GARANTIR QUE LE CRIME NE PAIE PAS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GARANTIR QUE LE CRIME NE PAIE PAS"

Transcription

1 Sous la direction scientifique de Chantal CUTAJAR Centre du droit de l'entreprise Groupe de recherche sur la criminalité organisée (GRASCO) Ecole de management de Strasbourg GARANTIR QUE LE CRIME NE PAIE PAS Strategie pour enrayer Ie développement des marchés criminels Préface de Jacques BARROT 2010 PRESSES UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG

2 Table Sommaire 7 Préface 11 Présentation 13 Introduction 15 PREMIÈRE PARTIE LES MARCHÉS CRIMINELS CHAPITRE I Marchés criminels: globaiisation du crime, géopolitique de l'illicite et développement économique 23 Evolutions mondiales et développement global des marchés criminels.. 26 Section 2 : La géopolitique de l'illicite: une indéniable influence internationale : Economie criminelle: une ampleur sans precedent 28 2 : Economie des drogues: une puissance financière enorme a l'impact géopolitique incontournable 31 3 : Economie de la contrefacon: un négoce illicite globalisé a l'impact géoéconomique avéré 36 4 : Economie de l'immigration dandestine: un facteur de redéfinition des relations Nord/Sud 38

3 322 GARANTIR QUE LE CRIME NE PA1E PAS 5 : Economie de la criminalité environnementale: pillage des matières premières et considérations géopolitiques 39 6 : Economie du blanchiment: une nature mi-parasitaire mi symbiotique, facteur d'instabilité fïnancière 43 Section 3: Les caractéristiques modernes du crime organisé: vers un modèle alternatif de développement économique 46 1 : Des réseaux polymorphes: les nouveaux acteurs du crime organisé 47 2 : Partenariat/sous-traitance entre réseaux criminels: action pluri-criminelle et transnationale 48 3 : Recherche d'une rusion au sein de l'économie licite: l'ennemi de l'intérieur 49 4 : Quand Ie crime organisé se mue en une contre-société 50 5 : Quand Ie crime organisé se fait filet social 53 Conclusion 55 CHAPITRE II Cybercriminalité: état des lieux et préconisation 59 Cybercriminalité et modes opératoires 60 1 : Typologie des risques cyberdélinquants et tendances actuelles : Cybercriminalité et réponses pénales 61 3 : Les infractions informatiques 62 4 : Falsifkation et fraudes 65 5 : Les atteintes a la propriété intellectuelle et la contrefacon 67 6 : Vols de données et usurpation d'identité 69 La cybercriminalité, délinquance mondiale 70 1 : Un traite international en matière de cybercriminalité 71 2 : L'action de TUnion européenne 71 Section 3: Lutte contre la cybercriminalité et préconisations 72 1 : La coopération entre les secteurs public et privé 72 2 : La spécialisation en matière de cybercriminalité 73 3 : La définition d'une politique publique coherente 73

4 Table 323 CHAPITRE III Le trafic illicite de biens culturels 75 Criminalké organisée et trafic de biens culturels 77 1 : Du voleur isolé aux gangs spécialisés dans le trafic d'objets d'art.. 78 A) Le voleur isolé 78 B) Les gangs spécialisés 79 2 : Le lien entre le trafic de biens culturels et certaines autres formes de criminalité organisée 80 A) L'ceuvre d'art, un bien a l'utilité tant esthétique que flnancière B) L'utilisation des biens culturels par les organisations criminelles dans leurs activités de blanchiment 81 Les outils de la coopération internationale dans la lutte contre le trafic de biens culturels 83 1 : Les bases de données sur les oeuvres d'art volées 83 A) L'interconnexion des bases de données 83 B) Vers une base de données commune? Une base de données européenne des biens culturels volés La mise en place d'une base de données internationale 86 2 : Les fichiers et autres réseaux, outils de lutte contre le trafic illicite de biens culturels 88 A) La mise en place par Europol d'un fichier dédié au trafic de biens culturels 88 B) Les nouvelles technologies d'interpol appliquées a la lutte contre le trafic de biens culturels 90 CHAPITRE IV Les jeux d'argent en ligne 93 Le phénomène des jeux en ligne selon le droit francais 93 1 : Bref regard sur l'histoire 93 2 : Le controle des jeux 94 3 : Le controle des joueurs 95 Blanchiment de l'argent illicite par les jeux en ligne en Italië 100

5 324 GARANTIR QUE LE CRIME NE PAIE PAS 1 : Un phénomène non négligeable : Le blanchiment a travers les casinos : Le bilan 105 CHAPITRE V L'ingénierie juridique et financière au service du développement des marchés criminels 107 Les sociétés écran et autres constructions juridiques : Description du phénomène : Préconisations 116 A) En présence d'une société de droit francais 116 B) En présence d'une société offshore 118 Le cuckoo smurfing : Le point de départ: le fractionnement des dépóts : L'évolution vers le «cuckoo smurfing» : Analyse du «cuckoo smurfing», détection et traitement 127 DEUXIÈME PARTIE LA LUTTE CONTRE L'EXPANSION DES MARCHÉS CRIMINELS TITREI:IAPOUTIQUECMMINELLEFRAN AISE 133 CHAPITRE I La détection des avoirs criminels 133 Le renseignement et l'analyse criminels. Application a la lutte contre le crime économique et financier : La police et l'enquête guidées par le renseignement 134 A) L'origine 134 B) Les échecs 134 C) Les nouveaux modèles policiers 135 D) Les développements en Europe 137 E) Un contexte spécifique 138

6 Table : Le renseignement et 1 'analyse criminels 138 A) De l'information au renseignement 139 B) Le renseignement: a la fois un processus et un résultat 140 C) Les formes essentielles d'analyse : Les mécanismes de raisonnement 143 A) Les techniques de visualisation Les schémas relationnels Les schémas de flux Les cartes de géographie : Le projet AFC (Analyse Financière Criminelle) : Perspectives 148 Conclusion 149 Section 2 : La plateforme d'identification des avoirs criminels (PIAC) - Bureau national de recouvrement des avoirs francais (BRA/ARO) : Nature de la PIAC, missions et principes de fonctionnement : La création en Europe de «bureaux de recouvrement des avoirs» : Total des avoirs criminels appréhendés en France (TACA) 153 Section 3: «Le FICOBA (Fichier central des comptes bancaires et assimilés). Un instrument d'identification indispensable» : Les modalités de constitution du fichier national FICOBA A) Les personnes débitrices de l'obligation déclarative 154 B) Le champ de l'obligation Les comptes soumis a déclaration Les opérations soumises a déclaration 156 C) Le délai de conservation des données de FICOBA : Les modalités de consultation du fichier national FICOBA A) La consultation directe 158 B) La consultation indirecte Les administrations et autres entités publiques Les magistrats financiers Les autorités judiciaires et leurs délégataires 160

7 326 GARANTIR QUE LE CRIME NE PAIE PAS 3 : Le fichier national FICOBA, instrument indispensable pour une enquête financière nationale ou internationale 160 A) L'enquête nationale 160 B) La coopération internationale 161 CHAPITRE II L'appréhension des avoirs criminels 163 Le délit francais de non justification de ressources: retour d'expériences : L'émergence d'un environnement favorable a la mise en oeuvre de la non justification de ressources : Un instrument efficace pour parvenir a. la confiscation des produits du crime 166 A) Cas n B) Cas n Le gel et la confiscation des avoirs criminels sans condamnation pénale : Le gel et la confiscation des avoirs criminels sans condamnation pénale a l'épreuve du droit francais 170 A) L'insertion en droit francais de la confiscation sans condamnation pénale ) Le moule juridique des mesures de süreté ) La nécessité d'incriminer la participation a une organisation criminelle ) Le respect des droits fondamentaux 179 B) La réception en droit francais des procédures de confiscations sans condamnation pénale émanant de juridictions étrangères : L'opportunité d'étendre aux décisions civiles les instruments communautaires de reconnaissance mutuelle des décisions de confiscation et de saisie 186 Section 3: Le nouveau droit francais des saisies et confiscations des avoirs criminels : Les nouvelles saisies spéciales 191 A) Le cadre juridique des saisies spéciales 191 1) L 'enquête de flagrance 192 2) L 'enquête preliminaire 192

8 Table 327 3) L 'instruction préparatoire 193 4) Habilitation des agents des douanes pour mettre en oeuvre les saisies spéciales 193 B) Les modalités des saisies spéciales 194 1) Les dispositions communes 194 a) Gestion des biens saisis 194 b) Les voies de recours contre les décisions relatives a l'exécution de la saisie 195 c) Les effets de la saisie pénale sur la situation des tiers 195 2) Les dispositions spécifiques 197 a) Les saisies de patrimoine 197 b) Les saisies immobilières 197 c) Les saisies portant sur certains biens ou droits mobiliers incorporels 198 d) Les saisies sans dépossession : Le nouveau champ d'application des mesures de süreté de l'article CPP 201 A) Le nouveau champ d'application de l'article CPP en matière de lutte contre la criminalité organisée 201 B) Les nouvelles mesures conservatoires applicables aux délits graves d'appropriation frauduleuse : L'extension du champ des confiscation 204 A) L'extension ratione materiae ) La confiscation des droits incorporels ) La confiscation de patrimoine étendue au trafic de stupéfiants de l'article C. pén ) Élargissement de la peine de confiscation applicable en matière deproxénétisme 205 B) L'extension de la confiscation ratione personae : La création de l'agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis et confisqués 207 A) Missions de l'agrasc 208 B) Organisation de l'agrasc 211 C) Le paiement des dommages et interets sur les biens confisqués

9 328 GARANTIR QUE LE CRIME NE PAIE PAS 5 : La coopération internationale aux fïns d'exécution des décisions de confiscation 212 A) La transposition de la décision-cadre du 6 octobre 2006 relative a l'application du principe de la reconnaissance mutuelle aux décisions de confiscation ) Les dispositions générales ) Les dispositions relatives aux décisions de confiscation de biens prononcéespar les juridictions francaises ) Les Dispositions relatives a l'exécution des décisions de confiscation de biens prononcées par les juridictions d'un autre État membre de l'union européenne 217 B) L'exécution des décisions de confiscation prononcées par les autorités judiciaires étrangères 224 C) La nouvelle procédure d'entraide aux fins de saisie des produits d'une infraction en vue de leur confiscation ultérieure 227 Section 4: La confiscation des avoirs mafïeux dans la législation italienne : La confiscation dans le proces pénal : La confiscation, mesure de prévention 233 A) Personnes pouvant être assujetties aux mesures de prévention B) Application dissociée de la mesure patrimoniale et décès de la personne concernée 237 C) Titulaires du pouvoir de proposer 237 D) Critères de jugement en matière de confiscation 238 TITREII: LA POLITIQUE EUROPÉENNE DE PRIVATION DESAVOIRSCRIMINELS 243 CHAPITRE I L'Union européenne et la captation des avoirs criminels 243 La reconnaissance mutuelle des décisions de gel et de confiscation : Les décisions-cadres du 22 juillet 2003 et du 6 octobre : La décision-cadre du 22 juillet 2003 relative au gel des éléments de preuve et des biens a l'épreuve des vertus cardinales 248 A) La décision-cadre et les attributs de la puissance 250

10 Table La Force La Justice 251 B) La décision-cadre et les attributs de la mesure La Prudence La Tempérance 254 Condusion : Difficultés de mise en oeuvre et préconisations 256 A) Difficultés extérieures au système juridique francais Difficultés inhérentes au fonctionnement des décisions-cadres elles-mêmes Analyse des raisons pour lesquelles la décision-cadre sur le gel est plus particulièrement difficile a mettre en oeuvre (celle sur la confiscation n'ayant pas encore été transposée en droit francais) B) Difficultés liées au système juridique francais Jusqu'a récemment, il existait une corrélation parfaite entre le contenu de la législation et la culture du magistrat Depuis quelques temps, il existe des ouvertures législatives. Mais jusqu'a présent, ce n'était que des fenêtres 258 C) Propositions Au plan international Au plan interne : La reconnaissance mutuelle des décisions de gel et de confiscation 259 Section 2 : Le bureau de recouvrement des avoirs : Présentation du BRA : Mise en place en droit interne du BRA 266 CHAPITRE II Le Conseil de l'europe et la captation des avoirs criminels 271 Une convention en avance sur son temps 272 Des dispositifs insuffisamment employés 274 Section 3: La révision de la Convention «de Strasbourg» 278

11 330 GARANTIR QUE LE CRIME NE PAIE PAS TITREIII: LA RESTITUTION DES AVOIRS ILLICITES 281 CHAPITRE I Les enseignements tirés de l'affaire Mobutu 283 L'héritage Mobutu : «Le léopard de Kinshasa» : Le système Mobutu: un gouvernement par le vol 285 Le recouvrement des avoirs du clan Mobutu: la vaine bataille du développement : Chronologie d'un echec judiciaire : L'affaire Mobutu: un test pour le système Suisse 291 CHAPITRE II Le projet de loi sur la restitution des avoirs illicites 297 Présentation du dispositif : L'esprit de la loi : La lettre de la loi 301 Portee du dispositif : Une conception restrictive de la défaillance : De la nécessité de suppleer l'inertie des autorités de l'état spolié 306 Annexes 309 Annexe 1: Les services d'europol en matière de recouvrement des avoirs criminels 309 Annexe 2: Le róle de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières dans Ia captation des avoirs criminels 312 Annexe 3: L'importance de l'enquête patrimoniale dans les dossiers de criminalité organisée 315 Liste des contributeurs 319

La saisie des avoirs criminels : un levier. Département Sécurité

La saisie des avoirs criminels : un levier. Département Sécurité Octobre 2010 (Montréal) La saisie des avoirs criminels : un levier de la lutte contre le trafic de stupéfiants Nacer LALAM Département Sécurité 1 A. La problématique et le contexte Peu de condamnations

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 22 décembre 2010 relative à la présentation des dispositions résultant de la loi n 2010-768 du 9 juillet 2010 visant à faciliter la saisie et la confiscation en matière pénale NOR : JUSD1033251C

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Sanctions pécuniaires - principe de reconnaissance mutuelle Loi du 23 février 2010 relative à l'application du principe de reconnaissance mutuelle aux sanctions pécuniaires. - citant: L du 30 mars 2001

Plus en détail

La coopération pénale internationale en matière de saisie et de confiscation est renforcée par :

La coopération pénale internationale en matière de saisie et de confiscation est renforcée par : Circulaire du 22 décembre 2010 relative à la présentation des dispositions spécifiques de la loi n 2010-768 du 9 juillet 2010 visant à permettre l exécution transfrontalière des confiscations en matière

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Les dispositifs de lutte contre les organisations criminelles

Les dispositifs de lutte contre les organisations criminelles SÈRIE SCIENCE ET SOCIÉTÉ Les dispositifs de lutte contre les organisations criminelles Une législation sous influence? Maria Luisa CESONI Avec la collaboration de: Samuel D'ORAZIO Roelof Jan BOKHORST Catherine

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.5.2015 COM(2015) 194 final 2015/0101 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL relative à la conclusion, au nom de l'union européenne, du protocole pour éliminer le

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)7 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

La lutte contre le trafic illicite de biens culturels sur Internet : L UNESCO et la réponse de ses partenaires

La lutte contre le trafic illicite de biens culturels sur Internet : L UNESCO et la réponse de ses partenaires La lutte contre le trafic illicite de biens culturels sur Internet : L UNESCO et la réponse de ses partenaires Introduction L'UNESCO est un acteur majeur dans la lutte contre le trafic illicite d objets

Plus en détail

Si connu: la ou les langues que la personne recherchée comprend: Traits distinctifs / description de la personne recherchée:

Si connu: la ou les langues que la personne recherchée comprend: Traits distinctifs / description de la personne recherchée: MANDAT D'ARRÊT EUROPÉEN 1 Le présent mandat a été émis par une autorité judiciaire compétente. Je demande que la personne mentionnée ci-dessous soit arrêtée et remise aux autorités judiciaires aux fins

Plus en détail

Savoirs associés DROIT

Savoirs associés DROIT REFERENTIEL DE CERTIFICATION Savoirs associés DROIT Dans la section de technicien supérieur des professions immobilières, la finalité de l'enseignement du droit est double : culturelle et professionnelle.

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

Le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Geert Delrue Maklu Anvers / Apeldoom Préambule 11 Introduction 13 1. DESCRIPTION JURIDIQUE Chapitre 1. La législation préventive 1.1. La législation

Plus en détail

La coopération internationale au service de la sûreté des collections - Journée d étude du 14 mai 2004 - BnF/ réseau LIBER

La coopération internationale au service de la sûreté des collections - Journée d étude du 14 mai 2004 - BnF/ réseau LIBER Les bases de données, outil de lutte contre le trafic des biens culturels. Présentation de la base TREIMA de l Office Central de lutte contre le trafic des Biens Culturels par Bernard Darties, commandant

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 23 janvier 2014 relative à la présentation de la loi n 2013-1117 en date du 6 décembre 2013 relative à la lutte contre la fraude fiscale et la

Plus en détail

ACTES PRIS EN APPLICATION DU TITRE VI DU TRAITÉ UE

ACTES PRIS EN APPLICATION DU TITRE VI DU TRAITÉ UE 7.4.2009 Journal officiel de l Union européenne L 93/23 ACTES PRIS EN APPLICATION DU TITRE VI DU TRAITÉ UE DÉCISION-CADRE 2009/315/JAI DU CONSEIL du 26 février 2009 concernant l'organisation et le contenu

Plus en détail

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La volonté affichée au printemps 2013 par le Président de la République d intensifier la

Plus en détail

Lutte contre le blanchiment des capitaux

Lutte contre le blanchiment des capitaux Lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme - recommandations professionnelles en IARD - 2005 Lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme - recommandations

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ CLT-10/CONF.204/6 PARIS, le 14 septembre 2010 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT

Plus en détail

Fondation Scelles 14, rue Mondétour, 75001 Paris- 01 40 26 04 45 www.fondationscelles.org

Fondation Scelles 14, rue Mondétour, 75001 Paris- 01 40 26 04 45 www.fondationscelles.org Fondation Scelles 14, rue Mondétour, 75001 Paris- 01 40 26 04 45 www.fondationscelles.org COLLOQUE FONDATION SCELLES L ECONOMIE EN DANGER, Les circuits de l argent sale, l argent criminel de la traite

Plus en détail

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière...

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière... Abréviations... 7 Préface... 9 Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique A. La législation routière... 12 1) Quelques mots d histoire... 12 2) Législation actuelle... 18 a) Législation nationale...

Plus en détail

LA CONTREFAÇON NOTIONS ESSENTIELLES

LA CONTREFAÇON NOTIONS ESSENTIELLES LA CONTREFAÇON NOTIONS ESSENTIELLES. Définition... 2. Qu'est-ce que la contrefaçon?... 2. Un fléau mondial... 2. Ses dangers... 3. Comment la déceler?... 4. Lutter contre la contrefaçon... 4. Qui est en

Plus en détail

Les régimes juridiques de la vidéosurveillance

Les régimes juridiques de la vidéosurveillance Les régimes juridiques de la vidéosurveillance Article juridique publié le 21/09/2015, vu 595 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Code de la sécurité intérieure Code de la construction et de l'habitation

Plus en détail

Les leçons du droit comparé Conférence la répression pénale du blanchiment Du 27/05/2011

Les leçons du droit comparé Conférence la répression pénale du blanchiment Du 27/05/2011 Les leçons du droit comparé Conférence la répression pénale du blanchiment Du 27/05/2011 Introduction : Le blanchiment est la réinsertion dans le circuit légal des sommes obtenues de façon illicite. Pour

Plus en détail

(BON. 1930 du 21-10-1949) (BON. 2039 du 23-11-1951) Que l on sache par les présentes puisse Dieu en élever et en fortifier la teneur!

(BON. 1930 du 21-10-1949) (BON. 2039 du 23-11-1951) Que l on sache par les présentes puisse Dieu en élever et en fortifier la teneur! Dahir du 5 kaada 1368 (30 août 1949) relatif à la répression des infractions à la réglementation des changes, tel qu il à été modifié et complété par le dahir du 25 moharrem 1371 (27octobre 1951). LOUANGE

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

COMPTE RENDU COLLOQUE ENTRE L'ORDRE DES AVOCATS DE MILAN ET DE NICE. VIII EDITION - NICE 12 et 13 AVRIL 2013

COMPTE RENDU COLLOQUE ENTRE L'ORDRE DES AVOCATS DE MILAN ET DE NICE. VIII EDITION - NICE 12 et 13 AVRIL 2013 COMPTE RENDU DU COLLOQUE ENTRE L'ORDRE DES AVOCATS DE MILAN ET DE NICE VIII EDITION - NICE 12 et 13 AVRIL 2013 Dans le prolongement de la signature du protocole de coopération passé le 22 juillet 2005

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

Mise en Oeuvre des nouvelles Recommandations du GAFI en Suisse

Mise en Oeuvre des nouvelles Recommandations du GAFI en Suisse Nous maîtrisons les terrains les plus divers mai 2015 Mise en Oeuvre des nouvelles Recommandations du GAFI en Suisse Le délit fiscal qualifié : nouvelle infraction préalable / Conséquences pour les intermédiaires

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 101 (1 er janvier au 31 mars 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 101 (1 er janvier au 31 mars 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 101 (1 er janvier au 31 mars 2006) Circulaires de la direction des affaires criminelles et des grâces Signalisation des circulaires du 1 er janvier au 31

Plus en détail

Master of Advanced Studies en lutte contre la criminalité économique [MAS LCE] Master of Advanced Studies in Economic Crime Investigation [MAS ECI]

Master of Advanced Studies en lutte contre la criminalité économique [MAS LCE] Master of Advanced Studies in Economic Crime Investigation [MAS ECI] Master of Advanced Studies en lutte contre la criminalité économique [MAS LCE] Master of Advanced Studies in Economic Crime Investigation [MAS ECI] Les Hautes écoles spécialisées Les Hautes écoles spécialisées

Plus en détail

Evaluation du dispositif LBC/FT Manuel à l intention des pays et des évaluateurs

Evaluation du dispositif LBC/FT Manuel à l intention des pays et des évaluateurs Financial Action Task Force Groupe d action financière GAFI Document de référence Evaluation du dispositif LBC/FT Manuel à l intention des pays et des évaluateurs Février 2009 LE GROUPE D ACTION FINANCIERE

Plus en détail

Introduction. 1 Le GAFI est un organisme intergouvernemental qui établit des normes, développe et assure la promotion de

Introduction. 1 Le GAFI est un organisme intergouvernemental qui établit des normes, développe et assure la promotion de *URXSHG DFWLRQILQDQFLqUH VXUOHEODQFKLPHQWGHFDSLWDX[ )LQDQFLDO$FWLRQ7DVN)RUFH RQ0RQH\/DXQGHULQJ /(648$5$17( 5(&200$1'$7,216 MXLQ 7RXVGURLWVUpVHUYpV /HVGHPDQGHVG DXWRULVDWLRQSRXUODUHSURGXFWLRQGHWRXWRXSDUWLHGHFHWWHSXEOLFDWLRQGRLYHQW

Plus en détail

Lutte contre la fraude

Lutte contre la fraude Lutte contre la fraude Agence pour la Lutte contre la fraude à l assurance 1 Sommaire I. Présentation d ALFAd II. Lutte contre la fraude et expertise III. Le blanchiment de capitaux en IARD 2 L Agence

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Les quarante Recommandations du GAFI

Les quarante Recommandations du GAFI Financial Action Task Force Groupe d action financière Normes du GAFI Les quarante Recommandations du GAFI Octobre 2003 (incluant toutes les modifications jusqu'au mois d'octobre 2004) Le GAFI a révisé

Plus en détail

Mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme - Belgique

Mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme - Belgique Mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme - Belgique Mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Belgique Rapport d évaluation

Plus en détail

Pierre MOSCOVICI et Bernard CAZENEUVE saluent une nouvelle étape dans la lutte contre la fraude fiscale

Pierre MOSCOVICI et Bernard CAZENEUVE saluent une nouvelle étape dans la lutte contre la fraude fiscale PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES BERNARD CAZENEUVE MINISTRE DELEGUE AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES, CHARGE DU BUDGET C o m m u n i q u é d e p r e s s e www.economie.gouv.fr

Plus en détail

I. - Les principales caractéristiques du Droit Pénal chinois

I. - Les principales caractéristiques du Droit Pénal chinois Lorsque la loi pénale a une application extraterritoriale, les juridictions nationales ont compétence même lorsque les faits ont été jugés par une juridiction étrangère. Mais si la peine prononcée a été

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne DIRECTIVES

Journal officiel de l'union européenne DIRECTIVES 5.6.2015 L 141/73 DIRECTIVES DIRECTIVE (UE) 2015/849 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 20 mai 2015 relative à la prévention de l'utilisation du système financier aux fins du blanchiment de capitaux

Plus en détail

Que reste-t-il de la French Connection? Thierry Colombié Docteur es sciences économiques (Ehess)

Que reste-t-il de la French Connection? Thierry Colombié Docteur es sciences économiques (Ehess) Que reste-t-il de la French Connection? Thierry Colombié Docteur es sciences économiques (Ehess) Les bases de la French Connection Un trafic d héroïne planétaire (Liban, Pakistan, France, USA) de 1935

Plus en détail

Table des matières. Sommaire... 5 Avertissement... 7 Avant-propos... 9 Introduction... 11

Table des matières. Sommaire... 5 Avertissement... 7 Avant-propos... 9 Introduction... 11 Sommaire..................................................... 5 Avertissement.................................................. 7 Avant-propos................................................... 9 Introduction...................................................

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-04 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Circulaire n 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l 'obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit

Circulaire n 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l 'obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit Circulaire n 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l 'obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib ; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de c

Plus en détail

Loi n 196/AN/02/4ème L Sur le Blanchiment, la Confiscation et la Coopération Internationale en matière de produits du crime.

Loi n 196/AN/02/4ème L Sur le Blanchiment, la Confiscation et la Coopération Internationale en matière de produits du crime. Loi n 196/AN/02/4ème L Sur le Blanchiment, la Confiscation et la Coopération Internationale en matière de produits du crime. L'ASSEMBLEE NATIONALE A ADOPTE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE PROMULGUE LA LOI

Plus en détail

I-Checkit est l outil dont les services chargés de l application de la loi ont besoin au 21 ème siècle pour mettre au jour et neutraliser les réseaux

I-Checkit est l outil dont les services chargés de l application de la loi ont besoin au 21 ème siècle pour mettre au jour et neutraliser les réseaux INTERPOL I-Checkit Pour votre sécurité I-Checkit est l outil dont les services chargés de l application de la loi ont besoin au 21 ème siècle pour mettre au jour et neutraliser les réseaux criminels et

Plus en détail

L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014

L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014 L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014 «Je ne connais rien de plus servile, de plus méprisable, de plus lâche, de plus borné qu'un terroriste» (Chateaubriand, Mémoires

Plus en détail

Table de matières. Préambule 11 Introduction 13

Table de matières. Préambule 11 Introduction 13 Préambule 11 Introduction 13 1. LA Description juridique 17 Chapitre 1. La législation préventive 18 1.1. La législation nationale 18 1.1.1. Les dispositions légales 18 1.1.2. Les déclarants 20 1.1.3.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 28 octobre 2014 de présentation des dispositions de la loi n 2013-711 du 5 août 2013 portant diverses dispositions d'adaptation dans le domaine de la justice en application du droit de l'union

Plus en détail

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005 relative à la prévention et la répression des infractions en matière de chèques (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS Article

Plus en détail

Règlement de la consultation

Règlement de la consultation PREFECTURE DE VAUCLUSE DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE DE VAUCLUSE SERVICE LOGEMENT SOCIAL 84905 AVIGNON CEDEX 9 PROCEDURE ADAPTEE en application de l article 28 du code des marchés publics

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 22 Octobre 2009. Chancellerie

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 22 Octobre 2009. Chancellerie DOSSIER DE PRESSE Le Service central de prévention de la corruption présente son rapport pour l année 2008 Un zoom sur la crise financière mondiale, l affaire Madoff, les paradis fiscaux ou encore les

Plus en détail

Présentation de la méthodologie par M. le préfet

Présentation de la méthodologie par M. le préfet Présentation de la méthodologie par M. le préfet Bilan de la délinquance dans le Val d'oise Cumul 12 mois N N+1 212 213 Evol. 1- Atteintes volontaires à l'intégrité physique * Dont 2- Violences physiques

Plus en détail

L impact du dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux au cœur de la pratique assurantielle

L impact du dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux au cœur de la pratique assurantielle L impact du dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux au cœur de la pratique assurantielle Par Jennifer Darmaillacq, Elise Gomeriel Master Droit de la protection sociale d entreprise Université

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES RACHAT DE FRANCHISE VEHICULE DE LOCATION

CONDITIONS GENERALES RACHAT DE FRANCHISE VEHICULE DE LOCATION CONDITIONS GENERALES RACHAT DE FRANCHISE VEHICULE DE LOCATION Article 1. Définitions: Ce contrat entend par: 1.1. L assureur et le gestionnaire des sinistres: A.G.A. International S.A. Belgium branch (dénommé

Plus en détail

LES VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR

LES VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR PREFECTURE DE LA MANCHE DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DE LA REGLEMENTATION Bureau de la Circulation LES VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR Code des transports Articles L 3120-1 à L 3120-5 Articles

Plus en détail

Manuel sur la coopération internationale aux fins de confiscation du produit du crime

Manuel sur la coopération internationale aux fins de confiscation du produit du crime Manuel sur la coopération internationale aux fins de confiscation du produit du crime OFFICE des nations unies contre la drogue et le crime Vienne Manuel sur la coopération internationale aux fins de

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention d entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement de la République

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Recouvrement CE créances,cotisations,taxes et autres mesures Loi du 20 décembre 2002 concernant l'assistance mutuelle en matière de recouvrement dans la Communauté européenne des créances relatives à certains

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 9 juin 2010 relative à la présentation de la loi ouvrant à la concurrence et à la régularisation les secteurs des jeux d argent et de hasard en ligne NOR : JUSD1015314C Le ministre d'état,

Plus en détail

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration.

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration. L'AGENT IMMOBILIER L'agent immobilier est un intermédiaire intervenant dans les opérations d achat, de vente, d échange, de sous-location ou de location de maisons, appartements, fonds de commerce, terrains.

Plus en détail

PREVENIR LA CORRUPTION

PREVENIR LA CORRUPTION PREVENIR LA CORRUPTION APPLICATION DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION TUNIS SEPTEMBRE 2012 Dr. JEAN PIERRE BUEB EXPERT INTERNATIONAL 1 - QUELLE CORRUPTION? Bien préciser de quoi l

Plus en détail

Arrêt du 23 mars 2015 Cour des plaintes

Arrêt du 23 mars 2015 Cour des plaintes B u n d e s s t r a f g e r i c h t T r i b u n a l p é n a l f é d é r a l T r i b u n a l e p e n a l e f e d e r a l e T r i b u n a l p e n a l f e d e r a l Numéro de dossier: RR.2014.261 Arrêt du

Plus en détail

Jeux de hasard en ligne et blanchiment d'argent : une combinaison gagnante McAfee Labs Rapport de synthèse

Jeux de hasard en ligne et blanchiment d'argent : une combinaison gagnante McAfee Labs Rapport de synthèse Jeux de hasard en ligne et blanchiment d'argent : une combinaison gagnante McAfee Labs Rapport de synthèse McAfee Labs Rapport de synthèse 1 Introduction Jeux de hasard en ligne et blanchiment d'argent

Plus en détail

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme SEPTEMBRE 2015 HORS-SÉRIE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Ce

Plus en détail

NDUKUMA AD JAYIKOD JO CYBERDROIT TELECOMS, INTERNET, CONTRATS DE E-COMMERCE. Une contribution au Droit congolais. Préface de Evariste BOSHAB

NDUKUMA AD JAYIKOD JO CYBERDROIT TELECOMS, INTERNET, CONTRATS DE E-COMMERCE. Une contribution au Droit congolais. Préface de Evariste BOSHAB NDUKUMA AD JAYIKOD JO CYBERDROIT TELECOMS, INTERNET, CONTRATS DE E-COMMERCE Une contribution au Droit congolais Préface de Evariste BOSHAB PRESSES UNIVERSITAIRES DU CONGO P.U.C. Kinshasa, 2009 359 Table

Plus en détail

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Jérôme THEETTEN Maître de Conférences Droit Privé Université de LILLE II TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Pages TITRE UN : LE TRAITEMENT ALLEGE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS 23/07/2012 La loi dite de sécurité financière du 1er août 2003 a donné un statut à l activité de conseil en investissements financiers (CIF) du fait de la complexité

Plus en détail

JEUX EN LIGNE RISQUES ET ENJEUX

JEUX EN LIGNE RISQUES ET ENJEUX JEUX EN LIGNE RISQUES ET ENJEUX 1 CHRISTIAN KALB 24 SEPTEMBRE 2013 PREAMBULE : AVEC INTERNET, LE CRIME EST DEVENU UNE GRANDE PUISSANCE 1989 : Chute du «Mur» Des États perdent leur souveraineté Le Crime

Plus en détail

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de 15 MAI 2007. - Loi relative à la création de la fonction de gardien de la paix, à la création du service des gardiens de la paix et à la modification de l'article 119bis de la nouvelle loi communale (1)

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012 La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012 Jorick Guillaneuf, chargé d études statistiques à l ONDRP DOSSIER

Plus en détail

Série Z, fonds hors format

Série Z, fonds hors format issues de l échantillonnage (années en 0-1 et 5-6). Ces fonds, dont la constitution est prévue par les textes, sont une mémoire des exercices pratiqués à l Université, autant qu une approche de la réponse

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/207 DÉLIBÉRATION N 12/059 DU 3 JUILLET 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE CERTAINES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

Loi n 110/AN/11/6ème L relative à la lutte contre le financement du terrorisme.

Loi n 110/AN/11/6ème L relative à la lutte contre le financement du terrorisme. Loi n 110/AN/11/6ème L relative à la lutte contre le financement du terrorisme. L'ASSEMBLEE NATIONALE A ADOPTE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE PROMULGUE LA LOI DONT LA TENEUR SUIT : VU La Constitution du

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse.

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse. La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2013 Jorick GUILLANEUF

Plus en détail

Le trafic et la consommation des stupéfiants se trouvent classés dans le livre intitulé «Crimes et délits contre les personnes.

Le trafic et la consommation des stupéfiants se trouvent classés dans le livre intitulé «Crimes et délits contre les personnes. Drogues et loi Le trafic et la consommation des stupéfiants se trouvent classés dans le livre intitulé «Crimes et délits contre les personnes. Loi du 31 décembre 1970 Interdit et pénalise l usage de toute

Plus en détail

L organisation judiciaire en France FAVREAU & CIVILISE LES JURIDICTIONS JUDICIAIRES. Litiges entre particuliers ou organismes privés

L organisation judiciaire en France FAVREAU & CIVILISE LES JURIDICTIONS JUDICIAIRES. Litiges entre particuliers ou organismes privés F & C INFOS FAVREAU & CIVILISE Avocats a la Cour 8, Place Saint-Christoly 33000 Bordeaux, France Informations røservøes aux clients du cabinet. Gratuit. Ne peut Œtre vendu. L organisation judiciaire en

Plus en détail

Les démarches auprès de la justice

Les démarches auprès de la justice Les démarches auprès de la justice SOMMAIRE - A quel tribunal s adresser - Les juridictions civiles - Les juridictions pénales - Les juridictions administratives - Répartition des compétences A quel tribunal

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières

Textes de référence : Table des matières Les alternatives aux peines d'emprisonnement et le Juge d'application des peines au Niger Textes de référence :! Code pénal du NIGER, Niamey1993.! Code de procédure pénale du NIGER.! Décret n 96-069 du

Plus en détail

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179 TABLE ANALYTIQUE Les chiffres renvoient aux numéros de pages Introduction générale 7 LIVRE 1 Droit européen de la concurrence Introduction 19 Partie 1 Ententes et abus de position dominante Titre 1 Domaine

Plus en détail

Note relative au projet de loi relatif à la géolocalisation

Note relative au projet de loi relatif à la géolocalisation Note relative au projet de loi relatif à la géolocalisation - 6 janvier 2014 - Le 23 décembre 2013, le Gouvernement a déposé sur le Bureau du Sénat, un projet de loi relatif à la géolocalisation. Ce texte

Plus en détail

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346 La proposition de la Commission pour la révision du Règlement "faillite": une deuxième chance pour les entreprises en difficulté Durant le mois de mars 2012, une consultation publique a été lancée, sollicitant

Plus en détail

LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES. Droit de l OHADA & Pratiques européennes

LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES. Droit de l OHADA & Pratiques européennes LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES Droit de l OHADA & Pratiques européennes Résume de l ouvrage Apollinaire A. de SABA 2 ème EDITION

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 25.11.2005 FR Journal officiel de l'union européenne L 309/15 DIRECTIVE 2005/60/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 26 octobre 2005 relative à la prévention de l'utilisation du système financier

Plus en détail

Chantal CUTAJAR Née le 20 janvier 1959 à Batna (Algérie) Nationalité française Concubinage, 2 enfants

Chantal CUTAJAR Née le 20 janvier 1959 à Batna (Algérie) Nationalité française Concubinage, 2 enfants P. + 33 (0)6 63 27 64 91 Fax. + 33 (0)3 88 52 25 26 Cutajar.chantal@bbox.f r 10, Rue du Fossé des Tailleurs 67000 STRASBOURG Chantal CUTAJAR Née le 20 janvier 1959 à Batna (Algérie) Nationalité française

Plus en détail

Intermédiaires en Assurance

Intermédiaires en Assurance Intermédiaires en Assurance 1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail

QUESTIONS SUR LES INSTRUMENTS DE RECONNAISSANCE MUTUELLE

QUESTIONS SUR LES INSTRUMENTS DE RECONNAISSANCE MUTUELLE LIVRE VERT Renforcer la confiance mutuelle dans l'espace judiciaire européen Livre vert sur l'application de la législation de l'ue en matière de justice pénale dans le domaine de la détention QUESTIONS

Plus en détail

3. Libre circulation des marchandises (y compris l Union douanière)

3. Libre circulation des marchandises (y compris l Union douanière) X. DROIT EUROPEEN 0. Revues 1. Ouvrages généraux : traités, manuels encyclopédies, dictionnaires sur l Union européenne a. Recueils de textes de droit européen (primaire et dérivé) 2. Libertés de circulation

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du Thursday 6 February 1975 N de pourvoi : 74-91949 Publié au bulletin Cassation PDT M. COMBALDIEU, président RPR M. CHAPAR, conseiller rapporteur

Plus en détail

Dossier pratique n 6

Dossier pratique n 6 Dossier pratique n 6 Internet, mineurs et législation Contributeurs : Action Innocence France et Maître Ségolène Rouillé-Mirza, Avocate au Barreau de Paris - Mai 2010 www.actioninnocence.org france@actioninnocence.org

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS D'EMPLOI 1 (adoptée

Plus en détail

L APPORT DU DISPOSITIF PREVENTIF ANTI-BLANCHIMENT A LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

L APPORT DU DISPOSITIF PREVENTIF ANTI-BLANCHIMENT A LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION 1 Jean Spreutels Juge à la Cour constitutionnelle Professeur ordinaire à l Université libre de Bruxelles 1 L APPORT DU DISPOSITIF PREVENTIF ANTI-BLANCHIMENT A LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION Transparency

Plus en détail

Rapport sur l évaluation nationale des risques de blanchiment d argent et de financement du terrorisme en Suisse

Rapport sur l évaluation nationale des risques de blanchiment d argent et de financement du terrorisme en Suisse Rapport sur l évaluation nationale des risques de blanchiment d argent et de financement du terrorisme en Suisse Rapport du Groupe interdépartemental de coordination sur la lutte contre le blanchiment

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 2 juillet 2002 (OR. da/en) 10307/02 EUROPOL 46

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 2 juillet 2002 (OR. da/en) 10307/02 EUROPOL 46 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2 juillet 2002 (OR. da/en) 10307/02 EUROPOL 46 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet: Initiative du Royaume du Danemark en vue de l'adoption d'un acte

Plus en détail

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES

INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES 1.1. Qualification juridique En application de la directive européenne 2002/92 du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance, l article L. 511-1 I du Code des assurances

Plus en détail

COM (2012) 655 final

COM (2012) 655 final COM (2012) 655 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 novembre 2012 Enregistré à la Présidence du Sénat

Plus en détail

MAîTRISER SES RISQUES ET RESPONSABILITés

MAîTRISER SES RISQUES ET RESPONSABILITés MAîTRISER SES RISQUES ET RESPONSABILITés en travail social La prise en charge des publics vulnérables par les professionnels des établissements ou services sociaux et médico-sociaux est une mission qui

Plus en détail