Cahiers de Recherche du. CEDAG/Management

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cahiers de Recherche du. CEDAG/Management"

Transcription

1 CEDAG/Management Cahiers de Recherche du CEDAG/Management N G Décembre 2014 Analyse statistique exploratoire des valeurs manquantes dans les données recueillies par un questionnaire d appréciation des compétences dans le cadre d un 360 eed-back Alain LACROUX1, Martine BRASSEUR2 et Laurent MAGNIEN3 1 Maître de Conférences en sciences de gestion, Université de Toulon - GRM, LEST/CNRS-UMR Professeur des Universités en sciences de gestion, Sorbonne Paris Cité, Université Paris Descartes - CEDAG/Management (EA 1516) 3 Consultant - Recherche et Développement - Krauthammer Toute reproduction interdite Le CEDAG et l Université Paris Descartes n entendent donner aucune approbation, ni improbation aux opinions émises dans ces publications : ces opinions doivent être considérées comme propres aux auteurs CEDAG/Management (EA 1516) - Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité 10 avenue Pierre Larousse Malakoff -

2 Résumé L objectif de l étude présentée dont nous avons rassemblé dans ce cahier de recherche une partie des données d analyse, est de comprendre le phénomène identifié des non-réponses à un questionnaire d appréciation conçu et mis en place dans les organisations dans une optique de soutien au développement des compétences et à l apprentissage organisationnel. Une analyse quantitative exploratoire a été menée. Elle a consisté à exploiter statistiquement les données recueillies dans le cadre d un dispositif de type 360 eed-back auprès de 1873 salariés s autoévaluant ou évalués par leurs collègues, leurs responsables ou leurs managés, représentant salariés de leur entourage professionnel. L étude s est focalisée sur la population des répondants ayant laissé au moins une valeur manquante dans le questionnaire. Ils représentaient une base de répondants, soit 58,81% des salariés concernés répartis dans 183 entreprises différentes. Les résultats de l analyse des données nous ont conduits d une part à confirmer notre hypothèse principale que ces non-réponses ne sont pas dues au hasard, et d autre part à considérer qu elles sont porteuses de sens et qu elles peuvent être pour partie nécessaires au développement des compétences professionnelles et l apprentissage organisationnel. Cette étude a été menée dans le cadre d un partenariat de recherche entre le CEDAG/Management et Krauthammer

3 Problématique Les valeurs manquantes dans les réponses aux questionnaires d enquête posent problème aux chercheurs. Pour Giraldo et Dalla Zuanna (2006, p.331), «Les non-réponses sont une source de biais qui peut infléchir les résultats de l enquête de deux manières» : - en réduisant la taille de l échantillon, il peut affecter la précision des estimations ; - en compromettant une possible extrapolation quand dans le même échantillon les répondants et les non-répondants ont des caractéristiques différentes. Si ces experts en analyse quantitative des données en sont venus à définir des modes de redressement des valeurs manquantes et les conditions de leur traitement (Chandon & Pinson, 1981 ; Han & Kamber, 2000), la question soulevée par notre étude n est pas d ordre méthodologique. Elle s inscrit dans une autre problématique, celle du sens de ces non réponses dans les dispositifs de GRH, et celle de leur utilité pour l apprentissage organisationnel et le développement des compétences professionnelles. Pardelà les difficultés d analyse statistique qu elles amènent, notre étude a consisté à en questionner la nature et la portée pour les managers avec comme premières interrogations : Comment traiter ces non-réponses? Sont-elles des biais irréductibles, des limites ou des indicateurs? Considérant avec Wittezaele (2003, p.191) «[qu ] un problème n existe que si quelqu un le remarque», ces non-réponses ne sont-elles un problème que pour les statisticiens ou bien l analyse statistique en est-elle le révélateur pour les praticiens mais aussi pour les chercheurs en management? inalement, à qui et en quoi les valeurs manquantes sont-elles manquantes? Nous nous sommes en effet penchés sur un mode de recueil de données pour lequel ne pas répondre pour exprimer une insatisfaction est a priori absurde alors que le taux de nonréponses reste élevé. Cette situation de prime abord paradoxale est celle des non-réponses dans les situations d auto-appréciation des compétences visant à soutenir l apprentissage individuel des managers dans l exercice de leurs responsabilités. Comment expliquer que les salariés eux-mêmes ne répondent pas à un questionnaire mis à leur disposition hors de toute sanction négative ou positive, et diffusé à leur initiative pour leur permettre de progresser? Notre étude s est ainsi focalisée sur un dispositif spécifique d appréciation et d autodéveloppement des compétences : le «360 feed-back», dont l originalité réside dans le recours à des évaluateurs multiples choisis en fonction de leur position hiérarchique vis-à-vis de l évalué (self) : les managés (n-1), les pairs ou collègues (n), les responsables hiérarchiques (n+1). L objectif souvent énoncé dans la littérature (De Vries & al., 1981 ; Ashford, 1993 ; Mc Gee Wanguri, 1995 ; Dalton, 1997 ; Seifert & al., 2003) est de favoriser la confrontation 3

4 des points de vue afin d accéder à un type d informations non accessible autrement en éclairant les «points aveugles» des sujets sur eux-mêmes, de relativiser les évaluations attribuées en les contextualisant, et surtout de soutenir la production d auto-recommandations. Dans la catégorisation des systèmes d évaluation en fonction de leur orientation principale : soit tournée globalement vers le contrôle et centrée sur les résultats et la mesure des performances passées, soit mis en place pour soutenir le développement futur (Igalens & Roger, 2007), non seulement le 360 eed-back se situe dans la seconde catégorie, mais la dissociation de cette pratique de tout système de sanction est l une des conditions de l ouverture d un espace de progrès pour les évalués (Bailey & letcher, 2002) et du développement de leurs compétences. La raison principale est que la reconnaissance du droit à l erreur représente un prérequis à l apprentissage (Carbonnel & Roux, 2006). Il a été ainsi démontré que le détournement du 360 eed-back pour la mesure des performances était une source de contradictions, de dilemmes et de conflits au sein de l organisation (Toegel & Conger, 2003). Par contre, lorsqu il est mis en œuvre dans une optique de développement, il représente un outil potentiel de changement (Handy & al., 1999) et d apprentissage individuel (Williams & Kane, 2009) et organisationnel. «Dépouillé du volet notation, l exercice de feedback par les pairs invite [les évalués à s inscrire] dans une démarche de développement personnel et contribue à leur professionnalisation» (Bégin & Véniard, 2013, p.49). On retrouve dans l importance accordée à l auto-développement des salariés, la théorie de l autodétermination élaborée par Ryan et Deci (2000) inscrivant cette pratique dans une approche spécifique du management, dont le 360 eed-back représente l une des instrumentations (Auteurs & al., 2012). Le manager aura ainsi pour rôle de favoriser chez ses collaborateurs un sentiment d autodétermination mais aussi de compétence et de capacité à atteindre ses objectifs (Baard & al., 2004 ; Gagné & Déci, 2005), soit directement dans ses interactions, soit indirectement en veillant à ce que l environnement de travail y soit favorable. La définition du comportement managérial approprié en découle dans une déclinaison en fonction des contextes d application (Boggiano & Ruble, 1979 ; Deci, 1971 ; Deci & al., 1989 ; Koestner & al., 1984). Comment expliquer que des salariés en quête d auto-détermination, de compétence et de soutien mutuel (Baumeister & Leary, 1995) ne répondent pas dans un questionnaire qui leur est destiné pour leur permettre de développer par eux-mêmes leurs propres comportements professionnels en situation? Quel sens donné à une non-réponse dans un 360 eed-back? Refuser le eed-back est-il un feed-back? S agit-il d un refus? Et si oui, de quoi? 4

5 Corpus d hypothèses Hypothèses H1 : «Les non-réponses ne sont pas dues au hasard» H2a : «Les non-réponses aux questions ne correspondent pas à des non-répondants au questionnaire : elles sont émises par des répondants qui répondent à la majorité des questions» H2b : «Le nombre de non réponses par questionnaire ne varie pas de façon significative en fonction du profil des répondants» H2c : «Le nombre de non réponses dans le questionnaire varie en fonction des questions» H3a : «Pour une partie significative des non-réponses, le poste du répondant n est pas concerné par la question (il ne peut pas répondre)». H3b : «Pour une partie significative des non-réponses, le répondant ne connait pas la réponse (il ne sait pas répondre)». H3c : «Pour une partie significative des non-réponses, le répondant préfère ne pas répondre». H4 : «Une partie significative des non-réponses est un message du répondant sur le dispositif d appréciation» Résultats vérifiée confirmée infirmée confirmée confirmée confortée confirmée confortée et précisée Origine et mode de traitement des données Notre étude empirique a porté sur les données recueillies auprès de salariés répartis dans 183 entreprises différentes, à l aide d un questionnaire d appréciation portant sur le comportement des managers servant d appui à une démarche de développement de type 360 eed-back. L ensemble des données collectées correspondait à l appréciation 1873 managers s étant autoévalués (self), puis ayant demandé à leurs collègues (6344 n), à leurs managés (8040 n-1) ou à leurs responsables (2792 n+1) de leur fournir leur point de vue et de les positionner à l aide du même questionnaire. Les évalués en plus de leur auto-évaluation ont donc sollicité de l ordre de 9 évaluateurs (9,17 en moyenne). Deux fichiers ont été fournis par le cabinet de consultants à l origine du questionnaire : un fichier comportant les réponses au questionnaire et un fichier d identification des répondants indiquant leur position par rapport à l évalué (self, n, n-1, n+1), leur sexe, la taille et le pays du siège de l entreprise d appartenance. Les deux fichiers ont été fusionnés afin de pouvoir procéder à l analyse. Le 5

6 questionnaire d appréciation du comportement des managers comporte 64 questions, 17 associées à des compétences fondamentales et 47 à des compétences appliquées, avec 4 types de réponse possibles : 2 descriptions de comportements appropriés et 2 descriptions de comportements inappropriés. Sans représenter une échelle continue, les 4 niveaux de réponse proposés correspondent à une gradation positive ou négative. La réponse de l évaluateur correspond ainsi à un signal de renforcement positif ou négatif du comportement de l évalué par son entourage professionnel. Notre étude portant sur les non-réponses, cellesci ont été uniquement recodées de manière binaire sans prendre en compte la nature positive ou négative des réponses données par ailleurs par les répondants. Il est ressorti de l analyse descriptive que 58,81% des répondants ont eu au moins une non-réponse et parmi les salariés concernés par au moins une non-réponse, 290 managers (self) n ont pas répondu à au moins une question de leur propre questionnaire d appréciation, soit 15,48% de la catégorie concernée (self). Le test d indépendance du Chi² du tableau 1 est très significatif et les nonréponses ne peuvent pas être attribuées au hasard. L hypothèse H1 est validée confortant la pertinence d une analyse exploratoire plus approfondie des données recueillies dans ce 360 eed-back et du test de nos hypothèses. Tableau 1 : Répartition des répondants (n=19049) et non-réponses Chi² = 1823, ddl = 13, p <,0.001 une non-réponse au moins (NR) Aucune non-réponse Total part NR dans la catégorie self 1,52% 8,31% 9,83% 15,48% n 23,54% 9,76% 33,30% 70,70% n-1 25,15% 17,06% 42,21% 59,58% n+1 8,59% 6,06% 14,66% 58,63% Total 58,81% 41,19% 100% 58,81% Résultats de l analyse des données manquantes Concernant les trois hypothèses H2, l analyse des données a confirmé que les non-réponses émergent dans des questionnaires globalement remplis (H2a) et ne correspondent pas à des personnes qui refuseraient de répondre au questionnaire : 95,1% des répondants ont répondu à plus de 50% des questions et 82,1% à plus de 75%. Par contre l hypothèse H2b a été infirmée. Une ANOVA univariée (ANOVA factorielle) a mis en évidence que les subordonnés (n-1) ou les collègues (n) laissent davantage de réponses manquantes que les 6

7 supérieurs (n+1) ou les répondants s autoévaluant (self), mais surtout que les femmes ont significativement plus de non-réponses que les hommes. Même en considérant que le rang n est pas une qualité de la personne ou que ce comportement sexué relève de genres socialement construits, il ressort sur la base des données recueillies que les non-réponses ne peuvent pas être considérées comme la résultante exclusive de la situation interactionnelle dans laquelle sont placés les répondants et ne varient pas en fonction de leur profil (voir figure1 : Pour le sexe (1,6538) = 9,37, p = 0,002 ; pour le rang (3,6538) = 133, p< 0,001). Les résultats des tests post-hoc bilatéraux pour la variable rang (Test de Tukey) sont tous statistiquement significatifs (au niveau p < 0,01) ce qui permet de conclure que chaque rang diffère significativement de tous les autres. igure 1 : Moyennes des non-réponses selon le rang et le sexe du répondant Quant à H2c, les non-réponses ressortent nettement comme variables en fonction de la nature des questions posées et notamment de leur lien avec des compétences fondamentales ou des compétences appliquées (voir annexes 1, 2 et 3). Le constat que 80,4% des répondants ont répondu aux 17 questions portant sur les compétences fondamentales pour seulement 41,6% pour les 64 questions sur les compétences appliquées vient encore confirmer l hypothèse H2c. Une ACP avec rotation Varimax a été menée pour faire apparaître la structure sous-jacente des non-réponses. Une structure à sept composantes a été obtenue (voir annexe 1), certaines regroupant des questions conceptuellement liées comme la composante n 5 qui concerne les entretiens de réprimande ou la composante n 2 portant sur la communication interpersonnelle. Les trois hypothèses H3 ont été soit confirmée (H3a), soit confortées (H3b et H3c) par l analyse exploratoire des données. Tout d abord, pour partie des non-réponses, le répondant ne peut pas répondre car son poste ne lui permet pas de répondre à la question (H3a). Ainsi 7

8 les subordonnés (n-1) n ont pas répondu pour 62,80% ou 52,44% aux deux questions portant sur les «actions vers la hiérarchie» de l évalué respectivement : «Sous quelle forme présente-t-il /elle une proposition à sa hiérarchie?» ; «Quel type d initiative prend-il/elle visà-vis de la hiérarchie?» De la même, les supérieurs (n+1) n ont pas répondu pour 24,62% à la question portant sur la «Délégation» : «De quelle manière s implique-t-il/elle lorsqu un collaborateur lui soumet un problème?». L hypothèse H3b n est pas directement testable car la réponse «je ne sais pas» n est pas proposée dans le questionnaire. Nous avons focalisé l analyse d une part sur les 17 questions portant sur les compétences fondamentales indépendantes du contexte d application et concernant tous les évalués et tous les évaluateurs, d autre part sur les répondants s autoévaluant (self ; n= 288) afin de s assurer que les répondants n ont pas d obstacle pour renseigner ces questions. Il est ressorti que si seulement 10,8% des évalués en position d auto-positionnement n ont pas répondu au moins une fois, le phénomène présente une signification suffisante (Z-test proportion différente de 0 : Z = 54,2, p < 0,0001) avec 31 personnes pour lesquelles l hypothèse d une méconnaissance de soi est confortée (je ne sais pas comment je me comporte), et par suite celle de l existence de nonréponses dues au fait que les répondants ne savent pas répondre. Le test de l hypothèse H3c a rencontré les mêmes difficultés que l hypothèse H3b. Si de la même façon elle appelle pour être validée la mise en œuvre de méthodologies complémentaires, l analyse exploratoire des données en fonction de l entreprise d appartenance des évaluateurs (données disponibles : taille et nationalité de l entreprise) souligne le rôle du contexte dans lequel se trouve le répondant et son impact sur le phénomène des non-réponses confortant l hypothèse que parfois le répondant préfère ne pas répondre même s il pourrait ou saurait répondre. Le nombre moyen de non-réponses varie selon la taille de l entreprise (test de Krustall Wallis : H(5) = 39,7 ; p < 0,001 ). Il est par exemple significativement plus élevé dans les PME de 51 à 100 salariés (13,6) par rapport aux grands groupes de plus de 5000 salariés (11,0) sans progression linéaire repérable. Il diffère également de façon très significative en fonction de la nationalité de l entreprise de l évaluateur (test de Krustall Wallis : H(14) = 188,7 ; p < 0,00114 ; 14 pays, dont du plus élevé au plus bas : Hongrie = 13,8 ; rance = 12,9 ; Suède = 11,4 ; Etats-Unis = 9,9) introduisant un facteur explicatif potentiel d ordre culturel dans la pratique du feed-back et nous conduisant, tout en ouvrant sur une étude centrée sur cette variable de contexte de l évaluation, à considérer que l hypothèse H3c ne peut être réduite au seul impact du climat social. Enfin, l analyse fait ressortir que le taux de non-réponse est corrélé significativement à l ordre des questions lorsqu il est traité par groupes de compétences (voir figure 2, r = 0,53). 8

9 igure 2 : Non-réponses en % en fonction de l ordre des questions par compétences Plusieurs auteurs ont ainsi mis en évidence un «effet de lassitude» en reliant le taux de remplissage des questionnaires à leur longueur (Galesic & Bosnjak, 2009 ; Smith & al., 2003). Son existence pour les répondants de notre étude ne peut toutefois pas être considérée comme démontrée. Le modèle de régression simple tenté sur les 64 questions s avère ainsi non pertinent ( (1,62)=1,63, p=0,205) avec des paramètres non significatifs (bêta=0,16 ; t=1,28, p=0,205). Cette tendance possible à l augmentation des non-réponses au fur et à mesure de l avancée du questionnaire conforte l hypothèse H4 dans la mesure où dans ce cas de figure restant à valider, les évaluateurs qui ne répondent plus envoient un signal pour indiquer que le support d appréciation est trop long. C est une forme de recours à la non-réponse comme méta-message sur le dispositif d interactions mis en place. Malgré tout, l ensemble de nos résultats nous conduit à aborder le phénomène sous un autre angle pour considérer que la nonréponse est le signe que l évaluateur préfère effectuer son feed-back à l évalué sur un autre mode ou s abstenir. Cette «préférence» peut être choisie (H3c) ou non (H3a et H3b). Elle peut aussi indiquer une méta-réponse (H4) du type «sur ce point indiquer une réponse au questionnaire ne convient pas» car cela ne permet pas d atteindre l objectif fixé de procéder à une appréciation en vue du développement des compétences. BIBLIOGRAPHIE ARNAUD S. & CHANDON J.L. (2013), Will monitoring systems kill intrinsic motivation? An empirical study», Revues de Gestion des Ressources Humaines, 4(90), pp ASHORD D. (1993), The feedback environment: an exploratory study of the use, Journal of Organizational Behavior, 14, pp BAARD P.P., DECI E.L. & RYAN R.M. (2004), Intrinsic Need Satisfaction: A Motivational Basis of Performance and Well-Being in Two Work Settings, Journal of Applied Social Psychology, 34(10), pp BAILEY C. & LETCHER C. (2002), The impact of multiple source feedback on management development: indings from a longitudinal study, Journal of Organisational Behaviour, 23, pp

10 BEGIN L. & VENIARD A. (2013), «L évaluation 360 : Le rôle du feedback par les pairs comme outil de développement des compétences comportementales des futurs managers», Management & Avenir, 62, pp CHANDON J.L. & PINSON S. (1981), Analyse typologique : théories et applications, Paris, Masson. DALTON M. A. (1997), When the purpose of using multi-rater feedback is behavior change, in BRACKEN D., DALTON M.A., JAKO R.A., MCCAULEY C.D. & POLLMAN V.A., Eds., Should 360-degree feedback be used only for developmental purposes? Greensboro, Center for Creative Leadership, pp DECI E. L. (1971), Effects of Externally Mediated Rewards on Intrinsic Motivation, Journal of Personality and Social Psychology, 18(1), pp DECI E. L., CONNELL J. P. & RYAN R. M. (1989), Self-determination in a work organisation, Journal of Applied Psychology, 74, pp GAGNÉ M. & DECI E. L. (2005), Self-determination theory and work motivation, Journal of Organizational Behavior, 26, pp GALESIC M. & BOSNJAK M. (2009), Effects of questionnaire length on participation and indicators of response quality in a web survey, Public Opinion Quarterly, 73(2), pp GIRALDO A. & DALLA ZUANNA G. (2006), «Une procédure de redressement du biais de nonréponse : le cas de l enquête italienne sur la fécondité urbaine, », Population, 61(3), pp HAN J. & KAMBER M. (2000), Data Mining: Concepts and Techniques, San rancisco, Morgan Kaufmann Publishers. HANDY L., DEVINE M. & HEATH L. (1999), Le 360 : un outil pour développer les managers, Paris, INSEP Editions. IGALENS J. & ROGER A. (2007), Master Ressources Humaines, Paris, Editions Eska. KOESTNER R., RYAN R. M., BERNIERI. & HOLT K. (1984), Setting limits on children s behavior: The differential effects of controlling versus informational styles on intrinsic motivation and creativity, Journal of Personality, 52, pp MACGEE WANGURI D. (1995), A Review, an Integration, and a Critique of Cross-Disciplinary research on Performance Appraisals, Evaluations and eed-back: , The Journal of Business Communication, 32(3), pp RYAN R.M. & DECI E.L. (2000), Self-determination theory and the facilitation of intrinsic motivation, social development, and well-being, American Psychologist, 55, pp SEIERT C., YUKL G. & Mc DONALD R. (2003), Effects of multisource feedback and a feedback facilitator on the influence of behavior of managers toward subordinates, Journal of Applied Psychology, 88(3), pp SMITH R., OLAH D., HANSEN B. & CUMBO D. (2003), The effect of questionnaire length on participant response rate: A case study in the US cabinet industry, orest Products Journal, 53(11-12), pp TOEGEL G. & CONGER J. (2003), 360 Degree Assessment: Time for Reinvention, Academy of Management Learning and Education, 2(3), pp

11 ANNEXE 1 : ANALYSE ACTORIELLE DES NON REPONSES Les données étant codées de manière binaire (0 ou 1), les corrélations de Pearson ne sont pas utilisables. Une matrice de corrélations tétrachoriques a été calculée, servant de base pour l ACP avec rotation Varimax. Après épuration (suppression des variables mal représentées), une structure à 7 composants ressort. Non réponses aux questions sur les compétences appliquées Que fait-il/elle en réponse à un effort ou une réussite de l'un de ses collaborateurs? Que prend-il/elle en considération lorsqu'il/elle évalue les résultats de ses collaborateurs? Comment invite-t-il/elle à l'entretien annuel? Lors de l'entretien annuel, comment confronte-t-il/elle les différents points de vue? Quel style de compte-rendu fait-il/elle de l'entretien annuel? Avec lui/elle, l'entretien annuel prend des allures de... Quel rôle joue-t-il/elle dans la formation de ses collaborateurs? Qu'est-ce qui l'amène à faire un entretien de réprimande? Lors d'un entretien de réprimande, comment contribue-t-il/elle à la solution? Avec lui/elle, un entretien de réprimande est avant tout un entretien... Quelle information donne-t-il/elle avant une réunion? Comment formalise-t-il/elle les décisions prises au cours d'une réunion? Quel est son comportement lorsqu'il/elle est impliqué(e) dans un conflit? Comment arbitre-t-il/elle un conflit? Comment met-il/elle en œuvre une décision qu'il/elle a prise? Comment associe-t-il/elle ses collaborateurs dans la définition de leurs objectifs de progrès? Dans quelle mesure l'objectif qu'il/elle fixe est-il concret? Lors de la fixation d'objectifs, comment prend-il/elle en compte leur faisabilité? Comment les objectifs qu'il/elle fixe sont-ils déterminés sur l'axe du temps? Quel degré d'autonomie donne-t-il/elle à un collaborateur sur le 'comment' atteindre l'objectif? Quel intérêt accorde-t-il/elle à une idée nouvelle proposée par un collaborateur? Que prend-il/elle en considération lorsqu'il/elle délègue? Comment prend-t-il/elle en compte la compétence et la motivation de ses collaborateurs lorsqu'il/elle délègue? De quelle manière s'implique-t-il/elle lorsqu'un collaborateur lui soumet un problème? Quand contrôle-il/elle? Lors d'un entretien de contrôle, il/elle... Quel type d'initiative prend-il/elle vis-à-vis de sa hiérarchie? Sous quelle forme présente-t-il une proposition à sa hiérarchie? Comment transmet-il/elle l'information? Comment communique-t-il/elle face aux difficultés? Comment gère-t-il 'l'après' annonce d'un changement? Quelle position prend il/elle vis à vis d'un changement en cours? Quel est son but lors d'une négociation? Comment négocie-t-il/elle face à plusieurs interlocuteurs? Comment répond-t-il/elle à une objection? Composante ,705,717,918,909,991,967,519,954,951,975,843,587,827,829,840,933,993,978,933,915,853,904,829,689,877,693,947,920,857,833,813,954,873,919,775 11

12 ANNEXE 2 : NON-REPONSES ET NATURE DES QUESTIONS Chi² = 99779, ddl = 63, p < 0,0001 Type de compétence 12 Nombre de non- réponses Moyenne Communication interpersonnelle ondamentale 391,0349 Capacité à se remettre en cause ondamentale 629,0562 Exigence ondamentale 676,0604 Maîtrise de soi ondamentale 1002,0895 Prise de décision Appliquée 1433,1280 Négociation Appliquée 1543,1379 Conduite du changement Appliquée 1758,1571 Créativité Appliquée 1940,1734 Gestion des conflits Appliquée 2069,1849 Animation de réunion Appliquée 2563,2290 Délégation Appliquée 2610,2332 Compétences de Coaching Appliquée 3110,2779 Action vers la hiérarchie Appliquée 4243,3791 ANNEXE 3 : NON-REPONSES, NATURE DES QUESTIONS ET RANG (n = 11202) Rang de l'évaluateur Questions Compétences = ondamentale Exigence Exigence Exigence Exigence Exigence Communication interpersonnelle Communication interpersonnelle Communication interpersonnelle Communication interpersonnelle Communication interpersonnelle Communication interpersonnelle Remise en cause Remise en cause Remise en cause Maîtrise de soi Maîtrise de soi Maîtrise de soi Quelle cohérence y a-t-il entre ce qu'il/elle dit et fait? Comment prépare-t-il/elle une réunion ou un entretien? N N-1 N+1 Self Total 0,80% 0,52% 0,79% 1,38% 0,70% 6,80% 7,35% 3,60% 2,07% 6,45% Quand manifeste-t-il/elle de l'exigence? 11,08% 7,77% 7,94% 4,48% 9,03% Sur quoi son exigence porte-t-elle? 9,74% 6,51% 6,54% 3,45% 7,73% Dans quelle mesure fait-il/elle preuve de persévérance face à des tâches de longue haleine? Comment contrôle-t-il/elle la bonne réception de ses messages? 6,07% 8,89% 2,81% 3,79% 6,74% 5,04% 3,59% 5,62% 1,38% 4,41% De quoi est-il/elle à l'écoute? 1,74% 1,50% 2,51% 1,38% 1,74% Dans quelle mesure donne-t-il/elle à l'autre la possibilité de développer ses idées? Lorsqu'il/elle pose des questions, que cherche-til/elle avant tout? 2,54% 1,69% 2,99% 1,38% 2,21% 3,26% 2,82% 2,63% 2,07% 2,95% De quelle façon exprime-t-il/elle ses convictions? 2,30% 2,67% 1,89% 3,79% 2,44% Comment exprime-t-il/elle sa position au sein d'un groupe lorsque celle-ci est minoritaire? 5,69% 11,09% 4,46% 3,79% 7,77% Quelle est sa capacité de remise en cause? 4,66% 7,10% 3,42% 1,03% 5,43% Comment reçoit-il/elle le feedback des autres? 4,64% 4,51% 3,05% 1,72% 4,28% Comment reconnaît-il/elle une erreur? 6,42% 9,83% 4,15% 1,72% 7,43% Quel recul prend-il/elle lorsque la pression augmente? Quelle est sa première réaction face à une critique ou une remarque agressive? Après sa première réaction, comment répond-il/elle à une critique ou une remarque agressive? 8,12% 9,04% 5,25% 2,76% 7,95% 7,58% 11,57% 4,89% 3,10% 8,78% 8,96% 13,84% 5,50% 3,45% 10,40%

L évaluation des compétences :

L évaluation des compétences : L évaluation des compétences : Le cas de la conception et de la mise en œuvre d un 360 Feed-back pour les managers Auteur (s) : Martine BRASSEUR, Pascal BRASSIER, Isabelle GALOIS, Steffi GANDE, Laurent

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Développement des compétences managériales pour cadres opérationnels.

Développement des compétences managériales pour cadres opérationnels. 1 Développement des compétences managériales pour cadres opérationnels. 2012 Entreprise&performance Ressources Humaines Zac Neuvillette 5 rue Jean d Arvor - 51 100 REIMS www.eprh.fr www.coachareims.com

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Comprendre la motivation à réussir des étudiants universitaires pour mieux agir Rolland Viau Jacques Joly U. de Sherbrooke

Comprendre la motivation à réussir des étudiants universitaires pour mieux agir Rolland Viau Jacques Joly U. de Sherbrooke Comprendre la motivation à réussir des étudiants universitaires pour mieux agir Rolland Viau Jacques Joly U. de Sherbrooke Résumé Ce texte a pour but, dans un premier temps, de présenter un modèle de la

Plus en détail

Intop360. Une méthodologie originale pour identifier les compétences, lacunes et potentiels des cadres. Fiable. Valide. Cohérent. Crédible.

Intop360. Une méthodologie originale pour identifier les compétences, lacunes et potentiels des cadres. Fiable. Valide. Cohérent. Crédible. Intop360 Fiable Valide Cohérent Crédible Rapide Simple Une méthodologie originale pour identifier les compétences, lacunes et potentiels des cadres Faire évaluer vos cadres par leur entourage professionnel

Plus en détail

«PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION»

«PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION» «PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION» PROMO 7 La formation au coaching QUI SOMMES-NOUS? Nous sommes des coachs professionnels, hommes et femmes, témoins et acteurs de l évolution des

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

N 2 Mars 2005. Identifier les compétences managériales des infirmières chefs par l'évaluation à 360 1. L évaluation des compétences

N 2 Mars 2005. Identifier les compétences managériales des infirmières chefs par l'évaluation à 360 1. L évaluation des compétences N 2 Mars 2005 Identifier les compétences managériales des infirmières chefs par l'évaluation à 360 1 Joëlle Durbecq 2 Cliniques Universitaires St-Luc Bruxelles Le monde hospitalier est en pleine restructuration.

Plus en détail

360 leaders : quoiet pour qui

360 leaders : quoiet pour qui 360 leaders : quoiet pour qui Un processus de feedback à la personne Pour le développement durable de son leadership Basé sur un questionnaire structuré s appuyant sur un modèle de leadership Adressé au

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION Il est demandé aux étudiants qui souhaitent déposer un master à la chaire RHO de prendre connaissance

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Formation Conseil - Recrutement

Formation Conseil - Recrutement Gobbelsrode 42, 3220 HOLSBEEK. Tél: 016/62.35.22 info@amvr.be www.amvr.be Formation Conseil - Recrutement Formation Points de départ : Notre objectif principal est de contribuer au succès de votre entreprise.

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Ce Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance a été adapté, avec la permission de Quantum Transformation Technologies, de son Governance & Managerial

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

5 ème Congrès de l ADERSE «Transversalité de la Responsabilité Sociale de l Entreprise» Grenoble, 10 et 11 janvier 2008

5 ème Congrès de l ADERSE «Transversalité de la Responsabilité Sociale de l Entreprise» Grenoble, 10 et 11 janvier 2008 5 ème Congrès de l ADERSE «Transversalité de la Responsabilité Sociale de l Entreprise» Grenoble, 10 et 11 janvier 2008 «L entreprise centrée sur l homme : application de la philosophie humaniste à la

Plus en détail

catégorie - développement rh

catégorie - développement rh Mise en œuvre d un outil de développement des compétences 360 Feedback au sein de l Université du Courrier du Groupe La Poste Marion TREMINTIN Diplômée d un DESS Gestion Stratégique des Ressources Humaines

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

COMMUNIQUER autrement pour mieux COOPERER

COMMUNIQUER autrement pour mieux COOPERER COMMUNIQUER autrement pour mieux COOPERER Approfondissement de la Communication NonViolente en milieu professionnel Formation à une communication et un management relationnel basés sur la confiance et

Plus en détail

Pour les principaux résultats de cette étude, découvrez notre résumé. Tous les tableaux et les chiffres se trouvent dans le rapport complet.

Pour les principaux résultats de cette étude, découvrez notre résumé. Tous les tableaux et les chiffres se trouvent dans le rapport complet. Signaux de vente... En 2010, les commerciaux continuent de batailler sur tous les fronts. En suivant cette idée, Krauthammer, avec l'aide du Groupe ESC Clermont, a réalisé trois rapports d étude de «l'état

Plus en détail

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE 1 2 3 4 Développer sa posture managériale : s affirmer dans tous les rôles de manager Définition du rôle et fonction du manager : donner du sens, épauler, accompagner, écouter... Encadrer plus efficacement

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS ACTIVISION Coaching : un cursus de formation complet accrédité ICF pour acquérir les compétences et la posture du coach professionnel. Une formation professionnelle, pour des professionnels, par des professionnels.

Plus en détail

Le Focus Group. - Bases de données, personnes ayant déjà participé à des expériences et acceptant de participer à des études ultérieures.

Le Focus Group. - Bases de données, personnes ayant déjà participé à des expériences et acceptant de participer à des études ultérieures. Le Focus Group I. Définition «Le Focus groupe est une discussion de groupe ouverte, organisée dans le but de cerner un sujet ou une série de questions pertinents (Kitzinger, Markova, & Kalampalikis, 2004).

Plus en détail

Sawsen Lakhal. Ce que représente PeDTICE pour moi

Sawsen Lakhal. Ce que représente PeDTICE pour moi Sawsen Lakhal Ce que représente PeDTICE pour moi En tant que nouvelle professeure, PeDTICE représente pour moi des occasions de rencontres très enrichissantes. Ces rencontres permettent un codéveloppement

Plus en détail

Master Mention Management Domaine : Sciences Juridiques, Economiques et de Gestion Spécialité Professionnelle Ingénierie des Ressources Humaines (IRH)

Master Mention Management Domaine : Sciences Juridiques, Economiques et de Gestion Spécialité Professionnelle Ingénierie des Ressources Humaines (IRH) Master Mention Management Domaine : Sciences Juridiques, Economiques et de Gestion Spécialité Professionnelle Ingénierie des Ressources Humaines (IRH) RESPONSABLES : mention Management : Martine BRASSEUR,

Plus en détail

De l évaluation individuelle à la performance organisationnelle : Surfer sur les notes!

De l évaluation individuelle à la performance organisationnelle : Surfer sur les notes! De l évaluation individuelle à la performance organisationnelle : Surfer sur les notes! Luc Mélotte Administrateur Plan de la présentation Stratégie d entreprise et Performance Stratégie RH et Performance

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

L'évaluation des compétences comportementales

L'évaluation des compétences comportementales L'évaluation des compétences comportementales par le 360 degrés La transformation d une pratique d entreprise en une pratique pédagogique, dans une école de commerce Lucie Bégin 1, Antoine Véniard 2 1

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage Organisation de la formation Ce document a pour objet de présenter le contenu des cours des deux années du Master Audit Contrôle Finance d entreprise

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

Conseil & Audit Les leviers de la croissance

Conseil & Audit Les leviers de la croissance Conseil & Audit Les leviers de la croissance Les cabinets de conseil et d audit vivent une évolution de fond qui remet en cause certains fondamentaux de leur culture : Concurrence accrue, moindre différenciation,

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION Société des Coaches Gestaltistes Coordinateur projet: Marius Moutet INTRODUCTION Un coaching d individus ou d équipe inspiré de la posture humaniste

Plus en détail

L'évaluation par les pairs dans un MOOC. Quelle fiabilité et quelle légitimité? Rémi Bachelet Ecole Centrale de Lille 24 novembre 2014, Université

L'évaluation par les pairs dans un MOOC. Quelle fiabilité et quelle légitimité? Rémi Bachelet Ecole Centrale de Lille 24 novembre 2014, Université L'évaluation par les pairs dans un MOOC. Quelle fiabilité et quelle légitimité? Rémi Bachelet Ecole Centrale de Lille 24 novembre 2014, Université Paris-Est séminaire annuel IDEA Les diapos seront tweetées

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION.2015

CATALOGUE FORMATION.2015 CATALOGUE FORMATION.2015 INTRA ET INTER ENTREPRISES. MANAGEMENT FORMATION GESTION COMMERCIALE /VENTE D.CO Développement. COnseils Siret : 431 597 095 000 48 N Activité : 72 33 08301 33 SOMMAIRE 1 MANAGEMENT...

Plus en détail

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING Septembre 2011 SYNTEC Coaching 3, rue Léon Bonnat 75016 Paris Tel. : 01 44 30 49 00 www.syntec.evolution-professionnelle.com

Plus en détail

- Dossier de presse -

- Dossier de presse - - Dossier de presse - Janvier 2014 Sommaire I. Valérie Moissonnier & l Institut du Selfcoaching 1. Valérie Moissonnier : son parcours et son blog RadioCoaching 2. L équipe de l Institut du Selfcoaching

Plus en détail

Programme en Management Opérationnel de l ESSEC EXECUTIVE EDUCATION : «MANAGEMENT OPERATIONNEL».

Programme en Management Opérationnel de l ESSEC EXECUTIVE EDUCATION : «MANAGEMENT OPERATIONNEL». Programme en Management Opérationnel de l ESSEC EXECUTIVE EDUCATION : «MANAGEMENT OPERATIONNEL». généraux de la formation Le programme a pour objectif d apporter ou d améliorer la maîtrise des compétences

Plus en détail

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1 UN GROUPE D INDIVIDUS Un groupe d individus décrit par une variable qualitative binaire DÉCRIT PAR UNE VARIABLE QUALITATIVE BINAIRE ANALYSER UN SOUS-GROUPE COMPARER UN SOUS-GROUPE À UNE RÉFÉRENCE Mots-clés

Plus en détail

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins.

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins. BILAN GENERAL Analyse générale A partir des 380 personnes enquêtées dans la région Auvergne, on a pu constater, au travers de cette enquête de l URAF, que 77% des familles interrogées sont globalement

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE O Reilly Consultants est un cabinet de conseil en gestion des ressources humaines, formation et coaching qui vise à réconcilier l épanouissement individuel : Accompagner les individus dans la réappropriation

Plus en détail

Faculté des Sciences du Sport de Marseille

Faculté des Sciences du Sport de Marseille Faculté des Sciences du Sport de Marseille Laboratoire Sport, Management, Gouvernance, Performance EA N 4670 Master II Professionnel Management des Organisations Sportives Chaire Société, Sport et Management

Plus en détail

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé Département Évaluation des Politiques Sociales Etude sur l équipement des TPE / PME en complémentaire santé Synthèse des résultats Léopold GILLES Pauline JAUNEAU Juillet 2012 1 Contexte et objectifs Dans

Plus en détail

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Cote moyenne de l efficacité du travail de l équipe fondée sur les facteurs suivants : vision; participation ouverte; orientation

Plus en détail

! " # $ % & '! % & & # # # # % & (

!  # $ % & '! % & & # # # # % & ( ! " # $ % & '! % & & # # # # % & ( ' # $ " # # ) * ( + %, ' " # # # $ " '. / # #! 0 " $ ' # " # # " 1 $ " 1 " 1 # " / " 2 3 # $ " 2 3 1 4 # Information des instances Communication auprès du personnel

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence professionnelle Management des organisations Spécialité Management opérationnel des entreprises Autorité

Plus en détail

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance Mis à jour : Catherine VOYNNET FOURBOUL Décembre 2007 La confiance Bibliographie Ouvrages : A. Duluc(2000),Leadership et confiance, édition DUNOD Revue : Lewicki R. J. et Bunker B. B. (1995), Trust in

Plus en détail

Certification Appreciative Inquiry Accompagnement des Transformations dans les Organisations

Certification Appreciative Inquiry Accompagnement des Transformations dans les Organisations Certification Appreciative Inquiry Accompagnement des Transformations dans les Organisations Ce programme a été conçu par les professeurs de la Weatherhead School of Management de la Case Western Reserve

Plus en détail

Bâtir et améliorer son système d appréciation

Bâtir et améliorer son système d appréciation Bâtir et améliorer son système d appréciation Bâtir et faire évoluer son système d'appréciation, Se doter de critères pertinents pour son entreprise, Se positionner en tant que conseil dans l'entretien

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

MRK -6081 A : Méthodes d Analyse de Données en Marketing Automne 2010

MRK -6081 A : Méthodes d Analyse de Données en Marketing Automne 2010 E MRK -6081 A : Méthodes d Analyse de Données en Marketing Automne 2010 Professeure :Elissar Toufaily Plage horaire du cours : Cours en salle Jeudi 15h 30-18h30 Local 4221 PAP Du 2 septembre. 2010 au 9

Plus en détail

FORMATION MANAGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL. Une formule innovante adaptée aux besoins actuels des managers et des entreprises

FORMATION MANAGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL. Une formule innovante adaptée aux besoins actuels des managers et des entreprises FORMATION MANAGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL Une formule innovante adaptée aux besoins actuels des managers et des entreprises Le public concerné et pré requis Cette formule concerne des managers

Plus en détail

ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE

ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE DANS LE SECTEUR SANITAIRE OU MÉDICO-SOCIAL Formation permettant l obtention d un certificat professionnel CPFFP SPÉCIALISATION EN MANAGEMENT D ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Cycle de formation certifiante Sphinx

Cycle de formation certifiante Sphinx Cycle de formation certifiante Sphinx 28, 29, 30 Mai 2015 Initiation, Approfondissement et Maîtrise Etudes qualitatives / quantitatives Initiation, approfondissement et maîtrise des études qualitatives

Plus en détail

NIVEAU : Initial Perfectionnement 10 jours au total soit 70 heures de formation 2 jours par mois.

NIVEAU : Initial Perfectionnement 10 jours au total soit 70 heures de formation 2 jours par mois. 1178, Route du bord de mer Le Florentin 06700 Saint-Laurent du Var Tél/fax.: 04 92 12 97 52 - aefe@wanadoo.fr www.aefe-france.fr THEMATIQUE : «MANAGEMENT des HOMMES et des EQUIPES» Contextualisation de

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner?

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? «Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? Congrès du CNGE Angers Novembre 2008 Sébastien Cadier*, Isabelle Aubin**, Pierre Barraine* *Département de médecine générale

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique Résumé : L offre de logiciels intégrés auprès des petites entreprises s accroit. Cependant, l acquisition d un

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT?

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? Élisabeth Mazalon et Sylvain Bourdon Université de Sherbrooke

Plus en détail

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s)

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s) P résentation L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines est développé dans le livre rédigé par Chloé Guillot-Soulez et publié dans la même collection : La Gestion des

Plus en détail

RAPPORT FONCTION MANAGERIALE Pierre DURAND 11/09/14 Toute l information contenue dans ce rapport est confidentielle.

RAPPORT FONCTION MANAGERIALE Pierre DURAND 11/09/14 Toute l information contenue dans ce rapport est confidentielle. RAPPORT FONCTION MANAGERIALE Toute l information contenue dans ce rapport est confidentielle. Gordon - Exclusive Rights ECPA. SOSIE is a trademark of ECPA in France and/or other countries. INTRODUCTION

Plus en détail

Démarche 360 et 180. Institut du Selfcoaching Tél. : 09 75 61 33 17 Mob. 06 10 18 63 93 info@selfcoaching.fr www.selfcoaching.

Démarche 360 et 180. Institut du Selfcoaching Tél. : 09 75 61 33 17 Mob. 06 10 18 63 93 info@selfcoaching.fr www.selfcoaching. Démarche 360 et 180 Institut du Selfcoaching Tél. : 09 75 61 33 17 Mob. 06 10 18 63 93 info@selfcoaching.fr www.selfcoaching.fr 1 Développer les compétences Managériales Le 360 n est pas un produit standard,

Plus en détail

Les préoccupations des enseignants en 2014

Les préoccupations des enseignants en 2014 Les préoccupations des enseignants en 204 Une profession en quête de valorisation Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

GROUPE IDRAC Bachelor Tourisme 3 ième année

GROUPE IDRAC Bachelor Tourisme 3 ième année logo GROUPE IDRAC Bachelor Tourisme 3 ième année Juillet 2015 MANAGEMENT RH CODE Semestre Nombre heures Nombre crédits Langue d enseignement MGTC601 6 20 2 Fr Département académique : Management des hommes,

Plus en détail

Réseau d Experts Séniors sur Paris, Lyon, région PACA depuis 2003,

Réseau d Experts Séniors sur Paris, Lyon, région PACA depuis 2003, Réseau d Experts Séniors sur Paris, Lyon, région PACA depuis 2003, Consultants, Formateurs et Coachs accrédités par la Fédération Internationale de Coaching en accompagnement à la Conduite du Changement

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

LE STRESS PROFESSIONNEL

LE STRESS PROFESSIONNEL LE STRESS PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE EN SUISSE ROMANDE Communication donnée lors des Doctoriales des EDSE 2012, tenu à Genève le 4 mai 2012 Carl Denecker Université de Genève

Plus en détail

La formule Leadership en Action TM. Améliorer de façon durable les compétences managériales de vos cadres. Leadership en Action TM

La formule Leadership en Action TM. Améliorer de façon durable les compétences managériales de vos cadres. Leadership en Action TM La formule Améliorer de façon durable les compétences managériales de vos cadres. Nous contacter : Monique Cumin, monique.cumin@lasting-success.com Tel : 06 95 09 10 31 La formule Formation-action : entraînement

Plus en détail

Université de la Transformation

Université de la Transformation Université de la Transformation L E X P E R I E N C E U N I Q U E La mission de l Université de la Transformation au sein de Capgemini Consulting Accompagner l évolution des compétences et comportements

Plus en détail

Master Sales Analysis. Analyse et développement des compétences de vente

Master Sales Analysis. Analyse et développement des compétences de vente Master Sales Analysis Analyse et développement des compétences de vente L'essentiel L essentiel à propos du système MSA 360 Description résumée du système MSA 360 Le système Master Sales Analysis (MSA)

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement

L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement Johann Jacob, M.A.P. et Richard Marceau, Ph. D. Centre de recherche et d expertise en évaluation (CREXE) Colloque annuel

Plus en détail

«L INTEGRATION DU WEB 2.0 AUX RESSOURCES HUMAINES CONDUITE DU CHANGEMENT ET RESISTANCE»

«L INTEGRATION DU WEB 2.0 AUX RESSOURCES HUMAINES CONDUITE DU CHANGEMENT ET RESISTANCE» «L INTEGRATION DU WEB 2.0 AUX RESSOURCES HUMAINES CONDUITE DU CHANGEMENT ET RESISTANCE» BENZIANE Abdelbaki : Professeur - Directeur de l ENPO - Directeur du LAREEM Tél : 213.41.29.07.76 Fax : 213.41.29.07.72

Plus en détail

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES UNIVERSITE DE BOURGOGNE MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES Discipline : Sciences de Gestion Matière : Finance Candidate : Aurélie SANNAJUST Fonction : Maître de Conférences à l Université

Plus en détail

Le manager transversal

Le manager transversal Le 29 septembre 2009 Le manager transversal Au cœur des organisations matricielles C1 Les enjeux actuels de la transversalité 2 Diapositive 2 C1 Doc expertise - Chapitre A CEGOS-FRANCE; 20/10/2008 L émergence

Plus en détail

L Accompagnement Durable

L Accompagnement Durable L Accompagnement Durable Notre objectif: contribuer à la performance de l entreprise créatrice de valeur 1 Sept 2012 L Accompagnement Durable Notre Offre Le coaching systémique global d une organisation

Plus en détail

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Année académique 2006-2007 Professeurs : Marco Saerens Adresse : Université catholique de Louvain Information Systems

Plus en détail

LEADERSHIP POUR ELLES L APPLI MOBILE. Réalisée par

LEADERSHIP POUR ELLES L APPLI MOBILE. Réalisée par LEADERSHIP LEADERSHIP POUR ELLES POUR ELLES L APPLI MOBILE Réalisée par B T E O Réalisée par 2 LEADERSHIP POUR ELLES L APPLI MOBILE Savez-vous que les différences de confiance en soi entre femmes et hommes

Plus en détail

STYLE PROFESSIONNEL M(me) Prénom NOM Employeur Date Cette synthèse est confidentielle et ne peut être diffusée sans l accord de la personne évaluée. EXTRAIT DE 17 PAGES SUR 42 AU TOTAL RAPPORT DE SYNTHÈSE

Plus en détail

C. Cohen, Inf. M.Sc. Professeure HEdS La Source & Intervenante à l IUFRS

C. Cohen, Inf. M.Sc. Professeure HEdS La Source & Intervenante à l IUFRS 3ème Séminaire européen du SIDIIEF «Les maladies chroniques : Formation, recherche et leadership clinique en soins infirmiers» 26 mars 2015 Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), Lausanne, Suisse

Plus en détail