Par M. Yvan Gillard, Procureur économique auprès du Ministère public central vaudois

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Par M. Yvan Gillard, Procureur économique auprès du Ministère public central vaudois"

Transcription

1 ACTUALITE AML 30 décembre 2013 Par M. Yvan Gillard, Procureur économique auprès du Ministère public central vaudois Chaque fichier "Actualité AML" contient l'actualité réglementaire et jurisprudentielle parue durant l'année écoulée en matière de lutte anti-blanchiment. Concernant les sanctions SECO, seules les dernières mesures prises pour le pays concerné figurent dans un fichier. Points modifiés par rapport à la version du : - chiffre Mesures à l encontre du Bélarus (modifications) ; - chiffre Mesures à l encontre du Libéria (modifications) ; - chiffre Mesures à l encontre de la République Islamique d Iran (modifications) ; - chiffre Mesures à l encontre de personnes et entités liées à Oussama Ben Laden, au groupe «Al-Qaïda» ou aux Talibans (modifications) ; - chiffre Mesures à l encontre du Libéria (modifications) ; - chiffre Mesures à l encontre de personnes et entités liées à Oussama Ben Laden, au groupe «Al-Qaïda» ou aux Talibans (modifications) ; - chiffre Mesures à l encontre de la Syrie (modifications) ; - chiffre Conseil fédéral : Projet de loi fédérale sur la mise en œuvre des recommandations révisées du GAFI 1. Jurisprudence, pratique de la FINMA et d autres autorités 1.1 Tribunal fédéral Arrêt 6B_724/2012 du 24 juin 2013 Le Tribunal fédéral a confirmé que se rendait coupable de blanchiment par omission l organe, en l espèce l administrateur, directeur et principal animateur d une société de

2 gestion de fortune, qui violait l obligation lui incombant de clarifier l arrière-plan économique d une transaction litigieuse. En substance, l intéressé et sa société sont entrés en relation d affaire avec un citoyen colombien résidant au Brésil. Une structure complexe a été mise sur pieds (constitution de plusieurs sociétés BVI) pour permettre au client de déposer en banque des fonds provenant prétendument de l activité de négoce de fruits qu il menait depuis le Brésil en direction de pays de l Est. Plusieurs millions d euros ont transité sur les comptes ouverts pour les BVI. Un montant supérieur à Euros 400'000.- a notamment été apporté en petites coupures dans les locaux de la société de l intéressé. Il s est avéré par la suite que le client était à la tête d une organisation criminelle internationale active dans le commerce de stupéfiants. Face à une situation qui impliquait une obligation de clarifier liée à la présence de nombreux indices (indices géographiques, petites coupures, etc..), le Tribunal fédéral reproche en résumé au recourant (considérant 5.5) : - de n avoir pas constaté sur place, l exercice de l activité prétendument opérée ; - d avoir demandé mais pas obtenu les comptes de la société ; - d avoir omis de plausibiliser les explications données à l occasion du premier versement effectué en cash à hauteur de plus de Euros 400'000.- Le Tribunal fédéral rappelle ensuite qu en présence d indices très lourds, la réalisation de l élément intentionnel sera assez facilement admis par le recours à la notion du dol éventuel (considérant 6). En l occurrence, le directeur d un établissement financier, qui plus est responsable de la due diligence, doit forcément envisager, dans une telle situation, que les fonds peuvent être d origine criminelle. 1.2 FINMA Rapport annuel 2012 Au niveau de la lutte anti-blanchiment, le rapport annuel 2012 aborde les points suivants : - rappel des résultats du contrôle opéré par la FINMA s agissant du respect par les banques des obligations qui leur incombent dans le traitement des relations PEP et des principes de base applicables en la matière. Ce mini audit avait été décidé dans le cadre des conséquences du printemps arabe (rapport, p. 57) ; la FINMA y rappelle que le GAFI a notamment étendu la notion de PEP aux nationaux (voir infra chiffre ) ; - rappel de la modification législative adoptée relative aux délits d initié (voir infra chiffre ).et du fait que les infractions les plus graves sont érigées en crime avec pour conséquence un blanchiment possible du produit de l infraction (rapport p. 60) ; - rappel des dangers croissants liés à l e-money (rapport p. 61) et référence au cas abordé à ce sujet dans le bulletin FINMA 3/2012 (voir infra chiffre 1.2.2) ; - à l instar de ce qu elle a fait dans son rapport 2011, la FINMA souligne une nouvelle fois que, parmi les affaires qui l occupent, un grand nombre ont trait à des clarifications insuffisantes concernant des relations d affaires ou des transactions à risques accrus (rapport, p. 62) Bulletin 3/2012 Dans son Bulletin 3/2012, la FINMA présente quelques décisions rendues par le Tribunal fédéral, le Tribunal administratif fédéral ou par elle-même susceptibles d avoir une certaine importance dans la pratique. Une des décisions rapportées, figurant sous numéro 5, concerne la problématique AML. Une Sàrl installée en Suisse servait d intermédiaire pour diverses sociétés offshore qui émettaient de la monnaie électronique. La Sàrl achetait et revendait dite monnaie électronique aux clients finaux des sociétés offshore. En l espèce, cette société acceptait les fonds des clients sur ses comptes bancaires, puis les transformait en monnaie életronique qui allait alimenter les comptes digitaux des clients en question auprès des sociétés offshore. Outre le fait que cette Sàrl exerçait en la circonstance une activité bancaire non autorisée, La FINMA s est interrogée sur la pertinence d une telle structure au regard des impératifs de la lutte anti-blanchiment. Elle a notamment constaté qu une telle activité conduisait à un assujettissement à la LBA. Elle a encore souligné qu il était

3 légitime de se demander si cette même structure n avait pas pour unique vocation d aider les clients à contourner les réglementations en vigueur en matière d évasion fiscale et de blanchiment (bull. p.162, ch.71). En effet, dès lors que les sociétés offshore ne proposaient généralement pas de biens, ni de services au sens commun, on pouvait se demander quelle utilité y trouvaient les clients, si ce n est l opacité et le manque de contrôle réglementaire gesamt.pdf 1.3 MROS : Rapport annuel 2012 Le rapport annuel du MROS permet, entre autres, d apprécier une nouvelle fois, et d ailleurs année après année, l importance jouée par les informations externes (67% des cas), et notamment des médias (28% des cas), dans le déclenchement du processus d annonce (rap. chif.2.5.5, p.45). Tout établissement bancaire devrait donc être organisé de sorte à pouvoir compter efficacement sur ces sources d'informations. Pour le surplus, quelques points méritent notamment d être relevés : - Lorsqu une relation d affaires génère des entrées cash importantes prétendument justifiées par l activité commerciale exercée, il est important pour la banque d obtenir de la documentation plausibilisant le volume des fonds déposés (rap. chif. 3.7, p. 75) ; - A plusieurs reprises, le Tribunal fédéral a considéré que des régimes politiques pouvaient présenter les caractéristiques d une organisation criminelle au sens de l art.260ter CP (ex. régime Moubarak ou Kadhafi). Dès qu un intermédiaire financier est en relation d affaires avec un client lié auxdits régimes, il doit ainsi constater l existence de soupçons fondés et effectuer une communication au MROS selon l art. 9 LBA (rap. chif. 4.4, p. 86). Enfin, le rapport rappelle utilement la distinction entre obligation de communiquer selon l art. 9LBA et droit de communiquer en application de l art. 305ter al. 2 CP (rap. chif. 4.5, p. 87). 2. Réglementation 2.1 Suisse SECO Conseil Fédéral (sanctions) RS Ordonnance du 28 juin 2006 instituant des mesures à l encontre du Bélarus Modification du avec entrée en vigueur le RS Ordonnance du 19 janvier 2005 instituant des mesures à l encontre du Libéria Modification du avec entrée en vigueur le RS Ordonnance du 19 janvier 2011 instituant des mesures à l encontre de la République islamique d Iran

4 Modification du avec entrée en vigueur le g=fr RS Ordonnance du 2 octobre 2000 instituant des mesures à l encontre de personnes et entités liées à Oussama ben Laden, au groupe«al-qaïda» ou aux Taliban Modification du avec entrée en vigueur le RS Ordonnance du 19 janvier 2005 instituant des mesures à l encontre du Libéria Modification du avec entrée en vigueur le RS Ordonnance du 2 octobre 2000 instituant des mesures à l encontre de personnes et entités liées à Oussama ben Laden, au groupe«al-qaïda» ou aux Taliban Modification du avec entrée en vigueur le RS Ordonnance du 8 juin 2012 instituant des mesures à l'encontre de la Syrie Modification du avec entrée en vigueur le RS Ordonnance du instituant des mesures à l encontre du Zimbabwe Modification du avec entrée en vigueur le RS Ordonnance du 25 mai 2005 instituant des mesures à l encontre du Soudan Modification du avec entrée en vigueur le RS Ordonnance du 30 mars 2011 instituant des mesures à l'encontre de la Libye Modification du avec entrée en vigueur le RS Ordonnance du 25 octobre 2006 instituant des mesures à l encontre de la République populaire démocratique de Corée Modification du avec entrée en vigueur le

5 RS Ordonnance du 18 mai 2004 sur la confiscation des avoirs et ressources économiques irakiens gelés et leur transfert au Fonds de développement pour l Irak Modification du 26 juin 2013 avec entrée en vigueur le 1 er juillet RS Ordonnance du 13 mai 2009 instituant des mesures à l'encontre de la Somalie Modification de l ordonnance du avec entrée en vigueur le RS Ordonnance du 22 juin 2005 instituant des mesures à l encontre de la République démocratique du Congo Modification du avec entrée en vigueur le RS Ordonnance du 1 er juin 2012 insituant des mesures à l encontre de la Guinée-Bissau Modification du avec entrée en vigueur le RS Ordonnance du 19 janvier 2005 instituant des mesures à l encontre de la Côte d Ivoire Modification du , avec entrée en vigueur le RS Ordonnance du 22 juin 2005 instituant des mesures à l encontre de la République démocratique du Congo Modification de l ordonnance du , avec entrée en vigueur le RS Ordonnance instituant des mesures à l encontre de certaines personnes originaires de la République arabe d Egypte du 2 février Modification du RS Ordonnance du 24 février 2010 instituant des mesures à l encontre de la Guinée

6 Modification de l ordonnance du avec entrée en vigueur le RS Ordonnance du 28 juin 2006 instituant des mesures à l'encontre du Myanmar Levée partielle des sanctions Message du Conseil fédéral : extrait «La modification de l'ordonnance approuvée le 9 mai 2012 lève toutes les mesures de coercition à l'encontre du Myanmar, hormis l'embargo sur les biens d'équipement militaires et les biens susceptibles d'être utilisés à des fins de répression. Elle entre en vigueur le 10 mai Lors de ses séances des 18 et 25 avril 2012, le Conseil fédéral avait déjà pris des décisions sur le principe d'un assouplissement des sanctions à l'encontre de ce pays et sa mise en œuvre; il a chargé le Département fédéral de l'économie (DFE) de lui présenter une proposition d'adaptation de l'ordonnance instituant des mesures à l'encontre du Myanmar.» FINMA Circulaire 2008/13 «Règles de conduite sur le marché concernant le négoce de valeurs mobilières» Dès lors qu elles rapportent à leurs auteurs des montants supérieurs à CHF 1 million, les infractions de délit d initiés et de manipulation du marché sont des crimes et peuvent donc donner lieu à des opérations de blanchiment. La LBA est applicable. La circulaire définit la notion d information d initiés (ch. 8 à 11), et celle de manipulation du marché (ch. 16 à 30). Commentaire : Les établissements bancaires sont dès lors notamment tenus, sous l angle AML, de se mettre en position de respecter l obligation d annonce en cas de soupçons fondés. Dans cette mesure, les KYC devraient être adaptés pour permettre tant d identifier les opérations boursières illicites (exigence LBVM), que les mouvements d argent subséquents concernant les bénéfices ainsi réalisés (exigence LBA) Ordonnance de la FINMA sur le blanchiment d argent, OBA-FINMA Cette circulaire remplace les précédentes OBA-FINMA 1, 2 et 3, dès lors qu elle regroupe dans un seul document les exigences à respecter par tous les intermédiaires financiers au niveau AML. Fondamentalement, ce document n introduit que peu de modifications pour les banques. Les changements matériels sont rares, comme le souligne le communiqué de presse de la FINMA. Outre les remaniements techniques, on y identifie aussi quelques innovations révélatrices comme par exemple l exhortation à tenir compte, au niveau des relations à risques accrus, de l utilisation des sociétés de domicile (art. 12 lit h). Les innovations majeures pour les banques : - art. 11 al. 3 introduisant la faculté pour les organismes d autorégulation, en application de l art 7a LBA, de requérir auprès de la FINMA la dispense du respect des règles de diligence s agissant des relations portant sur de faibles valeurs patrimoniales ; - art. 26 et 27 régissant les principes applicables lors de la délégation de différentes tâches AML à des tiers, y compris la vérification de l identité du cocontractant et l identification de l ADE ;

7 - art. 34 concernant les relations de banque correspondante avec des banques étrangères. L ancien art. 6 OBA-FINMA 1 est complété par le nouvel alinéa 3 de l art Autres Projet de loi fédérale sur la mise en œuvre des recommandations révisées du GAFI En date du , le Conseil fédéral a publié le projet de loi ainsi que son message. Les travaux relatifs à l implémentation des nouvelles recommandations du GAFI avaient démarré en avril 2012 (voir infra ch ). Les modifications essentielles du projet portent sur les points suivants : - identification de l ayant droit économique des actions au porteur de sociétés non cotées en bourse, soit auprès de la société concernée, soit, dans certains cas, auprès d un intermédiaire financier au sens de la LBA. Ces nouveautés seront introduites au travers d une modification du code des obligations ; - l infraction de blanchiment d argent est étendue, au travers d une modification de l art. 305bis CP, à la commission d un «délit fiscal qualifié», ce dernier impliquant notamment, s agissant de la fiscalité directe, une soustraction d impôts supérieure à CHF 200'000.- par période fiscale ; le droit de communiquer au sens de l art. 305ter al.2 CP est donc logiquement étendu au soupçon de «délit fiscal qualifié» ; - adoption d une notion de PEP au niveau national (fonctions publiques dirigeantes sur le plan fédéral), laquelle n implique cependant pas la reconnaissance automatique d un risque accru ; - limitation des opérations en espèces à un montant plafonné de CHF 100'000.- Que ce soit pour les opérations mobilières ou immobilières, la partie du prix de la transaction dépassant CHF 100'000.- devra désormais passer par un intermédiaire financier au sens de la LBA ; - modification des règles concernant le blocage LBA ; l intermédiaire financier ne sera tenu de bloquer les avoirs qu à partir du moment où le MROS lui aura signifié qu une autorité de poursuite pénale aura été saisie du dossier. Commentaire : Ces nouveautés implqueront des modifications fondamentales des pratiques commerciales suisses qui vont bien au-delà de la lutte antiblanchiment. Ainsi, la limitation des opérations en espèces et l identification systématique des détenteurs d actions au porteur constituent une révolution. Sur un autre plan, on constate que la notion d ayant droit économique est définitivement ancrée dans le droit privé suisse. Enfin, il convient sans doute de saluer la solution pragmatique trouvée concernant l assujettissement de certaines infractions fiscales à la LBA, dans la mesure où l option retenue évite pour l heure d assimiler de tels manquements à un «crime» au sens du droit pénal Loi sur le blanchiment d argent (LBA): entrée en vigueur le 1 er novembre 2013 de la loi révisée La présente modification renforce de manière substantielle les pouvoirs du bureau de communication tant vis-à-vis des établissements auteurs d annonces que s agissant de ses relations avec ses homologues étrangers. En effet, le MROS est désormais autorisé à transmettre directement à l étranger des données bancaires personnelles (nom du titulaire d un compte, identité de l ayant droit économique, etc ). Voir infra chiffre GwG_schlussabstimmungstext-f.pdf

8 Révision du droit pénal fiscal Le Conseil fédéral a mis en consultation, le 30 mai 2013, son projet concernant la révision du droit pénal, dont le but principal apparent est d unifier les différentes procédures actuellement applicables. Sous l angle de la lutte contre le blanchiment, il convient de relever que le projet qualifie de crime au sens de l art. 10 al 2 CP l escroquerie fiscale qualifiée, à savoir l escroquerie fiscale (soustraction commise à l aide d un faux ou en recourant à un comportement astucieux) à partir d un revenu de plus de CHF 600'000.- Dès lors que la qualification de crime est retenue, l art. 305bis CP réprimant le blanchiment d argent s appliquera. La consultation s achèvera le 30 septembre Commentaire : Si cette disposition, adoptée une nouvelle fois en réponse aux exigences posées par le GAFI, trouve application, les établissements bancaires devront à terme se mettre en position de pouvoir identifier et annoncer les valeurs concernées. On peut penser que les formulaires KYC devront être adaptés dans ce sens ; à tout le moins, la clientèle segmentée avec un tel niveau de revenu devrait-elle faire l objet d une attention accrue Entrée en vigueur de la nouvelle réglementation en matière d abus de marché La nouvelle réglementation sanctionnant les abus de marché (voir infra ch ) entre en vigueur le 1 er mai Le rapport explicatif du 10 avril 2013 concernant la révision de l ordonnance sur les bourses rappelle que, sur demande du GAFI, le délit d initiés et la manipulation de cours sont désormais qualifiés de crimes Mise en consultation du projet de modification de la Loi sur le blanchiment d argent La modification proposée par le Conseil fédéral vise à interdire aux banques d accepter ou de conserver des avoirs «défiscalisés». Les banques devront dès lors clarifier la question de savoir si les avoirs de leurs clients sont ou seront fiscalisés. Pour ce faire, elles devront notamment se fonder sur la présence d indices, à charge ou à décharge. Dans ce cadre, les clients suisses apparaissent moins directement visés, dès lors que les transactions effectuées en Suisse par des clients résidant dans ce pays sont considérées comme moins risquées. En cas de soupçon de non-conformité, la banque doit refuser les valeurs, ainsi que l établissement de la relation d affaires. Pour le surplus, dès lors que la banque a des soupçons fondés qu un client détient chez elle des avoirs non déclarés, elle doit résilier la relation d affaires. Commentaires : Au-delà de la révolution des mentalités que ce projet traduit, ses conséquences potentielles pour la clientèle indigène ne doivent pas être sousestimées. Certes, la domiciliation en Suisse représente un élément à décharge dans l appréciation du risque de non-conformité fiscale. Mais qu en sera-t-il par exemple lorsque le client suisse dispose d un compte dans une banque d un autre canton que le sien et avec lequel il n a pas d attaches particulières? A cet égard, le Conseil fédéral a sans aucun doute ouvert la boîte de Pandore. Pour le surplus, on ne peut s empêcher de penser qu il aurait été finalement moins dommageable de renoncer purement et simplement

9 au secret bancaire, plutôt que de mettre en œuvre un pareil arsenal réglementaire qui pénalisera sans doute plus nos banques qu un renoncement au secret bancaire Modification de la publication des annexes aux annonces d embargo Les listes des personnes, enterprises et autres organisations sanctionnées ne sont désomais plus publiées dans le Recueil officiel et le Recueil systématique mais simplement mises à disposition sur le site internet du SECO Adoption du nouveau régime de sanctions concernant les délits boursiers Le Conseil national a adopté, le 18 septembre 2012, la modification du régime légal sanctionnant les délits boursiers. Sous l angle de la lutte anti-blanchiment, ce changement législatif aura pour principal effet de criminaliser certains des comportements les plus graves et de rendre possible le blanchiment du produit de l infraction avec pour corollaire l obligation d annonce en cas de soupçons fondés. La matière sera désormais régie exclusivement par la loi sur les bourses. Le Message du Conseil fédéral est disponible sous : Lancement des travaux de mise en œuvre des recommandations révisées du GAFI Par communiqué du 18 avril 2012, le Conseil fédéral a annoncé le début des travaux visant à assurer la mise en conformité des normes AML suisses avec les recommandations révisées du GAFI (voir infra chif ). On rappelle que ces modifications avaient notamment trait à la prise en compte des infractions fiscales graves comme normes préalables au blanchiment d argent et à la prise en considération des PEP indigènes. Le projet de transposition doit être élaboré d ici début Internationale GAFI / FATF FATF GUIDANCE : Politically exposed persons, (recommandations 12 and 22), june 2013 Au travers de ce document, le GAFI émet des directives concernant l application et l interprétation des recommandaitons 12 et 22 de ses fameuses 40 recommandations. Les points suivants peuvent notamment être relevés. - rappel que refuser une relation avec un PEP du simple fait de la présence de la caractéristique PEP est contraire à la lettre et à l esprit de la recommandation 12 (rap. p.3, ch.2) ; - rappel que des fonctions publique importantes («prominent») peuvent exister au niveau fédéral, des états, des provinces et des villes (rap. p. 11, ch. 38) ; - rappel que, lorsque la fonction public prend fin, le fait de savoir si la personne doit toujours être considérée comme PEP doit dépendre d une appréciation concrète du risque et non être déterminée sur la base d une limite fixée d emblée. Il serait faux de

10 prévoir qu après une période de deux ans, la personne perd systématiquement son statut de PEP (rap. p. 12, ch. 44) ; - les employés en charge de la clientèle hight net worth doivent être particulièrement bien formés s agissant de la problématique PEP (rap. p. 14, ch. 59) ; - dans le cadre de la problématique PEP, les recherches doivent porter tant sur l origine de la fortune globale du client (y compris celle qui n est pas confiée à la banque) que sur l origine des fonds (montants confiés ou transitant par la banque) ; il convient de bien distinguer ces deux aspects (rap. p.20, ch. 86) ; - détermination de «red flags» tendant à mettre en évidence des risques particuliers associés aux PEPS (rap. p.27ss) Déclaration publique du GAFI du 22 février 2013 sur les juridictions présentant des défaillances stratégiques en matière de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme Le GAFI réitère ses précédents avertissements s agissant de l Iran et de la République populaire démocratique de Corée et demande le maintien des contre-mesures prises contre ces pays et destinées à éviter le risque de contagion. L Ethiopie, l Indonésie, le Kenya, le Myanmar, le Nigeria, le Pakistan, Tomé et Principe, le Sri Lanka, la Syrie, la Tanzanie, la Turquie, le Vietnam, l Equateur et le Yemen font également l objet d informations UNION EUROPENNE Proposition de modification de la 3 ème directive antiblanchiment Le texte adopté le 5 février 2013 par la Commission prévoit notamment les modifications suivantes : - double extention du champ d application de la directive (réduction du seuil de Euros 15'000.- à Euros 7'500.- à partir duquel les négociants en biens de grande valeur entrent dans le champ d application ; inclusion dans ce même champ des prestataires de services de jeux d argent et de hasard) ; - adoption de l approche fondée sur les risques : «les entités soumises à obligations entrant dans le champ d application de la directive seront tenues d identifier, de comprendre et d atténuer leurs risques, ainsi que de documenter et de tenir à jour les évaluations des risques auxquelles elles procèdent» ; - obligations simplifiées et renforcées de vigilance à l égard de la clientèle : les exemptions automatiques de toute vigilance à l égard de certaines catégories de clientèle ne seront plus tolérées que dans la mesure où une appréciation justifiée sur la base d une mesure du risque peut être formulée ; d autre part, comme préconisé par le GAFI, les PEPs incluent désormais les nationaux et non plus seulement les clients étrangers ; - informations sur le bénéficiaire effectif : de nouvelles mesures sont prises pour accroître la clareté et l accessibilité des informations relatives au bénéficiaire effectif. S agissant des personnes morales, les établissements assujettis doivent prendre «des mesures raisonnables pour comprendre la structure de propriété et de contrôle du client» (art. 11 ch. 1b du projet de directive). Selon l art. 3 ch. 5 du projet, la détention de 25 % des actions d une société est une preuve du contrôle ou d un droit de propriété sur la société concernée Proposition de modification du règlement sur les informations accompagnant les virements de fonds

11 La Commission propose de réviser le règlement 1781/2006 relatif aux indications concernant le donneur d ordre dans les transferts de fonds. La modification envisagée a notamment pour but de prendre en considération le contenu de la nouvelle recommandation no 16 du GAFI («virements électroniques»). Le projet porte notamment sur les points suivants : - le champ d application du règlement est étendu aux cartes de crédit/débit, aux téléphones portables et à tout autre appareil pouvant être utilisé pour des virements entre particuliers ; - un régime simplifié est admis pour les virements hors UE de moins de Euros 1'000 ; - obligation pour le prestataire de service de paiement du bénéficiaire de vérifier l identité de ce dernier (si cela n a pas été fait au préalable) pour les paiements supérieurs à Euros 1'000.- de provenance extérieure à l UE. 3. Divers 4. Bibliographie Ursula Cassani : L infraction fiscale comme crime sous-jacent au blanchiment d argent : considérations de lege ferenda in RSDA 1/13, p. 12ss. Sommaire : «Le propos de l auteur est notamment d explorer les pistes qui s offrent au législateur suisse, dès lors que celui-ci a entrepris de se conformer aux nouvelles exigences du GAFI concernant les infractions sousjacentes au blanchiment de capitaux, à savoir la prise en considération des infractions fiscales pénales. L auteur évoque en outre les effets prévisibles de cette évolution sur les devoirs de diligence de l intermédiaire financier (ch. 4)» Geert Delrue : Le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, éditions Maklus SA, Anvers, Angelo Colombini : Les délits fiscaux de la loi sur le blanchiment d argent in Der Treuhandexperte, Zürich, vol 18 (2011), no 6. L auteur porte un œil critique sur l extension aux délits fiscaux de la notion d infraction préalable au blanchiment d argent. Serge Husmann : La coopération internationale sur les marchés financiers entre secret bancaire et lutte contre la criminalité in Droit pénal économique, Schulthess, Christian Balma : Le GAFI en passe de criminaliser les délits fiscaux : les gérants de fortune enter le marteau et l enclume in L expert-comptable suisse, Zurich, vol.85 (2011) no 4, p Saverio Lembo / Anne Valérie Julen Berthod : Blanchiment et fausse constatation dans un acte authentique : examen critique de jurisprudence et responsabilité du banquier in AJP 2010 no 1, p.54ss. Sommaire : «les auteurs critiquent une récente décision de la Cour des plaintes du Tribunal pénal fédéral par laquelle celle-ci considère que les fonds ayant pour origine une vente opérée avec un dessous de table (253CP) proviennent d un crime au sens de l art.305bis CP et sont donc susceptibles d être blanchis. Ils soulignent aussi que l acceptation de tels fonds ne saurait fonder une obligation d annonce au sens de la LBA» Eric Fiechter / Maiko Günther : Sphère privée et diligence bancaire des droits bafoués : relation entre la loi sur le blanchiment d argent et la loi sur la protection des données in RSJ 2010 no 14, p. 338ss

12 Sommaire : «les auteurs mettent en relation les exigences figurant dans la loi sur la protection des données et les nombreuses informations recueillies par les intermédiaires financiers dans le cadre des impératifs liés à la lutte antiblanchiment. A leur sens, de nombreuses situations existent dans lesquelles les intermédiaires financiers peuvent être amenés à violer les dispositions de la LPD, notamment en ne retirant pas des dossiers les informations superflues. Mise sur pied d un organe responsable de la protection de données, audit régulier des dossiers clients, autant de mesures proposées pour remédier au problème ainsi détecté».

Loi fédérale sur la mise en œuvre des recommandations du Groupe d action financière, révisées en 2012

Loi fédérale sur la mise en œuvre des recommandations du Groupe d action financière, révisées en 2012 Délai référendaire: 2 avril 2015 Loi fédérale sur la mise en œuvre des recommandations du du 12 décembre 2014 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 13 décembre

Plus en détail

Mise en Oeuvre des nouvelles Recommandations du GAFI en Suisse

Mise en Oeuvre des nouvelles Recommandations du GAFI en Suisse Nous maîtrisons les terrains les plus divers mai 2015 Mise en Oeuvre des nouvelles Recommandations du GAFI en Suisse Le délit fiscal qualifié : nouvelle infraction préalable / Conséquences pour les intermédiaires

Plus en détail

Septembre 2001. Comment la Suisse lutte contre le blanchiment d argent

Septembre 2001. Comment la Suisse lutte contre le blanchiment d argent Septembre 2001 Comment la Suisse lutte contre le blanchiment d argent Table des matières Page Question Question Question Question Question 1 1 2 2 4 3 5 4 6 5 7 Des capitaux d origine criminelle? Non,

Plus en détail

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction (dans la version du 24 décembre 2012) La commission de l'organisme d'autorégulation de l'association Suisse des Sociétés de Leasing (OAR /

Plus en détail

(Ordonnance de la FINMA sur le blanchiment d argent, OBA-FINMA) Dispositions générales Objet et définitions

(Ordonnance de la FINMA sur le blanchiment d argent, OBA-FINMA) Dispositions générales Objet et définitions Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur la prévention du blanchiment d argent et du financement du terrorisme (Ordonnance de la FINMA sur le blanchiment d argent, OBA-FINMA)

Plus en détail

955.022 Ordonnance de la Commission fédérale des banques en matière de lutte contre le blanchiment d argent

955.022 Ordonnance de la Commission fédérale des banques en matière de lutte contre le blanchiment d argent Ordonnance de la Commission fédérale des banques en matière de lutte contre le blanchiment d argent (Ordonnance de la CFB sur le blanchiment d argent, OBA-CFB) du 18 décembre 2002 (Etat le 1 er avril 2003)

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle Alger, le 08 février 2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs Généraux ; - Présidents des Directoires ; - Directeur Général

Plus en détail

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme SEPTEMBRE 2015 HORS-SÉRIE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Ce

Plus en détail

La stratégie de l argent propre un défi pour les banques

La stratégie de l argent propre un défi pour les banques Swissbanking Séminaire des journalistes des 3 et 4 juin 2013 à Berne Module 3: 2013 Une année particulièrement chargée en matière de réglementation (4 juin 2013) La stratégie de l argent propre un défi

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)7 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Secret bancaire Lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme au Luxembourg. Catherine BOURIN - ABBL

Secret bancaire Lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme au Luxembourg. Catherine BOURIN - ABBL Conférence «Traduction financière» Secret bancaire Lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme au Luxembourg Catherine BOURIN - ABBL 8 juillet 2010 Qu est-ce que le blanchiment

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

DIRECTIVE 2 RELATIVE A LA VERIFICATION DE L IDENTITE DU COCONTRACTANT

DIRECTIVE 2 RELATIVE A LA VERIFICATION DE L IDENTITE DU COCONTRACTANT 1 DIRECTIVE 2 RELATIVE A LA VERIFICATION DE L IDENTITE DU COCONTRACTANT Principe 1 L intermédiaire financier vérifie l identité du cocontractant de chacune de ses relations d affaires assujetties à la

Plus en détail

3 novembre 2010. 1 Les dernières recommandations du GAFI datent de 2003 et sont au nombre de 40. Elles fixent les grands axes du dispositif de

3 novembre 2010. 1 Les dernières recommandations du GAFI datent de 2003 et sont au nombre de 40. Elles fixent les grands axes du dispositif de 3 novembre 2010 Lignes directrices de la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes et de Tracfin relatives à la mise en œuvre, par les professionnels visés

Plus en détail

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger.

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Olivier HOEBANX Associé BMH Avocats Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Introduction Depuis quelques années, de nombreux pays se sont engagés dans des démarches

Plus en détail

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLtypoPEP version4 Janvier 2012

Plus en détail

Banques ou négoces virtuels en valeurs mobilières

Banques ou négoces virtuels en valeurs mobilières Michael Kunz Banques ou négoces virtuels en valeurs mobilières Création et exploitation du point de vue de la CFB [1] En Suisse, des dispositions légales spécifiques font jusqu à présent défaut pour réglementer

Plus en détail

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde)

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) Présentation générale HSBC Global Private Banking (GPB) et en particulier sa banque privée suisse, HSBC Private Bank Suisse, ont subi une transformation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières

Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières Foire aux questions (FAQ) Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières (Dernière modification : 31 mars 2015) La FINMA surveille plus de 100 groupes de banques et de négociants

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Les Recommandations du GAFI

Les Recommandations du GAFI NORMES INTERNATIONALES SUR LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME ET DE LA PROLIFÉRATION Les Recommandations du GAFI février 2012 GROUPE D ACTION FINANCIÈRE Le Groupe

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

Suisse. Rapport d évaluation mutuelle Rapport de suivi. Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Suisse. Rapport d évaluation mutuelle Rapport de suivi. Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. GROUPE D ACTION FINANCIÈRE Rapport d évaluation mutuelle Rapport de suivi Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Suisse 27 octobre 2009 Suivant l adoption de son troisième

Plus en détail

XAgon. N 32 Agon BULLETIN TRIMESTRIEL. 8ème année 2001 Juillet Août Septembre

XAgon. N 32 Agon BULLETIN TRIMESTRIEL. 8ème année 2001 Juillet Août Septembre N 32 X 8ème année 2001 Juillet Août Septembre Bureau de dépôt LIEGE BULLETIN TRIMESTRIEL Associations des juristes européens pour la protection des intérêts financiers des Communautés européennes Associations

Plus en détail

BLANCHIMENT d argent: Art. 305bis-305ter CPS et LBA

BLANCHIMENT d argent: Art. 305bis-305ter CPS et LBA BLANCHIMENT d argent: Art. 305bis-305ter CPS et LBA Notes de cours du Prof. Nicolas QUELOZ (Avril 2011) 1. Introduction Le blanchiment d argent constitue le symbole par excellence à la fois du phénomène

Plus en détail

Sentence Tribunal Arbitral cause nr. 0001/2006. dans la cause opposant. IF (Adresse) contre

Sentence Tribunal Arbitral cause nr. 0001/2006. dans la cause opposant. IF (Adresse) contre Sentence Tribunal Arbitral cause nr. 0001/2006 dans la cause opposant IF (Adresse) contre La décision rendue par l OAR FSA/FSN en date 28 janvier 2005 I. RÉSUMÉ Art. 4 arèglement, des articles de presse

Plus en détail

Rapport sur l évaluation nationale des risques de blanchiment d argent et de financement du terrorisme en Suisse

Rapport sur l évaluation nationale des risques de blanchiment d argent et de financement du terrorisme en Suisse Rapport sur l évaluation nationale des risques de blanchiment d argent et de financement du terrorisme en Suisse Rapport du Groupe interdépartemental de coordination sur la lutte contre le blanchiment

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-04 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange La Commission des sanctions a constaté que le participant

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT

CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT CIR. # 99 CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT En conformité aux articles 2.2.2 à 2.2.6 de la loi du 21 février 2001, relative au blanchiment des avoirs provenant

Plus en détail

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs (Loi sur la surveillance de la révision, LSR) 221.302 du 16 décembre 2005 (Etat le 1 er janvier 2013) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

954.1. Loi fédérale sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières. (Loi sur les bourses, LBVM) Dispositions générales

954.1. Loi fédérale sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières. (Loi sur les bourses, LBVM) Dispositions générales Loi fédérale sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières (Loi sur les bourses, LBVM) 954.1 du 24 mars 1995 (Etat le 1 er janvier 2015) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les

Plus en détail

Convention relative à l obligation de diligence des banques (CDB 08)

Convention relative à l obligation de diligence des banques (CDB 08) 2008 Convention relative à l obligation de diligence des banques (CDB 08) Convention relative à l obligation de diligence des banques (CDB 08) entre l Association suisse des banquiers (ASB) d une part

Plus en détail

La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés

La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés Chapitre Les professionnels de la gestion de patrimoine Renaud Salomon La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés en près de 500 établissements, tenus aux trois quarts

Plus en détail

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La volonté affichée au printemps 2013 par le Président de la République d intensifier la

Plus en détail

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes

Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes Principes anti-blanchiment de Wolfsberg pour les banques correspondantes 1 Préambule Le groupe de Wolfsberg d établissements financiers internationaux 1 s est accordé sur ces Principes qui constituent

Plus en détail

Chapeau 131 III 652. Regeste

Chapeau 131 III 652. Regeste Chapeau 131 III 652 85. Extrait de l'arrêt de la Chambre des poursuites et des faillites dans la cause Confédération Suisse contre X. (recours LP) 7B.20/2005 du 14 septembre 2005 Regeste Blocage d'avoirs

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 01/2014

Directives de la CHS PP D 01/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 01/2014 français Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle Edition

Plus en détail

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres 008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Table des matières Préambule... 3 A Directives générales... 4 Art. Base légale... 4 Art. Objet...

Plus en détail

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs (Loi sur la surveillance de la révision, LSR) 221.302 du 16 décembre 2005 (Etat le 1 er septembre 2007) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986

Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986 Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986 (État le 10 décembre 2002) 241 TABLE DES MATIÈRES Articles Chapitre premier : But... 1 er Chapitre 2 : Section 1 : Section 2 : Section

Plus en détail

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss.

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss. Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Quels sont les six types de banques les plus importants? les grandes banques les banques cantonales les banques régionales/caisses

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE)

Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE) Janvier 2010 Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE) Document de nature explicative (Version actualisée avec mise à jour des dispositions législatives et réglementaires

Plus en détail

CIRCULAIRE CSSF 08/387

CIRCULAIRE CSSF 08/387 COMMISSION de SURVEILLANCE du SECTEUR FINANCIER Luxembourg, le 19 décembre 2008 A tous les professionnels du secteur financier soumis à la surveillance de la CSSF et qui sont visés par la loi modifiée

Plus en détail

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie PolyReg Association Générale d Autorégulation Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie < 1 But du Règlement A. Dispositions générales 1 Le présent règlement fixe les dispositions

Plus en détail

Problématiques cross-border : comment démarcher un client fiscalisé et comment communiquer avec lui?

Problématiques cross-border : comment démarcher un client fiscalisé et comment communiquer avec lui? 13 décembre 2012 Problématiques cross-border : comment démarcher un client fiscalisé et comment communiquer avec lui? Conférence Academy & Finance du 13 décembre 2012 Alexandre de Senarclens ads@oher.ch

Plus en détail

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse GUIDE PRATIQUE pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse Edition du 11 juin 2014 But Le présent guide pratique est un simple instrument

Plus en détail

Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS

Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS Agenda 1. Les gérants indépendants sous pression 2. Surveillance actuelle 3. Directive AIFM

Plus en détail

LA LUTTE ANTI BLANCHIMENT ET CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LA LUTTE ANTI BLANCHIMENT ET CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME LA LUTTE ANTI BLANCHIMENT ET CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME 14 avril 2015 14/04/2015 Sommaire 1. Qu est-ce que la lutte anti-blanchiment? 2. Les obligations règlementaires 3. Sanctions et Conclusion

Plus en détail

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage?

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? Car c est une impression d orage à venir que laisse la première

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

Evaluation du dispositif LBC/FT Manuel à l intention des pays et des évaluateurs

Evaluation du dispositif LBC/FT Manuel à l intention des pays et des évaluateurs Financial Action Task Force Groupe d action financière GAFI Document de référence Evaluation du dispositif LBC/FT Manuel à l intention des pays et des évaluateurs Février 2009 LE GROUPE D ACTION FINANCIERE

Plus en détail

Les quarante Recommandations du GAFI

Les quarante Recommandations du GAFI Financial Action Task Force Groupe d action financière Normes du GAFI Les quarante Recommandations du GAFI Octobre 2003 (incluant toutes les modifications jusqu'au mois d'octobre 2004) Le GAFI a révisé

Plus en détail

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1175e Avril 2007 INDICATEURS D OPÉRATIONS

Plus en détail

La surveillance Sid Noma Murielle Minougou

La surveillance Sid Noma Murielle Minougou La surveillance Sid Noma Murielle Minougou La lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, objectif phare de la 3 ème Directive de 2005 transposée en 2009, prévoit un certain nombre d obligations

Plus en détail

T.V.A. et Responsabilité de l'organe de révision

T.V.A. et Responsabilité de l'organe de révision T.V.A. et Responsabilité de l'organe de révision par Georg NANEIX Conseiller fiscal gnaneix@fiscal-legal.net Chaque nouveau texte légal contient un grand nombre d incertitude, de possibilités et de risques

Plus en détail

Fonds monétaire international 2010 Octobre 2010 Rapport du FMI n 10/321

Fonds monétaire international 2010 Octobre 2010 Rapport du FMI n 10/321 Fonds monétaire international 2010 Octobre 2010 Rapport du FMI n 10/321 Union des Comores: Rapport sur l observation des normes et codes Recommandations du GAFI sur la lutte contre le blanchiment de capitaux

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Obligation de déclarer les transactions boursières (Obligation de déclarer) du xxx 2004

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Obligation de déclarer les transactions boursières (Obligation de déclarer) du xxx 2004 Circ.-CFB 0X/.. Obligation de déclarer Projet Décembre 2003 Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques: Obligation de déclarer les transactions boursières (Obligation de déclarer) du xxx 2004

Plus en détail

LES DEFIS DE LA PLACE FINANCIERE SUISSE

LES DEFIS DE LA PLACE FINANCIERE SUISSE LES DEFIS DE LA PLACE FINANCIERE SUISSE EDOUARD CUENDET SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU GROUPEMENT DES BANQUIERS PRIVÉS GENEVOIS 1 Thèmes traités 1. Place financière suisse 2. Place financière genevoise 3. Loi fédérale

Plus en détail

RÈGLEMENT CONCERNANT L'ADMISSION AU NÉGOCE DE FONDS DE PLACEMENT SUR LE SIX SWISS EXCHANGE - SPONSORED SEGMENT FONDS DE PLACEMENT

RÈGLEMENT CONCERNANT L'ADMISSION AU NÉGOCE DE FONDS DE PLACEMENT SUR LE SIX SWISS EXCHANGE - SPONSORED SEGMENT FONDS DE PLACEMENT Règlement Sponsored Segment Fonds de Placement RÈGLEMENT CONCERNANT L'ADMISSION AU NÉGOCE DE FONDS DE PLACEMENT SUR LE SIX SWISS EXCHANGE - SPONSORED SEGMENT FONDS DE PLACEMENT Admission des valeurs mobilières

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2013-15

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2013-15 Tunis, le 7 novembre 2013 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2013-15 Objet : Mise en place des règles de contrôle interne pour la gestion du risque de blanchiment d argent et de financement du terrorisme.

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2765 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 183 19 novembre 2004 S o m m a i r e LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

AUX COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT AUX FÉDÉRATIONS DE COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT

AUX COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT AUX FÉDÉRATIONS DE COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT AUX COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT ET AUX FÉDÉRATIONS DE COOPÉRATIVES D ÉPARGNE ET DE CRÉDIT Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties

Plus en détail

Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses

Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Version 2012 Convention des banques et négociants en valeurs mobilières

Plus en détail

NOTICES D INFORMATIONS 2009

NOTICES D INFORMATIONS 2009 NOTICES D INFORMATIONS 2009 1. NOUVEAUTES FISCALES Double impositions des sociétés allégées Les dividendes issus de participations d au moins 10% ne sont imposés auprès de l actionnaire qu à raison de

Plus en détail

Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières

Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières (Ordonnance de la FINMA sur les bourses, OBVM-FINMA) 954.193 du 25 octobre

Plus en détail

Madame, DOCUMENT DE DÉCEMBRE. Proposition 2.8 : Clarification des obligations en matière de déclaration des comptables

Madame, DOCUMENT DE DÉCEMBRE. Proposition 2.8 : Clarification des obligations en matière de déclaration des comptables The Canadian Institute of Chartered Accountants L Institut Canadien des Comptables Agréés 277 Wellington Street West 277, rue Wellington Ouest Toronto, ON Canada M5V 3H2 Toronto (ON) Canada M5V 3H2 Tel:

Plus en détail

Composition Président: Roland Henninger Hubert Bugnon, Jérôme Delabays

Composition Président: Roland Henninger Hubert Bugnon, Jérôme Delabays Kantonsgericht KG Rue des Augustins 3, case postale 1654, 1701 Fribourg T +41 26 304 15 00, F +41 26 304 15 01 www.fr.ch/tc 502 2014 233 Arrêt du 23 décembre 2014 Chambre pénale Composition Président:

Plus en détail

Introduction. 1 Le GAFI est un organisme intergouvernemental qui établit des normes, développe et assure la promotion de

Introduction. 1 Le GAFI est un organisme intergouvernemental qui établit des normes, développe et assure la promotion de *URXSHG DFWLRQILQDQFLqUH VXUOHEODQFKLPHQWGHFDSLWDX[ )LQDQFLDO$FWLRQ7DVN)RUFH RQ0RQH\/DXQGHULQJ /(648$5$17( 5(&200$1'$7,216 MXLQ 7RXVGURLWVUpVHUYpV /HVGHPDQGHVG DXWRULVDWLRQSRXUODUHSURGXFWLRQGHWRXWRXSDUWLHGHFHWWHSXEOLFDWLRQGRLYHQW

Plus en détail

Arrêt du 23 mars 2015 Cour des plaintes

Arrêt du 23 mars 2015 Cour des plaintes B u n d e s s t r a f g e r i c h t T r i b u n a l p é n a l f é d é r a l T r i b u n a l e p e n a l e f e d e r a l e T r i b u n a l p e n a l f e d e r a l Numéro de dossier: RR.2014.261 Arrêt du

Plus en détail

Lutte contre le blanchiment d argent Guide de conformité

Lutte contre le blanchiment d argent Guide de conformité Lutte contre le blanchiment d argent Guide de conformité octobre, 2010 Table des matières 1. Introduction...1 1.1 Objet et portée...1 1.2 Membres du marché...2 2. Renseignements généraux Le blanchiment

Plus en détail

Arrêt du 14 juillet 2010 IIe Cour des plaintes

Arrêt du 14 juillet 2010 IIe Cour des plaintes Bundesstrafgericht Tribunal pénal fédéral Tribunale penale federale Tribunal penal federal Numéro de dossier: RR.2009.102-103 Arrêt du 14 juillet 2010 IIe Cour des plaintes Composition Les juges pénaux

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 164/2 du 28 janvier 2011 L.I.R. n 164/2 Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe 1. Définitions Par

Plus en détail

Lignes directrices conjointes de la Commission bancaire et de Tracfin sur la déclaration de soupçon

Lignes directrices conjointes de la Commission bancaire et de Tracfin sur la déclaration de soupçon COMMISSION BANCAIRE Décembre 2009 Lignes directrices conjointes de la Commission bancaire et de Tracfin sur la déclaration de soupçon Les présentes lignes directrices, élaborées conjointement par la Commission

Plus en détail

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs aux virements de fonds

Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs aux virements de fonds Octobre 2010 Principes d application sectoriels de l Autorité de contrôle prudentiel relatifs aux virements de fonds Les principes d application sectoriels, élaborés par l Autorité de contrôle prudentiel

Plus en détail

Modification de l ordonnance de la CFB sur le blanchiment d argent, Rapport de la Commission fédérale des banques

Modification de l ordonnance de la CFB sur le blanchiment d argent, Rapport de la Commission fédérale des banques Partie H: Rapports de la Commission fédérale des banques sur les résultats de l audition concernant la modification de l ordonnance de la CFB sur le blanchiment d argent I Modification de l ordonnance

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

Loi fédérale sur les jeux de hasard et les maisons de jeu

Loi fédérale sur les jeux de hasard et les maisons de jeu Loi fédérale sur les jeux de hasard et les maisons de jeu (Loi sur les maisons de jeu, LMJ) 935.52 du 18 décembre 1998 (Etat le 27 décembre 2006) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art.

Plus en détail

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune 2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir et de

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

DDN/RSSI. Engagement éthique et déontologique de l'administrateur systèmes, réseaux et de système d'informations

DDN/RSSI. Engagement éthique et déontologique de l'administrateur systèmes, réseaux et de système d'informations DDN/RSSI Engagement éthique et déontologique de l'administrateur systèmes, réseaux et de système d'informations Page 1 10/03/2015 SOMMAIRE. Article I. Définitions...3 Section I.1 Administrateur...3 Section

Plus en détail

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1175f Janvier 2012 INDICATEURS

Plus en détail

NOTE D INFORMATION RELATIVE A LA DÉTECTION DES OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT PAR LE PERSONNEL DES BANQUES

NOTE D INFORMATION RELATIVE A LA DÉTECTION DES OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT PAR LE PERSONNEL DES BANQUES CEL VOOR FINANCIELE INFORMATIEVERWERKING Gulden Vlieslaan 55 bus 1-1060 BRUSSEL Tel.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NOTE D INFORMATION RELATIVE A LA DÉTECTION DES OPÉRATIONS DE

Plus en détail

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 Nouvelles contraintes, limites, mais avec quel avantage? Vincent Tattini Plan A. Les nouveautés de MIFID 2 B. Loi sur les services financiers

Plus en détail

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l interpellation Amélie Cherbuin Comment soutenir nos ressortissants américains?

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l interpellation Amélie Cherbuin Comment soutenir nos ressortissants américains? AOÛT 2014 13_INT_190 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l interpellation Amélie Cherbuin Comment soutenir nos ressortissants américains? Rappel de l'interpellation Suite aux accords Foreign Account Tax Compliance

Plus en détail

MANDAT DE GESTION DE FORTUNE

MANDAT DE GESTION DE FORTUNE MANDAT DE GESTION DE FORTUNE Parties au contrat de mandat Le/les soussigné(s) (ci-après le "Client"): Monsieur Citoyen Domicilié Email de télécopie de téléphone (ci-après l «Agent») ou SA / Sàrl Société

Plus en détail

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées NOTE SUR LES SUBVENTIONS - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées - Les produits de la tarification ne sont pas des subventions A. Récapitulatif des obligations des associations

Plus en détail

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE! Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 Les «accords Rubik» sont une série d accords conclus entre la Suisse et différents

Plus en détail

«LA PROTECTION DU SECRET DES SOURCES DES JOURNALISTES» U.I.A. - CONGRÈS DE FLORENCE (COMMISSION DU DROIT DE LA PRESSE)

«LA PROTECTION DU SECRET DES SOURCES DES JOURNALISTES» U.I.A. - CONGRÈS DE FLORENCE (COMMISSION DU DROIT DE LA PRESSE) «LA PROTECTION DU SECRET DES SOURCES DES JOURNALISTES» U.I.A. - CONGRÈS DE FLORENCE (COMMISSION DU DROIT DE LA PRESSE) SOMMAIRE Introduction PREMIERE PARTIE: LES RÈGLES RÉGISSANT LA PROTECTION DES SOURCES

Plus en détail

Les voies qui conduisent au Tribunal fédéral Aperçu de l organisation judiciaire en Suisse

Les voies qui conduisent au Tribunal fédéral Aperçu de l organisation judiciaire en Suisse Les voies qui conduisent au Tribunal fédéral Aperçu de l organisation judiciaire en Suisse Contenu Contenu Contenu Introduction I. Tribunaux et juges A Sur le plan cantonal 1 Tribunaux civils a L autorité

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle Édition janvier 2015 2 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES informatiques d Inria CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES Table des matières 1. Préambule...3 2. Définitions...3 3. Domaine d application...4 4. Autorisation d accès aux ressources informatiques...5

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail