LES NOUVELLES RÈGLES DE TVA POUR LES SOUS- TRAITANTS DE TRAVAUX IMMOBILIERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES NOUVELLES RÈGLES DE TVA POUR LES SOUS- TRAITANTS DE TRAVAUX IMMOBILIERS"

Transcription

1 Avril 2014 LETTRE D INFORMATION//////// membre du réseau LES NOUVELLES RÈGLES DE TVA POUR LES SOUS- TRAITANTS DE TRAVAUX IMMOBILIERS LA FORCE D UN RÉSEAU D EXPERTS Loi n du 29 décembre 2013, art.25 La loi de finances pour 2014 a modifié les règles de TVA applicables aux sous-traitants en instaurant un dispositif d autoliquidation de la TVA qui impacte fortement les personnes morales de droit public dès lors qu elles effectuent des paiements directs à leurs sous-traitants. Loi n du 29 décembre 2013, art.25 commentée au BOI-TVA-DECLA et suivant du 24/01/2014 Petit tour d horizon sur les nouvelles règles PARIS : 40 rue de Liège Paris Tél : Fax : LILLE : 21 avenue Le Corbusier Lille Cedex Tél : Fax :

2 L article 25 de la loi de finances de 2014 a transposé à l article 283 2, nonies du Code général des impôts un mécanisme d autoliquidation pour les contrats de sous-traitance de travaux immobiliers signés depuis le 1 er janvier Ce nouveau dispositif consiste pour les entreprises sous-traitantes à ne plus facturer de la TVA sur leurs travaux immobiliers. Cette TVA due sur les opérations des sous-traitants est à liquider par l entrepreneur principal (ou donneur d ordres) directement sur ses déclarations sur le chiffre d affaires. Si cette opération est généralement blanche pour l entrepreneur principal, le défaut de déclaration de cette TVA expose l entrepreneur principal au paiement d une pénalité pouvant aller jusqu à 5 % du montant de la TVA déductible. Les personnes morales de droit public sont concernées par ce nouveau dispositif dans le cadre des paiements directs de leurs sous-traitants déclarés. Elles doivent donc veiller à respecter cette réglementation notamment en s assurant que leurs sous-traitants ne fassent pas apparaitre de la TVA sur leurs factures. Cela ne signifie pas qu elles feront l économie de cette taxe car elles la supporteront in fine dans le cadre de la facturation des prestations par l entrepreneur général. Ce dispositif a été commenté au BOI-TVA-DECLA et suivant du CGI qui définit les travaux immobiliers éligibles au régime de l autoliquidation en apportant des précisions complémentaires sur ses modalités pratiques de la mise en œuvre. I/ CHAMP D APPLICATION DU DISPOSITIF L article 283, 2 nonies du CGI dispose que la TVA est acquittée par le preneur «pour les travaux de construction, y compris ceux de réparation, de nettoyage, d entretien, de transformation et de démolition effectués en relation avec un bien immobilier par une entreprise sous-traitante, au sens de l article 1er de la loi n du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance, pour le compte d un preneur assujetti». Pour apprécier l application de ce dispositif, les personnes morales de droit public doivent rechercher si l opération est qualifiable fiscalement. Si tel n est pas le cas, l opération sous-traitée relèvera du régime de droit commun. La loi de finances pour 2014 prévoit que certaines opérations soumises antérieurement au 1 er janvier 2014 au taux de 7 % relèvent désormais du taux de 5,5 %. Le tableau en annexe énumère le taux de TVA applicable aux opérations fréquemment effectuées par les collectivités territoriales et établissements publics à partir du 1 er janvier A. QUELLES SONT LES OPÉRATIONS QUALIFIABLES FISCALEMENT DE TRA- VAUX IMMOBILIERS? Le BOI-TVA-DECLA précise que les travaux immobiliers bénéficiant du mécanisme de l autoliquilidation sont définis aux articles II-A 20 et suivants du BOI-TVA-CHAMP Il s agit notamment : - Des travaux de construction : le BOI-TVA-DE- CLA n utilise pas le terme travaux de construction. En effet, au sein de cette catégorie, l administration fiscale a distingué pour les travaux immobiliers sous-traités : les travaux de bâtiment exécutés par les différents corps de métiers participant à la construction ; et les travaux publics. - Des travaux d équipement des immeubles ayant pour effet d incorporer, à titre définitif, aux constructions les appareils et matériels installés : sont visés les travaux d installation comportant la mise en œuvre d éléments qui perdent leur caractère mobilier en raison de leur incorporation à un ensemble immobilier à condition que les appareils ou les canalisations installées s incorporent aux constructions immobilières. Tel est le cas lorsque le retrait du matériel installé ne peut s effectuer sans de graves détériorations subies par ce matériel ou par l immeuble qui l abrite. - Des travaux de réfection et de réparation des immeubles et installations de caractère immobilier : sont concernés les opérations comportant la mise en œuvre de matériaux ou d éléments qui s intègrent à un ouvrage immobilier ou les opérations ayant pour objet, soit le remplacement d éléments usagés d une installation de caractère immobilier, soit l adjonction d éléments nouveaux qui s incorporent à cette installation ou à l immeuble qui l abrite. Le BOI-TVA-CHAMP définit et énumère pour chacune de ces catégories les travaux qualifiables fiscalement. Cette liste non exhaustive est reprise dans le tableau joint au présent article. 02

3 B. QUELLES SONT LES OPÉRATIONS NON QUALIFIABLES FISCALEMENT DE TRAVAUX IMMOBILIERS? L article nonies du CGI vise expressément les entreprises sous-traitantes au sens de l article 1 er de la loi n du 31 décembre Cette loi définit la sous-traitance «comme l opération par laquelle un entrepreneur, confie par un sous-traité, et sous sa responsabilité, à une autre personne appelée sous-traitant l exécution de tout ou partie du contrat d entreprise ou d une partie du marché public conclu avec le maître d ouvrage». Les travaux immobiliers sous-traités éligibles au mécanisme de l autoliquidation ne sont cependant pas identiques à ceux visées par la loi n du 31 décembre À ce titre, le BOI-TVA-DECLA exclut de ce dispositif les prestations intellectuelles (bureaux d études, économistes de la construction et sociétés d ingénierie) et la livraison de matériaux ou ouvrages spécifiques (sans pose) alors que ces opérations sont considérées comme sous-traitées au sens de la loi du 31 décembre Ces exclusions trouvent notamment leur fondement dans le BOI- TVA-CHAMP Cette doctrine administrative précise que ne constitue pas des travaux immobiliers «les installations d objets ou d appareils, qui, une fois posés, conservent un caractère mobilier». Ces opérations s analysent en des ventes de matériels assorties de prestations de services 1. De même, cette doctrine qualifie de prestations de services les opérations de simples entretien et nettoyage nécessitant l emploi de menues fournitures (vis, joints, graisse, ). L administration précise cependant que ces prestations sont considérées comme des travaux immobiliers lorsqu elles constituent le prolongement ou l accessoire des travaux immobiliers visés ci-dessus. Tel sera le cas par exemple des visites de contrôle des ascenseurs par le sous-traitant les ayant installés ou la maintenance par le sous-traitant des infrastructures qu il a installées dans le cadre d un marché d aménagement d une aire de jeux. 1 Ne constitue pas des «travaux immobiliers» au sens du BOI-TVA- CHAMP notamment les installations : - de machines et de matériels pouvant être démontés sans détérioration majeurs ou être réutilisés en l état ; - d appareils ou de machines simplement reliés à une source de chaleur et d énergie quel que soit le procédé de raccordement ; - de meubles dont le scellement a simplement pour but d assurer la stabilisation (mobilier de magasin, ). En conclusion, dès lors que les prestations réalisées par un sous-traitant sont qualifiables fiscalement de travaux immobiliers, le mécanisme de l autoliquidation s applique même en présence d une sous-traitance en chaîne. Aucune distinction ne doit être opérée entre le sous-traitant de premier et de deuxième rang sous réserve que les travaux immobiliers sous-traités soient effectués directement sur l ouvrage. II/ QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES PRATIQUES POUR LES PERSONNES MORALES DE DROIT PUBLIC RÉALISANT DES TRAVAUX IMMOBILIERS SOUS-TRAITÉS? Après avoir identifié les opérations sous-traitées relevant du dispositif de l autoliquidation, les personnes morales de droit public (ou maître d ouvrage) doivent respecter un formalisme pour éviter notamment de supporter à tort de la TVA sur les travaux immobiliers lors du paiement des sous-traitants. Les modalités de comptabilisation par les personnes morales de droit public des opérations sous-traitées sont appréhendées à travers un exemple concret visant à expliciter le 538 du BOI-TVA-DECLA A. QUEL FORMALISME À RESPECTER POUR LES OPÉRATIONS À AUTOLIQUI- DER? Les factures des sous-traitants ne doivent pas mentionner la TVA exigible dès lors que l opération est concernée par l autoliquidation. Le sous-traitant a cependant l obligation de faire apparaitre distinctement sur sa facture la mention suivante : «TVA due par l entreprise principale selon le mécanisme de l autoliquidation en application du 13 I de la Directive TVA et de l article 242 nonies A à l annexe II du CGI». Les personnes morales de droit public qui reçoivent des factures de la part des sous-traitants éligibles à ce dispositif doivent vérifier l existence de cette mention. En son absence, elles doivent surseoir au paiement dans l attente de l émission d une facture rectificative. Il est recommandé aux personnes morales de droit public de contrôler la conformité des factures émises par les sous-traitants avant de procéder au paiement direct des factures sur une base hors taxe afin de permettre à l entrepreneur principal d accomplir la formalité d autoliquidation de la TVA. À cet égard, l entrepreneur principal doit au titre de la période pour laquelle le paiement est intervenu reporté dans 03

4 sa déclaration de TVA (dite CA3) la taxe à acquitter sur le paiement direct de la personne morale de droit public au soustraitant sur les lignes 8 à 9 B de la CA3 et le montant hors taxe des prestations sur la ligne 2 «autres opérations imposables». Le report dans la déclaration de TVA du mois du paiement direct au sous-traitant est subordonné au fait que les personnes morales de droit public informent le titulaire du marché des paiements effectués. Ce dernier communique aux personnes morales de droit public un décompte ou une facture correspondant aux sommes versées directement au sous-traitant en ventilant l opération entre le montant hors taxe et la TVA. Le paiement au soustraitant est considéré par le titulaire du marché comme du TTC. EXEMPLE PRATIQUE: Une collectivité territoriale confie la construction d une salle de spectacle à l entreprise A titulaire du marché de 50 M HT. Dans le cadre de ce marché, l entreprise A a conclu trois contrats distincts avec l entreprise : - B de location de matériels de chantier pour un montant de 50 K HT ; - C pour fournir et installer dans la salle des équipements intégralement modulables pour un montant de 200 K HT. Ces équipements sont démontables en fonction des besoins de la collectivité territoriale ; - D pour la fourniture et la pose des sanitaires pour un montant de 80 K HT. 1 ère étape : Rechercher si les travaux sous traités sont qualifiables fiscalement relevant du régime de l autoliquidation Collectivité territoriale maître d ouvrage Entreprise A Titulaire du marché 50 M HT +10 M TVA Entreprise B HT TVA Entreprise C HT TVA Entreprise D HT TVA TVA collectée par le fournisseur du bien ou de la prestation Autoliquidation de la TVA par l entreprise A Location de matériel: Prestations de services Fourniture de matériel conservant un caractère mobilier : Livraisons de biens et prestations de services Fourniture et pose des sanitaires : Travaux immobiliers 2 ème étape : Comptabiliser les prestations sous-traitées payées directement par le maître d ouvrage La collectivité territoriale acquitte en direct les entreprises sous-traitantes au sens de la loi de 1975 ayant contracté avec le titulaire du marché. Le traitement comptable de ces opérations est différent selon que l opération est qualifiable ou pas fiscalement éligibles au dispositif de l autoliquidation. 04

5 - 1 ÈRE SITUATION - LES ENTREPRISES B ET C Ces entreprises ne réalisent pas des travaux immobiliers au sens fiscal. Leurs opérations ne relèvent pas de l autoliquidation. La collectivité territoriale acquitte directement au sous-traitant la TVA au taux applicable à l opération en sus du montant hors taxe. Elle établit donc un mandat pour chaque entreprise comme ci-contre : Compte Entreprise B Entreprise C 213 Construction HT TVA sur immobilisation et la TVA Total sommes mandatées (TTC) L ENTREPRISE D L entreprise D réalise des travaux immobiliers relevant de l autoliquidation. La collectivité territoriale acquitte directement au soustraitant le montant HT de la prestation soit en passant le mandat ci-contre : Compte Entreprise C 213 Construction HT DÉCOMPTE OU FACTURE ÉTABLIT PAR L ENTREPRISE A À l issue du paiement, le titulaire du marché verse au Trésor Public la TVA sur la base du montant hors taxe des prestations sous-traitées soit ( x 20 %) et émet au profit de la collectivité territoriale un décompte ou une facture décomposé comme suit : Montant HT TVA Marché entreprise A Sommes payées directement aux sous-traitants Entreprise B Entreprise C Entreprise D Total - Sommes acquittées Solde restant à acquitter Sur le décompte de l entreprise principale A titulaire du marché, le paiement au sous-traitant D est considéré comme étant du TTC et la TVA est calculée en dedans au taux applicable à la prestation conclue avec le titulaire du marché. La collectivité territoriale annule le mandat initial du sous-traitant puis émet un mandat rectificatif pour ordre faisant apparaître la TVA : Compte Entreprise C 213 Construction HT TVA sur immobilisation et la TVA Total sommes mandatées (TTC) La collectivité territoriale établit un second mandat au profit du titulaire du marché pour solder le marché de HT plus de TVA. Compte Entreprise A 213 Construction HT TVA sur immobilisation et la TVA Total sommes mandatées (TTC)

6 REMARQUE Pour les contrats signés à compter du 1 er janvier 2014 et quel que soit le rang du sous-traitant, une entreprise principale doit autoliquider la TVA sur les travaux immobiliers réalisées par son sous-traitant. Les personnes morales de droit public doivent veiller à ne payer directement au sous-traitant que le montant hors taxe de la prestation mentionnée sur la facture qui est considéré par le titulaire du marché comme du TTC. À réception du décompte du titulaire du marché, un mandat pour ordre rectificatif est émis afin que la TVA acquittée sur la totalité du marché corresponde au solde. L autoliquidation s applique également aux travaux immobiliers fournis en exécution d un contrat de sous-traitance antérieur au 1 er janvier 2014 sous réserve qu il ait fait l objet d une tacite reconduction postérieurement à cette date et que ces prestations soient réalisées postérieurement à la tacite reconduction. Les personnes morales de droit public doivent être vigilants dans leurs opérations afin de ne pas supporter in fine plus de TVA que celle due au titre de l opération principale et de permettre aux acteurs de la chaîne de respecter la réglementation sur l autoliquidation. Il s agit d éviter que l entrepreneur se voit infliger la pénalité de 5% pour défaut d autoliquidation. LISTE DES «TRAVAUX IMMOBILIERS» VISÉS AU BOI- TVA-CHAMP Travaux de bâtiments exécutés par les différents corps de métiers participant à la construction des immeubles Travaux publics - Terrassements, fondations, assainissement et nivellement de terrains, puits et fouilles préliminaires à la construction d ouvrages immobiliers, travaux d équipement des terrains - Maçonnerie, béton armé, charpente, couverture - Menuiserie (ex : portes, fenêtres, escaliers, parquets) - Serrurerie, quincaillerie et ferronnerie de bâtiments, persiennes, volets, qui constituent l équipement indispensable et normal de l immeuble - Revêtement de base des sols et des murs - Carrelage, dallage, mosaïque, pavage, marbrerie, miroiterie - Ravalement, plâtrerie, enduits, peintures et travaux préliminaires - Vitrerie, vitraux - Clôtures diverses, grilles, portes - Enseignes incorporées dans les façades des immeubles - Panneaux publicitaires peints directement sur les murs, les clôtures, etc - Routes, voies ferrées, ponts et tous ouvrages d art, pistes d envol, stades - Ports, canaux, quais, digues, écluses (y compris les portes) - Adductions d eau, égouts, drainages, irrigations, canalisations - Dragages, dérochages, dérasements pour approfondir ou créer un chenal, un pont, etc - Aménagement de parcs et jardins, etc 06

7 Travaux d équipement des immeubles ayant pour effet d incorporer, à titre définitif, aux constructions les appareils et matériels installés Travaux de réparation ou de réfection pour la remise en état d un immeuble ou d une installation de caractère immobilier - Installations accessoires à la construction de bâtiments 1 - Installations sanitaires (lavabos, douche, bac à laver...) - Installation d appareils de production d eau chaude incorporés à l immeuble, - Installation de chauffage, de plomberie, de fumisterie, etc - Installation de linoléum, plastique, moquette, etc., lorsque le revêtement réalisé est rendu solidaire du sol par un collage approprié et ne peut être enlevé que par destruction - Installation de cloisons amovibles destinées à remplacer les cloisons traditionnelles en maçonnerie et qui ne sont pas, en principe, susceptibles d être déplacées sans détérioration - Installations de canalisations diverses de caractère immobilier auxquels sont reliés les groupes électrogènes - Installations de groupes d alimentation en eau des chaudières, des centrales thermiques - Installations de manutention : ponts roulants, tapis roulants, courroies transporteuses, ascenseurs, monte-charges, etc - Installations de conditionnement d air, de dépoussiérage, de ventilation, de réfrigération (chambres froides) - Installations de signalisation routière, aérienne, ferroviaire... - Installations d éclairage public - Installations d enseignes sur les façades des immeubles ou sur des bâtis de construction métallique - Installations chirurgicales : plomberie, circuit de fluide et d électricité, fournitures et pose de la cellule nue, des groupes générateurs et des circuits d air raréfié - Installations de «paillasses» et «sorbonnes» dans les laboratoires et hôpitaux - Le ravalement de façades y compris les travaux de nettoyage de façades de bâtiments anciens ou pouvant s intégrer dans un cycle complet de construction neuve - La réparation de toitures, cheminées, parquets, portes et fenêtres - La réfection ou la réparation d une installation électrique, de plomberie, de fumisterie - Le remplacement d une persienne, d une baignoire, d un brûleur, d une chaudière ou d un radiateur de chauffage central - L adjonction d un radiateur supplémentaire - La transformation d une installation de chauffage central au charbon en une installation au mazout - Le traitement des charpentes et parquets contre les insectes xylophages par injection d un produit antiparasitaire dans la masse ou par pulvérisation en surface - La protection des charpentes et parquets par application d une peinture ignifuge - Les travaux d installations d équipements fonctionnels sous réserve que ces éléments s incorporent à l immeuble ou à l installation existante 2 1 CE, 20 décembre 1967, Sté nivernaise d entreprises générales Marius Moreau, req. n : sont considérés comme des travaux immobiliers les installations électriques (lumière, force, sonnerie) y compris les opérations terminales de poses de lampes, rampes lumineuses, globes protecteurs lorsque ces opérations font partie du marché global passé pour une installation électrique de base. 2 Les travaux de réparation ou de réfection pour la remise en état d un immeuble ou d une installation de caractère immobilier sont visés au BOI-TVA- BAE Il s agit notamment de la plomberie, des équipements de chauffage central et de climatisation, des équipements d isolation phonique et thermique, des équipements électriques, des équipements téléphoniques à l exception des appareils, des installations d appareils élévateurs (ascenseurs et montecharge, y compris la cabine et la machinerie), des installations complètes des appareils sanitaires, des installations d appareils de production d eau chaude collectifs ou individuels, des éléments de rangement incorporés à titre définitif dans les cuisines, des placards de rangement, des antennes et gaines collectives de radio et de télévision, le revêtement direct de sols bruts (à l exclusion des tapis), les fermetures extérieures (y compris les boîtes à rideaux) 07

8 Retenir l essentiel : En vertu du nouvel article 283 nonies 2 du CGI en vigueur depuis le 1 er janvier 2014, la TVA due sur les opérations réalisées par un sous-traitant au sens de l article 1er de la loi n du 31 décembre 1975 est acquittée par le maître d ouvrage «pour les travaux de construction, y compris ceux de réparation, de nettoyage, d entretien, de transformation et de démolition effectués en relation avec un bien immobilier». Pour une étude détaillée de vos besoins ou toutes autres précisions, n hésitez pas à contacter : Joseph Bensimon Avocat - Tél. : Taxène, Société d avocats correspondante d Altra Consulting 08

TVA AUTOLIQUIDATION POUR LES PRESTATIONS DE CONSTRUCTION RÉALISÉES EN SOUS- TRAITANCE. Tiphaine FRITZ 01 44 13 32 40

TVA AUTOLIQUIDATION POUR LES PRESTATIONS DE CONSTRUCTION RÉALISÉES EN SOUS- TRAITANCE. Tiphaine FRITZ 01 44 13 32 40 TVA AUTOLIQUIDATION POUR LES PRESTATIONS DE CONSTRUCTION RÉALISÉES EN SOUS- TRAITANCE Tiphaine FRITZ 01 44 13 32 40 1 LE TEXTE Article 283, 2 nonies du Code général des impôts «Pour les travaux de construction,

Plus en détail

1 Champ d application du dispositif d autoliquidation... 2 1.1 Les travaux concernés... 3

1 Champ d application du dispositif d autoliquidation... 2 1.1 Les travaux concernés... 3 Autoliquidation de la TVA dans le secteur du bâtiment 1 Champ d application du dispositif d autoliquidation... 2 1.1 Les travaux concernés... 3 1.2 Opérations exclues... 3 2 Modalités d application du

Plus en détail

Autoliquidation dans le bâtiment

Autoliquidation dans le bâtiment 04 février 2014 Autoliquidation dans le bâtiment Christian GUICHARD Pierre-Antoine FARHAT 1 LF 2014 Nouvel article 283, 2 nonies du CGI Situation visée : contrat de sous-traitance dans le secteur du bâtiment

Plus en détail

AUTOLIQUIDATION TVA DANS LE BATIMENT : CAS DE LA SOUS TRAITANCE. Voir : BOI-TVA-DECLA-10-10-20 ( 531 à 538, reproduits ci-après)

AUTOLIQUIDATION TVA DANS LE BATIMENT : CAS DE LA SOUS TRAITANCE. Voir : BOI-TVA-DECLA-10-10-20 ( 531 à 538, reproduits ci-après) AUTOLIQUIDATION TVA DANS LE BATIMENT : CAS DE LA SOUS TRAITANCE Voir : BOI-TVA-DECLA-10-10-20 ( 531 à 538, reproduits ci-après) Exemple de l Administration, 538 A jour le 1 er février 2014 Pour DELESALLE,

Plus en détail

AUTO-LIQUIDATION DE LA TVA Dans le BATIMENT (BTP)

AUTO-LIQUIDATION DE LA TVA Dans le BATIMENT (BTP) LEFÈVRE Associés Audit Expertise Comptable Audit - Commissariat aux Comptes Société inscrite à l Ordre des Experts-Comptables AUTO-LIQUIDATION DE LA TVA Dans le BATIMENT (BTP) Pour les contrats de sous-traitance

Plus en détail

SOUS-TRAITANCE - RAPPELS PRÉCISIONS SUR LE RÉGIME D AUTOLIQUIDATION DE LA TVA

SOUS-TRAITANCE - RAPPELS PRÉCISIONS SUR LE RÉGIME D AUTOLIQUIDATION DE LA TVA N 44 FISCAL n 9 MARCHES n 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet 11 mars 2014 ISSN 1769-4000 SOUS-TRAITANCE - RAPPELS PRÉCISIONS SUR LE RÉGIME D AUTOLIQUIDATION DE LA TVA L essentiel Suite à l instauration

Plus en détail

Table des matières générale 1

Table des matières générale 1 Table des matières générale page 1 Table des matières générale 1 0 - Clauses communes Chap. 1 - Clauses générales pour opérations à lot unique 1/1 Définition de l opération Réglementations Lots 1/2 Spécifications

Plus en détail

SECTION 1 OPTION POUR LE PAIEMENT DE LA TVA SUR LES LIVRAISONS DE TRAVAUX IMMOBILIERS [DB 3B271]

SECTION 1 OPTION POUR LE PAIEMENT DE LA TVA SUR LES LIVRAISONS DE TRAVAUX IMMOBILIERS [DB 3B271] SECTION 1 OPTION POUR LE PAIEMENT DE LA TVA SUR LES LIVRAISONS Références du document 3B271 Date du document 18/09/00 ANNEXE Les entrepreneurs de travaux immobiliers peuvent opter pour le paiement de la

Plus en détail

Sage Multi Devis : Pourquoi une version 12.10?

Sage Multi Devis : Pourquoi une version 12.10? Sage Multi Devis : Pourquoi une version 12.10? I. Restez en conformité avec la loi La dernière modification de la loi de Finances 2012 impose aux entreprises du BTP de nouveaux taux de TVA, applicables

Plus en détail

CHANGEMENTS DE TVA AU 1 er JANVIER 2014 QUEL IMPACT SUR VOTRE FACTURATION?

CHANGEMENTS DE TVA AU 1 er JANVIER 2014 QUEL IMPACT SUR VOTRE FACTURATION? CHANGEMENTS DE TVA AU 1 er JANVIER 2014 QUEL IMPACT SUR VOTRE FACTURATION? Les taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée Désormais il existera trois taux différents : 5.5% (maintien) 10% (anciennement 7%)

Plus en détail

TITRE Ier : STRUCTURES DE LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE

TITRE Ier : STRUCTURES DE LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE Convention collective nationale des ouvriers employés par les entreprises du bâtiment non visées par le décret du 1er mars 1962 (c'est-à-dire occupant plus de dix salariés) du 8 octobre 1990. Etendue par

Plus en détail

PROPOSITION ARTISANS TPE - DOMTOM MAXIMUM 10 PERSONNES (Hormis apprentis)

PROPOSITION ARTISANS TPE - DOMTOM MAXIMUM 10 PERSONNES (Hormis apprentis) PROPOSITION ARTISANS TPE - DOMTOM MAXIMUM 10 PERSONNES (Hormis apprentis) ARTISANS DU BÂTIMENT TPE (Hors Administratifs, apprentis comptés pour moitié) PROPOSANT Nom, prénom, raison sociale Voie (n, type,

Plus en détail

POUR MIEUX VIVRE VOTRE LOGEMENT

POUR MIEUX VIVRE VOTRE LOGEMENT Association Vosgienne d Information et d Aide au Logement POUR MIEUX VIVRE VOTRE LOGEMENT SERVICE INFORMATION LOGEMENT VOUS INFORMER GRATUITEMENT SUR LE LOGEMENT Notre service Information Logement sera

Plus en détail

Le point sur... Secteur du bâtiment : nouveautés TVA 2014

Le point sur... Secteur du bâtiment : nouveautés TVA 2014 Le point sur... Secteur du bâtiment : nouveautés TVA 2014 A Par Nathalie DEVIDAL Fiscaliste du Groupe Eurex compter du 1er janvier 2014, le secteur du bâtiment est impacté sur trois points en matière de

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne L 134/75 ANNEXE XII LISTE DES ACTIVITÉS VISÉES À L'ARTICLE 1 er, PARAGRAPHE 2, POINT b) ( 1 ) 45 Construction Cette division comprend: la construction de bâtiments et d'ouvrages neufs, la restauration

Plus en détail

RC Décennale. Renseignements généraux

RC Décennale. Renseignements généraux RC Décennale Référence de votre cabinet Code ORIAS N : Cachet de votre cabinet : Date d effet souhaitée Date d échéance Nom de l entreprise à assurer Nom et prénom du gérant Adresse entreprise Renseignements

Plus en détail

TVA à 5.5% : PRÉCISIONS

TVA à 5.5% : PRÉCISIONS TVA à 5.5% : PRÉCISIONS L Administration vient de commenter l article 9 de la loi de finances pour 2014 qui abaisse le taux de TVA à 5,5 % pour les travaux d amélioration de la qualité énergétique portant

Plus en détail

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment Impôts 2015 TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans particuliers professionnels du bâtiment travaux relevant des taux réduits attestation Les principaux taux de TVA depuis le 1er

Plus en détail

TVA & TERRITORIALITE DES PRESTATIONS DE SERVICES

TVA & TERRITORIALITE DES PRESTATIONS DE SERVICES TVA & TERRITORIALITE DES PRESTATIONS DE SERVICES Ici ne sont abordés que les situations relatives à un professionnel français, tantôt, tantôt preneur. En qualité de libéral français, donc d, tout professionnel,

Plus en détail

AVIS DE PRE-INFORMATION

AVIS DE PRE-INFORMATION AVIS DE PRE-INFORMATION SECTION I : POUVOIR ADJUDICATEUR 1.1 : Nom, adresses et point(s) de contact Nom officiel : UNION IMMOBILIERE DES ORGANISMES DE S2CURITE SOCIAL 68 Adresse : 26 avenue Robert Schuman

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

TVA - CIDD* (*Crédit d Impôt Développement Durable) en 2014

TVA - CIDD* (*Crédit d Impôt Développement Durable) en 2014 TVA - CIDD* (*Crédit d Impôt Développement Durable) en 2014 Février 2014 TVA 2014 Mode d emploi 2 Au 1er Janvier 2014 3 nouveaux Taux : Taux normal : 20 % Taux intermédiaire : 10 % Taux réduit : 5.5 %

Plus en détail

Agréation des entrepreneurs

Agréation des entrepreneurs DIRECTION GENERALE QUALITE ET SECURITE DIVISION QUALITE ET INNOVATION Agréation des entrepreneurs Répartition Il est évident qu'une entreprise agréée ne peut pas exécuter n'importe quel travail. Aussi

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Avis relatif à divers indices et index : frais divers, transport routier, végétaux et

Plus en détail

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN Avant d attaquer les travaux, les étapes suivantes doivent être réalisées: le terrain a été acheté. le notaire a édité tous les papiers administratifs nécessaires. les plans ont été dessinés et validés

Plus en détail

ASSURE 1- NATURE DE L ENTREPRISE : EURL SARL SA ETS ENTREPRISE MR AUTRE NOM DE L ENTREPRISE : NOM ET PRENOM DU GERANT :

ASSURE 1- NATURE DE L ENTREPRISE : EURL SARL SA ETS ENTREPRISE MR AUTRE NOM DE L ENTREPRISE : NOM ET PRENOM DU GERANT : Proposition d Assurance Responsabilité Civile et décennale des Entreprises de Construction A retourner par Fax au 04 37 24 52 79 ou par mail à narjisse.boughanemi@entrepreneursdelacite.org Tél : 04 37

Plus en détail

MULTI DEVIS ENTREPRISE Taux de TVA applicables au 1 er janvier 2014. Sommaire

MULTI DEVIS ENTREPRISE Taux de TVA applicables au 1 er janvier 2014. Sommaire MULTI DEVIS ENTREPRISE Taux de TVA applicables au 1 er janvier 2014 Sommaire Contexte... 2 Modification des taux de TVA au 1er janvier 2014... 2 Particularités relatives au taux réduit intermédiaire...

Plus en détail

ASSURÉ. O Oui O Non Si réponse oui merci d indiquer le % Quelle part de votre chiffre d affaires, cette activité représente t-elle?

ASSURÉ. O Oui O Non Si réponse oui merci d indiquer le % Quelle part de votre chiffre d affaires, cette activité représente t-elle? Proposition d Assurance Responsabilité Civile et décennale des Entreprises de Construction A RENVOYER PAR FAX 03 62 024 924 ou PAR MAIL contact@assurances-batiment.com ASSURÉ 1 - NATURE DE L ENTREPRISE

Plus en détail

Questionnaire auto-entrepreneur Assuré

Questionnaire auto-entrepreneur Assuré 1. Nom de à assurer : Questionnaire auto-entrepreneur Assuré Nom, prénom du gérant : 2. Adresse de : Voie : Code Postal : Commune : Tél. : Fax : E-mail : 3. Date de création : 4. Numéro de SIREN : ou création

Plus en détail

POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT DE LA MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DE MATANE

POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT DE LA MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DE MATANE POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT DE LA MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ DE MATANE 1. OBJECTIF La politique de capitalisation et d amortissement sert à l identification et à la comptabilisation

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Conventions collectives nationales et accords nationaux

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Conventions collectives nationales et accords nationaux MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3005-I Conventions collectives nationales et accords nationaux TRAVAUX PUBLICS Tome I : Accords nationaux

Plus en détail

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE S.I.C.A. HABITAT RURAL DE LA SAVOIE 40, rue du Terraillet 73190 SAINT BALDOPH Tél. 04 79 33 06 94 Fax 04 79 85 69 92 E-mail : info@sica-hr.com Dossier 1918-2011 SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE ST OFFENGE CREATION

Plus en détail

MULTI DEVIS ENTREPRISE. Mise en place de l autoliquidation de TVA. Sommaire

MULTI DEVIS ENTREPRISE. Mise en place de l autoliquidation de TVA. Sommaire MULTI DEVIS ENTREPRISE Mise en place de l autoliquidation de TVA Sommaire Contexte... 2 Cadre légal... 2 Sanction... 2 Particularités Emission d une Facture côté sous-traitant... 2 Particularités Réception

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES C.C.A.P.

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES C.C.A.P. CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES C.C.A.P. Pouvoir adjudicateur : Commune de Châtelaillon-Plage 20 Boulevard de la Libération 17340 CHATELAILLON-PLAGE Objet de la consultation : MARCHE DE

Plus en détail

Guide. d entretien. logement. de votre

Guide. d entretien. logement. de votre Guide d entretien de votre logement Entrée et cuisine Salon, salle à manger et chambre Salle de bain et WC Les travaux d entretien et de remise en état incombent, selon leur nature, au locataire ou au

Plus en détail

LE CONTRAT DE CONSTRUCTION DE MAISON INDIVIDUELLE

LE CONTRAT DE CONSTRUCTION DE MAISON INDIVIDUELLE GUIDE PRATIQUE creditfoncier.fr LE CONTRAT DE CONSTRUCTION DE MAISON INDIVIDUELLE avec fourniture de plans Le Crédit Foncier vous présente le contrat de construction de maison individuelle Un contrat de

Plus en détail

Eco-prêt à taux zéro Précisions sur les travaux induits et exemples de dépenses finançables

Eco-prêt à taux zéro Précisions sur les travaux induits et exemples de dépenses finançables Eco-prêt à taux zéro Précisions sur les travaux induits et exemples de dépenses finançables Pour des conseils pratiques et gratuits sur la maîtrise de l énergie et les, un énergies renouvelables, contactez

Plus en détail

Résidence «UTOPIA» NICE UTOPIA-ECOLIFE. Réalisation d un ensemble immobilier «BBC» à NICE route de Turin DESCRIPTIF SOMMAIRE

Résidence «UTOPIA» NICE UTOPIA-ECOLIFE. Réalisation d un ensemble immobilier «BBC» à NICE route de Turin DESCRIPTIF SOMMAIRE Résidence «UTOPIA» NICE UTOPIA-ECOLIFE Réalisation d un ensemble immobilier «BBC» à NICE route de Turin DESCRIPTIF SOMMAIRE 1- GROS ŒUVRE Etanchéité Isolation: Terrassements généraux. Fondations béton

Plus en détail

NOTE D INFORMATION ECONOMIQUE DES TAUX DE TVA 2014

NOTE D INFORMATION ECONOMIQUE DES TAUX DE TVA 2014 NOTE D INFORMATION ECONOMIQUE DES TAUX DE TVA 2014 10 Janvier 2014 Augmentation des taux de TVA et extension du taux réduit de 5,5 % aux travaux d amélioration de. La loi de finances pour 2014 n 2013-1278

Plus en détail

Résidence Sévigné 42 APPARTEMENTS COLLECTIFS LIMEIL BREVANNES (VAL DE MARNE) Notice descriptive sommaire

Résidence Sévigné 42 APPARTEMENTS COLLECTIFS LIMEIL BREVANNES (VAL DE MARNE) Notice descriptive sommaire Résidence Sévigné 42 APPARTEMENTS COLLECTIFS LIMEIL BREVANNES (VAL DE MARNE) Notice descriptive sommaire Maître d ouvrage SCI Résidence Sévigné 2 rues Leday BP 80630 80101 ABBEVILLE Version n 1 du 07 juin

Plus en détail

Guide. d entretien. logement. de votre

Guide. d entretien. logement. de votre Guide d entretien de votre logement Entrée et cuisine Salon, salle à manger et chambre Salle de bain et WC Les travaux d entretien et de remise en état incombent, selon leur nature, au locataire ou au

Plus en détail

Arrêté du Conseil fédéral étendant le champ d application de la convention collective pour la retraite anticipée dans le second oeuvre romand (CCRA)

Arrêté du Conseil fédéral étendant le champ d application de la convention collective pour la retraite anticipée dans le second oeuvre romand (CCRA) Arrêté du Conseil fédéral étendant le champ d application de la convention collective pour la retraite anticipée dans le second oeuvre romand (CCRA) Modification du 29 mars 2011 Le Conseil fédéral suisse

Plus en détail

SYNTHESE. Fiscal. Nouveaux taux de TVA. SYNTHESE D EXPERTS Janvier 2014 www.infodoc-experts.com 1

SYNTHESE. Fiscal. Nouveaux taux de TVA. SYNTHESE D EXPERTS Janvier 2014 www.infodoc-experts.com 1 Nouveaux taux de TVA 1 SOMMAIRE 1 Principe et dérogation d ordre général... 3 2 Les livraisons de bien... 4 2.1 Acquisitions intracommunautaires... 4 2.2 Importations... 5 2.3 Tableau de synthèse... 5

Plus en détail

PROPOSITION SOUSCRIPTEUR. Les montants contenus dans ce document doivent être exprimés en euros

PROPOSITION SOUSCRIPTEUR. Les montants contenus dans ce document doivent être exprimés en euros Generali Assurances, 7, boulevard Haussmann 75456 Paris Cedex 09 - Tél. 01 58 38 40 00 Generali Iard, Société Anonyme au capital de 59 493 775 euros Entreprise régie par le code des assurances 552 062

Plus en détail

Convention de Travaux Modificatifs Acquéreurs & Choix des prestations (hors base marchés)

Convention de Travaux Modificatifs Acquéreurs & Choix des prestations (hors base marchés) Conformément au paragraphe «PRETS» des conditions générales du contrat préliminaire de vente en l état futur d achèvement, ce document est à présenter au «RESERVANT» à toute demande de sa part. Convention

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-1-04 N 117 du 23 JUILLET 2004 TVA. CHAMP D APPLICATION. TAUX. SYSTEMES D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. RACCORDEMENT AUX SYSTEMES D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné :

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : l'assemblage de parpaings le moulage dans un coffrage donnant une forme circulaire

Plus en détail

Chers propriétaires, Vous trouverez ci-joint :

Chers propriétaires, Vous trouverez ci-joint : Chers propriétaires, Vous trouverez ci-joint : Un modèle type de contrat de location saisonnière Les conditions générales Un état descriptif du contrat de location saisonnière Ce modèle type est à titre

Plus en détail

II.6) Début prévisionnel des appels d offres et période contractuelle : 13.10.2014

II.6) Début prévisionnel des appels d offres et période contractuelle : 13.10.2014 Chapitre I : Pouvoir Adjudicateur Information Préliminaire Marché public I.1) Nom, adresses et personnes de contact : Nom Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung Rue Deichmanns Aue 31-37 Code postal & lieu

Plus en détail

Mieux connaître le secteur du bâtiment

Mieux connaître le secteur du bâtiment iche d animation Compétence B3 Mieux connaître le secteur du bâtiment Objectif Permettre aux élèves de découvrir la diversité des métiers du bâtiment et les caractéristiques de ce secteur. Matériel nécessaire

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE DES TRAVAUX. 1. Caractéristiques techniques de l Immeuble

NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE DES TRAVAUX. 1. Caractéristiques techniques de l Immeuble NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE DES TRAVAUX 1. Caractéristiques techniques de l Immeuble 1.1 Infrastructures 1.1.1 Fouilles Excavation selon rapport géotechnique 1.1.2 Fondations Semelles et massifs béton,

Plus en détail

Les avis de la Chambre des Métiers. Institution de cahiers spéciaux. des charges standardisés en matière de marchés publics

Les avis de la Chambre des Métiers. Institution de cahiers spéciaux. des charges standardisés en matière de marchés publics Les avis de la Chambre des Métiers Institution de cahiers spéciaux des charges standardisés en matière de marchés publics CdM/04/02/2013 12-106 Amendements au projet de règlement grand-ducal portant institution

Plus en détail

MULTI DEVIS. Mise en place de l autoliquidation de TVA. Sommaire

MULTI DEVIS. Mise en place de l autoliquidation de TVA. Sommaire MULTI DEVIS Mise en place de l autoliquidation de TVA Sommaire Contexte... 2 Cadre légal... 2 Sanction... 2 Particularités Emission d une Facture côté sous-traitant... 2 Particularités Réception d une

Plus en détail

Je souhaite recevoir les contacts suivant : 1. Je choisi les contacts dans la liste jointe en annexe

Je souhaite recevoir les contacts suivant : 1. Je choisi les contacts dans la liste jointe en annexe Bulletin d adhésion aux services sud-devis.fr (à retourner par mail à contact@sud-devis.fr ou par courrier : 18 chemin du Puits de Carrère 47310 Estillac) Nom de l Entreprise : Siret : Responsable : Fonction

Plus en détail

OPERATION DE MODERNISATION DES ACTIVITES COMMERCIALES, ARTISANALES, ET DE SERVICE

OPERATION DE MODERNISATION DES ACTIVITES COMMERCIALES, ARTISANALES, ET DE SERVICE REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE LA MOSELLE OPERATION DE MODERNISATION DES ACTIVITES COMMERCIALES, ARTISANALES, ET DE SERVICE Exercice 2015 REGLEMENT INTERIEUR Version du 01.03.2015 PREAMBULE Le présent

Plus en détail

MULTI DEVIS : PASSAGE DU TAUX

MULTI DEVIS : PASSAGE DU TAUX MULTI DEVIS : PASSAGE DU TAUX DE TVA DE 5.5% A 7% Ce document vise à détailler les manipulations et paramétrages à réaliser pour le passage du taux de TVA de 5.5% à 7% dans Multi Devis. 1. MODALITES D

Plus en détail

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 «Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 Septembre 2009 Introduction Le Greffe du tribunal de commerce de Paris a réalisé à la

Plus en détail

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée Vous trouverez ci-après les principales dispositions nouvelles pour 2014 concernant la TVA et le CIDD. La loi de finances pour 2014 a été publiée au Journal Officiel du 30/12/2013. Elle officialise les

Plus en détail

Prestations de nettoyage et d entretien des locaux, y compris la vitrerie de la Maison des Services Publics (MSP)

Prestations de nettoyage et d entretien des locaux, y compris la vitrerie de la Maison des Services Publics (MSP) Prestations de nettoyage et d entretien des locaux, y compris la vitrerie de la Maison des Services Publics (MSP) CAHIER DES CHARGES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES Maître d'ouvrage / Pouvoir Adjudicateur

Plus en détail

Le crédit d impôt développement durable

Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt dédié au développement durable en vigueur concerne les dépenses de travaux payées à compter du 1er janvier 2014 (dispositions issues de l article

Plus en détail

Questionnaire de souscription Responsabilité Civile Professionnelle - Décennale

Questionnaire de souscription Responsabilité Civile Professionnelle - Décennale Questionnaire de souscription Responsabilité Civile Professionnelle - Décennale Le Proposant Raison sociale : Statut juridique : Date de création : Adresse : Code postal : Ville : E-mail : Tél. : Fax :

Plus en détail

d investir ancien www.ffbatiment.fr

d investir ancien www.ffbatiment.fr Mémo 2005 19 raisons d investir dans l immobilier ancien www.ffbatiment.fr Crédit d impôt Développement durable Jusqu au 31 décembre 2009 Vous achetez des votre habitation équipements pour principale Crédit

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE CONSTRUCTION D UNE MAISON INDIVIDUELLE

CONTRAT TYPE DE CONSTRUCTION D UNE MAISON INDIVIDUELLE GROUPE GHO & PARTENAIRES DES BATISSEURS DE MAISONS CLE EN MAIN AU TOGO 6, rue de l'armoise - 95.490 VAUREAL - FRANCE Tel. : 06.08.93.11.87 / 01.34.32.76.52 / 09.61.34.032.37 Fax: 01.34.32.76.60 E-Mail

Plus en détail

ÉQUIPEMENTS ET PRESTATIONS ELIGIBLES

ÉQUIPEMENTS ET PRESTATIONS ELIGIBLES ÉQUIPEMENTS ET PRESTATIONS ELIGIBLES AU TAUX REDUIT DE 5,5 % Les travaux d'amélioration de la qualité énergétique portent sur la pose, l'installation, l'entretien et la fourniture des matériaux, appareils

Plus en détail

Guide. d entretien. logement. de votre

Guide. d entretien. logement. de votre Guide d entretien de votre logement Entrée et cuisine Salon, salle à manger et chambre Salle de bain et WC Extérieur Les travaux d entretien et de remise en état incombent, selon leur nature, au locataire

Plus en détail

CHARGES COMMUNAUTE OU COMMUNE Proposition validée par la Commission scolaire du 16-6-14

CHARGES COMMUNAUTE OU COMMUNE Proposition validée par la Commission scolaire du 16-6-14 Obligations du locataire et du propriétaire COMMUNE CCVA Tiers Observations Extérieur Entretien des allées, balayage de la cour Taille, arbres et arbustes taille d'entretien exclusivement Abattage - Elagage,

Plus en détail

LE CHAMP D APPLICATION

LE CHAMP D APPLICATION LES TEXTES Loi n 2001-420 du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (art. 54 et 55) Décret n 2002-231 du 21 février 2002 modifiant le décret du 7 mars 2001 portant code des marchés

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

LA DÉCLARATION DE TVA CA3 (REGIME DU RÉEL NORMAL)

LA DÉCLARATION DE TVA CA3 (REGIME DU RÉEL NORMAL) LA DÉCLARATION DE TVA CA3 (REGIME DU RÉEL NORMAL) I. GÉNÉRALITES Lorsqu elle est soumise au régime du réel normal (1), l entreprise doit calculer, chaque mois, le montant de la TVA due à l état. Celle-ci

Plus en détail

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement tout ce qu il faut savoir!

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement tout ce qu il faut savoir! guide pratique Entretien et réparations dans votre logement tout ce qu il faut savoir! sommaire Entrée et cuisine... p.- Pièce à vivre... p.- Salle de bain, wc... p.- Immeuble collectif... p. Maison individuelle...

Plus en détail

ARTISANS DU BATIMENT - TPE

ARTISANS DU BATIMENT - TPE ARTISANS DU BATIMENT - TPE QUESTINNAIRE MAXIMUM 10 PERSNNES (Hors Administratifs, apprentis comptés pour moitié) Proposant Nom, prénom, raison sociale : Sigle ou nom commercial : Voie (n, type, nom) :

Plus en détail

Questionnaire. Nom de l entreprise à assurer : Nom et prénom du gérant : Adresse de l entreprise : Tél. : Fax : E- mail : N SIRET : Code NAF :

Questionnaire. Nom de l entreprise à assurer : Nom et prénom du gérant : Adresse de l entreprise : Tél. : Fax : E- mail : N SIRET : Code NAF : Questionnaire RC & DECENNALE RC & Questionnaire DECENNALE de construction Entreprise de construction Entreprise de construction Questionnaire Entreprise RC & DECENNALE Questionnaire Date d effet souhaitée

Plus en détail

TVA-CIDD en 2014 : le point sur les mesures prévues

TVA-CIDD en 2014 : le point sur les mesures prévues Confédération de l Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment de l Isère 3 cours Jean Jaurès 38130 ECHIROLLES - Tél. 04 76 09 39 36 - Fax 04 76 22 23 65 TVA-CIDD en 2014 : le point sur les mesures

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 371 RÈGLEMENT AFIN DE PERMETTRE LA RÉALISATION D ENTENTE AVEC UN PROMOTEUR

RÈGLEMENT NUMÉRO 371 RÈGLEMENT AFIN DE PERMETTRE LA RÉALISATION D ENTENTE AVEC UN PROMOTEUR PROVINCE DE QUEBEC MUNICIPALITÉ DE VAL-MORIN MRC DES LAURENTIDES RÈGLEMENT NUMÉRO 371 RÈGLEMENT AFIN DE PERMETTRE LA RÉALISATION D ENTENTE AVEC UN PROMOTEUR ATTENDU QUE la municipalité désire se prévaloir

Plus en détail

-LOGEMENT. Possibilité de l application directe de 3% T.V.A.

-LOGEMENT. Possibilité de l application directe de 3% T.V.A. -LOGEMENT w w w. a e d. p u b l i c. l u Possibilité de l application directe de 3% T.V.A. La faveur fiscale en matière de T.V.A. après le 31.10.2002 (remboursement ou application directe du taux de 3%)

Plus en détail

COURS DE FISCALITÉ DES AFFAIRES 3ème ANNÉE (LICENCE) Année 2011 / 2012 UNIVERSITÉ GASTON BERGER SÉNÉGAL

COURS DE FISCALITÉ DES AFFAIRES 3ème ANNÉE (LICENCE) Année 2011 / 2012 UNIVERSITÉ GASTON BERGER SÉNÉGAL LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE LE RÉGIME GÉNÉRAL DU MÉCANISME DE DÉDUCTION Section 1 : Généralités sur le droit à déduction I L objet et la portée du droit de déduction D après un des principes fondamentaux

Plus en détail

INFOSTech. crédit- d impôt. Crédit d impôt 2014 : Taux et exigences thermiques. Les menuiseries (Bois, PVC et Alu) Les volets isolants

INFOSTech. crédit- d impôt. Crédit d impôt 2014 : Taux et exigences thermiques. Les menuiseries (Bois, PVC et Alu) Les volets isolants INFOSTech Crédit d impôt 2014 : Les gammes concernées Les portes d entrée (Bois, PVC, Acier et Alu) Les menuiseries (Bois, PVC et Alu) Les volets isolants Qu est ce que le crédit d impôt : Rappel Le crédit

Plus en détail

THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2

THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2 Unité 2 Thème 2 Unité 2 COURS Thème 2 THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2 SÉQUENCE 1... 3 Les opérations de vente complexes et leur comptabilisation...

Plus en détail

Textes généraux. Ministère de l économie, des finances et de l industrie

Textes généraux. Ministère de l économie, des finances et de l industrie J.O n 12 du 15 janvier 1998 page 623 texte n Textes généraux Ministère de l économie, des finances et de l industrie Décret no 98-28 du 8 janvier 1998 relatif à la composition du cahier des clauses techniques

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires .. 11 août 2006 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 29 sur 130 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE BUDGET ET RÉFORME DE L

Plus en détail

43 TRAVAUX DE CONSTRUCTION SPÉCIALISÉS 43.1 DÉMOLITION ET PRÉPARATION DES SITES. 43.11 Travaux de démolition. 43.12 Travaux de préparation des sites

43 TRAVAUX DE CONSTRUCTION SPÉCIALISÉS 43.1 DÉMOLITION ET PRÉPARATION DES SITES. 43.11 Travaux de démolition. 43.12 Travaux de préparation des sites 43 TRAVAUX DE CONSTRUCTION SPÉCIALISÉS Cette division comprend les activités de construction spécialisées (travaux spéciaux), c est-à-dire la construction de parties de bâtiments et d ouvrages de génie

Plus en détail

OBJET : Régime fiscal en matière de TVA applicable à l'activité de promotion immobilière RESUME

OBJET : Régime fiscal en matière de TVA applicable à l'activité de promotion immobilière RESUME Note COMMUNE N : 19/2000 OBJET : Régime fiscal en matière de TVA applicable à l'activité de promotion immobilière RESUME Régime de la TVA applicable à l'activité de promotion immobilière 1) Opérations

Plus en détail

REDEVANCE POUR CREATION DE BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE

REDEVANCE POUR CREATION DE BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE REDEVANCE POUR CREATION DE BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE L article 31 de la loi de finances du 29 décembre 2010 a aménagé la redevance pour création de bureaux et de locaux de recherche en région d Ile-de-France.

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

TVA 2014 Taux intermédiaire & réduit

TVA 2014 Taux intermédiaire & réduit TVA 2014 Taux intermédiaire & réduit TVA à prendre en compte à partir du 1 er janvier 2014 selon la loi n 2013-1278 1-Domaine d application Les taux intermédiaire et réduit s appliquent sur les travaux

Plus en détail

CHARTE de REFERENCEMENT

CHARTE de REFERENCEMENT EUROMETROPOLE DE STRASBOURG Direction de l urbanisme, de l habitat et de l aménagement Service de l Habitat 1 parc de l Etoile 67076 STRASBOURG Cedex DIMINUTION DES LOGEMENTS VACANTS DU PARC PRIVE APPEL

Plus en détail

75003 Rue de Bretagne - Appartement - 3 pièces - 65m² 550 000

75003 Rue de Bretagne - Appartement - 3 pièces - 65m² 550 000 DOSSIER DE VENTE & DIAGNOSTIC TRAVAUX 75003 Rue de Bretagne - Appartement - 3 pièces - 65m² 550 000 Table des matières 1. DESCRIPTIF COMPLET... 2 2. DIAGNOSTIC TRAVAUX... 3 3. Préconisations... 3 4. Proposition

Plus en détail

fiscalité 2015/16 Daniel Freiss Brigitte Monnet Conseiller éditorial : Daniel Sopel

fiscalité 2015/16 Daniel Freiss Brigitte Monnet Conseiller éditorial : Daniel Sopel fiscalité 2015/16 Daniel Freiss Brigitte Monnet Conseiller éditorial : Daniel Sopel Dans la même collection Droit de l immobilier 2015/2016 Droit des assurances 2015/2016 Droit du travail 2015/2016 Droit

Plus en détail

En savoir plus sur le Contrat de Construction de Maison individuelle (CCMI)

En savoir plus sur le Contrat de Construction de Maison individuelle (CCMI) En savoir plus sur le Contrat de Construction de Maison individuelle (CCMI) Le cadre réglementaire du CCMI Le contrat de construction de maison individuelle (CCMI) est réglementé par la loi du 19 décembre

Plus en détail

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/08//31 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 Objet : Répartition des charges

Plus en détail

ÉTAPE 1 DÉCIDER À QUELLE UTILISATION LE SOUS-SOL SERA DESTINÉ GUIDE DE PROJET COMMENT PLANIFIER LA RÉNOVATION DU SOUS-SOL

ÉTAPE 1 DÉCIDER À QUELLE UTILISATION LE SOUS-SOL SERA DESTINÉ GUIDE DE PROJET COMMENT PLANIFIER LA RÉNOVATION DU SOUS-SOL GUIDE DE PROJET La rénovation de votre sous-sol est un projet de rénovation résidentielle intéressant car non seulement vous pouvez augmenter ainsi la valeur de votre maison, mais également profiter de

Plus en détail

WOLWELANGE RUE DE L EGLISE 3 MAISONS UNIFAMILIALES JUMELÉES

WOLWELANGE RUE DE L EGLISE 3 MAISONS UNIFAMILIALES JUMELÉES WOLWELANGE RUE DE L EGLISE 3 MAISONS UNIFAMILIALES JUMELÉES Maison Bi-familiale Wolwelange est un village luxembourgeois de l'ancienne commune de Perlé, situé dans la commune de Rambrouch. Administration

Plus en détail

Table des matières générale 1)

Table des matières générale 1) Table des matières générale page 1 Table des matières générale 1) Chap. 5 0 CLAUSES COMMUNES 1) Chap. 1 Clauses générales pour opérations tous corps d état 1/1 Spécifications et prescriptions particulières

Plus en détail

AL 4218 - Fronville - Maison de l'instituteur METRE RECAPITULATIF

AL 4218 - Fronville - Maison de l'instituteur METRE RECAPITULATIF FONDS DU LOGEMENT des Familles Nombreuses de Wallonie SCRL Septembre 2009 Aide Locative de Namur Rue Saint-Nicolas, 67 5000 Namur téléphone: 081 420 360 télécopie : 081 420 359 AL 4218 - Fronville - Maison

Plus en détail

Notice descriptive Sommaire

Notice descriptive Sommaire Notice descriptive Sommaire Note préliminaire Le présent document indique les équipements et les matériaux qui ont été envisagés lors du projet et à l étude. Ces équipements et ces matériaux sont susceptibles

Plus en détail

DESCRIPTIF SOMMAIRE DES TRAVAUX Version 1 du 23 septembre 2013

DESCRIPTIF SOMMAIRE DES TRAVAUX Version 1 du 23 septembre 2013 DESCRIPTIF SOMMAIRE DES TRAVAUX Version 1 du 23 septembre 2013 AMENAGEMENT TELECENTRE MELUN PHASE APS MAÎTRE D OUVRAGE ARCHITECTE C.A.M.V.S. Communauté d agglomération de Melun Val de Seine 297, rue Rousseau

Plus en détail

Liste des sous-catégories de licence. Annexe I. Sous-catégories relevant de la catégorie Entrepreneur général

Liste des sous-catégories de licence. Annexe I. Sous-catégories relevant de la catégorie Entrepreneur général Annexe I Entrepreneur général 1.1.1 1 Bâtiments résidentiels neufs visés par un plan de garantie, classe I construction qui concernent : une maison unifamiliale isolée, jumelée ou en rangée détenue ou

Plus en détail

LES CRÉDITS D IMPÔT PROVINCIAL ET FÉDÉRAL POUR LA RÉNOVATION DOMICILIAIRE OFFERTS PAR LES GOUVERNEMENTS

LES CRÉDITS D IMPÔT PROVINCIAL ET FÉDÉRAL POUR LA RÉNOVATION DOMICILIAIRE OFFERTS PAR LES GOUVERNEMENTS LES CRÉDITS D IMPÔT POUR LA RÉNOVATION DOMICILIAIRE OFFERTS PAR LES GOUVERNEMENTS PROVINCIAL ET FÉDÉRAL QUE SONT CES CRÉDITS D IMPÔT? Les tableaux comparatifs qui suivent ont été préparés à partir des

Plus en détail

Direction des Archives départementales de la Creuse, version du 8 février 2015 MARCHES PUBLICS

Direction des Archives départementales de la Creuse, version du 8 février 2015 MARCHES PUBLICS MARCHES PUBLICS Un tableau de gestion a été réalisé pour chaque objet de marché public, c'est-à-dire marché de fournitures, marché de services et marché de travaux. Pour les consulter, cliquez sur l'onglet

Plus en détail

RESIDENCE VILLA MARINE DESCRIPTIF SOMMAIRE

RESIDENCE VILLA MARINE DESCRIPTIF SOMMAIRE RESIDENCE VILLA MARINE DESCRIPTIF SOMMAIRE I CARACTERISTIQUES TECHNIQUES Résidence VILLA MARINE / ARES (*)Hors préconisations d améliorations techniques et qualitatives recommandées par les bureaux d étude

Plus en détail