Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011"

Transcription

1 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à

2 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services

3 Contenu 1. Contexte et sujet de l étude Méthodologie Résultats Profil électronique Profil standard Profil traditionnel Profil avec carte de crédit Coût global Conclusion...9 Annexe : Profils des utilisateurs d un compte à vue en euros en Belgique pour les particuliers effectuant des opérations courantes de paiement

4 1. Contexte et sujet de l étude Le paysage bancaire a considérablement changé ces dernières années en Belgique. La séparation et la vente d activités (sous la pression européenne ou non), les modifications apportées à l actionnariat, les interventions de l Etat (et les dédommagements pour ces interventions), les stress-tests, la mise en place de provisions ou d amortissements sur les actifs à risque et les nombreuses mesures d Etat européennes et belges ont marqué le monde bancaire actuel de leur empreinte. La crise économique et financière et, plus récemment, la crise de la dette ne sont pas étrangères à cette évolution. Celles-ci, ainsi que d autres évènements, ont demandé des efforts financiers considérables de la part des banques (coûts de restructuration), et ce au moment que la rentabilité du secteur est soumise à de fortes pressions. On a alors craint que les banques ne répercutent une partie de ces coûts sur leurs clients de manière disproportionnelle en demandant des frais et des provisions plus élevés sur les comptes à vue 1 et les opérations courantes de paiement notamment. On le craignait d autant plus vu l introduction, quelques années auparavant, de SEPA 2 et de la loi belge du 10 décembre 2009 relative aux services de paiement 3, ce qui a eu pour conséquence le développement important de l ICT (inter) bancaire et un élargissement 4 des services de paiement courants. 4 Dans ce cadre, le SPF Economie a réalisé une étude sur l évolution de 2008 à du coût d un compte à vue en euros en Belgique pour particuliers permettant des opérations courantes de paiement. Les résultats de cette étude nous ont permis de répertorier l évolution du prix moyen pondéré d un tel compte. 2. Méthodologie Febelfin, la Fédération belge du secteur financier, et le SPF Economie ont mis au point ensemble quatre profils représentatifs de l utilisateur particulier d un compte à vue : un profil électronique, un profil standard, un profil traditionnel et un profil possédant une carte de crédit. Tous ces profils ont des caractéristiques communes. Il s agit dans tous les cas d un compte à vue en euros avec une carte de débit (avec fonction Maestro). Ce compte enregistre chaque année 80 paiements en euros dans la zone euro et 60 virements en Belgique. De plus, la 1 Le terme «compte à vue» doit - dans cette note - être interprété comme un compte en euros pour particuliers en Belgique permettant des opérations courantes de paiement. 2 SEPA, qui signifie Single Euro Payments Area, est la zone de paiement européenne unique. Elle permet aux citoyens et aux entreprises d effectuer leurs paiements en euros avec les mêmes moyens (cartes, virements, domiciliations) au sein de tout l Espace économique européen (EEE) de manière uniforme. 3 La loi a été publiée dans le Moniteur belge le 15 janvier 2010 et est entrée en vigueur le 1 er avril L élargissement comprenait entre autres un nouveau schéma européen pour les virements et les domiciliations, la possibilité de demander le remboursement d une domiciliation pendant huit semaines et la réduction des délais d exécution. 5 Cette étude sera actualisée tous les ans.

5 carte permet de retirer 24 fois de l argent en euros dans la zone SEPA et de procéder à 20 domiciliations belges ou européennes. Les différences entre les profils résident dans la nature du retrait d argent (au guichet ou au distributeur de sa propre banque ou d une autre) et dans la nature des virements (sous forme électronique, sur papier ou via un ordre permanent). De plus, les profils se distinguent par le fait de disposer ou non d un abonnement au service d internet banking ou d une carte de crédit. Un aperçu détaillé par profil est joint en annexe, ainsi que le nombre annuel respectif d opérations effectuées pour chaque moyen de paiement. L étude sur l évolution du prix d un compte à vue a été réalisée auprès d un groupe de 11 banques 6 qui forment une partie substantielle du marché belge. Celles-ci représentaient au 1 er janvier 2011 environ 11,5 millions de comptes à vue en euros pour particuliers. Il a été demandé à ces banques d indiquer, par profil, le tarif le moins cher (que tous les particuliers peuvent obtenir) pour un compte à vue et les transactions qui y sont liées ainsi qu une estimation de la part de chaque profil, le nombre total de comptes à vue en euros pour particuliers et la liste des prix officiels (pour confirmer le tarif le moins cher) au , , et au Sur base des informations obtenues, le prix moyen pondéré d un compte à vue a été calculé, aussi bien séparément pour chaque profil que globalement pour l ensemble des profils. 5 Les pondérations, pour calculer un prix moyen pondéré, ont été établies par banque et par profil. Le nombre total de comptes à vue communiqué par la banque au SPF Economie a été utilisé pour déterminer sa pondération (ce qui était nécessaire pour pouvoir calculer l évolution du prix total ainsi que celle du prix par profil). La pondération annuelle de chacun des quatre profils se base sur une estimation de l importance de ces profils, telle que communiquée par certaines banques participantes. Seules sept des onze banques participantes ont en effet pu donner réellement ces informations. La pondération moyenne calculée de ces banques pour chaque profil a ensuite été appliquée aux quatre autres banques. 3. Résultats Au , les 11 banques participantes comptabilisaient environ 11,5 millions de comptes à vue en euros pour des particuliers en Belgique. Ce nombre représentait à peu près 85 % du total des comptes à vue 7 en euros (pour toutes les banques en Belgique) aux mains de particuliers. Les trois grandes sociétés dans notre étude (sur la base du nombre de comptes à vue mentionnés) possédaient ainsi plus de 62 % du total de ces comptes à vue. L enquête portait également sur le coût du compte à vue le moins cher. Pour deux organismes financiers, la nature du compte à vue a changé au cours de l enquête. 6 Une douzième banque, qui devait initialement participer à l étude, n a finalement pas été retenue. Il s est avéré que cette banque n offrait pas de carte de débit et de crédit ni la possibilité de procéder à des retraits d argent. Il n a donc pas été tenu compte des résultats de cette société. 7 Selon une enquête annuelle de Febelfin, 58 banques membres possédaient, au , comptes en euros pour des résidents.

6 Tableau 1. Nombre de comptes à vue en euros pour les particuliers Nombre de comptes à vue Indice (2008=100) 100,0 103,1 105,3 106, Profil électronique Durant la période étudiée, la part du profil électronique est passé de 24,4 % du nombre total de comptes à vue en 2008 à presque 30 % en Le coût moyen pondéré d un compte à vue pour ce type de profil a, pendant la même période, diminué d environ 10 % pour atteindre 19,7 euros en Quatre banques offraient à leurs clients en 2011 la gratuité intégrale pour un compte à vue et deux autres une gratuité quasi totale 8 (seuls certains retraits d argent étaient encore payants). Le tarif le plus onéreux s élevait à 31,2 euros en Tableau 2. Coût moyen pondéré d un compte à vue pour le profil électronique Part du profil électronique 24,4% 26,7% 28,5% 29,8% Coût par compte (euros) 22,0 20,7 19,6 19,7 Indice (2008=100) 100,0 94,3 89,1 89, Profil standard 6 Contrairement aux particuliers avec un profil électronique, ceux dont le profil est «standard» effectuent encore par an dix virements papier et quatre retraits d argent au guichet. Au cours des dernières années, la part des comptes à vue «profil standard» a légèrement reculé : elle est passée de 25,9 % en 2008 à 22,1 % en Par contre, le coût moyen pondéré est quasiment resté constant et se chiffrait en 2011 à 27,4 euros. Pendant la période étudiée, deux banques offraient à leurs clients «profil standard» la gratuité intégrale pour un compte à vue et une autre banque proposait la quasi gratuité 9 (seuls certains retraits d argent étaient encore payants). Le tarif le plus onéreux s élevait à 35,4 euros en Tableau 3. Coût moyen pondéré d un compte à vue pour le profil standard Part du profil standard 25,9% 24,5% 23,5% 22,1% Coût par compte (euros) 28,0 27,1 27,2 27,4 Indice (2008=100) 100,0 96,8 97,1 97, Profil traditionnel Les clients avec un profil plutôt traditionnel effectuent, d un point de vue relatif, davantage de retraits d argent au guichet (12) et de virements papier (36). Ils ne disposent pas non plus d un abonnement au service d internet banking. Le profil traditionnel a reculé ces dernières années, mais représente quand même encore environ 30 %. Malgré une baisse (certes limitée) des coûts, le profil traditionnel est resté en % plus cher que le profil électronique. Deux banques offraient à leurs clients au profil traditionnel la gratuité intégrale pour un 8 Le coût de ces comptes à vue s élevait à 0,40 et 5,60 euros. 9 Le coût de ce compte à vue s élevait à 4,20 euros.

7 compte à vue et une autre banque proposait la quasi gratuité 10 (seuls certains retraits d argent étaient encore payants). Le tarif le plus onéreux s élevait à 51,6 euros en 2011 pour ce type d utilisateur particulier. Tableau 4. Coût moyen pondéré d un compte à vue pour le profil traditionnel Part du profil traditionnel 32,3% 31,2% 30,3% 30,1% Coût par compte (euros) 34,7 34,1 33,9 33,5 Indice (2008=100) 100,0 98,2 97,6 96, Profil avec carte de crédit Uniquement pour ce profil, l utilisateur particulier possède une carte de crédit (standard) avec laquelle il a effectué 30 paiements par an. Sur la période étudiée, la part relative de ce profil s est quasiment maintenue à 18 %. En 2011, il fallait débourser en moyenne 40,4 euros pour disposer d un compte à vue avec carte de crédit. Il importe toutefois de souligner que deux banques offraient à ce profil une gratuité intégrale pour ce type de prestations tandis qu une autre proposait la quasi gratuité 11 (seuls certains retraits d argent étaient encore payants). Le tarif le plus onéreux s élevait à 51 euros en Tableau 5. Coût moyen pondéré d un compte à vue pour le profil avec carte de crédit 7 Part du profil avec carte de crédit 17,3% 17,7% 17,8% 18,0% Coût par compte (euros) 41,8 40,3 40,2 40,4 Indice (2008=100) 100,0 96,4 96,1 96, Coût global Sur base du coût moyen pondéré d un compte à vue pour chacun de ces quatre profils, nous avons calculé le coût moyen global pondéré d un compte à vue, tous profils confondus. Ce coût global a légèrement faibli entre 2008 et 2011 vu qu il est passé de 31,1 euros en 2008 à 29,3 euros en 2011 (moins 5,8 %). Cette baisse est observée pour six des banques examinées. Trois banques ont, par contre, connu une hausse du coût et deux banques un maintien du coût. Tableau 6. Coût moyen global pondéré d un compte à vue Coût par compte (euros) 31,1 29,9 29,4 29,3 Indice (2008=100) 100,0 96,2 94,4 94,2 10 Le coût de ce compte à vue s élevait à 2,80 euros. 11 Le coût de ce compte à vue s élevait à 4,90 euros.

8 Graphique 1. L indice du coût moyen pondéré d un compte à vue, globalement et pour chaque profil individuel (indice 2008 = 100) 8

9 Graphique 2. Coût d un compte à vue en 2011, globalement et pour chaque profil individuel (en euros) 9 4. Conclusion L indice du coût moyen pondéré d un compte à vue en euros avec des opérations courantes 12 pour des particuliers a reculé entre 2008 et 2011 (voir graphique 1) et ce, tant pour chaque profil individuel d utilisateur que globalement, tous profils confondus (-5,8 %). Pendant cette même période, l indice des prix à la consommation a progressé de 5,7 %. En moyenne, le coût était le plus bas pour un utilisateur électronique alors qu un utilisateur avec carte de crédit a dû payer le plus pour garder son compte à vue en 2011 (voir graphique 2). Par profil d utilisateur examiné, il existe une alternative entièrement gratuite ou presque gratuite. 12 Ces opérations de paiement se sont, durant la période étudiée, étendues dans le cadre du SEPA (voir point 1).

10 Annexe : Profils des utilisateurs d un compte à vue en euros en Belgique pour les particuliers effectuant des opérations courantes de paiement 10 1) Profil de l utilisateur «électronique» (avec un certain nombre d opérations par an): Compte à vue en euros; 1 carte de débit Maestro avec 80 paiements en euros dans le SEPA; 24 retraits d argent en euros dans le SEPA dont: 16 retraits effectués au guichet automatique (ATM) de sa propre banque (dans le cas des banques qui possèdent peu de guichets automatiques, voire pas du tout, l utilisateur a recours au guichet d une autre banque) 8 retraits effectués au guichet automatique (ATM) d une autre banque 60 virements en Belgique et dans le SEPA dont : 36 virements électroniques 24 ordres de paiement permanent Domiciliations belges (DOM80) et européennes (SDD) : 3 mandats 20 encaissements Abonnement au service d Internet Banking 2) Profil de l utilisateur «standard» (avec un certain nombre d opérations par an) : Compte à vue en euros; 1 carte de débit Maestro avec 80 paiements en euros dans le SEPA; 24 retraits d argent en euros dans le SEPA dont : 14 retraits effectués au guichet automatique (ATM) de sa propre banque (dans le cas des banques qui possèdent peu de guichets automatiques, voire pas du tout, l utilisateur a recours au guichet d une autre banque) 6 retraits effectués au guichet automatique (ATM) d une autre banque 4 retraits effectués au guichet 60 virements en Belgique et dans le SEPA dont : 26 virements électroniques 10 virements papier 24 ordres permanents Domiciliations belges (DOM80) et européennes (SDD) : 3 mandats 20 encaissements Abonnement au service d Internet Banking

11 3) Profil de l utilisateur «traditionnel» (avec un certain nombre d opérations par an) : Compte à vue en euros; 1 carte de débit Maestro avec 80 paiements en euros dans le SEPA; 24 retraits d argent en euros dans le SEPA dont : 8 retraits effectués au guichet automatique (ATM) de sa propre banque (dans le cas des banques qui possèdent peu de guichets automatiques, voire pas du tout, l utilisateur a recours au guichet d une autre banque) 4 retraits effectués au guichet automatique (ATM) d une autre banque 12 retraits effectués au guichet 60 virements en Belgique et dans le SEPA dont : 36 virements papier 24 ordres permanents Domiciliations belges (DOM80) et européennes (SDD) : 3 mandats 20 encaissements 11 4) Profil de l utilisateur «carte de crédit» (avec un certain nombre d opérations par an) : Compte à vue en euros; 1 carte de débit Maestro avec 80 paiements en euros dans le SEPA; 1 carte de crédit standard avec 30 paiements en euros dans le SEPA; 24 retraits d argent en euros dans le SEPA dont : 16 retraits effectués au guichet automatique (ATM) de sa propre banque (dans le cas des banques qui possèdent peu de guichets automatiques, voire pas du tout, l utilisateur a recours au guichet d une autre banque) 7 retraits effectués au guichet automatique (ATM) d une autre banque 1 retrait effectué au guichet 60 virements en Belgique et dans le SEPA dont : 32 virements électroniques 4 virements papier 24 ordres permanents Domiciliations belges (DOM80) et européennes (SDD) : 3 mandats 20 encaissements Abonnement au service d Internet Banking

Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015

Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015 Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015 Table des matières 1. Introduction... 2 2. Evolution du prix d'un compte à vue entre 2011 et 2015... 2 2.1. Méthode... 2 2.2. Résultats... 5

Plus en détail

Europe P aiements en

Europe P aiements en Paiements en Europe Payer en Europe comme si vous étiez dans votre pays 2 Grâce à la construction de la zone de paiement européenne unique SEPA (Single Euro Payments Area), la différence entre les paiements

Plus en détail

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS?

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? 1. SEPA pour les consommateurs - en bref Qu est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA)

Plus en détail

Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration?

Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration? Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration? Notre expertise en logiciels de gestion et rédaction de livres blancs Compta Audit. Conseils. Cahier des charges. Sélection des solutions.

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Union Fédérale des Consommateurs QUE CHOISIR de Nouvelle-Calédonie 8 rue Lacave-Laplagne BP 2357-98846 NOUMEA CEDEX Tél/Fax : (687) 28.51.20 Courriel : contact@nouvellecaledonie.ufcquechoisir.fr Site :

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

Paiements domestiques et européens : prenez de l avance pour l inévitable migration

Paiements domestiques et européens : prenez de l avance pour l inévitable migration Les points sur les i Paiements domestiques et européens : prenez de l avance pour l inévitable migration Violette MATTHIJS et Sarah BASTIEN ING Belgique - Payement & Cash Management Dpt Avec le soutien

Plus en détail

Exit DOM 80. Enter SEPA DIRECT DEBIT : migration de la domiciliation belge.

Exit DOM 80. Enter SEPA DIRECT DEBIT : migration de la domiciliation belge. Exit DOM 80. Enter SEPA DIRECT DEBIT : migration de la domiciliation belge. Outre le virement européen et le paiement par carte, le SEPA Direct Debit (ou domiciliation européenne) a également été développé

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire switching-selfregulation-fr.docx version 2 Patrick Wynant 22/10/2010 Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire A la demande de la Commission européenne, le European Banking Industry

Plus en détail

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire switching - selfregulation - FR.d ocx v ersion 1.0 Patrick Wynant 30/10/2009 Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire A la demande de la Commission européenne, le European Banking

Plus en détail

Tarifs en vigueur à partir du 14/03/2014 (sujets à modifications) Applicables aux comptes Hello bank! à usage privé (Pour les consommateurs)

Tarifs en vigueur à partir du 14/03/2014 (sujets à modifications) Applicables aux comptes Hello bank! à usage privé (Pour les consommateurs) Tarifs en vigueur à partir du 14/03/2014 (sujets à modifications) Applicables aux comptes Hello bank! à usage privé (Pour les consommateurs) Sommaire 1 I. L OFFRE HELLO BANK!... 3 1.1. Compte à vue Hello...

Plus en détail

Ménage/Haushalt. Etude comparative des frais bancaires usuels. de Konsument. (mai 2010)

Ménage/Haushalt. Etude comparative des frais bancaires usuels. de Konsument. (mai 2010) Etude comparative des frais bancaires usuels (mai 2010) En novembre 2008, l ULC avait réalisé une étude destinée à comparer les frais bancaires usuels appliqués par six banques luxembourgeoises. Le même

Plus en détail

Le service de mobilité bancaire entre en application dans les banques belges.

Le service de mobilité bancaire entre en application dans les banques belges. Changer de banque désormais plus facile, plus rapide et sans frais À la demande du ministre Van Quickenborne, les banques belges vont plus loin que leurs collègues européennes Bruxelles, le 1 er novembre

Plus en détail

CEC Centre d'echange et de Compensation asbl Arrondissement judiciaire de Bruxelles TVA BE 0414.509.011. Rue d Arlon 82 1040 Bruxelles

CEC Centre d'echange et de Compensation asbl Arrondissement judiciaire de Bruxelles TVA BE 0414.509.011. Rue d Arlon 82 1040 Bruxelles CEC Centre d'echange et de Compensation asbl Arrondissement judiciaire de Bruxelles TVA BE 0414.509.011 Rue d Arlon 82 1040 Bruxelles Rapport annuel 2012 TABLE DES MATIERES EVOLUTION GENERALE 5 EVOLUTION

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

CEC Centre d'echange et de Compensation asbl Arrondissement judiciaire de Bruxelles TVA BE 0414.509.011. Rue d Arlon 82 1040 Bruxelles

CEC Centre d'echange et de Compensation asbl Arrondissement judiciaire de Bruxelles TVA BE 0414.509.011. Rue d Arlon 82 1040 Bruxelles CEC Centre d'echange et de Compensation asbl Arrondissement judiciaire de Bruxelles TVA BE 0414.509.011 Rue d Arlon 82 1040 Bruxelles Rapport annuel 2013 TABLE DES MATIERES EVOLUTION GENERALE 5 EVOLUTION

Plus en détail

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Communication Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Date 20 novembre 2009 1. Introduction Dans

Plus en détail

Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe

Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe Qu est ce que le VIREMENT SEPA? Le virement SEPA est un virement harmonisé au niveau européen qui vous permet de transférer des

Plus en détail

SEPA Direct Debit La domiciliation dans un marché unifié pour les paiements européens au 1er février 2014

SEPA Direct Debit La domiciliation dans un marché unifié pour les paiements européens au 1er février 2014 SEPA Direct Debit La domiciliation dans un marché unifié pour les paiements européens au 1er février 2014 CONTENU 1. LES DOMICILIATIONS SEPA 2. LES DOMICILIATIONS ET SEPA 3. FONCTIONNEMENT DE LA DOMICILIATION

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Comment bien réussir votre migration SEPA? (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso Opérationnel) Au 1 er février 2014, tous les virements et prélèvements seront

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er septembre 2015

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er septembre 2015 CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er septembre 2015 PRODUITS ET SERVICES POUR LES PARTICULIERS GUYANE 1 Vs trverez dans ce dépliant, les conditions tarifaires pr les particuliers en vigueur au 1 er

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er juin 2014

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er juin 2014 CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er juin 2014 PRODUITS ET SERVICES POUR LES PARTICULIERS GUYANE 1 Vs trverez dans ce dépliant, les conditions tarifaires pr les particuliers en vigueur au 1 er juin

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»),

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»), Avis n 2014-0659 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 juin 2014 relatif à une modification du catalogue des prestations internationales du service universel

Plus en détail

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 1 SEPA pour les consommateurs - en bref Qu'est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA) ou espace

Plus en détail

Communiqué de presse Nos très chères banques

Communiqué de presse Nos très chères banques Union Fédérale des Consommateurs QUE CHOISIR de Nouvelle-Calédonie 8 rue Lacave-Laplagne BP 2357-98846 NOUMEA CEDEX Tél/Fax : (687) 28.51.20 Courriel : contact@nouvellecaledonie.ufcquechoisir.fr Site :

Plus en détail

Comptes BCV Entreprises : conditions et tarifs

Comptes BCV Entreprises : conditions et tarifs clientèle ENTREPRISES Comptes BCV Entreprises : conditions et tarifs Valables dès le 1 er janvier 2014 Proche de vous Des solutions à vos besoins En tant que partenaire financier de référence des entreprises

Plus en détail

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES La réforme européenne sur les prélèvements (Règlement SEPA, pour Single Euro Payments Area) entre en vigueur dans quelques mois (1er août 2014). Ce nouveau système de

Plus en détail

Crédit hypothécaire : 2010, l'année record

Crédit hypothécaire : 2010, l'année record Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : 2010, l'année record Bruxelles, le 9 février 2011 L Union professionnelle du Crédit (UPC), membre de Febelfin, la Fédération belge

Plus en détail

Découvrez Business Blue, LE compte à vue all-in pour entrepreneurs intelligents. FINTRO. PROCHE ET PRO.

Découvrez Business Blue, LE compte à vue all-in pour entrepreneurs intelligents. FINTRO. PROCHE ET PRO. Découvrez, LE compte à vue all-in pour entrepreneurs intelligents. FINTRO. PROCHE ET PRO. Effectuez vos opérations bancaires de manière transparente et à un prix fixe Une carte bancaire polyvalente Avec

Plus en détail

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens Direction des affaires économiques de la CGPME SEPA (Single Euro Payment Area) Harmonisation des moyens

Plus en détail

Présentation du SEPA. Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros)

Présentation du SEPA. Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros) L essentiel du SEPA Présentation du SEPA Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros) Après la mise en place de l euro, l harmonisation européenne se poursuit avec

Plus en détail

Le ccsf vous informe : bien utiliser le prélèvement sepa dans toute l europe

Le ccsf vous informe : bien utiliser le prélèvement sepa dans toute l europe Le ccsf vous informe : bien utiliser le prélèvement sepa dans toute l europe Qu est ce que le prélèvement SEPA? Le prélèvement SEPA (Single Euro Payments Area Espace unique de paiement en euros) est un

Plus en détail

Compte de l agence qui porte votre nom. Une agence virtuelle, des services bien réels.

Compte de l agence qui porte votre nom. Une agence virtuelle, des services bien réels. Compte de l agence qui porte votre nom Une agence virtuelle, des services bien réels. Une combinaison gratuite de produits de paiement, prête à l emploi CBC vous propose une combinaison gratuite de produits

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LES DIFFÉRENTS TYPES DE FRAIS BANCAIRES

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LES DIFFÉRENTS TYPES DE FRAIS BANCAIRES LES DIFFÉRENTS TYPES DE FRAIS BANCAIRES Les frais bancaires Introduction En France, il est presque impossible de vivre normalement sans compte bancaire : en effet, la plupart des dettes dont le montant

Plus en détail

2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010

2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010 2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010 Depuis 2003, l Observatoire établit des statistiques de fraude sur les cartes de paiement de type «interbancaire» et de type «privatif», sur la base de données recueillies

Plus en détail

Introduction aux moyens de paiement

Introduction aux moyens de paiement Introduction aux moyens de paiement Un marché en pleine reconfiguration stratégique Réalisé par Matthias LAVALEE & Anatole de LA BROSSE Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com

Plus en détail

Gratuit Gratuit 3,00 EUR(1) Gratuit Gratuit 6,50 EUR (2) les frais de gestion du compte single, max 1 de chaque service et produit)

Gratuit Gratuit 3,00 EUR(1) Gratuit Gratuit 6,50 EUR (2) les frais de gestion du compte single, max 1 de chaque service et produit) TARIF STANDARD DES OPÉRATIONS ET SERVICES BANCAIRES SUR LES COMPTES A USAGE PROFESSIONNEL DES PERSONNES MORALES ET DES ASSOCIATIONS DE FAIT EN BELGIQUE (NON GEREES PAR BUSINESS CENTRES OU CORPORATE), DES

Plus en détail

Domiciliations SEPA FAQ

Domiciliations SEPA FAQ Domiciliations SEPA FAQ Découvrez les questions les plus fréquemment posées sur les domiciliations SEPA : cliquez dessus pour arriver directement à nos réponses! 1. Qu est-ce que la domiciliation SEPA

Plus en détail

1. Comptes à vue Pro en EUR. Gratuit Gratuit 3,00 EUR(1) Frais d ouverture de compte Frais de clôture de compte Frais de gestion. 2.

1. Comptes à vue Pro en EUR. Gratuit Gratuit 3,00 EUR(1) Frais d ouverture de compte Frais de clôture de compte Frais de gestion. 2. TARIF STANDARD DES OPÉRATIONS ET SERVICES BANCAIRES SUR LES COMPTES A USAGE PROFESSIONNEL DES PERSONNES MORALES ET DES ASSOCIATIONS DE FAIT EN BELGIQUE (NON GEREES PAR BUSINESS CENTRES OU CORPORATE), DES

Plus en détail

Le service de mobilité interbancaire. Pour un transfert confortable de vos paiements

Le service de mobilité interbancaire. Pour un transfert confortable de vos paiements Le service de mobilité interbancaire Pour un transfert confortable de vos paiements Le Service de mobilité interbancaire Pour les clients particuliers Pour un transfert confortable de vos paiements Vous

Plus en détail

P6C01 Les flux de tre sorerie (rappels)

P6C01 Les flux de tre sorerie (rappels) P6C01 Les flux de tre sorerie (rappels) I. Les différents modes de paiement Il existe plusieurs moyens de règlement dont le coût et le degré de sécurité diffèrent. A. Les moyens de règlement immédiat 1.

Plus en détail

Le service de mobilité interbancaire. Pour un transfert confortable de vos paiements

Le service de mobilité interbancaire. Pour un transfert confortable de vos paiements Le service de mobilité interbancaire Pour un transfert confortable de vos paiements Le Service de mobilité interbancaire Pour les clients particuliers Pour un transfert confortable de vos paiements Vous

Plus en détail

Indication des prix et publicité: les services bancaires et analogues. Ordonnance du 11 décembre 1978 sur l indication des prix (OIP)

Indication des prix et publicité: les services bancaires et analogues. Ordonnance du 11 décembre 1978 sur l indication des prix (OIP) Indication des prix et publicité: les services bancaires et analogues Ordonnance du 11 décembre 1978 sur l indication des prix (OIP) Feuille d information du 1 er janvier 2006 1. Base juridique et but

Plus en détail

Fragilité financière : une offre spécifique

Fragilité financière : une offre spécifique SEPTEMBRE 2014 N 21 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Fragilité financière : une offre spécifique Ce mini-guide vous est offert

Plus en détail

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Frais bancaires Troisième rapport annuel 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Aperçu Cette année, le rapport annuel porte sur : 1. L attitude des Canadiens à l égard des frais bancaires

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

RÈGLEMENT COMPTES À VUE Annexe 1 au Règlement général des opérations.

RÈGLEMENT COMPTES À VUE Annexe 1 au Règlement général des opérations. RÈGLEMENT COMPTES À VUE Annexe 1 au Règlement général des opérations. Le présent règlement régit les droits et obligations du client et de la Banque quant à l utilisation par un client d un compte à vue

Plus en détail

Fragilité financière : une offre spécifique

Fragilité financière : une offre spécifique SEPTEMBRE 2014 N 21 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES Fragilité financière : une offre spécifique sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter

Plus en détail

Single Euro Payments Area S PA

Single Euro Payments Area S PA Single Euro Payments Area S PA SEPA 3 Table des matières p.4 p. 6 p. 6 p. 8 p. 9 p.14 Qu est-ce que le SEPA? Pourquoi introduire le SEPA? Où le SEPA s applique-t-il? A partir de quand le SEPA s appliquera-t-il?

Plus en détail

Le volume des nouveaux crédits aux entreprises augmente considérablement au 3e trimestre

Le volume des nouveaux crédits aux entreprises augmente considérablement au 3e trimestre Communiqué de presse Le volume des nouveaux crédits aux entreprises augmente considérablement au 3e trimestre Bruxelles, le 20 décembre 2010 Le volume des nouveaux crédits aux entreprises a continué de

Plus en détail

Défis pour un secteur financier belge au service de l homme et de l économie

Défis pour un secteur financier belge au service de l homme et de l économie Défis pour un secteur financier belge au service de l homme et de l économie Défis pour un secteur financier belge au service de l'homme et de l'économie 05.06.2013 1 Agenda 18h00 Accueil 18h15 Présentation

Plus en détail

Description des services KBC-Touch

Description des services KBC-Touch Description des services KBC-Touch KBC-Touch est divisé en 5 grands domaines : Paiements, Épargne et Placements, Logement, Famille, Mobilité. Vous lirez ci-après une description des services par domaine.

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Le prélèvement SEPA, c est maintenant

Le prélèvement SEPA, c est maintenant JUILLET 2014 ENtrEPrENEurS N 13 PAIEmENt LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le prélèvement SEPA, c est maintenant 2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

SEPA et les entreprises. Comité national SEPA Plan de communication SEPA

SEPA et les entreprises. Comité national SEPA Plan de communication SEPA SEPA et les entreprises Comité national SEPA Plan de communication SEPA SEPA : une étape de la construction européenne 01/01/1999 Introduction de l euro financier 01/01/2002 Introduction de l euro fiduciaire

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

HAPPY LIFE. Règlement de gestion du fonds d investissement interne happy life AB Global Strategy 60/40

HAPPY LIFE. Règlement de gestion du fonds d investissement interne happy life AB Global Strategy 60/40 1/8 DESCRIPTION Le fonds d investissement interne happy life AB Global (voir l annexe 1) est géré par AXA Belgium, appelée ci-après la compagnie d assurance, dans l intérêt exclusif des souscripteurs et

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros. Signature d un contrat d itinérance 2G / 3G avec Orange

Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros. Signature d un contrat d itinérance 2G / 3G avec Orange RESULTATS ANNUELS 2010 Paris, le 9 mars 2011 Chiffre d affaires à plus de 2 milliards d euros Marge d EBITDA Groupe à plus de 39% Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros Signature d

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Bruxelles, le 25 juin 2013 Le SPF Economie publie annuellement un baromètre global de la société de l information. Les résultats

Plus en détail

Les opérations par cartes étrangères se répartissent en :

Les opérations par cartes étrangères se répartissent en : 1 er trimestre 2014, croissance confirmée pour l usage des cartes bancaires au Maroc : progression de +31% des opérations de paiement en ligne et de +21% pour les opérations de paiement sur TPE De source

Plus en détail

Un compte pour tous. Un RIB, une Mastercard et un suivi en temps réel sur mobile et sur Internet

Un compte pour tous. Un RIB, une Mastercard et un suivi en temps réel sur mobile et sur Internet Financière des Paiements Électroniques annonce l ouverture officielle de l offre Compte-Nickel au grand public et dévoile la carte des buralistes agréés. Après six mois de phase de test et l ouverture

Plus en détail

Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises

Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises Code de conduite dans le cadre de la Loi du.. relative à diverses dispositions concernant le financement des petites et moyennes entreprises 1 Préambule La Loi du relative à diverses dispositions concernant

Plus en détail

Isabel 6 Aperçu des nouveautés dans la version 1.9

Isabel 6 Aperçu des nouveautés dans la version 1.9 Isabel 6 Aperçu des nouveautés dans la version 1.9 Cher Utilisateur Isabel, La version 1.9 d Isabel 6 contient pas mal de nouveautés. Non seulement nous avons corrigé divers bugs, mais nous avons surtout

Plus en détail

Traitement des cartes retenues ou oubliées et de l argent non retiré ou oublié au Bancomat

Traitement des cartes retenues ou oubliées et de l argent non retiré ou oublié au Bancomat Traitement des cartes retenues ou oubliées et de l argent non retiré ou oublié au Bancomat Le présent aide-mémoire décrit le traitement des cartes retenues au Bancomat ou reprises par celui-ci en raison

Plus en détail

La Belgique se numérise encore en 2010

La Belgique se numérise encore en 2010 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 23 février 2011 La Belgique se numérise encore en 2010 La révolution numérique ne cesse de gagner du terrain en Belgique :

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2007

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2007 Statistiques Centrale des crédits aux particuliers - 2007 Banque nationale de Belgique, Bruxelles Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives

Plus en détail

UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités.

UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités. ab UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités. Sommaire Opérations de paiement et gestion des liquidités sur mesure 3 En Suisse et au-delà des frontières 4 Gestion de trésorerie

Plus en détail

CEC Centre d'echange et de Compensation asbl Arrondissement judiciaire de Bruxelles TVA BE 0414.509.011. boulevard de Berlaimont 14 1000 Bruxelles

CEC Centre d'echange et de Compensation asbl Arrondissement judiciaire de Bruxelles TVA BE 0414.509.011. boulevard de Berlaimont 14 1000 Bruxelles CEC Centre d'echange et de Compensation asbl Arrondissement judiciaire de Bruxelles TVA BE 0414.509.011 boulevard de Berlaimont 14 1000 Bruxelles Rapport annuel 2009 TABLE DES MATIERES EVOLUTION GENERALE

Plus en détail

Liste des tarifs. Liste des tarifs. Tarifs en vigueur à partir du 25/05/2016 (sujets à modifications)

Liste des tarifs. Liste des tarifs. Tarifs en vigueur à partir du 25/05/2016 (sujets à modifications) Liste des tarifs Liste des tarifs Tarifs en vigueur à partir du 25/05/2016 (sujets à modifications) Applicables aux comptes Hello bank! à usage privé (Pour les consommateurs) Liste des tarifs 2 Sommaire

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM RAPPORT D ACTIVITÉ 2011 INSTITUT D ÉMISSION DES DÉPARTEMENTS D OUTRE-MER Établissement public national 164, rue de Rivoli - 75001 PARIS Tél. 01 53 44 41 41 Rapport

Plus en détail

Comptes et conditions. Simplifier l argent au quotidien. www.bcn.ch

Comptes et conditions. Simplifier l argent au quotidien. www.bcn.ch Comptes et conditions Simplifier l argent au quotidien www.bcn.ch Vos comptes pour le quotidien Les comptes de transactions, d épargne et de gestion BCN offrent une palette diversifiée de prestations répondant

Plus en détail

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008 Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, Je suis

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA Résultats exceptionnels d Argenta pour l année de crise 2011 La cinquième banque de Belgique n a pas désappris le métier du banquier de détail.

Plus en détail

L évolution des frais bancaires 2015-2016

L évolution des frais bancaires 2015-2016 L évolution des frais bancaires 2015-2016 Janvier 2016 Contact Presse : Héloïse Guillet / 07 62 58 36 06/ heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Méthodologie de l étude Présentation de Panorabanques.com

Plus en détail

Principales conditions tarifaires

Principales conditions tarifaires PROFESSIONNELS Principales conditions tarifaires Applicables au 1 er mai 2015 www.bnpparibas.net/entrepros BNP Paribas vous informe des principales évolutions tarifaires des produits et services pour l

Plus en détail

Aperçu des prix SOMMAIRE. Valables à partir du 1 er janvier 2015. Sous réserve de modifications

Aperçu des prix SOMMAIRE. Valables à partir du 1 er janvier 2015. Sous réserve de modifications Aperçu des prix Valables à partir du 1 er janvier 01 Sous réserve de modifications Les dispositions contractuelles régissant les relations d affaires avec la Banque Cantonale Bernoise SA sont en vigueur.

Plus en détail

Aperçu des prix SOMMAIRE. Valable à partir du 1 er septembre 2015. Sous réserve de modifications

Aperçu des prix SOMMAIRE. Valable à partir du 1 er septembre 2015. Sous réserve de modifications Aperçu des prix Valable à partir du 1 er septembre 01 Sous réserve de modifications Les dispositions contractuelles régissant les relations d affaires avec la Banque Cantonale Bernoise SA sont en vigueur.

Plus en détail

Aperçu des prix SOMMAIRE. Valable à partir du 1 er janvier 2016. Sous réserve de modifications

Aperçu des prix SOMMAIRE. Valable à partir du 1 er janvier 2016. Sous réserve de modifications Aperçu des prix Valable à partir du 1 er janvier 016 Sous réserve de modifications Les dispositions contractuelles régissant les relations d affaires avec la Banque Cantonale Bernoise SA sont en vigueur.

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 mars 2014 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE BALANCE DES PAIEMENTS DE LA ZONE EURO (Janvier 2014) En janvier 2014, le compte de transactions courantes de la zone euro a enregistré,

Plus en détail

CONDITIONS ET TARIFS POUR CLIENTS PRIVÉS

CONDITIONS ET TARIFS POUR CLIENTS PRIVÉS CONDITIONS ET TARIFS POUR CLIENTS PRIVÉS La banque de la clientèle privée et commerciale SOMMAIRE GÉNÉRALITÉS Les modifications des prix et prestations de services demeurent réservées à tout moment. Vous

Plus en détail

Les tarifs. bnpparibas-personalinvestors.lu. A new way to invest. Expatriés Applicable à partir du 01.07.2011 (Les tarifs affichés sont TTC)

Les tarifs. bnpparibas-personalinvestors.lu. A new way to invest. Expatriés Applicable à partir du 01.07.2011 (Les tarifs affichés sont TTC) Les tarifs Expatriés Applicable à partir du 01.07.2011 (Les tarifs affichés sont TTC) A new way to invest bnpparibas-personalinvestors.lu Ce document est destiné à informer sur les tarifs des opérations

Plus en détail

Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les DOM et la collectivité de Saint-Pierre-et-Miquelon

Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les DOM et la collectivité de Saint-Pierre-et-Miquelon Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les DOM et la collectivité de Saint-Pierre-et-Miquelon L IEDOM établit l observatoire public des tarifs bancaires dans les DOM, conformément à la

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 3 e trimestre 2013

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 3 e trimestre 2013 Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 2013 (à ce jour): 4,14% : 1,63% Bonne performance en juillet et en septembre Nouvelle augmentation des liquidités Progression de la quote-part du franc

Plus en détail

Prix et frais: clair, transparent

Prix et frais: clair, transparent Prix et frais: clair, transparent Janvier 2015 Konditionen Conditions Trafic des paiements Type de paiements Ordre de paiement rapide CHF Indigène Ordre de paiement format libre 10.- LSV Ordre permanent

Plus en détail

Communiqué de lancement Sage 100 Moyens de paiement Ebics / Communication bancaire

Communiqué de lancement Sage 100 Moyens de paiement Ebics / Communication bancaire Communiqué de lancement Sage 100 Moyens de paiement Ebics / Communication bancaire Disponibilité commerciale : Décembre 2009 Nouveautés V16! Sommaire LES MOYENS DE PAIEMENT DOMESTIQUES DEVIENNENT EUROPEENS...

Plus en détail

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP repères Premier ministre 20 institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Janvier 2013 n Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef

Plus en détail

Pour une plus grande transparence. des prix de nos produits et services. www.ca-tourainepoitou.fr. Tarif au 1 er Avril 2006

Pour une plus grande transparence. des prix de nos produits et services. www.ca-tourainepoitou.fr. Tarif au 1 er Avril 2006 Pour une plus grande transparence des prix de nos produits et services. Tarif au 1 er Avril 2006 www.ca-tourainepoitou.fr Prix de nos services Conditions Générales et tarifs applicables au 1 er Avril 2006

Plus en détail

Le service de mobilité interbancaire. Pour un transfert confortable de vos paiements

Le service de mobilité interbancaire. Pour un transfert confortable de vos paiements Le service de mobilité interbancaire Pour un transfert confortable de vos paiements Le Service de mobilité interbancaire Pour les clients particuliers Pour un transfert confortable de vos paiements Vous

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2016-05-27 Liens: observatoire

Plus en détail

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales.

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales. LA PLACE DE LA FRANCE PARMI LES CREANCIERS EUROPEENS EN MATIERE DE SOINS DE SANTE AU SEIN DE L UNION EUROPENNE ENTRE LE 31.12.1999 ET LE 31.12.2008 (REGLEMENTS CEE 1408/71 et 574/72) Les prestations versées

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour III. Les conditions bancaires 1. La problématique du choix de la banque 2. Les principaux instruments de paiement domestiques 3. Les jours de valeur et les jours de banque 4. Les taux d intérêt 5. Les

Plus en détail