteur 1 L emprunteur doit être un membre de la Caisse de prévoyance de l Etat de Genève (ci-après, «la Caisse»). S il perd

Plus en détail

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse)

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) STATUTS DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) Chapitre premier: Nature et buts Article 1: Dénomination et siège Les associations cantonales de gérants, courtiers et experts

Plus en détail

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Quel type d assurance-vie convient le mieux aux propriétaires d entreprise? Tout

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

1/ Objectifs du programme de rachat d'actions et utilisation des actions rachetées

1/ Objectifs du programme de rachat d'actions et utilisation des actions rachetées Note d'information émise dans le cadre de la mise en oeuvre d'un programme de rachat par Accor de ses propres actions afin de régulariser son cours de Bourse, suivant l'autorisation de l'assemblée Générale

Plus en détail

Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des

Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des Juillet 2013 Recommandations de l ASB et de la COPMA relatives à la gestion du patrimoine conformément au droit de la protection des mineurs et des adultes I. Préambule... 2 II. Gestion du patrimoine dans

Plus en détail

COMPTES COURANTS D'ASSOCIES

COMPTES COURANTS D'ASSOCIES COMPTES COURANTS D'ASSOCIES 08/06/2015 Afin d'améliorer la trésorerie d'une société, les associés peuvent, outre le recours aux emprunts ou découverts bancaires, décider d'augmenter le capital social ou

Plus en détail

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS ANJEU-TC juin 2008-1 - PETIT GUIDE PRATIQUE LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS Dès 18 ans, le jeune est légalement capable de tous les actes de la vie civile et ses parents ne peuvent plus agir pour son

Plus en détail

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U N O T A I R E S OUVERTURE DE SUCCESSION LISTE DES PIECES A FOURNIR AU NOTAIRE Concernant le défunt : - Deux extraits de son acte de décès, - Livret de famille et

Plus en détail

Décès et succession LE DECES

Décès et succession LE DECES Décès et succession Des Services ou organismes accompagnent les personnes et familles à vivre leur deuil. Ci-dessous, nous nous limiterons à présenter quelques conseils et informations pratiques concernant

Plus en détail

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association.

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association. STATUTS du 25 juin 2003 Fondée le 9 juillet 1869 Siège social: Wallisellen Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique I. Nom, but, siège et durée de l'association Art. 1 Siège social,

Plus en détail

Aide-mémoire Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle. Pour votre sécurité sociale

Aide-mémoire Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle. Pour votre sécurité sociale Aide-mémoire Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle Pour votre sécurité sociale Encouragement à la propriété du logement Le 1 er janvier 1995, le législateur

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION No 14

CIRCULAIRE D INFORMATION No 14 20 décembre 1999 Dr. Hermann Walser CIRCULAIRE D INFORMATION No 14 Nouveau droit du divorce : obligations des institutions de prévoyance Les modifications résultant de la révision du droit du divorce entrent

Plus en détail

Chapitre VII : La déclaration de Succession

Chapitre VII : La déclaration de Succession Chapitre VII : La déclaration de Succession 1ère partie : la déclaration de succession principale Pour traiter une déclaration de succession, saisir impérativement la date du décès dans la fiche client.

Plus en détail

I. PRINCIPES GENERAUX

I. PRINCIPES GENERAUX EXECUTION FORCEE I. Principes généraux II. Saisie ou faillite? III. La procédure de poursuite IV. Organisation des OPF genevois V. Quelques renseignements pratiques VI. Données statistiques I. PRINCIPES

Plus en détail

Formalités standards de la création d entreprises

Formalités standards de la création d entreprises Formalités standards de la création d entreprises Formalité 1 : Etablissement du certificat négatif Entreprise s Administration Documents demandés Toutes les sociétés commerciales sauf pour les entreprises

Plus en détail

PRETS HYPOTHECAIRES DIRECTIVES GENERALES

PRETS HYPOTHECAIRES DIRECTIVES GENERALES PRETS HYPOTHECAIRES DIRECTIVES GENERALES Version août 2013 TABLE DES MATIERES 1. PRINCIPES GENERAUX 1.1 Cadre financier 3 1.2 Principes de prêt 3 1.3 Utilisation du prêt 3 1.4 Lieu de situation du gage

Plus en détail

Transmettre son patrimoine :

Transmettre son patrimoine : Transmettre son patrimoine : quelques repères pour y voir plus clair Paris, Espace Actionnaires 11/12/2014 l Webconférence En cas de difficultés techniques, n hésitez pas à joindre l un des 2 numéros suivants:

Plus en détail

rsge D 3 14: Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV)

rsge D 3 14: Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV) Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV) D 3 14 du 22 septembre 2000 (Entrée en vigueur : 1 er janvier 2001) Le GRAND CONSEIL de la République et canton

Plus en détail

Guide de l Investisseur

Guide de l Investisseur Guide de l Investisseur CHAPITRE V Régime des investissements étrangers 64 SOMMAIRE VI- Régime des investissements étrangers 69 1- Transfert des revenus d'investissement 69 2- Cession ou liquidation des

Plus en détail

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1 LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1. Pourquoi choisir l entreprise individuelle La création d une entreprise individuelle est simple : pas de capital social, pas de statuts,

Plus en détail

Le quasi-apport Une tâche spécifique, confiée par la loi à votre réviseur d entreprises

Le quasi-apport Une tâche spécifique, confiée par la loi à votre réviseur d entreprises 2. Bas i s reg el s voor een g ezon d f i n an ci eel b el ei d Le quasi-apport Une tâche spécifique, confiée par la loi à votre réviseur d entreprises MISSIONS SPÉCIFIQUES DU RÉVISEUR D ENTREPRISES DANS

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES

CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES La convention entre actionnaires est un contrat écrit, conclu entre tous les actionnaires d une entreprise incorporée et régissant les droits, pouvoirs et obligations de ceux-ci

Plus en détail

DECLARATION POUR L'IMPÔT SUR LES SUCCESSIONS

DECLARATION POUR L'IMPÔT SUR LES SUCCESSIONS DECLARATION POUR L'IMPÔT SUR LES SUCCESSIONS DÉPARTEMENT DE LA JUSTICE, DE LA SECURITÉ ET DES FINANCES SERVICE DES CONTRIBUTIONS N/REF. : La Chaux-de-Fonds, le Déclaration à renvoyer, dûment remplie et

Plus en détail

Procédure de divorce, ce qu il faut savoir

Procédure de divorce, ce qu il faut savoir Procédure de divorce, ce qu il faut savoir Le divorce est à ce jour le seul moyen permettant d instruire la fin juridique des relations entre deux individus mariés. Ces dernières années, la banalisation

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

Aspects de droit fiscal

Aspects de droit fiscal CENTRE DE DROIT NOTARIAL DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Planification matrimoniale et successorale en matière d assurance des 2e et 3e piliers Aspects de droit fiscal 1 Notion de prévoyance professionnelle

Plus en détail

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Introduction I - Degrés de dépendance : Critères d'appréciation du contrôle A Droits de vote B Eléments de fait TD1 - Pourcentage de droits de vote II

Plus en détail

Ordonnance sur les émoluments des notaires (OEmN)

Ordonnance sur les émoluments des notaires (OEmN) 1 169.81 6 avril 006 Ordonnance sur les émoluments des notaires (OEmN) Le Conseil-exécutif du canton de Berne, vu l article 5, alinéa de la loi du novembre 005 sur le notariat (LN) 1), sur proposition

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex : une somme d argent, les parts d une société). En France, il existe différents types de saisies de

Plus en détail

Caisse (de pension) autonome Caisse autogérée (institution possédant sa propre organisation et sa propre administration).

Caisse (de pension) autonome Caisse autogérée (institution possédant sa propre organisation et sa propre administration). Glossaire Âge LPP L année civile moins l année de naissance donne l âge LPP. Autorité de surveillance L autorité de surveillance est prévue par la LPP. Il doit s agir d une instance cantonale centrale

Plus en détail

Conciliation Droit de la famille et faillite

Conciliation Droit de la famille et faillite Conciliation Droit de la famille et faillite Formation AJBL 14 mars 2014 Lynda Lalande, CIRP, Syndic Olivier Noiseux, Conseiller Table des matières 2 Déclaration de résidence familiale. Réclamations alimentaires.

Plus en détail

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable Préambule 1. Présentation du dispositif EIRL Caractéristiques juridiques, fiscales et sociales Modalités de constitution,

Plus en détail

LISTE DE PIECES POUR L IMMATRICULATION D UNE ENTREPRISE INDIVIDUELLE Création ou reprise d'activité

LISTE DE PIECES POUR L IMMATRICULATION D UNE ENTREPRISE INDIVIDUELLE Création ou reprise d'activité LISTE DE PIECES POUR L IMMATRICULATION D UNE ENTREPRISE INDIVIDUELLE Création ou reprise d'activité DANS TOUS LES CAS LES PERSONNES EXPLOITANT INDIVIDUEL Imprimé P0 complété lisiblement et signé en original

Plus en détail

6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société

6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société 6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société Aspects fiscaux et de droit des sociétés Un dirigeant d'entreprise peut devoir des intérêts il, sa société en raison d'une dette encourue, ou

Plus en détail

Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL?

Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL? 1 Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL? Quand vous achetez un fonds de commerce de restaurant, choisir la structure juridique de l entreprise qui l exploitera fait partie des

Plus en détail

ISF-INVEST. - article 1 : Constitution et Dénomination. - article 2 : Objet. - article 3 : Siège social. - article 4 : Durée de l association

ISF-INVEST. - article 1 : Constitution et Dénomination. - article 2 : Objet. - article 3 : Siège social. - article 4 : Durée de l association ISF-INVEST Club STATUTS DE L'ASSOCIATION - article 1 : Constitution et Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

141 NOUVEAUX ACTES, 117 ACTES ACTUALISES

141 NOUVEAUX ACTES, 117 ACTES ACTUALISES Lexis Legal Manager MISE À JOUR DES BIBLES D'ACTES Juillet 2014 141 NOUVEAUX ACTES, 117 ACTES ACTUALISES Fort de son expertise éditoriale, LexisNexis est soucieux d'offrir toujours plus d'actualité et

Plus en détail

Retraite. Date de la retraite

Retraite. Date de la retraite Retraite A quelle date vais-je prendre ma retraite? Vaut-il mieux percevoir une rente ou un capital? Dois-je annoncer mon départ à la retraite? A la fin de la vie professionnelle, tout le monde est confronté

Plus en détail

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS LA FISCALITE DES SUCCESSIONS La succession est assujettie à une fiscalité et peut générer des droits de succession. Les droits de succession sont calculés sur l actif net recueilli par chaque héritier

Plus en détail