Les autorités sous la pression de la crise financière et de la transmission de données clients d UBS aux Etats-Unis

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les autorités sous la pression de la crise financière et de la transmission de données clients d UBS aux Etats-Unis"

Transcription

1 Les autorités sous la pression de la crise financière et de la transmission de données clients d UBS aux Etats-Unis Rapport des Commissions de gestion des Chambres fédérales du 30 mai

2 Résumé Rappel des faits Au cours du dernier trimestre 2008 et du premier trimestre 2009, la Confédération suisse a été appelée à prendre deux mesures concernant UBS : 1. à la mi-octobre 2008, UBS rencontrait de sérieux problèmes de liquidités à cause de la crise financière et de ses conséquences, à tel point que l existence même de la banque était menacée. Une nouvelle recapitalisation privée d UBS n ayant pu être effectuée, le Conseil fédéral et la Banque nationale suisse (BNS) ont décidé, le 15 octobre 2008, de prendre des mesures concertées afin d écarter ce danger et de prévenir un désastre pour l économie suisse et la stabilité financière du pays. Ce jour-là, le Conseil fédéral a décidé de venir en aide à UBS en souscrivant un emprunt à conversion obligatoire d un montant de 6 milliards de francs. Simultanément, la BNS s est engagée à reprendre à UBS ses actifs «toxiques» pour une valeur maximale de 60 milliards de francs ; 1 2. après plusieurs mois de négociations entre UBS et les autorités américaines, la FINMA s est vue contrainte, le 18 février 2009, de décider la transmission de données de clients par UBS. 2 En dépit des efforts de plusieurs autorités suisses (notamment la Commission fédérale des banques/finma et le Département fédéral des finances), depuis mars 2008 pour endiguer la pression exercée de façon croissante par les autorités américaines dans le cadre des entraides administratives accordées à l organe américain de surveillance de la régularité des opérations boursières (U.S. Securities and Exchange Commission ; ciaprès : SEC) et aux autorités fiscales américaines (Internal Revenue Service ; ci-après : IRS), la transmission des données n a pu être évitée. La première mesure a été d une portée exceptionnelle pour la Suisse, eu égard à l ampleur de l intervention financière de la Confédération en faveur d UBS, soit une entreprise du secteur privé. Quant à la seconde mesure, elle a également eu des conséquences considérables pour notre pays : à la suite de la transmission des données de clients, en février 2009, la Suisse a dû relativiser la distinction qu elle faisait entre fraude et évasion fiscales, reprendre l art. 26 du Modèle de convention de l OCDE pour les conventions contre les doubles impositions et concéder aux États-Unis, à l été 2009, une entraide administrative élargie dans le cadre d une révision de la convention de double imposition passée entre les deux pays (CDI). 3 Inspection réalisée par les CdG C est dans ce contexte que les Commissions de gestion des Chambres fédérales (CdG) ont mené, de mars 2009 à la fin mai 2010, une inspection approfondie en vue 1 Chapitre Chapitre Chapitre

3 de faire la lumière sur l attitude des autorités suisses concernées, sous les angles de l opportunité et l efficacité, durant la période ayant précédé les deux mesures précitées. L appréciation du comportement d UBS et de celui des autorités américaines ne faisant pas partie du domaine de la haute surveillance parlementaire, les CdG n ont pas pu enquêter sur ceux-ci. 4 Lors de 60 auditions, réparties en 30 séances, les CdG ont entendu les membres du Conseil fédéral et les représentants du Département fédéral des finances (DFF), du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), du Département fédéral de justice et police (DFJP), de la Commission fédérale des banques (CFB)/FINMA, du Tribunal administratif fédéral, de la BNS et d UBS 5, ainsi que plusieurs experts indépendants. S agissant de l analyse du comportement des autorités avant et pendant la crise financière, en comparaison internationale, les CdG ont confié une étude ad hoc à des experts indépendants. 6 Elles ont examiné en outre de nombreux documents et demandé à la Délégation des Commissions de gestion de consulter les documents confidentiels de la Chancellerie fédérale concernant les délibérations au sein du Conseil fédéral. 7 Les principaux résultats de l inspection menée par les CdG sont résumés ci-après. La lecture de ce résumé ne saurait toutefois remplacer la lecture du rapport entier. Celui-ci établit en effet l ensemble des faits de manière exhaustive, lesquels permettent de comprendre les conclusions des CdG. Enquête I : Comportement des autorités suisses face à la crise financière 1. Des turbulences financières à une crise économique et financière majeure La crise financière, qui a déclenché les difficultés des grandes banques, comme UBS et Credit Suisse, a trouvé son origine dans les problèmes liés au marché hypothécaire américain à risque, marché nommé «subprime». En 2007, il s agissait essentiellement de turbulences financières ; puis, suite à la faillite de la banque Lehman Brothers le 15 septembre 2008, on a assisté à une chute de l économie mondiale et à l installation d une crise économique et financière d une grande ampleur. 8 Le marché hypothécaire américain subprime a connu des difficultés en 2006 déjà, avec une chute sévère des prix immobiliers. Ne connaissant pas les engagements d UBS sur ce marché, la CFB a interrogé UBS à ce sujet en mars 2007 seulement. A cette date, UBS avait une connaissance non seulement erronée de son exposition, mais espérait même pouvoir bénéficier de la chute de ce marché. Cela s explique par le fait que le système de gestion des risques d UBS n intégrait pas les 4 Chapitres 1.2, et Chapitre Chapitre Chapitre Chapitres 2.1.1, 2.3 et

4 expositions qui se sont avérées les plus problématiques, du fait de leur notation a priori bonne (Triple A), par les agences internationales. 9 L incertitude, concernant l étendue des pertes et amortissements à subir par les grandes banques internationales dans les marchés subprimes, s est alors propagée pour atteindre un niveau où les marchés monétaires interbancaires ont souffert d une grave crise de confiance. Celle-ci se concrétisée le 9 août 2007 par un assèchement presque complet des liquidités sur les marchés interbancaires et a donné le signal d un profond disfonctionnement. A partir de ce moment, la BNS et la CFB se sont activées et ont pris un certain nombre de mesures. En août 2007, la BNS mettait en œuvre, en coordination avec d autres banques centrales, des opérations d injections massives de liquidités afin de garantir le fonctionnement des marchés monétaires et interbancaires. Elle renforçait également le suivi des marchés touchés par les turbulences. Parallèlement, la CFB développait, en collaboration avec la BNS, son suivi des grandes banques. A la fin du mois d août 2007, la CFB décidait provisoirement le relèvement immédiat des exigences de fonds propres pour UBS et Credit Suisse. 10 En janvier 2008, le chef du DFF a été informé par les présidents de la BNS et de la CFB qu UBS faisait face à des difficultés très graves. La situation de la banque était préoccupante et il devenait nécessaire de préparer un scénario de dernier recours, c est-à-dire préparer une éventuelle intervention étatique en faveur de la banque. A ce stade, le Conseil fédéral, n a pas été informé de la gravité de la situation par le chef du DFF. 11 En mars 2008, la CFB a exigé que Marcel Ospel présente sa démission de la présidence du Conseil d administration d UBS, ce qu il a fait lors de l assemblée générale de la banque, le 23 avril Après un été relativement calme, la faillite de la banque Lehman Brothers, le 15 septembre 2008, allait perturber profondément le système financier international et provoquer un fort ralentissement économique. La situation d UBS s est aggravée à un point tel qu une aide de la BNS et de la Confédération s est avérée indispensable pour assurer la stabilité du système financier et de l économie suisse. 13 Le 20 septembre 2008, le président de la BNS et le président de la CFB ont contacté séparément le chef du DFF pour lui indiquer qu ils jugeaient la situation d UBS très grave. 14 Le dimanche 21 septembre 2008, les plus hauts responsables de la BNS, de la CFB et du DFF, en charge de la gestion de crise, ont été informés d une part qu UBS avait besoin rapidement d un appui des autorités et d autre part que le chef du DFF avait été victime d un accident cardio-vasculaire la veille. 15 Il s agissait alors 9 Chapitre Chapitre Chapitre Chapire Chapitre Chapitre Chapitre

5 d assurer la suppléance du chef du DFF par la cheffe du DFJP ainsi que de finaliser les mesures de soutien. Ainsi, en l espace de quelques jours, les difficultés d UBS s étaient aggravées à un point tel que sa survie était menacée et ne dépendait plus que d une aide extérieure que la banque a sollicitée officiellement le 14 octobre A sa séance du 15 octobre 2008, le Conseil fédéral a décidé du train de mesures en faveur de la stabilité du système. Le transfert d actifs illiquides d UBS, pour un montant maximal de 60 milliards de dollars à une société à but spécial financé par la BNS, et le renforcement de la base de fonds propres d UBS, par la souscription d un emprunt à conversion obligatoire à hauteur de 6 milliards de francs par la Confédération, en constituaient les deux principales mesures Une organisation de gestion de crise n impliquant pas le Conseil fédéral Depuis la fin des années 90, la BNS, la CFB et l AFF ont mené des réflexions sur les structures de coordination et de pilotage en cas de crise financière et, plus récemment, sur les options d intervention en cas de défaillance d une grande banque suisse. 17 Par conséquent, lorsque la crise financière s est manifestée et que la question d un soutien étatique à UBS s est posée, les autorités suisses bénéficiaient d une organisation de crise structurée, de réflexions avancées concernant des scénarios de crise d une grande banque et d une certaine expérience de collaboration. Par contre, les scénarios n envisageaient pas une crise du système financier dans son ensemble. En outre, l organisation de crise ne disposait pas de plans opérationnels ; une décision de principe quant à un éventuel engagement financier de la Confédération pour sauver une grande banque n existait pas non plus. Les CdG relèvent que les autorités helvétiques ont perçu ces risques et pris des mesures préparatoires. Les CdG ne doutent pas que les structures mises sur pied ont offert un cadre propice à la collaboration et à la définition du train de mesures en faveur de la stabilité du système financier, quand bien même des plans opérationnels n avaient pas encore été élaborés. Alors que l organisation de crise prévoit le moment lors d une implication probable de la Confédération auquel le DFF prend la direction des affaires, les CdG constatent que l organisation de crise ne prévoit pas de rôle ou de modalités spécifiques en ce qui concerne l implication du Conseil fédéral. Pour les CdG, il est cependant absolument nécessaire que le Conseil fédéral soit impliqué dans une telle structure. Une crise financière et économique peut avoir des conséquences graves sur la société, les citoyens et la sécurité du pays. Les CdG ne comprennent donc pas que le Conseil fédéral n ait pas été intégré dans le dispositif d organisation de crise et que, finalement, son rôle se soit réduit à celui de «dernier décideur» de mesures à l élaboration desquelles il n avait pas participé. Dès lors, il apparaît absolument 16 Chapitre Chapitre

6 nécessaire aux CdG que le rôle et l implication du Conseil fédéral soient définis dans toute organisation de crise (recommandation 1) Une incapacité à détecter la crise, une pratique de surveillance à modifier Bien avant que la crise n ait éclaté, la BNS et la CFB ont fait part de leurs préoccupations au sujet de la croissance du bilan des grandes banques, de la gestion des risques ou encore, de la problématique des fonds propres insuffisants. D autres acteurs, dont le plus notable est la Banque des règlements internationaux, ont été plus précis dans leurs avertissements et ont mis en évidence les dangers liés directement au marché hypothécaire américain. 19 Au vu de ces indices et des événements, les CdG considèrent que les autorités suisses ont échoué dans la détection de la crise, tout comme la plus grande partie des autorités à l échelle mondiale. La question des entreprises trop grandes pour faire faillite (too big to fail) n était pas encore posée véritablement ou pour le moins ne suscitait pas de débat. Cela peut s expliquer en partie par les résultats (bénéficiaires) exceptionnels des deux grandes banques qui ne laissaient à l époque que peu de place au doute concernant leur santé financière ou la qualité de leurs options stratégiques. Les CdG estiment aussi que les autorités se sont trop facilement satisfaites de leurs constats. L incapacité de détecter suffisamment tôt une crise d une telle ampleur soulève en outre de nombreuses questions sur la pertinence des objectifs et des instruments de la surveillance des marchés financiers. La CFB a certes indiqué dans ses rapports de gestion, ainsi que dans le cadre de la coopération internationale, l importance d une gestion des risques efficiente. Elle doit cependant se reprocher de n avoir pas mis en œuvre concrètement ses connaissances dans sa pratique de surveillance, en particulier celle d UBS. Elle a notamment omis de procéder à des clarifications approfondies en la matière, et même de prévoir des exigences concernant les risques juridiques ou de réputation et ceci malgré le fait que la structure de risque d UBS aurait dû susciter de nombreuses questions. 20 En effet, ces constats d échec nécessitent des améliorations importantes aux yeux des CdG car la Suisse est particulièrement sensible et dépendante de la santé des deux plus grands établissements bancaires du pays. La taille exceptionnelle notamment en comparaison avec d autres Etats de son secteur bancaire ainsi que sa concentration tout aussi particulière imposent à la Suisse de ne pas être «moyenne» en matière de détection de crise et de surveillance, mais au contraire, d être en tête, aussi bien dans le domaine de la détection précoce, des réformes sur la scène internationale, que dans la mise en œuvre des meilleures pratiques (best practices) en matière de surveillance bancaire. Dans ce contexte, les principales préoccupations des CdG ayant trait à la capacité de détection des autorités suisses en matière de crise des marchés financiers 18 Chapitre Chapitre Chapitre

7 relèvent i) de la dépendance de la CFB/FINMA aux informations transmises par d autres organes (banques, banque centrale, organes de révision, agences de notation), ii) du manque de suivi apporté à leurs propres critiques ou observations en particulier de la part de la CFB et iii) du manque d esprit critique de la part de l ensemble des autorités impliquées. Les CdG concluent, d une part, qu une clarification et une définition plus précise des objectifs permettront de disposer d exigences claires et réalistes par rapport aux rôles et responsabilités des autorités et, d autre part, qu une analyse de l organisation, des moyens et des instruments doivent en résulter pour permettre aux autorités de faire face au poids des grandes banques et des autres instituts à surveiller, ainsi qu aux enjeux en termes de stabilité financière et économique qu ils soulèvent. Les CdG contestent la conclusion du Conseil fédéral, dans son rapport du 12 mai 2010, selon laquelle il n est plus nécessaire de légiférer en la matière. En effet, les CdG sont convaincues qu il faut réévaluer la pertinence des objectifs fixés aux autorités chargées de la surveillance des marchés financiers ou de la stabilité financière et leur confier les compétences nécessaires à l atteinte des objectifs (recommandation 2). 21 Au vu des expériences et de certaines pratiques, qui se sont avérées efficaces à l étranger, les CdG sont convaincues que la pratique de surveillance suisse doit encore évoluer. La FINMA doit en particulier concrétiser rapidement ses objectifs stratégiques définis en septembre 2009 (recommandation 3). 22 La BNS et la FINMA doivent aussi diversifier davantage leurs sources d information selon les CdG. En effet, un risque existe que les regards plus critiques ne soient pas suffisamment pris en considération, alors qu ils constituent des sources essentielles de réflexions et d indices en matière de détection. Les CdG sont convaincues que la BNS et la FINMA doivent éviter ce cloisonnement (groupthink) et développer les contacts, structures ou canaux d informations adéquats pour combler ce manque. Il s agit, qu à l avenir, la BNS et la FINMA disposent de liens établis et institutionnalisés, avec des experts indépendants (recommandation 4). 23 Selon les CdG, la détection précoce exige, de la part des autorités, une coordination optimale au niveau de l échange d informations. La stabilité du système financier suisse est fortement dépendante de la qualité de la surveillance des banques. Inversement, la surveillance des banques est aussi fortement dépendante de la qualité des analyses sur la stabilité des systèmes financiers suisse et internationaux. Ainsi, une collaboration soutenue, étroite et régulière entre la BNS et la FINMA est une condition indispensable et essentielle pour que la stabilité du système financier soit assurée et que la surveillance des banques soit efficace (recommandation 5) Chapitres 2.3, et Chapitres , et Chapitres et Chapitres 2.3 et

8 Les CdG constatent qu au sein même de la CFB, les échanges d informations entre les personnes s occupant de la surveillance d UBS et celles s occupant de la surveillance du Credit Suisse ont été clairement insuffisants. Elles invitent donc le Conseil fédéral à vérifier l adéquation des processus et la nouvelle organisation de la FINMA (recommandation 6) Une gestion adéquate de la crise par les autorités suisses Les CdG partagent les constats des organisations internationales tels que le FMI ou l OCDE ainsi que des experts, mandatés tant par le Conseil fédéral que par les CdG, selon lesquels les mesures prises par les autorités suisses ont été adéquates, compte tenu des effets positifs qu elles ont engendrés sur la stabilité financière et économique du pays. 26 Pour les CdG, ces mesures ont été prises au moment opportun, elles ont par ailleurs été efficaces, adaptées à la situation et financièrement supportables pour la Confédération. Les CdG relèvent aussi l implication et l excellente réputation des autorités suisses au sein des organes internationaux, avant, pendant et après la crise Une mise en œuvre nécessaire des enseignements Les nombreuses interventions parlementaires à l échelle nationale tout comme les non moins nombreuses discussions à l échelle internationale illustrent la volonté et la nécessité de tirer les enseignements de la crise. 28 Les CdG relèvent que, deux ans après l aggravation de la crise financière qui a mené les autorités suisses à développer des options d intervention en cas de défaillance d UBS (mars 2008), la fenêtre d opportunité pour mener les réformes adéquates se referme. Si les problématiques de la politique salariale et des bonus des grandes banques, de la surveillance des banques, de la stabilité financière ainsi que celles posées par les banques trop grandes pour faire faillite ont été reconnues, il reste à concrétiser les mesures. Ces chantiers ne peuvent souffrir d aucun retard selon les CdG. Dans ce contexte, les CdG sont d avis que le Conseil fédéral doit étudier de manière exhaustive l ensemble des recommandations émises par les experts, qu il a lui-même mandatés (recommandation 7) Des bases d information du Conseil fédéral insuffisantes Entre décembre 2007 et avril 2008, le Conseil fédéral n a pas été informé au sujet des préparatifs élaborés par le DFF, la BNS et la CFB, alors qu il s agissait du moment-clé de l intervention du DFF. En effet, à cette période, UBS connaissait des 25 Chapitres 2.3, et Chapitres 2.5, 2.7 et Chapitre Chapitre Chapitre

9 pertes massives, l organisation de crise s était activée et, suite à l alerte émise par la BNS et la FINMA, le DFF s était impliqué dans l élaboration des options d intervention. 30 Conséquemment, les CdG sont arrivées aux deux conclusions suivantes : le chef du DFF était bien informé de la part de l AFF, de la BNS et de la CFB, mais il n a pas suffisamment informé le Conseil fédéral, en justifiant cela par sa crainte d indiscrétions (impact sur la bourse). C est pourquoi, le chef du DFF a mené la gestion de ce dossier de manière individuelle, sans vouloir impliquer le Conseil fédéral ; les membres du Conseil fédéral se sont satisfaits de cet état de fait et ne se sont pas suffisamment informés. Ils n ont pas assumé leurs responsabilités. 31 Si la logique d une politique de communication très restrictive de la part du chef du DFF peut encore être comprise au vu de la nature très sensible des informations et des conséquences graves que leur publicité provoquerait, les CdG sont particulièrement interpellées par le fait que le Conseil fédéral ne puisse pas travailler dans un climat de confiance et de confidentialité. Les CdG estiment que la stabilité du pays voire même sa sécurité ne peuvent pas être mises en péril par le simple fait que les sept plus hauts dirigeants du pays n aient pas la capacité de conserver une information confidentielle au sein du collège qui les réunit (cf. motion 2 et recommandation 15). 7. Un pilotage du Conseil fédéral déficient Entre janvier 2008 (date à laquelle la BNS et la FINMA ont alerté le chef du DFF de la situation), et septembre 2008, la gestion de crise était entre les mains du chef du DFF. En avril 2008, la cheffe du DFE était consultée au sujet des options d intervention, élaborées par le DFF, la BNS et la CFB, compte tenu des conséquences économiques que pouvait avoir la défaillance d une grande banque. Il apparaît aux CdG que les membres du Conseil fédéral disposant de cette information auraient dû informer le collège dans son entier. 32 Entre avril 2008 et septembre 2008, soit durant cinq mois, le Conseil fédéral ne traite pas de la crise financière. Les CdG considèrent par conséquent qu avant septembre 2008, le Conseil fédéral n a effectué aucun pilotage de la crise financière. 33 Dès le 21 septembre 2008, le Conseil fédéral a été davantage impliqué car la situation d UBS et l absence du chef du DFF l exigeaient. Le président de la 30 Chapitre Chapitre Chapitre Chapitre

10 Confédération a dès ce moment conduit l intervention de la Confédération avec notamment la cheffe du DFJP. Les CdG relèvent que la stratégie suivie par le président de la Confédération à savoir mobiliser la délégation du Conseil fédéral aux affaires économiques afin d assurer une décision positive du Conseil fédéral relative au train de mesures a fonctionné. Toutefois, le but d une délégation est de préparer un sujet en vue de son traitement au Conseil fédéral ; pour les objets de grande importance, comme celui de la crise financière, elle ne peut pas servir à court-circuiter le processus décisionnel du Conseil fédéral, ce qui revient selon les CdG à vider le collège de sa responsabilité collective. De plus, les membres du Conseil fédéral ne faisant pas partie de la délégation ont critiqué la procédure choisie. Les CdG partagent cette critique. En effet, ces trois membres ont dû prendre une décision un jour après avoir pris connaissance de la proposition (portant sur un engagement de la Confédération de 6 milliards de francs impliquant de facto l engagement de 60 milliards de dollars de la BNS) (cf. motion 3 et recommandation 16). Au vu de ce qui précède les CdG constatent que : le Conseil fédéral n a pas piloté la gestion de la crise financière ; le Conseil fédéral n est intervenu que lorsqu il devait prendre des décisions concernant le train de mesures, soit les 2 et 15 octobre 2008 ; le Conseil fédéral n a pas mené de réflexions pour dégager des solutions en cas d aggravation de la crise ; le pilotage du Conseil fédéral est défaillant et ce malgré les recommandations répétées en la matière par les CdG lors de précédentes inspections ; le Conseil fédéral ne semble pas disposer des moyens essentiels à un travail d équipe lorsqu une situation de crise l exige. C est pourquoi de l avis des CdG, le Conseil fédéral doit, d une part, s attacher à résoudre les problèmes de pilotage soulevés dans d autres inspections des CdG (recommandation 8) et, d autre part, disposer à son propre niveau d un système de veille et d alerte concernant les crises (recommandation 9). 10

11 Enquête II : Comportement des autorités en relation avec la transmission des données de clients d UBS aux États-Unis 1. Genèse de l affaire En décembre 2007, la CFB a appris l existence d une procédure d enquête conduite par la SEC, l organe américain de surveillance de la régularité des opérations boursières, contre UBS au sujet de ses obligations liées à l octroi des licences aux États-Unis. Après quoi, en mars 2008, la SEC a déposé une demande d entraide administrative auprès de la CFB, dans laquelle il n était toutefois pas question de transmission de données de clients. Selon UBS, la CFB avait déjà été informée brièvement en décembre 2007 et en janvier 2008 des investigations du DOJ, mais ce n était seulement qu en fin février 2008 qu il était devenu apparent que le DOJ cherchait à obtenir des données clients d UBS. Cette dernière venait en fait d apprendre elle-même l existence de cette requête du DOJ dans le cadre d une enquête de l IRS, les autorités fiscales américaines, dirigée contre elle. Il est apparu par la suite que ces trois procédures américaines contre UBS avaient été lancées à l automne 2007 et qu elles portaient sur ses activités transfrontalières avec des clients privés aux États-Unis. 34 L enquête du DOJ devait clarifier le rôle joué par UBS et ses dirigeants dans les activités transfrontalières de la banque avec des clients privés aux États-Unis pour des cas de fraudes et d évasions fiscales. Le DOJ voulait déterminer notamment si UBS avait sciemment contrevenu à ses obligations contractuelles envers l IRS et contribué à contourner les lois fiscales américaines en mettant en place des structures offshore pour des clients assujettis à l impôt aux États-Unis. Comme beaucoup d autres banques dans le monde, UBS est en effet soumise à différentes obligations envers l IRS en vertu d un Qualified Intermediary Agreement (QIA) ; citons par exemple l obligation d annonce et de retenue d impôts. 35 Le principe de base du QIA veut que les instituts financiers, tels qu UBS, soient tenus de connaître l identité de leurs clients qui perçoivent des rendements de capitaux américains, de classer ces mêmes clients, selon les instructions de l IRS et sur la base de la CDI, en fonction de leur domicile et de leur statut et de remplir, le cas échéant, des obligations d informations et de retenues d impôts à la source pour le compte de l IRS. Par ce dispositif, les États-Unis voulaient désormais empêcher que les personnes assujetties à l impôt sur leur territoire perpétuent, en s appuyant sur les conventions de double imposition, des pratiques, qu ils considèrent comme abusives et qui engendrent pour eux des pertes fiscales considérables. 36 Il apparaîtra plus tard que certains employés d UBS avaient aidé des clients américains, dans environ 300 cas, à mettre en place des structures offshore et qu ils avaient accepté parfois de fausses déclarations sur des formulaires américains afin 34 Chapitre Chapitre Chapitre

12 que d importants clients ne soient pas considérés comme des contribuables assujettis au fisc américain Évolution du dossier et rôle des autorités suisses Début mars 2008, lorsque la CFB a appris par UBS que les autorités américaines allaient tenter d obtenir, à travers au moins l un des volets de leurs investigations, des données de clients d UBS, elle a immédiatement compris la portée de cette démarche, dont les conséquences iraient bien au-delà de la mission de surveillance qui lui incombe. Sans perdre un instant, elle a consulté des représentants des services de l administration fédérale qui étaient susceptibles d être concernés et les a informés, conjointement avec UBS, de la situation. 38 Par la suite, le chef du DFF a institué un groupe de travail, composé de représentants de l Administration fédérale des finances (AFF), de la division politique V (DP V) du DFAE, de l Office fédéral de la justice (OFJ) du DFJP, de l Administration fédérale des contributions (AFC) du DFF et, dans une phase initiale, du Ministère public de la Confédération. Ce groupe de travail était dirigé par celui qui était à l époque le chef de la Division des questions financières internationales et de la politique monétaire de l AFF, Alexander Karrer, d où le nom «groupe de travail Karrer». 39 A partir de ce moment-là, l ambassade de Suisse aux États-Unis a également été incluse dans les travaux de ce groupe. Dans un premier temps, le groupe de travail Karrer n a pas jugé imminente la nécessité d agir. 40 Son point de vue a changé à la fin avril 2008, quand les autorités américaines ont procédé à l arrestation de Martin Liechti, alors responsable des activités d UBS pour l Amérique du Nord. Retenu ensuite pour une longue période comme témoin, celui-ci a été interrogé par les autorités américaines, qui cherchaient à lui soutirer notamment des données de clients. 41 Dès ce moment-là, il était clair pour le groupe de travail Karrer qu il devait agir afin que la requête des États-Unis concernant des données de clients soit traitée dans le respect des principes de l État de droit. Après avoir examiné aussi bien la voie de l entraide judiciaire que celle de l entraide administrative, le groupe de travail Karrer a décidé d opter pour cette dernière, car il était alors déjà évident que les autorités américaines insisteraient pour obtenir le plus vite possible des données de clients et que la procédure d entraide administrative en matière fiscale pourrait aboutir plus rapidement. Le groupe de travail Karrer était également favorable à la procédure d entraide administrative parce que les autorités américaines ne connaissaient pas les noms des fraudeurs présumés du fisc et ne pouvaient donc adresser aux autorités suisses qu une demande basée sur un «modèle» (autrement dit sur des clients répondant à certains critères). Or, le groupe de travail Karrer a estimé qu il était 37 Chapitre Chapitre Chapitre Chapitre Chapitre

10.054. Les autorités sous la pression de la crise financière et de la transmission de données clients d UBS aux Etats-Unis

10.054. Les autorités sous la pression de la crise financière et de la transmission de données clients d UBS aux Etats-Unis 10.054 Les autorités sous la pression de la crise financière et de la transmission de données clients d UBS aux Etats-Unis Rapport des Commissions de gestion des Chambres fédérales du 30 mai 2010 2010-1414

Plus en détail

Conférence de presse annuelle du 23 mars 2010. Urs Zulauf Directeur adjoint Responsable de la division Services stratégiques et centraux

Conférence de presse annuelle du 23 mars 2010. Urs Zulauf Directeur adjoint Responsable de la division Services stratégiques et centraux Conférence de presse annuelle du 23 mars 2010 Urs Zulauf Directeur adjoint Responsable de la division Services stratégiques et centraux Les risques juridiques dans le cadre des relations d affaires transfrontières

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

0.672.933.612. Accord

0.672.933.612. Accord Traduction 1 0.672.933.612 Accord entre la Confédération suisse et les Etats-Unis d Amérique concernant la demande de renseignements de l Internal Revenue Service des Etats-Unis d Amérique relative à la

Plus en détail

03.460. Initiative parlementaire

03.460. Initiative parlementaire 03.460 Initiative parlementaire Procédures de la délégation des Commissions de gestion et enquêtes disciplinaires ou administratives de la Confédération menées parallèlement et sur un même objet Rapport

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA CHINA BANKING REGULATORY COMMISSION

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA CHINA BANKING REGULATORY COMMISSION ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA CHINA BANKING REGULATORY COMMISSION CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que

Plus en détail

0.672.933.612. Accord

0.672.933.612. Accord Traduction 1 0.672.933.612 Accord entre la Confédération suisse et les Etats-Unis d Amérique concernant la demande de renseignements de l Internal Revenue Service des Etats-Unis d Amérique relative à la

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

RÈGLEMENT. Le Comité central édicte le règlement suivant conformément aux art. 57 et 39, ch. 4 lettre i des Statuts de l ASI du 25 novembre 2010.

RÈGLEMENT. Le Comité central édicte le règlement suivant conformément aux art. 57 et 39, ch. 4 lettre i des Statuts de l ASI du 25 novembre 2010. RÈGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE Toutes les désignations de personnes utilisées dans ce règlement sont applicables par analogie aussi bien aux personnes de sexe masculin que féminin. Le

Plus en détail

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE En vigueur en date du 1er avril 2014 1. Objet Le comité des ressources

Plus en détail

Rapport de la Délégation des Commissions de gestion des Chambres fédérales du 10 novembre 2003 Avis du Conseil fédéral

Rapport de la Délégation des Commissions de gestion des Chambres fédérales du 10 novembre 2003 Avis du Conseil fédéral Système d interception des communications par satellite du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (projet «Onyx») Rapport de la Délégation des Commissions de

Plus en détail

Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit. Sommaire

Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit. Sommaire Projet de mise en consultation du 9 septembre 2003 Circ.-CFB 0 / Annexe 1: Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit Les sociétés d audit

Plus en détail

REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE

REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE Toutes les désignations de personnes utilisées dans ce règlement sont applicables par analogie aussi bien aux personnes de sexe masculin que féminin. Le

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE AUTORITÉ La responsabilité principale de la communication de l information financière et des contrôles et procédures

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D3.A.12 DUS Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la convention de double imposition avec la République

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

Les autorités sous la pression de la crise financière et de la transmission de données clients d UBS aux Etats-Unis

Les autorités sous la pression de la crise financière et de la transmission de données clients d UBS aux Etats-Unis 26 novembre 2010 Les autorités sous la pression de la crise financière et de la transmission de données clients d UBS aux Etats-Unis Rapport des Commissions de gestion du Conseil National et du Conseil

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

Reporting sur les risques à l attention du Conseil fédéral

Reporting sur les risques à l attention du Conseil fédéral Reporting sur les risques à l attention du Conseil fédéral Rapport des Commissions de gestion du Conseil national et du Conseil des Etats du 28 mai 2010 2010-1363 5157 Rapport 1 Situation initiale L ampleur

Plus en détail

Circulaire Projet de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes du xxx Sommaire Objet... 2 Champ d application...

Circulaire Projet de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes du xxx Sommaire Objet... 2 Champ d application... Circulaire de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes Projet du xxx Sommaire 1 Objet... 2 2 Champ d application... 2 3 Conseil d administration... 2 3.1 Indépendance des membres

Plus en détail

Règlement de fonctionnement et d organisation de la Cour des comptes du canton de Vaud

Règlement de fonctionnement et d organisation de la Cour des comptes du canton de Vaud Règlement de fonctionnement et d organisation de la Cour des comptes du canton de Vaud Projet soumis à la consultation du Conseil d Etat 30 avril 2008 I. CHAMP D APPLICATION... 2 Art. 1. Objet... 2 II.

Plus en détail

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l interpellation Amélie Cherbuin Comment soutenir nos ressortissants américains?

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l interpellation Amélie Cherbuin Comment soutenir nos ressortissants américains? AOÛT 2014 13_INT_190 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l interpellation Amélie Cherbuin Comment soutenir nos ressortissants américains? Rappel de l'interpellation Suite aux accords Foreign Account Tax Compliance

Plus en détail

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery - 1 - Réunion du mardi 24 mai 2011 Justice et affaires intérieures Contrôle parlementaire d Europol Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery M. Denis Badré, vice-président

Plus en détail

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction (dans la version du 24 décembre 2012) La commission de l'organisme d'autorégulation de l'association Suisse des Sociétés de Leasing (OAR /

Plus en détail

La nouvelle directive sur les comités d entreprise européens ( refonte )

La nouvelle directive sur les comités d entreprise européens ( refonte ) À l offensive pour des comités d entreprise européens plus nombreux et plus puissants La nouvelle directive sur les comités d entreprise européens ( refonte ) Pourquoi une nouvelle directive sur les comités

Plus en détail

Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007)

Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007) Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007) La Commission fédérale des banques (CFB) est chargée de veiller au respect des lois régissant les marchés financiers et prend

Plus en détail

PDC suisse. Etablir la stabilité, protéger les épargnants et endiguer la chasse aux bonus

PDC suisse. Etablir la stabilité, protéger les épargnants et endiguer la chasse aux bonus PDC suisse Etablir la stabilité, protéger les épargnants et endiguer la chasse aux bonus Document de position de la Présidence du PDC suisse du 23 octobre 2008 1 Introduction La Présidence du PDC suisse

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 29 mai 2013 CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil d administration à s acquitter des responsabilités

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014 Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance Adoptées le 11 décembre 2014 Le conseil d administration (le «conseil») de Restaurant Brands International

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : M. Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC PLAISE AU TRIBUNAL 1. Après avoir été placé en garde à vue,

Plus en détail

Placements financiers et opérations financières à titre privé des collaborateurs de la BNS

Placements financiers et opérations financières à titre privé des collaborateurs de la BNS Compliance financières à titre privé des I. Dispositions générales 01. But et objet La présente directive définit les restrictions relatives aux placements financiers et aux opérations collaborateurs de

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

Le droit de la concurrence au service des entreprises

Le droit de la concurrence au service des entreprises Le droit de la concurrence au service des entreprises édité par : Le Conseil de la concurrence www.concurrence.lu 2013 index 1 2 3 Le droit de la concurrence au Luxembourg L autorité de concurrence luxembourgeoise

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière Les crises bancaires Les risques de l activité bancaire L activité principale des banques s accompagne inévitablement de risques: si un débiteur ne rembourse pas son crédit, la banque doit pouvoir absorber

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 01/2014

Directives de la CHS PP D 01/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 01/2014 français Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle Edition

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Contenu Contexte................................................................ 101 Examen du contrat........................................................

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de vérification (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public.

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public. Règlement intérieur du Conseil d administration (tel que modifié le 25 août 2014) Les membres du Conseil d administration de Accor (ci-après la «Société») ont souhaité adhérer aux règles de fonctionnement

Plus en détail

Urgence : démantèlement de l Etat de droit

Urgence : démantèlement de l Etat de droit DJS JDS GDS Demokratische Juristinnen und Juristen der Schweiz Schwanengasse 9 Juristes Démocrates de Suisse 3011 Bern Giuristi e Giuriste Democratici Svizzeri Tel 031 312 83 34 Giuristas e Giurists Democratics

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT Le Comité de vérification (le «Comité») du Conseil d'administration (le «Conseil») de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (la «Société») a pour mandat

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers

Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers 3 juillet 2013 Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers Einsteinstrasse 2, 3003 Berne Tél. +41 (0)31 327 91 00, fax +41 (0)31 327 91 01 www.finma.ch /A18124 Table des matières

Plus en détail

Rapport annuel 2013 des Commissions de gestion et de la Délégation des Commissions de gestion des Chambres fédérales

Rapport annuel 2013 des Commissions de gestion et de la Délégation des Commissions de gestion des Chambres fédérales 14.004 Rapport annuel 2013 des Commissions de gestion et de la Délégation des Commissions de gestion des Chambres fédérales du 31 janvier 2014 Messieurs les Présidents, Mesdames et Messieurs, Conformément

Plus en détail

Initiative parlementaire Présence des conseillers fédéraux lors de l examen du rapport de gestion au Conseil national

Initiative parlementaire Présence des conseillers fédéraux lors de l examen du rapport de gestion au Conseil national 07.463 Initiative parlementaire Présence des conseillers fédéraux lors de l examen du rapport de gestion au Conseil national Rapport de la Commission de gestion du Conseil national du 19 octobre 2007 Madame

Plus en détail

Traduire dans l aide sociale

Traduire dans l aide sociale Traduire dans l aide sociale Droits des personnes de langue étrangère et obligations de l état Résumé Jörg Künzli, docteur en droit et professeur, LL.M., avocat, Berne Alberto Achermann, docteur en droit,

Plus en détail

Bureau du vérificateur général. Vérification du processus de planification des activités du Bureau des objets perdus d OC Transpo.

Bureau du vérificateur général. Vérification du processus de planification des activités du Bureau des objets perdus d OC Transpo. Bureau du vérificateur général Vérification du processus de planification des activités du Bureau des objets perdus d OC Transpo Résumé Déposé devant le Comité de la vérification - le 12 mars 2015 Cette

Plus en détail

CHARTE DE PARTICIPATION AU PROCESSUS DE DROIT FAMILIAL COLLABORATIF

CHARTE DE PARTICIPATION AU PROCESSUS DE DROIT FAMILIAL COLLABORATIF Charte droit familial collaboratif approuvée en date du 24.06.2008 par le conseil de l Ordre français des avocats du Barreau de Bruxelles CHARTE DE PARTICIPATION AU PROCESSUS DE DROIT FAMILIAL COLLABORATIF

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC.

CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC. CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC. Adoptée le 11 décembre 2014 La présente charte détaille le but, la composition,

Plus en détail

Rapport final de la commission de contrôle et de garantie des droits du Parlement lors de l envoi de la Bundeswehr dans des missions à l étranger

Rapport final de la commission de contrôle et de garantie des droits du Parlement lors de l envoi de la Bundeswehr dans des missions à l étranger 1 Rapport final de la commission de contrôle et de garantie des droits du Parlement lors de l envoi de la Bundeswehr dans des missions à l étranger Résumé des propositions et recommandations de la commission

Plus en détail

DECLARATION COMMUNE D INTENTION ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA COMMISSION FEDERALE DES BANQUES

DECLARATION COMMUNE D INTENTION ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA COMMISSION FEDERALE DES BANQUES DECLARATION COMMUNE D INTENTION ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA COMMISSION FEDERALE DES BANQUES CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL

Plus en détail

COMMISSION DES INSTITUTIONS

COMMISSION DES INSTITUTIONS COMMISSION DES INSTITUTIONS MANDAT : ÉTUDE DU RAPPORT «PROPOSITIONS DE MODIFICATIONS À LA LOI SUR LA TRANSPARENCE ET L ÉTHIQUE EN MATIÈRE DE LOBBYISME ALLOCUTION DU COMMISSAIRE AU LOBBYISME DU QUÉBEC 17

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE Banque du Canada MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA 1. Par les présentes, le ministre des Finances donne avis que

Plus en détail

2. Eligibilité, exclusion et incompatibilités

2. Eligibilité, exclusion et incompatibilités Règlement de la Direction générale Règlement régissant les rapports de travail des membres de la Direction générale de la Banque nationale suisse et de leurs suppléants (Règlement de la direction générale,

Plus en détail

Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses

Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Version 2012 Convention des banques et négociants en valeurs mobilières

Plus en détail

Aide aux victimes en cas d infraction commise

Aide aux victimes en cas d infraction commise Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral de la justice OFJ Domaine de direction Droit public Unité Projets et méthode législatifs 1 er janvier 2015 Aide aux victimes en cas d infraction

Plus en détail

Le Conseil fédéral. 10 octobre 2012

Le Conseil fédéral. 10 octobre 2012 Le Conseil fédéral 10 octobre 2012 Rapport du Conseil fédéral «Les autorités sous la pression de la crise financière et de la transmission de données clients d UBS aux Etats-Unis», en réponse au postulat

Plus en détail

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 Organisée conjointement par l'union interparlementaire et le Parlement européen Point 2b) de l'ordre du jour provisoire LE VOLET DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Commentaires du CCBE sur le document de travail de la Commission

Commentaires du CCBE sur le document de travail de la Commission Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Commentaires du CCBE sur le document de travail de la Commission «L application à la profession d avocat de la directive 91/308/CEE relative

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Règlement concernant la compliance du 23 août 2012 1. Chapitre 1 Principe, but et champ d application 2

Règlement concernant la compliance du 23 août 2012 1. Chapitre 1 Principe, but et champ d application 2 Règlement concernant la compliance du août 0 (Etat au 0 avril 0) Table des matières Règlement concernant la compliance du août 0 Chapitre Principe, but et champ d application Art. Principe et but Art.

Plus en détail

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE DIRECTIVES SUR L APPRÉCIATION DE L ÉQUIVALENCE DE MESURES SANITAIRES ASSOCIÉES À DES SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES DENRÉES ALIMENTAIRES 1 SECTION 1 PRÉAMBULE CAC/GL 53-2003 1. Il n est

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Les 7 enjeux de la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance ----

Les 7 enjeux de la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance ---- Les 7 enjeux de la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance ---- La réforme de la Protection de l Enfance a été précédée de nombreux rapports (10 entre novembre 2004 et janvier 2006 parmi

Plus en détail

1. Contexte et finalité. 2. Soumission d une demande. SOP, July 2012 1

1. Contexte et finalité. 2. Soumission d une demande. SOP, July 2012 1 Procédures officielles normalisées pour la reconnaissance officielle du statut sanitaire et la validation des programmes officiels de contrôle de la fièvre aphteuse des pays membres 1. Contexte et finalité

Plus en détail

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF Position AMF n 2009-14 Information financière diffusée par les sociétés en difficulté Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF L Autorité des marchés financiers,

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Conditions générales de la banque

Conditions générales de la banque Conditions générales de la banque Les conditions générales de la banque règlent la relation entre le/les client/s ci-après nommé/s «client» et la VZ Banque de Dépôt SA (ci-après nommée «banque»). 1. Trafic

Plus en détail

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 Document historique Page 1 de 6 ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 La Cour suprême du Canada a récemment examiné les questions relatives à l équité procédurale dans l arrêt Baker c. Canada,

Plus en détail

CONSEIL D ÉTAT =============== N 51.062 Projet de loi

CONSEIL D ÉTAT =============== N 51.062 Projet de loi CONSEIL D ÉTAT =============== N 51.062 Projet de loi portant approbation 1. de l Accord entre le Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg et le Gouvernement des États-Unis d Amérique en vue d'améliorer

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

Informations financières sur le fonds de stabilisation

Informations financières sur le fonds de stabilisation Informations financières sur le fonds de stabilisation SNB StabFund Société en commandite de placements collectifs (fonds de stabilisation) constitue, avec ses filiales, un placement collectif fermé au

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

BUREAU D'ACCREDITATION : REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR

BUREAU D'ACCREDITATION : REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR BELAC 3-09 Rev 4-2015 BUREAU D'ACCREDITATION : REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site internet de BELAC (www.belac.fgov.be)

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC.

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. GÉNÉRALITÉS 1. OBJET ET RESPONSABILITÉ DU CONSEIL En approuvant le présent

Plus en détail

Mesures visant l impôt sur le revenu des sociétés

Mesures visant l impôt sur le revenu des sociétés Mesures visant l impôt sur le revenu des sociétés Taux d imposition des petites entreprises À l heure actuelle, la déduction accordée aux petites entreprises a pour effet d abaisser à 11 % le taux de l

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

STATUTS SVIT/CSE. Rue Centrale 10 1003 Lausanne Tél. 021 517 67 70 Fax 021 517 67 91 E-mail: info@svit-cse.ch www.svit-cse.ch

STATUTS SVIT/CSE. Rue Centrale 10 1003 Lausanne Tél. 021 517 67 70 Fax 021 517 67 91 E-mail: info@svit-cse.ch www.svit-cse.ch STATUTS SVIT/CSE Chambre suisse des experts (CSE) Association suisse de l économie immobilière SVIT Rue Centrale 10 1003 Lausanne Tél. 021 517 67 70 Fax 021 517 67 91 E-mail: info@svit-cse.ch www.svit-cse.ch

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission des pétitions COMMUNICATION AUX MEMBRES

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission des pétitions COMMUNICATION AUX MEMBRES PARLEMENT EUROPÉEN 2004 Commission des pétitions 2009 26.09.2008 COMMUNICATION AUX MEMBRES Pétition 626/2000, présentée par M. Klaus Schuler, de nationalité allemande, sur un cas de double imposition d

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, DELIBERATION N 2015-05 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises Les instruments préprocéduraux Médiateur d entreprise Mandataire de justice Administrateur provisoire La réorganisation judiciaire 30

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, le 8 octobre 2009 Public Greco RC-II (2007) 12F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail