TITRATION AUTOMATISÉE DE L ANESTHÉSIE INTRAVEINEUSE GUIDÉE PAR L INDEX BISPECTRAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TITRATION AUTOMATISÉE DE L ANESTHÉSIE INTRAVEINEUSE GUIDÉE PAR L INDEX BISPECTRAL"

Transcription

1 TITRATION AUTOMATISÉE DE L ANESTHÉSIE INTRAVEINEUSE GUIDÉE PAR L INDEX BISPECTRAL Ngai Liu (1), Thierry Chazot (1), Bernard Trillat (2), Guy Dumont (3), Marc Fischler (1) (1) Service d Anesthésie, Hôpital Foch, rue Worth, Suresnes, (2) Service d Informatique, Hôpital Foch, Suresnes, France (3) Department of Electrical and Computer Engineering, University of British Columbia, Vancouver, Canada INTRODUCTION Dans l industrie aéronautique le pilotage automatique est un outil incontournable qui réduit la charge de travail et les erreurs «humaines» [1]. Bien que Mayo et al. aient démontré, il y a plus d un demi-siècle, la faisabilité d une boucle d asservissement entre l inhalation d éther et l électroencéphalogramme (EEG) [2], la délivrance des agents anesthésiques reste manuelle. Mais un nombre croissant d études ont récemment montré l intérêt des outils d asservissement entre le propofol et un moniteur EEG de la profondeur de l anesthésie, l Index Bispectral (BIS) [3-1]. L objectif de cette revue est de faire une analyse des études cliniques concernant l utilisation d une boucle fermée en anesthésie. 1. PRINCIPES ET PROPRIÉTÉS D UNE BOUCLE FERMÉE Quelques années après l introduction du propofol, le regain d intérêt pour les boucles fermées est venu de l introduction du BIS en 1994, qui mesure la profondeur de l hypnose à partir du signal électroencéphalographique, et du rémifentanil en 1997, morphinomimétique de demi-vie et de délai d action courts. Dans le même temps, les performances du matériel informatique se sont améliorées le rendant plus accessible et plus simple à utiliser. Une boucle ouverte correspond à une régulation par une intervention humaine : c est l anesthésiste qui décide de modifier la concentration expirée d un agent halogéné ou la concentration de propofol en fonction de critères hémodynamiques ou électroencéphalographiques. La boucle fermée (Closedloop, Feed-back control) comporte un contrôleur ou régulateur qui administre

2 38 MAPAR 7 automatiquement un médicament à partir d une variable qui doit être maintenue constante ou dans un intervalle déterminé. Ce peut être la profondeur de l anesthésie mesurée par le BIS, ou une autre variable comme la glycémie, la fréquence cardiaque ou la pression artérielle (Figure 1). Figure 1 : Principe d une boucle fermée générique (d après P. Glass [16]). Le régulateur de la boucle fermée analyse en continu la variable que l on souhaite contrôler avec pour conséquences des modifications plus fréquentes de la commande [11]. La quantité de médicaments perfusée est adaptée aux besoins spécifiques de chaque patient à chaque instant afin de réduire la variabilité inter ou intra-individuelle [12]. Le contrôle en boucle de l administration d un hypnotique guidé par le BIS devrait améliorer la stabilité de l anesthésie par une titration continue en évitant les épisodes de surdosage (responsables d hypotension ou de retard de réveil) ou de sous-dosage (responsables d hypertension ou de mémorisation). Différents algorithmes sont utilisés pour réaliser une boucle fermée : L algorithme le plus utilisé est le régulateur «Proportionnel Intégral Dérivé» (PID). Le régulateur considère la différence entre le BIS mesuré et le BIS souhaité pendant une période de temps défini, calcule puis applique une correction de concentration du propofol proportionnelle à cette différence, son intégrale et sa dérive. Ce type de contrôleur est combiné, dans une configuration dite de type cascade, à un modèle pharmacocinétique permettant une anesthésie à objectif de concentration plasmatique ou au site effet. L avantage de ce type de configuration est que le système maintiendra automatiquement la dernière concentration demandée en cas de dysfonctionnement du contrôleur ou du BIS. Le régulateur «Model-Based-Adaptive», introduit par Schwilden et al, consiste à déterminer le modèle pharmacocinétique spécifique de chaque patient lors de l induction [13]. Le contrôleur augmente par paliers successifs le débit du

3 Les médicaments de l'anesthésie 381 propofol avec enregistrement simultané du BIS. Puis, il recalcule un modèle pharmacodynamique spécifique du patient en corrélant les concentrations calculées de propofol et le BIS. A noter qu il n'y a pas d adaptation du modèle pharmacodynamique lors de l entretien en boucle fermée, la corrélation entre les concentrations calculées et le BIS lors de l induction restant inchangée pendant toute l anesthésie [14]. Nous avons développé un régulateur basé sur un système Proportionnel Différentiel entre une perfusion de propofol à objectif de concentration avec le modèle pharmacocinétique de Schnider [15] et le BIS. Le contrôleur calcule la différence entre le BIS mesuré et le BIS souhaité. Une modification de concentration est réalisée par le contrôleur en fonction de la différence. L intervalle entre les modifications successives de concentration dépend du délai nécessaire à l équilibre au site effet donné par le modèle pharmacocinétique [1]. 2. ETUDES CLINIQUES DE BOUCLE FERMÉE ENTRE LE PROPOFOL ET LE BIS De 1998 à 6, différentes équipes européennes se sont intéressées à la perfusion automatisée du propofol guidée par le BIS (Tableau I). Elles ont démontré sa faisabilité lors de l entretien de l anesthésie après une induction manuelle chez des patients ASA I et II, lors d actes mineurs, avec différentes techniques d analgésie [3-8]. Ces études comportent rarement un groupe contrôle [4, 5]. Dans un éditorial de la revue Anesthesiology, P. Glass et I. Rampil ont défini les pré-requis permettant de valider l utilisation d une boucle fermée en routine clinique : disposer d études randomisées avec un groupe contrôle ayant le BIS comme moniteur, inclure un nombre important de patients avec des patients ASA III et IV, s intéresser à tous les types d actes chirurgicaux y compris les actes majeurs, suivre le comportement du système durant toute l anesthésie, notamment l induction [16]. 3. INDUCTION AUTOMATISÉE PROPOFOL-BIS LORS DE L ANES- THÉSIE GÉNÉRALE Nous avons réalisé la première étude démontrant la faisabilité d une induction en mode automatique [9]. Cette étude prospective et randomisée a comparé notre boucle fermée d induction ( patients) à un groupe contrôle «manuel» ( patients) ; dans ce dernier, le propofol a été perfusé à objectif de concentration avec le modèle de Marsh [17] à l aide du BIS. Pour les deux groupes, nous avons utilisé du rémifentanil à une concentration fixe de 2 ng.ml -1 au site effet avec le modèle Minto [18]. L objectif pour les 2 groupes était d obtenir un BIS égal à 5, le plus rapidement possible en évitant le surdosage de propofol. L induction a été obtenue pour les patients du groupe «boucle» avec une titration plus rapide (381 ± 16 vs 49 ± 131 secondes, groupe «boucle» versus groupe «manuel» respectivement, p =,4). La stabilité hémodynamique définie par les besoins en éphédrine a été similaire dans les deux groupes. Une meilleure stabilité hémodynamique était attendue dans le groupe «manuel», car le médecin en charge du patient connaissait ses antécédents, son traitement et l évolution hémodynamique lors de la titration. Or de toute évidence aucune de ces informations n affecte le comportement de la boucle fermée dont les

4 382 MAPAR 7 seuls éléments pris en compte, outre le BIS, sont l âge du patient, son sexe, son poids et sa taille. Tableau I Méthodologie des différentes études cliniques de boucle fermée entre le propofol et l Index Bispectral. Développeur Algorithme Chirurgie Analgésie Induction Groupe contrôle ASA > II n Mortier et al [3] MBA Orthopédie Rachianalgésie Manuelle Non Non 1 Morley et al [4] PID Gynécologie, Chirurgie digestive Alfentanil Manuelle Oui avec BIS Non 3 Leslie et al [7] PID Colonoscopie - Manuelle Non Oui 16 Stryus et al [5] MBA Gynécologie Rémifentanil (,25 µg/kg/mn) Manuelle Oui sans BIS Non 1 Absalom et al [6] PID Orthopédie Analgésie péridurale Manuelle Non Non 1 Absalom et al [8] PID Chirurgie plastique Rémifentanil (4 ng/kg/mn) Manuelle Non Non Liu et al [1] PD Chirurgie digestive, Gynécologie, Urologie, Orthopédie, Chirurgie thoracique, Chirurgie vasculaire Rémifentanil titré manuellement Automatique Oui avec BIS Oui 83 PID = régulateur Proportionnel Intégral Dérivé PD = régulateur Proportionnel Différentiel MBA = régulateur Model-Based Adaptive n = nombre de patient inclus

5 Les médicaments de l'anesthésie COMPORTEMENT DU CONTRÔLEUR PROPOFOL-BIS LORS D UNE ANESTHÉSIE GÉNÉRALE Après avoir validé la faisabilité d une induction automatisée, nous avons réalisé une étude prospective, randomisée, et multicentrique permettant de déterminer le comportement de notre contrôleur lors d une anesthésie générale [1]. Les 18 patients étaient répartis dans deux groupes : groupe «manuel» (propofol administré à objectif de concentration avec le modèle de Schnider [15] en fonction du BIS), groupe «boucle» (administration automatisée à l induction et à l entretien de l anesthésie en fonction du BIS). Dans les deux groupes, le rémifentanil a été administré manuellement à objectif de concentration en utilisant le modèle de Minto [18]. L objectif était d obtenir un BIS égal à 5 lors de l induction et de le maintenir dans l intervalle -6 durant l entretien. On peut noter que plus de 3 % des patients avaient un traitement cardiovasculaire, % subissaient un acte chirurgical majeur. Le contrôleur a été capable de faire l induction et l entretien pour tous les patients. La boucle fermée a permis le maintien de l anesthésie durant 185 heures avec 5273 modifications automatiques des concentrations de propofol (33 ± 1 modifications par heure). Cette étude montre une induction plus rapide dans le groupe «manuel» avec davantage de propofol mais une période de dépassement plus longue du seuil de du BIS. Les besoins en éphédrine lors de l induction ont été similaires dans les 2 groupes. Ce résultat confirme que la stabilité hémodynamique est la même quelque soit le mode d'induction (par médecin/automatisation). Pendant l entretien, le pourcentage de temps pendant lequel le BIS est resté dans l intervalle souhaité (-6) a été plus important dans le groupe «boucle» (7 ± 21 vs 89 ± 9 %, p <,1, groupe «manuel» vs groupe «boucle» respectivement) (Figure 2). Ce résultat a été obtenu avec une diminution de moitié de l incidence d une anesthésie trop profonde (BIS < ), ce qui semble un critère important car une anesthésie trop profonde serait responsable d une surmortalité à long terme [19]. Enfin, le délai d extubation a été plus court dans le groupe «boucle». Au total, la boucle fermée est plus précise qu une titration manuelle. Nombre de patients 5 Nombre de patients % de temps % de temps Groupe «manuel» (n = 81) Groupe «boucle» (n = 83) 7 21 vs 89 9 %, p =,1 Figure 2 : Histogramme du pourcentage de temps pendant lequel l index Bispectral (BIS) est maintenu dans l intervalle -6. Le trait en gras représente la courbe normale de la distribution pour chaque groupe et on remarque que les 2 courbes normales sont différentes en ce qui concerne leurs pics (kurtosis) et leurs aplatissements (skewness).

6 384 MAPAR 7 5. BOUCLE FERMÉE PROPOFOL-BIS ET CONDITIONS EXTRÊMES Un nouvel outil d anesthésie doit être validé dans des conditions extrêmes pour que l on puisse apprécier son intérêt et son innocuité [16]. Nous avons utilisé notre boucle fermée propofol-bis lors de transplantations pulmonaires []. Cette anesthésie est un acte majeur concernant des patients ASA IV au stade terminal d une insuffisance respiratoire. Des événements hémodynamiques, métaboliques, et respiratoires peuvent survenir brutalement à n importe quel moment de l intervention [21]. Vingt patients, 14 bénéficiant d une transplantation bipulmonaire et 6 d une transplantation monopulmonaire, ont été inclus dans cette étude prospective pilote. Cinq patients ont nécessité une circulation extra-corporelle. Seize inductions en mode automatique ont été réalisées et l entretien de l anesthésie a été fait en boucle fermée pour les patients. Le contrôleur a permis l entretien de l anesthésie pendant 114 heures durant lesquelles 2687 modifications de concentration de propofol ont été réalisées automatiquement. Aucune intervention manuelle n a été nécessaire. L objectif de maintenir le BIS dans l intervalle -6 a été obtenu pendant 85 ± 17 % du temps total de l entretien en moyenne. Onze patients ont été extubés au bloc opératoire (1 patient a été réintubé) et une patiente a nécessité une ventilation mécanique prolongée. La durée de ventilation mécanique a été de 5 ± 5 jours pour les 8 autres patients. La durée moyenne d hospitalisation en réanimation a été plus courte (7 ± 4 vs 22 ± 33 jours, p =,1) pour les patients extubés au bloc opératoire. Au total, cette étude montre qu il est possible d utiliser la boucle fermée dans des conditions extrêmes de l anesthésie supprimant ainsi une tâche au médecin qui peut alors se consacrer aisément à la réanimation cardio-respiratoire. 6. DOUBLE BOUCLE FERMÉE (DUAL-LOOP) PROPOFOL-RÉMIFEN- TANIL ET BIS La délivrance des agents de l anesthésie répond à trois exigences : l hypnose, l analgésie et le relâchement musculaire [22]. Notre équipe a montré qu il est possible d automatiser le maintien de l hypnose durant toute l anesthésie, y compris pour l induction [1]. L administration en boucle fermée d un curare pourrait s avérer inutile si les espoirs mis dans le développement d un antidote, le sugammadex [23], se voyaient confirmés. Il reste donc un défi : réaliser une boucle fermée de l analgésie bien qu il n existe pas de moniteur spécifique. A partir d études portant sur l interaction hypnotique-morphinique [24-26], on peut faire l hypothèse que le BIS d un opéré incorrectement analgésié augmente lors d un stimulus nociceptif. A l inverse, la concentration nécessaire d un hypnotique n est plus seulement celle qui produit la perte de conscience lorsque l analgésie est satisfaisante. A partir de ce paradigme, nous avons implémenté un nouvel algorithme contrôlant la perfusion du rémifentanil en boucle fermée. Elle varie en fonction des augmentations du BIS avec un algorithme Proportionnel-Différentiel similaire à l algorithme pilotant le propofol pour réguler le niveau d hypnose, mais avec des gains différents [27]. A ce jour, 1 patients, y compris des patients ASA IV, ont été inclus dans une étude prospective, randomisée et multicentrique. Cette étude comporte un groupe «manuel» (perfusions du propofol et du rémifentanil décidées par l anesthésiste) et un groupe «Dual-loop» (perfusions simultanées des deux

7 Les médicaments de l'anesthésie 385 agents en boucle fermée). Les résultats préliminaires sont résumés Figure 3. Durant l induction, la consommation de propofol a été similaire entre les 2 groupes (1,3 ±,5 vs 1,3 ±,5 mg.kg -1, groupe «manuel» vs groupe «Dual-loop» respectivement) contrairement à la consommation de rémifentanil (1,6 ±,7 vs 2,4 ± 1 µg.kg -1, groupe «manuel» vs groupe «Dual-loop» respectivement, p <,1). Les épisodes d anesthésie trop profonde, manifestée par la présence de silence électrique (suppression ratio, BSR), ont été plus fréquents dans le groupe «Dual-loop» : 17 vs 4 % des patients, groupe «manuel» vs groupe «Dual-loop», p <,3). Durant l entretien de l anesthésie, le BIS a été maintenu dans l intervalle -6 pendant 83 ± 11 % du temps total dans le groupe «Dualloop» et dans 69 ± % dans le groupe «manuel» (p <,4) (Figure 4). Les épisodes d anesthésie trop profonde, définie par la présence de BSR à un taux de plus de 1 %, ont été plus importants dans le groupe «manuel» (31 vs 8 %, groupe «manuel» vs groupe «Dual-loop», p <,3). La consommation de propofol a été similaire et peu importante dans les 2 groupes ; par contre, la consommation de rémifentanil a été différente et plus importante (,17 ±,7 vs,23 ±,7, groupe «manuel» vs groupe «Dual-loop», p <,2). Cette étude confirme l hypothèse de départ : l activité électro-corticale permet de guider l hypnose et l analgésie lors d une anesthésie générale. La boucle fermée propofol-bis permet d obtenir un état d hypnose stable, les modifications de l EEG devenant le témoin d une analgésie insuffisante. Enfin, la possibilité de réaliser une boucle fermée à partir d un moniteur donné est la validation ultime de ce moniteur. 1 Groupe «manuel» Groupe «Dual-loop» Valeurs individuelles minutes 1 Médianes, 1 ème et 9 ème percentiles minutes Nombre de patients en cours d anesthésie minutes Figure 3 : Valeurs individuelles, médianes (1 e et 9 e percentiles) de l Index Bispectral (BIS) et nombre de patients présents dans l étude lors de l induction et de l entretien. Manual : groupe «manuel», Dual-loop : double «boucle» avec administration simultanée du propofol et du rémifentanil.

8 386 MAPAR 7 Nombre de patients 25 Nombre de patients % de temps Groupe «manuel» (n = 52) Groupe «dual-loop» (n = 53) 69 ± vs 83 ± 11 % (p <,4) Figure 4 : Histogramme du pourcentage de temps pendant lequel l index Bispectral (BIS) est maintenu dans l intervalle -6. Manual : groupe «manuel», Dual-loop : double «boucle» avec administration simultanée du propofol et du rémifentanil. Le trait en gras représente la courbe normale de la distribution pour chaque groupe et on remarque que les 2 courbes normales sont différentes en ce qui concerne leurs pics (kurtosis) et leurs aplatissements (Skewness). CONCLUSION La boucle fermée propofol-bis n est pas une recherche ésotérique [16]. On assiste à un regain d intérêt pour cet outil qui a démontré sa pertinence clinique. Un certain nombre d étapes ont été franchies : anesthésie de patients à haut risque, actes chirurgicaux majeurs, titration automatique et simultanée du propofol et du rémifentanil. Il reste à démontrer la faisabilité d une boucle fermée avec les autres moniteurs EEG de la profondeur de l anesthésie [28, 29], et à déterminer le comportement du système sur de grandes cohortes pour que la délivrance automatisée des médicaments de l anesthésie devienne un jour un outil clinique [12]. Nos études ont été conduites grâce à l aide de l association Vaincre la Mucoviscidose. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES [1] Statistical Summary of Commercial Jet Airplane Accidents: Worldwide Operations Seattle, Boeing Commercial Airplane Group, 5 [2] Mayo CW, Bickford RG, Faulconer AJ. Electroencephalographically controlled anesthesia in abdominal surgery. JAMA 195;144:181-3 [3] Mortier E, Struys M, De Smet T, Versichelen L, Rolly G. Closed-loop controlled administration of propofol using bispectral analysis. Anaesthesia 1998;53: [4] Morley A, Derrick J, Mainland P, Lee BB, Short TG. Closed loop control of anaesthesia: an assessment of the bispectral index as the target of control. Anaesthesia ;55:953-9 [5] Struys MM, De Smet T, Versichelen LF, Van De Velde S, Van den Broecke R, Mortier EP. Comparison of closed-loop controlled administration of propofol using Bispectral Index as the controlled variable versus «standard practice» controlled administration. Anesthesiology 1;95:6-17

9 Les médicaments de l'anesthésie 387 [6] Absalom AR, Sutcliffe N, Kenny GN. Closed-loop control of anesthesia using Bispectral index: performance assessment in patients undergoing major orthopedic surgery under combined general and regional anesthesia. Anesthesiology 2;96:67-73 [7] Leslie K, Absalom A, Kenny GN. Closed loop control of sedation for colonoscopy using the Bispectral Index. Anaesthesia 2;57:693-7 [8] Absalom AR, Kenny GN. Closed-loop control of propofol anaesthesia using bispectral index: performance assessment in patients receiving computer-controlled propofol and manually controlled remifentanil infusions for minor surgery. Br J Anaesth 3;9: [9] Liu N, Chazot T, Trillat B et al. Feasibility of closed-loop titration of propofol guided by the Bispectral Index for general anaesthesia induction: a prospective randomized study. Eur J Anaesthesiol 6;23:465-9 [1] Liu N, Chazot T, Genty A et al. Titration of propofol for anesthetic induction and maintenance guided by the bispectral index: closed-loop versus manual control: a prospective, randomized, multicenter study. Anesthesiology 6;14: [11] Milne SE, Kenny GN. Future applications for TCI systems. Anaesthesia 1998;53 Suppl 1:56-6. [12] Heller A. Integrated medical feedback systems for drug delivery. AIChE J 5;51: [13] Schwilden H, Schuttler J, Stoeckel H. Closed-loop feedback control of methohexital anesthesia by quantitative EEG analysis in humans. Anesthesiology 1987;67:341-7 [14] Bailey JM, Haddad WM, Hayakawa T. Closed-Loop Control in Clinical Pharmacology: Paradigms, Benefits, and Challenges. Proceeding of the 4 American Control Conference 4 [15] Schnider TW, Minto CF, Shafer SL et al. The influence of age on propofol pharmacodynamics. Anesthesiology 1999;9: [16] Glass PS, Rampil IJ. Automated anesthesia: fact or fantasy? Anesthesiology 1;95:1-2 [17] Marsh B, White M, Morton N, Kenny GN. Pharmacokinetic model driven infusion of propofol in children. Br J Anaesth 1991;67:41-8 [18] Minto CF, Schnider TW, Egan TD et al. Influence of age and gender on the pharmacokinetics and pharmacodynamics of remifentanil. I. Model development. Anesthesiology 1997;86:1-23 [19] Monk TG, Saini V, Weldon BC, Sigl JC. Anesthetic management and one-year mortality after noncardiac surgery. Anesth Analg 5;1:4-1 [] Brice A, Liu N, Law-Koune JD, Marandon JY, Rives B, Fischler M. Faisabilité de la titration du propofol en boucle fermée guidé par l index bispectral lors des transplantations pulmonaires. SFAR. R393, 6 [21] Bracken CA, Gurkowski MA, Naples JJ. Lung transplantation: historical perspective, current concepts, and anesthetic considerations. J Cardiothorac Vasc Anesth 1997;11:2-41 [22] Woodbridge PD. Changing concepts concerning depth of anesthesia. Anesthesiology 1957;18:536-5 [23] Sorgenfrei IF, Norrild K, Larsen PB et al. Reversal of rocuronium-induced neuromuscular block by the selective relaxant binding agent sugammadex: a dose-finding and safety study. Anesthesiology 6;14: [24] Glass PS. Anesthetic drug interactions. Anesthesiology 1998;88:5-6 [25] Iselin-Chaves IA, Flaishon R, Sebel PS et al. The effect of the interaction of propofol and alfentanil on recall, loss of consciousness, and the Bispectral Index. Anesth Analg 1998;87: [26] Guignard B, Menigaux C, Dupont X, Fletcher D, Chauvin M. The effect of remifentanil on the bispectral index change and hemodynamic responses after orotracheal intubation. Anesth Analg ;9:161-7 [27] Liu N, Hamada S, Chazot T, Landais A, Fischler M. Propofol and Remifentanil Guided Solely by the Bispectral Index: Closed-Loop Versus Manual Control. ASA, A [28] Zikov T, Bibian S, Dumont GA, Huzmezan M, Ries CR. Quantifying cortical activity during general anesthesia using wavelet analysis. IEEE Trans Biomed Eng 6;53: [29] Vakkuri A, Yli-Hankala A, Talja P et al. Time-frequency balanced spectral entropy as a measure of anesthetic drug effect in central nervous system during sevoflurane, propofol, and thiopental anesthesia. Acta Anaesthesiol Scand 4;48:145-53

INDUCTION AUX AGENTS VOLATILS EN PÉDIATRIE : POUR ET CONTRE

INDUCTION AUX AGENTS VOLATILS EN PÉDIATRIE : POUR ET CONTRE INDUCTION AUX AGENTS VOLATILS EN PÉDIATRIE : POUR ET CONTRE Dr Luc Desgagné CHUQ, Centre hospitalier universitaire de Laval Le samedi 6 novembre 2010 OBJECTIFS Discuter des avantages et inconvénients relatifs

Plus en détail

D-52589-2012. Gardez votre objectif en vue DRÄGER SMARTPILOT VIEW

D-52589-2012. Gardez votre objectif en vue DRÄGER SMARTPILOT VIEW D-52589-2012 Gardez votre objectif en vue DRÄGER SMARTPILOT VIEW 02 DRÄGER SMARTPILOT VIEW Passer des données aux décisions Comme une image peut en dire bien plus que mille mots, une nouvelle technologie

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous?

La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous? La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous? Introduite dans les années 90 en chirurgie cardiaque (1) et théorisée par H Kehlet en chirurgie colique (2), la Récupération

Plus en détail

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant. Gaëlle Vottier 1,3 (Sous la direction du Pr Stéphane Dauger 1,3 ) (En

Plus en détail

Pratique de la P C A (patient-controlled analgesia)

Pratique de la P C A (patient-controlled analgesia) Pratique de la PCA (patient-controlled analgesia) - M. Navez, D. Baylot Pratique de la P C A (patient-controlled analgesia) Navez M, Baylot D DAR Anesthésie Réanimation Pr Auboyer CHU ST Etienne BASES

Plus en détail

L UACA de l HEGP est ouverte depuis octobre 2001. Elle dispose de 8 places autorisées, permettant de réaliser 8x365=2920 actes par an.

L UACA de l HEGP est ouverte depuis octobre 2001. Elle dispose de 8 places autorisées, permettant de réaliser 8x365=2920 actes par an. ORGANISATION DE L ANESTHESIE AMBULATOIRE A L HOPITAL EUROPEEN GEORGES POMPIDOU Sophie NGUYEN-ROUX Service d Anesthésie-Réanimation - Unité d Anesthésie et de Chirurgie Ambulatoires Hôpital Européen Georges

Plus en détail

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc.

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. NAVA pourquoi pas Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. 7e Symposium en thérapie respiratoire HSCM 1 décembre 2012 Le mode NAVA o Neurally Adjusted Ventilatory Assist Neuro-Asservissement

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

Avis 23 avril 2014. BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA

Avis 23 avril 2014. BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 avril 2014 BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA DCI Code ATC (2012) Motif de l

Plus en détail

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Michel MAILLET Unité d Anesthésie & Chirurgie Ambulatoires Hôpital Tenon, AP-HP 4 rue de la Chine; 75020 Paris Chemin Clinique Éligibilité

Plus en détail

L HYPNOSE AU BLOC OPERATOIRE : LE POINT DE VUE DES IADE

L HYPNOSE AU BLOC OPERATOIRE : LE POINT DE VUE DES IADE L HYPNOSE AU BLOC OPERATOIRE : LE POINT DE VUE DES IADE Copin-Eliat Catherine, Languenan Natacha, Pôle Anesthésie-Réanimation CHU de Rennes, hôpital Anne de Bretagne, 16, boulevard de Bulgarie, BP 90347,

Plus en détail

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE La mise au point préopératoire par un anesthésiste permet de mieux planifier l organisation de la salle d opération, d éviter

Plus en détail

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque 24 ème Congrès de la Coordination des Infirmiers Anesthésistes et de Réanimation de Caen et sa Région Dr Buléon Clément Pôle Réanimation-Anesthésie-SAMU,

Plus en détail

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2 Généralisation 2014 d un recueil d indicateurs pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins dans les établissements de santé de soins de courte durée Consignes de remplissage - Grille

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Mesure non invasive du débit cardiaque

Mesure non invasive du débit cardiaque Mesure non invasive du débit cardiaque Pr. Jean-Luc Fellahi fellahi-jl@chu-caen.fr Pôle Réanimations Anesthésie SAMU/SMUR, CHU de Caen, France UFR de Médecine, EA 4650, UCBN, France Déclara'on de conflits

Plus en détail

Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux

Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux Devalois B*, Jugan C*, Prevel M*, Abbas R**, Hajage D** * CHRD Pontoise **URC Bichat

Plus en détail

Monitoring de l hémoglobine au bloc opératoire Place d une mesure continue non invasive. C Decoene PH CHRU Lille

Monitoring de l hémoglobine au bloc opératoire Place d une mesure continue non invasive. C Decoene PH CHRU Lille Monitoring de l hémoglobine au bloc opératoire Place d une mesure continue non invasive C Decoene PH CHRU Lille objectif Le taux d hémoglobine intervient dans : Le transport d O2 L hémostase L équilibre

Plus en détail

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft CHA-Hôpital Hôpital Enfant-Jésus Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l

Plus en détail

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft 9 mai 2013 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l ECG Rappel critères ECG de l'ischémie Principe de monitoring per-op

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA)

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) METHODE DE CONTROLE DE LA DOULEUR AIGUE EFFICACE ET SURE. OSWALT KE 1990 OBJECTIF : METTRE EN PLACE LA PCA CHEZ LE PLUS GRAND NOMBRE DE PATIENTS SANS AUGMENTER

Plus en détail

Fiche descriptive de l indicateur : Tenue du dossier anesthésique (DAN)

Fiche descriptive de l indicateur : Tenue du dossier anesthésique (DAN) Définition Score individuel Score global Echantillon Critère d inclusion Fiche descriptive de l indicateur : Tenue du dossier anesthésique (DAN) Cet indicateur évalue la tenue du dossier anesthésique.

Plus en détail

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS Btissame Betari Symposium 8 Avril 2014 1 Cas clinique Mr V. 86 ans ATCD : HTA, ACFA traitée par Xarelto Mode de vie : Vit avec sa femme en pavillon Autonome, marche

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

PROGRAF MC Toutes indications

PROGRAF MC Toutes indications PROGRAF MC Toutes indications AVRIL 2015 Marque de commerce : Prograf Dénomination commune : Tacrolimus Fabricant : Astellas Forme : Capsule Teneurs : 0,5 mg, 1 mg et 5 mg Exemption de l application de

Plus en détail

Aspects juridiques de l anesthésie pédiatrique hors centre de référence

Aspects juridiques de l anesthésie pédiatrique hors centre de référence Aspects juridiques de l anesthésie pédiatrique hors centre de référence 1 Gilles Orliaguet 1 Nadège Salvi 1 1 Hôpital Necker Enfants Malades. Assistance Publique Hôpitaux de Paris. Université Paris Descartes.

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL. Proposition d assurance Professionnels libéraux

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL. Proposition d assurance Professionnels libéraux ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL Proposition d assurance Professionnels libéraux Questionnaire de déclaration d activité professionnelle Tous les proposants, quelle

Plus en détail

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06. Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.1998) Texte coordonné : dernière mise à jour : 08.08.2014 CHAPITRE

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Chirurgie ambulatoire challenges

Chirurgie ambulatoire challenges Les Colloques du mardi 10 mai 2011 V Ott P Charbonnet Chirurgie ambulatoire difficultés et conditions d application Historique: La notion de chirurgie ambulatoire apparaît dans la littérature à la fin

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Participation de l Assurance Maladie à l assurance en Responsabilité Civile Professionnelle des médecins libéraux

Participation de l Assurance Maladie à l assurance en Responsabilité Civile Professionnelle des médecins libéraux Participation de l Assurance Maladie à l assurance en Responsabilité Civile Professionnelle des médecins libéraux HAS réunion des gestionnaires d Organismes agréés 25 novembre 2013 Participation à l Assurance

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

La gestion de la douleur postopératoire

La gestion de la douleur postopératoire La gestion de la douleur postopératoire Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Comment évaluer la douleur postopératoire?...1 2 Quels sont la fréquence, l'intensité,

Plus en détail

La douleur induite par les soins

La douleur induite par les soins Chapitre 33 La douleur induite par les soins A. RICARD-HIBON Points essentiels La douleur induite par les soins est fréquente et insuffisamment évaluée et prise en compte. C est une problématique qui concerne

Plus en détail

Monitoring de la nociception peropératoire

Monitoring de la nociception peropératoire Monitoring de la nociception peropératoire Isabelle Constant, Nada Sabourdin Département d anesthésie, Hôpital Trousseau, 75012 Paris, France. E-mail : isabelle.constant@trs.aphp.fr 1. Bases physiologiques

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé La loi du 13 août 2004 relative à l Assurance Maladie a instauré la possibilité d une prise en charge partielle de l assurance de responsabilité civile professionnelle (RCP) par la CPAM, pour les médecins

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique (en anglais Master of

Plus en détail

Conférence invitée Anne-Sophie Nyssen

Conférence invitée Anne-Sophie Nyssen Conférence invitée Anne-Sophie Nyssen Validité et fidélité de la simulation comme outil de formation et de recherche : l'exemple de l'anesthésie et de la robotique chirurgicale Fidélité et Validité Le

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition.

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA DR C. Waintrop Service d anesthésie -Réanimation Hôpital Saint-Louis, Paris 10è DEFINITION Douleur: «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

Impact du vieillissement sur les dépenses de l assurance maladie

Impact du vieillissement sur les dépenses de l assurance maladie Expertise & COOPAMI Impact du vieillissement sur les dépenses de l assurance maladie dans les domaines spécifiques de l orthopédie-traumatologie et de la cardiologie du secteur des implants Analyse du

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE PROFESSIONNEL(S) VISÉ(S) : Infirmières du CSSSL oeuvrant à la salle de RÉA de l urgence et aux soins intensifs et coronariens de l installation Cité de la santé du CSSS Laval. RÉFÉRENCE À UN PROTOCOLE

Plus en détail

LIPOASPIRATION DU VENTRE ET DES HANCHES

LIPOASPIRATION DU VENTRE ET DES HANCHES FR É D É R I C SA U V E U R S A R FAT I Ancien Interne des Hôpitaux de Paris Ancien Chef de Clinique à l Hôpital Saint-Louis Fellow of the Endoscopic Plastic Surgery Center Baltimore U.S.A. C H I R U R

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION

ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION «La défibrillation externe automatique dans les centres de conditionnement physique». Cette énoncé

Plus en détail

Atelier hémophilie et chirurgie. Pr Claude Negrier Hôpital Edouard Herriot Université Claude Bernard Lyon 1 claude.negrier@chu-lyon.

Atelier hémophilie et chirurgie. Pr Claude Negrier Hôpital Edouard Herriot Université Claude Bernard Lyon 1 claude.negrier@chu-lyon. Atelier hémophilie et chirurgie Pr Claude Negrier Hôpital Edouard Herriot Université Claude Bernard Lyon 1 claude.negrier@chu-lyon.fr Quelles chirurgies? Les chirurgies spécifiques Les chirurgies extra

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

S Y L V I E W Y L E R

S Y L V I E W Y L E R La Méthode NADA S Y L V I E W Y L E R E L E A N O R E H I C K E Y M É L I N D A A K O N G O S I O N, 7 S E P T E M B R E 2 0 1 1 F O R U M D R O G U E S S U R L E S A P P R O C H E S A L T E R N A T I

Plus en détail

UN ENFANT VA ETRE OPERE : CE QUE LE MEDECIN TRAITANT DOIT SAVOIR

UN ENFANT VA ETRE OPERE : CE QUE LE MEDECIN TRAITANT DOIT SAVOIR SESSION POUR LES GENERALISTES 789 UN ENFANT VA ETRE OPERE : CE QUE LE MEDECIN TRAITANT DOIT SAVOIR A-M. Dubousset, Département d Anesthésie-Réanimation de Bicêtre, Hôpital de Bicêtre, 78 rue du Général

Plus en détail

Mémoire de Fin d études

Mémoire de Fin d études La qualité du réveil En salle de surveillance post-interventionnelle Christelle C Mémoire de Fin d études UE 5.6. S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles Promotion

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

La ventilation non invasive aux soins intensifs

La ventilation non invasive aux soins intensifs La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure)

Plus en détail

ANALGESIE POSTOPERATOIRE EN CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE LOURDE DE L ADULTE

ANALGESIE POSTOPERATOIRE EN CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE LOURDE DE L ADULTE Analgésie postopératoire 265 ANALGESIE POSTOPERATOIRE EN CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE LOURDE DE L ADULTE F. Singelyn. Service d Anesthésiologie, Cliniques Universitaires St Luc Avenue Hippocrate 10/1821 1200

Plus en détail

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques SIP Août 2010 Route : 354 Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques Août 2010 1 Table des matières 1. Présentation du service p 3 2. Pathologies les plus courantes aux SIP. P 5 3. Objectifs de stage p

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

Anesthésie loco-régionale dans la chirurgie du sein

Anesthésie loco-régionale dans la chirurgie du sein Anesthésie loco-régionale dans la chirurgie du sein Dr Aline Albi-Feldzer Département d anesthésie Hôpital René Huguenin Institut Curie Saint-Cloud Journée CLCC,22/05/2015 Plan 1. Les profils de douleurs

Plus en détail

Intoxication par les barbituriques

Intoxication par les barbituriques Intoxication par les barbituriques GH. Jalal, S. Achour, N. Rhalem, R. Soulaymani 1. Cas clinique : L unité d information toxicologique du Centre Anti Poison du Maroc a été contactée par une clinique privée

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

Anesthésie locorégionale et anticoagulants : nouvelle approche

Anesthésie locorégionale et anticoagulants : nouvelle approche Anesthésie locorégionale et anticoagulants : nouvelle approche N. ROSENCHER, L. BELLAMY Toutes les recommandations sur l association de l anesthésie médullaire avec les anticoagulants reposent actuellement

Plus en détail

Sédation et analgésie aux soins intensifs ou comment calmer intensivement!

Sédation et analgésie aux soins intensifs ou comment calmer intensivement! L E S S O I N S I N T E N S I F S Sédation et analgésie aux soins intensifs ou comment calmer intensivement! par Jocelyn Brunet 3 Vous êtes de garde aux soins intensifs d un hôpital régional. M me Agitée,

Plus en détail

Récupération améliorée après chirurgie

Récupération améliorée après chirurgie Récupération améliorée après chirurgie ENHANCED RECOVERY AFTER SURGERY Présentation du programme à l Hôpital du Valais www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch ERAS ET SON HISTOIRE Pendant 10 ans, un groupe d

Plus en détail

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 09.45 10.00 10.00 11.00 11.00 12.00

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 09.45 10.00 10.00 11.00 11.00 12.00 Session 1 Lundi 5 novembre 2012 Visioconférence Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 10.00 11.00 11.00 12.00 14.00 15.00 15.00 16.00 16.00 16.15 16.00 16.30 16.30 17.15

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 mai 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 mai 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 23 mai 2012 SEGLOR 5 mg, gélule B/30 (CIP: 321 899-8) SEGLOR LYOC 5 mg, lyophilisat oral B/30 (CIP: 334 062-4) Laboratoire UCB PHARMA dihydroergotamine (mésilate de)

Plus en détail

Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux

Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux PF Plouin, ESH Hypertension Excellence Center, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris La prise en charge de l hypertendu l concerne

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Outils d évaluations de la simulation en équipe: Évaluation de performance en formation interprofessionnelle. Martina ESDAILE SFAR 19 septembre 2012

Outils d évaluations de la simulation en équipe: Évaluation de performance en formation interprofessionnelle. Martina ESDAILE SFAR 19 septembre 2012 Outils d évaluations de la simulation en équipe: Évaluation de performance en formation interprofessionnelle Martina ESDAILE SFAR 19 septembre 2012 Déclaration de conflits d intérêts! Aucun conflits d

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

1 Définition. 2 Services sensibles. 3 Les divers fluides

1 Définition. 2 Services sensibles. 3 Les divers fluides Utilisation des gaz médicaux en anesthésie réanimation Le bloc opératoire et les réanimations SI sont des services dit sensibles par rapport à la fourniture en gaz médicaux. 1 Définition Fluide = Ensemble

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Le Centre de documentation du C.H.T. Est situé au rez de chaussée du Bâtiment T 7 Avenue Paul Doumer BP J5-98849 Nouméa.

Le Centre de documentation du C.H.T. Est situé au rez de chaussée du Bâtiment T 7 Avenue Paul Doumer BP J5-98849 Nouméa. Le Centre de documentation du C.H.T Est situé au rez de chaussée du Bâtiment T 7 Avenue Paul Doumer BP J5-98849 Nouméa Horaires : Ouvert du lundi au Jeudi : 8h00-16h00 et le vendredi : 8h00-15h00 Pour

Plus en détail

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench

Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench Gérer une hémorragie sous NACO P. Ffrench HCL : Gestion en urgence des patients sous anticoagulants oraux directs (AOD) ou nouveaux anticoagulants (NACO) en péri-opératoire et/ou dans le cadre des complications

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Nicola Santelmo Chirurgie Thoracique Groupe de Transplantation Pulmonaire de Strasbourg Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Coordinateur: Pr Gilbert

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Travail effectué sous la direction du Pr Gilles ORLIAGUET et du Dr Nadège SALVI (C.H.U. Necker Enfants Malades)

Travail effectué sous la direction du Pr Gilles ORLIAGUET et du Dr Nadège SALVI (C.H.U. Necker Enfants Malades) ACADEMIE DE PARIS Année 2011 MEMOIRE pour l obtention du DES d Anesthésie-Réanimation Coordonnateur : Mr le Professeur Marc SAMAMA Présenté et soutenu le 29/04/2011 par Malika OMARJEE SEJOURS PROLONGES

Plus en détail

Recours à la modélisation suite à un essai clinique

Recours à la modélisation suite à un essai clinique 5 ème Journée Nationale des Innovations Hospitalières Bordeaux 26 Juin 2014 Recours à la modélisation suite à un essai clinique l exemple du STIC Brindley Antoine Bénard 1, Elise Verpillot 2, Jean-Rodolphe

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Gelsoft Plus LA SEULE PROTHESE VASCULAIRE AU MONDE EN POLYESTER A STRUCTURE TRICOTEE KOPER IMPREGNEE DE GELATINE, RESISTANT A LA DILATATION

Gelsoft Plus LA SEULE PROTHESE VASCULAIRE AU MONDE EN POLYESTER A STRUCTURE TRICOTEE KOPER IMPREGNEE DE GELATINE, RESISTANT A LA DILATATION Gelsoft Plus LA SEULE PROTHESE VASCULAIRE AU MONDE EN POLYESTER A STRUCTURE TRICOTEE KOPER IMPREGNEE DE GELATINE, RESISTANT A LA DILATATION Structure tricotée Köper exclusive offrant: - une dilatation

Plus en détail

L Automesure tensionnelle : quand, pour qui, comment, pourquoi?

L Automesure tensionnelle : quand, pour qui, comment, pourquoi? L Automesure tensionnelle : quand, pour qui, comment, pourquoi? B Duly-Bouhanick, J Guittard, T Battiston, J. Amar, B Chamontin Service de Médecine Interne et HTA, CHU Rangueil 1, Avenue J Poulhès, TSA

Plus en détail

Série 430 Régulateurs indicateurs pneumatiques compacts pour signaux standards Postes de commande types 3431 et 3432

Série 430 Régulateurs indicateurs pneumatiques compacts pour signaux standards Postes de commande types 3431 et 3432 Série 430 Régulateurs indicateurs pneumatiques compacts pour signaux standards Postes de commande types 3431 et 3432 Application Régulateurs universels en liaison avec des transmetteurs électriques ou

Plus en détail

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA?

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? (césarienne élective = césarienne pratiquée "à froid", en dehors du travail) C Dageville réanimation néonatale,

Plus en détail