CH-4601 Olten P. P. Le journal pour un usage différent de l argent // numéro 3, 2013 // 18 septembre Les actions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CH-4601 Olten P. P. Le journal pour un usage différent de l argent // numéro 3, 2013 // 18 septembre 2013. Les actions"

Transcription

1 Le journal pour un usage différent de l argent // numéro 3, 2013 // 18 septembre 2013 P. P. CH-4601 Olten Les actions 6 LES ACTIONS N ONT PLUS LA COTE Les investisseurs se méfient 9 À L ORIGINE, UNE IDÉE DE JEU CRITIQUE Le Monopoly, ou l échec d une réforme sociale 12 UN NOUVEAU POULAILLER GRÂCE À UN PRÊT BAS Petit investissement, gros impact 20 ACTIONS ET ÉTHIQUE Des attentes raisonnables

2 ANNONCES Donner au monde l énergie d être durable LE SOLAIRE CLÉ EN MAIN Etude de dimensionnement Choix de la meilleure technologie solaire Accompagnement administratif Devis gratuit sur Hissez les voiles pour l environnement Découvrir le Jura autrement Marcher, rencontrer, manger bio et dormir paisiblement Nous vous accueillons avec joie Choisissez et réservez votre séjour Electricité et chaleur à partir d un seul toit. Les systèmes d énergie solaire de Schweizer. Ernst Schweizer AG, systèmes d énergie solaire est membre du WWF CLIMATE GROUP et s engage activement pour la protection du climat. 2 moneta #3 // 18 septembre 2013

3 mise en bouche Photo: Photocase Photo: mad ÉDITORIAL De la valeur d une action DOSSIER PRINCIPAL : LES ACTIONS 4 LE DOSSIER EN PHOTOS de Regula Schaffer 6 LES ACTIONS N ONT PLUS LA COTE Les investisseurs se méfient 9 DISSIPATION DE LA CRITIQUE DU CAPITALISME Le Monopoly, ou l échec d une réforme sociale COUVERTURE DU RISQUE ET SPÉCULATION Les actions ont plus de 400 ans 19 UN SOUTIEN SANS BUT LUCRATIF Zéro dividende 20 ACTIONS ET ÉTHIQUE Des attentes raisonnables 22 IL FAUT DISCUTER AVEC SA BANQUE Investir son argent de façon responsable 23 PORTRAIT DE CRÉDIT Des meubles à monter avec des billes et des chaînettes PAGES BAS 12 Petit investissement, gros impact 14 Beaucoup de petits changements pour atteindre l objectif 15 Les banques sociales et environnementales définissent la gestion des biens publics 15 La BAS en chiffres au 30 juin Nouveaux crédits EN PERSONNE 24 LE COURS DES ACTIONS REFLÈTE LES ATTENTES Découplé de l économie réelle Chers lectrices, chers lecteurs, La BAS lance sa campagne «Participez!» qui vise à élargir son actionnariat et consacre ainsi tout ce numéro de moneta au thème des actions. La valeur d une action est généralement synonyme d argent. Mais halte-là! Ce point de vue est bien trop réducteur, surtout quand il est question d actions de la BAS. La BAS est née d une idée collective, d une motivation commune. Elle vise à relever de nombreux défis sociaux, à rendre la vie meilleure. Tel est son objectif fondamental. La BAS n est pas une banque parce que les gens ont besoin de placer de l argent : elle est une banque sociale et écologique parce qu elle veut apporter une solution à des problèmes sociaux. Toute personne qui acquiert une action BAS manifeste ainsi son adhésion à cette idée, sa confiance en le fait que la BAS la mette en avant et la concrétise. Malgré cela, une action BAS reste un produit d investissement. Avant de souscrire, il faut bien réfléchir à cette démarche, car les actions ne sont pas destinées à Madame et Monsieur Tout-le-Monde. Voilà pourquoi vous pourrez lire, dans ce numéro de moneta, des articles qui les présentent sous une foule d éclairages différents. Des spécialistes donnent leur avis, mais aussi des actionnaires qui ont pris la parole lors de la dernière assemblée générale de la BAS. Et maintenant, rideau! Eric Nussbaumer, président du conseil d administration de la BAS (Ce numéro de moneta est envoyé à toutes et tous les actionnaires en lieu et place de la lettre d information automnale.) moneta LE JOURNAL POUR UN USAGE DIFFÉRENT DE L ARGENT // N 3 // 18 SEPTEMBRE 2013 moneta paraît au moins quatre fois par an en français et en allemand. Envoyé aux membres de l association éditrice du moneta. La reproduction de textes est soumise à une autorisation écrite de la rédaction et doit impérativement indiquer la source // Editrice Asso ciation éditrice moneta // Rédaction René Hornung ( responsable ), Simon Rindlisbacher, Cathy Savioz, Anna Sax, Dominique Zimmermann // Rédaction fran çaise moneta, c/o Banque Alternative Suisse SA, case postale 161, 1001 Lausanne, téléphone , // Traduction Sylvain Pichon, Mediamix.3 Sagl // Graphisme et réalisation Clerici Partner Design, Zurich // Photo de couverture Regula Schaffer // Impression ROPRESS Genossenschaft, Zurich // Papier RePrint FSC // Tirage de cette édition 7100 exemplaires // Publicité et encarts moneta, c/o Banque Alter native Suisse SA, case postale, 4601 Olten, téléphone // Abonnements Annuel Fr. 20. / Soutien Fr. 50. // Encarts et annonces Nous attirons votre attention sur le fait que les encarts qui n émanent pas de moneta sont assimilés à des publicités qui nous permettent de couvrir les frais de production. Si vous déménagez et que vous êtes client-e de notre banque, veuillez nous communiquer votre nouvelle adresse par écrit ou via le système d e-banking. 3

4 4 moneta #3 // 18 septembre 2013

5 Regula Schaffer : KUNSTRAUM ZUHAUS dossier 5

6 Les investisseurs se méfient Gli investitori sono cauti LES ACTIONS N ONT PLUS LA COTE Une personne qui aurait investi francs dans l indice des actions suisses il y a vingt-cinq ans pourrait aujourd hui revendre ses titres pour francs environ. Alors, comment expliquer que malgré ce rendement considérable, seul un ménage helvétique sur cinq possède des actions? LE AZIONI SONO POCO APPREZZATE Chi ha investito, 25 anni fa, franchi nell indice azionario svizzero, oggi può vendere le sue quote per oltre franchi. Come mai, nonostante il rendimento considerevole, solo un economia domestica svizzera su cinque possiede delle azioni? // Avec l apparition des bourses, l ouverture internationale des marchés des capitaux, puis l avènement du numérique, chaque épargnante ou épargnant peut investir dans des entreprises du monde entier. Il est donc étonnant que 17,4 pour cent seulement des personnes vivant en Suisse possèdent directement des actions. Si l on y ajoute les parti cipations du personnel et les parts de fonds de placement, la proportion n atteint guère que 20,6 pour cent. Telle est la conclusion de l étude Aktienbesitz in der Schweiz (L actionnariat en Suisse), réalisée par l Institut pour les banques et la finance de l Université de Zurich. Selon les statistiques de la Banque nationale, les portefeuilles des ménages contiennent des actions pour une valeur de 214 milliards de francs, ce qui représente quelque 6 pour cent de la fortune privée. Ces chiffres sont plutôt bas en comparaison avec d autres pays et ils ne cessent de diminuer depuis dix ans, dans toutes les catégories d âge et de fortune. Seulement 40 pour cent des millionnaires détiennent des actions. Les statistiques internationales brossent un tableau différent : 30 pour cent de la population est actionnaire en Suède, 28 pour cent au Japon et 25 pour cent aux Etats-Unis. Seules l Allemagne et la France se trouvent au-dessous des 17 pour cent de la Suisse, avec 16 et 15 pour cent. Rêves brisés Pourquoi les actions attirent-elles si peu les hommes et encore moins les femmes dans notre pays? La raison principale tient sans doute au fait que les investisseuses et investisseurs ne se font plus d illusion quant à leurs chances de devenir millionnaires, mais placent leur fortune de façon modeste et pragmatique. A la fin des années 1990, les actions étaient encore nettement plus populaires : les cours croissants de la bourse et les perspectives de profit élevées avaient alors fait monter la proportion d actionnaires à 33 pour cent. Avec l éclatement de la bulle internet en 2001 et l effondrement du Swiss Market Index de plus de la moitié de sa valeur en deux ans, beaucoup // Con la nascita delle borse, l apertura internazionale dei mercati dei capitali e la digitalizzazione, il risparmiatore ha avuto la possibilità di investire nelle società del mondo intero. È dunque sorprendente il fatto che solo il 17,4 percento della popolazione residente in Svizzera detenga delle azioni. Anche aggiungendo le partecipazioni dei dipendenti e le quote di fondi, la percentuale sale solo al 20,6 percento. A tale conclusione giunge lo studio «Aktienbesitz in der Schweiz» (Possesso di azioni in Svizzera) dell Istituto di Banking e Finanze dell Università di Zurigo. Secondo la statistica della Banca nazionale, nei portafogli delle famiglie ci sono titoli azionari per un valore di 214 miliardi di franchi, ciò che corrisponde al 6 percento circa del patrimonio privato. Si tratta di valori piuttosto bassi rispetto agli altri paesi e, inoltre, da 10 anni sono in calo costante in tutte le categorie d età e nelle singole categorie di investimento. Del resto anche il 40 percento dei milionari non possiede azioni. Le statistiche internazionali rivelano uno scenario diverso: in Svezia il 30 percento della popolazione detiene delle azioni, in Giappone il 28 percento e negli Stati Uniti il 25 percento. Solo la Germania e la Francia, con il 16, risp. il 15 percento, si situano al di sotto del 17 percento della Svizzera. Sogni infranti Come mai in Svizzera gli uomini ma soprattutto le donne sono così recalcitranti all acquisto di azioni? La ragione principale risiede probabilmente nel fatto che gli investitori non si lasciano più influenzare da fantasie milionarie, ma investono con moderazione e pragmatismo. Alla fine degli anni 90 le azioni erano molto più popolari: l aumento dei corsi borsistici e le elevate aspettative di profitto avevano fatto aumentare le quote azionarie del 33 percento. Nel 2001, con lo scoppio della bolla della New Economy e il crollo dello Swiss Market Index di oltre il 50 percento in due soli anni, molti investitori si scotta- 6 moneta #3 // 18 septembre 2013

7 dossier se sont brûlé les doigts et ont choisi la prudence, même pour leurs placements ultérieurs. A juste titre : à cause des deux récessions de ces dix dernières années, le rendement des actions pour les investisseuses moyennes et investisseurs moyens est nul. La prudence est décelable également dans l enquête menée par l Université de Zurich auprès d actionnaires privé-e-s. Plus d un tiers ont déclaré fonder leurs décisions sur un horizon de placement dépassant les huit ans. Huit pour cent seulement visaient un gain à court terme. En tout, 80 pour cent de la fortune en actions est placée dans le pays et 59 pour cent des actionnaires détiennent même exclusivement des titres suisses. Cela bien que les perspectives de rendement soient notablement meilleures sur de nombreux marchés étrangers, en particulier les économies émergentes comme la Chine, le Brésil ou la Turquie. Mais les investisseuses et investisseurs savent que les placements plus rentables égalent davantage de risques. La majorité opte dès lors pour des stratégies plutôt conservatrices et ne veut pas d actions, bien que les comptes en banque et les obligations d Etat ne rapportent presque rien, vu les faibles taux d intérêt actuellement en vigueur. De nombreux instituts et spécialistes financiers qualifient d irrationnelle cette peur de subir des pertes. Leur argumentation se base sur de longues périodes : sur 20 à 25 ans, même les actions médiocres ont rapporté davantage que les obligations. La crainte excessive visà-vis des actions détourne de placements rentables à long terme, affirment ces spécialistes. En Suisse, cette attitude ne semble toutefois pas due à l ignorance ou à de mauvaises décisions d investissement, mais plutôt à une prudence délibérée et à une forte aversion du risque. Un comportement particulièrement visible ces dix dernières années, qui explique que la proportion des actions ait chuté à 17 pour cent actuellement. Les problèmes conjoncturels et l incertitude régnant sur les marchés européens n ont manifestement pas échappé aux investisseuses et investisseurs. Les caisses de pensions prennent plus de risques Les salariées et salariés ont l obligation de s affilier à une caisse de pensions, mais leur influence sur sa stratégie de placement est généralement dérisoire. Même indirectement, la population possède des actions : il s agit des capitaux qu elle a épargnés dans le deuxième pilier. Les caisses de pensions ont un grand horizon de placement et peuvent donc prendre davantage de risques calculés. Ainsi, en 2012, rono le dita e furono più cauti di fronte ai successivi rally borsistici. E a giusta ragione: a causa delle due recessioni del trascorso decennio, il rendimento azionario per l investitore medio è stato praticamente pari a zero. La prudenza emerge anche dall indagine condotta dall Università di Zurigo tra gli azionisti privati. Oltre un terzo degli intervistati ha dichiarato di prendere le proprie decisioni con un orizzonte d investimento superiore agli otto anni. Solo pochi, 8 percento, mirava a realizzare profitti a breve termine. L 80 percento del capitale azionario viene investito in Svizzera e il 59 percento degli azionisti detiene esclusivamente titoli svizzeri. Questo nonostante le prospettive di rendimento su molti mercati esteri siano nettamente migliori soprattutto nelle economie di paesi emergenti quali Cina, Brasile o Turchia. Gli investitori, però, sanno bene che più gli investimenti sono redditizi e più sono esposti a rischi elevati. La maggior parte degli investitori opta perciò per strategie più conservative, di azioni non vuole nemmeno sentir parlare, e questo nonostante i conti bancari e le obbligazioni di stato, in questa fase di interessi bassi, rendano poco o nulla. Molti istituti e analisti finanziari ritengono irrazionale il timore di perdite e argomentano la loro tesi basandosi su lunghi orizzonti temporali: nell arco di 20 a 25 anni, anche le azioni più deboli frutterebbero più delle obbligazioni. L eccessivo timore di investire in azioni a lungo termine impedirebbe di fare degli investimenti redditizi, sostengono gli analisti. Il comportamento degli svizzeri, tuttavia, non sembra essere basato sull ignoranza o su decisioni d investimento sbagliate, bensì su una prudenza consapevole e su una forte avversione al rischio. Una tendenza che si è affermata nel passato decennio e che ha ridotto il possesso di quote azionarie all attuale 17 percento. Evidentemente investitrici e investitori conoscono i problemi congiunturali e l insicurezza che regna sui mercati europei. Casse pensioni più propense al rischio Lavoratrici e lavoratori sono tenuti ad aderire a una Cassa pensione, senza tuttavia poter esercitare la minima influenza sulla sua strategia d investimento. Ma sui soldi accumulati con il secondo pilastro la popolazione possiede indirettamente delle azioni. Grazie all ampio orizzonte d investimento, le Casse pensione possono correre maggiori rischi calcolati: nel 2012 la quota azionaria media era del 27,6 percento, ciò che corrisponde a un patrimonio azionario Compte bancaire ou postal 95 Conto bancario/postale Argent liquide 92 Denaro contante 3 e pilier 56 Terzo pilastro Immeubles 41 Immobili Assurance-vie 36 Assicurazione sulla vita Fonds de placement 26 Fondi d investimento Actions 17 Azioni Marché obligataire/monétaire Métaux précieux Prestiti/mercato monetario Metalli preziosi Produits dérivés Actions de collaborateurs-trices 6 6 Pourcentage de la population suisse utilisant une certaine catégorie d actifs. Etat : Percentuale di popolazione in Svizzera che investe nelle varie categorie di investimento. Stato : Derivati Azioni dei collaboratori 7

8 elles détenaient des actions à hauteur de 27,6 pour cent en moyenne de leurs investissements, soit une fortune en actions supérieure à francs par personne assurée. Le déclin de l intérêt des particuliers pour les placements en actions devrait, selon la logique des marchés, entraîner une tendance à la baisse des cours et le versement de dividendes plus élevés aux actionnaires. Pourtant, c est exactement l inverse qui s est produit ces dernières années, notamment parce qu en injectant des liquidités, les banques centrales ont suscité un fort engouement pour des actions il fallait bien placer cette masse d argent. Ce sont surtout des groupes et sociétés de participation suisses et étrangers qui augmentent leur emprise sur le capital-risque des firmes helvètes, tandis que l idée de mettre des entreprises publiques entre les mains des épargnantes et épargnants ainsi que des consommatrices et consommateurs ne cesse de perdre en importance. // Gabriel Züllig Gabriel Züllig, 22 ans, poursuit des études en master d économie et de journalisme économique à l Université de Saint-Gall. Après une première expérience dans la finance et la recherche économique, il travaille comme journaliste libre. Sources : Urs Birchler, Rudolf Volkart, Daniel Ettlin, René Hegglin, «Aktienbesitz in der Schweiz», Universität Zürich, Institut für Banking und Finance, knowhow/overview_fr.html di oltre franchi per assicurato. Secondo la logica dei mercati, il calo dei tassi d interesse sugli investimenti azionari dei privati dovrebbe tendenzialmente causare un calo delle quotazioni azionarie e le imprese dovrebbero compensare i propri azionisti con dividendi più elevati. Tuttavia, negli scorsi anni è successo proprio il contrario, non da ultimo perché le Banche centrali, con le loro iniezioni di liquidità, hanno indotto una forte domanda di titoli azionari con grandi quantità di denaro da investire. Si tratta soprattutto di gruppi industriali e società di partecipazione all interno del paese e all estero, che hanno un influenza sempre maggiore sul capitale di rischio delle imprese elvetiche, mentre il concetto di imprese pubbliche in mano a risparmiatori e consumatori perde sempre più d importanza. // Gabriel Züllig Gabriel Züllig (22) segue un Master in economia e giornalismo economico presso l Università di San Gallo. Dopo una prima esperienza professionale nel settore finanziario e della ricerca economica, lavora attualmente come giornalista freelance. Fonti d informazione : Urs Birchler, Rudolf Volkart, Daniel Ettlin, René Hegglin : Aktienbesitz in der Schweiz (Possesso di azioni in Svizzera). Università di Zurigo, Istituto di Banking e Finanza, Des ours et des taureaux Comme chaque sous-culture, la bourse a développé pendant ses quatre cents ans d histoire un jargon souvent incompréhensible pour les petites investisseuses et les petits investisseurs. L essentiel en bref. La ou le propriétaire d une action nominative est inscrit-e dans le registre de l entreprise. Contrairement à l action au porteur, c est l actionnaire inscrit-e qui a tous les droits et devoirs, et non la personne ayant le titre physique entre les mains. Les entreprises peuvent aussi émettre des actions nominatives avec restriction de transmissibilité. La société anonyme doit alors donner son accord à tout achat ou vente. Une personne qui possède une action a droit à une part correspondante de l entreprise et de ses bénéfices (sous la forme d un dividende) ; elle peut également participer à l assemblée générale et élire les personnes responsables et la stratégie. Outre les actions ordinaires ou à droit de vote privilégié, il existe des bons de participation sans droit de vote. Le secteur financier a développé de nombreux produits dérivés en complément aux actions traditionnelles. Il s agit notamment d options, de bons de souscription d actions (ou «warrants», dans la terminologie boursière fortement imprégnée d anglais) et de produits structurés. La valeur des dérivés dépend de l évolution d un actif sous-jacent (une action ou autre). En acquérant par exemple une option d achat («call»), on peut profiter de manière surproportionnelle de la hausse des cours mais aussi subir de plein fouet une stagnation ou une baisse. Une stratégie à la hausse est appelée «bull» (taureau). Si l on s attend au contraire à une tendance à la baisse, c est-à-dire «bear» (ours), on va vendre ses options d achat ou acheter des options de vente («put»). Les produits dérivés permettent normalement de couvrir des risques comme la baisse des cours, mais ils servent la plupart du temps à spéculer. Bull-market e bear-market Come succede in ogni subcultura, nei suoi 400 anni di storia il mercato borsistico ha coniato dei concetti spesso incomprensibili per i piccoli investitori. Ecco i più importanti: Il titolare di un azione nominale viene iscritto in un registro aziendale. Al contrario dell azione al portatore, è l azionista registrato a mantenere tutti i diritti e i doveri e non colui che possiede fisicamente l azione. Le aziende possono emettere anche delle azioni nominali «vincolate»: in questo caso la società per azioni deve approvarne l acquisto, risp. la vendita. Chi detiene azioni simili nel portafoglio, non solo ha diritto alle relative quote aziendali e ai profitti (sotto forma di dividendo), ma ha anche il diritto di co-decidere, all Assemblea generale, in merito ai responsabili dell impresa e alla strategia aziendale. Oltre alle azioni ordinarie e alle azioni con diritto di voto, esistono anche i titoli di partecipazione senza diritto di voto. In aggiunta al titolo azionario classico, il settore finanziario ha sviluppato numerosi strumenti derivati, di cui fanno parte opzioni, certificati e prodotti strutturati. Il valore dei derivati «deriva» dall andamento del valore di base (ad es. di un azione). L investitore che acquista un opzione call, approfitterà in modo più che proporzionale dell aumento del prezzo del titolo, mentre in caso di stagnazione e di ribasso può perdere anche ingenti somme di denaro. Questa aspettativa si chiama «rialzista» (bull market). L investitore che, invece, ha delle aspettative «ribassiste» (bear market) venderà le opzioni call oppure acquisterà dei «put». I derivati permettono di cautelarsi contro le perdite sui corsi azionari, ma vengono spesso impiegati come strumento speculativo. 8 moneta #3 // 18 septembre 2013

9 dossier Le Monopoly, ou l échec d une réforme sociale DISSIPATION DE LA CRITIQUE DU CAPITALISME Le Monopoly est un exemple éclatant de la pensée capitaliste. Retracer la genèse du jeu réserve une surprise : son inventeur était un réformateur social! // Ce n est pas à l école que nous apprenons ce qu est une action, mais le jeu du Monopoly peut nous en donner une vague idée. De manière providentielle, nous voilà de nouveau en fonds après un passage sur la case «Chance», qui a permis le tirage d une carte annonçant «La Banque vous verse un dividende de 1000 francs». Actionnaires sans le savoir, nous avons encaissé de l argent sans effort, même si c est de la monnaie de singe. Et quand le plateau de jeu et tous les petits hôtels se mettent à voler après un accès de colère, ce n est certainement pas en raison de ce coup de pouce, mais plutôt à cause de la case fort convoitée de Zurich Paradeplatz. Combien de personnes se sont-elles retrouvées ici ruinées par un séjour involontaire dans un hôtel? Le Monopoly avec sa case Paradeplatz est l une des quarante-trois versions nationales d un jeu vendu à plus de 275 millions d exemplaires dans le monde. Si l on additionnait les petites maisons qui se trouvent dans chaque boîte, il y en aurait assez pour chaque être humain sur Terre. Les dangers de la propriété monopolistique L idée à la base du jeu vient du pays de tous les possibles. On considère qu Elizabeth «Lizzie» Magie Phillips, de Chicago, l a inventé. Elle a déposé une demande de brevet en 1903 pour le jeu de société The Landlord s Game («Le jeu du propriétaire»). En tant que quakeresse et partisane du réformateur social Henry George, Lizzie Phillips a voulu mettre en lumière les dangers de la propriété foncière monopolistique et dénoncer la paupérisation de la population rurale. Le jeu devait soutenir les revendications d Henry George. Faisant valoir que la terre appartient au public et ne doit pas devenir une propriété privée, il appelait l instauration d une single tax, un impôt foncier qui aurait dû rendre peu attrayante la possession du sol. De son point de vue, on ne devrait posséder que ce que l on a soi-même bâti ou créé. La motivation de Lizzie Phillips pour obtenir un brevet était, selon ses propres mots, la pédagogie. Peut-être cette ambition a-t-elle échoué parce qu à bien des égards, la version brevetée du jeu n a pas suivi les idées réformistes sociales de Henry George. On n y trouvait des similitudes qu avec l abandon du secteur productif et des services. Même la single tax manquait à l appel. Pourquoi la notion de réforme sociale a-t-elle disparu dès les origines? Cela pourrait tenir aux règles de ce jeu rebaptisé depuis lors «Monopoly», qui exaltent le zèle et la cupidité, deux traits de caractère par trop humains. Ce n est pas Lizzie Phillips qui s est occupée de la commercialisation, mais un artisan, Charles Darrow. D un bricolage qui ne consistait jusqu alors qu en dessins et bâtiments schématiques, il a fait un jeu doté de miniatures remarquables. Les dimensions, proportions, couleurs et formes du Monopoly ont contribué à son essor pendant les années de crise. Et Darrow passe pour le premier auteur de ce jeu qui l a rendu millionnaire pour de vrai. Le succès du Monopoly est aussi dû à ses nombreuses versions, spécifiques à différents pays. Si l on connaît les lieux énumérés sur le plateau, on s identifie à eux. Le Monopoly est associé à mille histoires, personnelles et politiques. La découverte de deux versions baptisées Ghetto et datant de la Seconde Guerre mondiale a constitué une surprise. Le plateau montre le camp de concentration de Theresienstadt. L artiste Oswald Poeck l a dessiné pour que les enfants détenus dans le camp puissent s amuser et apprendre des choses sur la vie et la mort. L original doit avoir été envoyé aux prisonniers de guerre en Allemagne par le Secret Service dans des colis de la Croix- Rouge. Il dissimulait sans doute du véritable argent et de faux papiers pour permettre l évasion de quelques agents. Plus tard, du temps de la RDA, il était strictement interdit Boîte de l édition suisse du Monopoly de 1939 : petits trains, maisons paysannes et liasses de billets. aux citoyennes et citoyens d Allemagne de l Est d importer le Monopoly. On y trouvait néanmoins des jeux reproduits à la main ou obtenus par contrebande. Le succès du Monopoly est frappant aussi bien lors de crises que de périodes de haute conjoncture. Pendant la Grande Dépression, il s est imposé comme antidote à la réalité économique. Mais ce n est sans doute pas un hasard non plus s il s est vendu comme des petits pains durant le miracle économique des années Tout le monde ne pouvait pourtant pas s offrir un plateau de jeu : à la fin des années cinquante, à l école primaire de Klosters (GR), un seul enfant avait un Monopoly. La jeune fille en question tenait un calendrier où ses camarades de classe pouvaient s inscrire une semaine à l avance s ils voulaient décrocher une date pour une aprèsmidi d amusement. Les dividendes d actions n existent plus Aujourd hui, l imagination et la décadence n ont plus de limites : pour un million de dollars, vous serez propriétaire d un jeu de Monopoly en or pur, avec des figurines en or, des dés en or avec les chiffres en diamants et des bâtiments sertis de pierres précieuses. Quant à la variante alcoolisée du jeu, sachez qu au lieu de payer, vous devrez avaler des verres cul sec. La carte avec les fameux dividendes d actions inespérés ne se trouve plus dans les nouvelles versions du jeu, puisque existe désormais le Monopoly Trader : plus question ici de lieux, de places et de bâtiments, mais seulement de titres à négocier. Dans l hypothèse où la course à la cupidité serait trop fiévreuse, il existe un logiciel donnant une recommandation sur la base des meilleures stratégies de jeu : si l on se retrouve en prison, mieux vaut ne pas chercher à en sortir trop vite. Y rester pendant trois tours permet de reprendre son souffle et de réfléchir à autre chose qu à l ambition de devenir monopoliste à tout prix. // Dominique A. Zimmermann Lectures recommandées: Henry George, «Progrès et pauvreté», Ed. l Age d Homme, 2012 (première édition : 1879). Andreas Tönnesmann, «Monopoly. Das Spiel, die Stadt und das Glück», Ed. Klaus Wagenbach, 2011 (en allemand). 9

10 Les actions ont plus de 400 ans COUVERTURE DU RISQUE ET SPÉCULATION L invention des actions remonte au début du XVII e siècle. La Compagnie des Indes orientales union des chambres de commerce de villes hollandaises a été la première à émettre de tels titres afin de financer sa flotte marchande. Il n a pas fallu longtemps pour que des produits dérivés fassent leur apparition : les options sur des bulbes de tulipes ont causé le premier krach boursier de l Histoire. Photo: istockphoto Les premières actions ont été émises pour financer la construction de navires. Les premiers à le faire ont été les Hollandais, suivis par les Anglais. Ci-dessus, la Tamise à Londres. // Au début du XVII e siècle se sont succédé plusieurs innovations révolutionnaires pour l économie. En moins de dix ans, trois produits financiers importants ont vu le jour à Amsterdam : les comptes courants avec garantie de l Etat, les actions, et enfin les opérations à terme au moyen d options. Pour apaiser le marché monétaire, les autorités de la ville ont fondé en 1609 l Amsterdamse Wisselbank («Banque de change amstellodamoise»). L augmentation considérable des échanges commerciaux au sein de l Europe l avait rendue nécessaire. Le monopole de la frappe des pièces que détenaient de nombreuses cités et la noblesse entravait les échanges, et il existait une multitude de monnaies différentes. Dans les halles de marché et les bourses de commerce ainsi qu à leurs abords, les changeurs se disputaient souvent à propos de la valeur des monnaies. De surcroît, il était difficile d organiser le paiement de factures élevées. L Amsterdamse Wisselbank a donc créé le compte courant, permettant pour la première fois de payer par virement et sans argent liquide. La banque est devenue une chambre de compensation. Avantage tout particulier : en tant que propriétaire de la banque, la ville d Amsterdam accordait sa garantie aux fonds que les gens y déposaient. D énormes réserves d argent ont été entreposées pour cela à la mairie. Pour les commerçants autant que pour les artisans, les comptes courants ont donné lieu à une simplification inouïe du trafic des paiements et tout aussi vital pour l essor économique une sécurité importante pour leurs avoirs professionnels et personnels. Des actions pour préfinancer les importations A la fin du XVI e siècle, le commerce intérieur européen avait fortement augmenté, tout comme les importations en provenance d Asie : avant tout les épices, mais également le thé, la porcelaine et les étoffes. Avant même la création de la banque de change, les chambres de commerce des villes portuaires hollandaises s étaient unies pour fonder, en 1602, la Compagnie des Indes orientales. Elles ont ainsi renforcé leur position vis-à-vis du Portugal, 10 moneta #3 // 18 septembre 2013

11 dossier qui contrôlait jusqu alors ces échanges internationaux. Le gouvernement central néerlandais a donné à la Compagnie le monopole du commerce pour toute l Asie, y compris le droit de conclure des accords commerciaux et de mener des guerres au nom des traités hollandais. La Compagnie des Indes orientales s est lancée dans des investissements colossaux : construire et équiper soixante-cinq navires. Il fallait réunir pour cela quelque 8,5 millions de florins. A titre de comparaison, le revenu annuel d un artisan était alors d environ 200 florins. Pour financer ces investissements, la Compagnie a émis des actions pour une valeur totale de 3,5 millions de florins. Chaque action coûtait 50 florins, afin que de «petites gens» aussi puissent se permettre d acquérir des actions. Parmi les actionnaires, on trouvait des femmes de ménage, des ouvriers, mais encore des médecins et des pasteurs. En tout, 1143 actionnaires individuel-le-s ont été enregis tré-e-s en tant que premières acheteuses ou premiers acheteurs. Une famille sur six possédait au moins une action de la Compagnie. Les personnes qui avaient acheté ces actions en attendaient des rendements élevés. Les précédentes expéditions en Asie avaient rapporté aux bailleresses et bailleurs de fonds des bénéfices allant jusqu à 400 pour cent, mais seulement parce que les navires également avaient trouvé preneur après le retour. Les espoirs de s enrichir beaucoup et rapidement ont été refroidis : la Compagnie des Indes orientales étant devenue une société stable sur la durée, elle n a pas revendu ses navires. En outre, le conseil d administration s est montré très parcimonieux avec le versement des dividendes au cours des premières années. La Compagnie voulait constituer des réserves. A la place de dividendes en espèces, les actionnaires ont parfois reçu des épices ou des noix de muscade à titre de compensation. Cela a donné lieu de temps à autre à des différends entre actionnaires et conseil d administration. Des changements statutaires intervenus en 1612 et en 1622 ayant donné davantage de pouvoir aux détentrices et détenteurs d actions, les dividendes ont augmenté en conséquence. Mais beaucoup de petits actionnaires avaient déjà vendu leurs actions au cours des dix premières années. Le nombre d actionnaires est passé de 1143 à environ 850, bien que la valeur des actions ait pratiquement quadruplé sur la même période. Spéculation sur les bulbes de tulipes Quelques années après la création de la banque de virement et après l émission d actions par la Compagnie des Indes orientales, les Pays- Bas ont vécu le premier krach boursier. Depuis la fin du XVI e siècle, en Hollande ainsi qu en France et en Autriche, les tulipes étaient des fleurs à la mode. La demande a rapidement dépassé l offre, limitée. Malgré leur interdiction, des opérations à terme ont été conclues au moyen d options et il en a résulté un marché avec des titres. Celui-ci s est fait de plus en plus pléthorique, car les marchands devenus riches cherchaient des possibilités de placement, comme dans le contexte d abondance de capitaux que nous connaissons aujourd hui. Le négoce des options sur tulipes a longtemps été très rentable et certains investisseurs ont hypothéqué leurs maisons pour acheter des options. Les prix dépendaient de la couleur à la mode, jusqu à atteindre des sommets absurdes : par exemple, en 1633, trois bulbes de tulipes jaunes ont changé de main pour 500 florins, une somme correspondant à deux ou trois fois le revenu annuel d un artisan ou au prix d une maison simple de l époque. En 1637, un seul bulbe de tulipe de la variété populaire Semper Augustus s est vendu pour florins à la bourse d Amsterdam, soit la valeur d une résidence avec jardin et grange dans les plus beaux quartiers d Amsterdam. Un effondrement brutalement interrompu cette envolée, sans raison apparente : pas de conditions météorologiques particulièrement mauvaises ni de surabondance sur le marché ou de troubles politiques. La mise aux enchères hebdomadaires du 7 février 1637 à Haarlem a vu les prix dégringoler soudainement, d où un vent de panique. En quelques jours, les options ne valaient plus rien et le prix des vrais bulbes de tulipes est, lui aussi, tombé à une fraction de son ancienne valeur spéculative. Ce premier krach de l Histoire de la bourse a eu de graves conséquences économiques et sociales. De nombreuses familles ont perdu maison et ferme ; le taux de suicide a augmenté de façon spectaculaire. // Heinz-Gerd Roes L auteur est professeur d économie dans différentes Hautes Ecoles et vit à Amsterdam. L écart salarial à la DB Dans l éditorial du numéro précédent de moneta, nous avons fait, sur les écarts de salaires en vigueur à la Déclaration de Berne (DB), une affirmation qui nécessite une mise au point. L éditorial donne l impression que la Déclaration de Berne se serait distanciée des valeurs qu elle représente à l extérieur. Cette position est erronée et moneta présente ses excuses pour cela. L éditorial faisait référence à un article publié dans les pages suivantes du même numéro de moneta, lequel a été lu et approuvé par le porte-parole de la DB avant publication. La DB n a pas de salaire unifié depuis des décennies et n a donc pas pu abandonner cette pratique. Pour autant qu ils soient transparents et concevables, les salaires différenciés ne reflètent pas un manque de solidarité. A la DB, l écart entre le salaire le plus haut et le plus bas est de 1:1,7. La rédaction de moneta mise au point «PARTICIPEZ!» L argent, c est le pouvoir. Avec lui, je peux faire le bien ou le mal. J ai confié mon agent à la BAS, car je sais qu elle l utilisera de façon judicieuse. Stéfane Bridy, Neuchâtel 11

12 page bas Petit investissement, gros impact CAMPAGNE «PARTICIPEZ!» La Banque Alternative Suisse vise un objectif ambitieux : augmenter son capital-actions de plus d un quart ces deux prochaines années. Les actions BAS sont non seulement un investissement fructueux à long terme, mais elles permettent aussi à la Banque de soutenir davantage de projets sociaux et environnementaux. Dans cet élevage de Wildensbuch, dans le vignoble zurichois, les poules peuvent gambader à leur aise. Photos: mad // Jorge Vásquez frappe doucement contre la porte en bois de la grange. Il a changé de bottes, enfilé une pèlerine bleu foncé et s est lavé les mains. L agriculteur bio d origine péruvienne insiste sur le fait que l hygiène est la façon la moins chère de prévenir les maladies. M. Vásquez frappe une nouvelle fois à la porte, avec les mêmes précautions. «Pour ne pas les effrayer.» C est le matin, le moment de la ponte. Or, les poules n aiment pas qu on les dérange. Sur deux mille environ, à peine quelques-unes se tournent vers les visiteurs. Certaines nettoient leur plumage, d autres se tiennent sur les perchoirs la tête haute et penchée, beaucoup sont encore occupées à pondre dans les nids obscurcis par des rideaux. A Wildensbuch, dans le vignoble zurichois, Jorge Vásquez et son épouse Beatrice Peter exploitent depuis deux ans leur poulailler divisé en quatre compartiments abritant chacun cinq cents animaux. La BAS a cofinancé leur projet avec un prêt de francs. M me Peter et M. Vásquez ont des poules parce que ce sont leurs animaux préférés, et aussi parce qu ils peuvent «récolter toute l année». Contrairement à la culture de baies, par exemple, le travail est réparti sur 365 jours. La famille peut dès lors gérer son activité sans aide extérieure. Beatrice Peter a repris la ferme de ses parents. Cette biologiste et économiste, qui a suivi une formation agricole en Suisse, a toujours voulu faire passer son exploitation en agriculture biologique et travailler autant que possible en harmonie avec la nature. Quand il a fallu reconstruire le poulailler, c est la BAS «PARTICIPEZ!» Les scandales des grandes banques m ont incitée à rechercher une banque transparente, sociale et qui soutienne particulièrement les femmes. J ai trouvé tout cela à la BAS : en tant qu actionnaire et preneuse de crédit. Erika Gruber, La Neuveville 12 moneta #3 // 18 septembre 2013

13 page bas qui a présenté la meilleure offre de financement. Le nom de la banque prêteuse est secondaire pour Beatrice Peter. Après tout, cette dernière peut elle-même influencer la mesure dans laquelle l investissement correspond à ses principes de vie. «Je trouve plus important de choisir la banque à laquelle je confie mes économies, spécifie-t-elle. Dans la plupart de ces établissements, on ignore si notre argent travaille selon nos valeurs éthiques.» Ni toute petite, ni toute grande Il en va différemment à la BAS : la banque tient à ce que le plus grand nombre possible de poules puisse gambader en plein air, et elle veut pouvoir financer davantage de grands projets dans les domaines social et environnemental. Mais elle a besoin de ressources supplémentaires. Quelque 4600 personnes possèdent des actions BAS à ce jour. La plupart d entre elles sont de petites et petits actionnaires qui n ont pas plus de cinq actions chacune et chacun. Le capital-actions s élève à 53,96 millions de francs. Comparée à d autres banques, la BAS est dans une position médiane : elle ne fait pas partie des plus grandes, mais pas non plus des toutes petites, pour la plupart régionales ou spécialisées. Depuis la crise financière, les banques doivent répondre à des exigences toujours plus strictes. Elles doivent faire passer leur ratio de fonds propres de 10,9 à 13 pour cent. Il est actuellement de 11,8 pour cent à la BAS : dans la moyenne, mais il doit continuer à progresser. C est aussi pour cette raison que l assemblée générale a approuvé, au printemps dernier, l augmentation du capital-actions de près de 18 millions de francs. La BAS mène actuellement une campagne intitulée «Participez» afin de stimuler la souscription de ses actions. En Suisse alémanique, les poulets biologiques de Wildensbuch sont un exemple de ce à quoi contribuent indirectement les actionnaires de la BAS. En Suisse romande, des vaches laitières du Jura vaudois illustrent le bulletin de souscription. Michael Diaz, membre de la direction et responsable du secteur Placements, est déterminé : «Nous voulons nous engager davantage, rendre la BAS encore plus concrète.» Pour lui, la BAS constitue une alternative crédible en matière d investissement durable. Les actions ont plus d impact que les comptes La part des placements «verts» stagne sur les marchés boursiers. Depuis quelque temps, les fonds durables attirent peu de nouveaux capitaux, comme l a constaté entre autres le quotidien alémanique Tages-Anzeiger. Mais cela n inquiète pas Michael Diaz, qui considère les actions BAS comme moins touchées. «Nous constatons au contraire un fort intérêt», affirme-t-il. Les raisons tiennent, d après lui, au fait que la BAS est spécialisée dans des domaines comme le développement durable et que chaque actionnaire peut savoir précisément, grâce au rapport annuel, dans quels secteurs et entreprises la Banque a investi. «Aucun autre placement n a un impact plus direct et plus efficace», ajoute M. Diaz en donnant quelques exemples. Ainsi, cinq actions concourent à mettre sur pied un projet de cirque pour des enfants en difficulté d intégration. Vingt-trois actions assurent la réalisation d une petite centrale hydraulique et l utilisation d énergies renouvelables. Le grand atout des actions est leur effet de levier : grâce à lui, mille francs nominaux permettent d octroyer un crédit de 8000 francs. En d autres termes, une ou un actionnaire investissant 1000 francs dans la BAS a un effet huit fois supérieur à celui d une épargnante ou d un épargnant qui aurait déposé la même somme sur son compte BAS. Michael Diaz décrit l actionnaire idéal-e de la BAS comme une personne lucide, à la recherche de placements responsables. Mais il faut un certain revenu minimal, car une action nominative coûte tout de même francs. M. Diaz conseille de ne pas acquérir des actions BAS pour plus de 5 pour cent de sa fortune au total. Mieux vaut donc disposer d environ francs d épargne par action. Cela parce que les actions BAS sont des placements à long terme. Comme la Banque Alternative Suisse n est pas cotée en bourse, elle doit trouver pour chaque action vendue une nouvelle acheteuse ou un nouvel acheteur. Il peut falloir quelques jours à quelques semaines selon la quantité. Depuis les dix dernières années, les actionnaires ont bénéficié d un rendement régulier, y compris des dividendes de 2,5 pour cent environ. On peut qualifier l action de placement «pépère». «De toute façon, ajoute Michael Diaz, nous ne voulons pas d actionnaires qui cherchent à faire de l argent le plus vite possible.» Et la direction soumet la progression de la Banque à certaines conditions aussi, car elle tient absolument à continuer à respecter les valeurs de la BAS. Le contrôle d éthique y veille et publie chaque année un rapport à ce sujet. En outre et comme le rappelle M. Diaz, la direction veut mettre en pratique la vision de la BAS au quotidien. Pour la séance photo de la BAS, Jorge Vásquez sort ses 2000 poules sur l immense pâturage plus tôt que d habitude. Chaque coq se promène avec quelques poules à ses côtés, clignant des yeux sous le soleil estival et trottinant vers une zone ombragée. A l entrée du poulailler, un tapis roulant emmène les œufs vers Beatrice Peter. Elle les trie par taille et apporte dans la salle de stockage des cartons pleins d œufs frais bio, issus d un élevage respectueux des animaux. Les actionnaires de la BAS ont contribué à ce que cela soit possible. // Bettina Ledergerber «PARTICIPEZ!» La BAS est une banque où les objectifs écologiques et économiques s équilibrent. En tant qu actionnaire, nous permettons à la BAS de financer de l énergie durable et renouvelable. Voilà comment il nous est possible de contribuer à la transition énergétique. Josef et Karin Jenni, Oberburg 13

14 page bas Beaucoup de petits changements pour atteindre l objectif UN GESTIONNAIRE DE CAPITAL AU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BAS L élection de Sven Lidén au conseil d administration de la BAS n a pas été sans susciter des critiques, car il dirige la société de gestion de capital-investissement privé Adveq. Mais très rapidement, l homme se révèle «un banquier atypique à bien des égards», comme il le dit lui-même. moneta : Sven Lidén, votre élection a soulevé des questions et des remarques critiques lors de la dernière assemblée générale. Vous y attendiez-vous? Les réactions ne m ont pas surpris, puisque la gestion de capital-investissement n est habituellement pas très bien vue par la population. Beaucoup de gens y associent le mot «rapaces» ou disent que «les barbares sont à la porte». J essaie de faire tomber les préjugés en clarifiant les choses, car la question de base est : «Comment et où puis-je placer mon argent?» Le capital-investissement représente l un des moyens à disposition. Chez Adveq, nous appliquons strictement les critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance). Les nôtres sont en tout cas plus sévères que ceux de nos concurrents. Un fonds d investissement peut-il vraiment influencer la durabilité d une entreprise? Si l on est impliqué dès le début et si l on met les critères sur la table, il est tout à fait possible de faire évoluer la situation en cinq à sept ans, ce qui correspond à la durée moyenne d engagement dans notre domaine d activité. Oui, ce sont de petits pas, mais comme nous détenons des participations dans quelque 4000 entreprises, nous finissons par obtenir un effet. Un travail de persuasion est toutefois nécessaire à tous les niveaux. D une manière générale, le soutien vis-à-vis des normes ESG va croissant. De quelles connaissances dans votre domaine la BAS peut-elle profiter? Peut-être de notre expérience dans les différentes catégories de placement. De toute évidence, le capital-investissement n est pas un sujet clé pour la BAS, car elle a peu de clients institutionnels pour lesquels de tels placements sont envisageables. Au sein du conseil d administration de la BAS, nous discutons d une stratégie de produit. L idée est de lancer un fonds de placement immobilier qui investirait dans des bâtiments durables et contribuerait à éviter le mitage du territoire. Ou un fonds consacré à l énergie solaire. La BAS est très crédible dans ces domaines. Il sera peut-être difficile d atteindre la masse critique requise par ce type de fonds avec le seul argent de clientes et clients de la Banque, mais il existe déjà quelques bons produits sur le marché. Peut-on aussi gagner de l argent quand on place «décemment» sa fortune? Je suis certain que les placements éthiques offrent des rendements identiques et même supérieurs, selon les secteurs aux autres. Nous constatons également, chez Adveq, que les investissements durables ont un potentiel élevé, en particulier dans l immobilier. Et que peut faire la BAS pour inciter sa clientèle à choisir de tels placements? Il est possible d intensifier le conseil à la clientèle, la Banque peut faire des propositions d investissement. Des offres spécifiques pour les caisses de pension sont aussi imaginables. Voilà comment la BAS pourrait élargir sa gamme de prestations, car elle dispose actuellement d'un excédent de liquidités. Vous étiez proposé à l élection au CA entre autres parce que vous connaissez bien les directives de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma). Dès que l on souhaite mettre un produit de placement sur le marché, les choses se compliquent. Les directives sont innombrables. Le fonds s adresse-t-il à tous les types de clientèle ou seulement à certains? Qui doit ou peut distribuer ce fonds? Il n y aurait d autre choix que d éplucher des milliers de pages de réglementation? L environnement réglementaire est complexe ; les directives changent rapidement et deviennent toujours plus strictes. Chaque produit d investissement doit faire l objet d une proposition concrète à la Finma, qui l examine. Cela requiert un grand travail de préparation. Mais j ai la certitude ne serait-ce qu en tant que client de la BAS que la demande pour de tels produits existe, surtout si c est la BAS ellemême qui les met sur le marché. Voilà qui pourrait alimenter de nouveaux débats lors d une prochaine assemblée générale. C est précisément là une force de la BAS : cette profonde ouverture au dialogue avec ses actionnaires. Nous pouvons y mesurer leur engagement personnel. J y accorde de l importance, car en s unissant, de nombreux petits ruisseaux forment une grande rivière. Propos recueillis par René Hornung Sven Lidén A 50 ans, Sven Lindén se décrit comme «un banquier atypique à bien des égards». Citoyen suédois, il a accompli sa scolarité en Suisse et, après sa maturité, est entré à l Université de Saint-Gall. Une fois ses études achevées, il s est impliqué dans l aide à l Europe de l Est. Il a donc voulu apprendre le russe, mais n a trouvé aucune école convenable. Avec un autre étudiant, il a fondé à Saint-Pétersbourg l école Lidén & Denz, aujourd hui établie à Moscou et à Riga, et devenue la plus grande école de russe. Sven Lidén a quitté l entreprise après trois ans et développé les activités de SwissRe en Europe de l Est. Puis il a travaillé plusieurs années dans le domaine des investissements pour le groupe Man avant de rejoindre Adveq, société active à l échelle mondiale dans la gestion de capital-investissement privé, qu il dirige depuis deux ans. A titre privé, Sven Lidén œuvre auprès de l organisation environnementale Myblueplanet. La réduction des émissions de CO2 et l agriculture biologique lui tiennent particulièrement à cœur. Il est client de la BAS depuis plusieurs années et vit avec sa famille à Freienbach (SZ). Photo: J.- C. Dupasquier 14 moneta #3 // 18 septembre 2013

15 page bas Les banques sociales et environnementales définissent la gestion des biens publics Rédiger le premier manifeste sur la manière dont les banques sociales et écologiques doivent se comporter vis-à-vis des biens publics : tel a été l objectif de la sixième université d été de l Institute for Social Banking (Institut pour la pratique bancaire sociale). La formation continue, organisée en collaboration avec la BAS, a eu lieu du 14 au 19 juillet 2013 dans la localité glaronnaise de Filzbach. Les biens publics sont par exemple l air, l eau et la terre, qui se raréfient lorsqu on les utilise. La culture, la langue ou même l internet, qui se propagent et s accroissent quand on s en sert, en font aussi partie. Pendant cinq jours, soixante participantes et participants du monde entier ont débattu de la façon d utiliser durablement et collectivement de tels biens. L accent a été mis sur la question du rôle et de la responsabilité que doivent endosser les banques sociales et écologiques. Les réponses sont réunies dans le Manifesto for Social Banking and the Commons («Manifeste pour la pratique bancaire sociale et les biens publics») : les banques sociales et écologiques ont donc le devoir d améliorer la visibilité des biens publics existants ainsi que d encourager le développement de nouveaux. Elles devraient par exemple donner libre accès à leurs propres connaissances et expériences ou mettre au point des solutions pour financer des biens publics. Dans cet esprit, le manifeste est disponible en ligne ; toutes les personnes intéressées peuvent le modifier et le compléter. Informations supplémentaires (en anglais) : downloads Nouveau modèle d émoluments de transaction pour les papiers-valeurs Les émoluments de transaction suivants s appliquent à partir du 3 octobre 2013: CHF 120. par transaction* jusqu à un volume d affaires de CHF CHF 240. par transaction* jusqu à un volume d affaires de CHF CHF 480. par transaction* à partir d un volume d affaires de plus de CHF plus frais de tiers La BAS en chiffres au 30 juin 2013 Nombre de clientes et de clients Croissance du nombre de clientes et de clients 891 Avoir par client-e CHF Nombre de preneuses et de preneurs de crédit 875 Moyenne des crédits CHF Nombre d actionnaires Bénéfice brut CHF Total du bilan CHF Total du bilan par poste à 100 pour cent CHF Croissance du total du bilan par poste à 100 pour cent CHF Effectif à Nombre moyen de postes à 100 pour cent 69 Cash-flow (recettes issues des produits moins dépenses imputables aux charges) CHF Cash-flow par poste à 100 pour cent CHF La BAS a continué de croître au cours du premier semestre Les produits d intérêts et de commissions ont augmenté par rapport à l année précédente, tandis que les charges d exploitation ont légèrement baissé. Avec 3,1 millions de francs, le bénéfice brut est supérieur de francs à celui du premier semestre Les financements immobiliers sont toujours marqués par une bataille des prix, même si les taux d intérêt à long terme se remettent lentement à monter. La BAS a ainsi enregistré le départ de quelques affaires. Le financement de la clientèle commerciale se développe, quant à lui, de manière réjouissante. Le volume des prêts s est accru en particulier dans les domaines des énergies renouvelables et de l agriculture biologique : il est passé à 862 millions de francs (+ 8 millions). Dans le secteur des placements, le nombre de clientes et de clients de conseil a continué de progresser. Le produit des commissions sur les opérations de négoce de titres et les placements a suivi la même évolution. Les fonds de la clientèle ont globalement augmenté de 43 millions pour atteindre 1196 millions de francs. «PARTICIPEZ!» Pourquoi je suis actionnaire de la BAS? C est peutêtre banal, mais à l heure actuelle, dans un monde financier devenu opaque, la BAS est un bon modèle d affaires. Rudolf Jörg, Zurich 15

16 ANNONCES ensemble construisons un avenir durable 9 octobre 2013 Programme détaillé sur demande au secrétariat. Rte des Plaines-du-Loup 32 Case postale Lausanne 22 Tél Fax DEVENEZ PRODUCTEUR D ÉLECTRICITÉ RENOUVELABLE Investissez dans le solaire local / part sociale Coopérative Equisol Le patrimoine, un lien. Notre patrimoine est unique. Contribuez à sa sauvegarde! Pour transmettre le patrimoine bâti aux générations futures, il faut le protéger, le faire vivre, le façonner encore. Votre testament par un héritage ou un legs peut apporter une pierre à l édifice. Informez-vous auprès de votre notaire ou commandez la documentation de Patrimoine suisse: Vous pouvez également nous appeler: notre président Philippe Biéler répond volontiers personnellement à vos questions au Contact par le secrétariat général: Patrimoine suisse, Case postale 1122, 8032 Zurich, , 16 moneta #3 // 18 septembre 2013

17 dossier Zéro dividende UN SOUTIEN SANS BUT LUCRATIF Investir dans des projets que l on juge dignes d appui, c est aussi possible en acquérant des actions qui ne rapportent parfois aucun dividende. // Trains de montagne, projets environnementaux, clubs de football : autant d entreprises pouvant être obligées de recourir à d autres financements que les crédits bancaires ou les avances de bailleurs de fonds avides de rendement. Elles doivent souvent chercher des alternatives, ne serait-ce que parce qu une idée peut être judicieuse même quand elle ne rapporte rien. Un moyen de réunir alors le capital requis est d émettre un grand nombre d actions de faible valeur nominale. Tant que les personnes qui achètent ces titres ont conscience qu elles soutiennent avant tout une idée, elles ne perdront rien à ce jeu-là. Et les initiant-e-s peuvent espérer gagner sur deux tableaux : en obtenant le capital nécessaire et en bénéficiant d un fort ancrage de leur projet. Un exemple d une telle démarche est la remontée mécanique Skilift AG Oberholz- Farner. Des particuliers ont repris les installations du petit domaine skiable de Wald, dans l Oberland zurichois, et recherché un soutien local. En 2011, ils ont proposé de souscrire des actions à 500 francs pièce, avant tout aux habitantes et habitants de la région, potentiellement acquis à l idée qu une remontée mécanique continue à fonctionner dans les environs. La campagne a bien commencé, atteignant un capital de francs en peu de temps. Mais après l engouement initial, il a été plus difficile d étendre le cercle des personnes intéressées. Comme le souligne le président du conseil d administration Kurt Schaufelberger, il était devenu clair que réunir jusqu à francs allait prendre davantage de temps. Le potentiel des appels au public a rapidement montré ses limites. Il s avère plus efficace de parler aux gens et de leur remémorer, si nécessaire, qu ils avaient manifesté leur intérêt. Mais M. Schaufelberger reste convaincu que l objectif est réaliste. Les clubs de football font partie de ces sociétés qui ne peuvent a priori espérer aucun appui des banques. Ils comptent donc sur les partisans qui accepteront de soutenir leur équipe préférée en souscrivant ses actions. Un exemple récent est le FC Thoune. Le problème de ce club de super-ligue de l Oberland bernois est son nouveau stade, qui ne rapporte pas assez d argent. Avec la vente de nombreuses actions, le FC Thoune veut aussi bien améliorer l assise financière que renforcer l identification du public avec lui. L expérience d autres clubs montre cependant que l émission d actions n est pas toujours fructueuse, même si le football intéresse manifestement beaucoup de gens. Ce sont surtout les fans qui s offrent une ou deux actions ; hors de ce cercle, les gens sont moins enclins à mettre la main au porte-monnaie. Le club de foot de Saint-Gall s est trouvé pendant des années dans une situation financière désespérée et il construisait malgré tout un nouveau stade. En dépit d un grand nombre de partisans dans tout l Est de la Suisse, il a fallu quelques gros actionnaires comme Edgar Oehler, alors PDG d Arbonia Foster, pour réunir le capital visé. Investir à long terme D autres types de projets peuvent recourir à l émission d actions sans dividende. Notamment dans le domaine des énergies renouvelables, pour lesquelles l investissement n est rentable qu après une longue période, voire jamais. L exemple de la petite centrale hydroélectrique de Buchholz, près de Flawil, dans le canton de Saint-Gall, illustre à quel point une planification financière peut être difficile. Lors du lancement du projet en 2004, il n était pas encore certain que la Confédération allait assurer une rétribution à prix coûtant du courant injecté. Cette décision n a été prise qu en Sans les subventions garanties pendant vingt-cinq ans, la centrale aurait mis sept à huit ans de plus pour devenir rentable. En 2004, l entreprise a donc dû trouver des actionnaires privés prêts à attendre éventuellement très longtemps avant de toucher un dividende. Voici à quoi ressemble le décompte actuel pour une personne qui a investi à l époque : achat de dix actions d une valeur de 1000 francs en Premier petit dividende en Etat à ce jour : chaque action vaut encore 700 francs et le total des dividendes perçus s élève à 300 francs. Cela signifie qu à partir de maintenant et à rendement constant, le seuil de rentabilité sera atteint dans dix ans. Mais les actions sans but lucratif sont peut-être bientôt passées de mode. L alternative à la mode s appelle «financement participatif» (crowdfunding, en anglais). Le principe est le suivant : beaucoup de gens soutiennent par une petite contribution une idée qui ne verrait sinon pas le jour. L encyclopédie en ligne Wikipedia, entre autres, repose sur un tel financement. Néanmoins et depuis longtemps, les projets ne se limitent plus à l univers de l internet. Un exemple : les exploitant-e-s du restaurant zurichois Wirtschaft im Franz tentent de collecter une partie des fonds indispensables à l ouverture du local au moyen du financement participatif. Il leur faut environ francs et l apport minimal est de 1000 francs. La différence avec les actions sans but lucratif tient au fait que, au lieu d une traditionnelle assemblée générale avec saucisson et fromage ou canapés et petits fours, les contributrices et contributeurs du restaurant seront conviés à des événements spéciaux. // Andreas Kneubühler «PARTICIPEZ!» La BAS me correspond, à moi et à mes valeurs. Elle est différente des autres banques, engagée, transparente et humaine. La BAS traite avec moi sur pied d égalité. Roland Aeschlimann, Neuchâtel 17

18 Des attentes raisonnables ACTIONS ET ÉTHIQUE Il faut une nouvelle éthique des «attentes raisonnables» sur le marché des actions. Avoir des «attentes raisonnables» signifie que l on conserve une part du capital d une entreprise assez longtemps pour ne pas perdre d argent sur la durée, et aussi que l on considère ses produits et activités comme positifs, porteurs de sens et précieux. Photo: Photocase Attendre, peser le pour et le contre au manège comme en Bourse. // A l origine, les sociétés anonymes ont vu le jour afin de concilier la propriété, la liquidité et la responsabilité. En tant qu actionnaire, on possède une part de l entreprise. Toute personne qui acquiert une action devrait s engager à participer à la politique de l entreprise en question. Si les gros-ses actionnaires peuvent avoir une autorité directe, les petits porteurs ont la possibilité d influencer collectivement l assemblée générale, en acceptant ou refusant certaines décisions stratégiques ou opérationnelles. Cela correspond à ce que l économiste Albert Hirschmann* appelle une «prise de parole», c està-dire l expression directe d un avis par un véto ou un vote. Mais l actionnaire peut aussi opter pour la «défection» en vendant ses actions quand il n est plus d accord avec la direction. Voilà qui pourrait aboutir à une responsabilité réciproque : les actionnaires s engageraient à prendre part à la gestion de l entreprise, qui serait tenue de mener ses affaires dans leur intérêt. Au fait, quel est l intérêt des actionnaires? La liquidité du marché boursier dit «secondaire» a été imaginée, à l origine, comme moyen d incitation et de sanction. La menace de la vente d actions devrait pousser la direction à obtenir de bons résultats d où le terme de «discipline du marché». La liquidité du marché permet aussi de faire vivre le marché primaire, où ont lieu les émissions et les augmentations de capital. Sans liquidité boursière, de nombreuses entreprises auraient du mal à trouver de nouveaux capitaux. Pour cette raison, la possibilité de revendre une action est une composante éthique importante de l économie de marché capitaliste. Le principe «acheter et conserver» (buy and hold), consistant à ne jamais revendre une action une fois celleci achetée, n est pas irréprochable d un point de vue éthique. Il peut convenir dans certains cas pour telle investisseuse ou tel investisseur, mais pas pour une ou un gestionnaire de portefeuille à qui des personnes ont confié leur argent. Ce comportement peut causer des pertes importantes si une société est mal dirigée ou si le cours d un titre plonge pour une longue période. Quand une entreprise n est plus en mesure de respecter le principe de la responsabilité réciproque (en raison d une direction incompétente ou d un changement durable des conditions du marché), la ou le gestionnaire de portefeuille doit pouvoir vendre les actions afin de limiter les pertes subies par sa clientèle. Toutefois, la possibilité de vendre ultérieurement une action ne doit pas être le principal argument motivant son acquisition. Acheter une action dans l espoir de la revendre rapidement à un cours supérieur, cela s appelle tout simplement de la spéculation. Un comportement qui n a plus rien à voir avec les capacités intrinsèques de l entreprise, mais uniquement avec les fluctuations immédiates des cours de la bourse. Dans la plupart des cas, ce comportement est contraire à l éthique du recours à la liquidité et au moyen sous-jacent de «défection» à disposition du marché. Comme la stratégie «acheter et conserver» (buy and hold) n en est pas vraiment une, celle qui consiste à «acheter et vendre continuellement» (continuous buy and sell) ne devrait pas non plus dominer. Il s agit au fond de trouver un équilibre entre «acheter et conserver» et «acheter et vendre continuellement», en basant sa réflexion sur des arguments honnêtes. Une nouvelle éthique des «attentes raisonnables» sur les marchés des actions est nécessaire. Or, cela est plutôt difficile pour la plupart des gestionnaires de portefeuille, parce qu ils recherchent exclusivement un rendement financier et ne travaillent que sur des laps de temps très courts. La recherche d un compromis Si l on retire au négoce la pression du temps, si l on peut garder les actions pendant une longue période, il devient alors possible de s orienter vers les principes financiers fondamentaux. Tel est le cas de la stratégie d investissement axée sur la valeur (value investment ) : elle consiste à acheter des actions d entreprises rentables et compétitives à long terme, mais pas encore bien notées sur le marché. Les fluctuations de cours n ont ici presque aucune importance. Les investisseuses et investisseurs privilégiant la valeur diversifient 18 moneta #3 // 18 septembre 2013

19 dossier chronique leurs portefeuilles en misant sur une sélection assez étroite de titres financièrement solides à long terme, qu elles et ils conservent. Il n est question à cet égard que de la valeur actualisée des flux de trésorerie (discounted cash flow) des investisseuses et investisseurs. Les aspects autres que financiers, par exemple socioéconomiques, n entrent pas en considération, à moins d influencer directement le rendement. Ce comportement ne peut donc pas être l alpha et l oméga de l éthique de placement. Les «attentes raisonnables» devraient aller au-delà d un opportunisme purement financier. Est-il possible en plus de s intéresser aux dividendes et à la valeur de revente d inclure des attentes non financières dans le rendement d une action? L action, propriété commune fondée sur une responsabilité réciproque, n offre-t-elle aucun bénéfice idéal ou sociétal? Cette question est généralement traitée dans le cadre de ce que l on appelle les investissements socialement responsables (socially responsible investments). Les bénéfices socioéconomiques, comme on dit dans ce contexte, reposent sur les caractéristiques de l entreprise. Cette stratégie consiste à n investir que dans des actions de sociétés soigneusement sélectionnées. Des critères d exclusion (travail des enfants, violations de la démocratie et des droits de l homme, énergie nucléaire, etc.) définissent un «univers de placements» éthiquement acceptable. On poursuivra malgré tout dans cet univers une stratégie classique d investissement. Une telle démarche d investissements socialement responsables va dans la bonne direction, mais pas assez loin. Les critères d encouragement Posséder des actions ne devrait pas se résumer à la participation et la coresponsabilité, mais inclure aussi des critères d encouragement. Energies alternatives? Agriculture biologique? Economie locale? Il faut façonner et délimiter l univers des titres dans lequel investir par une vision d un monde souhaitable. Les «attentes raisonnables» impliquent encore que l on conserve le capital d une société aussi longtemps que l on considèrera ses produits ou activités comme positifs et judicieux. La maximisation du sens passe ici avant celle du profit. Cela ne signifie pourtant pas qu il faille garder éternellement les actions concernées. Une «attente raisonnable» n est pas sans fin. Pas question non plus de river les yeux sur l évolution des cours, d en profiter ou pire de chercher à les faire monter comme dans la spéculation classique. Acheter une action devrait susciter une «éthique de revente» appropriée, prévisionnelle, plutôt que seulement rétrospective, comme c est généralement le cas des investissements socialement responsables. Les entreprises qui ont passé le filtre des critères négatifs et positifs garderont-elles leur potentiel? La sélection a-t-elle fait ses preuves? Quel a été l impact des influences socioéconomiques exercées par les actionnaires éthiquement responsables? Et que faire si des difficultés financières devaient surgir dans une entreprise? Doit-on conserver les actions sélectionnées pendant une durée proportionnelle à la note accordée aux bénéfices non financiers? Ce n est qu en prenant ces questions au sérieux et en y répondant que l on peut parler d un comportement éthique, écologique et socialement judicieux avec les actions. // Christian Arnsperger L auteur est économiste et professeur à l Université de Louvain, en Belgique. Il est également conseiller scientifique externe de la Banque Alternative Suisse depuis août *Ouvrage de référence : Albert O. Hirschmann, «Face au déclin des entreprises et des institutions», Editions ouvrières, Paris, L ermite // Andy a cessé d ouvrir sa porte, il a fini par rester cloîtré chez lui. Au cours de l une de mes dernières visites dans son appartement de la vieille ville typique jusque dans les grincements du parquet à chevrons et les stucs du plafond, j ai remarqué la pile de boîtes de pizza vides à côté de la machine à café. Des soirées télé avec sa copine Sandra tandis qu un brouillard automnal enveloppe les fins de dimanche, une «Napoli» livrée toute chaude et un verre de vin rouge : ma foi, que demander de plus? Si j avais su à quel point je me trompais! Les changements sont venus imperceptiblement : «Désolé, mon vieux, je suis complètement stressé, pas le temps pour un caoua», criait systématiquement Andy de sa fenêtre. Je faisais souvent un crochet par chez lui, puisqu il travaillait à la maison. «Allez, mon pote, tu as quand même le temps pour un expresso!» Quelques minutes plus tard, nous voilà assis au Café City, causant de musique du monde et de politique locale. Andy se laissait facilement persuader. Les dernières fois, il fumait de plus en plus. Il ne parlait que de transactions en ligne et d affaires qui lui étaient passées sous le nez quelque chose à voir avec des actions, des produits dérivés après quoi il vidait sa tasse et s en allait. Mes tentatives de persuasion sont ensuite restées vaines. Andy n avait bel et bien plus le temps : pour lui, celui-ci était devenu de l argent au sens propre. Afin d en empocher le plus possible et le plus vite possible, il lui fallait traquer avec son ordinateur les plus petites variations de cours des titres, réagir rapidement, en acheter de grosses quantités et, quelques minutes plus tard et avec un bénéfice, «fermer la position». C est-à-dire revendre. Rester toute la journée à observer des chiffres sur un écran, voilà qui me paraît pour le moins abscons, mais ne gagnons-nous pas toutes et tous notre croûte en accomplissant des activités parfois répétitives? Andy a finalement cessé d ouvrir sa porte. Il est sorti par la fenêtre des toilettes et a filé par les toits, les arrières cours, les ruelles tortueuses. On dit qu il vit désormais au fond du val Bedretto. Il y sculpterait des vaches en bois pour les touristes chinois. Sa longue barbe broussailleuse en ferait un sujet de photographie très prisé. Andy doit être un homme heureux. // Jürg Odermatt Photo: Photocase 19

20 dossier Investir son argent de façon responsable IL FAUT DISCUTER AVEC SA BANQUE Les personnes qui confient leur argent à la BAS sont généralement peu enclines à recourir aux placements traditionnels. Mais même à la Banque Alternative Suisse, il y a matière à discussion. // Dans quelles entreprises ou fonds puis-je investir? Que vaut le critère «meilleur de sa catégorie» (best in class), qui désigne les entreprises les plus durables dans un secteur? Que penser du catalogue d exclusion qui répertorie les secteurs et entreprises auxquels il ne faudrait pas confier son argent? Voilà des questions que les investisseuses et investisseurs devraient poser même si elles ou ils ont déjà opté pour un placement «alternatif». La Soleuroise Marianne Schoch est actionnaire de la BAS depuis des années, mais elle n est pas le genre d investisseuse à se soucier des cours de la bourse : «Cela ne m intéresse pas.» Et elle ne se préoccupe plus guère des fluctuations de valeur. Si elle avait auparavant le sentiment que ses décisions pouvaient influencer et changer quelque chose dans de nombreux aspects de la vie, elle a depuis lors atteint la sérénité, y compris en matière de finances. Quand elle a reçu un héritage, elle savait très clairement que faire de cet argent. Marianne Schoch a présenté une demande concrète au conseiller en placements de la BAS : que l argent dont elle avait hérité soit mis en priorité à la disposition de petites entreprises sous forme de crédits, car elle-même est Les investissements responsables auprès de la BAS On entend souvent dire que les placements durables rapportent moins que les traditionnels. Plusieurs études montrent cependant qu à long terme, les rendements atteints sont comparables. La BAS propose à sa clientèle des placements dans quelque 150 entreprises, 15 fonds, des prêts fiduciaires, des obligations de caisse et bien davantage. Parmi les fonds, citons les parts de responsability, investies entre autres dans la microfinance et le commerce équitable. Et n oublions pas les obligations d encouragement BAS ni les actions BAS! à la tête d une petite «affaire». Les fonds ne devaient en aucun cas être investis dans une société ou une activité «sale». Après que la Banque lui eut montré une liste, plus besoin de discuter : «J ai eu une bonne impression», se souvient Marianne Schoch. Il vaut la peine d y regarder à deux fois Willy Steiner, qui vit dans la région de Thoune, se pose davantage de questions : «Même dans les fonds durables, on trouve parfois des actions de sociétés dans lesquelles je préférerais ne pas investir.» Il vaut la peine d y regarder à deux fois, surtout avec les produits d investissement standardisés. M. Steiner a aussi constaté que l on pouvait se tromper dans ses propres choix de placement : «J ai suggéré les actions d une société que je considérais comme sérieuse et durable. Or, le conseiller en placements de la BAS m a signalé qu elle était aux mains d un investisseur non crédible.» Toutefois, même pour Willy Steiner, de telles discussions ont leurs limites. «La BAS sait que sa clientèle exige qu elle tienne compte de critères sociaux et éthiques», note-t-il. Il est conscient qu avec ce type de placements, la question du rendement ne doit pas être prioritaire. Ce qui n empêche pas que l on confie son argent à une banque pour préserver sa valeur et pour qu il rapporte au moins un peu. Comme le relève M. Steiner, «devoir subir une grosse perte est toujours fâcheux». C est justement parce que préserver la valeur et une rentabilité convenable est un critère légitime, même pour les investisseuses et investisseurs alternatifs, qu il faut discuter avec sa banque. Les titres d entreprises solides devraient assurer un rendement minimum. «Et nous voilà en pleine recherche de compromis», conclut Willy Steiner. En plus de préserver la valeur et un rendement convenable, la responsabilité et l influence sont d autres notions que l organisation Bio Suisse, par exemple, vise avec ses investissements via la BAS. «En tant qu institution dont les membres partagent les valeurs, nous avons certains devoirs», déclare Stephan Jaun, responsable de la communication de l entreprise. Après discussion entre les membres de Bio Suisse, en 2011, l institution a retiré une partie de ses fonds déposés dans d une banque traditionnelle et les a transférés à la BAS. Plusieurs centaines de milliers de francs sont depuis lors placés à long terme. Avec l objectif que l argent versé par les membres permette d avoir de l influence sur la durabilité des secteurs de l agriculture et de l énergie. Bio Suisse a conscience que de tels placements n offrent pas un rendement maximal, mais que, par exemple, un microcrédit bien investi peut être très judicieux à long terme. // René Hornung «PARTICIPEZ!» Je suis actionnaire de la BAS, car elle encourage une gestion responsable de l argent et un comportement éthique. Notre fils a aussi choisi la BAS, de lui-même. Cette banque est celle de toute la famille. Gertraud Dudler-von Piechowski, Wallisellen 20 moneta #3 // 18 septembre 2013

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Bienvenue dans l univers de We Group

Bienvenue dans l univers de We Group Bienvenue dans l univers de We Group Le 19 mai 2005 Laurent Jaquier fonde la société We Group SA avec son siège social à Bulle. We Group SA est une société indépendante soumise au secret professionnel

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle Édition janvier 2015 2 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance

Plus en détail

Distribution 2013 Dividende en actions Information aux actionnaires Résumé

Distribution 2013 Dividende en actions Information aux actionnaires Résumé Distribution 2013 Dividende en actions Information aux actionnaires Résumé 20 mars 2013 Disclaimer Le présent document ne constitue pas une offre de vente ou une incitation à souscrire des titres de Credit

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements

Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements La gestion de fortune par des professionnels, pour tous les investisseurs Edition pour la Suisse Fonds de diversification des actifs BFI Dynamic (CHF)

Plus en détail

Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante

Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante Berne, août 2007 Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante Document de fond sur l initiative parlementaire

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique Investissements En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle

Plus en détail

Gestion de patrimoine

Gestion de patrimoine Zurich Invest Select Portfolio Gestion de patrimoine Adaptée à vos besoins Les meilleurs experts en placement pour votre fortune Gestion de patrimoine adaptée à vos besoins Vos avantages: Vous profitez

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015 Berne, le 7 août 2015 Communiqué de presse Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile Au cours du premier semestre 2015, la Banque Cantonale Bernoise (BCBE) a développé ses cœurs

Plus en détail

Tout sur la Banque WIR

Tout sur la Banque WIR Tout sur la Banque WIR 1 Au service de la classe moyenne et des PME Fondée en 1934, la Banque WIR, dont le siège principal est à Bâle, entend être la partenaire privilégiée de la classe moyenne dans la

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Placements. Constitution de patrimoine zweiplus Profiter des fonds de placement. Et plus.

Placements. Constitution de patrimoine zweiplus Profiter des fonds de placement. Et plus. Placements Constitution de patrimoine zweiplus Profiter des fonds de placement. Et plus. Unbenannt-3.indd 1 27.1.2009 14:16:17 Uhr Et vous tirez davantage de votre argent. Le conseil en placement de la

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.3 - Attitudes et comportements des consommateurs Franck Lehuédé (CREDOC) «Depuis une soixantaine d années, le CREDOC observe les comportements

Plus en détail

Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013

Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013 Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013 Matthias Kuert Killer Responsable de la politique sociale kuert@travailsuisse.ch Berne, octobre 2013 Tableau 1 Bénéfices

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PLACEMENT

RÈGLEMENT DE PLACEMENT RÈGLEMENT DE PLACEMENT Sur la base de l article 49a OPP 2 ainsi que des articles 19 et 19a OLP, le Conseil de Fondation édicte le présent règlement de placement. Les dispositions d exécution, devant être

Plus en détail

Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse

Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse Groupe Eyrolles, 2007 ISBN 978-2-212-53877-9 L épargnant français est-il cigale ou fourmi? Le Français est plutôt fourmi. Les ménages français épargnent environ

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

CONSULTANTE EN IMMOBILIER. Micol Singarella

CONSULTANTE EN IMMOBILIER. Micol Singarella CONSULTANTE EN IMMOBILIER Micol Singarella - Avez vous entendu parler de toutes les bonnes affaires sur Berlin mais pas encore de moi? Pas de problème, il est encore temps! Je suis une consultante en agence

Plus en détail

EBOOK. Francesco Sgroi. OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève

EBOOK. Francesco Sgroi. OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève EBOOK Francesco Sgroi OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève Table des matières 1.1 Préambule du Conseil Patrimonial 1.2 Principe rendement/risque 1.3 Rendement 1.4 Risque 1.5 Tip 1 2.1 La Fiscalité

Plus en détail

Le millésime 2009 des «Euros Or et Argent»

Le millésime 2009 des «Euros Or et Argent» 27 mars 2009 Le millésime 2009 des «Euros Or et Argent» En Septembre 2008 la Monnaie de Paris a lancé, avec un grand succès, une nouvelle gamme d euros en métal précieux : les «Euros Or et Argent». Ces

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 septembre 2014 Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu

Plus en détail

Prêts pour l avenir. Dans vos propres murs. Devenir propriétaire: les clés pour réaliser son rêve.

Prêts pour l avenir. Dans vos propres murs. Devenir propriétaire: les clés pour réaliser son rêve. Prêts pour l avenir. Dans vos propres murs. Devenir propriétaire: les clés pour réaliser son rêve. Prêts pour l avenir. Etre propriétaire est un rêve aussi vieux que le monde. Acquérir un logement, ce

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

Octobre 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Octobre 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Octobre 2015 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle. (Édition de janvier 2014)

Règlement de placement de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle. (Édition de janvier 2014) Règlement de placement de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle (Édition de janvier 2014) 2 Règlement de placement Sommaire 1. Bases 3 2. Gestion de la fortune 3 3. Objectifs

Plus en détail

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.»

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Helvetia Solutions de libre passage. Placer son avoir de prévoyance selon ses besoins. Votre assureur suisse. Le libre passage dans

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

SPP, ou plan d achat d actions

SPP, ou plan d achat d actions SPP, ou plan d achat d actions destiné aux salariés permanents du groupe Randstad France Au sein du Groupe Randstad, nous avons la conviction que notre personnel est notre atout le plus précieux. C est

Plus en détail

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre Communiqué de presse 27 mai 2003 SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre La compagnie aérienne SWISS a réalisé un chiffre d affaires de 1 044 milliards de francs suisses au cours

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse.

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Communiqué aux médias bsw leading swiss agencies. Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Les agences membres de bsw leading

Plus en détail

Vaudoise Assurances Holding SA Statuts

Vaudoise Assurances Holding SA Statuts 1 Vaudoise Assurances Holding SA Statuts Vaudoise Assurances Holding SA Statuts I. Raison sociale But Durée Siège Raison sociale et siège, durée Art. 1 Il existe sous la raison sociale VAUDOISE ASSURANCES

Plus en détail

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN Vous avez conclu la transaction, mais il vous faut maintenant des liquidités pour démarrer la production. C est alors que votre crédibilité est en jeu.

Plus en détail

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2011

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2011 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2011 Allianz Suisse Vie Compte d exploitation 2011 2 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2011 Rudolf Alves Responsable Vie/ Hypothèques

Plus en détail

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement Fondation de libre passage Independent Règlement de placement Sur la base de l'art. 5 de l acte de fondation de la Fondation de libre passage Independent (Fondation) ainsi que sur la base de l'art. 49a

Plus en détail

Swiss Life Flex Save Invest. Garantie et opportunités de rendement attrayantes

Swiss Life Flex Save Invest. Garantie et opportunités de rendement attrayantes Swiss Life Flex Save Invest Garantie et opportunités de rendement attrayantes Assurer sa prévoyance avec garantie et opportunités de rendement attrayantes Swiss Life Flex Save Invest 3 Profitez d une solution

Plus en détail

UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI. CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS

UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI. CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS Par : Gilles Benoist CEO du Groupe CNP Assurances de 1998 à 2012

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur,

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur, Avant-propos Chère lectrice, cher lecteur, En ces temps économiquement difficiles, il est important de savoir ce que je peux exiger comme salaire en tant qu entraîneur ou entraîneuse. En particulier, en

Plus en détail

Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente

Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente La communication en magasin purement tournée vers la promotion

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 222 MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 RÉSUMÉ Ce mémoire présente les observations de Genworth Financial Canada («Genworth») au

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

SEPTEMBRE2013 Prise 04

SEPTEMBRE2013 Prise 04 SEPTEMBRE2013 Prise 04 Dans ce numéro Nouvelles heures d ouverture PORTRAIT DE DIRIGEANT CONSEIL FISCALITÉ OT DU IRECTEUR ÉNÉRAL Dans le but de vous offrir une prestation de service correspondant à vos

Plus en détail

Allianz Suisse Vie Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2007

Allianz Suisse Vie Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2007 Allianz Suisse Vie Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2007 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2007 Rudolf Alves Responsable Vie collective Chère lectrice, cher lecteur,

Plus en détail

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Chapitre 5 Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Achetez de bonnes actions et gardez-les jusqu à ce qu elles augmentent, ensuite vendez-les. Si elles n augmentent pas,

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 05/2014

Directives de la CHS PP D 05/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 05/2014 français Octroi de prêts hypothécaires («hypothèques sur son propre immeuble») Edition du: 28

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant.

Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant. Communiqué de presse 9 octobre 2012 bsw leading swiss agencies Les agences de publicité et de communication et agences média leaders en Suisse font preuve d optimisme dans un avenir exigeant. Les agences

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les positions vendeuses sur les options, ou vente d options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document

Plus en détail

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles?

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Pour plusieurs, la hausse spectaculaire du prix des propriétés au Québec depuis quelques années (le prix moyen d une

Plus en détail

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (statuts de la SCH) du xx juin 2015 L assemblée générale de la SCH (société), vu l art. 12, al. 1, de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie 12 septembre 2011 Le sondage Le sondage effectué pour le compte de la Banque Manuvie du Canada a été mené auprès de 1 000 propriétaires canadiens âgés

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 *** Nous sommes réunis ici à Villejuif, à l hôpital

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

Avril 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Avril 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2015 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012 Royaume-Uni Royaume-Uni : le système de retraite en 212 Le régime public comporte deux piliers (une pension de base forfaitaire et une retraite complémentaire liée à la rémunération), que complète un vaste

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Rapport du Conseil d administration

Rapport du Conseil d administration Rapport du Conseil d administration relatif à l approbation de la rémunération du Conseil d administration et du Comité exécutif du Groupe au cours de l Assemblée générale ordinaire 2015 de Zurich Insurance

Plus en détail

Bonjour, Vous trouverez ensuite une lettre que j ai envoyée à certains politiciens fédéraux en 2008, pour leur demander d examiner cette idée.

Bonjour, Vous trouverez ensuite une lettre que j ai envoyée à certains politiciens fédéraux en 2008, pour leur demander d examiner cette idée. De : Bill Strautman Date : Le 12 août 2011 5:28 PM Pour : ~Finance/Finances Cc : Sujet : LA POPULATION CANADIENNE EST INVITÉE À FAIRE CONNAÎTRE SES PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL 2012 Bonjour, On a porté

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Septembre 2012 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Septembre 2012 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Septembre 2012 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, les assurances ont accru leur contribution à la création

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal.

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal. David Williamson Premier vice-président à la direction et chef des services financiers Assemblée générale annuelle Montréal (Québec), le 25 février 2010 Priorité au discours prononcé Bonjour à toutes et

Plus en détail

TerzaFondsPlan. Pour une prévoyance plus rentable

TerzaFondsPlan. Pour une prévoyance plus rentable TerzaFondsPlan Pour une prévoyance plus rentable La prévoyance individuelle gagne en importance En Suisse, la prévoyance repose sur le principe des trois piliers: prévoyance étatique, professionnelle et

Plus en détail

ETF. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

ETF. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Introduction 3 2. ETF physiques 4 3. ETF synthétiques 5 Avantages et inconvénients

Plus en détail

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ Rédigé par Edwin L. Weinstein, Ph.D., C.Psych. The Brondesbury Group Résumé Le présent sondage a pour objectif premier de cerner les facteurs

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

Première en Suisse. en matière d assurance vie liée à des fonds de placement

Première en Suisse. en matière d assurance vie liée à des fonds de placement Communiqué de presse 10 mai 2004 Première en Suisse en matière d assurance vie liée à des fonds de placement Lausanne, le 10 mai 2004 La Vaudoise lance, en partenariat avec la Société Générale Asset Management,

Plus en détail

Les indices customisés

Les indices customisés Les indices customisés d IEM Finance Indices boursiers, l expertise spécialisée d IEM Finance 2 Les indices boursiers sont au cœur de l innovation financière car ils sont une synthèse d informations multiples.

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Statuts PostFinance SA

Statuts PostFinance SA Statuts PostFinance SA Table des matières Section : 3 Raison de commerce, siège, durée, but, mandat de service universel 3 Section : 6 Capital-actions, actions, conversion, titrisation, registre des actions

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Prévoyance. Envisager l avenir en toute sérénité grâce à nos solutions de prévoyance, assorties d avantages fiscaux.

Prévoyance. Envisager l avenir en toute sérénité grâce à nos solutions de prévoyance, assorties d avantages fiscaux. Prévoyance Envisager l avenir en toute sérénité grâce à nos solutions de prévoyance, assorties d avantages fiscaux. Une fois à la retraite, vous tenez à préserver votre liberté et indépendance. Il importe

Plus en détail

Efficience de l actif de l entreprise

Efficience de l actif de l entreprise Solutions d assurance-vie Efficience de l actif de l entreprise Gérer. Profiter. Préserver. Une solution intelligente pour les professionnels : l assurance-vie permanente, un actif unique pouvant offrir

Plus en détail