Rencontres Estivales Form A Ouest août t Limoges /CHEOPS Faire du Crédit Mutuel la banque de toutes les proximités s?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rencontres Estivales Form A Ouest août t 2001 - Limoges /CHEOPS Faire du Crédit Mutuel la banque de toutes les proximités s?"

Transcription

1 Rencontres Estivales Form A Ouest août t Limoges /CHEOPS Faire du Crédit Mutuel la banque de toutes les proximités s? Une structure, un fonctionnement en réseau sont-ils des atouts pour le Crédit Mutuel? Intervention de Christophe Assens Maître de Conférences en Sciences de Gestion

2 Plan de la conférence-débat 0. Question aux participants 1. Définition D et enjeux du réseaur Lecture du Crédit Mutuel Enjeux pour l entreprisel Enjeux pour la démocratie d locale 2. Les réseaux r d entreprisesd 3. Les réseaux r de citoyens 4. Avantages et inconvénients nients du réseaur 5. Débat D avec les participants

3 Une question pour commencer... Parmi les propositions suivantes, quelle est celle qui illustre le plus votre définition d'un réseau? Internet, le cerveau, l informatique, le Crédit Mutuel, Ce visuel est là pour mémoire, le logiciel powervote prendra le relais la démocratie locale, le groupe de résistants l infrastructure ferroviaire ou autoroutière (1 seule réponse possible)

4 1. Définition D du réseaur Le réseau est un ensemble organisé de liens et de connexions entre des centres de décisions qui sont à la fois : Autonomes : ils disposent de leur libre arbitre pour décider des choix de développement Interdépendants : chacun dépend des autres en partie ou en totalité, pour réaliser son développement

5 Le Crédit Mutuel 1- Organisation- Missions - Un groupe puissant et non centralisé guichets caisses locales - 18 groupes régionaux - 1 fédération agricole Maine-Anjou Basse-Normandie S / A Bretagne S / A Normandie S 473 / A 348 Nord S / A 1991 Ile-de-France S / A Centre Est Europe S / A S 715 / A 706 Anjou Loire-Atlantique et Centre-Ouest S / A Océan S / A Sud-Ouest S 649 / A 570 Massif Central S 151 / A 148 Centre S / A 704 Sud-Est S 786 / A 985 Savoie-Mont Blanc S 360 / A 375 Dauphiné-Vivarais S 523 / A GRO1000 Antilles Guyane S 175 / A? Midi-Atlantique S 477 / A 470 Méditerranéen S 998 / A 1000 Novembre marseille_pres_cm_2000.ppt chiffres S: salarié; A = administrateur

6 1. Lecture du Crédit Mutuel Le Crédit Mutuel est une banque de réseau / en réseau de réseaur : elle gère un réseau d infrastructures sur un territoire pour proposer un service de proximité dans la banque et l assurance en réseaur : elle est composée d agences et de caisses locales autonomes, mais reliées entre elles pour former un ensemble solidaire et cohérent

7 1. Lecture du Crédit Mutuel Autonomie centres opérationnels autonomes filialisation et spécialisation des métiers (crédit aux entreprises, capital risque, informatique, etc.) Interdépendance partage des ressources (Centre National des Moyens de Paiement, Groupement Mutuel Titres, Crédit Mutuel Finance) partage de valeurs humaines et identitaires complémentarités territoriales et des services

8 1. Enjeux pour l entreprisel Alliances et coopérations partage des compétences : le système d échange local (SEL) partage des ressources : plate forme automobile sur le monospace Peugeot - Citröen - Fiat partage d infrastructures : la coopérative agricole partage des connaissances : la recherche scientifique

9 1. Enjeux pour la démocratie d locale Démocratie participative décentraliser le pouvoir de décision du maire favoriser l implication et l initiative du citoyen faciliter les interactions entre les citoyens améliorer le débat démocratique en dehors des échéances électorales

10 2. Les réseaux r d entreprisesd Mode d organisation d des activités Intégration --> Faire (1) investissements fusion-acquisition Réseau --> Faire avec (2) partenariat - alliance co-traitance Marché --> Faire faire (3) négociation - concurrence - sous-traitance

11 2. Les réseaux r d entreprisesd Modes d organisation d comparaison Hiérarchie Régulation : autorité, complémentarité Risque : rigidité de la structure Réseau Régulation : confiance complémentarité et concurrence Risque :intégration ou désintégration Marché Régulation : prix, contrats Risque : opportunisme

12 2. Les réseaux r d entreprises d : IKEA RESEAU BUREAUCRATIQUE DYNAMIQUE sous-traitance technique et commerciale REGULATION système formel de planification et de contrôle PILOTAGE mode centralisé et autoritaire

13 2. Les réseaux r d entreprises d : IKEA Développement Intégration des activités à forte valeur ajoutée Externalisation des activités à faible valeur ajoutée Complémentarités industrielles entre le pilote et les firmes satellites Régulation Contrôle a priori des approvisionnements par un cahier des charges Contrôle a posteriori des stades de fabrication par des normes de production et par des procédures de livraison

14 2. Les réseaux r d entreprises d : FORD RESEAU SEMI BUREAUCRATIQUE DYNAMIQUE Partenariat technique et commercial REGULATION système formel de contrôle par les normes PILOTAGE mode centralisé et participatif

15 2. Les réseaux r d entreprises d : FORD Développement Intégration des activités à forte valeur ajoutée (moteur, marque, design) Externalisation des activités spécialisées (40% à 70% du produit) Complémentarités industrielles et commerciales Régulation Procédure POA (produire ou acheter) Co-traitance dans la conception de pièces sous-traitées Procédure comptable d évaluation de la contribution individuelle

16 2.. Les réseaux r d entreprises d : Benetton RESEAU SEMI ORGANIQUE DYNAMIQUE appel d'offres technique et commercial REGULATION système informel de contrôle par les conventions PILOTAGE mode décentralisé et collégial

17 2. Les réseaux r d entreprises d : Benetton Développement Intégration des activités à forte valeur ajoutée (marque, design) Délégation des activités de production et de distribution (franchise) Complémentarités et concurrences Régulation Appel d offres aux partenaires Mise en concurrence des membres du réseau Ajustement dans les districts industriels grâce à la culture de clan

18 2. Les réseaux r d entreprises d : les transporteurs RESEAU ORGANIQUE DYNAMIQUE synergies techniques et commerciales REGULATION système d'auto-régulation PILOTAGE mode décentralisé et interactif

19 2. Les réseaux r d entreprises d : Développement les transporteurs Régulation Partage des territoires et des spécialités Mise en commun des effets d expérience et d apprentissage Auto-organisation : définition des règles chemin faisant Bourse de Fret ( offredemande ) Complémentarités entre membres concurrents Confiance, réciprocité, habitudes et conventions tacites

20 2. Les réseaux r d entreprises d : synthèse se INTEGRATION RESEAU BUREAUCRATIQUE RESEAU ORGANIQUE RESEAU SEMI BUREAUCRATIQUE RESEAU SEMI ORGANIQUE MARCHE

21 3. Les réseaux r de citoyen La ville numéris risée e de Parthenay Ville du département des deux Sèvres de habitants 1ère ville numérisée en France dès 1989 Accès libre à Internet -politique municipale en ligne- Création d un observatoire de la ville numérisée Questions de recherche Utilité des NTIC dans le management d une ville Utilité des NTIC dans le débat démocratique Utilité des NTIC pour la citoyenneté active

22 3. La construction du réseau municipal à Parthenay LE RÔLE R DE L ENVIRONNEMENT L : LA LOGIQUE TERRITORIALE Création d un d réseau r pour : Lutter contre l isolement territorial et la migration sociale Dynamiser l économie de plusieurs villes au sein d un district Rayonner au-delà des limites d un territoire avec Internet LE RÔLE R DU MAIRE : LA LOGIQUE D ENTREPRENEURD Création d un d réseau r pour : Supprimer les intermédiaires et décentraliser le pouvoir de décision Dynamiser les initiatives locales par une relation de confiance Favoriser la citoyenneté active

23 3. La construction du réseau r municipal Les dates clés à Parthenay 1989 : implantation de bornes interactives - mise en place d un télé-cdi ; études d impact sociologique avec d Iribarne 1996 : création d un Intranet pour la municipalité (250 personnes) et d un Intranet professionnel pour les entreprises et les associations 1998 : connexion de l Intranet sur Internet - création d un espace de communication interactif ouvert aux citoyens ( pages créées par 220 citoyens) : l In-Town-Net 1998 : création de bornes publiques d accès à Internet avec boite aux lettres électroniques

24 3. La management du réseau r municipal à Parthenay L organisation politique Absence de secrétaire général à la Mairie Autonomie des services municipaux (chef de service + un élu) Concertation municipale sur Internet entre les services Secrétariat du Maire accessible sans RDV sur Internet Création des Maisons de la citoyenneté active (relais entre les citoyens et la Mairie pour l accès à Internet)

25 3. La management du réseau r municipal à Parthenay LA DEMOCRATIE SUR INTERNET La relation entre les citoyens et la Mairie : Accès aux services administratifs (Etats civil, liste électorale ) Accès aux informations cadastrales Accès au budget et aux décisions du Conseil municipal La relation entre les citoyens : Accès à des forums de discussions Accès à des boîtes de message Accès à un annuaire électronique et à des sites d information

26 Mes démarches et mes droits Mes papiers Les relations entre la mairie Formulaires en ligne J ai besoin d un extrait d acte de naissance Je veux acheter un terrain Je veux rénover une maison et les citoyens ://www.distric-parthenay.fr Administration d Etat Préfecture des Deux-Sèvres La Sous-Préfecture L Hôtel des Impôts La gendarmerie La Caisse d allocation familiale Organismes sociaux Je veux consulter l affichage légal les avis d appels d offres Le cadastre L ANPE La CPAM des Deux-Sèvres L URSSAF Les ASSEDIC

27 Les relations entre les citoyens ://www.distric-parthenay.fr

28 3. Conséquences du réseau r municipal à La citoyenneté active Parthenay Le citoyen participe aux débats en dehors des élections Le citoyen prend des initiatives indépendantes du Maire La création de lien social Création de 250 associations Création de 200 manifestations culturelles Création de 4 festivals de musique, de dimension nationale Création de RES (réseau d échange réciproque de savoir)

29 3. Conséquences du réseau r municipal à Parthenay REJET DU MODELE SOCIAL EN RESEAU Les détenteurs de savoir : les informaticiens, les enseignants Les détenteurs de pouvoir : les syndicats, les notables, les politiques ISOLEMENT DES ACTEURS Limite à l informatisation : 1/3 des habitants est réellement connecté au réseau La technologie impose des connaissances, du temps et des revenus Limite au fonctionnement en réseaur : Immobilisme et position consensuelle dans les décisions Conservatisme par la coopération et le clonage des membres

30 Avantages et inconvénients du réseau "la structure" Modularité assemblage d éléments substituables ou complémentaires : Meccano Plasticité capacité de reconfiguration par le jeu des connexions : pâte à modeler Frontières floues problème de déresponsabilisation individuelle et collective Frontières extensibles problème de cohérence interne nécessité de rester petit

31 Avantages et inconvénients du réseau "les décisions" Polyvalence multiplicité des rôles et des fonctions Décentralisation décision proche des réalités locales et du terrain réactivité plus rapide adaptation plus grande Consensus mou problème de cooptation individuelle risque d auto-censure Paralysie des décisions collectives problème de l autonomie individuelle Incarnation de la responsabilité collective?

32 Avantages et inconvénients du réseau "la coordination" Interfaces compatibilités spontanées : confiance et affinité systèmes d informations Économie de structure absence d organigramme formel Interfaces problème de management des compatibilités spontanées Coût de coordination identifier les relais, les médiateurs identifier la trame

33 Avantages et inconvénients du réseau "le contrôle" Exclusion naturelle auto-régulation par conventions tacites Economie d encadrement pas d intermédiaires hiérarchiques relations en direct Consanguinité collusion entre juges et partis Conflits et rivalités non arbitrées isolement et / ou cloisonnement de ressources et / ou de compétences

34 Avantages et inconvénients du réseau "le développement" Effet de club adoption croissante au réseau Actif spécifique avantage compétitif par: la taille la réputation la connivence la souplesse Externalités négatives contamination rapide halo négatif absence de fusible Barrières à l entrée et à la sortie problème de diversité et de variété

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Le management territorial à l ère des réseaux

Le management territorial à l ère des réseaux Collection service public dirigée par Geneviève Jouvenel Jean-Yves Prax Le management territorial à l ère des réseaux, 2002 ISBN : 2-7081-2802-7 TABLE DES MATIÈRES Guide de lecture.........................................................

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Banques coopératives et territoires : quelles capacités d innovations?

Banques coopératives et territoires : quelles capacités d innovations? Banques coopératives et territoires : quelles capacités d innovations? Nadine Richez-Battesti LEST-CNRS et Université de la Méditerranée Paris- 23 Novembre 2007 Données de Cadrage Quelle contribution des

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

Manuel Qualité Service d Information Géographique

Manuel Qualité Service d Information Géographique Pôle Infrastructures et Ressources Direction des Ressources PRESENTATION DU SERVICE, DES ACTIVITES ET DU PRODUIT 2 DOMAINE D APPLICATION DU SYSTEME QUALITE 3 ORGANIGRAMMES 3 ORGANIGRAMME DE LIMOGES METROPOLE

Plus en détail

1. Chiffres clés et tendances du commerce électronique 11

1. Chiffres clés et tendances du commerce électronique 11 Liste des études de cas Liste des tableaux et des figures XI XII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf.

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf. AGEFOS PME Ile-de-France Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf 17 décembre 2009 Contact : Christelle Soury AGEFOS PME IDF Délégation Sud

Plus en détail

Espaces collaboratifs Retour d expérience sur la transformation des pratiques numériques

Espaces collaboratifs Retour d expérience sur la transformation des pratiques numériques Espaces collaboratifs Retour d expérience sur la transformation des pratiques numériques 2015 1 Le Département de Loire-Atlantique > Repères 4 808 agents (1er janvier 2015) dont 4 322 agents sur poste

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

APPEL À PRESTATAIRES

APPEL À PRESTATAIRES APPEL À PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Le secteur bancaire Place et spécificités des banques coopératives Avril 2011 Dossier suivi par l Observatoire Régional de l Économie Sociale et Solidaire 42 rue

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Pépinière Acheteurs publics 21 avril 2006 Atelier : «Conduite du changement» Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Atelier «Conduite du changement» Plan de l intervention

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE

STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE Plan de la présentation SI pour les niveaux hiérarchiques Types de décision Systèmes opérationnels Systèmes du management opérationnel Systèmes stratégiques Article de

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

Comment développer le volet numérique de l ITI?

Comment développer le volet numérique de l ITI? Comment développer le volet numérique de l ITI? Atelier de qualification, séance 3 19 mai 2015 à Lille. ITI / Dimension européenne du contrat de ville Programme matin 09h00 09h30 09h30 11h00 Café d accueil

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Léopold GILLES Directeur du Département «Evaluation des politiques sociales» - CREDOC SOMMAIRE RAPPEL : entreprises solidaires

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun)

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) Présentation: Achille Ndaimai Atelier International sur les Droits

Plus en détail

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Liste des études de cas XI Liste des tableaux et des figures XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX ANALYSE des BESOINS SOCIAUX d.soufflard-antony@laposte.net Commune de ROUSSET (13) Présentation aux Elus 29 septembre 2011 Préalable la commune de ROUSSET (13) 2 Diplômes Master² en Consultation des Organisations

Plus en détail

GRAND PORT MARITIME DE LA ROCHELLE Projet stratégique 2014-2019

GRAND PORT MARITIME DE LA ROCHELLE Projet stratégique 2014-2019 GRAND PORT MARITIME DE LA ROCHELLE Projet stratégique 2014-2019 Présentation en Conseil de Surveillance le 28 mars 2014 Démarche d élaboration Thème Analyse stratégique Perspectives de développement du

Plus en détail

La gestion des approvisionnements par Internet

La gestion des approvisionnements par Internet La gestion des approvisionnements par Internet Coup d œil sur l entreprise Les activités Service d approvisionnement pour l industrie des bois de qualité Les produits Bois feuillus de qualité tranchage,

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES.

CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES. CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES. I. L organisation en réseau. A. Définition. Un réseau est un ensemble organisé d unités commerciales (UC) liées par des intérêts

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

DOMAINES D EXPERTISE

DOMAINES D EXPERTISE DOMAINES D EXPERTISE Banque & Finance Président du Directoire de Wafa Immobilier : - Domaines de compétence : financement des crédits immobiliers acquéreurs, financement de la promotion immobilière, expertises

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

Optimisation des processus aspects socio-organisationnels. organisationnels. Annie CORNET Professeur adjoint Management HEC février 2001

Optimisation des processus aspects socio-organisationnels. organisationnels. Annie CORNET Professeur adjoint Management HEC février 2001 Optimisation des processus aspects socio-organisationnels organisationnels Annie CORNET Professeur adjoint Management HEC février 2001 Optimisation des processus! Au centre de multiples projets de changement:

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe 3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe! Un média hyper local accompagnant la transformation digitale de la communication de ses clients! En interne, le Groupe propose des

Plus en détail

Le management du travail

Le management du travail Le management du travail Un modèle de compréhension et d action!! Eléments de cadrage! Actions engagées par le réseau! Et du côtés de la formation des managers (FI et FC)? qui concerne l ensemble de la

Plus en détail

master 2 ADMINISTRATIoN, MANAGEMENT ET ÉCoNoMIE DES organisations

master 2 ADMINISTRATIoN, MANAGEMENT ET ÉCoNoMIE DES organisations master 2 ADMINISTRATIoN, MANAGEMENT ET ÉCoNoMIE DES organisations management des entreprises mutualistes et coopératives DRoIT, ÉCoNoMIE, GESTIoN DRoIT, ÉCoNoMIE, GESTIoN Objectifs de la formation La finalité

Plus en détail

Questionnaire à transmettre aux employés de la commune. Communication interne. I ) Relations interservices.

Questionnaire à transmettre aux employés de la commune. Communication interne. I ) Relations interservices. Questionnaire sur la communication interne Mairie de Pont de l Arche. Questionnaire à transmettre aux employés de la commune. Communication interne Dénomination du service : Domaine d intervention : I

Plus en détail

COPIL rythmes scolaires Mercredi 16 avril 2014

COPIL rythmes scolaires Mercredi 16 avril 2014 COPIL rythmes scolaires Mercredi 16 avril 2014 Ville de La Charité-sur-Loire Centre Social Municipal Une volonté politique éducative et sociale forte pour un projet éducatif de territoire de qualité La

Plus en détail

BTS AG PME PMI LES QUALITES REQUISES

BTS AG PME PMI LES QUALITES REQUISES LES QUALITES REQUISES L Assistant(e) de Gestion doit faire preuve de : Autonomie, méthode, Dynamisme, esprit d initiative, Sens des responsabilités, Faculté d adaptation, Rigueur, Discrétion, diplomatie

Plus en détail

Observatoire régional des Circuits courts en PACA

Observatoire régional des Circuits courts en PACA Comité Régionale de l Alimentation 08 juillet 2015 Observatoire régional des Circuits courts en PACA Groupe «Restauration Hors Domicile de proximité» Historique Constats partagés autour de la thématique

Plus en détail

UE 5 Management des systèmes d informations. Le programme

UE 5 Management des systèmes d informations. Le programme UE 5 Management des systèmes d informations Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1.

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

in 12 slides Le code Buysse II, synthétis tisé en 12 slides

in 12 slides Le code Buysse II, synthétis tisé en 12 slides in 12 slides Le code Buysse II, synthétis tisé en 12 slides 1 Principes de gouvernance Les entrepreneurs n ont pas encore fait évolué leur activité en société. Les entrepreneurs activent un conseil d administration.

Plus en détail

Présente au SCHEMA DIRECTEUR TIC. aux PLANS OPERATIONNELS. Démarche et mise en œuvre. Présentation

Présente au SCHEMA DIRECTEUR TIC. aux PLANS OPERATIONNELS. Démarche et mise en œuvre. Présentation Présente au du SCHEMA DIRECTEUR TIC aux Forum NTIC 2005 PLANS OPERATIONNELS Démarche et mise en œuvre Daniel MEMBRIVES Présentation Cabinet d étude spécialisé dans les interventions autour des Technologies

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS :

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : QUELS NOUVEAUX DÉFIS, QUELLES NOUVELLES OPPORTUNITÉS POUR LES ACTEURS DE SANTÉ? :: CERTIFICAT 7 modules de mars à décembre 2015 :: Public visé Professionnel médical et

Plus en détail

La Formation par le conseil financier indépendant

La Formation par le conseil financier indépendant La Formation par le conseil financier indépendant 1 Objectif Donner aux administrateurs et aux opérationnels des institutionnels une formation ponctuelle sur le thème de la gestion des placements qui permettra

Plus en détail

DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures

DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures BO Santé du 20 juin 07 ANNEXE III RÉFÉRENTIEL DE FORMATION ES DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures La personne de la naissance à la fin de vie : Approche pluridisciplinaire : physiologique,

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine Journée «Promotion d une économie territoriale coopérante pour lutter contre la pauvreté et l exclusion sociale.» Vers des P Actes européens. Réunion accueillie par le Comité des Régions européennes Bruxelles,

Plus en détail

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification Séminaire national Alger 12 Mars 2008 «L Entreprise algérienne face au défi du numérique : État et perspectives» CRM et ERP Impact(s) sur l entreprise en tant qu outils de gestion Historique des ERP Le

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010)

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) 1 ère année UE 1 GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE niveau M : 180 heures 20 ECTS coefficient

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

Webmaster. Définition du métier

Webmaster. Définition du métier Famille métier : Domaine d intervention : Communication multimédia En agence En entreprise Autres appelations : Webmeste, Animateur(trice) de site internet/web Définition du métier Technique, opérationnel,

Plus en détail

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010 Livre Blanc Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique Mai 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com

Plus en détail

LE PRIX DE CESSION INTERNE

LE PRIX DE CESSION INTERNE LE PRIX DE CESSION INTERNE Introductio n Intérêt du sujet Le système du prix de cessions interne mesure les résultats économiques dégagés de chaque centres de responsabilité PROBLÉMATIQUE : Quel est le

Plus en détail

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Support de présentation - Animation n 1 Guide «Structurer une offre territoriale d accompagnement des petites et moyennes associations employeuses»

Plus en détail

Un GIE LL pour moderniser les services territoriaux

Un GIE LL pour moderniser les services territoriaux Un GIE LL pour moderniser les services territoriaux Xavier ROCQ Directeur des Systèmes et Technologies de l Information 1 Histoire d une démarche Avril 2004 : la décide de mettre en chantier un projet

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

DG EAC, Unité Jeunesse - PEJA

DG EAC, Unité Jeunesse - PEJA DG EAC, Unité Jeunesse - PEJA DRJSCS-MP Janvier 2012 ecdc.europa.eu L UNION EUROPEENNE (UE) et le CONSEIL DE L EUROPE (COE) UNION EUROPEENNE Supranational 27 Etats membres Bruxelles, Luxembourg Strasbourg

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Mutualité Française Ile-de-France

Mutualité Française Ile-de-France Mutualité Française Ile-de-France Représentation régionale de la Fédération Nationale de la Mutualité Française Acteur de l économie sociale et solidaire 280 mutuelles adhérentes 5.5 millions de personnes

Plus en détail

avance avec LiberAccés

avance avec LiberAccés L administration électronique territoriale to e libre avance avec LiberAccés Xavier ROCQ Directeur des Systèmes et Technologies de l Information Administrateur G.I.E. Acteurs de LiberAccés 1 Préambule

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

Charte Automobile 2012-2015. CPREFP 7 mai 2013

Charte Automobile 2012-2015. CPREFP 7 mai 2013 Charte Automobile 2012-2015 CPREFP 7 mai 2013 1 Bilan de la Charte Automobile 2008 2011 2 L UIMM est engagée depuis 2008 dans le pilotage de la charte automobile avec les branches qui constituent cette

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE 1 Le conseil en organisation : bilan et perspectives... 15

Table des matières. CHAPITRE 1 Le conseil en organisation : bilan et perspectives... 15 Table des matières Préface... 5 Avertissement... 9 Introduction... 11 CHAPITRE 1 Le conseil en organisation : bilan et perspectives... 15 1 L activité du consultant, un terrain peu exploré... 16 2 Deux

Plus en détail

Principales tendances touchant l activité des conseillers clientèle

Principales tendances touchant l activité des conseillers clientèle Principales tendances touchant l activité des conseillers clientèle UNE HAUSSE DU NIVEAU D EXIGENCE ENVERS LES CONSEILLERS CLIENTÈLES SUR LES SAVOIRS DE BASE Compétences relationnelles à l oral et à l

Plus en détail

Inscrivez-vous en ligne dès maintenant!

Inscrivez-vous en ligne dès maintenant! PARTENAIRE DE VOS COMPÉTENCES Paris, le Madame, Monsieur, OPCALIM, l OPCA des Industries Alimentaires, de la Coopération Agricole et de l Alimentation en Détail vous présente son programme dédié aux TPE

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Plan Stratégique Géomatique pour la Wallonie :

Plan Stratégique Géomatique pour la Wallonie : Plan Stratégique Géomatique pour la Wallonie : Atelier de préparation Atelier 6 : Gouvernance DÉPARTEMENT DE LA GÉOMATIQUE 1 Présentation de l atelier Présentation des objectifs et fonctionnement de l

Plus en détail

Politique de communication de l A.R.F.P.

Politique de communication de l A.R.F.P. 27 septembre 2001 AL/GC Politique de communication de l A.R.F.P. 1. Ses raisons d être La communication est un des moyens qui contribue à la réalisation de notre projet associatif. Celui-ci affirme dans

Plus en détail

Etat des lieux des outils de coopération

Etat des lieux des outils de coopération Etat des lieux des outils de coopération 29 mars 2011 Atika UHEL, Directrice de Cabinet XX/XX/XX La rénovation des modes de coopération par la loi HPST Objectif : Actualiser les structures juridiques afin

Plus en détail

GT Accompagnement des mesures relatives aux prescriptions de travaux de protection dans l habitat

GT Accompagnement des mesures relatives aux prescriptions de travaux de protection dans l habitat GT Accompagnement des mesures relatives aux prescriptions de travaux de protection dans l habitat Le contexte : la mise en œuvre des Plans de Préventions des Risques Technologiques (PPRT) - les PPRT ont

Plus en détail

La raison d'être d'une organisation est de permettre à des gens ordinaires de faire des choses extraordinaires. LE PLAN OPERATIONNEL

La raison d'être d'une organisation est de permettre à des gens ordinaires de faire des choses extraordinaires. LE PLAN OPERATIONNEL La raison d'être d'une organisation est de permettre à des gens ordinaires de faire des choses extraordinaires. LE PLAN OPERATIONNEL «Une poignée d'hommes parvient à s'enrichir simplement en prêtant attention

Plus en détail

L entreprise virtuelle

L entreprise virtuelle L entreprise virtuelle 1 2 Vers l entreprise virtuelle. Quel management de l entreprise virtuelle? L entreprise virtuelle L entreprise virtuelle. Conventional Organization Virtual Organization Technologies

Plus en détail

Introduction à la notion. d Intelligence Territoriale

Introduction à la notion. d Intelligence Territoriale Introduction à la notion d Intelligence Territoriale Copyright: La reproduction totale ou partielle de ce document est autorisée sous réserve qu il soit fait référence à l auteur. Aurélien Gaucherand Consultant

Plus en détail

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO La connaissance n est pas un objet comme les autres La connaissance est une information à laquelle vous donnez du sens. Ce processus de construction des connaissances est de ce fait très personnel, lié

Plus en détail

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE FORMATION RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Le présent référentiel est un référentiel interministériel

Plus en détail

Les Mobilités dans les Territoires

Les Mobilités dans les Territoires Rencontres Scientifiques & Techniques Territoriales Les Mobilités dans les Territoires La gestion du stationnement et les politiques de mobilités Economie du Stationnement, Maitrise du Stationnement et

Plus en détail

Le manager transversal

Le manager transversal Le 29 septembre 2009 Le manager transversal Au cœur des organisations matricielles C1 Les enjeux actuels de la transversalité 2 Diapositive 2 C1 Doc expertise - Chapitre A CEGOS-FRANCE; 20/10/2008 L émergence

Plus en détail

Le programme d'accompagnement E-tourisme des CCI de Provence Alpes Côte d'azur Parcours : «Approfondissement»

Le programme d'accompagnement E-tourisme des CCI de Provence Alpes Côte d'azur Parcours : «Approfondissement» Le programme d'accompagnement E-tourisme des CCI de Provence Alpes Côte d'azur Parcours : «Approfondissement» JOURNEE 1 : LA DEMARCHE MARKETING JOURNEE 2 : FOCUS «SITE WEB», «FACEBOOK», «E-REPUTATION»

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Expériences internationales en formation professionnelle: bonnes pratiques et facteurs-clés de réussite

Expériences internationales en formation professionnelle: bonnes pratiques et facteurs-clés de réussite Expériences internationales en formation professionnelle: bonnes pratiques et facteurs-clés de réussite A TELIER SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET L EMPLOI A U LIBAN - 2 3 S E P T E M B R E 2 0 1 4 -

Plus en détail

Organisation et fonctionnement de l'entreprise Séance 4: Analyse stratégique - suite

Organisation et fonctionnement de l'entreprise Séance 4: Analyse stratégique - suite Organisation et fonctionnement de l'entreprise Séance 4: Analyse stratégique - suite Introduction Objectif de la séance Présenter un deuxième modèle d aide à l analyse stratégique Appliquer ce modèle Plan

Plus en détail

RIHANE Abdelhamid Maitre de conférences Université de Constantine (ALGERIE) Abde_abd25@yahoo.fr

RIHANE Abdelhamid Maitre de conférences Université de Constantine (ALGERIE) Abde_abd25@yahoo.fr Pour la mise en place d une bibliothèque numérique au sein de la Faculté des Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication à l Université de Constantine (Algérie) RIHANE Abdelhamid Maitre

Plus en détail

Le rôle des territoires dans le développement des nouveaux systèmes sectoriels d innovation locaux : le cas des smart cities

Le rôle des territoires dans le développement des nouveaux systèmes sectoriels d innovation locaux : le cas des smart cities Le rôle des territoires dans le développement des nouveaux systèmes sectoriels d innovation locaux : le cas des smart cities Amel ATTOUR Maître de Conférences Université de Lorraine ENSMN- BETA-CNRS- UMR7522

Plus en détail

Conseil Citoyen : Cadre de référence

Conseil Citoyen : Cadre de référence Conseil Citoyen : Cadre de référence Préambule : Des principes généraux guidant l activité de Conseils Citoyens Les principes généraux qui guident l action des conseils citoyens sont inscrits dans la loi

Plus en détail