Guide de l investisseur BANKING - INSURANCE - LEASING. Let s talk about your future

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide de l investisseur BANKING - INSURANCE - LEASING. Let s talk about your future"

Transcription

1 Guide de l investisseur BANKING - INSURANCE - LEASING Let s talk about your future

2

3 L objectif de cette brochure est de présenter brièvement les principaux types de produits négociables sur les marchés financiers et disponibles chez ING Luxembourg. Un accent particulier sera mis sur les différents risques inhérents à ces instruments financiers. Lorsqu un client décide d investir dans les marchés boursiers, il prend des risques. Qu il s agisse d actions, d obligations, d options ou de fonds de placement, tout investissement peut comporter des risques importants, ne pas être disponible sur toutes les places boursières, s avérer non liquide et, de ce fait, ne pas convenir à tous les investisseurs. La valeur ou le revenu d un investissement peut, en outre, subir des fluctuations et/ou être influencé(e) par l évolution des cours de change. Quant à la performance antérieure d une valeur, le client doit être conscient que celle-ci n offre aucune garantie quant à sa rentabilité future. Bien que toute décision d investissement suppose que l investisseur ait à tout le moins, comme pré-requis, une connaissance générale des risques y associés, le présent guide a pour objet d exposer les caractéristiques des principaux types de produits négociables sur les marchés financiers et disponibles chez ING Luxembourg, dans le souci d assurer que les risques inhérents à ces instruments financiers soient correctement compris et admis par l investisseur. Les grandes catégories de produits couvertes ici sont: - les obligations - les OPC - les actions Les warrants, les bons de souscription et les droits d attribution sont également décrits dans cette brochure. Les produits structurés et les produits dérivés tels que les options et les contrats à terme sont volontairement omis, car ils font l objet d un contrat spécifique avec ING Luxembourg. Un guide de l utilisateur a, à cet effet, été spécialement rédigé pour présenter quelques types de contrats de ce type. Il est également disponible dans nos agences. Le présent Guide ne constitue en aucun cas un conseil en investissement. En outre, parce qu ils dépendent de la situation personnelle du client et sont soumis à certaines fluctuations, les aspects fiscaux et juridiques ne sont volontairement pas traités dans ce guide. Si le client souhaite des renseignements à ce sujet, il lui est vivement conseillé de s adresser à un conseiller fiscal ou un avocat. Les présentes informations sont également disponibles sur le site Internet de la Banque à l adresse: Pour des informations plus précises concernant un produit, il est recommandé au client d interroger son chargé de relation. La seule version authentique du présent guide est la version française. En cas de divergence avec des versions en d autres langues, le texte français sera le seul à prendre en considération. 3

4 Table des matières Description des principaux produits financiers I. Obligations 6 A. Définition générale 6 B. Caractéristiques d une obligation 6 1. Montant nominal 6 2. Prix d émission 6 3. Prix de remboursement 6 4. Modalités de remboursement 6 5. Taux d intérêt nominal 7 6. Rendement 7 7. Rating 7 C. Principaux types d obligations 7 1. Obligation zéro coupon 7 2. Obligation à taux fixe 7 3. Obligation à taux flottant 7 4. Obligation avec warrant 7 5. Obligation indicée 7 6. Obligation à taux croissant (step up) 7 7. Obligation à taux décroissant (step down) 7 8. Obligation subordonnée 7 9. Obligation convertible Obligation remboursable en actions Obligation reverse convertible 8 D. Risques liés aux obligations 8 1. Risque d insolvabilité de l émetteur 8 2. Risque de taux d intérêt 8 3. Risque d inflation 8 4. Risque de taux de change 9 5. Risque lié au remboursement anticipé 9 6. Risques spécifiques à certaines sortes d obligations 9 II. Actions 9 A. Définition générale 9 B. Types d actions 9 1. Actions au porteur ou nominatives 9 2. Actions ordinaires ou privilégiées 9 C. Risques liés aux actions 9 1. Risque de fluctuation du cours 9 2. Risque économique 9 3. Risque de liquidité du marché 9 4. Risque de taux de change Risque de liquidité lié à la valeur Risque de faillite Risque psychologique Risque des actions par rapport à celui des obligations 10 4

5 III. Organisme de Placement Collectif 10 A. Définition générale 10 B. Formes juridiques d OPC Le Fonds Commun de Placement (FCP) La Société d Investissement à Capital Variable/Fixe (SICAV/SICAF) 11 C. Distinction entre OPC de l Union Européenne et autres OPC 11 D. Types de Sicav Sicav de trésorerie Sicav d obligations Sicav d actions Sicav mixtes Sicav à protection de capital Fonds de fonds Fonds alternatifs ou hedge fund 12 E. Risques liés aux OPC Risque lié aux investissements Risque de gestion Risque de dévaluation de la valeur nette d inventaire Risque de liquidité Risque lié au pays de domiciliation 13 IV. Autres produits 13 A. Warrants Call / Put Prime (ou premium) Sous-jacent ou support Prix d exercice Parité Echéance Récapitulatif de l investissement en warrants 14 B. Bon de souscription (warrant français) 14 C. Droit de souscription 14 D. Droit d attribution 14 E. Certificat représentatif 15 F. Produits structurés 15 G. Private equity 15 V. Rappel des principaux types de risques liés aux produits 15 A. Généralités 15 B. Liquidité 16 C. Risque de crédit 16 D. Risque de marché Généralités Marchés étrangers Marchés émergents 16 E. Protections des chambres de compensation 16 F. Insolvabilité 16 G. Risque de change 17 H. Risque des taux d intérêt 17 I. Risque réglementaire/juridique 17 J. Risque opérationnel 17 5

6 I. Obligations A. Définition générale Une obligation est un titre négociable émis par une société ou une collectivité publique (ci-après l émetteur) et représentatif de la créance de l émetteur vis-à-vis de son prêteur (ci-après l obligataire). Elle est émise avec un coupon fixe ou variable, et généralement pour une durée déterminée (sauf obligation perpétuelle) avec remboursement du capital à l échéance finale. Les coupons sont payables à date fixe, selon un rythme défini. Une émission obligataire peut être privée (réservée à un nombre restreint d investisseurs institutionnels) ou publique (lorsque l offre de souscription est proposée au grand public). B. Caractéristiques d une obligation 1. Montant nominal Le montant nominal correspond au montant de l émission obligataire divisé par le nombre d obligations émises. Les coupons sont calculés sur base de ce montant. Ainsi, une obligation d un montant nominal de EUR et d un taux de coupon de 5% procurera un coupon de 250 EUR à son détenteur (5.000 x 5 %). 2. Prix d émission Il s agit du prix auquel l obligation a été émise. Ce prix peut différer du montant du nominal ou du prix de remboursement de l obligation. Lorsque le prix d émission est inférieur au nominal de l obligation, la différence est alors appelée «prime d émission». Cette prime est versée par l obligataire au moment de l émission obligataire, en plus de la valeur nominale de l obligation qu il souscrit. 3. Prix de remboursement Le prix de remboursement est la valeur de l obligation à la fin de sa durée de vie. Ce prix de remboursement peut être égal, supérieur ou inférieur au prix d émission. Lorsque le prix de remboursement est supérieur au prix d émission, la différence est appelée «prime de remboursement». Cette prime est versée à l obligataire lors du remboursement de son obligation, en sus du montant qu il a payé pour la souscription de son obligation. 4. Modalités de remboursement Le remboursement d une obligation se fait en général à sa date d échéance finale, mais peut se faire anticipativement par remboursements annuels ou par tirage au sort. Certaines obligations présentent des modalités de remboursements particulières (sous certaines conditions), au gré de l émetteur ou du détenteur de l obligation par exemple. Voici deux exemples de méthodes utilisées par l émetteur pour rembourser les obligations émises: - remboursement par amortissement constant: à chaque période, l obligataire percevra une fraction identique du principal, c est-à-dire du montant souscrit au départ. En supposant une durée de vie de 5 ans, chaque année, il se verra rembourser 20% du principal. De fait, le montant des coupons versés diminuera d année en année comme le tableau ci-dessous l illustre. Période Principal en Coupons Amortis. Principal en fin Annuités début de période (7%) Constant de période remboursement in fine : cette modalité de remboursement garantit à l obligataire la régularité des intérêts versés tout au long de la durée de vie de l obligation. En effet, le principal est remboursé in fine, c est-à-dire en intégralité le dernier jour de l échéance. Les intérêts sont quant à eux versés tout au long de la durée de vie de l obligation. Période Principal en Coupons Amortis. Principal en fin Annuités début de période (7%) Constant de période

7 5. Taux d intérêt nominal Taux d intérêt affiché sur l obligation qui, appliqué à la valeur nominale de l obligation, permet de calculer le montant des coupons à verser. Un taux d intérêt de 7 % avec un nominal de EUR procurera des coupons de 7 % x EUR = 70 EUR. 6. Rendement Le rendement à l échéance finale de l obligation exprime le revenu moyen annuel d une obligation. 7. Rating Le rating est l appréciation portée, par une agence spécialisée et indépendante de ING Luxembourg (ex: Standard&Poor s, Moody s), sur la probabilité pour un émetteur d honorer intégralement le remboursement du principal et le paiement des intérêts d une émission obligataire aux échéances prévues. Le rating constitue un jugement de cette agence sur la solvabilité de l émetteur par rapport à une émission particulière. Ce jugement n engage pas la responsabilité de ING Luxembourg. La classification des Ratings Long Terme va de AAA (chez S&P) ou Aaa (chez Moody s), pour les obligations de la meilleure qualité, à D pour les obligations dont l émetteur présente un défaut de paiement. Voici, en général, ce que signifient les différentes catégories: A: bonne qualité B: spéculatif, paiement sensible à l environnement économique C: risque de défaut de paiement D: défaut de paiement C. Principaux types d obligations 1. Obligation zéro coupon Obligation n offrant aucun versement d intérêts, le taux du coupon est par conséquent de 0%. Elle est généralement émise à un prix très faible, mais donne alors une prime de remboursement élevée. Par exemple, émission à 63%, remboursement à 100%. 2. Obligation à taux fixe Obligation dont le taux d intérêt annuel, fixé lors de l émission obligataire, est invariable jusqu à l échéance de l emprunt obligataire et est versé selon une périodicité prédéfinie. 3. Obligation à taux flottant Obligation dont le taux d intérêt varie pendant la durée de l emprunt obligataire en fonction des taux du marché monétaire ou du marché obligataire. 4. Obligation avec warrant Obligation ordinaire assortie d un droit permettant de souscrire à un nombre donné d actions ou d obligations, à un prix déterminé (le prix d exercice), pendant une période déterminée (la période d exercice). L obligation avec warrant se compose de deux éléments distincts : l obligation et le warrant qui est un droit de souscription. 5. Obligation indicée Obligation donnant droit, à l échéance, au remboursement du nominal et à une rémunération éventuelle calculée en pourcentage de la performance boursière réalisée par un sous-jacent pendant la durée de l emprunt. Le rendement de l obligation est plafonné à un taux calculé en pourcentage du nominal. 6. Obligation à taux croissant (step up) Obligation dont le taux d intérêt croît durant la vie de l obligation. Les taux et les périodes auxquelles ils s appliquent sont fixés à l émission. 7. Obligation à taux décroissant (step down) Obligation dont le taux d intérêt décroît durant la vie de l obligation. Les taux et les périodes auxquels ils s appliquent sont fixés à l émission. 8. Obligation subordonnée En cas de liquidation ou de faillite de la société émettrice, les obligations subordonnées sont remboursées après les autres obligations ou dettes de la société mais avant les actions de cette société. Il s agit donc en quelque sorte d une obligation de moindre rang dont le risque est plus important. Les obligations subordonnées peuvent n être éventuellement subordonnées qu à certaines dettes bien déterminées comme par exemple des prêts bancaires. 9. Obligation convertible Obligation pouvant être convertie en actions par son détenteur, dans les conditions et sur les bases de conversion fixées à l émission, soit pendant certaines périodes déterminées de l émission obligataire, soit à tout moment de l émission obligataire. 7

8 Sa rémunération est toutefois moins élevée que celle d une obligation ordinaire. Cette différence de taux d intérêt s explique par le droit de conversion que comporte l obligation convertible et qui permet à l investisseur de: - soit convertir son obligation en action définie au moment de l émission obligataire. Il aura alors bénéficié de la hausse du cours du sous-jacent, tout en étant garanti contre la baisse du cours de ce sous-jacent, grâce à la possibilité de demander le remboursement en espèces. - soit attendre l échéance et alors se faire rembourser l obligation en espèces en cas de contre-performance du sous-jacent. Il aura alors perdu la différence entre les coupons versés par une obligation classique (plus élevés que pour une obligation convertible) et les coupons qu il a perçus. 10. Obligation remboursable en actions Obligation remboursée obligatoirement en actions à l échéance. Le taux d intérêt de ce type d obligation est généralement moins élevé que celui d une obligation classique, même si les perspectives de croissance de la société émettrice sont favorables au moment de l émission de l obligation. Le risque lié à ce type d obligation est que le remboursement ait lieu à un moment où le cours de l action a fortement chuté. Il est ainsi possible que l investissement de base en soit fortement réduit. 11. Obligation reverse convertible L obligation reverse convertible est une obligation dont le remboursement à l échéance se fait au gré de l émetteur, suivant les conditions fixées lors de l émission obligataire. A l échéance, le détenteur de l obligation reçoit: - soit 100% de la valeur nominale de l obligation (remboursement au pair) - soit un nombre d actions déterminé à la date d émission en fonction de la valeur nominale de l obligation et du cours de référence de l action sous-jacente. Dans les 2 cas, le détenteur reçoit un coupon garanti. A l échéance, dans le cas où le cours de l action a baissé par rapport à son cours de référence, le détenteur de l obligation court le risque d être remboursé en actions à une valeur qui peut être inférieure à la valeur nominale de l obligation. Il court ainsi le risque de perdre tout ou partie du capital qu il a investi. Le produit n offre donc pas de garantie de capital. C est pourquoi, un coupon plus élevé que le rendement d une obligation classique est versé. D. Risques liés aux obligations 1. Risque d insolvabilité de l émetteur L émetteur peut devenir insolvable de façon temporaire ou définitive. Ce qui peut entraîner un risque de non paiement d un ou de plusieurs coupons ou conduire à la faillite de l émetteur, auquel cas l emprunt obligataire pourrait ne pas être totalement ou partiellement remboursé. L obligataire est en effet considéré comme un simple créancier ordinaire et ne bénéficie d aucun privilège ou priorité de paiement. La solvabilité d un émetteur peut notamment dépendre de la qualité de sa gestion, de l évolution générale de l économie ou du secteur économique dans lequel il se trouve, ainsi que de changements politiques ayant des conséquences économiques. Logiquement, la détérioration de la situation financière de l émetteur influence le prix de négociation de l obligation. Certaines obligations bénéficient de garanties (données par l Etat par exemple); le risque de non remboursement est dans ce cas réduit en fonction de la qualité de la garantie émise. Le rating est une information susceptible de donner une bonne idée de la capacité de l émetteur à répondre à ses engagements. 2. Risque de taux d intérêt Le cours de l obligation est mathématiquement lié au taux d intérêt. L incertitude concernant l évolution des taux du marché fait encourir à l obligataire un risque de diminution du cours de son obligation en cas d augmentation des taux d intérêt. Ceci n est vrai qu en cours de vie de l obligation et non à son échéance. En outre, en cas de baisse des taux d intérêt, le rendement attendu à l échéance peut ne pas être atteint du fait du réinvestissement des coupons à des taux moindres. 3. Risque d inflation Le phénomène de dépréciation de la monnaie, appelé inflation, réduit le pouvoir d achat relatif au montant des coupons reçus, avec pour conséquence que le montant de remboursement à l échéance ne correspond plus au montant lors de l émission en termes de pouvoir d achat. Ce risque est d autant plus élevé que l échéance est éloignée et que les paiements intermédiaires (coupons) sont faibles. 8

9 4. Risque de taux de change La fluctuation des monnaies affecte la valeur des investissements étrangers ou leur rémunération lorsque ceux-ci sont convertis en monnaie locale. Le risque peut être réduit par la diversification entre des obligations en monnaie locale et des obligations en monnaie étrangère. 5. Risque lié au remboursement anticipé L émetteur d une obligation peut inclure une clause lui permettant de rembourser prématurément le détenteur de l obligation en cas de diminution des taux du marché. Dans ce cas, le rendement attendu à l échéance peut ne pas être atteint. 6. Risques spécifiques à certaines formes d obligations Il existe un risque supplémentaire lié à certains types d obligations dont le rendement ou les modalités de remboursement sont attachés à un autre instrument. C est le cas notamment pour les obligations à taux flottants, les obligations convertibles, les obligations remboursables, les obligations indicées, les obligations subordonnées,... II. Actions A. Définition générale Une action est un titre représentatif d une fraction du capital d une société. L action est aussi, en général, représentative de l ensemble des droits de l actionnaire (droit de vote en assemblée, droit d information, droit au dividende, droit sur l actif net en cas de liquidation). Lors de son émission, une action a parfois une valeur nominale déterminée. Cette valeur nominale correspond à la fraction de capital social représentée par l action. B. Types d actions 1. Actions au porteur ou nominatives L action est dite au porteur lorsque son propriétaire n est pas enregistré dans le registre de la société, contrairement à l action nominative. 2. Actions ordinaires ou privilégiées L action est dite privilégiée lorsqu un avantage quelconque est octroyé à son actionnaire en sus de ceux accordés aux actionnaires ordinaires. Il s agit souvent du droit de recevoir une somme fixe en cas de liquidation et un dividende fixe avant les actionnaires ordinaires. Les avantages qui sont conférés aux actions privilégiées sont inscrits dans les statuts de la société. C. Risques liés aux actions 1. Risque de fluctuation du cours Puisque le cours d une action reflète les différents facteurs qui affectent l offre et la demande pour cette action, le principal risque auquel un investisseur fait face est la fluctuation du cours. Mais comme un mouvement à la hausse est généralement le bienvenu, le risque se situe plutôt au niveau de la baisse du prix de l actif, qui peut causer des pertes conséquentes à court terme. Les facteurs de risques qui affectent le cours de l action peuvent être des facteurs généraux liés au marché ou des facteurs spécifiques attachés à la société elle-même. Les facteurs qui affectent le niveau général des prix d un marché sont, par exemple, des changements de nature politique, sociale ou économique qui peuvent être interprétés et amplifiés par les investisseurs, ainsi que les cycles économiques dont les répercussions peuvent être variables d un secteur économique à l autre ou d une région à l autre. Les facteurs qui affectent le prix d une action en particulier sont, par exemple, le fait de ne pas atteindre les résultats prévus, de ne pas être en mesure de payer de dividendes ou encore de ne pas résister à la concurrence. 2. Risque économique La société émettrice peut ne pas distribuer des bénéfices, même si elle en réalise, ou ne pas réaliser des bénéfices pendant une ou plusieurs années. Elle peut aussi clôturer un ou plusieurs exercices en perte ou voir sa situation financière péricliter et finalement être déclarée en faillite. 3. Risque de liquidité du marché Un manque de liquidité peut se produire lorsque l offre ou la demande pour une valeur à un certain prix est très faible ou inexistante. Dans ces circonstances, les ordres d achat et de vente ne peuvent être exécutés immédiatement, ou peuvent l être seulement partiellement ou à des conditions défavorables. De plus, les frais de transactions peuvent être plus élevés. Les actions de petites sociétés ou certaines actions liées aux marchés émergents présentent un risque de liquidité plus élevé en raison du faible volume traité sur ces types de marchés. 9

10 4. Risque de taux de change La fluctuation des monnaies affecte la valeur des investissements étrangers ou de leur rémunération lorsque ceux-ci sont convertis en monnaie locale. Le risque peut être réduit par la diversification entre des actions en monnaie locale et des actions en devises. 5. Risque de liquidité lié à la valeur Un risque de liquidité peut être lié aux caractéristiques de la valeur, par exemple à cause de la lenteur d une procédure d une transaction sur actions nominatives ou de pratiques de certains marchés. 6. Risque de faillite En cas de faillite ou de liquidation, le remboursement des actionnaires intervient après le désintéressement de tous les créanciers, avec un risque plus élevé de perte totale des montants investis au départ. 7. Risque psychologique Des facteurs irrationnels tels que les rumeurs, les opinions, les tendances peuvent affecter la performance globale des actions en bourse. Ces facteurs peuvent directement influencer le cours de bourse, alors que les perspectives futures de la société ne sont pourtant pas mauvaises. 8. Risque des actions par rapport à celui des obligations Le risque des actions est plus élevé que celui des obligations comme en témoignent les fluctuations du cours des actions au regard de celles des obligations. A long terme cependant, la progression du cours des actions et de leurs dividendes a donné la plupart du temps des résultats plus favorables que les investissements en obligations. Le risque plus élevé des actions est ainsi rémunéré par une meilleure performance globale ou return. III. Organisme de Placement Collectif A. Définition générale Un organisme de placement collectif (OPC) est un organisme qui collecte des capitaux auprès du public en vue de les investir dans des actifs (actions, obligations, autres) en respectant le principe de répartition des risques. Il gère ces actifs dans l intérêt exclusif de ses investisseurs, selon la politique d investissement de l OPC définie lors de sa création et le cadre légal défini par son pays de domiciliation. Les OPC appliquent le principe de la diversification qui consiste à ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier et permettent ainsi de répartir un investissement entre plusieurs types d actifs financiers. On appelle Valeur Nette d Inventaire (VNI) la valeur obtenue en divisant la valeur nette d inventaire globale de l OPC par le nombre de parts de l OPC en circulation à la même date. Sauf dans le cas des OPC de type fermé (OPC à nombre de parts fixes) où l acquisition des parts ou leur remboursement n est pas nécessairement lié à la VNI mais au cours de la part définie par la loi de l offre et de la demande, la VNI correspond au prix d émission ou de rachat d une part d OPC. La fréquence du calcul de la VNI est variable d un OPC à l autre; sa périodicité est fixée dans le prospectus pour les Sociétés d Investissement à Capital Variable ou les Sociétés d Investissement à Capital Fixe, et dans le règlement de gestion pour les Fonds Commun de Placement. A noter que les frais ou commissions payés par l OPC peuvent être répercutés dans la VNI et donc être indirectement imputés à l investisseur. B. Formes juridiques d OPC L OPC peut prendre 2 formes juridiques: - la forme contractuelle: le Fonds Commun de Placement (FCP) - la forme statutaire: la Société d Investissement à Capital Variable (SICAV) ou la Société d Investissement à Capital Fixe (SICAF). Cette distinction est valable pour les OPC luxembourgeois. Pour les OPC d autres pays, il faut se référer au prospectus pour retrouver la forme juridique de l OPC. 1. Le Fonds Commun de Placement (FCP) Le FCP consiste en une masse d avoirs investie et détenue en indivision par les investisseurs, porteurs de parts de co-propriété de cette masse, à concurrence de leur mise. 10

11 Ne disposant pas de la personnalité juridique, le FCP est géré par une société de gestion dans l intérêt exclusif des porteurs de parts et suivant le règlement de gestion élaboré par la société de gestion qui comprend notamment, la politique d investissement, la politique de distribution ainsi que les modalités d émission et de rachat de parts du FCP. Lors de la souscription aux parts du FCP, l investisseur est présumé accepter le règlement de gestion tant dans son état actuel que futur. Il n a, en principe, aucun pouvoir pour le modifier, la société de gestion étant seule habilitée à cet effet. Les porteurs de parts n ont donc aucune influence sur la gestion des avoirs du FCP. Ils ne peuvent, en outre et sauf disposition contraire dans le règlement de gestion, révoquer la société de gestion ni provoquer le partage de l indivision que constitue le FCP. 2. La Société d Investissement à Capital Variable/Fixe (SICAV/SICAF) A la différence des OPC, les sociétés d investissements disposent d une personnalité juridique. Il s agit de sociétés qui sont en principe gérées par un conseil d administration désigné par les investisseurs en leur qualité d actionnaires. Le conseil d administration définit la politique de gestion de la société, mais peut déléguer la gestion à des gestionnaires qui doivent être approuvés par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF). Les investisseurs disposent d un droit de vote et peuvent participer aux assemblées générales des actionnaires. Parmi les sociétés d investissement, on distingue : - Les SICAV dont le capital est susceptible de varier en permanence en fonction des souscriptions et des rachats de parts, ainsi que de l évaluation de ses avoirs. Pour ce type de société, aucune formalité spécifique n est requise en cas d augmentation ou de réduction de capital. Le capital de la SICAV est égal à tout moment aux actifs nets de la société, à savoir l actif de la société après déduction de son passif. - Les SICAF, dont le capital est égal au montant des apports des investisseurs, ne varie, en principe, qu en vertu d une décision de l assemblée générale. L entrée de nouveaux actionnaires nécessite donc une décision de l assemblée générale des actionnaires et le respect de certaines formalités. C. Distinction entre OPCVM de l Union Européenne et autres OPC La partie I de la Loi luxembourgeoise sur les OPC (la Loi ), met en application les directives européennes qui définissent le cadre des OPC de type ouvert investissant en valeurs mobilières. Ceux-ci bénéficient du passeport européen et sont dès lors librement commercialisables dans toute l Union Européenne. Ces OPC ne peuvent investir que dans les valeurs mobilières et autres instruments autorisés par les directives. Ils sont qualifiés d OPCVM coordonnés. Les OPC couverts par la partie II de la Loi ne bénéficient pas du passeport européen et ne peuvent donc être commercialisés dans les autres pays de l Union Européenne qu après avoir satisfait aux conditions spécifiques requises par les autorités du pays concerné. Ils peuvent en revanche investir dans d autres valeurs que celles autorisées pour les OPCVM coordonnés. D. Types de Sicav La Loi permet aux OPC de scinder leur patrimoine en plusieurs portefeuilles appelés compartiments, lesquels peuvent notamment poursuivre des politiques d investissement différentes ou être libellés dans différentes devises. Les compartiments peuvent ainsi, par exemple, investir dans des zones géographiques ou des secteurs d activité différents. Dès son entrée dans l OPC, chaque investisseur choisit le compartiment dont il souhaite acquérir des parts; il ne participe aux bénéfices ou aux pertes que de ce compartiment et non à ceux de l OPC pris dans son intégralité. L avantage pour l investisseur est que le passage d un compartiment à un autre se fait en général à moindre frais puisqu il évite les frais liés à la sortie d un OPC et à l entrée dans un autre. Les OPC ont également la possibilité de créer deux types de titres en fonction de l affectation prévue pour leurs revenus. Selon la forme juridique de l OPC, on parlera : - de parts ou d actions de distribution lorsque l OPC paie périodiquement un dividende au porteur ; - de parts ou d action de capitalisation lorsque les revenus sont entièrement réinvestis par l OPC et que le porteur ne dispose du produit de son placement que lors de la vente de sa part ou de son action. Les valeurs nettes d inventaire reflètent cette différence. La typologie ci-dessous est présentée à titre indicatif. Il s agit d une classification par type d investissement qui correspond aux types de produits distribués par ING Luxembourg mais pas nécessairement aux types d OPC commercialisés par des tiers. Une telle classification ne suffit pas à donner une information précise sur la politique d investissement des fonds. Ce sont les prospectus et rapports financiers qui peuvent informer au mieux sur la politique d investissement de l OPC. 11

12 1. Sicav de trésorerie (ou sicav monétaire) La sicav de trésorerie est celle qui investit de façon prépondérante en liquidités et en valeurs ayant une durée courte de vie, tels que les dépôts à terme, certificats de trésorerie, obligations ayant une échéance proche, certificats de dépôt et papier commercial. Ce type de sicav existe en de multiples devises. Elle constitue un placement idéal lorsque l investisseur veut placer son argent à très court terme, en attendant une autre affectation. Le rendement qu offre la sicav de trésorerie est fortement lié aux taux d intérêt à court terme. 2. Sicav d obligations La sicav d obligation est celle qui investit de façon prépondérante dans les valeurs à revenu fixe, telles que les obligations d Etat et de sociétés. Elle peut investir dans une ou plusieurs devises. Le taux proposé peut être fixe ou variable. 3. Sicav d actions La sicav d actions est celle qui investit de façon prépondérante en actions. Les sicav d actions peuvent être spécialisées, par exemple, par zone géographique ou par secteur. 4. Sicav mixtes La sicav mixte est celle qui investit en actions et en obligations. Ce type de sicav mène une politique active tant dans le domaine de la répartition entre les différentes catégories d investissements que dans le domaine du choix des marchés, des actions et des obligations individuelles, afin de profiter des conditions changeantes du monde des placements. 5. Sicav à protection de capital Cette sicav offre à ses souscripteurs une promesse de return minimum liée à la performance d un sous-jacent ou une garantie de remboursement de capital minimum à une échéance donnée. Exemple de sicav avec protection de capital : Une sicav qui permet de participer totalement pendant 6 ans à la hausse du CAC40 (indice constitué à partir de 40 valeurs du marché à règlement mensuel appartenant à l ensemble des secteurs économiques et faisant partie des cents premières capitalisations boursières). Au cours de cette période, l indice progresse de 150%. A l échéance, l investisseur reçoit 150% de plus que sa mise initiale. Si, par contre, le CAC40 n a pas monté, voire chuté, l investisseur retouchera néanmoins son capital initial. Il est à noter que cette protection est le plus souvent conditionnelle et qu elle est obtenue par le paiement d assurances, dites couvertures, obtenues par exemple sur le marché des options. 6. Fonds de fonds Il s agit d un fonds qui investit dans d autres fonds. 7. Fonds alternatifs ou hedge fund Un hedge fund est un fonds d investissement qui se caractérise par une gestion active beaucoup plus importante que celle d un fonds traditionnel investi en actions ou obligations. Les hedge funds ont pour objectif de générer une performance dite absolue et indépendante de l évolution des marchés financiers traditionnels. Pour cette raison, ils utilisent des méthodes de gestion différentes de celles utilisées dans la gestion des fonds traditionnels. Ils achètent et vendent de nombreux types d actifs, investissent dans des positions longues et à découvert et utilisent des effets de levier ou des produits dérivés, en vue de tirer profit des marchés tant à la hausse qu à la baisse. Ils jouissent ainsi de règles de gestion plus souples que les fonds traditionnels. Les conditions de souscription et de rachat sont en outre généralement plus contraignantes que dans les fonds traditionnels. E. Risques liés aux OPC 1. Risque lié aux investissements Tout d abord, les OPC sont exposés à tous les risques encourus par les actions, obligations et autres valeurs mobilières qu ils utilisent pour la gestion de leur portefeuille. Ensuite, le risque encouru varie en fonction de la nature des investissements réalisés par l OPC (nature des valeurs, types d émetteur, secteur économique, secteur géographique, devise,... ). L investisseur n a pas le contrôle sur les décisions d investissement de l OPC et les politiques d investissement donnent parfois la possibilité au gestionnaire d utiliser, parallèlement à l investissement principal (par exemple actions, obligations), des produits dérivés ou des effets de levier pour gérer le portefeuille. De même la devise de la part de souscription ou de remboursement n est pas nécessairement représentative des positions d investissement de l OPC. 12

13 2. Risque de gestion Le revenu généré par les parts d OPC dépend, entre autres, de la capacité et des choix de leurs gestionnaires. Ainsi de mauvaises décisions de gestion peuvent entraîner des pertes. 3. Risque de dévaluation de la valeur nette d inventaire (VNI) Une dévaluation de la VNI ou des monnaies qui composent le portefeuille du fonds se reflète dans le prix des parts de l OPC.. 4. Risque de liquidité Il n est pas toujours possible de demander le rachat de parts sur une base journalière. Certains OPC ne permettent le rachat qu une fois par semaine ou une fois par mois. De plus, il existe des OPC qui sont complètement fermés jusqu à l échéance finale ou qui contiennent des clauses de report si les ordres de rachat dépassent un certain seuil. Ceci implique de facto une faible liquidité des ordres. Les fonds ouverts, par contre, présentent un risque de liquidité généralement faible. 5. Risque lié au pays de domiciliation Les fonds domiciliés au Luxembourg bénéficient d un cadre juridique avec contrôle prudentiel adéquat contrairement à certains fonds domiciliés dans d autres pays. De même, la législation en matière de blanchiment d argent et de protection des investisseurs est plus stricte dans certains pays, notamment au Luxembourg, que dans d autres. IV. Autres produits A. Warrants Equivalents plus modestes des options, les warrants sont l un des produits dérivés les plus faciles d accès. Leur compréhension peut permettre à l investisseur d accéder par la suite de manière plus aisée aux marchés des options. L investisseur doit être conscient du fait qu avec les warrants, il peut subir une perte d un montant aussi élevé que celui du capital investi. L évolution de la valeur du warrant ne dépend pas uniquement de l évolution de la valeur de l actif sous-jacent. Il importe donc de prendre connaissance des différents facteurs influençant la valeur du warrant décrits dans le prospectus. Contrairement aux actions qui représentent une part de capital ou aux obligations qui représentent une part des dettes, les warrants ne représentent qu un droit d acquérir un titre et ne sont dès lors valorisés qu à travers le droit qu ils confèrent à leur détenteur. Un warrant permet, selon le cas, d acheter (call warrant) ou de vendre (put warrant) une quantité déterminée de titres (dits sous-jacents) à un prix fixé à l avance (prix d exercice ou strike) pendant une période déterminée. Le détenteur du warrant call reste libre d exercer ou non son droit de souscription. Il peut négocier son titre en bourse avant son échéance. Exemple Nom: Call X Prix d exercice: 91,47 EUR Parité: 100 / 1 Quantité: Cours au 14 Avril: 0,14 EUR 1. Call / Put Sur les marchés boursiers, l investisseur peut soit acheter des actions, soit en vendre. De fait, avec des actions, il est exposé sur la totalité de son investissement. Au contraire, avec des calls warrants, qui procurent un droit et non une obligation, l investissement initial en sera d autant limité. Dans notre exemple, il s agit d un CALL (ou option d achat). L investisseur aura donc le droit d acheter des actions X à un cours de 91,47 EUR. Dans le cas contraire, on parlera d un PUT warrant (ou option de vente). 2. Prime (ou premium) La prime correspond au montant initial qu il est nécessaire de verser pour acheter des calls ou des puts warrants. Pour la calculer, il est nécessaire de connaître outre le cours d achat, la quantité de négociation. En effet, sur le marché des warrants il est nécessaire de respecter certaines quantités lors des opérations. Dans notre exemple, la quantité est de warrants avec un dernier cours au 14 Avril de 0,14 EUR. La prime minimum correspond donc à : - Quantité x Cours d achat = Prime totale x 0,14 = 140 EUR, pour call warrants 3. Sous-jacent ou support Le sous-jacent est l actif sur lequel repose le warrant, sur base duquel le droit de souscription sera exercé. Ici le sous-jacent est X. 13

14 4. Prix d exercice: Le prix d exercice ou strike est le prix auquel le droit attaché au warrant pourra être exercé, c est-à-dire acheter ou vendre le sous-jacent. Dans notre cas, le prix d exercice est de 91,47 EUR. Le détenteur de calls warrant pourra donc acheter des titres X à 91,47 EUR. Si le prix d exercice est inférieur au dernier cours de l action X (100 EUR), on dit que le call warrant est dans la monnaie. Pour un call warrant : Dans la monnaie signifie que le cours du sous-jacent est supérieur au prix d exercice du warrant; Hors de la monnaie signifie que le cours du sous-jacent est inférieur au prix d exercice du warrant; A la monnaie signifie que le cours du sous-jacent est égal au prix d exercice du warrant. 5. Parité Une parité 100/1 signifie que 100 warrants donnent droit à 1 actif sous-jacent. 6. Echéance En cas d achat d actions, il est possible de conserver les titres en principe indéfiniment, à moins que la société défaille ou ne soit rachetée. Avec un warrant, une échéance est fixée dès le début. Après la date d échéance, le droit attaché au warrant n est plus valable: la valeur du warrant est alors nulle. 7. Récapitulatif de l investissement en warrants En EUR Explications Achat des calls warrant 140, x 0,14 Achat des titres X à 91,47 914,70 (1.000 / 100) (1) x 91,47 Total 1.054,70 Soit 105,47 EUR / titre X (1) La question est de savoir combien d actions X est-il possible d acheter avec calls warrants. La réponse est contenue dans la parité. La parité est de 100 warrants pour 1 titre. Il est donc possible d acheter / 100 = 10 titres X à un cours de 91,47 EUR. B. Bon de souscription (warrant français) Un bon de souscription est un instrument donnant le droit à son détenteur de souscrire à une action ou à une obligation, à un prix fixé d avance et jusqu à une date déterminée. Le bon peut ne pas être exercé pour être revendu avant son échéance. Le bon de souscription peut être attaché à une action ou à une obligation ou bien être autonome. L émission de bons de souscription est liée à la création de titres nouveaux. Contrairement aux droits de souscription qui ont une durée extrêmement courte, les bons de souscription sont en général valables pendant plus d un an. C est un instrument financier à effet de levier élevé. En effet, son cours est habituellement bien inférieur au prix du sousjacent et fluctue généralement en fonction de celui-ci. Ainsi, toute augmentation du cours du sous-jacent entraîne une augmentation amplifiée du cours du bon de souscription. A l inverse, toute diminution du cours du sous-jacent représente une perte d autant plus importante. Souvent utilisé lors des augmentations de capital, on parle alors d Action à Bons de Souscriptions d Actions. C. Droit de souscription Le droit de souscription est un coupon détaché d une action qui donne le droit à un actionnaire ordinaire de souscrire à des actions nouvelles pendant une période déterminée, à un prix fixé à l avance. C est un instrument financier à effet de levier élevé. En effet, son cours est habituellement bien inférieur au prix de l action visée et fluctue généralement en fonction de celle-ci. Ainsi, toute augmentation du cours de l action entraîne une augmentation amplifiée du cours du droit de souscription. A l inverse, toute diminution du cours de l action représente une perte d autant plus importante. Jusqu à l échéance, le détenteur du droit peut, à tout moment, exercer son option (notamment si le prix de l action a grimpé au-dessus du prix d exercice du droit) ou la vendre sur le marché des droits, lorsque celui-ci existe. D. Droit d attribution Le droit d attribution est un droit négociable détaché d une action qui donne à son titulaire le droit de recevoir gratuitement des actions nouvelles. Ce droit est détaché le jour du début de l opération et peut se négocier en bourse comme un titre autonome. 14

15 Certaines sociétés, dans un but de fidélisation de l actionnariat, réalisent des attributions d actions gratuites. Il faut savoir que ces actions ne modifient en rien la richesse de l actionnaire. En effet, supposons que le capital d une société soit composé de actions de nominal 10 EUR, et que dans le même temps la société dispose de EUR de réserves. Il est tout à fait envisageable d incorporer ces réserves au capital. Le nouveau capital sera donc composé de actions. Chaque actionnaire percevra alors une action nouvelle pour une action ancienne. Fondamentalement, il n est pas plus riche, il a juste deux fois plus d actions à un cours deux fois inférieur (car le cours de bourse s ajustera en conséquence). Lors de ce type d opérations, chaque ancien actionnaire qui remplit les conditions d opération recevra un droit d attribution qui lui permettra de faire prévaloir ses droits sur les actions à venir. Ce droit d attribution est librement cessible, notamment pour les actionnaires qui ne souhaitent pas recevoir d actions supplémentaires. Avant Opération Après opération Nombre d actions Nominal 10 EUR 10 EUR Capital EUR EUR Réserves EUR 0 EUR. Total des Capitaux propres EUR EUR(+ 0%) E. Certificat représentatif Le certificat représentatif d actions est émis par des sociétés financières sur demande de l émetteur des actions et est destiné, par exemple, à circuler à l étranger. Un certificat représente un certain nombre d actions. Il est au porteur. Il arrive que le certificat soit négociable dans le pays d émission de l action représentée. F. Produits structurés Les produits structurés sont des produits d investissement combinant des placements sur le marché monétaire ou obligataire et des opérations sur les produits dérivés et plus particulièrement sur des options ou des swaps dont la valeur dépend d un sous-jacent, ceci en vue de garantir soit un coupon, soit un capital en fonction de caractéristiques bien définies. Différents types de sous-jacents sont possibles, comme les actions, les indices d actions, les cours de change, les taux d intérêt, les matières premières, l inflation, les OPC,... Les risques liés aux produits structurés sont ceux liés aux sous-jacents et au fait que le capital est garanti à échéance ou non. Si l investisseur souhaite un remboursement du produit avant l échéance, la garantie de capital ne joue pas, et le prix de remboursement sera influencé par l évolution du sous-jacent. G. Private equity Private equity est une dénomination large qui fait référence à tout type de placement en actions non cotées sur un marché public. Les sociétés de Private equity ne sont pas cotées en bourse mais elles peuvent détenir en portefeuille des sociétés cotées. Comme elles ne sont pas cotées, ces sociétés doivent trouver acquéreur en l absence de cotation sur un marché traditionnel. La liquidité de tels produits est donc faible et le risque de perte de capital généralement plus élevé que pour un investissement direct dans les actions d une société cotée. Les fonds de Private equity regroupent les capitaux investis par les sociétés de private equity. Un fonds de private equity fonctionne de la manière suivante : le fonds obtient régulièrement des capital commitments de la part d investisseurs avertis ( qualified investors ) comme des fonds de pension, des institutions financières et des personnes fortunées pour investir un montant déterminé. A chaque fois qu une opportunité d investissement se présente sur la durée prédéterminée (ex : 7 ans) de la vie du fonds, ces investisseurs sont invités à verser le capital requis au prorata de leur «commitment». Par commitment, on entend le montant d investissement total que chaque investisseur a décidé de réaliser de manière irrévocable. Un commitment sera utilisé dès qu il aura été appelé. La période de commitment est différente selon chaque compartiment. V. Rappel des principaux types de risques liés aux produits A. Généralités Le prix ou la valeur d un investissement dépend des fluctuations, totalement incontrôlables, sur les marchés financiers. Les performances passées ne sont pas indicatives des performances futures. La nature et l importance des risques d investissement changent en fonction des pays et des investissements. Ces risques 15

16 d investissement varient, entre autres, en fonction du type d investissement réalisé (y compris la manière dont les produits financiers ont été créés ou dont leurs termes ont été rédigés); des besoins et des objectifs des investisseurs particuliers; de la manière dont un investissement particulier est réalisé (ou offert), vendu ou échangé; de la localisation (ou le domicile de l émetteur); de la diversification ou de la concentration d un portefeuille (p. ex. le montant investi dans toute devise, valeur mobilière, pays ou émetteur); de la complexité de l opération et de l utilisation d un levier. Les types de risque présentés ci-dessous peuvent avoir un impact sur chaque type d investissement. B. Liquidité La liquidité d un instrument est directement influencée par l offre et la demande de ce même instrument. Dans certaines conditions d échange, il peut s avérer difficile ou impossible de liquider une position. Cela peut se produire, par exemple, lors d un mouvement rapide des prix, si le prix augmente ou diminue au point de suspendre ou de limiter l échange, dans le cadre de l échange en question. La passation d un ordre de vente stop ne limitera pas nécessairement les pertes du client aux montants escomptés, mais les conditions du marché peuvent rendre impossible l exécution de cet ordre au prix stipulé. En outre, avec les produits hors bourse, la contrepartie ne doit pas résilier le contrat de manière anticipée ou racheter le produit, sauf si les termes du contrat le prévoient ainsi. C. Risque de crédit Le risque de crédit est le risque de perte causée par des emprunteurs, des débiteurs d obligations ou des contreparties qui ne respectent pas leurs engagements ou le risque de détérioration de la qualité de crédit de ces parties. D. Risque de marché 1. Généralités Le prix des investissements fluctue en fonction de l offre et la demande du marché, de la perception des investisseurs et des prix de tout investissement sous-jacent ou connexe ou, bien entendu, des facteurs sectoriels et économiques. Ceux-ci peuvent être totalement imprévisibles. 2. Marchés étrangers Tout investissement étranger ou présentant un élément étranger peut être soumis aux risques des marchés étrangers qui peuvent impliquer des risques différents des marchés locaux. Dans certains cas, les risques seront plus élevés. Le potentiel de bénéfice ou de perte lié à des opérations sur des marchés étrangers ou des contrats libellés en devises étrangères dépend des fluctuations des taux de change. 3. Marchés émergents Les prix peuvent être extrêmement volatiles, surtout sur les marchés émergents. Les différences de prix peuvent être courantes et la dislocation du marché n est pas rare. De plus, à mesure que des nouvelles sur un pays sont publiées, les marchés financiers peuvent réagir par des hausses et/ou des baisses de prix sur un laps de temps très court. Les marchés émergents n ont généralement pas le niveau de transparence, de liquidité, d efficacité et de contrôle des marchés plus développés. Par exemple, ces marchés ne disposent pas toujours de réglementations régissant la manipulation et le délit d initié ou d autres dispositions conçues pour «uniformiser les règles du jeu» en termes de disponibilité des informations et d utilisation ou abus y afférent sur ces marchés. Ils peuvent également être touchés par des risques politiques. Il peut s avérer difficile d adopter des pratiques de gestion du risque pour les investissements des marchés émergents, tels que les contrats de change à terme ou les dérivés. E. Protections des chambres de compensation Pour beaucoup d échanges, les performances d une opération sont «garanties» par la chambre de change ou de compensation. Toutefois, cette garantie est normalement établie en faveur du membre de la chambre de change ou de compensation et ne peut être exécutée par le client qui peut, par conséquent, être soumis à des risques de crédit et d insolvabilité de la société à travers laquelle l opération a été effectuée. En tout cas, il n y a pas de chambre de compensation pour les options traditionnelles, ni normalement pour les instruments hors bourse qui ne sont pas échangés selon les règles d un échange. F. Insolvabilité L insolvabilité ou la négligence de la société avec qui le client traite ou de tout courtier intervenant dans l opération peut déboucher sur la liquidation ou la clôture des positions sans le consentement du client, voire au non remboursement des investissements du client. Il existe également un risque d insolvabilité en ce qui concerne l investissement lui-même, par exemple de la société qui a émis l obligation ou de la contrepartie vis-à-vis des dérivés hors bourse (lorsque le risque est lié au dérivé lui-même et à toute garantie ou marge détenue par la contrepartie). 16

17 G. Risque de change En ce qui concerne toute opération de change et toute opération relative à des dérivés et à des valeurs mobilières libellés dans une devise autre que celle dans laquelle le compte du client est libellé, un mouvement au niveau des taux de change peut avoir un effet favorable ou défavorable sur le bénéfice ou la perte enregistrés sur ces opérations. L affaiblissement de la monnaie d un pays par rapport à une devise de référence ou à la devise de votre portefeuille aura un effet négatif sur la valeur d un investissement libellé dans cette devise. Les appréciations des monnaies sont liées à une série de facteurs économiques, sociaux et politiques, et peuvent largement fluctuer, même dans les échanges intra journaliers. Quelques pays disposent de contrôles des changes qui peuvent inclure la suspension de la possibilité de changer ou de transférer des devises, ou encore la dévaluation de la monnaie. La couverture peut augmenter ou diminuer l exposition à toute monnaie, mais ne peut éliminer complètement l exposition à la fluctuation des valeurs monétaires. H. Risque des taux d intérêt Les taux d intérêt peuvent tout aussi bien augmenter que diminuer. Les taux d intérêt présentent le risque, en cas de hausse, de voir la valeur relative d un titre, notamment une obligation, se dégrader. Ceci peut avoir une influence négative sur d autres produits. I. Risque réglementaire/juridique Tous les investissements peuvent être exposés au risque réglementaire ou juridique. Les rendements de tous les investissements, et en particulier des nouveaux investissements, sont exposés au risque de poursuites sur le plan réglementaire ou judiciaire et à des changements qui peuvent, entre autres, modifier le potentiel de bénéfice d un investissement. Des réformes du droit peuvent même rendre illégal un investissement qui était jusqu alors autorisé. La modification de matières connexes, comme la taxation, peut également se produire et avoir un impact important sur la rentabilité. Un tel risque est imprévisible et peut dépendre de nombreux facteurs politiques, économiques et autres. Par conséquent, ce risque est plus élevé sur les marchés émergents, mais il est présent partout. Sur les marchés émergents, les pratiques commerciales et industrielles, les bourses et les marchés hors cote sont généralement moins contrôlés et réglementés par le gouvernement. Les lois et les réglementations régissant les investissements dans des valeurs mobilières sont parfois inexistantes dans certaines régions et, là où elles existent, elles peuvent être appliquées ou interprétées de manière incohérente ou arbitraire et être modifiées avec effet rétroactif. L indépendance des systèmes judiciaires et leur immunité contre les influences économiques, politiques ou nationalistes restent de grandes inconnues dans beaucoup de pays. Dans de nombreux pays, les juges et les tribunaux sont généralement inexpérimentés en matière de droit commercial et des sociétés. Les sociétés sont exposées au risque de voir le pouvoir législatif réviser la loi uniquement en réaction à la pression économique ou politique ou au mécontentement populaire. Rien ne garantit qu un investisseur étranger bénéficierait d un recours satisfaisant devant des tribunaux locaux en cas d infraction aux lois ou aux réglementations locales ou de litige concernant la propriété des actifs. Un investisseur peut également éprouver des difficultés à introduire un recours en justice ou à obtenir et appliquer des jugements par des tribunaux étrangers. J. Risque opérationnel Le risque opérationnel, comme des pannes ou des dysfonctionnements dans des systèmes et de contrôles essentiels, y compris des systèmes informatiques, peut avoir un impact sur tous les produits financiers mais, en particulier, sur les détenteurs d actions, qui correspondent à une partie de la propriété de la société. Le risque commercial, notamment le risque que l entreprise soit gérée de façon incompétente ou insatisfaisante, peut aussi avoir une influence. Les changements au sein du personnel et de l organisation peuvent avoir un effet très important sur ces risques et, en général, le risque opérationnel peut ne pas être visible en dehors de l organisation. 17

18 18

19

20 CL 07065/01

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS Ce document ne prétend pas décrire tous les risques inhérents aux investissements en instruments financiers. Il a plutôt pour

Plus en détail

S informer sur. Les obligations

S informer sur. Les obligations S informer sur Les obligations Octobre 2012 Autorité des marchés financiers Les obligations Sommaire Qu est-ce qu une obligation? 03 Quel est le rendement? 04 Quels sont les risques? 05 Quels sont les

Plus en détail

Matière : Comptabilité des sociétés Pr. EJBARI Abdelbar LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL

Matière : Comptabilité des sociétés Pr. EJBARI Abdelbar LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL Matière : Comptabilité des sociétés Pr. EJBARI Abdelbar LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL Introduction Au cours de son existence, une société peut être amenée à effectuer différentes opérations sur son capital

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les positions vendeuses sur les options, ou vente d options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document

Plus en détail

Note informative aux clients de la BANQUE RAIFFEISEN et des CAISSES RAIFFEISEN affiliées en relation avec les produits financiers offerts

Note informative aux clients de la BANQUE RAIFFEISEN et des CAISSES RAIFFEISEN affiliées en relation avec les produits financiers offerts Note informative aux clients de la BANQUE RAIFFEISEN et des CAISSES RAIFFEISEN affiliées en relation avec les produits financiers offerts Cher client, chère cliente, La BANQUE RAIFFEISEN tient à vous informer

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Descriptif du programme de rachat d actions autorisé par l assemblée générale mixte du 28 juin 2013

Descriptif du programme de rachat d actions autorisé par l assemblée générale mixte du 28 juin 2013 Altran 96 avenue Charles de Gaulle 92200 Neuilly-sur-Seine - France Tél. : 0033 1 46 41 70 00 Fax : 0033 1 46 41 72 11 www.altran.com Descriptif du programme de rachat d actions autorisé par l assemblée

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés.

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. I] Les intermédiaires Les intermédiaires sont des personnes physiques ou morales qui interviennent

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou ultérieurement.

La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou ultérieurement. Umbruch franz. 30.8.2006 16:06 Uhr Seite 183 Instruments financiers dérivés La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

ING (L) Invest European Equity

ING (L) Invest European Equity PROSPECTUS SIMPLIFIÉ LUXEMBOURG - AVRIL 8 ING (L) INVEST Introduction Ce compartiment a été lancé par l apport de l avoir social du compartiment «European Equity» (lancé le 17 octobre 1997) de la SICAV

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les obligations Ce document pédagogique ne constitue pas une incitation à investir et n est pas un conseil en investissement. Le Client qui souhaite un conseil en investissement avant

Plus en détail

Fonds d investissement Aston Hill

Fonds d investissement Aston Hill Aucune autorité en valeurs mobilières ne s est prononcée sur la qualité de ces titres et toute personne qui donne à entendre le contraire commet une infraction. Fonds d investissement Aston Hill MODIFICATION

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Contrôle de l'information et des marchés financiers Annexe II : modèle d addendum belge au prospectus Addendum belge au prospectus d émission Date Dénomination de l OPCVM Forme juridique de l OPCVM (société

Plus en détail

Investir de manière équilibrée? Trouvez le bon équilibre entre rendement et risque, sans devoir vous en préoccuper.

Investir de manière équilibrée? Trouvez le bon équilibre entre rendement et risque, sans devoir vous en préoccuper. Investir de manière équilibrée? Trouvez le bon équilibre entre rendement et risque, sans devoir vous en préoccuper. Vous recherchez à la fois le rendement et la sécurité pour vos investissements, sans

Plus en détail

AGF OCTOPLUS 3. Caractéristiques financières

AGF OCTOPLUS 3. Caractéristiques financières Code Isin : FR0010056556 NOTICE D'INFORMATION AGF OCTOPLUS 3 FONDS A FORMULE AVERTISSEMENT Le FCP AGF OCTOPLUS 3 est construit dans la perspective d un investissement sur la durée totale de la formule,

Plus en détail

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure CHOIX DE PLACEMENTS Service Education des Epargnants Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières CDVM http://www.cdvm.gov.ma/espace-epargnants But de la brochure Le but de la présente brochure est de

Plus en détail

Certificats BONUS CAPPÉS

Certificats BONUS CAPPÉS Certificats BONUS CAPPÉS Investissez différemment sur les actions, les indices et les matières premières! Produits non garantis en capital, non éligibles au PEA www.produitsdebourse.bnpparibas.com Les

Plus en détail

S informer sur. Les SCPI. la «pierre papier»

S informer sur. Les SCPI. la «pierre papier» S informer sur Les SCPI la «pierre papier» Janvier 2014 Autorité des marchés financiers Les SCPI / la «pierre papier» Sommaire Les particularités d un placement en SCPI 03 Les différentes catégories de

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

ADDENDUM BELGE AU PROSPECTUS D EMISSION SAINT-HONORE EUROPE SYNERGIE Fonds Commun de Placement de droit français conforme à la Directive 85/611/CEE 47, rue du Faubourg Saint-Honoré, 75401 Paris, France

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

FIT FUND BOND SICAV autogérée à compartiments multiples de droit luxembourgeois

FIT FUND BOND SICAV autogérée à compartiments multiples de droit luxembourgeois FIT FUND BOND SICAV autogérée à compartiments multiples de droit luxembourgeois PROSPECTUS SIMPLIFIE COMPARTIMENT FIT FUND BOND Décembre 2011 Le 10 janvier 2012 FIT FUND BOND PRESENTATION DE LA SICAV Date

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

FINANCIÈRE CENTURIA LUXEMBOURG S.A.

FINANCIÈRE CENTURIA LUXEMBOURG S.A. FINANCIÈRE CENTURIA LUXEMBOURG S.A. L évolution du cadre législatif de la SICAR Sommaire : Préambule I) La raison sociale II) III) IV) La notion d investisseur averti La séparation du patrimoine de la

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

ADDENDUM BELGE AU PROSPECTUS D EMISSION

ADDENDUM BELGE AU PROSPECTUS D EMISSION ADDENDUM BELGE AU PROSPECTUS D EMISSION ADDENDUM DE JANVIER 2011 INVESCO TAIGA Société d'investissement à Capital Variable de droit français conforme à la Directive 85/611/CEE Rue de Londres, 16/18 75009

Plus en détail

Personal Financial Services Fonds de placement

Personal Financial Services Fonds de placement Personal Financial Services Fonds de placement Un investissement dans des fonds de placement, c est la promesse de rendements attractifs pour un risque contrôlé. Informez-vous ici sur le fonctionnement

Plus en détail

Schéma F Description de la valeur pour options standard 1 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX RELATIFS AUX ÉMETTEURS OU AUX DONNEURS DE SÛRETÉS...

Schéma F Description de la valeur pour options standard 1 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX RELATIFS AUX ÉMETTEURS OU AUX DONNEURS DE SÛRETÉS... Table des matières Schéma F Description de la valeur pour options standard Table des matières Schéma F Description de la valeur pour options standard 1 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX RELATIFS AUX ÉMETTEURS OU

Plus en détail

Descriptif du programme de rachat d actions Autorisé par l assemblée générale ordinaire et extraordinaire du 13 juin 2014

Descriptif du programme de rachat d actions Autorisé par l assemblée générale ordinaire et extraordinaire du 13 juin 2014 Altran 96 avenue Charles de Gaulle 92200 Neuilly-sur-Seine - France Tél. : 0033 1 46 41 70 00 Fax : 0033 1 46 41 72 11 www.altran.com Descriptif du programme de rachat d actions Autorisé par l assemblée

Plus en détail

Prospectus simplifié

Prospectus simplifié Octobre 2006 Prospectus simplifié Robeco Capital Growth Funds - Robeco Health Care Equities Présentation succincte Politique et objectif d investissement Profil de risque du Sous- Fonds Ce prospectus simplifié

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

S C P I. Société Civile de Placement Immobilier VOISIN SAS

S C P I. Société Civile de Placement Immobilier VOISIN SAS Société de gestion de portefeuille, agrément Autorité des Marchés Financiers (AMF) N GP.14000026 en date du 22 juillet 2014, 15 Place Grangier, 21000 DIJON, 03 80 30 20 40, au capital de 349 400, RCS DIJON

Plus en détail

Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné «Emprunt Subordonné UBCI 2015» Sans recours à l Appel Public à l Epargne

Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné «Emprunt Subordonné UBCI 2015» Sans recours à l Appel Public à l Epargne Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné UNION BANCAIRE POUR LE COMMERCE ET L INDUSTRIE Société Anonyme au capital de 100.007.645 Dinars Siège Social : 139, Avenue de la Liberté, 1002-Tunis Registre

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 21 MARS 2012 --------------------------------- TEXTE DE RESOLUTIONS

ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 21 MARS 2012 --------------------------------- TEXTE DE RESOLUTIONS Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 467 226 960 euros RCS PARIS n 493 455 042 Siège social : 50, avenue Pierre Mendès France 75201 PARIS Cedex 13 ASSEMBLEE GENERALE MIXTE

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

CAC Rendement. Le produit est soumis au risque de défaut de Morgan Stanley BV

CAC Rendement. Le produit est soumis au risque de défaut de Morgan Stanley BV CAC Rendement Titres de créance1 présentant un risque de perte en capital Produit de placement, alternative à un investissement dynamique risqué de type actions Durée d investissement conseillée : 7 ans

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés par Newedge Group S.A. pour le compte d un client «le Client». Le Client est informé qu il existe

Plus en détail

Fiche d informations financières sur l assurance-vie de la branche 23

Fiche d informations financières sur l assurance-vie de la branche 23 Fiche d informations financières sur l assurance-vie de la branche 23 Securex Life Select One 1 Type d assurance-vie Assurance-vie dont le rendement est lié au fonds d investissement de la branche 23 «Securex

Plus en détail

HAPPY LIFE. Règlement de gestion du fonds d investissement interne happy life AB Global Strategy 60/40

HAPPY LIFE. Règlement de gestion du fonds d investissement interne happy life AB Global Strategy 60/40 1/8 DESCRIPTION Le fonds d investissement interne happy life AB Global (voir l annexe 1) est géré par AXA Belgium, appelée ci-après la compagnie d assurance, dans l intérêt exclusif des souscripteurs et

Plus en détail

HERMÈS INTERNATIONAL

HERMÈS INTERNATIONAL HERMÈS INTERNATIONAL Descriptif du Programme de rachat d actions autorisé par l Assemblée Générale des actionnaires du 4 juin 2013 Le présent descriptif a été établi conformément aux articles 241-1 et

Plus en détail

CHAPITRE II : L UQAC 2.7 : FONDS DE DÉVELOPPEMENT PAGE : 1 CHAPITRE : II SECTION : 2.7 POLITIQUE DE PLACEMENT 1- VUE D ENSEMBLE

CHAPITRE II : L UQAC 2.7 : FONDS DE DÉVELOPPEMENT PAGE : 1 CHAPITRE : II SECTION : 2.7 POLITIQUE DE PLACEMENT 1- VUE D ENSEMBLE CHAPITRE II : L UQAC SECTION 2.7 : FONDS DE DÉVELOPPEMENT POLITIQUE DE PLACEMENT PAGE : 1 CHAPITRE : II SECTION : 2.7 Adoptée : CAD-9433 (15 06 10) Modifiée : CAD-10147 (05 02 13) CAD-10377 (10 12 13)

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

BIL Harmony Une approche innovante en gestion discrétionnaire

BIL Harmony Une approche innovante en gestion discrétionnaire _ FR PRIVATE BANKING BIL Harmony Une approche innovante en gestion discrétionnaire Nous avons les mêmes intérêts. Les vôtres. Private Banking BIL Harmony BIL Harmony est destiné aux investisseurs désirant

Plus en détail

Reverse Convertibles

Reverse Convertibles Reverse Convertibles Le prospectus d émission du titre de créance complexe a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand, en date du 24 Novembre 2010. Ce document à caractère promotionnel est établi

Plus en détail

MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS SOCIÉTÉ PAR ACTIONS FÉDÉRALE

MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS SOCIÉTÉ PAR ACTIONS FÉDÉRALE MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS SOCIÉTÉ PAR ACTIONS FÉDÉRALE 1- ACTIONS ORDINAIRES Un nombre illimité d actions ordinaires, sujettes aux droits, privilèges, conditions et restrictions suivants. A- Droit de vote

Plus en détail

PAIEMENT DU DIVIDENDE 2014 OPTION POUR LE PAIEMENT EN ACTIONS DANONE. 1. Qu est-ce que le paiement du dividende en actions?

PAIEMENT DU DIVIDENDE 2014 OPTION POUR LE PAIEMENT EN ACTIONS DANONE. 1. Qu est-ce que le paiement du dividende en actions? QUESTIONS-REPONSES PAIEMENT DU DIVIDENDE 2014 OPTION POUR LE PAIEMENT EN ACTIONS DANONE 1. Qu est-ce que le paiement du dividende en actions? Le dividende peut être payé sous plusieurs formes : la plus

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCEDURES D EVALUATION DES FONDS D INVESTISSEMENT ALTERNATIFS

POLITIQUE ET PROCEDURES D EVALUATION DES FONDS D INVESTISSEMENT ALTERNATIFS POLITIQUE ET PROCEDURES D EVALUATION DES FONDS D INVESTISSEMENT ALTERNATIFS Novembre 2015 SOMMAIRE I. GOUVERNANCE... 3 1.1 Rôles et responsabilités des personnes concernées... 3 1.2 Indépendance de la

Plus en détail

Les certificats Leverage et Short

Les certificats Leverage et Short Les certificats Leverage et Short Produits présentant des risques de perte en capital Le prospectus d'émission des certificats Leverage et Short a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand. Les titres

Plus en détail

annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte.

annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte. annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte. Architas (SA) EUROPEAN EQUITY FUND Présentation succincte Dénomination

Plus en détail

Bonus Cappés et Reverse Bonus Cappés

Bonus Cappés et Reverse Bonus Cappés Bonus Cappés et Reverse Bonus Cappés Le prospectus d émission des certificats Bonus a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand, en date du 9 octobre 2009. Ce document à caractère promotionnel est

Plus en détail

Développer un crédit plus responsable

Développer un crédit plus responsable Les principales mesures de la loi Lagarde: une synthèse Objectifs Objet Les mesures Développer un crédit plus responsable Les Cartes de crédit Encadrement de la publicité Mieux encadrer le crédit renouvelable

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

Option de souscription en dollars américains

Option de souscription en dollars américains Option de souscription en dollars américains Qu il s agisse de fonds d actions canadiennes, américaines ou étrangères, de fonds de titres à revenu ou de fonds équilibrés, Fonds communs Manuvie est heureuse

Plus en détail

db Inflation Protect Coupon Plus besoin d un bocal pour protéger votre argent

db Inflation Protect Coupon Plus besoin d un bocal pour protéger votre argent db Inflation Protect Coupon Plus besoin d un bocal pour protéger votre argent De manière générale, on cherche toujours à se protéger au mieux et à prêter une attention particulière à ce qui nous est cher.

Plus en détail

Obligations des courtiers membres qui vendent des fonds négociés en bourse à effet de levier et à rendement inverse

Obligations des courtiers membres qui vendent des fonds négociés en bourse à effet de levier et à rendement inverse Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Formation Personne-ressource : Carmen Crépin Vice-présidente

Plus en détail

FCP METROPOLE Euro A (ISIN : FR0007078753) Cet OPCVM est géré par METROPOLE GESTION

FCP METROPOLE Euro A (ISIN : FR0007078753) Cet OPCVM est géré par METROPOLE GESTION Informations clés pour l investisseur Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de ce fonds. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F RBC Marchés des Juin 2014 TITRES LIÉS À DES TITRES D EMPRUNT I SOLUTIONS DE PLACEMENT GLOBALES RBC Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F Durée

Plus en détail

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013 1 Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires Jeudi 6 juin 2013 2 L assemblée nationale a voté dans la nuit du 5 au 6 juin 2013 en seconde lecture le projet de loi

Plus en détail

REGLEMENT DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT TITRE I - ACTIFS ET PARTS

REGLEMENT DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT TITRE I - ACTIFS ET PARTS REGLEMENT DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT TITRE I - ACTIFS ET PARTS ARTICLE 1 - PARTS DE COPROPRIETE Les droits des copropriétaires sont exprimés en parts, chaque part correspondant à une même fraction de

Plus en détail

Société de gestion. Filiale à 100 % du groupe Crédit Mutuel CIC

Société de gestion. Filiale à 100 % du groupe Crédit Mutuel CIC SCPI 1 Société de gestion Filiale à 100 % du groupe Crédit Mutuel CIC Le Groupe Crédit Mutuel CIC au 31/12/2012 Fonds propres 37 milliards Nombre d agences 5 961 Nombre de clients 30 millions Notations

Plus en détail

Pacte d actionnaires

Pacte d actionnaires Pacte d actionnaires Contrôler, organiser son actionnariat, intéresser ses collaborateurs au capital, comment faire ou ne pas faire? Ateliers Investsud Cedric Guyot - 20 mars 2015 - Introduction Objectif

Plus en détail

Introduction aux fonds de placement

Introduction aux fonds de placement Introduction aux fonds de placement Christian Carron CEO, Gérifonds S.A. 20.12.2013 Table des matières (1) Introduction aux fonds de placement suisses définition selon la loi (LPCC) conséquence de la définition

Plus en détail

Chap. 9 : L affectation du résultat

Chap. 9 : L affectation du résultat 1 / 9 Chap. 9 : L affectation du résultat L affectation du résultat de l exercice N est une opération de l exercice suivant N+1. Les bénéfices peuvent être maintenus dans l entreprise (mis en réserves)

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL GENERAL DU 21 DECEMBRE 2012 BP 2013 COMMISSION DES FINANCES ET DU PARC DU FUTUROSCOPE Direction Générale Adjointe Fonctionnelle Direction Générale Adjointe

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Asia Pacific Performance

Asia Pacific Performance Informations clés pour l investisseur 30 octobre 2013 Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de ce fonds. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

REGLEMENT FONDS COMMUN DE PLACEMENT PIMENTO 5 TITRE 1 - ACTIF ET PARTS

REGLEMENT FONDS COMMUN DE PLACEMENT PIMENTO 5 TITRE 1 - ACTIF ET PARTS REGLEMENT FONDS COMMUN DE PLACEMENT PIMENTO 5 TITRE 1 - ACTIF ET PARTS Article 1 - Parts de copropriété Les droits des copropriétaires sont exprimés en parts, chaque part correspondant à une même fraction

Plus en détail

Instruction complémentaire 81-104 Fonds marché à terme

Instruction complémentaire 81-104 Fonds marché à terme Instruction complémentaire 81-104 Fonds marché à terme PARTIE 1 OBJET ET CONTEXTE 1.1 Objet 1.2 Champ d application de la norme 1.3 Contexte d élaboration de la norme 1.4 Principes de réglementation des

Plus en détail

HERMÈS INTERNATIONAL

HERMÈS INTERNATIONAL HERMÈS INTERNATIONAL Descriptif du Programme de rachat d actions autorisé par l Assemblée Générale des actionnaires du 3 juin 2014 Le présent descriptif a été établi conformément aux articles 241-1 et

Plus en détail

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012 Société anonyme avec Conseil d Administration Au capital social de 7 097 879 Siège social : 155 avenue de la Rochelle, 79000 Niort B 025 580 143 RCS Niort RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

S informer sur. La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier

S informer sur. La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier S informer sur La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier Octobre 2011 Autorité des marchés financiers La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire

Plus en détail

Mars 2014 BROCHURE! Epargne Booster 8,4% DELL, US STEEL, RALLYE Nom technique : FTD USD Mai 2014

Mars 2014 BROCHURE! Epargne Booster 8,4% DELL, US STEEL, RALLYE Nom technique : FTD USD Mai 2014 Mars 2014 BROCHURE! Epargne Booster 8,4% DELL, US STEEL, RALLYE Nom technique : FTD USD Mai 2014 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 Comprendre les Credit Linked Notes ou Obligations Synthétiques Vous souhaitez

Plus en détail

2011 / 3 Directives concernant les placements fiduciaires

2011 / 3 Directives concernant les placements fiduciaires 2011 / 3 Directives concernant les placements fiduciaires Préambule Les présentes directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir

Plus en détail

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE Janvier 2013 99-36 (13-01) 1 DÉFINITIONS Dans le présent Régime et les formulaires qui

Plus en détail

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION L évaluation d une obligation FICHE 2 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION Une obligation est un titre de créances négociables représentatif d une fraction d un emprunt émis par l État ou par une entreprise.

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

HERMÈS. Descriptif du Programme de rachat d actions autorisé par l Assemblée Générale des actionnaires du 29 mai 2012

HERMÈS. Descriptif du Programme de rachat d actions autorisé par l Assemblée Générale des actionnaires du 29 mai 2012 HERMÈS INTERNATIONAL Descriptif du Programme de rachat d actions autorisé par l Assemblée Générale des actionnaires du 29 mai 2012 Le présent descriptif a été établi conformément aux articles 241-1 à 242-7

Plus en détail

Tarifs des principales opérations sur titres

Tarifs des principales opérations sur titres Deutsche Bank Tarifs des principales opérations sur titres Tarifs d application à partir du 01/07/2015 06764 Cette brochure livre un aperçu des tarifs d application pour les opérations les plus courantes

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

INFORMATIONS CONCERNANT LE CAPITAL

INFORMATIONS CONCERNANT LE CAPITAL INFORMATIONS CONCERNANT LE CAPITAL Les conditions auxquelles les statuts soumettent les modifications du capital social et des droits attachés aux actions sont en tous points conformes aux prescriptions

Plus en détail

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002 États financiers consolidés aux 2003 et 2002 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS 3 COMPTE DES CONTRATS AVEC PARTICIPATION CONSOLIDÉ 4 BÉNÉFICES NON RÉPARTIS CONSOLIDÉS DES ACTIONNAIRES

Plus en détail

Clé de répartition entre les fonds: possible

Clé de répartition entre les fonds: possible ING Life Fund 1 Type d assurance vie Assurance vie dont le rendement est lié à des fonds d investissement (branche 23). Garanties En cas de vie de l assuré: comme il s agit d un contrat d assurance vie

Plus en détail

CHAPITRE 17. Opérations relatives aux titres. - Les bourses sont des marchés qui fonctionnent dans le cadre du jeu de l offre et de la demande.

CHAPITRE 17. Opérations relatives aux titres. - Les bourses sont des marchés qui fonctionnent dans le cadre du jeu de l offre et de la demande. CHAPITRE 17 Opérations relatives aux titres - Les bourses sont des marchés qui fonctionnent dans le cadre du jeu de l offre et de la demande. - Il y a par ex: o Bourses des valeurs pour le commerce des

Plus en détail

Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné «Emprunt Subordonné BIAT 2014» sans recours à l Appel Public à l Epargne

Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné «Emprunt Subordonné BIAT 2014» sans recours à l Appel Public à l Epargne Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE Société Anonyme au capital de 170.000.000 Dinars Siège Social : 70-72, Avenue Habib Bourguiba - Tunis Registre du Commerce

Plus en détail

Le coût du capital C H A P I T R E

Le coût du capital C H A P I T R E JOB : mp DIV : 10571 ch04 p. 1 folio : 103 --- 29/8/07 --- 11H4 [ Le coût du capital q Le coût du capital est une notion fondamentale pour les entreprises en matière de politique financière car il est

Plus en détail

Global Ecologic Performance

Global Ecologic Performance Invest Managers «Faites de vos convictions, un choix d investissement» Présente la NOTICE SIMPLIFIEE de son nouveau FCP : Global Ecologic Performance Conforme aux normes européennes. 1 PARTIE A STATUTAIRE

Plus en détail

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, des informations sur la politique d exécution des ordres sur instruments

Plus en détail

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Principaux textes de référence : La politique de classement des clients mise en place au sein de HMG Finance s appuie sur les articles L533-16, L533-20, D533-11 et D533-12

Plus en détail

BELFIUS INVEST BELGIAN ECONOMY

BELFIUS INVEST BELGIAN ECONOMY BELFIUS INVEST BELGIAN ECONOMY Règlement de gestion du fonds interne d assurance Belfius Invest BELGIAN ECONOMY Plus Dans ce règlement, les termes ci-dessous s entendent au sens indiqué : La Compagnie

Plus en détail