Banquiers suisses depuis Newsletter EAM. Janvier 2015 EAM.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Banquiers suisses depuis 1873. Newsletter EAM. Janvier 2015 EAM. www.bsibank.com"

Transcription

1 Banquiers suisses depuis 1873 Newsletter EAM Janvier 2015 EAM

2 Editorial Chères lectrices, chers lecteurs, Je tiens avant tous à vous remercier au nom de la division EAM pour votre collaboration fructueuse grâce à laquelle nous terminons l année 2014 de façon positive! Cette année aussi, tout comme l année dernière d ailleurs, nous nous engagerons sur plusieurs fronts et nous relèverons plusieurs défis. En ce qui concerne les investissements, nous avons agi dans un contexte de marchés financiers difficile et caractérisé par une grande incertitude. Il est fort probable que la volatilité des marchés reste inchangée. Notre préoccupation première sera de continuer à vous tenir au courant de la situation sur les marchés financiers et, en particulier, de vous fournir les solutions adéquates en matière d investissement. Martin Hutter BSI External Asset Manager Le défi majeur a été relevé sur le front fiscal qui restera sans aucun doute d actualité en En ce qui concerne l Italie, avec la nouvelle loi sur la dénonciation spontanée (Voluntary Disclosure) pour les contribuables italiens qui ne sont pas en règle avec le fisc le compte à rebours vient de commencer. L échéance permettant de régulariser sa propre situation tout en jouissant de la réduction des sanctions et des intérêts est fixée au 30 septembre 2015 pour toutes les fraudes commises jusqu au 30 septembre L éventuel accord entre la Suisse et l Italie, qui permettrait la réduction de moitié des délais de vérification pour les capitaux détenus dans des pays sur liste noire, sera déterminant. En raison de la complexité de ce sujet, l équipe EAM organisera des conférences adéquates (la première aura lieu le 12 janvier) pendant lesquelles nos experts interviendront pour présenter les mises à jour les plus importantes et expliquer nos procédures a été une année particulière pour BSI. Après 16 ans de collaboration avec le groupe Generali, BSI a été cédée au groupe bancaire brésilien BTG Pactual. L approbation définitive des organes de surveillance des pays dans lesquels nous opérons devrait nous parvenir d ici à la fin du premier semestre de cette année. Nous sommes convaincus que l intégration de BSI au sein de BTG sera fructueuse pour notre clientèle à laquelle nous pourrons offrir une gamme de solutions d investissement encore plus vaste. Je vous souhaite à tous une année 2015 placée sous le signe de la réussite et des satisfactions! Contacts Martin Hutter Lugano +41 (0) Christian Moser Lugano +41 (0) Christophe Zuchuat Genève/Lausanne +41 (0) Lucia Althaus-Manco Zurich +41 (0)

3 Questions et réponses concernant l échange automatique d informations Généralités Quelles sont les renseignements automatiquement échangés en vertu de la norme de l OCDE? Les informations à transférer englobent le numéro de compte et le numéro d identification fiscale ainsi que les nom, adresse et date de naissance des assujettis à l étranger, disposant d un compte dans un autre pays que leur Etat d origine, tous les types de revenus de même que le solde dudit compte. La norme s applique aussi bien aux personnes physiques que morales. Le bénéficiaire du compte, conformément aux dispositions internationales de lutte contre le blanchiment d argent (GAFI) doit, en application de la norme de l OCDE et des recommandations du GAFI, être dûment identifié. Comment l échange automatique d informations se déroulet-il en pratique? Les banques ainsi que certaines formes d instruments de placement collectif, de même que les compagnies d assurances transmettent les informations relatives aux contribuables à l étranger ayant un compte dans un autre pays que leur pays d origine aux autorités fiscales suisses. Ces dernières les transfèrent automatiquement une fois par année aux autorités fiscales des pays concernés. Que se passe-t-il avec les données échangées? Les données des clients doivent être utilisées exclusivement dans le but convenu, soit dans le cas présent la taxation fiscale correcte. La norme n en précise toutefois pas les modalités concrètes à l intention des autorités fiscales nationales (p. ex. par le biais d échantillonnages ou une vérification de l intégralité des données). Quoi qu il en soit, la protection des données doit être assurée. Introduction en Suisse Quand la Suisse pourrait-elle introduire au plus tôt l échange automatique d informations? Le Conseil fédéral envisage de soumettre les bases légales nécessaires ainsi que les premiers accords négociés avec des Etats partenaires au Parlement pour ratification en Si le Parlement et le cas échéant le peuple souverain les approuvent, les établissements financiers suisses pourraient commencer en 2017 à collecter les données des contribuables à l étranger et le premier échange de données interviendrait alors en Une série de pays veut toutefois introduire l échange automatique d informations dès 2016, les premiers transferts des données ayant alors lieu en 2017 déjà. Quels sont les adaptations légales nécessaires afin que la Suisse puisse mettre en œuvre la nouvelle norme mondiale? La mise en œuvre de l échange automatique de renseignements avec l étranger se fera par l intermédiaire d accords avec les Etats partenaires. Le Parlement devra encore ratifier lesdits accords. Une loi de transposition élaborée actuellement par le Département fédéral des finances et qui sera soumise au Parlement conjointement avec les premiers accords négociés sera en outre indispensable dans le cadre du droit interne. Les bases légales en vigueur excluent en effet l échange automatique d informations. Comment la Suisse utilisera-t-elle les données relatives aux contribuables suisses ayant un compte à l étranger, données qu elles recevra dans le cadre de l échange réciproque d informations? Le traitement au plan national des données reçues de l étranger est l affaire des Etats concernés. En Suisse, où les administrations fiscales cantonales et communales sont chargées de la taxation, l Administration fédérale des contributions transmettra les renseignements financiers reçus de l étranger aux autorités de taxation compétentes qui les utiliseront dans le cadre de la législation fiscale suisse. L échange automatique d informations s appliquera-t-il également en Suisse à l avenir? Cette norme internationale sert de base aux autorités fiscales pour l échange transfrontalier de données de clients. En tant que telle, elle n améliore en rien la transparence fiscale au sein même des Etats, qui gardent toute latitude à cet égard. L échange automatique de renseignements au plan interne nourrit le débat politique dans chaque pays, indépendamment du contexte international. Etats partenaires Avec quels pays la Suisse conviendra-t-elle l échange automatique d informations par la voie bilatérale? L UE et ses Etats membres de même que les Etats-Unis sont certainement au premier plan. Des négociations correspondantes avec d autres pays doivent toutefois également être envisagées, et notamment, dans une première phase, avec ceux avec lesquels nous entretenons d étroites relations économiques et politiques, qui offrent suffisamment de possibilités de régularisation aux contribuables, et dont le potentiel de marché est important pour l avenir de l industrie financière helvétique. La Suisse fera-t-elle d un meilleur accès au marché la condition impérative pour accepter l échange automatique de renseignements? Les activités transfrontalières sont très difficiles sans accès au marché. Mais il n existe dès lors plus de raison fiscale de limiter l accès au marché avec la mise en œuvre de l échange automatique d informations. Et si des opportunités d améliorer l accès au marché dans un pays se présentent par rapport à aujourd hui, l échange automatique de renseignements pourrait y être convenu plus rapidement qu avec d autres Etats. Département fédéral des finances Secrétariat d Etat aux questions financières internationales SFI 3

4 Italie Possibilité de rapatriement des capitaux Le projet de loi (DDL) déjà approuvé par la Chambre des députés sera examiné par le Sénat; le délai d examen au Palazzo Madama dépendra essentiellement des éventuels amendements présentés. Quoi qu il en soit, une seule certitude ressort de ce scénario fragmentaire: le Palazzo Chigi veut que le texte soit approuvé d ici le 31 décembre. La version originale de la Voluntary Disclosure (déclaration volontaire) faisait référence uniquement à tous les contribuables ayant violé les normes en matière de suivi fiscal des placements détenus à l étranger et s adressait donc exclusivement aux personnes physiques, aux entités non commerciales (y compris les trusts) et aux sociétés simples et sujets assimilés résidents sur le territoire italien. Le texte approuvé par la Chambre prévoit quant à lui la possibilité d appliquer cette procédure également à des contribuables autres que ceux visés à l art. 4 du Dl 167/90 ainsi qu aux contribuables concernés par les obligations de déclaration prévues dont ils se seraient acquittés correctement. La régularisation porte sur les violations des obligations de déclaration aux fins de l impôt sur le revenu (et centimes additionnels y afférents), de l impôt de substitution, de l Irap et de la TVA, ainsi que sur les violations relatives à la déclaration des retenues d impôt commises jusqu au La disposition examinée comble une lacune des versions précédentes de la norme et pourrait donner un coup de pouce décisif au succès du programme de déclaration volontaire. Ainsi, tant les sociétés de capitaux que les sociétés de personnes résidentes qui exercent une activité commerciale auront la possibilité de régulariser leur situation. Sans cette disposition, l actionnaire de contrôle d une société de capitaux résidente qui aurait constitué des actifs financiers à l étranger par le biais d opérations mises en œuvre par la société elle-même, comme par exemple des opérations fictives avec l étranger ayant entraîné des coûts pour la société, aurait été dissuadé d adhérer au programme de déclaration volontaire. De fait, compte tenu des dépénalisations dont il aurait bénéficié à l égard des sommes constituées et détenues à l étranger, il n aurait pas été couvert en ce qui concerne les infractions et les délits imputables à la conduite de sa société, pour générer les actifs étrangers à régulariser. La nouvelle disposition de la norme permet quant à elle à la société de régulariser sa situation fiscale (la société devra verser plus d impôts découlant de la non déductibilité des coûts entraînés par les opérations fictives susmentionnées en payant les amendes et intérêts y afférents). De plus, la nouvelle formulation législative plus étendue (contribuables autres que ceux assujettis à l obligation de déclaration de suivi fiscal) englobe également dans le champ d application de la déclaration volontaire les contribuables étrangers qui auraient commis une des violations susmentionnées. La norme permettrait par ailleurs de régulariser, entre autre, la situation fiscale de sociétés de droit étranger dont le siège de la direction effective se trouve en Italie (domiciliation fictive à l étranger). Nous pouvons donc recenser trois situations principales concernées par la disposition considérée: Premièrement, les structures étrangères de contrôle de groupes italiens dont la résidence pourrait être sujette à contestation pourraient être régularisées. On éviterait en outre que l actionnaire italien d une société de droit étranger soit découragé d opter pour la déclaration volontaire par crainte de révéler une domiciliation fictive à l étranger. Enfin, on permettrait aux groupes italiens de rapatrier les sociétés contrôlées à l étranger risquant de voir leur résidence contestée. Rappelons encore que la norme en question étend la procédure aux sujets potentiellement concernés par l obligation de suivi (comme les personnes physiques) qui, bien qu ayant rempli correctement leurs obligations, ont commis de manière sporadique des violations fiscales. Concernant en revanche la possibilité d utiliser la méthode forfaitaire pour le calcul des revenus de nature financière, celle-ci ne permettra de simplifier les calculs de la déclaration volontaire que dans certains cas précis. Elle pourrait aussi engendrer une augmentation des coûts de toute l opération. La méthode forfaitaire est prévue à l art.1 al. 2 du projet de loi présenté actuellement devant le Sénat après son approbation par la Chambre des députés. Sur demande du contribuable, à présenter dans la requête de collaboration volontaire, l office, au lieu de déterminer les revenus de manière analytique, calcule ceux-ci en appliquant le taux de 5% à la valeur globale de leur montant à la fin de l année et détermine le montant correspondant à l impôt à payer sur la base d un taux de 27%. La demande ne peut être présentée que si la moyenne des montants des actifs financiers établis au terme de chaque période fiscale ne dépasse pas 2 millions d euros durant toutes les années qui restent à déterminer. Notons en premier lieu que, conformément à ce qui a été observé dans certains cas concrets, les capitaux détenus à l étranger ces dernières années ont généré des produits qui ont rarement dépassé le taux officiel de référence. D autre part, on a le plus souvent appliqué avec la méthode analytique un taux d imposition de 12,5%, parfois un taux de 27% et quasiment jamais le taux progressif. Concernant le calcul des amendes et de leur réduction lorsque le contribuable a recours à la procédure de collaboration volontaire, il est encore plus complexe que ce que l on pouvait attendre d une disposition légale. La mesure de base des amendes du cadre de suivi (art. 5 al. 2 Dl 167/90) prévoit deux taux: de 3% à 15% dans les cas normaux et de 6% à 30% pour les investissements détenus dans les pays de la liste noire. Le doublement des amendes pour les pays figurant sur la liste noire ne s applique dans le cadre de la Disclosure que dans le cas où le pays étranger entame une démarche collaborative, c est-à-dire si, 4

5 dans un délai de 60 jours à compter de l entrée en vigueur de la loi, un accord relatif à l échange de renseignements est conclu avec l Italie sur la base de l art. 26 du modèle OCDE. Une fois établies les deux valeurs minimales de référence (3% pour les pays de la liste blanche ou les pays de la liste noire qui collaborent et 6% pour les autres pays de la liste noire), il convient de déterminer les réductions applicables. Le choix dépend ici essentiellement du comportement du contribuable: le rabais maximal prévu est de 50% si les actifs étrangers sont transférés en Italie, y compris par le biais d un rapatriement juridique avec une fiduciaire statique, ou dans un pays de l UE ou de l EEE figurant sur la liste blanche ou encore si le contribuable délivre à l intermédiaire financier étranger une autorisation de transmettre des données à l autorité financière italienne. Un tel comportement de la part du contribuable peut être qualifié de transparent. Si tel n est pas le cas, la réduction prévue est de 25%. Christian Canonica BSI Wealth Planning Italy Réglementation fiscale américaine: Qualified intermediary agreement et FATCA Qualified Intermediary (intermédiaire qualifié) En vertu du QI agreement (en français contrat d intermédiaire qualifié), l intermédiaire qualifié (QI) doit appliquer certaines procédures de documentation afin d identifier ses clients investissant dans des titres américains. Un QI peut déclarer sa résidence aux fins de la convention et/ou une résidence non-us pour le compte de ses clients directs, bénéficiant ainsi d un taux réduit d impôt à la source pour ses clients non-us directs sans avoir à révéler leur identité, que ce soit aux dépositaires en aval ou à l IRS. Il peut par exemple retenir des impôts à la source américains suivants appliqués sur les dividendes versés par des sociétés anonymes américaines: 30% de l impôt à la source standard (taux ne bénéficiant pas des conditions de la convention) 15% du taux prévu par la convention pour les clients résidant en Italie et qui ont demandé l application de la CDI (convention contre la double imposition) entre les Etats-Unis et l Italie 0% s il s agit de bénéficiaires exemptés et de U.S. persons identifiées à l aide du formulaire W9 FATCA Le Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA) est une loi fédérale américaine en vertu de laquelle des «US persons» (personnes américaines), terme qui englobe notamment des particuliers ne vivant pas aux Etats-Unis, sont tenues de déclarer leurs comptes financiers détenus en dehors des Etats-Unis et des établissements financiers étrangers ont l obligation de communiquer à l Internal Revenue Service (IRS) des informations sur leurs clients US en vertu du droit fiscal des Etats-Unis. Les US persons sont généralement tenues de déclarer et d acquitter des impôts sur des revenus de toutes provenances. Les numéros d identification de contribuable et la retenue à la source sont utilisés pour faire respecter la conformité fiscale étrangère. Ainsi, une retenue obligatoire est souvent demandée lorsqu un payeur US ne peut pas confirmer le statut US d un bénéficiaire étranger. Les Etats-Unis soumettent leurs citoyens à des impôts sur le revenu, où que soit établie leur résidence, et imposent aux US persons vivant à l étranger d acquitter des impôts américains sur le revenu étranger (déduction faite du crédit pour les impôts acquittés à l étranger). C est pourquoi le renforcement des obligations de déclarer du FATCA a des répercussions importantes pour les citoyens US vivant à l étranger. Le Congrès a promulgué le FATCA pour entraver la dissimulation d avoirs de contribuables US détenus sur des comptes offshore et auprès de sociétés écran et ainsi récupérer des recettes fiscales fédérales. Le FATCA fait partie du Hiring Incentives to Restore Employment (HIRE) Act de Extraterritorialité La législation permet aux autorités US d infliger des coûts réglementaires et potentiellement des pénalités aux établissements financiers étrangers qui ont très peu d opérations de négoce, voire aucune, avec les Etats-Unis. Les Etats-Unis ont tenté d atténuer les critiques en offrant la réciprocité aux pays potentiels signant des accords intergouvernementaux, mais l idée que le gouvernement américain livre des informations sur ses citoyens aux gouvernements étrangers a également suscité la controverse. Renonciations à la citoyenneté pour contourner le FATCA: la presse a largement relayé la multiplication par sept de cas d Américains renonçant à la citoyenneté entre 2008 et Selon les normes FATCA définitives, les entités étrangères peuvent être classées dans plusieurs catégories concernées par différentes exigences: Etablissements financiers étrangers (Foreign Financial Institution, FFI): Ce qualificatif s applique aux entités non américaines entrant dans une ou plusieurs catégorie(s) parmi les suivantes : Etablissement gérant des dépôts de titres Etablissement gérant des dépôts en espèces Entreprise d investissement Société d assurance spécifiée Une FFI est soit un établissement financier non participant, soit un établissement financier participant. Etablissement financier non participant Est une FFI non participante tout établissement financier résidant dans une juridiction avec laquelle les Etats-Unis ont conclu un accord intergouvernemental (AIG) pour la mise en œuvre du FATCA qui est visé par les exemptions énoncées dans l AIG, ou tout établissement étant: un établissement financier réputé conforme au FATCA; 5

6 un établissement faisant exception ou; un bénéficiaire effectif exempté selon les règlements du trésor américain. La plupart des FFI non participantes n auront pas besoin d obtenir un Global Intermediary Identification Number (GIIN) et donc de s enregistrer ou d exécuter la due diligence et les obligations de déclaration prévues par l accord. Elles devront fournir certains documents aux agents de retenue afin de certifier leur statut. Toutefois, certaines FFI non participantes auront des obligations d enregistrement, de due diligence et/ou de déclaration en vertu de l accord respectif. Etablissement financier participant Est une FFI participante tout établissement financier résidant dans une juridiction avec lequel les Etats-Unis ont conclu un AIG pour la mise en œuvre du FATCA et qui n est pas une FFI non participante. Une FFI participante est tenue de s enregistrer auprès de l IRS, devra s assurer du respect des exigences de due diligence et faire les déclarations à l IRS (AIG II*) ou au service fiscal local (AIG I) conformément aux réglementations locales. Dans certaines circonstances, un prestataire de services tiers peut s acquitter des obligations d enregistrement, de due diligence et de déclaration, bien que la FFI conserve la responsabilité. * La Suisse a signé un modèle AIG II avec les Etats-Unis le 14 février Entreprise étrangère non financière (non financial Foreign Entity, NFFE) Une NFFE est une entité non américaine au sens de l accord US qui n est pas considérée comme un établissement financier. Dans la pratique, cette définition pourrait donc s appliquer à tout ou toute société, partenariat, trust, fondation ou toute autre personne morale qui n est pas un établissement financier. un marché de titres établi ou la NFFE est associée à une autre entreprise de ce type; la NFFE n est pas encore en activité (start-up) et n a pas déployé d activités auparavant, mais investit des capitaux dans des actifs dans le but de déployer ses activités qui ne sont pas celles d un établissement financier, à condition que la NFFE ne satisfasse pas aux critères d exception après une période de 2 ans à compter de sa constitution/son établissement; la NFFE est une NFFE faisant exception (excepted NFFE) conformément à la description dans les règlements du trésor américain pertinents; la NFFE est établie et opère dans sa juridiction de résidence exclusivement à des fins religieuses, caritatives, scientifiques, artistiques, culturelles, sportives ou éducatives; ou elle est établie et opère dans sa juridiction de résidence et il s agit d une organisation professionnelle, d une fédération d affaires, d une chambre de commerce, d une organisation du travail, d une organisation d agriculture ou d horticulture, d une fédération civile ou d une organisation qui a uniquement vocation à promouvoir l aide sociale. NFFE passive Une NFFE passive est une NFFE qui n est pas: une NFFE active ou un partenariat étranger retenant l impôt ou une fiducie étrangère assujettie à des retenues d impôt conformément aux règlements du trésor américain pertinents. Paolo Casanova BSI VP Tax Competence Center Il y a deux catégories de NFFE: NFFE active NFFE passive Quelle soit passive ou active, une NFFE peut ne pas avoir d obligations d enregistrement dans certaines circonstances. Pour l essentiel, il en va de la responsabilité de l établissement financier avec lequel la NFFE a une relation d obtenir l auto-certification de la NFFE pour établir son statut. NFFE active Une NFFE active est toute NFFE qui remplit certains critères spécifiés, notamment: moins de 50% de ses revenus bruts pour l année civile précédente doivent être des revenus passifs et moins de 50% de la part en moyenne pondérée de ses avoirs détenus génèrent des revenus passifs ou sont détenus pour générer de tels revenus (tels que dividendes, annuités d intérêt, etc.); les actions de la NFFE sont régulièrement négociées sur 6

7 Evolutions réglementaires importantes Date Evolutions réglementaires importantes Juillet 2012 La France critique le traité fiscal qu elle a conclu avec la Suisse et demande la conclusion d une convention relative aux droits de succession avec la Suisse. 17 juillet 2012 Le Conseil fédéral suisse approuve une clause correspondant à l art. 26 de la Convention type de l OCDE concernant l assistance administrative en matière fiscale. Le Groupe pourra formuler des demandes. 30 octobre 2012 Le Tribunal fédéral suisse décide que les banques doivent divulguer et rembourser les rétrocessions sur demande du client. 2 décembre 2012 La conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf déclare qu il est nécessaire de débattre de l échange automatique d informations. 4 décembre 2012 La Suisse et les E.-U. conviennent que l accord FATCA entrera en vigueur en décembre 2012 Après le Conseil fédéral suisse, la commission de médiation mixte du Bundestag et du Bundesrat rejette la conclusion d un traité fiscal avec la Suisse. 1 er janvier 2013 Les conventions de retenue à la source que la Suisse a conclues avec le R.-U. et l Autriche entrent en vigueur. Janvier 2013 La banque Wegelin plaide coupable, devant les juridictions américaines, d avoir aidé et encouragé des citoyens américains à se soustraire à l impôt. La banque paye une amende de 74 millions d USD. Février 2013 La FINMA met en œuvre les réserves de fonds propres contra-cycliques sectorielles. 21 mars 2013 Les E.-U. demandent l assistance administrative du Crédit Suisse par le biais d une demande groupée. Avril 2013 Le procureur général des Etats-Unis poursuit un employé d une banque privée suisse ainsi qu un avocat d un cabinet suisse pour avoir activement aidé des clients américains à se soustraire à l impôt. 29 mai 2013 Eveline Widmer-Schlumpf présente l US Deal. 7 juin 2013 La Suisse et les E.-U. signent une convention bilatérale sur l accord FATCA. 14 juin 2013 Le Conseil fédéral suisse exprime sa volonté de participer activement à l élaboration d une norme internationale sur l échange automatique d informations par l OCDE. 19 juin 2013 Le parlement suisse rejette l US Deal et préfère attendre un «plan B». 3 juillet 2013 Le Conseil fédéral suisse définit les grandes lignes du règlement du litige fiscal opposant les banques helvètes et les autorités américaines. 29 août 2013 La Suisse et les E.-U. signent une déclaration conjointe pour le règlement du litige fiscal relatif aux banques helvètes. 1 er octobre 2013 La circulaire de la FINMA relative aux règles de conduite du marché des valeurs mobilières entre en vigueur. 13 décembre 2013 Le Conseil fédéral suisse a approuvé son rapport au parlement sur la nouvelle législation fédérale relative à la mise en œuvre des recommandations révisées du GAFI : Les infractions fiscales relatives aux impôts directs et indirects seront considérées comme des délits sousjacents du blanchiment de capitaux. Mai 2014 Le Fonds monétaire international publie les résultats de sa revue du secteur financier suisse. Mai 2014 Le Conseil fédéral suisse publie un projet de mandat pour la mise en œuvre d une norme internationale relative à l échange automatique d informations. 20 mai 2014 La FINMA publie un rapport de synthèse sur les poursuites judiciaires à l encontre des activités du Crédit Suisse auprès des clients américains. 2 juin 2014 L accord FATCA conclu entre la Suisse et les E.-U. entre en vigueur. 27 juin 2014 Le Conseil fédéral suisse lance une consultation sur la nouvelle Loi sur les services financiers (LSFin, FFSA ou FIDLEG) et sur la Loi sur les établissements financiers (LEFin, FINIA ou FINIG), qui se poursuivra jusqu au 17 octobre Juin 2014 La France résilie la convention relative aux droits de succession conclue avec la Suisse à compter de fin juin 2014 La loi d exécution du FATCA entre en vigueur. 7 juillet 2014 La FINMA publie une circulaire totalement révisée sur les risques de liquidité pour les banques, qui entrera en vigueur au 1er janvier

8 BSI est fière d être aux côtés de Giovanni Soldini et de son équipage. Ensemble, de défi en défi. Une entreprise sportive requiert engagement, préparation et passion: des valeurs que BSI met dans son activité quotidienne. Qu il s agisse de performance, de personnes ou d investissements. Banquiers suisses depuis Avec passion.

9 Prévoyance vieillesse 2020 Lignes directrices et effets de la réforme Le 19 novembre 2014, le Conseil fédéral a adopté et transmis au Parlement le message sur la réforme de la prévoyance vieillesse connue sous le nom de «réforme Berset ou réforme Prévoyance 2020». Le message arrive après que le 20 novembre 2013, le Conseil fédéral a approuvé l avant-projet sur la réforme de la prévoyance vieillesse et envoyé le projet de consultation aux Cantons, aux associations et aux partis, arrivant à échéance à fin mars L entrée en vigueur est prévue pour La prévoyance vieillesse suisse est dans une situation très délicate avec trois grands défis à relever. Tout d abord, l espérance de vie est en constante augmentation. Ensuite, la pyramide des âges ressemble de plus en plus à une toupie, en raison de la génération des baby-boomers, qui atteindra l âge de la retraite dans quelques années, sans qu il y ait suffisamment d assurés actifs pour financer leurs rentes. Enfin, les rendements du capital sont inférieurs aux prévisions depuis des années. Les conséquences sont tangibles aussi bien pour le premier que pour le deuxième pilier de la prévoyance vieillesse: les réserves de capital de l AVS diminueront constamment dès 2020 environ et les prestations minimales légales des caisses de pension ne seront pas suffisamment couvertes. Les besoins des assurés ont changé eux aussi: seul un quart des actifs partent à la retraite à l âge prévu; la plupart des actifs souhaitent ou ont besoin de solutions plus flexibles pour quitter la vie active. Les points essentiels de la réforme Prévoyance vieillesse 2020 sont les suivants: Harmonisation de l âge de référence pour l encaissement de la rente à 65 ans dans les deux piliers. Introduction souple et individuelle de la retraite. Adaptation du taux de conversion minimal dans la prévoyance professionnelle obligatoire à l évolution de l espérance de vie et des rendements du capital. Suppression de la déduction de coordination et augmentation des bonifications de vieillesse. Amélioration de la répartition des excédents. Prestations spécifiques pour survivants: les rentes de veuve de l AVS ne seront accordées qu aux femmes qui, au moment du décès du conjoint, ont au moins un enfant ayant droit à une rente d orphelin ou nécessitant des soins. La rente de veuve de l AVS sera réduite de 80 à 60% de la rente de vieillesse correspondante; parallèlement, la rente d orphelin sera augmentée de 40 à 50%. Egalité de traitement entre indépendants et salariés dans l AVS. Meilleur accès au 2 e pilier: le seuil d accès à la prévoyance professionnelle obligatoire passera d un peu plus de francs à Augmentation proportionnelle de la TVA d au maximum 1,5 point de pourcentage, pour fournir les moyens supplémentaires nécessaires au financement de l AVS. Garantie de liquidités pour l AVS: un mécanisme d intervention permettra aux mesures visant à garantir l AVS d être adoptées rapidement. Simplification des flux financiers entre la Confédération et l AVS. La procédure de consultation montre que la nécessité de la réforme est incontestable. Ses objectifs principaux à savoir le maintien du niveau des rentes et la garantie du financement de la prévoyance vieillesse ont recueilli un large soutien. Avec le redimensionnement de l augmentation de la TVA, la suppression de la déduction de coordination et la simplification des flux financiers entre l AVS et la Confédération, le Conseil fédéral a tenu compte de quelques exigences importantes formulées dans le cadre de la consultation. Par ailleurs, les spécialistes sont préoccupés par les impacts organisationnels et sur les systèmes informatiques résultant des changements. En particulier, le cercle des assurés augmentera sensiblement suite à la réduction du seuil d accès, tandis que la part surobligatoire des plans de prévoyance diminuera, réduisant la flexibilité des caisses offrant une couverture surobligatoire. Il sera aussi nécessaire de gérer les mesures transitoires pendant longtemps et les contributions au fonds de garantie seront augmentées. Les femmes semblent payer en partie les frais de la réforme, en perdant le privilège de la retraite à 64 ans et la rente AVS pour veuve sans enfants à charge. En revanche, la réduction du seuil d accès facilite l accès à la prévoyance professionnelle aux personnes employées à temps partiel, qui sont souvent des femmes. La réforme garantit le maintien du niveau des prestations de la prévoyance vieillesse par une approche globale et équilibrée. Elle vise en outre à veiller à ce que l AVS et la prévoyance professionnelle soient financées de manière suffisante et permettent un passage plus flexible à la retraite. Si elles sont acceptées, ces mesures mettront plusieurs années à déployer pleinement leurs effets. Il y aura encore de nombreuses occasions d en débattre, mais on reconnaît au Conseil fédéral une capacité de vision et un courage importants. L information et la communication visà-vis des assurés seront fondamentales pour la réussite de la réforme, qui représente le grand défi que le Conseil fédéral et les acteurs de la prévoyance devront relever de manière précise et constante ces prochaines années, en trouvant le juste équilibre entre la nécessité d utiliser des subtilités techniques en plus de simplifications honnêtes. Marika Codoni Responsable administrative Fondazioni di Previdenza BSI SA 9

10 Forex En seconde partie de 2014, nous avons assisté à la remontée progressive du dollar américain par rapport aux principales devises. L évolution de l euro et du yen a été particulièrement marquée, les deux monnaies ayant perdu respectivement 11% et 15% face au billet vert. L euro a ainsi atteint son plus bas depuis la mi-2012, franchissant le seuil de 1,25, alors qu il faut remonter jusqu en 2007 pour trouver un yen proche de 120. Des motifs similaires sont à l origine de la dépréciation des deux monnaies et, en dernière analyse, cette dernière est dictée par la politique monétaire différente que mènent les deux zones économiques par rapport à celle de la Réserve fédérale aux Etats-Unis. Alors que la banque centrale américaine a achevé son programme de rachats d actifs financiers en octobre, durant la même période, la Banque du Japon a confirmé les attentes en augmentant le rythme de ses rachats d actifs et la BCE a mis en œuvre les mesures annoncées au début de l été en lançant elle aussi un programme d achat d obligations sécurisées et d ABS. D un côté, l injection forcée de liquidités dans le système (ou assouplissement quantitatif) a pris fin, peut-être définitivement pour le cycle en cours, après presque six ans; de l autre côté, elle s est au contraire accélérée ou, s agissant de la zone euro, a été mise en œuvre pour la première fois. La divergence dans la teneur des décisions de politique générale semble vouée à se creuser. Aux Etats-Unis, la croissance montre des signes encourageants d accélération qui devraient convaincre la Réserve fédérale d entamer un cycle de relèvements des taux directeurs d ici la première moitié de En revanche, l incertitude continuera de peser sur la conjoncture japonaise et européenne et la croissance économique devrait fondamentalement se stabiliser à des niveaux de l ordre de ceux atteints récemment, qui sont tout sauf satisfaisants. Les risques baissiers qui en découlent pour l inflation, laquelle semble destinée à se maintenir bien en dessous de l objectif commun de 2%, justifient l attente de nouvelles mesures expansionnistes non conventionnelles courant Le calendrier paraît plus clair dans la zone euro où il est très probable qu au premier trimestre 2015 déjà, la BCE accroisse l intensité de sa politique d assouplissement quantitatif. Cela devrait entraîner une nouvelle baisse de l euro, qui pourrait passer en dessous de la barre des 1,20 face à l USD. Les perspectives du yen sont plus incertaines. Après son récent rebond, il pourrait connaître une période de stabilité autour de 120, proposant un scénario qui, historiquement, alterne brusques mouvements du taux de change par rapport au dollar et longues périodes de consolidation. Taux de change de l euro et du yen par rapport au dollar américain USD/JPY (inv) EUR/USD (rhs) Fonte: Datastream BSI informe: déplacement logistique d EOS Le transfert du site BSI Europe Succursale Italiana dans les nouveaux locaux sis Via Paleocapa 5 à Milan est prévu pour fin janvier Le nouveau site, face au Château Sforzesco et proche du Piazzale Cadorna, regroupera dans le même immeuble les sociétés BSI Europe Succursale Italiana, EOS Servizi Fiduciari, BSI Merchant et AEON Trust. 1,6 1,5 1,4 1,3 1,2 1,1 1,0 0,9 0,8 Gianluigi Mandruzzato BSI Fixed Income & Forex 10

11 BSI App iphone Android Subscribe financial newsletter Follow us on Youtube Facebook Le présent document a uniquement un but informatif. En particulier, il n est pas, ni ne peut être interprété comme, une offre, une invitation ou une recommandation (ni générale, ni personnelle) à l achat ou à la vente de quelque type d instrument financier que ce soit. En outre, il ne saurait pas se substituer au jugement de qui le reçoit. Le présent document a été élaboré par BSI SA avec les informations disponibles à la date de sa rédaction. Par conséquent, les informations, opinions et estimations figurant dans le présent document sont formulées en se référant exclusivement à sa date de rédaction et peuvent subir des variations à tout moment sans qu il en découle une obligation de communication et/ou de mise à jour de BSI SA. Les informations, opinions et estimations figurant dans le présent document se basent sur des données et recherches tirées de sources, publiques ou accessibles au public, jugées fiables. Toutefois, BSI ne garantit pas leur exactitude ni leur exhaustivité et décline toute responsabilité pour les dommages directs ou indirects susceptibles de découler de l utilisation du matériel contenu dans le présent document. Les investissements et les stratégies traitées dans le présent document pourraient ne pas être adaptées à chaque type et catégorie d investisseur. En général, il convient de prendre en compte que tous les investissements comportent un certain degré de risque. La valeur de chaque investissement peut augmenter ou diminuer nettement et l investisseur pourrait ne pas être en mesure de récupérer le montant total de son investissement. En outre, il faut garder à l esprit que les performances passées ne garantissent en rien les résultats futurs. Lorsqu indiqués, les prix figurant dans ce document ont un but uniquement informatif et ne correspondent pas nécessairement aux décomptes ou enregistrements internes de BSI. Aucune garantie n est donnée quant au fait qu une transaction pourrait ou aurait pu être effectuée à de tels prix. Des hypothèses différentes, émanant de BSI ou d une autre source, peuvent entraîner des résultats sensiblement différents. Enfin, des fluctuations de change peuvent affecter les valeurs et prix éventuellement indiqués dans le présent document. Dans certains pays, certains produits et services sont soumis à des restrictions légales; les informations relatives à tels produits sont donc destinées uniquement aux pays où ces restrictions ne s appliquent pas. Le présent document ne pourra être reproduit ou publié, en tout ou partie, qu en citant le nom de BSI. BSI Bank - Janvier 2015 Version française

12 BSI SA Viale Stefano Franscini Lugano Suisse tel. +41 (0) EAM

Conséquences de la loi américaine «Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA)» pour les caisses populaires et credit unions

Conséquences de la loi américaine «Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA)» pour les caisses populaires et credit unions Conséquences de la loi américaine «Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA)» pour les caisses populaires et credit unions Le 4 décembre 2012 Dan Lundenberg, associé Grant Thornton, S.E.N.C.R.L. T +1

Plus en détail

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Juillet 2013 kpmg.fr 1 Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Sommaire Contexte et enjeux opérationnels de la réglementation FATCA... 2 Cinq grands chantiers

Plus en détail

FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE FOREX - COMPTE INDIVIDUEL

FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE FOREX - COMPTE INDIVIDUEL FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE Instructions d ouverture de compte Pour finaliser votre demande d ouverture, veuillez suivre ces instructions : 1 Lisez ce Formulaire d Ouverture de Compte, les Conditions

Plus en détail

Banking Business Consulting SYNTHESE SUR LES ENJEUX LIES A LA MISE EN PLACE DE FATCA. 1 P a g e. 1. Objectif de FATCA

Banking Business Consulting SYNTHESE SUR LES ENJEUX LIES A LA MISE EN PLACE DE FATCA. 1 P a g e. 1. Objectif de FATCA 1. Objectif de FATCA En mars 2010, le Sénat américain a adopté la loi "Foreign Account Tax Compliance Act" aux termes de laquelle les établissements financiers et les fonds étrangers sont appelés à collaborer

Plus en détail

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE! Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 Les «accords Rubik» sont une série d accords conclus entre la Suisse et différents

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Company

Wealth & Tax Planning Private Company Wealth & Tax Planning Private Company Parties dans une Private Company Structure simplifiée Mandant = Actionnaire Procure des recommandations Conseil d administration Les actions peuvent être détenues

Plus en détail

Conditions générales d assurance

Conditions générales d assurance Fo. 15 286f 03.15 Conditions générales d assurance pour les assurances de rentes viagères différées, à prime unique, avec option de restitution (tarif LRVE), édition 2015 Table des matières Parties au

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Insurance

Wealth & Tax Planning Private Insurance Wealth & Tax Planning Private Insurance Parties dans une Private Insurance Structure simplifiée Mandant = Preneur d assurance Contrat d assurance Transfert des actifs Police d assurance Compagnie d assurance

Plus en détail

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger.

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Olivier HOEBANX Associé BMH Avocats Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Introduction Depuis quelques années, de nombreux pays se sont engagés dans des démarches

Plus en détail

Retraite. Date de la retraite

Retraite. Date de la retraite Retraite A quelle date vais-je prendre ma retraite? Vaut-il mieux percevoir une rente ou un capital? Dois-je annoncer mon départ à la retraite? A la fin de la vie professionnelle, tout le monde est confronté

Plus en détail

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et opérations

Plus en détail

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l interpellation Amélie Cherbuin Comment soutenir nos ressortissants américains?

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l interpellation Amélie Cherbuin Comment soutenir nos ressortissants américains? AOÛT 2014 13_INT_190 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l interpellation Amélie Cherbuin Comment soutenir nos ressortissants américains? Rappel de l'interpellation Suite aux accords Foreign Account Tax Compliance

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

Convention de prévoyance

Convention de prévoyance (à usage interne, laisser en blanc s.v.p.) N de compte prévoyance Original pour la Fondation Convention de prévoyance Conformément à l art. 82 LPP, le/la titulaire convient avec la Fondation de prévoyance

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie PolyReg Association Générale d Autorégulation Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie < 1 But du Règlement A. Dispositions générales 1 Le présent règlement fixe les dispositions

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE FOREX - COMPTE D'ENTREPRISE

FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE FOREX - COMPTE D'ENTREPRISE FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE FOREX COMPTE D'ENTREPRISE Instructions d ouverture de compte Pour finaliser votre demande d ouverture, veuillez suivre ces instructions : 1 Lisez ce Formulaire d Ouverture

Plus en détail

De nombreux citoyens américains passent

De nombreux citoyens américains passent BMO NESBITT BURNS Citoyens américains vivant au Canada Considérations relatives à l impôt sur le revenu 1. Je suis un citoyen des États-Unis vivant au Canada. Quelles sont mes obligations en matière de

Plus en détail

La retraite en Suisse : le 2 ème pilier

La retraite en Suisse : le 2 ème pilier La retraite en Suisse : le 2 ème pilier Conférence du Vendredi 27 mars 2015 présentée par le Service Juridique du GTE Suzanne Ruiz-Berthet LA PLACE DU 2EME PILIER DANS LE SYSTÈME DE RETRAITE SUISSE 1 er

Plus en détail

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires RÈGLEMENT sur la collaboration avec les intermédiaires Fédération Internationale de Football Association Président : Joseph S. Blatter Secrétaire Général : Jérôme Valcke Adresse : FIFA FIFA-Strasse 20

Plus en détail

0.672.933.612. Accord

0.672.933.612. Accord Traduction 1 0.672.933.612 Accord entre la Confédération suisse et les Etats-Unis d Amérique concernant la demande de renseignements de l Internal Revenue Service des Etats-Unis d Amérique relative à la

Plus en détail

TAX ALERT. 4 octobre 2012. Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche

TAX ALERT. 4 octobre 2012. Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche TAX ALERT 4 octobre 2012 Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche La Commission européenne a donné son feu vert, en date du 17 avril 2012, aux accords signés par la Suisse avec l'allemagne

Plus en détail

Le Conseil fédéral suisse

Le Conseil fédéral suisse Le Conseil fédéral suisse 13 février 2013 Rapport explicatif relatif à l accord entre la Suisse et les Etats-Unis d Amérique sur leur coopération visant à faciliter la mise en œuvre du FATCA ainsi qu au

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle obligatoire (LPP) en Suisse Etat: janvier 2012 Table des matières Le 2 e pilier dans le système suisse de prévoyance

Plus en détail

Aide-mémoire Retraite et prestations de vieillesse. Pour votre sécurité sociale

Aide-mémoire Retraite et prestations de vieillesse. Pour votre sécurité sociale Aide-mémoire Retraite et prestations de vieillesse Pour votre sécurité sociale Retraite ordinaire Dans son règlement, la SVE fixe, d une manière générale, l âge de la retraite à 65 ans. L obligation d

Plus en détail

VERSION PROVISOIRE Accord entre la Suisse et les Etats-Unis d Amérique sur leur coopération visant à faciliter la mise en œuvre du FATCA

VERSION PROVISOIRE Accord entre la Suisse et les Etats-Unis d Amérique sur leur coopération visant à faciliter la mise en œuvre du FATCA VERSION PROVISOIRE Accord entre la Suisse et les Etats-Unis d Amérique sur leur coopération visant à faciliter la mise en œuvre du FATCA Considérant que la Suisse et les Etats-Unis d Amérique (Etats-Unis)

Plus en détail

0.672.933.612. Accord

0.672.933.612. Accord Traduction 1 0.672.933.612 Accord entre la Confédération suisse et les Etats-Unis d Amérique concernant la demande de renseignements de l Internal Revenue Service des Etats-Unis d Amérique relative à la

Plus en détail

Ouverture d'un compte de libre passage selon art. 10 OLP

Ouverture d'un compte de libre passage selon art. 10 OLP Copie pour la fondation de libre passage Freizügigkeitsstiftung der Migros Bank Ouverture d'un compte de libre passage selon art. 10 OLP L ouverture du compte sera effectuée après entrée de la prestation

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA BANQUIERS SUISSES DEPUIS 1873 RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA MAI 2012 BSI SA (ci-après BSI ou la Banque ), soucieuse d accroître en permanence le niveau de qualité et d efficacité des services et produits

Plus en détail

CONSEQUENCES FISCALES POUR LES CITOYENS ET AUTRES PERSONNES AMERICAINES RESIDANT AU CANADA

CONSEQUENCES FISCALES POUR LES CITOYENS ET AUTRES PERSONNES AMERICAINES RESIDANT AU CANADA mars 2015 TABLE DES MATIÈRES Obligations de déclaration de revenus des États-Unis. Non-déclarants Obligations en matière de déclaration des biens étrangers des États-Unis Fiducies étrangères Sociétés étrangères

Plus en détail

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie 3 e pilier, prévoyance privée Assurance vie La prévoyance privée est facultative. Elle complète les prestations des 1 er et 2 e piliers et comble les lacunes en matière de prévoyance individuelle. Table

Plus en détail

Statut d U.S. Person - Autodéclaration

Statut d U.S. Person - Autodéclaration Statut d U.S. Person - Autodéclaration Le présent formulaire est requis pour chaque police et tous ses champs doivent être renseignés. Veuillez indiquer «n/a» pour les champs non pertinents. Pour toute

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, DELIBERATION N 2015-05 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec Page 1 de 6 inc. a droit aux prestations de retraite qui sont régies par la (nom du constituant en caractères d'imprimerie) Loi du, et il désire transférer ces montants dans un Fonds de revenu viager (FRV)

Plus en détail

Nota : Veuillez remplir le reste du formulaire et signer la Partie XXIX.

Nota : Veuillez remplir le reste du formulaire et signer la Partie XXIX. Formulaire W-8BEN-E (février 2014) Département du Trésor Internal Revenue Service Certificat de statut d un propriétaire bénéficiaire relativement à la retenue et déclaration fiscale des États-Unis Entités

Plus en détail

Directive FATCA Sujet: Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA) procédure

Directive FATCA Sujet: Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA) procédure Directive FATCA Sujet: Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA) procédure Cher courtier, La Foreign Account Tax Compliance Act (abrégé ci-après FATCA) est une législation américaine qui a pour but de

Plus en détail

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D3.A.12 DUS Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la convention de double imposition avec la République

Plus en détail

QUESTIONS D IMPÔT SUCCESSORAL AMÉRICAIN POUR LES CANADIENS

QUESTIONS D IMPÔT SUCCESSORAL AMÉRICAIN POUR LES CANADIENS février 2015 TABLE DES MATIÈRES Comment s applique l impôt successoral Historique de l impôt successoral Taux et exemptions de l impôt successoral Idées de planification Résumé QUESTIONS D IMPÔT SUCCESSORAL

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC.

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. CONTEXTE : Alcoa Inc. («Alcoa») et sa direction se sont engagés à mener toutes leurs activités dans le monde entier, avec éthique et en conformité

Plus en détail

LES DEFIS DE LA PLACE FINANCIERE SUISSE

LES DEFIS DE LA PLACE FINANCIERE SUISSE LES DEFIS DE LA PLACE FINANCIERE SUISSE EDOUARD CUENDET SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU GROUPEMENT DES BANQUIERS PRIVÉS GENEVOIS 1 Thèmes traités 1. Place financière suisse 2. Place financière genevoise 3. Loi fédérale

Plus en détail

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 6 mars 2015 Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 La Banque nationale suisse (BNS) a

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Directives pour remplir le formulaire «Classification fiscale internationale d une entité» (auto-certification)

Directives pour remplir le formulaire «Classification fiscale internationale d une entité» (auto-certification) Directives pour remplir le formulaire «Classification fiscale internationale d une entité» (auto-certification) Introduction Rappel des faits : Le 1 er juillet 2014, date d entrée en vigueur du nouvel

Plus en détail

Ordonnance concernant la convention de double imposition américano-suisse du 2 octobre 1996

Ordonnance concernant la convention de double imposition américano-suisse du 2 octobre 1996 Ordonnance concernant la convention de double imposition américano-suisse du 2 octobre 1996 672.933.61 du 15 juin 1998 (Etat le 30 novembre 2011) Le Conseil fédéral suisse, vu l arrêté fédéral du 22 juin

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE Texte amendé conformément aux dispositions du Protocole d amendement à la Convention concernant l assistance administrative

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip)

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Mars 2014 Règlementt Le présent règlement se fonde sur l art. 2 des statuts de J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (désignée ci-après

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

0.982.2 Accord entre la Suisse et les Etats-Unis d Amérique concernant le déblocage des avoirs suisses en Amérique

0.982.2 Accord entre la Suisse et les Etats-Unis d Amérique concernant le déblocage des avoirs suisses en Amérique Accord entre la Suisse et les Etats-Unis d Amérique concernant le déblocage des avoirs suisses en Amérique Conclue par échange de lettres du 22 novembre 1946 Le secrétaire du département du Trésor des

Plus en détail

Citoyens américains vivant au Canada: 10 questions d ordre fiscal à se poser

Citoyens américains vivant au Canada: 10 questions d ordre fiscal à se poser Citoyens américains vivant au Canada: 10 questions d ordre fiscal à se poser Selon des informations récemment relayées par les médias canadiens, environ un million de ressortissants américains vivraient

Plus en détail

Problématiques cross-border : comment démarcher un client fiscalisé et comment communiquer avec lui?

Problématiques cross-border : comment démarcher un client fiscalisé et comment communiquer avec lui? 13 décembre 2012 Problématiques cross-border : comment démarcher un client fiscalisé et comment communiquer avec lui? Conférence Academy & Finance du 13 décembre 2012 Alexandre de Senarclens ads@oher.ch

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA CONFÉRENCE

RÉSUMÉ DE LA CONFÉRENCE Les Franco-Israéliens face aux RÉSUMÉ DE LA CONFÉRENCE - 1 - SOMMAIRE PREFACE RESIDENCE FISCALE DANS QUEL PAYS SUIS-JE FISCALEMENT RESIDENT PANIER FISCAL D INTEGRATION QUELS SONT LES AVANTAGES ATTRIBUES

Plus en détail

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle 01.400 Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle Rapport de la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil

Plus en détail

Régie des rentes du Québec 2006. En cas

Régie des rentes du Québec 2006. En cas Régie des rentes du Québec 2006 En cas Profitez de nos services en ligne Le relevé de participation au Régime de rentes du Québec ; SimulRetraite, un outil de simulation des revenus à la retraite ; La

Plus en détail

951.131 Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

951.131 Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) du 18 mars 2004 (Etat le 1 er juillet 2007) La Banque nationale suisse, vu les art. 15, al.

Plus en détail

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel Lettre mensuelle Décembre 2004 La loi de finances pour 2005 et la loi de finances rectificative pour 2004 feront l objet d une lettre spéciale courant janvier 2005. SOCIETES 1. FRANCE - Retenue à la source

Plus en détail

Un justificatif d identité, en cours de validité, avec votre photographie clairement lisible (la signature sur votre pièce d identité

Un justificatif d identité, en cours de validité, avec votre photographie clairement lisible (la signature sur votre pièce d identité INSTRUCTIONS POUR REMPLIR CE FORMULAIRE Avant de remplir ce formulaire, lisez attentivement et assurez-vous d avoir compris toutes les informations concernant votre compte de négociation Saxo Banque, y

Plus en détail

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs (Loi sur la surveillance de la révision, LSR) 221.302 du 16 décembre 2005 (Etat le 1 er janvier 2013) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Organismes de bienfaisance et assurance vie

Organismes de bienfaisance et assurance vie Organismes de bienfaisance et assurance vie Introduction Le présent bulletin porte sur les règles de base qui régissent les dons de bienfaisance à l aide d une police d assurance vie, et plus particulièrement

Plus en détail

Gérer votre patrimoine.

Gérer votre patrimoine. Gérer votre patrimoine. Planifier votre avenir. Nous vivons dans un monde en constante évolution. 2 Introduction Introduction 3 Gérer votre patrimoine dans un monde en constante évolution. Nous vivons

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Auteur : Jamie Golombek Juin 2015 Il semble que de plus en plus de Canadiens font l achat de propriétés de vacances aux États-Unis.

Plus en détail

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs (Loi sur la surveillance de la révision, LSR) 221.302 du 16 décembre 2005 (Etat le 1 er septembre 2007) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

COMPTE DU RÉGIME DE PENSION DE LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA. Comptables agréés Toronto (Ontario) Le 29 avril 2005

COMPTE DU RÉGIME DE PENSION DE LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA. Comptables agréés Toronto (Ontario) Le 29 avril 2005 Rapport des vérificateurs Au conseil d administration de l Office d investissement des régimes de pensions du secteur public Compte du régime de pension de la Gendarmerie royale du Canada Nous avons vérifié

Plus en détail

Objet : Processus de déclaration proposé pour l application des avantages en vertu d une convention concernant des sommes payées à des non-résidents

Objet : Processus de déclaration proposé pour l application des avantages en vertu d une convention concernant des sommes payées à des non-résidents Le Comité mixte sur la fiscalité de l Association du Barreau canadien et de l Institut Canadien des Comptables agréés L Institut Canadien des Comptables agréés, 277, rue Wellington Ouest, Toronto (Ontario)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE

RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE Le 18 décembre 2013 Les actionnaires devraient lire attentivement la notice d offre en entier avant de prendre une décision

Plus en détail

ÉPARGNER ET PRÉVENIR 1

ÉPARGNER ET PRÉVENIR 1 ÉPARGNER ET PRÉVENIR 1 ÉPARGNER ET PRÉVENIR ÉPARGNER AVEC LE COMPTE D ÉPARGNE Page 3 ÉPARGNER AVEC LE COMPTE D ÉPARGNE 60+ Page 4 ÉPARGNER AVEC LE COMPTE DE PLACEMENT À TERME Page 5 LA PRÉVOYANCE AVEC

Plus en détail

Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur

Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur 1. Dispositions générales Art.1 Organisation de la CPR Responsable de la professionnelle 1 Sous le nom de «Caisse de pension Ramoneur» (CPR) une fondation

Plus en détail

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Circulaire d offre Compagnie Pétrolière Impériale Ltée Aucune commission de valeurs mobilières ni organisme similaire ne s est prononcé de

Plus en détail

Examiner les risques. Guinness Asset Management

Examiner les risques. Guinness Asset Management Examiner les risques Guinness Asset Management offre des produits d investissement à des investisseurs professionnels et privés. Ces produits comprennent : des compartiments de type ouvert et investissant

Plus en détail

8. Exercice du Fonds. L année fiscale du Fonds se termine le 31 décembre de chaque année et n excédera pas 12 mois.

8. Exercice du Fonds. L année fiscale du Fonds se termine le 31 décembre de chaque année et n excédera pas 12 mois. Régime Nº d identification de la caisse ou de la credit union Folio AVENANT NOUVEAU FRV ONTARIO AVENANT À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE DES CAISSES ET CREDIT UNIONS (FRR 1459)

Plus en détail

Pension alimentaire pour enfants

Pension alimentaire pour enfants Pension alimentaire pour enfants Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau Brunswick (SPEIJ NB) est un organisme de bienfaisance enregistré dont l objectif est de fournir aux

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle

Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle (https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/droit-federal/feuille-federale.html) fait foi. Texte original Convention

Plus en détail

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital Vente de la ferme et l exonération des gains en capital RBC Banque Royale Vente de la ferme et l exonération des gains en capital 2 L article suivant a été écrit par Services de gestion de patrimoine RBC.

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/9 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE ACCORD entre l Union internationale pour la protection des obtentions végétales et le Conseil fédéral suisse pour déterminer

Plus en détail

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D 3.SF.12 DUS 2009 Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la Convention de double imposition entre

Plus en détail

Loi sur les finances de la Confédération

Loi sur les finances de la Confédération Loi sur les finances de la Confédération (Loi sur les finances, LFC) (Optimisation du modèle comptable de la Confédération) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

Votre certificat de prévoyance

Votre certificat de prévoyance www.allianz.ch Votre certificat de prévoyance Mars 2014 Notice pour la personnes assurée Un certificat de prévoyance est établi chaque année à votre intention et vous donne des informations importantes

Plus en détail

Risques juridiques (accrus) dans le cadre des activités financières

Risques juridiques (accrus) dans le cadre des activités financières Point de Presse, 22 octobre 2010, Genève Dr Urs Zulauf General Counsel Membre de la direction Risques juridiques (accrus) dans le cadre des activités financières transfrontières Mesdames, Messieurs, Lors

Plus en détail

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014 Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier 31 décembre 2014 Portée de l application Le dispositif de Bâle III fixe en matière de capitaux propres un cadre international

Plus en détail

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels.

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA à l écoute des investisseurs. Zurich Invest SA, filiale

Plus en détail

La régularisation fiscale des clients français

La régularisation fiscale des clients français La régularisation fiscale des clients français Michel Collet Mercredi 8 octobre 2013, Genève 08/10/2013 La régularisation fiscale des clients français 1 Plan : 1. Introduction 2. La circulaire «Cazeneuve»

Plus en détail

Séminaire Association des médecins-dentiste de Genève Système suisse de prévoyance Fisca finance SA

Séminaire Association des médecins-dentiste de Genève Système suisse de prévoyance Fisca finance SA Fisca Finance SA Séminaire Association des médecins-dentiste de Genève Système suisse de prévoyance Fisca finance SA Patrick Féral et Benoit Steiner 8 novembre 2011 page 1 LA PREVOYANCE EN SUISSE page

Plus en détail

UN AVOCAT PEUT-IL AGIR À TITRE DE COURTIER IMMOBILIER?

UN AVOCAT PEUT-IL AGIR À TITRE DE COURTIER IMMOBILIER? UN AVOCAT PEUT-IL AGIR À TITRE DE COURTIER IMMOBILIER? Par : Paul Mayer, du cabinet d avocats Fasken Martineau Les décisions récentes des tribunaux ont clairement démontré qu un avocat ne peut légalement

Plus en détail

présent article, les particuliers devraient consulter un conseiller fiscal ou juridique qualifié ou tout autre professionnel compétent.

présent article, les particuliers devraient consulter un conseiller fiscal ou juridique qualifié ou tout autre professionnel compétent. Services de gestion de patrimoine RBC Budget Fédéral 2014 BUDGET FÉDÉRAL DE 2014 11 FÉVRIER 2014 Résumé des principales mesures fiscales pouvant avoir une incidence sur vous Le 11 février 2014, le ministre

Plus en détail

Payer, épargner, prévenir

Payer, épargner, prévenir Payer, épargner, prévenir 1 sommaire Compte courant et internet-banking page 2 Compte d'épargne page 3 TerZo (pilier 3a) page 7 Compte de libre passage page 10 Part ordinaire page 12 1 Compte courant et

Plus en détail