TOX. 360 MERCURE toxicologie médicolégale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TOX. 360 MERCURE toxicologie médicolégale"

Transcription

1 - I - PHASE PREANALYTIQUE A. Prélèvements TOX. 360 MERCURE toxicologie médicolégale 1. Nature : Selon le consensus S.F.T.A du 23/02/96 concernant les modalités de l autopsie en Médecine Légale : - Sang périphérique (recueilli sur EDTA / héparine), - Sang cardiaque - Urines - Bile, contenu gastrique, cheveux, viscères (rein,cerveau )! Au risque potentiel de souillure par les désinfectants mercuriels (mercurochrome, merseptyl, mercryl) pour les prélèvements sanguins et aux agents de conservation, ajoutés dans les récipients de recueil des urines. 2. Quantité : La quantité de chaque échantillon prélevé se fera sous l autorité et la décision du médecin légiste. L ensemble de ces prélèvements peut être mis dans une boite en matière plastique fermée au moyen d un couvercle clipsable Sang (2 à 5 ml), Urine (5 ml), Contenu gastrique (10 à 20 ml), Bile (5-10 ml),1 mèche de cheveux, viscères (1 à 30g de chaque organe) 3. Nature du contenant : Sang : tube ou flacon en verre Urine et bile : flacon en verre Viscères : 1 poudrier de chaque organe Cheveux : 1 enveloppe 4. Renseignements utiles : - date et heure des faits - date et heure du décès - mode de conservation du corps - date et heure du prélèvement - date et heure de réception des échantillons au laboratoire - date et heure des analyses 5. Mode de conservation des échantillons souhaité : Froid à 4 C ou congelé à <-18 C Il ne faut pas oublier le caractère volatil du mercure particulièrement par forte chaleur. Page 1 sur 7

2 B. Circonstances et causes de l'intoxication Les sources d intoxication au mercure sont ubiquitaires : domestiques, environnementales et professionnelles. Les principales sources d expositions professionnelles sont : extraction du métal, industrie électrique (piles, contacteurs, enseignes lumineuses..), fabrication d appareils scientifiques de précision, production de chlore et de potasse ou de soude, préparation d amalgames dentaires, fabrication de verrerie graduée Les sources d expositions extraprofessionnelles sont : soins dentaires, amalgames, médicaments (désinfectants, antiseptiques), influence de l alimentation, blanchiment de la peau (crème,savon) Les utilisations industrielles du mercure contribuent à la pollution environnementale : combustion du charbon, usine de production du chlore, l incinération de déchets, l usage de pesticides organomercuriels. L importante volatilité du mercure fait que sa principale source dans l environnement est le dégazage de l écorce terrestre. L activité volcanique constitue aussi une source naturelle de mercure C. Traitements 1. Thérapeutique du sujet : Il est intéressant de connaître toutes les substances absorbées par le sujet, afin d en étudier les interactions. 2. Thérapeutique mise en oeuvre dans le cadre de l intoxication : Mise en place d un traitement à base de chélateurs. Des traitements chélateurs par le BAL (2,3 dimercaptopropanol) ou par des agents comportant des groupements sulfhydriles comme : D - penicillamine, N -acetyl D - penicillamine, DMPS (2,3dimercaptopropane 1 sulfonate de sodium) et DMSA (acide dimercaptosuccinique) sont indiqués au cours des intoxications aigues ou chroniques. D. Données pharmacologiques et toxicologiques 1. Demi-vie, élimination métabolisme, et redistribution post-mortem: a) mercure élémentaire et mercure inorganique Le mercure élémentaire sous forme de vapeur est essentiellement absorbé par voie pulmonaire (75 à 85%). L absorption par voie orale est faible (<1%). La voie souscutanée est une voie accidentelle de pénétration du mercure métallique chez les infirmières. Le mercure élémentaire absorbé est distribué dans les hématies et dans divers organes notamment dans le rein et le cerveau où il est oxydé en ion mercurique. En aigu, l'excrétion fécale prédomine (50%) avec une élimination urinaire inférieure à 15% et d'environ 37% dans l'air expiré. Chez les sujets exposés de façon chronique, l'élimination urinaire (environ 60%) dépasse l'excrétion fécale (<45%). Pour les composés inorganiques du mercure, la quantité absorbée à la suite d'une ingestion est inférieure à 10%. En milieu industriel, les risques d'intoxication par inhalation sont faibles sauf si les sels de mercure sont sous forme de poussière ou d'aérosols. Dans ce cas, l'absorption pulmonaire dépend de la taille et de la solubilité des particules. La pénétration cutanée suite à l'application de crèmes ou autres préparations est significative. Page 2 sur 7

3 Les ions mercureux sont rapidement transformés en ions mercuriques. Le passage des composés inorganiques du mercure au niveau des barrières hématoencéphalique et placentaire est limité. Le lieu de stockage principal est le rein qui représente environ 90% de la charge corporelle à l'état d'équilibre.. La demi-vie d élimination du mercure sanguin est biphasique avec une première phase rapide (3 à 5j) et une deuxième phase plus lente (15 à 45 j). La demi-vie d'élimination urinaire est de 41 à 90 jours. Dans les tissus, la demi-vie la plus courte est observée pour le poumon (2 j). Le cerveau présenterait une cinétique d élimination biphasique avec une première phase de 20 j et une seconde beaucoup plus longue encore mal connue. La demi-vie dans le rein (60 j) est identique à celle du corps entier confirmant la prédominance de cet organe dans le stock global de l organisme. b) Mercure organique Pour la population générale, l exposition s effectue par voie digestive (poissons, aliments contaminés par le méthylmercure). L'absorption est pratiquement totale (>90%). Dans le sang le mercure organique est presque complètement intra-érythrocytaire (90%). Il traverse les barrières hématoencéphalique et placentaire. Il est distribué dans tout le corps et s accumule principalement dans les reins et le cerveau. Il est principalement excrété dans les fécès (90%).. 2. Concentrations thérapeutiques, toxiques et létales : (facteur de conversion : 1 µg/l = 4,99 nmol/l) Valeurs usuelles de sujets non exposés : - sérum : < 4 µg/l (Hg total) - sang total : < 10 µg/l (Hg total) - sang total : < 5 µg/l (Hg inorganique total) - urines : < 5 µg/g de créatinine Chez les sujets professionnellement exposés : - valeur-guide française : - sang total < 15 µg/l (Hg inorganique total) en fin de poste et en fin de semaine. - urine < 50 µg/g créatinine (Hg inorganique total) avant le début de poste - valeur de référence allemande : - sang total : < 25 µg/l (Hg métallique et composés inorganiques) < 100µg/L (Hg organique) - urine < 100 µg/l (Hg métallique et composés inorganiques) Concentrations associées à des effets toxiques : - urine : >300 µg/l - sang total : > 200 µg/l Hg organique - l élimination urinaire est très augmentée après chélation 3. Stabilité in vitro dans les prélèvements biologiques : Non renseignée Page 3 sur 7

4 - II - PHASE ANALYTIQUE Toxicologie médicolégale A. Analyse toxicologique par méthodes spécifiques Critères à remplir pour la recherche et/ou le dosage du Mercure Méthodes utilisées : Deux techniques principales sont utilisées en pratique courante : - spectrométrie d'absorption atomique, - spectrométrie d'émission en plasma induit haute fréquence (ICP-AES). Dans les deux cas, la génération d'hydrure est nécessaire pour atteindre un niveau de sensibilité suffisante. En cas de dosage de la totalité du mercure, on pourra pratiquer une minéralisation du milieu biologique. On aura toujours recours à une séparation préalable du mercure de son milieu. La spectrométrie de masse couplée à un plasma induit haute fréquence (ICP-MS) est une méthode en plein développement. Le dosage du mercure total dans les milieux liquides (sang, urine ) est réalisé après une simple dilution de l'échantillon. a) étapes préalables au dosage du mercure Minéralisation devra éviter toute perte par volatilisation - utilisation des fours à micro-ondes plus efficace - mélange HNO 3 /H 2 SO 4 - mélange bromate/bromure Concentration - séparation Les méthodes de séparation se pratiquent soit sur un échantillon isolé, soit en continu (meilleure reproductibilité) - formation d'un amalgame - obtention d'une vapeur froide (différents réducteurs peuvent être utilisés) : - SnCl 2 en milieu alcalin - SnCl 2 en milieu acide - NaBH 4 en milieu acide - NaBH 4 en milieu alcalin - formation d'un complexe b) les méthodes Activation neutronique Dilution isotonique couplée à la spectrométrie de masse Chromatographie en phase gazeuse (le détecteur employé est une capture d'électrons) Chromatographie liquide de haute pression (CLHP) Page 4 sur 7

5 Spectrophotométrie d'absorption atomique [technique la plus utilisée en routine couplée avec la production de vapeur froide (SnCl 2, NaBH 4 )]. Spectrophotométrie d'émission en plasma induit haute fréquence Fluorescence atomique Vapeur froide Amalgame/vapeur froide ICP-MS Domaine d'analyse 2 à 200 µg/l dans le sang et les urines 1. Limite de détection et/ou de quantification : Les limites de détection / quantification sont données à titre indicatif. En effet, elles peuvent varier du fait que l on ne maîtrise pas la qualité des prélèvements d autopsie que l on analyse. - SAA (réducteur SnCl 2 ) : Hg minéral : 0.05 pmol,hg organique :0.2 pmol - SAA (réducteur NaBH 4 ) : 10 à 15 pmol - Spectrophotométrie d émission en plasma induit haute fréquence (ICP-AES) : 0.25 pmol - Fluorescence atomique : 0.05 pmol - ICP-MS : Sang total LQ : 1 µg/l Urines LQ : 1 µg/l Cheveux LQ : 0,01 ng/ml 2. Validation de la méthode : La validation ne concerne que le sang total et éventuellement sérum, plasma et urines seuls milieux pour lesquels existent des données bibliographiques concernant les taux thérapeutiques, toxiques et mortels. Selon critères du laboratoire. 3. Existence d'interférences analytiques : Non 4. Pièges à éviter : Le mercure peut se volatiliser à la température du laboratoire. Risque élevé de contamination de l échantillon. La consommation de poisson (contenant du Hg organique), le tabagisme, les soins dentaires, les médicaments désinfectants contenant des dérivés mercuriels. Eviter les pots en polystyrène cristal (adsorption). Page 5 sur 7

6 B. Analyse toxicologique par méthode immunochimique Critères à remplir pour la recherche et/ou le dosage de Mercure Méthodes utilisées : Pas de méthode existante - III - PHASE POSTANALYTIQUE Mode de conservation des échantillons conseillé : - Liquides biologiques et viscères à 4 C ou congélation (< -18 C) - Cheveux à température ambiante à l abri de l humidité Page 6 sur 7

7 Bibliographie (voir instruction aux auteurs des Annales de Toxicologie Analytique) Garnier R. Mercure. In : Toxicologie clinique. 5e édition. Bismuth Ch. (Ed), Masson, Paris, Garnier R, Poupon J. Biométrologie de l exposition aux métaux. Communication orale, Congrès de la SFT, Paris, novembre IPCS (International Programme on Chemical Safety). Concise International Chemical AssessmentDocument n 50 Elemental mercury and inorganic mercury compounds: Human health aspects. WHOGeneva, Miquel G. Les effets des métaux lourds sur l environnement et la santé. Office parlementaire d évaluation des choix scientifiques et technologiques, 2001;360p Apostoli P, Cortesi I, Mangili A, Elia G, Drago I, Gagliardi T et coll. Assessment of reference values formercury in urine : the results of an Italian pol. Sci Total Environ.2002 ;289(1-3) : Zimmer H, Ludwig H, Bader M, Bailer J, Eickholz P, Staehle HJ et coll. Determination of mercury in blood, urine and saliva for the biological monitoring of an exposure from amalgam fillings in a groupwith self-reported adverse health effects. Int J Hyg Environ Health ; 205: Chappuis P. Techniques d analyse des oligoéléments chez l homme. Lavoisier,1995, Lauwerys R. Toxicologie industrielle et intoxications professionnelles. Masson, 2003, Baselt RC. Disposition of toxic drugs and chemicals in man. Chemical Toxicology Institute, 4ème edition, Goullé J.P. Mahieu L. Castermant J. Neveu N. Lainé. G. Nouveau M.P. Gehanne R. Bouige D. Lacroix C. Validation d une technique de dosage multiélémentaire des métaux par ICP-MS dans les milieux biologiques. Ann. Tox. Anal ; 15 (4) : Correctif dans Ann. Tox. Anal ; 16 (4) : Goullé, J.P., Mahieu, L., Neveu, N., Bouige, D., Castermant, J., Laine, G., Nouveau, M.P., Gehanne, R., and Lacroix, C. Dosage multiélémentaire des métaux et métalloïdes dans les milieux biologiques par ICP-MS : valeurs usuelles chez 100 témoins. Ann. Toxicol. Anal. 2004, 16 (4) : Goullé J.P., Mahieu L., Bonneau L., Laine G., Bouige D., Lacroix C. Validation d une technique de dosage multiélémentaire des métaux et métalloïdes dans les cheveux par ICP-MS. Valeurs de référence chez 45 témoins. Ann. Toxicol. Anal. 2005, 17(2) : Goullé J.P., Métaux. Toxicologie et Pharmacologie Médicolégales. Collection Option Bio, Editeur Kintz P., 1998, pp Afssaps. Le mercure des amalgames dentaires. Octobre 2005 INERIS. Fiches de données toxicologiques et environnementales des substances chimiques. Mercure et ses dérivés. Version n 2-2 mai Page 7 sur 7

Les prélèvements pour expertise toxicologique Docteur E. Saussereau Expert près la Cour d Appel de Rouen Laboratoire de Toxicologie Groupe Hospitalier du Havre Introduction Toxicologie médico-légale Examen

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques Dominique Robin Ricardo Stouvenel Frédéric Jaquenod Gilles Triscone Martina Zsely-Schaffter Des

Plus en détail

Crache Test. Dr. Sc. Pharm. Sarah Wille INCC

Crache Test. Dr. Sc. Pharm. Sarah Wille INCC Crache Test Dr. Sc. Pharm. Sarah Wille INCC Présentation générale Pourquoi détecter des drogues dans la salive? Quelle est l'utilité d'une analyse complémentaire en laboratoire? Quels sont les premiers

Plus en détail

Intoxication par l'eau de Javel

Intoxication par l'eau de Javel Intoxication par l'eau de Javel N. Rhalem, R. Soulaymani 1. Cas clinique Un enfant de 4 ans a ingéré de façon accidentelle, un demi verre d'eau de Javel vendu en ambulatoire. Il est amené une heure plutard

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

Evaluation de l exposition tabagique chez un groupe de «fumeurs actifs» et un groupe de «fumeurs passifs».

Evaluation de l exposition tabagique chez un groupe de «fumeurs actifs» et un groupe de «fumeurs passifs». Evaluation de l exposition tabagique chez un groupe de «fumeurs actifs» et un groupe de «fumeurs passifs». Dosage de la nicotine et de la cotinine urinaires par chromatographie liquide haute performance

Plus en détail

ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES

ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES Alain DODI - Laboratoire d Analyses Radiochimiques et Chimiques 31 JANVIER 2013 Rencontre CEA Industrie pour l innovation et le transfert de technologie Instrumentation 30 JANVIER 2013 Mesure Caractérisation

Plus en détail

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE 1. Objet Méthode pour l extraction des éléments en traces présents dans les sols (y compris les sédiments), les matières

Plus en détail

4 èmes Rencontres de la Vilaine

4 èmes Rencontres de la Vilaine 4 èmes Rencontres de la Vilaine Décryptage d une méthode d analyse de micropolluants organiques dans l eau : du développement analytique au bulletin d analyse Fabien Mercier Usine de Férel 19 septembre

Plus en détail

Minéralisation assistée par micro-ondes. Joël Poupon

Minéralisation assistée par micro-ondes. Joël Poupon Minéralisation assistée par micro-ondes Joël Poupon CSA, 14 novembre 2006 Importance de la mise en solution dans le processus analytique Doc. Anton Paar Conditions d une bonne minéralisation Pas de contamination

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Plombémie Plombémie 07PLO1 ; 07PLO2 ; 07PLO3 et 07PLO4 2007 Edition : décembre 2008 Afssaps -143/147, Bd Anatole France F-93285

Plus en détail

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6 Acides et bases Acides et bases Page 1 sur 6 Introduction Sont réputés acides et bases au sens des règles de sécurité en vigueur en Suisse, les solides ou liquides qui ont une réaction acide ou alcaline

Plus en détail

Test de connaissances

Test de connaissances Test de connaissances Module 1 : Que veut dire hydrargyros? messager des dieux argent liquide eau contaminée Le mercure est le seul élément liquide à température ambiante le seul métal liquide à température

Plus en détail

Produits chimiques posant des risques excessifs

Produits chimiques posant des risques excessifs A n n e x e G Produits chimiques posant des risques excessifs Produits chimiques Acide chromique solution (chrome (VI) solution d oxyde) CrO 3(aq) Acide fluorhydrique - solution HF (aq) Acide perchlorique

Plus en détail

DOMINO 1,rue de la Faltans Z.I. SUD 25220 ROCHE LES BEAUPRE tel/fax : 03 81 88 02 48 mobile : 06 71 28 85 26 e mail : domino@domino.

DOMINO 1,rue de la Faltans Z.I. SUD 25220 ROCHE LES BEAUPRE tel/fax : 03 81 88 02 48 mobile : 06 71 28 85 26 e mail : domino@domino. FICHE DE DONNEES DE SECURITE Selon 91/155/CEE 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Nom du produit : EAU DE CUIVRE BLEUE Version 3 du 12/01/2010 Utilisation : détergent

Plus en détail

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 100 S.T. 1.1 Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique 2015-05-14 (révision 4) Comment fonctionne

Plus en détail

E-II-2.1V1 : DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX METHODE PAR SPECTROMETRIE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE. 4. Conditionnement et conservation de l échantillon

E-II-2.1V1 : DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX METHODE PAR SPECTROMETRIE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE. 4. Conditionnement et conservation de l échantillon E-II-2.1V1 : DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX METHODE PAR SPECTROMETRIE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE 1. Objet Description du dosage du mercure par spectrométrie atomique de vapeur froide. 2. Domaine d application

Plus en détail

TESTS POUR DETECTER L INTOXICATION PAR LE MERCURE

TESTS POUR DETECTER L INTOXICATION PAR LE MERCURE TESTS POUR DETECTER L INTOXICATION PAR LE MERCURE L empoisonnement par la plupart des métaux lourds est facilement détectable par des analyses sanguines. Par exemple, si une personne a du plomb détectable

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Fiche d information sur le mercure

Fiche d information sur le mercure Fiche de sécurité chimique # 18 Fiche d information sur le mercure Le mercure (Hg, CAS [7439-97-6]) est le seul métal à l état liquide à température pièce. Il est très dense, très mobile, modérément volatil,

Plus en détail

Dr Berdj Haroutunian, 5, Chemin Gottret ch-1255 VEYRIER tél 00 41 (0)22 784-01-18 www.haroutunian.ch E-mail : berdj@haroutunian.ch

Dr Berdj Haroutunian, 5, Chemin Gottret ch-1255 VEYRIER tél 00 41 (0)22 784-01-18 www.haroutunian.ch E-mail : berdj@haroutunian.ch 1 L UTILISATION DU PLOMB EN DENTISTERIE : MYTHE OU REALITE Dr Berdj HAROUTUNIAN, Genève Le plomb ne devrait en principe pas être utilisé en dentisterie car il n est pas considéré comme un oligo-élément

Plus en détail

SUBSTANCES CHIMIQUES AVEC INDICATEUR BIOLOGIQUE : SEUILS DE DÉCLARATION

SUBSTANCES CHIMIQUES AVEC INDICATEUR BIOLOGIQUE : SEUILS DE DÉCLARATION SUBSTANCES CHIMIQUES AVEC INDICATEUR BIOLOGIQUE : SEUILS DE DÉCLARATION PAR LES LABORATOIRES AVIS SCIENTIFIQUE SUR LES VALEURS SEUILS PROPOSÉES POUR LE MERCURE SANGUIN ET URINAIRE DIRECTION RISQUES BIOLOGIQUES,

Plus en détail

Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 5 : Mesure de la fonction rénale : la clairance rénale Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Amalgame mercure 1. GÉNÉRALITÉS... 2

Amalgame mercure 1. GÉNÉRALITÉS... 2 Conseils prévention Santé au travail Crée le 25/07/2011 par VK Mise à jour 08/09/2011 par VK Amalgame mercure 1. GÉNÉRALITÉS... 2 2. PRÉVENTION... 2 2.1. CONCEPTION DES LOCAUX... 2 2.2. ENTRETIEN DES LOCAUX...

Plus en détail

Toxicologie des Ethers de glycols

Toxicologie des Ethers de glycols Toxicologie des Ethers de glycols 1. Propriétés physicochimiques : cosolvants eauhuile : solubilité à la fois dans l eau et dans les solvants organiques liquides incolores, modérément volatils, à odeur

Plus en détail

stockage de classe 1

stockage de classe 1 Etude du gisement et évaluation du comportement de déchets mercuriels en scénarios de stockage de classe 1 INSAVALOR AETV Balard Contexte t de l étude Le mercure, enjeu majeur des politiques environnementales

Plus en détail

VHT - 1/16. Mai 2015 GAZ RARES VGX PRESENTATION

VHT - 1/16. Mai 2015 GAZ RARES VGX PRESENTATION VHT - 1/16 PRESENTATION Les différents gaz rares sont fournis sous haute pression (150 bars) dans des bouteilles métalliques. Les gaz les plus généralement utilisés sont le néon pur et l'argon en mélange

Plus en détail

Méthodes validées pour le dépistage biologique. Intérêt, limites actuelles de l interprétation des résultats et limites économiques.

Méthodes validées pour le dépistage biologique. Intérêt, limites actuelles de l interprétation des résultats et limites économiques. Méthodes validées pour le dépistage biologique. Intérêt, limites actuelles de l interprétation des résultats et limites économiques. Marie-José ROYER-MORROT Société Française Alcoologie 20 Mars 2013 Dépistage

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Page : 1/8 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Identification de la préparation Utilisation de la préparation Identification de la Société / Entreprise Adresse : Eosine

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Chapitre 2 : INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Objectifs - Savoir définir et expliquer les différentes phases du devenir du médicament dans l organisme. - Savoir définir les

Plus en détail

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants Dr. Lechevin Véronique Médecin du travail Dépt Surveillance médicale S.C.P.P. ULB - Erasme - Bordet A. Introduction

Plus en détail

Utilisations et sources d émission dans l environnement

Utilisations et sources d émission dans l environnement mercure Hg Métal de forte masse atomique (dit «lourd») N CAS : 7439-97-6 Code SANDRE : 1387 (N et code du mercure élémentaire) Élément rare de la croûte terrestre, présent surtout sous forme de sulfure

Plus en détail

La surveillance biologique des travailleurs exposés dans les usines d électroplacage au chrome : analyse et recommandations

La surveillance biologique des travailleurs exposés dans les usines d électroplacage au chrome : analyse et recommandations La surveillance biologique des travailleurs exposés dans les usines d électroplacage au chrome : analyse et recommandations A. TURCOT, J. TREMBLAY, S. BÉDARD Direction de santé publique - RRSSS Chaudière-Appalaches

Plus en détail

Exploration biologique des drogues illicites et des médicaments psychotropes en milieu professionnel

Exploration biologique des drogues illicites et des médicaments psychotropes en milieu professionnel Exploration biologique des drogues illicites et des médicaments psychotropes en milieu professionnel Dr Patrick MURA Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers et Pr Jean-Pierre GOULLE Groupe Hospitalier

Plus en détail

Avantages et inconvénients

Avantages et inconvénients GESTION DU RISQUE M Y C O T O X I N E S Marqueurs biologiques liés aux mycotoxines Avantages et inconvénients Christina Schwab Chef de produit, Gestion du risque mycotoxines 2 Christina Schwab Chef de

Plus en détail

143/147, bd Anatole France - F-93285 Saint-Denis Cedex tél. +33 (0) 1 55 87 30 00 - fax +33 (0) 1 55 87 30 20 www.afssaps.sante.fr

143/147, bd Anatole France - F-93285 Saint-Denis Cedex tél. +33 (0) 1 55 87 30 00 - fax +33 (0) 1 55 87 30 20 www.afssaps.sante.fr 143/147, bd Anatole France - F-93285 Saint-Denis Cedex tél. +33 (0) 1 55 87 30 00 - fax +33 (0) 1 55 87 30 20 www.afssaps.sante.fr Rapport Le mercure des amalgames dentaires Etat des lieux et recommandations

Plus en détail

Fiche Piratome n 2 : Bleu de Prusse

Fiche Piratome n 2 : Bleu de Prusse Edition du 19 novembre 2010 Groupe de travail Piratox/Piratome Groupe de travail Piratox/Piratome Edition du 30 novembre 2010 Mise à jour le 23 janvier 2014 Fiche Piratome n 2 : Bleu de Prusse! Points

Plus en détail

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification E-II-1.2.2V1 DOSAGE DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACES DANS LES EAUX MÉTHODE PAR SPECTROMÉTRIE DE MASSE AVEC PLASMA INDUIT PAR HAUTE FRÉQUENCE (ICP-MS) 1. Objet : Dosage des éléments suivants dans l'eau

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit NET TONDEUSE Page 1/5 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Nom du produit Référence Utilisation commerciale Fournisseur NET TONDEUSE BNETT Aérosol lubrifiant MINERVA-OIL SAS Rue du 11

Plus en détail

Analyse des PBDE dans les biotes marins

Analyse des PBDE dans les biotes marins Analyse des PBDE dans les biotes marins Références de la méthode La méthode qui suit est dérivée de la publication suivante Norme française et/ou européenne dont est tirée la méthode Niveau de validation

Plus en détail

Compilation de 4073 dosages sanguins de stupéfiants obtenus par 17 experts judiciaires toxicologues dans le cadre d accidents de la voie publique

Compilation de 4073 dosages sanguins de stupéfiants obtenus par 17 experts judiciaires toxicologues dans le cadre d accidents de la voie publique 3èmes ateliers européens de pharmacodépendance Biarritz, le 27/10/03. Compilation de 4073 dosages sanguins de stupéfiants obtenus par 17 experts judiciaires toxicologues dans le cadre d accidents de la

Plus en détail

Détermination du carbone inorganique dissous, du carbone organique dissous et du carbone organique total : méthode par détection infrarouge

Détermination du carbone inorganique dissous, du carbone organique dissous et du carbone organique total : méthode par détection infrarouge Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 300 C 1.0 Détermination du carbone inorganique dissous, du carbone organique dissous et du carbone organique total : méthode par détection infrarouge

Plus en détail

dans les échantillons environnementaux : Spéciation et validation

dans les échantillons environnementaux : Spéciation et validation Les composés s toxiques de l Arsenic l dans les échantillons environnementaux : Spéciation et validation M.Leermakers, W.Baeyens M. De Gieter,, B. Smedts C. Meert, H.C. De Bisschop R. Morabito, Ph. Quevauviller

Plus en détail

DECHETS DE CHANTIER DU BTP : Nomenclature et Elimination

DECHETS DE CHANTIER DU BTP : Nomenclature et Elimination DECHETS DE CHANTIER DU BTP : Nomenclature et Elimination INERTES Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : Filières d élimination ou

Plus en détail

LE PLOMB ET LE SATURNISME

LE PLOMB ET LE SATURNISME LE PLOMB ET LE SATURNISME De la recherche aux actions de réduction des expositions 29 Janvier 2015, Paris 29 Janvier 2015, Paris Les méthodes de mesure développées pour le projet Plomb-Habitat Barbara

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Métrologie de l environnement

Métrologie de l environnement Métrologie de l environnement Méthodes d analyse de l arsenic au laboratoire Patrick Thomas Département Eaux & Environnement Institut Pasteur de Lille L arsenic L arsenic appartient au groupe Va de la

Plus en détail

SECTION 1 - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA COMPAGNIE

SECTION 1 - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA COMPAGNIE SECTION 1 - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA COMPAGNIE Identificateur du produit/nom commercial: SAFEBLEND SAVON POUR LES MAINS ET LE CORPS Code du produit/identification interne: Usage du produit/description:

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/informations sur les composants.

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/informations sur les composants. Date d impression : 9/07/2007 Valable à partir du : 05/06/2007 Page: 1/5 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. Données relatives au produit : Mortier Colle pour collage en

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol G E N E R A L I T E S Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud Janvier

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Argon N FDS : G004 Formule chimique : Ar 2. COMPOSITION / INFORMATIONS

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda Service de la qualité Produits Chimiques L'action entreprise par la Communauté européenne dans

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS (2002) les Fluorures Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les aliments et l'eau de boisson contiennent généralement au moins un peu de fluorures. On

Plus en détail

1. Identification de la substance/préparation et de la société/compagnie. 1.1 Identification de la substance ou de la préparation

1. Identification de la substance/préparation et de la société/compagnie. 1.1 Identification de la substance ou de la préparation 43846 Éther de Pétrole 40-60 C Fiche de Données de Sécurité Selon Règlement (CE) 1907/2006 1. Identification de la substance/préparation et de la société/compagnie 1.1 Identification de la substance ou

Plus en détail

E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE

E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination gravimétrique

Plus en détail

Les méthodes de séparation basées sur l extraction

Les méthodes de séparation basées sur l extraction Les méthodes de séparation basées sur l extraction L extraction liquide - liquide C est l extraction d un soluté S d un solvant A par un solvant B non miscible au premier. Deux paramètres sont importants

Plus en détail

TRAITEMENT PAR ABSORPTION (LAVAGE)

TRAITEMENT PAR ABSORPTION (LAVAGE) Référent : Service SEET Direction DPED ADEME (Angers) TRAITEMENT PAR ABSORPTION (LAVAGE) Juillet 2014 Les polluants concernés par la technique de traitement par absorption sont les composés odorants et

Plus en détail

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres.

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres. 1. Objet E.II.4.V1 DOSAGE DES CYANURES TOTAUX ET LIBRES : MÉTHODES D ANALYSE EN FLUX CONTINU Cette procédure a pour objet la détermination de la teneur en cyanures libres, en cyanures non oxydables au

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Exercice A :Une faible absorption des acides aminés (anorexie, dénutrition, problème métabolique etc.) ne permet pas à l organisme de renouveler et de conserver

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE Chapitre IV SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE I INTRODUCTION La spectrométrie d absorption atomique (AAS) est une technique décrite pour la 1 ère fois par Walsh (1955). AAS étudie les absorptions de

Plus en détail

Prestations Proposées

Prestations Proposées Prestations Proposées Effluents gazeux - Réduction des émissions de COV et d autres composés toxiques volatils tels que H2S (couverture, inertage, etc.) - Collecte et traitement des gaz (absorption, adsorption,

Plus en détail

1. Les produits chimiques et leurs stockages

1. Les produits chimiques et leurs stockages 1. Les produits chimiques et leurs stockages BUT : Répondre à des questions telles que : Où trouve-t-on les produits chimiques? Quelles informations trouve-t-on sur les étiquettes? Comment les stocker?

Plus en détail

Critères d évaluation des ampoules à basse consommation d énergie et de longue durée de vie

Critères d évaluation des ampoules à basse consommation d énergie et de longue durée de vie Critères d évaluation des ampoules à basse consommation d énergie et de longue durée de vie Edition : juillet 2013 SuperDrecksKëscht B.P. 43 L-7701 Colmar-Berg Tél. : 00352 488 216 1 Fax : 00352 488 216

Plus en détail

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un Fiche de révision fin d'année 4 eme primaire Complète les phrases suivantes: 1- L'absorption des aliments digère à lieu à travers. 2- Les amidons sont digères par 3- La.. est la transformation des aliments.

Plus en détail

Partie Comprendre : Lois et modèles CHAP 13-ACT EXP Effets thermiques des réactions acido-basique - solution tampon et ph des milieux biologiques

Partie Comprendre : Lois et modèles CHAP 13-ACT EXP Effets thermiques des réactions acido-basique - solution tampon et ph des milieux biologiques Partie Comprendre : Lois et modèles CHAP 13-ACT EXP Effets thermiques des réactions acido-basique - solution tampon et ph des milieux biologiques CORRIGE Objectifs : Mettre en évidence l'influence des

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Le mercure Prévention de l hydrargyrisme

Le mercure Prévention de l hydrargyrisme Le mercure Prévention de l hydrargyrisme Cette brochure a été réalisée par le laboratoire de chimie analytique minérale du centre de recherche de l INRS ED 546 Destinataires : Ingénieurs et contrôleurs

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC RAPPORT. Comparaison des limites de détection déterminées par répétabilité et par reproductibilité

INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC RAPPORT. Comparaison des limites de détection déterminées par répétabilité et par reproductibilité INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC RAPPORT Comparaison des limites de détection déterminées par et par AUTEUR Mario Marchand, coordonnateur qualité Direction de la santé environnementale et

Plus en détail

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Jean de Boutiny M1 STEM Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Maître de stage : Jean-Ulrich Mullot Tuteurs de stage : Aurélie Gollion, Lucien

Plus en détail

Fiche de données de sécurité (91/155/CEE)

Fiche de données de sécurité (91/155/CEE) 1.Identification du produit et de la compagnie 1.1 Nom du Produit: Uniglue 1.2 Constructeur / Fournisseur Compagnie: egger Otoplastik+Labortechnik GmbH Aybühlweg 59 87439 Kempten Téléphone: + 49 8 31 5

Plus en détail

Traité instituant la CEEA - Annexe IV: Listes des biens et produits relevant des dispositions du chapitre 9 (Rome, 25 mars 1957)

Traité instituant la CEEA - Annexe IV: Listes des biens et produits relevant des dispositions du chapitre 9 (Rome, 25 mars 1957) Traité instituant la CEEA - Annexe IV: Listes des biens et produits relevant des dispositions du chapitre 9 (Rome, 25 mars 1957) Légende: Signé le 25 mars 1957 à Rome par les représentants de la République

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

Un système unique et sécurisé de stockage en azote liquide

Un système unique et sécurisé de stockage en azote liquide Un système unique et sécurisé de stockage en azote liquide Pour une cryopréservation des échantillons biologiques de la plus haute qualité www.cryobiosystem.com Une meilleure qualité, flexibilité, efficacité

Plus en détail

Spectroscopie d émission atomique

Spectroscopie d émission atomique Année Universitaire : 2010 / 2011 Spectroscopie d émission atomique Réalisé par demoiselles: Chadia BOUCHEFRA. Meryem MIMI. 1 PLAN: INTRODUCTION Spectroscopie d émission atomique: Définition. Avantages.

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

Master 2 : Mention Toxicologie Parcours Toxicologie Humaine, évaluation des risques, vigilances. Programme d enseignement :

Master 2 : Mention Toxicologie Parcours Toxicologie Humaine, évaluation des risques, vigilances. Programme d enseignement : Master 2 : Mention Toxicologie Parcours Toxicologie Humaine, évaluation des risques, vigilances Semestre 3 Programme d enseignement : UE V1: Toxicologie d organes (Frédéric Baud, R. Maximilien; 3 ECTS)

Plus en détail

Système de surveillance des plombémies professionnelles - Etude de faisabilité -

Système de surveillance des plombémies professionnelles - Etude de faisabilité - Système de surveillance des plombémies professionnelles - Etude de faisabilité - J. Chatelot Mardi de Fernand Widal 26/02/2013 Plan Rappels sur le plomb : toxicocinétique, toxicité surveillance biologique

Plus en détail

Métal dénué d utilité biologique ; bioaccumulation variable. Très toxique pour l homme et l environnement Substance prioritaire (DCE).

Métal dénué d utilité biologique ; bioaccumulation variable. Très toxique pour l homme et l environnement Substance prioritaire (DCE). Plomb Pb Métal de forte masse atomique (dit «lourd») N CAS : 7439-92-1 Code SANDRE : 1382 (N et code du Plomb élémentaire) Minerais principaux : galène, cérusite et anglésite ; en association fréquente

Plus en détail

Le risque chimique percutané

Le risque chimique percutané Le risque chimique percutané La peau est une barrière... Sur les lieux de travail, certaines substances chimiques utilisées peuvent pénétrer à travers la peau. Elles sont transportées par le sang dans

Plus en détail

Rencontre thématique 1 La technologie et le procédé. 19 novembre 2012

Rencontre thématique 1 La technologie et le procédé. 19 novembre 2012 Rencontre thématique 1 La technologie et le procédé 19 novembre 2012 Les gaz réfrigérants et les agents de gonflement CFC HCFC HFC Nom chlorofluorocarbures hydro chlorofluorocarbures hydrofluorocarbures

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang Transport des gaz dans le sang A Introduction : La fonction respiratoire du sang représente le transport des gaz respiratoires: du poumon aux tissus pour l oxygène, en sens inverse pour le dioxyde de carbone.

Plus en détail

Fiche de données de sécurité conforme a la directive 1907/2006/CE article 31

Fiche de données de sécurité conforme a la directive 1907/2006/CE article 31 Fiche de données de sécurité conforme a la directive 1907/2006/CE article 31 Electrolyte de CO 2 1. Identification de la substance / préparation et de la société / entreprise Utilisation de la substance

Plus en détail

FICHE PRODUIT SPRAY NETTOYANT

FICHE PRODUIT SPRAY NETTOYANT FICHE PRODUIT SPRAY NETTOYANT DESCRIPTION DU PRODUIT Le spray de nettoyage est un produit d hygiène et d entretien qui facilite le nettoyage des aides auditives et embouts. Le spray de nettoyage se présente

Plus en détail

Consensus SFTA Novembre 2003. Soumission chimique : Prise en charge toxicologique

Consensus SFTA Novembre 2003. Soumission chimique : Prise en charge toxicologique Consensus SFTA Novembre 2003 Soumission chimique : Prise en charge toxicologique La soumission chimique peut être définie comme l'administration de substances psychoactives à une personne à des fins délictueuses

Plus en détail

Annexe 2 Les technologies de traitements et d élimination des déchets de soins médicaux

Annexe 2 Les technologies de traitements et d élimination des déchets de soins médicaux Annexe 2 Les technologies de traitements et d élimination des déchets de soins médicaux (171) Le choix d une technologie de traitement et d élimination des déchets de soins médicaux doivent toujours être

Plus en détail

Usage d insecticides organophosphorés dans les vergers de la Montérégie Caractérisation de l'exposition et évaluation du risque

Usage d insecticides organophosphorés dans les vergers de la Montérégie Caractérisation de l'exposition et évaluation du risque Usage d insecticides organophosphorés dans les vergers de la Montérégie Caractérisation de l'exposition et évaluation du risque Denis Belleville, M.D., M. Sc. Gaétan Carrier. Ing., M.D., Ph. D. Dorice

Plus en détail

Fiche de Données de Sécurité Selon Directive 2001/58/CE

Fiche de Données de Sécurité Selon Directive 2001/58/CE Fiche de Données de Sécurité Selon Directive 2001/58/CE 901660 Potassium Hydroxyde solution 40% p/p 1. Identification de la substance/préparation et de la société/compagnie 1.1 Identification de la substance

Plus en détail

FICHE DE DONNÈES DE SÉCURITÉ. Code produit : CIRE 213 Version : 1 date : 20/05/2007

FICHE DE DONNÈES DE SÉCURITÉ. Code produit : CIRE 213 Version : 1 date : 20/05/2007 Produit CIRE 213 page : 1/5 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIÉTÉ Nom du Produit : CIRE 213 Nom : Bibliothèque nationale de France Adresse : Château de Sablé 72300 Sablé sur Sarthe Téléphone :

Plus en détail

Chapitre 2. Le fonctionnement de l appareil respiratoire

Chapitre 2. Le fonctionnement de l appareil respiratoire Chapitre 2 Le fonctionnement de l appareil respiratoire Rappels : * chez les animaux, les mouvements respiratoires (inspiration, expiration) permettent le renouvellement de l air ou de l eau dans les organes

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Pour une éco-construction dans les règles de l art Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Mars 2011 www.eti-construction.fr - 1 - RENFORCER L ENVELOPPE chap.

Plus en détail

Processus d analyse de risques

Processus d analyse de risques Processus d analyse de risques Tel que le rapporte la Loi sur la Santé et la Sécurité du Travail, tout travailleur doit «participer à l'identification et à l'élimination des risques d'accidents du travail

Plus en détail

Propriétés chimico toxicologiques de l acrylonitrile et implications médicales d une exposition

Propriétés chimico toxicologiques de l acrylonitrile et implications médicales d une exposition Propriétés chimico toxicologiques de l acrylonitrile et implications médicales d une exposition Prof. Dr Benoit Nemery KU Leuven Prof. Dr Christophe Stove UGent Acrylonitrile : propriétés chimiques Formule

Plus en détail

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries Contrôle de chlore sur tours de refroidissement Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide LA LEGIONELLOSE Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries La légionelle vit dans l eau. Elle est

Plus en détail

Méthodologie d évaluation des risques chimiques employée sur le site de Pont-de-Claix. Sandrine BOISSIN Ingénieur HSE Pascal ROUCHOUSE Animateur HSE

Méthodologie d évaluation des risques chimiques employée sur le site de Pont-de-Claix. Sandrine BOISSIN Ingénieur HSE Pascal ROUCHOUSE Animateur HSE Méthodologie d évaluation des risques chimiques employée sur le site de Pont-de-Claix Sandrine BOISSIN Ingénieur HSE Pascal ROUCHOUSE Animateur HSE SOMMAIRE I. Présentation succincte du site de Pont-de-Claix

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Fiche de données de Sécurité (Règlement REACH : 1907/2006/CE) Page 1/1 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE 1.1 Identification de la substance ou de la préparation Nom

Plus en détail