ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION"

Transcription

1 - Février ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION Centre d Information du Cuivre 30, avenue Messine Paris HOLISUD Ingénierie 21, rue de la Digue TOULOUSE tel : fax :

2 Plan 1. Présentation générale de l étude 1.1. Présentation 1.2. Solutions étudiées en réhabilitation 2. Chiffrages en résidene olletive 2.1. Présentation de la résidene 2.2. Définitions préises des simulations 2.3. Résultats 2.4. Bilan en résidene olletive 3. Chiffrages en maison individuelle 3.1. Présentation de la villa 3.2. Définitions préises des simulations 3.3. Résultats 3.4. Bilan en maison individuelle 4. Conlusions générales 4.1. Résultats éonomiques 4.2. Résultats qualitatifs 2

3 1. Présentation générale de l étude 1.1. Présentation Le Centre d Information du Cuivre a onfié à la soiété Holisud Ingénierie la réalisation d une étude omparative de deux solutions utilisées pour la distribution hydraulique dans les logements : le uivre brasé et le uivre serti. Cette étude porte sur l utilisation de es deux solutions dans le seteur de la rénovation dans les trois onfigurations suivantes : hauffage, eau froide sanitaire et eau haude sanitaire Solutions étudiées en réhabilitation Quatre simulations ont été réalisées dans deux atégories de bâtiments en réhabilitation (immeuble olletif et maison individuelle), intégrant les oûts de fourniture et les temps de mise en œuvre. Pour haque atégorie de bâtiment en réhabilitation, deux simulations de hantiers de distribution hydraulique ont été effetuées : un hantier en tube uivre brasé apparent et un hantier en tube uivre serti apparent. Les résultats de es simulations ont ensuite été omparés. Le dimensionnement et les métrés détaillés de tous les réseaux hydrauliques ont été réalisés (hauffage, eau froide sanitaire, eau haude sanitaire). Les résultats obtenus ont servi de base à la onsultation d entreprises de plomberie-hauffage, pour définir les oûts de fournitures ainsi que les temps mise en oeuvre. La onsultation Elle a été réalisée sur la base d un ahier des harges, assoié à un devis quantitatif sur lequel figure l intégralité des métrés (tubes et raords) ave des propositions de valeurs par défaut, de telle sorte que les entreprises onsultées n avaient plus qu à valider ou modifier les temps de main d œuvre. Un ingénieur onseil, travaillant pour plusieurs entreprises en hiffrage et études d exéution a été également onsulté, e qui a permis d obtenir le retour de plusieurs installateurs par le biais d un seul interlouteur. 2. Chiffrages en résidene olletive 2.1. Présentation de la résidene La résidene qui a servi de base à l étude est un bâtiment en rénovation, qui omprend 3 ages d esalier et 4 niveaux identiques de logements. Le bâtiment est un R + 4 ave parking en rez-de-haussée ave un nombre total 44 logements, répartis de la manière suivante : 4 T1, 20 T2, 16 T3 et 4 T4. La haufferie est implantée sur la toiture au-dessus de la age d esalier B (voir page suivante). 3

4 La représentation shématique de la résidene est la suivante : Chaufferie Niveau 4 Niveau 3 Niveau 2 Niveau 1 1 T1, 1 T2, 1 T3 2 T2, 2 T3 2 T2, 1 T3, 1 T4 1 T1, 1 T2, 1 T3 2 T2, 2 T3 2 T2, 1 T3, 1 T4 1 T1, 1 T2, 1 T3 2 T2, 2 T3 2 T2, 1 T3, 1 T4 1 T1, 1 T2, 1 T3 2 T2, 2 T3 2 T2, 1 T3, 1 T4 Cage A B C d esalier Une haufferie olletive en toiture assure le hauffage et la prodution d eau haude sanitaire. La distribution se fait par 3 olonnes montantes intégrées dans des gaines tehniques palières. Le nombre de radiateurs est de 226. De la même façon, la distribution d eau haude et d eau froide sanitaire se fait en olonne montante, ave omptage individuel en gaine tehnique palière, redirigée vers les logements. Shéma de prinipe des installations d e hauffage olletif Armoire életrique Régul. ECS ECS Sd EFS Boulage ECS Se Gaz Gaz Gaz Gaine gaz Gaz Coffret GDF P A R K I N G S 4

5 2.2. Définitions préises des simulations Deux simulations de hantiers ont don été réalisées : l une en tube uivre serti apparent, l autre en tube uivre brasé apparent. Voii le desriptif des postes prinipaux de la distribution hydraulique dans l immeuble olletif en réhabilitation : 1 - Réseaux Chauffage Liaisons en toiture prodution olonne montante Raordement module thermique d appartement Liaisons module thermique olleteur appartement 2 - Eau froide sanitaire Raordement ompteur individuel d eau froide Liaisons ompteur appartement 3 Eau haude sanitaire Liaisons en toiture prodution olonne montante et boulage Raordement ompteur individuel d eau haude Liaisons ompteur appartement 2.3. Résultats Le tableau 1 i-dessous présente une synthèse omparative des temps de pose de l installation en tube uivre serti par rapport à la solution en tube uivre brasé, validés par l ingénieur onseil et les différentes entreprises ontatées pour la réalisation de l étude. TABLEAU 1 / TEMPS DE POSE Cuivre brasé Cuivre serti Colletif en réhabilitation Temps de pose Temps de pose Temps de pose : valeurs moyennes (en h) (en h) 1 Distribution hauffage Liaisons en toiture prodution olonne montante Raordement module thermique d appartement Liaisons module thermique olleteur appartement Gain de temps par rapport au uivre brasé 35 % 34 % 34 % 44 % 38 % TOTAL % 2 Distribution eau froide sanitaire Raordement ompteur individuel d eau froide Liaisons ompteur appartement % 42 % 44 % 39 % TOTAL % 3 Distribution eau haude sanitaire Liaisons en toiture prodution olonne montante et boulage Raordement ompteur individuel d eau haude Liaisons ompteur appartement % 40 % 42 % 44 % 40 % TOTAL % TOTAL GENERAL % 5

6 Le tableau 2 présente les oûts totaux d installation (fournitures + pose) des solutions de référene (uivre serti et uivre brasé) déboursés par un installateur pour un bâtiment olletif en réhabilitation et pour haque poste prinipal d une installation. Le oût horaire de la main d œuvre a été fixé à 25 (validé par les entreprises onsultées). TABLEAU 2 / COUT TOTAL D INSTALLATION Cuivre brasé Cuivre serti Colletif en réhabilitation Coût fourniture + pose, valeurs moyennes Prix total Déboursé installateur fourniture + pose, en Euros Prix total Déboursé installateur fourniture + pose, en Euros 1 Distribution hauffage Liaison en toiture prodution olonne montante Raordement module thermique d appartement Liaison module thermique olleteur appartement TOTAL Moins value du uivre serti par rapport au uivre brasé (en %) 5,3 % 21 % 21,7 % 34,5 % 28,1 % 28,2 % 2 Distribution eau froide sanitaire Raordement ompteur individuel eau froide Liaisons ompteur appartement ,9 % 26,4 % 34,5 % 31,3 % TOTAL ,1 % 3 Distribution eau haude sanitaire Liaisons en toiture prodution olonne montante et boulage Raordement ompteur individuel d eau haude Liaisons ompteur appartement ,4 % 22 % 26,4 % 34,5 % 32 % TOTAL ,5 % TOTAL GENERAL H.T % 2.4. Bilan en résidene olletive Près de 40 % de gain de temps en moyenne pour la solution uivre serti en bâtiment olletif en réhabilitation Comme le montre le tableau 1, le uivre serti apporte un gain de temps onsidérable à l installateur par rapport au uivre brasé, et e sur toutes les parties du hantier (gain de temps entre 32 et 44 % selon les parties de l installation). Un installateur gagne en moyenne 39 % de temps en utilisant le uivre serti sur l ensemble du hantier omparativement au uivre brasé. 6

7 Un installateur réalise une éonomie générale de 29% s il hoisit le uivre serti plutôt que le uivre brasé pour rénover le système de distribution hydraulique d un bâtiment olletif Le sertissage apparaît de loin omme étant plus éonomique que le brasage pour un installateur qui doit rénover la distribution hydraulique d un logement olletif. Le uivre serti est partiulièrement intéressant pour les parties distribuées en gros diamètre (f. tableau 2) : - En hauffage : liaison module thermique olleteur appartement (éonomie de 34,5 % par rapport au uivre brasé) - En distribution sanitaire haude et froide : liaisons ompteur appartement (éonomie de 34,5 % par rapport au uivre brasé) Le gain de temps de pose (basé sur un oût horaire moyen de 25 ) ompense le oût des raords en uivre sertis et permet à un installateur qui utilise ette solution en réhabilitation de réaliser une éonomie globale sur le hantier d environ 30% par rapport au uivre brasé. 3. Chiffrages en maison individuelle 3.1. Présentation de la villa Les deux simulations (uivre brasé/uivre serti) en maison individuelle ont été réalisées dans une villa de type T4 de 82 m2, omprenant 2 niveaux ave garage et un ellier aolés. La haudière et l arrivée d eau froide sont situés dans le ellier. La prodution de haleur et d eau haude sanitaire est assurée par une haudière murale individuelle. La distribution du hauffage est réalisée en bitube apparent. Le nombre de radiateurs est de Définitions préises des simulations Voii le desriptif des postes prinipaux de la distribution hydraulique dans la maison individuelle en réhabilitation: 1 - Réseaux Chauffage Raordement haudière 2 - Eau froide sanitaire Liaison ompteur départs 3 Eau haude sanitaire Raordement haudière départs 7

8 3.3. Résultats Le tableau 3 présente une synthèse omparative des temps de pose du uivre serti par rapport à la solution uivre brasé, validés par l ingénieur onseil et les différentes entreprises ontatées, dans le adre de e hantier en maison individuelle. TABLEAU 3 / TEMPS DE POSE Cuivre brasé Cuivre serti Maison individuelle en réhabilitation Temps de pose Temps de pose Temps de pose : valeurs moyennes (en h) (en h) 1 Distribution hauffage Raordement haudière 2,6 40,6 1,8 24,7 Gain de temps par rapport au uivre brasé 34 % 39 % TOTAL 1 43,2 26,5 39 % 2 Distribution eau froide sanitaire Liaison ompteur départs 4,6 10,2 2,9 6,4 38 % 37 % TOTAL 2 14,8 9,3 38 % 3 Distribution eau haude sanitaire Raordement haudière départs 3,3 5,4 2 3,4 40 % 37 % TOTAL 3 8,7 5,4 38 % TOTAL GENERAL 66,7 41,2 38 % Le tableau 4 i-dessous présente les oûts totaux d installation (fournitures + pose) des deux solutions de référene (uivre serti et uivre brasé) déboursés par un installateur pour une réhabilitation en maison individuelle et pour haque poste prinipal d une installation. Le oût horaire de la main d œuvre a été fixé à 25 (validé par les entreprises onsultées). TABLEAU 4 / COUT TOTAL D INSTALLATION Cuivre brasé Cuivre serti Maison individuelle en réhabilitation Coût fourniture + pose, valeurs moyennes 1 Distribution hauffage Raordement haudière Prix total Déboursé installateur Fourniture + pose, en Euros Prix total Déboursé installateur Fourniture + pose, en Euros Moins value du uivre serti par rapport au uivre brasé (en %) 20,6% 28,6 % TOTAL ,1 % 2 Distribution eau froide sanitaire Liaison ompteur départs ,2 26,3 TOTAL ,2 3 Distribution eau haude sanitaire Raordements haudière départs ,5 % 21,9 % TOTAL ,2 % TOTAL GENERAL H.T % 8

9 3.4. Bilan en maison individuelle Près de 40 % de gain de temps en moyenne ave la solution uivre serti, utilisée en réhabilitation de maison individuelle De la même manière qu en bâtiment olletif en rénovation, la solution uivre serti apporte un gain de temps important à l installateur, omparativement au uivre brasé, pour la rénovation de maison individuelle : entre 34 et 40 % de gain de temps fae au brasage suivant les parties d installation (f. tableau 3). Un installateur gagne en moyenne 38 % de temps en utilisant le uivre serti sur l ensemble du hantier. Un installateur réalise une éonomie de 27% s il hoisit le sertissage plutôt que le brasage pour rénover le système de distribution hydraulique d une maison individuelle L utilisation du uivre serti pour la réhabilitation de maison individuelle est la solution la plus éonomique pour un installateur, et e sur la globalité du hantier : distribution de hauffage, d eau froide sanitaire et d eau haude sanitaire. L installateur réalise une éonomie située entre 20 et 30,5% suivant les parties d installation (f. tableau 4). C est dans la distribution intérieure de hauffage et les raordements à la haudière en eau haude que le uivre serti est le plus ompétitif ave respetivement une éonomie de 28,6 % et de 30,5 % par rapport au uivre brasé. L utilisation du uivre serti génère une éonomie moyenne sur le hantier d environ 27% pour l installateur très omparable à elle réalisée en immeuble olletif (29 %). 9

10 4. Conlusions générales 4.1. Résultats éonomiques Le uivre serti, omparativement au uivre brasé, apparaît omme la solution la plus éonomique et la plus adaptée pour la distribution hydraulique (hauffage, eau froide sanitaire, eau haude sanitaire) en réhabilitation de logements olletifs ou individuels. Les installateurs réalisent une éonomie moyenne sur la globalité d un hantier en rénovation de l ordre de 27 à 29 %. Les installateurs qui optent pour un hantier en uivre serti plutôt qu en uivre brasé en réhabilitation réalisent un gain de temps de l ordre de 40% en moyenne, aussi bien en olletif qu en individuel Résultats qualitatifs La tehnique du sertissage présente d autres avantages, omparativement au uivre brasé. L utilisation du uivre serti apporte notamment : Une très grande séurité sur les hantiers ave la suppression de l utilisation d une flamme (auune dégradation de la déoration, des parois, permis de feu inutile pour les strutures telles que les hôpitaux, les loaux industriels à risque, et) Un plus grand onfort de travail pour l installateur (raordements silenieux, suppression du bruit du poste à souder ) Des éonomies substantielles (pas de fourniture de brasure, ni de gaz) Une moindre manipulation sur hantier ave la suppression du poste à souder 10

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif du l audit énergétique de NOGENT SUR OISE 1 Sommaire I. Introduction... 3 II.

Plus en détail

Centrales Villageoises Photovoltaïques

Centrales Villageoises Photovoltaïques Centrales Villageoises Photovoltaïques Projet Centrales Villageoises Photovoltaïques Optimisation du raordement életrique et gestion du réseau sur le village de : - Les Haies Rédateur Nom Fontion Damien

Plus en détail

LES PROBLEMES ÉNERGETIQUES DE NOTRE IMMEUBLE. (Synthèse de l audit énergétique)

LES PROBLEMES ÉNERGETIQUES DE NOTRE IMMEUBLE. (Synthèse de l audit énergétique) LES PROBLEMES ÉNERGETIQUES DE NOTRE IMMEUBLE (Synthèse de l audit énergétique) 1 Un constat alarmant Une consommation en augmentation légère mais régulière 195 190 185 180 175 170 165 160 Consommation

Plus en détail

Chauffage : où en est-on?

Chauffage : où en est-on? Domaine des Hocquettes commission chauffage Chauffage : où en est-on? Restitution de l étude thermique Saunier & Associés (+ compléments de l étude infrarouge) 1 Rappel 2008 : sondage copropriétaires Février

Plus en détail

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction Statistique Informatique Mathématique appliquées Novembre 3 MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introdution Les artes de ontrôle sont

Plus en détail

Synthèse de l'étude de diagnostic énergétique: immeubles. Propositions de la commission. AG spéciales des immeubles

Synthèse de l'étude de diagnostic énergétique: immeubles. Propositions de la commission. AG spéciales des immeubles Synthèse de l'étude de diagnostic énergétique: immeubles. Propositions de la commission AG spéciales des immeubles Rappel des objectifs et méthodes Pour les immeubles Faire un point du potentiel des techniques

Plus en détail

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur.

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Réduire par 10 les consommations de chauffage Bâtiments existants : besoins en chauffage de 180 à 300 kwh/m².an Objectif :

Plus en détail

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Orateurs : ICESOL: CONCEPT 1. POUR UN INNOVANT Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Le projet «La Cigale», terminé en mars 2014 est la rénovation Minergie la plus

Plus en détail

MAITRE D OUVRAGE. BENET IMMOBILIER Syndic Copropriété Sumène (15) Le Lioran 20 bis, Rue des Frères 15000 AURILLAC OPERATION

MAITRE D OUVRAGE. BENET IMMOBILIER Syndic Copropriété Sumène (15) Le Lioran 20 bis, Rue des Frères 15000 AURILLAC OPERATION MAITRE D OUVRAGE BENET IMMOBILIER Syndic Copropriété Sumène (15) Le Lioran 20 bis, Rue des Frères 15000 AURILLAC OPERATION DESENFUMAGE DES CIRCULATIONS HORIZONTALES MISE A L AIR LIBRE DE LA CAGE D ESCALIER

Plus en détail

FICHE INFORMATION. Le Comptage comptage individuel. Votre partenaire en économie d énergie

FICHE INFORMATION. Le Comptage comptage individuel. Votre partenaire en économie d énergie FICHE INFORMATION Le Comptage comptage individuel de du l eau chauffage Votre partenaire en économie d énergie Le répartiteur de frais de chauffage Le répartiteur est un appareil de mesure du chauffage

Plus en détail

sd K 75 sd K 100 sd K 150

sd K 75 sd K 100 sd K 150 sd K 75 sd K 00 sd K 50 Notie d installation et d emploi de l Option Super Confort sd K 75, sd K 00 sd K 50 Sommaire Page Présentation...2 Dimensions, desription...3 Conditions d installation...4 Montage

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR Logiciel référencé par la marque PROJET SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY Date de l'étude : ARTISAN 05.01.2011 CLIENT SARL LECLERC Désiré SCI LA PLUME ROUGE Damien LECLERC 1 rue du

Plus en détail

Sertissage Cuivre COMAP, passez à la vitesse supérieure!

Sertissage Cuivre COMAP, passez à la vitesse supérieure! Sertissage Cuivre COMAP, passez à la vitesse supérieure! Eau Solaire Gaz Pascal P. Plombier (Lyon) RAPIDITÉ Réalisez vos installations en toute sécurité et dans un temps record! Le sertissage est jusqu

Plus en détail

LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil

LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil Aspects réglementaires : RT Eléments par éléments, RT Existant, Décret 2012-111 : Réalisation audit énergétique pour les grandes

Plus en détail

Système de chauffage par vecteur air pour logements collectifs

Système de chauffage par vecteur air pour logements collectifs Système de chauffage par vecteur air pour logements collectifs Zaio, système de chauffage multizones pour logements BBC Zaio, la réponse aux enjeux énergétiques La réglementation thermique 2012 s appliquera

Plus en détail

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC)

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Cette fiche décrit la façon de renseigner dans Clima-Win les éléments constitutifs d une installation solaire collective de production d ECS. Date 1 3/ 12/2012

Plus en détail

Réhabilitation thermique habitat collectif. Bernard CHEMIN

Réhabilitation thermique habitat collectif. Bernard CHEMIN Réhabilitation thermique habitat collectif Les mercredi de l info du 22 février 2012 Bernard CHEMIN 1 Un ensemble construit en 1976 composé de 5 bâtiments 2 3 Ponts thermiques Performances initiale Répartitions

Plus en détail

F i c h e c o m m e r c i a l e. Chauffage / ECS. système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température

F i c h e c o m m e r c i a l e. Chauffage / ECS. système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température F i c h e c o m m e r c i a l e Chauffage / ECS système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température 2 chauffage / ECS > logements collectifs > production d ECS

Plus en détail

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 ENERGY BREAKFAST Le chauffage de votre entreprise 2 TABLE DES MATIERES Le chauffage : C EST IMPORTANT! Diverses techniques de chauffage Nouvelles techniques de chauffe La

Plus en détail

Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire GROUPE THOAS

Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire GROUPE THOAS Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire Installation ECS existante Production d eau chaude: Trois cumulus de 1500 l dans chaque sous-station: Deux cumulus HS dans

Plus en détail

Inauguration de la première maison «premium» construite en France une maison bois performante et économique en Touraine

Inauguration de la première maison «premium» construite en France une maison bois performante et économique en Touraine 4 ème Forum International Bois Construction 2014 Inauguration de la première maison «premium» construite en France P. Bouyer 1 Inauguration de la première maison «premium» construite en France une maison

Plus en détail

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014 Fiche d application du Titre V Système RT2012 Validé le 1 er décembre 2014 Xiros EAU - 100 L - 150 L Cylia EAU - 200 L - 300 L 1. Le PRINCIPE Les chauffe-eau thermodynamiques Xiros EAU et Cylia EAU, captent

Plus en détail

Descriptif quantitatif second œuvre

Descriptif quantitatif second œuvre GENERAUX ARTISTIQUES Descriptif quantitatif second œuvre La mise en œuvre de menuiserie intérieure Maintien des blocs portes en attente de la pose de la cloison (mise en place, réglage et calage) ES S

Plus en détail

CPE POUR LA RENOVATION DES BATIMENTS DE L ERE SOVIETIQUE EN LETTONIE

CPE POUR LA RENOVATION DES BATIMENTS DE L ERE SOVIETIQUE EN LETTONIE 1 CPE POUR LA RENOVATION DES BATIMENTS DE L ERE SOVIETIQUE EN LETTONIE Présentation du modèle RENESCO Ltd. Jérôme Adnot, Bruno Duplessis, Olivier Greslou, Mines ParisTech avec l autorisation d Eric Berman,

Plus en détail

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE JORF n 0301 du 28 décembre 2007 texte n 5 ARRETE Arrêté du 21 septembre 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments neufs en France métropolitaine NOR: DEVU0763823A Le ministre

Plus en détail

PRESENTATION AUDIT ENERGÉTIQUE CONFORME AU CAHIER DES CHARGES DE L ADEME

PRESENTATION AUDIT ENERGÉTIQUE CONFORME AU CAHIER DES CHARGES DE L ADEME Conseils - Formation Etudes - Expertises Assistance à Maitrise d ouvrage Dossier : LB OR- 45000 N. Référence : OR.201114 Votre Interlocuteur : R.DJERIDI (06 52 98 56 93) Le Cannet, le 25/06/2015 PRESENTATION

Plus en détail

DOSSIER RESSOURCES. Dossier RESSOURCES. Session 2013. Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 15

DOSSIER RESSOURCES. Dossier RESSOURCES. Session 2013. Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 15 DOSSIER Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 15 CCTP : CONSTRUCTION DU NOUVEAU CENTRE TECHNIQUE MUNICIPAL Traitement d eau. Fourniture et pose d un traitement d eau destiné à l alimentation d eau froide

Plus en détail

L audit énergétique qu est-ce que c est?

L audit énergétique qu est-ce que c est? L audit énergétique qu est-ce que c est? Ce document se propose d expliquer, à l aide de quelques extraits commentés, en quoi consiste un audit énergétique. Un audit énergétique débute par un descriptif

Plus en détail

Bâtiments «particuliers» PAE ou audit spécifique? A quelle prime mon client aurat-il. Benoit Fourez DGO4 Département énergie et bâtiment durable

Bâtiments «particuliers» PAE ou audit spécifique? A quelle prime mon client aurat-il. Benoit Fourez DGO4 Département énergie et bâtiment durable Bâtiments «particuliers» PAE ou audit spécifique? A quelle prime mon client aurat-il droit? Benoit Fourez DGO4 Département énergie et bâtiment durable Sommaire Contexte général Contexte réglementaire Méthodologie

Plus en détail

Copropriété : Décryptage du volet réglementaire. Hicham LAHMIDI

Copropriété : Décryptage du volet réglementaire. Hicham LAHMIDI Copropriété : Décryptage du volet réglementaire Hicham LAHMIDI Audit énergétique d un immeuble ou d un groupe d immeubles en copropriété Décryptage du décret du 27 janvier 2012 et de l arrêté du 28 février

Plus en détail

VIVRACOME Les exigences réglementaires

VIVRACOME Les exigences réglementaires Les exigences réglementaires VIVRACOME et la réglementation thermique (NFP 52.307) La réglementation thermique actuelle des bâtiments neufs ou existants porte sur l amélioration de leur performance énergétique.

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Notions sur les différents systèmes de chauffage

Notions sur les différents systèmes de chauffage TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Les réseaux de chauffage Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différents systèmes de chauffage On donne : Un dossier ressource

Plus en détail

MAITRE D OUVRAGE. BENET IMMOBILIER Syndic Copropriété Sumène (15) Le Lioran 20 bis, Rue des Frères 15000 AURILLAC OPERATION

MAITRE D OUVRAGE. BENET IMMOBILIER Syndic Copropriété Sumène (15) Le Lioran 20 bis, Rue des Frères 15000 AURILLAC OPERATION MAITRE D OUVRAGE BENET IMMOBILIER Syndic Copropriété Sumène (15) Le Lioran 20 bis, Rue des Frères 15000 AURILLAC OPERATION DESENFUMAGE DES CIRCULATIONS HORIZONTALES MISE A L AIR LIBRE DE LA CAGE D ESCALIER

Plus en détail

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur.

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur. La ventilation en rénovation r : Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur Octobre 2010 Introduction Il s agit de présenter ici le point de vue d un maître

Plus en détail

Confort. intégrée (Duo) ou déportée POMPE A CHALEUR. CHAUFFAGE (30/35 C, 40/45 C) www.marque-nf.com

Confort. intégrée (Duo) ou déportée POMPE A CHALEUR. CHAUFFAGE (30/35 C, 40/45 C) www.marque-nf.com POMPE A CHALEUR ALFÉA ALFÉA DUO Pompe à chaleur Air/Eau Split Inverter Confort du chauffage basse température Eau chaude sanitaire intégrée (Duo) ou déportée CHAUFFAGE (0/ C, 0/ C) www.marque-nf.com Faites

Plus en détail

VILLE DE L ISLE D ESPAGNAC. Acte d engagement

VILLE DE L ISLE D ESPAGNAC. Acte d engagement VILLE DE L ISLE D ESPAGNAC MARCHE DE FOURNITURE DE GAZ NATUREL, D EXPLOITATION ET D ENTRETIEN DES INSTALLATIONS THERMIQUES AVEC GROS ENTRETIEN Acte d engagement Maître d Ouvrage Assistant Maître d Ouvrage

Plus en détail

Pompes à chaleur Vous y gagnez, la planète aussi. Des solutions pour économiser DE l énergie dans votre foyer

Pompes à chaleur Vous y gagnez, la planète aussi. Des solutions pour économiser DE l énergie dans votre foyer e au chaude ener gie renouvel able chauffage Pompes à chaleur Vous y gagnez, la planète aussi Des solutions pour économiser DE l énergie dans votre foyer STIEBEL ELTRON. Des systèmes pour un bilan énergétique

Plus en détail

Remplacement de chaudières: Ecole Pierre Loubière et Salle polyvalente

Remplacement de chaudières: Ecole Pierre Loubière et Salle polyvalente Remplacement de chaudières: Ecole Pierre Loubière et Salle polyvalente Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Table des matières

Plus en détail

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

stations d appartement) est un système permettant d assurer de manière instantanée (par échangeur à plaques) à partir d un unique réseau

stations d appartement) est un système permettant d assurer de manière instantanée (par échangeur à plaques) à partir d un unique réseau des modules thermiques d appartement 1/ d appartement stations d appartement) est un système permettant d assurer de manière instantanée (par échangeur à plaques) à partir d un unique réseau a de principe

Plus en détail

Objet : Evaluation des audits PAE réalisés en Région wallonne

Objet : Evaluation des audits PAE réalisés en Région wallonne Madame, Monsieur, Objet : Evaluation des audits PAE réalisés en Région wallonne Depuis plusieurs années, les trois Régions et l'etat fédéral ont travaillé au développement d'une procédure commune visant

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

OBJECTIF. Cette étude a été réalisée avec l autorisation du Ministère (DHUP).

OBJECTIF. Cette étude a été réalisée avec l autorisation du Ministère (DHUP). OBJECTIF Evaluation des adaptions techniques et des écarts économiques résultant de l application de la nouvelle réglementation RT2012 à une opération bénéficiant aujourd hui du label BBC 2005 Effinergie.

Plus en détail

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Partie concernant les bâtiments de logements Thermique et Scénarios de rénovation 10, rue des Bluets 75011 Paris Tél : 01 55 43 97 07 37-39 Avenue

Plus en détail

Sertissage Aciers COMAP,

Sertissage Aciers COMAP, Sertissage Aciers COMAP, passez à la vitesse supérieure! Jean Vasseur Communication - Photo : Domino Pascal P. Plombier (Lyon) XPress aciers Carbone XPress aciers Inox RAPIDITÉ Réalisez vos installations

Plus en détail

TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE

TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE COMBINEZ VOTRE STATION INDIVIDUELLE Le module thermique d appartement TacoTherm Dual Piko s adapte parfaitement à toutes les configurations

Plus en détail

Justifier des choix réalisés pour les travaux au regard de la consommation et de la maîtrise de l énergie et de l eau, du choix des matériaux.

Justifier des choix réalisés pour les travaux au regard de la consommation et de la maîtrise de l énergie et de l eau, du choix des matériaux. Annexe Prise en compte de la démarche de développement durable et solidaire pour les opérations de moins de 15 logements Grille du référentiel départemental Justifier des choix réalisés pour les travaux

Plus en détail

LES SOLUTIONS «PRÊT-À-POSER»

LES SOLUTIONS «PRÊT-À-POSER» LES SOLUTIONS «PRÊT-À-POSER» GRK ARMOIRES hydro-câblées KITS de montage FABRICANT FRANÇAIS K I T S D E M O N TA G E ref. 8500-0 Pour compteur (de 110 ou 130 mm) Raccord télescopique 3/4 Manchette plastique

Plus en détail

MODULE_RENOVE_V1 DEVENIR RESPONSABLE TECHNIQUE EN RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS

MODULE_RENOVE_V1 DEVENIR RESPONSABLE TECHNIQUE EN RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS Centre de formation à la réhabilitation du patrimoine architectural MODULE_RENOVE_V1 DEVENIR RESPONSABLE TECHNIQUE EN RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS OBJECTIFS GENERAUX DANS UN CONTEXTE D OFFRE GLOBALE

Plus en détail

Les relevés, mesures, questions, données et informations à obtenir portent sur : - L environnement de l équipement :

Les relevés, mesures, questions, données et informations à obtenir portent sur : - L environnement de l équipement : OBJECTIF DU DIAGNOSTIC Le diagnostic énergétique doit permettre, à partir d une analyse détaillée des données du site, de dresser des propositions chiffrées et argumentées de programmes de sobriété énergétique

Plus en détail

COMPTE RENDU DE CHANTIER

COMPTE RENDU DE CHANTIER 09 COMPTE RENDU DE CHANTIER Tél : 05 61 44 77 37 Fax : 05 61 59 05 31 Mail : contact.eco2@gmail.com 09 8, rue Jacques Babinet Immeuble les peupliers 31100 TOULOUSE Référence : APP112_AUDIT_LAURIERS_TOULOUSE

Plus en détail

Soirée des conseillers syndicaux. 15 Mai 2014

Soirée des conseillers syndicaux. 15 Mai 2014 Soirée des conseillers syndicaux 15 Mai 2014 Présentation Société ACCEO Un bureau d études spécialisé dans 3 domaines à forte technicité Ascenseur et Transport Vertical Efficacité Energétique Accessibilité

Plus en détail

télégestion audit sens-e SIMPLIFIER LA GESTION DE VOS ÉNERGIES SOLUTIONS D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

télégestion audit sens-e SIMPLIFIER LA GESTION DE VOS ÉNERGIES SOLUTIONS D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE télégestion SIMPLIFIER LA GESTION DE VOS ÉNERGIES audit sens-e SOLUTIONS D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE SOLUTIONS D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE La télégestion, clé d une stratégie énergétique de pointe En tant que

Plus en détail

Recommandation d'installation et de raccordement d'immeubles au réseau multimédia

Recommandation d'installation et de raccordement d'immeubles au réseau multimédia Recommandation d'installation et de raccordement d'immeubles au réseau multimédia 1. Préambule Les applications multimédia exigent l accès à des données dans toutes les pièces d un appartement. Il est

Plus en détail

BIENVENUE Conférence Futé 5à7

BIENVENUE Conférence Futé 5à7 BIENVENUE Conférence Futé 5à7 www.fute.ch Bienvenue! Animateur: Daniel BERTHOLET ing. consultant Direction de projet: 1 Sommaire Objectifs des cours chauffez futés. Module 1,2,3 De quoi parle-ton? L installation

Plus en détail

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES»

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1 FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1. Contexte Enjeux La technologie des chaudières à condensation permet une augmentation conséquente des performances des chaudières

Plus en détail

PERFINOX CONDENS 5000

PERFINOX CONDENS 5000 PERFINOX CONDENS 5000 CHAUDIÈRE SOL GAZ CONDENSATION, CHAUFFAGE SEUL OU AVEC ECS ACCUMULÉE La condensation pour tous! RÉGULATION SUR T EXTÉRIEURE SIMPLIFIÉE RAPIDE À POSER, SIMPLE À UTILISER RAPPORT QUALITÉ/PRIX

Plus en détail

DECOMPOSITION du PRIX GLOBAL ET FORFAITAIRE (DPGF)

DECOMPOSITION du PRIX GLOBAL ET FORFAITAIRE (DPGF) DECOMPOSITION du PRIX GLOBAL ET FORFAITAIRE (DPGF) NATURE DES PRESTATIONS : Travaux de réhabilitation des équipements climatiques MAITRE DE L OUVRAGE : Service à Compétence Nationale Musée National du

Plus en détail

Décomposition du Prix Global et Forfaitaire - Phase : DCE

Décomposition du Prix Global et Forfaitaire - Phase : DCE N Désignation U Qté Prix Unitaire Montant HT 08 LOT CHAUFFAGE GAZ VENTILATION 08.1 OBJET 08.2 GENERALITE 08.2.5 Renseignements et documents à fournir : DOSSIER D'EXECUTION et DES OUVRAGES EXECUTES 08.2.5.2

Plus en détail

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz VILLE DE METZ JUIN 2011 Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz Notice réalisée par le groupement S2E UBIQUE dans le cadre de sa mission d assistance à maîtrise d ouvrage. SOMMAIRE

Plus en détail

Programme Formation WUFI - AMOES AMOES. Programme Formation WUFI. Damien Lambert 31 rue Bapst 92 600 Asnières-sur-Seine Lieu de Formation

Programme Formation WUFI - AMOES AMOES. Programme Formation WUFI. Damien Lambert 31 rue Bapst 92 600 Asnières-sur-Seine Lieu de Formation AMOES Programme Formation WUFI Titre document Programme Formation WUFI Date 2014 Rédigé/Validé par Damien Lambert 31 rue Bapst 92 600 Asnières-sur-Seine Lieu de Formation Tél : 01 41 32 22 11 Fax : 01

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

Le Plan Climat Energie de Paris en marche :

Le Plan Climat Energie de Paris en marche : DOSSIER DE PRESSE 05 décembre 2012 Le Plan Climat Energie de Paris en marche : Rénovation énergétique globale d une copropriété parisienne : la Fontaine d Aligre (12 ème arrondissement) Sommaire 1_ La

Plus en détail

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 08h. 12h. 13h. 17h. 18h. 22h. lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche École École École École École Clubs Manifestation École École Clubs École

Plus en détail

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Page 1 / 5 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Introduction Dans

Plus en détail

Présentation Primes énergie.fr Salon Indépendant de la Copropriété. Paris Porte de Charenton, 16 17 Octobre 2013

Présentation Primes énergie.fr Salon Indépendant de la Copropriété. Paris Porte de Charenton, 16 17 Octobre 2013 Présentation Primes énergie.fr Salon Indépendant de la Copropriété Les Certificats d Economies d Energie Paris Porte de Charenton, 16 17 Octobre 2013 Introduction au dispositif Méconnu du grand public

Plus en détail

Région Sud Ouest Délégation Marché d Affaires

Région Sud Ouest Délégation Marché d Affaires Région Sud Ouest Délégation Marché d Affaires Juin 2015 Sommaire GrDF 4 missions GrDF : un conseiller privilégié et un partenaire impliqué Au préalable La suppression des ouvrages existants Client Contacter

Plus en détail

LES BESOINS THERMIQUES DE LA MAISON

LES BESOINS THERMIQUES DE LA MAISON HERE COME THE SUN LES BESOINS THERMIQUES DE LA MAISON CHAUFFAGE - EAU CHAUDE - PISCINE ECONOMIES D ENERGIE SOLISCONFORT CHAUFFAGE SOLAIRE THERMIQUE DE SOLISART CHAUFFAGE Gestion de 4 températures Confort

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS. Après le 01/01/1948

LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS. Après le 01/01/1948 LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS Concerne les bâtiments terminés Après le 01/01/1948 Vendredi 24 avril 2009 ASTI 38950 St Martin le Vinoux a.s.t.i@orange.fr Gérard Maubleu le 20/04/2009

Plus en détail

10 km d'avignon, à 500 m du Rhône. On peut considérer que j'ai le même climat qu'à Avignon

10 km d'avignon, à 500 m du Rhône. On peut considérer que j'ai le même climat qu'à Avignon Données Une villa de 140 m2, moyennement isolée 10 km d'avignon, à 500 m du Rhône. On peut considérer que j'ai le même climat qu'à Avignon Ma maison 100 m2 est de 1966. Montée sur vide sanitaire, le plancher

Plus en détail

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE PAC absorption gaz Le site de la Résidence Dinetard à Toulouse SOMMAIRE Le site instrumenté Etudes de dimensionnement : 1, 2 ou 3 PAC??

Plus en détail

Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique

Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique Textes réglementaires concernés : Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

Cycle de formation énergie environnement 2015-2016

Cycle de formation énergie environnement 2015-2016 Cycle de formation énergie environnement 2015-2016 Ventilation générale des bâtiments : concepts techniques et applications pratiques dans les immeubles de logements Martial Götz Présentation du : 19.11.2015

Plus en détail

4 - LES VOLS SUR LES CHANTIERS

4 - LES VOLS SUR LES CHANTIERS 4 - LES VOLS SUR LES CHANTIERS 4.1. CHIFFRES CLES Les vols sur les s constituent toujours un fléau. La SNIE sensibilise l ensemble de ses clients depuis plusieurs années déjà et nous vous communiquons

Plus en détail

électrique Gialix offre la solution de chauffage central ple et la plus souple pour le neuf ou la rénovation

électrique Gialix offre la solution de chauffage central ple et la plus souple pour le neuf ou la rénovation électrique Gialix offre la solution de central ple et la plus souple pour le neuf ou la rénovation Retour Aquastat de sécurité circuit radiateur MODULANTE ET SILENCIEUSE Gialix est la seule chaudière électrique

Plus en détail

Formule Web 290 TTC. Etude THERMIQUE. Selon la méthode de calcul THCE

Formule Web 290 TTC. Etude THERMIQUE. Selon la méthode de calcul THCE Etude Thermique BBC Formule Web 290 TTC Etude THERMIQUE Selon la méthode de calcul THCE Réglementation Thermique 2005 (arrêté du 24 mai 2006) Calculs réalisés avec le moteur ThCE 2005 conçu par le CSTB.

Plus en détail

AMOES. Programme Formation TRNSYS

AMOES. Programme Formation TRNSYS 1/6 AMOES Programme Formation TRNSYS Titre document Rédigé/Validé par Lieu de Formation Programme Formation TRNSYS Damien Lambert 31 rue Bapst 92 600 Asnières-sur-Seine Tél : 01 41 32 22 11 Fax : 01 40

Plus en détail

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03 1 «REDUCTION DES CONSOMMATIONS ELECTRIQUES DES PARTIES COMMUNES D IMMEUBLES COLLECTIFS ET DE BATIMENTS TERTIAIRES» Contexte et enjeux Les consommations d électricité des parties communes (éclairage des

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

Présentation Degrés Bleus. La récupération de chaleur sur Eaux usées

Présentation Degrés Bleus. La récupération de chaleur sur Eaux usées Présentation Degrés Bleus La récupération de chaleur sur Eaux usées Lyonnaise des Eaux Proposer des solutions énergétiques autour de l eau 3 3 Eau chaude : récupération sur Eaux Grises 2 Géothermie : Récupération

Plus en détail

1. CAHIER DES CHARGES

1. CAHIER DES CHARGES CONTI & ASSOCIES Ingénieurs S.A. 2 décembre 2010 Quartier de Laurana-Parc et extensions Concept énergétique 1. CAHIER DES CHARGES 1.1. Situation et description générale du projet Les immeubles de logements

Plus en détail

MAITRE D'OUVRAGE. HABITAT DAUPHINOIS 20 rue Balzac 26000 VALENCE Tél : 04.75.44.92.20.

MAITRE D'OUVRAGE. HABITAT DAUPHINOIS 20 rue Balzac 26000 VALENCE Tél : 04.75.44.92.20. MAITRE D'OUVRAGE HABITAT DAUPHINOIS 20 rue Balzac 26000 VALENCE Tél : 04.75.44.92.20. LA PASSERELLE 1 à CHATEAUNEUF SUR ISERE Dossier de consultation des entreprises : SEPTEMBRE 2015 C.C.T.P. (Cahier des

Plus en détail

Réduire la précarit. carité. Leur maitrise est un enjeu. 23 mai 2013

Réduire la précarit. carité. Leur maitrise est un enjeu. 23 mai 2013 Réduire la précarit carité énergétique Les coûts de la rénovation : Leur maitrise est un enjeu 23 mai 2013 Recherche expérimentation PUCA Connaître le coût t et la performance thermique en OPAH (2009-2012)

Plus en détail

CHAUFFAGE PAR LE BOIS ESPACE AQUALUDIQUE DE CARHAIX PREMIER RETOUR D EXPERIENCE APRES TROIS ANNEES DE FONCTIONNEMENT

CHAUFFAGE PAR LE BOIS ESPACE AQUALUDIQUE DE CARHAIX PREMIER RETOUR D EXPERIENCE APRES TROIS ANNEES DE FONCTIONNEMENT CHAUFFAGE PAR LE BOIS ESPACE AQUALUDIQUE DE CARHAIX PREMIER RETOUR D EXPERIENCE APRES TROIS ANNEES DE FONCTIONNEMENT 1 2 3 4 5 DEFINITION DES EQUIPEMENTS AQUATIQUES Cet espace aqualudique sports-loisirs

Plus en détail

Rénovation d'une ancienne ferme et création de 10 logements Lot 4 : bordereau

Rénovation d'une ancienne ferme et création de 10 logements Lot 4 : bordereau FONDS DU LOGEMENT des Familles Nombreuses de Wallonie SCRL Mars 2011 BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES Aide Locative de Namur Rue Saint-Nicolas, 67 5000 Namur Téléphone 081 42 03 67 Télécopie 081 42 03 59 Métré

Plus en détail

FG3E DUREE DE VIE DES MATERIELS DE CHAUFFAGE

FG3E DUREE DE VIE DES MATERIELS DE CHAUFFAGE - Janvier 2000-1/12 FG3E FÉDÉRATION FRANÇAISE DES ENTREPRISES GESTIONNAIRES DE SERVICES AUX ÉQUIPEMENTS, A L ÉNERGIE ET A L ENVIRONNEMENT DUREE DE VIE DES MATERIELS DE CHAUFFAGE 28, rue de la pépinière-75008

Plus en détail

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel»

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DE L ENERGIE SOLAIRE LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» Contexte : La

Plus en détail

Alphonse Chaumette et sa femme. depuis 4 générations dans le département de l Allier où elle exerce des activités de maçonnerie et de béton armé.

Alphonse Chaumette et sa femme. depuis 4 générations dans le département de l Allier où elle exerce des activités de maçonnerie et de béton armé. Fondée en 1880 Alphonse Chaumette et sa femme Fondée en 1880 à Moulins, l entreprise familiale Chaumette-Dupleix est installée depuis 4 générations dans le département de l Allier où elle exerce des activités

Plus en détail

CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE BERNE FRANCOPHONE FORMATION CONTINUE BREVET FEDERAL DE CONCIERGE

CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE BERNE FRANCOPHONE FORMATION CONTINUE BREVET FEDERAL DE CONCIERGE CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE BERNE FRANCOPHONE FORMATION CONTINUE BREVET FEDERAL DE CONCIERGE www.ceff.ch OBJECTIFS GENERAUX DE LA FORMATION Le ceff propose une formation menant à l obtention du

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Production solaire thermique pour logements individuels et collectifs (< 10 unités) Gregory NEUBOURG APERe Objectif(s) de la présentation Connaitre

Plus en détail

Pompe à chaleur à absorption gaz naturel aérothermique chauffage seul

Pompe à chaleur à absorption gaz naturel aérothermique chauffage seul Pompe à chaleur à absorption gaz naturel aérothermique chauffage seul Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ArchiWIZARD de RayCREATIS Version 2.7.0 du 05/07/2013 Logiciel évalué conforme à la RT

Plus en détail

DETAIL DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

DETAIL DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DETAIL DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EASYTAIRM 20 rue Angélina Faity 79000 NIORT N d enregistrement : 54 79 00883 79 Type d action de formation Intitulé de la formation «Les techniques de calculs appliquées

Plus en détail

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE EN COPROPRIÉTÉ PRIVÉE

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE EN COPROPRIÉTÉ PRIVÉE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE EN COPROPRIÉTÉ PRIVÉE Freins, solutions, conseils pour les professionnels Julie Montenoise, Conseillère Info-énergie climat, chargée de l accompagnement des copropriétés à l Agence

Plus en détail

RELEVE TECHNIQUE PARTIE COMMUNE

RELEVE TECHNIQUE PARTIE COMMUNE Rue de la Mouillère - 25 000 Besançon MAITRE D OUVRAGE Reynaud Immobilier Services 22 Bis Rue de Dole 25 000 BESANCON Tél. :03.81.61.94.84 Fax : 03.81.61.95.80 E-Mail : contact@reynaud-immobilier.com RELEVE

Plus en détail

Besoin de maîtrise d œuvre

Besoin de maîtrise d œuvre Besoin de maîtrise d œuvre Fonctions Qui? Commentaires 1 Pilotage technique du chantier Délais, planning, suivi 2 Etablissement des dossiers d aides fiscales et financières A déterminer 3 Pilotage des

Plus en détail

HABITER MIEUX DANS LE GRAND NANCY juin 2011 - juin 2014

HABITER MIEUX DANS LE GRAND NANCY juin 2011 - juin 2014 Programme d Intérêt Général HABITER MIEUX DANS LE GRAND NANCY juin 2011 - juin 2014 Salle des fêtes - 7, rue de Parme - Vandoeuvre-lès-Nancy Mercredi 29 février 2012-20h Sommaire Qu est-ce que le Programme

Plus en détail

Dossier chauffage. Etudes et rédactions

Dossier chauffage. Etudes et rédactions Dossier chauffage La société Consultant ESE a réalisé à la demande de la copropriété RASPAIL à IVRY un document d appel d offre au vu d obtenir des économies d énergie. Etudes et rédactions Il a été étudié

Plus en détail