Paradis fiscaux, capitalisme mondial et responsabilité sociale des entreprises

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Paradis fiscaux, capitalisme mondial et responsabilité sociale des entreprises"

Transcription

1 Paradis fiscaux, capitalisme mondial et responsabilité sociale des entreprises Christian PRAT dit HAURET Professeur des Universités Université Montesquieu Bordeaux IV Résumé de la communication L'objet de l'article est d'analyser le rôle des paradis fiscaux au sein du capitalisme mondial et d'étudier la place des paradis fiscaux au sein de la gouvernance mondiale à travers le prisme du concept de responsabilité sociale de l'entreprise. Les paradis fiscaux sont des accélérateurs de capitaux au service du développement du capitalisme mondial et l'absence d'harmonisation fiscale européenne et internationale est révélatrice d'une gouvernance mondiale illusoire. Le rôle joué par les paradis fiscaux questionne la gouvernance des multinationales. La double question des la responsabilité sociale des entreprises et de ses acteurs est posée. Mots clés : responsabilité sociale paradis fiscaux gouvernance capitalisme.

2 L actualité récente a mis en lumière l évasion fiscale organisée par des contribuables allemands qui ont transféré des fonds dans des pays à fiscalité privilégiée pour éviter de payer l impôt sur les revenus dans leur pays de domiciliation. Les paradis fiscaux sont au coeur du capitalisme mondial et joue un rôle important au sein de l économie mondiale car ils constituent un espace géographique où le taux d imposition est faible et les contrôles fiscaux inexistants. Si les paradis fiscaux peuvent être utilisés par des particuliers soucieux d optimiser leur situation fiscale personnelle, ils jouent également un rôle important au sein du système capitaliste mondial, terrain de jeu planétaire des firmes multinationales. L accroissement des échanges internationaux, le développement des moyens de communication et de transport offrent en effet de nombreuses possibilités d optimisation fiscale pour les sociétés multinationales. Selon le Rapport moral sur l argent sale dans le monde, rédigé en 2001, les paradis fiscaux hébergeraient plus de la moitié des capitaux détenus hors frontières, soit plus de 5 milliards de dollars. De plus, plus de banques offshore et plus de 2,4 millions de sociétés écrans y sont installées. L objet de l article est d analyser le rôle des paradis fiscaux au sein du capitalisme mondial et d étudier la place des paradis fiscaux au sein de la gouvernance mondiale à travers le prisme du concept de responsabilité sociale de l entreprise. I. Paradis fiscaux, capitalisme mondial et gouvernance des Etats : 1. Les paradis fiscaux : des accélérateurs de particules au service du développement du capitalisme mondial 1.1. Définition et caractéristiques des paradis fiscaux : Selon l OCDE, un paradis fiscal est une juridiction imposant peu ou pas d impôt sur les revenus des capitaux et qui présente l une des caractéristiques suivantes : un manque de transparence, un refus de fournir des informations aux autorités étrangères et la possibilité d établir des entreprises fictives. Pour le Groupe d Action Financière (GAFI), qui est l institution en charge de la lutte internationale contre le blanchiment d argent mafieux, les paradis fiscaux sont des «pays ou territoires non coopératifs dont la caractéristique première est la faiblesse de la réglementation en matière financière, l absence de coopération administrative internationale et de prévention, de détection et de répression du blanchiment de capitaux. Un paradis fiscal est un territoire à fiscalité très basse, par rapport aux autres pays. Les anglais utilisent le terme de «zero haven». Selon le Code Général des impôts, l article 238 A définit les paradis fiscaux comme des «pays à fiscalité privilégiée» en d autres termes, comme des pays où l imposition est plus faible que dans d autres pays où l imposition est considérée comme normale. Le terme de paradis fiscal est souvent employé dans le montage d une société offshore. Les spécialistes lui préfèrent donc celui de pays à la fiscalité très faible ou très avantageuse. Chavagneux et Palan (2007) citent le Forum de stabilité financière pour qui les centres financiers offshore sont des «juridictions attirant un niveau élevé d activité de la part de nonrésidents» et qui proposent une faible imposition, un régime peu contraignant d enregistrement des entreprises, un niveau de confidentialité des transactions excessif et

3 l impossibilité pour les résidents d avoir recours aux mêmes «avantages». Ils soulignent que pour l économiste Richard Johns, les paradis fiscaux sont des pays engageant des politiques délibérées visant à attirer des activités internationales par la minimisation des impôts et la réduction de toute autre forme de restriction sur les opérations des entreprises. Richard Johns souligne que les paradis fiscaux ont deux propriétés essentielles. La première est que leur développement n est pas spontané mais résulte de stratégies étatiques. Tous les paradis fiscaux offrent la même caractéristique : l utilisation de leur souveraineté pour façonner les lois (ou une absence de loi) répondant aux intérêts de leurs clients. La deuxième propriété repose sur la distinction entre les politiques traditionnelles d attractivité du territoire et ce que proposent les paradis fiscaux. Ces derniers créent leurs avantages comparatifs par un allègement de contraintes réglementaires de toutes sortes afin d attirer des activités étrangères qui, sinon, n auraient marqué aucun intérêt pour ces territoires. Le Fonds de Stabilité Financière ajoute une troisième propriété aux paradis fiscaux, à savoir que ces centres financiers ne cherchent pas à ce que les entreprises qu elles veulent attirer viennent s installer ou se délocaliser sur leur territoire. Des îles comme Guernesey, découragent toute forme d implantation réelle. Les paradis fiscaux s inscrivent dans la mondialisation en offrant une résidence juridique et fictive à leurs clients. Chavagneux et Palan (2007) propose dix critères qui caractérisent 80 territoires considérés comme des paradis fiscaux actifs. Les dix critères sont les suivants : - une taxation faible pour les non-résidents ; - un secret bancaire renforcé ; - un secret professionnel étendu ; - une procédure d enregistrement relâchée ; - une liberté totale des mouvements de capitaux internationaux ; - une rapidité d exécution ; - le support d un grand centre financier ; - une stabilité économique et politique ; - une bonne image de marque ; - un régime d accords bilatéraux. Selon le rapport Gordon de l administration fiscale américaine et les travaux de l OCDE, les paradis fiscaux présentent un certain nombre de caractéristiques telles que : - l absence ou le faible niveau d imposition pour des dépenses publiques réduites ; - la stabilité économique et politique ; - la liberté des changes accompagnée d une monnaie unique ; - un secret commercial et un secret bancaire stricts et rigoureux ; - un secteur financier très développé par rapport à la taille du pays ou la dimension de son économie ; - des infrastructures de communication et de transport ; - l impunité judiciaire relativement aux lois nationales Paradis fiscaux et développement du capitalisme mondial : Jessua (2006) définit le capitalisme «comme un système socio-économique dominant avec pour figure dominante celle du capitaliste. Ce dernier est entendu soit comme un possesseur de capitaux qui s efforçe de les faire fructifier en les plaçant, soit comme un entrepreneur qui décide de les mettre lui-même en valeur dans son entreprise. Cette définition implique une

4 distinction nette entre les possesseurs de capitaux (les capitalistes) et les salariés qui ne possèdent que leurs bras. François Quesnay décrivait déjà les fermiers comme des possesseurs de capitaux importants. Après lui, des auteurs comme Adam Smith ont entrepris de dévoiler les ressorts de l enrichissement des nations, autrement dit de la croissance économique, et ont insisté sur le rôle joué par le capital existant et par son accumulation». Il cite Schumpeter pour qui le capitalisme se définit par l appropriation privée des moyens de production, par la coordination des décisions à travers les échanges, en d autres termes par le marché ; enfin par l accumulation des capitaux grâce à des institutions financières, autrement dit par la création de crédit. Les paradis fiscaux ne sont pas nouveaux. En effet, 2000 ans avant Jésus-Christ, les premiers commerçants grecs envoyaient des émissaires dans certains ports afin que vendeurs et acheteurs, lors d une transaction, puissent se retrouver à un point convenu pour transborder la marchandise et échapper ainsi aux taxes portuaires déjà existantes. Mais c est surtout durant les années 30 et surtout pendant des Trente Glorieuses que les paradis fiscaux se sont fortement développés. Selon les membres d Attac Suisse (2002), il existerait actuellement plus de sept cent paradis fiscaux dans le monde et leur localisation ne serait pas le fruit du hasard. Les paradis fiscaux sont concentrés dans trois grandes zones géographiques : les Caraïbes, l Europe de l Ouest et l Asie du Sud. Ils sont étroitement adossés et dépendants des grandes puissances industrielles et bancaires qui dominent le monde : les Etats-Unis, l Europe de l Ouest et le Japon. Les plus connus parmi ces havres financiers sont les Bahamas, les îles Caïmans, Hong Kong, Singapour et pour l Europe, les îles anglo-normandes, le Luxembourg et la Suisse. Pour les membres d Attac, les paradis fiscaux servent de refuge aux capitaux de sociétés ou à de riches particuliers qui cherchent à échapper à leur fisc national, donc à frauder. Pour d autres membres d Attac (Attac France, 2003), en trente ans, les paradis fiscaux seraient devenus, avec la passivité ou la complicité de la plupart des grands états, le cœur du système financier planétaire sous l impulsion de l idéologie ultra-libérale, volant et appauvrissant tous les Etats, fragilisant les économies, bloquant les politiques de progrès social, reportant l effort collectif sur les revenus du travail et développant les inégalités au sein des pays du Nord et du Sud. Par ailleurs, les paradis fiscaux ne sont pas seulement l expression d un dérèglement passager du système capitaliste et ne constituent pas un phénomène extérieur, une sorte de tumeur greffée sur le capitalisme, qu il suffirait d opérer chirurgicalement pour l éliminer (Guex, 2002). Ils seraient consubstantiels au système capitaliste et en représenteraient un maillon très important car les paradis fiscaux constituent la face la plus visible et la plus spectaculaire d un phénomène plus profond : la concurrence fiscale à laquelle se livrent les Etats économiquement développés. Selon cet auteur, «cette concurrence s est développée à la fin du XIXième siècle en raison de deux facteurs : premièrement, la course aux armements des grandes puissances impérialistes, qui a débouché sur la première guerre mondiale, a entraîné une hausse des dépenses publiques qu il a fallu financer par une réforme des vieux systèmes fiscaux. Deuxièmement, la rapide montée en puissance du mouvement ouvrier européen (en 1912 déjà, le Parti social-démocrate devient le parti électoralement le plus fort d Allemagne, avec plus de 30% des voix), a eu pour conséquence que cette situation a entraîné l introduction ou l extension d une série d impôts qui touchaient directement ou indirectement les détenteurs de capitaux : l impôt progressif sur le revenu et la fortune, l impôt sur les bénéfices, l impôt sur l héritage et dès cette époque, les classes dirigeantes des

5 pays industrialisés ont cherché à éviter et à frauder les impôts en utilisant, ou même en créant, certains Etats dans lesquels le fisc resterait beaucoup plus clément». De façon plus globale, l existence des paradis fiscaux met en cause les fondements du capitalisme mondial sur une de ses composantes fondamentales : la transparence. Ils contribueraient de façon significative à l évasion fiscale, au blanchiment des capitaux, au développement de la corruption et à la fluidité du capitalisme mondial. 2. L absence d harmonisation fiscale internationale et européenne, révélatrice d une gouvernance mondiale illusoire : 2.1. Une harmonisation fiscale au point mort : Sur le plan européen, l absence d harmonisation fiscale européenne est la règle et les paradis fiscaux foisonnent. Selon Lambert (1994), «il y a au sein de l Union Européenne ou dans les territoires qui y sont associés des enclaves, des zones à fiscalité privilégiée, alors même que la Commission de Bruxelles œuvre à l harmonisation des impositions nationales». Il souligne «qu en France, l administration fiscale retient les pays où il n existe pas d impôt sur le revenu, ceux dans lesquels les revenus de source étrangère ne sont pas imposés, les Etats et territoires étrangers où les impôts sont notoirement moins imposés qu en France. L Espagne considère comme paradis fiscaux des pays comme Andorre, Gibraltar, le Luxembourg pour les sociétés holding et San Marin». Il met également en évidence que certains territoires sont situés dans l union douanière sans pour autant appartenir à l Union Européenne, même s ils disposent de dispositions particulières dans leurs relations avec les Etats membres de la Communauté. C est le cas des îles Anglo-Normandes. Jersey permet aux investisseurs de créer des structures juridiques pour accueillir et faire fructifier des fonds privés ou en faisant appel à l épargne publique. L île n a que deux conventions fiscales. L une d une portée très limitée avec le Royaume-Uni, l autre avec la France concernant les profits réalisés au titre des transports maritimes et aériens. Jersey est ainsi un havre fiscal cherchant à attirer les nonrésidents par une législation particulièrement favorable où prospèrent les trusts. La question qui se pose de façon plus globale est celle de la légitimité de l impôt. L impôt est légitime car il contribue à l équilibre économique. Pour Ardant (1972), «le point de départ est simple : lorsque les particuliers s enrichissent, ils ne dépensent pas toute l augmentation de leurs revenus et pour ne pas réduire les débouchés et l emploi, cette limitation de la consommation devrait être compensée par d autres dépenses, des dépenses d investissement». La conclusion tirée par l école socialiste est que la gestion de l économie par les représentants de la collectivité est nécessaire non seulement à la justice sociale, mais aussi au plein emploi des ressources productives» Une gouvernance mondiale de façade : Malgré l existence d institutions internationales, la gouvernance mondiale ne semble qu une illusion. Pour Berns (2006), «un monde constitue une totalité, or la gouvernance ne totalise pas ; elle joint ou connecte des éléments, mais sans que ceux-ci s intègrent dans une totalité et elle est le lieu où l opposition entre économie et politique se dilue». Il existerait ainsi une porosité entre la politique et l économie. Il met en évidence que «l économie approche foncièrement la société d une manière domestique mais ne peut pas se limiter à l enceinte de la maison, emménage tout autour d elle et privatise la vie publique».

6 Aujourd hui, certaines multinationales sont plus puissantes que de nombreux états. Elles sont à la fois plus puissantes et plus riches, le deuxième facteur augmentant l importance du premier. La puissance des paradis fiscaux symbolise l entrée dans l ère du capitalisme triomphant mais dissocié (Peyrevelade, 2006). Ce dernier note que le capitalisme moderne est organisé comme une «gigantesque société anonyme, une société de propriétaires également anonymes» et souligne que «le capital, internationalement mobile, commande à un facteur travail qui reste terriblement fragmenté et dont les intérêts sont défendus par des pouvoirs publics locaux, identitairement et culturellement structurés mais rendus impuissants par leur émiettement». La mondialisation est aujourd hui financière et n est nullement politique. La liberté de mouvement de capitaux est totale. Le capital est extrêmement mobile et les capitaux vont s investir là où les investisseurs comptent trouver la rentabilité la plus forte. Les paradis fiscaux représenteraient environ la moitié des activités internationales des banques et un tiers des flux d investissement à l étranger des firmes multinationales sont à destination des paradis fiscaux (Chavagneux et Palan, 2007). Ces auteurs défendent la thèse que les multinationales se servent des paradis fiscaux pour établir des filiales qui vont investir ailleurs : peu taxées par définition, ce sont elles qui feront des profits tandis que leurs filiales, plus taxées, feront des pertes. Ils illustrent leurs propos en mettant en évidence que «les deux premiers investisseurs en Chine sont des paradis fiscaux : une partie de la situation tient aux stratégies d investisseurs chinois qui préfèrent apparaître comme étrangers pour des raisons politiques et afin de bénéficier des conditions attractives d investissements qui leur sont offertes en termes fiscaux ou de droits de propriété. Mais la France est également victime du même phénomène : 47% du stock des flux d investissement détenus par les étrangers en France sont entre les mains de sociétés installées dans des paradis fiscaux, un tiers étant dû aux Pays-Bas (premier détenteur) et au Royaume-Uni (deuxième détenteur). Les paradis fiscaux menacent les règles du jeu de l économie de marché car ils créent de très fortes inégalités dans les taux de prélèvements fiscaux mondiaux. Ils fragilisent le capital mondial. Et «la main invisible» du marché ne peut pas bouger sans prothèse et celle-ci ne peut être fournie que par l Etat qui doit fournir le socle institutionnel nécessaire au bon fonctionnement de la logique marchande (Aglietta, Rebérioux, 2004). L existence des paradis fiscaux traduit l absence de règles fiscales internationales qui sont intégrées par les multinationales dans le choix d implantation de leurs sociétés. II. Paradis fiscaux et gouvernance des multinationales : 1. La responsabilité sociétale des entreprises en opposition au développement des paradis fiscaux : Selon Neuberg (2004), le terme de «responsabilité» se réfère à des devoirs ou obligations liés à un statut. Lorsqu une personne occupe un rôle social ou une fonction, on la dit responsable du bien-être des personnes ou de l exécution des tâches dont elle a la charge, en ce sens qu elle est supposée se conformer aux devoirs et obligations liés à son statut. Le livre vert de la Commission Européenne mentionne que la responsabilité sociale des entreprises signifie que celles-ci décident de leur propre initiative de contribuer à améliorer la société et à placer l environnement au-dessus de la loi (Benseddik, 2006). Selon cet auteur, la

7 responsabilité sociale serait l engagement à porter les relations que la firme entretient avec ses parties prenantes au-delà des failles ou des insuffisances des systèmes réglementaires. La responsabilité sociale et sociétale des entreprises est pleinement questionnée par l existence des paradis fiscaux qui contribuent à la fraude et l évasion fiscale. En effet, l impôt est un moyen de consacrer une partie des richesses issues de l activité économique à la vie de la cité. Il est une condition du développement social à condition que sa gestion comme son contrôle soit l affaire des citoyens. Echapper à l impôt, que ce soit par des moyens légaux, semi - légaux ou illégaux, a pour conséquence d agir contre l intérêt général. Le concept de responsabilité sociale de l entreprise repose sur l encastrement public - privé et sur la place de la très grande entreprise dans l espace public, tout comme sur l insertion de l institution privée dans un tissu institutionnel public étiolé (Bonnafous-Boucher, 2006). Selon cet auteur, «la théorie des parties prenantes échafaude les contours d une philosophie politique parce qu elle exhibe une souveraineté économique, celle de la très grande entreprise sans que de réels contre-pouvoirs se fassent jour». Il est de la responsabilité sociale et sociétale des multinationales d utiliser le levier fiscal des prix de transferts ou de ne pas le faire. Chavagneux et Palan (2007) citent Pack et Zdanowicz (2002) qui ont mis en évidence des anomalies dans les montants des prix de transferts entre filiales et maisons mères des multinationales américaines : «des sceaux d eau en plastique en provenance de la République tchèque importés aux Etats-Unis au prix astronomique de 972,98 dollars l unité, des gants de toilette en provenance de Chine à 4 121,81 dollars le kilo, tandis que des lance-missiles américains sont exportés en Israël pour la modeste somme de 52,03 dollars chacun, des diamants exportés en Inde à 13,45 dollars le carat, des caméras 35 mm exportés en Colombie à 7,44 dollars l unité ou des sièges de voiture vendus en Belgique à 1,66 dollar l unité». Les deux chercheurs ont estimé que ces pratiques avaient fait perdre 53,1 milliards de recettes fiscales au budget américain en 2001, soit un montant en forte croissance par rapport aux années précédentes. Si l internationalisation rapide de l activité économique a rendu plus difficile sa régulation par les législations nationales, la question est posée d une autorégulation par les responsables d entreprises. 2. La responsabilité des acteurs de la gouvernance des entreprises : Tout d abord, on peut noter que les scandales financiers récents ont utilisé comme support les paradis fiscaux. Dans l affaire Enron, les SPE (Special Purposes Entities) ont été constitués dans des paradis fiscaux. Lors de l affaire Parmalat, la société Bonlat était située aux Iles Caïmans. Ainsi, les paradis fiscaux ont été impliqués dans de nombreux scandales car ils disposent de la faculté de «légaliser» l argent provenant d activités illicites dans la mesure où la surveillance des capitaux transitant par les places off-shore est très difficile. Selon Chavagneux et Palan (2007), «les entreprises multinationales utilisent les paradis fiscaux pour réduire leur imposition mais également pour échapper à des contraintes réglementaires ou dissimuler un niveau élevé d endettement et présenter des comptes supposés sains.» L existence des paradis fiscaux pose la question de leur légitimité au sein d une économie libérale, de la responsabilité de ses acteurs essentiels (dirigeants d entreprise, pouvoirs

8 publics, actionnaires, Etats, Ong, etc ) et la question de la démocratie économique. Or, le capitalisme ne peut promouvoir le progrès social si la logique du marché n est pas subordonnée au contrôle de la démocratie (Aglietta, Rebérioux, 2004). Ces auteurs proposent «d un côté l introduction de la démocratie au sein de l entreprise pour y élaborer un intérêt collectif et en contrôler la mise en œuvre ; de l autre, de se doter des moyens de réguler la finance par la supervision de l ensemble des industries financières et par une réforme des critères d investissement de l épargne collective». Si la loi fiscale internationale présente des carences, l éthique peut servir de contrepouvoir à travers le comportement de ses acteurs. L éthique des affaires vise à guider le comportement personnel des dirigeants d entreprises, et au-delà, de toute personne engagée à l un ou l autre titre dans l activité économique. La question n est plus de savoir ce que la loi doit être, mais bien ce que l éthique requiert au-delà de ce que la loi exige. Néanmoins l éthique des affaires reste confrontée à une difficulté sérieuse qui hypothèque grandement ses promesses (Van Parijs, 2004). Selon ce dernier, «contrairement aux déclarations accrocheuses qu induit parfois la perspective de plantureuses subventions privées dont la philosophie n a guère l habitude, il n y a aucune raison de supposer l existence d une harmonie systématique entre ce que l éthique recommande et ce que requiert la maximisation, même à long terme, du profit. Ce fait ne légitime pas seulement quelque suspicion à l endroit d une discipline qui aurait gros à perdre si ses recommandations s écartaient par trop des intérêts de ses bailleurs de fonds. Il force surtout à reconnaître que, dans la mesure où éthique et profit divergent sensiblement, les injonctions de l éthique des affaires sont autodestructrices». Il cite Baumol pour qui toute entreprise qui, au nom d impératifs éthiques, s écarterait significativement du comportement le plus profitable, s exposerait à l invasion de concurrents moins scrupuleux, à l érosion de ses parts de marché et au final, à la faillite. Finalement, l étude des paradis fiscaux à la lumière de l éthique des affaires amène inéluctablement à réfléchir sur la justice des institutions (Van Parijs, 2004). Ce dernier précise sa pensée en soulignant que «si, en cas de divorce avec le profit, l éthique s auto-détruit, c est parce que ses exigences ne sont pas incorporées dans les règles du jeu qui s imposent à chacun des joueurs, mais précairement auto-imposées à certains d entre eux. Pis-aller ou complément, l éthique des affaires ne peut se substituer à ce qui, en éthique économique comme en d autres domaines, reste prioritaire : la réflexion sur les contraintes institutionnelles qu au niveau de notre société comme de notre monde il est juste que nous nous imposions».

9 Bibliographie : Ardant G. (1972), Histoire de l impôt, Collection Les Grandes Etudes Historiques, Fayard, 870 pages. Aglietta M., Rebérioux A. (2006), Dérives du capitalisme financier, Bibliothèque Albin Michel, 394 p. Baumol W. (1991), Perfect markets and easy virtue, Business Ethics and the Invisible Hand, Oxford, Blackwell. Benseddick F. (2006), Démoraliser la responsabilité sociale, pp , in Décider avec les parties prenantes, Collection Recherches, Editions La Découverte. Bonnafous-Boucher M. (2006), Décision stratégique et vitalité de la philosophie politique de la théorie des parties prenantes, pp , in Décider avec les parties prenantes, Collection Recherches, Editions La Découverte. Berns E. (2006), Gouvernance, souveraineté et globalisation, in Décider avec les parties prenantes, pp ,Collection Recherches, La Découverte. Chavagneux et Palan (2007), Les paradis fiscaux, La Découverte, 122 p. Guex S. (1999), Les origines du secret bancaire suisse et son rôle dans la politique de la confédération au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, Genèses, N 34, mars. Jessua C. (2006), Le capitalisme, Que Sais-Je?, Presses Universitaires de France, 127 pages. Lambert Th. (1994), Paradis fiscaux, la filière européenne, Le Monde Diplomatique, Octobre. Moreau Defarges P. (2006), La gouvernance, Que Sais-Je?, Presses Universitaires de France, 127 pages. Neuberg M. (2004), Responsabilité, Dictionnaire d éthique et de philosophie morale, Tome 2, sous la direction de M. Canto-Sperber, pp Pack S.J., Zdanowicz J.S (2002), Us trade with the world. An estimate of 2001 lost us federal income tax revenues due to over-invoiced imports and under-invoiced exports, Etude pour le sénateur Dorgan. Peyrevelade J. (2006), Le capitalisme total, La République des idées, Le Seuil, 94 p. Van Parijs P. (2004), Economie, Dictionnaire d éthique et de philosophie morale, Tome 1, sous la direction de M. Canto-Sperber, pp

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE CHAPITRE 1 GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE RÉPONSES OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Au terme de ce chapitre, l étudiant doit être en mesure de faire ce qui suit : 1. Comprendre la gouvernance d entreprise

Plus en détail

PRESENTATION BIENVENUE DANS NOTRE. Créer une société Offshore pour les acheteurs et investisseurs étrangers. Options et avantages

PRESENTATION BIENVENUE DANS NOTRE. Créer une société Offshore pour les acheteurs et investisseurs étrangers. Options et avantages BIENVENUE DANS NOTRE PRESENTATION Créer une société Offshore pour les acheteurs et investisseurs étrangers Options et avantages Présenté par Paul Debastos Chasseur-Immo-Floride 8551 W Sunrise Blvd, Suite

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS

BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS Les Emirats bénéficient d'une des économies les plus dynamiques au monde. Réputé pour sa beauté naturelle et son "art de vivre", Dubaï a également acquis la réputation

Plus en détail

Casablanca finance city

Casablanca finance city Casablanca finance city Introduction : Aujourd hui les pays en vois de développement ont libéralisé leurs économies et ils ont mis en place un ensemble de mesures attractives pour attirer les investisseurs

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS

LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS La France : 4 e destination mondiale Une croissance du nombre de projet Après trois années de stabilité, le nombre des projets d investissements étrangers

Plus en détail

Jersey Financial Services Commission John Harris

Jersey Financial Services Commission John Harris Jersey Financial Services Commission John Harris Introduction Ordre du jour John Harris Le Director Général Europe depuis la crise financière Jersey depuis la crise financière Transparence et co-opération

Plus en détail

Matières Appliquées Master 1

Matières Appliquées Master 1 Appliquées Master 1 SPÉCIALITÉ COMMERCE INTERNATIONAL Semestre 7 UE LA0C142X Droit des contrats du commerce international Circuits de distribution à l international Douanes Analyse d exploitation Marketing

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

3URSRVLWLRQ UHODWLYH j OD ILVFDOLWp GH O psdujqh TXHVWLRQVVRXYHQWSRVpHV (voir aussi IP/01/1026)

3URSRVLWLRQ UHODWLYH j OD ILVFDOLWp GH O psdujqh TXHVWLRQVVRXYHQWSRVpHV (voir aussi IP/01/1026) 0(02 Bruxelles, le 18 juillet 2001 3URSRVLWLRQ UHODWLYH j OD ILVFDOLWp GH O psdujqh TXHVWLRQVVRXYHQWSRVpHV (voir aussi IP/01/1026) 3RXUTXRL OD &RPPLVVLRQ DWHOOH SUpVHQWp FHWWH SURSRVLWLRQ PRGLILpH GH GLUHFWLYH

Plus en détail

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés I) Le fonctionnement du marché A) L organisation des échanges 1) A quoi sert l échange? Dans nos sociétés modernes, une personne ne peut pas tout produire pour satisfaire ses besoins. L échange va alors

Plus en détail

CREATION DE SOCIETE HONG KONG

CREATION DE SOCIETE HONG KONG CREATION DE SOCIETE HONG KONG 2 Création de société Hong Kong Ce document est principalement destiné à tous les futurs créateurs de société à Hong Kong. Il vous donnera les premiers éléments utiles pour

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

«Les Opérations Fiduciaires reposent sur la Confiance que prête le Fiduciant au Fiduciaire»

«Les Opérations Fiduciaires reposent sur la Confiance que prête le Fiduciant au Fiduciaire» «Les Opérations Fiduciaires reposent sur la Confiance que prête le Fiduciant au Fiduciaire» (+33) 01 80 80 10 95 (+ 34) 952 80 22 54 (+41) 414 151 260 41 Spécialisé dans le service intégral de la Constitution

Plus en détail

L ETRANGER EN DROIT FISCAL

L ETRANGER EN DROIT FISCAL L ETRANGER EN DROIT FISCAL Néjib BELAID Directeur de l Institut Supérieur de Finances et de Fiscalité de Sousse. Les notions d étranger et de nationalité, comparativement à l importance de ces mêmes notions

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09. Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3 Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.2011 Présentation du livre Quelques constats 1. Le management international

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement

Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement Gabriel Colletis Jean-Philippe Robé Robert Salais Athènes 2 Juin2015 Plan Quelques remarques

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Pérennité et croissance des PME en Alsace

Pérennité et croissance des PME en Alsace Pérennité et croissance des PME en Alsace 1 Introduction Jean-Alain HERAUD BETA, Université Louis Pasteur, CNRS, Strasbourg 2 Commission «pour la libération de la croissance française» 300 décisions pour

Plus en détail

LA FISCALITE, MAL AIMEE DE L EUROPE?

LA FISCALITE, MAL AIMEE DE L EUROPE? LA FISCALITE, MAL AIMEE DE L EUROPE? Prof. Dr. Isabelle Richelle Co-Présidente Tax Institute de l Université de Liège Isabelle.Richelle@Ulg.ac.be Collège Belgique Bruxelles, 5 décembre 2013 SOUVERAINETE

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2006/13 15 février 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES

Plus en détail

Communication sur le rôle de la douane dans l'application de la législation et la réglementation commerciales a la lumière de la pratique

Communication sur le rôle de la douane dans l'application de la législation et la réglementation commerciales a la lumière de la pratique Communication sur le rôle de la douane dans l'application de la législation et la réglementation commerciales a la lumière de la pratique La douane a longtemps été assimilée à un «gendarme aux frontières»

Plus en détail

Observations aux fins du budget fédéral 2015

Observations aux fins du budget fédéral 2015 Le 6 août 2014 Comité permanent des finances de la Chambre des communes finapbc-cpb@parl.gc.ca Observations aux fins du budget fédéral 2015 Résumé Nous vous remercions de nous permettre de vous faire connaître

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Le Conseil Français des Investisseurs en Afrique et sa Commission anti-corruption

Le Conseil Français des Investisseurs en Afrique et sa Commission anti-corruption Le Conseil Français des Investisseurs en Afrique et sa Commission anti-corruption Le Conseil Français des Investisseurs en Afrique (CIAN) est une association professionnelle, indépendante, regroupant une

Plus en détail

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE DEVELOPPEMENT 11 mai 2011 - Paris Constats Les besoins en investissements des pays du bassin méditerranéen sont considérables tant en matière d infrastructures que de

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

p r o v i d i n g c o n f i d e n c e t h r o u g h p e r f o r m a n c e

p r o v i d i n g c o n f i d e n c e t h r o u g h p e r f o r m a n c e p r o v i d i n g c o n f i d e n c e t h r o u g h p e r f o r m a n c e Nos Services Trident Fund Services la division du groupe Trident Trust dédiée à l administration des fonds propose aux gestionnaires

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/13/INF/8 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER MAI 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Treizième session Genève, 19 23 mai 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LE RÔLE DES BREVETS

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance I) Les facteurs de la croissance A) Contribution des facteurs de production 1. Les facteurs de production Les sources de croissance La croissance économique ( = accroissement de la production d un pays)

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1. 4 - Le Haut de gamme survira-t-il à la crise? Jean-Marc Bellaiche (Boston Consulting Groupe) «Le secteur du luxe, de taille modeste au début

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1109806L/Bleue-1 PROJET DE LOI autorisant l approbation du protocole d amendement à la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

Rapport pour le conseil régional JUIN 2010

Rapport pour le conseil régional JUIN 2010 Rapport pour le conseil régional JUIN 2010 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france DISPOSITIONS RELATIVES AUX REGLES DE TRANSPARENCE DEMANDEES PAR LA REGION ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D 3.SF.12 DUS 2009 Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la Convention de double imposition entre

Plus en détail

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales 1 Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires es Universite Nationale du Vietnam-Hanoi Faculté de Droit Matières Objectifs du cours Compétences acquises UE UE-1

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

LA CONCURRENCE INTERNATIONALE EN AFRIQUE DKHISSI SAID

LA CONCURRENCE INTERNATIONALE EN AFRIQUE DKHISSI SAID LA CONCURRENCE INTERNATIONALE EN AFRIQUE 1 DKHISSI SAID PLAN I. Introduction 23/02/2011 II. Enjeux de la concurrence internationale en Afrique III. Internationalisation de la concurrence IV. Globalisation

Plus en détail

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai 2011 La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes

Plus en détail

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et opérations

Plus en détail

Université de Bourgogne Droit fiscal 2 IPAG. Par Romain Rambaud Maître de conférences à l Université de Bourgogne. PLAN DE COURS (Non définitif)

Université de Bourgogne Droit fiscal 2 IPAG. Par Romain Rambaud Maître de conférences à l Université de Bourgogne. PLAN DE COURS (Non définitif) Université de Bourgogne Droit fiscal 2 IPAG Par Romain Rambaud Maître de conférences à l Université de Bourgogne PLAN DE COURS (Non définitif) INTRODUCTION Le droit fiscal public I. Ce qui a été fait (rappels

Plus en détail

PRATIQUES DÉLOYALES PROVENANT DE LA SUISSE

PRATIQUES DÉLOYALES PROVENANT DE LA SUISSE PRATIQUES DÉLOYALES PROVENANT DE LA SUISSE NOTAMMENT EN MATIÈRE DE COMMERCIALISATION DE LISTES D ADRESSES VENTE PAR CORRESPONDANCE JEUX-CONCOURS PUBLICITAIRES EDITION JUIN 2001 DE QUOI S AGIT-IL? Il n

Plus en détail

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Belize Situation Générale Géographie Le Belize, autrefois appelé Honduras britannique est un état démocratique indépendant faisant partie du Commonwealth. Il est situé sur la côte caraïbe de l'amérique

Plus en détail

I. Les enjeux de la lutte contre les paradis fiscaux, la fraude et l évasion fiscale : un «vieux» débat

I. Les enjeux de la lutte contre les paradis fiscaux, la fraude et l évasion fiscale : un «vieux» débat 1 11 avril 2013 LES REVELATIONS D «OFFSHORE LEAKS» : UNE OPPORTUNITE DE FAIRE AVANCER LA LUTTE CONTRE LES PARADIS FISCAUX? I. Les enjeux de la lutte contre les paradis fiscaux, la fraude et l évasion fiscale:

Plus en détail

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel Lettre mensuelle Décembre 2004 La loi de finances pour 2005 et la loi de finances rectificative pour 2004 feront l objet d une lettre spéciale courant janvier 2005. SOCIETES 1. FRANCE - Retenue à la source

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 Nouvelles contraintes, limites, mais avec quel avantage? Vincent Tattini Plan A. Les nouveautés de MIFID 2 B. Loi sur les services financiers

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

SOCIÉTÉ AU CANADA. Présentation du pays. Une place onshore. Page 1 1 CAD = 0.99. Délai de création : 5 jours. Sociétés pré-constituées : Oui

SOCIÉTÉ AU CANADA. Présentation du pays. Une place onshore. Page 1 1 CAD = 0.99. Délai de création : 5 jours. Sociétés pré-constituées : Oui INFORMATIONS GÉNÉRALES Présentation du pays Délai de création : 5 jours Sociétés pré-constituées : Oui Comptabilité : Obligatoire Secrétariat : Obligatoire Actionnariat anonyme : Oui Directeur nominé :

Plus en détail

LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS

LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS REUNION AVEC LES BATONNIERS ETRANGERS Rentrée du barreau de Paris 4 décembre 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR LE BATONNIER ALAIN MARTER

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité Introduction «Corsetés par des règles de gouvernance surannées ( ) les ports français ont connu un déclin

Plus en détail

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012 Résumé L investissement direct étranger à Taïwan en 212 L Union Européenne est le premier investisseur étranger à Taïwan (31,9 Mds USD en 212). Dans l autre sens, Taïwan est à l origine d environ 226 Mds

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL SUR UNE ASSIETTE COMMUNE CONSOLIDÉE POUR L IMPÔT DES SOCIÉTÉS (GT ACCIS) Dividendes. Réunion prévue pour le 12 septembre 2006

GROUPE DE TRAVAIL SUR UNE ASSIETTE COMMUNE CONSOLIDÉE POUR L IMPÔT DES SOCIÉTÉS (GT ACCIS) Dividendes. Réunion prévue pour le 12 septembre 2006 COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA FISCALITÉ ET DE L UNION DOUANIÈRE Analyses et politiques fiscales Analyse et coordination des politiques fiscales Bruxelles, 28 juillet 2006 Taxud E1, RP

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Allant encore plus loin, le président ajoute :

Allant encore plus loin, le président ajoute : Introduction La fin du communisme et du collectivisme a pu donner à penser que la loi du marché allait s imposer à l ensemble de l économie de la planète. Recherche de valeur pour l actionnaire, exigence

Plus en détail

La Finance responsable : du souhaitable au possible

La Finance responsable : du souhaitable au possible La Finance responsable : du souhaitable au possible Résultats des recherches IAE-CERAG en finance socialement responsable Isabelle Girerd-Potin Professeur, Responsable du Master Finance Objectif : répondre

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Lors de ses vœux aux corps constitués le 20 janvier dernier, le Président de la République a annoncé l élaboration

Plus en détail

«La fuite des capitaux : gouvernance, facteurs institutionnels et variables macro économiques»

«La fuite des capitaux : gouvernance, facteurs institutionnels et variables macro économiques» Mémoire de mastère de recherche en Finance «La fuite des capitaux : gouvernance, facteurs institutionnels et variables macro économiques» Elaboré par: Dirigé par: Olfa Kharrat Michel Henry Bouchet Kharrat_olfa@yahoo.fr

Plus en détail

Enquête APREF. KPMG Entreprises Paris Juillet 2008. KPMG Entreprises

Enquête APREF. KPMG Entreprises Paris Juillet 2008. KPMG Entreprises Enquête APREF KPMG Entreprises KPMG Entreprises Paris Juillet 2008 1 Approche qualitative sur les métiers de la réassurance en France 2 Contexte Dans le cadre de la réflexion du gouvernement sur l amélioration

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1401144L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de la convention

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1401144L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de la convention RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

Optimisation fiscale. La société holding néerlandaise : Une solution attractive et abordable pour les petites et moyennes entreprises françaises

Optimisation fiscale. La société holding néerlandaise : Une solution attractive et abordable pour les petites et moyennes entreprises françaises Optimisation fiscale La société holding néerlandaise : Une solution attractive et abordable pour les petites et moyennes entreprises françaises La fiscalité a un impact significatif sur l entreprise :

Plus en détail

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF Décision de l'assemblée plénière de la CDF du 28 septembre 2007 Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF 1. Bases légales La possibilité d'être

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail