Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002"

Transcription

1 Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002 Pré-Requis : Enseignement de séméiologie Index : Pseudopolyarthrite rhizomélique (PPR), Polymialgia rheumatica, Maladie de Horton, Syndrome inflammatoire, Douleur des ceintures 1. Définition Le terme de pseudopolyarthrite rhizomélique ou polymialgia rheumatica est utilisé pour désigner un syndrome clinique d étiologie inconnue caractérisé par une impotence fonctionnelle douloureuse des ceintures de nature inflammatoire. 2. Epidémiologie En l absence de critère de classification universellement accepté, il existe peu d études épidémiologiques. La prévalence aux Etats Unis est estimée à 0,5 % des personnes âgées de plus de 50 ans. L incidence annuelle est estimée entre 20 et 65/ h de plus de 50 ans. Des taux d incidence annuelle plus élevés (400 cas/ h de plus de 65 ans) ont été rapportés par des études anglaises à partir de questionnaires. La pseudopolyarthrite rhizomélique est rare avant 50 ans. L incidence augmente avec l âge et la maladie est plus fréquente chez la femme que chez l homme. L incidence est plus élevée en Europe du Nord que dans les pays méditerranéens. Comme pour la maladie de Horton, l HLA DR4 est associé à la PPR. L implication de facteurs d environnement est suggérée mais aucun agent infectieux n a été retrouvé à l origine d une PPR 3. Présentation clinique Par définition la PPR est une impotence fonctionnelle douloureuse des ceintures. Les douleurs sont le plus souvent bilatérales, atteignant les épaules (95 % des cas), les bras, le cou, les cuisses (50 à 70 % des cas). Il s agit essentiellement de douleurs matinales, le patient peut être réveillé en fin de nuit mais est en général amélioré spontanément en quelques heures (dérouillage matinal). Le début est souvent brutal ou au moins rapide et si la douleur est initialement unilatérale, elle devient rapidement bilatérale. Des douleurs périphériques liées à des arthrites ou des tenosynovites peuvent être observées dans 15 à 20 % des cas. La symptomatologie douloureuse peut s accompagner de signes généraux (fièvre, anorexie, amaigrissement). 1/6

2 A l examen clinique il existe un contraste entre l importance des symptômes décrits par le patient et l absence de signes objectifs. Il existe fréquemment une douleur à la palpation des reliefs musculaires. La force musculaire est conservée mais le caractère douloureux peut conduire à une sous utilisation. Un œdème périphérique peut être observé. Un syndrome inflammatoire biologique est présent dans la majorité des cas. La VS est > 40 mm à la première heure dans 80 % des cas. Une anémie inflammatoire modérée, une thrombocytose, une hyperleucocytose, une élévation des phosphatases alcalines sont de constatation fréquente. Les patients avec VS normale ont le plus souvent une CRP augmentée. Une synovite des articulations proximales et une atteinte inflammatoire des structures périarticulaires pourraient être le substratum des douleurs musculo-squelettiques. Pour certains auteurs une vascularite serait responsable de la symptomatologie mais aucune étude ne conforte cette hypothèse. 4. Diagnostic Par définition la pseudopolyarthrite rhizomélique est un syndrome clinique d étiologie inconnue et pour donner plus d homogéneité aux études cliniques, différents critères de classification diagnostique ont été proposés. Les critères les plus souvent utilisés font référence aux travaux de Bird, de Jones et Hazleman, de Hunder, de Healey. Les premiers critères diagnostiques ont été proposés par Bird qui en comparant sur des données rétrospectives 146 patients ayant une PPR diagnostiquée de façon consensuelle par des experts à 253 patients pouvant avoir un état pathologique prêtant à confusion, a dégagé 7 critères discriminants : douleurs bilatérales des épaules et/ou un enraidissement, installation de la symptomatologie en moins de 2 semaines, VS supérieure à 40 à la première heure, enraidissement matinal supérieur à 1 h, âge supérieur ou égal à 65 ans, dépression et/ou un amaigrissement et sensibilité bilatérale des membres supérieurs. Pour Bird la présence de 3 de ces critères rend le diagnostic probable avec une sensibilité de 92 % et une spécificité de 80 % en prenant pour référence l opinion consensuelle mais ces critères ont une sensibilité et une spécificité moins bonne sur d autres cohortes. La réponse aux corticoïdes était délibérément exclue des critères alors que cette réponse est actuellement volontiers acceptée comme élément diagnostic. Trois autres ensembles de critères de classification diagnostique sont fréquemment cités dans la littérature. Jones et Hazleman retiennent les douleurs des épaules et de la ceinture pelvienne sans atteinte de la force musculaire, la raideur matinale, la durée supérieure à 2 mois sans traitement, la VS supérieure à 30 ou la CRP supérieure à 6 mg/l, l absence d atteinte rhumatoïde ou inflammatoire ou de cancer, l absence de signes objectifs de maladie musculaire et la réponse rapide et totale aux corticoïdes. 2/6

3 Hunter retient l âge supérieur à 50 ans, l absence de facteur rhumatoïde et un test d anticorps antinucléaires négatif et au moins 3 des signes suivants : douleur du cou et des épaules ou de la ceinture pelvienne, raideur matinale supérieure à 1 h, VS élevée. Healey reprend les critères de Hunter et y ajoute la réponse rapide à 20 mg de Prédnisone. Bien que la PPR ne soit qu un syndrome clinique pouvant constituer une présentation clinique commune de différentes pathologies et qu il n y ait pas de consensus sur les critères d exclusion du diagnostic, il est le plus souvent admis que cette étiquette doit être réservée aux patients ayant une PPR idiopathique et que les autres diagnostics sont des diagnostics différentiels, le statut de la maladie de Horton (M.H.) étant cependant particulier. Il existe des liens étroits entre la PPR et la M.H. au point que de nombreux auteurs considèrent que la PPR est une expression symptomatique du processus de vascularite qui caractérise la M.H. o Bien que la PPR soit plus fréquente que la M.H., les similitudes épidémiologiques sont nombreuses et il existe des familles dans lesquelles sont rapportées à la fois des PPR et des M.H. o 40 à 60 % des patients présentant une M.H. ont des critères diagnostiques de PPR, les signes musculo-squelettiques de PPR pouvant survenir avant, simultanément ou après les symptômes de la M.H. o 10 à 20 % des patients présentant une PPR sans signes céphaliques ont des biopsies positives. o Si une grande majorité des patients présentant une PPR sans signes céphaliques ont des biopsies d artère temporale négatives, Weyand a retrouvé en l absence de signes histologiques de vascularite en microscopie optique une surexpression de l ARm, de l IL2 et des autres cytokines provenant des macrophages et de cellules T à l exception de l IFN-. Malgré ces similitudes, il n est pas sans importance de distinguer les patients qui ont une PPR pouvant être traitée par faible dose de corticoïdes sans risque de voir survenir des complications de M.H., de ceux qui ont une probabilité plus élevée de complications oculaires. L existence de manifestations céphaliques est l élément le plus discriminant, la biopsie d artère temporale ne s imposant pas en leur absence. Les polyarthrites rhumatoïdes (P.R.) du sujet âgé peuvent avoir un début brutal avec une atteinte rhizomélique. Celle-ci est cependant rarement isolée et l on constate habituellement des arthrites périphériques notamment distales aux mains (métacarpophalangiennes, interphalangiennes proximales) avec amyotrophie rapide des interosseux. L existence d érosion débutante est un excellent signe en faveur d une PR ainsi que la présence d un facteur rhumatoïde ou d anticorps anti-kératine, mais ces éléments sont souvent d apparition retardée par rapport aux premiers signes cliniques et il est parfois nécessaire d attendre plusieurs mois pour préciser ou rectifier un diagnostic et 9 à 15 % des patients répondant initialement aux critères diagnostiques de PPR peuvent présenter des critères diagnostiques de PR en cours d évolution. Le syndrome de Mac Carty ou polyarthrite aiguë bénigne oedémateuse du sujet âgé ou RS3PE (Remiting Symetrical Seronegative Synovitis With Pitting Oedema) est considéré comme une synovite bénigne qui comme la PPR concerne les sujets âgés, répond de façon spectaculaire à de faibles doses de Cortisone et n est pas responsable 3/6

4 de destructions articulaires. Une atteinte proximale a été décrite chez des patients présentant une symptomatologie de RS3 PE et un œdème des extrêmités chez 8 % des malades présentant une PPR et dans certains cas ces deux syndromes pourraient être des manifestations différentes de la même synovite bénigne. Un tableau de PPR peut s observer en association avec des tumeurs hématologiques ou des tumeurs solides. Il peut s agir de cancers disséminés avec métastases osseuses et articulaires. Plus rarement la PPR est de type paranéoplasique. Le diagnostic de PPR peut précéder le diagnostic de cancer de 1 à 3 mois. Il existe fréquemment des atypies dans la présentation clinique qui peuvent concerner l âge, l atteinte d un seul site, l asymétrie de la symptomatologie, l amélioration partielle ou retardée sous corticoïdes. 27 % des patients présentant une EI ont des symptômes musculo-squelettiques et certains peuvent être victimes d une erreur diagnostique. Les myalgies d une polymyosite ou les arthromyalgies d un LEAD, d une autre connectivite, ou d une vascularite peuvent être confondues avec une PPR d autant plus qu elles peuvent répondre à une faible dose de corticoïdes. Cependant il n existe habituellement pas dans la PPR de faiblesse musculaire, les enzymes musculaires et les études électromyographiques sont normales. Une myopathie hypothyroïdienne peut être confondue avec une PPR. Une amyloïdose primaire systémique peut comporter une symptomatologie de PPR. Si un patient porteur d une gammapathie monoclonale ne répond pas à une corticothérapie, un prélèvement d artère temporale avec recherche d amylose doit être pratiquée. Une fibromyalgie peut être responsable d algies rhizoméliques associées à des douleurs plus diffuses. Les caractéristiques cliniques associées aux syndromes somatiques fonctionnels et l évolution dans le temps permettront de résoudre les problèmes les plus difficiles. Malgré un diagnostic différentiel parfois difficile, les investigations paracliniques doivent être initialement limitées et la prescription de corticoïdes à faible dose s inscrit dans la démarche diagnostique. La pratique en cas de doute clinique d hémocultures et d une échographie cardiaque permettra de ne pas prescrire de corticoïdes à un malade présentant une endocardite infectieuse. La normalité des examens immunologiques (facteurs rhumatoïdes, anticorps antinucléaires, anticorps anticytoplasme de polynucléaires neutrophiles, anticorps antikératines), des enzymes musculaires (CPK, LDH, aldolases), de l électrophorèse des protéines plasmatiques et éventuellement urinaires, de la TSH conforte le diagnostic. En l absence d amélioration sous 15 mg/j de corticoïdes après une semaine de traitement, le diagnostic de PPR doit être remis en question. 4/6

5 5. Histoire naturelle Evolution sous traitement Non traitée par corticoïdes, la symptomatologie peut se prolonger pendant des mois. Dans les formes mineures les traitements antalgiques et les traitements par anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent soulager partiellement les patients et une guérison spontanée peut survenir. Cependant en raison des rapports étroits entre PPR et M.H., l histoire naturelle de la PPR peut rejoindre celle de la M.H. La disparition des symptômes en 24 à 48 H sous faible dose de corticoïdes (10 à 20 mg) est caractéristique et est utilisée comme critère diagnostique. Dans un sous-groupe de malades, la réponse aux faibles doses de corticoïdes n est que partielle et il est nécessaire d augmenter les doses. Le risque de survenue d une maladie de Horton dans ce groupe de patients est plus importante. Dans le groupe à réponse précoce et complète aux corticoïdes, certains auront une maladie de durée brève avec un sevrage possible en moins d un an et un excellent pronostic à long terme. D autres auront une évolution plus longue avec possibilité de reprises évolutives lors de la diminution des doses. Des récidives peuvent survenir plusieurs années après une guérison apparente. La morbidité liée à la corticothérapie n est pas négligeable. L âge au moment du diagnostic, une dose cumulée supérieure à 1800 mg, le fait d être une femme, augmente la fréquence des effets secondaires. Traitement La corticothérapie est le traitement de choix de la PPR. Il n existe pas d unanimité sur les modalités thérapeutiques mais les risques liés aux doses cumulées de corticoïdes doivent conduire à utiliser les doses minimales efficaces et à tenter des sevrages précoces. La dose initiale la plus fréquemment préconisée est de 15 mg/jour en une prise matinale de Prédnisone (Cortancyl ) ou d équivalent Prédnisone en l absence de signes céphaliques évocateurs d une maladie de Horton. En présence de tels signes les schémas thérapeutiques utilisés sont ceux de la maladie de Horton, que la biopsie d artère temporale soit positive ou négative. Le traitement entraîne dans la majorité des cas une disparition rapide des symptômes et une normalisation en 1 semaine de la CRP. Dans quelques cas il est nécessaire d augmenter la dose de corticoïdes à 20 ou 30 mg pour obtenir une résolution complète des symptômes. La réduction des doses est généralement débutée après 15 jours à 1 mois de traitement d attaque en l absence de symptôme et si la VS et la CRP sont normalisées. Cette réduction doit être progressive. On diminue par exemple les doses de 2,5 mg toutes les 2 semaines jusqu à 10 mg, puis de 1 mg toutes les 4 semaines jusqu à 7,5 mg ou 5 mg, dose maintenue quelques mois. Elle s effectue sous surveillance clinique et biologique (VS, CRP). 5/6

6 Les réductions de dose trop rapides ou un sevrage trop précoce peuvent conduire à une reprise des symptômes. Les données concernant la durée de la corticothérapie sont discordantes. En fait il semble qu il y ait plusieurs sous-groupes de patients. Certains ont une forme atténuée de la maladie nécessitant un traitement qui peut être inférieur à 1 an. D autres ont besoin d un traitement plus long entre 18 mois et 2 ans et certains ne peuvent pas être sevrés pendant plusieurs années. Aucun prédicteur fiable de la durée du traitement n existe. Les mesures d accompagnement de toute corticothérapie chronique doivent être mises en œuvre. En cas de contre-indication formelle aux corticoïdes, de complications graves ou de corticodépendance, les antipaludéens de synthèse ou le méthotrexate à la dose de 10 mg/semaine sont utilisés. Références : C. Salvarani, P. Macchioni, L. Boiardi. Polymialgia rheumatica. Lancet 1997 ; 350 : J.M. Ziza, P. Chazerain. Diagnostic et traitement de la pseudopolyarthrite rhizomélique. La Revue du Praticien /6

LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE

LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE I. INTRODUCTION II. DIAGNOSTIC POSITIF 1. SIGNES GENERAUX 2. SIGNES ARTICULAIRES 3. SIGNES OPHTALMOLOGIQUES SI MALADIE DE HORTON ASSOCIEE 4. SIGNES BIOLOGIQUES 5. RADIOGRAPHIES

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

Polyarthrites du sujet âgé

Polyarthrites du sujet âgé Polyarthrites du sujet âgé Classique FR+ ACCP+ PR rhizomélique ou PPR Évolution PR avec oedèmes PR bénigne FR- FR PR pseudo septique Polyarthrites du sujet âgé Le rhumatisme psoriasique est le plus tardif

Plus en détail

MALADIE DE HORTON. Pr. Magy-Bertrand Chef du Service de Médecine Interne CHU Besançon

MALADIE DE HORTON. Pr. Magy-Bertrand Chef du Service de Médecine Interne CHU Besançon MALADIE DE HORTON Pr. Magy-Bertrand Chef du Service de Médecine Interne CHU Besançon DEFINITION Artérite giganto-cellulaire Concerne les vaisseaux de moyen et gros calibre Prédomine dans le territoire

Plus en détail

ARTHRITES DU SUJET AGE

ARTHRITES DU SUJET AGE ARTHRITES DU SUJET AGE D. Wendling Rhumatologie, CHU Université de Franche-Comté Besançon Rhumatismes Inflammatoires du sujet âgé Diminution : - mobilité - autonomie - qualité de vie Diagnostic parfois

Plus en détail

Maladie de Horton et pseudopolyarthrite rhizomélique

Maladie de Horton et pseudopolyarthrite rhizomélique 18 Item 119 Maladie de Horton et pseudopolyarthrite rhizomélique Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer une maladie de Horton et une pseudopolyarthrite rhizomélique. Argumenter l'attitude

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

I. Polyarthrite rhumatoïde

I. Polyarthrite rhumatoïde I. Polyarthrite rhumatoïde Définition : - maladie systémique courante - maladie inflammatoire chronique - polyarthrite bilatérale Épidémiologie : - 1 % de la population - ratio femme/homme de 3 / 1 Etiologie

Plus en détail

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE H. DINTINGER Cabinet de rhumatologie Paixhans/ Attaché service de médecine interne et rhumatologie hôpital Legouest METZ Un message

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE

De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE Kévin, né en 1991 Pas d antécédents familiaux ni personnels Vaccins à jour Début du suivi pour maladie inflammatoire

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES

LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES 23.03.09 Dr Jacquier Orthopédie - Rhumatologie - Traumatologie I)La Polyarthrite Rhumatoïde (PR) B)Signes fonctionnels C)Signes physiques F)Radios G)Traitement LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES 1)Traitement

Plus en détail

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H. Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.U BORDEAUX Polyradiculonévrites chroniques de l enfant Neuropathies acquises Evolution

Plus en détail

Item 119 - Maladie de Horton et pseudopolyarthrite rhizomélique

Item 119 - Maladie de Horton et pseudopolyarthrite rhizomélique Item 119 - Maladie de Horton et pseudopolyarthrite rhizomélique COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières GENERAL :... 4 SPECIFIQUE

Plus en détail

Pathologie sterno costo claviculaire Démarche d imagerie

Pathologie sterno costo claviculaire Démarche d imagerie Pathologie sterno costo claviculaire Démarche d imagerie Parier j. Radier c Maussins Nollet Anatomie ligament sterno-claviculaire antérieur et postérieur Ligament costo-claviculaire ligament inter-claviculaire

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Juillet 2012 n 8 CORRECTION

Juillet 2012 n 8 CORRECTION DOSSIER DU MOIS Juillet 2012 n 8 CORRECTION ANNEE 2011/2012 CORRECTION DU DOSSIER DU MOIS DE JUILLET 2012 Question 1: (11 points) Maladie de Horton (3) Maladie potentiellement grave (1) Clinique : terrain,

Plus en détail

FIBROMYALGIE. ou ou REALITE REALITE. MYTHE MYTHE Dr Ph. Bouju CETD CH R.Ballanger. Dr Ph. Bouju CETD CH R.Ballanger. 20 mai 2006.

FIBROMYALGIE. ou ou REALITE REALITE. MYTHE MYTHE Dr Ph. Bouju CETD CH R.Ballanger. Dr Ph. Bouju CETD CH R.Ballanger. 20 mai 2006. FIBROMYALGIE ou ou MYTHE MYTHE Dr Ph. Bouju CETD CH R.Ballanger Dr Ph. Bouju CETD CH R.Ballanger 20 mai 2006 20 mai 2006 Séminaire de Médecine Générale Séminaire de Médecine Générale REALITE REALITE Un

Plus en détail

Item 121 : Polyarthrite rhumatoïde (Évaluations)

Item 121 : Polyarthrite rhumatoïde (Évaluations) Item 121 : Polyarthrite rhumatoïde (Évaluations) Date de création du document 2008-2009 CAS CLINIQUE : CAS CLINIQUE N 8 Scénario : Vous voyez en consultation pour la première fois Madame H., âgée de cinquante

Plus en détail

DOULEURS ARTICULAIRES

DOULEURS ARTICULAIRES DOULEURS ARTICULAIRES DEFINITIONS ARTHRALGIES ARTHRITES (Atteinte de la synoviale): INFECTIEUX, INFLAMMATOIRE, METABOLIQUE ARTHROSE (atteinte du cartilage) MODALITES DE L'EXAMEN CLINIQUE - Siège - Horaire

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale Malaychanh, Hué, Todisoa 1 Données générales Un garçon, 14 ans, collégien Habitant à Salakham, district Hadsayphong, capitale Vientiane Date entrée:10/

Plus en détail

Item 116 : Maladies autoimmunes

Item 116 : Maladies autoimmunes Item 116 : Maladies autoimmunes (Évaluations) Date de création du document 2008-2009 CAS CLINIQUE : CAS CLINIQUE N 10 Scénario : Monsieur J., âgé de quarante-neuf ans, se présente aux urgences pour une

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

La maladie de Horton Artérite temporale Artérite à cellules géantes

La maladie de Horton Artérite temporale Artérite à cellules géantes Artérite temporale Artérite à cellules géantes La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est

Plus en détail

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

Les diabètes «atypiques»

Les diabètes «atypiques» 6 ème Congrès de la SMGT 13 décembre 2014 Les diabètes «atypiques» Emna Haouat Endocrinologue-AHU Institut National de Nutrition Introduction et intérêt du sujet Diabètes = états d hyperglycémie chronique

Plus en détail

Cancer du sein métastatique triple négatif

Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triplenégatif Mme I., 32 ans, mariée, 1 enfant de 6 mois Nationalité italienne ATCD personnels: aucun ATCD familiaux: aucun Facteur

Plus en détail

POLYARTHRALGIES Orientations et Bilans. Pr. Martin Soubrier Service de Rhumatologie CHU Gabriel MOMPIED

POLYARTHRALGIES Orientations et Bilans. Pr. Martin Soubrier Service de Rhumatologie CHU Gabriel MOMPIED POLYARTHRALGIES Orientations et Bilans Pr. Martin Soubrier Service de Rhumatologie CHU Gabriel MOMPIED Des étiologies multiples Polysynovite distale symétrique fixe nue : polyarthrite rhumatoïde Oligoarthrite

Plus en détail

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme Situation n 2 : EN QUOI L EPIDEMIE DE CHIKUNGUNYA APPORTE T- ELLE DES CHANGEMENTS DANS NOTRE VIE QUOTIDIENNE? Séance n 1 : Le chikungunya Objectif : Prévenir le risque infectieux Tout d un coup, Adeline

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans

Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans Enoncé Douleurs des mains et des poignets chez une femme de 47 ans Madame A., 47 ans, vous consulte en raison de douleurs intéressant les mains et les poignets, évoluant depuis un peu moins de 2 mois,

Plus en détail

Rhumato-Gériatrie Besançon Pr D. Wendling

Rhumato-Gériatrie Besançon Pr D. Wendling Rhumato-Gériatrie Besançon 29.04.05 Pr D. Wendling ARTHRITES DU SUJET AGE Rhumatismes Inflammatoires du sujet âgé Diminution : - mobilité - autonomie - qualité de vie Diagnostic parfois difficile : - RI

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 22 décembre 2004 HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 Laboratoires EXPANSCIENCE

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

Boiterie chez l enfant

Boiterie chez l enfant DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2010 - PARIS Boiterie chez l enfant F FITOUSSI BOITERIE BOITERIE : Modification récente r de la démarche d liée à un phénom nomène ne douloureux IMPOTENCE:

Plus en détail

CORTICOIDES PAR VOIE GENERALE. Chef de Service de Rhumatologie, CHU Limoges Octobre 2009

CORTICOIDES PAR VOIE GENERALE. Chef de Service de Rhumatologie, CHU Limoges Octobre 2009 CORTICOIDES PAR VOIE GENERALE Chef de Service de Rhumatologie, CHU Limoges Octobre 2009 Objectifs pédagogiques : 1 ) Connaître les principales indications de la corticothérapie au long cours 2 ) Connaître

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite!

Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite! Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite! Dr. Sarah Campillo Rhumatologue pédiatrique, Hôpital de Montréal pour enfants Juvenile rheumatoid arthritis: growth retardation Savez-vous que L arthrite touche

Plus en détail

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE Il est en règle facile parce qu il s agit le plus souvent d une coxarthrose que l on reconnaît sur la radio simple. Il faut néanmoins savoir qu une douleur de hanche ne correspond pas toujours à une atteinte

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Syndromes auto-inflammatoires et Fertilité/Grossesse

Syndromes auto-inflammatoires et Fertilité/Grossesse DU maladies inflammatoires et systémiques Vendredi 29 mars 2013 Syndromes auto-inflammatoires et Fertilité/Grossesse Dr Katia Stankovic Stojanovic Service de Médecine Interne Centre de référence des amyloses

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Quelle dose de corticothérapie initiale dans la PPR et la maladie de Horton et quel schéma de réduction à long terme?

Quelle dose de corticothérapie initiale dans la PPR et la maladie de Horton et quel schéma de réduction à long terme? Quelle dose de corticothérapie initiale dans la PPR et la maladie de Horton et quel schéma de réduction à long terme? Résumé : Les mystères perdurent dans les relations entre la PPR et la maladie de Horton.

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque I. Lustenberger 1 *, P. Wiesel 2, A. K. So 1, J. C. Gerster 1. 1 Service de Rhumatologie et Réhabilitation, Hospices CHUV, Lausanne, Suisse 2

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 Maladie de PAGET Fractures ostéoporotiques Rhumatismes inflammatoires Spondylodiscite Fibromyalgies MALADIE DE PAGET Augmentation

Plus en détail

Consultations précoces en soins palliatifs

Consultations précoces en soins palliatifs Consultations précoces en soins palliatifs 10 avril 2014 Dr Catherine LACROIX USP /EMSP Précoce tardif Soins de support Soins palliatifs SOINS DE SUPPORT «Ensemble des soins et soutiens nécessaires aux

Plus en détail

«Pseudopolyarthrite rhizomélique» un diagnostic problématique

«Pseudopolyarthrite rhizomélique» un diagnostic problématique CURRICULUM Forum Med Suisse N o 26 26 juin 2002 623 «Pseudopolyarthrite rhizomélique» un diagnostic problématique F. Wermelinger Cet article vise à clarifier l entité «pseudopolyarthrite rhizomélique»

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE 5 ÈME CONGRÈS NATIONAL 01 AU 03 OCTOBRE 2015 INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE DR SAADAOUI.E ; DR DJILALI AIAD.k CHU SIDI BELABBES - SERVICE ORL INTRODUCTION

Plus en détail

PPR. Pierre duffau, MCU-PH Médecine Interne, Pr Mercié Hôpital Saint André

PPR. Pierre duffau, MCU-PH Médecine Interne, Pr Mercié Hôpital Saint André MALADIE DE HORTON artérite giganto-cellulaire giant cell arteritis PPR Pierre duffau, MCU-PH Médecine Interne, Pr Mercié Hôpital Saint André Vasculite, définition Inflammation des vaisseaux Etiologies

Plus en détail

Les Rhumatismes inflammatoires du sujet âgé. Dr Anne Tournadre Service de rhumatologie CHU

Les Rhumatismes inflammatoires du sujet âgé. Dr Anne Tournadre Service de rhumatologie CHU Les Rhumatismes inflammatoires du sujet âgé Dr Anne Tournadre Service de rhumatologie CHU Quels diagnostics évoquer? Pseudopolyarthrite rhizomélique Maladie de Horton SpA/ LOPS RS3PE Polyarthrite rhumatoïde

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Pathogène Réponse spécifique - Adaptée - Mémoire Complément Macrophages NK Lymphocytes B Lymphocytes T 1) Distinguer "le soi" du "non soi" 2) Réarrangements

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

LE SYNDROME INFECTIEUX

LE SYNDROME INFECTIEUX LE SYNDROME INFECTIEUX Les maladies infectieuses résultent de l'agression de l'organisme par un être vivant microscopique ou macroscopique, Cette agression entraine généralement une ou des altérations

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur

Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur Dossier N 9 Mme L, âgée de 58 ans, consulte en raison de douleurs inflammatoires touchant principalement les mains, les poignets et les chevilles, évoluant depuis 8 mois et résistant aux traitements antalgiques

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

Item 191 (ex Item 119) Artérites à cellules géantes Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 191 (ex Item 119) Artérites à cellules géantes Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 191 (ex Item 119) Artérites à cellules géantes Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Généralités... 3 2. Maladie de Horton... 3 2.1. Manifestations cliniques de

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

testez-vous! «24 dossiers D4 par pôle» pour réussir vos ECN et votre classement!

testez-vous! «24 dossiers D4 par pôle» pour réussir vos ECN et votre classement! : t i u t a r g t i a Extr testez-vous! «24 dossiers D4 par pôle» pour réussir vos ECN et votre classement! Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur 8 Dossier N 1 2 Mme T, âgée de 65 ans se présente

Plus en détail

Les douleurs fonctionnelles en Rhumatologie. Dr Christian Cadène SOFOMEC 17 mars 2011

Les douleurs fonctionnelles en Rhumatologie. Dr Christian Cadène SOFOMEC 17 mars 2011 Les douleurs fonctionnelles en Rhumatologie Dr Christian Cadène SOFOMEC 17 mars 2011 Douleurs fonctionnelles ou psychogènes La douleur est la cause la plus fréquente de consultation en rhumatologie C

Plus en détail

Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale

Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale Dr Eric Sevin, Biologiste Médical Groupe Biolyss 1 CDT et imprégnation alcoolique 2 Transferrine Transferrine, glycoprotéine présente dans le

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde

Polyarthrite rhumatoïde RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde Prise en charge en phase d état RECOMMANDATIONS Septembre 2007 1 L argumentaire scientifique de ces recommandations est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

Définition d un ulcère L INSUFFISANCE VEINEUSE F. Giard, m.d., f.r.c.p.(c) Dermatologue

Définition d un ulcère L INSUFFISANCE VEINEUSE F. Giard, m.d., f.r.c.p.(c) Dermatologue Définition d un ulcère L INSUFFISANCE VEINEUSE F. Giard, m.d., f.r.c.p.(c) Dermatologue Plaie qui s étend jusque dans le derme ( full-thickness ) Guérison lente (souvent plus de 4 semaines), liée à un

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Complications rares des anti TNF alpha

Complications rares des anti TNF alpha Complications rares des anti TNF alpha Dr S. MARTINON 1 A. BASCH 1, M. BERTHIER 1, J. CHARRIN 1, D. LIENS 1 P. BACHET²,, S. ASSAAD²,, C. PARISET² 1 : Service de rhumatologie. Hôpital St Joseph St Luc LYON

Plus en détail

Les boiteries chez l enfant

Les boiteries chez l enfant Les boiteries chez l enfant Motif de consultation ++ Causes multiples, Pronostic ++ Pr B. YOUSRI Boiterie Esquive Equilibration Aigue Chronique ATCD Infection Tumeur Dystrophie Traumatisme Infection /

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Aspects cliniques du mélanome cutané

Aspects cliniques du mélanome cutané MONOGRAPHIE ATLAS Aspects cliniques du mélanome cutané Marie-Françoise Avril* Les aspects du mélanome cutané sont nombreux et souvent trompeurs. Une exérèse cutanée doit donc être facilement pratiquée

Plus en détail

Table des matières. Module 4. Handicap incapacité dépendance I. TECHNIQUES DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION 13. Module 5.

Table des matières. Module 4. Handicap incapacité dépendance I. TECHNIQUES DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION 13. Module 5. Table des matières CHAPITRE 1 PRINCIPALES TECHNIQUES DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION. SAVOIR PRESCRIRE LA MASSO- KINÉSITHÉRAPIE (ET L ORTHOPHONIE, NON TRAITÉ) 13 Module 4. Handicap incapacité dépendance

Plus en détail

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Pathologies cutanées liées au froid Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Chamonix 5 septembre 2009 Multiples pathologies de gravité et d étiologie variables Pathologies

Plus en détail