CONTROLE DE QUALITE OUTILS D AIDE AUX CONTROLEURS DE QUALITE. 1 le 2 juillet V1

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONTROLE DE QUALITE OUTILS D AIDE AUX CONTROLEURS DE QUALITE. 1 le 2 juillet 2014 - V1"

Transcription

1 CONTROLE DE QUALITE OUTILS D AIDE AUX CONTROLEURS DE QUALITE 1

2 PREAMBULE Vous trouverez dans cette partie des outils d aide aux contrôleurs pour élaborer les conclusions de leurs rapports (tirés d un travail fait par la CROEC Paris IDF) Ces outils ventilés en trois volets reprendront les manquements les plus fréquents à nos obligations professionnelles en faisant référence à chaque fois aux textes qui s appliquent et en partant d un constat décrit «en gras» dans la partie. COMPORTEMENT PROFESSIONNEL (CP) TRAVAUX DE PROFESSIONNEL (TP) LUTTE ANTI BLANCHIMENT (LAB) CP1 INDEPENDANCE CP2 MAINTIEN DE LA COMPETENCE CP3 QUALITE DU TRAVAIL CP4 SECRET PROFESSIONNEL et DEVOIR de DISCRETION CP5 DEVOIR DE CONFRATERNITE CP6 ACCEPTATION ET MAINTIEN DES MISSIONS CP7 LETTRE DE MISSION TP1 PROGRAMMATION DES TRAVAUX TP2 DOCUMENTATION DE TRAVAUX TP3 UTILISATION DES TRAVAUX D AUTRES PROFESSIONNELS TP4 DELEGATION ET SUPERVISION TP5 RAPPORT TP6 SYSTEME QUALITE LAB 1 ACCEPTATION ET MAINTIEN DES MISSIONS LAB 2 PROCEDURES LAB 3 DOCUMENTATION LAB 4 CLOTURE DES COMPTES LAB 5 - FORMATION Textes Applicables Le Code de Déontologie (CD) La Norme Professionnelle des Maîtrises de la Qualité (NPMQ) La Norme Anti-Blanchiment (NAB) Auxquels il faudra rajouter partiellement l Ordonnance de 1945 et la Norme Professionnelle NP

3 Avant de détailler les points ci-dessus de manière à identifier les conclusions à émettre suivant la nature des manquements : Recommandations, observations, observations justifiant un contrôle à un an, il est nécessaire de rappeler la hiérarchie et le contenu de ces conclusions : A. Les «Recommandations» sont des propositions d améliorations dans le cadre de la démarche qualité, notamment quant à la formalisation des diligences ou la protection du cabinet contre un risque de mise en cause. B. Les «Observations» sont à formuler en cas de manquements graves et répétés aux normes ou aux usages de la profession. En cas de discordance entre les procédures annoncées dans le contrôle structurel et les constats faits dans les dossiers lors du contrôle technique, il est absolument indispensable de justifier la (ou les) observation(s) émise(s) par un contrôle transversal portant sur le manquement relevé et effectué dans un nombre significatif de dossier. C. JUSTIIFANT UN CONTROLE A UN AN Lors de la rédaction d une proposition de «rapport avec observations et nouveau contrôle à un an», seules les observations justifiant la décision de contrôle à un an seront mentionnées. (Soit c est un cumul d observations qui justifie un contrôle à un an, soit c est une observation qui justifie à elle seule le contrôle à un an). En effet, une copie de la synthèse sera jointe au rapport, synthèse sur laquelle figure, s il y a lieu, le constat de manquements moins importants, permettant ainsi, que le confrère concerné soit dûment informé de l ensemble des insuffisances relevées. NB : Le Président pourra obliger le professionnel contrôlé à suivre une formation spécifique sur les normes d exercice professionnel et notamment la norme Blanchiment. 3

4 COMPORTEMENT PROFESSIONNEL 4

5 CP1 : INDEPENDANCE : CD. Art 145, 146 et 157 Un groupe de sociétés représente une part importante de votre activité (si + 50%) Votre activité spécialisée de. vous conduit à dépendre d un seul client Votre activité vous conduit à dépendre d un seul donneur d ordre Texte d explication : «Nous attirons votre attention sur le risque de dépendance né de cette situation eu égard aux prescriptions de l Ordonnance de 1945 régissant notre profession (art 22) et du Code de Déontologie. Les modifications intervenues dans vos conditions d exercice professionnel doivent faire l objet d une inscription rectificative au tableau Veiller à ce que la détention de participations financières dans des sociétés commerciales ne fasse pas obstacle au principe d indépendance, et mettre en place les mesures de sauvegarde nécessaires le cas échéant (NPMQ, art 21 à 25) Obtenir au moins une fois par an une déclaration d indépendance signée par le personnel (NPMQ art 24) Constat : Plus d observation à formuler pour un client représentant une partie significative de l activité, voire client unique, depuis le changement de l ordonnance. Il reste en observation toute situation irrégulière, à préciser : Le contrôle a conduit à constater la situation irrégulière suivante de nature à compromettre votre indépendance : (décrire) C + 1 idem à observations 5

6 CP 2 : MAINTIEN DE LA COMPETENCE : CD Art 145 et 148 Veiller à la mise à jour régulière des connaissances et compétences de l expert-comptable et des collaborateurs. Conserver les attestations relatives aux formations suivies, et les comptes rendus des formations internes. S assurer de la mise à disposition pour tous d une documentation et d outils de travail à jour. Mettre en place un plan de formation continue pour l expert-comptable et les collaborateurs du cabinet afin d assurer la mise à jour régulière des connaissances et des compétences. Une formation sur le référentiel normatif pourrait être utilement suivie, et notamment : «le référentiel normatif et déontologique du professionnel de l expertise comptable». Constat : Absence de mise en place de démarche de maintien de la compétence, avec déficit constaté dans la qualité des travaux Veiller à la mise à jour régulière des connaissances et compétences de l expert-comptable et des collaborateurs. Conserver les attestations relatives aux formations suivies, et les comptes rendus des formations internes. S assurer de la mise à disposition pour tous d une documentation et d outils de travail à jour. Mettre en place un plan de formation continue pour l expert-comptable et les collaborateurs du cabinet afin d assurer la mise à jour régulière des connaissances et des compétences. Une formation sur le référentiel normatif pourrait être utilement suivie, et notamment : «le référentiel normatif et déontologique du professionnel de l expertise comptable». C+1 NEANT 6

7 CP 3 : QUALITE DES TRAVAUX : CD Art 145 et 148 Manquements ponctuels Constat : Problème général sur la qualité des travaux et les documents de synthèse fournis aux clients La qualité des travaux ne satisfait pas aux normes en vigueur. Une formation sur la Norme Professionnelle de Maîtrise de la Qualité, ainsi que toutes formations techniques adaptées aux missions du cabinet pourraient être utilement suivies. C + 1 Diligences insuffisantes sur les dossiers : Des anomalies significatives ont été constatées Diligences insuffisantes sur les dossiers : Des retards systématiques dans le traitement des dossiers et le non respect des obligations déclaratives ont été constatés 7

8 CP 4 : SECRET PROFESSIONNEL ET DEVOIR DE DISCRETION :CD Art 147 Ajouter cette obligation, et le devoir de discrétion, au modèle de contrat de travail et établir des avenants aux contrats en cours Etablir pour les collaborateurs anciens un contrat de travail comportant notamment une clause relative au secret professionnel et de voix de discrétion. Néant 8

9 CP 5 : DEVOIR DE CONFRATERNITE : CD Art 163 RECOMMANDATION Néant Constat : Litige constaté avec un confrère, suite à reprise d un dossier ne respectant pas la règle confraternelle Respecter les règles confraternelles relatives à le reprise des dossiers, et notamment courrier à adresser aux confrères avant l entrée en fonction 9

10 CP 6 : ACCEPTATION ET MAINTIEN DES MISSIONS : CD Art 150 Formaliser l appréciation régulière des risques, et de la faisabilité de la mission eu égard notamment au respect de principe d indépendance, des compétences et du plan de charge du cabinet Constat : acceptation ou maintien constaté de clients ne respectant pas leurs obligations. Le maintien de clients faisant courir un risque au cabinet a été constaté. Apprécier systématiquement les risques d acceptation ou non du maintien des missions, eu égard notamment du respect au principe d indépendance, et des manquements éventuels des clients à leurs obligations. C 1 Le maintien de clients faisant courir un risque au cabinet a été constaté ( décrire) 10

11 CP 7 : LETTRE DE MISSION : CD Art 151 Des lettre de missions complètes, détaillées, à jour et signées, permettent au cabinet de se défendre, en cas de mise en cause de la responsabilité par un client ou par un tiers. Préciser dans les lettres de missions :.. Des exemples de lettres de mission sont à votre disposition sur la partie privée de notre site ( Actualiser régulièrement les lettres de mission pour les mettre en accord avec les changements intervenus. Etablir les lettres de mission pour les quelques clients anciens ou les actualiser pour les mettre en accord.. Dans le cadre de votre activité de sous-traitance, établir une lettre de mission précisant les modalités de la collaboration. Faire signer les conditions générales annexées aux lettres de mission. Mission de présentation : Identifier clairement le type de mission proposée, se référant au cadre nominatif actuel (Norme NP et A5) Poursuivre la généralisation de la mission de présentation entreprise, pour mettre les lettres de mission en cohérence avec l attestation produite (Norme NP et A5) Constat : Absence de lettres de missions sur tout ou partie significative des dossiers, lettres de mission notablement insuffisantes, ou non signées par les clients, lettres de missions non adaptées à la lutte antiblanchiment. Etablir systématiquement un contrat écrit pour tous les clients (modèles sur le site Etablir un contrat écrit pour les clients anciens. Des lettres de mission non signées par les clients ne peuvent valablement constituer le contrat prévu par l art 151 du Code de Déontologie Insérer systématiquement les clauses adaptées à la lutte anti blanchiment dans la lettre de mission (cf sise cidessus) C + 1 Aucune lettre de mission établie. 11

12 TRAVAUX DU PROFESSIONNEL 12

13 TP 1 : PROGRAMMATION DES TRAVAUX : NPMQ et A30.A31 Formaliser de façon systématique la programmation de la mission afin d assurer la qualité des travaux réalisés. Constat : Diligences mises en œuvre insuffisantes ou aléatoires, et manquements importants constatés, dans les délais ou la qualité des travaux. Programmer systématiquement les missions, afin d assurer la qualité et l homogénéité des travaux réalisés, ainsi que le respect des échéances. 13

14 TP 2 : DOCUMENTATION DES TRAVAUX : NPMQ 45 à 47 ET A54 à A63 Le dossier de travail est la preuve en cas de mise en cause de la responsabilité des diligences accomplies. Structurer les dossiers et formaliser les notes de travail afin de matérialiser clairement les diligences réalisées. Conserver les dossiers de travail pendant la durée de la prescription recommandée par le Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables (8 ans) Constat : Absence de dossiers, dossiers conservés chez les clients ou notablement insignifiants. Le dossier de travail est un outil au service du cabinet et la preuve, en cas de mise en cause de la responsabilité, des diligences accomplies. C + 1 Absence de dossiers de travail Dossiers insuffisamment structurés ne justifiant pas de diligences réalisées. 14

15 TP 3 : UTILISATION DE TRAVAUX D AUTRES PROFESSIONNELS NPMQ 32 et A34.A35 Formaliser la supervision par l expert-comptable des travaux sous-traités. Constat : Un doute sérieux existe sur l intervention réelle de l expert-comptable sur le dossier, les travaux étant délégués à un autre intervenant. L expert-comptable conserve la responsabilité des travaux confiés à d autres professionnels, et ne peut déléguer tous ses travaux. Assurer et matérialiser la supervision pour justifier le contrôle des travaux par l expert-comptable. C + 1 Absence totale de supervision des travaux, entièrement sous-traités à une entreprise de gestion, ou à des collaborateurs extérieurs au cabinet. 15

16 TP 4 : DELEGATION et SUPERVISION NPMQ 32 et A34-A35 Matérialiser la supervision pour justifier le contrôle des travaux des collaborateurs par l expert-comptable. Le nombre maximum de comptables salariés dont les services sont susceptibles d être utilisés par un professionnel de l expertise comptable est fixé à quinze (Décret du 30 mars Art 3132) Constat : Un doute sérieux existe de la supervision réelle des collaborateurs par l expert-comptable, notamment en présence d un chef de bureau ayant seul la relation client, ou dans un bureau secondaire. L expert-comptable ne peut déléguer tous ses travaux et conserve la responsabilité finale de la mission. Certains actes (signature des lettres de mission, attestations, rapports) sont de la responsabilité exclusive de l expert-comptable, et ne peuvent être délégués. Assurer et matérialiser la supervision pour justifier le contrôle des travaux des collaborateurs par l expertcomptable. Idem pour bureau secondaire. C + 1 Absence totale de supervision des travaux par l expert-comptable. Délégation à un non membre de l Ordre des interventions qui sont du ressort exclusif de l expert-comptable. Absence de supervision de l expert-comptable, en particulier au bureau secondaire, qui est dirigé par un non membre de l Ordre. 16

17 TP 5 : RAPPORT Ord 1945 Art 2 et NP à 24 et A12 Signer les rapports de fin de mission (attestation pour les missions de présentation et compte-rendu de travaux pour les missions sans formulation d opinion) (Ord 1945 Art 2) Conserver une copie signée des rapports de fin de mission (Ord 1945 Art 2 ) Mettre en adéquation le rapport avec le type de mission (Ord 1945 Art 2) Généraliser, à l issue de la mission, une communication écrite destinée au seul client ayant notamment pour objectif de purger au mieux l obligation de conseil, ce y compris pour les missions connexes à la mission comptable principale et les dossiers ne comportant pas l établissement des comptes annuels (Ord 1945 Art 2) La formulation de l opinion dans l attestation est normée. (NP à 24 et A12) En présence d un commissaire aux comptes, l expert-comptable n a pas à délivrer d attestation, sauf considérations particulières, mais un compte rendu de travaux sans formulation d opinion (NP à 24 et A12) Constat : Absence de rapports, absence d attestation pour les missions de présentation Etablir systématiquement le rapport prévu par l article 2 de l ordonnance de 1945, à mettre en adéquation avec le type de mission réalisée (attestation pour les missions de présentation et compte-rendu de travaux pour les missions sans formulation d opinion) La mission de présentation des comptes annuels ayant pour objet la formulation d une assurance sur les comptes, établir systématiquement l attestation prévue par la norme spécifique relative à ce type de mission, avec les observations nécessaires, le cas échéant. C + 1 NEANT 17

18 TP 6 : SYSTEME QUALITE NPMQ 16 et A32 Mettre en place et assurer le suivi d un système de contrôle qualité comprenant les politiques et procédures relatifs à chacun des domaines suivants : o responsabilités de l équipe dirigeante concernant la qualité au sein de la structure o règles de déontologie pertinente o acceptation et maintien de relations clients ou adhérents et de mission particulières o ressources humaines o réalisation des missions Consigner par écrit les procédures de contrôle interne du cabinet. Une formation pourrait être utilement suivie, et notamment : Le Manuel de procédures du cabinet d expertise comptable : obligation du référentiel normatif. Mettre en place un processus de surveillance destiné à fournir l assurance raisonnable que les procédures relatives au système de contrôle qualité fonctionnent efficacement. NEANT C + 1 NEANT 18

19 LUTTE ANTI BLANCHIMENT 19

20 LAB 1 : ACCEPTATION ET MAINTIEN DES MISSIONS NAB et 14 Matérialiser l analyse des risques Définir le niveau de vigilance : o à l égard du client o à l égard des opérations réalisées Constat : Absence de documentation concernant l identification du client ou du bénéficiaire effectif. Recueillir systématiquement la documentation concernant l identification du client et du bénéficiaire effectif. C + 1 NEANT 20

21 LAB 2 : PROCEDURES NAB 21 et suivants ; 11, 12 et 13 Etablir des procédures et des dispositions relatives à la lutte anti-blanchiment Intégrer des points de la lutte anti-blanchiment dans le programme des travaux Mettre en place les procédures de contrôle interne. Constat : Absence de fiche de contrôle anti-blanchiment (acceptation mission, réalisation des travaux), supervision) Insérer dans les dossiers de travail les documents préconisés par l OEC. C + 1 NEANT 21

22 LAB 3 : DOCUMENTATION NAB 14 Conserver au dossier les documents relatifs à l application de la NAB. NEANT C + 1 NEANT NB RAPPEL DES DELAIS DE CONSERVATION Pendant toute la durée de la mission et 5 ans après sa fin : o Documents d identité du client et des bénéficiaires effectifs o Extraits de registres légaux pour les personnes morales o Fiches d identification des risques spécifiques du client et de l activité o Eléments de détermination du niveau de vigilance applicable Pendant 5 ans après la réalisation de l opération : o Notes de travail sur l examen des opérations réalisées par le client o Documents justificatifs de l origine/destination des fonds o Analyses ayant permis de conclure qu il y ait ou non à déclaration o Copie de la déclaration de soupçons et les documents joints 22

23 LAB 4 : CLOTURE DES COMPTES NAB 11, 12, 13 et 14 Respecter les obligations de vigilance et les matérialiser Matérialiser la problématique anti-blanchiment dans la supervision des travaux et notamment la note de synthèse NEANT C + 1 NEANT 23

24 LAB 5 : FORMATION NAB 27 Former systématiquement les collaborateurs à la Norme Anti-Blanchiment Constat : Absence de formation des experts et collaborateurs. Il existe un minimum de procédures. Former systématiquement experts et collaborateurs à la Norme Anti-Blanchiment C + 1 Former obligatoirement dans l année experts et collaborateurs à la Norme Anti-Blanchiment Mettre en place la Norme Anti-Blanchiment 24

25 DOCUMENTATION : Guide d application de la LAB : Obligations relatives aux procédures et mesures de contrôle interne. Extrait. Nature du document Conservation DT / hors DT Fiche d identification du client ou adhérent (personnes physiques et morales) et du bénéficiaire effectif DT Copie des documents officiels d identification recueillis (personnes physiques et personnes morales) DT Fiche d acceptation de mission adaptée aux problématiques LAB DT Lettre de mission adaptée LAB DT Fiche de travail et autres documents justifiant des contrôles spécifiques sur certaines opérations dans le cadre de l obligation de vigilance DT Double de la déclaration de soupçons et autres documents y afférents (dont les FT susmentionnées) Hors DT Fiche de synthèse de la mission adaptée aux problématiques LAB DT Fiche d actualisation périodique des éléments d identification du client et de l évaluation du risque DT 25

Lettre d information des contrôleurs qualité

Lettre d information des contrôleurs qualité COMMISSION QUALITÉ 1 ème trimestre 2013 Numéro 6 Lettre d information des contrôleurs qualité René KERAVEL Président Commission Qualité du CSOEC Expert-comptable Commissaire aux comptes Cette année 2012

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE RAPPORT DE TRANSPARENCE Publié sur le site www.2aec.fr en application des dispositions de l article R.823-21 du Code de commerce Préambule Conformément à l article R 823-21 du Code de commerce, les commissaires

Plus en détail

FIDEREC ANNEE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE

FIDEREC ANNEE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE FIDEREC ANNEE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE Article R 823-21 du code du commerce : Les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d'entités faisant appel public à l'épargne ou auprès d'établissements

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

FIDEREC ANNEE 2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE

FIDEREC ANNEE 2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE FIDEREC ANNEE 2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE Article R 823-21 du code du commerce : Les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d'entités faisant appel public à l'épargne ou auprès d'établissements

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1 LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Lettre d information des contrôleurs qualité

Lettre d information des contrôleurs qualité COMMISSION QUALITÉ 1 er trimestre 2012 Numéro 2 Lettre d information des contrôleurs qualité Le Conseil Supérieur a mis en place cette lettre pour faciliter votre information et vous aider dans votre mission.

Plus en détail

Groupe LAVIALE RAPPORT DE TRANSPARENCE

Groupe LAVIALE RAPPORT DE TRANSPARENCE Groupe LAVIALE RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31/12/2014 1 SOMMAIRE Préambule... 3 1 Présentation du Cabinet... 3 1.1 Structure juridique et capital... 3 1.2 Description de la Gouvernance...

Plus en détail

Cabinet Monceau Finance Conseil. Introduction au rapport de transparence 2014

Cabinet Monceau Finance Conseil. Introduction au rapport de transparence 2014 Cabinet Monceau Finance Conseil Cabinet Monceau Finance Conseil MONCEAU FINANCE CONSEIL - 23, rue La Boëtie- 75008 Paris Tél. : +33 1 44 51 72 00 Introduction au rapport de transparence 2014 Rapport de

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE DECEMBRE 2014 Etabli en application des dispositions de l article R. 823-21 du Code de commerce 1 Préambule Le présent rapport établi par la Société Thierry MOREL & Associés

Plus en détail

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4 RÈGLES PROFESSIONNELLES RELATIVES AUX OBLIGATIONS DES PROFESSIONNELS DE L EXPERTISE COMPTABLE POUR LA PRÉVENTION DE L UTILISATION DU SYSTÈME FINANCIER AUX FINS DE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DE FINANCEMENT

Plus en détail

PROFESSIONNEL AUPRES DE L ENTITE

PROFESSIONNEL AUPRES DE L ENTITE AVANT-PROPOS MISSION D EXAMEN LIMITE : UNE MISSION QUI CONSOLIDE LE ROLE DU PROFESSIONNEL AUPRES DE L ENTITE La mission d examen limité des comptes est une mission d assurance de niveau modéré, sur la

Plus en détail

AUFORT CAUCAT & ASSOCIES Société d expertise comptable

AUFORT CAUCAT & ASSOCIES Société d expertise comptable AUFORT CAUCAT & ASSOCIES Société d expertise comptable Marc AUFORT Expert comptable Commissaire aux comptes Laure CAUCAT Expert comptable Commissaire aux comptes... Nos réf. : / / PROPOSITION DE MISSION

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014. L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes :

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014. L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes : RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014 I PRESENTATION DU CABINET 1.1. - Description des entités CAC L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes : - La Société FIDECOMPTA

Plus en détail

Lettre d information des contrôleurs qualité

Lettre d information des contrôleurs qualité COMMISSION QUALITÉ 4 ème trimestre 2012 Numéro 5 Lettre d information des contrôleurs qualité René KERAVEL Président Commission Qualité du CSOEC Expert-comptable Commissaire aux comptes Audrey FIEUJEAN

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

Introduction. 1. Présentation dtt cabinet 1. b) Procédures de qttatité 2. 3. Clients 4. CABINET MURAZ PA VILLET 3 Chemin du Vieux Chêne - MEYMN

Introduction. 1. Présentation dtt cabinet 1. b) Procédures de qttatité 2. 3. Clients 4. CABINET MURAZ PA VILLET 3 Chemin du Vieux Chêne - MEYMN RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE 1. Présentation dtt cabinet 1 b) Description de ta gouvernance 2 2. Gestion des risques b) Procédures de qttatité 2 e) Lutte contre te blanchiment 3 d) Formation professionnelle

Plus en détail

Lettre d information des contrôleurs qualité

Lettre d information des contrôleurs qualité COMMISSION QUALITÉ 3 ème trimestre 2012 Numéro 4 Lettre d information des contrôleurs qualité René KERAVEL Président Commission Qualité du CSOEC Expert-comptable Commissaire aux comptes Audrey FIEUJEAN

Plus en détail

Normes professionnelles des experts-comptables : Et vous, où en êtes-vous?

Normes professionnelles des experts-comptables : Et vous, où en êtes-vous? Normes professionnelles des experts-comptables : Et vous, où en êtes-vous? Intervenantes : Florence Hauducœur Expert-comptable et commissaire aux comptes, Présidente de la commission Déontologie et Etudes

Plus en détail

Rapport de transparence Groupe JOYE

Rapport de transparence Groupe JOYE Rapport de transparence Groupe JOYE Préambule 1. Références aux textes Conformément à l article R 823-211 du Code de commerce, les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d entités faisant

Plus en détail

Elaborer son guide de Procédures avec l outil CAP PERFORMANCE. Serge ANOUCHIAN

Elaborer son guide de Procédures avec l outil CAP PERFORMANCE. Serge ANOUCHIAN Elaborer son guide de Procédures avec l outil CAP PERFORMANCE Serge ANOUCHIAN Plan de l intervention Le manuel du cabinet : Quelques rappels, Le GEP, un rappel nécessaire Les outils à votre disposition

Plus en détail

Épreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Épreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLÔME D EXPERTISE COMPTABLE Session de mai 2014 Épreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation Calculatrice

Plus en détail

Rapport de Transparence

Rapport de Transparence SEGESTE Alain BARRÉ, Pierre ESTOURNET et Associés Sociétés de Commissaires aux Comptes Exercice clos le 30 septembre 2013 Rapport de Transparence Publié sur le site www.cabinetmartin.fr en application

Plus en détail

CABINET OLIVIER BOSSARD RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R.823.21 DU CODE DE COMMERCE

CABINET OLIVIER BOSSARD RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R.823.21 DU CODE DE COMMERCE CABINET OLIVIER BOSSARD RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R.823.21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2014 Mai 2015 1. Présentation du

Plus en détail

Charte Qualité H3P 2014

Charte Qualité H3P 2014 Charte Qualité H3P 2014 SOMMAIRE 1. Présentation du cabinet...3 2. Déontologie Professionnelle...4 3. Gestion des Risques...4 Indépendance...4 Contrôle qualité...5 Page 2 sur 6 1. Présentation du cabinet

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPEL Les Commissaires aux Comptes, désignés auprès de personnes ou entités faisant

Plus en détail

PRESENTATION DU CADRE DE REFERENCE 2010 A LA COMMISSION DE DROIT COMPTABLE 12 Juillet 2010

PRESENTATION DU CADRE DE REFERENCE 2010 A LA COMMISSION DE DROIT COMPTABLE 12 Juillet 2010 COMMISSION DES MISSIONS COMPTABLES PRESENTATION DU CADRE DE REFERENCE 2010 A LA COMMISSION DE DROIT COMPTABLE 12 Juillet 2010 Joëlle LASRY/Guy ZERAH CREATIVE WORK Page 1 PRESENTATION GENERALE Le Conseil

Plus en détail

AXIOME AUDIT & STRATEGIE Société de Commissariat aux Comptes

AXIOME AUDIT & STRATEGIE Société de Commissariat aux Comptes AXIOME AUDIT & STRATEGIE Société de Commissariat aux Comptes RAPPORT DE TRANSPARENCE Etabli en application de l article R 823-21 du Code de commerce Exercice clos le 30 juin 2015 Axiome Audit & Stratégie

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS Direction de l audit interne www.cnrs.fr NE DAI 0 0 00 CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS INTRODUCTION La présente charte définit la mission, le rôle et les responsabilités de la Direction de l audit interne

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

Annexes. Attestations entrant dans le cadre de diligences directement liées à la mission de commissaire aux comptes...p. 57

Annexes. Attestations entrant dans le cadre de diligences directement liées à la mission de commissaire aux comptes...p. 57 Annexes Rapport annuel H3C 2008 Annexes FONCTIONNEMENT DU HAUT CONSEIL Pas d annexe ACTIVITÉ NORMATIVE Annexe 2.1. Liste des normes d exercice professionnel au 31 janvier 2009...p. 55 Normes homologuées

Plus en détail

Rapport de Transparence

Rapport de Transparence Exercice 2013 Publié sur le site http://www.ksca.fr/ en application des dispositions de l article R.823-21 du Code du Commerce Préambule Conformément aux dispositions de la directive européenne relative

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31 août 2013 Préambule En application des dispositions de l article R.823-21 du Code de Commerce, les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE SECA FOREZ RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice 2015 1 Préambule Conformément à l article R 823 21 du Code de commerce, les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d entités faisant appel

Plus en détail

CENTRAGRI CENTRE DE GESTION AGRICOLE AGREE MIDI-PYRENEES. Association déclarée régie par la loi du 1er juillet 1901 - n 11837

CENTRAGRI CENTRE DE GESTION AGRICOLE AGREE MIDI-PYRENEES. Association déclarée régie par la loi du 1er juillet 1901 - n 11837 CENTRAGRI CENTRE DE GESTION AGRICOLE AGREE MIDI-PYRENEES Association déclarée régie par la loi du 1er juillet 1901 - n 11837 Décision d'agrément du 23.03.1983 Siège social à TOULOUSE - 13 avenue Jean Gonord

Plus en détail

La Réforme de la Profession. Décret N 2012-432 du 30 mars 2012

La Réforme de la Profession. Décret N 2012-432 du 30 mars 2012 La Réforme de la Profession Décret N 2012-432 du 30 mars 2012 relatif à l exercice de l activité d expertise comptable V1-1 En quelques mots, 34 pages, 203 articles, 4 titres, 10 chapitres et 12 décrets

Plus en détail

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant Evaluation des risques et procédures d audit en découlant 1 Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 2 Présentation NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Les NEP 315, 320, 330, 500 et 501 ont fait l objet

Plus en détail

Cabinet CAMS B&B ASSOCIES RAPPORT DE TRANSPARENCE

Cabinet CAMS B&B ASSOCIES RAPPORT DE TRANSPARENCE Cabinet CAMS B&B ASSOCIES RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 30/09/2014 G:\CAC RAPPORTS PLAN MISSION LETTRE MISSION\Contrôle qualité 2013 H3C\Rapports de transparence\rapport DE TRANSPARENCE CAMS

Plus en détail

AUDEXO Audit Expertise Conseil. Audexo Exercice clos au 31 décembre 2014. Rapport de transparence

AUDEXO Audit Expertise Conseil. Audexo Exercice clos au 31 décembre 2014. Rapport de transparence AUDEXO Audit Expertise Conseil Audexo Exercice clos au 31 décembre 2014 Rapport de transparence mars 2015 Sommaire Page 1. Présentation d Audexo 3 1.1 Présentation et activité 1.2 Organisation 2. Gestion

Plus en détail

L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des deux structures suivantes :

L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des deux structures suivantes : PREAMBULE Conformément à l article R 823-21 du Code de commerce, les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d entités faisant appel public à l épargne ou auprès d établissement de crédit

Plus en détail

B.O.I. N 63 DU 14 JUIN 2010 [BOI 5J-1-10]

B.O.I. N 63 DU 14 JUIN 2010 [BOI 5J-1-10] B.O.I. N 63 DU 14 JUIN 2010 [BOI 5J-1-10] Références du document 5J-1-10 Date du document 14/06/10 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 5 J-1-10 N 63 DU 14 JUIN 2010 INSTRUCTION DU 4 JUIN 2010 EXPERTS-COMPTABLES,

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE ANNEE 2013

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE ANNEE 2013 RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE ANNEE 2013 Etabli en application de l article R. 823-21 du Code de Commerce SOMMAIRE 1. Présentation du Cabinet 2. Gestion des risques 3. Gouvernance 4. Déclarations - 1

Plus en détail

GUIDE DE CONDUITE DES CONTRÔLES DE QUALITE

GUIDE DE CONDUITE DES CONTRÔLES DE QUALITE CP/AF/DP - PROJET v6. 29.08.2013 GUIDE DE CONDUITE DES CONTRÔLES DE QUALITE VERSION 2012 CSOEC Claude PONZINI SOMMAIRE 1. PRESENTATION GENERALE 1 2. INTRODUCTION GENERALE 2 2.1. LES SOURCES : RAPPEL DES

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D AUTO EVALUATION

QUESTIONNAIRE D AUTO EVALUATION ETRE PRET POUR LE CONTROLE QUALITE 2007 page 1/5 0 INFORMATIONS GENERALES Existe-t-il des procédures dans le cabinet? Le cabinet est-il membre d'un groupe ou d'un réseau? Le cabinet est-il membre d'une

Plus en détail

PROFESSION COMPTABLE ET FINANCEMENT EXPORT

PROFESSION COMPTABLE ET FINANCEMENT EXPORT PROFESSION COMPTABLE ET FINANCEMENT EXPORT Rôle de certificateur Jean SAPHORES C.S.O.E.C. 1 Handicaps des PME La chaîne de l information financière des PME est moins sécurisée que pour les entreprises

Plus en détail

CABINET CLEON MARTIN BROICHOT & ASSOCIES

CABINET CLEON MARTIN BROICHOT & ASSOCIES CABINET CLEON MARTIN BROICHOT & ASSOCIES RAPPORT DE TRANSPARENCE Etabli en application de l art. R. 823-21 du Code de commerce Exercice clos au 31 août 2014 cabinet CLEON MARTIN BROICHOT & Associés 7 rue

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-652 du 2 juin 2006 relatif à la formation continue odontologique et modifiant la quatrième partie

Plus en détail

FICHE. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée

FICHE. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée La profession comptable et le cadre conceptuel FICHE 1 1 LA PROFESSION COMPTABLE A La diversité des statuts 1) La profession comptable salariée Il existe deux types de contrats de travail : Le contrat

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE RAPPORT DE TRANSPARENCE Publié sur le site www.bewiz.fr en application des dispositions de l article R. 823 21 du Code de commerce Exercice clos le 30 septembre 2014 Décembre 2014 1. PRESENTATION DU GROUPE

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Rapport de transparence

Rapport de transparence Rapport de transparence En application des dispositions de l article 40 de la directive 2006/43/CE du Parlement Européen et du Conseil du 17 mai 2006 relative au contrôle légal des comptes, transposé en

Plus en détail

2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE

2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE Sommaire Introduction... 4 1. Groupe Fourcade... 5 1.1. Organigramme du groupe... 5 1.2. F2A - FOURCADE AUDIT ASSOCIES... 5 1.3. Description de la Gouvernance et de ses modalités

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DES INDEPENDANTS DU PATRIMOINE

CODE DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DES INDEPENDANTS DU PATRIMOINE CODE DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DES INDEPENDANTS DU PATRIMOINE Sont membres de la Chambre à la fois la structure morale (le cabinet qui adhère) mais aussi toutes les personnes physiques qui,

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE www.fidrex.com EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R. 823-21 DU CODE DE COMMERCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE www.fidrex.com EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R. 823-21 DU CODE DE COMMERCE FIDREX Société d expertise comptable et de commissariat aux comptes RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE www.fidrex.com EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R. 823-21 DU CODE DE COMMERCE

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

RAPPORT TRANSPARENCE. Mise à jour le 15 avril 2014

RAPPORT TRANSPARENCE. Mise à jour le 15 avril 2014 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2013 SOMMAIRE 1. PRESENTATION DU CABINET 1.1 Description du cabinet 1.2 Description du réseau 2. GESTION DES RISQUES DU CABINET 2.1 Indépendance 2.2 Contrôle qualité 3. CLIENTS

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos 31 décembre 2010

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos 31 décembre 2010 RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos 31 décembre 2010 Etabli en application de l article R823-21 du Code de Commerce 1 Présentation du cabinet 1.1 Description du cabinet Monsieur Laurent ARROUASSE exerce

Plus en détail

Code de Déontologie. Mai 2009-43

Code de Déontologie. Mai 2009-43 Mai 2009-43 PRÉAMBULE Le présent Code a pour but de définir les règles de déontologie applicables aux adhérents de la CNCIF. Le Conseil en Investissements Financiers, membre de la CNCIF est un professionnel

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE 2012

RAPPORT DE TRANSPARENCE 2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2012 Préambule Conformément à l article R 823-21 du Code du commerce, les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d entités faisant appel à l épargne public ou

Plus en détail

Rapport de transparence Etabli en application de l article R. 823-21 du Code de Commerce

Rapport de transparence Etabli en application de l article R. 823-21 du Code de Commerce [Texte] Rapport de transparence Etabli en application de l article R. 823-21 du Code de Commerce Groupe Fiduciaire de Commissariat et d Audit Exercice clos le 30 septembre 2013 Sommaire Présentation du

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Rapport annuel de transparence

Rapport annuel de transparence Rapport annuel de transparence Exercice clos le : 31 décembre 2010 Fiduciaire Audit Conseil Chapitre : 1. Présentation du Cabinet SOMMAIRE 1. Présentation du Cabinet... 3 1.1. Le cabinet en France... 3

Plus en détail

CHARTE de la MÉDIATION

CHARTE de la MÉDIATION CHARTE de la MÉDIATION de l INTERMÉDIATION Banque, assurance, finance Règlement des litiges en ligne Version n : 0001/2015 Mise à jour : 1 er juillet 2015 Avec la Médiation, HK Conseil offre la possibilité

Plus en détail

Deux étapes constituent la procédure de validation des acquis de l expérience. Chaque étape se traduit par l examen d un dossier :

Deux étapes constituent la procédure de validation des acquis de l expérience. Chaque étape se traduit par l examen d un dossier : Procédure d obtention du titre de niveau I «Expert en protection des entreprises et en intelligence économique» par la validation des acquis de l expérience (VAE) Deux étapes constituent la procédure de

Plus en détail

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL INDEX 1. INTRODUCTION Page 2 1.1 Base légale 1.2. Objectifs 2. CHAMP D APPLICATION Page 3 3. METHODOLOGIE Page 3 3.1 Contrôle

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR Mise à jour du 01 août 2012 Page 1 sur 6 Préambule Le présent règlement intérieur est établi par le Conseil d Administration conformément aux termes de l article 33 des

Plus en détail

Cap Performance Les outils de la performance

Cap Performance Les outils de la performance Cap Performance Les outils de la performance Les outils incontournables de la performance! Le CRO et la CRCC Paris ont sélectionné des outils simples et essentiels qui permettent : de respecter intelligemment

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-651 du 2 juin 2006 relatif à la formation pharmaceutique continue et modifiant la quatrième partie

Plus en détail

REGLEMENT APPLICABLE AUX MARCHES ET ACCORDS CADRES DU GRAND PORT MARITIME DE LA ROCHELLE

REGLEMENT APPLICABLE AUX MARCHES ET ACCORDS CADRES DU GRAND PORT MARITIME DE LA ROCHELLE Proj (sont précisés en écriture de couleur bleue les aménagements modifications proposés) REGLEMENT APPLICABLE AUX MARCHES ET ACCORDS CADRES DU GRAND PORT MARITIME DE LA ROCHELLE 1. PREAMBULE Vu l'article

Plus en détail

2. Gestion des risques 2. CABINET MURAZ PA VILLET 3 Chemin du Vieux Chê,ze MEYL4N Tél: 04760404 10 fax: 047604 0489 SOMMAIRE.

2. Gestion des risques 2. CABINET MURAZ PA VILLET 3 Chemin du Vieux Chê,ze MEYL4N Tél: 04760404 10 fax: 047604 0489 SOMMAIRE. 38240 CABINET MURAZ PA VILLET 3 Chemin du Vieux Chê,ze MEYL4N Tél: 04760404 10 fax: 047604 0489 RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE SOMMAIRE Introduction Le présent rapport de transparence est rédigé et publié

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

Rapport annuel de transparence

Rapport annuel de transparence Rapport annuel de transparence Exercice clos le : 31 décembre 2012 Fiduciaire Audit Conseil Chapitre : 1. Présentation du Cabinet SOMMAIRE 1. Présentation du Cabinet... 3 1.1. Description des entités CAC

Plus en détail

Les attestations du commissaire aux comptes

Les attestations du commissaire aux comptes Les attestations du commissaire aux comptes Atelier n 24 Isabelle Tracq-Sengeissen, Olivier Boucherie Universités d été 2012 Préambule Nombreuses demandes de l entité «d attester», de «viser», de «certifier

Plus en détail

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DE LA PROSPECTIVE RÉPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice ------------ -------- SECRETARIAT GENERAL ------------ ------------ DIRECTION DE L AUDIT ET DU CONTROLE ------------

Plus en détail

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie,

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie, Arrêté du 14 octobre 2005 relatif aux organismes habilités à mettre en œuvre les procédures de vérification «CE» des sous-systèmes et d évaluation de la conformité ou de l aptitude à l emploi des constituants

Plus en détail

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 INSTRUCTION n 2015-25 du 6 mars 2015 Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 Emetteurs : Direction des Ressources humaines et des Relations sociales - Direction du Développement RH Correspondants

Plus en détail

DEMANDE D'INSCRIPTION SECONDAIRE AU TABLEAU DE L'ORDRE Questionnaire Personne Morale

DEMANDE D'INSCRIPTION SECONDAIRE AU TABLEAU DE L'ORDRE Questionnaire Personne Morale ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Réservé au Conseil régional Date de la demande : (dossier complet) Code du dossier : Inscription : Session du DEMANDE D'INSCRIPTION SECONDAIRE AU TABLEAU DE L'ORDRE Questionnaire

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE

MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE L intervention de l expert-comptable en cas de licenciement économique consiste principalement à analyser les raisons et la pertinence de la mesure envisagée,

Plus en détail

GUIDES D EXPERT. Mission de présentation. des comptes annuels. Guide pratique COLLECTION PRATIQUE PROFESSIONNELLE. Edition 2012

GUIDES D EXPERT. Mission de présentation. des comptes annuels. Guide pratique COLLECTION PRATIQUE PROFESSIONNELLE. Edition 2012 Mission de présentation GUIDES D EXPERT des comptes annuels Guide pratique Edition 2012 COLLECTION PRATIQUE PROFESSIONNELLE AVANT-PROPOS MISSION DE PRESENTATION : UN ELEMENT ESSENTIEL DE LA MARQUE «EXPERT-COMPTABLE»

Plus en détail

CENTRE DE GESTION AGREE DES PYRENEES-ORIENTALES REGLEMENT INTERIEUR. Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901

CENTRE DE GESTION AGREE DES PYRENEES-ORIENTALES REGLEMENT INTERIEUR. Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901 CENTRE DE GESTION AGREE DES PYRENEES-ORIENTALES REGLEMENT INTERIEUR Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901 Décision d agrément du 31/12/1980 dûment renouvelé Siège social : Avenue Paul

Plus en détail

Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés. Résumé

Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés. Résumé Projet de loi n o 61 Loi sur les comptables professionnels agréés Résumé NOTES EXPLICATIVES Projet de loi a été déposé à l Assemblée nationale du Québec le 28 mars 2012 par le ministre de la Justice et

Plus en détail

Covéa Finance Charte de l Audit et du Contrôle Interne

Covéa Finance Charte de l Audit et du Contrôle Interne CHARTE D AUDIT ET DE CONTROLE INTERNE DE COVÉA FINANCE DEFINITION DU CONTROLE INTERNE Le contrôle interne est un dispositif défini et mis en œuvre par les dirigeants et les personnels des sociétés, qui

Plus en détail

ADMINISTRATION PROVISOIRE DE CABINET D EXPERTISE COMPTABLE Guide pratique

ADMINISTRATION PROVISOIRE DE CABINET D EXPERTISE COMPTABLE Guide pratique ADMINISTRATION PROVISOIRE DE CABINET D EXPERTISE COMPTABLE Guide pratique Service du Tableau Anne-Sophie Baldini 04 72 60 26 26 - asb@oecra.fr Préambule J'ai beaucoup mieux à faire que m'inquiéter de l'avenir.

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

LISTE DES EXPERTS PLAISANCE RECOMMANDÉS PAR LE CESAM

LISTE DES EXPERTS PLAISANCE RECOMMANDÉS PAR LE CESAM LISTE DES EXPERTS PLAISANCE RECOMMANDÉS PAR LE CESAM Le CESAM met à la disposition de ses adhérents et de leurs assurés un réseau d Experts recommandés en matière de navigation de plaisance (maritime,

Plus en détail

Stiftung Schweizerischer Bankenombudsman Fondation Ombudsman des banques suisses Fondazione Ombudsman delle banche svizzere

Stiftung Schweizerischer Bankenombudsman Fondation Ombudsman des banques suisses Fondazione Ombudsman delle banche svizzere Stiftung Schweizerischer Bankenombudsman Fondation Ombudsman des banques suisses Fondazione Ombudsman delle banche svizzere Règles de procédure de l Ombudsman des banques suisses Art. 1: Mission de l Ombudsman

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le Exco. Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable. Sommaire Préambule 11 Présentation du réseau EXCO et de KRESTON INTERNATIONAL LTD 22 Présentation

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31 aout 2014. - Déclaration de la direction relative à l indépendance et la formation

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31 aout 2014. - Déclaration de la direction relative à l indépendance et la formation RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31 aout 2014 Sommaire - PRESENTATION DU CABINET - Organigramme juridique - Activité - Chiffre d Affaires et Clientèle - PROCEDURE QUALITE - Indépendance - Contrôle

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail