François-Xavier Verschave DOSSIERS NOIRS(16) L envers de la dette. Agir ici. Survie. Criminalité politique et économique au Congo-Brazza et en Angola

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "François-Xavier Verschave DOSSIERS NOIRS(16) L envers de la dette. Agir ici. Survie. Criminalité politique et économique au Congo-Brazza et en Angola"

Transcription

1 DOSSIERS NOIRS(16) Agir ici Survie François-Xavier Verschave L envers de la dette Criminalité politique et économique au Congo-Brazza et en Angola

2 Les «Dossiers noirs» sont issus d une collaboration entre Agir ici et Survie, qui mènent régulièrement, avec une vingtaine d associations françaises, des campagnes conjointes pour «ramener à la raison démocratique» la politique africaine de la France. Afin d en refonder la crédibilité, Agir ici et Survie ont émis une série de propositions régulièrement réactualisées. Agir ici est un réseau de citoyens spécialisé dans l intervention auprès des décideurs politiques et économiques des pays du Nord en faveur de relations Nord/Sud plus justes. Agir ici mène des campagnes d opinion liées à l actualité en collaboration avec d autres associations françaises, européennes et internationales. 104, rue Oberkampf, Paris. Tél. (0) Fax (0) Courriel Survie est une association de citoyens qui intervient depuis 1983 auprès des responsables politiques français pour renforcer et rendre plus efficace la lutte contre l extrême misère dans le monde. Survie milite pour une rénovation du dispositif de coopération, un assainissement des relations franco-africaines et une opposition ferme à la banalisation des crimes contre l humanité. 57, av. du Maine, Paris. Tél. (0) Fax (0) Courriel

3 Les «Dossiers noirs» d Agir ici & Survie Bolloré : monopoles, services compris, «Dossier noir 15», L Harmattan, Le Silence de la forêt. Réseaux, mafias et filière bois au Cameroun, «Dossier noir 14», L Harmattan, Projet pétrolier Tchad-Cameroun. Dés pipés sur le pipe-line, «Dossier noir 13», L Harmattan, La Sécurité au sommet, l insécurité à la base «Dossier noir 12», L Harmattan, La Traite & l esclavage négriers, Godwin Tété, «Dossier noir 11», L Harmattan, France-Sénégal. Une vitrine craquelée, «Dossier noir 10», L Harmattan, France-Zaïre-Congo, Échec aux mercenaires, «Dossier noir 9», L Harmattan, Tchad, Niger. Escroqueries à la démocratie, «Dossier noir 8», L Harmattan, France-Cameroun. Croisement dangereux! «Dossier noir 7», L Harmattan, Jacques Chirac & la Françafrique. Retour à la case Foccart? «Dossier noir 6», L Harmattan, Rwanda : la France choisit le camp du génocide ; Les liaisons mafieuses de la Françafrique ; France, Tchad, Soudan, à tous les clans ; Présence militaire française en Afrique : dérives ; Les candidats et l Afrique : le dire et le faire, «Dossiers noir 1 à 5», L Harmattan, Agone, 2001 BP 2326, F Marseille cedex 02 ISBN Coédition Comeau & Nadeau Éditeurs c.p. 129, succ. de Lorimier Montréal, Québec H2H 1V0 ISBN

4 François-Xavier Verschave L envers de la dette Criminalité politique et économique au Congo-Brazza et en Angola

5 On trouvera en annexe une chronologie du Congo-Brazzaville (p. 198), les notices biographiques des protagonistes (p. 200) et la liste des principaux sigles utilisés dans ce livre (p. 203). Les notes en chiffres arabes, reportées en fin d ouvrage (p. 205), donnent les références des textes et propos cités ; elles sont numérotées par chapitre.

6 Introduction Il ne manque pas d ouvrages sur le pétrole, sur la dette, sur les trafics d armes, sur les guerres au Congo-Brazzaville et en Angola, avec leurs cortèges d horreurs et de destructions. Il manquait de tisser ensemble ces divers éléments. C est l objet de ce «Dossier noir». Le brassage continu de l or noir et de «l argent noir I», du pétrole offshore (au large) et des capitaux offshore (dans les paradis fiscaux), des spéculations inavouables sur le pétrole, la dette et les fournitures de guerre dessine alors un paysage où criminalités économique et politique entrent en synergie. Il devient évident qu un certain nombre d acteurs, les plus conscients, participent à un «groupe criminel organisé», au sens où le définit la future Convention des Nations unies contre la criminalité transnationale organisée, dite Convention de Palerme. Ils n ont pas conscience, en revanche, que peut leur être collée cette étiquette, car ils évoluent depuis trop longtemps dans les espaces sans loi, les no man s land déshumanisants d une mondialisation dérégulée, avec la quasi-assurance de l impunité. Ce dossier voudrait aider à une prise de conscience, de la part notamment des victimes et des ingénieurs de ces machines à piller, à ruiner, à broyer. Les victimes découvriront que ces méca- I. L argent sale franco-africain, selon le titre du livre de Pierre Péan, L Argent noir, Fayard, 1988.

7 6 Introduction niques ne sont pas si lointaines que ça, incompréhensibles, anonymes, insaisissables : les flux mortifères impliquent des personnes et des sociétés précises, l argent passe inévitablement par des comptes archivés, dans des banques honorables. La dette apparaît comme une double peine, s ajoutant à tous les malheurs et préjudices qu infligent à la population la razzia, l extorsion, l exploitation inique de ses matières premières. Décrire les articulations de ces dispositifs ne permet pas seulement d illustrer leur caractère moralement insoutenable : cela multiplie les motifs d incrimination. Manifestement, la quasi-totalité des contrats sous-jacents sont illégitimes, illégaux, peuvent être frappés de nullité et donner lieu à réparations. Les victimes peuvent demander beaucoup mieux que l effacement charitable de leurs dettes : elles peuvent exiger d être rétablies dans leurs droits I. Une bataille juridique qui est aussi politique, puisqu elle contribuera à asseoir un nouveau droit international. Les désagréments subis par Pierre Falcone (présumé innocent) à l occasion de l Angolagate ont sans doute inquiété les trop habiles profiteurs des opportunités d un monde sans loi II : le temps des incriminations a commencé. Leur impudence a été trop loin, la logique de leurs jeux cyniques et pervers est peu à peu mise au jour. Ils ne pourront plus empêcher que les juges et les mouvements de I. Lire en annexe les pistes juridiques. Cela n empêche pas de réclamer d ores et déjà l effacement de la dette comme le font les campagnes internationales auxquelles Agir ici et Survie prennent part. Notre conviction est politique et non charitable : les débiteurs ont déjà beaucoup trop payé. II. Titre d un ouvrage sur les paradis fiscaux, dirigé par Jean de Maillard (Stock, 1998).

8 François-Xavier Verschave 7 citoyens, au Nord comme au Sud, interfèrent dans leurs trafics. Alors, ils feraient mieux de se reconvertir dans du business plus légal : il y a des manières bénéfiques de gagner de l argent, des jeux commerciaux à somme positive, des utilisations intelligentes de la rente des matières premières. S ils investissaient là leur ingénierie, ils mériteraient peut-être un jour la reconnaissance générale, au lieu de mandats d arrêt internationaux. Deux mots encore, sur les services secrets et les banques. La dimension financière de l activité des premiers a été jusqu ici sous-estimée ; ils sont omniprésents derrière les événements que nous allons décrire, avec des moyens parallèles qui leur permettent d échapper de plus en plus au contrôle démocratique une dérégulation vraiment problématique. Quant aux grandes banques commerciales, il s avère qu elles n ont pas su résister aux tentations de l argent facile, même s il favorise le pire : elles devraient prendre conscience que tôt ou tard leur image, et donc leur crédit, pourraient gravement en pâtir.

9 Grandes banques Régimes néo-coloniaux Parrains politiques occidentaux Traders Courtiers Réseaux mafieux transnationaux Courtiers Trafiquants Trafiquants Traders Paradis fiscaux Traders Courtiers Multinationales du pétrole, du bois, du diamant, etc. Trafiquants Courtiers Trafiquants Traders Services secrets et mercenaires Vendeurs d armes Essoreuse de richesses africaines

10 François-Xavier Verschave 9 Note méthodologique Comme souvent, les «Dossiers noirs» s efforcent de mettre en perspective l information disponible sur les sujets abordés. Bien entendu, fort peu de publications évoquent les aspects officieux sousjacents aux tractations officielles, dans la pétrofinance ou les ventes d armes. Pour certains opérateurs ou décideurs, économiques ou politiques, ce dessous des choses est pourtant essentiel. Le besoin d information à son sujet suscite ce qu on appelle des lettres confidentielles, des bulletins périodiques brefs au coût d abonnement élevé, destinés à un cercle d initiés. Sur les sujets qui nous concernent, la plus connue est La Lettre du Continent. Plus spécialisée encore est La Lettre Afrique Énergie, également éditée chez Indigo Publications. Celles-ci publient encore (entre autres) la traduction française de l une des lettres confidentielles britanniques les plus réputées, Africa Confidential. La première des deux parties de ce livre est très dépendante de ces sources. Elles sont incontournables. Nous avons pu souvent vérifier leur qualité factuelle par nos propres sources. Celles-ci sont nombreuses pour le Congo-Brazzaville, mais ne peuvent le plus souvent être citées en raison des risques encourus, par elles-mêmes ou leurs proches. On comprend que des publications fournissant des informations décisionnelles à des initiés ne puissent raconter n importe quoi : elles y perdraient leurs clients. Les citoyens et leurs associations ne sont pas leur cible de clientèle. C est un atout supplémentaire : les tentatives de désinfor-

11 10 Note méthodologique mation dont ces lettres influentes peuvent être de temps à autre l objet ne nous sont pas en principe destinées. Tamiser sur plus de quinze ans leurs collections à la Bibliothèque nationale I nous permet d observer des jeux auxquels nous n étions pas invités, et de les mettre en perspective. Merci à Indigo Publications pour ces nouvelles du front La deuxième partie aborde les maux de l Angola à partir des aventures du duo Falcone-Gaydamak, qui ont débouché sur le scandale de l Angolagate et l arrestation de Jean-Christophe Mitterrand. Le juge Courroye a fait très fort. Craignant l étouffement d une affaire aux dimensions himalayennes, ce stratège a assuré sa première prise : un rejeton de la monarchie élyséenne. L affaire est entrée du coup dans la rubrique people, suscitant de nombreuses enquêtes de journalistes non spécialisés. L éventail des sources est par conséquent beaucoup plus grand. Elles confirment ce qui ressort de la première partie de ce livre : les mécanismes de spoliation financière, les enchaînements pétrole-detteparadis fiscaux-armes-guerre civile Nos exemples seront souvent exposés de manière partielle, voire lacunaire. Les opérations en question n étant pas censées être divulguées, n en affleurent que des morceaux. Nous sommes un peu comme des paléontologues à la recherche d ossements de dinosaures. Il est rare qu ils trouvent un squelette entier. Mais l accumulation des découvertes parcellaires un tibia ici, une mâchoire là, ailleurs une empreinte fossile permet la mise en perspective. On peut alors reconstituer I. Un travail de chercheur de pépites mené par Simon Richard, sans qui ce dossier n aurait pas vu le jour.

12 François-Xavier Verschave 11 l allure de l animal, et même sa dynamique : ce qu ont réalisé de manière très scientifique des documentaires en images de synthèse, dont s est inspiré Jurassic Park. Notre dossier n a pas le degré d aboutissement de ces documentaires. Sur des terrains minés par les enjeux d argent et de pouvoir, l investigation et la recherche scientifique sont beaucoup moins développées qu en paléontologie, les consensus demeurent prématurés. Ce livre n a donc pas l aisance d une fiction linéaire, il nécessitera peutêtre deux lectures. Mais au terme de cet effort, le lecteur aura accès à une compréhension personnelle, voire à des instruments pour l action. Le schéma qui ouvre cette note méthologique lui propose dès à présent une idée du décor.

13

14 Congo : pétrole, dette, guerre Principale richesse du Congo-Brazzaville, le pétrole pourrait y financer des biens publics tels que l éducation et la santé, au bénéfice de ses quelque 3 millions d habitants. Il a plutôt surchauffé les appétits extérieurs et intérieurs. Elf et les réseaux françafricains I ont considéré cette richesse comme la leur. Ils ont fait main basse sur elle avec le concours d une série d intermédiaires, spécialistes de l escamotage financier, et la complicité goulue des plus grandes banques françaises. Sur place, les hommes au pouvoir s acoquinaient I. La Françafrique est un concept forgé à partir de 1994, au fil des explorations de la lettre mensuelle Billets d Afrique (Survie) et des Dossiers noirs de la politique africaine de la France (Agir ici et Survie), pour tenter d expliquer comment la France est capable de faire en Afrique l inverse exact de sa devise républicaine. Ce concept a été amplement développé dans deux de mes ouvrages, La Françafrique et Noir silence 1. Il subvertit une notion brièvement utilisée avant les indépendances par le leader néocolonial franco-ivoirien Félix Houphouët-Boigny, dans une perspective fusionnelle. C est la France à fric qui s exporte en Afrique, et s en réimporte. La Françafrique est la face immergée de l iceberg des relations franco-africaines. En 1960, l histoire accule De Gaulle à accorder l indépendance aux colonies d Afrique noire. Tout en proclamant cette nouvelle légalité internationale, immaculée, il charge Foccart de maintenir la dépendance, par un ensemble de moyens forcément illégaux, occultes, inavouables, s attachant ou circonvenant les pouvoirs locaux. «La Françafrique désigne une nébuleuse d acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisée sur l accaparement de deux rentes : les matières premières et l aide publique au développement. La logique de cette ponction est d interdire l initiative hors du cercle des initiés. Le système, autodégradant, se recycle dans la criminalisation. Il est naturellement hostile à la démocratie. 2»

15 14 Congo : pétrole, dette, guerre bon gré mal gré avec cette Françafrique prédatrice, soit qu ils y aient depuis longtemps adhéré, soit qu ils aient cru inévitable de la rejoindre. Mais le cumul des appétits excédait largement les marges officielles et parallèles : d où un recours effréné à l endettement, croquant et hypothéquant les recettes futures. Cette fuite en avant n a cessé d avoir deux carburateurs : l état de manque des responsables congolais, avides de comptes en Suisse, de propriétés en France, d armes et de miliciens, mais aussi étranglés par la gabegie antérieure (la leur, ou celle de leurs prédécesseurs) et le surendettement qui en a résulté ; la cour industrieuse d une nuée de prêteurs, bradeurs, escrocs ou usuriers. Pillé, ravagé, criminalisé, l État congolais est devenu la proie des luttes de clans, malgré une brève éclaircie démocratique. La Françafrique a attisé ces luttes intestines, qui ne cessaient d affaiblir l État propriétaire du pétrole convoité. Elle a encouragé leur dérive ethniste, jusqu à l horreur d une guerre civile occultée par les médias occidentaux 3 une guerre que l on pourrait sommairement qualifier de yougoslave pour évoquer au lecteur français les images d un conflit mieux connu, objet lui aussi de plusieurs rechutes. Avec une issue différente : s est installée à Brazzaville la dictature d un régime criminel contre l humanité, alors qu en Yougoslavie ses homologues ont été relégués par les peuples, les fauteurs de guerre sont poursuivis, le principal d entre eux a été arrêté et sera jugé. La dictature congolaise se double d une occupation étrangère : le pays est quasi annexé par la pétrodictature angolaise voisine, où nous ver-

16 François-Xavier Verschave 15 rons que se concentre une partie des grands acteurs de la mondialisation de l argent sale. Bref, le pétrole et les pétroliers ont ruiné le Congo, suscitant l enrichissement sans cause d un cercle d initiés français et africains. S est ainsi creusée une première dette. Puis ils ont financé à crédit les achats d armes et les milices qui ont exacerbé la guerre civile, terriblement meurtri la population du Congo, détruit une partie de ses infrastructures, relégué sa démocratie. C est cette dette-là, ce crédit-là, perclus d escroqueries et de crimes, que les Congolais devraient rembourser?

17 La dette du Congo-Brazza Le Congo-Brazzaville doit composer avec une dette extérieure de près de 36 milliards de francs. Les créances détenues par la France principalement d origine commerciale se montent à 11 milliards de francs. Contrairement à l Angola, le Congo- Brazzaville devrait recevoir des allégements de dette dans le cadre de l initiative Pays pauvres très endettés (PPTE). Cependant, il n a pas encore rempli certains critères lui permettant d atteindre son «point de décision» ouvrant droit à des allégements transitoires. Actuellement sous programme post-conflit financé par le FMI (à hauteur de 100 millions de francs), le Congo- Brazzaville fait partie, pour les bailleurs, des pays en phase de «normalisation» et de «stabilisation». C est pourquoi le calendrier du processus d allégement est pour l heure plus qu incertain. Source : Rapport sur les activités du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale 2001, Gouvernement français, 2001.

18 François-Xavier Verschave Le pétrole fait flamber la dette L abbé Fulbert Youlou, premier président de l ex- Congo français (à côté de l ex-congo belge I ), était trop faible pour correspondre à l idéal foccartien : il laissait subsister une relative démocratie libertés syndicales, d association et d expression. Paris le laisse donc renverser, mi-1963, par un accès de fièvre proclamé révolution. Les principaux personnages politiques du Congo vont gravir les échelons de ce nouveau régime, s y tailler des fiefs idéologiques, puis claniques et ethnistes, acquérir les détestables habitudes qui feront la tragédie de leur pays, tandis que s annonce puis monte en charge l exploitation de l or noir. Il est nécessaire de résumer cette histoire parallèle, politique et pétrolière 4, pour mieux percevoir les brèches néocoloniales où va couler la dette. Les révolutionnaires, parmi lesquels Pascal Lissouba, adoptent l idéologie du socialisme scientifique et créent un parti unique. L ancien président de l Assemblée nationale, Alphonse Massamba- Débat, devient président de la République. Lissouba sera l un de ses Premiers ministres. Un groupe remuant d officiers progressistes, dont le souslieutenant Denis Sassou Nguesso, cherche à imposer sa loi. Il y parvient en juillet Marien Ngouabi, l un des putschistes, est porté à la tête du Conseil national de la Révolution. I. Depuis que le Zaïre est redevenu Congo, il n est pas simple de le distinguer clairement et sans périphrase de son voisin homonyme. Le caractère démocratique de la République de Kinshasa n étant pas vraiment assuré, on parlera de Congo- Kinshasa ou Congo-K plutôt que de République démocratique du Congo, ou RDC. Et, au nord-ouest, de Congo-Brazza ou Congo-B.

19 18 Congo : pétrole, dette, guerre Le parti unique s appelle désormais parti congolais du travail (PCT). L Internationale et le drapeau rouge deviennent l hymne et l emblème nationaux. L économie est étatisée. Premier pays marxiste-léniniste d Afrique, le Congo le restera officiellement pendant 23 ans. Un savoureux passage de la confession de l ancien PDG d Elf, Loïk Le Floch-Prigent 5, permet de relativiser l idéologie affichée : soulignant le rôle central d Elf dans la présence française en Afrique francophone, il donne l exemple «du Congo, devenu quelque temps marxiste, toujours sous contrôle d Elf». L identité du contrôleur local (Denis Sassou Nguesso) n est pas un mystère. Le régime est policier. Les luttes de coterie s achèvent en rectifications idéologiques des purges sanglantes. Sassou Nguesso en est déjà l un des arbitres : il commande une unité d élite, le Groupe aéroporté (GAP) ; il organise et dirige la sécurité d État ; il coordonne les organisations de masse. Elf a trouvé une pierre précieuse, le gisement Émeraude. La première d un collier de gisements au large des côtes congolaises. En 1976, le président Marien Ngouabi commet l erreur de se chamailler avec Elf : «Il accuse la compagnie de mauvaise foi dans l exécution des contrats et de rétention dans la production. Le 10 octobre 1975, il décide d augmenter la fiscalité sur le pétrole. Elf n apprécie pas. Cela pourrait donner des idées à d autres pays, et donc minorer durablement les bénéfices. Le général en chef d Elf, Pierre Guillaumat, organise l asphyxie financière du régime. En mars 1977, Marien Ngouabi est assassiné. Il est la première victime d un complot à

20 François-Xavier Verschave 19 tiroirs [ que laisse ou fait prospérer] le chef des services de sécurité, le colonel Sassou Nguesso. S ensuit l élimination de deux personnalités influentes, et donc gênantes : le cardinal Émile Biayenda et l ex-président Massamba-Débat. Les assassins ne pourront pas parler : Sassou les fait exécuter sans jugement. Il promeut à la présidence le général Jacques-Joachim Yhombi Opango. Les revendications congolaises sur le pétrole d Elf sont abandonnées, les vannes pétrolières et financières se rouvrent. [ ] Le 5 février 1979, Sassou accède enfin officiellement au sommet de l État. Il embastille pour 13 ans Yhombi Opango. Le pétrole coule à flots sous le règne de Sassou I ( ) I, qui n est pas cependant un long fleuve tranquille. La Conférence nationale souveraine lui imputera trois mille assassinats. 6» Rival de Sassou, Pascal Lissouba subit une dure période d incarcération, qui le marque psychologiquement et explique en partie la haine future entre leurs clans. La dette de Sassou I La production pétrolière (officielle) double de 1979 à Le budget passe de 1,37 milliard de francs en 1979 à 10,35 milliards en 1985 avant de redescendre à 5 ou 6 milliards de 1989 à 1992, suite à la chute conjointe des cours du baril et du dollar. La première moitié des douze années de I. Il est convenu de désigner ainsi la première présidence de Denis Sassou Nguesso (négligeant son intérim très court mais très sombre après l assassinat du président Ngouabi). Restauré par une guerre civile et des alliances étrangères, à dominante francoangolaise, il inaugurera six ans plus tard un second règne : Sassou II.

21 20 Congo : pétrole, dette, guerre règne de Sassou I ( ) a coïncidé avec les vaches grasses de la rente pétrolière. Elf est chez elle. Nous verrons qu elle utilise toutes les astuces pour s arroger l essentiel de la rente. Mais Sassou est lui aussi largement servi. Il a de l État une représentation néo-patrimoniale 7, l argent public est sa chose qu il s agisse d affecter à ses intérêts l argent du budget ou d accroître à son profit le volume des royalties, bonus et autres commissions non déclarés. Avec l argent public, il se taille une armée sur mesure, recrutée sur une base ethniste dans son Nord natal. Avec l argent parallèle, il se constitue une fortune évaluée à plus d un milliard de francs 8. Dès 1979, il claque un argent qui le grise, privilégie à outrance sa région d origine qu il s agisse d investissements de prestige ou d embauche dans la fonction publique, se laisse fourguer des projets immobiliers ou industriels disproportionnés (les éléphants blancs ). Telle la Sucrerie du Congo (SUCO), qui accuse en 1984 un déficit de 118 millions de francs 9. En 1985, la dette franchit la barre des 10 milliards de francs. Le Congo est déjà en cessation de paiements : il ne peut plus régler la somme des échéances que lui présentent au long de l année ses nombreux créanciers extérieurs, privés et publics, français ou autres. Certes, le budget prévoit 4 milliards de francs de ressources pétrolières (43 % en redevances sur les quantités produites, le reste en impôts et taxes), mais le service annuel de la dette I atteint 4,4 milliards : 2,2 milliards I. Le total des échéances exigibles : les intérêts et la part du capital à rembourser.

22 François-Xavier Verschave 21 pour le service ordinaire de la dette extérieure, plus 1,2 milliard d arriérés, plus encore un milliard au titre de la dette intérieure. Il ne reste plus rien pour assurer le fonctionnement de l État. Même les institutions financières françaises boudent : l assurance publique des exportations, la Coface, bloque toute opération vers le Congo depuis septembre La Caisse centrale de coopération économique (CCCE, future CFD, puis AFD, Agence française de développement), qui a accordé 440 millions de francs de concours en 1984, estime ne pas pouvoir continuer à ce rythme. Le Congo est obligé de se tourner vers la Banque mondiale et le FMI 10. Au même moment, Elf s apprête à «réaliser l un des rêves les plus chers des responsables congolais : la construction d une tour d une vingtaine d étages à Brazzaville qui fasse la pige aux immeubles de Kinshasa 11». La rigueur financière subit des accommodements : «une renégociation d ensemble avec les principaux bailleurs de fonds du Congo s esquisse afin de préserver l ouverture du pouvoir actuel à l égard des pays occidentaux 12» Autrement dit : il ne faudrait pas que le marxiste Sassou se braque contre le capitalisme pétrolier. En attendant, il brade quelques bijoux de famille à des ploutocrates socialistes : «de substantielles rentrées d argent vont d autre part être réalisées par la vente de concessions forestières au groupe Doumeng I, à l Algérie et à la Libye avec lesquels I. Jean-Baptiste Doumeng, magnat du commerce agroalimentaire avec les pays socialistes, était surnommé «le milliardaire rouge».

23 22 Congo : pétrole, dette, guerre des sociétés mixtes seront constituées. 13» Denis Sassou Nguesso noue également une alliance précoce avec les Feliciaggi, qui amorcent la constitution d un empire corsafricain des jeux le black cash, dans la mouvance du réseau Pasqua : ce «sont des Corses du Congo où ils ont suivi toutes leurs études. Après avoir fait fortune dans la pêche et l hôtellerie, [ ils] sont devenus des intimes et des conseillers financiers de [ ] Denis Sassou Nguesso 14». Ils vont devenir, aussi, les seconds clients de la Fiba, la banque d Elf et des valises à billets 15. Le raffinage de l or noir en argent liquide ne va cesser de se moderniser. La fin du règne de Sassou I ( ) est financièrement assombrie par la chute libre des cours du pétrole, exprimés en francs. Elf, et Agip (principale société pétrolière italienne) dans son sillage, ont obtenu lors de leur installation des conditions très privilégiées, pour ne pas dire exorbitantes, leur garantissant une marge de 5 dollars par baril. On en arrive au point où «le Congo ne dégagerait pratiquement plus de bénéfice sur le pétrole vendu. Le Congo se trouvera-t-il dans la même situation paradoxale que le Tchad où chaque balle de coton vendue coûte à l État? 16» Tout compris (royalties et impôts), les recettes pétrolières publiques de 1988 (780 millions de francs) ne représentent plus qu un cinquième de celles de Sans surprise, le FMI demande des coupes claires dans le budget et la liquidation de nombreuses entreprises publiques 17. Mais déjà les banques commerciales se glissent dans la spéculation sur les ressources à venir, aussi impatiemment attendues par le régime étranglé

24 François-Xavier Verschave 23 que des secouristes avec une bouteille d oxygène. Mi-1986, 400 millions de francs d argent frais auraient été insufflés 18. Il faut bien que les affaires continuent : investissements fastueux, bradage des ressources naturelles, etc. Le premier patron privé du Congo, Pierre Otto Mbongo, «ne travaille plus qu avec les plus grands : Bouygues pour le palais présidentiel, la [ ] GMF pour une concession forestière, [ ] la CGE I pour la maintenance 19». La maintenance des immeubles et installations modernes est sous-traitée à l étranger, confinant l esprit d entreprise des Congolais dans la politique et la fonction publique. Otto Mbongo, lui, a installé ses bureaux parisiens dans la prestigieuse avenue Marceau. Au Congo, il spoliera et ruinera un complexe avicole d une valeur de 150 millions de francs, dont les produits bon marché concurrençaient les filières d importation. Il faut s attarder quelque peu sur la proximité entre Michel Baroin, patron de la Garantie mutuelle des fonctionnaires (GMF), bizarrement diversifiée dans l exploitation forestière, et Denis Sassou Nguesso : on peut y deviner la force du lien qui unit le second à ses créanciers français, qui ont aussi envers lui, sans doute, quelque dette stratégique. Cet attachement, si fort qu il demeure en partie mystérieux, est l une des clefs du sujet dont nous traitons ; tout ne se réduit pas seulement à des affaires d argent. Outre ses fonctions à la GMF, Michel Baroin était Grand Maître du Grand Orient de France. I. La CGE est ici, semble-t-il, la Compagnie générale des eaux (future Vivendi) plutôt que la Compagnie générale d électricité.

25 24 Congo : pétrole, dette, guerre C était aussi un agent secret de grande envergure, au cœur des financements parallèles et des affaires militaro-nucléaires, et un ami du Premier ministre Jacques Chirac. Il est mort le 5 février 1987, dans l accident très suspecté de l avion privé qui le ramenait d une mission urgente en Afrique centrale. La veille, il avait obtenu de Denis Sassou Nguesso «une concession forestière de plus de hectares dans le nord du pays, autour de la région de Bétou. [ ] Il s agit là de l une des plus belles, sinon la plus belle forêt d Afrique, constituée à 70 % de bois précieux (acajou, sipo, etc.). Pour ce projet, la GMF s est associée avec [ ] Pierre Otto Mbongo 20». Mais «Michel Baroin n était pas au Congo que pour la signature de ce contrat forestier. [ ] Il avait passé, dans l après-midi et dans la soirée de ce 4 février, quatre heures en tête à tête avec le chef de l État congolais. [ ] On note, parmi les victimes de l accident, Georges Gavarry, très connu dans les milieux d affaires franco-africains et dont la société, la Setimeg, filiale de la GMF, a participé à tous les grands projets du Gabon, depuis le palais présidentiel jusqu au Transgabonais 21». En fait, Baroin était le patron de Gavarry, et avait cofondé la Setimeg avec le créateur d Elf, Pierre Guillaumat. La Setimeg a édifié un centre de recherches médicales à Franceville, fief du président gabonais Omar Bongo. Ce centre, le CIRMF, fut le probable camouflage d une unité d enrichissement d uranium. Le devis pharaonique du Transgabonais a vraisemblablement concouru à payer cette unité secrète. Le trajet à rallonge de ce chemin de fer a dû servir des objec-

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Symposium le joueur excessif et le désendettement

Symposium le joueur excessif et le désendettement Symposium le joueur excessif et le désendettement Le Préposé aux poursuites et sa fonction Le Préposé et les fonctionnaires des Offices sont des officiers publics chargés d organiser le droit de poursuivre,

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette

L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette Note pour le groupe technique «Annulation / Allégements de la dette et développement» de la Commission Coopération Développement L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette Avril 2000

Plus en détail

Crédit immobilier. > Bilan d activité 2012 : une excellente année malgré un contexte économique difficile > Perspectives 2013 > À propos de ACE crédit

Crédit immobilier. > Bilan d activité 2012 : une excellente année malgré un contexte économique difficile > Perspectives 2013 > À propos de ACE crédit Crédit immobilier BAROMETRE DES TAUX DU MOIS DE MARS 2013 EVOLUTION DES TAUX DEPUIS 10 ANS LE PORTRAIT-ROBOT DE L EMPRUNTEUR EN ILE-DE-FRANCE ET EN PROVINCE QUELLES PERSPECTIVES POUR LES MOIS A VENIR?

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Proposition de motion Opération dite de portage de la Banque cantonale de Genève, initiation des poursuites civiles

Proposition de motion Opération dite de portage de la Banque cantonale de Genève, initiation des poursuites civiles Secrétariat du Grand Conseil M 1665 Proposition présentée par les députés: MM. Eric Stauffer, Claude Jeanneret et Henry Rappaz Date de dépôt: 9 janvier 2006 Messagerie Proposition de motion Opération dite

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier : une vision à modifier Prenons un pas de recul sur le but des mécanismes de retraite; Le besoin des gens: Besoins financiers pour arrêter de travailler à un certain âge; Ce besoin sera différent si :

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova. Moscou 26 ami 2014

Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova. Moscou 26 ami 2014 Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova Moscou 26 ami 2014 Discours de M. Jean-Maurice Ripert Ambassadeur de France en Russie Chère Elena

Plus en détail

1. Du budget de l État au déficit public

1. Du budget de l État au déficit public 1. Du budget de l État au déficit public QCM 1. Qu est-ce que la LOLF? a. la loi d orientation des lois financières b. la loi d organisation des limites financières c. la loi organique relative aux lois

Plus en détail

Questions/Réponses de Global Witness sur ENRC en République démocratique du Congo

Questions/Réponses de Global Witness sur ENRC en République démocratique du Congo Questions/Réponses de Global Witness sur ENRC en République démocratique du Congo ENRC est l un des plus gros groupes miniers au monde, avec un chiffre d affaires de 7,7 milliards de dollars rien que sur

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

Dette et Aide publique au développement. Luc MUKENDI CADTM Lubumbashi

Dette et Aide publique au développement. Luc MUKENDI CADTM Lubumbashi Dette et Aide publique au développement Luc MUKENDI CADTM Lubumbashi I. La dette Dette RDC = archétype d'une dette odieuse (dette contractée par une élite dictatoriale à son propre profit et qui n'a jamais

Plus en détail

Devenir agent général d assurance. Collaborateurs. Relation onseiller. Entrepreneur. Assurance. Écoute. Proximité

Devenir agent général d assurance. Collaborateurs. Relation onseiller. Entrepreneur. Assurance. Écoute. Proximité Devenir agent général d assurance Entrepreneur Indépendant Relation onseiller Écoute Clients Libre Proximité Collaborateurs Assurance Quelques chiffres... 13 000 Les agents généraux d assurance sont au

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES 1 DU MERCREDI 30 DECEMBRE 2015

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES 1 DU MERCREDI 30 DECEMBRE 2015 MINISTERE DE LA COMMUNICATION ET DES MEDIAS CHARGE DES RELATIONS AVEC LE PARLEMENT REPUBLIQUE DU CONGO Unité * Travail * Progrès ----------- ---------- CABINET ------------ N /MCMRP/CAB-15 DU MERCREDI

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Carnet «F» Le transfert de la propriété au point de vue du financement

Carnet «F» Le transfert de la propriété au point de vue du financement Carnet «F» Le transfert de la propriété au point de vue du financement Contexte du présent carnet Chapitre 1 Le financement quand la propriété demeure familiale Le PDG de la PME devra un jour laisser sa

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Forum annuel du Club de Paris. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Jeudi 20 novembre 2015

Forum annuel du Club de Paris. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Jeudi 20 novembre 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Forum annuel du Club de Paris Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Jeudi 20 novembre 2015 Contact presse

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Rabat, 20 octobre 2015 1 Je tiens

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

sortir l assurance invalidité du piège de la dette

sortir l assurance invalidité du piège de la dette 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : ASSURANCE INVALIDITE sortir l assurance invalidité du piège de la dette Au cours des 20 dernières années, l assurance invalidité suisse (AI) s est inexorablement enfoncée

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLtypoPEP version4 Janvier 2012

Plus en détail

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés pour régler ses dettes et ainsi respecter ponctuellement ses échéances, elle peut tenter de rechercher avec

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale.

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. 1) Régime d imposition du gain en capital Régime d imposition

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats,

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Comptabilité Générale - Résumé blocus 08 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Fonds de tiers = Provisions + Dettes. Fonds de tiers à long terme = Provisions + Dettes à plus d un an. Capitaux

Plus en détail

Retraites. Ce qu il reste à préserver

Retraites. Ce qu il reste à préserver Le COR préconise un autre système de retraite Ce qu il reste à préserver Depuis la loi de 2003 portant réforme des retraites, certains s entendent à considérer que tout est perdu et qu il ne servirait

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN Vous avez conclu la transaction, mais il vous faut maintenant des liquidités pour démarrer la production. C est alors que votre crédibilité est en jeu.

Plus en détail

Droit des marchés publics

Droit des marchés publics série 1 - champ D application Du code Des marchés publics et principes fondamentaux 1. la notion de La MarChÉ notion de public marché public Le Code des marchés publics de 2006 distingue, en les intégrant

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Solutions à l exportation

Solutions à l exportation Solutions à l exportation Le rôle d Exportation et développement Canada (EDC) est d appuyer et de développer les activités internationales des exportateurs et des investisseurs canadiens. La tolérance

Plus en détail

1.2. Les documents comptables usuels PARTIE 1. La tenue d une comptabilité régulière et sincère est une obligation légale.

1.2. Les documents comptables usuels PARTIE 1. La tenue d une comptabilité régulière et sincère est une obligation légale. 1.2 Les documents comptables usuels PARTIE 1 La tenue d une comptabilité régulière et sincère est une obligation légale. Une entreprise est une construction bâtie sur des piliers (fonctions) : commercial,

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

«Tout le problème avec la dette n est pas son niveau absolu. C est la capacité du pays à rembourser et avec quoi. Avec les programmes d ajustement structurel destinés à fournir des capitaux pour payer

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

CRÉDIT IMMOBILIER BILAN 2012, PERSPECTIVES 2013

CRÉDIT IMMOBILIER BILAN 2012, PERSPECTIVES 2013 Dossier semestriel CRÉDIT IMMOBILIER BILAN 2012, PERSPECTIVES 2013 BILAN DE L ANNÉE 2012 : Évolution mensuelle des taux en 2012 : baisse de 0,8 % du taux d intérêt sur 20 ans Évolution des taux depuis

Plus en détail

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR Le conseil syndical EXPOSÉ La loi du 10 juillet 1965 et son décret du 17 mars 1967 déterminent le cadre et les règles

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers par LORI MATHISON Voici le dernier d une série de trois articles rédigés par Lori Mathison et publiés sur le Reper portant

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 20 Le cautionnement Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le cautionnement Le cautionnement conventionnel Le cautionnement légal Le cautionnement judiciaire Le cautionnement

Plus en détail

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE JM Préavis n 19 28 avril 2005 RAPPORT AU CONSEIL COMMUNAL D'YVERDON-LES-BAINS concernant le rachat par la Commune des créances détenues par le Crédit Suisse contre

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES La réforme européenne sur les prélèvements (Règlement SEPA, pour Single Euro Payments Area) entre en vigueur dans quelques mois (1er août 2014). Ce nouveau système de

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

12 Pièges à Éviter Avant de Signer Un Bail Commercial

12 Pièges à Éviter Avant de Signer Un Bail Commercial 12 Pièges à Éviter Avant de Signer Un Bail Commercial Par Luc Audet, avocat Audet & Associés Avocats, Inc. 164, rue Notre-Dame est, Montréal (Québec) H2Y 1C2 Tél : 514-954-9600 Fax : 514-954-9547 Courriel

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIEME LEGISLATURE. Enregistrée à la Présidence de l'assemblée nationale le PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIEME LEGISLATURE. Enregistrée à la Présidence de l'assemblée nationale le PROPOSITION DE LOI ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIEME LEGISLATURE Enregistrée à la Présidence de l'assemblée nationale le PROPOSITION DE LOI portant réforme de l organisation du temps de travail

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

elle devrait bientôt débarquer en Belgique.

elle devrait bientôt débarquer en Belgique. Vendue à bas prix, dès la fin de ce mois, la Way-C est la première tablette conçue sur le continent noir. Selon son concepteur congolais (Brazzaville), elle devrait bientôt débarquer en Belgique. C est

Plus en détail

Médecins Sans Frontières Luxembourg (a.s.b.l.)

Médecins Sans Frontières Luxembourg (a.s.b.l.) Médecins Sans Frontières Luxembourg (a.s.b.l.) Comptes annuels révisés au 31 décembre 2013 68, rue de Gasperich L-1617 Luxembourg R.C.S. Luxembourg : F4090 Bilan au 31 décembre 2013 (exprimé en Euros)

Plus en détail

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, Discours du Gouverneur de la Banque Centrale des Comores à l occasion de la cérémonie officielle de lancement de la nouvelle pièce de 250 FC Palais du Peuple, le 02 janvier 2014 - Excellence Monsieur le

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, 1 Mesdames et Messieurs, A mon tour, j ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue pour une Journée de l Assurance placée sur un thème qui nous est cher : l Assurance et plus particulièrement son rôle

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Coupé cousu! Ronde finale Cas de comptabilité. Place à la jeunesse 2009

Coupé cousu! Ronde finale Cas de comptabilité. Place à la jeunesse 2009 Coupé cousu! Place à la jeunesse 2009 COUPÉ COUSU! Paul et Louise Cousu offrent depuis plus de 30 ans des services de confection et de réparation de vêtements. Aujourd hui, leurs économies et leurs investissements

Plus en détail

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève COMPTE-RENDU Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève SYNTHÈSE GÉNÉRALE En vue de préparer sa participation à la 29 e session du Conseil des droits de l Homme

Plus en détail

Guide de prêt SMART Votre parcours vers la liberté financière commence ici! Page 2 de 7

Guide de prêt SMART Votre parcours vers la liberté financière commence ici! Page 2 de 7 Guide de prêt SMART Votre parcours vers la liberté financière commence ici! Page 2 de 7 Réalisez votre rêve de liberté financière Félicitations! Vous avez franchi le premier pas vers votre liberté financière.

Plus en détail

Exercice 2.22. Problèmes et solutions. Question 1

Exercice 2.22. Problèmes et solutions. Question 1 Date : Août 004 Exercice. Question Jean Sétout, votre beau-frère, est l unique actionnaire d une entreprise de distribution de matériel informatique nommée Informatique Expert inc. Mordu d informatique

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2 Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE page Audition de M. Yves Doutriaux, Ambassadeur de France auprès de l

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr L ANALYSE FINANCIERE : éléments de base Nous avons vu les différentes composantes du bilan et

Plus en détail

Les retraites dans le secteur privé,

Les retraites dans le secteur privé, 14-19 ACTUALITES 2/12/10 16:58 Page 14 Les retraites dans ING le secteur privé, ce qui va vraiment changer Le Conseil d orientation des retraites a prédit un déficit abyssal de l ensemble des régimes de

Plus en détail

Convention de cession d actions (modèle simple / SA)

Convention de cession d actions (modèle simple / SA) http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Convention de cession d actions (modèle simple / SA) Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat.

Plus en détail

Gestion technique de l immobilier d entreprise

Gestion technique de l immobilier d entreprise Gestion technique de l immobilier d entreprise Pascal Hendrickx Jean Perret Groupe Eyrolles 2003 ISBN 2-212-11251-3 Introduction Le patrimoine bâti n est pas un produit éphémère et périssable. C est un

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Nous pouvons nous permettre le Grand bond. par Bruce Campbell Seth Klein and Marc Lee

Nous pouvons nous permettre le Grand bond. par Bruce Campbell Seth Klein and Marc Lee Nous pouvons nous permettre le Grand bond par Bruce Campbell Seth Klein and Marc Lee Les gens seront nombreux à lire le manifeste Un grand bond vers l avant et à trouver ses objectifs valables et motivants.

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges

Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges 1 Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges Novembre 2011 Lorsqu une société est fortement valorisée

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

information SENETOILE.COM Jeudi, 30 Octobre 2014 20:06

information SENETOILE.COM Jeudi, 30 Octobre 2014 20:06 Les ministres des pays de l Afrique Centrale viennent de marquer un pas déterminant vers la création d une économie verte, en particulier l économie du bois Le Gouvernement de la RDC annonce une contribution

Plus en détail

LES BRANCHES DU DROIT

LES BRANCHES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES BRANCHES DU DROIT A. DROIT OBJECTIF ET DROITS SUBJECTIFS On distingue : 1.

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC)

PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC) PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC) 1. ADRESSE : CEEAC : +241-44 47 31 BP 2112 Fax:+241-44 47 32 Libreville Gabon Email: ceeac.orgsr@inet.ga Website : www.ceeac-eccas.org

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTE n 3 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2001-2002 18 juillet 2002 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2002

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26)

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) ERG_CAP_CG-15-02-2011 CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) TABLE DES MATIERES 1. DEFINITIONS... 3 2. PORTEE GENERALE DU CONTRAT... 3 2.1 OBJET DU CONTRAT... 3 2.2 ENTREE EN VIGUEUR ET

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime technique Division de la formation administrative et commerciale Cycle supérieur Section gestion Économie de gestion Classe de 12CG Nombre de leçons: 4.0 Nombre

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail