Mais en quoi cela vous concerne-t-il, vous, jeunes avocats?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mais en quoi cela vous concerne-t-il, vous, jeunes avocats?"

Transcription

1 Séance solennelle de rentrée de la conférence du stage des avocats aux Conseils 11 décembre 2007 Les apports du droit communautaire à la jurisprudence française en matière de droits et libertés. Bruno Potier de la Varde, président de l ordre Chers jeunes amis de la Conférence, Ce cinquantenaire vaut bien que l on en parle. D Europe évidemment. Notre pays prépare aujourd hui la présidence de l Union pour l année prochaine, ce qui, à 27, ne se représentera pas avant de nombreuses années. Mais en quoi cela vous concerne-t-il, vous, jeunes avocats? Bien sûr, il y a la liberté d établissement : elle vous autorise à installer votre cabinet à Rome ou à Prague; et aussi la libre prestation de services : vous irez plaider à Varsovie, croisant ainsi la route du fameux plombier. A quoi bon, me direz vous, si ne vous intéressent ni le droit de la concurrence, ni celui des transports, qui fournissent aux juristes européens spécialisés en droit communautaire l essentiel de leurs dossiers?

2 2 Il existe bien au barreau de Paris une spécialité appelée droit communautaire, qui recense 37 avocats, sur plus de Et 350 avocats parisiens ont déclaré la pratique de ce droit comme étant une activité dominante, ce qui peut d ailleurs, vu le nombre d avocats déclarés spécialistes, susciter une certaine admiration L on pourrait du reste s interroger sur l existence d une telle spécialité puisque toutes les branches du droit sont irriguées par le droit communautaire Quoi qu il en soit, les chiffres sont là, le droit communautaire attire peu, répandant autour de lui une réputation de matière technique, complexe, subtile si ce n est obscure. Cette perception du droit communautaire par les avocats ne se sépare pas, il est vrai, du sentiment de l ensemble de nos compatriotes, ou de leur manque d enthousiasme, à l égard de l Europe. L élargissement s opère au détriment de l approfondissement et les ambitions de ceux qui prétendaient donner davantage d âme à l Europe ont été arrêtées dans leur élan au printemps Ne comptons pas, pour ranimer les sentiments, sur le nouveau traité, qui devrait être signé après-demain à Lisbonne, et n a de simplifié que sa qualification politique, avec ses centaines de pages modifiant environ 300 articles des deux traités antérieurs, ses 12 protocoles, sans compter la charte des droits fondamentaux dotée de la même valeur que les traités, mais qui ne s identifie pas à eux, comme naguère cette boisson sans alcool.

3 3 Nouveau traité qui proscrit même toute émotion en nous supprimant drapeaux et symboles. Dans ce contexte, où refleurissent les égoïsmes nationaux, l euroscepticisme se renforce à l égard du droit communautaire luimême. La faveur donnée à la loi du pays d origine fait craindre que les droits, garanties et libertés dont bénéficient les citoyens des Etats fondateurs soient désormais mesurés à l aune des systèmes juridiques des nouveaux Etats membres, d où la crainte d une sorte de nivellement par le bas. Et se diffuse le sentiment que, lorsqu elle intervient pour créer une institution juridique nouvelle, la Communauté va forcément dans le sens de davantage de police et de moins de droits. N est ce pas le cas de la troisième directive blanchiment que le bâtonnier de l ordre des avocats de Paris a qualifiée de monstrueuse et mortifère en ce qu elle réduit l avocat au rôle de délateur zélé, au mépris des principes les plus sacrés de la profession d avocat 1? L on ne s étonnera donc pas de voir la même défaveur contaminer l institution par laquelle le droit communautaire s est développé et imposé, la juridiction communautaire. A la fin de l année 2005, le président du Conseil européen en exercice, Chancelier de la République d Autriche, s en prenait à 4 des décisions récentes de la Cour et suggérait l institution d une instance supérieure pour en légitimer le comportement 2.

4 4 Le spectre du gouvernement des juges est agité, comme il l était en 1979 par un ancien grand premier ministre français, qui évoquait dans un journal du soir, «les prétentions inouïes de la Cour de justice européenne» 3. Allons nous revenir au point où le doyen Carbonnier lui-même pouvait proposer d écarter ces droits venus d ailleurs, des droits venus de nulle part, des droits qui n ont ni histoire, ni territoire, ces babylones juridiques 4? Eh bien, laissons là ces craintes ou regrets. C est tout le contraire que l avenir nous promet. Vue de France, l Europe des juristes, qui progresse depuis au moins une trentaine d années - l arrêt Jacques Vabre - semble accélérer sa course comme s il s agissait de compenser les lenteurs et les hésitations de l Europe institutionnelle. En 2007, les rapports publics du Conseil d Etat et de la Cour de cassation portent sur l Europe. Celui du Palais Royal est intitulé «L administration française et l Union européenne : Quelles influences? Quelles stratégies?», celui du quai de l Horloge, placé sous l autorité scientifique du professeur Denys Simon, «la Cour de cassation et la construction juridique européenne». Et voici, comme pour saluer l année du cinquantenaire, une salve de trois grands arrêts rendus par l Assemblée du contentieux du Conseil d Etat qui font progresser l articulation entre droit

5 5 communautaire et droit national et installent davantage, sinon l Europe des juges, chère au président Lecourt 5, le dialogue des juges prôné par le président Genevois 6.. L arrêt de Groot 7 : il règle l épineux conflit des échalotes qui risquait d empoisonner les relations franco-néerlandaises : le Conseil d Etat y accepte la décision de la Cour de justice non parce qu elle répond à la question qu il lui avait posée, mais parce que c est elle. Et encore, les arrêts Gardedieu 8 et Arcelor 9, qui font écho à la jurisprudence du Conseil constitutionnel. Vivante et active donc, cette communauté des juristes, mais au service de quels droits? Le Conseil de l Europe, la Convention européenne des droits de l homme, la Cour de Strasbourg, chacun en perçoit le domaine. Mais le droit communautaire! S agirait-il de disserter sur le mode de reproduction ou la saveur des échalotes 10? Il est vrai que l objectif qui a rassemblé les Etats fondateurs est un objectif économique, le marché commun puis le marché unique, et que les libertés qu il s agissait de garantir, étaient d abord des libertés de nature économique. Mais les libertés, quel que soit leur objet, sont ainsi faites que comme le lierre ou les pervenches, elles se sont répandues par leurs ramifications, au point de constituer par leur ensemble un véritable droit communautaire. Plus de libertés, plus de droit.

6 6 Et ce droit communautaire qui se constitue donne aux citoyens des Etats membres de la communauté, aux citoyens français comme à tous autres, les moyens de faire mieux valoir leurs droits. Plus de droit, plus de droits. Plus de libertés, plus de droit Sans doute a-t-il fallu Turgot avant que l on en vienne à proclamer les droits par une déclaration ou une charte. C est, de même, par les libertés économiques qu a commencé l Europe, puis, avec la diversification des objectifs de l Union, est venu le temps de reconnaître les droits du citoyen européen dans les multiples aspects de ses activités, qu il travaille, consomme, se fasse soigner, ou voyage. En toutes ces circonstances, nos juridictions ont su prendre le meilleur de ce que certains considéraient comme autant de contraintes, pour affirmer, développer des droits ou libertés nouvelles au profit de nos concitoyens. Ce fut donc d abord le cas en ce qui concerne les libertés économiques, libre circulation des biens et des personnes, libre prestation des services.

7 7 Libérer la circulation des marchandises a consisté à proscrire ce qui y faisait obstacle : les droits de douane, les restrictions à l importation ou l exportation, mais aussi les mesures d effet équivalent. La Cour de cassation avait très tôt donné le signal de la chasse aux taxes d effet équivalent avec l affaire dite de la supervignette, où une administration ingénieuse avait institué une taxation applicable en fait aux seules voitures de construction étrangère. Ces dispositions nationales discriminatoires ont été mises à l écart 11. Liberté pour les constructeurs automobiles, mais aussi liberté de choix de leur client. De même, à la suite d un moyen relevé d office par la Cour de cassation, a été qualifiée de taxe d effet équivalent la redevance recouvrée auprès de ses clients, transporteurs internationaux, par la société Garonor, pourtant une personne privée 12. Liberté des importateurs. Le Conseil d Etat n est pas en reste qui impose à l administration française d autoriser la mise en vente d ouvrages en métal précieux revêtus de poinçons de titres étrangers dès lors que ceux-ci sont conformes aux exigences applicables aux titres français 13. Liberté, ici, pour les diamantaires d Anvers Comme toute liberté, la liberté de circulation des marchandises connaît les limitations que peuvent justifier des impératifs autres qu économiques : qu il s agisse d impératifs de santé publique avec la prohibition des réclames télévisées pour les boissons alcoolisées, comme l a décidé le Conseil d Etat 14,

8 8 ou de la validation du monopole des pharmaciens pour la vente de médicaments 15 et de celui des opticiens pour les lentilles de contact 16, comme l a admis la Cour de cassation. Impératif culturel aussi : le Conseil d Etat, au nom de l intérêt général que représente la valorisation du patrimoine culturel français, admet que des quotas de diffusion de chansons de langue française viennent limiter la liberté d importer des supports sonores d autres chansons 17. La démarche européenne de nos juridictions qui intègre à notre droit toute la portée de la liberté de circulation des marchandises n entraîne donc aucune renonciation aux principes que nous tenons pour essentiels. Il en va de même en ce qui concerne la liberté de circulation des travailleurs. Par de nombreux arrêts, la Cour de cassation a défini la portée, en France, des règlements communautaires qui organisent la coordination des régimes de sécurité sociale des travailleurs migrants et de leur famille 18. Mais la réception dans notre pays de cette liberté de circulation peut produire des effets plus spectaculaires encore. Par exemple lorsqu elle conduit la Cour de cassation à interdire à un employeur de subordonner l exercice de l activité du salarié d un autre Etat membre à la justification d un titre de séjour en cours de validité 19.

9 9 C est encore pour éviter toute discrimination entre travailleurs selon leur origine que le Conseil d Etat juge, au visa de la liberté de circulation, que l attribution de bourses d enseignement supérieur ne peut être subordonnée à une durée d occupation d un emploi en France 20. Mais là aussi, les droits reconnus aux travailleurs sont conciliés avec d autres impératifs d intérêt général. Selon le Conseil d Etat, ils n empêchent pas, par exemple, qu un Etat prenne des mesures de police limitant le droit de séjour d un travailleur étranger sur une partie du territoire national 21. En matière de libre prestation de service, nos juridictions nationales n ont pas attendu la douloureuse directive que nous connaissons. Voici déjà bien longtemps que le juge administratif a annulé au nom de cette liberté les taxes recouvrées par l Office des Migrations Internationales à l égard de chaque salarié portugais dépêché par la société Rush Portuguesa pour la construction de nos grands ouvrages 22. Ces travailleurs ont ainsi pu quitter la clandestinité pour apparaître au grand jour, munis de leurs droits. Plus déroutante, pour ceux qui croient nécessaire au bon ordre social la main mise de l Etat sur le pain et les jeux, est la remise en cause par la Cour de cassation du monopole concédé à notre institution nationale de paris hippiques : la libre prestation de service, décide la Cour, ne peut être limitée que pour des raisons impérieuses d intérêt général et dans la seule mesure où cette limitation est strictement nécessaire 23.

10 10 Bien périlleuse liberté, en effet, que celle des organisateurs de paris!, mais c est aussi celle des parieurs, et elle s exercera sous le contrôle du juge. Ne nous le cachons pas, la mise en place des libertés économiques dans notre système juridique engendre ses contraintes et ses excès. Bien discutables sont les effets de la liberté des clubs de football britanniques de piller les centres de formation français, mais cette liberté vient de produire, outre-manche, des fruits bien amers. Et plutôt dérisoire, cette concurrence instituée entre cabinets d avocats, lors des procédures de passation des marchés publics, sur la base de tarifs horaires objectifs, certes, mais qui s appliquent à des durées de travail essentiellement subjectives. Mais toutes ces libertés économiques, aux excès desquelles le temps viendra remédier, sont comme sorties de leur lit et ont entraîné aujourd hui toute une floraison de libertés nouvelles : l européen n est plus seulement le producteur ou l agent économique, il est le travailleur, le consommateur, l habitant soucieux de son environnement, et de plus en plus, le citoyen. C est d abord à l occasion de la très abondante jurisprudence de la Cour de cassation pour l application des directives sur les conséquences des transferts d entreprises que les droits des travailleurs français ont été élargis et précisés 24. Ses réponses, inspirées du droit communautaire, sont allées dans leur ensemble dans le sens de la plus grande protection des salariés.

11 11 De même, c est un progrès sensible de la situation du travailleur français, du point de vue de sa santé et de sa sécurité, qui a été apporté par la notion d obligation de sécurité de résultat, par référence à la directive du 12 juin Que l on songe aux arrêts «amiante» du 28 février , puis aux développements de cette obligation en matière de tabagisme passif 26 ou de harcèlement moral Progrès social encore que l application systématique par la Cour de cassation de l obligation d égalité hommes-femmes, notamment en ce qui concerne l âge de départ à la retraite 28. Le principe d égalité ne va pas jusqu à empêcher l attribution aux femmes d une indemnité forfaitaire au moment de leur congé de maternité 29,... mais il fait obstacle, a constaté le Conseil d Etat à la suite de l arrêt de la Cour de justice Griesmar 30, à ce que soient seules bonifiées les retraites des fonctionnaires féminines ayant éduqué des enfants, puisque, chacun le sait, hommes et femmes prennent également part aux tâches d éducation 31. Au-delà des relations de travail, le consommateur tire lui aussi bénéfice de l application du droit communautaire. La Cour de cassation n avait pas attendu la loi de transposition du 19 mai 1998 pour mettre en oeuvre, à la lumière des principes du droit communautaire, de nouvelles règles d indemnisation des utilisateurs de produits défectueux 32. Un développement similaire des droits du consommateur s opère à l occasion de l application de la réglementation des clauses abusives.

12 12 L on constate le même essor des droits de celui qui se préoccupe de son environnement. Sous l influence des directives communautaires, le Conseil d Etat vient d annuler un décret ayant autorisé l arrêt et le démantèlement de la centrale nucléaire des Monts d Arrée, sans qu ait été suivie une procédure d information du public qui soit compatible avec leurs objectifs 33. La Haute Assemblée écarte de même l article L du code de l environnement qui limitait l obligation d information environnementale aux seuls documents achevés et excluait donc les documents préparatoires en méconnaissance des objectifs de la directive du 7 juin On le voit, on approche ainsi peu à peu des droits de la personne. Et ce sont bien eux qui sont directement concernés lorsqu en application de la directive du 24 octobre 1995 sur la protection des personnes physiques à l égard du traitement des données à caractère personnel, la Cour de justice annule, le 30 mai , les décisions du conseil des ministres et de la commission relatives à l accord passé entre la Communauté et les Etats-Unis sur le transfert aux services américains de douanes et de police des données recueillies par les transporteurs aériens. S est ainsi constituée au fil du temps, à partir du socle des libertés économiques, la trame d un droit, intégré à notre droit national, et qui ne tend qu à se développer. Ce droit a vu peu à peu perfectionner ses moyens d action, qui sont autant d outils entre les mains des juristes d avenir que vous êtes, jeunes amis de la

13 13 Conférence, pour l exploration de nouveaux territoires de droits et de libertés. Plus de droit, plus de droits. Ces outils sont de deux sortes : des outils juridictionnels d une part, des outils normatifs d autre part. Les outils juridictionnels : La mise en œuvre de ces droits et libertés est rendue possible d abord par l invitation faite au juge national, juge communautaire de droit commun, de les appliquer, ensuite, par le dialogue qui s instaure entre les juges suprêmes et la Cour de justice à propos du contenu du droit communautaire. Dire que le juge national est juge communautaire de droit commun, comme l a fait le Tribunal de première instance en 1990 dans un arrêt Tetra Pak 36, dans le sillage des arrêts Costa c/ Enel 37 et Simmenthal 38, n est rien d autre que constater que le plus modeste juge français, le juge d instance - s il en reste - est tenu d appliquer avant tout autre le droit communautaire, devrait-il pour cela écarter la loi ou le règlement contraires. Grandeur du juge décidément, dont les pouvoirs se hissent au niveau de celui d un juge constitutionnel. Ce juge là, juge du fond, pourra décider qu il n existe aucune difficulté pour appliquer le droit communautaire et il l appliquera alors dans sa décision, qui sera soumise aux voies de recours ordinaires.

14 14 Mais il pourra aussi renvoyer pour appréciation de légalité, ou, bien plus souvent, pour interprétation, à la Cour de justice au moyen d une question préjudicielle. S il est juge judiciaire, il le fera souverainement : les voies de recours, appel ou cassation, ne peuvent normalement s exercer contre une décision purement avant-dire-droit 39. Juge administratif, en revanche, sa décision de renvoi sera soumise aux recours ordinaires comme l avait décidé le Conseil d Etat dès 1978 dans l arrêt Cohn-Bendit 40. A l inverse, le bien fondé de la décision du juge judiciaire de ne pas renvoyer, décision pourtant facultative, est soumis au contrôle de la Cour de cassation 41, tandis que le Conseil d Etat considère pour sa part que, du fait de ce caractère facultatif, la même décision de ne pas renvoyer se trouve soustraite au contrôle du juge de cassation 42. Ce n est pas là la seule différence de régime entre les deux ordres. Ainsi, pour la Cour de cassation, dès lors qu il est de droit, le moyen tiré du droit communautaire doit être relevé d office 43, même devant elle, s agirait- il d un moyen de défense qui serait alors substitué aux motifs de la décision déférée 44. Elle va ainsi au delà des exigences de la Cour de justice : en effet, comme celle-ci l a indiqué en juin , le principe d effectivité n impose pas sauf circonstances particulières l obligation de relever d office un moyen tiré d une disposition communautaire.

15 15 Cette prudente décision européenne avait été anticipée dès 1991 par un arrêt société Morgane rendu par la section du contentieux du Conseil d Etat 46. Ce n est pas là la seule divergence : alors que la Cour de cassation admet que la question de l application du droit communautaire invoquée pour écarter le droit national soit posée au juge des référés et réglée par lui, comme ce fut le cas dans l affaire récemment jugée au sujet du Pari Mutuel Urbain 47, le Conseil d Etat, eu égard à l office du juge des référés, n a toujours pas admis que le moyen pris de la contrariété de la loi aux engagements internationaux de la France soit propre à créer un doute sérieux sur la légalité des actes administratifs dont la suspension est sollicitée 48. De telles divergences peuvent créer du désordre et pourraient justifier que, de chaque côté de la Seine, l on réapprécie les raisons, certainement des plus sérieuses, qui les ont provoquées. En tout cas, la question du renvoi préjudiciel, dont l objet est de résoudre les cas d incertitude les plus épineux, est évidemment centrale : c est à l occasion de ce renvoi que se manifeste le dialogue des juges, expression si bien choisie qu elle est passée dans le langage habituel des juristes. Cette question est centrale mais à la manière d un très petit noyau. Sur 251 questions préjudicielles examinées en 2006 par la Cour de justice, 24 ont été envoyées par les juridictions françaises. Ces dix dernières années, sur 2622 questions, seules 173 questions préjudicielles ont été posées par les juridictions françaises : 14 par

16 16 le Conseil d Etat, 20 par la Cour de cassation et 139 par les juridictions du fond. Ce petit nombre s explique bien sûr par l application de la théorie de l acte clair, qui fait que toute question de droit communautaire n a pas vocation à faire l objet d un renvoi. En particulier, le juge français peut le plus souvent trouver la réponse dans la jurisprudence de la Cour, réponse dont il peut et doit tenir compte. Il résulte aussi par nature de l objet du renvoi préjudiciel que la Cour de Justice a défini comme un «instrument de coopération judiciaire» 49. Le professeur Jacques Pertek compare ainsi le rapport qui s établit entre le juge national et la juridiction communautaire à celui qui s instaure entre un médecin généraliste et un spécialiste. L expérience de ces échanges autorise certainement à espérer que cet enrichissement mutuel contribue au progrès des droits et libertés. Progrès qui procédera aussi de la mise en œuvre des outils normatifs que fournit le droit communautaire. Ecoutons monsieur Vassilios Skouris président de la Cour de justice des communautés européennes : «d une part, la Cour a élaboré( ) un ensemble cohérent de principes généraux, tels notamment les principes de proportionnalité, de sécurité juridique, de confiance légitime et de bonne administration. D autre part, elle a rangé les droits fondamentaux parmi les principes généraux de l ordre juridique communautaire ( ). Ainsi, elle a pu compenser

17 17 les lacunes des traités en la matière et établir un véritable catalogue jurisprudentiel des droits fondamentaux.». Quels sont ces principes généraux? Celui de sécurité juridique est reconnu par la Cour de justice comme principe de droit communautaire depuis au moins Il s est invité en force dans notre jurisprudence nationale depuis le début des années 199O, mais sans référence à une origine communautaire. Le Conseil d Etat l a consacré avec éclat dans deux arrêts rendus en 2006, KPMG 50 et Madame Lacroix 51, pour en déduire l existence d une obligation de l administration de prendre des mesures transitoires. Il se trouve ainsi lié au principe de bonne administration que reconnaît aussi le droit communautaire. La Cour de cassation a eu aussi maintes occasions de l appliquer, souvent en lien avec le principe de bonne administration de la justice 52, et il se trouve au centre de ses réflexions sur la portée des revirements de jurisprudence. Comme il a tout récemment constitué le fondement de l arrêt d Assemblée société Tropic travaux signalisation 53, encore un grand arrêt -il faudra bientôt un second tome - par lequel le Conseil d Etat a limité à l avenir la portée de la solution nouvelle qu il retenait. Le principe de confiance légitime. Peut s en prévaloir, juge le Conseil d Etat, «tout opérateur économique auprès de qui une institution publique a fait naître des espérances fondées» 54. Ou tout particulier, décide la Cour de cassation, «qui se trouve dans une situation dont il ressort que l administration, en lui fournissant des assurances précises, a fait naître chez lui des espérances fondées» 55, ce qui revient au même. L application de ce principe reste cependant limitée, pour le moment, aux cas où le droit communautaire est en cause 56. Mais cette restriction pourra-t-elle être maintenue quand l imbrication des droits communautaire et national est déjà telle qu il est souvent malaisé d identifier l origine de la règle?

18 18 Le principe de proportionnalité enfin, au regard duquel doivent désormais être appréciées les mesures restrictives des droits et libertés, en particulier celles qu instituent le Traité. Notre droit connaissait depuis longtemps, il est vrai, le maniement de ce principe. Que l on songe au contrôle des mesures de police administrative ou à la théorie du bilan. Mais l apport du droit communautaire réside dans la généralisation de son application : qu il s agisse de questions de procédure, comme dans l affaire KPMG 57 pour apprécier s il faut ou non des mesures transitoires, ou de règles de fond, quand le Conseil d Etat apprécie la proportionnalité d une pénalité fiscale 58 ou la Cour de cassation celle du droit d accises applicable au Pineau des Charentes 59. Le droit communautaire ne procure pas, pour faire progresser droits et libertés, que des instruments conceptuels généraux, il comporte aussi, d ores et déjà, un encadrement que constituent les droits fondamentaux dont l application, a décidé la CJCE dès , «fait partie intégrante des principes généraux du droit dont la cour assure le respect». Le traité sur l Union européenne, tel qu il a été préparé, affirme à son article 6.2 que «l Union respecte les droits fondamentaux». Ces droits fondamentaux, qui reçoivent ainsi la plus haute consécration, quels sont-ils? Il n en existe pas de catalogue. Sans prétendre ici tous les énumérer, l on peut en distinguer deux grandes catégories : celle des droits processuels, celle des droits substantiels.

19 19 Dans la première, figurent au premier plan les droits de la défense, avec le principe de confidentialité de la correspondance entre l avocat et son client. Ce principe, affirmé par la Cour de Justice dès et reconnu tant par le Conseil d Etat que par la Cour de cassation, s oppose à toute divulgation, a fortiori à toute dénonciation du contenu de cette correspondance. Et puis le droit au juge 62, maintes fois consacré par la Cour de Luxembourg. Le droit communautaire consacre aussi les garanties de l administré dans la procédure non contentieuse 63, avec des conséquences déjà prises en compte en droit français: le droit à une motivation y compris des décisions positives, le droit d être entendu avant toute décision faisant grief, le droit à la communication des documents. Quant aux droits substantiels, l on citera pêle-mêle le droit à la protection de la vie privée 64, à celle du domicile, le droit à la dignité 65, reconnu par la Cour en ans, donc, après l arrêt rendu par le Conseil d Etat à propos des lancers de nains - le droit à la liberté d expression 66, à la liberté de religion et de croyance. Tout un ensemble de droits qui peuvent être invoqués tant pour prévenir toute atteinte de la part des institutions communautaires que pour développer, préciser, renforcer s il en est besoin ceux qui ont déjà été consacrés dans la mère patrie des droits et libertés. Chers amis de la Conférence, voilà ce qui s est fait en 50 années, et que vous pourrez utiliser dans votre exercice professionnel, je vous le souhaite, au cours des cinquante prochaines.

20 20 Vous aurez d autant plus matière à le faire que le droit communautaire va s étendre au 3 ème pilier, avec la mise en œuvre, prévue par les articles 29 et suivants du prochain traité sur l Union européenne, de la coopération en matière policière et judiciaire, spécialement pénale. Ce qui ouvrira de nouveaux champs à la défense et, on veut l espérer, à la conquête de droits et libertés. N êtes vous pas bien armés pour cela puisque vous pourrez aussi vous appuyer sur la charte des droits fondamentaux annexée aux traités, qui sera à nouveau proclamée demain, autant que sur la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales que l article 6.2 du prochain traité oblige l Union à respecter. Tous ces outils sont entre vos mains. Vous saurez certainement les employer à bon escient. * * *

21 21 1 Christian Charrière-Bournazel, L avocat, l indépendance et la délation, Gaz. Pal novembre 2007, p Denys Simon, Retour au mythe du gouvernement des juges Europe février 2006 Repère 1. 3 Michel Debré, Le Monde, 11 janvier J. Carbonnier Droit et passion du droit sous la Vème République, Flammarion 1996, pp. 44s 5 R. Lecourt, L Europe des juges Bruxelles, Bruylant Concl. sous C.E. Ass., Min. de l intérieur c/ Cohn-Bendit, RTDE 1979, pp. 157s. 7 C.E. Ass., 11 décembre 2006, société De Groot, Leb. p. 512, concl. M. François Séners. 8 C.E. Ass. 8 février 2007 Gardedieu, AJDA 2007, 585, chr. Lenica et Boucher ; GAJA 16 ème éd C.E. Ass. 8 février 2007 sté Arcelor Atlantique et Lorraine, AJDA 2007, 577, chr. Lenica et Boucher ; Europe, mars 2007, p. 5, comm. D. Simon ; GAJA 16 ème éd Voir l arrêt De Groot précité note 7 11 Com. 11 février 1986, B. 7, p. 6 ; Com. 7 novembre 1989, B. 27, p Com. 27 février 1996, B. 62, p C.E. 3 décembre 1999, société Holland et Holland, Leb. p C.E. 17 décembre 1986, société HIT-TV, Leb. T. p Com. 22 février 2000, B. 34, p. 27 ; Com. 14 février 2006, B. 39, p Civ. 1 ère, 18 octobre 2005, B. 370, p C.E. Ass. 8 avril 1998,société Serc Fun Radio, Leb. p. 138, concl. prés. Sylvie Hubac 18 Cour de cassation, Rapport annuel 2006, pp. 188 s 19 Soc. 12 juin 2007, B. 95, p C.E. 15 juillet 2004, Docquier, Leb. p C.E. 23 avril 2003, min. Intérieur c/ Oteiza Olazabal, Leb. p CAA Paris, 8 octobre 1993, société Rush Portuguesa Lda, Leb. T. p Com. 10 juillet 2007, n à publier 24 Cour de cassation, Rapport annuel 2006, pp. 214 à Soc. 28 février 2002, B. 81, p Soc. 29 juin 2005, B. 219, p Soc.21 juin 2006, B. 223, p Soc. 15 juin 1999, B. 284, p Soc. 21 mars 2000, B. 110, p CJCE 29 novembre 2001, Rec. p. I C.E. 29 juillet 2002, Griesmar, Leb. p Civ. 1 ère, 28 avril 1998, B. 158, p C.E. 6 juin 2007, Ass. le réseau Sortir du nucléaire, req. n à paraître 34 C.E. 7 août 2007, Ass. des habitants du littoral du Morbihan, n à mentionner 35 CJCE 30 mai 2006, Parlement c/ Conseil, aff. C-317/04 et C-318/04 36 TPI 10 juillet 1990, Tetra Pak c/ Commission, aff. T. 51/89, Rec. II p CJCE 15 juillet 1964, Costa c/ Enel, 6/64, Rec CJCE, 9 mars 1978, Simmenthal, 106/77, Rec Articles 544 et 545 (pour l appel) et 606 à 608 (pour le pourvoi) du nouveau code de procédure civile 40 C.E. Ass. 22 décembre 1978, Min. de l intérieur c/ Cohn-Bendit, Leb. p Civ. 1 ère, 8 mars 2005, B. 112, p C.E. 5 juin 2002, Sté Havas Interactive, n ; C.E. 1 er juin 1994, Letierce, Leb. p Soc. 5 juin 2001, B. 208, p Com. 31 mars 2004, B. 66, p CJCE 7 juin 2007, Van der Weed, aff. C-222/05 à C-225/05 ; Europe, août-septembre 2007, comm C.E. Section, 11 janvier 1991, S.A. Morgane, Leb. p Cf. note n C.E. 21 octobre 2005, Ass. Aides et autres, Leb. p CJCE 15 mai 2003, Salzmann, aff.c C.E. Ass., 24 mars 2006, société KPMG, Leb. p C.E. Section, 13 décembre 2006, Madame Lacroix, Leb. p. 545, concl. M. Mattias Guyomar 52 Civ. 2 ème, 30 janvier 2003, B. 23, p C.E. Ass. 16 juillet 2007, société Tropic travaux signalisation, AJDA 2007 p. 1577, chr. Lenica et Boucher 54 C.E. 30 mars 2007, société ENEL, n à paraître 55 Com. 20 novembre 2007, n 06/ à publier 56 C.E. 30 mars 2007, société ENEL précité note C.E. Ass. 24 mars 2006, société KPMG précité note 50

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 12/03/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 27 février 2013 N de pourvoi: 11-23228 ECLI:FR:CCASS:2013:C100166 Publié au bulletin Rejet M. Pluyette (conseiller doyen faisant

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

DÉCISION Nº223 du 11 juillet 2002

DÉCISION Nº223 du 11 juillet 2002 DÉCISION Nº223 du 11 juillet 2002 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 14 du Décret nº92/1976 concernant le livret de travail Publiée au Journal Officiel ( Monitorul

Plus en détail

DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003

DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003 DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 18 alinéa (2) de la Loi nº146/1997 réglementant les taxes de justice de timbre, avec les modifications

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet

Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique TABLE DES MATIÈRES 717 PAGES Préface........................................................... 5 Introduction générale............................................... 13 1. La lente émergence d un espace

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014. Société Sephora

Commentaire. Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014. Société Sephora Commentaire Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014 Société Sephora (Effet suspensif du recours contre les dérogations préfectorales au repos dominical) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 janvier

Plus en détail

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 Conflit positif Préfet de la Région Alpes Côte d Azur, Préfet des Bouches-du-Rhône Société B. c/ E. REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE TRIBUNAL DES CONFLITS

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze. N 1 / 11. du 6.1.2011. Numéro 2807 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009

Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009 Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009 Religion- fonctionnement des services publics - Recommandation La réclamante est musulmane et porte le foulard. Elle souhaite effectuer une formation professionnelle

Plus en détail

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Réglementation du service public Prestation de sécurité sociale Orientation sexuelle La haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité a été saisie

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze. N 17 / 12. du 22.3.2012. Numéro 2954 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême).

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême). Isabelle Chaumont Avocate Au Barreau de Lyon Lettre d actualité Mars 2008 DROIT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE DROIT DE LA CONSOMMATION DROIT BANCAIRE RECOUVREMENT DE CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES PROCEDURES

Plus en détail

Le droit à congés payés au regard des directives européennes, du droit national et des jurisprudences de la CJUE et de la Cour de Cassation

Le droit à congés payés au regard des directives européennes, du droit national et des jurisprudences de la CJUE et de la Cour de Cassation Le droit à congés payés au regard des directives européennes, du droit national et des jurisprudences de la CJUE et de la Cour de Cassation Laurent PATE - Avocat **** Le droit à congés payés est régi non

Plus en détail

COMMUNICATION AUX MEMBRES

COMMUNICATION AUX MEMBRES PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des pétitions 24.6.2010 COMMUNICATION AUX MEMBRES Objet: Pétition n 0091/2005 présentée par Paolo Pozzan, de nationalité italienne, sur une prétendue violation de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 259385 Publié au recueil Lebon 1ère et 6ème sous-sections réunies Mme Hagelsteen, président Mlle Anne Courrèges, rapporteur M. Devys, commissaire du gouvernement SCP WAQUET, FARGE, HAZAN,

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4489 Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération

Plus en détail

Université Aix Marseille Faculté de Droit d Aix-en-Provence Site Canebière. Licence 3 2014-2015 DROIT DU MARCHÉ INTÉRIEUR DE L UNION EUROPÉENNE

Université Aix Marseille Faculté de Droit d Aix-en-Provence Site Canebière. Licence 3 2014-2015 DROIT DU MARCHÉ INTÉRIEUR DE L UNION EUROPÉENNE Université Aix Marseille Faculté de Droit d Aix-en-Provence Site Canebière Licence 3 2014-2015 DROIT DU MARCHÉ INTÉRIEUR DE L UNION EUROPÉENNE Estelle BROSSET Maître de conférences HDR en en droit public

Plus en détail

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS Etude réalisée par Maître Bonnefoi Docteur d Etat en Droit Docteur en Droit Public Diplômée de Sciences Politiques Certificated of advanced European studies

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 2 avril 2014 N de pourvoi: 13-11025 ECLI:FR:CCASS:2014:C100359 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. Numéro du rôle : 5056 Arrêt n 144/2011 du 22 septembre 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. La Cour

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 09-69829 Non publié au bulletin Rejet M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Me Le

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2015-495 QPC du 20 octobre 2015 (Caisse autonome de retraite des médecins de France et autres) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 20 juillet 2015 par le Conseil d État (décision n 372907

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/02/2015 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 29 octobre 2014 N de pourvoi: 13-23113 ECLI:FR:CCASS:2014:C101262 Non publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail DROIT SOCIAL CHSCT : RECENTES EVOLUTIONS LEGALES ET JURISPRUDENTIELLES Véronique VINCENT Septembre 2013 Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT), partenaire social au domaine

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-372 QPC du 7 mars 2014. M. Marc V.

Commentaire. Décision n 2013-372 QPC du 7 mars 2014. M. Marc V. Commentaire Décision n 2013-372 QPC du 7 mars 2014 M. Marc V. (Saisine d office du tribunal pour la résolution d un plan de sauvegarde ou de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Thème I Qu est-ce que le droit?

Thème I Qu est-ce que le droit? Objectifs du chapitre : - Identifier les sources de droit - Comprendre la hiérarchie des sources de droit Découverte 1 : les sources communautaires du droit Les femmes paieront bientôt leur assurance auto

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La question s est posée à plusieurs reprises au sein de la Commission Etiquetage

Plus en détail

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE Michel Miné Christine Boudineau Anne Le Nouvel Marie Mercat-Bruns Bruno Silhol DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE, 2010 ISBNÞ: 978-2-212-54678-1 VI. MOBILITÉ DES SALARIÉS 127 Section 2.

Plus en détail

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 12/12/2012 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 14 novembre 2012 N de pourvoi: 11-20391 Publié au bulletin Cassation M. Lacabarats (président), président SCP Gatineau et Fattaccini,

Plus en détail

TITRE 1 : LES NOTIONS FONDAMENTALES DU DROIT DE LA CONCURRENCE

TITRE 1 : LES NOTIONS FONDAMENTALES DU DROIT DE LA CONCURRENCE TITRE 1 : LES NOTIONS FONDAMENTALES DU DROIT DE LA CONCURRENCE Le droit de la concurrence a notamment pour objet de maintenir le libre jeu de la concurrence. La concurrence se joue entre des entreprises

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Redéfinir le périmètre du droit social européen? Sophie ROBIN-OLIVIER. Professeur à l Université Paris Ouest Nanterre la Défense

Redéfinir le périmètre du droit social européen? Sophie ROBIN-OLIVIER. Professeur à l Université Paris Ouest Nanterre la Défense Redéfinir le périmètre du droit social européen? Sophie ROBIN-OLIVIER Professeur à l Université Paris Ouest Nanterre la Défense On évoque souvent les difficultés (voire le déclin) de «l Europe sociale»

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ / ECT/ 4 B/ SEJOUR N NOR : Paris, le LE MINISTRE DE L INTERIEUR A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction

Plus en détail

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes.

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Ziad LATTOUF 1 LZ Pour entrer en Algérie, l étranger doit accomplir quelques formalités. Etre détenteur d'un

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219 Paris, le 22 septembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

- II - Les anciens combattants et leurs ayants droit DROIT À UNE PENSION MILITAIRE D INVALIDITÉ LES JURISPRUDENCES DU CATRED - 35

- II - Les anciens combattants et leurs ayants droit DROIT À UNE PENSION MILITAIRE D INVALIDITÉ LES JURISPRUDENCES DU CATRED - 35 - II - Les anciens combattants et leurs ayants droit DROIT À UNE PENSION MILITAIRE D INVALIDITÉ - 35 II - Les anciens combattants et leurs ayants droit Droit à une pension militaire d invalidité Dé nition

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 12/09/2012 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 7 juin 2012 N de pourvoi: 11-22490 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Ricard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/04/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 21 janvier 2015 N de pourvoi: 13-25759 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00093 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Goasguen (conseiller

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 4 juillet 2012 N de pourvoi: 11-18840 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats, président Mme Grivel, conseiller apporteur M. Legoux,

Plus en détail

de l Union européenne...43

de l Union européenne...43 Table des matières Membres du jury... 5 Préface... 7 Remerciements... 9 Abréviations, sigles et acronymes... 11 Sommaire... 15 Introduction... 21 1. La définition de la notion de preuve...24 A L approche

Plus en détail

ANNEXE 1 : RAPPELS SUR LES REGLES ENCADRANT LES RELATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES PUBLIQUES AVEC LES ASSOCIATIONS

ANNEXE 1 : RAPPELS SUR LES REGLES ENCADRANT LES RELATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES PUBLIQUES AVEC LES ASSOCIATIONS PREMIER MINISTRE LE HAUT COMMISSAIRE À LA JEUNESSE ANNEXE 1 : RAPPELS SUR LES REGLES ENCADRANT LES RELATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES PUBLIQUES AVEC LES ASSOCIATIONS Les associations à but non lucratif

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Délibération n 2009-308 du 7 septembre 2009

Délibération n 2009-308 du 7 septembre 2009 Délibération n 2009-308 du 7 septembre 2009 Service public Règlementation Refus d attribution du «minimum vieillesse» Nationalité Observations devant la juridiction La haute autorité a été saisie d une

Plus en détail

Décision n 2010-91 QPC du 28 janvier 2011. (Fédération nationale CGT des personnels des organismes sociaux)

Décision n 2010-91 QPC du 28 janvier 2011. (Fédération nationale CGT des personnels des organismes sociaux) Décision n 2010-91 QPC du 28 janvier 2011 (Fédération nationale CGT des personnels des organismes sociaux) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le 10 novembre 2010 par une décision du Conseil d État

Plus en détail

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 2 lettre a) paragraphe troisième partie première de la Loi du contentieux administratif nº29/1990,

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE

LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ/ECT/4B/AM/S- NOR INT/D/02/00133/C Paris, le 3 JUIN 2002 LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES A

Plus en détail

Syndicat de la Presse Indépendante d Information en Ligne (SPIIL)

Syndicat de la Presse Indépendante d Information en Ligne (SPIIL) Syndicat de la Presse Indépendante d Information en Ligne (SPIIL) Contribution du SPIIL à la Consultation de la Commission européenne sur le «Livre vert sur l avenir de la TVA vers un système de TVA plus

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête)

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Commentaire Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 30 mai 2011 par la Cour de cassation (chambre criminelle, arrêt

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire CE, 24 octobre 2014, n 366962 Assurance vie - Rachat -Prélèvement libératoire - Option - Irrévocabilité (oui) - Après l encaissement des revenus (non) Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 31/03/2009 Cour d appel de Bordeaux ct0274 Audience publique du 22 mai 2008 N de RG: 07/03589 Publié par le service de documentation de la Cour de cassation ARRET RENDU PAR LA REPUBLIQUE FRANCAISE

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

Numéro du rôle : 5128. Arrêt n 20/2012 du 16 février 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5128. Arrêt n 20/2012 du 16 février 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5128 Arrêt n 20/2012 du 16 février 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 65 de la loi du 13 mai 1999 portant le statut disciplinaire des membres du personnel

Plus en détail

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5633 Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 4 de l arrêté royal du 18 novembre 1996 «instaurant une assurance sociale en

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération faisant suite à un refus d envoi en mission temporaire en raison de l origine ethnique de la réclamante Emploi privé / Origine ethnique / Discrimination

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1422780L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l Avenant

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1422780L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l Avenant RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant n 6 entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS Groupement des Métiers de l Imprimerie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- JUIN 2014 NOTE N 12 LES FORFAITS JOURS (Articles

Plus en détail

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 19 juin 2008 N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 4 juin 2008. PROPOSITION

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : chambre commerciale Audience publique du 26 octobre 2010 N de pourvoi: 09-71404 Publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président Me Spinosi, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-225

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-225 Paris, le 7 janvier 2015 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-225 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010. M. Alain D. et autres

Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010. M. Alain D. et autres Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010 M. Alain D. et autres La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 22 septembre 2010,

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique QUESTIONS-REPONSES : LES CONGES PAYES LES DROITS AU CONGES PAYES Qui a droit aux congés payés? Tout salarié, quelque soit son statut, a droit à des congés payés, dès lors qu il a travaillé

Plus en détail

En marge de la directive sur les services dite directive Bolkestein

En marge de la directive sur les services dite directive Bolkestein En marge de la directive sur les services dite directive Bolkestein La libre circulation des personnes physiques et morales, la libre circulation des services, la liberté d établissement, la libre prestation

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-167 QPC du 23 septembre 2011 M. Djamel B. (Accident du travail sur une voie non ouverte à la circulation publique)

Commentaire. Décision n 2011-167 QPC du 23 septembre 2011 M. Djamel B. (Accident du travail sur une voie non ouverte à la circulation publique) Commentaire Décision n 2011-167 QPC du 23 septembre 2011 M. Djamel B. (Accident du travail sur une voie non ouverte à la circulation publique) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 30 juin 2011 par

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM)

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM) DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES Sous-direction des élus locaux et de la fonction publique territoriale Bureau de l emploi territorial Paris, le 20 avril 2009 et de la protection sociale FP3

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

TD 1 Marque vs Nom de Domaine

TD 1 Marque vs Nom de Domaine TD 1 Marque vs Nom de Domaine 1 COUR DE CASSATION, chambre commerciale, 13 décembre 2005 Publié le 30 janvier 2006 SA Soficar c/ SA Le Tourisme moderne compagnie parisienne du tourisme N 04-10.143 Cassation

Plus en détail