ESTIMATION DES TITRES VIRAUX : UNE PROGRAMMATION PRATIQUE ET FIABLE SUR CALCULATRICE DE POCHE, ET ACCESSIBLE PAR l INTERNET

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ESTIMATION DES TITRES VIRAUX : UNE PROGRAMMATION PRATIQUE ET FIABLE SUR CALCULATRICE DE POCHE, ET ACCESSIBLE PAR l INTERNET"

Transcription

1 ESTIMATIO DES TITRES VIRAUX : UE PROGRAMMATIO PRATIQUE ET FIABLE SUR CALCULATRICE DE POCHE, ET ACCESSIBLE PAR l ITERET Jocelyne Husson van Vlet et Ph. Roussel Insttut de la Santé Publque, Brussels, Belgum, IMEC, SPDT Dvson, Heverlee, Belgum, RÉSUMÉ Les auteurs proposent une méthode basée sur la procédure tératve de ewton-raphson pour estmer la concentraton des suspensons vrales à partr des résultats des essas par eet cytopathque «tout-ou-ren» lés à la courbe dose-réponse. La procédure de calcul ournt l estmaton du maxmum de vrasemblance avec ses lmtes de conance à 95% et détermne la valeur de χ pour tester la qualté de l ajustement. Un programme est présenté (calculatrces HP des séres 4 et 48). Il convent pour les condtons expérmentales les plus varées et est également à présent accessble lbrement sur le ste Internet créé. Estmaton des concentratons vrales; ttre vral cytopathque tout-ou-ren; Maxmum de vrasemblance; lo de Posson, essa de dénombrement par la méthode des dlutons, estmaton du nombre le plus probable ABSTRACT A method or estmaton o vral suspenson concentratons rom the dose-response data yelded by cytopathc eect assays s presented. The maxmum lkelhood equaton vald or such data s solved usng a robust mplementaton o the ewton- Raphson teratve procedure. The method also provdes 95% Revue MODULAD, uméro 34

2 condence bounds on the concentraton and the χ statstc or testng the goodness o t. Programs or the HP4 and HP48 seres handheld scentc calculators sutable to most expermental stuatons are proposed. The sotware s now also reely downloadable rom an Internet webpage. ITRODUCTIO Dans le contexte de la producton de vaccns vraux et de leur contrôle, l est essentel d estmer de manère able le pouvor necteux (et, partant, mmunsant) des suspensons vrales. On peut obtenr une estmaton du ttre necteux d une suspenson de vrons sot par la méthode énumératve (dénombrement des lésons produtes dans des cultures cellulares), sot en utlsant des ttrages dts tout-ou-ren (présence ou absence d eet cytopathque), lés à la courbe de réponse dose-eet. Grâce au développement ntens des mcrométhodes pour la culture cellulare, les essas tout-ou-ren l emportent aujourd hu largement en ttrage de routne (rapdté lée à la mnatursaton et l automatsaton mportantes des équpements, gan en matérel) : dluton en séres d échantllons de la suspenson, noculaton de mcrocultures, relevé du nombre de mcrocultures nectées pour chaque dluton. Ce relevé peut se are par examen sous le mcroscope, ce qu, pour de grandes cadences d essas est long, astdeux et partculèrement éprouvant pour l opérateur du at de l utlsaton réquente d équpements optques tradtonnels encore beaucoup trop rarement adaptés aux exgences ergonomques [Elas, 984, Lee et al, 988, Sllanpaa et al, 003]. Il est également possble de xer et colorer les mcrocultures avant la lecture. La technque de xaton classque utlse une soluton de ormaldéhyde, mas le classement récent de ce composé chmque comme cancérogène pour l homme (groupe ) [IERIS, 004, A.R.Co.P., 004] mpose en vertu des légslatons en matère de sécurté au traval [Réglementaton du ben-être au traval, 004] d applquer au maxmum des technques de xaton al- Revue MODULAD, uméro 34

3 ternatves : la technque de xaton par mcro-ondes a été décrte précédemment [Husson van Vlet, 99 ; 005]. Quel que sot le type d essa chos, la détermnaton d une estmaton able du ttre nal lé à la concentraton vrale nécesste une procédure de calcul adaptée. Ben que de nombreuses méthodes aent été proposées, l est acqus de longue date que les courbes dose-réponse lée à ce type de ttrage se ondent sur la lo de probablté de Posson, et que par conséquent seules les méthodes de calcul basées sur cette hypothèse ournssent des estmatons exactes non entachées de bas [Lauer et al, 945 ; Meynell, 957 ; Ma et al, 963 ; Stellmann et al, 97 ; Husson van Vlet, 986]. Touteos, les procédures publées mplquent d abord la transormaton des données brutes an de lnéarser la relaton dose-eet ce qu ne va pas sans l utlsaton de tables statstques pour approcher la soluton la plus exacte. Il s ensut que la plupart des vrologues accordent dès lors la préérence à des méthodes mons ables, mas d utlsaton élémentare et rapde, au méprs de l exacttude des estmatons. La grande majorté d entre eux néglgent en plus de prendre en compte que l mprécson technque des volumes utlsés dans la procédure de dluton se répercute sur le ttre sous orme d une erreur statstque qu est ben dstncte de celle lée à la dstrbuton aléatore des partcules. Une mprécson technque même able entraîne orcément, de dluton en dluton, une erreur nale non néglgeable [Lorentz, 96 et 96 ; Chase et al., 975 ; Husson van Vlet et al, 988 ; Husson van Vlet et al, 005]. Pourtant, les développements crossants dans les systèmes de programmaton sur les calculatrces dtes «de poche» et la possblté à présent généralsée d accès à l Internet va les ordnateurs personnels ont rendu à l heure actuelle le scentque de laboratore, même novce en la matère, à même de réalser les tratements les plus élaborés et les meux adaptés à ses résultats expérmentaux. Revue MODULAD, uméro 34

4 ous présentons c une soluton exacte pour calculer la concentraton d une suspenson vrale au départ des résultats obtenus par un essa de ttrage par eet cytopathque lé à la courbe de réponse quantale dose-eet. La méthode ournt l estmaton du maxmum de vrasemblance de la concentraton vrale (MLE) ans qu une estmaton de ses lmtes de conance à 95%, et elle détermne la valeur de χ et le nveau de sgncaton correspondant pour tester la qualté de l ajustement. On propose également un programme ntalement prévu pour la HP4C mas à présent adapté pour toutes les calculatrces de la sére HP48. ous avons rendu nos logcels concernant la vrologe accessbles lbrement sur le réseau Internet, après nstallaton et lancement d un «émulateur» HP48G (nstallaton vrtuelle de la calculatrce avec son tableau de bord : Cec permet d exécuter toutes les procédures de calcul que nous avons développées sur calculatrce, mas à l écran du PC, et 0 os plus vte que sur la machne réelle [Husson van Vlet and Roussel, 985, 988 ; Roussel and Husson van Vlet, 988, 99, 99, 005]. FODEMET THÉORIQUE DE LA MÉTHODE DE CALCUL Dans le modèle de la courbe de réponse quantale, conormément à la théore de la partcule unque, on admet que les probabltés de posts (p ) et de négats (q ) à la dluton de nveau c sont donnés par les équatons : cm cm p e q e où m est la concentraton ntale nconnue (dstrbuton type Posson pour de petts nombres) [Dagnele, 973]. La probablté P de la réquence de posts est donc donnée par : n P C p q ( ) ( ) n où n est le nombre total de sujets (dans notre cas, mcrocupules) utlsés au nveau de dluton c. En utlsant s n, cette dernère probablté devent, pour nveaux de dluton : Revue MODULAD, uméro 34

5 ( ) s n q p C & & P L (s l on admet l ndépendance stochastque des ). La probablté condtonnelle de m est alors donnée par : ( ) ( ) ( ) s m c m c 0 s n s n e e dm q p C q p C & & P m L En nous conormant à la méthode du maxmum de vrasemblance [Mather, 965], nous maxmalsons cette oncton en termes de m, ou de manère équvalente, son logarthme naturel : ( ) ( ) 0 e e ln m s m c m c On obtent alors l équaton : ( ) 0 e c n c F m m c () Dérents auteurs ont proposé une soluton approchée de l équaton () par le recours à des tables convenant aux méthodes de régresson pondérées [Fsher et al., 957 ; Wyshak et al., 97]. ous avons prééré approcher la soluton exacte c'est-à-dre la valeur la plus probable de m en utlsant la méthode de ewton-raphson [Steel, 967]. Cette procédure tératve très répandue (connue également sous l appellaton de «méthode de la tangente») utlse une convergence quadratque pour approcher une racne de l équaton en recourant à l algorthme récurs suvant : ( ) 0 x F ( ) ( ) j j j j x F F x x x + Revue MODULAD, uméro 34

6 Pour la soluton de l équaton (), F ( m) devent : F ( m) c e c m c m ( e ) Comme crtère de convergence, les estmatons successves de m sont comparées pour un nombre donné de dgts sgncats. Les calculatrces de la sére HP48 orent un logcel spécque sous le menu SOLVE pour résoudre des équatons comme () en tant que tel à l ade d un algorthme avancé : Pour démarrer le processus térat, nous ne donnons la préérence à aucune des réquences observée comme d autres l ont at : ln( n ) m0 c où n est la proporton la plus proche de 0,8. De telles valeurs de départ sont souvent trop dstantes de la racne de l équaton () pour assurer que la convergence reste stable lorsqu on utlse la méthode de ewton-raphson. Pour obtenr une premère valeur approchée de m auss proche que possble de la racne, on applque une régresson lnéare pondérée par mondres carrés en utlsant les pods W de sorte que la valeur de départ est vrament très proche de la soluton de l équaton (). Il est connu que les relatons dose-réponse vrales sont lnéares dans le système d untés [ ln( c ) ln( ln( s n ))], de sorte que dans ce cas, cette méthode a prouvé être tout à at propre à ournr des valeurs de m ables [Husson van Vlet, 986]. C est en at une méthode accélérée pour obtenr une valeur de m la Revue MODULAD, uméro 34

7 plus exacte possble, surtout s les dstrbutons des résultats des ttrages sont susamment homogènes. S on utlse une calculatrce d une sére orant un set de programmes statstques (comme celles des séres HP 48 par exemple), les résultats sont partculèrement smples à ntrodure. En premer l aut exprmer les données d entrée dans le bon système d untés : [ x ln( c ) y ln( ln( s n ))]. otons que les proportons zéro et un ournssent des résultats en dehors du domane d applcaton. Ce genre de données dot être écarté lorsque l on détermne m 0 par cette méthode. La valeur de m 0 ourne par les mondres carrés est donc détermnée au départ des moyennes pondérées des valeurs y et des x : ln ( m ) 0 W y W W x, où les pods calculés W pour chaque nveau de dluton sont donnés par [Lellouch et al., 968] : W q p ln s ( q ) n ln n s n Cependant, les relatons dose-réponse obtenues expérmentalement peuvent présenter exceptonnellement des anomales telles que des répéttons ou même des nversons dans les proportons n (en cas d ntervalle de dluton trop able par exemple). Dans de tels cas, même la valeur m 0 des mondres carrés pondérés peut être ort élognée de la racne de l équaton (). Du at de la orme de la oncton F ( m), F ( m) dmnue très rapdement au prot des valeurs de m plus grandes que la racne de F (m). C est pourquo, lorsque m0 est trop grand, la procédure tératve de ewton-raphson peut condure à une valeur de traval négatve (Fg.) m j + Revue MODULAD, uméro 34

8 Une soluton adéquate et ort smple de ce problème consste à remplacer m j + par m j (sot la moté de la valeur de traval précédente) chaque os qu elle est négatve. Une autre açon de stablser la procédure est de détermner la racne de F ( m) en tant que oncton de ln ( m) (aucune valeur négatve de m possble), ben que la convergence sot ralente par cette technque, de sorte que nous préérons nettement la premère açon de procéder (notons que dans la plupart des cas, ce problème ne se présente touteos pas!). La méthode décrte permet de détermner une bonne approxmaton de la valeur la plus probable de m, et ce malgré l hétérogénété des données. éanmons, le nombre d tératons devrat être lmté à une valeur maxmum (nous avons chos 30 pour la verson HP4C), an de prévenr des tératons rrégulères et mprévsbles dans les cas expérmentaux les plus déavorables. Le logcel codé dans la HP48 décèle et ntercepte ces cas pathologques. Dans l équaton (), F (m) est exprmé comme la dérence de deux sommes, dont l une n est pas une oncton de m (c'est-àdre la somme de gauche). La procédure de ewton-raphson requert l évaluaton de F ( m) pour dérentes valeurs de m. An d accélérer la vtesse d exécuton de la procédure de calcul (ce qu est un acteur lmtat mportant lorsque l on mplémente des processus térats sur de telles calculatrces), l est possble de calculer le terme constant avant de mettre en applcaton le processus d tératon et de le mémorser pour ensute l utlser lors de chaque estmaton de F ( m) : celle-c consste alors en la soustracton au terme constant de la somme de drote dans l équaton (). Touteos, cec accroît l eet de perte de chres sgncats, surtout quand chacun des termes c n dans la somme de gauche est presque contrebalancé par le terme correspondant dans la somme de drote. ous préérons donc calculer F (m) de la manère suvante : c e ( ) c n 0 F m c m Revue MODULAD, uméro 34

9 Suvant la méthode du maxmum de vrasemblance décrte plus haut, les lmtes de conance de l estmaton de m pourrat être obtenues par la résoluton de : P mˆ Δm < m < mˆ + Δm & & L ( ) m c m c m ( e ) ( e ) Δm c m c m s ( e ) ( e ) mˆ +Δ mˆ 0, qu nous donne la probablté condtonnelle en termes de Δ m. L utlsaton de la soluton exacte pour détermner les lmtes de conance de m n est pas envsageable sur la calculatrce de poche HP4C du at que cela requert des temps de calcul trop longs. Dans la verson HP4C, nous avons donc prééré utlser une ormule approchée et détermner la varance de ln (m) en utlsant [Wyshak et al., 97]: σmˆ W Dans la verson HP48, l équaton () est eectvement résolue en utlsant à nouveau le logcel sous le menu SOLVE, en partant de la valeur Δ m0, 96 σmˆ. Le programme ournt en normaton nale la valeur du χ pour vérer la bonne qualté de l ajustement, avec les degrés de lberté correspondants. Ces valeurs sont calculées à l ade de la ormule classque comparant les données observées et celles calculées : ( ) n qˆ s ( n pˆ ) χ + n qˆ n pˆ avec degrés de lberté. La verson HP48 calcule auss le nveau de sgncaton correspondant. DISCUSSIO On a proposé de nombreuses méthodes permettant d estmer le pouvor necteux d une suspenson de partcules vrales, au Revue MODULAD, uméro 34 s dm dm ()

10 départ d un ttrage par eet cytopathque. Certanes d entre elles sont graphques, d autres ont appel à une nterpolaton assez élémentare, et d autres encore requèrent des transormatons mathématques qu nécesstent les tratements les plus sophstqués. Toutes ces méthodes ont été dscutées en proondeur tant en termes de ben-ondé théorque, de leurs condtons d applcaton, leur ecacté, leur sûreté, leur précson, etc [Halvorson et al., 933 ; Cochran, 950 ; Irwn, 950 ; Armtage et al., 950 ; Fnney, 957 ; Stellman et al., 965], et la concluson essentelle d mportance pratque est que les varatons entre les estmatons obtenues par ces dérentes méthodes sont généralement ables [Bross, 950 ; Berkson, 950]. Cette concluson a évdemment encouragé de nombreux vrologues à utlser en routne les procédures de calcul les plus élémentares, et à gnorer les autres possbltés plus élaborées. Cette tendance est partculèrement dangereuse et ore largement le lanc à la crtque. Tout d abord, réérons-nous à Jerne [949] qu a rappelé les hypothèses essentelles à la mse en applcaton de n mporte quelle procédure de calcul. Une os l assurance acquse que ces condtons sont ben remples, l approche scentque est évdemment l utlsaton de méthodes compatbles avec la lo de Posson qu régt la dstrbuton des partcules vrales dans les suspensons et est donc la seule qu convenne aux ttrages vraux. Même en consdérant que des procédés de calcul smples débouchent sur des estmatons approxmatvement équvalentes, leur possblté de mse en applcaton est sévèrement rédute s l on souhate évter tout rsque d obtenton de résultats basés. On a montré que la condton sne qua non d utlsaton de ces procédures élémentares est que les condtons d applcaton strctes nécessares à leur ablté soent rgoureusement remples. Une des méthodes les plus réquemment utlsées est le recours à l estmateur dt de Spearman-Kärber [Kärber, 93 ; Johnson et al, 96]. An de pouvor l applquer, les dlutons Revue MODULAD, uméro 34

11 dovent cependant être également espacées sur une échelle logarthmque, avec un nombre égal de sujets par nveau de dluton, et la gamme de dlutons utlsée dot contenr les proportons de réponses extrêmes de 0 et 00%. Or, du at de acteurs expérmentaux déavorables varés, l arrve réquemment que l une (vore plus) de ces condtons n est pas satsate ce qu rend l utlsaton de l estmateur très dangereuse. Plus grave encore, l n est pas mpossble que se présente une varablté très mportante dans les proportons observées ce qu condut névtablement également à des bas regrettables dans les estmatons de ttre et d erreur [Husson van Vlet, 986]. En eet, l applcaton de la ormule de Spearman-Kärber a pour base la somme globale des sujets posts relevés dans le domane de dluton adéquat et ne prend nullement en compte les varatons possbles dans leur dstrbuton de par les dérentes dlutons. Cec peut être llustré par l exemple suvant. Dans un essa qu utlse des étapes de dluton log-décmales de -3 à -6, chacune comptant 0 cupules (ou sujets) noculées, nous obtenons une somme de 6 cupules postves qu peuvent se dstrbuer déremment sur les quatre nveaux de dluton tout en ournssant systématquement la même estmaton de ttre 0 5,0, alors que les estmatons du maxmum de vrasemblance peuvent quant à elles varer de 0 4,63 à 0 5,5 du at des dérentes possbltés de dstrbuton de ces réponses postves le long du domane de dluton envsagé. C est pour cela qu l est vvement recommandé d utlser les procédures de calcul les plus ables qu restent valdes quelles que soent les varatons dans les résultats expérmentaux. La méthode que nous proposons c est paratement compatble avec la lo de dstrbuton possonnenne. Elle utlse une procédure d approxmaton exacte, rapde, sans recours à aucune table. Les condtons de son applcaton ont été choses susamment larges pour englober le nombre maxmum possble de condtons expérmentales : l ntervalle de dluton peut varer en ampltude, les dérentes dlutons peuvent être exprmées sous orme entère ou sous orme logarthmque, et Revue MODULAD, uméro 34

12 même le nombre de sujets peut présenter des varatons suvant les dlutons. Depus la premère valeur approchée jusqu à la soluton nale, l est également possble de présenter en achage au cours des tératons les valeurs successvement estmées de m. Cette dernère opton, qu s ajoute aux lmtes de conance de l estmaton de la concentraton et à la valeur du χ mesurant la qualté de l ajustement, rend la méthode présente largement plus avantageuse que les programmes présentés précédemment [Koch, 98 ; Mac Donell, 983 ; Russel et al, 983] en orant ans au scentque l opportunté de se rendre compte par lu-même de la conance qu l peut accorder à ses résultats expérmentaux. Même le plus modeste des laboratores de vrologe peut de nos jours acquérr une machne programmable adéquate, ou meux encore, nstaller sur son PC va l Internet l émulateur qu lu permet d accéder sans problème à la calculatrce vrtuelle et à toutes ses applcatons. Il dsposera ans d un outl de traval ndspensable et remarquablement perormant. En eet, la prolératon des ordnateurs type PC, portables ou non, équpés des logcels statstques les plus courants très smplement utlsables même par des novces en cette matère, et d autre part l accès à présent généralsé au réseau Internet nous a ncté à grouper nos logcels concernant la vrologe et à les rendre accessbles lbrement sur le réseau Internet, après nstallaton et lancement d un «émulateur» HP48G (nstallaton vrtuelle de la calculatrce du modèle actuel avec son tableau de bord : Cec permet d exécuter toutes les procédures de calcul que nous avons développées précédemment sur la calculatrce, mas à l écran du PC, et 0 os plus vte que sur la machne réelle [Husson van Vlet and Roussel, 985, 988 ; Roussel and Husson van Vlet, 988, 99, 99]. Des rensegnements complémentares y relats peuvent être obtenus auprès des auteurs. Pour l applcaton présente, le lstng complet du programme de calcul peut être obtenu auprès des auteurs, dont l un d eux Revue MODULAD, uméro 34

13 (Ph.J.Roussel) a développé par alleurs un projet dans le domane des composants électronques et dspose également d un programme en RMB-UX réalsé pour ordnateur dans le contexte d analyse de test de ablté et de données de rodage. Les technques utlsées pour la maxmalsaton des onctons de maxmum de vrasemblance sont touteos quelque peu plus complquées dans ce cas, mas les statstques utlsées à la base suvent la même lgne de rélexon que celles dscutées présentement. Les présentes consdératons ne sont nullement à caractère publctare dès lors qu l ne s agt pas dans le cas présent de logcels commercalsés. APPEDICE : EXEMPLE Dluton (d) Log(d) n s ΣDAT nput data matrx Callng the MLE program Revue MODULAD, uméro 34

14 FIGURE Screen output F (m) Fgure. Graphque de llustrant la dvergence de la méthode de ewton-raphson quand m0 est trop large. Revue MODULAD, uméro 34

15 RÉFÉRECES A.R.Co.P news (004) Lettre d normaton de l Assocaton Royale des Consellers en Préventon, Le ormaldéhyde : cancérogène pour l homme, 4, p.6. Armtage, P. and Allen, I. (950) Methods o estmatng the LD50 n quantal response data, J. Hyg. 48, Berkson, J. (950) Some observatons wth respect to the error o bo-assay, Bometrcs, 6, Bross, I. (950) Estmates o the LD50: a crtque, Bometrcs, 6, Chase, G.R. and Hoel, D.G. (975) Seral dlutons : error eects and optmal desgns, Bometrka 6, Cochran, W.G. (950) Estmaton o bacteral denstes by means o the most probable number, Bometrcs, 6, Dagnele, P. (973) Théore et Méthodes Statstques, pp.94-00, Presse Agronomques de Gembloux, Belgum. Elas, R. (984) Traval sous bnoculares. Astrentes vsuelles et posturales, Cahers de notes documentares, n 7-4ème trmestre, Fnney, D.J. (957) Statstcal method n bologcal assay, p. 54. Grn, London. Fsher, R.A. and Yates, F., (957) Statstcal Tables or Bologcal Agrcultural and Medcal Research, pp , Olver and Boyd, London. Revue MODULAD, uméro 34

16 Halvorson, H.O. and Zegler,.R. (933) Applcaton o statstcs to problems n bacterology. I. A means o determnng bacteral populaton by the dluton method. Journal o Bacterology, XXV (), 0-. Husson van Vlet, J. and Roussel, P. (985) Estmatng vral concentratons : a relable computaton method programmed on a pocket calculator, Computers Methods and Programs n Bomedcne,, Husson van Vlet, J. (986) Ttraton o polovaccnes : mprovement o end-pont mcroassays by means o doseresponse curves. Journal o Vrologcal Methods, 3, 9-0. Husson van Vlet, J. and Roussel P. (988) Ppettng errors n vral ttratons : a useul approach, Journal o Vrologcal Methods,, Husson van Vlet, J. (99) Mcrowave radaton : a useul xaton method n vral vaccne quanttaton, Journal o Vrologcal Methods, 3, Husson van Vlet, J. (005) Le ormaldéhyde, cancérogène pour l homme! Alternatve avantageuse à la xaton par ormalne : utlsaton des mcro-ondes, Revue de l assocaton belge des technologues de laboratore ABTL/BVLT, Vol 3, 3, Husson van Vlet, J. and Roussel, P. (005) Comment évaluer de manère pratque et able les erreurs de ppettage dans les ttrages vraux? Revue de l assocaton belge des technologues de laboratore ABTL/BVLT, Vol 3, 4, IERIS (004) Seuls de toxcté agüe, Formaldéhyde (CH O), rapport nal, IERIS-DRC ETSC-BDon 03DR0, 38 p. Revue MODULAD, uméro 34

17 Irwn, J.O. (950) Bologcal assays wth specal reerence to bologcal standarts, J. Hyg. 48, Jerne,.K. and Wood, E.C. (949) The valdty and meanng o the results o bologcal assays, Bometrcs, 5, Johnson, E.A. and Brown Jr. B.W. (96) The Spearman estmator or seral dluton assays, Bometrcs, 7, Kärber, G. (93) Betrag zur kollektven Behandlung pharmakologsher Rehenversuche, Arch. Exp. Pathol. Pharmakol. 6, Koch, A.L. (98) Estmaton o the most probable number wth a programmable pocket calculator, Appled and Envronmental Mcrobology, Lauer, M.A. and Prce, W.C. (945) Inecton by vruses, Arch. Bochem Lee, K.S., Wakar, A.M., Wu, L. (988) Physcal stress evaluaton o mcroscope work usng objectve and subjectve methods, Internatonal Journal o ndustral ergonomcs,, 3, Lellouch, J. and Lazar, P. (968) Cours pour le certcat d études statstques applquées à la médecne (opton D), Faculté des Scences, Pars. Lorentz, R.J. (96) Über den Enluss des Ppetterehler au de Genaugket be der Konzentratonsmessung von Vruslösungen, Arch. Ges. Vrusorsch. 0, Lorentz, R.J. (96) Über de expermentellen Fehler be der Volumenabmessung mt Ppetten, Arch. Ges. Vrusorsch. 0, Revue MODULAD, uméro 34

18 MacDonell, M.T. (983) Rapd estmaton o most probable number wth a hand-held calculator, Canadan Journal o Mcrobology, 9, Ma, K. and Bontz, K. (963) Statstcal varaton ound at pock and plaque countng o vaccna vrus, ature Mather, K. (965) Analyse statstque en bologe, pp Gauther-Vllars, Pars. Meynell, G.G. (957) Inherentely low precson o nectvty ttratons usng a quantal response, Bometrcs Réglementaton du ben-être au traval (004) : la lo et le code sur le ben-être au traval et extrats du règlement général pour la protecton du traval, Publcaton du Servce publc édéral Emplo, Traval et Concertaton socale, 496 p. Roussel, P. and Husson van Vlet, J. (988) Estmatng vral concentratons rom dluton counts : weghted least squares estmate o densty, takng nto account both Possonan varaton on the mean counts and s-normal errors on the dlutons, Bométre-Praxmétre, 8, 9-4. Roussel, P. and Husson van Vlet, (99) Estmatng vral concentratons rom dluton counts, Journal o Vrologcal Methods, 34, Roussel, P. and Husson van Vlet, (99) Estmatng vral concentratons rom dluton counts: an mproved HP48SX verson o the 'MLE' program, Journal o Vrologcal Methods, 37, Russel, E. and Colwell, R.R. (983) Computaton o most probable numbers, Appled and Envronmental Mcrobology, 45(5), Revue MODULAD, uméro 34

19 Sllanpaa, J., yberg, M., Lappala, P. (003) A new table or work wth a mcroscope, a soluton to ergonomc problems, Appled ergonomcs, 34, Stellmann, C. and Terre, J. (965) Chox d une méthode de calculs statstques en vue des contrôles d actvtés des produts bologques sur anmaux, Bull. Soc. Sc. Vét. Méd. Comparée, 67, Steel, E. (967) Introducton à la mathématque numérque, Dunod, Pars, 967. Wyshak, G. and Detre, K. (97), Estmatng the umber o Organsms n Quantal Assays. Appled Mcrobology, p (n Appendx). Revue MODULAD, uméro 34

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Calcul de tableaux d amortissement

Calcul de tableaux d amortissement Calcul de tableaux d amortssement 1 Tableau d amortssement Un emprunt est caractérsé par : une somme empruntée notée ; un taux annuel, en %, noté ; une pérodcté qu correspond à la fréquence de remboursement,

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

Application du système immunitaire artificiel ordinaire et amélioré pour la reconnaissance des caractères artificiels

Application du système immunitaire artificiel ordinaire et amélioré pour la reconnaissance des caractères artificiels 9 Nature & Technology Applcaton du système mmuntare artfcel ordnare et améloré pour la reconnassance des caractères artfcels Hba Khell a, Abdelkader Benyettou a a Laboratore Sgnal Image Parole SIMPA-,

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Relais de protection et de commmande

Relais de protection et de commmande S O U S - S T A T I O N S Relas de protecton et de commmande La gamme SEPCOS-PRO comprend des relas de protecton et de commande de haute technologe qu répondent à la perfecton aux exgences des réseaux

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

Analyse de sensibilité des modèles de simulation. Samuel Buis UMR 1114 EMMAH 84914 Avignon

Analyse de sensibilité des modèles de simulation. Samuel Buis UMR 1114 EMMAH 84914 Avignon Analyse de sensblté des modèles de smulaton Samuel Bus UMR 1114 EMMAH 84914 Avgnon Formaton Modélsaton ECCORE, 26 octobre 2014 Plan Introducton des concepts Quelques eemples de méthodes L analyse de sensblté

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Économétrie. Annexes : exercices et corrigés. 5 e édition. William Greene New York University

Économétrie. Annexes : exercices et corrigés. 5 e édition. William Greene New York University Économétre 5 e édton Annexes : exercces et corrgés Wllam Greene New York Unversty Édton françase drgée par Dder Schlacther, IEP Pars, unversté Pars II Traducton : Stéphane Monjon, unversté Pars I Panthéon-Sorbonne

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 10ème Congrès ranças d'acoustque Lyon, 1-16 Avrl 010 Imagere acoustque en soufflere SA Arnaud Ménoret 1, Nathale Gorllot, Jean-Luc Adam 3 1 Sgnal Développement, 1 Bld Chassegne, 86000 Poters, a.menoret@sgnal-developpement.com

Plus en détail

Prévost Kevin 1,2, Magal Pierre 1, Beaumont Catherine 2 RÉSUMÉ

Prévost Kevin 1,2, Magal Pierre 1, Beaumont Catherine 2 RÉSUMÉ INTERET UN MOELE MATHEMATIQUE AN LA COMPARAION E L EFFICACITE E IFFERENTE TRATEGIE E PREVENTION UR LA REITANCE AU PORTAGE A ALMONELLA ENTERITII CHEZ LA POULE Prévost Kevn 1,, Magal Perre 1, Beaumont Catherne

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com Des solutons globales f ables et nnovantes www.calyon.com OPTIM Internet: un outl smple et performant Suv de vos comptes Tratement de vos opératons bancares Accès à un servce de reportng complet Une nterface

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio Correctons adabatques et nonadabatques dans les systèmes datomques par calculs ab-nto Compte rendu du traval réalsé dans le cadre d un stage de quatre mos au sen du Groupe de Spectroscope Moléculare et

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

T3 Comfort raccordé a IP Office

T3 Comfort raccordé a IP Office IP Telephony Contact Centers Moblty Servces T3 Comfort raccordé a IP Offce Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

APPROXIMATION PAR RÉSEAUX À FONCTIONS RADIALES DE BASE APPLICATION À LA DÉTERMINATION DU PRIX D ACHAT D UNE

APPROXIMATION PAR RÉSEAUX À FONCTIONS RADIALES DE BASE APPLICATION À LA DÉTERMINATION DU PRIX D ACHAT D UNE APPROXIMATION PAR RÉSEAUX À FONCTIONS RADIALES DE BASE APPLICATION À LA DÉTERMINATION DU PRIX D ACHAT D UNE OPTION. A. Lendasse, J. Lee 2, E. de Bodt 3, V. Wertz, M. Verleysen 2 Unversté catholque de Louvan,

Plus en détail

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1 CERVEAU et MANAGEMENT Cerveau & management NOVIAL - 2008 Dapostve N 1 Connaître sa ou ses partes domnantes Nourrr les autres partes Savor fonctonner sur ses 4 cerveaux Cerveau & management NOVIAL - 2008

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

1. Les enjeux de la prévision du risque de défaut de paiement

1. Les enjeux de la prévision du risque de défaut de paiement Scorng sur données d entreprses : nstrument de dagnostc ndvduel et outl d analyse de portefeulle d une clentèle Mrelle Bardos Ancen chef de servce de l Observatore des entreprses de la Banque de France

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cas de l ozone

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cas de l ozone Applcaton de modèles grande échelle à la problématque régonale : cas de l ozone Laboratore Central de Survellance de la Qualté de l Ar Conventon n 115/03 Cécle HONORÉ, Laure MALHERBE Unté Modélsaton et

Plus en détail

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS BRUSSELS ECONOMIC REVIEW - CAHIERS ECONOMIQUES DE BRUXELLES VOL. 49 - N 2 SUMMER 2006 UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE* MARÍA DEL CARMEN MELGAR**

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MEMOIRE Présentée à L Unversté de Batna Faculté des Scences Département de Physque

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

Cette documentation provient du site www.arclim.eu et fait référence au produit suivant : PWRPR0000. Prix unitaire : 1732.77 HT

Cette documentation provient du site www.arclim.eu et fait référence au produit suivant : PWRPR0000. Prix unitaire : 1732.77 HT Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io Somfy Box Actvaton de l opton o et programmaton de vos produts o Sommare Pré-requs pour la programmaton de produts o sur la Somfy Box 1 Harmonser la clé système 1 Qu est-ce que la clé système? 1 Dans quel

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11 Paquets Paquets natonaux 1 Paquets nternatonaux 11 Paquets natonaux Servces & optons 1 Créaton 3 1. Dmensons, pods & épasseurs 3 2. Présentaton des paquets 4 2.1. Face avant du paquet 4 2.2. Comment obtenr

Plus en détail

Professionnel de santé équipé de Médiclick!

Professionnel de santé équipé de Médiclick! Professonnel de santé équpé de Médclck! Dosser Médcal Partagé en Aqutane Ce gude vous présente les prncpales fonctonnaltés réservées aux professonnels de santé membres du réseau AquDMP. Sommare Connexon

Plus en détail

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr.

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr. Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

PREMIERS PAS en REGRESSION LINEAIRE avec SAS. Josiane Confais (UPMC-ISUP) - Monique Le Guen (CNRS-CES-MATISSE- UMR8174)

PREMIERS PAS en REGRESSION LINEAIRE avec SAS. Josiane Confais (UPMC-ISUP) - Monique Le Guen (CNRS-CES-MATISSE- UMR8174) PREMIERS PAS en REGRESSION LINEAIRE avec SAS Josane Confas (UPMC-ISUP) - Monque Le Guen (CNRS-CES-MATISSE- UMR874) e-mal : confas@ccr.jusseu.fr e-mal : monque.leguen@unv-pars.fr Résumé Ce tutorel accessble

Plus en détail

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D Sommare 1 2 2.1 2.2 2.3 3 3.1 3.2 3.3 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 5 6 7 7.1 7.2 7.3 8 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 Contenu du carton... 4 Paramétrage... 4 Connexon

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

Oscillations électriques libres

Oscillations électriques libres Oscllatons électrues lbres A Oscllatons lbres amortes 1/ Etude expérmentale a Expérence et observatons Après avor chargé le condensateur (poston 1) On bascule l nterrupteur sur la poston, on obtent l oscllogramme

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

Gigue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applications temps réel

Gigue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applications temps réel L. Davd, F. Cottet, E. Grolleau. Ggue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applcatons temps réel. IEEE Conf. Inter. Francophone d Automatque (CIFA2000), Jullet 2000, Llle, France. Ggue temporelle

Plus en détail

Mots-clés : Système multicapteurs, Réseau local, Réseaux de neurones, Supervision, Domotique. xigences système d'une nouvelle

Mots-clés : Système multicapteurs, Réseau local, Réseaux de neurones, Supervision, Domotique. xigences système d'une nouvelle Mots-clés : xgences système d'une nouvelle fonctonnalté dans l'habtat ndvduel : cas de la survellance Système multcapteurs, Réseau local, Réseaux de neurones, Supervson, Domotque. des personnes âgées et

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le frut d'un long traval approuvé par le jury de soutenance et ms à dsposton de l'ensemble de la communauté unverstare élarge. Il est soums à la proprété ntellectuelle de

Plus en détail

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français Pro2030 GUIDE D UTILISATION Franças Contents Garante... Introducton... 1 Artcle nº 605056 Rév C Schéma nº A605056 Novembre 2010 2010 YSI Incorporated. Le logo YSI est une marque déposée de YSI Incorporated.

Plus en détail

Modélisation et conception d algorithmes pour la planification automatique du personnel de compagnies

Modélisation et conception d algorithmes pour la planification automatique du personnel de compagnies Modélsaton et concepton d algorthmes pour la planfcaton automatque du personnel de compagnes aérennes Carmen Draghc To cte ths verson: Carmen Draghc. Modélsaton et concepton d algorthmes pour la planfcaton

Plus en détail

Clavier et souris virtuels pour personnes handicapées à mobilité réduite

Clavier et souris virtuels pour personnes handicapées à mobilité réduite Claver et sours vrtuels pour personnes handcapées à moblté rédute Naoures Belhabb et Ans Rojb Unversté Pars8, THIM, EA 4004 CHART 2, rue de la Lberté 93526 Sant-Dens nawres_habb@yahoo.fr ; ans.rojb@unv-pars8.fr

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

Analyse des Performances et Modélisation d un Serveur Web

Analyse des Performances et Modélisation d un Serveur Web SETIT 2009 5 th Internatonal Conference: Scences of Electronc, Technologes of Informaton and Telecommuncatons March 22-26, 2009 TUNISIA Analyse des Performances et Modélsaton d un Serveur Web Fontane RAFAMANTANANTSOA*,

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu Dérvés actons: rsques un (rapde) aperçu Lorenzo Bergom Equty Dervatves Quanttatve Research océté Générale lorenzo.bergom@sgcb.com 33 4 3 3 95 Introducton - le Dow Jones 9-6 () 4 Dow Jones Industral Average

Plus en détail

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE régon Provence-Alpes-Côte d Azur RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE BILAN ANNUEL 2013 1 Octobre 2014 Avant-propos Face aux enjeux envronnementaux en len avec notre secteur d actvté, les admnstrateurs de

Plus en détail

LICENCE DE SCIENCES PHYSIQUES UV 3LSPH50. Année 2004-2005 MODÉLISATION. Recherche des paramètres d'une représentation analytique J.P.

LICENCE DE SCIENCES PHYSIQUES UV 3LSPH50. Année 2004-2005 MODÉLISATION. Recherche des paramètres d'une représentation analytique J.P. LICENCE DE SCIENCES PHYSIQUES UV 3LSPH50 Année 004-005 MODÉLISATION Recherche des paramètres d'une représentaton analytque JP DUBÈS 3 MODÉLISATION Recherche des paramètres d'une représentaton analytque

Plus en détail

Thermodynamique statistique Master Chimie Université d Aix-Marseille. Bogdan Kuchta

Thermodynamique statistique Master Chimie Université d Aix-Marseille. Bogdan Kuchta hermodynamque statstque Master Chme Unversté d Ax-Marselle Bogdan Kuchta Plan: Rappel: thermodynamque phénoménologque (dscuter l entrope, l évoluton de gaz parfat,) Premer prncpe Deuxème prncpe (transformaton

Plus en détail

Cours #8 Optimisation de code

Cours #8 Optimisation de code ELE-784 Ordnateurs et programmaton système Cours #8 Optmsaton de code Bruno De Kelper Ste nternet : http://www.ele.etsmtl.ca/academque/ele784/ Cours # 8 ELE784 - Ordnateurs et programmaton système 1 Plan

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

Pratique de la statistique avec SPSS

Pratique de la statistique avec SPSS Pratque de la statstque avec SPSS SUPPORT Transparents ultéreurement amélorés et ms à jour sur le ste du SMCS LIENS UTILES Ste du SMCS (Support en Méthodologe et Calcul Statstque) : http://www.stat.ucl.ac.be/smcs/

Plus en détail

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE.

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE. 1122 86..-. COMPARASON DE DVERSES NATURES D'ENGRAS. _.. AZOTES ET D'ENGRAS PHOSPHATES EN RZERE.,... 3, Par P. ROCHE ': J. VEY - EGO CHAN BANG Dvson Agrologe Servce Agronome.R.A.M...*...., NTRODUCTON Un

Plus en détail