Le conseil d administration à pied d œuvre

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le conseil d administration à pied d œuvre"

Transcription

1 Le conseil d administration à pied d œuvre édition juin 2013 Structures offshore, privilèges fiscaux et compétition stratégie fiscale et réputation d entreprise

2

3 Avant-propos Chers lecteurs et lectrices, La Suisse s est affirmée au cours des années comme un site de prédilection pour les entreprises opérant au niveau international. Son économie compte parmi celles les plus fortement imbriquées dans la réalité mondiale. Un des facteurs déterminants de ce succès, réside dans le fait que la Suisse a su mettre en place un environnement fiscal compétitif pour les entreprises. De par l évolution économique en cours, la question de la charge fiscale des entreprises fait aujourd hui l objet de débats publics toujours plus intenses. La stratégie fiscale n est plus un thème réservé aux seuls spécialistes mais relève désormais d un cadre plus large, lié au domaine essentiel de l image de l entreprise. Cette brochure a été préparée pour vous donner un bref aperçu des principales évolutions pouvant être pertinentes pour votre entreprise. Les questions suivantes y sont abordées: Controverse fiscale CH/UE et troisième réforme de l imposition des entreprises. Initiative OCDE contre la planification fiscale agressive Offshore Leaks Echange automatique d informations Les termes spéciaux utilisés dans le corps du texte ont été regroupés dans une liste de définitions figurant en annexe. En tant que société de premier plan en matière de conseil fiscal en Suisse, PwC participe activement aux discussions traitant de thèmes d actualité et s engage au maintien d un environnement fiscal adéquat dans le pays. Nous vous souhaitons une lecture intéressante et stimulante. Nous nous tenons à votre entière disposition pour toutes questions relatives à la brochure ou ayant trait à la fiscalité. Avec nos salutations les meilleures Andreas Staubli Managing Partner Leader Tax, Legal and HRS, PwC Suisse

4 Controverse fiscale CH UE et Réforme de l imposition des entreprises III De quoi s agit-il? Depuis 2005, la Suisse subit les pressions de l Union européenne (UE) qui exige l adaptation aux standards européens de différentes règles helvétiques concernant l imposition des entreprises. Les régimes fiscaux en vigueur dans divers cantons concernant les sociétés holding, les sociétés d administration et les sociétés mixtes, de même que certains aspects de la réglementation sur l imposition des entreprises, tels que l octroi d allégements fiscaux ou l imposition des sociétés principales sont sous le feu de la critique. Cette controverse sur la fiscalité fait l objet de pressions croissantes de la part de l Union européenne, qui se sont encore accentuées lorsque cette dernière a fait savoir à la Suisse qu elle attendait d elle des progrès concrets jusqu à l été Faute de quoi, selon les menaces prononcées ouvertement par l UE, la Suisse pourrait finir sur une liste noire des paradis fiscaux. A la lumière des principes admis sur le plan international, la Suisse se trouve ainsi contrainte de reconsidérer des points fondamentaux de sa fiscalité des entreprises.. Dans ce contexte, le Conseil fédéral avait décidé, il y a un certain temps déjà, de considérer comme prioritaire la poursuite du développement de la capacité concurrentielle de la place fiscale suisse et d aller de l avant dans le cadre de la troisième réforme de l imposition des entreprises (RIE III). Le 17 mai 2013, les organisateurs du projet de la Confédération et des cantons ont présenté, dans un rapport intermédiaire, la voie que la Suisse devrait suivre pour renforcer sa compétitivité en matière fiscale. Les solutions envisagées vont dans la direction de l imposition préférentielle des produits de licence («licence box») et de l impôt sur le bénéfice corrigé des intérêts. En outre, les cantons devront pouvoir abaisser le taux d impôt sur le bénéfice. L éventualité de supprimer certaines charges fiscales (dans les domaines du droit de timbre d émission, du financement des groupes et de la réduction pour participations) est également examinée. Quelles sont les conséquences possibles? Dans le passé, de nombreuses multinationales suisses et étrangères ont choisi la Suisse comme centre de développement de leurs activités internationales pour profiter des conditions favorables qu on y trouve, notamment sous forme de régimes fiscaux spéciaux. Mais il apparaît aujourd hui que ces réglementations particulières ne pourront plus être maintenues telles quelles, en raison de la controverse fiscale qui a surgi dans les rapports avec l Union européenne. La Suisse doit pouvoir offrir aux entreprises directement concernées des mesures de remplacement appropriées dans le domaine fiscal. A cet égard, la pièce maîtresse pourrait être l introduction de nouveaux régimes spéciaux pour les activités mobiles, au travers de modalités d imposition intéressantes puisque hautement concurrentielles en comparaison internationale. Sans cela, la position de la Suisse comme site très recherché par les groupes multinationaux pourrait être compromise. La menace d une augmentation de la charge fiscale pourrait entraîner un déplacement vers l étranger des activités mobiles des entreprises implantées en Suisse voire même le départ d unités toutes entières.

5 Nécessité d agir: Quelles sont les implications pour votre entreprise? Vos sociétés sont-elles au bénéfice de privilèges fiscaux? Quels sont les effets des changements envisagés sur l imposition du bénéfice au sein de votre groupe? La troisième réforme de l imposition des entreprises (RIE III) provoquera des modifications essentielles du paysage fiscal suisse, auxquelles nous devons porter toute notre attention. Pour les entreprises exerçant une activité internationale, il n y a pas nécessité d agir dans l immédiat car l élaboration des mesures de remplacement ainsi que le processus législatif s y rapportant nécessiteront encore un certain temps. La direction du projet estime que la mise en place de la RIE III va prendre environ cinq à sept ans. Mais dès que les grandes lignes du nouveau système d imposition seront connues, il conviendra de bien analyser la situation et de préparer des scénarios d action, afin d affronter au mieux les changements au sein de l entreprise et de pouvoir tirer profit du nouvel état des choses.

6 Initiative de l OCDE contre la planification fiscale agressive De quoi s agit-il? En été 2012, le G 20 s est à nouveau insurgé contre l érosion des fondements d imposition et les transferts indus de bénéfices vers les paradis fiscaux. Le but est de mettre fin à la planification fiscale agressive, pratiquée surtout par les grandes multinationales, et d instaurer une concurrence fiscale aussi loyale que possible entre les nations. Au sein de l Union européenne, il existe différentes initiatives pour empêcher ce qu on appelle la «concurrence fiscale nuisible». L OCDE, qui s en prend elle aussi aux pratiques fiscales des grands groupes, a lancé le 12 février 2013 une initiative sur le thème «Base Erosion and Profit Shifting» (BEPS Érosion de la base d imposition et transfert de bénéfices). Un rapport intermédiaire, accompagné d un plan d action concret devrait être présenté au G 20 en juillet Enfin, les projets les plus récents de l OCDE, qui demandent de tenir compte des droits de la propriété intellectuelle lors de la fixation des prix de transfert, confirment la tendance actuelle, à savoir l objectif de mettre un terme à la «planification fiscale agressive». Les principaux points du premier rapport intermédiaire BEPS portent entre autres sur la lutte contre ce qu on appelle les «instruments de financement hybrides» ainsi que sur la délimitation de la souveraineté fiscale dans le trafic de produits et services numériques. Dans le but d empêcher les transferts de bénéfices sans substances correspondantes, il sera en outre discuté d améliorations et de précisions en matière de prix de transfert entre entreprises du groupe. On examine également la possibilité de renforcer les dispositions tendant à réprimer les abus (au niveau national et international) et d introduire des règles plus strictes sur les transactions financières entre entreprises du groupe. Enfin, il s agira de faire en sorte que les opérations qui transitent par des sociétés ayant une substance, matériellement ou formellement insuffisante, soient combattues de manière plus ciblée. Quelles sont les conséquences possibles? Au vu du premier rapport BEPS, il n y a pas lieu de s attendre dans l immédiat à des propositions radicales de la part de l OCDE, dans le sens d une modification de principe des critères de taxation actuels. Mais la pression sur les structures et les transactions dépourvues de substance de même que sur les mécanismes permettant des économies d impôt basées sur les conflits de qualification entre Etats, va augmenter. L essentiel est que le lieu où s exerce l activité commerciale dispose de substance commerciale adéquate.. Les fonctions doivent être exercées par du personnel clé, les charges et risques imputés au lieu de l activité effective. Enfin, la transparence des structures internationales revêt une importance accrue aux yeux de l OCDE.

7 Nécessité d agir: Quelles sont les implications pour votre entreprise? Votre groupe recourt-il à des sociétés spéciales pour l optimisation fiscale? Ces sociétés disposent-elles de capitaux et moyens suffisants en regard des risques financiers encourus? Et: les fonctions essentielles nécessaires pour l appréciation de ces risques (dites «Significant People Functions») sont-elles réellement exercées sur les lieux concernés? Au vu de la complexité croissante des contrôles fiscaux en Suisse comme à l étranger, nous recommandons de procéder à une vérification de la structure actuelle de votre société et de son modèle commercial du point de vue fiscal (surtout pour ce qui a trait aux prix de transfert, aux droits sur les actifs immatériels et au financement interne du groupe). En portant notamment une attention particulière sur les transactions avec les sociétés du groupe situées en territoires offshore ou à bas niveau imposition. En ce qui concerne les sociétés suisses, d éventuelles mesures de l étranger ne devraient pas avoir d incidences, dans la mesure où les structures présentes en Suisse disposent de moyens personnels à fort potentiel de création de valeur.

8 Offshore Leaks Planification fiscale et structures offshore De quoi s agit-il? La publication, en avril 2013, de données et d indications personnelles sur les clients de trusts dans les territoires offshore (Offshore Leaks) a suscité bien des remous. Près de particuliers et sociétés en provenance de divers pays, dont l Allemagne, l Autriche et la Suisse, sont concernés. Le débat public qui s en est suivi a une nouvelle fois alimenté les discussions sur l acceptabilité et la légitimité de structures implantées dans les territoires offshore, en raison de considérations fiscales. Au-delà de la question des trusts, utilisés en général par les personnes physiques, la controverse publique s est étendue à la problématique de la planification et de l optimisation fiscale que les entreprises réalisent au travers de structures offshore qui échappent à tout impôt sur le bénéfice. Certains groupes tels que Amazon, Apple, Google et Starbucks ont fini sous les feux de la rampe. En Suisse également, le thème du offshore en relation avec les entreprises gagne en importance: Le Tribunal fédéral suisse lui-même, dans un arrêt de février 2013, a constaté que la totalité du bénéfice de l unité offshore est imputable au contribuable suisse, et ce malgré l existence d une convention (tax ruling) conclue précédemment avec l administration fiscale. Dans un autre arrêt du 16 mai 2013 le même Tribunal fédéral a décidé qu une société financière d un groupe ayant son siège à Guernesey, étant donné l absence d une administration effective sur l île, devait être considérée comme établie fiscalement en Suisse, donc assujettie de manière illimitée à l impôt ordinaire dans ce pays. Quelles sont les conséquences possibles? Comme effet du débat public, les structures offshore sont de plus en plus mises en cause, tant par le grand public que par les autorités fiscales. Cela peut donner lieu à des contrôles fiscaux et à des procédures légales à n en plus finir et très coûteuses. D un point de vue réputationnel, se pose la question s il est toujours opportun de maintenir des structures offshore minimisant la charge fiscale dans le cadre d une politique d entreprise durable et de réputation publique.

9 Nécessité d agir: Quelles sont les implications pour votre entreprise? Votre entreprise détient-elle des participations dans des sociétés offshore? L incidence de la structure offshore sur la stratégie d entreprise et fiscale du groupe ainsi que de possibles risques fiscaux et réputationnels, a-t-elle fait l objet d une évaluation interne? Y a-t-il suffisamment de moyens dans la structure et de raisons économiques justifiant son maintien? Dans ce contexte, il faut tenir compte du fait que les obligations de publication qui incombent aux sociétés cotées en bourse permettent à l autorité fiscale de détecter facilement la présence de structures offshore: il suffit de jeter un coup d œil sur les comptes annuels pour disposer des éléments confirmant leur existence.

10 Echange automatique d informations De quoi s agit-il? L échange automatique d informations est un processus consistant en la transmission systématique et périodique de données fiscales importantes, en provenance d un Etat source vers l Etat de résidence du destinataire de revenus et produits financiers tels que dividendes, intérêts, redevances, salaires, rentes, etc. C est en général le débiteur ou l organisme qui procède au règlement (banque, employeur etc.) qui communique les données à sa propre autorité fiscale, laquelle les transmet ensuite à son homologue étranger. L échange automatique peut également porter sur d autres informations: changement de domicile, achat ou vente d immeubles, remboursement de TVA, etc. L échange automatique d informations n a pas pour seul but de favoriser la transparence et l honnêteté fiscale des personnes physiques. Il permet également, et de plus en plus, de récolter des données sur les transactions transfrontalières des entreprises internationales. A l heure actuelle, l OCDE prévoit comme instrument standard l échange d informations sur demande et non l échange automatique d informations. Toutefois, même l OCDE admet que l échange automatique d informations ainsi que l échange spontané constituent des alternatives possibles. Mais l impulsion majeure pour le système d échange automatique vient des Etats du G-20 qui font pression pour une introduction rapide. C est là l objectif déclaré des principaux pays industriels et émergents qui veulent en faire le standard de référence pour tous, de manière à permettre aux autorités fiscale des différents Etats de disposer des informations nécessaires pour obliger les contribuables de chaque pays à payer correctement leurs impôts. Quelles sont les conséquences possibles? L introduction de l échange automatique d informations signifie d une part que l organisme payeur (essentiellement les établissements financiers mais aussi les autres sociétés qui effectuent par exemple des paiements de redevances et d intérêts ou agissent comme employeurs de salariés soumis aux retenues d impôt à la source ) aura davantage d obligations en matière de livraison de données à son autorité fiscale. D autre part, les autorités fiscales devront traiter de grandes quantités de données, qui transiteront en bloc au travers des frontières sous le couvert de la confidentialité et de la protection des données. Ces développements internationaux auront forcément des répercussions sur le débat relatif à l échange d informations à l intérieur de la Suisse. Il s agira avant tout de la question de savoir si les autorités fiscales helvétiques auront accès aux données bancaires des contribuables domiciliés en Suisse, ce qui n est pas encore possible à l heure actuelle.

11 Nécessité d agir: Quelles sont les implications pour votre entreprise? L échange automatique d informations ne touchera pas seulement les personnes physiques mais également les entreprises. Selon les modalités prévues pour ce mécanisme, ce ne seront pas uniquement les transactions bancaires transfrontalières qu il faudra annoncer mais toutes celles relatives aux paiements d intérêts ou de redevances, aux opérations soumises à la TVA et d autres encore. Cela pourrait inciter certains pays, surtout ceux à forte imposition, à intensifier les contrôles sur les groupes transnationaux, en particulier sur les prix de transfert pratiqués. Pour les entreprises, il devient donc toujours plus important d avoir ou de mettre en place des structures internationales disposant des moyens nécessaires sur les lieux mais aussi d être en mesure de présenter, au besoin aux autorités étrangères, toute la documentation qui s y rapporte, le cas échéant celle concernant les éventuels Tax rulings. Par ailleurs, il serait bon de soumettre les structures existantes à un contrôle périodique afin de vérifier leur conformité aux exigences nationales et internationales du moment.

12 Annexe: Définitions (en ordre alphabétique) Financement hybride Type de financement, dont la structure juridique et économique comporte des éléments à la fois de capital propre et de capital étranger. Ainsi les prêts avec participation aux profits (Profit Participating Loan), les emprunts convertibles et les actions privilégiées. Dans le cas par exemple des transactions transfrontalières, les procédés basés sur les instruments de financement hybride, traités fiscalement comme capital propre dans un Etat et comme capital étranger dans l autre, permettent de minimiser fortement la charge fiscale. G 20 Le G 20 est un groupe composé des 19 principaux pays industriels et émergents ainsi que de l Union Européenne (UE), qui sert de forum de coopération et de concertation dans les questions liées au système financier international. Le G 20 a pour objectif de coordonner les politiques des Etats membres, afin d assurer la stabilité générale ainsi qu une croissance durable en matière économique. Holding Privilège holding / société holding Privilège fiscal accordé aux sociétés de capitaux et aux coopératives sur le plan cantonal et communal. Conçu pour éviter l imposition multiple, il permet aux sociétés holding de ne payer aucun impôt sur le bénéfice et un impôt généralement réduit sur le capital. Pour pouvoir bénéficier du privilège holding, la société doit avoir comme but statutaire l administration durable de participations et ne pas exercer d activité commerciale en Suisse. En outre, les participations et revenus de participations doivent représenter sur le long/moyen terme au moins deux tiers du total des actifs ou produits d exploitation. Au niveau fédéral, il n existe pas de privilège holding mais, à certaines conditions, les revenus de participations et les gains en capital résultant de la vente de participations peuvent bénéficier de la réduction pour participations. Licence box Grâce au système de l IP-Box, applicable aux brevets, redevances et formules innovatrices, certains pays accordent des avantages fiscaux sur les revenus découlant de droits de propriété intellectuelle. Cela englobe en particulier les revenus en provenance de brevets, marques, designs, logiciels ou banques de données techniques ou scientifiques. Divers pays recourant à ce mécanisme, le champ d application possible est assez large. Les différences concernent surtout la définition des droits de propriété intellectuelle à prendre en compte, le mode de calcul et l application du système aux gains en capital et aux biens immatériels développés dans l entreprise. Il peut y avoir d autres différenciations au niveau des amortissements ou de la déductibilité des charges financières. En Suisse, la formule de l IP-Box n existe pour l instant que dans le canton de Nidwald, qui prévoit une imposition effective d environ 8,8 % (impôt direct fédéral compris) sur les revenus des droits de propriété intellectuelle.

13 Offshore Structures offshore Structures d entreprise réalisées en utilisant les possibilités offertes par les territoires offshore. Il s agit généralement des domaines suivants: exploitation de redevances, financement des activités du groupe, réassurance interne au groupe (captive) ou encore sociétés à but spécial (Special Purpose Vehicles), utilisées par exemple pour les transactions sur le marché des capitaux. Offshore Territoires offshore Etats ou territoires à l intérieur desquels l imposition des entreprises est réduite voire inexistante (dits aussi «paradis fiscaux»). Parmi ceux définis comme paradis fiscaux selon les critères de l OCDE, on trouve notamment: Andorre Anguilla Antigua et Barbuda Antilles Aruba Bahamas Bahreïn Barbade Belize Bermuda Chypre Dominique Dubaï Gibraltar Grenade néerlandaises Ile de Man Ile Maurice Iles Caïmans Iles Cook Iles vierges Iles de la Manche Iles Marshall Iles vierges britanniques Iles Turques et Caïques Liberia Liechtenstein Maldives Malte Monaco Montserrat Nauru Niue Panama Saint Christophe (St. Kitts) et Nevis Saint Vincent et les Grenadines Samoa Seychelles St. Lucia Tonga Vanuatu Conformément aux standards qu elle a établis en relation avec les impôts sur le revenu et la fortune, l OCDE a publié en 2009 une nouvelle liste comprenant quatre catégories: Liste blanche: pays et territoires dotés de systèmes répondant largement aux standards internationaux. Liste grise: paradis fiscaux qui n ont pas encore mis en place les standards internationaux (actuellement uniquement Niue). Liste noire: Etats et territoires ne répondant pas aux standards internationaux. Actuellement aucun Etat ou territoire ne figure sur la liste noire. Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) L Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) est une organisation internationale regroupant 34 Etats-membres, qui s engage pour la démocratie et l économie de marché.

14 Privilèges fiscaux/fiscalité privilégiée Modalités d imposition, relatives au taux de l impôt ou à la base d imposition, qui s écartent des règles ordinaires en matière de calcul de l impôt sur le bénéfice ou sur le capital. Cette notion est souvent employée comme désignation générale se référant à l ensemble des règles fiscales particulières applicables aux sociétés holding, d administration ou mixtes. Dans le langage courant, les dispositions fiscales sur les sociétés principales ou les sociétés au bénéfice d exonérations d impôt rentrent aussi fréquemment dans cette définition. Régimes fiscaux spéciaux Notion générale se référant aux sociétés qui bénéficient de privilèges fiscaux. Significant People Functions (SPFs, fonctions des collaborateurs importants) Cette expression désigne les fonctions des collaborateurs ayant un rôle essentiel dans le cadre d une transaction interne au sein du groupe. La fonction est essentielle lorsqu elle est exercée par des collaborateurs disposant des connaissances techniques et des pouvoirs nécessaires pour être en mesure d apprécier les risques en connaissance de cause et de prendre des décisions importantes. Selon l OCDE, les SPFs constituent le facteur déterminant dont va dépendre la substance nécessaire pour l attribution du bénéfice dans le cadre d une transaction. La seule disponibilité du capital pour supporter le risque financier n est donc plus suffisante. Société mixte/société d administration Les sociétés mixtes sont des entreprises dont l activité commerciale se déroule principalement à l étranger et qui n exercent qu une activité subordonnée en Suisse. En revanche, les sociétés d administration, dénommées également sociétés de domicile, ne peuvent s occuper en Suisse que de tâches administratives à l exclusion de toute activité commerciale. Dans les deux cas il s agit de privilèges fiscaux, accordés sur le plan cantonal aux sociétés de capitaux et aux coopératives, et voulus en pratique pour assurer une imposition attrayante aux revenus provenant d activités commerciales, de financement ou d exploitation de redevances. Les rendements de participations, de même que les gains en capital ou de réévaluation sur ces participations, sont exonérés d impôt. L idée de base est que, s agissant de sociétés mixtes ou de sociétés d administration, les revenus de source étrangère ne sont imposés de manière ordinaire en Suisse qu en fonction de l importance de l activité commerciale ou administrative qui s y déroule, donc dans une mesure réduite. Société principale C est une société qui centralise et réunit les fonctions, les responsabilités et les risques d un groupe exerçant son activité au niveau international. Une société principale s occupe en général, pour ses marchés globalisés, des domaines relevant des achats, de la planification de la recherche et du développement, du planning et de la conduite de la production, de la gestion des stocks et de la logistique, du développement de la stratégie marketing, de la planification et de la direction des ventes ainsi que des fonctions de trésorerie, de finances et d administration. Au niveau fédéral, le bénéfice imposable de la société principale fait l objet d une répartition internationale. Sur le plan cantonal, la société principale est imposée en général selon les principes en vigueur pour les sociétés mixtes.

15 Vos contacts Andreas Staubli Responsablef fiscalité, droit et HRS PwC Suisse Daniel Gremaud Responsable Fiscalité, droit et HRS Romandie Armin Marti Responsable fiscalité de l entreprise Suisse Urs Brügger Responable fiscalité internationale Zurich Remo Küttel Director PwC Zoug Benjamin Koch Transfer Pricing PwC Zurich Marcel Widrig Responsable Private Clients PwC Suisse

16 PricewaterhouseCoopers. All rights reserved.»pricewaterhousecoopers and»pwc refer to the network of member firms of PricewaterhouseCoopers International Limited, each of which is a separate and independent legal entity.

Petits déjeuners des PME & Start-up. Vendredi 31 janvier 2014

Petits déjeuners des PME & Start-up. Vendredi 31 janvier 2014 Petits déjeuners des PME & Start-up Vendredi 31 janvier 2014 Réforme de la Fiscalité des Entreprises III Markus F. Huber, Partner Karen Simonin, Partner Agenda Situation actuelle Rapport de l organe de

Plus en détail

Avantages de la troisième réforme de l imposition des entreprises (RIE III)

Avantages de la troisième réforme de l imposition des entreprises (RIE III) Avantages de la troisième réforme de l imposition des entreprises (RIE III) Une prise de position de PwC Suisse Mai 2015 LES EXIGENCES POSÉES À LA SUISSE : Conformité avec les normes de l OCDE et de l

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

De l'implantation au rythme de croisière

De l'implantation au rythme de croisière De l'implantation au rythme de croisière Contexte recherché (entreprises et Etat) Conditions cadre ordinaires (sociétés) Octroi et portée des allégements fiscaux Cas des salariés Politique économique Que

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l ASMV, le 3 octobre 2014 Contexte international

Plus en détail

Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés?

Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés? Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés? Les salariés, de plus en plus nombreux, accomplissant des carrières internationales et ayant bénéficiés

Plus en détail

Imposition sur la dépense («Imposition forfaitaire»)

Imposition sur la dépense («Imposition forfaitaire») Imposition sur la dépense («Imposition forfaitaire») Les ressortissants étrangers qui s installent en Suisse sont en principe soumis aux mêmes impôts sur le revenu et sur la fortune que les citoyens suisses.

Plus en détail

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU?

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU? FISCALITÉ DES RETRAITÉS FRANÇAIS S INSTALLANT AU PORTUGAL Note de Maître Hugelin Laurent- Avocat au Barreau de Paris pour http://www.maison-au-portugal.com INTRODUCTION Le Portugal a engagé une politique

Plus en détail

Conférence suisse des impôts Cl 16

Conférence suisse des impôts Cl 16 Conférence suisse des impôts Cl 16 L Ordonnance du Conseil fédéral du 9 mars 2001 sur l application de la loi fédérale sur l harmonisation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Circulaire

Plus en détail

Action 5 : Accord sur l approche du lien modifiée des régimes de PI

Action 5 : Accord sur l approche du lien modifiée des régimes de PI Projet OCDE/G20 sur l érosion de la base d imposition et le transfert de bénéfices Action 5 : Accord sur l approche du lien modifiée des régimes de PI Projet OCDE/G20 sur l érosion de la base d imposition

Plus en détail

Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne

Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne Taxation of individuals Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne tél. 058 286 52 45, email: michael.hildebrandt@eycom.ch 1 Plan de l exposé I. Introduction II. Prestations en nature III. Règlement

Plus en détail

RIE III Procédure de consultation

RIE III Procédure de consultation Economiesuisse Hegibachstrasse Case postale 8032 Zurich Neuchâtel, 20 janvier 2015 RIE III Procédure de consultation Madame, Monsieur, Les statuts spéciaux sont contestés par l OCDE et l Union européenne,

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

Utilisation des véhicules au passage des frontières. Informations douanières pour entreprises et particuliers

Utilisation des véhicules au passage des frontières. Informations douanières pour entreprises et particuliers Utilisation des véhicules au passage des frontières Informations douanières pour entreprises et particuliers Informations douanières pour entreprises et particuliers concernant les véhicules utilisés au

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

CONSULTATION LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE. CONTRIBUTION DE WINAMAX Opérateur de Poker en ligne en France

CONSULTATION LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE. CONTRIBUTION DE WINAMAX Opérateur de Poker en ligne en France CONSULTATION LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE CONTRIBUTION DE WINAMAX Opérateur de Poker en ligne en France PROPOSITION REDIGEE PAR XS CONSEIL ID REGISTER XS CO137752272 31 JUILLET 2011 --------------------

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

Stock options et attribution gratuite d actions

Stock options et attribution gratuite d actions Stock options et attribution gratuite d actions 1 Christophe de Kalbermatten, Avocat Python & Peter 5 Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1. Stock options A. Définition B. Graphique C. Différentes stock options

Plus en détail

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D 3.SF.12 DUS 2009 Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la Convention de double imposition entre

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel Lettre mensuelle Décembre 2004 La loi de finances pour 2005 et la loi de finances rectificative pour 2004 feront l objet d une lettre spéciale courant janvier 2005. SOCIETES 1. FRANCE - Retenue à la source

Plus en détail

Conseil juridique et fiscal. Pouvez-vous bénéficier de la réforme de l imposition des entreprises II?

Conseil juridique et fiscal. Pouvez-vous bénéficier de la réforme de l imposition des entreprises II? Conseil juridique et fiscal Pouvez-vous bénéficier de la réforme de l imposition des entreprises II? 2008 PricewaterhouseCoopers. All rights reserved. PricewaterhouseCoopers refers to the network of member

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention :

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1002191L PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre la France et la Suisse en vue d éviter

Plus en détail

Convention n o 172 concernant les conditions de travail dans les hôtels, restaurants et établissements similaires

Convention n o 172 concernant les conditions de travail dans les hôtels, restaurants et établissements similaires Texte original Convention n o 172 concernant les conditions de travail dans les hôtels, restaurants et établissements similaires 0.822.727.2 Conclue à Genève le 25 juin 1991 Approuvée par l Assemblée fédérale

Plus en détail

JOURNÉE DE FORMATION CONTINUE NOUVEAUTÉS EN DROIT FISCAL. Université de Neuchâtel - Faculté de droit 7 novembre 2014

JOURNÉE DE FORMATION CONTINUE NOUVEAUTÉS EN DROIT FISCAL. Université de Neuchâtel - Faculté de droit 7 novembre 2014 JOURNÉE DE FORMATION CONTINUE Université de Neuchâtel - Faculté de droit 7 novembre 2014 NOUVEAUTÉS EN DROIT FISCAL Thierry Obrist Professeur extraordinaire - Université de Neuchâtel Avocat - Walder Wyss

Plus en détail

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT?

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Quels sont vos objectifs de placement? 2 3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Les facteurs à prendre en compte Ils dépendent de votre personnalité, de votre âge, de votre situation de famille et de

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

SOCIÉTÉ EN SUISSE. Présentation du pays. Une place onshore. Page 1 1 CHF = 0.80. Délai de création : 18 jours. Sociétés pré-constituées : Non

SOCIÉTÉ EN SUISSE. Présentation du pays. Une place onshore. Page 1 1 CHF = 0.80. Délai de création : 18 jours. Sociétés pré-constituées : Non INFORMATIONS GÉNÉRALES Présentation du pays Délai de création : 18 jours Sociétés pré-constituées : Non Comptabilité : Obligatoire Secrétariat : Obligatoire Actionnariat anonyme : Oui Directeur nominé

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale.

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. 1) Nouveau régime d imposition des dividendes Désignation tardive

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

Fixation de la valeur de l usufruit, du droit d habitation et du droit d usage

Fixation de la valeur de l usufruit, du droit d habitation et du droit d usage Kluwer Guide des comptes annuels pour le Luxembourg FISCALITÉ Fixation de la valeur de l usufruit, du droit d habitation et du droit d usage DELPHINE DEICHTMANN IF GROUP La circulaire n 767 du 7 avril

Plus en détail

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF Décision de l'assemblée plénière de la CDF du 28 septembre 2007 Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF 1. Bases légales La possibilité d'être

Plus en détail

Nouvelles mesures fiscales

Nouvelles mesures fiscales Nouvelles mesures fiscales Le 21 décembre 2012, le Parlement luxembourgeois a adopté une loi (la «Loi») contenant de nouvelles mesures fiscales applicables aux personnes physiques et aux sociétés à compter

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

Réforme TVA et Déclaration d échange de services

Réforme TVA et Déclaration d échange de services Réforme TVA et Déclaration d échange de services La loi de finances pour 2010 a prévu qu à compter du 1 er janvier 2010, les règles de territorialité de la TVA seraient modifiées et qu un assujetti établi

Plus en détail

du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs

du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs 2381 Message N o 28 18 septembre 2012 du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs Nous avons l honneur de vous soumettre un projet

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 5 décembre 2005;

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 5 décembre 2005; CSSS/05/148 1 DELIBERATION N 05/053 DU 20 DECEMBRE 2005 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AU SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES EN VUE DE LA CONSTATATION

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Introduction 9 STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Par Sven Milelli INTRODUCTION Structures organisationnelles 11 Il existe une grande variété de structures juridiques possibles pour l exploitation d une entreprise

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 I-1-06 N 4 du 12 JANVIER 2006 MESURES DE TRANSPOSITION DE LA DIRECTIVE 2003/48/CE DU CONSEIL DU 3 JUIN 2003 EN MATIERE DE FISCALITE DES REVENUS

Plus en détail

Fiche. Introduction. Fiche 1. Introduction

Fiche. Introduction. Fiche 1. Introduction Introduction Fiche 1 Il est nécessaire de distinguer entre le droit fiscal interne, le droit fiscal international et le droit fiscal international comparé. Le premier s applique à des agents (personnes

Plus en détail

Instructions concernant le règlement des examens

Instructions concernant le règlement des examens Instructions concernant le règlement des examens édictées par la Conférence suisse des impôts 1 re édition / 29.11.2004 / 6.12.2006 / 15./16.1.2009 / 13.6.2013 / 21 juillet2014 Instructions concernant

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS de la CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE PROVENCE COTE D'AZUR et du GROUPE «CREDIT AGRICOLE»

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12

CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12 Table des matières Préface... 5 CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12 CHAPITRE 2 Outils de protection L intérêt

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Gestion flexible du personnel dans le domaine public

Gestion flexible du personnel dans le domaine public Gestion flexible du personnel dans le domaine public Solutions sur mesure Ce qu il faut, c est une gestion du personnel moderne et flexible Pour maîtriser les défis du futur, les administrations publiques

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Rapport pour le conseil régional JUIN 2010

Rapport pour le conseil régional JUIN 2010 Rapport pour le conseil régional JUIN 2010 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france DISPOSITIONS RELATIVES AUX REGLES DE TRANSPARENCE DEMANDEES PAR LA REGION ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels.

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA à l écoute des investisseurs. Zurich Invest SA, filiale

Plus en détail

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois Sommaire: 1. Introduction page 1 2. Constitution de la SPF page 1 3. Surveillance et contrôle de la SPF page 3 4. Activité et

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des abréviations... VII XI INTRODUCTION GÉNÉRALE... 1 PREMIÈRE PARTIE Fiscalité directe (impôt sur le revenu et impôt

Plus en détail

Introduction FISCALITÉ

Introduction FISCALITÉ Introduction 51 Impôt sur le revenu 53 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une filiale 54 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une succursale 56 Mesures de contrôle des

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés 65 A. Introduction Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés Editions ENI - All rights reserved Acheter en ligne présente des risques

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement Fondation de libre passage Independent Règlement de placement Sur la base de l'art. 5 de l acte de fondation de la Fondation de libre passage Independent (Fondation) ainsi que sur la base de l'art. 49a

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

Le «BEPS» Alain STEICHEN. LES PETITS DÉJEUNERS de BSP. Professeur associé à l Université de Luxembourg

Le «BEPS» Alain STEICHEN. LES PETITS DÉJEUNERS de BSP. Professeur associé à l Université de Luxembourg Le «BEPS» LES PETITS DÉJEUNERS de BSP Alain STEICHEN Professeur associé à l Université de Luxembourg Introduction BEPS = Base Erosion and Profit Shifting OECD/G20 (2013) : Plan d action sur 15 points 7

Plus en détail

Système de Qualification des Fournisseurs (SQS)

Système de Qualification des Fournisseurs (SQS) Système de Qualification des Fournisseurs (SQS) pour une visibilité des fournisseurs de Shell à l échelle internationale www.shell.com/supplier/qualification Système de Qualification des Fournisseurs (SQS)

Plus en détail

Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation

Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation S implanter au Maroc : Quelle forme juridique choisir? Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation juridique. Ces choix ont des conséquences sur les plans juridique,

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

0.192.122.975 Echange de lettres

0.192.122.975 Echange de lettres Echange de lettres des 23 juillet/11 août 1971 entre le Département politique fédéral et la Banque asiatique de développement concernant le bureau de la Banque à Zurich et le personnel qui y est affecté

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier FCPI Diadème Innovation Pour concilier innovation et immobilier Diadème Innovation II, défiscalisation, innovation et immobilier Diadème Innovation II, Fonds Commun de Placement dans l Innovation, a pour

Plus en détail

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital 217 5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital Les assurances vie constitutives de capital couvrent principalement l assurance mixte et ses différentes variantes. Il y a donc

Plus en détail

Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises

Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises Département fédéral des finances DFF Date: 22.09.2014 Embargo: Jusqu au début de la conférence de presse Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises 1.Dossiers internationaux

Plus en détail

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine.

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Afin d en profiter, le Plan d Epargne en Actions (1) (PEA) et le Plan d Epargne

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien. Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien. Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014 Objet Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014 Le comité de rémunération est créé par le Conseil

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, des informations sur la politique d exécution des ordres sur instruments

Plus en détail

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID)

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) POUR UNE MEILLEURE PROTECTION DE L INVESTISSEUR SOMMAIRE DES SERVICES FINANCIERS PLUS TRANSPARENTS 3 LES PRINCIPAUX THÈMES VISÉS

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE AVIS (BRUGEL-AVIS-2011-109) relatif aux clients protégés ne répondant plus aux conditions d'application initiales. Etabli en application

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

COMMENTARY. Résumé JONES DAY

COMMENTARY. Résumé JONES DAY Mars 2008 JONES DAY COMMENTARY La Réforme du Régime de la Taxe de 3% Conformément aux articles 990 D à 990 H du code général des impôts ( CGI ), toutes les entités, françaises ou étrangères qui, directement

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

DEMOKRATIE DEMOCRATIE DEMOCRAZIA. «Un projet visant à renforcer l éducation à la citoyenneté et la participation

DEMOKRATIE DEMOCRATIE DEMOCRAZIA. «Un projet visant à renforcer l éducation à la citoyenneté et la participation DEMOKRATIE «Un projet visant à renforcer l éducation à la citoyenneté et la participation civique en Suisse» Un projet visant à renforcer la démocratie La Suisse est fière de sa longue tradition civique,

Plus en détail

Centre patronal Les plans d intéressement. Fabien Nanchen, Manager Human Capital, Ernst & Young SA, Lausanne

Centre patronal Les plans d intéressement. Fabien Nanchen, Manager Human Capital, Ernst & Young SA, Lausanne Centre patronal Les plans d intéressement Fabien Nanchen, Manager Human Capital, Ernst & Young SA, Lausanne Plan de l exposé Aspects juridiques Définitions, différents plan de participation Droit du travail,

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

La fiscalité internationale et le numérique. Jacques Sasseville Unité des Convention fiscales, OCDE

La fiscalité internationale et le numérique. Jacques Sasseville Unité des Convention fiscales, OCDE La fiscalité internationale et le numérique Jacques Sasseville Unité des Convention fiscales, OCDE 1 Fiscalité internationale Les impôts sont déterminés et perçus par les États La coordination est assurée

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique BEPS ACTION 10: PROJET DE RAPPORT RELATIF AUX PRIX DE TRANSFERT PRATIQUES DANS LES TRANSACTIONS TRANSFRONTALIERES PORTANT SUR DES PRODUITS DE BASE 6 décembre 2014 6 février 2015 PROJET

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1033682L/Bleue-1 PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord sous forme d échange de lettres entre le Gouvernement

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 164/2 du 28 janvier 2011 L.I.R. n 164/2 Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe 1. Définitions Par

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE.

CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE. CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE. ARTICLE 1 : DEFINITIONS Liste Cadeaux : Ensemble d au moins un produit identifié par le Bénéficiaire de liste comme cadeau

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail