ESTIMATION DES TITRES VIRAUX : UNE PROGRAMMATION PRATIQUE ET FIABLE SUR CALCULATRICE DE POCHE, ET ACCESSIBLE PAR l INTERNET

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ESTIMATION DES TITRES VIRAUX : UNE PROGRAMMATION PRATIQUE ET FIABLE SUR CALCULATRICE DE POCHE, ET ACCESSIBLE PAR l INTERNET"

Transcription

1 ESTIMATIO DES TITRES VIRAUX : UE PROGRAMMATIO PRATIQUE ET FIABLE SUR CALCULATRICE DE POCHE, ET ACCESSIBLE PAR l ITERET Jocelyne Husson van Vlet et Ph. Roussel Insttut de la Santé Publque, Brussels, Belgum, IMEC, SPDT Dvson, Heverlee, Belgum, RÉSUMÉ Les auteurs proposent une méthode basée sur la procédure tératve de ewton-raphson pour estmer la concentraton des suspensons vrales à partr des résultats des essas par eet cytopathque «tout-ou-ren» lés à la courbe dose-réponse. La procédure de calcul ournt l estmaton du maxmum de vrasemblance avec ses lmtes de conance à 95% et détermne la valeur de χ pour tester la qualté de l ajustement. Un programme est présenté (calculatrces HP des séres 4 et 48). Il convent pour les condtons expérmentales les plus varées et est également à présent accessble lbrement sur le ste Internet créé. Estmaton des concentratons vrales; ttre vral cytopathque tout-ou-ren; Maxmum de vrasemblance; lo de Posson, essa de dénombrement par la méthode des dlutons, estmaton du nombre le plus probable ABSTRACT A method or estmaton o vral suspenson concentratons rom the dose-response data yelded by cytopathc eect assays s presented. The maxmum lkelhood equaton vald or such data s solved usng a robust mplementaton o the ewton- Raphson teratve procedure. The method also provdes 95% Revue MODULAD, uméro 34

2 condence bounds on the concentraton and the χ statstc or testng the goodness o t. Programs or the HP4 and HP48 seres handheld scentc calculators sutable to most expermental stuatons are proposed. The sotware s now also reely downloadable rom an Internet webpage. ITRODUCTIO Dans le contexte de la producton de vaccns vraux et de leur contrôle, l est essentel d estmer de manère able le pouvor necteux (et, partant, mmunsant) des suspensons vrales. On peut obtenr une estmaton du ttre necteux d une suspenson de vrons sot par la méthode énumératve (dénombrement des lésons produtes dans des cultures cellulares), sot en utlsant des ttrages dts tout-ou-ren (présence ou absence d eet cytopathque), lés à la courbe de réponse dose-eet. Grâce au développement ntens des mcrométhodes pour la culture cellulare, les essas tout-ou-ren l emportent aujourd hu largement en ttrage de routne (rapdté lée à la mnatursaton et l automatsaton mportantes des équpements, gan en matérel) : dluton en séres d échantllons de la suspenson, noculaton de mcrocultures, relevé du nombre de mcrocultures nectées pour chaque dluton. Ce relevé peut se are par examen sous le mcroscope, ce qu, pour de grandes cadences d essas est long, astdeux et partculèrement éprouvant pour l opérateur du at de l utlsaton réquente d équpements optques tradtonnels encore beaucoup trop rarement adaptés aux exgences ergonomques [Elas, 984, Lee et al, 988, Sllanpaa et al, 003]. Il est également possble de xer et colorer les mcrocultures avant la lecture. La technque de xaton classque utlse une soluton de ormaldéhyde, mas le classement récent de ce composé chmque comme cancérogène pour l homme (groupe ) [IERIS, 004, A.R.Co.P., 004] mpose en vertu des légslatons en matère de sécurté au traval [Réglementaton du ben-être au traval, 004] d applquer au maxmum des technques de xaton al- Revue MODULAD, uméro 34

3 ternatves : la technque de xaton par mcro-ondes a été décrte précédemment [Husson van Vlet, 99 ; 005]. Quel que sot le type d essa chos, la détermnaton d une estmaton able du ttre nal lé à la concentraton vrale nécesste une procédure de calcul adaptée. Ben que de nombreuses méthodes aent été proposées, l est acqus de longue date que les courbes dose-réponse lée à ce type de ttrage se ondent sur la lo de probablté de Posson, et que par conséquent seules les méthodes de calcul basées sur cette hypothèse ournssent des estmatons exactes non entachées de bas [Lauer et al, 945 ; Meynell, 957 ; Ma et al, 963 ; Stellmann et al, 97 ; Husson van Vlet, 986]. Touteos, les procédures publées mplquent d abord la transormaton des données brutes an de lnéarser la relaton dose-eet ce qu ne va pas sans l utlsaton de tables statstques pour approcher la soluton la plus exacte. Il s ensut que la plupart des vrologues accordent dès lors la préérence à des méthodes mons ables, mas d utlsaton élémentare et rapde, au méprs de l exacttude des estmatons. La grande majorté d entre eux néglgent en plus de prendre en compte que l mprécson technque des volumes utlsés dans la procédure de dluton se répercute sur le ttre sous orme d une erreur statstque qu est ben dstncte de celle lée à la dstrbuton aléatore des partcules. Une mprécson technque même able entraîne orcément, de dluton en dluton, une erreur nale non néglgeable [Lorentz, 96 et 96 ; Chase et al., 975 ; Husson van Vlet et al, 988 ; Husson van Vlet et al, 005]. Pourtant, les développements crossants dans les systèmes de programmaton sur les calculatrces dtes «de poche» et la possblté à présent généralsée d accès à l Internet va les ordnateurs personnels ont rendu à l heure actuelle le scentque de laboratore, même novce en la matère, à même de réalser les tratements les plus élaborés et les meux adaptés à ses résultats expérmentaux. Revue MODULAD, uméro 34

4 ous présentons c une soluton exacte pour calculer la concentraton d une suspenson vrale au départ des résultats obtenus par un essa de ttrage par eet cytopathque lé à la courbe de réponse quantale dose-eet. La méthode ournt l estmaton du maxmum de vrasemblance de la concentraton vrale (MLE) ans qu une estmaton de ses lmtes de conance à 95%, et elle détermne la valeur de χ et le nveau de sgncaton correspondant pour tester la qualté de l ajustement. On propose également un programme ntalement prévu pour la HP4C mas à présent adapté pour toutes les calculatrces de la sére HP48. ous avons rendu nos logcels concernant la vrologe accessbles lbrement sur le réseau Internet, après nstallaton et lancement d un «émulateur» HP48G (nstallaton vrtuelle de la calculatrce avec son tableau de bord : Cec permet d exécuter toutes les procédures de calcul que nous avons développées sur calculatrce, mas à l écran du PC, et 0 os plus vte que sur la machne réelle [Husson van Vlet and Roussel, 985, 988 ; Roussel and Husson van Vlet, 988, 99, 99, 005]. FODEMET THÉORIQUE DE LA MÉTHODE DE CALCUL Dans le modèle de la courbe de réponse quantale, conormément à la théore de la partcule unque, on admet que les probabltés de posts (p ) et de négats (q ) à la dluton de nveau c sont donnés par les équatons : cm cm p e q e où m est la concentraton ntale nconnue (dstrbuton type Posson pour de petts nombres) [Dagnele, 973]. La probablté P de la réquence de posts est donc donnée par : n P C p q ( ) ( ) n où n est le nombre total de sujets (dans notre cas, mcrocupules) utlsés au nveau de dluton c. En utlsant s n, cette dernère probablté devent, pour nveaux de dluton : Revue MODULAD, uméro 34

5 ( ) s n q p C & & P L (s l on admet l ndépendance stochastque des ). La probablté condtonnelle de m est alors donnée par : ( ) ( ) ( ) s m c m c 0 s n s n e e dm q p C q p C & & P m L En nous conormant à la méthode du maxmum de vrasemblance [Mather, 965], nous maxmalsons cette oncton en termes de m, ou de manère équvalente, son logarthme naturel : ( ) ( ) 0 e e ln m s m c m c On obtent alors l équaton : ( ) 0 e c n c F m m c () Dérents auteurs ont proposé une soluton approchée de l équaton () par le recours à des tables convenant aux méthodes de régresson pondérées [Fsher et al., 957 ; Wyshak et al., 97]. ous avons prééré approcher la soluton exacte c'est-à-dre la valeur la plus probable de m en utlsant la méthode de ewton-raphson [Steel, 967]. Cette procédure tératve très répandue (connue également sous l appellaton de «méthode de la tangente») utlse une convergence quadratque pour approcher une racne de l équaton en recourant à l algorthme récurs suvant : ( ) 0 x F ( ) ( ) j j j j x F F x x x + Revue MODULAD, uméro 34

6 Pour la soluton de l équaton (), F ( m) devent : F ( m) c e c m c m ( e ) Comme crtère de convergence, les estmatons successves de m sont comparées pour un nombre donné de dgts sgncats. Les calculatrces de la sére HP48 orent un logcel spécque sous le menu SOLVE pour résoudre des équatons comme () en tant que tel à l ade d un algorthme avancé : Pour démarrer le processus térat, nous ne donnons la préérence à aucune des réquences observée comme d autres l ont at : ln( n ) m0 c où n est la proporton la plus proche de 0,8. De telles valeurs de départ sont souvent trop dstantes de la racne de l équaton () pour assurer que la convergence reste stable lorsqu on utlse la méthode de ewton-raphson. Pour obtenr une premère valeur approchée de m auss proche que possble de la racne, on applque une régresson lnéare pondérée par mondres carrés en utlsant les pods W de sorte que la valeur de départ est vrament très proche de la soluton de l équaton (). Il est connu que les relatons dose-réponse vrales sont lnéares dans le système d untés [ ln( c ) ln( ln( s n ))], de sorte que dans ce cas, cette méthode a prouvé être tout à at propre à ournr des valeurs de m ables [Husson van Vlet, 986]. C est en at une méthode accélérée pour obtenr une valeur de m la Revue MODULAD, uméro 34

7 plus exacte possble, surtout s les dstrbutons des résultats des ttrages sont susamment homogènes. S on utlse une calculatrce d une sére orant un set de programmes statstques (comme celles des séres HP 48 par exemple), les résultats sont partculèrement smples à ntrodure. En premer l aut exprmer les données d entrée dans le bon système d untés : [ x ln( c ) y ln( ln( s n ))]. otons que les proportons zéro et un ournssent des résultats en dehors du domane d applcaton. Ce genre de données dot être écarté lorsque l on détermne m 0 par cette méthode. La valeur de m 0 ourne par les mondres carrés est donc détermnée au départ des moyennes pondérées des valeurs y et des x : ln ( m ) 0 W y W W x, où les pods calculés W pour chaque nveau de dluton sont donnés par [Lellouch et al., 968] : W q p ln s ( q ) n ln n s n Cependant, les relatons dose-réponse obtenues expérmentalement peuvent présenter exceptonnellement des anomales telles que des répéttons ou même des nversons dans les proportons n (en cas d ntervalle de dluton trop able par exemple). Dans de tels cas, même la valeur m 0 des mondres carrés pondérés peut être ort élognée de la racne de l équaton (). Du at de la orme de la oncton F ( m), F ( m) dmnue très rapdement au prot des valeurs de m plus grandes que la racne de F (m). C est pourquo, lorsque m0 est trop grand, la procédure tératve de ewton-raphson peut condure à une valeur de traval négatve (Fg.) m j + Revue MODULAD, uméro 34

8 Une soluton adéquate et ort smple de ce problème consste à remplacer m j + par m j (sot la moté de la valeur de traval précédente) chaque os qu elle est négatve. Une autre açon de stablser la procédure est de détermner la racne de F ( m) en tant que oncton de ln ( m) (aucune valeur négatve de m possble), ben que la convergence sot ralente par cette technque, de sorte que nous préérons nettement la premère açon de procéder (notons que dans la plupart des cas, ce problème ne se présente touteos pas!). La méthode décrte permet de détermner une bonne approxmaton de la valeur la plus probable de m, et ce malgré l hétérogénété des données. éanmons, le nombre d tératons devrat être lmté à une valeur maxmum (nous avons chos 30 pour la verson HP4C), an de prévenr des tératons rrégulères et mprévsbles dans les cas expérmentaux les plus déavorables. Le logcel codé dans la HP48 décèle et ntercepte ces cas pathologques. Dans l équaton (), F (m) est exprmé comme la dérence de deux sommes, dont l une n est pas une oncton de m (c'est-àdre la somme de gauche). La procédure de ewton-raphson requert l évaluaton de F ( m) pour dérentes valeurs de m. An d accélérer la vtesse d exécuton de la procédure de calcul (ce qu est un acteur lmtat mportant lorsque l on mplémente des processus térats sur de telles calculatrces), l est possble de calculer le terme constant avant de mettre en applcaton le processus d tératon et de le mémorser pour ensute l utlser lors de chaque estmaton de F ( m) : celle-c consste alors en la soustracton au terme constant de la somme de drote dans l équaton (). Touteos, cec accroît l eet de perte de chres sgncats, surtout quand chacun des termes c n dans la somme de gauche est presque contrebalancé par le terme correspondant dans la somme de drote. ous préérons donc calculer F (m) de la manère suvante : c e ( ) c n 0 F m c m Revue MODULAD, uméro 34

9 Suvant la méthode du maxmum de vrasemblance décrte plus haut, les lmtes de conance de l estmaton de m pourrat être obtenues par la résoluton de : P mˆ Δm < m < mˆ + Δm & & L ( ) m c m c m ( e ) ( e ) Δm c m c m s ( e ) ( e ) mˆ +Δ mˆ 0, qu nous donne la probablté condtonnelle en termes de Δ m. L utlsaton de la soluton exacte pour détermner les lmtes de conance de m n est pas envsageable sur la calculatrce de poche HP4C du at que cela requert des temps de calcul trop longs. Dans la verson HP4C, nous avons donc prééré utlser une ormule approchée et détermner la varance de ln (m) en utlsant [Wyshak et al., 97]: σmˆ W Dans la verson HP48, l équaton () est eectvement résolue en utlsant à nouveau le logcel sous le menu SOLVE, en partant de la valeur Δ m0, 96 σmˆ. Le programme ournt en normaton nale la valeur du χ pour vérer la bonne qualté de l ajustement, avec les degrés de lberté correspondants. Ces valeurs sont calculées à l ade de la ormule classque comparant les données observées et celles calculées : ( ) n qˆ s ( n pˆ ) χ + n qˆ n pˆ avec degrés de lberté. La verson HP48 calcule auss le nveau de sgncaton correspondant. DISCUSSIO On a proposé de nombreuses méthodes permettant d estmer le pouvor necteux d une suspenson de partcules vrales, au Revue MODULAD, uméro 34 s dm dm ()

10 départ d un ttrage par eet cytopathque. Certanes d entre elles sont graphques, d autres ont appel à une nterpolaton assez élémentare, et d autres encore requèrent des transormatons mathématques qu nécesstent les tratements les plus sophstqués. Toutes ces méthodes ont été dscutées en proondeur tant en termes de ben-ondé théorque, de leurs condtons d applcaton, leur ecacté, leur sûreté, leur précson, etc [Halvorson et al., 933 ; Cochran, 950 ; Irwn, 950 ; Armtage et al., 950 ; Fnney, 957 ; Stellman et al., 965], et la concluson essentelle d mportance pratque est que les varatons entre les estmatons obtenues par ces dérentes méthodes sont généralement ables [Bross, 950 ; Berkson, 950]. Cette concluson a évdemment encouragé de nombreux vrologues à utlser en routne les procédures de calcul les plus élémentares, et à gnorer les autres possbltés plus élaborées. Cette tendance est partculèrement dangereuse et ore largement le lanc à la crtque. Tout d abord, réérons-nous à Jerne [949] qu a rappelé les hypothèses essentelles à la mse en applcaton de n mporte quelle procédure de calcul. Une os l assurance acquse que ces condtons sont ben remples, l approche scentque est évdemment l utlsaton de méthodes compatbles avec la lo de Posson qu régt la dstrbuton des partcules vrales dans les suspensons et est donc la seule qu convenne aux ttrages vraux. Même en consdérant que des procédés de calcul smples débouchent sur des estmatons approxmatvement équvalentes, leur possblté de mse en applcaton est sévèrement rédute s l on souhate évter tout rsque d obtenton de résultats basés. On a montré que la condton sne qua non d utlsaton de ces procédures élémentares est que les condtons d applcaton strctes nécessares à leur ablté soent rgoureusement remples. Une des méthodes les plus réquemment utlsées est le recours à l estmateur dt de Spearman-Kärber [Kärber, 93 ; Johnson et al, 96]. An de pouvor l applquer, les dlutons Revue MODULAD, uméro 34

11 dovent cependant être également espacées sur une échelle logarthmque, avec un nombre égal de sujets par nveau de dluton, et la gamme de dlutons utlsée dot contenr les proportons de réponses extrêmes de 0 et 00%. Or, du at de acteurs expérmentaux déavorables varés, l arrve réquemment que l une (vore plus) de ces condtons n est pas satsate ce qu rend l utlsaton de l estmateur très dangereuse. Plus grave encore, l n est pas mpossble que se présente une varablté très mportante dans les proportons observées ce qu condut névtablement également à des bas regrettables dans les estmatons de ttre et d erreur [Husson van Vlet, 986]. En eet, l applcaton de la ormule de Spearman-Kärber a pour base la somme globale des sujets posts relevés dans le domane de dluton adéquat et ne prend nullement en compte les varatons possbles dans leur dstrbuton de par les dérentes dlutons. Cec peut être llustré par l exemple suvant. Dans un essa qu utlse des étapes de dluton log-décmales de -3 à -6, chacune comptant 0 cupules (ou sujets) noculées, nous obtenons une somme de 6 cupules postves qu peuvent se dstrbuer déremment sur les quatre nveaux de dluton tout en ournssant systématquement la même estmaton de ttre 0 5,0, alors que les estmatons du maxmum de vrasemblance peuvent quant à elles varer de 0 4,63 à 0 5,5 du at des dérentes possbltés de dstrbuton de ces réponses postves le long du domane de dluton envsagé. C est pour cela qu l est vvement recommandé d utlser les procédures de calcul les plus ables qu restent valdes quelles que soent les varatons dans les résultats expérmentaux. La méthode que nous proposons c est paratement compatble avec la lo de dstrbuton possonnenne. Elle utlse une procédure d approxmaton exacte, rapde, sans recours à aucune table. Les condtons de son applcaton ont été choses susamment larges pour englober le nombre maxmum possble de condtons expérmentales : l ntervalle de dluton peut varer en ampltude, les dérentes dlutons peuvent être exprmées sous orme entère ou sous orme logarthmque, et Revue MODULAD, uméro 34

12 même le nombre de sujets peut présenter des varatons suvant les dlutons. Depus la premère valeur approchée jusqu à la soluton nale, l est également possble de présenter en achage au cours des tératons les valeurs successvement estmées de m. Cette dernère opton, qu s ajoute aux lmtes de conance de l estmaton de la concentraton et à la valeur du χ mesurant la qualté de l ajustement, rend la méthode présente largement plus avantageuse que les programmes présentés précédemment [Koch, 98 ; Mac Donell, 983 ; Russel et al, 983] en orant ans au scentque l opportunté de se rendre compte par lu-même de la conance qu l peut accorder à ses résultats expérmentaux. Même le plus modeste des laboratores de vrologe peut de nos jours acquérr une machne programmable adéquate, ou meux encore, nstaller sur son PC va l Internet l émulateur qu lu permet d accéder sans problème à la calculatrce vrtuelle et à toutes ses applcatons. Il dsposera ans d un outl de traval ndspensable et remarquablement perormant. En eet, la prolératon des ordnateurs type PC, portables ou non, équpés des logcels statstques les plus courants très smplement utlsables même par des novces en cette matère, et d autre part l accès à présent généralsé au réseau Internet nous a ncté à grouper nos logcels concernant la vrologe et à les rendre accessbles lbrement sur le réseau Internet, après nstallaton et lancement d un «émulateur» HP48G (nstallaton vrtuelle de la calculatrce du modèle actuel avec son tableau de bord : Cec permet d exécuter toutes les procédures de calcul que nous avons développées précédemment sur la calculatrce, mas à l écran du PC, et 0 os plus vte que sur la machne réelle [Husson van Vlet and Roussel, 985, 988 ; Roussel and Husson van Vlet, 988, 99, 99]. Des rensegnements complémentares y relats peuvent être obtenus auprès des auteurs. Pour l applcaton présente, le lstng complet du programme de calcul peut être obtenu auprès des auteurs, dont l un d eux Revue MODULAD, uméro 34

13 (Ph.J.Roussel) a développé par alleurs un projet dans le domane des composants électronques et dspose également d un programme en RMB-UX réalsé pour ordnateur dans le contexte d analyse de test de ablté et de données de rodage. Les technques utlsées pour la maxmalsaton des onctons de maxmum de vrasemblance sont touteos quelque peu plus complquées dans ce cas, mas les statstques utlsées à la base suvent la même lgne de rélexon que celles dscutées présentement. Les présentes consdératons ne sont nullement à caractère publctare dès lors qu l ne s agt pas dans le cas présent de logcels commercalsés. APPEDICE : EXEMPLE Dluton (d) Log(d) n s ΣDAT nput data matrx Callng the MLE program Revue MODULAD, uméro 34

14 FIGURE Screen output F (m) Fgure. Graphque de llustrant la dvergence de la méthode de ewton-raphson quand m0 est trop large. Revue MODULAD, uméro 34

15 RÉFÉRECES A.R.Co.P news (004) Lettre d normaton de l Assocaton Royale des Consellers en Préventon, Le ormaldéhyde : cancérogène pour l homme, 4, p.6. Armtage, P. and Allen, I. (950) Methods o estmatng the LD50 n quantal response data, J. Hyg. 48, Berkson, J. (950) Some observatons wth respect to the error o bo-assay, Bometrcs, 6, Bross, I. (950) Estmates o the LD50: a crtque, Bometrcs, 6, Chase, G.R. and Hoel, D.G. (975) Seral dlutons : error eects and optmal desgns, Bometrka 6, Cochran, W.G. (950) Estmaton o bacteral denstes by means o the most probable number, Bometrcs, 6, Dagnele, P. (973) Théore et Méthodes Statstques, pp.94-00, Presse Agronomques de Gembloux, Belgum. Elas, R. (984) Traval sous bnoculares. Astrentes vsuelles et posturales, Cahers de notes documentares, n 7-4ème trmestre, Fnney, D.J. (957) Statstcal method n bologcal assay, p. 54. Grn, London. Fsher, R.A. and Yates, F., (957) Statstcal Tables or Bologcal Agrcultural and Medcal Research, pp , Olver and Boyd, London. Revue MODULAD, uméro 34

16 Halvorson, H.O. and Zegler,.R. (933) Applcaton o statstcs to problems n bacterology. I. A means o determnng bacteral populaton by the dluton method. Journal o Bacterology, XXV (), 0-. Husson van Vlet, J. and Roussel, P. (985) Estmatng vral concentratons : a relable computaton method programmed on a pocket calculator, Computers Methods and Programs n Bomedcne,, Husson van Vlet, J. (986) Ttraton o polovaccnes : mprovement o end-pont mcroassays by means o doseresponse curves. Journal o Vrologcal Methods, 3, 9-0. Husson van Vlet, J. and Roussel P. (988) Ppettng errors n vral ttratons : a useul approach, Journal o Vrologcal Methods,, Husson van Vlet, J. (99) Mcrowave radaton : a useul xaton method n vral vaccne quanttaton, Journal o Vrologcal Methods, 3, Husson van Vlet, J. (005) Le ormaldéhyde, cancérogène pour l homme! Alternatve avantageuse à la xaton par ormalne : utlsaton des mcro-ondes, Revue de l assocaton belge des technologues de laboratore ABTL/BVLT, Vol 3, 3, Husson van Vlet, J. and Roussel, P. (005) Comment évaluer de manère pratque et able les erreurs de ppettage dans les ttrages vraux? Revue de l assocaton belge des technologues de laboratore ABTL/BVLT, Vol 3, 4, IERIS (004) Seuls de toxcté agüe, Formaldéhyde (CH O), rapport nal, IERIS-DRC ETSC-BDon 03DR0, 38 p. Revue MODULAD, uméro 34

17 Irwn, J.O. (950) Bologcal assays wth specal reerence to bologcal standarts, J. Hyg. 48, Jerne,.K. and Wood, E.C. (949) The valdty and meanng o the results o bologcal assays, Bometrcs, 5, Johnson, E.A. and Brown Jr. B.W. (96) The Spearman estmator or seral dluton assays, Bometrcs, 7, Kärber, G. (93) Betrag zur kollektven Behandlung pharmakologsher Rehenversuche, Arch. Exp. Pathol. Pharmakol. 6, Koch, A.L. (98) Estmaton o the most probable number wth a programmable pocket calculator, Appled and Envronmental Mcrobology, Lauer, M.A. and Prce, W.C. (945) Inecton by vruses, Arch. Bochem Lee, K.S., Wakar, A.M., Wu, L. (988) Physcal stress evaluaton o mcroscope work usng objectve and subjectve methods, Internatonal Journal o ndustral ergonomcs,, 3, Lellouch, J. and Lazar, P. (968) Cours pour le certcat d études statstques applquées à la médecne (opton D), Faculté des Scences, Pars. Lorentz, R.J. (96) Über den Enluss des Ppetterehler au de Genaugket be der Konzentratonsmessung von Vruslösungen, Arch. Ges. Vrusorsch. 0, Lorentz, R.J. (96) Über de expermentellen Fehler be der Volumenabmessung mt Ppetten, Arch. Ges. Vrusorsch. 0, Revue MODULAD, uméro 34

18 MacDonell, M.T. (983) Rapd estmaton o most probable number wth a hand-held calculator, Canadan Journal o Mcrobology, 9, Ma, K. and Bontz, K. (963) Statstcal varaton ound at pock and plaque countng o vaccna vrus, ature Mather, K. (965) Analyse statstque en bologe, pp Gauther-Vllars, Pars. Meynell, G.G. (957) Inherentely low precson o nectvty ttratons usng a quantal response, Bometrcs Réglementaton du ben-être au traval (004) : la lo et le code sur le ben-être au traval et extrats du règlement général pour la protecton du traval, Publcaton du Servce publc édéral Emplo, Traval et Concertaton socale, 496 p. Roussel, P. and Husson van Vlet, J. (988) Estmatng vral concentratons rom dluton counts : weghted least squares estmate o densty, takng nto account both Possonan varaton on the mean counts and s-normal errors on the dlutons, Bométre-Praxmétre, 8, 9-4. Roussel, P. and Husson van Vlet, (99) Estmatng vral concentratons rom dluton counts, Journal o Vrologcal Methods, 34, Roussel, P. and Husson van Vlet, (99) Estmatng vral concentratons rom dluton counts: an mproved HP48SX verson o the 'MLE' program, Journal o Vrologcal Methods, 37, Russel, E. and Colwell, R.R. (983) Computaton o most probable numbers, Appled and Envronmental Mcrobology, 45(5), Revue MODULAD, uméro 34

19 Sllanpaa, J., yberg, M., Lappala, P. (003) A new table or work wth a mcroscope, a soluton to ergonomc problems, Appled ergonomcs, 34, Stellmann, C. and Terre, J. (965) Chox d une méthode de calculs statstques en vue des contrôles d actvtés des produts bologques sur anmaux, Bull. Soc. Sc. Vét. Méd. Comparée, 67, Steel, E. (967) Introducton à la mathématque numérque, Dunod, Pars, 967. Wyshak, G. and Detre, K. (97), Estmatng the umber o Organsms n Quantal Assays. Appled Mcrobology, p (n Appendx). Revue MODULAD, uméro 34

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION) Chme Termnale S Chaptre Travaux Pratques n a Correcton SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION) 1 PRINCIPE On dose une espèce chmque (réact ou produt du système chmque) à ntervalle de temps réguler

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

10.1 Inférence dans la régression linéaire

10.1 Inférence dans la régression linéaire 0. Inférence dans la régresson lnéare La régresson lnéare tente de modeler le rapport entre deux varables en adaptant une équaton lnéare avec des données observées. Chaque valeur de la varable ndépendante

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

Banque d exercices pour le cours de "mise à niveau" de statistique de M1 AgroParisTech

Banque d exercices pour le cours de mise à niveau de statistique de M1 AgroParisTech Banque d exercces pour le cours de "mse à nveau" de statstque de M1 AgroParsTech Instructons pour les exercces 1. Lorsque ren n est précsé, on suppose que la dstrbuton étudée est gaussenne. Pour les exercces

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Evaluation des actions

Evaluation des actions Akrem ISCAE archés nancers : Evaluaton des actons Evaluaton des actons Secton I : Dénton hypothèses et notatons I-- La noton d un act nancer -a- Dénton Un act nancer est tout ben qu un nvestsseur désre

Plus en détail

2. Loi de propagation des erreurs (cas simples)

2. Loi de propagation des erreurs (cas simples) Lycée Blase-Cendrars/Physque/Labos/DC///04 Labos de physque : Mesures - Propagaton d erreurs - Mesures répéttves - Statstques. Prncpe de la mesure en physque Une mesure est toujours mprécse. La précson

Plus en détail

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs Combnason de dres d'experts en élctaton de los a pror. Applcaton à un modèle doseréponse pour Lstera chez la sours. Exposé ApplBugs ISABELLE ALBERT 8 / / 03 INTRODUCTION Cet exposé présente une parte du

Plus en détail

19. Critères de jugement binaires

19. Critères de jugement binaires 19. Crtères de jugement bnares Les crtères de jugement bnares (auss appelés dchotomques) ne prennent que deux modaltés, par exemple, succès/échec du tratement, décès/surve ou survenue/nonsurvenue d un

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES.

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES. EXEMPLES D UTILISATIN DE LA TECHNIQUE DES BSERVATINS INSTANTANÉES. Chrstan Fortn, ng., Ph.D. Ergonome et hygénste du traval Centre of santé et servces socaux de la Montagne, Montréal. Résumé La technque

Plus en détail

Ajustement affine par les moindres carrés

Ajustement affine par les moindres carrés 1. Nveau Termnales STG et ES Ajustement affne par les mondres carrés 2. Stuaton-problème proposée Introducton à la méthode des mondres carrés. 3. Support utlsé Tableur et calculatrce. 4. Contenu mathématque

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA)

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Unversté d Orléans Econométre des Varables Qualtatves Chaptre 3 Modèles à Varable Dépendante Lmtée Modèles Tobt Smples et Tobt Généralsés Chrstophe Hurln

Plus en détail

CHAPITRE 2. La prévision des ventes

CHAPITRE 2. La prévision des ventes CHAPITRE La prévson des ventes C est en foncton des prévsons de ventes que l entreprse détermne la producton, les achats et les nvestssements nécessares. La prévson des ventes condtonne l ensemble de la

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

SEPTEMBRE 2009 RC-POS

SEPTEMBRE 2009 RC-POS SEPTEMBRE 2009 RC-POS (09_POS_131) (mn.) RAPPORT DE MINORITE DE LA COMMISSION THEMATIQUE DE LA SANTE PUBLIQUE chargée d'examner l'objet suvant: Postulat Fabenne Despot et consorts demandant à qu profte

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 1. Quadrimestre 1-2. Pondération 5. Nombre de crédits 5

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 1. Quadrimestre 1-2. Pondération 5. Nombre de crédits 5 Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton ECAM Cursus de Bacheler en Scences ndustrelles Informatque et communcaton B1030 Cycle 1 Bloc 1 Quadrmestre 1-2 Pondératon 5 Nombre de crédts 5 Nombre d heures

Plus en détail

Comparaison de méthodes d ajustement d une distribution de Weibull à 3 paramètres sur une base de données de mesures de ténacité

Comparaison de méthodes d ajustement d une distribution de Weibull à 3 paramètres sur une base de données de mesures de ténacité Comparason de méthodes d ajustement d une dstrbuton de Webull à 3 paramètres sur une base de données de mesures de ténacté M. Marquès, N. Pérot, N. Devctor Laboratore de Condute et Fablté des Réacteurs

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

Algorithme approché d optimisation d un modèle de Processus Décisionnel de Markov sur Graphe

Algorithme approché d optimisation d un modèle de Processus Décisionnel de Markov sur Graphe Algorthme approché d optmsaton d un modèle de Processus Décsonnel de Markov sur Graphe Nathale Peyrard Régs Sabbadn INRA-MIA Avgnon et Toulouse E-Mal: {peyrard,sabbadn}@toulouse.nra.fr Réseau MSTGA, Avgnon,

Plus en détail

Chapitre 5.1 Les photons et l effet photoélectrique

Chapitre 5.1 Les photons et l effet photoélectrique Chaptre 5. Les s et l eet photoélectrque L ntensté d une onde électromagnétque n 884, le physcen brtannque John Henry Poyntng a démontré à partr des équatons de Maxwell que l ntensté d un champ électromagnétque

Plus en détail

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique OUTILS DE PREVISION DE LA VITESSE DE VENT : APPLICATION A LA CARACTERISATION ET A L OPTIMISATION DES CENTRALES EOLIENNES POUR L'INTEGRATION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES A MADAGASCAR. Andramahtasoa Bernard

Plus en détail

La décomposition en valeurs singulières: un outil fort utile

La décomposition en valeurs singulières: un outil fort utile La décomposton en valeurs sngulères: un outl fort utle Références utles: 1- Sonka et al.: sectons 3.2.9 et 3.2.1 2- Notes manuscrtes du cours 3- Press et al: Numercal recpes * Dernère révson: Patrck Hébert

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Electronque applquée B2150 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 2 Pondératon 4 Nombre de

Plus en détail

Simulations Monte Carlo pour le tatouage robuste de séquence vidéo

Simulations Monte Carlo pour le tatouage robuste de séquence vidéo mulatons Monte Carlo pour le tatouage robuste de séquence vdéo Ae Chammem Octavan Dumtru Mha Mtrea Françose Prêteux Insttut TELECOM / TELECOM udpars Département ARTEMI 9 rue Charles Fourer 90- Evry France

Plus en détail

Calcul de tableaux d amortissement

Calcul de tableaux d amortissement Calcul de tableaux d amortssement 1 Tableau d amortssement Un emprunt est caractérsé par : une somme empruntée notée ; un taux annuel, en %, noté ; une pérodcté qu correspond à la fréquence de remboursement,

Plus en détail

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire Les rsques des pestcdes meux les connaître pour les rédure Des outls à votre portée pour rédure les rsques des pestcdes Vous avez mantenant accès à des outls d ade pour meux connaître les rsques des pestcdes

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n 5. Tests du Kh-deux (non paramétrque) Lo du Ch-deux (χ n ) à n degrés de lberté (ddl) S X 1, X,..., X n, sont n varables ndépendantes, suvant toutes une lo normale N (0,1), la varable χ n = X 1 + X + +

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF (D UNE POPULATION FINIE) : DÉFINITION STATISTIQUE

ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF (D UNE POPULATION FINIE) : DÉFINITION STATISTIQUE ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF (D UNE POPULATION FINIE) : DÉFINITION STATISTIQUE ET PROPRIÉTÉS Léo Gervlle-Réache, Vncent Coualler To cte ths verson: Léo Gervlle-Réache, Vncent Coualler. ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF

Plus en détail

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle Mrors spérques Doptres spérques Nous allons mantenant aborder des systèmes optques un peu plus complexes, couramment utlsés pour produre des mages. Nous allons commencer par étuder un mror spérque de façon

Plus en détail

Impact de la chirurgie sur une cohorte d adultes d souffrant d éd. épilepsie partielle pharmacorésistante

Impact de la chirurgie sur une cohorte d adultes d souffrant d éd. épilepsie partielle pharmacorésistante Impact de la chrurge sur une cohorte d adultes d souffrant d éd éplepse partelle pharmacorésstante sstante: Analyse par score de propenson 4 ème Conférence Francophone d Epdémologe Clnque - Congrès thématque

Plus en détail

Chapitre 2 : Energie potentielle électrique. Potentiel électrique

Chapitre 2 : Energie potentielle électrique. Potentiel électrique 2 e BC 2 Energe potentelle électrque. Potentel électrque 12 Chaptre 2 : Energe potentelle électrque. Potentel électrque 1. Traval de la orce électrque a) Expresson mathématque dans le cas du déplacement

Plus en détail

Méthode de Vogel Modifiée pour la résolution du problème de transport simple

Méthode de Vogel Modifiée pour la résolution du problème de transport simple Appled Mathematcal Scences, Vol. 5, 2011, no. 48, 2373-2388 Méthode de Vogel Modfée pour la résoluton du problème de transport smple Salmata G. Dagne Département de Mathématques Unversté Chekh Anta Dop,

Plus en détail

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes :

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes : Ste: http://gene.ndustrel.aa.free.fr LES POMPES Les pompes sont des apparels permettant un transfert d énerge entre le flude et un dspostf mécanque convenable. Suvant les condtons d utlsaton, ces machnes

Plus en détail

1 ère S Exercices sur les dérivées des fonctions de référence

1 ère S Exercices sur les dérivées des fonctions de référence ère S Eercces sur les dérvées des onctons de réérence ans chaque cas, donner la dérvée de la oncton. n se contentera d écrre '.... ) est la oncton déne sur par 0. ) est la oncton déne sur par 6.. ) est

Plus en détail

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL Yohan KABLA ECP - 3 EME ANNEE MAP SMF UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL 5 MAI NOVEMBRE 00 MAITRES DE

Plus en détail

éléments d'analyse statistique

éléments d'analyse statistique éléments danalse statstque applcaton à lhdrologe deuxème édton D. Ther octobre 989 R 30 73 EAU 4S 89 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES ET MINIERES SERVICES SOL ET SOUS-SOL Département Eau B.P. 6009-45060

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Mesure de compatibilité et recherche de solutions régulières en contact pénalisé

Mesure de compatibilité et recherche de solutions régulières en contact pénalisé Mesure de compatblté et recherche de solutons régulères en contact pénalsé G. Vermot des Roches,3, E. Balmes,2, Hachm Ben Dha 3, Rém Lemare 4 SDTools 44, Rue Vergnaud, 7503, Pars - FRANCE {vermot,balmes}@sdtools.com

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

Virga. itunes 4. sous Mac et Windows. Éditions OEM (Groupe Eyrolles),2004, ISBN 2-7464-0503-2

Virga. itunes 4. sous Mac et Windows. Éditions OEM (Groupe Eyrolles),2004, ISBN 2-7464-0503-2 Vrga Tunes 4 et Pod sous Mac et Wndows Édtons OEM (Groupe Eyrolles),2004, ISBN 2-7464-0503-2 Synchronser l Pod avec l ordnateur L Pod connaît deux types de synchronsaton. L a synchronsaton de la musque

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de Inttulé ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles fnalté électromécanque Concepton et producton M3050 Cycle 1 Bloc 3 Quadrmestre

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Imbibition capillaire d un échantillon de bois : reconstitution 3D de l anatomie et simulation Lattice Boltzmann

Imbibition capillaire d un échantillon de bois : reconstitution 3D de l anatomie et simulation Lattice Boltzmann Imbbton capllare d un échantllon de bos : reconsttuton 3D de l anatome et smulaton Lattce Boltzmann X. FRANK a, G. ALMEIDA b, P. PERRÉ c a. INRA, UMR 1092 LERFOB, F-54042 Nancy cedex, France b. Luz de

Plus en détail

Représentation de l'information

Représentation de l'information 1. L nformaton 1-1 Dualté état et temps Représentaton de l'nformaton La noton d'nformaton correspond à la connassance d'un état donné parm pluseurs possbles à un nstant donné. La Fgure 1 llustre cette

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

Notes de cours. Échantillonnage STT-2000. David Haziza Département de mathématiques et de statistique Université de Montréal

Notes de cours. Échantillonnage STT-2000. David Haziza Département de mathématiques et de statistique Université de Montréal otes de cours Échantllonnage STT-000 Davd Hazza Département de mathématques et de statstque nversté de Montréal Automne 008 PRÉFACE Ces notes de cours ont été rédgées pour le cours STT-000 (Échantllonnage)

Plus en détail

Installation & Guide de démarrage WL510 Adaptateur sans fil /Antenne

Installation & Guide de démarrage WL510 Adaptateur sans fil /Antenne Installaton & Gude de démarrage WL510 Adaptateur sans fl /Antenne Informaton mportante à propos du WL510 Adresse IP = 192.168.10.20 Nom d utlsateur = wl510 Mot de passe = wl510 QUICK START WL510-01- VR1.1

Plus en détail

L environnement Windows 10 sur tablette

L environnement Windows 10 sur tablette L envronnement Wndows 10 sur tablette L envronnement Wndows 10 sur tablette Wndows 10 - Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Actver/désactver le mode Tablette Contnuum est une nouvelle fonctonnalté

Plus en détail

T.P. 5 Exercice 1 Distribution normale

T.P. 5 Exercice 1 Distribution normale T.P. 5 Exercce 1 Dstrbuton normale Connassances préalables : Buts spécfques : Outls nécessares : Noton de moyenne, varance et écart type. Acquérr la noton de dstrbuton normale et ses caractérstques. Paper,

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

viamobil eco V14 Sommaire Aperçu 72 Avantages du produit 73 Visuel du produit 74 Descriptif 75 Accessoires 76 Caractéristiques techniques 77

viamobil eco V14 Sommaire Aperçu 72 Avantages du produit 73 Visuel du produit 74 Descriptif 75 Accessoires 76 Caractéristiques techniques 77 Sommare vamobl eco V14 Aperçu 72 Avantages du produt 73 Vsuel du produt 74 Descrptf 75 Accessores 76 Caractérstques technques 77 vamobl eco V14 71 Aperçu V14 Pousser un fauteul faclement. 72 Avantages

Plus en détail

Optimisation du conditionnement d'air des locaux de télécommunication par utilisation de produits à changement de phase

Optimisation du conditionnement d'air des locaux de télécommunication par utilisation de produits à changement de phase Optmsaton du condtonnement d'ar des locaux de télécommuncaton par utlsaton de produts à changement de phase Davd NÖRTERSHÄUSER, Stéphane LE MASSON France Telecom R&D, 2 Avenue Perre Marzn, 2 LANNION Résumé

Plus en détail

Electronique TD1 Corrigé

Electronique TD1 Corrigé nersté du Mane - Faculté des Scences! etour D électronque lectronque D1 Corrgé Pour un sgnal (t) quelconque : 1 $ (t) # MOY! (t) dt 1 FF! (t) dt (t) MX MOY mpltude crête à - crête mpltude Mn Pérode t emarque

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

DEA de physique subatomique Corrigé de l examen d analyse statistique des données et de modélisation session de février - année 2002-2003

DEA de physique subatomique Corrigé de l examen d analyse statistique des données et de modélisation session de février - année 2002-2003 DEA d physqu subatomqu Corrgé d l xamn d analys statstqu ds donnés t d modélsaton ssson d févrr - anné 22-23 Jérôm Baudot sur 45 ponts I- Errur sur la msur d un asymétr avant-arrèr ponts I-a La formul

Plus en détail

Cours 2. Méthode des différences finies Approche stationnaire

Cours 2. Méthode des différences finies Approche stationnaire Cours Méthode des dfférences fnes Approche statonnare Technque de dscrétsaton en D Constructon du système Prse en compte des condtons aux lmtes Noton de convergence Extenson au D Verson 09/006 (E.L.) NF04

Plus en détail

Résumé : I- Introduction :

Résumé : I- Introduction : Applcaton de l analyse de frontère stochastque à l estmaton de l effcence technque des entreprses algérennes: effet de la forme de proprété Résumé : Nabl, Al BELOUARD Doctorant à l École Natonale Supéreure

Plus en détail

1 ère S Exercices sur les limites (3)

1 ère S Exercices sur les limites (3) ère S Exercces sur les lmtes () n donne c-dessous la courbe représentatve d une oncton déne sur l ntervalle ]0 ; + [ Dre s : - l axe des ordonnées semble asymptote à la courbe ; - la drote semble asymptote

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Validation des méthodes d analyse. Application à la microbiologie des eaux

Validation des méthodes d analyse. Application à la microbiologie des eaux N d dentfcaton de l applcaton : NF148 Date d édton : 23 septembre 2015 Valdaton des méthodes d analyse Applcaton à la mcrobologe des eaux Protocole de valdaton pour les méthodes commercales de détecton

Plus en détail

I. Fonctionnalités du tableur

I. Fonctionnalités du tableur Olver Coma Macro MRP pour Excel Decembre 1999 I. Fonctonnaltés du tableur I.1. Feulle «Nomenclature «Le tableur propose pluseurs optons à l ouverture du fcher. Cnq boutons apparassent à drote de la feulle

Plus en détail

CUEEP Département Mathématiques T902 : Méthode des moindres carrés p1/16

CUEEP Département Mathématiques T902 : Méthode des moindres carrés p1/16 Méthode des mondres carrés Stuaton Le lancer de pods Dx adolescents droters s exercent à lancer le pods, du bras drot pus du bras gauche. Les résultats (dstances en mètres) obtenus sont les suvants : Adolescent

Plus en détail

Traitement probabiliste de l information

Traitement probabiliste de l information Maths 4: Probablté et Statstques (00/0) Zendagu Maths 4 : Probabltés et Statstques Inttulé du domane Scences et Technologe Année ème année Annuel ou semestrel Semestrel Unté d ensegnement UEM3 Méthodologe

Plus en détail

Courant alternatif. Dr F. Raemy La tension alternative et le courant alternatif ont la représentation mathématique : U t. cos (!

Courant alternatif. Dr F. Raemy La tension alternative et le courant alternatif ont la représentation mathématique : U t. cos (! Courant alternatf Dr F. Raemy La tenson alternatve et le courant alternatf ont la représentaton mathématque : U t = U 0 cos (! t + " U ) ; I ( t) = I 0 cos (! t + " I ) Une résstance dans un crcut à courant

Plus en détail

Chapitre 1 : Images données par une lentille mince convergente

Chapitre 1 : Images données par une lentille mince convergente Chaptre 1 : Images données par une lentlle mnce convergente Termnale S Spécalté Chaptre 1 : Images données par une lentlle mnce convergente bectfs : - Constructon graphque de l mage d un obet plan perpendculare

Plus en détail

VENTILATION DANS LES SILOS-TOURS CONVENTIONNELS À FOURRAGE

VENTILATION DANS LES SILOS-TOURS CONVENTIONNELS À FOURRAGE VENTILATION DANS LES SILOS-TOURS CONVENTIONNELS À FOURRAGE A. Bahloul a, R. Gravel a, B. Roberge a et N. Goyer a M. Chavez b et M. Reggo b a Insttut de Recherche Robert-Sauvé en Santé et Sécurté du Traval

Plus en détail

Il fournit un complément d information au document du BSIF que voici :

Il fournit un complément d information au document du BSIF que voici : Préavs REMARQUE* Objet : ttre des garantes de fonds dstncts des socétés d assurance-ve qu utlsent les facteurs prescrts Catégore : Captal Date : Le présent préavs décrt une méthode factorelle alternatve

Plus en détail

Information mutuelle et partition optimale du support d une mesure de probabilité

Information mutuelle et partition optimale du support d une mesure de probabilité Informaton mutuelle et partton optmale du support d une mesure de probablté Bernard Coln et Ernest Monga Département de Mathématques Unversté de Sherbrooke Sherbrooke JK-R (Québec) Canada bernard.coln@usherbrooke.ca

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Traitement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes

Traitement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes Etudes Statstques 2 (1/10) Tratement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes Avant de trater les données, vérfer la qualté des données : Les données peuvent être : manquantes aberrantes : la valeur

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Calcul de structure en fatigue vibratoire. Fascicule u2.05 : Mécanique de la rupture et de l'endommagement

Calcul de structure en fatigue vibratoire. Fascicule u2.05 : Mécanique de la rupture et de l'endommagement Ttre : Calcul de structure en fatgue vbratore Date : 14/11/2012 Page : 1/9 Calcul de structure en fatgue vbratore 1 But Ce document a pour but de décrre la mse en œuvre d'un calcul de structure en fatgue

Plus en détail

Chapitre 2. Distillation flash Points de bulle et de rosée de systèmes multicomposants

Chapitre 2. Distillation flash Points de bulle et de rosée de systèmes multicomposants haptre 2 Dstllaton flash Ponts de bulle et de rosée de systèmes multcomposants 2. Vaporsaton flash et condensaton partelle La dstllaton flash est l'opératon de dstllaton la plus smple qu consste à amener

Plus en détail

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution.

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution. Républque Tunsenne Présdence du Gouvernement Ecole Natonale d Admnstraton 4, Avenue du Dr Calmette Mutuelle-vlle 08 Tuns Tél. (+6) 848 00 Fa (+6) 794 88 www.ena.nat.tn STATISTIQUE ET CALCUL DE PROBABILITE

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

gaussien pour l analyse de sensibilité d une sortie spatiale d un code de calcul

gaussien pour l analyse de sensibilité d une sortie spatiale d un code de calcul Utlsaton du métamodèle processus gaussen pour l analyse de sensblté d une sorte spatale d un code de calcul Applcaton à un code de transport hydrogéologque ologque Amandne Marrel Thèse effectuée au LMTE

Plus en détail

(Licence L1 /Durée 3H) Stand d étude de l'effort tranchant dans une poutre Règle Des accroches poids

(Licence L1 /Durée 3H) Stand d étude de l'effort tranchant dans une poutre Règle Des accroches poids (Lcence L1 /Durée 3H) Objectfs : Se famlarser avec l apparel d étude de l'effort tranchant dans une poutre (les pèces consttutves, mode d emplo...) Ben matrser les étapes qu mènent à l élaboraton des dfférents

Plus en détail