Participatory Assessment of Development. RAPPORT ATELIER DE SILLY by Adama Belemvire & Fred Zaal. PADev Working Paper No. W

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Participatory Assessment of Development. RAPPORT ATELIER DE SILLY by Adama Belemvire & Fred Zaal. PADev Working Paper No. W.2009.5"

Transcription

1 Participatory Assessme of Developme RAPPORT ATELIER DE SILLY by Adama Belemvire & Fred Zaal PADev Working Paper No. W

2 Participatory Assessme of Developme RAPPORT ATELIER DE SILLY by Adama Belemvire & Fred Zaal PADev Working Paper No. W Julliet 2009 This working paper is part of series of papers reporting on a participatory and holistic evaluation of developme initiatives in Northern Ghana and Burkina Faso, organised in the framework of the Participatory Assessme of Developme project. In this project the following organization are involved: the University of Amsterdam (UvA), the University for Developme Studies (UDS, Ghana), Expertise pour le Développeme du Sahel (EDS, Burkina Faso), ICCO, Woord en Daad, Prisma, the African Studies Cere (ASC) and the Royal Tropical Institute (KIT). The methodology is described in detail in the PADev Guidebook by Dietz et al (2011). The guidebook and more information about this project is available at Reference to this report: Belemvire, A. & F. Zaal (2009). Participatory Assessme of Developme: Rapport atelier de Silly, PADev Working Paper W Amsterdam: AISSR. Author s coact: / Cover photograph by Fred Zaal University of Amsterdam c/o Prof. Dr. Ton Dietz Nieuwe Prinsengracht VZ Amsterdam The Netherlands University for Developme Studies c/o Dr. Francis Obeng P.O. Box 1350 Tamale Ghana Expertise pour le Développeme du Sahel c/o Adama Belemvire BP 5385 Ouagadougou Burkina Faso ICCO c/o Dieneke de Groot Postbus RD Utrecht The Netherlands Royal Tropical Institute c/o Fred Zaal Mauritskade AD Amsterdam The Netherlands Woord & Daad c/o Wouter Rijneveld Postbus AN Gorinchem The Netherlands African Studies Cere c/o Prof. Dr. Ton Dietz PO Box RB Leiden The Netherlands Prisma c/o Henk Jochemsen Randhoeve 227 A 3995 GA Houten The Netherlands 2

3 Table des matières Iroduction... 6 I. Généralités sur la zone d étude Situation géographique et administrative Climat et pluviométrie Ressources en eau Ressources végétales Ressources fauniques Caractéristiques démographiques Les ethnies Eau potable et assainisseme Saé L enseigneme de base Agriculture Elevage Foresterie...15 II. Profil historique III. Les changemes dans les 6 domaines IV. Profil général de la pauvreté Caractéristiques de la pauvreté Niveau de pauvreté...24 V. Répertoire des projets/activités/ierveions Vue d ensemble des initiatives de développeme Vue d ensemble des initiatives de développeme à Silly par secteur, zone géographique et par type d acteur...26 VI. Evaluation de l impact des initiatives de développeme à Silly par secteur, zone géographique et par type d acteur VII - Evaluation de l impact des initiatives de développeme sur les six domaines par secteur, zone géographique et par type d acteur VIII Ideification des meilleurs et des derniers projets Désignation des cinq meilleurs projets...39 a. Silly femmes...39 b. Silly Hommes...39 c. Femmes de Ya Kalao...40 d. Hommes de Sadouan Bouri...40 e. Hommes officiels Désignation des cinq derniers projets...40 a. Silly Femmes...41 b. Silly hommes...41 c. Femmes de Ya Kalao...41 d. Les Hommes des Sadouan Bouri...42 e. Les Hommes Officiels...42 IX. Analyse historique des meilleures et dernières ierveions

4 9.1. Analyse historique des meilleurs projets...42 a. Femmes de Silly...42 b. Hommes de Silly...43 c. Femmes de Ya Pobié Kalao...43 d. Hommes de Sadouan Bouri...43 e. Hommes Officiels Analyse historique des plus mauvais projets dans la localité...44 a. Silly Femmes...44 b. Silly Hommes...45 c. Femmes de Ya Pobié Kalao...45 d. Hommes Sadouan Bouri...46 e. Hommes officiels...46 X. Impact des cinq meilleurs projets sur les cinq niveaux de prospérité Impacts des cinq meilleures ierveions sur les 5 niveaux de prospérité...47 a. Silly Femmes...47 b. Silly Hommes...47 c. Femmes de Ya Pobié Kalao...49 d. Hommes de Sadouan Bouri...49 e. Hommes officiels Impacts des cinq dernières ierveions sur les groupes de prospérité...50 a. Silly Femmes...50 b. Silly Hommes...51 c. Femmes de Ya Pobié Kalao...52 d. Hommes de Sadouan Bouri...52 e. Hommes officiels...52 XI. Relations ere les tendances et les ierveions ANNEXE : LISTE DES PARTICIPANTS ATELIER 2 ème ROUND

5 Liste des tableaux Tableau1 : Chronologies des évènemes depuis +/ à 2009 Tableau2 : Perceptions des changemes négatifs et positifs par les communautés dans le domaine naturel Tableau3 : Perceptions des changemes négatifs et positifs par les communautés dans le domaine physique Tableau4 : Perceptions des changemes négatifs et positifs par les communautés dans le domaine humain Tableau5 : Perceptions des changemes négatifs et positifs par les communautés dans le domaine économique Tableau6 : Perceptions des changemes négatifs et positifs par les communautés dans le domaine sociopolitique Tableau7 : Perceptions des changemes négatifs et positifs par les communautés dans le domaine culturel Tableau8 : Caractéristiques des groupes de pauvreté Tableau9 : Tableau10 : Initiatives de développeme et acteurs Tableau11 : Syhèse des Initiatives de développeme par acteur, par secteur et par aire géographique Tableau12 : Syhèse des Initiatives de développeme par acteur et par secteur Tableau13a : Initiatives de développeme et appréciation de leurs impacts Tableau13b : Initiateurs de projets et appréciation de leurs impacts Tableau13c : Initiateurs de projets et appréciation de leurs impacts en % Tableau13d : Evaluation des impacts par secteur d activités Tableau13e : Initiateurs de projets et appréciation de leurs impacts par groupe géographique Tableau14 : Impact des initiatives de développeme sur les six domaines Tableau 15 : Impact des ierveions sur les cinq groupes de prospérité Tableau 16 : impact des ierveions sur les 5 groupes de prospérité Tableau 17 : impact des cinq projets sur les groupes de prospérité Tableau 18 : impact des cinq projets sur les groupes de prospérité Tableau 19 : impact des ierveions sur les groupes de prospérité Tableau 20 : Impacts des dernières ierveions sur les groupes de prospérité Tableau 21: impacts des dernières ierveions sur les groups de prospérité Tableau 22 : impacts des cinq dernières ierveions sur les groups de prospérité Tableau 23: impacts des cinq dernières ierveions sur les groups de prospérité Tableau 24 : impacts des cinq dernières ierveions sur les groupes de prospérité Tableau 25 : Relations ere tendance et ierveions pour l ensemble des aires géographiques Liste des cartes Carte 1 : Localisation de la Commune de Silly...8 Carte 2 : Carte administrative de la Commune de Silly...9 Carte 3 : Réseau Hydrographique de la Commune de Silly...10 Carte 4 : Situation des forages dans la Commune de Silly...12 Carte 5 : Situation des infrastructures sanitaires dans la Commune de Silly...13 Carte 6 : Situation des infrastructures scolaires dans la Commune de Silly

6 Iroduction Pour ce deuxième tour des ateliers dans le cadre des évaluations participatives, la commune de Silly a été choisie conforméme aux critères qui o été définis. En effet, il s agit d une commune de la province de la Sissili où il y a eu des ierveions de CREDO. Mais on note que ces ierveions o pris fin il y a au moins cinq (5) ans. C est ainsi que les ateliers o eu lieu penda la période du 27 au 28 février 2009, soit trois jours dura. L équipe de recherche était composée de : Equipe d Amsterdam : 1. Dr Fred Zaal 2. Wouter Rijneveld 3. Kees van der Geest 4. Aurélien Marsais 5. Jolien Oosterheerd 6. Sanna Equipe EDS: 1. Belemviré Adama 2. Ziba Balibion 3. Compaoré Nadège 4. Ouédraogo Caroline 5. Yambré Alain Les ateliers se so déroulés conforméme au calendrier suiva : Jour Coenu Public Jeudi 26 Février Iroduction et préseation de la mission Objectif de l évaluation Préseation du Programme des 3 jours Préseation de la méthodologie de travail Dispositions pratiques Exercice N 1 : Profil historique de la communauté PAUSE Exercice N 2 : Evaluation des changemes selon les six domaines dura les dernières années Exercice N 6 : Définition des critères de prospérité et des catégories de richesse dans la zone, caractérisation Exercice N 3 : Iroduction sur l histoire personnelle de vie Assemblée Individuel Vendredi 27 Février Samedi 28 Février Plénière : restitution des résultats des travaux de la veille Exercice N 4 : Liste des projets dans la zone et évaluation de leurs impacts Exercice N 5 : Justification du choix des meilleurs et derniers projets PAUSE Exercice N 7 : Analyse historique des ierveions Exercice N 8 : Impact des 5 meilleures ierveions sur les groupes de richesse Exercice N 9 : Relations ere les tendances et les ierveions Plénière : Syhèse des résultats Remerciemes, Mot de clôture Groupes de travail Groupes de travail Assemblée Groupes de travail Groupes de travail Groupes de travail Assemblée Groupes de travail Groupes de travail Assemblée 6

7 Le premier jour, l atelier s est déroulé en constitua des groupes de travail selon le genre. Les deux derniers jours, les groupes de travail o été reconstitués par aire géographique comme suit : Groupe Groupe 1 (10 villages) Groupe 2 (11 villages) Groupe 3 (11 villages) Groupe 4 Villages concernés Silly, Kiéré, Sadouin, Goun, Tonon, Névri, Koubouga, Diarra, Dio, Kouli, Ya, Pobié, Kalao, Sao, Kiédié, Lama, Guia, Mano, Diaogo, Naparou, Brédié Bouri, Sadouan, Poupourou, Pano, Yayou, Konamo, Konambié, Zinion, Karabolé, Ladio, Kovri Officiels Les ateliers o rassemblé 80 participas constitués d hommes et de femmes (CF Annexe Liste des participas) désignés par les communautés à raison de 2 par village et de représeas d organisations de producteurs, de fonctionnaires à la retraite, etc. Aucun représea de CREDO n était prése aux ateliers pour éviter toute forme d influence dans les réponses et dans les échanges. 7

8 I. Généralités sur la zone d étude 1.1 Situation géographique et administrative La commune rurale de Silly est située dans la province de la Sissili et occupe l extrême nord de ladite province. Elle est localisée ere l et de latitude Nord, et de longitude Ouest. Elle s étend sur environ km 2. Elle est limitée par : les communes rurales de Zawara (province du Sanguié) et de Nébiélianayou au nord ; la commune de Fara (province des Balé) à l Ouest ; les communes rurales de Tô et de Gao (province du Ziro) au Sud- Est : la commune rurale de Niabouri (province des Balé) au sud-ouest. Sur le plan administratif la commune relève de la Province de la Sissili et de la Région du Cere Ouest. C est une commune enclavée, difficile d accès en saison pluvieuse. Elle est située à 32 Km du village de Laba sur la route Nationale 1 (Axe Ouagadougou- Bobo Dioulasso) et à 75 Km de Léo, chef lieu de la province. Carte 1 : Localisation de la Commune de Silly 8

9 Carte 2 : Carte administrative de la Commune de Silly 9

10 1.2 Climat et pluviométrie La commune de Silly, du fait de sa situation à l isohyète 1000mm au Sud, connaît un climat Soudano- PréGuinéen. La moyenne des précipitations sur les quinze dernières années est de 990mm avec une variation de 715mm en 1998 ; à 1 214mm en La moyenne annuelle de pluies est de 52 jours. Les saisons so réglées par deux ves principaux : Une saison pluvieuse de mai à septembre annoncée par l alizé boréal avec des températures maximales moyennes de 29 0 à 33 0 et des minimales moyennes de 20 0 à Une saison sèche de novembre à avril marquée par l harmattan avec des températures maximales moyennes de 33 0 à 36 0 mais une insolation maximale et des minimales moyennes de 18 0 à Ressources en eau La commune de Silly est relativeme favorisée dans le domaine hydrographique. Elle présee deux bassins qui so : Le bassin du fleuve Mouhoun qui occupe la partie Ouest et do les eaux irrigue la plaine alluviale Ouest de la commune. Le bassin de la Sissili qui occupe l Est et le Sud. Une grande partie de cette plaine est occupée par les zones de réserves de Boura, Tô, Silly et Niabouri. Carte 3 : Réseau Hydrographique de la Commune de Silly 10

11 1.4 Ressources végétales La végétation est caractéristique de la zone pré guinéenne avec : Une savane arborée et des forêts galeries le long des cours d eau ; Une savane arbustive avec un importa tapis herbacé à graminées diverses. Il faut noter que le Karité occupe 80% de la cueillette des fruits sauvages et ses noix occupe une place importae dans l économie de la commune. 1.5 Ressources fauniques La commune rurale de Silly regorge d importaes ressources fauniques dans la forêt de Gabio. On trouve dans cette forêt qui s étend sur les communes de Niabouri, Tô et Silly ; le petit gibier composé esseielleme d oiseaux, de lièvres, singes, phacochères, biches, boas, et de quelques gros gibiers tels que les waterbooks, les ailopes, les éléphas, les cobs, etc. 1.6 Caractéristiques démographiques Au recenseme général de la population en 1996 on dénombrait habitas dans la commune rurale de Silly. Au dernier recenseme en décembre 2006 la population de la commune s élevait à habitas do hommes et femmes (52,6%). Le taux de croissance observé ere 1996 et 2006 est de 1,07%. A ce rythme la population de la commune est estimée à habitas en 2009 et habitas en En 1996 aussi bien qu en 2006, l effectif des femmes est légèreme supérieur à celui des hommes. Cette supériorité numérique des femmes est valable pour la population de chacun des 31 villages de la commune. La répartition de la population par âge laisse apparaître l extrême jeunesse de la population de la commune de Silly. En 1996, 49% de la population avait moins de 15 ans. La tranche active de la population (15 à 64 ans) était de habitas soit 47% des effectifs de la commune. La tranche de 65 ans et plus est la moins importae et ne représee que 4% des effectifs. En terme d évolution, la population de la commune est passée de habitas en 1996 à habitas en 2006 soit un taux de croît annuel moyen (TCAM) de 1,07 %. 1.7 Les ethnies La commune de Silly, à la faveur des mouvemes migratoires et des vicissitudes de l histoire, est devenue un creuset où cohabite les Nuni 40% (groupe des gourounsi méridionaux) autochtones et propriétaires terriens, les Wala (minoritaires) installés dans la commune depuis la mission de prosélytisme musulman des Djerma en pays gourounsi à la fin du 19 ème siècle (selon Anne Marie Dupray in les Gourounsi de Haute volta 1984), les Peulh, et les Mossé qui so des migras. Les Mossé (55% de la population de la commune) so les plus nombreux parmi la population migrae (ils représee 90% des populations allogènes) et la plupart so originaires du Nord du Burkina. Chacune de ces ethnies à la dimension de la famille, du quartier ou du village parle sa propre langue. Dès que ces niveaux so franchis, le Mooré s impose comme langue de communication ere les différees ethnies. C est la langue de commerce et des affaires. Le brassage ethnique pose des problèmes de transposition de culture, de concurrence vis à vis de l utilisation des ressources naturelles, notamme la terre, toute chose qui met à nu le fragile équilibre ere le pouvoir autochtone et allochtone d une part et le pouvoir traditionnel et moderne d autre part. 1.8 Eau potable et assainisseme En juin 2008, la commune comptait 71 forages et 23 puits modernes. Sur les 71 forages existas, 21 so hors service et 16 puits modernes so temporaires. Le taux de fonctionnalité des ouvrages hydrauliques est élevé pour les forages (70,42%). Les puits modernes statistiqueme ne représee pas grand-chose et ne fo plus partie de la nomenclature des pois d eau potable du MAHRH. La non fonctionnalité des ouvrages hydrauliques dénote des difficultés de maienance et d eretien, tâches qui incombe aux comités de gestion. Cela aggrave les problèmes d eau qui so déjà énormes, eu égard à l état d ensemble de la situation d eau potable dans la commune.

12 Carte 4 : Situation des forages dans la Commune de Silly 12

13 1.9 Saé L offre sanitaire de la commune est assurée par trois CSPS fonctionnels, celui de Dio éta en construction. Cela donne environ une moyenne d un CSPS pour habitas (recenseme 2006) ; ratio au-delà de la norme de l OMS qui est de 1 CSPS pour habitas. Le rayon de couverture moyen d un CSPS est de 14 Km. Carte 5 : Situation des infrastructures sanitaires dans la Commune de Silly 13

14 1.10 L enseigneme de base La circonscription scolaire de Silly a été créé en 1997.Tree quatre (34) écoles o ouvert leurs portes pour la rerée scolaire dans la commune rurale de Silly. Quatre (04) écoles so à 6 classes (Brédié, Nevri, Sadouin, et Silly). En extraya les écoles de Tonon et Brédi A où il n y a pas de statistiques ; les effectifs scolaires au primaire à la rerée 2008/2009 so de do élèves garçons (54%) et filles (46%). On relève que les filles et les garçons ne so pas scolarisés dans les mêmes proportions alors qu ils o une même proportion à la naissance avec un léger taux élevé des filles ere 0 et 5 ans. La moyenne d élèves par classe est de 40. Cela est satisfaisa par rapport à la norme nationale de 60 élèves par classe. Mais cette moyenne cache les disparités des effectifs scolaires ere les écoles. Par exemple l école de Goun qui a 3 classes a un effectif de 206 élèves soit une moyenne par classe de 68 tandis que le chef lieu de la commune Silly qui a une école de 6 classes totalise 139 élèves avec une moyenne par classe de 23 élèves. Le ratio satisfaisa de 40 élèves par enseigna traduit un effort de recruteme de la part de l Etat Burkinabé. Carte 6 : Situation des infrastructures scolaires dans la Commune de Silly 14

15 1.11 Agriculture Elle est l activité la plus importae de la commune aussi bien sur les plans humain (la grande majorité des actifs so des agriculteurs), spatial que des revenus générés. Les principales caractéristiques de l agriculture de la commune de Silly so les suivaes : Une agriculture sur brûlis avec des périodes de plus ou moins longues jachères ; La propriété terrienne nuni qui limite très souve les possibilités de nouveaux défrichemes pour les villages constitués de migras ; Le caractère familial de l exploitation agricole avec le chef de ménage comme chef d exploitation ; La faible mécanisation de l agriculture, le facteur humain resta le principal facteur de production ; La forte utilisation de l engrais chimique et des insecticides de toutes sortes à la faveur de la culture du coton, induisa une faible utilisation à grande échelle de la fumure organique, voire des méthodes de conservation des eaux et des sols. Les spéculations les plus couraes so : Les céréales : sorgho, maïs, mil ; Les culture de ree : coton, arachide, sésame, riz et niébé. En plus des céréales et des cultures de ree ; la commune produit des légumes do les plus importaes so la tomate, l oignon, le chou, l aubergine et la laitue. Elles so produites en saison sèche, juste après les pluies de septembre et ava le mois de janvier à cause de l assècheme rapide des bas fonds et de la descee en profondeur de la nappe phréatique qui constitue des coraies à une production pérenne des légumes. La totalité des productions maraîchères so consommées dans la commune ou vendues dans les communes voisines Elevage L élevage occupe une place non négligeable dans l économie de la commune, en témoigne la diversité des espèces élevées et l importance des effectifs. Toutefois, le mode d élevage traditionnel extensif coemplatif et l inorganisation du secteur limite son impact sur l économie de la commune. Il constitue cependa une source de revenus non négligeables pour les populations Foresterie Le service forestier dans la commune de Silly est assuré par un age des eaux et forêts. Il assure l encadreme de la population en matière de protection et de gestion de l environneme. 15

16 II. Profil historique Le profil historique (rappelé par les participas à l atelier) de la commune de Silly est marquée d évènemes majeurs d une diversité sans coeste et s étala sur la période de 1950 à nos jours. Ces évènemes concerne esseielleme ere autres la construction d infrastructures (écoles, dispensaires, puits, forages, etc.), les grandes sécheresses qui o marqué la communauté par des crises alimeaires et famines sans précéde, les épidémies les plus tragiques de l histoire de la communauté, les innovations apportées dans la vie économique de la communauté ; les tournas politiques dans le pays (avèneme de la révolution). Pour la catégorie des participas «Vieux», les évènemes majeurs relevés dans la communauté se situe ere 1953 et Cette catégorie ideifie la construction de l école primaire et des écoles rurales de Brédié et de Dio comme des évènemes marqua en ce que cela a coribué à la scolarisation des enfas dans la zones et à l alphabétisation des paysans qui o pu s organiser en groupemes et coopératives avec de connaissances sur les techniques agricoles. L avèneme de la révolution qui a coribué à l éducation de masse, la construction de la préfecture et du commissariat de police pour Silly, à l instauration des cotisations forcées pour la participation des populations à la réalisation des investissemes dans la zone. Enfin, un des évènemes majeurs soulignés par les «vieux» est le phénomène de la vie chère qui a réduit considérableme le pouvoir d achat des populations (due à des prix très élevés des produits de première nécessité). Pour le groupe des hommes officiels, la période située ere 1953 et 2007 regorge les évènemes majeurs qui o marqués la vie de la communauté. Les évènemes en question concerne ere autres l épidémie de méningite qui avait causé la mort de nombreuses personnes, des grandes sécheresses vécues aya occasionné la mort d innombrables personnes et de bétail. La période connait égaleme dans le domaine économique l iroduction de la culture du coton qui n avait pas connu du succès en ces temps là mais bien après son iroduction. L évèneme aussi nouveau qu importa souligné par ce groupe de participa est l iroduction du projet BKF volet conservation des terres pour faire face aux effets de la dégradation des sols. Il est de même relevé que les inondations dues à des pluies torreielles o marqué la période et a causé l effondreme de plusieurs maisons d habitation. Pour les femmes âgées la période de 1950 à 2005 fut marquée en quiessence de grandes réalisations physiques do la construction d écoles (primaire et secondaire) et de dispensaire (CSPS), la réalisation de puits, de barrages, de forages et de retenues d eau. Ceci a forteme coribué la au développeme des activités rémunératrices de revenu (AGR) do la culture maraîchère. En plus de ces évènemes majeurs, il faut ajouter les famines qui o sévit les familles lors des sécheresses ainsi que du fait des aléas pluviométriques. Qua au groupe des jeunes femmes, le profil historique de la commune est à situé dans la période de 1994 à 2009 et renferme des évènemes très riches notamme l acquisition d équipeme à forte capacité productive dans le domaine de la transformation (farine et beurre de karité). La période s est égaleme marquée par l acquisition de nouvelles connaissances à savoir les techniques de transformation du savon, les techniques d extraction du miel, et d autres techniques era dans la diversification des AGR et ce, à travers les différees formations do a bénéficier la communauté. En outre, la période a connu la tenue d une formation sur la gestion familiale et les perspectives pour l avenir dans la zone. Ava les années 1970 : Evénemes survenus +/ Construction d une école primaire à 3 classes (FA) : début de la scolarisation des enfas sur place. Construction du dispensaire (FA) : meilleures conditions de maternité et de soins de saé pour la population Construction d une école primaire publique mixte de 3 classes (HO, V) : scolarisation des enfas avec désormais la possibilité de lire des courriers sur place. 1957/1958 Grande épidémie de méningite (HO) : beaucoup de décès, tombes encore présees ; CSPS était déjà construit Epidémie de la maladie du sommeil jusqu à Léo (HO) : tous les enfas traités au dispensaire 1960 Iroduction du coton mais sans succès jusqu en 1975 (HO)

17 Construction de l école rurale de Brédié et de Dio (V) : favorisa les connaissances sur les techniques agricoles modernes, la scolarisation des enfas en français, l organisation des producteurs en groupemes et coopératives Construction de puits pour plusieurs villages par le gouverneme (HO). Les années 1970 : Evénemes survenus 1974 Grande sécheresse dans tous le Burkina (HO) : Beaucoup de décès (humains et bétail), aide de la Lybie La culture du coton a eu du succès par les groupemes de producteurs (HO) : impact positif sur l économie Famine très sévère du fait de la sécheresse (FA) : vees du bétail pour acheter les vivres au Ghana. Les années 1980 : Evénemes survenus 1980 Construction de la maternité (FA): facilitation de des accouchemes des femmes Erection de Silly en chef lieu de départeme (V) : rapprochemes de l Administration des administrés (moins de distance à parcourir pour l établisseme des pièces administratives) L avèneme de la révolution (V) : construction de la préfecture de Silly, ouvertures d écoles, scolarisation massive des enfas de 7 à 12 ans, éveil des consciences sur l autopromotion paysanne, cotisations forcées pour participer à la réalisation d investissemes du départeme ; construction du commissariat de police de Silly Epidémie de rougeole (V) : Beaucoup de décès dans le départeme, évacuation des malades sur Koudougou ou Boromo. Sécheresse moins sévère (HO) : peu de morts humains, mais beaucoup pour le bétail ; aide du Ghana et de l Amérique en lait et sorgho. Révolution (HO) : chefs de villages délégués, promotion de la femme (ouverture d une école de police pour femme) Construction de la préfecture (FA, HO) : accès plus facile à l établisseme des papiers administratifs (extrait de naissance, etc.) Agrandisseme de l école primaire à 6 classes (FA) : plus d enfas so scolarisés sur place CDR remplace les chefs traditionnels. Ves violes avec beaucoup de poussières (HO) : impossible d utiliser la bicyclette Réalisation de 10 forages pour la préfecture de Silly par l Etat burkinabé (V) : disponibilité en eau potable dans le départeme, réduction des corvées d eau, hygiène du corps et réduction des maladies liées à l eau non potable Construction d un CSPS (FA) : accès plus facile aux médicames. Les années 1990 : Evénemes survenus 1994 Iroduction du projet BKF volet conservation des forêts (HO) : jachère, part de terres conservé, pas de reboiseme. Réalisation d un forage (FA) : amélioration de la saé et de l hygiène des populations 17

18 Construction d une église catholique (FA) : meilleures conditions pour prier. Acquisition d un moulin (JF) : réduction des distances et de la souffrance pour moudre le mil, réduction du temps de travail, propreté de la farine Réalisation de retenue d eau à Silly (V) : favorisa la pratique du maraîchage, de la pêche à filet, facilité d abreuveme du bétail Réalisation de retenue d eau à Silly (V) : favorisa la pratique du maraîchage, de la pêche à filet, facilité d abreuveme du bétail Construction d une église protestae (FA) : meilleures conditions pour prier Projet GABIO (JF) : retrait des terres de la population dans le cadre de la forêt classée, baisse des productions agricoles. Construction d une mosquée (FA) : meilleure condition pour prier. Les années 2000 : Evénemes survenus 2000 Inauguration d une retenue d eau (JF) : iroduction de culture de core-saison, amélioration du régime alimeaire, conduite des AGR. Construction d un petit barrage à Silly (FA) : développeme des cultures maraîchères, amélioration du régime alimeaire. Inondation (HO) : chute de beaucoup de maisons. Iroduction du PEDEB (HO) : construction d écoles. Projet GABIO (HO) 2002 Acquisition de la presse de karité (JF) : réduction du temps de travail et de la souffrance physique, gains économiques supplémeaire. Formation sur la fabrication du savon (JF) : apport de nouvelles connaissances, amélioration de l hygiène corporelle, source supplémeaire de revenu Acquisition de ruches et formations sur les techniques d extraction du miel (JF) : maîtrise de la technique, importae source de revenu. Ouverture du collège (JF) : permet d éviter le tutorat, soulage les déplacemes, augmee le niveau d étude, meilleur suivi de l enfa (saé, éducation, etc.) Célébration du 8 Mars (JF) : divertissemes (football opposa les différees catégories des femmes Formation sur la fabrication du beurre de Karité (JF) : connaissance de propriétés de l huile, changeme dans les habitudes alimeaires, facilitation de la transformation du savon. Vol des plaques solaires sur la voirie (JF) : diminution des activités de commerce (les vees se faisaie en lieux éclairés), difficulté d accès à la lumière pour les élèves (cherté du pétrole). Construction su CEG à Silly (FA) : accès à l enseigneme secondaire sur place. Arrivée du programme PNGT (HO) : énormes réalisations (barrages, forages, retenues d eau, alphabétisation, banques de céréales Iroduction de la culture du maïs (HO). Famine due à la rupture précoce des pluies (FA) : souffrance et faim de la population. 18

19 2006 Construction de la mairie (HO). Mauvaise pluviométrie accompagnée de famine (JF) : faible couverture des besoins alimeaires, vee de bétail pour achat de vivres, migration de certains chefs de ménage Ouverture d un cere d alphabétisation (JF) : réduction de l analphabétisme, réduction du chômage (certains so devenus des enseignas). Mauvaise récolte et vie chère (V) : accès difficiles aux produits de base, malnutrition. Inondations (V, HO) : effondremes de maisons construites en banco. Insécurité (V) : vol et apparition de bandes armées Campagne de vaccination aitétanique (JF) : permis d éviter la maladie et a couvert de nombreuses personnes. Ouverture d une caisse populaire (JF) : sécurisation de l épargne, accès aux crédits Campagne de sensibilisation sur les trajectoires de vie (JF) : acquisition de connaissances sur la gestion familiale et les perspectives d avenir. III. Les changemes dans les 6 domaines Les tableaux qui suive résume la perception des changemes selon la communauté. Ils précise l appréciation de chaque groupe sur les différes changemes iervenus dans la communauté depuis au moins 30 années dans le passé. Au regard des six domaines définis, les groupes o indiqué les changemes survenus ainsi que leur nature (changeme positif ou négatif). Les données récoltées de l ensemble des trois groupes (Hommes officiels, Jeunes Femmes et Vieux) de travail informe que dans le domaine naturel, les changemes négatifs prédomine sur les changemes positifs. Par core, les changemes positifs iervenus dans la communauté so plus importas dans tous les autres domaines notamme économique, physique, humain, socio-politique et culturel. Il ressort égaleme de la syhèse que bien de fois, les appréciations des diverge d un groupe à un autre en raison de la différence en genre et en âge des membres des différes groupes. Tableau2 : Perceptions des changemes négatifs et positifs par les communautés dans le domaine naturel CHANGEMENTS NATUREL POSITIFS NEGATIFS Terre/sols Eau Bétail Existence de réserve de terre dans la forêt (V) : le GABIO Fertilisation des sols avec le fumier (V) Disponibilité en eau potable à travers les forages ; existence de retenues d eau (V, HO) Embouche bovine, nouvelles variétés (V, bovine, présence de vétérinaires (V, HO) Les femmes fo l élevage (JF) Jachères courtes par insuffisance des terres (V, JF) Dégradation des terres désormais infertiles (JF, HO) Retrait des terres (JF) Emergence des mauvaises herbes (V, JF) Baisse de la pluviométrie (V) Baisse de la nappe phréatique (HO) Rapide tarisseme des rivières (HO) Conflits éleveurs-agriculteurs (V) Insuffisance de pâturage vs cheptel élevé (V) 19

20 Foret Protection de la forêt Disparition de certains arbres utilitaire et récolte précoce des fruits sauvages (V) Déforestation (JF, HO) : parcours de longues distances pour la corvée de bois Disparition d animaux sauvages (HO) Plaes et cultures Existence de semences améliorées, iroduction des espèces utilitaires dans le reboiseme (V, HO) Diversité des cultures maraîchères (JF) Disparition d anciennes variétés (V) Disparition de certaines plaes médicinales (HO) Tableau3 : Perceptions des changemes négatifs et positifs par les communautés dans le domaine physique CHANGEMENTS PHYSIQUE POSITIFS NEGATIFS Routes et pos Développeme des marchés et Dégradation des routes par les véhicules (V) facilitation des transports (V) Construction et réfection de pos (JF) Structure des bâtimes Barrages Puits et forages Equipemes agricoles Plus de routes (HO) Beaucoup plus de maisons, construction avec du matériels amélioré (comme les briques en parpaings, cime, les tôles) (V, HO) Construction d écoles primaire et secondaires, de la mairie (JF) Existence plusieurs forages, de puits et de retenues d eau de surfaces (V, JF) Construction de barrages (JF, HO) Pratique de la culture attelée et motorisée, accroisseme des rendemes (V, HO) Développeme de l individualisme, coût élevé des matériaux de construction (V) Conflits d usages des pois d eau, coût élevé de la maienance des pois d eau (V) Diminution de la capacité de réteion d eau des barrages et pois d eau (HO) Dégradation des sols, extension des superficies cultivées (V) Tableau4 : Perceptions des changemes négatifs et positifs par les communautés dans le domaine humain CHANGEMENTS HUMAIN POSITIFS NEGATIFS Connaissances Hygiène Niveau d éducation/scolarisation Recruteme scolaire Saé Alphabétisation en langues française et locales notamme mooré et nouni (V, JF, HO) Connaissances sur l extraction du miel, fabrication du beurre de karité et du savon (JF) Scolarisation de masse (V) Ouverture des collèges, normalisation des écoles, campagnes de sensibilisation (JF) : accroisseme du niveau de l éducation Alphabétisation des adultes (HO) : ava 0% et maiena à 30% Bien de pares d élèves établisse les extraits de naissance de leurs enfas (V) Inscription voloaire des enfas à l école (JF) Amélioration du recruteme scolaire à (60%) environ (HO) Disparition des maladies comme la rougeole, la lèpre (V) Accès rapides aux soins de saé, aux médicames, baisse de la mortalité infaile et maternelle (JF, HO) Perte de la maîtrise des langues locales au profit du français Nouvelles maladies incurables telles le SIDA, coût élevé des médicames (V) Plus de fumeurs (HO) 20

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés La mise en valeur des bas fonds en saison des pluies est intense et est l œuvre des femmes qui y pratiquent essentiellement la culture

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE TOMINIAN

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE TOMINIAN PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S

LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S G R O U P E M E N T S D E P R O D U C T R I C E S D E S P R O D U I T S D U K A R I

Plus en détail

Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad

Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad Notre projet en 2009 Prendre soin des orphelins, des nouveaux-nés, des femmes ayant des problèmes d allaitement, des prématurés et des enfants malnutris

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 Contexte et Objectifs de l évaluation rapide Le cercle de Douentza, se situe dans la région de Mopti et a été depuis

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

PROJET DE DISPENSAIRE à HEREMAKONO (MALI) avec APROSAR (Association pour la Promotion de la Santé en milieu Rural)

PROJET DE DISPENSAIRE à HEREMAKONO (MALI) avec APROSAR (Association pour la Promotion de la Santé en milieu Rural) Réf.RB31aMALI2004 PROJET DE DISPENSAIRE à HEREMAKONO (MALI) avec APROSAR (Association pour la Promotion de la Santé en milieu Rural) CADRE GENERAL HEREMAKONO Le Mali est au plein coeur de l'afrique de

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique Sujet: «Santé et sécurité humaine en milieu rural: stratégie de prise en charge des problèmes d accessibilité aux soins de santé des populations dans la zone du Ferlo au Sénégal» Thématique: sécurité humaine

Plus en détail

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 -

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 - INDICATEURS DU RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITATION BENIN 2002 CHITOU FATAHI Intitulé ETAT DE LA POPULATION Effectif de population par sexe Densité de population Taille moyenne des ménages

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Transformation agraire sous le radar : Acquisitions foncières par investisseurs nationaux en Afrique de l Ouest

Transformation agraire sous le radar : Acquisitions foncières par investisseurs nationaux en Afrique de l Ouest Transformation agraire sous le radar : Acquisitions foncières par investisseurs nationaux en Afrique de l Ouest Etude au Bénin, Burkina, Mali et Niger Avril 2011 Présentation à Nyeleni, Mali, novembre

Plus en détail

L analphabétisme: un frein

L analphabétisme: un frein Réseau de connaissances Consortium Néerlandais pour la Réhabilitation Note de recherche # 6 L analphabétisme: un frein à l évolution socio- économique des ménages? Influence du niveau d alphabétisme des

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

Résumé des résultats des enquêtes de base niveau ménage : site de Cinzana, Mali

Résumé des résultats des enquêtes de base niveau ménage : site de Cinzana, Mali Programme de recherche du CGIAR sur le Changement Climatique, l Agriculture et la Sécurité Alimentaire (CCAFS) Résumé des résultats des enquêtes de base niveau ménage : site de Cinzana, Mali Décembre 2011

Plus en détail

Achat/accaparement des terres en Afrique: Opportunités ou menaces? Cas du Bénin en Afrique de l Ouest

Achat/accaparement des terres en Afrique: Opportunités ou menaces? Cas du Bénin en Afrique de l Ouest Achat/accaparement des terres en Afrique: Opportunités ou menaces? Cas du Bénin en Afrique de l Ouest Auteur : Dr. Lionel Gbaguidi, Agrivet Partners, Cotonou (Bénin) Introduction Le Bénin est un pays d

Plus en détail

Résumé du rapport final du Projet ECDD

Résumé du rapport final du Projet ECDD Résumé du rapport final du Projet ECDD Janvier 2010 avril 2013 A propos du projet ECDD Le projet ECDD a été mis en œuvre par la Bristol Conservation & Science Foundation (une unité opérationnelle de Bristol,

Plus en détail

Jeremy Foltz, PhD University of Wisconsin-Madison jdfoltz@wisc.edu. Pour. Le Groupe AEG de l USAID-Mali. Cette Version le 16 juin 2010

Jeremy Foltz, PhD University of Wisconsin-Madison jdfoltz@wisc.edu. Pour. Le Groupe AEG de l USAID-Mali. Cette Version le 16 juin 2010 Opportunités et Stratégies d Investissement pour Améliorer la Sécurité Alimentaire et Réduire la Pauvreté au Mali à travers la Diffusion de Technologies Agricoles Améliorées Jeremy Foltz, PhD University

Plus en détail

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE RURALE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ------------ NOUVELLE ORIENTATION DE LA POLITIQUE AGRICOLE

Plus en détail

ANALYSE DES RESULTATS DE L ENQUETE MARAICHERE CAMAPGNE 1996 à 1997

ANALYSE DES RESULTATS DE L ENQUETE MARAICHERE CAMAPGNE 1996 à 1997 BURKINA FASO Unité-Progrès-Justice MINISTERE DE L4 AGRICUTURE DE L HYDRAULIQUE ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES ------------------------- SECRETARIAT GENERAL ------------------------- DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Date : L évaluation multisectorielle s est déroulée du 26 au 28/08/2015. Zone d évaluation : Localité

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle Méthodes innovantes d amélioration sylvo-pastorale: Le cas du projet de lutte participative contre la désertification et de réduction de la pauvreté dans les écosystèmes arides et semi-arides des hauts

Plus en détail

PRESENTATION DE L AMAB ET DE SES PRODUITS

PRESENTATION DE L AMAB ET DE SES PRODUITS PRESENTATION DE L ET DE SES PRODUITS PRESENTATION L Assurance Mutuelle Agricole du Bénin en abrégé est une société d assurance mutuelle (SAM) à cotisations fixes avec conseil d administration, régie par

Plus en détail

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN COTE D IVOIRE PROJECT N : CFC/ICO/30 ICO, Londres, Septembre 2010 INTRODUCTION

Plus en détail

REFERENCES DE AC3E EN GENIE CIVIL ET MAITRISE D ŒUVRE

REFERENCES DE AC3E EN GENIE CIVIL ET MAITRISE D ŒUVRE REFERENCES DE AC3E EN GENIE CIVIL ET MAITRISE D ŒUVRE REFERENCES DU CABINET AC3E L Agence Conseils pour l Equipement, l Eau et l Environnement (AC3E) est un cabinet d études en ingénierie (études et contrôles

Plus en détail

d Assurance Agricole du

d Assurance Agricole du Compagnie Nationale d Assurance Agricole du Sénégalé www.cnaas.sn cnaas@cnaas.sn NOTRE STATUT Fruit d un Partenariat Public Privé, la CNAAS est une société anonyme avec Conseil d Administration dadministration

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

Village de TIABOLI (Commune de FATOMA, Cercle de MOPTI, MALI)

Village de TIABOLI (Commune de FATOMA, Cercle de MOPTI, MALI) Village de TIABOLI (Commune de FATOMA, Cercle de MOPTI, MALI) BILAN de PROJET 1 Bilan du projet «TIABOLI» Ce projet s inscrit dans le Programme 2010-2014 d aide au développement économique et à l amélioration

Plus en détail

PROFESSIONS AGRICOLES

PROFESSIONS AGRICOLES PROFESSIONS AGRICOLES Parce qu il vous faut produire, gérer, élever, Aréas est à vos côtés pour Protéger votre exploitation Nous couvrons vos bâtiments d exploitation en cas d incendie, de tempête, de

Plus en détail

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS Dans ce travail, nous avons évalué les possibilités d une intensification de l agriculture dans le Plateau Central à partir des nouvelles technologies (techniques traditionnelles

Plus en détail

CHAPITRE 2. Population, ménages et familles

CHAPITRE 2. Population, ménages et familles CHAPITRE 2 Population, ménages et familles Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Distribution spatiale, structure par âge et par sexe de la population Le taux d urbanisation de

Plus en détail

Rapport de Voyage d etude (Le projet de PROSA, Xieng Kouang province, le 22 a 25 Sep 2009) <<<<>>>>

Rapport de Voyage d etude (Le projet de PROSA, Xieng Kouang province, le 22 a 25 Sep 2009) <<<<>>>> Rapport de Voyage d etude (Le projet de PROSA, Xieng Kouang province, le 22 a 25 Sep 2009) Photo no. 1: La delegation de Voyage d etude a Xieng Khouang province Introduction: Dans le bassin versant

Plus en détail

* Extraits d'un entretien effectué dans le Karyassa 'supres de membres d'un clan Tamashek, les Kel Taddak. Document présenté par Etienne Le Roy.

* Extraits d'un entretien effectué dans le Karyassa 'supres de membres d'un clan Tamashek, les Kel Taddak. Document présenté par Etienne Le Roy. (< Le chez soi pour nous, c'est l'eau 11 Cet entretien a été réalisé chez les Tamashek par J.-M. Yung le 30 novembre 1988, et traduit U au pied de la dune n. Il nous a impressionné. Le choix des extraits

Plus en détail

Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708

Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708 Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708 Language: English Translations: French Country: Botswana

Plus en détail

REFERENCES DE AC3E EN ASSAINISSEMENT, ANIMATION, FORMATION ET INTERMEDIATION SOCIALE

REFERENCES DE AC3E EN ASSAINISSEMENT, ANIMATION, FORMATION ET INTERMEDIATION SOCIALE REFERENCES DE AC3E EN ASSAINISSEMENT, ANIMATION, FORMATION ET INTERMEDIATION SOCIALE AC3E Ingénieurs conseils 878 rue 29 34 09 BP 532 09 Tél 50 36 36 42 e-mail : ac3eigr@fasonet.bf REFERENCES DU CABINET

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET Introduction A l instar de tous les pays qui ont adhéré à

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Septembre 2012 Importations nettes de céréales au Mali malgré les excédents annoncés

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE LOBOUGOULA

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE LOBOUGOULA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité.

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité. Pedro Tamacha 9 Normalement, Pedro devrait consommer 3 100 kcal/jour pour être en bonne santé et avoir une activité normale, il lui manque 800 calories. 9 Son régime alimentaire est composé de riz, pommes

Plus en détail

Financement de la chaîne logistique possible grâce aux banques. Michael Andrade

Financement de la chaîne logistique possible grâce aux banques. Michael Andrade Financement de la chaîne logistique possible grâce aux banques Michael Andrade 1INCE FARMERS) L agriculture en Inde 10 % tranche supérieure Progressif & inclus Plus grand groupe d exploitants Exploitants

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Ministère de l Environnement l et du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Expert National Statisticien/Economiste

Plus en détail

3 Cartographie participative du terroir de chasse

3 Cartographie participative du terroir de chasse 3 Cartographie participative du terroir de chasse 3.1 Principe général de la méthode La cartographie participative est un moyen d associer la population d un village (ou un groupe au sein de cette population)

Plus en détail

Action de renforcement des capacités de prospective participative en réforme foncière Cadre de recherche et d action sur le foncier au Sénégal

Action de renforcement des capacités de prospective participative en réforme foncière Cadre de recherche et d action sur le foncier au Sénégal Comité technique RAPPORT SYNTHÉTIQUE FINAL Cirad septembre 2014 Action de renforcement des capacités de prospective participative en réforme foncière Cadre de recherche et d action sur le foncier au Sénégal

Plus en détail

NOTRE COMMUNE. 1. La place de la commune dans le réseau urbain de la Hongrie. Nom de la commune : Géderlak

NOTRE COMMUNE. 1. La place de la commune dans le réseau urbain de la Hongrie. Nom de la commune : Géderlak NOTRE COMMUNE 1. La place de la commune dans le réseau urbain de la Hongrie Nom de la commune : Géderlak Siège, adresse: 6334 Géderlak, Kossuth u. 95 Téléphone/télécopie : +36 78/417058 Emplacement : a)

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

Association suisse d aide aux orphelins du Burkina Faso

Association suisse d aide aux orphelins du Burkina Faso Association suisse d aide reconnue d utilité publique Président: Gérald Ortelli, rue des Merisiers 4, 1870 Monthey/VS, 024 471 69 73 Secrétaire: Françoise Frund, route de la Crottaz 12, 1802 Corseaux,

Plus en détail

Formation agricole : production d effectifs et prise en charge des besoins réels

Formation agricole : production d effectifs et prise en charge des besoins réels 11 èmes Journées d études «Ingénierie des Dispositifs de Formation à l International» Communication présentée par : Monsieur Hassen BERRANEN Sous Directeur de la Formation MADR/DFRV, Algérie. Formation

Plus en détail

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009 Royaume du Maroc PLAN MAROC VERT Mai 2009 ENJEUX Enjeux économiques Contribue pour 19 % du PIB national 15% production 4% Agro industrie Rôle capital dans la stabilité macro économique Enjeux sociaux Emploie

Plus en détail

Détail des cultures de l'exploitation en 2007

Détail des cultures de l'exploitation en 2007 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Formulaire annexe à la déclaration 2007 servant à déterminer le revenu et la fortune professionnels de l'agriculture

Plus en détail

L association des amis de Tuili

L association des amis de Tuili L association des amis de Tuili Après une dizaine d années de connaissance mutuelle, de rencontres à Lisses et à Tuili, l association «Les Amis de Tuili» est créée en mai 989. Une cinquantaine d adhérents

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015 Deuxi ème jour Premier jour Jour 0 Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena 28-30 avril 2015 Date Heure Activité Veille du forum (Hôtel KEMPINSKI) Arrivée

Plus en détail

Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc

Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc Atelier de Tunis 14-15 septembre 2010 Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc L Adaptation de l agriculture oasienne face aux impacts du changement climatique, à travers la restauration

Plus en détail

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres Promotion de l égalité des sexes

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail

Zoom microfinance. Les crédits d équipement de Kafo Jiginew (Mali) : investir au sein des exploitations familiales. Sommaire.

Zoom microfinance. Les crédits d équipement de Kafo Jiginew (Mali) : investir au sein des exploitations familiales. Sommaire. Numéro 23 Octobre 2007 Les crédits d équipement de Kafo Jiginew (Mali) : investir au sein des exploitations familiales Sommaire Le contexte Les crédits d équipement Les bénéficiaires Ce a été réalisé sur

Plus en détail

Appel à propositions. La gestion durable des ressources naturelles et changements climatiques. L`élevage avec un focus sur le pastoralisme

Appel à propositions. La gestion durable des ressources naturelles et changements climatiques. L`élevage avec un focus sur le pastoralisme Foire aux savoirs Consolider la Résilience à l insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel / Afrique de l Ouest Ouagadougou, Burkina Faso, 5-7 Novembre 2013 Appel à propositions Venez nous rejoindre

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DU CONGO

BANQUE CENTRALE DU CONGO BANQUE CENTRALE DU CONGO Allocution prononcée par Monsieur J-C. MASANGU MULONGO Gouverneur de la Banque Centrale du Congo à l occasion du lancement officiel de la Journée Internationale de l Epargne en

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Questionnaire pour les mutualistes

Questionnaire pour les mutualistes Questionnaire pour les mutualistes Nom Groupement Les modalités de réponses devront être lues uniquement lorsqu'il est indiqué la mention "lire" Présentation "Nous aimerions connaître votre niveau de satisfaction

Plus en détail

Assurance Récolte Sahel

Assurance Récolte Sahel Assurance Récolte Sahel L ASSURANCE INDICIELLE EN AFRIQUE DE L OUEST EXPÉRIENCE DU BURKINA Conference FARM - Pluriagri 18 décembre 2012 Contents I. Contexte II. Eléments clés d ARS III. L Expérience au

Plus en détail

BAOBAB. Berre Association Ô Bénin Aide et Bénévolat. Association Loi 1901. n W134001205 Quartier de l Epine «Les Ruelles» 13130 BERRE l ETANG

BAOBAB. Berre Association Ô Bénin Aide et Bénévolat. Association Loi 1901. n W134001205 Quartier de l Epine «Les Ruelles» 13130 BERRE l ETANG BAOBAB Berre Association Ô Bénin Aide et Bénévolat Association Loi 1901. n W134001205 Quartier de l Epine «Les Ruelles» 13130 BERRE l ETANG Alfakoara PRÉSENTATION DE L ASSOCIATION L association BAOBAB

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude Note d information / Politiques agricoles n 13 Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude 27 mai 2013 / Sélection par l équipe technique RECA RECA Réseau

Plus en détail

Rapport Activités Campagne CES 2007 www.terra-verde.de

Rapport Activités Campagne CES 2007 www.terra-verde.de Rapport Activités Campagne CES 2007 www.terra-verde.de TABLE DES MATIERE Page RESUME 4 SIGLES 1. ZONE DINTERVENTION DE L ASSOCIATION ALCD 5 1.1 Situation géographique 1.2 Milieu physique 1.2.1 Climat 1.2.2

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

Plan d action. Resilience Now Burundi mai 2014 1

Plan d action. Resilience Now Burundi mai 2014 1 Plan d action A l issue de l atelier de restitution des solutions visitées par les (cf. le rapport illustré), ces derniers ont priorisé les actions qu ils souhaitent mettre en place. Cette priorisation

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

Les stocks de proximité : enjeux, opportunités et limites. Le cas des pays du Sahel

Les stocks de proximité : enjeux, opportunités et limites. Le cas des pays du Sahel Les stocks de proximité : enjeux, opportunités et limites. Le cas des pays du Sahel Roger Blein, Bureau Issala La crise alimentaire induite par la hausse des prix a relancé le débat sur la régulation des

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES PRESENTATION Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES Organisé avec France Volontaires 24/05/2014 1 ORGANISATION DE LA JOURNEE 10H30 // 11H00 // 11H30 // Accueil et arrivée des participants

Plus en détail

Insurance of agricultural Risks. Jeudi 30 Janvier 2014

Insurance of agricultural Risks. Jeudi 30 Janvier 2014 Insurance of agricultural Risks Jeudi 30 Janvier 2014 1 Sommaire 1. Brève introduction d Al Amana Microfinance et de son historique dans le rural 2. Mécanisme d Assurance interne et comportement 3. Analyse

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

Acquisitions foncières à grande échelle dans le secteur agricole : une montée en puissance de (nouvelles) firmes agricoles?

Acquisitions foncières à grande échelle dans le secteur agricole : une montée en puissance de (nouvelles) firmes agricoles? Acquisitions foncières à grande échelle dans le secteur agricole : une montée en puissance de (nouvelles) firmes agricoles? Perrine Burnod CIRAD UMR TETIS Observatoire du foncier à Madagascar Ward Anseeuw

Plus en détail

Récapitulatif des actions menées sur Madagascar. PAYS d intervention : Madagascar. Démarrage des actions 1981 Actions toujours en cours

Récapitulatif des actions menées sur Madagascar. PAYS d intervention : Madagascar. Démarrage des actions 1981 Actions toujours en cours PAYS d intervention : Madagascar Démarrage des actions 1981 Actions toujours en cours 1981 * Expéditions de médicaments au dispensaire d Antoinette Corteyn - Fort Dauphin * L hospice des pauvres (orphelinat

Plus en détail

PROJET d ACQUISITION d une AMBULANCE. Transports de malades

PROJET d ACQUISITION d une AMBULANCE. Transports de malades DIOCESE de DIEBOUGOU BP 35 Diebougou BURKINA FASO PROJET d ACQUISITION d une AMBULANCE Transports de malades Abbé Meda, N. Dominique SAvio Responsable de l assistance aux prêtres malades Diocèse de Diébougou

Plus en détail