ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION"

Transcription

1 - Février ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION Centre d Information du Cuivre 30, avenue Messine Paris HOLISUD Ingénierie 21, rue de la Digue TOULOUSE tel : fax :

2 Plan 1. Présentation générale de l étude 1.1. Présentation 1.2. Solutions étudiées en réhabilitation 2. Chiffrages en résidene olletive 2.1. Présentation de la résidene 2.2. Définitions préises des simulations 2.3. Résultats 2.4. Bilan en résidene olletive 3. Chiffrages en maison individuelle 3.1. Présentation de la villa 3.2. Définitions préises des simulations 3.3. Résultats 3.4. Bilan en maison individuelle 4. Conlusions générales 4.1. Résultats éonomiques 4.2. Résultats qualitatifs 2

3 1. Présentation générale de l étude 1.1. Présentation Le Centre d Information du Cuivre a onfié à la soiété Holisud Ingénierie la réalisation d une étude omparative de deux solutions utilisées pour la distribution hydraulique dans les logements : le uivre brasé et le uivre serti. Cette étude porte sur l utilisation de es deux solutions dans le seteur de la rénovation dans les trois onfigurations suivantes : hauffage, eau froide sanitaire et eau haude sanitaire Solutions étudiées en réhabilitation Quatre simulations ont été réalisées dans deux atégories de bâtiments en réhabilitation (immeuble olletif et maison individuelle), intégrant les oûts de fourniture et les temps de mise en œuvre. Pour haque atégorie de bâtiment en réhabilitation, deux simulations de hantiers de distribution hydraulique ont été effetuées : un hantier en tube uivre brasé apparent et un hantier en tube uivre serti apparent. Les résultats de es simulations ont ensuite été omparés. Le dimensionnement et les métrés détaillés de tous les réseaux hydrauliques ont été réalisés (hauffage, eau froide sanitaire, eau haude sanitaire). Les résultats obtenus ont servi de base à la onsultation d entreprises de plomberie-hauffage, pour définir les oûts de fournitures ainsi que les temps mise en oeuvre. La onsultation Elle a été réalisée sur la base d un ahier des harges, assoié à un devis quantitatif sur lequel figure l intégralité des métrés (tubes et raords) ave des propositions de valeurs par défaut, de telle sorte que les entreprises onsultées n avaient plus qu à valider ou modifier les temps de main d œuvre. Un ingénieur onseil, travaillant pour plusieurs entreprises en hiffrage et études d exéution a été également onsulté, e qui a permis d obtenir le retour de plusieurs installateurs par le biais d un seul interlouteur. 2. Chiffrages en résidene olletive 2.1. Présentation de la résidene La résidene qui a servi de base à l étude est un bâtiment en rénovation, qui omprend 3 ages d esalier et 4 niveaux identiques de logements. Le bâtiment est un R + 4 ave parking en rez-de-haussée ave un nombre total 44 logements, répartis de la manière suivante : 4 T1, 20 T2, 16 T3 et 4 T4. La haufferie est implantée sur la toiture au-dessus de la age d esalier B (voir page suivante). 3

4 La représentation shématique de la résidene est la suivante : Chaufferie Niveau 4 Niveau 3 Niveau 2 Niveau 1 1 T1, 1 T2, 1 T3 2 T2, 2 T3 2 T2, 1 T3, 1 T4 1 T1, 1 T2, 1 T3 2 T2, 2 T3 2 T2, 1 T3, 1 T4 1 T1, 1 T2, 1 T3 2 T2, 2 T3 2 T2, 1 T3, 1 T4 1 T1, 1 T2, 1 T3 2 T2, 2 T3 2 T2, 1 T3, 1 T4 Cage A B C d esalier Une haufferie olletive en toiture assure le hauffage et la prodution d eau haude sanitaire. La distribution se fait par 3 olonnes montantes intégrées dans des gaines tehniques palières. Le nombre de radiateurs est de 226. De la même façon, la distribution d eau haude et d eau froide sanitaire se fait en olonne montante, ave omptage individuel en gaine tehnique palière, redirigée vers les logements. Shéma de prinipe des installations d e hauffage olletif Armoire életrique Régul. ECS ECS Sd EFS Boulage ECS Se Gaz Gaz Gaz Gaine gaz Gaz Coffret GDF P A R K I N G S 4

5 2.2. Définitions préises des simulations Deux simulations de hantiers ont don été réalisées : l une en tube uivre serti apparent, l autre en tube uivre brasé apparent. Voii le desriptif des postes prinipaux de la distribution hydraulique dans l immeuble olletif en réhabilitation : 1 - Réseaux Chauffage Liaisons en toiture prodution olonne montante Raordement module thermique d appartement Liaisons module thermique olleteur appartement 2 - Eau froide sanitaire Raordement ompteur individuel d eau froide Liaisons ompteur appartement 3 Eau haude sanitaire Liaisons en toiture prodution olonne montante et boulage Raordement ompteur individuel d eau haude Liaisons ompteur appartement 2.3. Résultats Le tableau 1 i-dessous présente une synthèse omparative des temps de pose de l installation en tube uivre serti par rapport à la solution en tube uivre brasé, validés par l ingénieur onseil et les différentes entreprises ontatées pour la réalisation de l étude. TABLEAU 1 / TEMPS DE POSE Cuivre brasé Cuivre serti Colletif en réhabilitation Temps de pose Temps de pose Temps de pose : valeurs moyennes (en h) (en h) 1 Distribution hauffage Liaisons en toiture prodution olonne montante Raordement module thermique d appartement Liaisons module thermique olleteur appartement Gain de temps par rapport au uivre brasé 35 % 34 % 34 % 44 % 38 % TOTAL % 2 Distribution eau froide sanitaire Raordement ompteur individuel d eau froide Liaisons ompteur appartement % 42 % 44 % 39 % TOTAL % 3 Distribution eau haude sanitaire Liaisons en toiture prodution olonne montante et boulage Raordement ompteur individuel d eau haude Liaisons ompteur appartement % 40 % 42 % 44 % 40 % TOTAL % TOTAL GENERAL % 5

6 Le tableau 2 présente les oûts totaux d installation (fournitures + pose) des solutions de référene (uivre serti et uivre brasé) déboursés par un installateur pour un bâtiment olletif en réhabilitation et pour haque poste prinipal d une installation. Le oût horaire de la main d œuvre a été fixé à 25 (validé par les entreprises onsultées). TABLEAU 2 / COUT TOTAL D INSTALLATION Cuivre brasé Cuivre serti Colletif en réhabilitation Coût fourniture + pose, valeurs moyennes Prix total Déboursé installateur fourniture + pose, en Euros Prix total Déboursé installateur fourniture + pose, en Euros 1 Distribution hauffage Liaison en toiture prodution olonne montante Raordement module thermique d appartement Liaison module thermique olleteur appartement TOTAL Moins value du uivre serti par rapport au uivre brasé (en %) 5,3 % 21 % 21,7 % 34,5 % 28,1 % 28,2 % 2 Distribution eau froide sanitaire Raordement ompteur individuel eau froide Liaisons ompteur appartement ,9 % 26,4 % 34,5 % 31,3 % TOTAL ,1 % 3 Distribution eau haude sanitaire Liaisons en toiture prodution olonne montante et boulage Raordement ompteur individuel d eau haude Liaisons ompteur appartement ,4 % 22 % 26,4 % 34,5 % 32 % TOTAL ,5 % TOTAL GENERAL H.T % 2.4. Bilan en résidene olletive Près de 40 % de gain de temps en moyenne pour la solution uivre serti en bâtiment olletif en réhabilitation Comme le montre le tableau 1, le uivre serti apporte un gain de temps onsidérable à l installateur par rapport au uivre brasé, et e sur toutes les parties du hantier (gain de temps entre 32 et 44 % selon les parties de l installation). Un installateur gagne en moyenne 39 % de temps en utilisant le uivre serti sur l ensemble du hantier omparativement au uivre brasé. 6

7 Un installateur réalise une éonomie générale de 29% s il hoisit le uivre serti plutôt que le uivre brasé pour rénover le système de distribution hydraulique d un bâtiment olletif Le sertissage apparaît de loin omme étant plus éonomique que le brasage pour un installateur qui doit rénover la distribution hydraulique d un logement olletif. Le uivre serti est partiulièrement intéressant pour les parties distribuées en gros diamètre (f. tableau 2) : - En hauffage : liaison module thermique olleteur appartement (éonomie de 34,5 % par rapport au uivre brasé) - En distribution sanitaire haude et froide : liaisons ompteur appartement (éonomie de 34,5 % par rapport au uivre brasé) Le gain de temps de pose (basé sur un oût horaire moyen de 25 ) ompense le oût des raords en uivre sertis et permet à un installateur qui utilise ette solution en réhabilitation de réaliser une éonomie globale sur le hantier d environ 30% par rapport au uivre brasé. 3. Chiffrages en maison individuelle 3.1. Présentation de la villa Les deux simulations (uivre brasé/uivre serti) en maison individuelle ont été réalisées dans une villa de type T4 de 82 m2, omprenant 2 niveaux ave garage et un ellier aolés. La haudière et l arrivée d eau froide sont situés dans le ellier. La prodution de haleur et d eau haude sanitaire est assurée par une haudière murale individuelle. La distribution du hauffage est réalisée en bitube apparent. Le nombre de radiateurs est de Définitions préises des simulations Voii le desriptif des postes prinipaux de la distribution hydraulique dans la maison individuelle en réhabilitation: 1 - Réseaux Chauffage Raordement haudière 2 - Eau froide sanitaire Liaison ompteur départs 3 Eau haude sanitaire Raordement haudière départs 7

8 3.3. Résultats Le tableau 3 présente une synthèse omparative des temps de pose du uivre serti par rapport à la solution uivre brasé, validés par l ingénieur onseil et les différentes entreprises ontatées, dans le adre de e hantier en maison individuelle. TABLEAU 3 / TEMPS DE POSE Cuivre brasé Cuivre serti Maison individuelle en réhabilitation Temps de pose Temps de pose Temps de pose : valeurs moyennes (en h) (en h) 1 Distribution hauffage Raordement haudière 2,6 40,6 1,8 24,7 Gain de temps par rapport au uivre brasé 34 % 39 % TOTAL 1 43,2 26,5 39 % 2 Distribution eau froide sanitaire Liaison ompteur départs 4,6 10,2 2,9 6,4 38 % 37 % TOTAL 2 14,8 9,3 38 % 3 Distribution eau haude sanitaire Raordement haudière départs 3,3 5,4 2 3,4 40 % 37 % TOTAL 3 8,7 5,4 38 % TOTAL GENERAL 66,7 41,2 38 % Le tableau 4 i-dessous présente les oûts totaux d installation (fournitures + pose) des deux solutions de référene (uivre serti et uivre brasé) déboursés par un installateur pour une réhabilitation en maison individuelle et pour haque poste prinipal d une installation. Le oût horaire de la main d œuvre a été fixé à 25 (validé par les entreprises onsultées). TABLEAU 4 / COUT TOTAL D INSTALLATION Cuivre brasé Cuivre serti Maison individuelle en réhabilitation Coût fourniture + pose, valeurs moyennes 1 Distribution hauffage Raordement haudière Prix total Déboursé installateur Fourniture + pose, en Euros Prix total Déboursé installateur Fourniture + pose, en Euros Moins value du uivre serti par rapport au uivre brasé (en %) 20,6% 28,6 % TOTAL ,1 % 2 Distribution eau froide sanitaire Liaison ompteur départs ,2 26,3 TOTAL ,2 3 Distribution eau haude sanitaire Raordements haudière départs ,5 % 21,9 % TOTAL ,2 % TOTAL GENERAL H.T % 8

9 3.4. Bilan en maison individuelle Près de 40 % de gain de temps en moyenne ave la solution uivre serti, utilisée en réhabilitation de maison individuelle De la même manière qu en bâtiment olletif en rénovation, la solution uivre serti apporte un gain de temps important à l installateur, omparativement au uivre brasé, pour la rénovation de maison individuelle : entre 34 et 40 % de gain de temps fae au brasage suivant les parties d installation (f. tableau 3). Un installateur gagne en moyenne 38 % de temps en utilisant le uivre serti sur l ensemble du hantier. Un installateur réalise une éonomie de 27% s il hoisit le sertissage plutôt que le brasage pour rénover le système de distribution hydraulique d une maison individuelle L utilisation du uivre serti pour la réhabilitation de maison individuelle est la solution la plus éonomique pour un installateur, et e sur la globalité du hantier : distribution de hauffage, d eau froide sanitaire et d eau haude sanitaire. L installateur réalise une éonomie située entre 20 et 30,5% suivant les parties d installation (f. tableau 4). C est dans la distribution intérieure de hauffage et les raordements à la haudière en eau haude que le uivre serti est le plus ompétitif ave respetivement une éonomie de 28,6 % et de 30,5 % par rapport au uivre brasé. L utilisation du uivre serti génère une éonomie moyenne sur le hantier d environ 27% pour l installateur très omparable à elle réalisée en immeuble olletif (29 %). 9

10 4. Conlusions générales 4.1. Résultats éonomiques Le uivre serti, omparativement au uivre brasé, apparaît omme la solution la plus éonomique et la plus adaptée pour la distribution hydraulique (hauffage, eau froide sanitaire, eau haude sanitaire) en réhabilitation de logements olletifs ou individuels. Les installateurs réalisent une éonomie moyenne sur la globalité d un hantier en rénovation de l ordre de 27 à 29 %. Les installateurs qui optent pour un hantier en uivre serti plutôt qu en uivre brasé en réhabilitation réalisent un gain de temps de l ordre de 40% en moyenne, aussi bien en olletif qu en individuel Résultats qualitatifs La tehnique du sertissage présente d autres avantages, omparativement au uivre brasé. L utilisation du uivre serti apporte notamment : Une très grande séurité sur les hantiers ave la suppression de l utilisation d une flamme (auune dégradation de la déoration, des parois, permis de feu inutile pour les strutures telles que les hôpitaux, les loaux industriels à risque, et) Un plus grand onfort de travail pour l installateur (raordements silenieux, suppression du bruit du poste à souder ) Des éonomies substantielles (pas de fourniture de brasure, ni de gaz) Une moindre manipulation sur hantier ave la suppression du poste à souder 10

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

Exemples de solutions acoustiques

Exemples de solutions acoustiques Exemples de solutions aoustiques RÉGLEMENTATON ACOUSTQUE 2000 Janvier 2014 solement aux bruits aériens intérieurs et niveau de bruit de ho Traitement aoustique des parties ommunes Bruits d équipements

Plus en détail

Sertissage Cuivre COMAP, passez à la vitesse supérieure!

Sertissage Cuivre COMAP, passez à la vitesse supérieure! Sertissage Cuivre COMAP, passez à la vitesse supérieure! Eau Solaire Gaz Pascal P. Plombier (Lyon) RAPIDITÉ Réalisez vos installations en toute sécurité et dans un temps record! Le sertissage est jusqu

Plus en détail

Votre dossier d adhésion

Votre dossier d adhésion MSH INTERNATIONAL pour le ompte Votre dossier d adhésion Vous avez besoin d aide pour ompléter votre dossier d adhésion? Contatez-nous au +33 (0)1 44 20 48 77. Adhérent Bulletin d adhésion Titre : Mademoiselle

Plus en détail

Guide pratique. L emploi des personnes handicapées

Guide pratique. L emploi des personnes handicapées Guide pratique L emploi des personnes handiapées Sommaire Guide pour les salariés p. 3 L'aès et le maintien dans l'emploi... 4 Les établissements et servies d aide par le travail (ÉSAT)... 10 Les entreprises

Plus en détail

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas!

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas! X-infos L ATUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014 Édito Tous a vos agendas! La soiété SPL-Xdemat s apprête à vivre pour la première fois de sa jeune existene, les életions muniipales. Et ompte tenu du

Plus en détail

LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE. mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieuc

LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE. mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieuc LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieu Sommaire LE CONTRAT DE TRAVAIL...3 LA REMUNERATION : PAIEMENT AU CACHET, PAIEMENT

Plus en détail

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Partie concernant les bâtiments de logements Thermique et Scénarios de rénovation 10, rue des Bluets 75011 Paris Tél : 01 55 43 97 07 37-39 Avenue

Plus en détail

Le calendrier des inscripti

Le calendrier des inscripti ÉTUDES SUP TOP DÉPART Vous venez d entrer en terminale. Au œur de vos préoupations : obtenir le ba. Néanmoins, vous devrez aussi vous souier des poursuites d études, ar les insriptions dans le supérieur

Plus en détail

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie Confidentiel Disposition de fin de vie DoumentHumain Mes volontés juridiquement valables onernant ma vie, mes périodes de souffrane, les derniers moments de mon existene et ma mort Institut interdisiplinaire

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN

Plus en détail

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences Grilles des ompétenes Compétenes à développer de 8 à ans COMPÉTENCES DE 8 À ANS Les ompétenes en «aratères droits» sont à ertifier. (symbole en fin de ligne) Les ompétenes en «aratères italiques» sont

Plus en détail

Sertissage Aciers COMAP,

Sertissage Aciers COMAP, Sertissage Aciers COMAP, passez à la vitesse supérieure! Jean Vasseur Communication - Photo : Domino Pascal P. Plombier (Lyon) XPress aciers Carbone XPress aciers Inox RAPIDITÉ Réalisez vos installations

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Le compte satellite des institutions sans but lucratif

Le compte satellite des institutions sans but lucratif Institut des omptes nationaux Le ompte satellite des institutions sans ut luratif 2000-2001 Contenu de la puliation Le ompte satellite des institutions sans ut luratif (ISBL) est élaoré d après les définitions

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Systèmes multicouches Alpex-duo - Turatec

Systèmes multicouches Alpex-duo - Turatec Systèmes multicouches Alpex-duo - Turatec pour les applications plomberie - sanitaire chauffage - eau glacée 10 ans Systèmes tubes + raccords GARANTIE Certificat CSTBat Certificat CSTBat Certificat CSTBat

Plus en détail

3. Veuillez indiquer votre effectif total :

3. Veuillez indiquer votre effectif total : 1 Métiers du marketing et de la ommuniation Questionnaire préalable d assurane Préambule Le présent questionnaire préalable d assurane Marketing et Communiation a pour objet de réunir des informations

Plus en détail

AVANT PROJET SOMMAIRE / AUDIT Lots CVC CFO CFA:

AVANT PROJET SOMMAIRE / AUDIT Lots CVC CFO CFA: MAITRE D OUVRAGE 133, rue Falguière 75015 PARIS Date 23/09/2011 Affaire / indice 0821-28-2011_IndA AVANT PROJET SOMMAIRE / AUDIT Lots CVC CFO CFA: Nom du fichier AUDIT_0821-28-2010_IndA_Caves Mouchotte.docx

Plus en détail

Système multicouche raccords à sertir et tubes

Système multicouche raccords à sertir et tubes Système multicouche raccords à sertir et tubes 4BONNES RAISONS DE CHOISIR LES SOLUTIONS 4GAMMES COMPLÉMENTAIRES 1 L EFFICACITÉ : pour répondre à toutes les configurations Avec les solutions multiconnect,

Plus en détail

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés NCCI : Calul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés Ce NCCI fournit les règles relatives au alul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés. Ces règles se ontentent de ouvrir la oneption et le alul

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK Les problématiques environnementales dues à une trop grande consommation d énergie ne peuvent plus être négligées aujourd hui. La

Plus en détail

DPGF - LOT 3 - CVC / PLOMBERIE

DPGF - LOT 3 - CVC / PLOMBERIE 4, rue Dolorès Ibarruri DPGF - LOT 3 - CVC / PLOMBERIE L entreprise a la responsabilité de prévoir les bonnes quantités de fourniture pour la réalisation des travaux : - faire les métrés et renseigner

Plus en détail

LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE

LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE Roger Cadiergues MémoCad ns03.a LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE SOMMAIRE ns03.1. Le cadre DTU plomberie ns03.2. Le cadre du DTU 60.1 actuel ns03.3. L application du DTU 60.1 actuel ns03.4. Le cadre du DTU

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

DEVIS. BIEN CHEZ SOI 16 Place du général de Gaulle 59000 - Lille. Devis n 1657. Roubaix, le 05/11/2013 Date de validité : 04/12/2013

DEVIS. BIEN CHEZ SOI 16 Place du général de Gaulle 59000 - Lille. Devis n 1657. Roubaix, le 05/11/2013 Date de validité : 04/12/2013 BIEN CHEZ SOI 16 Place du général de Gaulle 59000 - Lille Votre commercial Ekinoks : Nathan AUSLENDER Téléphone : 06 59 84 70 20 Email : nathan@ekinoks.fr Devis n 1657 Travaux : Construction de 4 logements

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan Comment évaluer la qualité d un résultat? En sienes expérimentales, il n existe pas de mesures parfaites. Celles-i ne peuvent être qu entahées d erreurs plus ou moins importantes selon le protoole hoisi,

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

Copropriété ANONYME CARNET D ENTRETIEN DYNAMIQUE

Copropriété ANONYME CARNET D ENTRETIEN DYNAMIQUE Copropriété ANONYE place GPE 69000 GPE CARNET D ENTRETIEN DYNAIQUE Cécile BARNASSON Pierre OLIVIER Jean-Luc PAYNO 27/11/2013 COPRO+ SAS au capital de 100 000 - SIRET 511 383 242 00019 RCS Lyon 10 rue des

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

AUDIT GLOBAL PARTAGÉ pour les copropriétés de moins de 50 lots

AUDIT GLOBAL PARTAGÉ pour les copropriétés de moins de 50 lots Cahier des charges de consultation expérimental AUDIT GLOBAL PARTAGÉ pour les copropriétés de moins de 50 lots Date de mise à jour : 06/01/14 SOMMAIRE 0. Introduction 1. Cadre de la mission 2. Constitution

Plus en détail

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif Informatique TP 4 & 5 ECS2 Lyée La Bruyère, Versailles Chaînes de Markov Partie 1 : exemple introdutif Exerie 1 : épidémiologie On modélise l évolution d une maladie en lassant les individus en trois groupes

Plus en détail

BILAN COOPÉRATIF ET RSE

BILAN COOPÉRATIF ET RSE 2012 BANQUE & ASSURANCE LA BRED BANQUE POPULAIRE au 31 déembre 2012 1 UNE SOLIDE ASSISE FINANCIÈRE Produit net banaire : 903,20 M Bénéfie net onsolidé part du groupe : 179,90 M Fonds propres prudentiels

Plus en détail

Phase de processus Poste période Activité stable Activité évolutive. d étude ou de bureau d étude

Phase de processus Poste période Activité stable Activité évolutive. d étude ou de bureau d étude Répertoire des activités de travail exposant aux cancérogènes GISCOP93 Université Paris 13 (Bobigny) Page 1 sur 11 Parmi les postes répertoriés, beaucoup de postes sont cités une seule fois. Pour eux,

Plus en détail

Lot 4 - FLUIDES TECHNIQUES. Communauté Rurale des Monts de Flandre

Lot 4 - FLUIDES TECHNIQUES. Communauté Rurale des Monts de Flandre Communauté Rurale des Monts de Flandre Réhabilitation d une travée de bâtiment industriel en bureau D P G F Lot 4 - FLUIDES TECHNIQUES Maître d Ouvrage Maîtrise d Œuvre V1.1 - Avril 2011 Communauté Rurale

Plus en détail

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Réhabilitation énergétique des copropriétés normandes construites entre 1948 et 1974 Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Situation existante et enjeux Les différents diagnostics

Plus en détail

L individualisation des frais de chauffage

L individualisation des frais de chauffage L habitat collectif COMPRENDRE L individualisation des frais de chauffage Répartir les frais en fonction des consommations des logements Édition : février 2014 sommaire glossaire introduction Répartir

Plus en détail

TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE

TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE COMBINEZ VOTRE STATION INDIVIDUELLE Le module thermique d appartement TacoTherm Dual Piko s adapte parfaitement à toutes les configurations

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables.

EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables. Nos moyens humains et techniques Nos moyens humains : EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables. Notre équipe multi-technique et

Plus en détail

Histoire - Géographie Éducation civique 3 e

Histoire - Géographie Éducation civique 3 e Histoire - Géographie Éduation ivique 3 e Livret de orrigés Rédation : Olivier Cernigoj (Histoire) Gaëlle Marion-Saussay (Éduation Civique) Niolas Prévost (Géographie) Lise Loureiro (Géographie) Validation

Plus en détail

Chaleur et confort sans gaspillage

Chaleur et confort sans gaspillage Chaleur et confort sans gaspillage ++ Régulation et programmation pilotent le chauffage. Sous leur contrôle, celui-ci fournit la bonne température quand il faut et où il faut, de façon constante et sans

Plus en détail

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Page 1 sur 6 Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Nom élève:.. Entreprise: Nom et fonction du professeur:. Dates de stage:.. Zone de compétence: Zone

Plus en détail

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS 1 2 3 4 5 6 7 PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS 15 PERCEMENTS 16 SAIGNÉES SCELLEMENTS FRAIS DIVERS D'INTERVENTION DE DÉPANNAGE RECONNAISSANCE DES TRAVAUX

Plus en détail

LA RENOVATION ENERGETIQUE. atelier o

LA RENOVATION ENERGETIQUE. atelier o LA RENOVATION ENERGETIQUE LA RENOVATION ENERGETIQUE 1. DIAGNOSTIC Pourquoi rénover? Que faut-il rénover? Comment s y prendre? 2. SOLUTIONS Remplacement du chauffage Capteurs solaires Isolation de l enveloppe

Plus en détail

Thierry Gallauziaux David Fedullo. La plomberie

Thierry Gallauziaux David Fedullo. La plomberie Thierry Gallauziaux David Fedullo La plomberie Deuxième édition 2010 Sommaire Sommaire Les bases de la plomberie Les matières synthétiques...16 Les dangers du gaz et de l eau...16 La plomberie...9 L eau...10

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Portage Salarial pour les métiers du Conseil by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms

Plus en détail

FICHE INFORMATION. Le Comptage comptage individuel. Votre partenaire en économie d énergie

FICHE INFORMATION. Le Comptage comptage individuel. Votre partenaire en économie d énergie FICHE INFORMATION Le Comptage comptage individuel de du l eau chauffage Votre partenaire en économie d énergie Le répartiteur de frais de chauffage Le répartiteur est un appareil de mesure du chauffage

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air Mesures du oeffiient adiabatique γ de l air Introdution : γ est le rapport des apaités alorifiques massiques d un gaz : γ = p v Le gaz étudié est l air. La mesure de la haleur massique à pression onstante

Plus en détail

Daikin. DAIKIN ALTHERMA BI-BLOC, Solution pour le tertiaire et le résidentiel collectif. Pompes à chaleur Air / Eau. Inverter. » Economies d énergie

Daikin. DAIKIN ALTHERMA BI-BLOC, Solution pour le tertiaire et le résidentiel collectif. Pompes à chaleur Air / Eau. Inverter. » Economies d énergie Pompes à chaleur Air / Eau DAIKIN ALTHERMA BI-BLOC, Solution pour le tertiaire et le résidentiel collectif Inverter 1 ère MONDIALE Daikin» Economies d énergie» Faibles émissions de CO2» Flexible» Technologie

Plus en détail

NCCI : Modèle de calcul pour les pieds de poteaux articulés Poteaux en I en compression axiale

NCCI : Modèle de calcul pour les pieds de poteaux articulés Poteaux en I en compression axiale NCCI : Modèle de alul pour les pieds de poteaux artiulés Poteaux en I en Ce NCCI présente les règles permettant de déterminer soit la résistane de alul, soit les dimensions requises des plaques d'assise

Plus en détail

Audit 360 CONFORT, ENERGIE, SÉCURITÉ, VALORISATION. Une solution pour y voir plus clair dans votre copropriété

Audit 360 CONFORT, ENERGIE, SÉCURITÉ, VALORISATION. Une solution pour y voir plus clair dans votre copropriété Audit 360 CONFORT, ENERGIE, SÉCURITÉ, VALORISATION Une solution pour y voir plus clair dans votre copropriété Socotec en quelques mots 3 valeurs d engagement + 5 métiers structurants + 7 aes stratégiques

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Résidentiel. Une hotline technique afin de répondre à toutes vos questions techniques et réglementaires. www.cegibat.grdf.fr

Résidentiel. Une hotline technique afin de répondre à toutes vos questions techniques et réglementaires. www.cegibat.grdf.fr Aide-mémoire Résidentiel Depuis plus de 0 ans, CEGIBAT conseille les professionnels du gaz et du bâtiment sur les sujets techniques et réglementaires. Édition 0 Avec cette nouvelle édition, CEGIBAT a la

Plus en détail

Communauté de communes du Pays de St Gilles Croix de Vie BP 30669 GIVRAND 85808 ST GILLES CROIX DE VIE

Communauté de communes du Pays de St Gilles Croix de Vie BP 30669 GIVRAND 85808 ST GILLES CROIX DE VIE Communauté de communes du Pays de St Gilles Croix de Vie BP 30669 GIVRAND 85808 ST GILLES CROIX DE VIE EXTENSION DU SIEGE ADMINISTRATIF (Modification de l existant et extension) CADRE DE BORDEREAU DE DECOMPOSITION

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES»

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1 FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1. Contexte Enjeux La technologie des chaudières à condensation permet une augmentation conséquente des performances des chaudières

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE REGLEMENT D APPEL A PROJETS - 1 ère EDITION 2013 - «AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DU PATRIMOINE BATI» OUVERTURE DE L APPEL A PROJETS : 1 er juillet 2013

Plus en détail

Contexte général. Contenu de la mission d expertise

Contexte général. Contenu de la mission d expertise Cahier des charges type à l usage des établissements sociaux et médico-sociaux, pour la réalisation d un audit hydraulique des installations de distribution d ECS Contexte général Il est prévu au sein

Plus en détail

Innovation Centrosolar SOLARMIX, découvrez le solaire 2 en 1. Janvier 2015

Innovation Centrosolar SOLARMIX, découvrez le solaire 2 en 1. Janvier 2015 Innovation Centrosolar SOLARMIX, découvrez le solaire 2 en 1 Janvier 2015 SOMMAIRE Le solaire 2 en 1 SOLARMIX - Votre offre hybride clés en main Un module hybride unique au monde Le kit thermique Le kit

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

Référentiel Professionnel

Référentiel Professionnel Référentiel Professionnel INSTALLATEUR EN SANITAIRE ET ÉNERGIES RENOUVELABLES 1/26 SOMMAIRE 1. INTITULE DE L'EMPLOI-TYPE...3 1.1 Fiche(s) ROME de rattachement... 3 1.2 Autres(s) appellation(s) de l emploi-type...

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

La nouvelle directive G 1. quoi de neuf?

La nouvelle directive G 1. quoi de neuf? La nouvelle directive G 1 quoi de neuf? La Chaux-de-Fonds le 6.3.13 S.Reymond 1 Chapitre 2.4.1 2 Chapitre 3 3 Chapitre 3 définitions et rappels légaux et normatifs Le chapitre 3 contient les définitions

Plus en détail

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS Réchauffage de l eau d un circuit de chauffage Chaudières gaz à condensation PRESTIGAZ Chaudières gaz basse température EFFIGAZ Echangeurs

Plus en détail

Pratique du chauffage

Pratique du chauffage Pratique du chauffage EN 26 FICHES-OUTILS Jack Bossard Jean Hrabovsky Philippe Ménard Dunod, 2014 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-057799-6 PRÉFACE Au nom de l AICVF, Association

Plus en détail

Remplacement de chaudières: Ecole Pierre Loubière et Salle polyvalente

Remplacement de chaudières: Ecole Pierre Loubière et Salle polyvalente Remplacement de chaudières: Ecole Pierre Loubière et Salle polyvalente Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Table des matières

Plus en détail

Ballon d'hydro-accumulation 8 piquages

Ballon d'hydro-accumulation 8 piquages ocument n 1523-1 ~ 09/12/2011 FR EN IT NL E allon d'hydro-accumulation 8 piquages allon hydro 500 - ode 027984 allon hydro 800 - ode 027985 allon hydro 1000-027986 allon hydro 1500 - ode 027987 allon hydro

Plus en détail

Professionnels de l art by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Professionnels de l art by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Professionnels de l art by Hisox Questionnaire préalable d assurane Votre interlouteur: Buzz Assurane Servie lients - BP 105 83061 Toulon Cedex prodution@buzzassurane.om La ommunauté des olletionneurs

Plus en détail

Objet : Evaluation des audits PAE réalisés en Région wallonne

Objet : Evaluation des audits PAE réalisés en Région wallonne Madame, Monsieur, Objet : Evaluation des audits PAE réalisés en Région wallonne Depuis plusieurs années, les trois Régions et l'etat fédéral ont travaillé au développement d'une procédure commune visant

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN QU EST-CE QUE LE CHAUFFAGE URBAIN? Tout simplement un chauffage central, mais à l échelle d un quartier! La chaufferie urbaine de Nemours assure la production et la

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

SERVICES INDUSTRIELS. Bienvenue

SERVICES INDUSTRIELS. Bienvenue Bienvenue Directive G1 Directives SIN Le gaz à Nyon Rénovation But de la présentation : La «nouvelle»g1 Les changements principaux, (non exhaustifs) Donner des pistes pour appliquer ces nouvelles prescriptions

Plus en détail

Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel. Guide pratique

Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel. Guide pratique Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel Guide pratique RT 2012 La polyvalence du système de chauffage à eau chaude Le système de chauffage

Plus en détail

Chapitre IV- Induction électromagnétique

Chapitre IV- Induction électromagnétique 37 Chapitre IV- Indution életromagnétique IV.- Les lois de l indution IV..- L approhe de Faraday Jusqu à maintenant, nous nous sommes intéressés essentiellement à la réation d un hamp magnétique à partir

Plus en détail

Résidence des Badinières

Résidence des Badinières Résidence des Badinières Bienvenue à la 2 ème réunion d information et d échange «chauffage et eau chaude sanitaire» 22 janvier 2010 Réunion "chauffage" des Badinières 1 Sommaire Le contexte général (national)

Plus en détail

SolutionS packs Bi-tEMpÉRatuRE une gestion unique de différents circuits de chauffage

SolutionS packs Bi-tEMpÉRatuRE une gestion unique de différents circuits de chauffage SolutionS packs Bi-tEMpÉRatuRE une gestion unique de différents circuits de chauffage *Des solutions polymères à l infi ni www.rehau.fr Bâtiment Automobile Industrie Solution pack BI-TEMPÉRATURE chauffage

Plus en détail

OCF / KAF 01.06.2011

OCF / KAF 01.06.2011 01.06.2011 Détecteurs Lampe témoin Centrale, tableau de rappel Feu flash Signal acoustique Dispositif manuel de déclanchement Arrêt du signal acoustique et activation de la 2ème temporisation Détection

Plus en détail

33 QUESTIONS 33 RÉPONSES

33 QUESTIONS 33 RÉPONSES 33 QUESTIONS 33 RÉPONSES Le Centre du Cuivre reçoit chaque jour un grand nombre de questions de la part des installateurs de plomberie et de chauffage sur des sujets les plus variés. La réglementation

Plus en détail

Répartiteur des consommations thermiques MONITOR 2.0 / MONITOR 2.0 E Dispositif de télé-relève MONITOR 2.0 PULSE. Série 7200

Répartiteur des consommations thermiques MONITOR 2.0 / MONITOR 2.0 E Dispositif de télé-relève MONITOR 2.0 PULSE. Série 7200 78204.0/FR Répartiteur des consommations thermiques MONITOR 2.0 / MONITOR ispositif de télé-relève MONITOR 2.0 PULSE opyright 204 aleffi www.caleffi.com 0470 Série 7200 PHASES OPRATIONNELLES - MANUEL INSTALLATION

Plus en détail

Conception et construction des ouvrages gaz. Club de la Performance Immobilière

Conception et construction des ouvrages gaz. Club de la Performance Immobilière Conception et construction des ouvrages gaz Club de la Performance Immobilière Novembre 2014 RT2012 et arrêté 2 Aout 77 Arrêté du 26 octobre 2010 relatif aux caractéristiques thermiques et aux exigences

Plus en détail

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants.

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. Projet INF242 Stéphane Devismes & Benjamin Wak Pour e projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. 1 Planning Distribution du projet au premier ours. À la fin de la deuxième semaine

Plus en détail

Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires

Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires Centre de recherche Saint Antoine UMR-S 893 Site de l Hôpital Saint Antoine Bâtiment Inserm Raoul KOURILSKY 6 ème étage Equipe 13 Alex DUVAL

Plus en détail

La RFID et les quarante voleurs

La RFID et les quarante voleurs Gildas Avoine, Massahusetts Institute of Tehnology, Cambridge, MA, USA, avoine@mit.edu La tehnologie en un lin d oeil L identifiation par radiofréquene (RFID) fait aujourd hui ouler beauoup d enre... et

Plus en détail

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Référence: SIB10 CCLB 110 Date : 22/10/2010 Page 1/9 Table des matières 1 PRELIMINAIRES... 3 2 ABREVIATIONS... 3 3 ACCESSIBILITE

Plus en détail

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique.

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. ROTEX E-SolarUnit : Accumulateur d eau chaude sanitaire avec option solaire et générateur de chaleur électrique. ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. E-SolarUnit - Chaleur du soleil

Plus en détail

Cette année, notre traditionnel

Cette année, notre traditionnel abinets de onseil ont aepté de répondre à notre questionnaire. Notre panel s'enrihit don d'année en année. Nous espérons ainsi vous aider au mieux dans vos reherhes de abinets de onseil en SCM (Supply

Plus en détail

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne Chauffage et PEB en Région wallonne Exigences, enjeux, solutions techniques ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Le 13 mai 2009 Sommaire 1. La conjoncture énergétique 2. Nouvelle réglementation

Plus en détail

Pompes à chaleur gaz : retours de suivis terrains

Pompes à chaleur gaz : retours de suivis terrains 1 Pompes à chaleur gaz : retours de suivis terrains Juliette PROMELLE (GDF SUEZ) 2 ème Congrès Français des Pompes à Chaleur 10 installations instrumentées 2 Objectif : mesurer la performance de pompes

Plus en détail

GF SERVICES 352 Rue Victor Hugo 42120 COMMELLE VERNAY Tél. : 04-77-67-18-70 Fax : 04-77-67-29-94 www.gfservices;fr info@gfservices.

GF SERVICES 352 Rue Victor Hugo 42120 COMMELLE VERNAY Tél. : 04-77-67-18-70 Fax : 04-77-67-29-94 www.gfservices;fr info@gfservices. Conseils de raccordements pour chauffagiste 1 SOMMAIRE Pictogrammes :...2 1) Principe de raccordement :...3 a) Schéma pour 30 à 65 kw...3 b) Schéma pour 80 à 150 kw...3 2) Dimensionnement de la vanne de

Plus en détail

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires Infos pratiques Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique La production d eau chaude instantanée concerne principalement les chaudières murales à gaz. Lors d un

Plus en détail

Les sous stations de transfert. Alain Heeren. Ing. de Projets

Les sous stations de transfert. Alain Heeren. Ing. de Projets Les sous stations de transfert Alain Heeren Ing. de Projets Les sous stations de transfert Sous stations de transfert indirect connectées au réseau de chaleur : Principe Dimensionnement adéquat d une sous

Plus en détail

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Tc Le système solaire combiné (SSC) Domosol de ESE est basé sur le Dynasol 3X-C. Le Dynasol 3X-C est l interface entre les

Plus en détail

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension Juin 2001 La protetion différentielle dans les installations életriques basse tension Ce guide tehnique a pour objetif de mettre en évidene les prinipes de fontionnement des protetions différentielles

Plus en détail