Mai N 21. Actualité du droit chinois. La Chine adopte une loi sur la propriété

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mai 2007 - N 21. Actualité du droit chinois. La Chine adopte une loi sur la propriété"

Transcription

1 La lettre Mai N 21 Alger Tél (0) Belgrade Tél Bruxelles Tél Bucarest Tél Actualité du droit chinois Editorial La Chine adopte une loi sur la propriété L adoption par l Assemblée Nationale Populaire chinoise, le 23 mars 2007, de la loi sur la propriété est bel et bien une petite révolution, mais ce n est pas celle de l apparition de la propriété privée, ni, à l inverse, celle de la privatisation pure et simple des terres. La propriété privée a déjà été consacrée depuis longtemps en Chine, notamment par l article 71 de la loi sur les principes généraux du droit civil chinois en date du 12 avril Par ailleurs, la nouvelle loi ne remet pas en cause l essentiel, à savoir la propriété publique des sols. Pour longtemps encore, les personnes privées ne pourront obtenir de l Etat chinois ou des collectivités rurales et urbaines qu un "droit d usage" des sols à durée déterminée (de 30 à 70 ans selon la destination de l immeuble). L objectif du texte est surtout de rendre les concepts juridiques existants plus adaptés aux nécessités d une économie qui bascule, de proche en proche, vers le marché et donc d apporter un certain nombre de précisions utiles. La première vertu de la nouvelle loi, d inspiration civiliste, est d être relativement claire et synthétique, et, même si elle n est pas à la hauteur de toutes les ambitions, elle ne devrait pas être sujette à des modifications fondamentales des concepts utilisés, mais uniquement, dans le temps, à des ajustements techniques. Budapest Tél Casablanca Tél (0) Hanoi Tél Hô Chi Minh - Ville Tél Hong Kong Tél Istanbul Tél Kiev Tél Londres Tél. +44 (0) Moscou Tél New York Tél Paris Tél. +33 (0) Pékin Tél Prague Tél Riyad Tél Shanghai Tél Tunis Tél Varsovie Tél

2 2 D abord, le texte confirme que les droits d usage foncier sont des droits réels qui peuvent être librement cédés, hypothéqués et loués. En tant que tels, ces droits bénéficient d une protection équivalente à celle de la pleine propriété. Ainsi, les terrains dont ils sont l objet ne peuvent être "réquisitionnés" que pour des raisons d intérêt public et moyennant le paiement d une indemnité dont le principe et l étendue (sans être totalement clarifiée) sont renforcés par la nouvelle loi. Certains auraient souhaité une authentique définition de l intérêt public, mais on peut douter du réalisme ou de l efficacité d un tel souhait. En effet, plus que d une définition, il conviendrait d encadrer les "réquisitions" par des procédures de publications, de consultations et d enquête sur l utilité publique des projets. Le texte pose toutefois pour la première fois le principe selon lequel les "conditions de vie" des résidents ne peuvent être affectées par la réquisition, obligeant dorénavant à un relogement décent. Au total et malgré les imperfections du texte, les cas d expropriation devraient être mieux encadrés et pourraient permettre la disparition progressive des "maisons du clou" expression chinoise désignant le refus des futurs expropriés de déguerpir les lieux. Le texte élargit aussi le champ d application des droits d usage aux terres agricoles, ce qui esquisse un authentique changement des rapports fonciers dans une Chine encore rurale. Il restreint en outre la transformation des terres agricoles en terrains constructibles, là où, chaque année, près de hectares de terres cultivables étaient rendus constructibles, dans des conditions de légalité souvent douteuses. Mais, au-delà des concepts et des pétitions de principe, la loi a avant tout pour but d améliorer la sécurité des transactions immobilières sécurité qui repose sur l efficacité du système des registres fonciers. En effet, à la différence du droit français, la propriété immobilière ne peut pas se transférer en Chine par la seule conclusion d un contrat, même en forme authentique. Il faut impérativement une inscription dans un registre. Ce système, proche de celui existant en Suisse, est aujourd hui déficient en pratique, car les registres tardent souvent à inscrire les titres après une cession, créant dans l intervalle une insécurité juridique incompatible avec une économie moderne. Une des innovations de la loi est donc de permettre la création d un droit de priorité au bénéfice du cessionnaire dès l inscription des contrats de cession et ce, dans l attente de l inscription définitive. On peut donc penser que la loi s accompagnera, à plus ou moins brève échéance, d un approfondissement de la réforme et de la modernisation de l administration des registres. La nouvelle loi apporte aussi des précisions utiles au concept de copropriété qui, en Chine, distingue la copropriété en général de la copropriété d immeubles résidentiels (proche de la "propriété par étage" du droit suisse). Elle détermine notamment, plus clairement que par le passé, la séparation des parties communes et des parties privatives et les modalités de division en lots de copropriété ce qui ne sera pas sans impact sur la sécurité des montages juridiques dans le cadre de projets de centres commerciaux. Enfin, encore au rang des améliorations, la loi définit plus précisément l objet des biens susceptibles d hypothèques en incluant notamment les constructions en cours de réalisation, mais aussi les avions et navires ce qui offrira peut-être de nouvelles possibilités en matière de financement. Elle introduit cependant quelques rigidités. Désormais, la cession d un bien hypothéqué exigera nécessairement le consentement préalable du créancier hypothécaire, alors que, jusqu à présent, le créancier hypothécaire était simplement notifié (tout en jouissant, de façon usuelle, d un droit de suite sur le bien hypothéqué et d un droit de préférence sur le produit de la vente). Le nouveau texte ne répond toutefois pas à toutes les attentes. A titre d exemples, il ne statue pas sur l ouverture d un droit d action en justice des syndicats de copropriétaires, les privant ainsi d un moyen de pression collectif et efficace face à des promoteurs ou des sociétés de gestion d immeubles, parfois indélicats et trop souvent peu scrupuleux. Il ne fait qu un progrès très limité sur le sujet sensible du renouvellement des droits d usage à l échéance de leur terme. Rien n est dit en effet sur le renouvellement des droits portant sur des biens à destination industrielle ou commerciale. Seul le cas des biens à destination résidentielle est abordé: leur renouvellement sera "automatique". Il faut certainement comprendre par là que la prorogation du droit d usage se fera sans nouvelle mise en concurrence ou appel d offres, mais on peut s interroger sur la portée de cette précision si la question du paiement d une nouvelle indemnité n est pas tranchée. Il reste toutefois encore quelques années avant que le terme des premiers droits d usage consentis n expire et on peut raisonnablement espérer que, d ici là et sous la pression accrue des circonstances, la Chine aura encore perfectionné la sécurité de son droit de la propriété.

3 3 LES DERNIERES REGLEMENTATIONS CONCERNANT L IMMOBILIER EN CHINE La "Décision 171" relative à l accès des étrangers au marché immobilier chinois, adoptée par six ministères de première importance, a fait couler beaucoup d encre depuis sa promulgation le 11 juillet 2006, dans la mesure où elle a introduit des contraintes, sinon des freins, aux investissements immobiliers étrangers. De fait, on doit admettre, à l aune de la pratique de ces derniers mois, qu un certain nombre de développements immobiliers en cours ont été remis en cause ou retardés, faute d être structurés conformément aux nouvelles directives et sans qu aucune autorité locale n en assouplisse la mise en œuvre, comme ce fut parfois le cas dans le passé dans d autres domaines. Remise en cause des structures traditionnelles d acquisition de biens immobiliers Jusqu il y a peu, les acquisitions de biens immobiliers en Chine pouvaient se faire, soit directement depuis l étranger, soit par le biais d une cooperative joint venture sans personnalité morale. Cela pouvait autoriser, outre l aménagement très flexible des rapports entre les parties, une optimisation fiscale des revenus et plus-values d un projet en orientant les flux financiers vers des juridictions à fiscalité favorable. L acquisition de droits d usage fonciers doit désormais se faire par le biais d une personne morale de droit chinois (de type différent selon la destination du projet). La cession des titres d une société de droit chinois porteuse d un projet immobilier est elle-même dorénavant soumise à autorisation. Restent autorisées les acquisitions de biens immobiliers par des succursales ou des bureaux de représentations pour les besoins propres de leurs activités et celles par les étrangers personnes physiques ayant au moins une année de résidence en Chine. Les mécanismes de prête-nom et de portage sont expressément exclus, et ce, d autant que le bien doit servir à l usage personnel de l acquéreur. Nouvelles contraintes de financement des investissements immobiliers Les sociétés à vocation immobilière sont en outre soumises à plusieurs nouvelles contraintes de financement. Tout investissement immobilier supérieur à 10 millions de dollars requiert désormais un capital d au moins 50 % du montant investi contre 25 % auparavant. Le recours à l endettement n est possible qu à hauteur de la différence (soit 50% du montant à investir) et seulement à partir du moment où le capital social est libéré, s il représente déjà au moins 35 % de l investissement prévu et sous réserve d avoir obtenu effectivement un droit d usage foncier. Sont en outre interdits les aménagements contractuels, typiques des cooperative joint ventures, permettant la rémunération prioritaire et privilégiée d une des parties. Les principaux effets des nouvelles mesures Les effets de la nouvelle réglementation sont multiples. En premier lieu, la contrainte de création d une personne morale de droit chinois impose donc l immobilisation d une portion accrue de fonds propres dans la structure chinoise sans permettre la maximisation de l effet de levier du financement par emprunt. En outre, les flux financiers d un projet immobilier sont eux-mêmes modifiés, puisqu il ne peut plus y avoir de perception directe et régulière des revenus locatifs par une structure off-shore, mais uniquement un rapatriement de dividendes, paiements d intérêts de la dette et/ou de royalties (pour autant que ces dernières puissent être justifiées). Cela modifie évidemment le profil fiscal des projets immobiliers dans la mesure où les revenus locatifs et les plus-values immobilières sont taxés en Chine au niveau de la personne morale de droit chinois. Ils entrent en effet, pour l essentiel, dans la base imposable de l impôt sur les sociétés et sont potentiellement taxés à 33 % (25 % à partir de janvier 2008). Enfin, la Décision 171 interdit paradoxalement l utilisation des fonds d investissement immobiliers étrangers (ex.: REITs hongkongais ou singapouriens) sans solution de substitution acceptable à ce jour en droit chinois, alors que ces fonds ne sont généralement pas des véhicules de spéculation immobilière et facilitent le financement en fonds propres des investissements immobiliers. Mise en perspective de la Décision 171 Malgré les effets indéniables de la Décision 171, on doit admettre que les nouvelles règles ne sont pas choquantes dans la mesure où la Chine était paradoxalement plus libérale sur le sujet que beaucoup d autres pays en transition économique. A titre d exemples, la Pologne maintient un régime d autorisation pour les acquisitions de terrains par les ressortissants non communautaires et la Turquie interdit quant à elle les acquisitions par des étrangers de surfaces supérieures à 2,5 hectares. Par ailleurs, ces règles ne sont que la partie émergée d un mouvement d ensemble de contrôle du secteur immobilier, qui vise avant tout les acteurs locaux. Au total, on ne saurait y voir une défiance particulière à l endroit des investisseurs étrangers. Au contraire, la remise en ordre du secteur, si elle se poursuit, pourrait favoriser une transparence et une égalité nouvelle entre acteurs locaux et internationaux, au bénéfice de ces derniers. A cet égard, l adoption le 23 mars dernier de la loi sur la propriété est une indication favorable. Ce texte apporte

4 4 notamment des changements importants perfectionnant sensiblement la sécurité des transactions immobilières, au travers notamment de l amélioration du système de registre foncier, de l introduction du concept clair de copropriété immobilière. NOUVELLE REGLEMENTATION SUR LES ACQUISITIONS EN CHINE L adhésion de la Chine à l Organisation Mondiale du Commerce le 11 décembre 2001 a indéniablement accéléré l ouverture aux investissements étrangers d un grand nombre d industries jusqu alors fermées. Cette libéralisation s est également accompagnée d une réforme des méthodes d investissement par l adoption en 2003, de deux réglementations portant spécifiquement sur les opérations d acquisition de sociétés chinoises par des investisseurs étrangers. Les opérations d acquisition ont alors rencontré un vif succès et sont rapidement devenues un moyen d accès privilégié au marché chinois pour les investisseurs étrangers soucieux également de contrôler leur chaîne d approvisionnement ou de restructurer leurs activités en Chine. Ce développement des opérations d acquisition a néanmoins mis en évidence un certain nombre d incertitudes ou lacunes des réglementations existantes. Par ailleurs, certaines voix au sein des institutions gouvernantes ont tenté de remettre en cause, début 2006, la politique et le degré d ouverture jugés trop élevés d une économie chinoise où nombre d entreprises chinoises s étaient rapidement placées sous le contrôle d un investisseur étranger ou s étaient séparées de leurs actifs de manière précipitée. Afin de palier ces contraintes et de réintroduire un certain contrôle sur ces opérations, les six principaux ministères chinois ont adopté, le 8 août 2006, le règlement relatif aux fusions et acquisitions de sociétés domestiques (le "Règlement"). Si le Règlement offre un cadre plus mature aux opérations d acquisition, il n en demeure pas moins empreint d un certain protectionnisme économique et d un pouvoir de contrôle renforcé des autorités pour certaines opérations. Notification préalable des acquisitions réalisées dans un secteur clé En plus de l approbation de la Commission Nationale pour la Réforme et le Développement et du Ministère du Commerce ("MOFCOM") ou leurs délégations régionales, le Règlement impose désormais la notification préalable au MOFCOM des transactions (i) où l investisseur étranger acquiert le contrôle d une société chinoise exerçant une "activité clé" ("key industry") ou une marque chinoise réputée, ou (ii) qui affectent la "sécurité économique nationale", le défaut de notification autorisant le MOFCOM à résilier, sinon modifier les termes de la transaction. Ce pouvoir quasi discrétionnaire octroyé par le Règlement au MOFCOM a fait l objet de nombreuses critiques dans la mesure où aucune définition des termes "activité clé" ou "sécurité économique nationale" n avait été insérée laissant à première vue planer le doute sur l intention des autorités chinoises s agissant de l interprétation de ces termes. Le Conseil d Etat a néanmoins répondu partiellement à certaines attentes des opérateurs inquiets par l esprit du Règlement, par la publication, le 5 décembre 2006, de l opinion sur la promotion du capital d Etat et la restructuration des sociétés d Etat. Les "activités clés" définies par le Conseil d Etat sont celles "impliquant la sécurité nationale, les infrastructures majeures et les ressources minières, les industries produisant des biens de consommations et services importants, les entreprises clés dans les industries majeures et les industries de haute technologie". L application de cette définition à des sociétés autres que les sociétés d Etat reste toutefois incertaine car l opinion ne fait pas explicitement référence au Règlement. Ainsi, toute transaction se rapportant de près ou de loin à l une des "activités clés" citées devrait, par conséquent, faire l objet d une consultation, même informelle, avec le MOFCOM préalablement à toute signature. Acquisition par échange d actions Avant l adoption du Règlement, toute acquisition (d actions ou d actifs) d une entreprise domestique pouvait, en pratique, être effectuée uniquement en numéraire et devait faire l objet d une évaluation par un cabinet d audit agréé, le prix minimum de cession ne pouvant sensiblement s éloigner du prix de valorisation contenu dans le rapport d audit. Un calendrier précis est également prévu pour le paiement du prix : versement intégral dans les trois mois de l émission de la nouvelle licence d activité de la société cible ou, sur approbation spéciale, d un versement dans un délai d un an dès lors que 60 % du prix est réglé dans les 6 mois. Ce calendrier de paiement est plus restrictif que celui imposé pour la capitalisation d une société créée ex nihilo et constitue un obstacle important à la mise en place de financements structurés ainsi qu aux mécanismes de garanties et de complément de prix. Le principe d un transfert de la participation détenue par l investisseur chinois au capital de la cible en échange d actions émises par l investisseur étranger était certes prévu, mais n était entouré d aucune règle, ce qui rendait en pratique son application difficile. Le Règlement apporte désormais une alternative au paiement en numéraire en encadrant les conditions dans lesquelles cet échange d actions peut intervenir. Les actions reçues par l investisseur

5 5 chinois de son homologue étranger doivent satisfaire aux conditions suivantes: ii(i) être cotées sur un marché étranger et émises par une société étrangère; i(ii) ne faire l objet d aucun nantissement ou sûreté; (iii) la valeur de cotation des actions doit être restée stable lors de l année précédant la transaction. La procédure d échange débute par la nomination d un "consultant chinois pour l acquisition" qui réalisera les opérations de due diligence et de préparation du rapport d acquisition à soumettre au MOFCOM. Une fois l approbation obtenue, les parties à l échange d actions devront réaliser l échange et obtenir la nouvelle licence d activité de la société cible dans un délai de six mois. Les parties, et plus particulièrement l investisseur chinois, devront ensuite solliciter l approbation respective du MOFCOM et du Ministère du Contrôle des Changes concernant l investissement réalisé à l étranger par la partie chinoise lors de la remise des actions de la société étrangère. Acquisition par l intermédiaire d un "Special Purpose Vehicle" ("SPV") L une des structures d acquisition habituellement utilisée en Chine consiste en la création par l investisseur chinois d une société offshore, le SPV, auquel ce dernier transfert sa participation au capital d une cible avant de céder tout ou partie des actions du SPV à un investisseur étranger. Cette acquisition via une entité étrangère présente certains avantages par rapport à la création, avec un partenaire chinois, d une joint venture en Chine qui ferait l acquisition des actifs de la cible. En effet, le SPV peut être immatriculé dans un pays où le système juridique plus sophistiqué permet la création de classe d actions et l octroi d options d achat d actions. L exécution des pactes d actionnaires s avère généralement plus efficace et facile à mettre en œuvre et les parties pourront librement convenir de mécanismes de complément de prix ou d attribution d actions au profit du vendeur sans être soumis aux restrictions du droit chinois dans ces domaines. D un point de vue fiscal, les partenaires au sein du SPV ont la possibilité de choisir le régime fiscal le plus favorable en matière d imposition sur l encaissement et la distribution de dividendes. Par ailleurs, la cession des actions du SPV ne sera pas soumise en Chine à l impôt sur les plus values au taux de 10%. Le Règlement affecte directement cette pratique dite de l "investissement aller-retour" en subordonnant la création du SPV par l investisseur chinois à l approbation préalable du MOFCOM. Cela signifie d une part que le MOFCOM sera consulté au moment de la création du SPV et d autre part au moment de l émission des actions du SPV au profit de l investisseur chinois. L introduction sur un marché boursier du SPV sera également soumise à l approbation de la Commission de Régulation des Marchés Financiers en Chine. Contrôle des concentrations La réglementation M & A de 2003 avait introduit un contrôle obligatoire des opérations susceptibles d avoir un effet anti-concurrentiel sur le marché chinois. Ces dispositions ont été reprises sans modification dans le Règlement, laissant ainsi en l état les nombreuses imprécisions de la réglementation. Cette absence de changement dans le Règlement n est cependant pas surprenante car la réforme du régime des concentrations fait actuellement l objet de débats parlementaires depuis plusieurs mois. Dans l attente de la promulgation de la loi, il est fortement recommandé de notifier le MOFCOM et le Ministère de l Industrie et du Commerce, de tout projet susceptible de tomber sous le coup de la réglementation sur les concentrations. Actuellement, les opérations d acquisitions soumises à approbation sont celles qui tombent dans l une des catégories ci-dessous: Conditions Opération interne Opération offshore Détention d actifs en Chine par l une des parties (pas de seuil) Valeur des actifs > RMB Chiffre d affaire en Chine > RMB > RMB de l une des parties (dans l année) (dans l année) Nombre de filiales situées en Chine et détenues par l acquéreur étranger dans le même secteur d activité Part de marché de l une des parties >10 (acquises dans l année) > 15 (après la transaction) - 20% avant l acquisition - 20% avant l acquisition - 25% après l acquisition - 25% après l acquisition A la demande d un concurrent chinois La transaction a un impact substantiel sur ou à l initiative soit du MOFCOM les parts de marché, le marché lui-même, N/A soit de la SAIC l économie nationale etc.

6 6 Conclusion La réglementation et la pratique des acquisitions en Chine ont connu des progrès considérables. Les catégories d actifs qui peuvent être achetées et les méthodes d acquisition se sont élargies et le Règlement constitue, en ce sens, une étape importante de modernisation des opérations de fusion et d acquisition en Chine. Néanmoins, d autres avancées seront nécessaires, tant en ce qui concerne le cadre juridique que l attitude des autorités, afin de pouvoir appliquer en Chine les méthodes et instruments d acquisitions utilisés actuellement en Europe et aux Etats-Unis. La Loi sur les Sociétés entrée en vigueur au début de l année 2006 a apporté davantage de transparence sur la gestion et la communication interne et externe des informations, démontrant ainsi la capacité du droit des affaires chinois et de ses acteurs à suivre l évolution des droits occidentaux, notamment dans le domaine de la gouvernance d entreprise. L effort de clarification des textes et l expérience grandissante des autorités de contrôle chinoises peuvent donc laisser présager l approbation d acquisitions plus complexes qui feront des acquisitions, le moyen d accès le plus rapide au marché chinois. HONG KONG RENFORCE SON ATTRACTIVITE POUR LES INVESTISSEMENTS VERS LA CHINE "Région administrative spéciale" de la République Populaire de Chine depuis presque 10 ans, Hong Kong a su, ces dernières années, tirer pleinement parti du développement économique fulgurant de la Chine, en valorisant ses nombreux atouts qui ne sauraient se réduire à sa proximité géographique avec le géant chinois. L ancienne colonie britannique a pu conserver une autonomie financière et juridique en vertu du principe "un pays, deux systèmes". Hong Kong a ainsi maintenu le système juridique anglais de la Common Law, dont la souplesse et le libéralisme diffèrent radicalement du droit chinois. Par ailleurs, la fiscalité applicable sur le territoire de Hong Kong reste très attractive : le taux de l impôt sur les bénéfices est peu élevé (17,5%) et il n y a pas d impôt sur le chiffre d affaires, ni en principe d imposition des dividendes et des plus-values découlant de cessions de participations. Parallèlement, des outils juridiques ont été mis en place afin de favoriser les liens économiques avec la Chine. Les accords CEPA (Closer Economic Partnership Arrangement) offrent aux sociétés déjà établies à Hong Kong un accès privilégié au marché chinois en matière de biens et services. A compter de cette année, les investisseurs hongkongais bénéficient de surcroît des dispositions favorables du nouvel arrangement fiscal entre la Chine et Hong Kong (voir infra). En vue d investir en Chine, la "private company limited by shares" est la structure juridique la plus adaptée pour servir de véhicule d investissement. La constitution de ce type de société, qui ne fait pas l objet de capitalisation minimum, est très rapide et peu coûteuse. L investisseur peut même acquérir en quelques heures une société préconstituée (ou "shelf company"). Surtout, la souplesse du droit des sociétés hongkongais permet à l investisseur de prévoir et d aménager très librement les conditions et les modalités de son investissement et de son désinvestissement en Chine, de même que les droits et obligations des actionnaires via un pacte d actionnaires régi par le droit hongkongais. Les éventuelles restructurations (cessions de participations, augmentation de capital, modifications affectant les statuts ou les relations contractuelles entre actionnaires) seront gérées plus facilement depuis Hong Kong puisque, contrairement au droit chinois, le droit hongkongais ne soumet pas ces opérations à approbation administrative. Enfin, la confidentialité des affaires est particulièrement protégée à Hong Kong : les pactes d actionnaires ne doivent pas être enregistrés, la comptabilité (obligatoirement auditée) des sociétés à responsabilité limitée n est pas publiée, enfin des "nominees" peuvent, en toute légalité selon le mécanisme du trust, être en charge de détenir des actions au nom et pour le compte de l actionnaire. La simplicité d établissement et la sécurité juridique, cumulées à des dispositions fiscales et douanières avantageuses, favorisaient déjà Hong Kong comme base pour les investissements vers la Chine. Sur fond de réformes de la fiscalité chinoise qui supprimera à compter de 2008 l environnement fiscal privilégié dont bénéficient actuellement les investissements étrangers en Chine, Hong Kong renforce et pérennise ainsi son attractivité.

7 7 Chine/Hong Kong: un régime fiscal très avantageux Le 21 août 2006, la Chine continentale et Hong Kong ont signé un nouvel arrangement fiscal. Entré en vigueur le 1 er janvier 2007 pour la Chine, il a pris effet le 1 er avril 2007 pour Hong Kong. L arrangement précédent, datant du 11 février 1998, ne visait qu un nombre limité de revenus dont, s agissant des entreprises, les bénéfices liés à un établissement stable. Le nouvel arrangement couvre lui tout type de revenus (dividendes, intérêts, redevances, plus-values, etc.). Ses stipulations, parmi les plus favorables du réseau conventionnel chinois, prévoient notamment une élimination des doubles impositions par l octroi de crédit d impôts, des retenues à la source plafonnées à des taux avantageux et une clause d assistance administrative restreinte. UN MODELE CHINOIS POUR LES PPP DANS LES SERVICES PUBLICS MUNICIPAUX Depuis son adhésion à l Organisation Mondiale du Commerce, le gouvernement central chinois a progressivement diminué son implication dans un certain nombre de secteurs jusqu ici exclusivement contrôlés par l Etat, dont notamment le domaine des services publics municipaux. Les fonds publics destinés à l entretien et à l amélioration des infrastructures et des prestations des services publics se réduisant sans cesse, de nombreux gouvernements locaux se voient obligés de chercher des fonds privés afin de garantir une disponibilité à long terme de la qualité des infrastructures et des prestations des services publics dans leurs régions. Cette situation a permis d augmenter les opportunités de mise en place de différents types de partenariats public-privé (PPP) dans le secteur des services publics chinois. Les types de PPP privilégies Bien qu il existe de nombreuses sortes de PPP, les formes les plus communes dans le secteur des services publics sont résumées dans le Tableau 1, en fonction de leurs caractéristiques principales telles que la propriété des actifs, le niveau d investissement financier et opérationnel de chaque partie et la durée du partenariat. Tableau 1 Type de PPP Propriété des actifs Financement Opérations Durée moyenne (années) Assistance technique Publique Public Publiques et privées 1 à 3 Management/ Accord d O & M Publique Public Privées 3 à 7 Leasing Publique Public Privées 7 à 15 Concession Publique Privé Privées 25 à 30 BOT/TOT Privée, puis publique Privé Privées 15 à 20 Privatisation partielle (propriété conjointe) Privée et publique Privé et public Privées et publiques Perpétuelle Privatisation totale Privée Privé Privées Perpétuelle Le Tableau 2 distingue ces formes de PPP en fonction du niveau de participation privée dans le financement d un projet et le niveau de risque supporté par le partenaire privé.

8 8 Tableau 2 Chine RISQUE FINANCEMENT Assistance technique (fees) Management /Accord O&M (coûts + fees) Contrat d objectifs Leasing Concession BOT/TOT Privatisation (BOO) STRUCTURE DE SERVICES STRUCTURE DE CONCESSION TRANSFERT DU MANAGEMENT PRIVE Dans le secteur des services publics, l expérience chinoise a pour l instant montré que les autorités publiques ont tendance à exiger la mise en place d une structure de PPP dans laquelle l investissement du partenaire privé est élevé tant au niveau financier qu en termes de prise de risque. Cela explique le fait que le nombre de projets où le partenaire privé prend en charge le financement de la construction de nouvelles installations de service public ou bien le rachat et l amélioration d installations préexistantes soit largement supérieur au nombre de projets où l investissement du partenaire privé se limite à fournir une assistance technique et des compétences opérationnelles et de gestion. Assez curieusement, la Chine semble avoir développé une sorte de favoritisme géographique pour certaines formes de PPP dans le secteur des services publics. D un côté, les régions les moins développées du Nord-Est et du Nord-Ouest sont le foyer d une concentration importante de projets greenfield où les investisseurs privés se voient attribués des projets BOT (build-operate-transfer) ou TOT (transfer-operate-transfer) généralement au travers de structures d investissement créées avec des partenaires locaux. D un autre côté, les municipalités de certaines régions plus développées du Centre et de la côte sud ont accueilli plus récemment un nombre croissant de privatisations partielles. Dans cette situation, les investisseurs privés ont fait l acquisition de participation (majoritaire ou non) dans des sociétés domestiques de services publics existantes, généralement des sociétés entièrement détenues par l Etat, reprenant ainsi la gestion de ces projets en cours. Reformes récentes touchant les projets d infrastructures Une important réforme de la réglementation applicable aux projets d infrastructures a récemment été entamée par la Chine. Cette réforme met fin à une phase expérimentale lancée au milieu des années 90 et au cours de laquelle les concessions pouvaient seulement être attribuées à des investisseurs étrangers dans le cadre de projets pilotes de BOT dans certains secteurs clés limités. La réforme a principalement consisté en l adoption de la Loi sur les autorisations administratives qui est entrée en vigueur le 1 er juillet 2004 et la promulgation par le Ministère de la Construction des Mesures Administratives sur la Concession de Services Publics Municipaux qui sont entrées en vigueur le 1 er mai 2005 ("Mesures sur la Concession"). Les Mesures sur la Concession posent le cadre réglementaire général applicable aux projets d infrastructures urbains en RPC, qui comprennent les projets relatifs à la distribution d eau, de gaz ou de chaleur, au transport public, au traitement des eaux usées et des déchets. Ces mesures ont une importance particulière car elles constituent désormais la seule base légale pour les projets de concession en RPC. Bien qu elles soient rédigées dans des termes très généraux, elles mettent en place les principes de base de la politique chinoise relative à la concession de services publics municipaux en RPC et définissent notamment:

9 9 les autorités compétentes pour l attribution, l approbation et le contrôle des projets de concession, ainsi que les autorités concédantes (appelées "Autorités des Services Publics" et placées sous le contrôle du Ministère de la Construction); les obligations en matière d appel d offres (obligatoire pour l attribution de tout projet de concession), la procédure ainsi que les conditions qui doivent être remplies par les candidats pour être sélectionnés; les modalités pour l examen, la surveillance et le contrôle des tarifs et des formules d augmentation tarifaire; et les principaux droits et obligations de chaque partie (incluant les conséquences en cas de changement de loi, de force majeure ou de situations similaires, les modalités de résiliation anticipée). Les Mesures sur la Concession ne s appliquent cependant pas directement à tous les projets d infrastructure en RPC et doivent, conformément aux dispositions de la Loi sur les autorisations administratives, être transposées dans les différentes provinces et municipalités de RPC pour pouvoir être appliquées. Ce nouveau cadre réglementaire est particulièrement adapté pour les projets de PPP greenfield où de nouvelles entités se voient attribuer par une autorité gouvernementale les droits pour construire des infrastructures urbaines et/ou opérer des services publics pour une durée déterminée (les "Droits d Opérations"). Dans les régions où les Mesures sur la Concession ont été mises en oeuvre (ce qui est le cas pour l instant à Pékin, Hangzhou, Jinan, Shenzhen, dans la province de Hebei, dans la province de Guizhou, dans la région autonome de Xingjiang, etc.), les projets greenfield d infrastructures urbaines et de service public doivent désormais être développés d après un modèle type de concession pour lequel les Droits d Opérations sont attribués, après une procédure d appel d offres, à une structure généralement créée entre un partenaire chinois et un investisseur étranger, bénéficiant d un accord de concession conclu avec les autorités locales. Dans le cas où les Mesures sur la Concession n ont pas encore été mises en œuvre, les projets de PPP greenfield peuvent encore faire l objet de négociations privées et sont généralement structurés de manière plus classique, la structure d acquisition concluant un accord de service soit avec une société domestique (généralement une entreprise d Etat détenue par un gouvernement local) soit avec l entité bénéficiant des services et dont le contenu reste proche d un accord de concession. En principe, ce nouveau cadre réglementaire ne devrait pas avoir d impact significatif sur les privatisations car les nouvelles mesures ne touchent pas les Droits d Opérations qui ont déjà été attribués aux sociétés domestiques. Cela étant dit, les règles spécifiques applicables dans chaque municipalité ou province où une privatisation souhaite être mise en place doivent être soigneusement identifiées dès le début du projet dans la mesure où: certaines entités domestiques de service public existantes peuvent ne pas détenir de manière formelle les Droits d Opérations au moment de leur privatisation et il s avèrera donc nécessaire de sécuriser ces droits avant d effectuer la privatisation pour éviter la situation où, en théorie, les Droits d Opérations devront être réattribués au travers d une procédure d appel d offres, conformément aux règles applicables à la concession; ou en raison de contraintes locales, les Droits d Opérations des sociétés cibles ne peuvent, suite à la privatisation, être conservés (cela pourrait être le cas dans certaines municipalités (i) si la privatisation entraîne un changement de contrôle de la société cible ou (ii) si la transformation de la société cible en société à investissement étranger du fait de la privatisation entraîne la nécessaire réattribution des Droits d Opérations à la nouvelle entité ainsi créée, dans ces cas, les droits devraient en effet, en théorie, être réattribués après une procédure d appel d offres, conformément aux règles applicables à la concession). Contraintes sectorielles pour les investissements étrangers Les investissements étrangers en RPC restent soumis à certaines limitations et contrôles administratifs qui peuvent avoir une influence sur les PPP dans le secteur des services publics. Les mécanismes de contrôle et de supervision sont régis par les Dispositions sur l Orientation de l Investissement Etranger (les "Dispositions") promulguées par le Conseil d Etat et régulièrement modifiées. Les indications générales données dans ce texte sont utilisées comme base pour l application d un catalogue par secteur des types d activités ouvertes à l investissement étranger, le Catalogue des Investissements Etrangers (le "Catalogue"). La dernière version des Dispositions classe les projets d investissement étranger en quatre catégories : encouragé, autorisé, restreint et interdit. Elles posent également un principe général de compétence de l autorité administrative d approbation au niveau provincial. Les projets d investissement énumérés dans la catégorie des projets encouragés peuvent bénéficier de traitements préférentiels et d avantages (principalement fiscaux).

10 10 En ce qui concerne le secteur des services publics, la version actuelle du Catalogue classe dans la catégorie des investissements étrangers "encouragés" les activités de construction et de maintenance de certaines infrastructures telles que les centrales (électriques, nucléaires ou hydroélectriques) ou les usines de traitement d eau pour les villes. Cependant, les activités de construction et d exploitation des réseaux de canalisations pour l approvisionnement en gaz, chauffage et eau des moyennes et grandes villes en RPC (villes dont la population "non agricole" est supérieure à habitants) sont classées dans la catégorie des investissements étrangers "restreints" ("Activités Restreintes") et impose que la partie chinoise contrôle les sociétés exerçant ce type d Activités Restreintes. Bien que l exigence de cette condition se soit assouplie depuis l année dernière dans les provinces du Nord-Est de la Chine (Heilongjiang, Jilin et Liaoning) où les investisseurs étrangers peuvent désormais, après approbation du Conseil d Etat, détenir des participations majoritaires dans des entités conduisant ces Activités Restreintes, les investisseurs étrangers doivent garder à l esprit que leur participation dans des sociétés dont l objet social comprend des Activités Restreintes sera limitée à une participation minoritaire, à moins que leur projet n ait pour localisation l une de ces régions. Autres points à prendre en considération pour les projets de privatisation En dépit de la réforme de la réglementation évoquée ci-dessus, la privatisation de sociétés domestiques de service public soulève d autres problèmes, dont certains sont communs à tout projet d acquisition en RPC: Nécessaire réorganisation de la société cible Les investisseurs étrangers dans le secteur des services publics ont souvent tendance à sous-estimer les nécessités de réorganisation de l entité de service public dans laquelle ils désirent prendre une participation, généralement une société d Etat établie depuis longtemps, avant que l acquisition puisse avoir lieu. La réorganisation de la société cible sert généralement à assurer qu immédiatement après la privatisation: l activité de la société cible soit limitée à la fourniture de services liés à l activité intéressant principalement l investisseur étranger; tous les actifs liés à l activité principale soient détenues directement par la société cible (ce qui n est pas toujours le cas); tous les actifs non liés à l activité principale soient retirés de la société cible, une attention particulière doit être retenue afin d exclure les actifs relatifs aux activités dans lesquelles la société cible aurait pris part et qui sont considérés comme "restreintes" à l investissement étranger; et la société cible soit une société ayant un statut de personne morale indépendante (et non une succursale ou entité non indépendante du gouvernement) et qu elle se soit assurée du droit d exercer ses activités principales et que ce droit soit maintenu après la réalisation de l opération d acquisition. Les négociations initiales entre les investisseurs étrangers et les parties chinoises doivent généralement porter sur la détermination de l étendue des réorganisations à réaliser au sein de la société cible. Ces nécessaires réorganisations sont souvent abordées dans un accord préliminaire établi entre l investisseur étranger et le ou les actionnaires de la société cible, faisant de l étape de la réalisation de ces organisations une condition suspensive de la prise de participation. Bien que l investisseur étranger ne participe que peu ou pas à l étape de mise en place de ces réorganisations de la société cible, son investissement dans cette étape très préliminaire permettra d assurer que l entité réformée corresponde à ses exigences d investissement. Evaluation obligatoire des biens appartenant à l Etat Les actifs et participations d une société chinoise transférés à un investisseur étranger doivent avant toute chose être évalués par un expert afin que le prix d achat de la transaction puisse être déterminé. Dans le cas particulier du transfert d actifs et de participations détenus par l Etat, ces derniers doivent être évalués par une société d évaluation qualifiée en RPC. A moins qu une approbation spécifique n ait été demandée et obtenue auprès des autorités qui gèrent les actifs de l Etat, le prix d achat convenu entre les parties pour l acquisition d actifs détenus par l Etat ne doit pas être inférieur à 90% du prix d évaluation de ces actifs. Le prix final d achat doit par ailleurs, dans le cas d opérations mettant en jeu des actifs ou participations détenus par l Etat, être déterminé suivant une procédure de listing devant être effectuée par un Centre d Echanges des Droits de Propriété ("CEDP"). La procédure de listing: une alternative à l appel d offres Les cessions de droits de propriété de l Etat en RPC, à l exception de ceux portant sur des sociétés cotées ou des institutions financières, sont désormais soumises à une "procédure de listing" qui doit être réalisée par un CEDP. La procédure de listing s applique donc aux privatisations de sociétés d Etat

11 11 et notamment celles de services publics, à moins qu une exception particulière n ait été accordée par les autorités en charge des actifs de l Etat. La procédure de listing exige que toute cession de droits de propriété de l Etat soit publiée dans les vingt (20) jours ouvrables afin de donner la possibilité à tout tiers de manifester son intérêt pour l opération. Dans ce cas, une procédure d enchères ou d appel d offres doit être enclenchée afin de déterminer à qui les intérêts en jeu seront transférés. En règle générale, si un seul offrant manifeste son intérêt pour l opération, aucune procédure d enchères ou d appel d offres n est nécessaire et la cession peut avoir lieu après des négociations privées avec l intéressé. Cependant, dans certaines régions, une deuxième procédure de listing peut être exigée dans ce cas. La procédure de listing devra avoir lieu après l évaluation obligatoire des actifs et participations et avant la signature du contrat d acquisition. Toute procédure de listing doit être réalisée par un CEDP compétent ou nommé conformément aux réglementations ou règlements internes applicables. Les conditions et exigences à remplir par l acquéreur final sont déterminées par le cédant au tout début de la procédure de listing à des fins de publication. Ces conditions peuvent être relatives au calendrier de paiement, à la reprise de certaines dettes de la société cible, à l expérience, la situation financière, les capacités techniques de l acquéreur, etc. Le CEDP compétent déterminera dans quelle mesure les conditions posées par le cédant sont acceptables ou non. Pour conclure, il est important de préciser que, bien que la tendance actuelle soit de conditionner l investissement des parties privées dans le secteur des services publics sous la forme de procédures d appel d offres ou listing, les lois applicables en RPC ne dispensent pas ceux qui ont remporté l offre de procéder à des procédures d appel d offres par la suite pour tout ce qui concerne les contrats de construction des infrastructures de services publics.

12 Gide Loyrette Nouel Beijing Suite 3501, Jing Guang Centre Hu Jia Lou, Chaoyang District Pékin République Populaire de Chine Tél Fax Contacts Yan Lan Stéphane Vernay Guillaume Rougier-Brierre Gide Loyrette Nouel Shanghai Suite 2008, Shui On Plaza 333, Huai Hai Zhong Road Shanghai République Populaire de Chine Tél Fax Contacts Han Qimeng David Boitout Gide Loyrette Nouel Hong Kong Suites , 15th Floor Jardine House 1 Connaught Place Central, Hong Kong Tél Fax Contacts Stéphane Vernay Rebecca Silli Fabrice Turries Présent en Chine depuis 1987, Gide Loyrette Nouel fait partie des premiers cabinets étrangers à avoir obtenu du Ministère de la Justice chinois l'autorisation d'exercer en Chine. L'activité Chine de Gide Loyrette Nouel repose sur une équipe de plus de 100 personnes dont 60 avocats et juristes occidentaux et chinois, assistée par une équipe de 12 traducteurs juridiques, répartie sur quatre bureaux, Pékin, Shanghai, Hong Kong et Paris. L'expertise de Gide Loyrette Nouel en Chine recouvre l ensemble des domaines du droit des affaires. Si vous préférez recevoir les prochains numéros de cette Lettre par , merci d'en informer Christine Zhu : Vous pouvez également consulter cette Lettre, ainsi que nos autres lettres d informations, sur notre site Internet, rubrique Actualités/Publications. La Lettre "Actualité du droit chinois" (la "Lettre d'informations") est une publication périodique éditée par le cabinet Gide Loyrette Nouel (le "Cabinet") diffusée gratuitement auprès d'un nombre limité de personnes ayant une relation directe ou indirecte avec le Cabinet. La Lettre d'informations est réservée à l'usage privé de son destinataire et n'a qu'une vocation d'information générale non exhaustive. Elle ne saurait constituer ou être interprétée comme un acte de conseil juridique. Le destinataire est seul responsable de l'usage qu'il fait des informations fournies dans la Lettre d'informations et le Cabinet ne pourra être tenu responsable envers le destinataire de quelconques dommages directs ou indirects découlant de l'utilisation de ces informations. Conformément à la loi "informatique et libertés" n modifiée, vous pouvez demander à accéder, faire rectifier ou supprimer les informations vous concernant traitées par notre service Communication Gide Loyrette Nouel Association d Avocats à la Cour de Paris 26, cours Albert 1 er Paris - France Tél +33 (0) Fax +33 (0) Contacts Charles-Henri Leger Olivier Dauchez Hubert Bazin

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE De nombreuses réformes fiscales sont en cours en Chine afin d encadrer une économie mature et en phase de consolidation. Ces réformes sont profondes et fondamentales mais n en sont pas moins d abord testées

Plus en détail

20 mai 2014 20 mai 2014 Paris Paris. Confidentiel

20 mai 2014 20 mai 2014 Paris Paris. Confidentiel IMMO IMMO DAY 20 mai 2014 20 mai 2014 Paris Paris Confidentiel L investissement indirect dans l immobilier IMMO DAY en France (OPCI, SCPI) : aspects réglementaires 20 mai 2014 Paris Stéphane Puel Avocat

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Environnement juridique des affaires en Chine et évolutions récentes. Matthieu Bonnici Avocat

Environnement juridique des affaires en Chine et évolutions récentes. Matthieu Bonnici Avocat Environnement juridique des affaires en Chine et évolutions récentes Matthieu Bonnici Avocat 3 décembre 2008 Les investissements en Chine en quelques questions Est-il trop tard pour investir en Chine?

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

Régime de l utilisation de terres en Chine

Régime de l utilisation de terres en Chine Régime de l utilisation de terres en Chine La première Constitution chinoise en 1954 a stipulé qu en Chine le sol en milieu urbain appartient à l État, en milieu rural il appartient aux collectivités locales.

Plus en détail

La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Editorial

La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Editorial La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Taxe professionnelle 2 Impôt de solidarité sur la fortune 4 Editorial Le cabinet Simon Associés s agrandit et développe un pôle fiscal en accueillant Pierrick

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

INTRODUCTION Loi AIFM SCSp Circulaire

INTRODUCTION Loi AIFM SCSp Circulaire INTRODUCTION La loi du 12 juillet 2013 concernant les gérants de fonds d investissement alternatifs (la Loi AIFM) a introduit le régime juridique d une nouvelle forme de société en commandite sans personnalité

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : ACQUERIR UNE SOCIETE EN CHINE CONTINENTALE.. 13 1. ACQUÉRIR UNE SOCIÉTÉ EN CHINE?... 15

SOMMAIRE PARTIE 1 : ACQUERIR UNE SOCIETE EN CHINE CONTINENTALE.. 13 1. ACQUÉRIR UNE SOCIÉTÉ EN CHINE?... 15 SOMMAIRE PARTIE 1 : ACQUERIR UNE SOCIETE EN CHINE CONTINENTALE.. 13 1. ACQUÉRIR UNE SOCIÉTÉ EN CHINE?... 15 1.1 LE MARCHÉ CHINOIS DES M&A...15 1.1.1 Un marché naissant...15 Graphique 1...15 1.1.2 La place

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/70/34/Add.1 17 juin 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS

Plus en détail

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Attributions, obligations et responsabilités du Comité de direction et d évaluation

Plus en détail

Turquie. Date d adoption de la Loi : 9 novembre 2007 CHAPITRE 1. Objectif, Champ d application, Définitions et Abréviations

Turquie. Date d adoption de la Loi : 9 novembre 2007 CHAPITRE 1. Objectif, Champ d application, Définitions et Abréviations Turquie Traduction non officielle 1 de la Loi n o 5710 2 relative à la construction et à l exploitation de centrales nucléaires et à la vente de l énergie produite par ces centrales Date d adoption de

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES APPLICABLES AUX CONVENTIONS DE CONCESSION D OUVRAGE DE SERVICE PUBLIC

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES APPLICABLES AUX CONVENTIONS DE CONCESSION D OUVRAGE DE SERVICE PUBLIC CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES APPLICABLES AUX CONVENTIONS DE CONCESSION D OUVRAGE DE SERVICE PUBLIC CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES APPLICABLES AUX CONVENTIONS DE CONCESSION

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE PROJET GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE Juillet 2013 Guide sur l utilisation des véhicules de garantie Autorité de marchés financiers Page 1 Juillet 2013 Introduction Ce guide présente

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

CESSION D UN CABINET D AVOCAT

CESSION D UN CABINET D AVOCAT CESSION D UN CABINET D AVOCAT Entre les soussignés : 1., Avocat au Barreau de PARIS, De nationalité française, Né le à ), Ayant son domicile à, (situation et régime matrimonial) Ci-après dénommé le Vendeur,

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

Les formes d organisation de l entreprise au Canada

Les formes d organisation de l entreprise au Canada Les formes d organisation de l entreprise au Canada Plusieurs formes d organisation de l entreprise peuvent être mises à contribution pour gérer une entreprise au Canada, chacune comportant ses propres

Plus en détail

Les nouvelles pratiques en matière d optimisation fiscale face aux nouvelles réformes

Les nouvelles pratiques en matière d optimisation fiscale face aux nouvelles réformes Les nouvelles pratiques en matière d optimisation fiscale face aux nouvelles réformes Master 2 OFIS 20 mars 2014 Table des matières 1. Qu est ce que l optimisation fiscale? 2. Intensification de la lutte

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014 FONCIERE DEVELOPPEMENT LOGEMENTS Société anonyme au capital de 696.110.040 euros 10, avenue Kléber 75116 Paris RCS Paris 552 043 481 («Foncière Développement Logements» ou la «Société») RAPPORT DU CONSEIL

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Acquisition et transmission d entreprises Aspects juridiques 31 janvier 2003

Acquisition et transmission d entreprises Aspects juridiques 31 janvier 2003 CONSEILS JURIDIQUES Acquisition et transmission d entreprises Aspects juridiques 31 janvier 2003 Olivier Dunant Avocat, LL.M. Responsable du département juridique olivier.dunant@eycom.ch Tel. +41 58 286

Plus en détail

GENERALE MIXTE DU 26 JUIN

GENERALE MIXTE DU 26 JUIN NOTE D INFORMATION ETABLIE SUITE A LA DECISION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE PROCEDER AU LANCEMENT EFFECTIF DU PROGRAMME DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS AUTORISE PAR l ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 26

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international NATIONS UNIES CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL NATIONS UNIES

Plus en détail

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Avril 2013 TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Position de l Afep et de l Ansa L Afep et l Ansa soutiennent l adoption par la Commission européenne d une directive sur le

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT DU REGIME FISCAL DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS EN CHINE

L ASSAINISSEMENT DU REGIME FISCAL DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS EN CHINE Au début des années 80, le gouvernement chinois, désireux d accueillir les investissements étrangers sur son territoire, leur offrait des incitations fiscales, mettait en place des mesures d encouragement

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR A l origine, la Société par Actions Simplifiée (SAS) a été créée (par la loi n 94-1 du 13 novembre

Plus en détail

RÈGLEMENT 94-101 SUR LA COMPENSATION OBLIGATOIRE DES DÉRIVÉS PAR CONTREPARTIE CENTRALE

RÈGLEMENT 94-101 SUR LA COMPENSATION OBLIGATOIRE DES DÉRIVÉS PAR CONTREPARTIE CENTRALE RÈGLEMENT 94-101 SUR LA COMPENSATION OBLIGATOIRE DES DÉRIVÉS PAR CONTREPARTIE CENTRALE Loi sur les instruments dérivés (chapitre I-14.01, a. 175, par. 2 o, 3 o, 9 o, 11 o, 12 o, 26 o, 27 o et 29 o ) CHAPITRE

Plus en détail

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Politique prudentielle Bruxelles, le 24 octobre 2005 PPB/154 Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Madame, Monsieur, Dans sa lettre du 3 juin 2005 (PPB/57), la Commission

Plus en détail

Introduction FISCALITÉ

Introduction FISCALITÉ Introduction 51 Impôt sur le revenu 53 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une filiale 54 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une succursale 56 Mesures de contrôle des

Plus en détail

Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto

Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-74 du 14 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Lovefrance SAS par la société Groupe Berto L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Administration des collectivités territoriales

Administration des collectivités territoriales S O M M A I R E Administration des collectivités territoriales Page 1 Dispositions générales page 1 I De l administration et des finances page 2 II Du domaine des collectivités page 3 V De la responsabilité

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés

Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés Les dispositions relatives à la réforme des sociétés commerciales prévues dans la loi n 2008-776 de modernisation de

Plus en détail

Principes Généraux de l Université d Orléans : Propriété de résultats issus de projets collaboratifs

Principes Généraux de l Université d Orléans : Propriété de résultats issus de projets collaboratifs Principes Généraux de l Université d Orléans : Propriété de résultats issus de projets collaboratifs DEFINITIONS : CONNAISSANCES PROPRES : Toutes les informations et connaissances techniques et/ou scientifiques,

Plus en détail

NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DU PROGRAMME DE RACHAT

NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DU PROGRAMME DE RACHAT SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 2.375.584 SIEGE SOCIAL : 92/98 BOULEVARD VICTOR HUGO 92115 CLICHY CEDEX RCS NANTERRE : 403 570 781 NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS PROPRES

Plus en détail

Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009

Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009 Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009 Contexte En 2002, l Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA) a publié un rapport de recherche intitulé «L information financière des entreprises

Plus en détail

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Références Cadre de préparation et de présentation des états financiers 1 IFRS 1 Première application des Normes internationales d information

Plus en détail

Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca. Bulletin de l ACFM. Politique

Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca. Bulletin de l ACFM. Politique Personne-ressource : Paige Ward Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca Bulletin de l ACFM BULLETIN N o 0494 P Le 3 octobre 2011 Politique Aux

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

ACQUISITIONS EN CHINE : ACHAT D ACTIFS OU PRISE DE PARTICIPATION?

ACQUISITIONS EN CHINE : ACHAT D ACTIFS OU PRISE DE PARTICIPATION? Le marché chinois des fusions-acquisitions offre chaque année davantage d opportunités aux investisseurs étrangers: en 2010, le montant de transactions impliquant des entreprises étrangères s élevait à

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

Le Pacte d associés. Le pacte d associés

Le Pacte d associés. Le pacte d associés L Le Pacte d associés Le pacte d associés Le pacte d associés Jean-Pierre GITENAY Avocat Associé 31 mars 2008 2 SOMMAIRE Définition contenu - validité Pourquoi un pacte? Limites du pacte Les principales

Plus en détail

Les aides pour les sociétés civiles immobilières

Les aides pour les sociétés civiles immobilières Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE Les aides pour les sociétés civiles immobilières Des conditions d attribution spécifiques Des aides financières existent pour soutenir les particuliers qui

Plus en détail

Comment Optimiser la Cession de son Entreprise?

Comment Optimiser la Cession de son Entreprise? Comment Optimiser la Cession de son Entreprise? Raphaël Abou BluFinance Arnold Raicher Optimiser la cession Processus de décision Choix d un intermédiaire Processus de cession professionnel Témoignage

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT AGENCES

CONVENTION DE PARTENARIAT AGENCES CONVENTION DE PARTENARIAT AGENCES ENTRE, La société SHOPPING FLUX SARL, dont le siège social est situé : 21 avenue du Fort 92120 Montrouge Immatriculée au registre du commerce et des sociétés sous le numéro

Plus en détail

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Introduction 9 STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Par Sven Milelli INTRODUCTION Structures organisationnelles 11 Il existe une grande variété de structures juridiques possibles pour l exploitation d une entreprise

Plus en détail

Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit

Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit Les modifications suivantes sont apportées au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements

Plus en détail

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions 1 CONSTRUCTIONS INDUSTRIELLES DE LA MEDITERRANEE (CNIM) Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 6 056 220 Euros Siège social : PARIS (75008) 35, rue de Bassano RCS PARIS 662

Plus en détail

Aspects juridiques de la conduite des affaires en Chine Plusieurs pièges à éviter

Aspects juridiques de la conduite des affaires en Chine Plusieurs pièges à éviter Aspects juridiques de la conduite des affaires en Chine Plusieurs pièges à éviter Chambre de commerce du Montréal métropolitain 10 avril 2015 Vivian Desmonts Avocat (Guangzhou, Chine) Quelques rappels

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

GUIDE DU PROGRAMME IMTIAZ

GUIDE DU PROGRAMME IMTIAZ GUIDE DU PROGRAMME IMTIAZ 1 ère Edition 2014 Mars 2014 Tous droits réservés ANPME Page 1 Introduction Cette note de présentation a pour objet de guider toute entreprise candidate au programme Imtiaz en

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Cadre légal O d r o d nna n n a ce n 03 0-11 du 26 août 2 03 (re r mpl p aç a a ç n a t la l loi o n 90 9 / 10 du d 10 / 04 0 /

Cadre légal O d r o d nna n n a ce n 03 0-11 du 26 août 2 03 (re r mpl p aç a a ç n a t la l loi o n 90 9 / 10 du d 10 / 04 0 / LEASING ASPECTS JURIDIQUES ET PRATIQUES Cadre légal Ordonnance n 03-11 du 26 août 2003 (remplaçant la loi n 90 / 10 du 10 / 04 / 1990) relative à la monnaie etau crédit. 68 : «Sont assimilées à des opérations

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE

LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE Une entreprise est une entité économique et sociale qui permet la production et la vente de biens et de services répondant à un besoin par le biais de

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 15-17, rue Paul Claudel 381 GRENOBLE Siret 42 121 958 19 - APE 651 D Note d information émise pour faire

Plus en détail

BOURSE INTERNATIONALE MARIE CURIE «SORTANTE» POUR L EVOLUTION DE CARRIERE

BOURSE INTERNATIONALE MARIE CURIE «SORTANTE» POUR L EVOLUTION DE CARRIERE ANNEXE III DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES BOURSE INTERNATIONALE MARIE CURIE «SORTANTE» POUR L EVOLUTION DE CARRIERE III. 1 Définitions Outre les définitions figurant à l article II.1, les définitions suivantes

Plus en détail

Société Anonyme au capital de 9.108.420 Siège social : Immeuble «Le Clemenceau I» 205 avenue Georges Clemenceau 92024 NANTERRE Cedex

Société Anonyme au capital de 9.108.420 Siège social : Immeuble «Le Clemenceau I» 205 avenue Georges Clemenceau 92024 NANTERRE Cedex Société Anonyme au capital de 9.108.420 Siège social : Immeuble «Le Clemenceau I» 205 avenue Georges Clemenceau 92024 NANTERRE Cedex R.C.S. NANTERRE B 331 408 336 NOTE d INFORMATION ETABLIE SUITE A LA

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

CONDITIONS ET MODALITES DE CONCESSION DES TERRAINS RELEVANT DU DOMAINE PRIVE DE L ETAT DESTINES A LA REALISATION DE PROJETS D INVESTISSEMENT.

CONDITIONS ET MODALITES DE CONCESSION DES TERRAINS RELEVANT DU DOMAINE PRIVE DE L ETAT DESTINES A LA REALISATION DE PROJETS D INVESTISSEMENT. CONDITIONS ET MODALITES DE CONCESSION DES TERRAINS RELEVANT DU DOMAINE PRIVE DE L ETAT DESTINES A LA REALISATION DE PROJETS D INVESTISSEMENT. PREAMBULE La nouvelle ordonnance fixant les conditions et les

Plus en détail

AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES

AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES Emploi et Économie GUIDE D ACCÈS AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES établi conformément aux articles s. 11.13 à 11.17 de la Loi de l impôt sur le revenu (Manitoba)

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

GODFREY - HIGUET AVOCATS

GODFREY - HIGUET AVOCATS GODFREY - HIGUET AVOCATS Clive GODFREY Jean-Pierre HIGUET Avocats à la Cour LA TITRISATION A LUXEMBOURG ET SON APPLICATION EN MATIERE IMMOBILIERE 1. Cadre légal de la titrisation au Luxembourg Avec la

Plus en détail

Conditions d ouverture de crédit lombard

Conditions d ouverture de crédit lombard Conditions d ouverture de crédit lombard Article 1. Objet des présentes conditions 1.1 Les présentes conditions régissent les ouvertures de crédit lombard qui sont octroyées par Keytrade Bank Luxembourg

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES (6 e édition. Juillet 2003) Brochure

Plus en détail

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 CHAPITRE PREMIER - DEFINITION ET COMPOSITION DU DOMAINE FONCIER RURAL Section première

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

Le processus de vente résidentielle

Le processus de vente résidentielle Ce guide a été produit grâce à la généreuse contribution de l Alberta Real Estate Foundation Le processus de vente résidentielle Cette brochure vous aidera à comprendre le processus de vente immobilière

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier FCPI Diadème Innovation Pour concilier innovation et immobilier Diadème Innovation II, défiscalisation, innovation et immobilier Diadème Innovation II, Fonds Commun de Placement dans l Innovation, a pour

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

Ordonnance du DEFR sur les coopératives d habitation du personnel de la Confédération

Ordonnance du DEFR sur les coopératives d habitation du personnel de la Confédération Ordonnance du DEFR sur les coopératives d habitation du personnel de la Confédération 842.18 du 19 mai 2004 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche

Plus en détail