PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT"

Transcription

1 PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT II LE RAYONNEMENT SOLAIRE Introduction : Le soleil est une étoile. La fusion thermonucléaire de l hydrogène en hélium lui fournit toute son énergie, qui est transmise par rayonnement aux planètes Le spectre d émission du soleil peut être (arbitrairement) décomposé en différents rayonnements (ou radiations) :rayons x, UV, lumière visible et infrarouges Comment varie l éclairement d une planète en fonction de sa distance au soleil? A L énergie solaire reçue par les planètes telluriques ACTIVITE N 4 L ENERGIE SOLAIRE RECUE PAR LES PLANETES Durée : 1 heure Problématique : le soleil émet une énergie considérable dans l espace. Comment cette énergie influencet-elle la température de surface des planètes? Objectif : concevoir des expériences ou modèles dans le but de tester des hypothèses, conclure. 1. Expérience 1 : énergie solaire reçue par les planètes en fonction de leur distance au soleil. Vous disposez d un luxmètre et d une lampe. Montez un modèle simple qui permette de vérifier que l énergie solaire varie en fonction de la distance au soleil. a. Décrivez ou réalisez un schéma de l expérience. b. Faites un tableau de mesures (une 15aine de mesures minimum dont six correspondent aux six premières planètes du système solaire).

2 c. Construisez la courbe «éclairement en fonction de la distance au soleil» d. Concluez sur le rayonnement parvenant aux différentes planètes. Conclusion : Le rayonnement solaire diffuse dans toutes les directions de l espace. Son énergie est constante à une distance donnée. Une planète proche du soleil capte plus d énergie qu une planète éloignée. L énergie reçue par une planète est inversement proportionnelle au carré de la distance au soleil. Y=1/D 2 ) 2. Expérience 2 : La lumière solaire chauffe-t-elle la surface des planètes? Vous disposez d un thermomètre de précision et d un tube à essai (ou un bac en plastique) rempli d eau (ou de vermiculite). Modélisez une expérience simple qui permette de vérifier que la température en surface des planètes varie en fonction de leur distance au soleil. a. Décrivez l expérience. On place le tube à essai contenant de l eau et un thermomètre face à la source lumineuse, on considère que la distance o se situe au bord de la lampe. On déplace le montage sur six distances différentes correspondant aux distances calculées à l échelle en cm entre le soleil est les six premières planètes. b. Complétez tableau de mesures Mercure Vénus Terre Mars Jupiter Saturne Distance au soleil Distance calculée à l échelle (cm) Température ( C) d. Concluez. Conclusion : Un corps s échauffe d autant plus qu il est proche de la source de rayonnement.

3 3. Rayonnement solaire et équilibre thermique A l aide du document, expliquez pourquoi un «corps noir» qui reçoit de l énergie solaire ne s échauffe pas indéfiniment. Un corps noir chauffé émet de la chaleur (rayonnement infrarouge), et ce rayonnement augmente avec l énergie solaire reçue. La température du corps noir se stabilise (température d équilibre) lorsque l énergie perdue par le rayonnement infrarouge est égale à l énergie reçue par le rayonnement solaire. La température d une planète ne dépend-t-elle que de sa position par rapport au soleil? B L effet de serre et ses conséquences 1) Activité 5 : L effet de serre et ses conséquences ACTIVITE N 5 L EFFET DE SERRE ET SES CONSEQUENCES Durée : 1 heure Problématique : La température à la surface d une planète est-elle uniquement la conséquence de l échauffement de cette surface par le rayonnement solaire? Objectif : observer, émettre une hypothèse, réaliser une expérience dans le but de tester l hypothèse, conclure. 1. Comparaison des températures d équilibre théorique et des températures d équilibre mesurées. Observations : La modélisation du système solaire a permis de montrer qu une planète reçoit une énergie solaire qui est proportionnelle à l inverse du carré de sa distance au soleil (y=1/x 2 où x représente la distance au soleil et y l énergie solaire) : c est sa constante solaire (W/m 2 ). Selon cette modélisation, on peut donc calculer une température d équilibre théorique de surface pour chaque planète. Mercure Vénus Terre Lune Mars Distance au soleil (10 6 km) Températures de surface moyennes théoriques* ( C) Températures de surface moyennes relevées ( C) Atmosphère non Epaisse et opaque Epaisse et transparente non Réduite

4 * températures calculées à partir du rayonnement solaire et ne dépendant que de la distance planète-soleil Que remarquez-vous entre les températures de surface théorique et relevées pour chaque planète? Quelle est l hypothèse que vous pouvez émettre pour expliquer ces différences de température entre théorie et observation? Vénus, la Terre et à un moindre degré Mars ont une température moyenne supérieure à la température moyenne théorique. Comme ces planètes possèdent une atmosphère, on peut émettre l hypothèse que la présence d une atmosphère au niveau d une planète est à l origine de l augmentation de température constatée. C est l effet de serre! 2. Expérience de mise en évidence de l effet de serre. On dispose de trois enceintes identiques munies d un thermomètre. L enceinte 1 est ouverte (témoin), l enceinte 2 est fermée à l aide d une plaque de verre, et l enceinte 3 contient un coton humide et est fermée par une plaque de verre, la quatrième ressemble à la troisième, mais elle contient plus d eau. Ces quatre enceintes sont éclairées par des dispositifs d éclairement identiques (une sonde luxmètre permet de le vérifier). a. Faites un schéma de l expérience b. Faites un tableau de résultats sur 30min, en relevant la température toutes les 2min. Temps (min) Enceinte 1 Température ( C) 0 (à 30 toutes les 2min) Enceinte 2 Température ( C) Enceinte 3 Température ( C) Enceinte 4 Température ( C) c. Construire les trois courbes correspondant à l évolution de la température à l air ambiant, dans les enceintes 1,2, et 3. Qu observez-vous? - Le graphique 1 suit l évolution de la température de l air ambiant. - Le graphique 2 montre l élévation classique de la température à l intérieur d une enceinte fermée. C est une notion familière aux élèves (leur expérience de la voiture fermée l été en plein soleil est là pour leur rappeler ce résultat.) - Le graphique 3 montre qu en présence d eau, la température augmente plus fortement que dans l enceinte 2. L observation montre que la plaque de verre qui ferme la serre empêche la dispersion du rayonnement IR émis par le support chauffé par la source lumineuse. C est le principe de l effet de serre. Le phénomène est d autant plus important si la serre contient de la vapeur d eau. d. Dans cette expérience, à quelle enveloppe de la planète la plaque de verre peut-elle être assimilée? Sachant que tout corps émet un rayonnement caractéristique de sa température, à votre avis, quel est le rôle de la plaque de verre dans l augmentation de la température à l intérieur de l enceinte?

5 La plaque de verre peut être assimilée à l atmosphère terrestre. Elle empêche la dispersion du rayonnement IR émis par le support chauffé par la source lumineuse. e. Dans l atmosphère, certains gaz ont la propriété de piéger une partie du rayonnement émis par la surface de la terre : Ce sont les gaz à effet de serre. A partir du tableau suivant, recherchez parmi les différents gaz atmosphériques lesquels sont les plus importants dans l effet de serre. Gaz Composition de l atmosphère terrestre Concentration % de participation des gaz à l effet de serre 0% N 2 O 2 78% 20.9% 99.8% 0% Argon 0.9% 0% H 2 O 0 à 4000ppm 55% CO 2 370ppm 25% Méthane=CH ppm 0.2% à Oxyde nitreux=n 2 O 0.31ppm 2000ppm 20% Ozone=O 3 HFC ppm ppm : partie par million (ex : pour le CO 2, 370ppm=0.037%) T à la surface de la Terre -17 C avec les seuls N2, O2, Argon +15 C avec tous les gaz Les principaux gaz impliqués dans l effet de serre sont : vapeur d eau et CO2 principalement et d autres moins abondants comme le méthane, l ozone ou l oxyde nitreux. 2) Bilan ACTIVITE N 6 SCHEMA BILAN DE L EFFET DE SERRE Durée : 15 Min Objectif : Réaliser un schéma bilan A partir du texte suivant, réalisez un schéma bilan explicatif de l effet de serre montrant l action de l atmosphère sur les rayonnements solaires incidents et sur les rayonnements émis par la Terre. Le mécanisme de l effet de serre. Près de la moitié de l énergie solaire arrivant au sommet de l atmosphère terrestre est réfléchie par l atmosphère. L autre moitié est absorbée directement par la surface terrestre et contribue à élever sa température. L énergie solaire ainsi absorbée est ensuite restituée en partie par la surface terrestre sous forme de rayonnement infrarouge. Celui-ci est partiellement absorbé par certains constituants de l atmosphère (vapeur d eau et CO2 principalement). Le rayonnement absorbé échauffe l atmosphère qui renvoie vers le sol une partie de cette chaleur. La Terre se réchauffe de nouveau : c est l effet de serre. Ce mécanisme est très important sur Mars et sur Vénus où L atmosphère est riche en CO2 Mécanisme de formation de l effet de serre sur Terre

6 1- Le Soleil émet un rayonnement 2- Une partie du rayonnement solaire est réémise par l atmosphère 3- Une partie de l énergie solaire réchauffe directement la Terre 4- La Terre s échauffe et émet un rayonnement infrarouge 5- Une partie de ce rayonnement est émise ver l espace 6- Une autre partie est réémise vers la Terre réchauffement = effet de serre L effet de serre est dû à la présence dans l atmosphère de certains gaz, appelés gaz à effet de serre, qui absorbent le rayonnement infrarouge émis par la Terre et le réémettent à leur tour en partie vers la surface qui se réchauffe. Ces gaz sont principalement : H 2 O (55% de l effet de serre sur Terre), CO 2 (25% sur Terre et 95% sur Vénus) et d autres, moins abondants comme le méthane, l ozone ou l oxyde nitreux. Rem : le terre émet autant d énergie quelle en reçoit. On atteint donc un équilibre. Si l énergie reçue par une planète est constante et inversement proportionnelle au carré de la distance au soleil. Y=1/D 2 ). Comment expliquer les différents climats et les saisons? C La répartition du rayonnement solaire sur Terre : climats et saisons 1) Activité 7 : L influence de la latitude sur le climat ACTIVITE N 7 L INFLUENCE DE LA LATITUDE SUR LE CLIMAT Durée : 1 heure Problématique : Comment expliquer l existence et la répartition des climats à la surface du globe? Objectif : Manipuler, modéliser, interpréter des mesures expérimentales, raisonner. Nous avons découvert lors de l activité n 4 que l énergie reçue par une planète est constante et inversement proportionnelle au carré de la distance au soleil. Y=1/D 2. Cette énergie reçue, avec l effet de serre est à l origine de l échauffement de la Terre donc de sa température. 1 Comment peut-on expliquer l existence et la répartition des climats à la surface du globe? Emettez des hypothèses permettant d expliquer ces différentes répartitions de température. Il existe différentes zones (froide, tempérée et chaude) et une répartition latitudinale des climats. On remarque que la température diminue avec la latitude (plus la latitude est haute, plus la température est basse). Cela signifie que l énergie reçue diminue avec la latitude. L existence et la répartition des climats à la surface du globe est dû à l angle d incidence des rayons lumineux (ou à la distance Terre soleil qui est plus grande aux pôles qu à l équateur). 2 Etude de l énergie solaire reçue sur le globe en fonction de la latitude. Vous disposez d une lampe, d un globe et d un papier cartonné percé de trous réguliers posé sur un support. Montez un modèle simple qui permette de vérifier que l énergie solaire varie en fonction de la latitude. a. Décrivez ou réalisez un schéma de l expérience.

7 b. Qu observez au niveau du tropique de Capricorne (hémisphère sud), de l équateur et de la France? La surface éclairée au niveau du tropique du Capricorne est sphérique, à peu près de la même surface que le trou dans le carton et l intensité est maximum. La surface éclairée au niveau de l équateur est un peu moins sphérique, la surface est un peu plus grande que le trou dans le carton et l intensité est moins forte. La surface éclairée au niveau de la France est ovale, la surface éclairée est plus grande que le trou dans le carton et l intensité est beaucoup plus faible. c. Compléter le schéma ci-dessous en rajoutant deux faisceaux lumineux horizontaux, un arrivant au niveau de l équateur avec un angle de 90 et le deuxième au dessus formant un angle de 45 avec la surface de la planète. d. Q observez-vous et que pouvez-vous en conclure? Plus on se rapproche des pôles, plus la tâche s élargit et diminue d intensité, en même temps que l angle d incidence du faisceau lumineux avec la surface de la terre diminue. La répartition en latitude des climats et une conséquence de la sphéricité de la Terre. 2) Activité 8 : L origine des saisons

8 ACTIVITE N 8 L ORIGINE DES SAISONS Durée : 1 heure Problématique : Comment expliquer le phénomène des saisons en une région précise? Objectif : Manipuler, modéliser, interpréter des mesures expérimentales, raisonner. Lancez le logiciel «Terre». Cliquez sur «Energie». Cliquez sur «Expériences». Cliquez sur la lampe de gauche et faites tourner l écran en glissant la souris sur la barre située au dessus de l écran. 1. Quelle est la conséquence de l inclinaison de l écran sur l énergie reçue par unité de surface. Plus l écran est incliné par rapport au faisceau lumineux, plus l énergie reçue par unité de surface diminue. 2. Expliquez, à l aide du logiciel, les différences climatiques observées selon les latitudes. Plus on s éloigne de l équateur pour aller au pôle (nord ou sud), les faisceaux lumineux arrivent sur la surface de la Terre avec un plan de plus en plus incliné. la tâche lumineuse s élargit et diminue d intensité, de l équateur vers les pôles. La répartition en latitude des climats et une conséquence de la sphéricité de la Terre. Retournez à l écran précédent. 3. Expliquez pourquoi la durée du jour ou de la nuit est variable selon la saison pour une latitude donnée. En hiver, La zone éclairée étant décalée vers le pôle sud, la France reste moins longtemps dans la zone éclairée et plus longtemps dans la zone à l ombre : les jours sont plus courts que les nuits. En été, La zone éclairée étant décalée vers le pôle nord, la France reste plus longtemps dans la zone éclairée et moins longtemps dans la zone à l ombre : les jours sont plus longs que les nuits. Aux périodes d équinoxe, la zone éclairée est également répartie entre les deux pôles, la France reste autant de temps dans la zone éclairée que dans la zone à l ombre : les jours et les nuits sont de même durée. La durée des jours et des nuits pendant les différentes saisons pour une latitude donnée est une conséquence de l inclinaison de l axe de rotation de la Terre. 4. Expliquez pourquoi la durée du jour ou de la nuit est variable selon la latitude pour une saison donnée. Au mois de décembre (hiver en France métropolitaine), La zone éclairée étant décalée vers le pôle sud, la France reste moins longtemps dans la zone éclairée et plus longtemps dans la zone à l ombre : les jours sont plus courts que les nuits ; et la Réunion reste plus longtemps dans la zone éclairée et moins longtemps dans la zone à l ombre : les jours sont plus longs que les nuits. Les variations des durées des jours et des nuits suivant la latitude pendant une saison donnée est une conséquence de l inclinaison de l axe de rotation de la Terre.

9 5. Précisez ces durées pour chaque saison. Pour Paris : Solstice d hiver : le jour dure environ 8 heures et la nuit environ 16 heures Solstice d été : le jour dure environ 16 heures et la nuit environ 8 heures Equinoxe de printemps et d automne : le jour dure environ 12 heures et la nuit environ 12 heures 6. Expliquez la notion d équinoxe et de solstice. Équinoxe : durée du jour = durée de la nuit. Solstice : soleil atteint son plus grand éloignement angulaire du plan de l équateur, jour le + court (hiver), jour le + long (été). 7. Est-ce la distance de la Terre au soleil qui peut être responsable de l alternance des saisons? Justifiez. La distance Terre-Soleil est plus grande pendant le solstice d été, et pourtant l énergie reçu par Paris est la plus importante. Pendant le solstice d hiver la Terre est plus proche du soleil, et l énergie reçue est moins grande. la distance de la Terre au soleil n est pas responsable de l alternance des saisons. Pour une latitude donnée, la quantité d énergie solaire varie au cours de l année. Cette variation s explique par l inclinaison de l axe de rotation de la Terre. Paris est situé à 49 de latitude nord. Selon la saison, l éclairement reçu n est pas le même. Les trois schémas ci-dessous représentent 3 stades de la révolution de la Terre autour du soleil : 8. Indiquez dans chaque cadre la saison correspondante. 9. Mesurez l angle i d incidence des rayons lumineux atteignant Paris dans chaque cas. Saison : ETE Angle i d incidence : Saison : PRINTEMPS ou AUTOMNE Angle i d incidence : 49 Saison : HIVER Angle i d incidence : En admettant que l énergie reçue varie en fonction de cos i, calculez l énergie reçue en fonction des saisons par rapport à la référence mesurée à l équateur aux équinoxes (Cos 0 =1) Cos = 0.9 Cos 49 = 0.66 Plus l angle d incidence i augmente, plus l énergie reçue diminue. Cos = 0.25

10 3) Bilan Qu est ce qui explique les climats sur Terre? La Terre étant sphérique, les rayons solaires frappent sa surface de façon perpendiculaire au niveau des régions équatoriales et de manière oblique au niveau des hautes latitudes. L énergie reçue diminue vers les hautes latitudes. Qu est ce qui explique les saisons? Pour une latitude donnée, la quantité d énergie solaire varie aussi au cours de l année. Cette variation s explique par l inclinaison de l axe de rotation de la Terre. On distingue 4 moments particuliers : Les solstices d été et d hiver Les équinoxes de printemps et d automne

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE DURÉE DU JUR E FCTI DE LA DATE ET DE LA LATITUDE ous allons nous intéresser à la durée du jour, prise ici dans le sens de période d éclairement par le Soleil dans une journée de 4 h, en un lieu donné de

Plus en détail

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008 GMPI*EZVI0EFSVEXSMVIH%WXVSTL]WMUYIHI&SVHIEY\ 1. Introduction à Celestia Celestia 1.1 Généralités 1.2 Ecran d Ouverture 2. Commandes Principales du Menu 3. Exemples d Applications 3.1 Effet de l atmosphère

Plus en détail

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation.

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil, une formidable centrale à Fusion Nucléaire Le Soleil a pris naissance au sein d un nuage d hydrogène de composition relative en moles

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

L éclairage naturel première partie : Principes de base

L éclairage naturel première partie : Principes de base Suzel BALEZ L5C 2007-08 L éclairage naturel première partie : Principes de base Hertzog et Partner Bât. De bureaux à Wiesbaden Plan Notions préliminaires La vision Grandeurs photométriques Le flux lumineux

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Panneau solaire ALDEN

Panneau solaire ALDEN SOMMAIRE 1. Présentation... 1.1. Mise en situation... 1.2. Analyse du besoin... 4 1.. Problématique... 4 1.4. Expression du besoin... 5 1.5. Validation du besoin... 5 2. Analyse fonctionnelle... 2.1. Définition

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido. Principe de fonctionnement de la façade active Lucido K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.doc 0. Préambule Le présent document est élaboré dans le but

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

Le four solaire modèle BISS

Le four solaire modèle BISS Réchou Léopold 1 ère S-SVT Touchard Léo Tanghe Maxime Le four solaire modèle BISS Comment tout est mis en œuvre dans un four solaire pour atteindre une température optimale? Lycée Jacques de Vaucanson

Plus en détail

Économisons l énergie! 11

Économisons l énergie! 11 Économisons l énergie! 11 Objectifs Prendre conscience de sa consommation d énergie. Maîtriser sa consommation d énergie afin de réduire l émission de gaz à effet de serre (mettre en place gestes et actions).

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome S'impliquer Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité Compétence(s)

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque I- Présentation Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque L énergie solaire photovoltaïque est une forme d énergie renouvelable. Elle permet de produire de l électricité par transformation d

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL Economisons notre énergie et sauvons la planète Présentation générale 2013 PRESENTATION I. Principes de fonctionnement d une ampoule basse

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières Physique Générale SYSTEME DE PARTICULES DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) TRAN Minh Tâm Table des matières Applications de la loi de Newton pour la rotation 93 Le gyroscope........................ 93 L orbite

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

Mode d emploi du kit de mesure

Mode d emploi du kit de mesure Conseil en maîtrise de l énergie et énergies renouvelables Mode d emploi du kit de mesure Présentation Dans le cadre du défi «Familles à Energie positive», ce kit est remis au capitaine de chaque équipe.

Plus en détail

Étude et modélisation des étoiles

Étude et modélisation des étoiles Étude et modélisation des étoiles Étoile Pistol Betelgeuse Sirius A & B Pourquoi s intéresser aux étoiles? Conditions physiques très exotiques! très différentes de celles rencontrées naturellement sur

Plus en détail

Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008

Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008 Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats f est une fonction définie sur ] 2 ; + [ par : 4 points f (x)=3+ 1 x+ 2. On note f sa fonction dérivée et (C ) la représentation

Plus en détail

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE)

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) Pierre Chastenay astronome Planétarium de Montréal Source : nia.ecsu.edu/onr/ocean/teampages/rs/daynight.jpg

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre?

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? Terminale S1 Lycée Elie Cartan Olympiades de Physiques 2003-2004

Plus en détail

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Conçu et équipé pour s adapter aux méthodes de travail et aux exigences de communications des nouvelles technologies, le nouvel immeuble

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

1 222 rue de l Université 75343 PARIS 07 téléphone 01 56 61 71 01

1 222 rue de l Université 75343 PARIS 07 téléphone 01 56 61 71 01 Questionnaire sur les conditions générales d accueil et de conservation d œuvres dans le cadre d un prêt Institution : Adresse : Téléphone /Fax : Email : Date : Questionnaire rempli par (nom et qualité)

Plus en détail

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 PHOTO PLAISIRS La Lumière Température de couleur & Balance des blancs Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 Blanc Infrarouge Flash Température Lumière RVB Couleur chaude Couleur Couleur Couleur Incandescente

Plus en détail

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

LA MAISON ECOCITOYENNE ITINERANTE

LA MAISON ECOCITOYENNE ITINERANTE LA MAISON ECOCITOYENNE ITINERANTE LIVRET D'ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE Passer de citoyen témoin à citoyen acteur en intégrant la préservation de l environnement au quotidien, c est utile et c est possible

Plus en détail

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide J.B. Campen Wageningen UR Glastuinbouw, Wageningen xxx 2007 Rapport xxx 2007 Wageningen, Wageningen UR Glastuinbouw Tous

Plus en détail

Travaux Pratiques. Sondage Radar de Vénus

Travaux Pratiques. Sondage Radar de Vénus Travaux Pratiques Sondage Radar de Vénus Introduction Vénus est la deuxième planète en partant du Soleil. Elle se trouve entre Mercure et la Terre. Vénus est une planète tellurique tout comme la Terre.

Plus en détail

Changement Climatique (1/2) : Qu est-ce que c est?

Changement Climatique (1/2) : Qu est-ce que c est? Dossier pédagogique 3 Langues, géographie, sciences, histoire Changement Climatique (1/2) : Qu est-ce que c est? plus de 100 ans de recherches scientifiques Changement climatique, Effet de serre, gaz à

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

COMPTE-RENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre?

COMPTE-RENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre? Claire FORGACZ Marion GALLART Hasnia GOUDJILI COMPTERENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre? Si l on se pose la question de savoir comment on peut faire

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

GS301-A Notice d installation et d utilisation.

GS301-A Notice d installation et d utilisation. IMPORTANT: LIRE ENTIEREMENT CETTE NOTICE ET LA COMPRENDRE. GARDER CETTE NOTICE EN LIEU SUR ET IMMEDIATEMENT ACCESSIBLE. Alarme Périphérique Infra-Rouge GS301-A Notice d installation et d utilisation. Description

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique?

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Impact Climatique Impact sanitaire Les particules atmosphériques sont avant tout étudiées pour leurs impacts sur le climat et sur la santé humaine. 39 Réchauffement

Plus en détail

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET Éclairage naturel L5C 2009/2010 Aurore BONNET Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus L ENSOLEILLEMENT

Plus en détail

Portier Vidéo Surveillance

Portier Vidéo Surveillance Portier Vidéo Surveillance 1 Réf. 102212 Notice d installation et d utilisation INTRODUCTION : Ce vidéophone est un appareil qui associe un interphone et un système vidéo d une grande facilité d installation

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

Centre de Développement des Energies Renouvelables Caractéristiques techniques des Chauffe-eau eau solaires M. Mohamed El Haouari Directeur du Développement et de la Planification Rappels de thermique

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette

Manuel d'utilisation de la maquette Manuel d'utilisation de la maquette PANNEAU SOLAIRE AUTO-PILOTE Enseignement au lycée Article Code Panneau solaire auto-piloté 14740 Document non contractuel L'énergie solaire L'énergie solaire est l'énergie

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet de l utilisation de l énergie solaire afin de produire de l eau chaude domestique,

Plus en détail

Q U E S T I O N S. 2/ Le soleil nous procure (plusieurs réponses correctes) De la lumière De l énergie Du feu De la chaleur De la pluie

Q U E S T I O N S. 2/ Le soleil nous procure (plusieurs réponses correctes) De la lumière De l énergie Du feu De la chaleur De la pluie 1 Q U E S T I O N S 1/ Le soleil est : Une étoile Une planète 2/ Le soleil nous procure (plusieurs réponses correctes) De la lumière De l énergie Du feu De la chaleur De la pluie 3/ Le soleil tourne-t-il

Plus en détail

OLYMPIADES DE PHYSIQUE 2008

OLYMPIADES DE PHYSIQUE 2008 OLYMPIADES DE PHYSIQUE 2008 LGT Jean Monnet Annemasse 74 Pourquoi orienter un panneau solaire?... p 3 Hypothèse de départ......... p 3 PRESENTATION GENERALE I) Première approche : Explication du système

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

SMA Solar Technology AG Avenir Solaire pour les enfants. À la maison

SMA Solar Technology AG Avenir Solaire pour les enfants. À la maison À la maison Combien d énergie consommons-nous réellement à la maison? Comment la mesurer? Solarine et L Ourson Soleil vont te donner quelques astuces pour faire des économies d énergie chez toi, afi n

Plus en détail

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m.

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m. La Mesure du Temps Unité de temps du Système International. C est la seconde, de symbole s. Sa définition actuelle a été établie en 1967 par la 13 ème Conférence des Poids et Mesures : la seconde est la

Plus en détail

Questions fréquentes. Citations des présentes questions : Lors de la citation d un groupe de questions, donner la référence suivante :

Questions fréquentes. Citations des présentes questions : Lors de la citation d un groupe de questions, donner la référence suivante : Extraits du Rapport accepté par le Groupe de travail I du Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat mais non approuvé dans les détails Questions fréquentes Citations des présentes

Plus en détail

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 LIVRET GESTES VERTS GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 Adresse Postale CS 60013-38702 - La Tronche Cedex Siège Social / Rue de

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, UNE PRIORITÉ POUR LA MARTINIQUE La Martinique

Plus en détail

Chauffer l eau avec le soleil Est-ce possible? Première étape :

Chauffer l eau avec le soleil Est-ce possible? Première étape : Chauffer l eau avec le soleil Est-ce possible? Première étape : Peut-on chauffer de l eau avec le soleil? Les différents groupes ont posé un simple récipient au soleil dans la cour. Le constat de l élévation

Plus en détail

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes).

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes). Grille de planification Expédition météo Spécialiste de l atmosphère Spécialiste des vents Spécialiste des nuages Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10

Plus en détail

Solar Heating System Factsheet (SHSF) - Dossier guide

Solar Heating System Factsheet (SHSF) - Dossier guide Solar eating System Factsheet (SSF) - Dossier guide Les Factsheets (feuille de données) publiés sur la page Internet de SPF résument les résultats des tests des systèmes solaires pour la production d eau

Plus en détail

IR Temp 210. Thermomètre infrarouge. Des techniques sur mesure

IR Temp 210. Thermomètre infrarouge. Des techniques sur mesure IR Temp 210 Thermomètre infrarouge Contenu 1. Spécifications...26 2. Touches et affichages...28 3. Utilisation...30 4. Entretien...31 5. Elimination des piles et de l appareil...31 6. Tableau de facteur

Plus en détail

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire Principe de fonctionnement Les Capteurs Les ballons Les organes de sécurité Les besoins L ensoleillement dimensionnement Comment

Plus en détail

Rosemont- La Petite-Patrie. Îlots de chaleur urbains. Tout. savoir! ce qu il faut

Rosemont- La Petite-Patrie. Îlots de chaleur urbains. Tout. savoir! ce qu il faut Rosemont- La Petite-Patrie Îlots de chaleur urbains Tout savoir! ce qu il faut Qu est-ce qu un îlot de chaleur? Un îlot de chaleur désigne une élévation localisée des températures, particulièrement des

Plus en détail

Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle

Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle Qu est-ce qui cause ces taches à la surface du Soleil? www.bbc.co.uk/science/space/solarsystem/solar_system_highlights/solar_cycle Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. Durant la vie de l

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer BUT : Etudier les synthèses additives et soustractives Comprendre la notion de couleur des objets COMPETENCES : Rechercher et trier des informations

Plus en détail

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Objectif : Valider ou réfuter des «précisions culinaires»* permettant de "conserver une belle couleur verte" lors la cuisson des haricots verts frais (gousses

Plus en détail

août La météo Congrès provincial de l AEFNB Journée de perfectionnement professionnel

août La météo Congrès provincial de l AEFNB Journée de perfectionnement professionnel août La météo Congrès provincial de l AEFNB Journée de perfectionnement professionnel Bienvenue Tribond - La danse de la pluie L oeil dans la météo A yous que la météo fit dans mon programme Météo everywhere

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Le triac en commutation : Commande des relais statiques : Princ ipe électronique

Le triac en commutation : Commande des relais statiques : Princ ipe électronique LES RELAIS STATIQUES (SOLID STATE RELAY : SSR) Princ ipe électronique Les relais statiques sont des contacteurs qui se ferment électroniquement, par une simple commande en appliquant une tension continue

Plus en détail