Le conseil d administration à pied d œuvre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le conseil d administration à pied d œuvre"

Transcription

1 Le conseil d administration à pied d œuvre édition juin 2013 Structures offshore, privilèges fiscaux et compétition stratégie fiscale et réputation d entreprise

2

3 Avant-propos Chers lecteurs et lectrices, La Suisse s est affirmée au cours des années comme un site de prédilection pour les entreprises opérant au niveau international. Son économie compte parmi celles les plus fortement imbriquées dans la réalité mondiale. Un des facteurs déterminants de ce succès, réside dans le fait que la Suisse a su mettre en place un environnement fiscal compétitif pour les entreprises. De par l évolution économique en cours, la question de la charge fiscale des entreprises fait aujourd hui l objet de débats publics toujours plus intenses. La stratégie fiscale n est plus un thème réservé aux seuls spécialistes mais relève désormais d un cadre plus large, lié au domaine essentiel de l image de l entreprise. Cette brochure a été préparée pour vous donner un bref aperçu des principales évolutions pouvant être pertinentes pour votre entreprise. Les questions suivantes y sont abordées: Controverse fiscale CH/UE et troisième réforme de l imposition des entreprises. Initiative OCDE contre la planification fiscale agressive Offshore Leaks Echange automatique d informations Les termes spéciaux utilisés dans le corps du texte ont été regroupés dans une liste de définitions figurant en annexe. En tant que société de premier plan en matière de conseil fiscal en Suisse, PwC participe activement aux discussions traitant de thèmes d actualité et s engage au maintien d un environnement fiscal adéquat dans le pays. Nous vous souhaitons une lecture intéressante et stimulante. Nous nous tenons à votre entière disposition pour toutes questions relatives à la brochure ou ayant trait à la fiscalité. Avec nos salutations les meilleures Andreas Staubli Managing Partner Leader Tax, Legal and HRS, PwC Suisse

4 Controverse fiscale CH UE et Réforme de l imposition des entreprises III De quoi s agit-il? Depuis 2005, la Suisse subit les pressions de l Union européenne (UE) qui exige l adaptation aux standards européens de différentes règles helvétiques concernant l imposition des entreprises. Les régimes fiscaux en vigueur dans divers cantons concernant les sociétés holding, les sociétés d administration et les sociétés mixtes, de même que certains aspects de la réglementation sur l imposition des entreprises, tels que l octroi d allégements fiscaux ou l imposition des sociétés principales sont sous le feu de la critique. Cette controverse sur la fiscalité fait l objet de pressions croissantes de la part de l Union européenne, qui se sont encore accentuées lorsque cette dernière a fait savoir à la Suisse qu elle attendait d elle des progrès concrets jusqu à l été Faute de quoi, selon les menaces prononcées ouvertement par l UE, la Suisse pourrait finir sur une liste noire des paradis fiscaux. A la lumière des principes admis sur le plan international, la Suisse se trouve ainsi contrainte de reconsidérer des points fondamentaux de sa fiscalité des entreprises.. Dans ce contexte, le Conseil fédéral avait décidé, il y a un certain temps déjà, de considérer comme prioritaire la poursuite du développement de la capacité concurrentielle de la place fiscale suisse et d aller de l avant dans le cadre de la troisième réforme de l imposition des entreprises (RIE III). Le 17 mai 2013, les organisateurs du projet de la Confédération et des cantons ont présenté, dans un rapport intermédiaire, la voie que la Suisse devrait suivre pour renforcer sa compétitivité en matière fiscale. Les solutions envisagées vont dans la direction de l imposition préférentielle des produits de licence («licence box») et de l impôt sur le bénéfice corrigé des intérêts. En outre, les cantons devront pouvoir abaisser le taux d impôt sur le bénéfice. L éventualité de supprimer certaines charges fiscales (dans les domaines du droit de timbre d émission, du financement des groupes et de la réduction pour participations) est également examinée. Quelles sont les conséquences possibles? Dans le passé, de nombreuses multinationales suisses et étrangères ont choisi la Suisse comme centre de développement de leurs activités internationales pour profiter des conditions favorables qu on y trouve, notamment sous forme de régimes fiscaux spéciaux. Mais il apparaît aujourd hui que ces réglementations particulières ne pourront plus être maintenues telles quelles, en raison de la controverse fiscale qui a surgi dans les rapports avec l Union européenne. La Suisse doit pouvoir offrir aux entreprises directement concernées des mesures de remplacement appropriées dans le domaine fiscal. A cet égard, la pièce maîtresse pourrait être l introduction de nouveaux régimes spéciaux pour les activités mobiles, au travers de modalités d imposition intéressantes puisque hautement concurrentielles en comparaison internationale. Sans cela, la position de la Suisse comme site très recherché par les groupes multinationaux pourrait être compromise. La menace d une augmentation de la charge fiscale pourrait entraîner un déplacement vers l étranger des activités mobiles des entreprises implantées en Suisse voire même le départ d unités toutes entières.

5 Nécessité d agir: Quelles sont les implications pour votre entreprise? Vos sociétés sont-elles au bénéfice de privilèges fiscaux? Quels sont les effets des changements envisagés sur l imposition du bénéfice au sein de votre groupe? La troisième réforme de l imposition des entreprises (RIE III) provoquera des modifications essentielles du paysage fiscal suisse, auxquelles nous devons porter toute notre attention. Pour les entreprises exerçant une activité internationale, il n y a pas nécessité d agir dans l immédiat car l élaboration des mesures de remplacement ainsi que le processus législatif s y rapportant nécessiteront encore un certain temps. La direction du projet estime que la mise en place de la RIE III va prendre environ cinq à sept ans. Mais dès que les grandes lignes du nouveau système d imposition seront connues, il conviendra de bien analyser la situation et de préparer des scénarios d action, afin d affronter au mieux les changements au sein de l entreprise et de pouvoir tirer profit du nouvel état des choses.

6 Initiative de l OCDE contre la planification fiscale agressive De quoi s agit-il? En été 2012, le G 20 s est à nouveau insurgé contre l érosion des fondements d imposition et les transferts indus de bénéfices vers les paradis fiscaux. Le but est de mettre fin à la planification fiscale agressive, pratiquée surtout par les grandes multinationales, et d instaurer une concurrence fiscale aussi loyale que possible entre les nations. Au sein de l Union européenne, il existe différentes initiatives pour empêcher ce qu on appelle la «concurrence fiscale nuisible». L OCDE, qui s en prend elle aussi aux pratiques fiscales des grands groupes, a lancé le 12 février 2013 une initiative sur le thème «Base Erosion and Profit Shifting» (BEPS Érosion de la base d imposition et transfert de bénéfices). Un rapport intermédiaire, accompagné d un plan d action concret devrait être présenté au G 20 en juillet Enfin, les projets les plus récents de l OCDE, qui demandent de tenir compte des droits de la propriété intellectuelle lors de la fixation des prix de transfert, confirment la tendance actuelle, à savoir l objectif de mettre un terme à la «planification fiscale agressive». Les principaux points du premier rapport intermédiaire BEPS portent entre autres sur la lutte contre ce qu on appelle les «instruments de financement hybrides» ainsi que sur la délimitation de la souveraineté fiscale dans le trafic de produits et services numériques. Dans le but d empêcher les transferts de bénéfices sans substances correspondantes, il sera en outre discuté d améliorations et de précisions en matière de prix de transfert entre entreprises du groupe. On examine également la possibilité de renforcer les dispositions tendant à réprimer les abus (au niveau national et international) et d introduire des règles plus strictes sur les transactions financières entre entreprises du groupe. Enfin, il s agira de faire en sorte que les opérations qui transitent par des sociétés ayant une substance, matériellement ou formellement insuffisante, soient combattues de manière plus ciblée. Quelles sont les conséquences possibles? Au vu du premier rapport BEPS, il n y a pas lieu de s attendre dans l immédiat à des propositions radicales de la part de l OCDE, dans le sens d une modification de principe des critères de taxation actuels. Mais la pression sur les structures et les transactions dépourvues de substance de même que sur les mécanismes permettant des économies d impôt basées sur les conflits de qualification entre Etats, va augmenter. L essentiel est que le lieu où s exerce l activité commerciale dispose de substance commerciale adéquate.. Les fonctions doivent être exercées par du personnel clé, les charges et risques imputés au lieu de l activité effective. Enfin, la transparence des structures internationales revêt une importance accrue aux yeux de l OCDE.

7 Nécessité d agir: Quelles sont les implications pour votre entreprise? Votre groupe recourt-il à des sociétés spéciales pour l optimisation fiscale? Ces sociétés disposent-elles de capitaux et moyens suffisants en regard des risques financiers encourus? Et: les fonctions essentielles nécessaires pour l appréciation de ces risques (dites «Significant People Functions») sont-elles réellement exercées sur les lieux concernés? Au vu de la complexité croissante des contrôles fiscaux en Suisse comme à l étranger, nous recommandons de procéder à une vérification de la structure actuelle de votre société et de son modèle commercial du point de vue fiscal (surtout pour ce qui a trait aux prix de transfert, aux droits sur les actifs immatériels et au financement interne du groupe). En portant notamment une attention particulière sur les transactions avec les sociétés du groupe situées en territoires offshore ou à bas niveau imposition. En ce qui concerne les sociétés suisses, d éventuelles mesures de l étranger ne devraient pas avoir d incidences, dans la mesure où les structures présentes en Suisse disposent de moyens personnels à fort potentiel de création de valeur.

8 Offshore Leaks Planification fiscale et structures offshore De quoi s agit-il? La publication, en avril 2013, de données et d indications personnelles sur les clients de trusts dans les territoires offshore (Offshore Leaks) a suscité bien des remous. Près de particuliers et sociétés en provenance de divers pays, dont l Allemagne, l Autriche et la Suisse, sont concernés. Le débat public qui s en est suivi a une nouvelle fois alimenté les discussions sur l acceptabilité et la légitimité de structures implantées dans les territoires offshore, en raison de considérations fiscales. Au-delà de la question des trusts, utilisés en général par les personnes physiques, la controverse publique s est étendue à la problématique de la planification et de l optimisation fiscale que les entreprises réalisent au travers de structures offshore qui échappent à tout impôt sur le bénéfice. Certains groupes tels que Amazon, Apple, Google et Starbucks ont fini sous les feux de la rampe. En Suisse également, le thème du offshore en relation avec les entreprises gagne en importance: Le Tribunal fédéral suisse lui-même, dans un arrêt de février 2013, a constaté que la totalité du bénéfice de l unité offshore est imputable au contribuable suisse, et ce malgré l existence d une convention (tax ruling) conclue précédemment avec l administration fiscale. Dans un autre arrêt du 16 mai 2013 le même Tribunal fédéral a décidé qu une société financière d un groupe ayant son siège à Guernesey, étant donné l absence d une administration effective sur l île, devait être considérée comme établie fiscalement en Suisse, donc assujettie de manière illimitée à l impôt ordinaire dans ce pays. Quelles sont les conséquences possibles? Comme effet du débat public, les structures offshore sont de plus en plus mises en cause, tant par le grand public que par les autorités fiscales. Cela peut donner lieu à des contrôles fiscaux et à des procédures légales à n en plus finir et très coûteuses. D un point de vue réputationnel, se pose la question s il est toujours opportun de maintenir des structures offshore minimisant la charge fiscale dans le cadre d une politique d entreprise durable et de réputation publique.

9 Nécessité d agir: Quelles sont les implications pour votre entreprise? Votre entreprise détient-elle des participations dans des sociétés offshore? L incidence de la structure offshore sur la stratégie d entreprise et fiscale du groupe ainsi que de possibles risques fiscaux et réputationnels, a-t-elle fait l objet d une évaluation interne? Y a-t-il suffisamment de moyens dans la structure et de raisons économiques justifiant son maintien? Dans ce contexte, il faut tenir compte du fait que les obligations de publication qui incombent aux sociétés cotées en bourse permettent à l autorité fiscale de détecter facilement la présence de structures offshore: il suffit de jeter un coup d œil sur les comptes annuels pour disposer des éléments confirmant leur existence.

10 Echange automatique d informations De quoi s agit-il? L échange automatique d informations est un processus consistant en la transmission systématique et périodique de données fiscales importantes, en provenance d un Etat source vers l Etat de résidence du destinataire de revenus et produits financiers tels que dividendes, intérêts, redevances, salaires, rentes, etc. C est en général le débiteur ou l organisme qui procède au règlement (banque, employeur etc.) qui communique les données à sa propre autorité fiscale, laquelle les transmet ensuite à son homologue étranger. L échange automatique peut également porter sur d autres informations: changement de domicile, achat ou vente d immeubles, remboursement de TVA, etc. L échange automatique d informations n a pas pour seul but de favoriser la transparence et l honnêteté fiscale des personnes physiques. Il permet également, et de plus en plus, de récolter des données sur les transactions transfrontalières des entreprises internationales. A l heure actuelle, l OCDE prévoit comme instrument standard l échange d informations sur demande et non l échange automatique d informations. Toutefois, même l OCDE admet que l échange automatique d informations ainsi que l échange spontané constituent des alternatives possibles. Mais l impulsion majeure pour le système d échange automatique vient des Etats du G-20 qui font pression pour une introduction rapide. C est là l objectif déclaré des principaux pays industriels et émergents qui veulent en faire le standard de référence pour tous, de manière à permettre aux autorités fiscale des différents Etats de disposer des informations nécessaires pour obliger les contribuables de chaque pays à payer correctement leurs impôts. Quelles sont les conséquences possibles? L introduction de l échange automatique d informations signifie d une part que l organisme payeur (essentiellement les établissements financiers mais aussi les autres sociétés qui effectuent par exemple des paiements de redevances et d intérêts ou agissent comme employeurs de salariés soumis aux retenues d impôt à la source ) aura davantage d obligations en matière de livraison de données à son autorité fiscale. D autre part, les autorités fiscales devront traiter de grandes quantités de données, qui transiteront en bloc au travers des frontières sous le couvert de la confidentialité et de la protection des données. Ces développements internationaux auront forcément des répercussions sur le débat relatif à l échange d informations à l intérieur de la Suisse. Il s agira avant tout de la question de savoir si les autorités fiscales helvétiques auront accès aux données bancaires des contribuables domiciliés en Suisse, ce qui n est pas encore possible à l heure actuelle.

11 Nécessité d agir: Quelles sont les implications pour votre entreprise? L échange automatique d informations ne touchera pas seulement les personnes physiques mais également les entreprises. Selon les modalités prévues pour ce mécanisme, ce ne seront pas uniquement les transactions bancaires transfrontalières qu il faudra annoncer mais toutes celles relatives aux paiements d intérêts ou de redevances, aux opérations soumises à la TVA et d autres encore. Cela pourrait inciter certains pays, surtout ceux à forte imposition, à intensifier les contrôles sur les groupes transnationaux, en particulier sur les prix de transfert pratiqués. Pour les entreprises, il devient donc toujours plus important d avoir ou de mettre en place des structures internationales disposant des moyens nécessaires sur les lieux mais aussi d être en mesure de présenter, au besoin aux autorités étrangères, toute la documentation qui s y rapporte, le cas échéant celle concernant les éventuels Tax rulings. Par ailleurs, il serait bon de soumettre les structures existantes à un contrôle périodique afin de vérifier leur conformité aux exigences nationales et internationales du moment.

12 Annexe: Définitions (en ordre alphabétique) Financement hybride Type de financement, dont la structure juridique et économique comporte des éléments à la fois de capital propre et de capital étranger. Ainsi les prêts avec participation aux profits (Profit Participating Loan), les emprunts convertibles et les actions privilégiées. Dans le cas par exemple des transactions transfrontalières, les procédés basés sur les instruments de financement hybride, traités fiscalement comme capital propre dans un Etat et comme capital étranger dans l autre, permettent de minimiser fortement la charge fiscale. G 20 Le G 20 est un groupe composé des 19 principaux pays industriels et émergents ainsi que de l Union Européenne (UE), qui sert de forum de coopération et de concertation dans les questions liées au système financier international. Le G 20 a pour objectif de coordonner les politiques des Etats membres, afin d assurer la stabilité générale ainsi qu une croissance durable en matière économique. Holding Privilège holding / société holding Privilège fiscal accordé aux sociétés de capitaux et aux coopératives sur le plan cantonal et communal. Conçu pour éviter l imposition multiple, il permet aux sociétés holding de ne payer aucun impôt sur le bénéfice et un impôt généralement réduit sur le capital. Pour pouvoir bénéficier du privilège holding, la société doit avoir comme but statutaire l administration durable de participations et ne pas exercer d activité commerciale en Suisse. En outre, les participations et revenus de participations doivent représenter sur le long/moyen terme au moins deux tiers du total des actifs ou produits d exploitation. Au niveau fédéral, il n existe pas de privilège holding mais, à certaines conditions, les revenus de participations et les gains en capital résultant de la vente de participations peuvent bénéficier de la réduction pour participations. Licence box Grâce au système de l IP-Box, applicable aux brevets, redevances et formules innovatrices, certains pays accordent des avantages fiscaux sur les revenus découlant de droits de propriété intellectuelle. Cela englobe en particulier les revenus en provenance de brevets, marques, designs, logiciels ou banques de données techniques ou scientifiques. Divers pays recourant à ce mécanisme, le champ d application possible est assez large. Les différences concernent surtout la définition des droits de propriété intellectuelle à prendre en compte, le mode de calcul et l application du système aux gains en capital et aux biens immatériels développés dans l entreprise. Il peut y avoir d autres différenciations au niveau des amortissements ou de la déductibilité des charges financières. En Suisse, la formule de l IP-Box n existe pour l instant que dans le canton de Nidwald, qui prévoit une imposition effective d environ 8,8 % (impôt direct fédéral compris) sur les revenus des droits de propriété intellectuelle.

13 Offshore Structures offshore Structures d entreprise réalisées en utilisant les possibilités offertes par les territoires offshore. Il s agit généralement des domaines suivants: exploitation de redevances, financement des activités du groupe, réassurance interne au groupe (captive) ou encore sociétés à but spécial (Special Purpose Vehicles), utilisées par exemple pour les transactions sur le marché des capitaux. Offshore Territoires offshore Etats ou territoires à l intérieur desquels l imposition des entreprises est réduite voire inexistante (dits aussi «paradis fiscaux»). Parmi ceux définis comme paradis fiscaux selon les critères de l OCDE, on trouve notamment: Andorre Anguilla Antigua et Barbuda Antilles Aruba Bahamas Bahreïn Barbade Belize Bermuda Chypre Dominique Dubaï Gibraltar Grenade néerlandaises Ile de Man Ile Maurice Iles Caïmans Iles Cook Iles vierges Iles de la Manche Iles Marshall Iles vierges britanniques Iles Turques et Caïques Liberia Liechtenstein Maldives Malte Monaco Montserrat Nauru Niue Panama Saint Christophe (St. Kitts) et Nevis Saint Vincent et les Grenadines Samoa Seychelles St. Lucia Tonga Vanuatu Conformément aux standards qu elle a établis en relation avec les impôts sur le revenu et la fortune, l OCDE a publié en 2009 une nouvelle liste comprenant quatre catégories: Liste blanche: pays et territoires dotés de systèmes répondant largement aux standards internationaux. Liste grise: paradis fiscaux qui n ont pas encore mis en place les standards internationaux (actuellement uniquement Niue). Liste noire: Etats et territoires ne répondant pas aux standards internationaux. Actuellement aucun Etat ou territoire ne figure sur la liste noire. Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) L Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) est une organisation internationale regroupant 34 Etats-membres, qui s engage pour la démocratie et l économie de marché.

14 Privilèges fiscaux/fiscalité privilégiée Modalités d imposition, relatives au taux de l impôt ou à la base d imposition, qui s écartent des règles ordinaires en matière de calcul de l impôt sur le bénéfice ou sur le capital. Cette notion est souvent employée comme désignation générale se référant à l ensemble des règles fiscales particulières applicables aux sociétés holding, d administration ou mixtes. Dans le langage courant, les dispositions fiscales sur les sociétés principales ou les sociétés au bénéfice d exonérations d impôt rentrent aussi fréquemment dans cette définition. Régimes fiscaux spéciaux Notion générale se référant aux sociétés qui bénéficient de privilèges fiscaux. Significant People Functions (SPFs, fonctions des collaborateurs importants) Cette expression désigne les fonctions des collaborateurs ayant un rôle essentiel dans le cadre d une transaction interne au sein du groupe. La fonction est essentielle lorsqu elle est exercée par des collaborateurs disposant des connaissances techniques et des pouvoirs nécessaires pour être en mesure d apprécier les risques en connaissance de cause et de prendre des décisions importantes. Selon l OCDE, les SPFs constituent le facteur déterminant dont va dépendre la substance nécessaire pour l attribution du bénéfice dans le cadre d une transaction. La seule disponibilité du capital pour supporter le risque financier n est donc plus suffisante. Société mixte/société d administration Les sociétés mixtes sont des entreprises dont l activité commerciale se déroule principalement à l étranger et qui n exercent qu une activité subordonnée en Suisse. En revanche, les sociétés d administration, dénommées également sociétés de domicile, ne peuvent s occuper en Suisse que de tâches administratives à l exclusion de toute activité commerciale. Dans les deux cas il s agit de privilèges fiscaux, accordés sur le plan cantonal aux sociétés de capitaux et aux coopératives, et voulus en pratique pour assurer une imposition attrayante aux revenus provenant d activités commerciales, de financement ou d exploitation de redevances. Les rendements de participations, de même que les gains en capital ou de réévaluation sur ces participations, sont exonérés d impôt. L idée de base est que, s agissant de sociétés mixtes ou de sociétés d administration, les revenus de source étrangère ne sont imposés de manière ordinaire en Suisse qu en fonction de l importance de l activité commerciale ou administrative qui s y déroule, donc dans une mesure réduite. Société principale C est une société qui centralise et réunit les fonctions, les responsabilités et les risques d un groupe exerçant son activité au niveau international. Une société principale s occupe en général, pour ses marchés globalisés, des domaines relevant des achats, de la planification de la recherche et du développement, du planning et de la conduite de la production, de la gestion des stocks et de la logistique, du développement de la stratégie marketing, de la planification et de la direction des ventes ainsi que des fonctions de trésorerie, de finances et d administration. Au niveau fédéral, le bénéfice imposable de la société principale fait l objet d une répartition internationale. Sur le plan cantonal, la société principale est imposée en général selon les principes en vigueur pour les sociétés mixtes.

15 Vos contacts Andreas Staubli Responsablef fiscalité, droit et HRS PwC Suisse Daniel Gremaud Responsable Fiscalité, droit et HRS Romandie Armin Marti Responsable fiscalité de l entreprise Suisse Urs Brügger Responable fiscalité internationale Zurich Remo Küttel Director PwC Zoug Benjamin Koch Transfer Pricing PwC Zurich Marcel Widrig Responsable Private Clients PwC Suisse

16 PricewaterhouseCoopers. All rights reserved.»pricewaterhousecoopers and»pwc refer to the network of member firms of PricewaterhouseCoopers International Limited, each of which is a separate and independent legal entity.

Petits déjeuners des PME & Start-up. Vendredi 31 janvier 2014

Petits déjeuners des PME & Start-up. Vendredi 31 janvier 2014 Petits déjeuners des PME & Start-up Vendredi 31 janvier 2014 Réforme de la Fiscalité des Entreprises III Markus F. Huber, Partner Karen Simonin, Partner Agenda Situation actuelle Rapport de l organe de

Plus en détail

Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises

Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises Département fédéral des finances DFF Date: 22.09.2014 Embargo: Jusqu au début de la conférence de presse Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises 1.Dossiers internationaux

Plus en détail

Promouvoir une politique appropriée en matière de paradis fiscaux

Promouvoir une politique appropriée en matière de paradis fiscaux VERSION PROVISOIRE AS/Soc (2012) 07 15 mars 2012 Asocdoc07_2012 Commission des questions sociales, de la santé et du développement durable Promouvoir une politique appropriée en matière de paradis fiscaux

Plus en détail

Utilisation des véhicules au passage des frontières. Informations douanières pour entreprises et particuliers

Utilisation des véhicules au passage des frontières. Informations douanières pour entreprises et particuliers Utilisation des véhicules au passage des frontières Informations douanières pour entreprises et particuliers Informations douanières pour entreprises et particuliers concernant les véhicules utilisés au

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des entreprises III

Réforme de la fiscalité des entreprises III Réforme de la fiscalité des entreprises III Sarah Busca Bonvin : Directrice générale adjointe de l'administration fiscale cantonale, titulaire du brevet d'avocat et experte fiscale diplômée 05.02.2014

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l ASMV, le 3 octobre 2014 Contexte international

Plus en détail

Épargner et investir au sein de l Union européenne La Directive européenne sur l épargne pour les non-résidents

Épargner et investir au sein de l Union européenne La Directive européenne sur l épargne pour les non-résidents Épargner et investir au sein de l Union européenne La Directive européenne sur l épargne pour les non-résidents Sommaire 3 LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR L ÉPARGNE: UN CONTEXTE NOUVEAU POUR L ÉPARGNE CONSTITUÉE

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

1. Observations générales

1. Observations générales Mesures visant à renforcer la compétitivité fiscale de la Suisse (3 e réforme de l imposition des entreprises) Position commune des gouvernements cantonaux du 21 mars 2014 sur le rapport de l organe de

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance SUPSI Lugano, 12 mai 2014 Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance Vincent Simon Responsable de projets La Suisse est attractive pour les groupes étrangers Quartiers-généraux

Plus en détail

FORMATION ALAC / ACA. Taxation de l épargne: Contexte politique et implications pratiques pour les assureurs vie LPS luxembourgeois.

FORMATION ALAC / ACA. Taxation de l épargne: Contexte politique et implications pratiques pour les assureurs vie LPS luxembourgeois. FORMATION ALAC / ACA Taxation de l épargne: Contexte politique et implications pratiques pour les assureurs vie LPS luxembourgeois Luxembourg 9 mai 2012 AGENDA I. Historique et contexte politique II. III.

Plus en détail

FRANCE : RÉGULARISATION

FRANCE : RÉGULARISATION FRANCE : RÉGULARISATION DES AVOIRS DÉTENUS À L ÉTRANGER FISCALITÉ FRANÇAISE : QUELS CHANGEMENTS MAINTENANT? - Michel Collet - 16 octobre 2012 PLAN A - INTRODUCTION I - LA LUTTE CONTRE L ÉVASION FISCALE

Plus en détail

Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne

Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne Taxation of individuals Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne tél. 058 286 52 45, email: michael.hildebrandt@eycom.ch 1 Plan de l exposé I. Introduction II. Prestations en nature III. Règlement

Plus en détail

La Directive Européenne Sur l Epargne. Quelles sont les implications pour vous?

La Directive Européenne Sur l Epargne. Quelles sont les implications pour vous? La Directive Européenne Sur l Epargne Quelles sont les implications pour vous? V.: 20-01-2012 1. Que prévoit la directive européenne sur l épargne? Généralités Les capitaux circulent librement en Europe,

Plus en détail

La fiscalité européenne de l épargne. Ce qui va changer pour vous

La fiscalité européenne de l épargne. Ce qui va changer pour vous La fiscalité européenne de l épargne Ce qui va changer pour vous SOMMAIRE LA FISCALITÉ EUROPÉENNE DE L ÉPARGNE 3 De quoi s agit-il? 1 Quand entre-t-elle en vigueur? 3 LA FISCALITÉ EUROPÉENNE DE L ÉPARGNE

Plus en détail

Les paradis fiscaux et les sociétés «off shore» Introduction : l admirable déclaration du G 20 I) Que sont les paradis fiscaux?

Les paradis fiscaux et les sociétés «off shore» Introduction : l admirable déclaration du G 20 I) Que sont les paradis fiscaux? Les paradis fiscaux et les sociétés «off shore» Introduction : l admirable déclaration du G 20 I) Que sont les paradis fiscaux? 1 La difficile définition 2 Où se situent les paradis fiscaux? 3 Qui opère

Plus en détail

SOCIÉTÉ EN SUISSE. Présentation du pays. Une place onshore. Page 1 1 CHF = 0.80. Délai de création : 18 jours. Sociétés pré-constituées : Non

SOCIÉTÉ EN SUISSE. Présentation du pays. Une place onshore. Page 1 1 CHF = 0.80. Délai de création : 18 jours. Sociétés pré-constituées : Non INFORMATIONS GÉNÉRALES Présentation du pays Délai de création : 18 jours Sociétés pré-constituées : Non Comptabilité : Obligatoire Secrétariat : Obligatoire Actionnariat anonyme : Oui Directeur nominé

Plus en détail

Les Paradis Bancaires & Fiscaux, Trous Noirs de la Finance Mondiale

Les Paradis Bancaires & Fiscaux, Trous Noirs de la Finance Mondiale Les Paradis Bancaires & Fiscaux, Trous Noirs de la Finance Mondiale Les paradis fiscaux sont la plaie de la finance internationale.l argent de l évasion fiscale, de la corruption et des mafieux de tous

Plus en détail

Département fiscal 2003 KPMG

Département fiscal 2003 KPMG Optimisation fiscale de votre implantation Alfred Girod - Expert fiscal diplômé KPMG Genève Thèmes Le système fiscal Suisse Les principaux impôts sur les sociétés Les taux d impôts Les taux effectifs

Plus en détail

BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS

BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS Les Emirats bénéficient d'une des économies les plus dynamiques au monde. Réputé pour sa beauté naturelle et son "art de vivre", Dubaï a également acquis la réputation

Plus en détail

La directive européenne sur l épargne. Quelles sont les implications pour vous?

La directive européenne sur l épargne. Quelles sont les implications pour vous? La directive européenne sur l épargne Quelles sont les implications pour vous? La directive européenne sur l épargne 1. Que prévoit la directive européenne sur l épargne? Généralités Les capitaux circulent

Plus en détail

3. JAPON - FRANCE - Convention fiscale - Ratification du protocole - Entrée en vigueur

3. JAPON - FRANCE - Convention fiscale - Ratification du protocole - Entrée en vigueur Lettre d'information - Janvier 2008 ENTREPRISES 1. LUXEMBOURG - FRANCE - Convention fiscale - Ratification du protocole 2. UE - FRANCE - Procédure en manquement - Taxation de l'électricité et de l'énergie

Plus en détail

NOTICES D INFORMATIONS 2009

NOTICES D INFORMATIONS 2009 NOTICES D INFORMATIONS 2009 1. NOUVEAUTES FISCALES Double impositions des sociétés allégées Les dividendes issus de participations d au moins 10% ne sont imposés auprès de l actionnaire qu à raison de

Plus en détail

par Geoffroy Delitte

par Geoffroy Delitte par Geoffroy Delitte E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - décembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises. Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises. Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l UCV 25 septembre 2014 Articulation de la présentation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 I-1-06 N 4 du 12 JANVIER 2006 MESURES DE TRANSPOSITION DE LA DIRECTIVE 2003/48/CE DU CONSEIL DU 3 JUIN 2003 EN MATIERE DE FISCALITE DES REVENUS

Plus en détail

L investissement direct canadien dans les centres financiers offshore

L investissement direct canadien dans les centres financiers offshore N o 11-621-MIF au catalogue N o 021 ISSN: 1707-0511 ISBN: 0-662-79239-4 Document analytique Analyse en bref L investissement direct canadien dans les centres financiers offshore par François Lavoie Division

Plus en détail

Berne, le 10 février 2014

Berne, le 10 février 2014 Berne, le 10 février 2014 «Mesures visant à renforcer la compétitivité fiscale de la Suisse (3 e réforme de l imposition des entreprises)», rapport du 11 décembre 2013 Prise de position de l Union des

Plus en détail

Réforme de l imposition des entreprises III : maintenir le niveau des recettes dossierpolitique

Réforme de l imposition des entreprises III : maintenir le niveau des recettes dossierpolitique Réforme de l imposition des entreprises III : maintenir le niveau des recettes dossierpolitique 16 juin 2014 Numéro 3 Politique fiscale La Suisse peut se targuer de disposer d un système d imposition des

Plus en détail

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE! Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 Les «accords Rubik» sont une série d accords conclus entre la Suisse et différents

Plus en détail

10. Aperçu du système fiscal suisse.

10. Aperçu du système fiscal suisse. 10. Aperçu du système fiscal suisse. Le système fiscal suisse reflète la structure fédérale du pays, qui se compose de 26 cantons autonomes regroupant environ 2 551 communes indépendantes. La constitution

Plus en détail

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D 3.SF.12 DUS 2009 Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la Convention de double imposition entre

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

TAX ALERT. 4 octobre 2012. Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche

TAX ALERT. 4 octobre 2012. Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche TAX ALERT 4 octobre 2012 Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche La Commission européenne a donné son feu vert, en date du 17 avril 2012, aux accords signés par la Suisse avec l'allemagne

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Company

Wealth & Tax Planning Private Company Wealth & Tax Planning Private Company Parties dans une Private Company Structure simplifiée Mandant = Actionnaire Procure des recommandations Conseil d administration Les actions peuvent être détenues

Plus en détail

Exercice d imposition 2013 - Revenus 2012

Exercice d imposition 2013 - Revenus 2012 L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES LA DEDUCTION D INTERET NOTIONNEL: un incitant fiscal belge novateur Exercice d imposition 2013 - Revenus 2012 www.invest.belgium.be 2 Contenu 4 De

Plus en détail

Quelques aspects fiscaux du financement

Quelques aspects fiscaux du financement Petit-déjeuner des PME 28 septembre 2012 Quelques aspects fiscaux du financement Vincent Thalmann Agenda Capital propre dissimulé (I à V) Structure simplifiée du bilan Exemple d endettement admis Détermination

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D3.A.12 DUS Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la convention de double imposition avec la République

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

Réforme TVA et Déclaration d échange de services

Réforme TVA et Déclaration d échange de services Réforme TVA et Déclaration d échange de services La loi de finances pour 2010 a prévu qu à compter du 1 er janvier 2010, les règles de territorialité de la TVA seraient modifiées et qu un assujetti établi

Plus en détail

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 164/2 du 28 janvier 2011 L.I.R. n 164/2 Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe 1. Définitions Par

Plus en détail

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale République des Seychelles Situation générale 1. Géographie La Républiques des Seychelles est un archipel composé de 115 îles, situé au nord-est de Madagascar. L île la plus importante est l île de Mahé.

Plus en détail

RAPPORT DE 2010 SUR L ATTRIBUTION DE BÉNÉFICES AUX ÉTABLISSEMENTS STABLES

RAPPORT DE 2010 SUR L ATTRIBUTION DE BÉNÉFICES AUX ÉTABLISSEMENTS STABLES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES RAPPORT DE 2010 SUR L ATTRIBUTION DE BÉNÉFICES AUX ÉTABLISSEMENTS STABLES 22 juillet 2010 CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES AVANT-PROPOS

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Que font les plus grandes banques françaises dans les paradis fiscaux?

Que font les plus grandes banques françaises dans les paradis fiscaux? Membres de la Plateforme Paradis fiscaux et judiciaires : Les Amis de la Terre - Anticor - Attac France - CADTM France CCFD-Terre Solidaire - CFDT - CGT - CRID - Droit pour la justice Observatoire citoyen

Plus en détail

Projet de Loi Structures Patrimoniales Privées aussi pour la Société de gestion de patrimoine familiale (SPF) luxembourgeoise

Projet de Loi Structures Patrimoniales Privées aussi pour la Société de gestion de patrimoine familiale (SPF) luxembourgeoise Avril 2014 Projet de Loi Structures Patrimoniales Privées aussi pour la Société de gestion de patrimoine familiale (SPF) luxembourgeoise Depuis l exercice d imposition 2014 (revenus 2013), les habitants

Plus en détail

3URSRVLWLRQ UHODWLYH j OD ILVFDOLWp GH O psdujqh TXHVWLRQVVRXYHQWSRVpHV (voir aussi IP/01/1026)

3URSRVLWLRQ UHODWLYH j OD ILVFDOLWp GH O psdujqh TXHVWLRQVVRXYHQWSRVpHV (voir aussi IP/01/1026) 0(02 Bruxelles, le 18 juillet 2001 3URSRVLWLRQ UHODWLYH j OD ILVFDOLWp GH O psdujqh TXHVWLRQVVRXYHQWSRVpHV (voir aussi IP/01/1026) 3RXUTXRL OD &RPPLVVLRQ DWHOOH SUpVHQWp FHWWH SURSRVLWLRQ PRGLILpH GH GLUHFWLYH

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

Les nouvelles pratiques en matière d optimisation fiscale face aux nouvelles réformes

Les nouvelles pratiques en matière d optimisation fiscale face aux nouvelles réformes Les nouvelles pratiques en matière d optimisation fiscale face aux nouvelles réformes Master 2 OFIS 20 mars 2014 Table des matières 1. Qu est ce que l optimisation fiscale? 2. Intensification de la lutte

Plus en détail

du 12 août 2015 2015... 1

du 12 août 2015 2015... 1 Rapport explicatif concernant le projet destiné à la consultation relatif à la modification de la loi sur l harmonisation des impôts directs des cantons et des communes (mise en œuvre de la motion 13.3728,

Plus en détail

La société civile de droit commun et la planification successorale

La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit commun et la planification successorale PRIVATE BANKING WWW.INGPRIVATEBANKING.BE La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit

Plus en détail

République et Canton de Genève Département des finances

République et Canton de Genève Département des finances République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Direction Générale Le directeur général Hôtel des Finances Rue du Stand 26 Case postale 3937 1211 Genève 3 AUX ASSOCIATIONS

Plus en détail

Pourquoi Jean-Jacques Augier, trésorier de la campagne de François Hollande

Pourquoi Jean-Jacques Augier, trésorier de la campagne de François Hollande Une cinquantaine de pays peuvent être considérés comme des paradis fiscaux, avec chacun sa ou ses spécialités en matière d'opérations et services financiers. Pourquoi Jean-Jacques Augier, trésorier de

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Le Conseil fédéral. 14 janvier 2015

Le Conseil fédéral. 14 janvier 2015 Le Conseil fédéral 14 janvier 2015 Rapport explicatif sur l accord multilatéral entre autorités compétentes concernant l échange automatique de renseignements relatifs aux comptes financiers et sur la

Plus en détail

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres 008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Table des matières Préambule... 3 A Directives générales... 4 Art. Base légale... 4 Art. Objet...

Plus en détail

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune 2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir et de

Plus en détail

Cordiale bienvenue au

Cordiale bienvenue au Cordiale bienvenue au Pascal Broulis, Chef du Département des finances et des relations extérieures (DFIRE) Président de la Conférence des gouvernements cantonaux (CdC) Page 1 CGN, Le Lausanne, 2 septembre

Plus en détail

Risques juridiques (accrus) dans le cadre des activités financières

Risques juridiques (accrus) dans le cadre des activités financières Point de Presse, 22 octobre 2010, Genève Dr Urs Zulauf General Counsel Membre de la direction Risques juridiques (accrus) dans le cadre des activités financières transfrontières Mesdames, Messieurs, Lors

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/9 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE ACCORD entre l Union internationale pour la protection des obtentions végétales et le Conseil fédéral suisse pour déterminer

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de commerce et clientèles libérales

2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de commerce et clientèles libérales Lettre mensuelle Mai 2005 SOCIETES 1. UE FRANCE - Intégration fiscale Déduction des pertes subies par des filiales situées dans d autres Etats Membre de l UE 2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de

Plus en détail

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants:

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants: sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «Sony» sur le taux d intérêt EURIBOR EUR à trois mois avec emprunt de référence «Sony» Dans l environnement actuel caractérisé par

Plus en détail

L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat

L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat Prof. dr. Marc Bourgeois (ULg Tax Institute) CESW Lundi 16 mars 2015 Plan 1. Le cadre institutionnel

Plus en détail

PDC suisse. Etablir la stabilité, protéger les épargnants et endiguer la chasse aux bonus

PDC suisse. Etablir la stabilité, protéger les épargnants et endiguer la chasse aux bonus PDC suisse Etablir la stabilité, protéger les épargnants et endiguer la chasse aux bonus Document de position de la Présidence du PDC suisse du 23 octobre 2008 1 Introduction La Présidence du PDC suisse

Plus en détail

Convention entre la Suisse et la France contre les doubles impositions sur les successions

Convention entre la Suisse et la France contre les doubles impositions sur les successions Convention entre la Suisse et la France contre les doubles impositions sur les successions Le 11 juillet 2013, la Suisse et la France ont signé une nouvelle Convention de double imposition en matière de

Plus en détail

Administration fédérale des contributions

Administration fédérale des contributions Administration fédérale des contributions Directive relative aux accords concernant la coopération avec d autres Etats en matière fiscale et à la loi fédérale sur l imposition internationale à la source

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016 La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Edition 2015/2016 Avant-propos Pour la région zurichoise, la place bancaire de Zurich revêt une importance décisive. Elle apporte une contribution significative

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

ASSUJETTISSEMENT A L IMPOT SUR BASE DE LA RESIDENCE

ASSUJETTISSEMENT A L IMPOT SUR BASE DE LA RESIDENCE Evasion fiscale et pauvreté Glossaire de la fiscalité 1 ASSIETTE DE L IMPOT Concerne l ensemble des opérations imposables stipulées dans les réglementations nationales. Le nombre et le type d opérations

Plus en détail

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel Lettre mensuelle Décembre 2004 La loi de finances pour 2005 et la loi de finances rectificative pour 2004 feront l objet d une lettre spéciale courant janvier 2005. SOCIETES 1. FRANCE - Retenue à la source

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

UNE FISCALITÉ ADAPTÉE

UNE FISCALITÉ ADAPTÉE UNE FISCALITÉ ADAPTÉE AU SERVICE DE LA COMPÉTITIVITÉ ET DE L INVESTISSEMENT 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 UN 2 3 4 TAUX EFFECTIF D IMPOSITION COMPÉTITIF L étude KPMG Competitive Alternative (2014) compare

Plus en détail

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés (Loi sur le logement, LOG) 842 du 21 mars 2003 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 108 de la

Plus en détail

Floored Floater sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation»

Floored Floater sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation» sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation» Dans l environnement actuel caractérisé par des taux bas, les placements obligataires traditionnels

Plus en détail

Tarification gestion de fortune clientèle privée

Tarification gestion de fortune clientèle privée Tarification gestion de fortune clientèle privée Tarifs en vigueur dès le 01.01.2013 S informer Index Page 1. Mandats de gestion discrétionnaires 2 2. Administration des dépôts titres 6 3. Achats et ventes

Plus en détail

Hong Kong: Sociétés offshore à Hong Kong :

Hong Kong: Sociétés offshore à Hong Kong : Hong Kong: Le territoire de Hong Kong est situé sur les côtes Sud Est de la Chine et regroupe un grand nombre d îles. Ce territoire compte, à ce jour, près de sept millions d habitants. Hong Kong est revenu

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

p r o v i d i n g c o n f i d e n c e t h r o u g h p e r f o r m a n c e

p r o v i d i n g c o n f i d e n c e t h r o u g h p e r f o r m a n c e p r o v i d i n g c o n f i d e n c e t h r o u g h p e r f o r m a n c e Nos Services Trident Fund Services la division du groupe Trident Trust dédiée à l administration des fonds propose aux gestionnaires

Plus en détail

Place financière genevoise : défis et opportunités

Place financière genevoise : défis et opportunités Place financière genevoise : défis et opportunités Edouard Cuendet, Directeur de la Fondation Genève Place Financière Top 20 des places financières globales 1. New-York 2. Londres 3. Hong Kong 4. Singapour

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

Les déductions fiscales. Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009

Les déductions fiscales. Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009 Les déductions fiscales Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009 1 2 lois modifiées En 2007, le Grand Conseil s est prononcé en faveur des baisses fiscales inscrites dans : la Loi sur les impôts

Plus en détail

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE Révision des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de fortune La nouvelle version des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de

Plus en détail

Multi Defender VONCERT

Multi Defender VONCERT Multi Defender VONCERT sur le SMI, EuroStoxx 50 et le S&P 500 Vous souhaitez profiter de la hausse de cours potentielle de grands indices boursiers sans pour autant exclure des corrections de cours? Le

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Date de dépôt : 25 juin 2013 Rapport de la Commission fiscale chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat modifiant la loi sur l imposition des personnes

Plus en détail

Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up

Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up Advisory Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up Préambule Ce document est fondé sur le séminaire OREF du 28 septembre 2010 Yves Grangier Juriste, assistant manager PricewaterhouseCoopers

Plus en détail

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 2. MEXIQUE - Impôt sur les actifs Déductibilité des dettes 3. FRANCE - Dividendes Avoir Fiscal

Plus en détail

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités Jean-Jacques Picard Secrétaire Général, Luxembourg for Finance jean-jacques.picard@lff.lu +352 27 20 21-1 Luxembourg for Finance Agence pour de

Plus en détail

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES PERSONNES AGEES ADRESSE AUX GOUVERNEMENTS PAR L'EXPERTE INDEPENDANTE SUR LA QUESTION DES DROITS DE L'HOMME ET L'EXTREME PAUVRETE (i)

Plus en détail

Résumé abrégé. des applications de. Tribut TAX et TAXEasy

Résumé abrégé. des applications de. Tribut TAX et TAXEasy Résumé abrégé des applications de Tribut TAX et TAXEasy TRIBUT SA, 3172 Niederwangen Tel 031 980 16 16 / FAX 031 980 16 19 Hotline: 08:00 12:00 031 980 16 17 Homepage: http://www.tribut.ch E-Mail: mailto:tribut@tribut.ch

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

Nous ne développerons pas ici l allègement des pactes «Dutreil», ni la définition plus large des biens professionnelles, mesures fort bienvenues.

Nous ne développerons pas ici l allègement des pactes «Dutreil», ni la définition plus large des biens professionnelles, mesures fort bienvenues. DROIT ET FINNCE DROIT ET FINNCE DROIT ET FINNCE Les Défis de mai 2011 N 3 La newsletter de DFi vocats SPECIL PROJET LOI REFORME L ISF : RIEN NE S OPPOSE L INVESTISSEMENT DNS LES PME Le projet de «loi de

Plus en détail