TITRATION AUTOMATISÉE DE L ANESTHÉSIE INTRAVEINEUSE GUIDÉE PAR L INDEX BISPECTRAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TITRATION AUTOMATISÉE DE L ANESTHÉSIE INTRAVEINEUSE GUIDÉE PAR L INDEX BISPECTRAL"

Transcription

1 TITRATION AUTOMATISÉE DE L ANESTHÉSIE INTRAVEINEUSE GUIDÉE PAR L INDEX BISPECTRAL Ngai Liu (1), Thierry Chazot (1), Bernard Trillat (2), Guy Dumont (3), Marc Fischler (1) (1) Service d Anesthésie, Hôpital Foch, rue Worth, Suresnes, (2) Service d Informatique, Hôpital Foch, Suresnes, France (3) Department of Electrical and Computer Engineering, University of British Columbia, Vancouver, Canada INTRODUCTION Dans l industrie aéronautique le pilotage automatique est un outil incontournable qui réduit la charge de travail et les erreurs «humaines» [1]. Bien que Mayo et al. aient démontré, il y a plus d un demi-siècle, la faisabilité d une boucle d asservissement entre l inhalation d éther et l électroencéphalogramme (EEG) [2], la délivrance des agents anesthésiques reste manuelle. Mais un nombre croissant d études ont récemment montré l intérêt des outils d asservissement entre le propofol et un moniteur EEG de la profondeur de l anesthésie, l Index Bispectral (BIS) [3-1]. L objectif de cette revue est de faire une analyse des études cliniques concernant l utilisation d une boucle fermée en anesthésie. 1. PRINCIPES ET PROPRIÉTÉS D UNE BOUCLE FERMÉE Quelques années après l introduction du propofol, le regain d intérêt pour les boucles fermées est venu de l introduction du BIS en 1994, qui mesure la profondeur de l hypnose à partir du signal électroencéphalographique, et du rémifentanil en 1997, morphinomimétique de demi-vie et de délai d action courts. Dans le même temps, les performances du matériel informatique se sont améliorées le rendant plus accessible et plus simple à utiliser. Une boucle ouverte correspond à une régulation par une intervention humaine : c est l anesthésiste qui décide de modifier la concentration expirée d un agent halogéné ou la concentration de propofol en fonction de critères hémodynamiques ou électroencéphalographiques. La boucle fermée (Closedloop, Feed-back control) comporte un contrôleur ou régulateur qui administre

2 38 MAPAR 7 automatiquement un médicament à partir d une variable qui doit être maintenue constante ou dans un intervalle déterminé. Ce peut être la profondeur de l anesthésie mesurée par le BIS, ou une autre variable comme la glycémie, la fréquence cardiaque ou la pression artérielle (Figure 1). Figure 1 : Principe d une boucle fermée générique (d après P. Glass [16]). Le régulateur de la boucle fermée analyse en continu la variable que l on souhaite contrôler avec pour conséquences des modifications plus fréquentes de la commande [11]. La quantité de médicaments perfusée est adaptée aux besoins spécifiques de chaque patient à chaque instant afin de réduire la variabilité inter ou intra-individuelle [12]. Le contrôle en boucle de l administration d un hypnotique guidé par le BIS devrait améliorer la stabilité de l anesthésie par une titration continue en évitant les épisodes de surdosage (responsables d hypotension ou de retard de réveil) ou de sous-dosage (responsables d hypertension ou de mémorisation). Différents algorithmes sont utilisés pour réaliser une boucle fermée : L algorithme le plus utilisé est le régulateur «Proportionnel Intégral Dérivé» (PID). Le régulateur considère la différence entre le BIS mesuré et le BIS souhaité pendant une période de temps défini, calcule puis applique une correction de concentration du propofol proportionnelle à cette différence, son intégrale et sa dérive. Ce type de contrôleur est combiné, dans une configuration dite de type cascade, à un modèle pharmacocinétique permettant une anesthésie à objectif de concentration plasmatique ou au site effet. L avantage de ce type de configuration est que le système maintiendra automatiquement la dernière concentration demandée en cas de dysfonctionnement du contrôleur ou du BIS. Le régulateur «Model-Based-Adaptive», introduit par Schwilden et al, consiste à déterminer le modèle pharmacocinétique spécifique de chaque patient lors de l induction [13]. Le contrôleur augmente par paliers successifs le débit du

3 Les médicaments de l'anesthésie 381 propofol avec enregistrement simultané du BIS. Puis, il recalcule un modèle pharmacodynamique spécifique du patient en corrélant les concentrations calculées de propofol et le BIS. A noter qu il n'y a pas d adaptation du modèle pharmacodynamique lors de l entretien en boucle fermée, la corrélation entre les concentrations calculées et le BIS lors de l induction restant inchangée pendant toute l anesthésie [14]. Nous avons développé un régulateur basé sur un système Proportionnel Différentiel entre une perfusion de propofol à objectif de concentration avec le modèle pharmacocinétique de Schnider [15] et le BIS. Le contrôleur calcule la différence entre le BIS mesuré et le BIS souhaité. Une modification de concentration est réalisée par le contrôleur en fonction de la différence. L intervalle entre les modifications successives de concentration dépend du délai nécessaire à l équilibre au site effet donné par le modèle pharmacocinétique [1]. 2. ETUDES CLINIQUES DE BOUCLE FERMÉE ENTRE LE PROPOFOL ET LE BIS De 1998 à 6, différentes équipes européennes se sont intéressées à la perfusion automatisée du propofol guidée par le BIS (Tableau I). Elles ont démontré sa faisabilité lors de l entretien de l anesthésie après une induction manuelle chez des patients ASA I et II, lors d actes mineurs, avec différentes techniques d analgésie [3-8]. Ces études comportent rarement un groupe contrôle [4, 5]. Dans un éditorial de la revue Anesthesiology, P. Glass et I. Rampil ont défini les pré-requis permettant de valider l utilisation d une boucle fermée en routine clinique : disposer d études randomisées avec un groupe contrôle ayant le BIS comme moniteur, inclure un nombre important de patients avec des patients ASA III et IV, s intéresser à tous les types d actes chirurgicaux y compris les actes majeurs, suivre le comportement du système durant toute l anesthésie, notamment l induction [16]. 3. INDUCTION AUTOMATISÉE PROPOFOL-BIS LORS DE L ANES- THÉSIE GÉNÉRALE Nous avons réalisé la première étude démontrant la faisabilité d une induction en mode automatique [9]. Cette étude prospective et randomisée a comparé notre boucle fermée d induction ( patients) à un groupe contrôle «manuel» ( patients) ; dans ce dernier, le propofol a été perfusé à objectif de concentration avec le modèle de Marsh [17] à l aide du BIS. Pour les deux groupes, nous avons utilisé du rémifentanil à une concentration fixe de 2 ng.ml -1 au site effet avec le modèle Minto [18]. L objectif pour les 2 groupes était d obtenir un BIS égal à 5, le plus rapidement possible en évitant le surdosage de propofol. L induction a été obtenue pour les patients du groupe «boucle» avec une titration plus rapide (381 ± 16 vs 49 ± 131 secondes, groupe «boucle» versus groupe «manuel» respectivement, p =,4). La stabilité hémodynamique définie par les besoins en éphédrine a été similaire dans les deux groupes. Une meilleure stabilité hémodynamique était attendue dans le groupe «manuel», car le médecin en charge du patient connaissait ses antécédents, son traitement et l évolution hémodynamique lors de la titration. Or de toute évidence aucune de ces informations n affecte le comportement de la boucle fermée dont les

4 382 MAPAR 7 seuls éléments pris en compte, outre le BIS, sont l âge du patient, son sexe, son poids et sa taille. Tableau I Méthodologie des différentes études cliniques de boucle fermée entre le propofol et l Index Bispectral. Développeur Algorithme Chirurgie Analgésie Induction Groupe contrôle ASA > II n Mortier et al [3] MBA Orthopédie Rachianalgésie Manuelle Non Non 1 Morley et al [4] PID Gynécologie, Chirurgie digestive Alfentanil Manuelle Oui avec BIS Non 3 Leslie et al [7] PID Colonoscopie - Manuelle Non Oui 16 Stryus et al [5] MBA Gynécologie Rémifentanil (,25 µg/kg/mn) Manuelle Oui sans BIS Non 1 Absalom et al [6] PID Orthopédie Analgésie péridurale Manuelle Non Non 1 Absalom et al [8] PID Chirurgie plastique Rémifentanil (4 ng/kg/mn) Manuelle Non Non Liu et al [1] PD Chirurgie digestive, Gynécologie, Urologie, Orthopédie, Chirurgie thoracique, Chirurgie vasculaire Rémifentanil titré manuellement Automatique Oui avec BIS Oui 83 PID = régulateur Proportionnel Intégral Dérivé PD = régulateur Proportionnel Différentiel MBA = régulateur Model-Based Adaptive n = nombre de patient inclus

5 Les médicaments de l'anesthésie COMPORTEMENT DU CONTRÔLEUR PROPOFOL-BIS LORS D UNE ANESTHÉSIE GÉNÉRALE Après avoir validé la faisabilité d une induction automatisée, nous avons réalisé une étude prospective, randomisée, et multicentrique permettant de déterminer le comportement de notre contrôleur lors d une anesthésie générale [1]. Les 18 patients étaient répartis dans deux groupes : groupe «manuel» (propofol administré à objectif de concentration avec le modèle de Schnider [15] en fonction du BIS), groupe «boucle» (administration automatisée à l induction et à l entretien de l anesthésie en fonction du BIS). Dans les deux groupes, le rémifentanil a été administré manuellement à objectif de concentration en utilisant le modèle de Minto [18]. L objectif était d obtenir un BIS égal à 5 lors de l induction et de le maintenir dans l intervalle -6 durant l entretien. On peut noter que plus de 3 % des patients avaient un traitement cardiovasculaire, % subissaient un acte chirurgical majeur. Le contrôleur a été capable de faire l induction et l entretien pour tous les patients. La boucle fermée a permis le maintien de l anesthésie durant 185 heures avec 5273 modifications automatiques des concentrations de propofol (33 ± 1 modifications par heure). Cette étude montre une induction plus rapide dans le groupe «manuel» avec davantage de propofol mais une période de dépassement plus longue du seuil de du BIS. Les besoins en éphédrine lors de l induction ont été similaires dans les 2 groupes. Ce résultat confirme que la stabilité hémodynamique est la même quelque soit le mode d'induction (par médecin/automatisation). Pendant l entretien, le pourcentage de temps pendant lequel le BIS est resté dans l intervalle souhaité (-6) a été plus important dans le groupe «boucle» (7 ± 21 vs 89 ± 9 %, p <,1, groupe «manuel» vs groupe «boucle» respectivement) (Figure 2). Ce résultat a été obtenu avec une diminution de moitié de l incidence d une anesthésie trop profonde (BIS < ), ce qui semble un critère important car une anesthésie trop profonde serait responsable d une surmortalité à long terme [19]. Enfin, le délai d extubation a été plus court dans le groupe «boucle». Au total, la boucle fermée est plus précise qu une titration manuelle. Nombre de patients 5 Nombre de patients % de temps % de temps Groupe «manuel» (n = 81) Groupe «boucle» (n = 83) 7 21 vs 89 9 %, p =,1 Figure 2 : Histogramme du pourcentage de temps pendant lequel l index Bispectral (BIS) est maintenu dans l intervalle -6. Le trait en gras représente la courbe normale de la distribution pour chaque groupe et on remarque que les 2 courbes normales sont différentes en ce qui concerne leurs pics (kurtosis) et leurs aplatissements (skewness).

6 384 MAPAR 7 5. BOUCLE FERMÉE PROPOFOL-BIS ET CONDITIONS EXTRÊMES Un nouvel outil d anesthésie doit être validé dans des conditions extrêmes pour que l on puisse apprécier son intérêt et son innocuité [16]. Nous avons utilisé notre boucle fermée propofol-bis lors de transplantations pulmonaires []. Cette anesthésie est un acte majeur concernant des patients ASA IV au stade terminal d une insuffisance respiratoire. Des événements hémodynamiques, métaboliques, et respiratoires peuvent survenir brutalement à n importe quel moment de l intervention [21]. Vingt patients, 14 bénéficiant d une transplantation bipulmonaire et 6 d une transplantation monopulmonaire, ont été inclus dans cette étude prospective pilote. Cinq patients ont nécessité une circulation extra-corporelle. Seize inductions en mode automatique ont été réalisées et l entretien de l anesthésie a été fait en boucle fermée pour les patients. Le contrôleur a permis l entretien de l anesthésie pendant 114 heures durant lesquelles 2687 modifications de concentration de propofol ont été réalisées automatiquement. Aucune intervention manuelle n a été nécessaire. L objectif de maintenir le BIS dans l intervalle -6 a été obtenu pendant 85 ± 17 % du temps total de l entretien en moyenne. Onze patients ont été extubés au bloc opératoire (1 patient a été réintubé) et une patiente a nécessité une ventilation mécanique prolongée. La durée de ventilation mécanique a été de 5 ± 5 jours pour les 8 autres patients. La durée moyenne d hospitalisation en réanimation a été plus courte (7 ± 4 vs 22 ± 33 jours, p =,1) pour les patients extubés au bloc opératoire. Au total, cette étude montre qu il est possible d utiliser la boucle fermée dans des conditions extrêmes de l anesthésie supprimant ainsi une tâche au médecin qui peut alors se consacrer aisément à la réanimation cardio-respiratoire. 6. DOUBLE BOUCLE FERMÉE (DUAL-LOOP) PROPOFOL-RÉMIFEN- TANIL ET BIS La délivrance des agents de l anesthésie répond à trois exigences : l hypnose, l analgésie et le relâchement musculaire [22]. Notre équipe a montré qu il est possible d automatiser le maintien de l hypnose durant toute l anesthésie, y compris pour l induction [1]. L administration en boucle fermée d un curare pourrait s avérer inutile si les espoirs mis dans le développement d un antidote, le sugammadex [23], se voyaient confirmés. Il reste donc un défi : réaliser une boucle fermée de l analgésie bien qu il n existe pas de moniteur spécifique. A partir d études portant sur l interaction hypnotique-morphinique [24-26], on peut faire l hypothèse que le BIS d un opéré incorrectement analgésié augmente lors d un stimulus nociceptif. A l inverse, la concentration nécessaire d un hypnotique n est plus seulement celle qui produit la perte de conscience lorsque l analgésie est satisfaisante. A partir de ce paradigme, nous avons implémenté un nouvel algorithme contrôlant la perfusion du rémifentanil en boucle fermée. Elle varie en fonction des augmentations du BIS avec un algorithme Proportionnel-Différentiel similaire à l algorithme pilotant le propofol pour réguler le niveau d hypnose, mais avec des gains différents [27]. A ce jour, 1 patients, y compris des patients ASA IV, ont été inclus dans une étude prospective, randomisée et multicentrique. Cette étude comporte un groupe «manuel» (perfusions du propofol et du rémifentanil décidées par l anesthésiste) et un groupe «Dual-loop» (perfusions simultanées des deux

7 Les médicaments de l'anesthésie 385 agents en boucle fermée). Les résultats préliminaires sont résumés Figure 3. Durant l induction, la consommation de propofol a été similaire entre les 2 groupes (1,3 ±,5 vs 1,3 ±,5 mg.kg -1, groupe «manuel» vs groupe «Dual-loop» respectivement) contrairement à la consommation de rémifentanil (1,6 ±,7 vs 2,4 ± 1 µg.kg -1, groupe «manuel» vs groupe «Dual-loop» respectivement, p <,1). Les épisodes d anesthésie trop profonde, manifestée par la présence de silence électrique (suppression ratio, BSR), ont été plus fréquents dans le groupe «Dual-loop» : 17 vs 4 % des patients, groupe «manuel» vs groupe «Dual-loop», p <,3). Durant l entretien de l anesthésie, le BIS a été maintenu dans l intervalle -6 pendant 83 ± 11 % du temps total dans le groupe «Dualloop» et dans 69 ± % dans le groupe «manuel» (p <,4) (Figure 4). Les épisodes d anesthésie trop profonde, définie par la présence de BSR à un taux de plus de 1 %, ont été plus importants dans le groupe «manuel» (31 vs 8 %, groupe «manuel» vs groupe «Dual-loop», p <,3). La consommation de propofol a été similaire et peu importante dans les 2 groupes ; par contre, la consommation de rémifentanil a été différente et plus importante (,17 ±,7 vs,23 ±,7, groupe «manuel» vs groupe «Dual-loop», p <,2). Cette étude confirme l hypothèse de départ : l activité électro-corticale permet de guider l hypnose et l analgésie lors d une anesthésie générale. La boucle fermée propofol-bis permet d obtenir un état d hypnose stable, les modifications de l EEG devenant le témoin d une analgésie insuffisante. Enfin, la possibilité de réaliser une boucle fermée à partir d un moniteur donné est la validation ultime de ce moniteur. 1 Groupe «manuel» Groupe «Dual-loop» Valeurs individuelles minutes 1 Médianes, 1 ème et 9 ème percentiles minutes Nombre de patients en cours d anesthésie minutes Figure 3 : Valeurs individuelles, médianes (1 e et 9 e percentiles) de l Index Bispectral (BIS) et nombre de patients présents dans l étude lors de l induction et de l entretien. Manual : groupe «manuel», Dual-loop : double «boucle» avec administration simultanée du propofol et du rémifentanil.

8 386 MAPAR 7 Nombre de patients 25 Nombre de patients % de temps Groupe «manuel» (n = 52) Groupe «dual-loop» (n = 53) 69 ± vs 83 ± 11 % (p <,4) Figure 4 : Histogramme du pourcentage de temps pendant lequel l index Bispectral (BIS) est maintenu dans l intervalle -6. Manual : groupe «manuel», Dual-loop : double «boucle» avec administration simultanée du propofol et du rémifentanil. Le trait en gras représente la courbe normale de la distribution pour chaque groupe et on remarque que les 2 courbes normales sont différentes en ce qui concerne leurs pics (kurtosis) et leurs aplatissements (Skewness). CONCLUSION La boucle fermée propofol-bis n est pas une recherche ésotérique [16]. On assiste à un regain d intérêt pour cet outil qui a démontré sa pertinence clinique. Un certain nombre d étapes ont été franchies : anesthésie de patients à haut risque, actes chirurgicaux majeurs, titration automatique et simultanée du propofol et du rémifentanil. Il reste à démontrer la faisabilité d une boucle fermée avec les autres moniteurs EEG de la profondeur de l anesthésie [28, 29], et à déterminer le comportement du système sur de grandes cohortes pour que la délivrance automatisée des médicaments de l anesthésie devienne un jour un outil clinique [12]. Nos études ont été conduites grâce à l aide de l association Vaincre la Mucoviscidose. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES [1] Statistical Summary of Commercial Jet Airplane Accidents: Worldwide Operations Seattle, Boeing Commercial Airplane Group, 5 [2] Mayo CW, Bickford RG, Faulconer AJ. Electroencephalographically controlled anesthesia in abdominal surgery. JAMA 195;144:181-3 [3] Mortier E, Struys M, De Smet T, Versichelen L, Rolly G. Closed-loop controlled administration of propofol using bispectral analysis. Anaesthesia 1998;53: [4] Morley A, Derrick J, Mainland P, Lee BB, Short TG. Closed loop control of anaesthesia: an assessment of the bispectral index as the target of control. Anaesthesia ;55:953-9 [5] Struys MM, De Smet T, Versichelen LF, Van De Velde S, Van den Broecke R, Mortier EP. Comparison of closed-loop controlled administration of propofol using Bispectral Index as the controlled variable versus «standard practice» controlled administration. Anesthesiology 1;95:6-17

9 Les médicaments de l'anesthésie 387 [6] Absalom AR, Sutcliffe N, Kenny GN. Closed-loop control of anesthesia using Bispectral index: performance assessment in patients undergoing major orthopedic surgery under combined general and regional anesthesia. Anesthesiology 2;96:67-73 [7] Leslie K, Absalom A, Kenny GN. Closed loop control of sedation for colonoscopy using the Bispectral Index. Anaesthesia 2;57:693-7 [8] Absalom AR, Kenny GN. Closed-loop control of propofol anaesthesia using bispectral index: performance assessment in patients receiving computer-controlled propofol and manually controlled remifentanil infusions for minor surgery. Br J Anaesth 3;9: [9] Liu N, Chazot T, Trillat B et al. Feasibility of closed-loop titration of propofol guided by the Bispectral Index for general anaesthesia induction: a prospective randomized study. Eur J Anaesthesiol 6;23:465-9 [1] Liu N, Chazot T, Genty A et al. Titration of propofol for anesthetic induction and maintenance guided by the bispectral index: closed-loop versus manual control: a prospective, randomized, multicenter study. Anesthesiology 6;14: [11] Milne SE, Kenny GN. Future applications for TCI systems. Anaesthesia 1998;53 Suppl 1:56-6. [12] Heller A. Integrated medical feedback systems for drug delivery. AIChE J 5;51: [13] Schwilden H, Schuttler J, Stoeckel H. Closed-loop feedback control of methohexital anesthesia by quantitative EEG analysis in humans. Anesthesiology 1987;67:341-7 [14] Bailey JM, Haddad WM, Hayakawa T. Closed-Loop Control in Clinical Pharmacology: Paradigms, Benefits, and Challenges. Proceeding of the 4 American Control Conference 4 [15] Schnider TW, Minto CF, Shafer SL et al. The influence of age on propofol pharmacodynamics. Anesthesiology 1999;9: [16] Glass PS, Rampil IJ. Automated anesthesia: fact or fantasy? Anesthesiology 1;95:1-2 [17] Marsh B, White M, Morton N, Kenny GN. Pharmacokinetic model driven infusion of propofol in children. Br J Anaesth 1991;67:41-8 [18] Minto CF, Schnider TW, Egan TD et al. Influence of age and gender on the pharmacokinetics and pharmacodynamics of remifentanil. I. Model development. Anesthesiology 1997;86:1-23 [19] Monk TG, Saini V, Weldon BC, Sigl JC. Anesthetic management and one-year mortality after noncardiac surgery. Anesth Analg 5;1:4-1 [] Brice A, Liu N, Law-Koune JD, Marandon JY, Rives B, Fischler M. Faisabilité de la titration du propofol en boucle fermée guidé par l index bispectral lors des transplantations pulmonaires. SFAR. R393, 6 [21] Bracken CA, Gurkowski MA, Naples JJ. Lung transplantation: historical perspective, current concepts, and anesthetic considerations. J Cardiothorac Vasc Anesth 1997;11:2-41 [22] Woodbridge PD. Changing concepts concerning depth of anesthesia. Anesthesiology 1957;18:536-5 [23] Sorgenfrei IF, Norrild K, Larsen PB et al. Reversal of rocuronium-induced neuromuscular block by the selective relaxant binding agent sugammadex: a dose-finding and safety study. Anesthesiology 6;14: [24] Glass PS. Anesthetic drug interactions. Anesthesiology 1998;88:5-6 [25] Iselin-Chaves IA, Flaishon R, Sebel PS et al. The effect of the interaction of propofol and alfentanil on recall, loss of consciousness, and the Bispectral Index. Anesth Analg 1998;87: [26] Guignard B, Menigaux C, Dupont X, Fletcher D, Chauvin M. The effect of remifentanil on the bispectral index change and hemodynamic responses after orotracheal intubation. Anesth Analg ;9:161-7 [27] Liu N, Hamada S, Chazot T, Landais A, Fischler M. Propofol and Remifentanil Guided Solely by the Bispectral Index: Closed-Loop Versus Manual Control. ASA, A [28] Zikov T, Bibian S, Dumont GA, Huzmezan M, Ries CR. Quantifying cortical activity during general anesthesia using wavelet analysis. IEEE Trans Biomed Eng 6;53: [29] Vakkuri A, Yli-Hankala A, Talja P et al. Time-frequency balanced spectral entropy as a measure of anesthetic drug effect in central nervous system during sevoflurane, propofol, and thiopental anesthesia. Acta Anaesthesiol Scand 4;48:145-53

Anesthésie à objectif de concentration IV et inhalé

Anesthésie à objectif de concentration IV et inhalé 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation Médecins. Conférence d actualisation 2011 Sfar. Tous droits réservés. Anesthésie à objectif de concentration IV et inhalé L. Ottolenghi, L. Stecken,

Plus en détail

L Anesthésie Inhalatoire à Objectif de Concentration

L Anesthésie Inhalatoire à Objectif de Concentration L Anesthésie Inhalatoire à Objectif de Concentration Dr Marc BEAUSSIER Dépt Anesthésie-Réanimation. Hôpital St-Antoine - Paris TD Egan. Anesthesiology 2003 Anesthésie Inhalatoire à Objectif de Concentration

Plus en détail

Pharmacologie des agents anesthésiques chez l obèse. Frédérique Servin AP-HP Hôpital Bichat, Paris

Pharmacologie des agents anesthésiques chez l obèse. Frédérique Servin AP-HP Hôpital Bichat, Paris Pharmacologie des agents anesthésiques chez l obèse Frédérique Servin AP-HP Hôpital Bichat, Paris Conséquences pharmacocinétiques de l obésité 1 Distribution : 1GPA masse grasse mais aussi volume du compartiment

Plus en détail

Docteur Eric DEFLANDRE Anesthésiste-Réanimateur

Docteur Eric DEFLANDRE Anesthésiste-Réanimateur Docteur Eric DEFLANDRE Anesthésiste-Réanimateur Contacts eric.deflandre@gmail.com Diplômes : Docteur en médecine, chirurgie et accouchements ULg - 2002 Diplômes complémentaires spécialisation Diplôme de

Plus en détail

Drone-Obésité PROTOCOLE

Drone-Obésité PROTOCOLE PROTOCOLE 1. INFORMATIONS GENERALES 1.1. TITRE COMPLET Anesthésie intraveineuse chez l obèse : étude des posologies de propofol et de rémifentanil (étude multicentrique, prospective, ouverte comparant

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

Titration automatisée de l anesthésie au bloc opératoire et aux endoscopies

Titration automatisée de l anesthésie au bloc opératoire et aux endoscopies Titration automatisée de l anesthésie au bloc opératoire et aux endoscopies Medhi Hafiani (1), Thierry Chazot (2), Ngai Liu (2, 3) (1) DAR Bicêtre, 78 rue du Général Leclerc, 94275 Le Kremlin Bicêtre Cedex

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

ANESTHESIE DU PATIENT OBESE I.BOMPART S. RAPAPORT DARII. PESSAC

ANESTHESIE DU PATIENT OBESE I.BOMPART S. RAPAPORT DARII. PESSAC ANESTHESIE DU PATIENT OBESE I.BOMPART S. RAPAPORT DARII. PESSAC Introduction Augmentation de la prévalence Morbi-mortalité cardio-respiratoire et néoplasique Chirurgie bariatrique ou conventionnelle Spécificité

Plus en détail

Généralités sur l anesthésie et la prise en charge périopératoire. Pr Dan Benhamou DAR Bicêtre

Généralités sur l anesthésie et la prise en charge périopératoire. Pr Dan Benhamou DAR Bicêtre Généralités sur l anesthésie et la prise en charge périopératoire en SSPI Pr Dan Benhamou DAR Bicêtre Consultation d anesthésie A distance de la chirurgie (chir programmée): au moins 48 h avant (pb médical

Plus en détail

Management pour la prévention des risques en anesthésie

Management pour la prévention des risques en anesthésie Management pour la prévention des risques en anesthésie Professeur Benoît Plaud Chu Côte de Nacre, Caen plaud-b@chu-caen.fr 5ème congrès 19-20 octobre 2006 Saint-Denis 1 Evénements indésirables graves

Plus en détail

October 2011 Vol. 113 N 4. Biblio DAR A Lapeyronie 07/11/11 PH Pouchain

October 2011 Vol. 113 N 4. Biblio DAR A Lapeyronie 07/11/11 PH Pouchain October 2011 Vol. 113 N 4 Biblio DAR A Lapeyronie 07/11/11 PH Pouchain Contexte : 1970 description Winnie : Bloc plexus brachial = au moins 40ml d AL Winnie AP. Interscalene brachial plexus block. Anesth

Plus en détail

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc.

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. NAVA pourquoi pas Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. 7e Symposium en thérapie respiratoire HSCM 1 décembre 2012 Le mode NAVA o Neurally Adjusted Ventilatory Assist Neuro-Asservissement

Plus en détail

Induction AIVOC en Mode ajustée. Véronique Crinquette, JF Kulik, B Tavernier

Induction AIVOC en Mode ajustée. Véronique Crinquette, JF Kulik, B Tavernier Induction AIVOC en Mode ajustée Véronique Crinquette, JF Kulik, B Tavernier SCATA/ESTAIC Meeting, London 21-23 Nov. 2007 JEPU CHU Lille 15 mai 2008 Systèmes modulaires au marquage CE Modèles pharmacocinétiques

Plus en détail

Anesthésie inhalatoire à objectif de concentration: AINOC. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Anesthésie inhalatoire à objectif de concentration: AINOC. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Anesthésie inhalatoire à objectif de concentration: AINOC Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille!" Conflits d intérêt Aucun avec cette présentation Les halogénés

Plus en détail

Quels gestes et quels anesthésiques en chirurgie ambulatoire

Quels gestes et quels anesthésiques en chirurgie ambulatoire Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2012 Sfar. Tous droits réservés. Quels gestes et quels anesthésiques en chirurgie ambulatoire N. DUFEU (PHAR) Unité de chirurgie ambulatoire

Plus en détail

Référentiel de compétences du perfusionniste. Document de travail

Référentiel de compétences du perfusionniste. Document de travail Référentiel de compétences du perfusionniste 1 Document de travail Élaboré par : La Société Française de Perfusion La Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardiovasculaire La Société Française

Plus en détail

Infiltration cicatricielle continue. Chirurgie gynécologique

Infiltration cicatricielle continue. Chirurgie gynécologique Strasbourg 13-15 Octobre 2009 Infiltration cicatricielle continue Chirurgie gynécologique 9CD502-Oct 2009 1/39 Agenda Historique Principes Bénéfices Cas particulier de la chirurgie gynécologique Césarienne

Plus en détail

Julie BRESSON - Mémoire de DES d Anesthésie-Réanimation ACADEMIE DE PARIS. Année 2010 MEMOIRE. pour l obtention du DES d Anesthésie-Réanimation

Julie BRESSON - Mémoire de DES d Anesthésie-Réanimation ACADEMIE DE PARIS. Année 2010 MEMOIRE. pour l obtention du DES d Anesthésie-Réanimation ACADEMIE DE PARIS Année 2010 MEMOIRE pour l obtention du DES d Anesthésie-Réanimation Coordonnateur : Mr le Pr Marc SAMAMA par Julie BRESSON Présenté et soutenu le 15 avril 2010 Comparaison entre deux

Plus en détail

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Dr Franck Lagneau Service d anesthésie-réanimation CHU Henri MONDOR, Créteil Deux manières d aborder le sujet Apprentissage

Plus en détail

Prise en charge de la douleur des drains thoraciques chez l enfant après chirurgie

Prise en charge de la douleur des drains thoraciques chez l enfant après chirurgie Prise en charge de la douleur des drains thoraciques chez l enfant après chirurgie Thierry Moreaux*, Nathalie Duparc**, Agnès Pasturel**, Dr Laurence Teisseyre***, Dr Chantal Wood****, Anne Gaudelet*****

Plus en détail

INDUCTION AUX AGENTS VOLATILS EN PÉDIATRIE : POUR ET CONTRE

INDUCTION AUX AGENTS VOLATILS EN PÉDIATRIE : POUR ET CONTRE INDUCTION AUX AGENTS VOLATILS EN PÉDIATRIE : POUR ET CONTRE Dr Luc Desgagné CHUQ, Centre hospitalier universitaire de Laval Le samedi 6 novembre 2010 OBJECTIFS Discuter des avantages et inconvénients relatifs

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Cet article provient du SNIA en date du 31 mars 2010

Cet article provient du SNIA en date du 31 mars 2010 Cet article provient du SNIA en date du 31 mars 2010 Très souvent on entend citée en référence une étude américaine qui mettrait en avant que les infirmiers anesthésistes sont plus dangereux que les médecins

Plus en détail

Ventilation Protectrice en dehors du SDRA et de l ALI. Pierre Michelet Réanimation des Urgences

Ventilation Protectrice en dehors du SDRA et de l ALI. Pierre Michelet Réanimation des Urgences Ventilation Protectrice en dehors du SDRA et de l ALI Pierre Michelet Réanimation des Urgences Objectifs Pédagogiques Ventilation «protectrice» Arguments en faveur de lésions induites par la ventilation

Plus en détail

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant. Gaëlle Vottier 1,3 (Sous la direction du Pr Stéphane Dauger 1,3 ) (En

Plus en détail

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA)

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) METHODE DE CONTROLE DE LA DOULEUR AIGUE EFFICACE ET SURE. OSWALT KE 1990 OBJECTIF : METTRE EN PLACE LA PCA CHEZ LE PLUS GRAND NOMBRE DE PATIENTS SANS AUGMENTER

Plus en détail

Journées Lilloises d Anesthésie-Réanimation et Médecine d Urgence JLARMU. Jeudi 3 avril 2014 Lille

Journées Lilloises d Anesthésie-Réanimation et Médecine d Urgence JLARMU. Jeudi 3 avril 2014 Lille Journées Lilloises d Anesthésie-Réanimation et Médecine d Urgence JLARMU Jeudi 3 avril 2014 Lille Vincent Bonhomme CHU de Liège et CHR de la Citadelle, Belgique MONITORAGE DE LA PROFONDEUR DE L ANESTHÉSIE

Plus en détail

Signes et stades de l anesthésie

Signes et stades de l anesthésie Signes et stades de l anesthésie Marie Roche-Barreau Jean-Christophe Ha 12 Octobre 2012 L objet de ce cours est de vous décrire les phénomènes présentés par tout patient lors de l installation d un anesthésie

Plus en détail

LE MONITORAGE DE LA PROFONDEUR DE L ANESTHÉSIE

LE MONITORAGE DE LA PROFONDEUR DE L ANESTHÉSIE LE MONITORAGE DE LA PROFONDEUR DE L ANESTHÉSIE Isabelle Constant Service d Anesthésie Réanimation, Hôpital Armand Trousseau, Paris. isabelle.constant@trs.aphp.fr INTRODUCTION La finalité de l anesthésie,

Plus en détail

Intelligent Ventilation. ...nouvelles fonctions intelligentes

Intelligent Ventilation. ...nouvelles fonctions intelligentes Intelligent Ventilation...nouvelles fonctions intelligentes En soins intensifs, soins subaigus et même en soins à domicile, vous cherchez davantage que des performances techniques de classe mondiale. Vous

Plus en détail

Pharmacologie des anesthésiques locaux chez l enfant

Pharmacologie des anesthésiques locaux chez l enfant Pharmacologie des anesthésiques locaux chez l enfant Frédéric LACROIX DAR Pédiatrique, pôle Anesthésie Réanimation CHU Timone, Marseille frederic.lacroix@ap-hm.fr Fixation sur les protéines plasmatiques

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Michel MAILLET Unité d Anesthésie & Chirurgie Ambulatoires Hôpital Tenon, AP-HP 4 rue de la Chine; 75020 Paris Chemin Clinique Éligibilité

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION

CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION Organisme Agréé de Réanimation de langue Française Société de Réanimation de Langue Française CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES: Proposition de programmes d EPP «clés

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux

Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux Devalois B*, Jugan C*, Prevel M*, Abbas R**, Hajage D** * CHRD Pontoise **URC Bichat

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er octobre 2008 LENOXe 100 % (v/v), gaz médicinal liquéfié pour inhalation bouteille aluminium de 10 l (code CIP 571467-8) AIR LIQUIDE SANTE FRANCE Xénon 100 % Liste

Plus en détail

La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous?

La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous? La Récupération Rapide Après Chirurgie Vers la chirurgie ambulatoire pour tous? Introduite dans les années 90 en chirurgie cardiaque (1) et théorisée par H Kehlet en chirurgie colique (2), la Récupération

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques

Méthodologie des essais cliniques Méthodologie des essais cliniques Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale Pôle S3P, Centre d Investigation Clinique (CIC 1403 INSERM), Fédération de Recherche Clinique, Université de Lille

Plus en détail

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers La iatrogénie médicamenteuse Définition (OMS, 1969) «Toute réponse néfaste et non recherchée à un médicament survenant à des doses utilisées chez l homme à des fins de prophylaxie, de diagnostic et de

Plus en détail

DU Lyon 2015. Méthodes de mesure. Louvain: - Glycémie artérielle (GDS) NICE-SUGAR : - Glycémie artérielle ou capillaire ou laboratoire

DU Lyon 2015. Méthodes de mesure. Louvain: - Glycémie artérielle (GDS) NICE-SUGAR : - Glycémie artérielle ou capillaire ou laboratoire Méthodes de mesure Précision inégale Louvain: - Glycémie artérielle (GDS) Comparaison de la glycémie capillaire versus laboratoire Réanimaiton polyvalente (80 patients sur 4 mois) NICE-SUGAR : - Glycémie

Plus en détail

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS INTRODUCTION La chirurgie ambulatoire est née il y a

Plus en détail

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ ANALYSE DES RÉSULTATS DES HÔPITAUX DE LA MONTÉRÉGIE Présentation L Institut canadien

Plus en détail

Evaluation DES pratiques

Evaluation DES pratiques Evaluation DES pratiques ProfessionnellES : Arrêt Cardiaque Vincent Piriou Service d Anesthésie Réanimation, Centre Hospitalier Lyon Sud, 69495 Pierre- Bénite Cedex. E.Mail : vincent.piriou@chu-lyon.fr

Plus en détail

Nourrisson, pédiatrique, adulte

Nourrisson, pédiatrique, adulte Nourrisson, pédiatrique, adulte En soins intensifs, vous cherchez plus que des performances ventilatoires de classe mondiale. Vous recherchez des ventilateurs capables de fournir des données fiables et

Plus en détail

Faut-il monitorer la curarisation?

Faut-il monitorer la curarisation? XXIX ème journée d Anesthésie-Réanimation de Picardie 20 juin 2012 Faut-il monitorer la curarisation? Dr Thibault LOUPEC Pr Bertrand DEBAENE Département d Anesthésie-Réanimation CHU de Poitiers Conflits

Plus en détail

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème Safe. Il est prévu que les différents partenaires de l

Plus en détail

Amélioration continue de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire dans un CHU Pédiatrique.

Amélioration continue de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire dans un CHU Pédiatrique. Amélioration continue de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire dans un CHU Pédiatrique. Dr Olivier Gall Praticien Hospitalier, Anesthésie Réanimation Bénédicte Lombart Cadre de

Plus en détail

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Pourquoi des modes automatisés? L'utilisation d'un protocole permet de réduire la durée du

Plus en détail

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Mai 2014 Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Comme nous l avons annoncé dans notre bulletin du 15 avril, l ICIS prévoit lancer son nouveau site Web interactif sur les données

Plus en détail

Pharmacologie des antalgiques per- et postopératoires

Pharmacologie des antalgiques per- et postopératoires 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2011 Sfar. Tous droits réservés. Pharmacologie des antalgiques per- et postopératoires H.

Plus en détail

L anesthésie de l Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) entre 12 et 14 Semaines d Aménorrhée (SA)

L anesthésie de l Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) entre 12 et 14 Semaines d Aménorrhée (SA) L anesthésie de l Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) entre 12 et 14 Semaines d Aménorrhée (SA) A. DRIFFAUD IADE CHI Villeneuve St Georges T. ROUSSEAU IADE CHI Villeneuve St Georges AFISAR NOV 2014

Plus en détail

Efficacité de la lidocaïne alcalinisée dans le ballonnet du tube endotrachéal sur l incidence de toux à l émergence de procédures courtes

Efficacité de la lidocaïne alcalinisée dans le ballonnet du tube endotrachéal sur l incidence de toux à l émergence de procédures courtes Efficacité de la lidocaïne alcalinisée dans le ballonnet du tube endotrachéal sur l incidence de toux à l émergence de procédures courtes 20 Novembre 2014 Papu Nath R5 - Anesthésiologie Université de Montréal

Plus en détail

Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique

Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique + Symposium Biopharma "Vie quotidienne et exercice du coronarien et de l insuffisant cardiaque" Forum Coeur Exercice et Prévention 2012 Réduire la fréquence cardiaque en pratique clinique Dany-Michel Marcadet

Plus en détail

Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions?

Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions? Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions? Laurent ARGAUD Réanimation Médicale Groupement Hospitalier Edouard Herriot laurent.argaud@chu-lyon.fr Incidents lors des relais de seringues

Plus en détail

Anesthésie pour Chirurgie Ambulatoire

Anesthésie pour Chirurgie Ambulatoire Anesthésie pour Chirurgie Ambulatoire Pr F. Sztark Pôle d Anesthésie Réanimation CHU Bordeaux Octobre 2012 Anesthésie ou Chirurgie Ambulatoire Les structures pratiquant l'anesthésie ou la chirurgie ambulatoire

Plus en détail

L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE

L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE P. Beuret Réanimation polyvalente C.H. Roanne AER 11/2014 LESIONS SOUVENT ASSOCIEES Pneumothorax Contusion pulmonaire Hémothorax Fractures costales

Plus en détail

D-52589-2012. Gardez votre objectif en vue DRÄGER SMARTPILOT VIEW

D-52589-2012. Gardez votre objectif en vue DRÄGER SMARTPILOT VIEW D-52589-2012 Gardez votre objectif en vue DRÄGER SMARTPILOT VIEW 02 DRÄGER SMARTPILOT VIEW Passer des données aux décisions Comme une image peut en dire bien plus que mille mots, une nouvelle technologie

Plus en détail

Remerciements. Dr Philippe Mahiou Clinique des Cèdres 38130 Echirolles

Remerciements. Dr Philippe Mahiou Clinique des Cèdres 38130 Echirolles Remerciements Dr Philippe Mahiou Clinique des Cèdres 38130 Echirolles Conflit d intérêt NORDIC- Pharma : prise en charge de la présentation et de l organisation de la réunion. Introduction 40 % des ALR

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Modes Standards. Modes Avancés

Modes Standards. Modes Avancés Modes Standards VC-VAC Lors de la disparition de la sédation, afin d éviter une désadaptation du patient, HORUS 4 adapte le débit insufflé à la demande du patient. VACI Ce mode associe cycles contrôlés

Plus en détail

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE SAINT-LEGER MélanieM Réunion inter-régionale de Réanimation R MédicaleM PLAN Efficacité & essais cliniques

Plus en détail

7. Recherche des essais

7. Recherche des essais 7. Recherche des essais Le chapitre précédent a insisté sur la nécessité de réaliser une recherche des essais aussi exhaustive que possible. Seule la conjonction de tous les moyens disponibles peut laisser

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 17/11/2012 Réf.: CMUB-042 Pagination : 1 de 7 Rédacteurs Date 17/11/2012 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 042 Dr Valérie Hamelin (Chenove) Approbation

Plus en détail

Etude observationnelle quantifiant en vie réelle l apport du Singulair 4 mg chez le nourrisson âgé de 6 à 24 mois

Etude observationnelle quantifiant en vie réelle l apport du Singulair 4 mg chez le nourrisson âgé de 6 à 24 mois Etude observationnelle quantifiant en vie réelle l apport du Singulair 4 mg chez le nourrisson âgé de 6 à 24 mois Manon Belhassen 1,2, Jacques de Blic, Laurent Laforest, Valérie Laigle, Céline Chanut-Vogel,

Plus en détail

Du dossier patient informatisé au taux d ISOd

Du dossier patient informatisé au taux d ISOd Du dossier patient informatisé au taux d ISOd Berrouane Y., Graglia E., Gendreike Y., Lieutier F., Pugliese P., Roux A.C., Dulbecco F., Fosse T. Contexte : le suivi des ISO Programme National de Lutte

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Utilisation des bases de données disponibles dans le système d information médicale Annie CHALFINE 1, Laurence PERNICENI 1, Loïc FLACHET

Plus en détail

Société Française d Anesthésie et de Réanimation

Société Française d Anesthésie et de Réanimation Société Française d Anesthésie et de Réanimation Recommandations Formalisées d Experts 2010 : Monitorage de l adéquation/ profondeur de l anesthésie à partir de l analyse de l EEG cortical - Texte court

Plus en détail

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE ULTRASONIQUE (SYSTÈME D ÉCHOGRAPHIE PORTABLE POUR LA VESSIE) RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE DÉCEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue

Plus en détail

Plan de mise en œuvre des options stratégiques. Conférence de presse, 25 septembre 2014

Plan de mise en œuvre des options stratégiques. Conférence de presse, 25 septembre 2014 Plan de mise en œuvre des options stratégiques Conférence de presse, 25 septembre 2014 Plan stratégique, concertation & consensus HNE, une (déjà) longue histoire au service de la population Concertation

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux introduction La présence d une neuromyopathie est très fréquente chez les patients ayant été intubés. l EMG des membres retrouve des anomalies

Plus en détail

Fiche descriptive de l indicateur : Tenue du dossier anesthésique (DAN)

Fiche descriptive de l indicateur : Tenue du dossier anesthésique (DAN) Définition Score individuel Score global Echantillon Critère d inclusion Fiche descriptive de l indicateur : Tenue du dossier anesthésique (DAN) Cet indicateur évalue la tenue du dossier anesthésique.

Plus en détail

Arthroplastie totale d épaule. en ambulatoire. Dr Guy KUHLMAN Dr Christophe MENIGAUX Hôpital Ambroise Paré

Arthroplastie totale d épaule. en ambulatoire. Dr Guy KUHLMAN Dr Christophe MENIGAUX Hôpital Ambroise Paré Arthroplastie totale d épaule en ambulatoire. Dr Guy KUHLMAN Dr Christophe MENIGAUX Hôpital Ambroise Paré Etat des lieux : la littérature : deux études pilotes. Total Shoulder Arthroplasty as an Outpatient

Plus en détail

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires 1- Même règles que les traumatismes crâniens Eviter : Hypoxie - Hypotension Importance de l'accueil +++ La prise

Plus en détail

Avis 23 avril 2014. BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA

Avis 23 avril 2014. BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 avril 2014 BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA DCI Code ATC (2012) Motif de l

Plus en détail

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak L accéléromètre comme outil d évaluation de la sédentarité et d observance aux recommandations d activité physique après un programme de rééducation cardiaque T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet,

Plus en détail

Anesthésie en urgence et estomac plein

Anesthésie en urgence et estomac plein Anesthésie en urgence et estomac plein Benoît Plaud Université Paris-Diderot Assistance Publique Hôpitaux de Paris Anesthésie, réanimation chirurgicale GHU Saint-Louis, Lariboisière, Fernand Widal, Paris,

Plus en détail

La bourse ou la vie? ITINERA INSTITUTE RÉSUMÉ. 1. Contexte 2011/2 13 09 2011

La bourse ou la vie? ITINERA INSTITUTE RÉSUMÉ. 1. Contexte 2011/2 13 09 2011 ITINERA INSTITUTE RÉSUMÉ La bourse ou la vie? Plaidoyer pour une analyse coût/efficacité des soins de santé belges 2011/2 13 09 2011 COMMUNAUTÉ PROSPÉRITÉ PROTECTION 1. Contexte Cela fait maintenant depuis

Plus en détail

INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE

INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE Réanimation Chirurgicale - CHU Bicêtre Pourquoi intuber? Pour protéger les voies aériennes en cas de troubles de la conscience Pour protéger les voies aériennes et

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA 5 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique des médicaments

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs du refus

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs du refus Annexe II Conclusions scientifiques et motifs du refus 4 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique de Levothyroxine Alapis et noms associés (voir annexe I) Les indications proposées

Plus en détail

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions 4 th European Conference on Health Economics Université Paris V. 7-10 July 2002 A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public

Plus en détail

Le programme de changement de comportement

Le programme de changement de comportement L adoption du Guide Canadien d Activité Physique et du Cahier d accompagnement pour Fiche No 33 les aînés : Impacts sur le conditionnement physique et la dépense énergétique Jiang X, Cooper J, Porter MM,

Plus en détail

Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna

Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna Auteur : Dr Mallem. D Co-auteurs : Benlahcene. B, Sai. A, Rouabhia. S, Abderahmane. K, Chinar.

Plus en détail

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Pecs blocks PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Indications Prothèse mammaire Anesthesia, 2011 The pecs block : a novel technique for providing analgesia after breast surgery: R. Blanco PAC, pacemaker

Plus en détail

Pratique de la P C A (patient-controlled analgesia)

Pratique de la P C A (patient-controlled analgesia) Pratique de la PCA (patient-controlled analgesia) - M. Navez, D. Baylot Pratique de la P C A (patient-controlled analgesia) Navez M, Baylot D DAR Anesthésie Réanimation Pr Auboyer CHU ST Etienne BASES

Plus en détail

Alarmes aux performances avancées

Alarmes aux performances avancées Solutions d'alarme Masimo Alarmes aux performances avancées Réduisez les fausses alarmes et les alarmes parasites sans ignorer les alarmes utiles Alarmes : Critiques pour la sécurité des patients, problématiques

Plus en détail

Cardiologie interventionnelle rôle de l équipe d anesthésie. Le site. Arceau de radioscopie. Salle de cardiologie interventionnelle

Cardiologie interventionnelle rôle de l équipe d anesthésie. Le site. Arceau de radioscopie. Salle de cardiologie interventionnelle Cardiologie interventionnelle rôle de l équipe d anesthésie Dr Jean-Pol DEPOIX Faut il une équipe d anesthésie en cardiologie interventionnelle? Recommandations de la SFC Stimulateurs cardiaques: pas d

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité SYMPATHYL, comprimé

Plus en détail

L EXIGENCE DE QUALITE EN CHIRURGIE AMBULATOIRE (D après le programme de travail de 2005 de la MEAH, de l AFCA et de la SFAR)

L EXIGENCE DE QUALITE EN CHIRURGIE AMBULATOIRE (D après le programme de travail de 2005 de la MEAH, de l AFCA et de la SFAR) BENABDALLAH. M, Dr CASTANER. M JLAR 2011 L EXIGENCE DE QUALITE EN CHIRURGIE AMBULATOIRE (D après le programme de travail de 2005 de la MEAH, de l AFCA et de la SFAR) SELECTION APPROPRIEE DES INDICATIONS

Plus en détail

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Les Inotropes Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Inotropes un des piliers du traitement de l insuffisance cardiaque Quand mettre un patient avec CMD sous inotropes? Bonne perfusion

Plus en détail