Chapitre 5 2. Les organisations : des réalités diverses. Notions et contenus à construire. aisir l'intérêt du thème. xplorer les documents

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 5 2. Les organisations : des réalités diverses. Notions et contenus à construire. aisir l'intérêt du thème. xplorer les documents"

Transcription

1 Chapitre 5 2 Les organisations : des réalités diverses sames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésam Historiquement, les organisations correspondent toujours à une réponse (économie, sociale, politique, etc.) de groupes face à l évolution des sociétés. Malgré la diversité des formes organisationnelles qu offre la réalité (firmes multinationales, PME, collectivités territoriales, sécurité sociale, syndicats, associations, etc.) des typologies peuvent être établies en fonction de multiples critères (taille, objectifs, statut juridique, etc.). Notions et contenus à construire I La diversité des formes organisationnelles A. Les organisations publiques B. Les entreprises C. Les organisations à but non lucratif aisir l'intérêt du thème xplorer les documents ynthétiser II Quelques critères pour caractériser les organisations A. La taille B. Le statut juridique et la nature des objectifs ppliquer les méthodes émoriser valuer les connaissances acquises tocker les mots-clés Les organisations : des réalités diverses - page 1

2 ppliquer les méthodes Cas n 1 Reconnaître les organisations - Connectez-vous sur les sites Web des organisations suivantes et identifiez leur type, la nature de leurs objectifs, leurs ressources et leur champ d action. Cas n 2 Les organisations comme réponse à un problème économique, politique, social Octobre 1985 Coluche à l antenne d Europe 1 : «J ai une petite idée comme ça ( ) un resto qui aurait comme ambition, au départ, de distribuer deux ou trois mille couverts par jour». Les Restos du Cœur sont nés. Hiver 1985/86 Plus de bénévoles distribuent 8,5 millions de repas. Coluche réclame l ouverture des stocks européens à Strasbourg. Jean-Jacques Goldman crée La Chanson des Restos. 1 - À quel type d organisation avez-vous affaire ici? 2 - Pourquoi cette organisation a-t-elle été créée? 3 - Montrez, par d autres exemples, que les organisations correspondent toujours à une réponse à un problème économique, politique, social, etc. Les organisations : des réalités diverses - page 9

3 Chapitre 5 3 sames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésam L entreprise : atteindre des objectifs économiques en produisant des biens et des services marchands L activité de l entreprise est organisée en vue de créer une richesse supplémentaire qui assure à la fois la rémunération des différents acteurs et la pérennité de l entreprise. Un des enjeux majeurs du management consiste à gérer les intérêts divergents des acteurs tout en maintenant la cohésion de l organisation. Notions et contenus à construire aisir l'intérêt du thème xplorer les documents ynthétiser I Production et création de richesse A. Objet et nature de la production des entreprises B. De la valeur ajoutée au profit II Répartir la richesse créée A. Le partage de la valeur ajoutée entre les acteurs B. La pérennité de l entreprise ppliquer les méthodes émoriser valuer les connaissances acquises tocker les mots-clés L entreprise : atteindre des objectifs économiques en produisant des biens et des services marchands - page 1

4 aisir l'intérêt du thème Frédéric G. est lauréat du concours «Initiatives jeunes», pour son projet «Les trois lys» porté par l Académie de Bordeaux. Ce concours est organisé par le Ministère de l Éducation nationale, en partenariat avec le Ministère des PME. Interview! Pouvez-vous nous parler de votre parcours? Après avoir obtenu un BEP de secrétariat puis un bac (STG) en communication, j ai rejoint la fonction publique. Je me suis très vite rendu compte que ce travail ne me correspondait pas. Passionné de couture, j ai alors décidé de me former dans ce domaine. J ai préparé un CAP puis un BEP de couture et j ai suivi une formation spécifique [ ] Cette formation, qui a pour objet de répondre aux besoins des entreprises locales dans le domaine du textile (patronage, moulage, modélisme sur informatique, design...) aborde de nombreux domaines, dont les techniques de gestion, de comptabilité et de commerce. Vous êtes lauréat du concours national «Initiatives Jeunes». En quoi consiste votre projet? Mon projet consiste à créer une entreprise de conception et de fabrication de vêtements pour des personnes âgées. Je me suis rendu compte que les vêtements conçus pour ce public sont réalisés de la même manière que ceux destinés aux plus jeunes. Ils sont pourtant beaucoup moins mobiles! Comment vous est venue cette idée? D une discussion avec ma grand-mère! Elle me disait avoir de plus en plus de difficultés à s habiller, car les vêtements que l on trouve en magasin ne sont pas adaptés aux personnes de son âge, qui ont du mal à accomplir les gestes simples du quotidien. Lors de ma formation, j ai été amené à construire un projet de création d entreprise en équipe. J ai donc imaginé une entreprise de conception et fabrication de vêtements pour personnes âgées [ ]. Le projet de départ était virtuel, qu est-ce qui vous a donné envie de franchir le pas et de créer votre entreprise? Après mes études, j ai occupé un poste dans l administration dans lequel j étais en charge de gérer les auxiliaires de vie. Ce poste m a permis de conforter mon idée car mon entourage professionnel de l époque m affirmait qu elle correspondait à un vrai besoin [ ]. Que pense votre entourage familial de votre démarche? Ils avaient beaucoup de réticences au départ, je quittais un emploi stable dans la fonction publique pour me consacrer à une passion : la couture et la conception de vêtements. Ils trouvaient que je prenais beaucoup de risques. Aujourd hui mes parents m encouragent énormément et sont très fiers de mon projet et des récompenses que j ai obtenues. Ma grandmère est ravie de cette réussite, je pense qu elle sera ma première cliente. Si c était à refaire, que changeriez-vous? J ai été très vite submergé par la charge de travail que représente la construction d un projet. Si c était à refaire, je pense que je m organiserais mieux... J espère que cela s apprend avec le temps! Source : d après APCE Le dessous des cartes Débat : Aimeriez-vous créer votre propre entreprise? Pourquoi? Problématique : La création d une entreprise se préparet-elle? Hypothèse : Imaginez un projet de création d entreprise puis listez les questions que vous devriez vous poser. Recherche : Connectez vous sur le site puis retracez les étapes à franchir pour créer une entreprise. page 2

5 Chapitre 5 5 sames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésam Les organisations à but non lucratifs : produire des biens ou services sans rechercher un profit Les organismes à but non lucratif ont pour principal objectif de satisfaire leurs adhérents. Ceux-ci sont à la fois des fournisseurs de ressources (cotisations, travail et volontariat, moyens matériels, etc.) et des utilisateurs des services produits. Les associations peuvent soit rendre des services directs à leurs adhérents (clubs sportifs ou culturels ) soit intervenir sur l organisation ou le fonctionnement de la société (action humanitaire par exemple). aisir l'intérêt du thème xplorer les documents ynthétiser ppliquer les méthodes émoriser Notions et contenus à construire I Les Organisations à but non lucratif : des finalités diverses A. Fournir des services privés à leurs adhérents B. Remplir une mission d intérêt général II Les principales ressources des Organisations à but non lucratif A. Les ressources humaines B. Les ressources financières valuer les connaissances acquises tocker les mots-clés Les organisations à but non lucratifs : produire des biens ou services sans rechercher un profit - page 1

6 aisir l'intérêt du thème La Croix-Rouge est une association. L une des toutes premières à s être engagées dans la luttre contre la précarité. Née en Suisse en 1864, elle est présente aujourd hui dans 185 pays. En France, nous sommes bénévoles. Chaque année, à travers plus de 900 délégations locales, nous parvenons à aider plus d un million de personnes : à se nourrir, à se soigner, à ne pas vivre isolées, à se relever d un accident. Nous intervenons aussi à l étranger, dans des missions d urgence mais aussi de reconstruction. Pour découvrir l ensemble de nos actions, pour savoir comment nous pourrons nous engager ensemble, consultez notre site, appelez-nous ou venez nous voir. Nous comptons sur vous. Car sans vous, comment ferions-nous? D autres bénévoles vous attendent. Poussez la porte, appelez-les. Eux aussi ont besoin de vous. Le dessous des cartes Débat : Pourquoi s engager dans une association aujourd hui? Problématique : Pourquoi parle-t-on aujourd hui de «crise du bénévolat»? Hypothèse : Pourquoi les associations ontelles besoin de plus en plus de bénévoles? Recherche : En vous connectant sur ou en analysant le fonctionnement d une organisation à but non lucratif de votre choix, listez les activités qui vous sont proposées pour participer à l action de l organisation. page 2

7 ppliquer les méthodes Quand les organisations unissent leurs forces Donner, un geste simple Écrivez simplement «Croix-Rouge» sur le(s) Ticket Restaurant que vous offrez. Glissez-les ensuite dans une enveloppe non affranchie*, à l adresse suivante : Opération Croix-Rouge/ASF Libre-réponse Montrouge Cedex Sur simple demande écrite, un reçu fiscal correspondant à 50% de la valeur faciale du ou des Ticket Restaurant donné(s) vous sera délivré par la Croix-Rouge française. * Affranchissement pris en charge par Accor Services Les missions de la Croix-Rouge française : Des centaines de milliers d enfants, de femmes et d hommes de tous âges, éprouvent des difficultés à satisfaire des besoins élémentaires : s alimenter, se vêtir, se soigner, vivre sous un toit. La Croix-Rouge française a pour mission de soulager ces souffrances, de protéger celles et ceux dont la vie a basculé, de restaurer la dignité des plus fragiles. 1 - Identifiez les organisations à l origine de l action «Tickets partagés, repas partagés». 2 - Quels types de besoins sont satisfaits par ces organisations? 3 - Ces organisations ont-elles les mêmes finalités? Pourquoi ont-elles tout de même intérêt à œuvrer ensemble? 4 - Recherchez d autres exemples d actions alliant des organisations dont les finalités divergent. Les organisations à but non lucratifs : produire des biens ou services sans rechercher un profit - page 7

8 Chapitre 5 9 Les caractéristiques des systèmes de production Définir la notion de production, ses modes ainsi que les spécificités liées aux biens et services est indispensable avant d appréhender le «système de production». Ce dernier englobe l approvisionnement, le stockage et la distribution sans lesquels l acte de produire a peu de sens. Notions et contenus à construire aisir l'intérêt du thème xplorer les documents ynthétiser ppliquer les méthodes émoriser sames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésam valuer les connaissances acquises tocker les mots-clés Les caractéristiques des systèmes de production - page 1

9 xplorer les documents Étude n 1 : La production Document n 1 : Définition, objectifs et contraintes La fabrication du comté Le lait transformé en Comté à la coopérative de Frasne est produit par neuf exploitations. Leur production est issue exclusivement de vaches de race montbéliarde, nourries de façon traditionnelle (pâturages en été et foin en hiver). Il faut 10 litres de lait environ pour faire 1 kilo de fromage. La coulée : matin et soir, les producteurs apportent à la fromagerie le fruit de la traite qui est pesé puis pompé dans des cuves en cuivre. La maturation et la coagulation : le lait est tout d abord chauffé et ensemencé avec des ferments lactiques chaque matin. Cette opération s appelle la maturation du lait. Ensuite intervient l emprésurage, c est-à-dire l ajout de présure qui fait cailler le lait par ses substances coagulantes. Le lait prend alors l aspect du gel, un peu comme un yaourt. Le décaillage : le caillé se forme, puis se durcit. Lorsqu il est suffisamment ferme, les fils du tranche-caillé le découpent en grains fins qui formeront le fromage. Cette opération primordiale conditionne la qualité du fromage. Le chauffage et le brassage : brassés et chauffés progressivement, les grains de caillé expulsent le petit-lait et se rétractent lentement, concentrant ainsi la matière noble du lait. L action thermique de chauffage est poursuivie par le «brassage après feu». Le soutirage : lorsque «la main» du fromager juge les grains de caillé suffisamment consistants sans pour autant être trop secs, le fromage est «fait». Le fromager décide alors de soutirer. Il plonge la canne de soutirage qui aspire le mélange caillé-petit lait. La mise en moule : le mélange est versé dans des moules de plus de 60 cm de diamètre et est pressé, laissant écouler le petit-lait. Le petit-lait est envoyé en camion citerne à la porcherie. Le fromager met alors une plaque verte d identification sur laquelle on peut lire l inscription «Comté France», le code indiquant de quel atelier le fromage provient et le mois de fabrication. Deux autres plaques indiquant le jour de fabrication et le numéro de chaudière sont aussi apposées assurant ainsi une traçabilité parfaite. Le fromage reçoit ensuite un foncet qui ferme le moule avant d être mis sous presse. Le pressage permet de souder les grains entre eux. Puis, les fromages sont dépressés, démoulés et envoyés en cave d affinage. Les caves de la fromagerie comptent places soit 10 % de la production. Le reste est travaillé par un affineur jurassien. Les fromages sont salés et frottés deux fois par semaine. La période d affinage est de 4 mois au minimum mais peut s étendre jusqu à 18 mois. Sources : et 1 - Indiquez quels sont les objectifs de la coopérative de Frasne. 2 - Dessinez le schéma du processus de production de la coopérative et en déduire une définition de la production. 3 - Quelles contraintes peuvent subir les ateliers de production? 4 - Citez les ressources nécessaires à une organisation pour fabriquer des biens et services de façon générale. Les caractéristiques des systèmes de production - page 3

10 Document n 2 : Les différents modes de production Mode Production unitaire Production en série Production continue Caractéristiques Ce type de production mobilise sur une période assez longue une partie des ressources de l entreprise pour réaliser un nombre de projets limité, très spécifiques qui répondent à un besoin particulier du client. Ce type de production concerne des produits ou services identiques fabriqués en grandes quantités pour réaliser des économies d échelle. Ce type de production est réalisé sans interruption 24 h sur 24, 7 jours sur 7 et fabrique des biens et services en quantités quasiment illimitées. 1 - Caractérisez ces trois situations de production à l aide du document ci-contre : bien ou service, type d organisation et mode de production. Justifiez. 2 - Trouvez d autres exemples de production de biens ou services. Crédit photo : Ils ont retrouvé un site sauvage, une ancienne carrière boisée, un paysage de l an Mil. Avec cette pierre et ce bois, ils construisent un château fort selon les techniques du XIII e siècle. Les travaux ont débuté en 1997 et 25 ans seront nécessaires... L enceinte fortifiée, le pont dormant, la salle de tir... ont été réalisés sous les yeux de centaines de milliers de visiteurs venus voir ce chantier unique au monde. En 2007, les ouvriers poursuivent le 2 e niveau de la tour maîtresse et du logis. Le suivi scientifique du chantier est assuré par un groupe d archéologues et d historiens. 35 ouvriers (carriers, tailleurs de pierre, maçons, bûcherons, charpentiers, forgerons, cordiers, potières, charretiers) bâtissent ce château fort. Une association «Les Amis du chantier» est propriétaire des terrains et du château en construction. Source : Crédit photo : Chaîne de production de la Yaris à Valenciennes chez Toyota Onnaing sera capable, à partir de 2006, de produire véhicules par an, soit de mieux qu actuellement. Les nouvelles embauches serviront notamment à mettre en place une 3 e équipe de production. Source : Le Monde - 09/09/2005 «À l autre bout du monde ou de l autre côté de la rue, Mondial Assistance se mobilise 24 heures sur 24 aux côtés de ses clients pour trouver des solutions adaptées à leur situation. Une infrastructure technologique de pointe et des équipes de professionnels permettent d assurer 7 jours sur 7 une prise en charge rapide et de qualité des 1,2 million de demandes d assistance et d assurance voyage, gérées par nos équipes françaises chaque année.» Source : Crédit photo : Groupe Mondial Assistance page 4

11 Document n 3 : Les spécificités de la production de services ou servuction 1 - Caractérisez chacune des organisations présentées : type, produit proposé. 2 - Le consommateur est-il un acteur passif ou actif lors de ces productions? Justifiez votre réponse. 3 - Expliquez en quoi la production de services diffère de la production de biens. 4 - Citez d autres exemples de production de services de votre vie quotidienne. Crédit photo : Y. Le Borgne Crédit photo : L. Carlsson La Croix-Rouge française est le 1 er opérateur du Samu social en France. Particulièrement active lors de la période hivernale, mais présente tout au long de l année dans certains départements, l association, grâce à son important réseau de bénévoles et de salariés, gère ainsi plus de la moitié des Samu sociaux sur le territoire national. Source : Étude n 2 : La logistique Document n 4 : Qu est-ce que la logistique? Trouvez quels sont les termes fondamentaux qui définissent la logistique. La logistique peut être définie simplement comme «la gestion efficace des flux physiques et d informations d une entreprise, de façon à satisfaire le client». En d autres termes, il s agit de livrer le bon produit, à l endroit voulu, au moment voulu, au prix voulu. Cette conception de la logistique conduit à considérer que, pour satisfaire le client final, il est nécessaire de prendre en compte toute la chaîne de production jusqu à la vente, cette chaîne pouvant être composée de nombreux maillons, comme dans l agroalimentaire ou l automobile pour lesquelles le nombre d intermédiaires est élevé. Source : Gestion et management des entreprises, Hachette Supérieur Crédit photo : dhl.com Listez les avantages pour l entreprise de disposer d un véritable acheteur en distinguant les avantages quantitatifs des avantages qualitatifs. Document n 5 : L amont de la production : l approvisionnement À partir de quel seuil une entreprise a-t-elle besoin d un acheteur professionnel? La première chose à faire est de déterminer la part des achats dans le chiffre d affaires. S ils représentent plus de 50 %, il y a urgence. Dès que l entreprise le peut, elle a intérêt à créer un service achats et à affecter une personne à cette mission. Un acheteur débutant coûte entre 25 et 30 Ke par an, hors charges. Quelles retombées pour l entreprise? [...] Cibler les achats auxquels il devra s attaquer en priorité. Gagner 1% ou 2% sur ces produits permettra de dégager des économies importantes. [...] Dans le cadre d une démarche qualité, l acheteur est amené à conduire des audits auprès de ses fournisseurs. Or, un bon achat a un impact non négligeable sur le produit fini. [...] Le recours à un acheteur permet de sécuriser l ensemble de sa chaîne d achat et d améliorer la sélection, le suivi et le contrôle des fournisseurs. Une relation stable et solide avec ces derniers réduit considérablement le coût global de l achat. L acheteur professionnel raisonne en terme de coût global d achat et non en prix d achat. En effet, acheter un produit «pas cher» peut vite poser des problèmes de livraison, de qualité, de transport... qui augmentent considérablement le coût global d achat. Source : Le télégramme - 01/06/2007 Les caractéristiques des systèmes de production - page 5

12 Document n 6 : La production et les stocks Le stockage à La Grande Récré À La Grande Récré, ce sont 35 % des ventes qui sont réalisées sur le seul mois de décembre. Aussi, la préparation de cette période de l année est-elle peaufinée. Le processus est enclenché dès le mois de février, soit près d un an à l avance. Les commandes sont passées dès juin. En août, les jouets arrivent aux deux plates-formes de stockage nationales. Les livraisons en magasin s accélèrent dès novembre : afin d éviter les ruptures de stocks, des réapprovisionnements ont lieu tous les deux ou trois jours. Au total, 7 millions de jouets seront livrés pour Noël cette année. Source : Journal du Management n 167, Décembre Indiquez pourquoi la Grande Récré stocke des jouets en grande quantité. 2 - Pour quelles autres raisons les organisations peuvent-elle avoir intérêt à stocker? 3 - Cet entrepôt de stockage entraîne-t-il un coût pour l entreprise? Si oui, de quel ordre? 4 - La constitution de stocks est-elle à l origine d autres coûts? Si oui, lesquels? Crédit photo : Crédit photo : La Grande Récré La chaine de production Chaîne logistique du pétrole Préparation des infrastructures Exploration et production de pétrole et gaz naturel Cours mondial du baril de pétrole brut 5 - Indiquez la nature du produit proposé et son mode de production. 6 - Où apparaissent les stocks dans la chaîne logistique de Chevron? 7 - Sur le fondement de la question précédente, expliquez pourquoi les organisations ont parfois intérêt à collaborer pour produire. Cours de l essence Raffinage Acheminement de pétrole et de gaz naturel Transport Stockage Transport d essence Client final Source : page 6

13 Document n 7 : L aval de la production : la distribution Distribution : ensemble des activités pour acheminer dans les meilleures conditions un produit vers le consommateur final. Plusieurs modes de distribution coexistent : 1 - Identifiez les modes de distribution mis en évidence sur les documents ci-dessous. 2 - Illustrez chaque type de distribution par d autres exemples. 3 - Listez les avantages du SAV pour le client et pour Amel. Circuit direct : vente directe du producteur au consommateur. Aucun intermédiaire. Circuit traditionnel : vente indirecte, deux intermédiaires (grossiste et détaillant) entre le producteur et le consommateur final. Mode de distribution classique. Circuit spécial ou faux circuit traditionnel : association entre les producteurs et les distributeurs. Exemples : concessions, franchises Source : Management des organisations, Fontaine Picard 2008 Vente à la ferme Porcs, veaux, boeufs et volailles de plein-air élevés avec nos céréales. Livraison gratuite sur le département à partir de 200 kilos. Tel : après 19h00. Le luxe du SAV Amel À Perigny, les Chantiers Amel, créés en 1965, n ont qu un voilier dans leur gamme. Un géant luxueux de 54 pieds bichonné, tout comme ses acheteurs. Une belle réussite... Ce fût un retentissant succès économique, même s il n était pas à la portée de toutes les bourses. Avec leur Super-maram, fabriqué durant 16 ans et vendu à une cinquantaine d exemplaires, les chantiers Amel ont joliment joué des coudes dans le périmètre très étroit des fabricants de voiliers de luxe. Dans cette niche commerciale, le service après-vente (S.A.V) est un autre argument de vente. Amel affûte ses armes en projetant ses équipes au-devant de ses clients (on serait presque tenté d écrire partenaires). Ceci explique les antennes que le chantier de Périgny a installées à Hyères sur la Méditerranée et en Guadeloupe. «En complément de ce dispositif, en Turquie, aux Etats-Unis, au Portugal, aux Canaries, nous fonctionnons avec des correspondants techniques. C est une règle, nous devons servir tout de suite. C est pourquoi les interlocuteurs de nos clients doivent avoir une excellente connaissance technique de nos bateaux. Les mails, les services de distribution express facilitent les diagnostics. Nous expédions alors des pièces de rechange. S il le faut, nous déplaçons une équipe là où se trouve le client. Sur une destination européenne, nous nous donnons 48 heures maximum pour lui permettre de poursuivre sa navigation». Source : Sud Ouest, 07/12/2006 Crédit photo : AMEL Les caractéristiques des systèmes de production - page 7

14 Chapitre 5 J L évolution des systèmes de production sames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésam Les systèmes de production ont beaucoup évolué au cours du vingtième siècle sous la pression de changements technologiques et environnementaux. De nouveaux systèmes apparaissent avec un maître-mot : «la flexibilité». Les organisations doivent être capables de proposer des modèles variés, à des coûts raisonnables tout en privilégiant la qualité. Notions et contenus à construire aisir l'intérêt du thème xplorer les documents ynthétiser I Les changements technologiques et environnementaux A. Les modifications des technologies B. Les modifications de l environnement II Vers de nouveaux systèmes de production A. La recherche du produit «parfait» B. Le développement du «faire faire» : externalisation ou sous-traitance C. La production flexible ppliquer les méthodes émoriser valuer les connaissances acquises tocker les mots-clés L évolution des systèmes de production - page 1

15 aisir l'intérêt du thème Tri du courrier à la main Crédit Photo : La Poste / André Tudela Tri du courrier automatique Distribution du courrier Crédit photo : Photothèque La Poste/Musée de La Poste Crédit photo : Groupe La Poste Crédit Photo : La Poste / André Tudela Le dessous des cartes Débat : Produire hier et aujourd hui, quelles différences? Pour vous aider, vous pouvez lister les modifications que vous constatez au niveau du tri et de la distribution du courrier. Problématique : Pourquoi les systèmes de production sontils amenés à évoluer? Hypothèse : Imaginez les facteurs qui pourraient faire évoluer le système de production de La Poste demain. Recherche : Cherchez les évolutions majeures que PSA - Peugeot - Citroën a connu dans sa production (www.psa-peugeot-citroen.com) et tentez d expliquer ces changements. page 2

16 Chapitre 5 K Les différentes formes d organisation du travail sames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésam Pour produire des biens et services, toute organisation doit définir une organisation du travail, c est-à-dire des règles de fonctionnement pour exécuter ses activités. Quel que soit le type d organisation choisi, le but est toujours d améliorer l efficacité du travail en utilisant les ressources disponibles. Le taylorisme, système prépondérant pour organiser le travail au début du 20 e siècle est aujourd hui concurrencé dans certains domaines par le Toyotisme ou le Management par Projet. Notions et contenus à construire aisir l'intérêt du thème xplorer les documents ynthétiser I Les formes traditionnelles d organisation du travail A. L organisation scientifique du travail (OST) B. Le Fordisme C. Les limites des formes traditionnelles II Vers de nouvelles formes d organisation du travail A. Caractéristiques B. Illustrations : Toyotisme ppliquer les méthodes émoriser valuer les connaissances acquises tocker les mots-clés Les différentes formes d organisation du travail - page 1

17 ynthétiser Pour produire les biens et services prévus, toute organisation doit définir une organisation du travail, c est-à-dire des règles de fonctionnement pour exécuter les activités et la production. Quelle que soit la forme d organisation choisie, le but est toujours d améliorer l efficacité du travail en utilisant les ressources disponibles. I/ Les formes traditionnelles d organisation du travail A. L organisation scientifique du travail (OST) Frederic Wislow Taylor ( ) a été le premier à s intéresser à l organisation du travail de production et à formaliser sa réflexion en énonçant les grands principes de l organisation scientifique du travail : 1. Parcellisation des tâches : la division horizontale du travail Une tâche est une opération simple dont le temps d exécution a été étudié scientifiquement par des spécialistes en chronométrant les gestes de l ouvrier. Cette étude détermine les processus opérationnels les plus économiques et la quantité de travail que doit fournir l ouvrier. Cette parcellisation des tâches entraîne une spécialisation inévitable de l ouvrier qui effectue toujours les mêmes tâches, qui est plus efficace et qui a besoin d un temps de formation beaucoup plus court. C est «the one best way» défini par F. W. Taylor. 2. Séparation des tâches de conception, d exécution et de contrôle : la division verticale du travail Le bureau d études conçoit, l ouvrier exécute et une tierce personne contrôle. Cette séparation des tâches nécessite une coordination globale au sein de l organisation. Ce type d organisation conduit à une grande division du travail. B. Le Fordisme Le Fordisme constitue l application effective de l OST en généralisant les principes d organisation du travail dans une activité industrielle qui débute alors : l automobile. Cependant, Henry Ford ( ) est à l origine d une idée nouvelle essentielle dès 1918 : le «travail à la chaîne» (l ouvrier ne se déplace plus) qui implique la standardisation des produits (un produit unique, des pièces standards) et la production de masse avec ses économies de coûts. C. Les limites des formes traditionnelles L OST comme le fordisme ont permis de satisfaire les besoins primaires de millions de personnes en permettant une production et donc une consommation de masse. Mais, - le travail est réduit à quelques gestes qui sont eux-mêmes soumis à des temps maximums. La monotonie est obligatoirement présente et les ouvriers deviennent de simples exécutants d un travail préparé en amont par d autres. - la machine impose une certaine cadence. Pour certains ouvriers, c est facile, pour d autres impossible. - la formation, les compétences, la motivation non pécuniaire ne sont pas prises en compte. Les conséquences de ce type d organisation sont un turn-over important en période de plein emploi, de l absentéisme et de nombreux accidents du travail. Ce système convient à une production prévue pour une longue période, à des salariés peu enclins à une élévation de leur niveau de qualification, mais totalement inadapté à un environnement instable où qualité et réactivité sont primordiales. Cependant, son attractivité reste importante dans les pays où les avancées sociales sont faibles ou dans les pays où le taux de chômage est élevé. page 8

18 II/ Vers de nouvelles formes d organisation du travail A. Caractéristiques 1. L humanisation du travail Face aux limites de l OST, le bien-être du salarié a dû être mis au centre des préoccupations en élargissant les tâches, en les enrichissant (le salarié devient polyvalent), en créant des groupes autonomes de travail et enfin en favorisant la rotation des postes. 2. La flexibilité du travail La flexibilité ne cesse de croître face aux contraintes technologiques et environnementales (cf chapitre 10) que subissent les organisations. Deux grands types de flexibilité coexistent et ont des conséquences sur l organisation du travail : flexibilité interne - externe et flexibilité quantitative - qualitative. 3. Le développement du néo-taylorisme L organisation actuelle de la production industrielle est toujours fondée sur certains principes développés par Taylor : le travail répétitif existe toujours et il peut être encore normé par des procédures, le rythme est toujours imposé que ce soit par la machine ou la demande de la clientèle. Cependant, le taylorisme ne continue pas tel quel mais s est enrichi grâce à l humanisation du travail. On parle alors de néo-taylorisme. B. Illustrations : le Toyotisme et le Management par Projet 1. Le Toyotisme Le Toyotisme est né dans les années cinquante sous l impulsion de Taïchi Ohno, directeur de la firme automobile Toyota. Ses principes sont les suivants : - Simplification du processus de production : suppression des stocks, élimination des défauts de qualité. La gestion de la qualité totale passe par l implication de tous les salariés. - Production en petits lots, gestion flexible des outils. - Recours optimal aux approvisionnements externes et donc à la sous-traitance. - Utilisation du JAT (cf chapitre 10). - Privilégie le travail en groupes autonomes, la polyvalence des opérateurs. Le salarié est placé au sein d une équipe. 2. Le Management par Projet (MPP) Le MPP consiste à rassembler autour d un objectif ciblé et pour un temps défini des spécialistes venant d horizons multiples (services différents ou entreprises différentes). Des ressources financières sont bien évidemment allouées à ce groupe. Le groupe se dissout lorsque le projet est réalisé. Les différentes formes d organisation du travail - page 9

19 Chapitre 5 La formation Le savoir-faire et les connaissances des individus et des équipes de travail sont vitaux pour les organisations. Ceux-ci proviennent de la formation initiale des personnels recrutés. Mais ils peuvent également être développés en interne par des actions de formation continue, individuelle ou collective. Notions et contenus à construire aisir l'intérêt du thème xplorer les documents ynthétiser ppliquer les méthodes émoriser sames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésames sésam valuer les connaissances acquises tocker les mots-clés La formation - page 1

20 émoriser u Chapitre 14 La formation Développement des savoirs et savoir-faire dans l entreprise Apprentissage organisationnel Formations individuelles Formations collectives Amélioration des performances FORMATION Développement du capital humain Les mesures légales Développement des compétences à long terme Droit Individuel à la Formation Congé Individuel de Formation Bilan de compétences Plan de formation Adaptation des compétences aux postes de travail Formations diplômantes Formations courtes de mise ou de remise à niveau professionnelle Validation des Acquis de l Expérience page 12

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Cycle terminal de la série sciences et technologies du management et de la gestion I. INDICATIONS GÉNÉRALES L enseignement de management des organisations vise

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres 18 septembre 2012 Sommaire Communiqué de synthèse P. 1 Le projet de regroupement des fonctions support : un projet stratégique P.

Plus en détail

M09/3/BUSMT/SP2/FRE/TZ0/XX. COMMERCE ET Gestion Niveau MOYEN. Vendredi 22 mai 2009 (matin) 1 heure 45 minutes

M09/3/BUSMT/SP2/FRE/TZ0/XX. COMMERCE ET Gestion Niveau MOYEN. Vendredi 22 mai 2009 (matin) 1 heure 45 minutes 22095026 COMMERCE ET Gestion Niveau MOYEN ÉPREUVE 2 Vendredi 22 mai 2009 (matin) 1 heure 45 minutes Instructions destinées aux candidats N ouvrez pas cette épreuve avant d'y être autorisé(e). Section A

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III)

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) Objectifs de l action de formation Acquérir les compétences professionnelles suivantes: Management de l'unité commerciale : Management de l'équipe commerciale

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2008, isbn : 978-2-212-12279-4

Groupe Eyrolles, 2008, isbn : 978-2-212-12279-4 Groupe Eyrolles, 2008, isbn : 978-2-212-12279-4 Réalisation n 4 par Yves Guern 18 m 2 de capteurs plans Ballon tampon de 1 500 l pour chauffage par radiateurs Eau chaude sanitaire séparée de 600 l Capteurs

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT CONTEXTE GÉNÉRAL L amélioration de la compétitivité logistique des flux import-export, en termes de développement

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

Actu-français : Bénévoles à plus de 65 ans Niveau préconisé (A2) Durée de l activité : 30 mn.

Actu-français : Bénévoles à plus de 65 ans Niveau préconisé (A2) Durée de l activité : 30 mn. I COMPRENDRE le document Actu-français : Bénévoles à plus de 65 ans Niveau préconisé (A2) Durée de l activité : 30 mn. Compréhension orale : fiche individuelle (1 page) 1. De quoi s agit-il? Regardez une

Plus en détail

CORRIGÉ GEDOC SA. Proposition de barème sur 70 points

CORRIGÉ GEDOC SA. Proposition de barème sur 70 points CORRIGÉ GEDOC SA Proposition de barème sur 70 points Questions à traiter Travaux demandés Dossier 1 Organisation des réunions 1.1 Mettre en évidence les inconvénients de l organisation actuelle des réunions.

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

Vous cherchez une bonne boîte?

Vous cherchez une bonne boîte? RESPONSABLE DES VENTES SECTEUR Lidl recrute Vous cherchez une bonne boîte? + d infos sur www.lidl.fr Réinventons les métiers de la distribution! RÉINVENTONS LES MÉTIERS DE LA DISTRIBUTION! www.lidl.fr

Plus en détail

Livret destiné aux collégiens

Livret destiné aux collégiens PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BTP» Livret destiné aux collégiens Rendez-vous les Visite du chantier de Sommaire 1. Qu est-ce que le batiment?... 3 Qu entend-on concrètement par «bâtiment»?... 3

Plus en détail

Vous cherchez une bonne boîte?

Vous cherchez une bonne boîte? JEUNES DIPLÔMÉS Lidl recrute Vous cherchez une bonne boîte? + d infos sur www.lidl.fr Réinventons les métiers de la distribution! RÉINVENTONS LES MÉTIERS DE LA DISTRIBUTION! www.lidl.fr LIDL FRANCE 1988

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

Journée de formation - Service Civique

Journée de formation - Service Civique Journée de formation - Service Civique Accueillir et accompagner un jeune en engagement de Service Civique «Le tuteur, un rôle fondamental pour le respect de l esprit du Service Civique, et la réussite

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités (FDA) La fiche descriptive d activités (FDA) dresse la liste de l ensemble des activités, recensées lors d enquêtes, exercées par des titulaires

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

DEVOIR N 2 économie d entreprise

DEVOIR N 2 économie d entreprise DEVOIR N 2 économie d entreprise PROGRAMME : Les systèmes et la gestion de production L'évolution de la production La logistique et l approvisionnement L activité financière Les fondements de la GRH La

Plus en détail

O v e r a l l e x p e r t i s e i n t h e m a i n t e n a n c e o f p l a t e s h e a t e x c h a n g e r s

O v e r a l l e x p e r t i s e i n t h e m a i n t e n a n c e o f p l a t e s h e a t e x c h a n g e r s Expertise globale de la maintenance des échangeurs thermiques à plaques O v e r a l l e x p e r t i s e i n t h e m a i n t e n a n c e o f p l a t e s h e a t e x c h a n g e r s LE CENTRE DE MAINTENANCE

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

La mobilité interne. COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial»

La mobilité interne. COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial» La mobilité interne Julie Araneder Catherine Leput Céline Prevost Benoit Saidi Sandrine Taupin Emmanuelle Thuong-Hime COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial» hors série n 4 Sommaire 1 - Avant-propos...p

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Diplôme d études EN langue française DELF B1. Option professionnelle. Document du candidat Épreuves collectives

Diplôme d études EN langue française DELF B1. Option professionnelle. Document du candidat Épreuves collectives Diplôme d études EN langue française DELF B1 Option professionnelle Document du candidat Compréhension de l'oral Compréhension des écrits Production écrite Code candidat :... Nom :... Prénom :... Volet

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TECHNICO-COMMERCIAL RÉFÉRENTIEL 2006-1 - SOMMAIRE Arrêté portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur technico-commercial ANNEXE

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Depuis 50 ans, nous vous assurons la meilleure couverture.

Depuis 50 ans, nous vous assurons la meilleure couverture. Depuis 50 ans, nous vous assurons la meilleure couverture. TABLE DES MATIÈRES NOTRE PHILOSOPHIE NOTRE MISSION NOTRE MÉTIER NOTRE EXPERTISE 02 03 04 05 CONSTRUCTION TRANSPORT ENTREPRISES DE SERVICES COMMERCE

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

CYCLE DIRIGEANTS ET CADRES DES TPE ET PME DE SEINE-ET-MARNE 5ÈME PROMOTION 2013/2014. COMMISSION EUROPÉENNE Fonds social européen

CYCLE DIRIGEANTS ET CADRES DES TPE ET PME DE SEINE-ET-MARNE 5ÈME PROMOTION 2013/2014. COMMISSION EUROPÉENNE Fonds social européen CYCLE DIRIGEANTS ET CADRES DES TPE ET PME DE SEINE-ET-MARNE 5ÈME PROMOTION 2013/2014 COMMISSION EUROPÉENNE Fonds social européen Les partenaires du cycle La CGPME 77 est le syndicat du patronat réel de

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Maîtriser les mutations

Maîtriser les mutations Maîtriser les mutations Avec UNE Supply chain AGILE La réflexion porte ses fruits www.cereza.fr TALAN Group Notre savoir-faire : maîtriser les mutations et en faire une force pour l entreprise Cereza,

Plus en détail

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen GUIDE POUR AGIR Comment identifier ses SAVOIR-FAIRE et ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE Avec le soutien du Fonds social européen Identifier ses savoir-faire et ses qualités, pour quoi faire? Vous ne

Plus en détail

LOGISTIQUE MÉTIERS2013. fiche. Recrutement : Attirer, rémunérer, fidéliser

LOGISTIQUE MÉTIERS2013. fiche. Recrutement : Attirer, rémunérer, fidéliser fiche MÉTIERS2013 LOGISTIQUE Recrutement : Attirer, rémunérer, fidéliser Fed Supply est un cabinet dédié aux recrutements temporaires et permanents des métiers de l ADV, des Achats et de la Logistique

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

esi LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER UNIS www.groupe-esi.fr ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER

esi LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER UNIS www.groupe-esi.fr ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER esi ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER UNIS LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER www.groupe-esi.fr PROFIL 1 RE ÉCOLE-ENTREPRISE SPÉCIALISÉE DANS L IMMOBILIER L École Supérieure de l Immobilier (ESI)

Plus en détail

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE PREMIER MINISTRE HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE Avis du HCVA sur le Paquet Almunia Adopté en session plénière du 15 novembre 2012 Avis du HCVA sur le Paquet Almunia La Commission européenne a adopté

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

ecrm : Multiplicité des données clients D où proviennent les informations et quelles sont-elles?

ecrm : Multiplicité des données clients D où proviennent les informations et quelles sont-elles? ecrm : Multiplicité des données clients D où proviennent les informations et quelles sont-elles? Livre Blanc Cabestan Des sources de données disparates Il existe autant d'approches pour reconnaître un

Plus en détail

Construire sa maison bois en toute sécurité

Construire sa maison bois en toute sécurité Construire sa maison bois en toute sécurité Faire le choix d une maison bois, c est opter pour une maison performante, confortable et pérenne. C est également faire un geste pour l environnement, en utilisant

Plus en détail

La Solution Pour Le Secteur Des Boissons

La Solution Pour Le Secteur Des Boissons La Solution Pour Le Secteur Des Boissons Avec Tectura, Bénéficiez D une Solution Spécialement Adaptée A Votre Métier Les contraintes liées au secteur de la fabrication de boissons sont toujours plus complexes

Plus en détail

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente)

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente) COURS N 4 : LA POLITIQUE DE DISTRIBUTION COURS DE MARKETING / Cours n 4 : La politique de distribution --> MSG / IAE --> Novembre 2005 1 --> Introduction --> Les fonctions de la distribution --> Canal

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence professionnelle Management des organisations Spécialité Management opérationnel des entreprises Autorité

Plus en détail

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce étude de fonctions & rémunérations & Commerce & Commerce SOMMAIRE Introduction Remarques méthodologiques 1. Chef de département p.5 2. Directeur de magasin p.6 3. Directeur régional p.7 4. Directeur de

Plus en détail

Juin 2014. Fonction consolidation A la recherche des frontières de demain

Juin 2014. Fonction consolidation A la recherche des frontières de demain Juin 2014 Fonction consolidation A la recherche des frontières de demain Intervenants Caroline MARROT Associée Deloitte José BAGHDAD Directeur Deloitte Vincent Michelet SODEXO Hervé Cardelli SANOFI Stéphane

Plus en détail

Plus de prospects, plus de clients, plus de chiffre d affaires DEVELOPPEMENT COMMERCIAL DES ENTREPRISES

Plus de prospects, plus de clients, plus de chiffre d affaires DEVELOPPEMENT COMMERCIAL DES ENTREPRISES Plus de prospects, plus de clients, plus de chiffre d affaires DEVELOPPEMENT COMMERCIAL DES ENTREPRISES PLUS DE PROSPECTS? De l étude préalable au plan d action, musclez votre organisation commerciale

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année GUIDE DU TUTEUR Ce guide est complété par le tuteur durant la première année de BTS. Une copie doit être fournie au professeur et à l étudiant ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC Management des Unités Commerciales

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne Rapport d étude réalisé pour monabanq. Décembre 2010 CREDOC / 17 mai 2011 1 Synthèse 1 Internet a modifié la relation des Français avec leurs banques en s imposant comme

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Une nuit magique dans l hiver

Une nuit magique dans l hiver Patrick ALLEN Une nuit magique dans l hiver A magic night in Winter Conte pour le temps de Noël 2009 ne nuit magiqu dans l hive 1 Il était une fois, dans une lointaine province située au nord d un immense

Plus en détail

Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente. I. La fidélisation. A. Les enjeux de la fidélisation

Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente. I. La fidélisation. A. Les enjeux de la fidélisation Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente I. La fidélisation A. Les enjeux de la fidélisation B. La mesure de la satisfaction des clients dans les unités commerciales physiques

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

Un tiers des créateurs d entreprise seniors était au chômage

Un tiers des créateurs d entreprise seniors était au chômage Un tiers des créateurs d entreprise seniors était au chômage Quand on est senior et qu on perd son emploi, on sait que le parcours pour regagner le monde du travail en tant que salarié, sera un parcours

Plus en détail

LA LOGISTIQUE GLOBALE ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Enjeux principes exemples. Philippe-Pierre Dornier Michel Fender. Deuxième édition 2007

LA LOGISTIQUE GLOBALE ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Enjeux principes exemples. Philippe-Pierre Dornier Michel Fender. Deuxième édition 2007 Philippe-Pierre Dornier Michel Fender LA LOGISTIQUE GLOBALE ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Enjeux principes exemples Deuxième édition 2007, 2007 ISBN : 978-2-7081-3384-6 Sommaire Remerciements... V Préface...

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité?

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? ATELIER DE LA PROFESSION Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa

Plus en détail

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien La présente enquête-métier a pour objet de recueillir des informations pouvant donner en substance, une vision globale d un métier, de son

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Perception de l'emploi associatif. Le Mouvement Associatif. Novembre 2014. Perception de l'emploi associatif TNS 2014 48UK60

Perception de l'emploi associatif. Le Mouvement Associatif. Novembre 2014. Perception de l'emploi associatif TNS 2014 48UK60 Le Mouvement Associatif Novembre 2014 1 Présentation de l enquête Méthodologie Echantillon Mode de recueil Dates de terrain Enquête en miroir : 501 jeunes représentatif des personnes âgées de 18 à 24 ans

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise.

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. IBM Global Services Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. Les services d infrastructure et d intégration IBM Pour une infrastructure informatique qui participe

Plus en détail

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC Partie 1 : Évaluer le marché (21 points) 1. Établir un diagnostic de ces deux segments de marché. Conclure. (11 points) Diagnostic : 8 points. Marché du bâtiment

Plus en détail

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération Les enjeux du nouveau système de politique de rémunération Suite aux diverses propositions faites par

Plus en détail

Stratégie Marketing Intégrée COMMENT ABORDER LA PERSONNALISATION DE L OFFRE ET LE ONE TO ONE?

Stratégie Marketing Intégrée COMMENT ABORDER LA PERSONNALISATION DE L OFFRE ET LE ONE TO ONE? Stratégie Marketing Intégrée COMMENT ABORDER LA PERSONNALISATION DE L OFFRE ET LE ONE TO ONE? GROUPE N 4 Péryne DESMULIER Maxime DEVIN Clément DUBOIS Julien DUTHEIL Mandy LOOSVELDT I II III INTRODUCTION

Plus en détail

Métiers de la Production/ Logistique

Métiers de la Production/ Logistique Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers de la Production/ Logistique R & D Production Ingénieur de recherche Responsable

Plus en détail

Le challenge du renforcement des compétences. La qualité du service après vente : un enjeu stratégique. Un partenariat ambitieux avec l OFPPT

Le challenge du renforcement des compétences. La qualité du service après vente : un enjeu stratégique. Un partenariat ambitieux avec l OFPPT SOMMAIRE Le challenge du renforcement des compétences 2 La qualité du service après vente : un enjeu stratégique 2 Un partenariat ambitieux avec l OFPPT 3 Une meilleure adéquation entre la formation et

Plus en détail

Facility Management Une organisation à votre service

Facility Management Une organisation à votre service Facility Management Une organisation à votre service Les Services d Efficacité Energétique et Environnementale Sommaire Le FM, au service de votre stratégie page 4 Une organisation à votre service page

Plus en détail

Les 9, 10 et 11 octobre 2014

Les 9, 10 et 11 octobre 2014 Les 9, 10 et 11 octobre 2014 PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Sommaire 1. QU EST CE QUE LE BATIMENT?... 3 Qu entend on concrètement par «Bâtiment»? Erreur! Signet non défini. Bâtiment ou

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne 11 Objectifs et Méthodologie Objectifs : Analyse du profil sociodémographique des clients des banques en ligne Historique et détention de produits financiers dans des

Plus en détail

Questionnaire. Groupe de travail Biens de consommation UNIFA. Président : Jean-Claude RICOMARD. Rapporteurs : Clarisse REILLE Caroline LEBOUCHER

Questionnaire. Groupe de travail Biens de consommation UNIFA. Président : Jean-Claude RICOMARD. Rapporteurs : Clarisse REILLE Caroline LEBOUCHER Questionnaire Groupe de travail Biens de consommation UNIFA Président : Jean-Claude RICOMARD Rapporteurs : Clarisse REILLE Caroline LEBOUCHER 1 DIAGNOSTIC DE LA SITUATION ACTUELLE ET IDENTIFICATION DES

Plus en détail

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit!

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit! Conférence de presse du 30 novembre 2011 Session budgétaire de la Région Auvergne* Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi Unique et inédit! L Auvergne : 1 ère Région de France à lancer une

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE. Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE. Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux SOMMAIRE 1. Obtenir des devis pour les travaux souhaités 1.1 Le devis travaux : définition et contenu du devis 1.2 Les différents

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE Croix Bleue du Québec CanAssistance 550, rue Sherbrooke Ouest Montréal (Québec) H3A 3S3 Tél. : 514 286-8329 www.croixbleue.

DESCRIPTION DE POSTE Croix Bleue du Québec CanAssistance 550, rue Sherbrooke Ouest Montréal (Québec) H3A 3S3 Tél. : 514 286-8329 www.croixbleue. , bureau 2000 DESCRIPTION DE POSTE Croix Bleue du Québec CanAssistance 550, rue Sherbrooke Ouest Montréal (Québec) H3A 3S3 Tél. : 514 286-8329 www.croixbleue.ca Titre du poste Lieu du poste Supérieur immédiat

Plus en détail

FORMATIONS INFO PLUS. «C est gratifiant d amener de l eau aux gens.» Romain Fontainier (Ville de Limoges) A CONSULTER

FORMATIONS INFO PLUS. «C est gratifiant d amener de l eau aux gens.» Romain Fontainier (Ville de Limoges) A CONSULTER Romain Fontainier (Ville de Limoges) FORMATIONS Dans la famille de Romain, travailler dans l eau, c est pratiquement génétique. Alors, quand il a vu que l école, ce n était «pas son truc», il n a pas hésité

Plus en détail

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE Carine PETIT Sophie GALILE 12/01/2005 0 LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE L organisation, système humain ouvert, fonctionne dans des environnements souvent instables,

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Bonne et Heureuse année 2014 à tous nos lecteurs!

Bonne et Heureuse année 2014 à tous nos lecteurs! Le 06/01/2014 Source : qapa.fr Bonne et Heureuse année 2014 à tous nos lecteurs! L emploi en Poitou-Charentes Diagnostic territorial 2013 Les salaires en Poitou-Charentes Salaire net moyen demandé par

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

Guide du Tuteur Banque et Assurance

Guide du Tuteur Banque et Assurance Guide du Tuteur Banque et Assurance QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

Le projet collaboratif 2.0

Le projet collaboratif 2.0 Florence Gicquel et Aref Jdey En collaboration avec Alpha Diallo Le projet collaboratif 2.0 Pour mobiliser la Documentation au service de l entreprise é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

VOTRE EXPERT MÉTIER. www.ordirope.fr commercial@ordirope.fr

VOTRE EXPERT MÉTIER. www.ordirope.fr commercial@ordirope.fr VOTRE EXPERT MÉTIER 2, quai du Commerce - C.P. 731 69256 LYON CEDEX 09 Tél : 04 72 53 33 33 Fax : 04 72 53 33 34 www.ordirope.fr commercial@ordirope.fr Éditeur de Ordirope, éditeur de Nous partageons le

Plus en détail