Note de gestion. Note de Gestion 15 Janvier janvier 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Note de gestion. Note de Gestion 15 Janvier 2015. 15 janvier 2015"

Transcription

1 Note de gestion 15 janvier 2015 En début d année, il est d usage de se livrer à l exercice du bilan de l année écoulée et de tracer des perspectives pour l année qui débute. Il est intéressant de constater que les scénarii des marchés pour 2015 sont assez semblables dans leurs grandes lignes à ceux élaborés début A la même époque l année dernière, les économistes anticipaient une accélération de la croissance aux Etats-Unis qui allait entrainer celle du reste du monde, notamment l Europe. Les bourses mondiales en toute logique allaient refléter cette embellie de l économie. Dans ce contexte, les taux américains devaient monter, entrainant dans leur sillage les taux européens. Si la croissance économique américaine a effectivement accéléré après un premier trimestre perturbé par la météo, on doit constater que l économie européenne est restée embourbée et que l économie japonaise n a guère fait mieux. Du côté des marchés, les actions américaines ont à nouveau affiché une performance largement positive (+11.39% pour le S&P500, pour le Nasdaq) reflétant la croissance des chiffres d affaires et des résultats. L indice japonais, aidé par la baisse du yen favorable aux exportatrices, s en tirait honorablement avec une performance de +7.50% (Nikkei), quand le marché européen patinait à +1.2%. Sur les marchés obligataires, le scénario ne s est pas vraiment déroulé comme prévu. La Fed ayant réussi à mener sans trop de heurts l arrêt de son programme d achats de titres et à repousser la hausse des taux directeurs, les taux longs (qui offraient une prime de risque significative en début d année : +2.60% entre le 10 1

2 ans et le 2 ans) ont baissé tout au long de l année. Les taux européens des émetteurs souverains se sont également détendus, en raison de l absence de reprise mentionnée plus haut, de la menace déflationniste mais aussi d un quantitative easing annoncé par la Banque Centrale Européenne. Sur le marché du crédit, la première moitié de l année a été très positive, les investisseurs allant chercher le rendement offert par des spread de crédit attractifs ; lorsque ces marges ont été trop comprimées et que certains risques sont apparus (baisse du pétrole pour les émetteurs US ; Russie et Ukraine pour les bancaires européennes entre autres) le marché s est retourné. Autres faits remarquables en 2014, la forte hausse du dollar (+13% contre Yen ou Euro au cours du second semestre 2014), la dégringolade du pétrole (-50% entre juin et décembre) et la hausse de la bourse chinoise (CSI % sur les deux derniers mois de l année). Ainsi, on pourrait penser qu un investisseur diversifié a bénéficié d un contexte très favorable puisque presque toutes les classes d actifs ont performé. Toutefois, ce contexte pas été de tout repos, la hausse de la volatilité ayant fait son retour notamment dans la seconde moitié de l année, causant des secousses mettant à mal les nerfs des investisseurs. En ce début d année, les prévisions pour l économie mondiale sont assez similaires à l an passé. Les Etats-Unis continueront à bénéficier d une croissance dynamique. L environnement - croissance, taux et inflation - reste porteur, tandis que la normalisation de la politique monétaire de la Fed sera très vraisemblablement menée avec précaution si l on se réfère aux propos «market friendly» des membres de la Fed. Le marché du travail s améliorant, la consommation tirera l économie. Les entreprises américaines tireront profit de cette conjoncture et le marché devrait afficher à nouveau des performances positives. Au Japon, la réélection de Monsieur Abe laisse augurer que les recettes déployées jusqu à maintenant perdureront et profiteront au marché actions à l instar de l année dernière. Le déficit budgétaire, comme à l accoutumée, sera financé par la Banque du Japon qui détient désormais dans son bilan plus de 50% de la dette publique. Verra-t-on enfin la croissance européenne redémarrer? S il n est pas aisé d imaginer une amélioration de la croissance européenne tant les problèmes présents semblent prépondérants, il convient de mentionner que la baisse du pétrole (favorable aux entreprises et aux consommateurs) et la baisse de l euro (bénéfique pour les entreprises exportatrices) sont deux facteurs puissants d aide à l économie et aux entreprises. Quant au quantitative easing (taux bas et liquidités) qui continue de se faire attendre, s il est favorable aux marchés, sera-t-il un soutien effectif pour l économie? Ce scénario devrait permettre aux valeurs européennes d afficher des performances plus reluisantes qu en Il faudra toutefois être sélectif puisque les facteurs évoqués n auront pas le même impact sur les différents secteurs. Pour les marchés obligataires, les scénarii sont plus difficiles à établir. Dans un contexte qui reste peu inflationniste, voir déflationniste, les taux souverains ne devraient pas être sous pression. 2

3 Les taux américains pourraient toutefois être plus «fragiles» si la croissance accélère et que la Fed met en œuvre le resserrement monétaire. En effet, la pente de la courbe offre peu de protection et le rendement est faible au regard de la sensibilité. Toutefois, en début d année, la forte baisse du pétrole contribuant largement à peser sur d éventuelles pressions inflationnistes, les investisseurs continueront à acheter des Treasuries. Sur le marché du crédit US, la croissance sera bénéfique pour la qualité de crédit des émetteurs, à l exception du secteur de l énergie - qui souffre déjà considérablement depuis plusieurs mois de la baisse du pétrole. En Europe, dans un contexte de faible croissance, de faible inflation et dans l hypothèse d un programme d achats de titres obligataires par la BCE, les investisseurs ont continué à acheter des titres souverains core et périphériques tirant les rendements à la baisse, à des niveaux que la raison déconseillerait d acheter. Il faut ici évoquer quelques caractéristiques des obligations souveraines qui en font une classe d actif particulière. Celles-ci bénéficient d une profondeur de marché parmi les instruments les plus liquides ; elles sont mobilisables dans le marché (repo) ou à la banque centrale ; elles sont peu ou pas pénalisées par la charge en fonds propres (réglementation prudentielle) ; elles permettent aux banques de gérer leurs ratios de liquidités. C est sans doute pour ces raisons que le Bobl 5 ans se traite à 0% de rendement, niveau irrationnel dès lors que l on réfléchit sans prendre en compte les contraintes de certains investisseurs. Pour ces raisons, et sans risque inflationniste, les obligations souveraines constituent un investissement qui offre peu de rendement, un gain en capital possible et un risque maitrisé dès lors que toute hausse de rendement sera une opportunité pour tous les investisseurs sous contraintes mentionnés plus haut. Cette classe d actifs est à traiter de façon très technique rendement, sensibilité, pente de la courbe, spread émetteur. L écartement des spreads corporate et bancaire redonne de la valeur au marché du crédit, a fortiori si les taux souverains restent bas. La sélectivité sera prépondérante, qu il s agisse des secteurs à l instar du marché actions ou des émetteurs. Un contexte économique meilleur est favorable à la qualité des émetteurs. Cependant, ce marché a perdu de sa liquidité, ce qui se traduit par une exacerbation de la volatilité en cas de stress. La mise en œuvre d un quantitative easing, sans doute élargi aux obligations d Etats, le marché des titrisations étant trop étroit pour permettre à la BCE d augmenter son bilan de 1000 milliards, sera un facteur de soutien à l ensemble du marché obligataire. En effet, on assistera comme souvent à la recherche de supplément de rendement «imposant» aux investisseurs de se tourner vers des supports ou à accepter des niveaux de rendement qu ils ne sélectionneraient pas dans d autres circonstances. Les marchés émergents, qu il s agisse des actions ou des obligations en dettes locales ou en dollars, constituent très certainement des supports d investissement utiles pour diversifier un portefeuille. Après des sorties massives en début d année dernière en raison de la contraction 3

4 de la liquidité dollar (tapering de la Fed), ces marchés ont retrouvé progressivement la faveur des investisseurs. La prise en compte de facteurs spécifiques à chaque marché sera de mise (croissance, balance des paiements, consommateurs ou exportateurs de matières premières, valorisation ). On ne peut bien évidemment pas passer sous silence les risques. Parmi ceux identifiés et suivis, on citera en premier le stock de dettes privées et publiques qui reste problématique. Les politiques des banques centrales soutiennent les marchés en «facilitant» les conditions de financement des Etats et des banques, mais constituent malgré tout une manipulation de marché qui fausse le prix des actifs et la rémunération du risque. La faiblesse des rendements obligataires souverains couvrant peu ou pas le risque de sensibilité (baisse du prix pour une hausse du taux), un investisseur en obligations d Etat justifie son investissement par l absence «théorique» de risque émetteur et se contente d un rendement minime qui peut être effacé par la moindre remontée des taux. Par ailleurs, les investisseurs attendent tellement de Mario Draghi, qu ils pourraient être déçus par les modalités du quantitative easing de la BCE. En second lieu, la «qualité» de la croissance américaine peut elle décevoir? La reprise du marché du travail est-elle suffisamment solide pour supporter la consommation? Sur ce point, les statistiques en seconde partie d année dernière allaient dans le bon sens. Ensuite, si la baisse du pétrole produira à terme du pouvoir d achat pour le consommateur et de la marge pour les entreprises, elle impactera négativement d une part les pays producteurs qui financent une grande partie de leur budget à l aide de la manne pétrolière, générant au mieux un risque social au pire un risque géopolitique et d autre part les entreprises énergétiques américaines qui se sont massivement endettées pour investir dans la production de pétrole et gaz de schiste, entrainant des défauts obligataires. En termes de flux, les marchés occidentaux perdront une partie des investissements en provenance des pays producteurs de pétrole, dès lors que les marges prix de marché / prix de production se contractent. On n a pas encore parlé de la Chine dont le taux de croissance continue de faire pâlir d envie les économies occidentales. La Chine n a pas jusqu à maintenant été une locomotive pour l économie mondiale. Son extraordinaire développement a accompagné la croissance des pays développés pour lesquels elle constituait le centre de production. La Chine est face à deux challenges souvent cités. Il lui faut tout d abord asseoir sa croissance sur le moteur interne du développement de sa classe moyenne et plus uniquement sur ses exportations et par ailleurs gérer le financement de son développement en maitrisant la fragilité d un shadow banking et d une bulle de crédit. Enfin, au rayon des risques, on ne peut oublier les risques politiques ou géopolitiques.on citera la Grèce, son avenir au sein de l euro et les conséquences qui pourraient en découler. 4

5 Les nombreuses élections qui vont avoir lieu en Europe pourraient déstabiliser certains pays en raison de l émergence de courants populistes. Les conflits en Ukraine, au Moyen-Orient, en mer de Chine s ils semblent «maitrisés» pour l instant pourraient dégénérer et impacter négativement la croissance mondiale par le jeu des sanctions ou du ralentissement du commerce. Voici en quelques lignes un tableau positif qui propose d investir sur des actifs risqués (actions et crédit) comme sur des actifs en principe moins risqués (obligations souveraines). La construction d un portefeuille veut que l on maximise le rendement attendu de celui-ci pour un niveau de risque donné. Au regard de la valorisation de certains marchés chers dans l absolu et bon marché en relatif, du bas de niveau de volatilité forcément amené à se tendre, la diversification est primordiale pour réduire le risque. Il est probable que certaines classes d actifs (l ensemble des marchés actions et le crédit corporate) se corrèleront en cas d incident de marché et que d autres (Treasuries et Bund) feront l objet de valeur refuge. Une politique d investissement se conçoit à un horizon de temps donné (fin d année) ce qui n interdit pas une révision avant le terme ; par exemple si les objectifs sont atteints rapidement ; si une donnée exogène ou un facteur de risque significatif apparaissent. Stéphane Huyghues Despointes 15 janvier

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012 Perspectives et stratégie de placement 2012 Premier trimestre 2012 Macro-économie générale & marchés obligataires Les perspectives économiques mondiales se sont significativement détériorées depuis cet

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Macro Network Consensus

Macro Network Consensus 3 ème trimestre 2015 NUMERO 3 Macro Network Consensus Le Macro Network Consensus consulte les économistes de la place de Genève et de Paris pour établir un consensus macroéconomique européen sur les risques

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Petit rappel des faits Partie I : Marché des actions et banques centrales Mars - juillet 2012 :

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE DEUXIÈME PARTIE LES RISQUES Les opérations de marché présentent des risques qui doivent être identifiés et mesurés. En matière de finance internationale, on pense d abord au risque de change. Celui-ci

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014 PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 30 Juin 2014 Paramètres de marché au 30 juin 2014 Malgré la publication de chiffres de croissance du 1 er trimestre décevants en zone euro et, plus encore, aux Etats-Unis,

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale ŒKONOMIA Analyse du 8 septembre 2015 Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale Depuis le début de l année, on parle beaucoup de l exceptionnel alignement des planètes

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %.

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %. LE RAPPORTEUR PERSPECTIVES 2015 Le jeu des prévisions est inévitable et toujours très captivant. Toutefois, avec les années, nous avons appris à les mettre en perspective, particulièrement les prévisions

Plus en détail

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015 L a situation économique de Taiwan au ème semestre 1 Résumé L économie taiwanaise subit un ralentissement prononcé au ème trimestre, qui conduit le gouvernement à diviser par deux sa prévision de croissance

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Actions Européennes : 3 thèmes pour 2015

Actions Européennes : 3 thèmes pour 2015 PERSPECTIVES 2015 Actions Européennes : 3 thèmes pour 2015 Diego Franzin, Directeur de la Gestion Actions Européennes Janvier 2015 Actions européennes : perspectives Diego Franzin Directeur de la Gestion

Plus en détail

Environnement Economique

Environnement Economique (Fond Commun de placement) Rapport semestriel (27 juin 2014-29 décembre 2014) Environnement Economique L année 2014 aura été une nouvelle année économiquement contrastée pendant laquelle les Etats-Unis

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels La patience de la Fed bientôt à bout? Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients A lors que la grande majorité

Plus en détail

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Perspectives Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Une approche mesurée du risque s impose : la prise de risque maitrisée est la solution AUTEUR : STEFAN HOFRICHTER

Plus en détail

Votre patrimoine est une histoire qui s écrit. Macroéconomie. novembre 2015. Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant. Mob.

Votre patrimoine est une histoire qui s écrit. Macroéconomie. novembre 2015. Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant. Mob. Votre patrimoine est une histoire qui s écrit Macroéconomie novembre 2015 Olivier KELSCH Conseiller Privé Gérant Mob. 06 25 83 20 79 SYNTHESE Les fondamentaux économiques restent positifs aux Etats-Unis

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE)

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) JUIN 2015 CONVICTIONS & PERSPECTIVES COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) PLACEMENT ATHENA FINANCE JUIN 2015 Nos convictions Nos convictions

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014 Rétrospective 2014 Comme attendu, l année 2014 n a pas été de tout repos pour les investisseurs. Une fois de plus les bonnes et surtout les moins bonnes surprises auront mis nos nerfs à rude épreuve en

Plus en détail

GEMAST OBLIG COURT TERME

GEMAST OBLIG COURT TERME Fonds commun de placement GEMAST OBLIG COURT TERME Exercice du 01/07/2014 au 30/06/2015 Commentaires de gestion Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels 1 L'objectif de gestion Cet OPCVM

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement

Perspectives et stratégie de placement Perspectives et stratégie de placement 26 mars 2015 Independent Asset Managers since 1982 Environnement macro-économique Au niveau macro-économique, les chiffres de l économie américaine sont relativement

Plus en détail

Newsletter Aoû t 2013

Newsletter Aoû t 2013 Newsletter Aoû t 2013 Table des matières Introduction... 2 Performances... 3 SIF Structured Product Sicav... 3 Eurinvest Flexible Opportunities... 4 Procès-verbal du Comité de Placement du 22 août 2013...

Plus en détail

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire) Royaume du Maroc N 04/08- avril 2008 DENI/SCI Synthèse En matière de politique monétaire, la Fed, a baissé son taux directeur de 75 pb pour le ramener à 2,25%, lors de sa réunion du 18 mars 2008, dans

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Perspectives d investissement 2015

Perspectives d investissement 2015 Perspectives d investissement 2015 Henri Ghosn Président Club Finance HEC Laurent Geronimi Directeur de la Gestion taux SwissLife Banque Privée Auditorium de SCOR 12 décembre 2014 Perspectives d investissement

Plus en détail

Comment investir dans une conjoncture volatile?

Comment investir dans une conjoncture volatile? Erwan MARREC, Responsable de la Gestion Quantitative et de l'ingénierie Financière, Federal Finance Gestion Federal Finance 4 lignes métier Gestion Collective Gestion Institutionnelle Gestion Privée Épargne

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

La Chine atterrit et le marché décolle!

La Chine atterrit et le marché décolle! Que s'est-il passé en avril? Focus Marchés Commentaires de marché En avril, le ralentissement économique du premier trimestre est confirmé par les chiffres de croissance publiés en Chine et aux Etats-Unis.

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière NOTRE SCENARIO Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre Conjoncture économique Conjoncture financière juin 2015 Philippe Brossard David Hennequin Synthèse Les dividendes de la baisse

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions 2,0 2,0 1,5 États-Unis UEM 1,5 0,5 0,5 0,0 0,0 11-2010 11-2011 11-2012 11-2013 11-2014 11-2015 11-2016 Taux à dix

Plus en détail

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 Résumé : On observe depuis le début de l année un assouplissement de la politique monétaire dans les principales économies émergentes. Cette tendance

Plus en détail

Etats-Unis : vigilance oblige

Etats-Unis : vigilance oblige GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 16 septembre 2013 IN CHARTS Etats-Unis : vigilance oblige Si la tendance à l optimisme quant à la situation américaine est coutumière, rares sont toutefois

Plus en détail

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar?

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? LETTRE DE PROSPECTIVE MAI 2009 - NUMERO 15 L ors du récent sommet du G20, les autorités chinoises ont

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANNEE 2011 1 ANANTA PATRIMOINE S.A. (Genève) est une société de gestion affiliée à l O.A.R.G. (Organisme d Autorégulation des Gérants de patrimoine) sous le numéro d agrément

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016. 13 avril 2016

RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016. 13 avril 2016 13 avril 2016 RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Les risques qui pèsent sur la stabilité financière mondiale se sont intensifiés depuis l édition d octobre

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

L évolution du marché des fonds à fin décembre

L évolution du marché des fonds à fin décembre L évolution du marché des fonds à fin décembre Le marché de la gestion collective plie de -4,5% en décembre, l équivalent de 38,9 milliards d euros de moins par rapport à fin novembre. L encours total

Plus en détail

LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE

LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE 1 LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE SOUS-TITRE FLASH 2 Les trois étages de la politique monétaire de la BCE En juin, la BCE devrait tirer sa dernière «cartouche» conventionnelle et démarrer

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 30/11/2015 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION DE LA PREVISION

Plus en détail

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Direction des Etudes Economiques Le septembre Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Le choc n est plus du côté de l offre Malgré quelques pauses, la tendance

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque.

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. Crédit Agricole (A+ / Aa3) Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Crédit Agricole CIB est une obligation émise en livre turque (TRY) par Crédit

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire 1 MOIS EN 10 IMAGES Chaque mois, SYZ Wealth Management publie dans «1 mois en 10 images» un survol de l activité économique dans le monde. Une image valant parfois plus qu un long discours, nous choisissons

Plus en détail

CHARTE GRAPHIQUE. Réflexion sur les opportunités d investissement

CHARTE GRAPHIQUE. Réflexion sur les opportunités d investissement CHARTE GRAPHIQUE Réflexion sur les opportunités d investissement AVRIL 2016 L actif «sans risque» entre en hibernation 2 A l introduction de la LPP en 1985, les portefeuilles des caisses de pensions se

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Mécanismes monétaires et financiers

Mécanismes monétaires et financiers Mécanismes monétaires et financiers Département IG, 1ère année (IG3) Polytech Montpellier Cours et TD : Marie MUSARD-GIES Introduction au cours (1/2) Marchés financiers (cf cours économie) Plus grande

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2015

Perspective des marchés financiers en 2015 Perspective des marchés financiers en 2015 20/01/2015 14 ème édition 1 2 BIENVENUE! 3 Nouveautés Fortuneo Le PEA-PME 4 Nouveautés Fortuneo Les Portefeuilles Types 3 profils à suivre : prudent, équilibré

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque,

Le CAC vu de Nouillorque, Le CAC vu de Nouillorque, (Sem 34, 24 aout 12) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ La FED sème le doute Fin de l apesanteur euphorique Le pétrole mène la danse

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail