COMPRENDRE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT : Guide d introduction pour les ONG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPRENDRE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT : Guide d introduction pour les ONG"

Transcription

1 COMPRENDRE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT : Guide d introduction pour les ONG Mai 2007

2 À propos de Comprendre la Banque africaine de développement : Guide d introduction pour les ONG Le présent Guide d introduction a pour objectif de présenter des notions élémentaires (des informations de base) sur : 1) le mode de fonctionnement et les priorités de la Banque africaine de développement (BAD); 2) qui contrôle les activités de la BAD; 3) pourquoi la BAD devrait retenir l attention des organismes de la société civile africaine; et 4) ce que peut faire la population pour en savoir plus et influencer les projets et les politiques de la BAD qui la concernent. Les termes clés ou complexes sont en caractères gras dans le texte et le lecteur en trouvera la définition dans le Glossaire à la fin du Guide d introduction. Le Guide d introduction a été rédigé par Shannon Lawrence en janvier 2007 et révisé et conçu par Nikki Reisch, directrice du programme Afrique du Bank Information Center, avec le concours de Joshua Klemm, adjoint du programme Afrique. La traduction du Guide en français a été réalisée par Anne-Marie Lavoie. À propos du Bank Information Center Le Bank Information Center (BIC) travaille en partenariat avec la société civile dans les pays en développement et en transition afin d influencer la Banque mondiale et d'autres institutions financières internationales (IFI) en faveur de la justice sociale et économique et de la durabilité écologique. Le BIC est une organisation non gouvernementale indépendante, sans but lucratif, qui préconise la protection des droits, la participation, la transparence et la responsabilité dans la gouvernance et les opérations des IFI. Le BIC bénéficie de l appui de fondations et d organismes privés qui œuvrent dans les domaines de l'environnement et du développement. Le BIC est situé à Washington, D.C, près des sièges sociaux de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI), mais n est ni affilié à, ni financé par, une IFI ou le gouvernement des États-Unis. Bank Information Center 1100 H Street, NW, Suite 650 Washington, D.C Téléphone : , télécopieur : Courriel :

3 COMPRENDRE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT : Guide d introduction pour les ONG Introduction Chaque année, on dépense des milliards de dollars pour des projets de développement sur le continent africain. Trop souvent, hélas, ces programmes d aide ne profitent pas à la population pour laquelle ils ont été conçus. Le manque de participation citoyenne et le déséquilibre des pouvoirs dans la prise de décisions au sujet du développement parfois aboutissent à des projets et à des politiques qui sont néfastes pour les communautés et l'environnement, gaspillent les deniers publics ou servent les intérêts des élites politiques et économiques plutôt que ceux des pauvres. Après avoir suivi pendant 20 ans le financement du développement, le Bank Contenu Introduction Qu est-ce que la Banque africaine de développement? Pourquoi se soucier de la BAD? Pourquoi la BAD a- t-elle suscité si peu d'attention? Qu'est-ce qui a changé? Comment la BAD est-elle structurée? Quand la BAD a-telle été créée? Qui contrôle la BAD? Quelles sont les principales tendances dans les opérations de la BAD? Que pouvez-vous faire pour influencer la BAD? Conclusion Glossaire Annexe I : Fiche technique sur la BAD Annexe II : Entrer en contact avec la BAD 1

4 Information Center (BIC) estime que la surveillance indépendante et la pression du public jouent un rôle essentiel pour réduire l'écart entre le discours du développement et la réalité. Nous espérons que l'information présentée dans Comprendre la Banque africaine de développement : Guide d introduction pour les ONG soutiendra les efforts des organismes de la société civile en Afrique et à l'étranger pour promouvoir et défendre les droits humains et protéger la planète contre des initiatives de développement néfastes. La Banque africaine de développement (BAD) est une importante institution de développement en Afrique et joue un rôle clé dans l appui aux projets d'infrastructure sur le continent. En dépit de sa longue histoire, la BAD demeure méconnue par la plupart des groupes de la société civile et organisations non gouvernementales (ONG) africains. Le BIC a réalisé ce Guide d introduction afin d aider les organisations de la société civile en Afrique et à l'étranger à mieux comprendre ce qu'est la BAD, comment l institution peut les toucher et ce qu'elles peuvent faire pour l'influencer. De nombreux lecteurs peuvent être familiarisés avec la Banque mondiale et les enjeux concernant l incidence sociale, environnementale et économique des projets et des politiques de la Banque mondiale. 1 La BAD est de taille beaucoup plus modeste que la Banque mondiale et a suscité beaucoup moins d'attention jusqu'ici. Mais tout comme la Banque mondiale, la BAD fournit également de l'argent au gouvernement et parfois à l entreprise privée en appui à des projets et à des réformes aux politiques dans les pays en développement. Cependant, la BAD travaille uniquement en Afrique, alors que la Banque mondiale travaille dans les pays en développement autour du monde. La BAD et la Banque mondiale partagent le même mandat officiel : venir en aide aux pauvres et promouvoir le développement durable. Or, les deux institutions ont été remises en question tant par les gouvernements que par les organisations de la société civile, qui se demandent si les activités de la Banque mondiale et de la BAD contribuent véritablement à ces objectifs avoués. 1 Pour obtenir plus d'informations sur la Banque mondiale, visitez 2

5 Si la BAD doit remplir son mandat de développement durable, elle doit mieux respecter ses propres politiques, permettre aux communautés de participer à l élaboration de leurs propres programmes de développement et offrir aux populations qui s estiment lésées par des activités de la BAD des mécanismes de recours efficaces. En collaboration avec des communautés et des particuliers touchés par des initiatives de développement, des ONG de partout dans le monde ont tenté de surveiller et d influencer la Banque mondiale et d'autres banques de développement. Leurs efforts ont entraîné des changements au sein de ces institutions, certains véritables et d autres superficiels. Des campagnes de la société civile ont également fait avancer les discussions internationales au sujet des normes environnementales et sociales, le respect des droits humains, l annulation de la dette et la conditionnalité des politiques économiques. Grâce à l'information contenue dans ce Guide d introduction, le lecteur sera en mesure de prendre une décision plus éclairée en ce qui concerne le bien-fondé de la poursuite d activités similaires au sujet de la BAD, le meilleur moment et le meilleur moyen. Qu est-ce que la Banque africaine de développement? La Banque africaine de développement (BAD) est une banque de développement publique qui prête de l'argent et accorde des subventions aux gouvernements africains. Elle offre également des prêts et d autres formes d appui aux entreprises privées qui investissent en Afrique. La Banque africaine de développement est une banque «publique» parce qu'elle est détenue et dirigée par ses pays membres. En outre, la BAD compte sur les contributions financières des gouvernements membres pour accorder des prêts et des subventions aux pays africains. Comme dans le cas de la Banque mondiale, les membres de la BAD se composent à la fois de pays qui lui empruntent de l'argent (pays emprunteurs) et de pays qui versent une contribution financière (pays bailleurs de fonds). Les prêts, les subventions, l'assistance technique, les garanties et les investissements de la BAD appuient des projets dans le domaine de l'agriculture, de la santé, de l'éducation, de l'eau, de l énergie, du 3

6 transport, des finances et d'autres secteurs. La BAD accorde également des prêts aux gouvernements pour la mise en œuvre de changements aux politiques économiques (tels que des révisions des lois ou des règlements) et l aide au financement des budgets d État. En 2006, la BAD a prêté un total de 3,4 milliards de dollars américains à cette fin. La Banque africaine de développement est censée financer des activités qui contribuent à réduire la pauvreté et à promouvoir le développement durable. Toutefois, les projets qu'elle soutient et les politiques qu elle met de l avant peuvent, dans les faits, avoir l'effet contraire. Pourquoi se soucier de la BAD? Bien que la BAD ne soit pas très bien connue, elle peut jouer un rôle influent dans votre pays ou avoir le potentiel pour ce faire à l'avenir. De manière plus générale, comme la BAD est une institution publique agissant au nom des pauvres, vous trouverez peut-être intéressant de savoir comment elle procède pour atteindre ses objectifs avoués. Voici quelques raisons pour lesquelles la BAD peut vous intéresser ou être source de préoccupation. 1. Les activités de la BAD peuvent avoir des incidences sur vous, votre communauté ou vos intérêts. LA BAD peut vous toucher d'une manière évidente, comme en finançant la construction d'une route, d un barrage ou d un projet minier qui vous oblige à déménager ou à perdre votre terre. Elle peut également avoir une incidence plus indirecte sur vos intérêts, par l intermédiaire de prêts en appui au budget ou aux réformes de politiques. La BAD peut fournir des fonds à votre gouvernement afin de contribuer au financement du budget national ou de favoriser des changements précis au système de santé ou de distribution de l eau de votre pays, par exemple. La BAD, souvent en étroite collaboration avec la Banque mondiale, prodigue des conseils et aide à élaborer les politiques économiques des gouvernements africains par ses prêts et subventions. Comme la Banque mondiale, la BAD a favorisé la libéralisation du commerce et des 4

7 investissements et la privatisation des sociétés d État des réformes qui peuvent avoir d importantes conséquences sociales et environnementales. La BAD appuie également des entreprises privées afin de promouvoir l'investissement en Afrique. Les projets financés par la BAD notamment dans des secteurs comme la grande infrastructure et les industries extractives ont souvent des incidences sur les communautés locales et l'environnement. Les prêts de la BAD contribuent également au fardeau de l endettement des pays africains, car l'argent emprunté aujourd'hui doit être remboursé par les générations futures. 2. La BAD pourrait devenir un acteur plus important dans un avenir rapproché, en particulier dans les secteurs à forte incidence. La BAD consacre déjà un pourcentage substantiel de son financement aux projets d'infrastructure, ce qui peut poser des risques pour les communautés et l'environnement. Bien qu elle en soit encore à définir son orientation future, la BAD intensifie son appui aux grands projets d'infrastructure et à l extraction des ressources naturelles, comme les mines. Le lecteur trouvera plus d'information sur ces initiatives dans la section «Tendances clés». À l avenir, la BAD pourrait également avoir plus d'influence sur les politiques gouvernementales et les décisions d'investissement, car elle ouvre actuellement 25 nouveaux bureaux nationaux et consolide sa présence dans certains pays emprunteurs. 3. La BAD est une institution publique, qui a des engagements et des responsabilités qui lui sont propres. Comme banque publique, représentée par des responsables publics (membres du gouvernement), la BAD est censée agir dans l'intérêt du public et des pauvres. La BAD devrait être accessible à la société civile et constituer un mécanisme qui permet au public de soulever des questions et des enjeux au sujet de ses activités et de son rôle dans les discussions sur le développement. Les représentants du gouvernement qui siègent à son Conseil d administration devraient être responsables envers les divers publics qu'ils représentent. Le caractère public et multilatéral de la BAD peut également aider à attirer l attention sur les enjeux qui vous préoccupent. Le lecteur trouvera plus d'information sur ces questions à la section «Que pouvez-vous faire pour influencer la BAD?» 5

8 Exemples de projets majeurs approuvés par la BAD depuis juillet 2006 Montant (mns de $ U.S.) Date d'approbation Pays Nom du projet Ouganda Projet hydroélectrique Bujagali (secteur privé) 110 Mai 2007 Accorde un prêt à Bujagali Energy Ltd. (BEL) pour financer la construction et l'exploitation d'un barrage de 250 MW et d'une centrale sur le Nil Blanc. Madagascar Projet de nickel Ambatovy (secteur privé) 150 Mai 2007 Fournit un financement à Sherritt Metals pour développer une mine à ciel ouvert, un pipeline de 220 kilomètres pour transporter la boue de minerai jusqu à la côte et toute autre infrastructure nécessaire au projet de nickel, de cobalt et de sulfate d'ammonium Tunisie Ligne de crédit à la Société Tunisienne de Banque (STB) (secteur privé) 141 Mars 2007 Accorde une ligne de crédit à la STB pour des prêts à de petites et moyennes entreprises Éthiopie Projet d'électrification rurale II 131 Déc Appuie la construction des lignes de transport d'énergie pour étendre le réseau d électricité aux secteurs ruraux 118 Éthiopie Protection des programmes de services de base (subvention) Déc Soutient la fourniture de services de base par des subventions fédérales accrues aux régions et aux zones Tanzanie/ Kenya Arusha Namanga Projet de développement de la route du fleuve Athi 80 Déc Appuie la reconstruction et la réadaptation des routes et des études de faisabilité pour de nouvelles routes afin d améliorer les liens de transport entre le Kenya et la Tanzanie Éthiopie Projet de réfection de la route Jima-Mizan 98 Déc Appuie la mise à niveau de la route de 227 kilomètres en Éthiopie du sud-ouest Nigéria Ligne de crédit à la Banque Zénith (secteur privé) 100 Déc Fournit des ressources à la banque Zénith pour permettre le financement de projets d'infrastructure, des industries agricoles, de fabrication et des industries extractives. Guinée/ Sénégal Réfection de la route Labe-Seriba-Medina Gounass-Tambacounda 85 Déc Appuie la construction d'une nouvelle route de 385 kilomètres, la réadaptation de la route et la réfection des routes rurales Mozambique Prêt de soutien à la réduction de la pauvreté 88 Oct Fournit le financement pour le plan d'action du gouvernement pour la réduction de la pauvreté absolue II Égypte Fonds social pour le développement : Projet de soutien aux micro- et aux petites entreprises 88 Oct Offre une ligne de crédit au gouvernement égyptien pour des prêts à de petites et moyennes entreprises par le biais du Fonds social de développement Zambie Projet de cuivre de Lumwana (secteur privé) 43 Sept Investissement dans la filiale d Equinox Minerals en Zambie pour une des plus grandes mines de cuivre à ciel ouvert de l'afrique Égypte Programme de réforme du secteur financier 500 Juillet 2006 Appuis financiers et réformes structurales de 2004 à 2008 Kenya Projet de mine de titane Kwale (secteur privé) 40 Juillet 2006 Fournit du financement à la société d'exploitation canadienne Tiomin pour un projet titanifère dans le Kenya côtier 6

9 Tout comme la Banque mondiale, la BAD s est dotée de politiques internes (principes qui régissent son fonctionnement) en matière d environnement, de réduction de la pauvreté, de la participation du public, de la divulgation d'information et d'autres domaines. Mais la BAD n'a pas réussi à mettre en pratique ses politiques, notamment à cause des ressources humaines et financières insuffisantes qu'elle consacre à la mise en œuvre des politiques. Un mécanisme indépendant d inspection (IRM) a récemment été mis en place pour recevoir les plaintes des personnes touchées par les dommages résultant des projets de la BAD en raison de violations des politiques de la BAD. Les politiques de la BAD et l'irm peuvent se révéler des outils utiles pour tenir la BAD responsable et favoriser le respect plus général des droits environnementaux et sociaux. 4. Il peut être plus facile d influencer la BAD au moment où elle détermine son orientation future. Non sans difficulté, la BAD est en train de définir ses secteurs de prêts prioritaires et son «avantage comparatif» par rapport à la Banque mondiale et d'autres bailleurs de fonds. Ce processus pourrait donner l occasion aux organismes de la société civile d influencer l'ordre du jour de la BAD, de restreindre certaines activités, ou, s il y a lieu, d'encourager le soutien de la BAD à des secteurs qui pourraient être bénéfiques sur le plan du développement et de l environnement. Par exemple, les prêts et subventions de la BAD pourraient être réorientés afin d appuyer de petits projets d'énergie renouvelable projets qui ne pourraient être financés ou gérés efficacement par de plus gros prêteurs. De même, les organismes de la société civile pourraient essayer de remettre en question et de réduire la participation de la BAD dans d'autres domaines. La BAD, tout comme la Banque mondiale, est sensible à la critique et aux menaces à sa réputation. 5. La BAD affirme être la plus grande institution «africaine» de développement. Les pays membres africains sont, techniquement, les principaux actionnaires de la BAD, et la plupart des employés de la BAD sont africains. Le prétendu «caractère africain» de la BAD 2 pose des T 2 Il est difficile de définir exactement ce que l on entend par «caractère africain de la BAD». Beaucoup de membres du Conseil et du personnel l'emploient pour décrire un ou plusieurs des 7

10 questions singulières aux organismes de la société civile. La BAD pourrait-elle constituer une solution de rechange au modèle de développement de la Banque mondiale, en grande partie défini par les puissants gouvernements du Nord? Ou les membres bailleurs de fonds non régionaux exercent-ils un plus grand contrôle sur les activités de la BAD que leur droit de vote ne les y autorise? La BAD se sert-elle de son prétendu «caractère africain» comme d une couverture politique et pour justifier ses activités au nom de l'afrique? Est-ce que l association étroite de la BAD et de la Banque mondiale et son approbation des mêmes politiques économiques néolibérales dénotent une approbation «africaine» de cet ordre du jour? Ces questions seront approfondies dans la section «Qui contrôle la BAD?» Pourquoi la BAD a-t-elle suscité si peu d'attention? Jusqu'ici, la BAD est passée relativement inaperçue par la société civile et le grand public pour un certain nombre de raisons : Petit joueur. La BAD a toujours été une source relativement modeste de financement du développement en Afrique. Selon les données les plus récentes, la BAD fournit seulement 6 pour cent du total de l'aide au développement du continent. 3 Par le biais de son Association internationale de développement (AID), la Banque mondiale approuve annuellement, en Afrique, des sommes environ quatre fois supérieures en prêts à faible taux d intérêt et subventions que la BAD. La BAD n a pas les ressources humaines et financières et la gamme de compétences et d'expérience du personnel de la Banque mondiale. Ainsi, à la Banque mondiale, quatre fois plus de salariés travaillent sur un projet donné qu à la BAD. 4 éléments suivants : l emplacement de la BAD, sa mission axée sur l Afrique, le poids des parts de vote de pays africains au Conseil d administration et son personnel en grande partie africain. Quatre-vingts pour cent du personnel professionnel et cadre de la BAD est africain, de même que trois sur cinq vice-présidents. 3 Centre pour le développement mondial, «Construire la Banque africaine de développement : Six recommandations pour la BAD et ses actionnaires», août Service d évaluation, Opérations du Groupe de la Banque africaine de développement, «Stepping Up to the Future: An Independent Evaluation of African Development Fund VII, VIII and IX,» juillet 2004, P Ces chiffres ont été réitérés lors des réunions avec divers membres du conseil et du personnel. 8

11 Dans l'ombre de la Banque mondiale. Un certain nombre des projets de la BAD, notamment ses prêts à l appui des réformes, sont financés conjointement avec la Banque mondiale et d'autres bailleurs de fonds. De plus, la BAD mise largement sur la recherche et l'analyse de la Banque mondiale. Comme institution financière plus importante et fréquent financier principal de projets communs, la Banque mondiale attire plus l'attention que la BAD. Secret. Jusqu à récemment, la BAD n a divulgué que très peu d information sur ses opérations, que ce soit sur son site Web ou dans les pays africains. Malgré quelques améliorations au texte de sa politique de divulgation de l information et mises à niveau BAD et le cofinancement LA BAD cofinance souvent des projets avec la Banque mondiale, l'union européenne et d'autres bailleurs de fonds bilatéraux ou multilatéraux. En 2005, quelque 25 pour cent des opérations de la BAD (en termes de valeur) ont été cofinancées. Ce taux était légèrement inférieur à celui du cofinancement de la BAD en 2004 et Il faut savoir si la BAD est le seul bailleur de fonds dans un projet précis, ou non. Si la contribution financière de la BAD est modeste par rapport à celle d autres bailleurs de fonds, la BAD risque d avoir une influence ou des moyens de négociations moindres en ce qui concerne la conception et l'exécution du projet. Par conséquent, si vous voulez influencer ou arrêter le projet, il sera aussi important de cibler les autres bailleurs de fonds. Mais quelle que soit l importance de la contribution de la BAD, le projet doit quand même être conforme aux politiques de la BAD. de son site Web, la BAD se classe encore loin derrière d'autres institutions pour ce qui est de la disponibilité d'information sur ses activités. Caché. La BAD elle-même a été relativement inaccessible. Confrontée à une crise financière, la BAD a fermé tous ses bureaux locaux en Jusqu'à son ouverture récente de nouveaux bureaux nationaux, la BAD a été peu présente en dehors de son siège social en Côte d Ivoire, ou de son siège social actuel en Tunisie. 9

12 Qu'est-ce qui a changé? Les récents développements indiquent que la BAD pourrait mériter plus d'attention de la part de la société civile. La BAD semble jouer un rôle plus marqué aujourd'hui dans l élaboration de l'ordre du jour du développement africain. Le profil plus visible de l'institution peut être attribué à divers facteurs : Envergure croissante. Si les prêts de la BAD n'ont pas augmenté sensiblement ces dernières années, les chiffres de 2006 indiquent que cela est peut-être en train de changer. Entre 2005 et 2006, les activités de prêts de la BAD ont connu une croissance de plus de 30 pour cent, pour atteindre $3,4 milliards américains. Au cours de la même période, les opérations du secteur privé ont doublé de valeur. 5 Passage en tête. Le Nouveau partenariat pour le développement de l Afrique (NEPAD) 6 et d autres organismes internationaux ont confié à la BAD des mandats bien précis, soit de se hisser au premier rang des institutions financières et de développement dans des domaines tels que l'infrastructure, l'intégration régionale et les normes qui régissent les activités bancaires et financières en Afrique. Ces mandats ont également rehaussé la visibilité de la BAD dans les médias. Voir «Quelles sont les tendances clés dans les opérations de la BAD?» pour obtenir plus d'information sur son appui à l'infrastructure en Afrique. Pleins feux sur l'afrique. Le surcroît d attention accordé à l échelle internationale aux besoins en développement de l'afrique ces dernières années (par exemple, autour du Sommet du G8 à Gleneagles en 2005), et à l'importance de l'investissement dans les infrastructures en Afrique, a accentué le rôle de la BAD. 5 Banque africaine de développement, «BAD Group Operations Hit Record Levels» disponible à : = &focus_lang=us 6 Le NEPAD est une initiative intergouvernementale établie par l'union africaine pour remédier aux défis que doit relever le continent africain. Voir la page 21 pour plus d information au sujet des liens entre le NEPAD et la BAD. 10

13 À un carrefour. Les événements et les initiatives clés indiquent que la BAD traverse actuellement une période de transition. En 2005, la BAD a élu un nouveau président, M. Donald Kaberuka, ancien ministre des Finances du Rwanda. Le plan stratégique de la BAD s achève, et elle met la dernière main à un processus de réorganisation. Des efforts soutenus se poursuivent tant à l interne qu à l extérieur de la BAD afin de cerner «l avantage comparatif» de la BAD et de promouvoir un programme d'activités plus focalisé et plus sélectif. En 2007, la BAD a amorcé un autre renflouement sur trois ans des contributions des bailleurs de fonds pour son guichet de prêts subventionnaires. La BAD envisage également la relocalisation de son siège social. Lutte pour demeurer pertinents. La BAD doit prêter de l'argent pour continuer à fonctionner, mais elle fait face à la concurrence d'autres bailleurs de fonds et prêteurs tels que la Chine 7 et l'inde, ainsi que des organismes multilatéraux comme la Banque européenne d'investissement et la Banque mondiale. De plus, certains pays africains privilégiés se tournent de plus en plus vers les marchés financiers privés au lieu d'emprunter à la BAD. La BAD, à l instar de la Banque mondiale, tâche de trouver de nouveaux moyens de demeurer pertinente et attrayante pour tous les pays africains, y compris ceux qui ont accès à d'autres sources de financement. Promouvoir la «propriété» africaine. Les critiques se font nombreuses au sujet du contrôle disproportionné et antidémocratique qu exercent les pays bailleurs de fonds sur des institutions comme la Banque mondiale. Les pays emprunteurs et les pays africains en particulier n ont que peu d influence sur les décisions qui s y prennent. La BAD, où les actionnaires africains 7 On accorde beaucoup d attention au rôle bilatéral de la Chine en Afrique et à son intérêt pour l'extraction de ressources naturelles sur le continent. Par contre, la Chine semble avoir peu d influence en tant que membre de la BAD. Selon un certain nombre de membres du conseil et du personnel de la BAD, l'adhésion de la Chine à la BAD semble être menée principalement par ses intérêts en approvisionnement (en 2005, les entreprises chinoises ont reçu la plupart des marchandises de la BAD et des contrats d approvisionnement en travaux de génie civil). Les réunions annuelles de la BAD en 2007 se tiendront également à Shanghai, en Chine. 11

14 jouissent d une représentation sensiblement plus importante, pourrait constituer une solution de rechange plus équilibrée, ou du moins la possibilité d'une approche différente pour la prise de décisions. Mais la légitimité de l'affirmation «du caractère africain» de la BAD et de la redevabilité de la BAD envers les citoyens africains doit être évaluée. Comment la BAD est-elle structurée? La Banque africaine de développement se compose de trois «guichets» de prêt différents : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds de développement africain (FAD) et le Fonds spécial du Nigéria (NTF). Ensemble, ces trois guichets forment le Groupe de la Banque africaine de développement, ou la BAD. En 2005, la BAD a fourni $2,5 milliards américains pour des opérations de prêt, dont $1,4 milliard américains provenait du portefeuille de la BAD. Les prêts approuvés par le FAD constituaient la majeure partie du reste du portefeuille de la BAD. Les prêts du NTF forment généralement une part infime des affaires de la BAD, représentant moins de 1 pour cent des opérations annuelles de l institution. Aucun prêt ou subvention n'a été approuvé par le guichet NTF en La Banque africaine de développement Le guichet BAD accorde des prêts aux gouvernements de pays africains plus fortunés, comme l'afrique du Sud, le Maroc, la Tunisie et le Gabon. Treize pays africains, sur 53, sont admissibles à l emprunt au guichet BAD. Les emprunteurs ont de 5 à 20 ans pour rembourser les prêts, selon le type de prêt accordé. Le taux d'intérêt sur le prêt est comparable aux taux d'intérêt pratiqués par les banques privées ou commerciales. Le BAD accorde également des prêts et d'autres types d'aide financière aux entreprises privées pour soutenir leurs projets dans tous les pays africains. En 2005, les opérations du secteur privé du BAD 8 Toutes les statistiques et chiffres sur les prêts dans ce document sont tirés du Rapport annuel de la Banque africaine de développement 2005, sauf indication contraire. Tous les chiffres des opérations de prêt excluent les approbations d allégement de la dette (PPTE) qui se sont montées à quelque $727 millions de dollars américains en 2005 et à $4,7 milliards de dollars américains cumulativement. 12

15 représentaient environ $257 millions américains, ou 8 pour cent du total des prêts approuvés par la BAD. Le guichet BAD utilise de l'argent de trois principales sources pour financer ses opérations : 1 ) le remboursement des prêts par les emprunteurs du BAD; 2 ) l argent obtenu (emprunté) par le BAD sur les marchés financiers privés entre autres, les investisseurs japonais et américains détiennent une partie Prets et subventions de la BAD par guichet (en milliards de dollars americains) 100% 80% 60% 40% 20% 0% 1.4md 1.1md NTF: 0.4 md 20.5md 29.5md substantielle des obligations du BAD; 9 et 3) les contributions des pays membres lors des augmentations générales du capital (GCI). Le dernier GCI date de 1999 et depuis lors aucun nouveau GCI n'a été programmé. NTF: 0md 2005 (US $2,5 md) Cumulative (US $50,4md) NTF FAD BAD Fonds africain de développement Le Fonds africain de développement est devenu le plus grand guichet de prêt de la BAD. Le FAD fournit des subventions et des prêts à 38 pays africains dont le produit intérieur brut (PIB) par habitant est inférieur ou égal à 540 $ américains. Aucun intérêt n'est exigé à l égard des prêts du FAD. Les prêts du FAD doivent être remboursés dans un délai de 20 ou de 50 ans, selon le type de prêt. Le FAD accorde également des subventions non remboursables. Seul le Nigéria est admissible à l emprunt de la BAD et du FAD, en fonction de son PIB par habitant. La quasi-totalité du financement du FAD provient des contributions de pays membres non régionaux (bailleurs de fonds), plus un petit montant provenant des remboursements des prêts antérieurs. Les bailleurs de fonds se rencontrent tous les trois ans pour convenir d'un «renflouement» du financement pour le FAD. Le dernier renflouement 9 Banque africaine de développement, «Investor Presentation,» octobre Disponible à : ON/INVESTOR%20PRESENTATION%20OCT% PPT#1838,25,Slide%

16 du FAD, FAD-X, couvrait la période de 2005 à Les bailleurs de fonds se sont engagés à verser $5,4 milliards américains, soit une hausse de $2 milliards américains par rapport au niveau du renflouement précédent. Le processus de renflouement est l'un des principaux mécanismes par lesquels les bailleurs de fonds exercent une influence sur les genres d'activités et les politiques que promeut la BAD. Bien que quatre représentants des pays emprunteurs assistent aux négociations de renflouement du FAD, ils sont censés jouer davantage le rôle d observateurs que de participants actifs à ces réunions. Les négociations sur le prochain renflouement du FAD ont commencé en mars Fonds spécial du Nigéria Le renflouement et la gestion des bailleurs de fonds du FAD Le FAD reçoit la quasitotalité de ses fonds de contributions de pays membres bailleurs de fonds. Les bailleurs de fonds ont généralement recours au processus de renflouement du FAD pour imposer un certain nombre de conditions à la BAD en ce qui concerne ses politiques et opérations. Le Fonds spécial du Nigéria (NTF) est un guichet spécial de la BAD qui a été créé grâce à $80 millions américains du gouvernement nigérian en Le cumul des approbations de prêts et de subventions du NTF se chiffre à quelque $400 millions américains. Tout comme le FAD, le Fonds spécial du Nigéria accorde des prêts aux pays africains à faible revenu. Les prêts du NTF sont remboursables en 25 ans, à un taux d'intérêt de 2 à 4 pour cent. L'accord de création du NTF a pris fin en Une étude d'évaluation permettra bientôt de formuler des recommandations qui seront prises en compte dans les négociations sur la prolongation du NTF Pour les négociations sur le renflouement du FAD en 2007, quatre gouverneurs de pays africains non bailleurs de fonds et tous les administrateurs - de pays bailleur de fonds et emprunteurs - sont invités à assister aux négociations. 11 Quelques membres du conseil d'administration ont noté qu'alors que les ressources du NTF ne sont pas substantielles, comme fonds africain soutenu par le plus gros actionnaire de la BAD, le NTF est perçu comme une partie importante de la BAD. On a signalé que le Nigéria peut envisager d acquérir à nouveau des ressources du NTF pour créer un fonds d'investissement pour des projets d'infrastructure en Afrique. 14

17 Quand la BAD a-t-elle été fondée? La Banque africaine de développement a été fondée en 1964, en Côte d'ivoire. À cette époque, seuls les pays africains étaient membres de la BAD. En 1972, le Fonds de développement africain a vu le jour. Après la flambée des prix du pétrole des années 1970, les gouvernements africains ont eu de plus en plus de difficulté à verser des contributions à la BAD. Par conséquent, la charte de la BAD a été modifiée en 1982 et les pays non africains ont été invités à devenir membres à part entière. Pour préserver le «caractère africain» de la BAD, il a été décidé que les pays membres non régionaux seraient autorisés à détenir tout au plus un tiers du total des droits de vote, 12 que le président de la BAD serait toujours africain, et que le siège social de la BAD serait toujours situé en Afrique. 13 La Banque africaine de développement regroupe maintenant 77 pays membres : 53 sont des pays africains et 24 sont européens, nordaméricains, sud-américains et moyen-orientaux. En 2003, le siège social de la BAD a été temporairement relocalisé à Tunis, en Tunisie, en raison du conflit en Côte d Ivoire. Aujourd hui, la BAD fonctionne toujours depuis Tunis, alors que son siège social demeure, techniquement, en Côte d'ivoire. L emplacement du siège permanent de la BAD demeure une question en suspens. 12 English, E. Philip et Mule, Harris M., 1996, La Banque africaine de développement, Lynne Rienner, Londres, P. 20, cités dans : Service d évaluation, Opérations du Groupe de la Banque africaine de développement, «Stepping Up to the Future: An Independent Evaluation of African Development Fund VII, VIII and IX,» juillet 2004, P Culpepper, Roy ; op.cit P

18 Qui contrôle la BAD? Les gouvernements membres sont officiellement représentés au sein de la BAD par leur ministre des Finances, de la Planification ou de la Coopération qui siège au Conseil des gouverneurs de la BAD. Les gouverneurs de la BAD se réunissent une fois par an (lors des réunions annuelles de la BAD, en mai) pour prendre des décisions clés sur la conduite de l'institution, ses orientations stratégiques et ses instances dirigeantes. Les gouverneurs désignent habituellement un représentant de leur pays, lequel travaille au bureau du Conseil d administration de la BAD. Les décisions quotidiennes au sujet des prêts et des subventions à approuver et des politiques qui doivent guider le travail de la BAD sont prises par le Conseil d administration. Chacun des pays membres est représenté au sein du conseil, mais l importance de leur vote et leur influence varient en fonction du montant de leur contribution financière à la BAD. Comprendre comment les gouvernements agissent au sein du conseil d'administration et qui représente votre pays peut être utile si vous voulez connaître ou influencer les activités de la BAD. Signaler les enjeux qui vous préoccupent aux représentants gouvernementaux qui siègent au conseil d administration, ou aux responsables gouvernementaux dans les pays membres, peut être un moyen efficace d influencer les projets et les politiques. En savoir plus sur votre gouvernement et la BAD Déterminez si votre ministre des Finances, de la Planification ou de la Coopération siège au Conseil des gouverneurs de la BAD. Essayez de signaler des questions et des enjeux concernant les opérations de la BAD dans votre pays à vos responsables gouvernementaux concernés. Pour joindre l administrateur représentant votre pays au conseil de la BAD, voir l'annexe de ce Guide d introduction : Communiquer avec la BAD. Pour en savoir plus sur le type d'information qui devrait être disponible au sujet des projets ou politiques qui seront discutés sous peu par le conseil de la BAD, voir la section «Ce que vous pouvez faire pour influencer la BAD». 16

19 Actions et pouvoirs de vote Les contributions des membres à la BAD et au FAD déterminent le nombre des «actions» que détient chaque pays. Le nombre des actions détermine l importance relative du vote de chaque pays au Conseil d administration de la BAD. Il y a essentiellement deux conseils d administration au sein de la BAD un pour le guichet BAD et un pour le guichet FAD. On dénombre respectivement 18 et 12 membres des conseils de la BAD et du FAD. Les six mêmes administrateurs non régionaux représentant les pays bailleurs de fonds siègent à la fois aux conseils de la BAD et du FAD. Les 12 sièges restants au conseil de la BAD sont occupés par des administrateurs africains, dont six sont nommés au conseil du FAD. Ces positions font l objet d une rotation annuelle. Composition du conseil Nº total d'administrateurs Nº d administrateurs africains (% de vote) Nº d administrateurs non africains (% de vote) BAD (60 %) 6 (40 %) FAD 12 6 (50 %) 6 (50 %) Le poids du vote des pays africains se situe à quelque 60 pour cent pour le guichet de la Banque africaine de développement, et pour les pays non africains, à 40 pour cent. Le plus gros actionnaire de la Banque africaine de développement est le Nigéria, qui possède près de 9 pour cent des voix. Tous les pays membres de la BAD sont représentés au Conseil d administration de la BAD. Au conseil du FAD, le pouvoir de vote des pays membres africains s élève à 50 pour cent et celui des pays non africains, à 50 pour cent. Les États- Unis sont le plus gros actionnaire du FAD, avec quelque 6,5 pour cent du total des voix, suivis du Japon avec quelque 5,4 pour cent. 17

20 Conseil d administration 14 Dix-huit administrateurs siègent au conseil de la BAD 12 pour les pays membres «régionaux» africains et 6 pour les pays membres (bailleurs de fonds) «non régionaux». Chacun des administrateurs, sauf les États-Unis, représente Pouvoirs de vote à la plus d'un pays. Habituellement, les divers pays au BAD sein de chaque circonscription d un administrateur assument à tour de rôle la responsabilité de remplir les postes de personnel d appui, et parfois celui d administrateur ou de suppléant. Les circonscriptions sont formées en partie en fonction du poids du vote de chaque pays, l objectif étant d assurer un poids relativement égal à chaque administrateur. 15 À la différence de la Banque mondiale, aucun des administrateurs de la BAD ne possède une part de vote assez importante pour bloquer à lui seul les décisions du conseil du FAD ou de la BAD. 16 Le poids du vote des pays africains s élève à quelque 60 pour cent pour le guichet de la Banque africaine de développement et celui des pays non africains, aux 40 pour cent restants. Au sein du FAD, le poids du vote des bailleurs de fonds (surtout des pays non africains plus l'afrique du Sud) est de 50 pour cent et celui des pays emprunteurs, de 50 pour cent. Le Conseil d administration se réunit habituellement le mercredi pour prendre des décisions sur des propositions de projets ou de politiques de la BAD ou du FAD. Chaque administrateur exprime sa position sur la proposition (ou garde le silence, ce qui revient à une approbation). Les administrateurs soulèvent parfois des questions ou des préoccupations concernant la proposition. La direction et le personnel de la BAD assistent à la réunion et répondent souvent directement aux questions et aux enjeux soulevés par les membres du conseil. Il arrive que les membres du conseil revoient leur position à la suite de ces discussions. 14 L'information au sujet du conseil d administration et de sa dynamique de pouvoir a été obtenue lors des réunions que Nikki Reisch (BIC) et Shannon Lawrence (conseillère) ont tenues avec les bureaux des administrateurs en novembre La rotation des postes au bureau des administrateurs, y compris celui de directeur général, est déterminée par accord entre les membres de la circonscription et varie en conséquence. 16 Par exemple, les États-Unis sont le plus gros actionnaire de la Banque mondiale avec une part de vote de quelque 16 pour cent, suivi du Japon avec 8 pour cent. À la BAD, les États- Unis ont environ un poids de vote de 6,5 pour cent et le Nigéria, le plus gros actionnaire, a moins de 9 pour cent. 18

Secteur de la croissance verte à Madagascar

Secteur de la croissance verte à Madagascar Influence- Communication-Publicité Pour l Afrique et Madagascar Secteur de la croissance verte à Madagascar Revue de presse destinée aux investisseurs potentiels 23 août 2014 Croissance verte: une stratégie

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par B.O. Oramah Vice président (développement commercial et financement de projet d'entreprise) Banque Africaine d'import-export Présenté au séminaire 2014

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Solutions à l exportation

Solutions à l exportation Solutions à l exportation Le rôle d Exportation et développement Canada (EDC) est d appuyer et de développer les activités internationales des exportateurs et des investisseurs canadiens. La tolérance

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration (le «conseil») rend compte à l actionnaire et relève du Parlement par l intermédiaire du ministre de l Industrie. Le conseil assume la responsabilité

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par Mme Kanayo Awani Directrice, Financement du commerce et Agences African Export-Import Bank Présenté au séminaire 2014 sur l affacturage Lusaka, Zambie

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 25 juillet 2006 Etapes du développement de programmes Conditions interinstitutionnelles Actions nécessaires Structure

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR)

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Page 1 / 8 Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Art. 1 Constitution I. Constitution, siège Sous la dénomination «Pôle scientifique et technologique

Plus en détail

DEMANDE D EXTENSION DE L ACCORD DE CONFIRMATION COMMUNIQUÉ DE PRESSE ET RAPPORT DES SERVICES DU FMI

DEMANDE D EXTENSION DE L ACCORD DE CONFIRMATION COMMUNIQUÉ DE PRESSE ET RAPPORT DES SERVICES DU FMI Mai 2015 TUNISIE Rapport du FMI n 15/135 DEMANDE D EXTENSION DE L ACCORD DE CONFIRMATION COMMUNIQUÉ DE PRESSE ET RAPPORT DES SERVICES DU FMI Dans le cadre de la demande d'une extension de l'accord de confirmation,

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO

FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO NOTE CONCEPTUELLE FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO 1 INTRODUCTION Le Centre pour les Energies Renouvelables et l'efficacité Energétique de la CEDEAO (CEREEC) a lancé en 2013 un programme phare

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Fonds Jantzi RBC. Investissement. Des choix socialement responsables pour votre portefeuille de placements

Fonds Jantzi RBC. Investissement. Des choix socialement responsables pour votre portefeuille de placements Investissement Pour plus de renseignements sur les fonds Jantzi RBC, veuillez vous adresser à votre conseiller ou visiter www.rbc.com/jantzifonds Fonds Jantzi RBC Des choix socialement responsables pour

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

L Inclusion Financière au MIX

L Inclusion Financière au MIX L Inclusion Financière au MIX 1. Contexte Le secteur manque de ressources sur le paysage des institutions offrant des services financiers aux populations mal desservies disposant de suffisamment d envergure

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

AIDE PUBLIQUE AU DEVELOPPEMENT CONSACREE AU SECTEUR AGRICOLE EN AFRIQUE: acteurs, FORMES, EFFICACITE ET ORIENTATIONS.

AIDE PUBLIQUE AU DEVELOPPEMENT CONSACREE AU SECTEUR AGRICOLE EN AFRIQUE: acteurs, FORMES, EFFICACITE ET ORIENTATIONS. GDN's 16th Annual Global Development Conference session de discussion sur le déclin et le renouveau de l'aide à l'agriculture en Afrique 1 AIDE PUBLIQUE AU DEVELOPPEMENT CONSACREE AU SECTEUR AGRICOLE EN

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN

VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN Mémoire présenté aux fins du budget de 2016 29 janvier 2016 Présenté par : Peter Kondos, Ph. D. Président

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE

RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE Par Jocelyn Rakotoarisoa Etudiant en Economie, Université d Antananarivo, Madagascar Membre du Conseil Régional

Plus en détail

INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER

INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE Introduction POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER Ce document est destiné à aider les candidats d outre-mer à comprendre les procédures de candidature

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

Ministère des Finances et de la Planification. du Développement Economique. Direction Générale des Finances Publiques. Direction de la Dette

Ministère des Finances et de la Planification. du Développement Economique. Direction Générale des Finances Publiques. Direction de la Dette République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Direction Générale des Finances Publiques Direction de la Dette Rapport de la dette publique du Burundi :

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

LA BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT

LA BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT LA BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT La Banque européenne d'investissement (BEI) promeut les objectifs de l'union en fournissant des fonds pour financer des projets à long terme, ainsi qu'en octroyant

Plus en détail

Le rôle d Afreximbank dans la promotion de l affacturage en Afrique

Le rôle d Afreximbank dans la promotion de l affacturage en Afrique Le rôle d Afreximbank dans la promotion de l affacturage en Afrique Par Mme Kanayo Awani Directrice, Financement du commerce et Agences (AFREXIMBANK) Présentation lors du séminaire d Afreximbank sur l

Plus en détail

Fonds pour l'environnement mondial

Fonds pour l'environnement mondial Fonds pour l'environnement mondial Résumé du document GEF/C.32/8 Stratégie de communication et d information Décision recommandée au Conseil Ayant examiné le document GEF/C.32/8 intitulé Stratégie de communication

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE :

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : INTRODUCTION PARTIE I : LES CRITIQUES SUBIES PAR LE FMI ET LA BANQUE MONDIALE (pourquoi reformer) PARTIE II: LES REFORMES PRECONISER POUR UNE MEILLEURE ADEQUATION

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Information concernant les comités consultatifs et les conseils d administration

Information concernant les comités consultatifs et les conseils d administration Information concernant les comités consultatifs et les conseils d administration Document produit par le Foire aux questions Comité consultatif ou conseil d administration? L'expérience montre que les

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale CADRE FINANCIER D OPTION NATIONALE POUR L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC Autorisé et payé par Sylvain Gauthier, agent officiel du parti Document préparé par l équipe économique d Option nationale Vers un Québec

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa 71 1. Contexte et objectif a. Contexte Il est largement reconnu que les aéroports commerciaux contribuent au développement économique de la région où ils sont situés, et ce, de plusieurs manières : ils

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette

L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette Note pour le groupe technique «Annulation / Allégements de la dette et développement» de la Commission Coopération Développement L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette Avril 2000

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Pleins feux sur BlueBay Asset Management L un des plus grands gestionnaires mondiaux de titres à revenu fixe spécialisés

Pleins feux sur BlueBay Asset Management L un des plus grands gestionnaires mondiaux de titres à revenu fixe spécialisés Pleins feux sur BlueBay Asset Management L un des plus grands gestionnaires mondiaux de titres à revenu fixe spécialisés BlueBay : À la pointe des titres à revenu fixe spécialisés BlueBay a été fondée

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal Réunion intermédiaire du Sous-comité du SREP Nairobi, Kenya 8 et 9 mars 2012 SREP/SC.IS.2/Inf.3 17 février 2012 Point 7 de l ordre du jour Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et opérations

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Groupe de travail sur les normes en matière de sondage Avril 2011 Les opinions exprimées dans le présent document ne doivent

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Consensus sur les données en Afriques

Consensus sur les données en Afriques Consensus sur les données en Afriques Huitième Réunion annuelle conjointe du Comité technique spécialisé de l Union africaine sur les finances, les affaires monétaires, la planification économique et l

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY SYMPOSIUM AFRICAIN SUR LA FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT ROUTIER CASABLANCA, LE 5 MAI 2012 Excellence Monsieur

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

Outil d évaluation de la FC pour les CIM MD

Outil d évaluation de la FC pour les CIM MD Façon d utiliser le présent document Cet outil est fourni pour aider les candidats aspirant au titre de (CIM MD ) à évaluer la pertinence de leurs activités de formation continue en ce qui a trait aux

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

Accélérer la croissance des PME grâce à l innovation et à la technologie

Accélérer la croissance des PME grâce à l innovation et à la technologie CONSEIL NATIONAL DE RECHERCHES CANADA PROGRAMME D AIDE À LA RECHERCHE INDUSTRIELLE Accélérer la croissance des PME grâce à l innovation et à la technologie Apperçu PARI-CNRC : Qui sommes-nous? Quel est

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail